Haut
Bas

Partagez|

Le cauchemar Hartekville

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Surnom : The Rock
Messages : 565
Date d'inscription : 21/11/2010
Age du personnage : 27

Arpenteur des rêves
Dazh Dalreight
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 30
Renommée: 1600
Honneur: 225
MessageSujet: Le cauchemar Hartekville Dim 13 Mar 2016 - 15:19


Carry On My Wayward Son
Anna Madec et Dazh Dalreight



[…]Carry on My Wayward Son.. !
The’ll be peace when you are done.. ♪
Lay your weary head to rest.. !
Don’t you cry no more… ♫ […]



C’était rarement le cas, mais c’est fois-ci, Dazh apparut au sein de Dreamland avec un casque sur les oreilles. Il reconnut sans difficulté le morceau qu’il avait entrepris d’écouter à plusieurs reprises ce soir-là.
Ce n’était pas désagréable un peu de musique pour changer. Surtout s’il avait le choix de la playlist. Si Dreamland était toujours une source sûr d’étonnement, il s’aperçut, après avoir entreprit de faire quelques pas, que d’autres surprises l’attendaient. Contre toute attente, un bruit phénoménal lui parvenait à travers son casque. C’est endroit lui était inconnu, bien que le grand brun estimait avoir pas mal bourlingué.

Le ciel était plein de nuages sombres, comme si un orage menaçait, bien que les rayons crépusculaire du soleil, filtraient à travers, par endroit. A plusieurs mètres devant lui s’étendait le portail d’une ville à l’atmosphère particulièrement maussade et lugubre. L’ambiance n’était guère différente du cimetière de la zone1, à l’exception de ce vacarme ahurissant qui hurlait toujours. Finalement, Dazh interrompit la musique et ôta son casque. Le voyageur essaya un instant de localiser la source du boucan qui pénétrait chaque recoin de ce royaume, jusqu’à résonner dans ses tripes. A n’en pas douter, il s’agissait d’une musique et Dazh se surprit à imaginer un concert dans les environs.

A mesure qu’il progressait dans les premières ruelles de Hartekville, selon le panneau qu’il venait de croiser, Dazh identifia un monument au cœur de la cité, a l’apparence d’une gigantesque enceinte. Il avait déjà eu l’occasion de se rendre à Gastropolice, une ville qui se consacrait à la gastronomie. Es ce que Hartekville se consacrait à la musique comme le laissait présager ce symbole au centre de tout ? Ou peut-être à un genre de musique, compte tenu de la mélodie qui lui parvenait. Ce n’était pas désagréable à l’oreille, mais le jeune homme s’en lassait assez vite.

Dazh supposa que le bruit venait de ce monument. Le voyageur avait imaginé pouvoir gagner l’endroit en question, mais il s’avéra que la tour « Enceinte » était en réalité, très loin. Elle devait être immense pour produire un tel son et être visible jusqu’ici. Les gens de ce royaume devait être particulièrement fêtard et heureux de bénéficier d’un tel dispositif pour avoir de la musique en continue. Des gens qui aimaient la musique ne pouvaient pas être foncièrement mauvais. D’ailleurs, si rien n’indiquait que les voyageurs étaient les bienvenues, rien ne précisait le contraire. Ce royaume n’était donc pas en guerre avec ces-derniers et ne soutenait pas la fameuse loi « voyageur ». Dazh avait de toute manière, toujours ignoré ce genre d’avertissement, faisant comme bon lui semblait. Libre de vaquer à ses occupations ce soir, le jeune Dalreight avait entrepris d’explorer de nouveaux horizons. Les membres de Fables avaient probablement d’autres projets également. Il avait songé à de nouveau rencontrer Lilith, mais ses pensées avaient finalement dérivées sur autres choses.

Depuis plusieurs minutes à marcher dans la ville, Dazh fut étonné de ne croiser personne.  La mauvaise météo, les murs gris des habitations qui bordaient la rue et le sol mal entretenu avait vite eut raison de son humeur qui devint grincheuse. Soudain, le voyageur perçut un son différent. La tour « enceinte » diffusait toujours sa musique et n’était donc pas responsable.
Le son se répétait encore et encore et il sembla au jeune Dalreight, deviner comme un rythme régulier dans la façon qu’avait ce « son », de se répéter. Rien ne le pressait, alors le morpheur se dirigea vers la source du bruit d’un pas tranquille. Le bruit lui parvenait de mieux en mieux, cependant aucune route ne semblait s’orienter dans la direction qui l’intéressait. Comme le voyageur sentait le bruit à la fois proche et un peu lointain, Dazh quitta finalement le chemin principal pour se diriger vers le nord de sa position.  

