Haut
Bas

Partagez|

Soucis d'horlogerie [Pv Lithium]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Surnom : Le Zenith
Messages : 863
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des rêves
Corey Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 495
Renommée: 1630
Honneur: 478
MessageSujet: Soucis d'horlogerie [Pv Lithium] Mar 13 Sep 2016 - 16:26


---Monde réel---

Le jeune informaticien soupira bruyamment, pour lui-même mais assez fort pour qu’Ezio, lové sur le siège inoccupé plus loin dans la pièce, soulève la tête et le regarde en bayant. La rédaction de ce rapport était interminable et il commençait à être vraiment las qu’on lui demande de développer d’avantage certaines parties. Il était intimement persuadé que personne ne le lirait en entier, mais il fallait qu’il satisfasse son client pour que ce dernier le paie et le recommande. Alors il expliquait en long en large et en travers que leur sécurité était un vrai gruyère, il utilisait différents outils qui mettaient en valeur les mêmes problèmes, faisait différents graphique pour la même donnée. C’était une partie de son nouveau travail qui commençait à lui faire regretter de s’être lancé ainsi en solo. Bien sûr le chèque qu’il recevrait lui rendrait sa bonne humeur mais il n’était pas certain de pouvoir continuer ainsi bien longtemps. Il avait eu du mal à dénicher ce contrat et maintenant qu’il était signé c’était encore moins gratifiant, il commençait à se dire qu’il allait falloir qu’il trouve une autre façon de faire. Mais pour l’instant il fallait qu’il remette ce livrable pour toucher sa rémunération, dans un ou deux mois. Il se félicitait d’avoir prévu un an de loyer d’avance avant de se lancer dans cette aventure car ça faisait déjà deux mois qu’il puisait dans ses économies et pour le suivant ce serait encore le cas.

Pour l’heure il relut une énième fois le paragraphe qu’il venait d’ajouter, s’assurant que tout était correctement orthographié et cohérent pour un spécialiste, si jamais quelqu’un venait à le lire. Il reformula une phrase, cita un chiffre qu’il venait de trouver dans une étude américaine et il sauvegarda. Il continuerait le lendemain, il était déjà tard et la fatigue commençait à se faire ressentir. Il ne sut pas pourquoi mais il se souvint de la façon qu’avait sa mère de toquer délicatement à sa porte, d’attendre qu’il lui dise d’entrer, puis de passer sa tête par l’encadrement pour lui dire de ne pas se coucher trop tard. Ce genre de nostalgie ne lui ressemblait pas vraiment mais il sourit légèrement en se levant. Il éteint la lumière mais laissa la porte ouverte pour que le chat puisse quitter la pièce et aller rejoindre le canapé ou Megan. Il fit un arrêt aux toilettes et descendit dans sa chambre, il baissa la ventilation mécanique pour qu’elle ne fasse plus de bruit et se mit au lit. Il n’alluma même pas son smartphone, se souvenant du conseil de sa mère, il ne se souvenait plus de la formulation exacte mais elle était persuadée que les portables émettaient de mauvaise onde qui nuisaient au sommeil.

---Dreamland---

Contrairement à ce à quoi s’attendait l’ héliophobe, la luminosité n’était pas très intense, cela faisait quelques nuits qu’il se matérialisé systématiquement dans un endroit gorgé de soleil, mais cette fois ce n’était pas le cas. Il était au cœur d’une forêt dense et luxuriante, tout autour de lui il y avait des arbres immenses dont la frondaison bloquait les rayons de l’astre. Il était un peu déçu mais ce n’était pas un drame, il constata qu’il était vêtu d’un de ses pyjamas, un bas marron et un débardeur gris qui laissait bien apparaître son tatouage. Il s’exaspéra de son incapacité à s’éveiller avec des vêtements normaux sans y penser fortement avant de s’endormir. Il fit quelques pas et apprécia le contact de la terre humide sous la plante de ses pieds nus, il ne savait pas trop dans quelle direction aller et tendit l’oreille. Un brouhaha lointain lui parvint, il n’arrivait pas trop à en deviner la source, ça pouvait être une ville comme une colonie de singes. Il décida de s’en approcher et arriva rapidement en vue d’un arbre encore plus grand que tous les autres qui semblait abriter toute une ville. L’entrée principale était un trou circulaire à la base, au niveau du sol, mais au lieu d’un flot d’allé et venue auquel on pourrait s’attendre il n’y avait que de voyageurs qui quittaient l’endroit avec la mine des mauvais jours.

Corey s’approcha et écouta les conversations mais il eut du mal à comprendre quel était le problème, certains avaient vraiment choqués et d’autre étaient en pleurs. Tous semblaient n’avoir qu’une seule envie, s’éloigner de cet endroit, ce que Zenith s’apprêtait à faire. Mais il aperçut une silhouette à l’intérieur qu’il reconnut instantanément, c’était sa mère, que faisait elle là ? Elle rêvait ? Il voyait ses lèvres bouger et elle regardait dans sa direction, est-ce qu’elle lui parlait ? Il avança vers l’arbre cité, à grandes enjambées et fût rapidement devant l’entrée. Un voyageur s’adressa à lui, il l’ignora, essayant de ne pas perdre sa mère de vue.

« N’y vas pas mec, c’est l’horreur là-dedans… »

Mais l’héliophobe ne l’entendit même pas, il courait presque maintenant pour arriver à rattraper la silhouette féminine qui avait commencé à monter un grand escalier circulaire qui desservait les étages supérieurs de la cité. Il croisa encore quelques voyageurs en train de quitter les lieux, mais ne leur prêta pas attention, trop curieux de comprendre ce que sa mère faisait là. Elle monta deux étages et s’arrêta, comme pour l’attendre, il s’approcha et elle tourna brusquement sur elle-même pour lui faire face, l’air légèrement absente.

« Tu es un loser, mon plus grand échec ! » Dit-elle soudainement avec une expression de dégout mêlé de colère. « Tu es un loser, mon plus grand échec ! » répéta-t-elle à son fils, abasourdi. « Tu es un loser, mon plus grand échec ! » Asséna-t-elle encore au jeune homme qui n’y comprenait plus rien et eut besoin de s’accrocher à la rambarde pour ne pas tomber.

Qu’est-ce qu’il se passait ? Elle ne lui avait jamais parlé ainsi, elle lui avait bien dit une phrase dans ce genre là mais c’était presque l’inverse. Un jour elle lui avait dit qu’elle était fière de lui et que c’était une de ses plus grande réussite, lorsqu’il lui avait annoncé qu’il avait trouvé un bon travail. Est-ce que c’était ce qu’elle pensait de lui en réalité ? Elle continuait de répéter ça en le fixant droit dans les yeux.

« Tu es un loser, mon plus grand échec ! » Il aimait dire à qui le voulait qu’il se fichait de l’approbation de ses parents mais ça faisait mal d’entendre ça. « Tu es un loser, mon plus grand échec ! » N’y tenant plus il répondit. « Mais pourquoi? J’ai rien fait de mal !? » Elle changea de registre. « Tu as gâché ma vie, dès ta venue au monde. » « Hein ? » « Tu as gâché ma vie, dès ta venue au monde. » Puis encore … « Tu as gâché ma vie, dès ta venue au monde. »

A quoi faisait-elle référence ? Son divorce ? La maladie de Corey. Il ne comprenait vraiment pas, elle ne lui avait jamais rien dit de tel. Elle insistait, le regardant toujours sans sourciller.

« Tu as gâché ma vie, dès ta venue au monde. »

Il ne pouvait plus supporter ça, il détourna le regard, cherchant une échappatoire, il remarqua qu’il y avait d’autres voyageur avec le même genre de problèmes que lui, qui se faisaient insulter ou rabaisser par des sortes de rêveurs qui se répétaient en boucle, mais que se passait-il donc ici ?

« Tu as gâché ma vie, dès ta venue au monde. »

__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2598
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 24

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 805
Renommée: 2540
Honneur: 430
MessageSujet: Re: Soucis d'horlogerie [Pv Lithium] Sam 17 Sep 2016 - 11:01


Depuis ces fameuses nuits où elle avait été brièvement mariée – puis fraîchement divorcée – Lithium se sentait étrangement bien. Plus de soucis, ou alors elle s'en cognait sévère. Elle passait ses journées à travailler bien entendu, s'occupait des illustrations commandées ou de missions graphiques, passait ses week-end au Blue Maid, mais dès l'instant où elle avait un moment de libre, la jeune femme s'attelait à ses futurs voyages. Oui, c'était décidé, elle partait barouder. Seule ? Non, avec son clébard. Oui, oui, le croisé Labrador-Dogue allemand. Évidement, cela restreignait pas mal les possibilités de voyage, mais il était hors de question de laisser Kiara derrière. Elle aurait pu la faire garder durant les mois que durerait probablement sa « promenade », mais non. Ce voyage, elle désirait le faire avec son fidèle compagnon. Ce n'était pas sur sa mère qu'elle pourrait compter, ça c'était certain. L'avantage d'avoir une génitrice absente, c'était qu'elle payait néanmoins tout ce qui avait attrait à la maison, alors franchement, je vous dis pas les économies ! Les visas, le passeport à jour, les billets pour certaines destinations, le train, le bateau, etc... Voilà ce dont à quoi elle s'occupait. Sans oublier le logement où il fallait trouver celui qui acceptait les animaux à chaque endroit. Parfois, elle ne prenait volontairement aucun logement ou quoi ce soit, ces jours-ci seraient l'aventure !

