Haut
Bas

Partagez|

Chemins croisés - Nuit [avec Shad B]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Messages : 209
Date d'inscription : 08/02/2015
Age du personnage : 21

Nouveau challenger
Shad Blackburn
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 265
Renommée: 455
Honneur: 130
MessageSujet: Re: Chemins croisés - Nuit [avec Shad B] Dim 5 Juin 2016 - 13:41
Shad faisait maintenant face à l’immense bâtiment gris qui marquait leur destination. L’endroit semblait être délabré, laissé à l’abandon, et n’avait rien de très accueillant. Etrangement, le vacarme ambiant de la ville avait quelque chose de  rassurant. Peut être cela lui donnait-il moins l’impression de foncer dans une embuscade, le mouvement de la foule était préférable au silence de l’immeuble. Le jeune invocateur soupira longuement en observant le banquier. Il n’arrêtait pas de jeter des regards inquiets aux alentours pour voir s’ils n’étaient pas suivis ou observé, et cela agaçait beaucoup Shad. Fallait-il vraiment qu’il entre là dedans avec ce trouillard ? S’ils leur arrivé quelque chose, c’était pas sur lui qu’il faudrait compter pour la baston. Au moins parviendrait-il peut être à les téléporter hors du bâtiment. Mais bon, il fallait y aller. Se débarrasser de ce colis et avoir enfin la paix. Amorçant un pas vers les marches de l’immeuble, il tourna légèrement la tête à l’attention de la jeune fille.

-Hum, très bien alors. Soit prudente, on ne devrait pas en avoir pour longtemps. Marie-Jeanne, tu reste avec Mara.

Un peu à contre cœur, la plante se détacha de l’invocateur et se plaça à côté de la jeune fille en regardant son maitre s’éloigner.  Tirant Gérald par l’épaule pour lui faire accélérer le pas, il soupira une nouvelle fois. Ça commençait vraiment à le faire chier de devoir le trimballer partout, celui là. Bien qu’il soit assez rare chez lui d’exprimer ce genre de pensée, il commençait à se demander si le tuer n’aurait vraiment pas été lui rendre service. « C’est ce que je me tue à te dire depuis tout à l’heure, crétin. »
Et puis, depuis quand pensait-il à tuer des gens comme ça ? Ça ne lui ressemblait vraiment pas. De toute façon il ne pouvait pas se permettre de se débarrasser de Gérald maintenant, son pouvoir pouvait se montrer très utile dans les minutes qui allaient suivre. Lorsqu’il arriva en haut des marches de l’entrée de l’immeuble, il soupira profondément une fois de plus et frappa à la petite porte métallique. Une petite trappe s’ouvrit et un œil luisant d’une lueur rouge vive apparut au travers. Son iris composé de fins petits rouages se rétracta en laissant transparaitre une méfiance certaine face à ces visiteurs humains.

-Z’êtes qui ?

-Si vous ne le savez pas, ce que nous nous sommes trompé d’endroit et que la carte nous a indiqué le mauvais chemin ; rétorqua sèchement l’invocateur.

-C’est bon. Entrez.

La trappe se referma et la porte s’ouvrit après quatre ou cinq bruits de verrou grincent. Les deux voyageurs entrèrent dans le hall de l’immeuble d’un pas hésitant. L’endroit était délabré, laissé à l’abandon depuis de nombreuses années malgré le fait qu’il semblait avoir été aménagé et occupé depuis un certain temps. Le portier s’avéra être ; bien évidemment ; un cyborg, mais assez différent de ceux qu’ils avaient croisé auparavant. Il avait quelque chose de plus… classique. C’était un robot dans le genre steampunk, de couleur cuivré et piqué de rouille par endroit, rouages apparents et quelques volutes de fumée s’échappant de sa carcasse. Assis sur des canapés un peu plus loin, d’autres de ses semblables jouaient aux cartes à la lueur de simples lampe à huile, mitraillettes à porté de main. Les fenêtres étaient barricadées de planches de bois, plongeant ainsi le hall dans la pénombre. Sans un mot et d’un pas grincent, le portier les conduisit jusqu’à une cage d’ascenseur grillagé qui semblait avoir autant vécu que les robots qui habitaient l’endroit. Ils y entrèrent et montèrent jusqu’au dernier étage ; à savoir le dixième. Shad se senti subitement moins rassuré. Si la situation tournée au vinaigre, il ne serait aisé de s’échapper à partir du dixième étage…

Lorsque la grille s’ouvrit, ils découvrirent un simple et unique couloir menant jusqu’à une petite porte de bois abîmée. Le portier frappa trois coup, et une voix roque leur indiqua calmement d’entrer.

-Merci Doug, tu peux nous laisser.

Doug le portier fit une légère courbette grinçante et referma la porte derrière eux, lançant un dernier regard luisant de méfiance aux voyageurs.

« vieux débris »

Ils se trouvaient maintenant dans un bureau circulaire sobrement aménagé de petites bibliothèques et d’une rangée d’écran de surveillance. Au centre se trouvait un bureau en bois tout aussi simple sur lequel était posé un ordinateur qui devait être dépassé d’une bonne centaine d’année par rapport à la technologie dont disposait le royaume, et derrière un fauteuil à dossier large sur roulette tourné vers la rangée d’écran, dos à eux. Il n’était pas difficile de deviner par qui était occupé ce siège.

-Installez-vous mes amis, mettez vous à l’aise ; dit calmement le chef du gang en se retournant.

