Haut
Bas

Partagez|

Soucis d'horlogerie [Pv Lithium]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2685
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 25

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 855
Renommée: 2665
Honneur: 420
MessageSujet: Re: Soucis d'horlogerie [Pv Lithium] Mar 14 Mar 2017 - 15:10


Lithium avait toujours fonctionné à l'instinct dans ce genre de situation.
Malheureusement, cette fois-ci, celui-ci ne lui disait absolument rien du tout. Perso, moi je te dis de tous les arracher, comme ça c'est fait! Corey avait l'air aussi perdu qu'elle. Mais alors que la jeune femme pensait finalement avoir pris une décision, son camarade eut un soudain éclair de génie. La voyageuse cessa donc ce qu'elle faisait pour observer les faits et gestes du garçon, puis s'écarta pour lui laisser de la place. Il empoigna le colérique qui se mit à beugler et à l'insulter, puis elle crut même comprendre qu'il l'avait mordu. Décidément, c'est mon préféré celui-là! Finalement, il changea de cible et choisit ensuite celui qui ne cessait de faire son malin depuis le début, prêt à l'actionner. Mais un nouvel instant d'hésitation le fit changer une dernière fois d'avis. Alors qu'il arrêtait enfin son choix sur le levier ne cessant de se lamenter sur sa profonde solitude, ce dernier esquiva la main s'approchant de lui. Ah ? Avait-il posé le doigt sur quelque chose ? Le levier chouineur semblait avoir changé d'avis, comme quoi, être attrapé, il n'aimait pas trop ça en fait. Un nouvel essai et un nouveau décalage. Merde, il avait raison ! Pourquoi un levier se plaignait en permanence de n'être jamais choisi, au moment de l'être, finalement se ravisait et refusait d'être empoigné ? Ça ne pouvait être que celui-là ! Le rouge colérique ajouta son grain de sel, le malheureux finit par lâcher clairement qu'il – elle en fait, c'était une fille d'après le hurleur – ne souhaitait pas être actionnée et il n'y eut plus aucun doute. J'sais pas pourquoi, je suis un peu déçu...

Corey lui lança d'une voix pleinement assurée que c'était ce levier et qu'il avait besoin d'aide. Sans trop hésiter, la jeune fille s'approcha de lui et se mit sur le côté – pas derrière, bras trop courts hé – avant d'entourer de ses mains celles du voyageur, poussant de toutes ses forces sur le levier. Un craquement se fit entendre, et malgré les gémissements étouffées de l'objet, ils l'abaissèrent ensemble. Un déclic se fit entendre, puis plus rien. Un immense silence glacial et inquiétant s'abattit sur la pièce. Un affreux doute envahit soudainement l'Ambidextre. Et s'ils s'étaient trompés ? La demoiselle lança un regard soucieux à son collègue.


« Tu crois que l'on aurait pu se tromper... ? »

Les leviers ne parlaient plus, pas un son ne filtrait de nulle part.
Puis subitement, un cliquetis se fit entendre, entraînant une succession de d'autres bruits, de rouages, et Lithium crut entendre des bruissements de lianes. Des loupiotes se mirent à clignoter jusqu'à toutes s'allumer en vert et le cristal au centre commença à luire étrangement. Doucement, elle commença à tourner lentement sur elle-même, vibrant d'une lumière nouvelle et chassant la froideur des lieux, emplissant la pièce de délicates vagues de chaleur.


« Alors... ça aurait pu être pire mais, a-t-on réussit pour autant ? »

La réponse ne se fit pas attendre trop longtemps.
Ce que l'on appellera une faille warp temporelle hein, s'ouvrit soudainement, laissant transparaître l'hybride lapin. Ah bah c'était pas trop tôt ! Il ne leur laissa pas le temps d'en placer une, débitant un flux de paroles à une vitesse impressionnante.


« Le cours du temps a été rétabli, mais une demi-seconde trop tard. Merci de votre aide, mais si vous ne voulez pas être englouti par la demi-seconde en trop, courez et tout sera terminé ! »

Et il disparut.
Comment ça une demi-seconde en trop à rattraper en courant ?
De grosses lianes commencèrent à s'agiter et à envahir les lieux, s'approchant dangereusement d'eux.


« Je crois que nous ne sommes plus les bienvenus dans cette pièce... COURS ! »

Et elle débuta sa course vers le sommet.


__________







Lithium s'exprime
Bis vous insulte


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://berliefanny.wixsite.com/illustratrice
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Zenith
Messages : 1142
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des cauchemars
Corey Cole
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 675
Renommée: 1730
Honneur: 508
MessageSujet: Re: Soucis d'horlogerie [Pv Lithium] Mer 15 Mar 2017 - 14:42


Le moment de flottement qui suivit l’abaissement du levier lui parut interminable, il commença à douter de son choix. Il avait peut-être été trop sûr de lui, c’était peut-être simplement le levier rouge qu’il aurait fallu choisir si le lapin avait utilisé capricieux comme un synonyme de colérique. Il avait pourtant cru bien faire, en faisant ce choix, un levier qui n’aimait pas être touché ça collait tellement bien aux quelques mots de consigne qu’ils avaient compris. Si il s’était effectivement trompé, qu’allait-il se passer maintenant ? Est-ce qu’il avait ruiné le futur de ce voyageur temporel ? Ou est-ce que ça allait impacter tout un tas un royaume onirique ? Il n’aurait pas sût dire et il n’était pas certain de vouloir connaître la réponse. Il y avait bien sûr aussi le risque que son manque de jugement fasse exploser le royaume entier mais là encore, il n’avait pas trop envie de réfléchir à cette éventualité, c’était trop tard de toute façon.

« Tu crois que l'on aurait pu se tromper... ? »

Sa mâchoire se serra en entendant ça, elle venait d’appuyer exactement là où il ne fallait pas pour le faire basculer dans le doute. « Je ne sais pas, je pensais avoir trouvé, ça paraissait logique… » Même si son œil était posé sur la machine étrange, son attention était ailleurs, il se repassait mentalement la scène, encore et encore. « Est-ce qu’il faut essayer d’en actionner un autre avant qu’il soit trop tard ? »

Mais avant qu’elle ne puisse répondre l’étrange machinerie se mit en branle, des courroies entrainèrent des poulies qui elle-même firent bouger des rouages. Des diodes se mirent à clignoter, des jauges à bouger, des condensateurs à se charger. De nombreux sons parvinrent aux oreilles des voyageurs, des Bips, des frottements, quelques grincements. Tout sembla s’accélérer soudainement, puis les voyants passèrent au vert et un nouveau phénomène étrange fit son apparition. Entre la machine et le maelstrom magique au cœur de la pièce il y eut une sorte de faille temporelle, provoquant l’ébahissement du contrôleur. A sa grande surprise, l’hybride leur annonça qu’ils avaient réussi, un peu trop tard, mais réussi quand même, c’était déjà ça. Il disparut aussi soudainement que ce qu’il était apparu et les deux voyageurs se retrouvèrent seul fasse au maelstrom qui ne semblait pas décidé à se calmer, bien au contraire.