Le voyageur se dirigeait vers des habitations qui disposaient de petits jardins, dont la flore était mourante. Pas entretenu, les plantes dépérissaient à vue d’œil. Curieuse façon de s’occuper de son jardin, mais Dazh ne s’y intéressa guère. Il observait le paysage lointain, visible entre deux bâtisses. Le morpheur s’était attendu à découvrir d’autres structures, d’autres maisons, mais rien avant plusieurs autres kilomètres.
Lentement, il s’approcha de la barrière délimitant la propriété et eut alors tout le loisir d’observer les environs. Soudainement, le sol s’affaissait pour former comme un cratère. En réalité, Dazh observait l’une des vastes carrières qui se trouvait en ville. Le trou était béant et pour la première fois, le voyageur eut l’occasion de rencontrer les habitants de Hartekville, travaillant à creuser le sol…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 34
Date d'inscription : 18/01/2016

Nouveau challenger
Anna Madec
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Le cauchemar Hartekville Dim 13 Mar 2016 - 18:01



Pioche frappe
Esprit dérapent
Cours avant qu'ils
Ne t'attrapent
Dazh @ Anna
Le Beat de la Mort Du sang. De la suie. Encore du sang, toujours. Même l'odeur de fer déjà présente ne cache pas celle si particulière du liquide de vie. Il coule le long de leur lèvres, coule sur leurs vêtements déjà bien usés. Puis il y a certains d'entre eux qui coulent simplement; s'écroulent. Ici, tu sens que ce n'est pas un rêve au sens strict du terme. Les hommes ne sont pas mutés, mais ils sont tout comme : des zombies. Plus tu t'enfonces, plus l'odeur putride te prend aux narines, autant que la musique qui vient agresser tes oreilles. Bordel. Pourquoi il a fallu que tu t'endormes dans ce campement pour le festival, avec les baffles tournant h24 de la musique plus ou moins pourrie ? Parce que ça fatigue de sauter et d'éviter ceux qui se roulent des pétards en même temps. C'est logique non ? Mais bon tu t'en fiches un peu dans le monde des rêves. Il faut juste éviter encore trop d'agitation sinon tu ne te réveilleras certainement pas à l'heure pour choper les dernières navettes.

Revenons sur le lieu que tu "vois" en ce moment. Que tu "sens" tant la boue mélangée à divers produits vient de coller à tes bottes vertes. Ta combinaison tant elle te colle à la peau, tu aurais envie de l'enlever, Anna. Sauf que t'as pas envie de fondre comme une espèce d'ectoplasme senteur cochon grillé. Il était temps que tu t'octroies une pause. Tu ne sais plus le temps que tu as mis à faire cette distance, d'un cratère à une espèce de haute bâtisse en taule, pour arriver ensuite à un autre cratère entourée d'autres bâtisses, mais cette fois-ci en pierre, mais tu y es arrivée. Ton souffle se fait court, la sueur tombe le long de tes joues et ta nuque. Un bain ça ferait tellement du bien dans ces cas là.

« Anna ... ? »
Tes yeux s'écarquillent à l'entente de ton prénom et rapidement, gant retiré et roche devenue bombe à retardement au creux de ta paume, tu fais face à la source de cet appel pour voir un gosse à longues oreilles de lièvre te fixer d'un air inquiet; pour le voir disparaître aussi vite. Une hallucination. Une hallucination qui te dit quelque chose. Qui était ce gosse déjà ? Une sensation de déjà te prend aux tripes, violente qui te rappelle combien tu avais eu mal.
Sauf que tu n'as pas le temps de t'en rappeler. Les chiens sont lâchés, ou plutôt ... les humains devenus chiens. Haletants, la langue pendante et les crocs luisants, ils courent vers toi, barres, pioches en main. Alors tu gueules, plus pour la forme et ne pas te sentir sans compassion.
« Je vous jure. Vous m'approchez les mecs, vous allez plus pouvoir vous branler. »
Bon, yen a qui écoutent ta voix rauque et mélodieuse de femme avec des "couilles" mais d'autres non. Eux, ils ont complètement perdu la case qui leur servait de cerveau dans le puzzle qui leur sert de corps. Tu balances donc la brique sans ménagement à terre et commences à t'enfuir pendant que l'explosion disloquent à certains ce qui leur permet d'être bipèdes. Ou même leurs mains. Voilà plus de branlette. On avait prévenu.