En revanche, si quelques lignes plus haut, elle disait ne plus avoir de soucis – en « s'en cognait sévère » pour citer – ce n'était pas tout à fait vrai. Il y en avait un, juste un. Ethan Stavros. Ce fils de p*te qui lui avait fait la misère jusqu'à la marquer physiquement. Oui, celui-là, ce conn*rd-là. Lithium cherchait à le retrouver pour régler cette affaire une bonne fois pour toute, mais c'était comme si ce type n'avait jamais existé ! Nulle part, rien ! S'il l'avait retrouvé elle, alors il était possible de le tracer, non ? Alors pourquoi ne le trouvait-elle pas ? Aurait-elle oublié quelque chose, un indice, par où commencer ? La blonde avait beau réfléchir, ses souvenirs restaient volontairement flous à certains endroits. Cette époque était douloureuse, et se souvenir de ces choses ne lui faisait pas le moindre bien. N'y avait-il pas un moyen d'y faire face ? La demoiselle s'installa sur son ordi, même si elle y passait déjà le plus clair de ses journées avec son travail, et se mit à chercher des informations. Il y a peu, l'Ambidextre avait mis la main sur un forum autour de l'univers de Dreamland, crée par des voyageurs eux-mêmes. Avant d'arriver sur ce dernier, jamais elle n'aurait pensé qu'une telle plate-forme puisse exister. Elle se mit à fouiller les royaumes recensés et c'est ainsi qu'elle tomba sur Doppel City, une cité muni d'une grande horloge qui sonde vos souvenirs pour les répéter en boucle jusqu'à poser une question. Étrange concept, mais c'était exactement ce dont elle avait besoin ! Peut-être que grâce à cet engin, elle serait capable de mettre le doigt sur un mot, une phrase qui lui aurait échappé, de quoi trouver une piste viable et retrouver la trace de ce sale type ! C'est ainsi qu'elle s'endormit en pensant aux souvenirs oubliés, à Doppel City et une horloge sondeuse. Et fort heureusement, tout se passa correctement cette fois-ci.

Habillé normalement, comprendre ici un jean, baskets et un débardeur noir affublé d'un N7 dans un coin, son carnet et critérium étaient accrochés à l'aide d'une chaînette et reposaient dans l'une de ses poches. Les cheveux noués en une tresse, Lithium observa attentivement les environs. De la verdure et une humidité palpable dans l'air, à bien y regarder, de la mousse proliférait allègrement sur les rochers présents ici et là. Bon jusqu'ici, tout va bien, aucune présence hostile armée jusqu'aux dents, juste quelques petites créatures ressemblants vaguement à des lézards. Ah tiens, t'es enfin là. J'ai failli attendre ! Au loin, l'immense arbre-cité s'élevait dans le ciel. A présent, la jeune femme en était certaine ; elle se trouvait bien à Doppel City, la ville des souvenirs. Sur le chemin, elle ne rencontra que des voyageurs à la mine déconfite, probablement dépité par ce qu'ils avaient dû entendre. Curieuse, la dessinatrice en apostropha un particulièrement secoué.


« Hé, excusez-moi ? Que se passe-t-il ici pour que toutes les personnes que je croise soient aussi atterrées ? »
Le jeune garçon lui jeta un regard torve et dévasté.
« C'était ma sœur et... Et elle m'accusait de tant de choses horribles ! Elle répétait en boucle que j'étais responsable, qu'elle me haïssait, sans s'arrêter ! Mais... Je ne me souviens pas qu'elle m'ait dit ça. Peut-être que c'était ce qu'elle pensait réellement ? Je... », et il reprit sa route l'air hagard.

Ooook... C'était hyper rassurant.
Lithium n'était plus aussi sûre de vouloir entrer là-dedans. [deepskyblue]Alleeeez, fais pas ta p*te, entre ! Y pourrait nous arriver quoi d'mal, franchement ?[/color] Justement, elle ne le savait pas, et tout le problème se trouvait dans cette ignorance. BON ! On prend son courage à deux mains et on se lance ! La demoiselle ne remarqua pas tout de suite la silhouette qui venait d'apparaître quelques pas plus loin. Celle-ci était bien trop occupée à observer les murs, la finesse de fabrication. C'est comme si la cité avait poussée de l'intérieur... Et regardez-moi ces sculptures taillées à même le bois! Euuuuh, et si on s'en battait juste les couilles, sinon hein? Non parce que t'as un mec chelou qui t'regarde là. Mh, j'l'aime pas.T'aime personne de toute manière, sauf toi. Ah oui tiens, c'est vrai. J'me kiffe grave! Bref, un « mec chelou » donc ? Doucement, le regard de la jeune femme descendit jusqu'à croiser le regard vert émeraude du nouveau venu. Instantanément, elle se figea sur place et expérimenta un bref arrêt cardiaque. Des cheveux bruns, une paire de lunettes rectangulaires sur le bout du nez, une discrète barbe de trois jours, J'ai envie de le taper. J'sais pas pourquoi., un style vestimentaire simple et un sourire, ce sourire. Ouais, j'vais l'taper. J'suis chaud là! L'étranger ne l'était pas tant que ça. Cet homme impassible lui était familier, très familier. Caleb. Si la blonde voulut courir vers lui, elle n'en fit rien pour autant. Ces derniers temps, toutes les illusions qu'elle avait pu expérimenter l'avait inclut, et elle en avait énormément souffert. Toutes des déceptions qui lui devenait insupportable ! Alors qu'elle voulut lui poser une question, le mirage ouvrit la bouche.[/color]


« Tu es complètement tarée, je ne t'ai jamais aimé. », dit-il avec un sourire avant de le répéter, « Tu es complètement tarée, je ne t'ai jamais aimée. »

Ces mots eurent comme l'effet de milliers d'aiguilles qui lui transpercèrent le cœur.
Comment tu t'es faite sécheeeer ! Dis donc, t'es abonnée aux cassos et aux types qui t'aiment pas, nan ? Non... Quelque chose n'était pas logique. Répétant inlassablement cette phrase, Caleb commença à monter l'immense escalier, s'arrêtant parfois pour la regarder et recommencer à répéter ces mots en boucle sans jamais se tromper d'ordre. Bien évidement, la voyageuse lui emboîta le pas. Malgré le fait qu'il remuait le couteau dans la plaie avec délectation et sans jamais s'arrêter, Lithium savait que ça ne tournait pas rond. Cette phrase ressemblait à une autre qui lui avait un jour dite il y a des années avant qu'il ne s'évanouisse dans la nature, mais avec un tout autre sens. Et si Doppel City ravivait des souvenirs avec lesquels interagir, alors celui-ci était faux ! Oui, c'est ça ! Il était faux ! L'Ambidextre était certaine que ses mots exacts avaient été « Tu es parfaite, je t'aime. », et il les avait prononcé en riant après avoir assisté à une mise au tapis de deux types dans la rue par la jeune femme. A l'époque, cette dernière avait de graves soucis de violence et de contrôle de soi, et malgré le fait qu'il l'avait accepté telle qu'elle était, la blonde avait toujours eu peur de l'effrayer. Ce qui n'avait jamais été le cas. Ou peut-être que finalement si, vu qu'il s'était tiré sans aucune explication... Enfin bref ! Y'a un truc qui cloche ici ! Continuant sa montée, elle croisa d'autres voyageurs déboussolés. L'un d'eux sembla reconnaître son visage, se disant qu'il avait dû la voir dans le DreamMag, puis il recommença à errer sans but. Arrivant enfin à quelques étages au-dessus, le clone reprit son manège.


« Tu es complètement tarée, je ne t'ai jamais aimée. », tout sourire, « Tu es complètement tarée, je ne t'ai jamais aimée. Tu es complètement tarée, je ne t'ai jam... »
« OUI BON CA VA, J'AI COMPRIS ?!! », hurla-t-elle enfin, « De un, je sais que tu n'es pas réel. Et même si, putain, ça fait mal d'entendre ça, je sais aussi que tu n'as jamais prononcé ces mots ! Tu n'es pas la première, mais sans doute la plus mauvaise, misérable illusion à laquelle je fais face. Dommage pour toi, il faudra trouver autre chose, car je vais mieux. Caleb n'est plus cadet de mes soucis. Je suis là pour quelqu'un d'autre, alors montre-le moi avant que je m'énerve.. »
« Hein, quoi, baston ?? », se réveilla Bis.

N'ayant posé aucune question, l'illusion hésita quelques secondes, avant de reprendre de plus belle.

« Tu es complètement tarée, je ne t'ai jamais aimée. »
« Oh, tu m'emmerdes ! »

Elle fit volte-face et commença à se promener dans la ville. Trouver un responsable pour voir ce qui n'allait pas ici. Non parce que bon, elle n'allait pas perdre toute une nuit alors qu'elle avait des trucs à faire !


[/color]

__________







Lithium s'exprime
Bis vous insulte


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ledesordre-est-dor.blogspot.fr/
AuteurMessage
Surnom : Le Zenith
Messages : 863
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des rêves
Corey Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 495
Renommée: 1630
Honneur: 478
MessageSujet: Re: Soucis d'horlogerie [Pv Lithium] Mar 20 Sep 2016 - 11:47


« Tu as gâché ma vie, dès ta venue au monde. »

L’agacement commençait à prendre Corey à la gorge, pourtant il en fallait avant qu’il perde son calme, mais là, cette phrase répétée sans cesse commençait vraiment à lui faire perdre patience. Déjà quelqu’un qui se répétait en boucle c’était énervant alors en plus quand la phrase en question était une critique acerbe, une accusation sans fondement tout en étant un peu trop vrai, c’était plus que perturbant. Il avait essayé de s’éloigner d’elle, mais elle le suivait désormais comme une ombre malsaine vouée corps et âme à lui saper le moral. La seule chose qui le rassurait un petit peu, c’était qu’il ne semblait pas être le seul à subir les assauts de ces entités répétitives et blessantes. Il croisa quelques voyageurs supplémentaires qui avaient l’air bien décidés à quitter l’endroit au plus vite, il commença à se dire qu’il allait faire de même.

« Tu as gâché ma vie, dès ta venue au monde. »

« Ça n’a pas de sens, ce royaume court à la ruine si tous les voyageurs et rêveurs le fuient… »

« Tu as gâché ma vie, dès ta venue au monde. »

« Qui es-tu ? Pourquoi est-ce que tu répètes ces choses blessantes en boucle. »

Il y eut une légère pause dans le rythme bien huilé des répétitions, puis un changement. « Tu n’es qu’un parasite, personne ne t’aime vraiment.  »

Est-ce qu’elle voulait dire que même Megan ne l’aimait pas vraiment, qu’elle se forçait à le supporter parce que c’était son frère ? Il s’en était voulu de débarquer chez elle un beau matin à l’improviste mais elle l’avait accueilli à bras ouvert, content qu’il s’éloigne d’Hugues.  Il secoua la tête et se força à arrêter de penser aux significations des paroles de cette apparition juste destinée à  le rendre fou. Il s’écarta un peu de l’escalier et décida d’essayer de parler à un habitant des lieux pour tenter de comprendre ce qu’il se passait.