« Engloutis par la demi-seconde en trop ? Qu’est-ce qu’il veut dire ??? »

Ca ne présageait rien de bon, le phénomène magique continua à prendre de l’ampleur et des lianes, semblables aux tentacules de ce monstre commencèrent à venir vers eux.

« Je crois que nous ne sommes plus les bienvenus dans cette pièce... COURS ! »

Il avait été un peu long à la détente mais il ne fallut pas le lui dire deux fois, il prit ses jambes à son cou et se rua dans les escaliers pour échapper à ce qui se tramait en bas, peu importe ce que c’était. Il allait aussi vite que possible, cette fois il n’avait pas le temps d’éclairer son chemin avec sa technique, il fallait qu’il aille le plus vite possible. La montée lui parut beaucoup plus longue que la descente, lorsqu’il déboucha au rez-de-chaussée il était exténué…

« Tu n’es qu’un parasite, personne ne t’aime vraiment. »

« Raaaaah elle m’avait pas manqué elle… » Ragea-t-il pour lui-même. « Tu crois qu’on est en sécurité ici ou il faut qu’on monte encore ? » Puis quelque chose le perturba.

« Attends, pourquoi ils sont encore là ? » Demanda-t-il en désignant les illusions qui les avaient sagement attendus au rez-de-chaussée devant la porte. Il avait cru qu’en rétablissant le cours du temps et en renvoyant l’hybride dans son époque, les choses allaient rentre dans l’ordre pour la grande horloge et les habitants du lieu. « On aurait peut-être dû récupérer des pièces sur sa machine… »


__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2685
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 25

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 855
Renommée: 2665
Honneur: 420
MessageSujet: Re: Soucis d'horlogerie [Pv Lithium] Mer 19 Avr 2017 - 14:24


Des vacances, il lui fallait des vacances...
Non parce que ça allait bien cinq minutes, mais à un moment, il fallait que cela cesse.
Vérifiant brièvement que Corey courait également, la jeune femme continua donc sa course. Hors de question de mourir bêtement dévorée par des plantes ! Et tout ça à cause de ce fichu lapin hybride ! Non, c'était de la mauvaise foi, c'était de sa propre faute si elle se trouvait ici. Elle avait souhaité trouver des réponses dans ses souvenirs, c'est ce qui l'avait faite atterrir dans ce royaume étrange complètement détraqué. Leur fuite ne fut pas de tout repos. Il leur fallait zigzaguer parmi les plantes, sauter par-dessus les lianes et éviter de se prendre les pieds dedans... Un vrai calvaire. Hé ça va, arrête de t'plaindre sérieux ! Mauviette. Après de très longues minutes qui paraissaient être plusieurs éternités additionnées, les deux jeunes gens se jetèrent dans le trou de la porte avant de la refermer derrière eux.


« Piouuuh... on a eu chaud ! »
« Tu es seule. »
« Toujours là toi. », dit-elle en lui prêtant vaguement attention.
« Attends, pourquoi ils sont encore là ? » , fit très intelligemment Corey.

C'était un point qui méritait d'être soulevé.
Effectivement, s'ils avaient rétabli l'espace-temps, renvoyé la bête chez elle, logiquement, la tour devrait être réparée, non ? Alors pourquoi ces illusions racontaient-elles encore leurs sottises ? Où diable avaient-ils merdé ? Lithium se mit à réfléchir avec beaucoup d'intensité sans pour autant trouver une quelconque réponse. Ce lapin de merde nous a roulé ! J'vais en faire un civet de c'connard bordel ! Non quand même pas hein ?


« Alors... Tout ce qui me vient à l'esprit, c'est soit il nous a mené en bateau, soit il était juste fou ou alors sa quête n'avait juste pas le moindre rapport avec le souci de machinerie de l'horloge. Un peu comme les quêtes secondaires dans un jeu quoi... Est-ce que c'était l'unique porte pour accéder au mécanisme interne ? Est-ce qu'il serait possible que même au sein de cet arbre, il y est plusieurs étages pour la machine ? Punaise, je sais pas... »

L'Ambidextre était totalement perdue.
Que faire nom de nom ?! Il leur fallait retrouver le maire !


« Avant d'être un royaume de souvenirs et de recueillement, il y a bien un village et ses habitants, non ? Peut-être devrions-nous creuser de ce côté ! En apprendre sur les lieux avant de chercher à l'aveuglette. T'en penses quoi ? »

A part s'il avait une meilleure idée, la blonde ne savait pas où aller.


__________







Lithium s'exprime
Bis vous insulte


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://berliefanny.wixsite.com/illustratrice
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Zenith
Messages : 1142
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des cauchemars
Corey Cole
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 675
Renommée: 1730
Honneur: 508
MessageSujet: Re: Soucis d'horlogerie [Pv Lithium] Mar 13 Juin 2017 - 9:51


C’était vraiment bizarre, l’héliophobe s’était persuadé qu’en renvoyant la drôle de créature hybride dans son ère temporelle tout rentrerait immédiatement dans l’ordre. Mais le fait était que ce n’était pas le cas, les illusions qui auraient dû se baser sur des souvenirs heureux des voyageurs continuaient à se baser sur leurs craintes et leurs traumatisme. Il fallait se rendre à l’évidence, l’horloge était toujours aussi détraquée, mais il se demanda si ils n’avaient pas pris le problème à l’envers. La blonde suggéra de creuser du côté du maire et des habitants mais il n’était pas vraiment sûr qu’ils soient plus avancés qu’eux sur le sujet. Il lui livra sa réflexion, un peu comme elle venait, sans prendre le temps de structurer ses paroles.