Sans grande surprise, il s’agissait lui aussi d’un robot exactement dans le même genre que ceux qui se trouvaient en bas. Sauf que lui était rutilant et en parfait état. En prenant place sur l’un des deux sièges en face du bureau, Shad avisa la porte fenêtre qui se trouvait derrière leur interlocuteur qui donnait sur un petit balcon et comprit rapidement qu’elle constituerait leur seule issue. D’un regard discret vers Gérald, il lui fit comprendre de se tenir près à agir au cas où ils auraient des ennuis. Le banquier se pinça légèrement les lèvres en se concentrant sur la situation et pris place à côté de l’invocateur.

-Ravis de pouvoir vous rencontrer en chair et en os, voyageurs. Je m’excuse pour les désagréments que vous avez dû rencontrer, mais tout cela est terminé maintenant que vous m’apportez ce colis.

Alors que Gérald s’empressait déjà de détacher la sangle du sac autour de son épaule pour le remettre au cybord, Shad ne put s’empêcher de poser la question qui lui brûlait les lèvres depuis qu’il avait obtenu cette chose.

-Veuillez excuser ma curiosité, mais vu les risques qu’on à prit pour vous amener cette chose, j’aimerais savoir ce qu’elle contient ?

Le robot marqua un temps d’arrêt et sembla analyser la question du voyageur. Puis il déballa l’objet de son sac et ouvrit le boitier pour un sortir un étrange dispositif composé de câbles, circuits, ampoules et autres composants électronique. Puis, avec un sourire bienveillant il répondit à l’invocateur.

-Et bien, j’imagine que vous méritez bien quelques explications après tout. Tout d’abord, j’imagine que vous avez dû remarquer que nous étions quelques peu différents de nos semblables cyborg du royaume.

Shad acquiesça.

-Nous ne somme pas aussi solide, rutilent, nous ne nous sommes pas le fruit de la pointe de la pointe de la technologie actuelle ; bref nous sommes différent. Nous ne sommes pas non plus programmés, formatés comme le reste des robots de cette ville et par conséquent bien plus libres et intelligents. En cela on nous considère comme des dangers, des aberrations. Nous sommes la toute première génération de robot du royaume de la main invisible, issus d’un temps où créatures et machines vivaient encore en harmonie.

La main de l’invocateur se raidit sur l’accoudoir du siège. Ça sentait vaguement l’acte terroriste cette histoire…

- Voyez-vous, les machines comme nous étaient conçu pour aider les créatures à mener à bien leurs projets en voyant les choses de façon objective, de façon à limiter les chances d’échec et travailler de manière optimale . Puis la cupidité à rongé leur cœur, les obligeant à nous remplacer par de bêtes machines conçus pour obéir et exécuter les ordres sans poser de questions ni y voir les inconvénients. Nous avons observé ce royaume pourrir pendant qu’on cherchait à nous exterminer, nous les « obsolètes ».

Shad ne put s’empêcher de déglutir bruyamment. De toute évidence, ils avaient encore foutu les pieds au mauvais moment, au mauvais endroit. La question était à présent la suivante : Allaient-ils être mis hors de cause pour les avoir aidé ou allaient-ils eux aussi faire les frais de la guerre civile que ce cyborg semblait être sur le point de déclencher ?

-Mais tout cela va changer, car voyez vous cette petite merveille est un émetteur conçu par nous meilleurs ingénieurs. Il émet une onde capable de faire sauter les « barrières » des cyborgs. Ainsi ils vont retrouver leurs pleines capacités à juger et analyser les situations. C’est la fin de la décadence de cette ville, mes amis.

Shad tourna légèrement la tête sur le côté et remarqua la présence discrète de deux cyborg qui venaient d’arriver dans l’encadrement de la porte.

-Vous n’aviez jamais prévu de nous laisser repartir, n’est ce pas ?

-Ne le prenez pas mal. Vous laisser repartir serait une erreur, et les machines ne sont pas conçues pour faire des erreurs.

Alors que les deux cyborgs s’avançaient maintenant vers les voyageurs,  Shad renversa le bureau et attrapa Gérald par l’épaule. Il se précipita vers la porte fenêtre et n’eu pas le temps de demander au banquier de les téléporter de l’autre côté qu’un cyborg les poussa si violemment qu’ils la traversèrent et passèrent par-dessus le balcon. Chute libre, une fois de plus… ça commençait à devenir une habitude. Gérald parvint tout de même à les téléporter maladroitement jusqu’en bas et tout deux atterrirent lourdement sur une benne à ordure. La vue de Shad se troubla, il peinait à se relever et se sentit épaulé par Gérald. Il avait mal, et ne discernait pas clairement ce qui se passé autour de lui. Il y avait du bruit, peut être les robots les pourchassaient-ils déjà, peut être Mara était-elle en danger. Il eu un moment d’absence. Quand il rouvrit les yeux, ce n’était plus les siens. Il était trop tard, il n’avait déjà plus le contrôle. Ses yeux composé écumants de rage, il repoussa violemment le banquier.

-Là, j’en ai ma claque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 630
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: Chemins croisés - Nuit [avec Shad B] Mar 7 Juin 2016 - 23:30

Ils étaient à présent séparés, touchant au but.