« Tu n’es qu’un parasite, personne ne t’aime vraiment.  »

Il se força à relâcher ses épaules qui s’étaient inconsciemment tendues depuis son arrivée jusqu’à en devenir douloureuses. Il se maudit de sa tendance à vouloir aider les autres, il aurait dû faire comme tous les autres et se contenter de s’éloigner le plus vite possible. Il avança vers le centre de l’espèce de petite place où une partie des citoyens semblait s’être rassemblée pour trouver une solution au problème. Enfin, en s’approchant il constata qu’ils étaient surtout là pour apostropher le maire, où ce qui y ressemblait, en lui reprochant son inaction. Le malheureux, un type assez grand qui aurait pu être charismatique sans cette expression de désespoir coupable plaquée sur le visage et ses longues oreilles qui étaient pour l’instant tombantes, ne savait pas où se mettre.

« Nous allons trouver une solution, l’horloge a du se dérégler voilà tout.  »  Même lui n’avait pas l’air d’y croire. « Dès que nous pourrons accéder au mécanisme nous pourrons réparer ça et tout rentrera dans l’ordre. »

« Tu n’es qu’un parasite, personne ne t’aime vraiment.  »

Il y eut de nombreuses protestations et la suite de ses commentaires fût noyée dans un brouhaha assourdissant qui parvint même à masquer les répétitions de la fausse mère de Corey. Le voyageur crut qu’il allait assister à un lynchage mais les gens étaient plus désespérés qu’en colère et ils se contentèrent  de s’en aller en jetant des regards de déception à l’élu qui parvint difficilement à faire bonne figure tant il était évident qu’il n’avait aucune idée pour se sortir de là. Très vite il ne resta que l’héliophobe, l’automate qui le rabaissait, le maire, mais aussi une voyageuse elle-même accompagnée d’une apparition masculine qui répétait quelque chose. Il s’agissait d’une blonde, pas désagréable à regarder, qui devait avoir deux ou trois ans de moins que lui, elle avait un look assez passe-partout malgré quelques détails comme la pointe de ses oreilles qui dépassait de sa crinière blonde retenue par un pinceau ou le N7 sur son débardeur que Corey reconnu tout de suite. Il se demanda s’il avait mal vu, s’il s’agissait en fait d’une créature des rêves, et décidé d’utiliser la clairvoyance pour en avoir le cœur net. Il ferma l’œil gauche, le seul ouvert jusque-là et ne rouvrit que le droit, celui marqué d’une croix. Au lieu d’un œil normal, on voyait que la croix se prolongeait dans son œil et que le centre était entouré d’une pupille dorée qui semblait luire.

« Tu n’es qu’un parasite, personne ne t’aime vraiment.  »

Comme il s’y attendait, sa mère et la silhouette masculine à côté de la fille étaient presque invisibles, lui confirmant qu’il s’agissait d’illusions. La voyageuse, puisque c’en était une, lui apparut auréolée d’un blanc assez pur. Il avait encore un peu de mal à comprendre la signification exacte de ces auras, de leurs tailles, de leurs couleurs, mais il avait déduit qu’en général les gens avec une couleur plus proche du blanc  étaient des « gentils » pour vulgariser, il savait que rien n’était aussi manichéen mais jusque-là ça c’était confirmé. L’intensité et le volume de l’aura de la voyageuse lui apprirent qu’elle était assez puissante et assez gentille. C’est donc rassuré qu’il s’approcha d’elle tout en refermant son œil droit pour rouvrir le gauche. Il cherchait un moyen de se présenter, de l’aborder pour lui demander si elle avait une idée de ce qu’il se passait ici mais il ne savait pas trop comment s’y prendre. Si il était trop direct elle risquait de le prendre pour un lourdaud qui voulait juste la draguer alors que ce n’était ni le lieu ni le moment, il ne voulait pas paraître trop faible ou incompétent non plus. Il ralentit le pas pour se donner le temps de trouver un moyen pas trop ridicule d’entamer la conversation mais fût sauvé par le maire qui venait de se rendre compte qu’il n’était pas seul.

« Tu n’es qu’un parasite, personne ne t’aime vraiment.  »

« Vous êtes restés ? C’est incroyable, tous les voyageurs se sont enfuis dès qu’ils ont compris que quelque chose clochait... » Il avait l’air plutôt pathétique. « C’est la première fois que quelque chose comme ça se produit. D’habitude quand nous avons un souci, l’un de nos voyageurs s’en occupe, certains aiment beaucoup la ville. Mais là ils ont détalé aussi vite que les autres, ils ne sont pas aussi fiables que ce que je pensais. » Il avait l’air vraiment étonné et déçu. « Aidez-nous je vous en prie... »

« Tu n’es qu’un parasite, personne ne t’aime vraiment.  »

« Si vous connaissez un moyen de faire taire ou disparaître ce … truc … Je veux bien vous aider.  »

« Tu n’es qu’un parasite, personne ne t’aime vraiment.  »

Le responsable de la ville ne répondit pas tout de suite, il attendit de voir ce que la blonde avait à dire.

__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2598
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 24

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 805
Renommée: 2540
Honneur: 430
MessageSujet: Re: Soucis d'horlogerie [Pv Lithium] Ven 23 Sep 2016 - 12:11


« Tu es complètement tarée, je ne t’ai jamais aimée. »

Au rythme incessant des paroles de l’illusion, Lithium continuait de se promener dans la cité. C’était intéressant de voir ce mélange de machinerie et de nature, sans que le spectacle en devienne grossier pour autant. Au contraire, le résultat était tel qu’elle ne pouvait en détacher le regard. La jeune femme s’approcha d’un mur dont l’on pouvait voir les pièces d’horlogerie tourner lentement et les observa quelques instants. Le travail était d’une finesse plus qu’impressionnante et arracha un son satisfait à la voyageuse, qui reprit ensuite son chemin.

« Tu es complètement tarée, je ne t’ai jamais aimée. »

« Ah bah j’aurais presque cru que tu changerais de disque. Dommage. »

« Tu es complètement tarée, je ne t’ai jamais aimée. »

« C’est pour ça que t’es parti sans un mot, et que pas de nouvelles depuis des années ? », tenta finalement la blonde. Peut-être que par ses réponses erronées, elle pourrait déceler la véritable vérité.

« Même la distance ne me protègera pas de toi. »

« Me voilà sacrément avancée… Merci. Abruti. », dit-elle, quelque peu déçue.

« Même la distance ne me protègera pas de toi. »

« Bah reste là où tu es. J’ai plus besoin de toi ! Ça va… mieux, vais-je dire. Et ce n’est pas grâce à toi. Non. Je m’en suis sortie toute seule et avec de l’aide de personnes plus présentes que toi. Alors va-t’en. Qu’est-ce que tu veux de plus ? »

« Tu ne changeras jamais le monstre que tu es intérieurement. »

« Tu le saurais si t’avais été là. »
« ‘tain, la bonne grosse lourdasse hé ! Non sérieux, pourquoi tu sors ou t’es intéressée que par des cassos ? J’vais t’apprendre ce qu’est l’goût moi ! », fit une Bis bouffie d’orgueil.
« En te tapant tout mon entourage ? »
« Hé, Doxinette était un petit sucre que je me suis fait le plaisir de croquer ! Mais j’ai besoin de plus. »
« De sucre ? C’est pas bon pour ce que t’as pourtant… », ricana Lithium.
« Boulet va. »
« Tu ne changeras jamais le monstre que tu es intérieurement. »
« Mais ta gueule !!! », firent-elles à l’unisson.

Au bout d’un bon quart d’heure d’exploration, elle finit par se diriger vers une place où une foule s’était agglutinée. Mh, peut-être que le régent des lieux était pris à parti ? Et si on allait jeter un œil ? Se frayant un chemin parmi des voyageurs mécontents, elle parvint enfin à apercevoir celui qui devait être le maire de la ville, complètement désemparé face à tous les reproches qui lui étaient incombés. A l’écouter, l’horloge générant ces illusions était « déréglée ». Pour être déréglée, ah ça ouais elle était déréglée ! « Tu ne changeras jamais le monstre que tu es intérieurement. » Après de nombreux soupirs de déception, le tout teinté d’u profond désespoir, tous les voyageurs se dispersèrent, souhaitant quitter au plus vite cet endroit devenu intolérable. Tous sauf deux. Lithium et un homme qu’elle ne reconnaissait pas. P’têtre parce qu’on ne le connaît pas, DUH ! Aha, tais-toi. Lithium jeta un bref regard à l’étranger ; cheveux sombres, oscillant entre le noir et le gris, un peu courbé comme s’il manquait de confiance, ou restait trop souvent assis en boule, presque maigrelet et un teint blafard. Un court instant, la jeune femme crut qu’il était malade, mais il semblait étrangement en bonne santé, donc ça devait être naturel. En revanche, un détail l’interpella. Seul un œil sur deux était ouvert, l’autre était marqué d’une croix.
Un tatouage ? Oui, mais un simple tatouage du monde réel, ou un de chez Crazy comme celui qu’elle avait dans le dos ? Sur l’œil, il avait dû douiller oh. Avec son débardeur et ses cheveux relevés, l’on pouvait seulement apercevoir le bout des ailes et le point sur l’os du début de colonne du motif que possédait la demoiselle. La blonde fut légèrement intriguée, mais fit mine de ne pas s’y intéresser davantage. Jusqu’à ce que… J’trouve qu’il te regarde chelou ce type. AH PUTAIN, SON ŒIL BRILLE !!! T’IMAGINES IL VOIT A TRAVERS TES VÊTEMENTS ?! OOOooh, le coquinou dis donc ! Pardon ?! Mais tu vas te calmer… « Tu ne changeras jamais le monstre que tu es intérieurement. » Effectivement, le spectacle était particulier, mais à nouveau, elle fit comme si ce n’était rien de bien particulier. Puis il s’approcha d’elle.