« Je pensais que c’était lors que le lapin étrange était venu dans cette ère que l’horloge s’était mise à déconner… Mais peut-être pas, peut être que même avec sa présence ici tout continuait de marcher correctement. Mais souviens-toi, lorsqu’on est tombés dessus il sortait de la salle de la machinerie avec au moins un engrenage dans la poche. Il venait peut être de le prendre dans la machinerie, sinon pourquoi aurait-il été là-bas ? Ce n’était peut-être pas la première fois qu’il prenait des pièces dans le mécanisme de l’horloge pour réparer sa machine à voyager dans le temps »

Il ne savait pas vraiment si elle suivait le cours de sa réflexion mais il continua.

« Tu n’es qu’un parasite, personne ne t’aime vraiment. »

« C’est peut être lui, qui en prélevant les premières pièces à déréglé tout le mécanisme. Mais ce qui est pénible c’est que ce soit pour lui poser des questions ou pour récupérer les pièces c’est foutu… L’explosion magique a tout englouti…»

Même si il avait raison et qu’ils auraient peut-être mieux fait de coller une racler à l’hybride pour récupérer les engrenages, le savoir ne les avançait pas à grand-chose.

« Peut-être que le maire pourra confirmer cette théorie ou nous indiquer quelqu’un qui connait vraiment bien le mécanisme, un homme chargé de l’entretien par exemple. Ou peut-être même qui a fabriqué ce mécanisme complexe. »

Il en arrivait donc à la même solution que la jeune femme mais avec une approche différente, il fallait qu’ils aillent au-devant des habitants et essaient d’en apprendre plus sur le fonctionnement de cette horloge magique géante.

« Il faut qu’on leur parle, quitte à enfoncer les portes pour leur poser des questions. »

En effet autour d’eux il n’y avait presque personne, les citoyens étaient rentrés chez, dépités par le comportement des illusions qui avaient fait fuir les voyageurs et les rêveurs.

« Tu n’es qu’un parasite, personne ne t’aime vraiment. »

« Qu’est-ce-que tu en penses ? On frappe à des portes au hasard ou on essaie de retrouver le maire ? »

Il ne savait pas trop par où commencer, mais c’était sûr que ce n’était pas en restant statiques qu’ils arriveraient à faire rentrer les choses dans l’ordre.


__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2685
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 25

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 855
Renommée: 2665
Honneur: 420
MessageSujet: Re: Soucis d'horlogerie [Pv Lithium] Mer 19 Juil 2017 - 13:35


Corey semblait aussi perdu qu'elle.
Décidément, à eux deux, ils faisaient une sacrée paire d'ignorants !
En revanche, le garçon avait le mérite d'être meilleur détective qu'elle. Il souleva un point intéressant ; comme quoi, ce serait le lapin qui, en récupérant en permanence de nouvelles pièces sur le mécanisme de l'arbre, aurait déréglé l'intégralité de la tour. Pas con ! Mais avec le lapin reparti dans son époque, ils n'étaient pas plus avancés qu'il y a 30 secondes alors qu'ils étaient toujours dans le flou.


« Tu as probablement raison. Mais ça voudrait dire que nous avons notre part de responsabilité dans cette affaire. On a aidé ce lapin de malheur à dépouiller l'arbre en le renvoyant chez lui. Et maintenant qu'il est loin lui et sa machine, les récupérer serait impossible comme tu dis."
« Tu es seule. »
« J'savais bien qu'on aurait dû l'bouffer en civet cet abruti ! Mais est-ce qu'on m'écoute ? Noooon ! »

Corey continua dans sa réflexion salvatrice, comme quoi peut-être que le maire pourrait confirmer cette théorie, mais surtout, les mettre sur la piste d'une personne connaissant tout ce foutoir mécanique, voir même l'instigateur de l'objet.

« Quelqu'un qui connaîtrait l'engin ? … Tu penses que celui à l'origine du mécanisme de l'arbre serait encore vivant ? Ou alors son mécano, ça pourrait tout aussi bien faire l'affaire. Oui, c'est une super idée ! J'dirais presque bravo pour le coup de génie, mais on n'a pas encore trouvé cette personne, donc ne crions pas victoire trop vite. Mais bravo quand même, on avance enfin un peu dans cette affaire. », sourit-elle.
« Ouais, mais c'pas en restant plantés là comme des glands qu'on fera quoi que ce soit. Alors bougez-vous le cul ! J'en ai ma claque de ce royaume de merde. Y'a rien de marrant à faire ici ! »
« Tu es seule. »
« Oh mais ta gueule toi ! »

C'est ainsi qu'ils se mirent en route vers le village, non pas pour interroger ses habitants, mais pour retrouver le maire. Arrivés sur place, Lithium eut une bien désagréable sensation, comme si les lieux abritaient des souvenirs en permanence présents. Des sentiments s'entremêlaient, se détachaient et se mélangeaient à nouveau. Les rares habitants se promenant dans les rues semblaient traîner derrière eux des fardeaux invisibles. La jeune femme se sentait très mal à l'aise ici bas, il fallait faire vite pour pouvoir quitter cet endroit le plus rapidement possible. Naturellement, ils se dirigèrent vers la mairie, l'endroit le plus à même d'abriter l'homme. Arrivés à l'accueil, un canard-tortue (comprendre un canard avec une carapace de tortue), leur indiqua la salle d'attente, comme quoi ça ne serait pas long, et des holos mémoriels sur la table pour patienter. Curieuse, la demoiselle en prit un. Mais lorsqu'elle crut revoir ses propres souvenirs s'inscrire sur la plaque, elle le reposa aussi vite et partit s'asseoir sans dire un mot. Au bout de quelques minutes, un son de cloche presque cristallin retentit dans la pièce avant de s'évanouir dans un souffle. Le canard-tortue vint à leur rencontre et leur dit que le maire était prêt à les recevoir. Le duo put donc enfin aller à la rencontre de l'homme. Ce dernier semblait soucieux, comme perdu dans de lointains souvenirs, et quand il remarqua la présence des deux jeunes gens, il rangea un objet dans son tiroir et se leva prestement.

« Oh, mes sauveurs ! Alors, comment cela s'est-il passé ? »

La jeune femme lança un bref regard hésitant à Corey avant de prendre la parole.