Tant pis pour la discrétion. Puis ici, ya de quoi être vraiment discret avec cette musique qui pompe les deux tiers des ondes sonores ? Visiblement à l'aise avec les rues ou ce qui ressemblent à des rues, tu prends des détours, arrive à te faufiler dans des endroits bien trop familiers. Pourquoi ? Enfin tu les as semés, pantelante, presque sur les rotules, mais loin d'eux. Et ... près d'un nouveau cratère. T'essuies comme tu peux la sueur sur ton front, ouvres ta combinaison et grognes de rage. Cet endroit, c'est immoral. Cet endroit il te sort par les trous de nez vu que ça te rentre par les oreilles. Cet endroit il te donne envie de te tirer les cheveux. Ce que tu fais sans mal en faisant en plus les cent pas. Franchement, un rêve calme, sur une île paradisiaque à siroter une citronnade, c'est trop demandé ? Mais oui c'est trop ! Ce monde est sadique faut pas l'oublier et on doit survivre. SUR ... VI ... VRE ! Maintenant que tu es à peu près calme, tu sondes les lieux avec un air perplexe avant de remarquer une espèce de masse noire mal rasée. D'abord surprise par l'apparition, tu deviens vite méfiante. Ton corps se penche, assez pour te donner l'élan nécessaire si le gars s'amuse à foncer vers toi.

« J'espère que t'es pas un autre de ces tarés Honey, parce que vu ton minois ça me briserait le coeur de te l'exploser. »

Quoi ? Faut bien tenter un brin d'humour et de provocation. Quoi ça te ressemble pas ? Mais si. Oui tu vois c'est tout toi. Sans finesse et tout dans la provocation. Point.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : The Rock
Messages : 565
Date d'inscription : 21/11/2010
Age du personnage : 27

Arpenteur des rêves
Dazh Dalreight
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 30
Renommée: 1600
Honneur: 225
MessageSujet: Re: Le cauchemar Hartekville Lun 14 Mar 2016 - 0:13



Le cauchemar Hartekville
Anna Madec et Dazh Dalreight




« J'espère ….pa….. un a…. de ces tarés Honey, ……. vu ton minois ….e briserait.. coeur .. te l'exploser. »

Une jeune voyageuse était sortie de nulle part. Elle le regarda, un instant, et il croisa son regard tandis qu’elle lui hurlait quelque chose que le grand brun ne perçut que partiellement. Décidément, ce bruit devenait de plus en plus insupportable. Par réflexe, le morpheur s’était arrêté, mais maintenant qu’il cherchait à comprendre ce qu’elle lui disait, il se rapprocha.
Rapidement, il lui sembla remarquer une certaine nervosité dans son comportement. Dazh prit soin de garder ces distances, tout en gardant un œil sur elle. Avait elle dit qu’elle lui briserait son minois, qu’elle lui exploserait le cœur ?

Sans attendre, le jeune Dalreight changea son bras en pierre, pour parer à toute éventualité. Elle semblait vouloir garder ses distances elle aussi. Dazh l’étudia un moment. Elle était plutôt mignonne et semblait avoir couru un sprint. A observer sa posture, il comprit qu’elle était sur la défensive et estima, au vu de son apparence, qu’elle était du genre à chercher les ennuis. Elle fuyait quelque chose. Il n’en fallait pas plus au morpheur pour passer à l’action. Dazh s’élança dans la direction de la jeune femme et brandit son poing de Quartz. Au moment d’arriver au niveau de la voyageuse, il bondit... Et dépassa cette dernière pour frapper les quelques clodos qui s’apprêtaient à faire usage de leurs barres en acier et de leurs pioches. Trop prompt à passer à l’action, il avait mal visé et n’était parvenu qu’à faire fuir les malheureux à la poursuite de la jeune femme. Dazh ramassa une barre et une pioche pour les lancer dans leur direction.


«  Ouai ! Vos cliques, vos claques. Case départ ! Ne touchez pas vingt mille francs ! Ciao ! »

Dazh se réappropria son bras humain tandis qu’il se tourna vers la jeune femme. A la voir dans sa combinaison, dans un endroit tel que celui-ci, avec cette musique en fond sonore, le morpheur eut l’impression d’avoir rejoint un jeu vidéo. Il balaya cette pensée d’un revers de la main mais ne put s’empêcher de s’attarder une seconde à la reluquer. Ne préférant pas trop s’approcher cependant, il entreprit de reboucher maladroitement le trou qu’il avait creusé en frappant le sol à pleine puissance.

« Je crois que ces gars-là ont pété un câble. Ceci dit, moi aussi j’aurai les boules d’avoir des fringues pareilles. Moi c’est Dazh, je viens d’arriver.»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 34
Date d'inscription : 18/01/2016

Nouveau challenger
Anna Madec
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Le cauchemar Hartekville Lun 14 Mar 2016 - 15:07