Qu’est-ce qu’il veut ? Dire bonjour peut-être ? Après tout, on est les deux seuls pécores à être restés. Arrête de prendre tout comme un affront ! Dit celle qui au moindre geste brusque de la part d’un homme, lui fait une clef de bras et et le plaque au sol, le genou dans le dos. Ce dont je te félicite, je t’ai bien élevée. Oh, les enfants, ça grandit si vite… Non mais y’a quelque chose qui tourne pas rond chez toi ! Après un petit ricanement exagéré de la part de Bis résonnant encore dans son crâne, l’Ambidextre se tourna légèrement pour accueillir le garçon. « Tu ne changeras jamais le monstre que tu es intérieurement. » Mais le maire fut plus rapide, et dans son désespoir, les apostropha tous les deux, implorant leur aide. Abandonné par ses propres voyageurs, bah c’est moche. Heureusement qu’elle n’avait pas d’attaches en passant. La Tour des Arts était son royaume dans un sens, mais personne ne venait réclamer l’allégeance des voyageurs sortis de chez eux, et tant mieux ! Lithium ne réfléchit pas énormément à la demande du Maire, après tout, elle était venu pour ce royaume en particulier et ne voyait pas de raison l’empêchant de l’aider. L’autre voyageur eut la même réaction, demandant cependant à être débarrassé de l’illusion dans leur dos. Voyant que le responsable attendait la réponse de la jeune fille, elle s’exprima à son tour.


« D’accord. Que pouvons-nous faire pour remédier à votre problème ? Et, je suis d’accord avec… », ne connaissant pas encore son prénom, elle laissa un trou, « … Si vous pouviez, je ne sais pas, mettre pause sur ces illusions, ou même mute hein, juste qu’elles se taisent. Franchement, ça serait top ! »

« Vous allez nous aider, c’est vrai ?! Oh merci à vous deux, je suis tellement heureux ! Moi qui me sentais si seul après avoir été abandonné par nos voyageurs, je pensais que l’on ne s’en sortirait jamais. Si l’on ne répare pas rapidement notre horloge, nous courrons à la catastrophe ! Nous avons un marché, votre parole. Merci, merci ! », et il commença à s’éloigner.

« Tu ne changeras jamais le monstre que tu es intérieurement. »

« Hé, attendez ! Les illusions alors ?! »

« Les illusions ? », cria-t-il de loin, « Je ne peux que baisser le son. Mais merci encore, merci ! », et il disparut.

Effectivement, au bout d’une minute, les mots de l’illusion étaient plus bas, mais toujours présents. Quel boulet. Bon après tout, suffisait de l’ignorer et puis voilà hein. Après un soupir légèrement agacé, Lithium se tourna vers son camarade de galère.

« Désolée de ne pas m’être présentée avant, moi c’est Lithium. », dit-elle en souriant doucement.

Pas très adepte des contacts physiques, elle se contenta d’un bref signe de la main pour saluer.

« Tu ne changeras jamais le monstre que tu es intérieurement. »


__________







Lithium s'exprime
Bis vous insulte


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ledesordre-est-dor.blogspot.fr/
AuteurMessage
Surnom : Le Zenith
Messages : 863
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des rêves
Corey Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 495
Renommée: 1630
Honneur: 478
MessageSujet: Re: Soucis d'horlogerie [Pv Lithium] Mer 28 Sep 2016 - 15:35


La voyageuse blonde sembla être sur la même longueur d’onde que l’héliophobe, tous deux semblaient être pressés de se débarrasser des illusions et de comprendre ce qu’il se passait ici. L’officiel sembla soulagé, comme si tous ses problèmes étaient désormais réglés, il devait avoir énormément confiance dans les capacités des voyageurs et le geek eut envie de tempérer ses espérances. Il n’était pas du tout sûr de sa propre capacité à faire quelque chose pour corriger le comportement de cette horloge et même si la voyageuses semblait plutôt puissante, elle ne pourrait peut-être pas faire grand-chose non plus. Le maire les remercia et les planta là, n’honorant qu’à moitié sa part du contrat en baissant le volume sonore des deux illusions.

« Tu n’es qu’un parasite, personne ne t’aime vraiment. »

« J’ai comme la sensation de m’être fait rouler. » commenta-t-il en regardant l’élu s’éloigner.

Sa camarade se présenta, en lui faisant un signe de la main, qu’il lui rendit en souriant, soulagé qu’elle ait pris l’initiative.

« Moi c’est Corey, enchanté. » Il regarda la place maintenant quasi déserte qui les entourait « Je comprends pas que personne veuille les aider ou même comprendre ce qui cloche ici… »

Pour lui c’était presque naturel de vouloir aider les créatures onirique, il avait encore un peu de mal à comprendre que certains voyageurs ne les aimaient pas du tout et que les pires d’entre eux se délectaient de leurs souffrances. Même si il avait été plongé au cœur de escarmouches entre factions pro-voyageurs et pro-Dreamland, la globalité de ce conflit continuait à lui passer au-dessus. Il se rendit compte qu’il valait mieux qu’il évite de se perdre dans ses pensées s’il ne voulait pas passer pour un type étrange. Il se força donc à faire avancer la galère dans laquelle ils s’étaient embarqués.

« Il aurait au moins pu nous dire par où commencer… »

« Tu n’es qu’un parasite, personne ne t’aime vraiment. »

Il laissa son regard se poser sur l’horloge qui semblait bien inaccessible et inaltérable pour deux voyageurs un peu désemparés. Malgré son expérience en tant que voyageur il ne savait pas vraiment comment s’y prendre mais ne voulait pas apparaître trop inutile à sa nouvelle connaissance.

« Il doit bien y avoir un mécanisme, qu’il soit magique ou non… » Il leva les yeux. « J’imagine qu’il doit être là-haut non ?»

Il ne voyait que ça, il était entré par le bas de l’arbre géant et n’avait rien vu qui pouvait ressembler au mécanisme d’une énorme horloge. Par contre, les escaliers semblaient monter jusqu’au sommet de cet immense arbre à l’intérieur duquel ils étaient et qui servait de corps à cette horloge. Présumant que la jeune fille ne pourrait être que d’accord avec sa proposition il commença à se diriger vers la volée de marche suivante. Il espérait qu’ils ne se lançaient pas dans une ascension inutile mais de toute façon il fallait bien qu’ils se lancent.

« Alors Lithium…. » Il espérait qu’il n’avait pas écorché ce prénom original. « Tu sais des choses à propos de ce lieu ? Je suis venu un peu par hasard, donc je sais même pas vraiment où on est. »

« Tu n’es qu’un parasite, personne ne t’aime vraiment. »

Elle était peut être aussi paumée que lui mais si elle avait plus d’informations autant qu’ils soient au même niveau de connaissance. Comme d’habitude il était curieux du pouvoir de cette blonde mais il ne voulait pas paraître bizarre en lui demandant tout de suite. Il savait que c’était parfois un sujet sensible entre voyageurs, se rendre compte qu’on a passé la nuit à aider un ennemi de son royaume d’origine n’était pas plaisant par exemple. Surtout si le voyageur en question était envoyé pour vous tuer quelques jours plus tard. A sa connaissance le royaume de la lumière n’avait pas de royaume avec lequel il était en guerre ouverte, à part peut-être le royaume obscur. Cette fille ne ressemblait pas vraiment à une envoyée de cette terre de ténèbres mais avec Dreamland il fallait s’attendre à tout. Megan était bien au service d’un duc obscur et pour ceux qui la croisaient dans un bon jour elle devait presque avoir l’air sympa.


__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2598
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 24

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 805
Renommée: 2540
Honneur: 430
MessageSujet: Re: Soucis d'horlogerie [Pv Lithium] Mer 12 Oct 2016 - 11:08


« Tu ne changeras jamais le monstre que tu es intérieurement. »

Ah, ils s'étaient bien fait avoir !
Non seulement l'illusion était toujours là, mais en plus de continuer à parler, il lui donnait la très désagréable impression d'avoir un moustique en train de virevolter près de son oreille. Dommage qu'elle ne pouvait pas le gifler, ça lui ferait sûrement du bien tiens... ça lui apprendrait à se tirer sans rien dire et ne plus donner de nouvelles ensuite. Lithium fit donc de son mieux pour ignorer cette pathétique représentation de celui qui s'était un jour tenu à ses côtés. « Tu ne changeras jamais le monstre que tu es intérieurement. » Le voyageur à l’œil tatoué – décidément, il était le second qu'elle rencontrait à avoir un truc à son œil – se présenta sous le prénom de Corey, qui n'éveilla en la demoiselle pas le moindre souvenir. Faut dire qu'elle n'avait pas ouvert le DreamMag depuis un bail ! Le garçon semblait étonné que hormis eux, personne ne daignait même envisager d'aider le royaume en détresse. Cette réflexion eut pour don de surprendre la blonde. Il parcourait Dreamland depuis longtemps ou pas du tout ? Non parce que c'était monnaie courante de s'en tamponner royal le coquillard des autres, sauf de sa petite pomme, plus encore aujourd'hui. Bien sûr, ce n'était pas le cas de la voyageuse. Après tout, ces terres appartenaient aux créatures des rêves et non à eux.


« T'es voyageur depuis peu ? C'est pas une insulte hein ! C'est juste que c'est assez courant en fait. La plupart de nos semblables, si je puis dire, se considèrent comme les maîtres ici. La destruction qu'ils causent sur leur chemin et les dommages collatéraux, ils en ont rien à faire. Alors aider ceux qu'ils considèrent comme une partie du décor et non des êtres vivants... T'imagine bien qu'ils s'en tapent ! », dit-elle, amère, « Mais heureusement, nous ne sommes pas tous comme ça. La preuve. On est toujours là toi et moi par exemple. », dit-elle en souriant légèrement.
« Tu ne changeras jamais le monstre que tu es intérieurement. »
« J'ai même un ami qui parcourt Dreamland avec ses potes pour recenser toutes les différentes populations du monde des rêves. Comme quoi ! … Il est pas sorti de l'auberge d'ailleurs en y réfléchissant. »

Corey avait raison ; par où commencer ?
Logiquement, si l'horloge était détraquée, le problème venait forcément du mécanisme interne. Le garçon en vint à la même conclusion, ce qui laissait sous-entendre qu'ils étaient d'accord sur leur prochaine destination qui était donc le sommet de l'arbre. Le duo empruntèrent la prochaine rangée d'escaliers, prêts à se taper toute la montée. Meeeeeh... ça fera du bien à ton gros cul! Qui est aussi le tien, hein. Ouais mais quand c'est moi, c'est un bon boule wesh! Profitant de l'ascension pour admirer la vue, Lithium n'entendit pas tout de suite que son camarade d'infortune lui parlait. Hein, que quoi ? Si elle savait des choses à propos de cet endroit ? Pas tant que ça. Ce qu'elle avait grappillé sur un forum quoi ! « Tu ne changeras jamais le monstre que tu es intérieurement. » Elle pouvait toujours partager ces infos avec lui, peut-être qu'il connaissait cette plateforme.