Mara observa un instant Shad et son beau-père qui s'éloignaient vers leur objectif, une partie d'elle se demandant si le jeune Voyageur parviendrait à supporter son aîné, l'autre partie étant convaincu qu'il n'y aurait aucun problème. Après tout, à Dreamland, il fallait bien réussir à mettre de côté l'animosité qu'on pouvait ressentir pour quelqu'un si cette personne pouvait nous aider, non? C'était une question de volonté après tout, ça devait pas être très dur quand il y avait de l'enjeu. Enfin, la fillette imaginait. Après tout, elle n'avait jamais vraiment rencontré de personne détestable avec qui elle aurait dû prendre sur elle, elle avait surtout rencontré des gens sympas. Enfin, sauf les méchants mais là, c'était pas pareil: c'était des méchants. Du coup, elle savait pas trop, mais ça lui paraissait logique quand même.

Se détournant vers ses parents et Miranda, s'arrangeant pour que cette dernière ne regarde pas trop son fils s'éloigner, elle les incita à faire demi-tour en direction de la ruelle. Il lui semblait avoir repéré un endroit un peu à l'abri pendant la cours, pendant que les deux hommes finissait leur mission. Tenant Miranda d'une main et son père de l'autre, après s'être assurée qu'il tenait aussi sa femme, elle suivit les ruelles en boitillant lentement. Heureusement qu'elle n'était pas prise par le temps parce que franchement, là... Elle ne pouvait pas faire grand chose à part grimacer douloureusement à chaque pas. Ah si, elle pouvait se retenir de lâcher des cris en plus, histoire de préserver le semblant de calme dans lequel les trois Rêveurs semblaient par miracle rester. Elle avait un instant hésité à s'installer sur le dos de l'un d'eux, mais n'ayant aucune idée de la force véritable de quelqu'un d'inconscient dans ce monde, elle n'avait pas vraiment eut envie de tenter le diable.

Après une marche courte par sa distance mais longue par sa lenteur, ils arrivèrent finalement à l'endroit qu'elle avait repéré. Il s'agissait d'une petite cour entre les immeubles, peut-être un peu glauque avec son sol en terre battue parsemée de quelques touffes d'herbe, mais la présence de ses parents empêchait la fillette de laisser son imagination déborder. S'appuyant contre un mur s'élançant vers une dizaine d'étages de balcons à la vue bien triste, tout en s'accrochant à la main de sa mère, elle parvint à rejoindre le sol sans trop appuyer sur ses jambes. Soupirant en reposant son dos devenu douloureux à cause de sa posture, elle ignora les Rêveurs qui pour une raison ou pour une autre s'étaient tous les trois mis à danser et en profita pour regarder ses tibias. Remontant délicatement son leggings, elle fut soulagée de voir qu'ils semblaient presque normaux à première vue. Pas de vision d'horreur de gros morceau d'os jaillissant de sa peau, non. Juste peut-être une sorte de gros bleu violet un peu glauque sur le côté de son genou droit. Elle se contenta d'écouter son instinct qui lui disait de ne surtout, surtout pas toucher, et redescendit son bas avec une grimace.

Puis une détonation, le sifflement aigu d'un tir chirurgical et un nuage de fumée à la place de son père.

La fillette mit un instant à comprendre ce qu'il s'était passé, tandis que les deux mères restantes se mettaient à hurler en courant au hasard dans la limite des quelques mètres carré de la cour. D'autres sifflement retentirent, deux, mais ils se fichèrent dans le sol. Quelque soit ce qui était en train de tirer, il visait visiblement les Rêveurs mais n'arrivait pas à anticiper leurs déplacements chaotiques. Pourquoi eux et pas elle? Le tireur ne la voyait pas? Et pourquoi il y avait un tireur, leur poursuivants n'étaient-ils pas sensés les avoir perdu?

Le cœur de l'enfant battait à cent à l'heure. Sans même considérer l'idée de faire passer une bonne nuit aux inconscients, calculant à peine que si les morts ne disparaissaient pas à Dreamland, elle aurait eut le cadavre de son propre père sous les yeux, elle cherchait juste une possibilité de survie pour elles.

Ses jambes la lançaient, elle voyait l'abri de la ruelle à moins d'une dizaine de mètres, Miranda s'était plaquée à un mur sur le chemin en tremblant et Éloïse persistait à fuir à grand coups d'aller-retour. L'agresseur avait cessé de tirer, peut-être se rendant compte de l'inutilité de la chose et sans doute était-il en train de chercher un meilleur point de tir. Elle n'était pas sure que la simple volonté soit capable de la soulever. Elle avait eu la stupidité de s'asseoir, et se relever impliquait de s'appuyer sur ses os endommagés. La simple idée de la douleur qu'elle allait ressentir la terrifiait, la clouant presque à sa place. Une miette rationnelle de sa conscience cherchait cependant un moyen de surmonter ça, essayant d'imaginer des situations plus douloureuses dont elle s'était sortie malgré tout. Et il y en avait. Les deux fois avec les rats, par exemple, elle était tout simplement devenue une loque, un corps se battant pour sa survie, presque dissocié de son esprit qui cherchait juste une porte de secours. Là, l'urgence était moins forte, elle n'était pas dans l'action, elle n'allait pas y arriver. Et la mémoire de ces événements ne donnait en rien envie de les revivre, lui retirant toute envie de s'infliger presque gratuitement une souffrance supplémentaire.