Pioche frappe
Esprit dérapent
Cours avant qu'ils
Ne t'attrapent
Dazh @ Anna
Le Beat de la Mort Le son vient frapper de concert avec ton sang dans tes oreilles que t'as l'impression de rentrer dans une sorte de transe assassine. Pas celle qui va conduire de suite à ce que tu sautes à la gorge de ce mec non. T'es quand même bien élevée et pas mauvaise. Et pas que dans le fond. Eeeeenfin breeef. La petite provoc a bien marché, vu que le géant commence à charger, charger ... charger ... chargement à 40%; de un sur deux modules de mise à jour. En gros, t'as le temps de limite te dégager sur le côté avec une petite poussée et une glissade sur ce mélange de terre et d'eau viciée. Vu le bruit, tu ne te doutes pas que l'assaut n'est pas dirigé vers toi, bien que ça ne t'empêche pas de mettre le plus de distance possible à la vue de ce ... bras ? Tes yeux s'agrandissent un instant et tu retiens ta respiration avant de voir que le gars se loupe majestueusement. Tu l'écoutes un moment, en faisant genre que tu ne l'as pas entendu, puis t'avances juste assez près pour le fixer droit dans les yeux tandis que t'attrapes entre tes dents un de tes gants, toujours pantelante.
« Ils sont pétés tu crois ? »
La pioche se fait soulever, commence à s'agiter chauffer, puis briller de manière dangereuse avant de se stabiliser en un espèce d'objet coincé entre état solide et lumineux au creux de cette main à présent nue. Puis, avec une force de nana, quand même assez forte suivi d'un cri de fureur, la pioche vient se ficher à terre devant le regard médusé des mecs restants et ...

KPOW

L'explosion retentit à peine pour vous, mais vu le vent que ça dégage, il n'y a pas photo. Puis, un petit cratère se forme, avec trois gars valsant ça et là dans ton champ de vision. Contentée, tu soupires, mains posées sur tes hanches et tu te retournes vers le grand balèse.
« Ha ... Eh ben je n'ai qu'à leur péter ce qui reste ... ha ... ? »
Un demi sourire s'étire sur tes lèvres sauf que celui-ci disparaît bien vite pour être remplacé par une grimace.
« Anna. »
Parce que franchement, voir un mec qui rebouche un trou, c'est pas que c'est pas mignon en soi (oui mignon, tu arrives à penser au mot mignon depuis le temps que ton subconscient fait de toi ce que t'es dans ce monde) mais ... mais voilà t'as un peu pitié. Surtout quand c'est un sol boueux avec des trucs dégueulasses comme de la merde ou des produits chimiques.

« Tu sais, le sol ne va pas t'en vouloir. »
T'en profites pour remettre ton gant en croisant de manière presque habituelle tes jambes pour cacher un élan de nervosité. Ouais parce qu'un mec qui t'étudie sans que tu t'en rendes compte pendant que toi aussi tu l'étudies, chez toi, ça filerait presque des boutons; les restes, encore les restes. Puis un mec avec une haute stature, des grandes épaules, quand t'es habituée à être celle qui en impose le plus ben ... ça en impose justement. Pendant un instant, t'imagines quelqu'un pouvant te soulever, sans grimacer et tu ne peux pas t'empêcher de hausser fortement les sourcils en signe de moquerie envers toi-même. Un mec qui peut te soulever hahaha la bonne blague. À moins que ce soit un champion aux haltères, ça pourrait. Bon, t'es peut-être pas aussi lourde. Ces pensées absurdes sont vite balayées par le sentiment de déjà vu que tu as ressenti en arrivant ici. Tu t'accroupis non loin de lui pendant qu'il continue à reboucher son trou, mais à distance suffisante pour qu'il ne vienne pas refaire un coup de poing rock.

De longues minutes s'écoulent avant que le trou soit parfaitement rebouché. Tu l'as regardé faire tout ce temps en silence, tandis qu'autour de vous des cris pointaient ça et là entre deux basses. Enfin tu étais surtout focalisée sur ses larges mains. Ça te rappelle ce que tu aimes faire le plus au monde : créer, restaurer; mais sur du bois. C'est fascinant quand les gens se permettent de faire acte de beauté, même avec de la terre mélangée à de l'eau croupie chimique.
« Vraiment fascinant. »
Lâches-tu sans t'en rendre compte, l'index posé sur tes lèvres. Bien vite, tu éclates ta bulle pour te focaliser sur un son; un cri. Encore. À nouveau debout, avec le peu de sens qu'il te reste en alerte, tu t'avances de quelques pas vers la zone d'où provient ce cri. Oui, ça te rappelle définitivement quelque chose. Et ce petit que tu as vu ... merde. Pas le choix, faut que t'ailles voir ce qui se passe pour retrouver cette putain de mémoire qui te fait défaut quand il faut se rappeler des gens de ce monde de what the fuck.
« J'ai un truc à faire ici. Du coup continue de reboucher ton trou, c'est presque lisse. »
Et sur ce, tu mets la capuche de ta combinaison sur ta tête mais ... tu te retournes tout de même vers le colosse mal rasé en faisant un peu pivoter tes hanches.
« Sauf si t'as envie de voir ce qui se passe, toi aussi. »