« Le peu que je sais, c'est ce que j'ai pu trouver sur un forum crée par des voyageurs. Ici, c'est Doppel City. Généralement, les gens viennent ici volontairement, car à l'origine, lorsque l'horloge fonctionne, ça sonde ton esprit et restitue un souvenir avec les membres de celui-ci, puis le répète en boucle. Leur discours change seulement si tu leur pose une autre question et ensuite il répète du coup leur nouvelle réponse. C'est connu pour être une sorte de lieu de culte en fait, même si j'étais plus là pour obtenir des réponses que pour me faire insulter. », et pour espérer en avoir, il fallait réparer cette satanée horloge.
« Tu ne changeras jamais le monstre que tu es intérieurement. »
« Logiquement, le problème vient du mécanisme ouais. Déjà parce que l'illusion dit l'inverse de ce qu'il dit dans nos souvenirs, et surtout, en prenant mon exemple, ce n'est absolument pas la personne à laquelle je souhaitais arracher des indices. Et je ne le vois pour l'instant toujours pas. Si une fois en haut, on ne trouve pas de porte, ou pas de serrure, y'aura pas de soucis à se faire, je m'en chargerais. », dit-elle en souriant.

De toute manière, ils n'étaient pas prêts d'arriver, c'était encore bien trop haut...
Elle jeta un regard à son voisin, observant son tatouage assez étrange et peu courant.


« Excuse-moi d'être indiscrète mais... Juste par curiosité, pas besoin de me dire à quoi il sert hein, ton tatouage sur l’œil, il vient de Dreamland de chez Crazy ou du monde réel ? C'est original. »
« Tu ne changeras jamais le monstre que tu es intérieurement. »


__________







Lithium s'exprime
Bis vous insulte


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ledesordre-est-dor.blogspot.fr/
AuteurMessage
Surnom : Le Zenith
Messages : 863
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des rêves
Corey Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 495
Renommée: 1630
Honneur: 478
MessageSujet: Re: Soucis d'horlogerie [Pv Lithium] Lun 24 Oct 2016 - 14:40


Le jeune homme eut du mal à ne pas se sentir vexé par la question puis la remarque de la jeune fille, il écouta à peine sa réflexion sur son ami parcourant le monde onirique pour en recenser les habitants alors que c’était le genre d’initiative qui aurait pu lui plaire. Elle semblait considérer que la majorité des voyageurs étaient des égoïstes ou même pire, des sadiques qui prenaient leur pied en détruisant ce monde. Bien sûr, il savait que des êtres aussi détestables existaient, il en avait croisé et combattus un certain nombre, mais il devait avouer que, peut-être un peu trop naïvement, il avait toujours cru qu’ils étaient une minorité. Cette jeune femme semblait croire l’exact inverse, que c’était les gens comme eux deux les exceptions.

« Ça commence à faire un moment que j’ai vaincu ma phobie, mais je me berçais peut être de douces illusions. J’ai toujours pensé que ce genre d’enfoiré était une minorité, que même si c’était eux qui faisaient le plus de mal à la réputation des voyageurs, ils restaient marginaux. Mais maintenant que tu le dis, c’est vrai qu’il est plus fréquent de tomber par hasard sur un abruti qui t’attaques sans chercher à comprendre que sur un type en train de sauver une créature onirique. » Il avait du mal à cacher sa tristesse face à un tel constat. « Tu n’es qu’un parasite, personne ne t’aime vraiment. » « Il est peut-être temps que je jette un regard plus critique sur nos semblables… » Cette pensée venait de lui mettre un coup au moral mais il ne voulait pas passer pour un pleurnichard. « Moi je continuerais à me battre pour préserver Dreamland et ses habitants, peut-être qu’en montrant l’exemple, un jour on inversera la tendance. » Il devait continuer à paraître candide mais en son for intérieur il y croyait vraiment.

Il se disait que si des organisations comme la Ligue des Gentlemen Onirique continuaient à voir le jour et à mener leurs actions à bien, si elles continuaient à attirer les voyageurs désireux de préserver ce monde, ils avaient peut-être une chance. Même si il avait continué à œuvrer de son côté pour redorer le blason des voyageurs, Zenith se sentit un peu coupable de ne pas avoir pris des nouvelles de la Ligue dernièrement. Il repensa aux quelques nuits de repos qu’il s’était accordé, à se faire dorer la pilule au royaume de la lumière alors qu’il aurait pu sauver des vies. Il savait qu’il allait y passer s’il passait chaque nuit à se battre, mais il se promit d’éviter à nouveau les périodes de totale oisiveté.

« Tu n’es qu’un parasite, personne ne t’aime vraiment. »

« Il faudra que tu me parles de cet ami à l’occasion, ça à l’air intéressant comme projet. Je pourrais peut être lui filer un coup de main au cours de mes errances. »

L’idée d’avoir une sorte de carte ou au moins de liste de royaumes et de leurs habitants étaient intéressante, Corey aurait aimé savoir comment l’auteur avait prévu de faire pour qu’elle ne tombe pas entre des mains mal intentionnées. Ils entamèrent donc l’ascension de la suite de cet escalier géant, espérant qu’il ne leur faudrait pas toute la nuit pour le gravir. Elle lui communiqua le peu d’informations qu’elle avait sur l’endroit, il était vrai que ce n’était pas énorme, mais ça lui permettait d’un peu mieux comprendre ce qu’il se tramait. Il eut cependant un peu plus de mal à comprendre ce qu’elle avait espéré obtenir en venant ici. Si cette horloge sondait vos souvenirs, elle ne pourrait donc rien apprendre de nouveau ? A moins qu’elle n’espère revoir un détail qui lui avait échappé à l’époque ou que le souvenir soit un peu flou ou bloqué. La curiosité faillit l’emporter mais il préféra ne pas risquer de mettre les pieds dans le plat et retint sa question. Il se contenta de hocher la tête et d’écouter la question qu’elle lui posa et d’y répondre en touchant la marque sur son œil même s’il savait très bien qu’elle n’était pas en relief.

« Tu n’es qu’un parasite, personne ne t’aime vraiment. »

« Oh ça non, c’est pas vraiment un tatouage, enfin c’est pas un classique, c’est une marque qui est associée au don de Clairvoyance. » Il se demanda si il n’aurait pas mieux fait d’éluder la question plus simplement, maintenant qu’il était lancé, autant tout déballer. « Mon seigneur m’a offert ce pouvoir quand il m’a jugé digne de le servir, il m’a fallu plusieurs mois pour arriver à ouvrir mon œil droit mais maintenant il me permet de voir certaines choses qu’on ne voit pas normalement. Je ne le maîtrise pas encore parfaitement mais je pense qu’à terme ce sera un avantage indéniable. »

Il se demanda s’il devait donner plus d’informations, pour éviter qu’elle s’inquiète mais se dit qu’elle le questionnerait d’avantage si elle le souhaitait.

« Celui-là, par contre, il vient de chez ce sadique de Crazy. » Dit-il en désignant celui qui ressortait de sa manche qu’il remonta un peu plus pour qu’elle puisse apercevoir un peu mieux les lignes abstraites qui descendaient le long de son bras, ainsi que celles qui montaient dans son cou. L’essentiel du tatouage était sur son torse mais ce n’était pas vraiment une partie de son corps qu’il avait envie de montrer, surtout qu’il savait que certains cadavres étaient mieux lotis que lui à ce niveau.

« Tu n’es qu’un parasite, personne ne t’aime vraiment. »

Ils avaient engloutis encore au moins deux étages, de bien dix mètres chacun et commençaient à voir les parois du tronc se resserrer, signe que l’épaisseur diminuait. Ils devaient avoir dépassé les deux tiers de la hauteur de l’arbre géant et il leur faudrait encore un effort pour arriver au sommet.

« Tu connais Lord Crazy ? » La simple évocation du nom du gros chat lui fit froid dans le dos et il ne put réprimer un frisson. « Si on m’en avait parlé avant je me serais jamais approché de son temple. »



__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2598
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 24

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 805
Renommée: 2540
Honneur: 430
MessageSujet: Re: Soucis d'horlogerie [Pv Lithium] Sam 5 Nov 2016 - 23:17


A mesure qu'ils montaient les marches, les deux voyageurs répondaient mutuellement aux questions qu'ils se posaient. C'est ainsi que la jeune femme fut étonnée de découvrir que Corey n'était absolument pas un débutant, bien au contraire ! Seulement, il pensait jusqu'à maintenant que Dreamland n'était foulée que par des voyageurs serviables, ou un minimum tout du moins. Que même si une poignée d'entre eux étaient dépourvus du moindre scrupule, c'était tout ce qu'ils étaient ; une simple poignée. Lithium se sentit presque coupable lorsqu'elle vit la déception dans le regard du garçon. Pour autant, il semblait déterminé à ne pas laisser tomber ses bonnes actions.

« J'aimerais y croire également. Un simple rond dans l'eau, et il suffit de voir ensuite comment il se propage ! Un pas n'est que le premier d'une longue série pour le changement que l'on veut apporter. », sourit-elle.
« Tu ne changeras jamais le monstre que tu es intérieurement. »
« Et voilà qu'tu fais de la philo maintenant ? C'est d'un chiant ! »

Corey se montra intéressé par Danny, l'ami dont elle parlait, pensant même à lui donner un coup de main pour son projet qu'il jugeait intéressant. Oh bah ça lui ferait très plaisir !