Un éclat à une fenêtre, comme une silhouette brillante qui passe. Une vitre se brisa. Il n'en fallut pas plus pour que les réflexes de Voyageuse de la petite ne s'accouplent à son instinct primaire de survie. Elle déplia les jambes en un instant, s'équilibrant d'une main et s'élança vers la ruelle de sortie, tandis qu'une balle percutait l'endroit où elle se trouvait une fraction de seconde plus tôt. Attrapant dans la foulée le dos puis la main de sa mère, ainsi que le bras de celle de Shad, elle s'engouffra dans l'étroit accès et suivit son tracé. Cela prit quelques secondes au total. Son corps était bien incapable de retenir le flot douloureux plus longtemps, et une décharge de souffrance la projeta à sol tandis que ses jambes se dérobaient sous elle. Les deux femmes qu'elle tirait la dépassèrent d'un pas et se tournèrent avec horreur dans sa direction, mais elle ne pouvait que remplir et vider ses poumons à l'aide d'une respiration sifflante.

Se hissant laborieusement sur ses coudes, les bras tremblants, elle leva la tête vers l'angle de la ruelle qui donnait sur l'immeuble où Shad et Gerlad étaient partis. Elle n'osait pas regarder derrière elle, de peur d'y voir une entité quelconque armée d'une arme létale quelconque. La tension est infiniment plus terrifiante que l'action, car elle laisse le temps de réfléchir. Dans un film, elle laisse parfois le spectateur prendre du recul et se rendre compte qu'il n'y a pas d'enjeu, mais quand on le vivait réellement... Et bien, on avait le temps de réfléchir. Typiquement, de constater presque froidement, l'espace d'une seconde, qu'on était à ça de mourir. Et c'était exactement cette réflexion que Mara cherchait à tout prix à éviter, fixant son regard sur les silhouettes familières qui s'approchaient. L'une devant l'autre. Celle de devant semblait être à Shad mais... sa démarche était différente, presque agressive, comme s'il voulait faire mal au sol qu'il foulait. Ça s'était mal passé?

Elle ne savait pas, ça n'avait plus d'importance. Elle voulait juste revoir son père, là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 209
Date d'inscription : 08/02/2015
Age du personnage : 21

Nouveau challenger
Shad Blackburn
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 265
Renommée: 455
Honneur: 130
MessageSujet: Re: Chemins croisés - Nuit [avec Shad B] Sam 13 Aoû 2016 - 17:47
-Shad? Mais qu'est ce que tu fais?!

Idiot, si seulement tu pouvais comprendre. Je t'aurais bien dis de fuir, mais c'était déjà trop tard. Le voir t'arracher les yeux ne m'aurait pas dérangé plus que ça, mais heureusement pour toi tu es difficile à attraper. Et puis de toute façon tu n'étais pas sa cible à cet instant. J'avais beau lui hurler de s'arrêter sur le champ, il avançait toujours vers la jeune fille qui était à présent au sol. La situation était des plus délicate; les robots se lançaient à notre poursuite, Mara était blessée et je n'avais plus le moindre contrôle sur Hoji. Pour couronner le tout, ce dernier avait la ferme intention de mettre fin à la vie de voyageuse de la petite blonde. Ignorant les appels de Gérald je luttais encore et toujours pour empêcher le démon de poser la main sur ma jeune amie, en vain. lorsque nous arrivâmes à sa hauteur, je pus lire dans ses yeux un mélange de peur et d'incompréhension. Je ne voyais plus nos rêveurs mais ce n'était pas grave. Après tout s'ils étaient morts cela nous faciliterait peut être la tâche.

-Cette fois c'est terminé, gamine; dit-il en avançant une main en direction de la gorge de Mara.

désespéré, je ne parvenais toujours pas à l'empêcher d'agir. Contre toute attente Gérald avait prit son courage à deux mains et avait bloqué le geste du démon en lui attrapant le poignet. Le banquier avait finalement fait le rapprochement entre le démon et mon attitude devenue soudainement violente. Cet élan de courage était presque aussi touchant que pathétique. Il n'avait clairement pas l'habitude du combat rapproché et il était tombé sur le mauvais adversaire pour une première fois. L'instant juste avant que Hoji ne lui retourne le bras pour lui coller un grand coup de poing dans le nez, on pouvait voir dans son regard l'incertitude et la panique. Il avait réagit instinctivement en bloquant le geste de Hoji mais n'avait pas su quoi faire par la suite. Le démon s'apprêtait déjà à lui dévisser la nuque quand Gérald se téléporta rapidement à côté de la jeune fille pour l'éloigner du danger. Pendant un court instant je fut soulagé, mais Gérald semblait s'épuiser et ne fut pas assez réactif lorsque Hoji bondit en avant pour lui envoyer un violent coup de poing dans le ventre. Plié en deux, il s'écroula au sol.  

-à nous deux la merdeuse; dit-il en attrapant Mara par la gorge pour la soulever de terre avec un sourire carnassier.

Il fallut qu'il commence à l'étrangler pour que je puisse trouver la force de le contrer.  Mon crâne était sur le point d'exploser, mes muscles semblaient se déchirer, ma vue se déformait. Mais je parvins finalement à le forcer à reposer Mara au sol. Torturé, déchiré entre la peur et la haine brulante du démon, je tombais à genoux à côté de Mara en m'empoignant les cheveux.

"Laisse moi en finir, Shad! Tu n'as pas besoin de ces deux déchets! les tuer te rendra plus fort!!"

-Ce n'est pas à toi de décider ce qui est bon ou pas... pour... moi...