« Disons que ça ne s'est pas aussi bien déroulé que prévu. Des pièces manquent à l'appel et surtout, une explosion magique a eu lieu au centre du mécanisme. Nous ne connaissons absolument rien à cet engin, mais peut-être que remplacer les engrenages volés pourrait aider à sa réhabilitation. »
« Volés ? Comment ça ? »
« C'est une longue histoire. »
« Ouais, comme ma b... »
« Une machine de ce genre, il y a bien quelqu'un pour l'entretenir, non ? Un mécanicien, ou même... Je sais que ça peut paraître un peu fou et idéaliste de penser que son créateur pourrait être encore en vie, mais... »
« Quoi, Giusetta, décédée ? Il faudrait une explosion solaire pour venir à bout de cette femme ! Elle habite en dehors de la ville, une maisonnée qui cliquette et sonne. Vous ne pourrez pas la rater ! »

Le créateur était donc une créatrice, et celle-ci était toujours en vie ?
Alors, soit ils avaient le cul bordé de nouilles, soit la femme avait un grain et ça promettrait d'être long. Peut-être même que le chemin jusqu'à sa maison était parsemé d'embûches. Allez, encore une nuit qui promettait d'être longue...



__________







Lithium s'exprime
Bis vous insulte


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://berliefanny.wixsite.com/illustratrice
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Zenith
Messages : 1142
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des cauchemars
Corey Cole
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 675
Renommée: 1730
Honneur: 508
MessageSujet: Re: Soucis d'horlogerie [Pv Lithium] Jeu 20 Juil 2017 - 13:59


Ils parvinrent à retrouver le bourgmestre et après avoir patienté quelques minutes tout en supportant le rabâchage constant de sa mère, ils purent l’interroger. Il laissa sa camarade expliquer la situation et poser les questions, elle s’en sortait très bien, elle évita de s’étendre sur le fait qu’ils avaient peut être aidé le responsable de tous ces soucis à s’enfuir et elle parvint à le faire parler de la conceptrice de l’horloge. Apparemment elle était bien vivante et c’était un sacré numéro qui habitait un peu en dehors de la ville dans une étrange maison. Corey demanda plus d’informations sur la direction à prendre pour s’y rendre et le maire les raccompagna jusqu’à la sortie de son bureau tout en parlant.

« Je vous en prie voyageurs, faites vite, j’ai entendu dire que certains citoyens avaient commencé à faire leurs bagages. Si la situation n’est pas réglée rapidement ce sera bientôt trop tard pour sauver la ville. »

Il referma la porte de la pièce, avec eux à l’extérieur, et l’héliophobe ne put s’empêcher de penser que ce comportement n’était pas spécialement correct avec des gens qui s’efforçaient bénévolement de sauver sa ville.

« Tu n’es qu’un parasite, personne ne t’aime vraiment. »

« Raaaah j’en peux plus, tu ne veux pas changer de phrase pour la route ? »

« Tu mourras seul et tu seras vite oublié. »

« Ouch, je sais pas si c’est mieux. Tant pis. »

« Tu mourras seul et tu seras vite oublié. »

Il commença à se diriger vers la sortie de la ville, au pas forcé, à la fois pour ne pas perdre de temps mais aussi pour mettre un peu de distance entre lui et l’illusion de sa mère qui continuait à répéter la même phrase. Il n’était pas du genre nerveux mais il devait avouer que ça commençait sérieusement à lui taper sur le système. Il pouvait comprendre que le riverains, habitués chaque jour à croiser des souvenirs, pas forcément heureux, mais au moins réels, soient à deux doigts de craquer. Ils sortirent rapidement de l’arbre-cité et constatèrent avec soulagement que les illusions, elles, ne pouvaient pas s’en éloigner. Tout en suivant les instructions données par le maire pour trouver la créatrice de l’horloge, il apprécia cette nouvelle tranquillité. Il jeta un coup d’œil en arrière et vit sa mère disparaître lentement, tout comme le jeune homme qui suivait la voyageuse blonde.

« Je suis pas mécontent d’en être débarrassé ! » Il jeta un nouveau coup d’œil derrière son épaule. « Je me demande si ce sera les même quand on reviendra. »

Il fût tenté de la questionner sur l’identité de l’homme qui venait la voir en illusion mais se retint, ils n’étaient pas encore assez proches pour évoquer ce genre de sujet. Ils laissèrent l’immense arbre derrière eux et il repéra rapidement le panneau indicatif que leur avait décrit le maire, ils bifurquèrent donc sur le sentier en face de ce dernier. Ils marchèrent encore quelques minutes pour tomber sur une maison aussi originale qu’annoncée. La forme du bâtiment faisait directement penser à celle d’un coucou suisse de la taille d’un chalet tout à fait correct. Mais en plus de la grande horloge qui trônait au centre de cette face, il y avait une foultitude de réveils, de montres et d’horloges accrochés un peu partout sur la devanture. Le tout produisait un bruit assourdissant de clics, de clacs et de sonneries, on comprenait mieux l’expression qu’avait employée le maire.

« Oh le bordel … » Il avait déjà envie de s’éloigner pour échapper au brouhaha.

Mais comme ils étaient venus pour chercher quelqu’un il fallait qu’ils aillent jusqu’à la porte, il s’approcha, toqua sur le battant de bois, il patienta mais rien ne se passa. Il frappa plus fort, si bien qu’il se fit presque mal au poing mais là encore personne ne vint lui ouvrir.

« Je sais pas si elle est sourde ou si elle est absente. » dit-il à sa camarade en haussant le ton pour qu’elle puisse l’entendre.

Il espérait vraiment qu’ils n’étaient pas tombés pendant les vacances de la dame en question ça aurait été un vrai coup de malchance. Mais il se mit à réfléchir, quelqu’un vivant dans une maison qui produisait en permanence un tel brouhaha devait bien avoir d’autres moyens d’être informé de l’arrivée de visiteurs. Il analysa les alentours de la porte d’entrée, à la recherche d’une chainette ou d’un bouton de sonnette qui permettait peut être de couper les horloges. Il n’y avait rien, mais il remarqua qu’un petit cadran de réveil avait été installé à l’endroit où quelqu’un de censé aurait mis une sonnette. Il appuya dessus, mais rien ne se passa, il décida, sur une intuition de faire bouger les aiguilles pour les aligner non-loin du 12. Il se recula, et lorsque la trotteuse rejoignit ses grandes sœurs toutes les horloges se turent une à une, laissant les voyageurs dans un silence assourdissant.

C’était donc une espèce de sonnette inversée. « Pas très pratique mais original. »

Soudainement tous les coucous sortirent en même temps, notamment celui au centre de la façade qui faisait un bon mètre, et toutes les sonneries retentirent en simultanée. Pris au dépourvu le geek fit un bond en arrière par pur réflexe et faillit perdre l’équilibre, il ne s’y était absolument pas attendu. Il espérait que sa camarade avait elle-aussi été surprise ce qui lui aurait permis d’être moins ridicule. Restait à voir à quoi ressemblait la propriétaire des lieux si elle était présente.