Tu continues ensuite ton avancée pour te retrouver non loin vers une série de bâtiments plus ou moins délabrés où une centaine de gens, créatures, toutes plus ou moins âgées se font pousser. C'est de là d'où viennent les cris. Et vu les lumières qui en sortent en bonus, ils sont en train de les marquer. Plaquée contre le mur et maintenant les mains plaquées sur ta bouche tu retiens un gémissement de dégout en voyant la tronche des gens à la sortie : boursouflés par une espèce de marque soit en croix ornée, soit un cercle avec un tigre incrusté. Sur le visage ... la vache. Un sursaut, un courant électrique te prend soudainement la tête entière et tu te rappelles de ce gosse fuyard : Kaïlian. Mais alors que tu te décides à avancer un peu plus, gant à présent enlevé quelque chose t'empoigne l'autre main fortement, t'obligeant à réagir et donc à t'emparer du premier truc qui traîne, un bout de tuyau que tu viens lui plaquer sur le ventre. Sans un mot, tu mires de manière incisive ton possible agresseur, sans piper un mot.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : The Rock
Messages : 565
Date d'inscription : 21/11/2010
Age du personnage : 27

Arpenteur des rêves
Dazh Dalreight
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 30
Renommée: 1600
Honneur: 225
MessageSujet: Re: Le cauchemar Hartekville Lun 14 Mar 2016 - 19:05


Le cauchemar Hartekville
Anna Madec et Dazh Dalreight



Alors qu’il pensait que les choses allaient en rester là, la jeune femme retira son gant et il fut évident qu’elle appela son pouvoir. La pioche qu’elle avait ramassée semblait se tordre de douleur dans sa main, jusqu’à devenir quelque chose d’incandescent. A son tour, elle bazarda son arme sur les quelques badauds qui était resté l’observé de loin. La pioche alla sa ficher dans le sol, non loin d’eux, alors que le morpheur s’était attendu à ce qu’elle aille pulvériser le crâne de quelqu’un. L’espace d’un instant, l’outil incandescent resta sans effet et Dazh eut envie d’aller voir ce qui se passait de plus prêt. Comme si l’on venait de lancer un pétard, le jeune Dalreight ne manquait pas une miette du spectacle.

Soudain, l’explosion balaya les poursuivants encore dans le périmètre, tandis qu’un cratère naquit au milieu du chemin. La déflagration emporta ses cheveux et sa veste en arrière, tandis qu’il s’arrêta net, incapable d’avancer davantage. Le morpheur ne put s’empêcher d’être impressionner ! Pas le moins du monde intimider par la puissance de l’explosion, il riait de bon cœur, ravi d’avoir assisté à un tel spectacle. Sans attendre et en dépit du danger, il sauta dans le cratère afin de mieux se rendre compte des dégâts. Il fut accueilli par une odeur de terre brulée, ce qui lui permit d’imaginer l’ampleur de l’explosion. Quand il revint dans sa direction, elle lui dit vaguement quelque chose et souri brièvement.

S’il avait vaguement entreprit de reboucher vite fait, son trou au départ, compte tenu des dégâts qu’elle avait été capable de causer, le morpheur se mit rapidement à effacer complètement, les preuves de sa piètre performance. Il s’y essaya le plus discrètement possible, tandis qu’il feignait de ne pas avoir remarqué, qu’elle le regardait faire. Après un moment un peu gênant où décidément, il n’arrivait à rien, il lui tourna finalement le dos et à l’aide de ses deux mains, acheva son travail. Evidemment, ça n’avait pas échappé à la jeune femme qui lâcha quelque sarcasme, bien qu’ils fussent dénués de réelle méchanceté.

Quand elle s’éloigna finalement, Dazh qui n’avait pas manqué son extraordinaire coup de bassin, reprit tout son sérieux. N’ayant pas de réel objectif cette nuit-là, il s’essuya les mains sur son pantalon et couru la rejoindre. Le morpheur n’était cependant pas dénué de toute prudence et fit bien attention à conserver avec la jeune femme, quelques mètres de distance. Il ignorait ce qu’elle avait perçu, parce qu’avec ce bruit sonore continue, lui, n’avait rien entendu, mais elle semblait certaine de la direction à suivre.

Marchand a son rythme, Dazh ne put s’empêcher de l’observer, tandis qu’elle marchait devant lui. Sa démarche rapide trahissait une volonté de poursuivre un objectif. Ceci dit, ce n’était pas un secret, elle le lui avait dit il y a tout juste un instant. Néanmoins, il se fit la remarque qu’elle ne lui avait pas donné son nom. Perdu dans ses pensées, il imagina toute sorte de scénario expliquant  sa présence dans un tel endroit. Quand il revint à lui, il fut surpris de constater qu’il ne l’avait pas lâché des yeux, observant ses formes sous sa combinaison.