Poussant un hurlement partagé entre ma voix et celle du démon, je me tordais de douleur sur le sol. Quand je pus à nouveau discerner ce qu'il se passait autour de nous, Gérald avait déjà pris la fuite en emmenant Mara avec lui. Définitivement soulagé qu'ils soient tous deux hors d'atteinte du démon, je finis par lâcher prise.

-Tu es vraiment faible, gamin.

Je ne trouvais même plus la force de lui répondre. J'étais amorphe, impuissant et épuisé. Il s'étais relevé, cherchant du regard les deux fuyards. Puis d'un bond sur le côté il esquiva un coup de matraque électrique. Face à nous se dressaient cinq cyborgs, les yeux rougeoyant d'une lueur terrifiante. Evitant habilement un bras télescopique, il fit une roulade sur le côté et manqua de peu de se faire trouer la peau par une rafale de mitraillette. N'ayant pas le moindre avantage à cinq contre un, Hoji préféra prendra la fuite à son tour en s'enfonçant dans la foule de passant. Le pari était risqué car à présent tout les cyborgs du quartier étaient à considérer comme ennemis; et autant dire que le quartier était grand. Bousculant sans ménagement les créatures sur son passage, le démon se fraya un passage jusqu'à la grande place centrale du quartier. S'arrêtant un instant, il balaya l'endroit d'un regard méfiant. Tout semblait beaucoup trop calme pour la situation actuelle. Ses yeux s'arrêtèrent sur un robot livreur qui transportait des cartons et dont la course s'était arrêté face à un mur contre lequel il buttait inlassablement, laissant tomber progressivement ses paquets.  Un autre un peu plus loin qui travaillait à la sandwicherie du coin semblait avoir "oublié" qu'on ne pouvait pas remplir un gobelet plus qu'il ne pouvait en contenir. Nous nous aperçûmes rapidement que la plupart des robots que l'on  pouvait apercevoir autour de nous étaient eux aussi victimes de bugs en tout genre. Et enfin, quasi simultanément, ils levèrent tous la tête en ouvrant leurs yeux rouge et luisants comme s'ils venaient de reprendre conscience. En fait, il venait de prendre conscience réellement pour la première fois à cet instant précis. La balise avait été activé.

L'employé de la sandwicherie retourna littéralement le comptoir derrière lequel il se trouvait en arrachant son tablier, le livreur jeta ses cartons sur un contrôleur et la balayeuse automatique se mit à cracher des ordures sur les passants. Ainsi une horde de robots libres se mit en marche vers la ruelle de l'immeuble où se trouvait le chef du gang. Les créatures se mirent à courir en poussant des cris de panique, tandis que plusieurs plateformes volantes se posaient au milieu du chao en déposant plusieurs dizaines d'agents de sécurité vêtus de casques et de gilets. le face à face fut immédiat et brutal. Un petit groupe de robot se détacha du reste et se précipitèrent dans notre direction; ils nous avaient retrouvé. Réagissant aussitôt à cette nouvelle attaque, Hoji prit à nouveau la fuite en slalomant dans la foule malgré les nombreuses douleurs qui nous parcouraient le corps. Soudain, son visage s'éclaircit d'un sourire sadique et la soif de sang lui gonfla les veines. Ignorant les douleurs musculaires et multiples coupures dont il souffrait, il pensa à l'immense satisfaction qu'il éprouverait lorsqu'il mettrait la main sur la chevelure blonde qui se trouvait à un peu plus d'une centaine de mètres devant nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 630
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: Chemins croisés - Nuit [avec Shad B] Sam 13 Aoû 2016 - 21:22

La fillette écarquillait les yeux, au fur et à mesure que Shad se rapprochait. Il avait une expression qu'elle ne lui connaissait pas, une expression qu'elle n'avait jamais imaginé voir sur son visage. Une expression déformée par la rage, la haine, un reflet dans le regard qui la terrifiait, même si elle était trop loin pour voir celui-ci en détail. Il s'approchait, il s'approchait de plus en plus et ressemblait de moins en moins à l'Invocateur qu'elle avait laissé partir. Ce fut lorsque sa voix sifflante lui annonça sa fin prochaine qu'elle commença à comprendre. Cette voix, c'était cette du masque.

Son visage à contre-jour commença à s'approcher et il tendit la main vers elle, la petite tenta vainement de se reculer mais ce fut finalement Gerald qui parvint à repousser l'échéance en frappant le garçon possédé. Une étincelle d'espoir qui se vit réduite en cendre face à la domination totale qu'exerçait le fils de Miranda sur son beau-père, le repoussant avec une facilité presque protocolaire pour retourner à sa tâche.

Pendant un instant, elle eut l'image mental de son ami dans la piscine qui jouait avec elle comme un gosse. Un stupide instant qui prit fin particulièrement brusquement, lorsqu'elle sentit une poigne sur sa gorge et son corps quitter le contact du sol. Elle agrippa le poignet de son agresseur, le serrant de toutes ses forces en espérant lui faire lâcher prise, elle agitait vainement ses jambes blessées, incapable de donner des coups assez puissants pour vraiment ébranler l'autre. Alors qu'elle sentait l'air se raréfier, le sang s'accumuler dans son crâne, alors que les doigts de l'autre semblaient vouloir se plonger dans son cou au point de lui donner la nausée, alors qu'elle en était réduite à griffer son bras en désespoir de cause, il la posa enfin au sol avant de la lâcher.