__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2685
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 25

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 855
Renommée: 2665
Honneur: 420
MessageSujet: Re: Soucis d'horlogerie [Pv Lithium] Dim 20 Aoû 2017 - 18:41


La créatrice était donc vivante.
Bon, c’était en soi une très bonne nouvelle, mais Lithium avait comme un mauvais pressentiment, comme si c’était trop facile. En vrai, la femme devait être une vieille aigrir qu’allait juste leur casser les pieds. Elle le sentait bien ça. ça va être marrant ! ça elle en doutait fort. Le maire les mit presque à la porte lorsqu’il leur donna l’information à propos de la fameuse Giusetta, ce qui ne manqua pas d’agacer les deux jeunes gens.


« Tu es seule. »
« Hé bé, je sais qu’il est inquiet, mais bon, on fait ce que l’on peut avec le peu qu’on a. »

Corey était au bord de la crise de nerfs avec son illusion, alors que la jeune femme n’y prêtait plus la moindre attention. Il répétait en boucle cette même phrase qui était bien entendu la vérité, même si Caleb n’avait jamais lui-même prononcé ces mots. Elle ne lui en tenait pas rigueur, elle savait pertinemment qu’elle était seule et qu’elle le resterait, volontairement ou non. Son camarade était pressé de se débarrasser de son boulot semblait-il, vu la vitesse à laquelle il marchait, ce qu’elle pouvait tout à fait comprendre. Lithium suivit tranquillement le voyageur, traversant la ville et croisant des habitants aussi déprimés que s’ils étaient en deuil. Une fois sortis de la cité, le duo remarqua un silence apaisant. Effectivement, leur illusion respective ne pouvait pas s’éloigner de l’arbre. L’Ambidextre resta quelques secondes à observer la sienne d’un air douloureux, avant de tourner les talons sans rien dire. Son compagnon de soirée était plus que ravi d’être enfin libéré de cette plaie et se demanda si en revenant, leur identité resterait la même.

« J’espère pas. », dit-elle légèrement attristée, « C’est pas cette personne dont je dois tirer des informations. »

Elle ne s’attarda point sur cette phrase, ne l’estimant pas si importante que ça pour Corey. Voir Caleb lui faisait mal et lui rappelait son abandon. Suivant les indications des panneaux, il ne leur fut pas difficile de trouver le chemin menant à la maison loufoque de la vieille horlogère. Enfin, vu l’âge de l’arbre, elle devait probablement être âgée, sauf son respect hein ! C’était un bordel sans nom. Des réveils, une immense horloge, des coucous, pendules, tic tac, COUCOU, COUCOU, Driiiiing, il descend de la montagne à chevaaaal, Duloc est, Duloc est, Duloc est un monde paaarfaiiiiiit, etc… A l’exclamation du voyageur, la blonde acquiesça, impressionnée par un tel capharnaüm. Même sa chambre était mieux rangée que ça ! Armé de tout son courage, le garçon s’approcha pour taper à la porte. Au premier coup, rien. Il réitéra l’expérience et s’exprima sur l’éventuelle surdité de la propriétaire en haussant les épaules. Elle l’imita en guise de réponse. Peut-être n’était-elle pas chez elle actuellement ? Finalement, après moult recherches, Corey crut trouver une sorte de sonnette et se mit à trifouiller des aiguilles. Intriguée, la demoiselle s’approcha pour observer ce qu’il faisait. Par elle ne sut quel miracle, il sut trouver la combinaison pour mettre un terme au brouhaha incessant de la maisonnée. Impressionnée, Lithium ne manqua pas de lui faire remarquer son génie du moment.

« Woah, impressionnant ! J’y aurais jam … OH PUTAIN !!! », hurla-t-elle en sautant d’un bon mètre en arrière, attrapant le bras de Corey au passage.

Le cœur battant à tout rompre, la voyageuse avait eu la peur de sa vie.
Punaise, c’était quoi cette merde ?! Le temps de se remettre de ses émotions, elle lâcha le bras du jeune homme et marmonna un « désolée », toujours secouée par la surprise. Dans un grincement ignoble, la porte s’ouvrit, laissant apparaître une petite bonne femme toute fluette. Un chignon énorme sur la tête dégageait son visage de ses cheveux gris, dans celui-ci était planté plusieurs rouages et autres ustensiles, comme si c’était sa caisse à outils. Ses oreilles étaient pointues et son nez ressemblait un peu à un bec tant il était crochu. Autour de son cou, une montre à gousset en guise de pendentif. Ses vêtements ne se composaient que d’une simple tunique marron et jaune, et elle était pieds nus.


« C’EST POUR QUOI ? », hurla-elle d’une voix de crécelle.
« Euh, bonjour ? Nous sommes des voyageurs et nous venons pour… »
« J’VEUX PAS DE VOTRE ASPIRATEUR ! J’AI DEJA LE MODELE ASPARTAM’3000 ET IL MARCHE TRES BIEN ! »
« Non, ce n’est pas pour ça que nous sommes là. C’est parce que l’arbre à souvenirs marche plus et on p… »
« LARS VON HEER PARLE RUSSE ? AH, IL A TOUJOURS SU PARLER AUX FEMMES CELUI-LA ! »
« Ce que je veux dire… », commença une Lithium, excédée.
« QUOI ? J’COMPRENDS PAS CE QUE V… »
« LE PUTAIN D’ARBRE A SOUVENIRS DE DOPPEL CITY NE MARCHE PLUS, VOUS SEULE POUVEZ REPARER CETTE SALOPERIE ET EVITER LA RUINE DU ROYAUME !!! »
« Oh, il fallait le dire plus tôt voyons ! … Et pas besoin d’être grossière, vilaine fille ! Je vous faisais marcher. », dit-elle en éclatant d’un rire tonitruant, « Mon garçon, faudrait penser à vous habiller avant de sortir. C’est pas une tenue pour un rendez-vous. », ajouta-t-elle avec un clin d’œil à l’encontre de Corey, « Alors, ce tas de ferraille fait des siennes ? »
« Oui, des pièces ont été volés, une explosion a lieu dans la salle des manettes, etc… bref, un beau bordel et une longue histoire ! Vous pouvez faire quelque chose ? »
« Non mais tu me prends pour qui, chipie ? Moi, faire quelque chose ? LA BONNE BLAGUE ! Allez on y va ! »
« Mais… Vous n’avez pas besoin d’outils ou… »
« Hé la Pompom girl, je sais ce que je fais ! L’Otaku là, tiens-moi la main, je suis vieille et fatiguée. »