« C'est vrai ? Je suis certaine qu'il serait ravi de l'apprendre ! Son nom est Daniel Petersmann, ou Danny aussi. Sur Dreamland, on peut le trouver un peu partout, mais jamais là où l'on l'attend, ce qui n'est pas franchement très pratique en fait... Le mieux, c'est de le contacter dans le monde réel, c'est plus facile. Bah attends ! »« Tu ne changeras jamais le monstre que tu es intérieurement. », elle écrivit un numéro sur une feuille de son carnet qu'elle déchira avant de le lui tendre, « Je ne suis pas sûre que ce soit utile, mais essaies peut-être de le mémoriser pour ton réveil ? Au pire, tu peux le trouver sur FB. Il a  la peau un peu mate, brun et les yeux marrons. Ce sera plus rapide ! Sinon, je crois qu'il traîne sur un forum Dreamland crée par des voyageurs sous le nom de Arpenteur quelque chose... »

Elle ne s'en souvenait plus trop, faut dire qu'elle n'était allée sur ce forum que très peu de fois, n'ayant pas d'intérêt particulier à y aller. Le jeune homme lui en apprit davantage quant à son tatouage. Ce n'était pas un du monde réel – ouf, faudrait être fou – c'était son seigneur qui lui avait « offert », le jugeant digne de le servir. « Digne de le servir », on aurait dit qu'elle était retombée au Moyen-Âge... Heureusement qu'elle n'avait de compte à rendre à personne ! J'devriendrais folle oh ! En rapport avec la Clairvoyance – tiens ? - son tatouage était. Et il lui en montra ensuite un second laissé par les pattes machiavéliques de Crazy, avant de lui demander si elle le connaissait. Oh que oui ! A son grand malheur.

« Si je connais Crazy ? », elle leva les yeux au ciel, « Ouaip ! Il m'a laissé un petit cadeau aussi, dans le dos. », dit-elle en pointant un doigt en arrière, « Mais... », elle hésita quelques secondes.
« Tu ne changeras jamais le monstre que tu es intérieurement. »

Bien que le tatouage était en soi plutôt joli selon elle, la demoiselle ne désirait pas montrer son dos. Certes, elle avait appris à vivre avec les nombreuses cicatrices qui parsemaient celui-ci, mais Lithium restait pudique à ce sujet, surtout avec des « inconnus ». Puis cela pouvait conduire à d'autres questions auxquelles elle ne désirait pas répondre. C'est pourquoi elle se contenta seulement de soulever ses cheveux pour laisser voir le morceau qui dépassait sur sa nuque et le bout des ailes tribales sur ses omoplates. Seules quelques minces petites cicatrices étaient visibles sur ces parties. Les plus grosses se trouvaient au centre, qu'elle gardait donc pour elle. La blonde laissa ensuite retomber sa crinière.

« C'est un malade ce chat, jamais vu aussi vulgaire. J'aurais pas dû passer sous ses pattes, je me souviens même plus ce que je fichais dans le coin ! », dit-elle en riant légèrement, « Mais bon, je mentirais en disant qu'il ne m'a jamais servi. Peu, certes, mais de temps en temps, il s'avère utile. C'est juste que je m'y habitue pas. »
« Tu ne changeras jamais le monstre que tu es intérieurement. »

La voix de l'illusion résonnait comme un petit bourdonnement dans sa tête et, agacée, elle se retourna vers celle-ci.

« Sérieusement, ça devient pénible là ! J'ai compris, je suis un monstre. Et donc ? »
« Tu es seule. »
« ça a au moins le mérite d'être plus court déjà ! Merci. », soupira-t-elle, lasse.

Punaise, même pas la moitié des escaliers ?
Faudrait pas qu'ils épuisent les sujets de conversation, ça serait bête...
Surtout que bon, elle n'avait jamais été trop bavarde non plus, c'était bizarre de communiquer.


« Juste par curiosité, non parce que personnellement, je ne dépend d'aucun seigneur – ou alors je ne l'ai jamais vu - et je m'en porte plutôt bien, mais comment ça se passe ? Qu'est-ce qu'ils vous font faire ? Vous êtes un peu comme leurs loyaux sujets ou encore leurs valets à tout faire ? Parce que j'ai l'impression que ça dépend beaucoup du seigneur en question. Excuse-moi si c'est trop indiscret hein ! »
« Tu es seule. »


__________







Lithium s'exprime
Bis vous insulte


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ledesordre-est-dor.blogspot.fr/
AuteurMessage
Surnom : Le Zenith
Messages : 863
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des rêves
Corey Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 495
Renommée: 1630
Honneur: 478
MessageSujet: Re: Soucis d'horlogerie [Pv Lithium] Jeu 10 Nov 2016 - 10:48


Le jeune homme avait un peu de mal à comprendre la métaphore qu’elle venait d’employer, il se dit qu’il aurait mieux fait de ne pas faire autant l’impasse sur les cours de français et de philosophie pendant ses études. Mais d’après ce qu’il en déduisait elle ne disait pas que c’était impossible, mais juste qu’il fallait continuer, que ce ne serait pas facile. Elle avait probablement raison, un voyageur qui attaquait une créature ou même un village, et c’était un peuple entier qui méprisait un peu plus ces monstres de l’autre monde. Alors que si un voyageur sauvait un village, il n’y avait que le village en question qui lui en était reconnaissant. C’était un peu déprimant de voir les choses ainsi mais c’était probablement plus réaliste malheureusement. Il hésita à lui parler de la Ligue mais ce n’était peut-être pas le moment, si ils parvenaient à faire rentrer les choses dans l’ordre ici, il lui en toucherait peut être un mot.

« Tu n’es qu’un parasite, personne ne t’aime vraiment. »

Il ignora l’automate. « Soit le changement que tu veux voir dans ce monde comme on dit, j’imagine que ça s’applique aussi à Dreamland. J’espère… » Il lui semblait que c’était une citation de Gandhi ou du Dalai Lama, il ne savait plus et ne voulait pas prendre le risque de passer pour un imbécile en se trompant.

Elle lui donna plus d’informations sur son ami, qu’il s’efforça de retenir, il n’arriverait peut être pas à retenir le numéro, mais par contre il n’aurait aucun mal à retrouver sa trace numérique. Peu de personnes pouvaient prétendre lui échapper une fois qu’il s’était lancé sur leurs traces digitales. Il fût néanmoins intrigué par le papier, lui qui avait du mal à s’éveiller dans ce monde avec une tenue descente, il avait du mal à comprendre que certains voyageurs aient même des accessoires à leur éveil.

« D’accord, merci, je verrais bien si j’arrive à entrer en contact avec lui mais ça ne devrait pas être trop compliqué. Je crois que je vois de quel forum tu parles. »

Elle lui apprit ensuite qu’elle faisait partie des victimes du chat perceur, oui à ce niveau-là on ne pouvait pas parler de clients. Il avait cru comprendre, lorsque l’assistant du tatoueur lui en avait parlé, que se faire tatouer par le lord était un honneur rare et que peu terminaient l’épreuve. Mais si deux voyageurs tatoués se rencontraient par hasard, il commençait à se dire que ce n’était peut-être pas si inédit. Elle désigna sa nuque et se tourna en relevant ses cheveux, il aperçut des parties des ailes encrées dans sa peau. Il vit aussi ce qu’il crut être des petites cicatrices, mais il s’était aperçut qu’il s’était involontairement approché d’elle. C’était une des premières fois qu’il se tenait aussi proche d’une fille de son âge autre que ça sœur, que ce soit dans ce monde ou dans l’autre. Il ne voulait pas lui paraître bizarre ou trop collant, le chaud lui monta aux joues et il tenta de dissimuler son début d’embarras en répondant à ses remarques.

« Moi je voulais traverser, pour aller au palais, mais peu importe les épreuves des autres lords, elles ne sont probablement pas aussi douloureuses que la sienne. Si je m’étais un peu mieux renseigné j’aurais pu éviter toute cette souffrance. Surtout que j’ai toujours pas vraiment compris comment m’en servir… » Il grimaça, ayant encore l’impression de passer pour un débutant total. « Y’a qu’une fois où il s’est … activé… »

Elle s’énerva sur l’illusion qui la suivait sans faiblir.
« Tu n’es qu’un parasite, personne ne t’aime vraiment. »
Il se contenta d’ignorer la voix de sa mère, peut être que ça l’agaçait moins parce qu’il n’était pas très proche d’elle et qu’il se fichait un peu qu’elle puisse penser ça de lui. Il fût tenté de lui poser une question pour voir si elle changerait pour une phrase qui serait moins dure, mais il y avait le risque qu’elle soit encore plus blessante. Il continua donc à gravir les marches en faisant abstraction.

Elle le questionna alors sur son seigneur, enfin plus précisément sur les relations entre voyageurs et souverains des rêves. Il s’enorgueillit un peu qu’elle en sache moins que lui sur le sujet, mais il devait concéder que quelques mois auparavant il se posait les même questions et avait eu tout autant de mal à trouver des réponses. La plupart des voyageurs n’aimaient pas trop aborder ce sujet et il semblait y avoir un certain nombre de ses semblables qui, comme son interlocutrice, n’étaient pas liés directement à un seigneur onirique.

« Oui tu as raison, c’est vraiment très fortement lié aux seigneurs en question. Déjà si c’est un seigneur des rêves ou des cauchemars, ça fait une grande différence j’ai l’impression. Certains refusent que les voyageurs arpentent Dreamland avec leur pouvoir, d’autre les considèrent comme redevables, d’autres veulent seulement s’assurer qu’aucun mauvais usage sera fait de cette puissance. Ca à l’air d’être un vrai loto. » Il pensa immédiatement à sa sœur qui avait dû tomber sur un des pires seigneurs possibles. « Moi j’ai eu de la chance. » Il ne put s’empêcher de sourire en pensant à combien il était veinard de dépendre de Luxian plutôt que de Pjin. « Pour mon seigneur, je ne parlerais pas des autres vu que je ne les connais pas, il observe les voyageurs affiliés à son royaume de loin pendant plusieurs mois. J’imagine qu’il n’intervient jamais ou alors seulement s’ils sont en grand danger ou s’ils nuisent à l’équilibre de Dreamland. Lorsqu’il a vu que je faisais mon possible pour réparer les injustices et préserver la relation entre créatures des rêves et voyageurs, il est venu à moi et ma proposé de le rejoindre plus officiellement. J’avoue que je n’ai même pas pensé à refuser, mais j’aurais probablement pu le faire si ça ne m’avait pas intéressé. Je me suis dit que vu qu’il avait l’air de poursuivre les mêmes buts que moi et que je serais plus utile avec lui qu’en errant au hasard dans mon coin. » Il sourit en se disant que seul il aurait été encore plus insignifiant dans Dreamland. « Tu n’es qu’un parasite, personne ne t’aime vraiment. »
« Au quotidien ce n’est pas un seigneur pénible, c’est un royaume isolé donc personne ne vient y faire de grabuge. Il demande juste que je passe de temps en temps voir s’il a une mission à me confier et en général c’est quelque chose que je suis heureux de faire. »