Mara avait sentit le contact tremblant sur sa peau et une fois libre, elle tituba vers l'arrière avant de s'effondrer à moitié contre un mur. La terreur et le manque d'oxygène semblaient rendre les douleurs de ses jambes secondaires alors qu'elle remplissait bruyamment ses poumons. Il ne l'avait pas étranglé assez longtemps pour la pousser à ses limites, loin de là, mais la panique s'additionnant à la fatigue la mettait dans un état second où la seule chose qui comptait était sa propre survie. Une partie d'elle-même nota que les Rêveuses n'étaient plus là. Avaient-elles fuit, s'étaient-elle réveillées toutes seules ou à cause d'un tir? Elle n'en savait rien et quasi instantanément, elle cessa de penser à elles, puisque elle-même encourait un risque foncièrement plus important.

Du moins, plus dans l'immédiat semblait-il, constata-t-elle face à l'étrange comportement de son ennemi... Non, de Shad, agenouillé et courbé vers le sol, qui marmonnait une phrase qu'elle ne saisit pas. Elle ne savait plus quoi penser, elle fixa cet étrange spectacle, partagée entre l'inquiétude pour son ami et la terreur pour sa propre vie. Son ami... pouvait-elle vraiment le considérer comme tel? Alors même qu'il était une menace pour elle, dans l'immédiat? Ne devrait-elle pas se satisfaire de le voir ainsi au sol et vulnérable. Horrifiée par ses idée, elle les balaya d'un coup sec en se disant que celui qui l'avait agressé était Hoji, pas le garçon. Certes, mais s'il était incapable de lui-même se contrôler...

Un hurlement retentit, coupant court à ses réflexions. Un cri double, presque bestial, mêlé de rage et de douleur. L'enfant était tétanisée, ses pensées s'entremêlaient, son corps entier semblait douloureux. Puis tout cessa. Enfin non, pas tout, le cri se poursuivait mais il semblait tellement... lointain...

Cela prit plusieurs secondes à Mara pour se rendre compte que le paysage sous ses yeux avaient changé. Elle cligna plusieurs fois des paupières, désarçonnée, ne comprenant pas ce qu'il se passait, se demandant si cerveau venait de lui censurer des souvenirs, impliquant un passage à vide. Mais un contact sur son bras et un regard en direction d'un Gerald qui reprenait son souffle lui permit de remettre les pièces du puzzle en place. Téléportée loin de Shad. Le cri avait cessé, d'ailleurs.

L'air aussi nerveux que possible, le Voyageur lui intima de monter sur son dos. Elle faillit avoir peur qu'à cause de son niveau, il n'ait pas la force de la porter mais elle se rappela qu'elle était quand même légère. Son esprit s'embrouillait, elle s'habituait à la douleur au point d'à peine tressaillir quand l'homme s'assura qu'elle tenait bien. Elle jeta un regard à son environnement, se rendant compte que les robots agissaient bizarrement, ne comprenant pas pourquoi. D'une voix faible, elle demanda à son porteur:

"Il se passe quoi... Il a quoi Shad...?"

Gerald lui jeta un coup d’œil avant de répondre, ses propos hachurés par son souffle:

"Compliqué... h-h... La valise était un moyen... h-h... de rendre tous les robots... h-h... conscients, plus intelligents... h-h... Qui sait ce qu'ils... h-h... veulent en faire..." il déglutit. "Concernant Shad... h-h... ils ont tenté de nous tuer... h-h... On a sauté par un fenêtre... h-h... et en bas... h-h... Il parlait avec cette autre voix..." nouvelle pause. "Je pensais que tu... h-h... saurais pourquoi..."

Mara resta silencieuse face à cette annonce. Une mauvaise nouvelle de plus qui stipulait que ce qu'ils avaient fait cette nuit était facilement l'une des pires erreurs qu'elle ait pu faire, pour sa part. Jamais elle ne s'était retrouvée ainsi, a avoir provoqué une telle catastrophe alors qu'il ne lui restait tout simplement plus de temps ou d'énergie pour la réparer. Et comme pour lui rappeler à quel point ils étaient au fond d'un trou aux murs soigneusement poncés et huilés, alors que Gerald faisait une pause en s'appuyant à un mur, la fillette releva la tête.

Et là, au milieu de la rue assez peu large où ils étaient engagés, sur fond de robots marchant tels des zombies vers la même direction, un Voyageur se dressait, le visage barré par un sourire cruel. Ce n'était plus Shad, l'évidence était là. Elle ne frappa même pas Mara non, c'était juste... une évidence, point. Le beau-père du garçon leva un regard décomposé vers lui et sembla se relâcher sous l'épuisement, n'opposant aucune résistance quand Mara se détacha pour tomber au sol. Elle grimaça à cause du choc dans ses genoux, mais parvint à tenir debout en s'appuyant contre un mur.

Hoji ne prenait même pas la peine de courir, comme s'amusant follement de la situation, il voyait bien que sa cible ne pourrait pas s'enfuir. Et même si elle tentait, il n'aurait même pas besoin d'accélérer le rythme pour la rattraper. Mais elle n'avait pas l'intention de fuir, pas comme ça. Déjà car elle savait pertinemment que ça ne l'avancerait en rien, et car à ses yeux, la seule manière de fuir cette situation était son réveil, qu'elle devinait proche. Elle aurait bien aimé que son père, qui avait à présent quitté Dreamland, ne la réveille, mais elle ne se faisait pas d'illusions: avec les événements de la soirée, il voudrait sans doute qu'elle se repose jusqu'au bout. Cette voiture lui semblait tellement lointaine à présent...