Ceux qui se plaignent de leurs grands-parents méritent d’être châtiés…


__________







Lithium s'exprime
Bis vous insulte


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://berliefanny.wixsite.com/illustratrice
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Zenith
Messages : 1142
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des cauchemars
Corey Cole
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 675
Renommée: 1730
Honneur: 508
MessageSujet: Re: Soucis d'horlogerie [Pv Lithium] Ven 12 Jan 2018 - 17:43


Comme prévu, ça ne pouvait pas être quelqu’un de normal qui vivait au sein de ce tapage assourdissant, une vieille chouette leur ouvrit la porte. Complètement bouchée, elle semblait comprendre tout ce que la blonde lui disait de travers, elle n’avait pratiquement aucun mot de bon. Corey se demanda s’ils n’allaient pas devoir utiliser la langue des signes ou un autre moyen de communication non verbal pour arriver à dialoguer. Au lieu de ça la voyageuse se contenta d’hausser le ton ce qui mit fin à la petite plaisanterie de leur aînée. Il ne comprenait pas trop comment elle pouvait avoir la tête à la plaisanterie alors que la situation était tendue mais ça ne faisait que confirmer l’idée que c’était un sacré numéro. Après l’avoir critiqué sur sa tenue elle sembla finalement prendre conscience de l’urgence de la situation et accepta de venir jeter un coup d’œil au mécanisme de l’horloge.

Elle lui agrippa le bras et s’y suspendit presque, prétextant être trop vieille et fatiguée pour marcher. Il n’aurait pas sût dire pourquoi mais il était prêt à parier qu’elle était tout à fait capable de rejoindre la ville au pas de course par ses propres moyens si elle le décidait. Ils avaient à peine fait quelques mètres qu’elle lui enfonça un doigt dans les côtes en commentant.

« Faudra penser à manger un peu mieux mon garçon, tu es trop maigre beaucoup trop maigre. » Elle ponctua sa phrase de divers pincements de son bras puis de sa joue.

« Si vous le dites… » Il se retenait de secouer le bras un bon coup pour s’en débarrasser tout en augmentant le pas pour arriver plus vite au moment où elle se décollerait de lui.

« Pas si vite bougre de geek ! Mes vieux os ne peuvent pas suivre un tel rythme. Ralenti ! »

Le jeune homme pourtant d’ordinaire passif et patient songea un instant à la jeter sur son épaule et à sprinter vers Doppel-city ou même à l’assommer pour pouvoir finir le trajet plus sereinement. Il n’en fit rien et ils durent supporter ses mauvaises plaisanteries et ses remarques désobligeantes jusqu’à la fin du trajet.

« Et il faudrait que songe à passer chez le coiffeur et à prendre une douche tu as les cheveux gras et ta coupe est affreuse. » « Tiens-toi droit on dirait un Schabrouf. » Il ignorait ce que c’était et s’en fichait. « Du dynamisme et de la régularité, tic, tac, tic, tac, tic, tac, bon sang mais tu sais même pas marcher comme il faut, tronche d’huître… »

La malheureuse Lithium n’échappait pas aux commentaires acerbes de la vieille.

« Qu’est-ce que c’est que ces frusques ? Tu as tabassé un punk pour les lui voler ? Donne les donc à ton camarade et met donc une jolie robe. Quel gâchis ! » Le geek n’essaya même pas de s’imagine la blonde en robe, preuve de son agacement. « Arrête de tirer la gueule ça va encore plus te creuser les rides. » « Attache moi ces cheveux mieux que ça on dirait une paysanne. »

Heureusement ils arrivaient en vue de l’immense arbre, Corey ne pouvait pas masquer sa hâte d’être débarrassé de la vieille ou au minimum qu’elle trouve une autre cible pour ses remarques. Il s’attendait presque à trouver l’illusion de sa mère en train de l’attendre patiemment pour pouvoir le persécuter à nouveau mais il n’y avait personne. Il se demanda si, peut-être, l’état de l’horloge s’était encore détérioré pendant leur absence mais, alors qu’ils approchaient, deux silhouettes se matérialisèrent. Son cœur manqua un battement lorsqu’il comprit que ce n’était pas sa génitrice qui venait pour lui, il s’agissait d’une autre femme, une brune d’une trentaine d’années. Elle était jolie mais les yeux bleu, froids et vides qu’elle fixa sur lui, lui glaça le sang.

« Merde… » C’était Megan, sa sœur, ce n’était pas vraiment étonnant qu’elle surgisse, c’était la personne la plus proche de lui après tout. Outre les choses blessantes qu’elle pourrait lui dire et qui lui feraient probablement plus mal que tout ce que sa mère pourrait dire, il ne fallait pas qu’on puisse faire le lien entre eux… C’était une des volontés immuables de son ainée depuis qu’il était devenu voyageur, il s’était efforcé de protéger ce secret et tout risquait de voler en éclat. Il s’était arrêté sans y penser pour se donner le temps de réfléchir.

« Alors le puceau, tu flippes de te reprendre le râteau que cette bombe t’as collé ? »

Il eut envie de l’envoyer chier une bonne fois pour toute mais il était bien trop occupé à réfléchir à toute vitesse, on pouvait même dire qu’il commençait à avoir peur de ce que cette illusion allait dire. Elle avançait, c’était trop tard, il ne pourrait plus y couper.

« Tu es un squatteur, à cause de toi je ne peux pas vivre ma vie pleinement, je te hais, tu gâche ma vie. »

« Hé ben elle y est pas allé de main morte… »

« Ta gueule la vieille ! Ça c’est jamais produit, c’est n’importe quoi, ton horloge déconne complètement. » Il avait du mal à encaisser ce que l’illusion de sa sœur venait de dire et ça le rendait acide, il n’avait pas pût se retenir.

__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2685
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 25

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 855
Renommée: 2665
Honneur: 420
MessageSujet: Re: Soucis d'horlogerie [Pv Lithium] Mar 23 Jan 2018 - 15:24


Lithium adorait ses grands-parents, vraiment.
Cette vieille femme ne leur ressemblait en rien. Est-ce que son comportement trahissait une profonde solitude, ou alors était-elle tout bonnement chiante ? C’était une question qui méritait d’être posée. Pour autant, pas question de la soumettre à cette dame. La blonde craignait ainsi activer le mécanisme déjà bien rutilant de ce moulin à paroles ridé par le temps. Malgré son âge plus qu’avancé, Giusetta pétait la forme, autant physiquement – qu’importe ce qu’elle pouvait bien dire – qu’au niveau de ses remarques désobligeantes. Après la Pompom girl, l’Otaku, Chipie, et un commentaire sur la tenue de Corey, ce dernier était dorénavant son unique cible. Lui servant à présent de canne humaine, le pauvre garçon devait également subir les incessantes piques de cette vieille chouette ! « Trop maigre, bougre de geek, schabrouf »… C’est quoi un schabrouf ? Un chien ? Euh, bah je ne sais pas. Peut-être qu’elle voulait dire Schtroumpf ? … C’est quoi un Schtroumpf ? Cherche pas.