Il finissait généralement dans un sale état mais il n’avait pas besoin d’être mandaté pour attirer les ennuis. Ils arrivaient en haut de l’escalier et le bruit de l’horloge se faisait plus puissant, les « TIC » et « TAC » étaient omni présents et on entendait presque les rouages tourner les uns dans les autres. Ils gravirent encore quelques marches et Corey put apercevoir une porte qui semblait donner sur le mécanisme de l’horloge. Quelque chose lui disait que cette entrée aurait dû être fermée à clé mais ce n’était pas le cas, le battant était entrouvert et s’il y avait eu un cadenas, il n’en voyait aucune trace. Ils approchèrent, s’étant tus instinctivement et devinèrent des mouvements à l’intérieur de la pièce, ils étaient trop loin pour comprendre exactement ce qu’il se passait. Avant qu’ils aient pu se mettre d’accord sur la stratégie à adopter, le battant s’écarta pour laisser sortir un personnage étrange. C’était une créature des rêves avec un physique plutôt humanoïde, avec un certain embonpoint, on remarquait néanmoins des pattes qui pouvaient rappeler celles d’un lapin même si elles étaient en partie cachées par un pantalon rapiécé. Il portait une sorte de redingote avec de multiples poches qui semblaient toutes contenir une montre à gousset plus ou moins grosse. Son chapeau haut de forme laissait passer deux longues oreilles couvertes de la même fourrure blanche que son visage. Son facies était un curieux mélange d’un lapin et d’un humain avec des yeux de chat jaunes et disproportionnés. L’énergumène fonça vers les deux voyageurs et sauta par-dessus eux avec une rapidité et une agilité déconcertante.

« A l’avance, A l’avance, je suis bien trop à l’avance. » marmonnait-il pour lui-même.

Il laissa tomber un petit engrenage d’une de ses poches en atterrissant, mais il ne sembla pas s’en soucier, entamant déjà la descente. Il allait falloir réagir très vite, qui était-il ? Est-ce qu’il avait un lien avec le problème de l’horloge ? C’était probable.


__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2598
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 24

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 805
Renommée: 2540
Honneur: 430
MessageSujet: Re: Soucis d'horlogerie [Pv Lithium] Mar 29 Nov 2016 - 18:31


« Tu es seule. »
Corey semblait avoir plus ou moins avoir compris ce qu'elle voulait dire.
Oui bon, elle aurait peut-être dû s'exprimer plus clairement au lieu de se perdre dans des délires philosophiques, mais bon, c'était parfois plus fort qu'elle. Lorsqu'elle lui donna le papier griffonné du numéro de téléphone, il eut l'air intrigué. Quoi ? Il a jamais vu de papier d'sa vie l'crasseux p'têtre? Aha, boulet va. Il voyait de quel forum elle parlait ? Ah, intéressant !


« Tu le consultes souvent ? Tu sais depuis combien de temps il existe ? Parce que ça doit faire à peine quelques mois que je suis tombée dessus. Pour l'instant, les informations que j'ai pu en tirer sont plutôt fiables, mais ça ne doit pas être le cas pour chacune d'entre elles. Et... », elle réfléchit quelques secondes avant de reprendre la parole, « Est-ce qu'il y a des groupes cherchant à recruter ? Non pas que je souhaite en rejoindre un ! … Vaut mieux que je reste seule. Juste pour savoir s'il y a quelque chose qui se prépare. »
« Tu es seule. »

Lorsqu'ils discutèrent à propos des tatouages, le voyageur se rapprocha d'elle pour regarder. Heureusement, pas suffisamment pour qu'elle ait une réaction involontaire de défense. Dommage, j'étais bien chaud pour une bonne vieille clef de bras ! Faudrait pas que ça reparte en méfiance totale comme avec ce JB rencontré au royaume de la Folie. Me demande bien ce qu'il devient ce type d'ailleurs... M'en bats sérieusement les couilles frère! Corey eut le teint virant légèrement au rougeâtre et lui raconta ensuite comment il en était venu à avoir ce tatouage de chez Crazy. Pourquoi qu'il est rouge l'asticot ? Sa cervelle a brûlée ou quoi? Plus ou moins par hasard lui aussi. A croire que ce chat tatouait vraiment tous ceux qui passait dans le coin.

« Je me demande bien combien de personnes il a pu tatouer jusqu'à aujourd'hui. Apparemment, ceux voués à faire de grandes choses, bonnes ou mauvaises, le sont seulement. Maintenant, est-ce qu'il est devin ? Ça je sais pas ! Je ne me considère pas comme ce genre de personne en devenir. Peut-être que je ne le sais tout simplement pas. », dit-elle l'air légèrement absent, avant de rajouter, « Alors, je ne sais pas avec quelle encre t'as été tatoué, mais avec moi, pour que ça marche, il suffit seulement que j'y pense et hop, il s'active. Un poil de concentration peut-être et le tour est joué ! »
« Tu es seule. »

Elle s'exécuta et put ainsi apercevoir les rouages et autres mécanismes qui composaient le tronc autour du quel ils ne cessaient de grimper depuis tout à l'heure. La seule manière de s'apercevoir que son tatouage était activé était de la voir sans son haut, ce qui n'était pas prêt d'arriver. Effectivement, à ce moment précis, le trait tracé sur sa colonne vertébrale s'ouvrait en un œil perçant et les ailes s'étiraient soudainement sur sa peau. Une fois rassasiée de la vue intérieure de l'arbre dont elle ne bitait strictement rien, elle désactiva le tatouage. Corey se montra ensuite très généreux en terme d'informations vis-à-vis de son expérience avec un seigneur, SON seigneur. Il admettait avoir eu de la chance avec le sien. Il le décrivait comme quelqu'un de juste et tenant à ce que les relations entre les créatures et les voyageurs soient préservées. Le voyageur n'avait pas refusé parce qu'il cela ne lui avait même pas traversé l'esprit, et que cela lui convenait. Et bien, tant mieux dira-t-on ! Ça serait ennuyant de se battre pour quelqu'un alors que l'on en a pas envie. Pour autant, ça ne lui disait pas de quel royaume il était originaire. Mais s'il ne désirait pas le préciser, libre à lui. Personne n'est forcé de crier la nature de son pouvoir haut et fort, et il faut respecter ça. Au terme de la conversation, ils atteignirent enfin le sommet. Les cliquetis assourdissants de l'horloge et de ses pièces mécaniques donnaient à présent presque mal à la tête tant ils s'étaient amplifiés à mesure de leur escalade. « Tu es seule. »

Tiens ? Pourquoi cette porte était-elle ouverte ? L'intérieur montrait ce qu'elle avait pu voir en activant son tatouage. Intrigués, ils s'approchèrent silencieusement. Est-ce que la personne à l'intérieur était le responsable de toute cette mascarade ? C'est alors qu'une créature issu d'un imaginaire quelque peu détraqué fit son apparition. Pour faire court, prenez un humain et le lapin blanc de Alice, et le regard fou du chat de Cheshire, vous avez votre homme ! Celui-ci parut très pressé, et au lieu d'être en retard, semblait plutôt « en avance, trop en avance »... Ce qui n'avait pas le moindre sens. Avant même qu'ils aient eu le temps de dire ouf, l'énergumène leur passa au-dessus de la tête, ne leur prêtant aucune attention et prit les escaliers, laissant tomber une pièce métallique au passage. Qu'est-ce que t'attends pour courser ce truc ?! CHOPE-LE ! Écoutant la seconde voix dans son crâne, la jeune femme emboîta le pas de la chose sans trop réfléchir. Mais comme elle aurait dû s'en douter, l'hybride était rapide, bien plus rapide qu'elle malgré sa nature de voyageuse, et il n'eut aucun mal à lui échapper. Ses bonds étaient si grands, qu'il suffisait de quelques uns d'entre eux seulement pour la distancer aisément. MAIS BRISE-LUI LES JAMBES PUTAIN!!! Oui, elle aurait pu, mais non. Elle n'était pas ici pour blesser quiconque sans preuve. T'es vraiment une putain de lavette ! Faut tout faire soi-même ici ! Bis força le barrage mental et pris les commandes du corps. Sans une once d'hésitation, elle se jeta dans le vide pour descendre plus rapidement, et lorsqu'elle arriva à la hauteur de la créature, se rattrapa à la force de ses bras aux bords des escaliers, – ne reproduisez pas ça chez vous les enfants, vous vous arracheriez les bras et vous vous froisseriez un muscle, si ce n'est plus - avant de se jeter sur le fuyard. Il remarqua enfin la présence de ces voyageurs et, surpris, il voulut freiner pour l'esquiver. Au lieu de ça, il se prit la demoiselle de plein fouet, et manquèrent tout deux de tomber dans le « précipice ». Fort heureusement, la seconde personnalité avait l'habitude et intercepta leur chute en se rattrapant au rebord, tenant le lapin par les oreilles. Elle réussit à les ramener sur les escaliers sains et saufs. Mais dès l'instant où ils posèrent les pattes, Bis plaqua au sol la bestiole, les deux pieds sur les tibias de cette dernière pour l'empêcher de s'échapper, un sourire triomphant sur les lèvres. Rien dans son allure et sa façon de se tenir ne rappelait Lithium, c'était comme une tout autre personne.
« Tu es seule. »

« Tu pensais franchement pouvoir t'en tirer comme ça ? Tu ferais un sacré civet avec le tas de graisse que tu te trimballe ! Ça me donne faim... », dit-elle d'un air carnassier.

« Vous ne comprenez pas ! Je suis beaucoup trop en avance ! »

« La ferme ! J'vais t'ramener en haut, et pour éviter que tu te barre, j'vais te briser les deux jambes. Qu'est-ce que t'en dis, hein ? Ça pourrait être marrant, nan ? »

Alors qu'elle s'apprêtait à sauter pour lui briser les os, elle émit un étrange grognement de douleur, et après s'être légèrement recroquevillée sur elle-même, son attitude changea à nouveau. La propriétaire originelle du corps reprit les commandes et sortit immédiatement son carnet sur lequel elle gribouilla des cordes métalliques. Une fois entre les mains, elle ficela solidement celles de l'hybride ainsi que ses pieds, avant de le prendre dans ses bras non sans émettre une grimace dû au poids de celui-ci, et le porta jusqu'à la plate-forme. A coup sûr, Corey avait tout vu de sa façon d'agir, mais elle ne fit comme si de rien n'était, ne voulant pas aborder le sujet de sa schizophrénie. Déposant délicatement le prisonnier entre eux, elle lui murmura un « désolée pour tout à l'heure, la fatigue... » impossible à croire.