Mais elle n'allait pas fuir. Elle allait se battre, aussi stupide que puisse être cette décision. Elle-même avait l'impression de n'être plus vraiment elle-même, elle n'avait plus toute sa capacité de réflexion et elle choisissait cette voie simplement car elle n'en voyait pas d'autre pour assurer sa survie. Si Gerald avait pu la téléporter, là, il ne se serait jamais réduit à courir en la transportant. De plus, elle n'en était plus à ses premières nuits. Même si l'idée de se battre la répugnait toujours autant et qu'elle préférait discuter, elle savait quand on avait vraiment, vraiment dépassé le point de non-retour, et c'était le cas, là. Et quand il fallait se battre, à présent, elle savait donner des coups. D'autant plus qu'elle sentait bien que l'aura de Shad était plus faible que la sienne, même si elle ne se faisait pas d'illusions sur ce point non plus. Plus faible, mais en meilleur état, le combat n'était certainement pas joué d'avance.

Mais elle n'allait pas se battre pour vaincre, seulement pour gagner du temps. Du temps jusqu'à son fameux réveil. Elle frapperait pour l'affaiblir, le faire reculer, tenterait de parer ses coups pour ne pas aggraver son état... Et puis, il était invocateur, il invoquait des Créatures conscientes et assez faibles. Alors quitte à s'en faire vriller le crâne, elle lancerait onde sur onde pour bloquer l'essaim ou les deux guêpes de son adversaire. Elle n'était plus en état d'avoir des remords, elle était entièrement focalisé sur l'idée de rester en vie, tandis qu'elle attendait que le démon vienne à elle en incitant le banquier à s'éloigner. Levant la tête vers le Voyageur menaçant, elle souffla sans réfléchir, dans une tentative bizarre de provocation mal placée, mélangée à son instinct pacifiste, voire à une recherche de pitié:

"Réduit à ça... Attaquer une... une enfant..."

Plus elle y songeait en voyant s'approcher le jeune homme, plus elle hésitait à conserver un semblant de sens de l'honneur... Shad recevait-il les sensation de son propre corps? Si non, tant mieux pour lui, mais si oui... eh bien, on dira que c'était une punition pour lui avoir lâché ce truc dessus. Et à propos du truc, elle espérait que lui réagirait pleinement à la douleur car là, la seule idée qui lui venait, c'était de lui asséner le coup de pied le plus cruel et humiliant qu'on puisse donner à un mâle.

Il ne fallait pas penser au réveil, ni espérer qu'il s'approchait. Il fallait juste survivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 209
Date d'inscription : 08/02/2015
Age du personnage : 21

Nouveau challenger
Shad Blackburn
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 265
Renommée: 455
Honneur: 130
MessageSujet: Re: Chemins croisés - Nuit [avec Shad B] Dim 14 Aoû 2016 - 18:11
"sale fils de pute, je te ferais regretter d'avoir posé la main sur elle!"

"ah vraiment? parce que tu crois qu'elle hésitera à te tuer pour sauver sa peau? on se retrouve dans cette merde à cause d'elle, un jour tu me remerciera. "

C'était un véritable cauchemar. Gérald n'avait visiblement pas eu la force de les emmener plus loin et Mara semblait s'être résignée à se battre. A se battre contre moi, au final. Je n'avais jamais souhaité en arriver là, c'était ridicule. Je craignais qu'elle ne me veuille pour de bon, et ce crétin de démon ne pensais qu'à lui faire la peau alors que nous avions un bande de cyborgs cinglés aux trousses. A vrai dire j'aurais vraiment apprécié qu'ils viennent s'interposer dans cet affrontement. J'aurais encore préféré crever que d'être "obligé" de me battre contre Mara. Je me jurais de tout arranger si nous nous en sortions, de tout lui expliquer mais encore une fois la situation ne jouait vraiment pas en ma faveur. Un groupe d'agent de sécurité avait momentanément intercepté le groupe de robot derrière nous, laissant ainsi à Hoji tout le loisir de s'en prendre à la jeune fille. J'avais très bien entendu ce qu'avait dit Mara à l'intention du Démon, ce qui confirmait au moins qu'elle avait comprit que ce n'était pas moi qui agissait de la sorte. Lui, ça l'avait fait éclater de rire...

-Bhwahaha! tu penses vraiment que j'en ai quelque chose à foutre, gamine? Chez toi tu es peut être une "enfant", mais ici tu es une voyageuse. Te souviens-tu de ce que je t'ai dis un peu plus tôt? Voyons si tu peux faire plier l'esprit d'un démon; finit-il avec un sourire encore plus effrayant.

Il bondit en avant et amorça un coup de poing. Je savais que Hoji était doué pour le combat rapproché, mais Mara n'était pas sans défense non plus. Elle était actuellement plus expérimentée que moi et pouvait par conséquent se montrer assez réactive face aux attaques du démon. Pendant un instant je perdis le fil de l'action, trop épuisé pour continuer à suivre les mouvements de Hoji. Il me sembla cependant que cette première attaque de front n'avait pas atteint la jeune fille, et peut être même avait-elle riposté. Je sentait au fond de moi la douleur des coups, les empoignades et les échanges violents des deux adversaires. Bon dieu pourquoi fallait-il se battre... quoique... Peut être fallait-il vraiment se battre en fin de compte. Pas se battre directement contre elle, non, mais me "battre" comme je l'ai toujours fait lorsque j'invoquait Hoji. Ne faire plus qu'un avec lui, c'est de cette manière que je gardait toujours un certain contrôle sur ses actions durant les combats, en me rapprochant volontairement de lui. J'ai toujours eu peur que cela ne m'approche de trop près de sa folie; ce qui est peut être le cas au final; mais il n'y a que de cette façon que je puisse m'assurer qu'il ne déclenche pas une catastrophe.