« Tu devrais passer chez le coiffeur, va te laver… », bla bla bla !
Mais ne cessait-elle donc jamais de parler ? Si en plus ce n’était que pour se montrer désagréable ! Alors que la jeune femme pensait être tranquille pour le reste du chemin, Giusetta se souvint soudainement de sa présence. Naan pitié ! Qu’est-ce qu’elles ont mes fringues ? Elles sont très bien oh ! Au moins, elles ne sentent pas le renfermé et les pièces rouillées, ELLES ! Elle a quoi contre les punks la vieille ? Not’ crème de soins n’est pas périmée au moins, contrairement à la sienne. Une robe ? Pour quoi faire ? La mamie semblait avoir une vision très étriquée de la féminité, mais Lithium ne désirait pas partir dans un débat perdu d’avance. Elle encaissa les remarques sans rien dire, et esquissa une grimace s’approchant vaguement d’un lorsqu’elle lui ordonna de cesser de tirer la tronche. Pour autant, la blonde ne toucha pas à ses cheveux ; ils étaient très biens comme ça, bien qu’un peu longs.

Après de trèèèès longues minutes de marche, l’arbre fit son apparition dans leur champ de vision. Alors, quelles illusions allaient-ils se taper cette fois ? A mesure que le trio avançait, la silhouette destinée à Lithium prenait forme. Enfin, te voilà… Depuis sa rencontre avec une copie conforme de cet homme au Royaume de la Folie (cf rp « Amère condition »), qui s’était soldé par une intervention plus que sanglante de Bis, la voyageuse avait suivi une thérapie auprès de son psy pour réussir à accepter ce qui s’était passé. Ce n’était qu’une illusion, aucune raison d’avoir peur, celle-ci ne pouvait pas lui faire de mal. Malgré ça, son cœur battait la chamade, ses jambes se dérobaient presque sous son poids et son teint blêmit. Tout va bien se passer, tout va bien se passer… Au pire, je lui crèverai les yeux et lui arracherai les couilles comme la dernière fois, tinquiète ! La confiance désinvolte de Bis rassura étrangement la jeune femme, ce qui ne l’empêcha pas de se tenir loin de l’image tremblotante du garçon. Qu’allait-il bien pouvoir lui dire ?


« Sympa tes oreilles ! Ça te rend unique ! »
« J’aurais pas dit la même chose moi. Ça te rend vulgaire ! »

L’Ambidextre eut une grimace dégoûtée à l’entente de ces paroles, ignorant au passage Giusetta.
Ce que tu voulais dire ressemblait plutôt à : « [insérer une onomatopée de profond mépris transcendé de dégoût] Elles sont atroces tes oreilles ! T’es qu’un monstre ! »[/color] Ne pas tilter, ne pas tilter, rester calme… Elle ne tirerait rien de lui pour l’instant. Une fois l’horloge réparée en revanche ! Alors qu’elle se désintéressait de cette image – enfin, elle faisait de son mieux – la blonde remarqua celle de Corey. Hé mais…


« Bah, c’est Megan tiens ! Tu la conn… », commença la demoiselle.

Elle n’eut pas le temps de terminer sa phrase que l’illusion représentant la voyageuse de la douleur asséna une remarque plus que violente au jeune homme. Ah ouais carrément ! Ils se connaissaient, d’où ? Squatteur, c'est-à-dire ? Il vivait peut-être chez elle ? Mais si c’était le cas, pourquoi ? Des amis, de la… Famille ? A bien regarder, yeux bleus, cheveux de jais, un teint blafard… ça ne l’étonnerait même pas qu’ils soient effectivement des cousins, ou même frère et sœur ! Si Lithium ne voyait pas le mal à ça, le commentaire de Meg eut apparemment l’effet d’une gifle car cela poussa son camarade à répondre, non sans une certaine verve, à la vieille dame. Cette dernière ne se laissa pas démonter.

« Hé oh, pas besoin d’être agressif, clochard en slip ! Si tu te lavais plus souvent, j’suis sûre qu’elle t’aurait dit oui ! … Non, même propre, non. Ce qu’il te faut, c’est de la chirurgie ! »
« S’il vous plaît madame Giusetta, on a vraiment besoin – le royaume je veux dire – a vraiment besoin que vous répariez cette horloge, il court à sa ruine en effrayant les clients. »
« Tout compte fait, t’en aurais bien besoin aussi. », ajouta la vieille.
« De quoi ? »
« De la chirurgie, bécasse ! »
« J’y penserais quand j’aurais votre âge. », répliqua Lith en serrant les dents.
« Que… Comment parles-tu à tes aînées, sorcière ! Vous les jeunes, toute votre éducation est à refaire ! … Surtout vestimentaire ! »
« La vôtre plus que la nôtre. MAIS, c’est un autre débat, et avec tout le respect que je vous dois, madame, vous avez un travail à accomplir. », fit-elle en faisant de son mieux pour garder son calme.

Giusetta toisa du regard les deux jeunes gens avec mépris, puis après un soupir d’ennui, elle délogea les ongles de ses doigts plantés dans le bras de Corey pour entrer dans l’arbre. Ah bah voilà, elle pouvait monter ces marches toute seule la vieille ! Au bout de quelques secondes, elle se retourna vers Corey :

« Au lieu de ruminer ton vent face à cette beauté, viens plutôt porter une mamie fatiguée, mou du bulbe ! La fausse blonde, rends-toi utile et prends mon sac au lieu de faire papier peint ! »

Charmante.


__________







Lithium s'exprime
Bis vous insulte


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://berliefanny.wixsite.com/illustratrice
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Zenith
Messages : 1142
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des cauchemars
Corey Cole
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 675
Renommée: 1730
Honneur: 508
MessageSujet: Re: Soucis d'horlogerie [Pv Lithium] Jeu 22 Fév 2018 - 23:05


Les yeux toujours rivés dans ceux de l’illusion de sa sœur, il eut envie de tirer un rayon sur la vieille, il s’étonna d’avoir eu cette pulsion, ce n’était pas son genre mais la situation lui mettait les nerfs à vif. Heureusement sa camarade de galère eut la présence d’esprit de s’adresser à l’ancienne, devenant ainsi la cible de ses remarques pendant que l’héliophobe digérait la présence de sa sœur.