Il fronça ses sourcils comme pour se sermonner lui-même et en vint à la conclusion que de toute manière, il était impossible pour elle de l’avoir remarqué. Tandis qu’ils approchaient tout d’eux d’une série de bâtiments tous plus saccagé les uns, que les autres, Dazh estima qu’il s’agissait de quelqu’un de plutôt impulsive, qui ne craignait pas de prendre des risques et enfin qu’elle n’était pas du genre à faire dans le détail. Malgré qu’il ait déjà rencontré bon nombre de voyageur, elle était la seule à faire preuve d’autant de tact et de subtilité que lui-même. Le morpheur ne s’attendait pas à un tel comportement chez une femme, mais tout compte fait, ça importait peu. Quelque chose lui en appréciait cette façon de faire qui avait au moins le mérite de gagner du temps.

Des cris lui parvinrent enfin, malgré le brouhaha de la tour « enceinte ». Dazh s’interrompit finalement et observa les évènements qui avaient court devant lui. La scène lui parut impossible, tant les gens qui étaient chahutés face à lui, avait été torturés et mutilés. Plusieurs d’entre eux avait des tiges de métal incrustés dans le visage, comme dans ce roman fantastique qu’il avait lu il y a longtemps. Il n’avait pas imaginé qu’il verrait un jour, un tel spectacle prendre vie devant lui. Il se fit cependant la réflexion qu’à l’époque, il s’était fait une idée assez précise de la chose, et s’en félicita.

Le morpheur avançait toujours et dépassa finalement la jeune femme. Il ignorait encore comment, mais il allait réagir et s’impliquer afin que cesse le cauchemar auquel il assistait. Se mêlant à la foule de gens qui circulait péniblement, sans le voir, Dazh sentait le danger planer tout autour de lui. Les bras le long de son corps et les poings fermés, il se fit la promesse que le danger ici, c’était lui et personne d’autre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 34
Date d'inscription : 18/01/2016

Nouveau challenger
Anna Madec
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Le cauchemar Hartekville Mar 19 Avr 2016 - 17:53



Pioche frappe
Esprit dérapent
Cours avant qu'ils
Ne t'attrapent
Dazh @ Anna
Le Beat de la Mort Cette main froide si froide ... son courant vient lécher chacun des nerfs de ton bras jusqu'à ce que ta bouche réagisse en conséquence, en une inspiration bruyante de surprise. Pourtant, tu ne brandis pas ce silex, ne le fracasse pas contre ce crâne de couleur bronze un peu tâché de noir. Tous les deux, vous vous observez un moment pour comprendre que les armes ne seront d'aucune utilité l'un contre l'autre. C'est quelque chose d'abrupt, involontaire, qui chauffe vos joues et brouille votre vue; un soulèvement au coeur et on se rappelle de la deuxième arrivée, des gens que l'on a laissé ici : un souvenir amer. Bruna vient t'enserrer contre elle de ses bras petits mais si puissant que tu as l'impression d'étouffer. Tu crois comprendre qu'elle a besoin de vérifier que t'es bien réelle et sûrement pas une hallucination due à la vapeur toxique d'une flaque.

« Vous êtes des chieurs les voyageurs.
- Parce que toi t'es pas chiante, à te plaindre. »
Rétorques-tu de but en blanc. Pour te recevoir un coup de coude dans les côtes. Et ça fait mal, franchement ce genre de coup; tu te sentirais presque t'écraser sous le choc. En plus du beat infernal qui règne ici mais qui a le chic pour enfin faire couler de tes oreilles les bouchons dans ta tête, tu observes la petite chauve bronzée qui te fixe méchamment du regard avant de jeter un oeil vers les baraquements insalubres. Tout ce qui s'en dégage, reste cette odeur à mi chemin entre le cochon grillé et de l'algue pourrie ensuite calcinée. Bras cachant tes narines et grimaçant de dégout tu reprends enfin la parole, non sans réprimer une troisième fois un relent.

« Il s'est passé quoi depuis mon départ. »
Bruna ouvre ses lèvres calleuse pour te répondre, mais l'immense présence qui vous dépasse la fait vite reculer de trois pas et sortir sa lame de fortune faite de toile sale et d'un fragment de fer. Cette petite aux allures félines de visage mais humaine de corps, est une de ces filles qui ont réussi à échapper au travail des femmes; en se faisant passer pour un homme. Son torse nu se comprime et ses jambes cachées dans son pantalon bouffant s'apprêtent à la balancer sur le dos de l'individu quand soudain elle se fait plaquer à terre suite à un tacle suivi d'une clé de bras.
« Mais t'es devenue tarée !
- Ferme-la et regarde. »
Ta main l'attrape au crâne et tu redresses son visage maintenant couvert de boue pour qu'elle puisse voir ce qu'il se passe. Et ce que Bruna voit la tend, la fait frissonner, elle qui pourtant a la peau si froide. Le gars n'attaque personne; ou du moins pas les pauvres hères. Il attaque du regard ceux qui tiennent le fer brûlant, ceux qui écrasent contre leur peau déjà meurtrie le sceau des bandes.