Reprenant mon calme, je me concentrais à nouveau sur l'esprit du démon. Puis je vis à nouveau la lumière de l'extérieur à travers les yeux de ce dernier. La lumière aveuglante laissa très vite place au visage de Mara contre laquelle Hoji se battait avec une joie féroce. Je m'efforçait de ne pas paniquer, tout allait bien pour le moment. Il l'avait un peu secouer mais ne l'avait pas encore mit à l'agonie. Je fut d'ailleurs (douloureusement) satisfait de pouvoir ressentir à mon tour la douleur des coups qu'elle lui avait rendu. Le démon s'énervait de plus en plus;  c'est qu'elle était teigneuse la gamine. Trop concentré par sa soif de sang, le démon se relâcha un cours instant. Je sus tirer profit de cet instant en lui imposant ma volonté pendant une petite seconde. Je parvint à prendre le contrôle d'un mouvement en attrapant Mara par le col et en la repoussant, lui évitant ainsi un coup à la tempe. Le geste avait été calculé, Hoji avait dû prendre ça pour une erreur de sa part. Une erreur, pas deux. Il lui bondit dessus et la plaqua au sol. Il agrippa sa gorge une fois de plus et commença a l'étrangler, bien que les réponses de Mara furent assez douloureuse. Je crus d'ailleurs un moment qu'elle allait réussir à lui faire lâcher prise, ce qui me donna une idée.


Me concentrant un peu plus sur le geste de Hoji... Je devais vouloir la même chose pour parvenir à être en symbiose avec lui... Pas évident de souhaiter la mort de la jeune fille.... Mais finalement je parvins à reprendre une partie du contrôle et à dévier la main qui saisissez la gorge de la jeune fille sur son bras. Si je prenait la décision de la libérer complètement, le démon risquait de reprendre le dessus. Il avait maintenant comprit. Lui souhaitait l'étranglait à mort, pas juste l'immobiliser...

"ne bouge plus."

"Putain Shad t'es vraiment un chieur, tu te souviens de ce qu'il s'est passé la dernière fois qu'on à fait un bras de fer de ce genre?"

"Oh oui, je m'en souviens très bien. Je n'ai pas gagné, mais toi non plus. Le Renard Gris m'a aidé."

"Je te vois venir gros malin, et qui va t'aider maintenant? "

Ce fut dur, douloureux, mais je parvins finalement à prendre la parole.

-Gérald! plante moi! lève toi abruti!


Le banquier était resté sur le côté durant l'affrontement, osant à peine intervenir et faisant de son mieux pour ne pas se faire attraper par un bras télescopique de cyborg fou. Il était assis contre poteau, au bord de l'évanouissement. Mais il était à présent ma dernière chance de mettre fin à ce combat stupide.  Il se releva douloureusement en écarquillant les yeux comme des balles de tennis, se rendant compte que j'étais sur le point de commettre l'irréparable.

-Mais... Mais quoi??

-plante moi je te dis!! trouve une lame un bout de verre, n'importe quoi!

-certainement pas!!

Hoji lutta à son tour de toute ses forces pour reprendre le contrôle et tenta de renvoyer ma main sur la gorge de Mara. je la voyais bouger lentement, tremblante. Je perdais à nouveau du terrain. C'était fichu. Gérald, cet incapable, n'était pas fichu de se relever à tout les coups. Je ne put retourner qu'un regard désespéré à la jeune fille avant que ma main ne vienne se replacer sur sa gorge. Puis un hurlement de douleur me déchira le gorge. Gérald s'était téléporté pour trouver un bout de verre de vitrine brisée et me l'avait planté dans l'omoplate, assez profondément. Je sentais ma chair se déchirer, mes vêtement s'imbiber de sang...

-Frappe encore!

Le dernier coup acheva de mettre le démon hors d'état de se battre. Il disparut tandis que je m'effondrais sur le côté...

-Désolé Mara je n'ai jamais voulu en arriver là...

Shad se réveilla sans avoir la force de prononcer le moindre mot de plus. Etait-il encore voyageur? Et bien la réponse était surement oui, puisqu'il venait de se poser la question . S'il ne l'avait plus était, il ne saurait même pas ce que sont les voyageurs en question.  Non, il n'avait rien oublié. Personne n'allait oublier ce qu'il avait fait. Ou plutôt ce qu'il n'avait pas fait; à savoir garder le contrôle sur sa propre invocation. Il était sans doute le pire invocateur que le monde des rêves ai connu jusqu'à présent. Il mit ses écouteurs et ferma les yeux, somnolant sans dormir bercer par la musique de son baladeur.




-> À suivre dans Chemins croisés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Chemins croisés - Nuit [avec Shad B] Aujourd'hui à 13:35
Revenir en haut Aller en bas

Chemins croisés - Nuit [avec Shad B]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 2 :: Royaume de la Main Invisible-