« Je suis en avance... Trop en avance. »

« Je doute qu'il veuille me parler après... HM, ça. Vas-y. », fit-elle en regardant ailleurs et en se plaçant légèrement en retrait.
« Tu es seule. »


__________







Lithium s'exprime
Bis vous insulte


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ledesordre-est-dor.blogspot.fr/
AuteurMessage
Surnom : Le Zenith
Messages : 863
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des rêves
Corey Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 495
Renommée: 1630
Honneur: 478
MessageSujet: Re: Soucis d'horlogerie [Pv Lithium] Mer 7 Déc 2016 - 12:57


Le geek fouilla un peu dans sa mémoire, lorsqu’il était tombé sur le forum et avait découvert qu’il s’agissait vraiment d’un lieu d’échanges entre voyageurs, il avait mené sa petite enquête habituelle. Quand il se posait des questions sur un site, il regardait rapidement les informations sur le nom de domaine, qui étaient généralement assez simple à trouver. Puis il essayait de remonter jusqu’à l’hébergeur pour trouver le maximum d’infos sur le propriétaire et enfin il testait rapidement les quelques failles de sécurité les plus répandues. Pour ce forum, la pêche n’avait pas été miraculeuse, bien au contraire, celui qui l’avait mis en ligne semblait avoir pris toutes les précautions nécessaires.

« Celui dont je parle s’appelle ‘’la terre des rêves’’ ou un truc comme ça, c’est le même ? » Il y avait de fortes chances mais ce n’était pas sûr, autant vérifier. « Celui-là existe depuis sept ou huit ans il me semble, à moins qu’il existait sous un autre nom avant. » Il se basait sur la date de création et d’enregistrement du nom de domaine mais le forum avait pu être créé ailleurs et changé d’adresse ultérieurement. « Ouais je crois que j’avais vu un espace recrutement mais comme ça m’intéressait pas je suis pas allé voir en détail. J’imagine qu’il doit y avoir des groupes qui cherchent à se former ou des mecs qui veulent plus prendre le risque de se balader seuls. »

Elle lui expliqua qu’elle pouvait activer le pouvoir de son tatouage juste en se concentrant un peu, il en fût un peu jaloux même s’il savait que c’était stupide. Il se rassura en se disant que c’était la première personne tatouée par Crazy qu’il croisait, elle était peut être une des seule à parvenir à utiliser aussi facilement le pouvoir associé à l’encre de son tatouage. Il se dit que sa sœur était peut être au courant de quelque chose à ce sujet, il faudrait qu’il lui en parle. Elle avait plus d’expérience que lui dans ce monde, elle avait peut-être déjà croisé quelqu’un qui était passé entre les griffes du chat perceur. Il la laissa faire sa petite démonstration, enfin il crut comprendre qu’elle venait d’activer son tatouage mais il ne voyait pas beaucoup de changement. Elle fixa intensément leur destination comme si elle voyait des choses que lui était incapable de discerner.

« Je dois pas m’y prendre correctement alors… Ou bien mon encre ne fonctionne pas comme ça. Parce que j’ai essayé ce genre de chose et j’ai même pas eu un petit frémissement. J’ai presque l’impression que c’est quand j’y pense le moins que ce tatouage s’active… »

C’était assez frustrant mais c’était plutôt vrai, la seule fois où il avait clairement senti que son pouvoir s’activait et qu’il lui conférait d’avantage de puissance, c’était en affrontant l’ex n°1 de la baby. Alors qu’il se trouvait en mauvaise posture face au monstre de puissance qu’était la demoiselle, il s’était laissé emporter par l’adrénaline du combat. C’était à ce moment qu’il avait senti un afflux de puissance provenant du tatouage nouvellement inscrit dans sa peau. Il avait mis toutes ses forces dans une attaque surpuissante dont il n’avait pas approché le potentiel offensif depuis. Il s’était surprit lui-même par tant de dégâts mais ça n’avait pas suffi à terrasser la jeune fille venue du froid.

L’être onirique, tout droit issu de l’imagination d’un Lewis Carroll sous LSD, sortit en trombe de la salle des mécanismes et sauta au-dessus d’eux. Ils furent tous deux surpris par mais la blonde à ses côtés passa rapidement à l’action, preuve de ses réflexes et de son expérience. L’héliophobe suivit aussi le mouvement et se mit à descendre les marches quatre à quatre pour tenter de combler son retard. Il allait utiliser son déplacement photonique lorsque son alliée de circonstance prit les devants et le précéda à nouveau. Elle sauta en avant, se jetant le long de la pente formée par les escaliers et se rattrapa in extrémiste juste assez pour freiner un peu et dévier sa trajectoire pour se jeter sur leur cible. Le malheureux vit le danger arriver au dernier moment et n’eut pas le temps d’esquiver malgré sa célérité. Ils se percutèrent et faillirent basculer dans le vide, elle attrapa la rambarde au dernier moment, leur évitant d’aller s’écraser quelques dizaines de mètres plus bas. Tout était allé très vite et il avait à peine eu le temps de suivre, cette voyageuse était beaucoup plus puissante qu’il le pensait. Il se rendit compte qu’il l’avait sous-estimée mais sans vraiment savoir pourquoi, peut être son air amical bien qu’un peu froide ou timide. Il fallait qu’il soit plus vigilant, qu’il reste sur ses gardes sans devenir trop méfiant non plus.

« Whoah bien joué ! » Il voulut s’approcher pour l’aider à revenir en sécurité tout en évitant que sa proie ne lui échappe mais elle démontra qu’elle n’avait pas besoin de lui.

Elle le balança au sol et l’immobilisa avec une aisance et une agressivité qu’il avait du mal à prêter à la gentille jeune fille avec qui il discutait quelques instants plus tôt. Elle se mit à l’interroger avec une technique digne d’un officier américain basé tout au sud de Cuba. Là encore il avait presque l’impression que c’était une autre personne, elle parlait de le mutiler comme si c’était naturel ou que c’était quelque chose qu’elle avait envie de faire. Elle se recroquevilla un peu, il crut que la créature venait d’utiliser un pouvoir mais ce n’était pas ça, elle s’était juste calmée soudainement. L’expression de prédatrice sur son visage avait disparu et elle attrapa son carnet pour griffonner dessus.

** Elle croit vraiment que c’est le moment de dessiner ? **

Avant qu’il n’ait pu l’interroger sur les raison de cette envie soudaine d’exprimer son art, elle matérialisa ce qu’elle venait de dessiner. Il comprit alors que son pouvoir était lié au fait de dessiner, est-ce que le calepin était un artefact ou juste un support ? Une partie de lui avait envie de tirer cette histoire au clair pour peut-être essayer de se procurer le même type d’objet mais ce n’était pas le moment d’en parler. Elle s’excusa de son comportement et mit ça sur le compte de la fatigue, c’était assez invraisemblable mais il choisit de ne pas relever, pour l’instant…

« Euh ouais ok, je vais voir si je peux en tirer quelque chose… »

Il n’était pas vraiment confiant, de toutes ses qualités, la persuasion et le charisme n’étaient certainement pas les plus développées. Il allait quand même falloir qu’il s’y colle car au vu du regard exorbité de la créature lorsque la voyageuse s’approchait d’elle, il n’y avait plus que cette solution. Il s’accroupit pour être plus à la hauteur de leur malheureuse victime toujours ligotée. Il avait lu, il ne savait plus où, que ça atténuait la méfiance et une éventuelle appréhension envers quelqu’un en position dominante. C’était probablement l’une des premières fois de sa vie que quelqu’un devait le trouver intimidant mais il fallait une première fois à tout.

« Euh… salut… » Belle entrée en matière. « C’est toi qui a détraqué leur horloge ? » Quelle éloquence…

« Mais laissez-moi partir, je suis trop tôt dans le temps, trop en avance ! »

« Gnéhein ? » Encore une réplique culte décidément.

« Si je n’y retourne pas tout de suite pour revenir en arrière je vais louper la faille et je ne pourrais plus retourner dans mon époque. »

« Mais quoi ? » Même si certaines bribes de théories sur le voyage spatio temporel qu’il avait lu lors d’une de ses errances sur le web tout ça n’avait aucun sens.

« Libérez-moi ! L’avenir, le passé et le futur conditionnel de Dreamland dépendent de moi. »

« Mais qu’est-ce que tu racontes ? Expliques moi un peu mieux, c’est toi qui a trafiqué la grande horloge de la ville ? »

« Je n’ai pas le temps, il faut vite que j’y aille sinon je vais tout louper et plus rien ne sera possible. »

Le voyageur se redressa, haussa les épaule en croisant le regard de sa camarade et revint un peu sur leurs pas, il ramassa le petit engrenage qui était tombé et revint vers le drôle d’énergumène. Il étudia l’objet d’un peu plus prêt mais il n’y avait rien qui lui sautait aux yeux. Il le colla sous le nez de l’étrange créature onirique en lui demandant :

« C’est à toi ça ? Tu l’as volé où ? Dans l’horloge ? »

« Oh, la rotule de dédoublement des flux du bi-capaciteur alpha. Pourquoi tu me l’as prise ? Sans elle rien n’est possible, rend là moi ! » La créature se contorsionna de plus belle pour tenter de briser ses liens. « Il ne me manquait plus que ça pour entrainer le pignon de sous-capacitage du compresseur temporel. »

Le geek soupira et se redressa en jetant un regard interrogateur à sa camarade, comme pour lui demander si elle avait une idée ou si elle voulait réessayer d’utiliser la force.

« Tu n’es qu’un parasite, personne ne t’aime vraiment. »

Il les avait presque oubliées mais les deux illusions les avaient rattrapés.


__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Soucis d'horlogerie [Pv Lithium] Aujourd'hui à 1:14
Revenir en haut Aller en bas

Soucis d'horlogerie [Pv Lithium]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 3 :: Doppel city-