« Tu es un squatteur, à cause de toi je ne peux pas vivre ma vie pleinement, je te hais, tu gâches ma vie. »

Ca faisait vraiment mal à entendre, principalement parce qu’au fond de lui il avait l’impression que ce n’était pas tout à fait faux. Megan ne lui avait jamais rien reproché, mais souvent il s’était dit qu’il fallait qu’il déménage pour la laisser vivre sa vie pleinement. Il ne savait pas vraiment pourquoi il n’avait jamais sauté le pas, probablement parce que c’était agréable de vivre avec quelqu’un et un peu pratique avec une maladie comme la sienne. Pour elle c’était juste un colocataire avec qui elle s’entendait très bien et qui en plus ne chercherait pas à la mettre dans son lit. Ils n’avaient jamais eu de discussions quant à la fin de leur cohabitation et elle n’avait saisi aucune des perches qu’il lui tendait régulièrement pour aborder le sujet.

Tout ça tombait vraiment mal, même s’il n’était pas blessé, cette nuit commençait vraiment à le fatiguer, il était à cran. Il lui avait semblé entendre la voyageuse appeler sa sœur par son prénom, c’était un nouveau problème qui s’ajoutait à la liste. Megan avait insisté pour que personne ne connaisse leur lien de parenté et ce secret était désormais éventé. Il ne fallait plus traîner, il fallait agir, il fallait rendre cette horloge à nouveau fonctionnelle.

« Tu es un squatteur, à cause de toi je ne peux pas vivre ma vie pleinement, je te hais, tu gâche ma vie. »

« Ne dis pas ça…. » murmura-t-il pour lui même

La vieille se décida enfin à entrer et à commencer l’ascension d’un pas décidé qui surpris presque le Zenith par son rythme. Il n’hésita pas et la suivit, bien heureux de mettre un peu de distance entre lui et l’illusion qui le persécutait. Mais avant même d’atteindre le premier étage la vieille harpie lui demanda de la porter. Il attendit que la blonde récupère le sac et hésita un peu, elle s’attendait probablement à ce qu’il la porte comme une princesse ou une jeune mariée mais il n’était pas fan de l’idée. S’il s’y prenait ainsi, elle allait passer tous le trajet à détailler son visage et à le houspiller, il n’avait vraiment pas envie de ça. Au lieu de ça, et sans même lui donner le temps de râler, il la chargea sur son épaule, comme un sac de pomme terre.

« Qu’est-ce que !? Mais pas comme ça foutu corniaud, du respect bon sang ! »

« Accroche-toi mamie ! » dit-il en se mettant à monter les marches au pas de course.

« J’vais t’apprendre à me traiter de mamie ! »

Elle avait sorti un petit tournevis de sa chevelure et se mit à lui piquer les fesses tout en savourant le petit cri de surprise que le voyageur ne put retenir. Il ne baissa pas le rythme, bien au contraire et se mit à grimper si vite que Giusetta dût se cramponner pour éviter d’être ballotée dans tous les sens. Grâce à son physique de voyageur, Corey tint bon jusqu’au bout et déposa, enfin jeta, l’horlogère devant l’entrée de la pièce qui contenait le mécanisme principal de l’arbre.

« T’approches plus de moi espèce de kobold dégénéré ! Abrutis de jeunes on ne peut rien leur demander, ils salopent tout ces têtes de freux. » marmonnait-t-elle en entrant dans la pièce.

Le jeune homme reprenait son souffle, profitant des quelques instants de calme avant que les illusions ne les rattrapent ou que la vieille ne revienne. Dès qu’il fût à nouveau en état de parler, il se dit que s’il voulait demander à la voyageuse de garder le secret il valait mieux se montrer honnête avec elle.

« Tu avais l’air de connaître ma sœur, Megan ? J’espère qu’elle ne t’a pas laissé un trop mauvais souvenir, je sais qu’elle peut parfois se montrer… abrupte. »

Avec les inconnus son aînée se dotait généralement d’une carapace de fille dure et un peu inaccessible à travers laquelle il fallait voir si on voulait vraiment apprécier sa compagnie. Il n’était pas rare que ça ne passe pas du tout avec certaines personnes et il espérait qu’avec la blonde tout s’était bien passé.

« Personne ne sait qu’elle a un frère, ne t’étonne pas de ne pas être au courant, c’est une règle que nous nous sommes fixés, principalement à cause de son seigneur. Elle a peur que s’il apprend qu’elle a un frère il essaie de s’en servir pour la contrôler. Comme quoi certains voyageurs n’ont vraiment pas de chance à ce niveau-là.

Du coup… Si tu pouvais rester discrète sur le sujet pour m’éviter de me retrouver enfermé dans le temple de la douleur, torturé chaque nuit, ce serait cool… »


Ils entendaient des bruits de métaux qui s’entrechoquent, des jurons, des ronchonnements et alors que les illusions les rattrapaient, la vieille revint vers eux.

« Tu es un squatteur, à cause de toi je ne peux pas vivre ma vie pleinement, je te hais, tu gâche ma vie. »

« Oh la bimbo, Ferme-la ! J’ai commencé à remettre de l’ordre dans tout ça mais il me manque des pièces, je suis douée mais pas magicienne…. »

« Vous voulez qu’on aille en chercher chez vous ? »

« Si j’avais ça en stock chez moi on serait pas en train de discuter tu serais déjà en train de courir l’affreux ! Puis j’aurais pas confiance pour te laisser entrer chez moi, avec ta tête de pervers je suis sûre que t’irais sniffer mes sous-vêtements. » Le jeune homme retint de justesse un haut le cœur. « C’est un mécanisme absolument unique, Il faut des pièces sur mesure… »

Le jeune homme avait du mal à masquer sa déception, après tous leurs efforts tout ça risquait de ne servir à rien. Elle mettrait sûrement plusieurs jours à créer les pièces et d’ici là tous les voyageurs et rêveurs auraient définitivement déserté ce royaume qui tomberait vite en ruine.

__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Soucis d'horlogerie [Pv Lithium]
Revenir en haut Aller en bas

Soucis d'horlogerie [Pv Lithium]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 3 :: Doppel city-