« Ils ont peur que vous vous barriez on dirait.
- Non. Ils ont pas aimé qu'on se soulève avec toi pour prendre une mine. Tu te souviens ? C'est la punition
- Merde.
- Comme tu dis. »



Mordant ta joue au sang pour éviter de te rappeler ce qui a fait que tu t'es réveillée avec un immense mal de tête dans ton monde, tu te décides enfin à te relever et suivre, avec la gamine à ton talon, Dazh. Ça fait légèrement cocasse, en le voyant de dos. Un gros tas noir qui fait tâche au milieu des crasseux. Et bingo, un des guetteurs le repère et se met à se barrer dans le sens inverse afin de prévenir ses potes. Et toi tu peux pas vraiment l'arrêter avec une explosion vu comment il détale. T'hausses les épaules et observes ce qui se passe après. Une vingtaine de bonhommes plus ou moins musclés, mais tous armés jusqu'aux dents, dont un avec un lance-flammes viennent faire coucou à la Montagne.
Ce qui semble être le meneur s'avance, et laisse une jolie traînée de boue dans son passage pour encrasser les chausses de l'intrus.
« T'as rien à faire ici mec. Et on recrute plus sauf moyennant finances. S'tu vois ce que je veux dire. »
Il essaie de pousser au torse Grand Noir, paume calée sur son buste pour le déséquilibrer et l'obliger à se reculer voir se rétamer. Mais ça fonctionne pas. Pas vraiment en fait. Il a juste bougé de 2 millimètres environ. Il essaie à nouveau mais sans succès. Puis le mec se décide à lui foutre un gnon. Et là ...

En fait ce qui se passe au "et là" tu ne le vois pas, vu que vous en avez profité avec Bruna pour vous faufiler de l'autre côté. Il y a juste des fracas venant briser l'harmonie psychédélique de la musique des baffles et quelques cris étouffés. Bruna t'as tirée, non; même traînée alors que ton sang bouillonnait bizarrement à l'idée de voir cet élan de testostérone se finir dans l'arrache de dents et le décroche membres. Eeeeet finalement, alors que vous arrivez non loin des caches de créatures et voyageurs, tu hésites. Bruna se retourne et te fixe d'un air surpris, les bras ballants.
« Tu vas pas aller sauver un mec qui t'a reluqué comme une Chagouine quand même !
- Ce mec m'a sauvé la vie Bruna. Et c'est pas parce qu'il a voulu me lécher la raie dans sa tête que je vais le laisser se prendre des tirs et des flammes dans la tronche. »
D'un geste spontané et vif, Bruna te voit lui faire un signe qu'elle ne comprend pas sur le moment, vu que ce n'est pas interprété de la même manière dans son clan. Pourtant ce n'est qu'un banal salut militaire. Alors tu cours vers la zone de combat pour voir une salve importante de flammes alliée à plusieurs tirs crépitants. Tu ne réfléchis pas trop à qui est qui, mais ce qui est sûr c'est que ceux qui sont restés sont pas des travailleurs; juste des tueurs qui ont aussi tué de sang froid quelques pauvres âmes. Et donc, ce mecs méritent juste de s'en prendre plein la face. Quoi de mieux que de toucher un échafaudage, le laisser briller jusqu'à ce que ... ben on connaît la note non ? Boum. L'explosion est telle que tout de même tu es projetée en arrière, entre poussières, boue et restes humains ce qui bien sûr t'amène à te retrouver plaquée au sol; avec son lot d'écorchures sur les bras, les hanches etc. La belle vie quoi. Viennent ensuite les quintes de toux, une envie de se relever puis les craquements du bâtiment principal. Un vrai carnage, mais une bonne distraction en soi. Pas peu fière de toi, tu te remets debout en admirant le fruit de ton boulot. Tu essaies même de te mettre les mains sur les hanches sauf que bien vite tu grimaces de douleur vu que t'es écorchée ici, on le rappelle. Il y a même quelque chose d'assez exceptionnel. La musique s'est arrêtée; et tu peux apercevoir Dazh dans le nuage de fumées.
« Au moins, ça fait un problème en moins ... non ? »
Lâches-tu en te mordant la lèvre inférieure. Parce que non, en vrai tu le sais : régler un problème, ça en amène toujours un autre. Un énorme.



© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : The Rock
Messages : 565
Date d'inscription : 21/11/2010
Age du personnage : 27

Arpenteur des rêves
Dazh Dalreight
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 30
Renommée: 1600
Honneur: 225
MessageSujet: Re: Le cauchemar Hartekville Ven 6 Mai 2016 - 15:18


Le Cauchemar Hartekville
Anna Madec & Dazh D. The Rock



Ces gens autour de lui, se traînaient lamentablement d'un baraquement a l'autre et ne prêtait guère attention à lui. En avait-il seulement la force. Ils étaient faibles et malades. Beaucoup d'entre eux étaient même mutilés et les femmes ainsi que les enfants ne faisaient pas exception. Dazh avançait parmi eux tandis que la colère le gagnait. En six ans d'existence, jamais il n'avait côtoyé un pareil royaume cauchemar. Soudain, un responsable probablement, le remarqua. Le morpheur s'arrêta et fixa sur lui un regard chargé de colère. Ce dernier manqua trébucher en arrière, alors que par réflexe, il faisait un pas pour s'éloigner le plus possible du voyageur. Finalement, il disparut au pas de course, dans le but de sonner l'alarme.

En temps normal, peut-être que le morpheur aurait réfléchis deux secondes. Peut-être qu'il aurait fait en sorte de retenir l'esclavagiste. Cependant, il n'éprouvait plus que de la colère et de la haine. Il n'était pas nécessaire de réfléchir ou de prendre une décision. Il s'agissait simplement de tout détruire. Cet endroit allait brûler. Il dirigerait lui-même la Vengeance Rouge.

Un bref regard en arrière pour Anna l'avertit qu'elle avait sous sa charge une enfant. Dazh ignorait tout de cette fille, mais a la vue de ses guenilles et de sa peau meurtrie, il imagina aisément les tourments qu'elle avait pu connaître ici. Il ne permettrait plus que qui que ce soit l'approche. D'ailleurs, un groupe assez conséquent venait dans sa direction. Toujours plein de cette colère froide, le morpheur attendit qu'ils arrivent à sa hauteur, se retenant au prix de puissants efforts pour dissimuler ses intentions. Serrant les poings très fermement comme pour contenir l'énergie qui envahissait son corps, Dazh attendit.

Le  chef du groupe approcha pour lui dire de se barrer de là. Il était à moins d'un mètre et pourtant, Dazh ne comprit pas les mots qui étaient sortie de sa bouche. Le gaillard s'approcha un peu plus, comme pour se faire mieux entendre et ne manqua pas l'occasion de cracher ses postillons au visage du voyageur. Sous ses cheveux, qui lui masquaient une grande partie du visage, Dazh avait un regard féroce et le lascar, trop sûr de lui, ne devinait rien. Il était temps d'agir, mais le morpheur était si intensément concentré pour se contrôler, qu'il ne réagissait pas. Pas même quand on chercha à le faire tomber. Ses émotions avaient tellement pris le dessus, qu'il ne semblait plus capable de faire fonctionner son corps. C'est seulement quand le gaillard face à lui arma son point que Dazh récupéra pleinement le contrôle. En réalité, on aurait dit que quelqu'un agissait à travers lui, tant ses gestes furent précis, rapide et puissant.


En un instant, Dazh s'empara du poing adverse et le bloqua dans son élan. Au même moment, le voyageur manifesta une partie de son pouvoir pour briser chaque os, chaque phalange qu'il tenait fermement. Immédiatement et sans se défaire de son emprise sur le bras de son adversaire, Dazh exécuta un geste rapide et tout aussi puissant afin de lui briser le cubitus, le radius et enfin l'humérus. Le morpheur alla même jusqu'à lui déboîter la clavicule.

C'est alors que les choses sérieuses débutèrent. Comme s'il prenait seulement conscience de ce qui venait de se passer, le leader du groupe hurla de toutes ses forces, jusqu'à ce que Dazh, de son bras leste, lui détruise la mâchoire et l'assomme du même coup. Ses amis et collègues déchaînèrent alors un maëlstrom de feu et de balles. Dazh invoqua son pouvoir pour se changer complètement en pierre. Sous sa forme de Golem de Cristal, il pouvait honorablement résisté aux impacts de balle qui ne causaient que de petits sillons à la surface de son corps de quartz. Conscient que derrière lui se trouvaient Anna, la petite fille et les autres victimes de ce cauchemar, le morpheur manifesta ses bras de géant pour parer un nombre plus important de projectile.

Malgré leurs conditions de pauvres hères sans buts, tous décampèrent rapidement la zone, laissant la possibilité au morpheur de contre-attaquer. Bien que peu rapide, le voyageur chargea les rangs des esclavagistes pour semer le chaos parmi eux. Il en piétina certains, d'autres furent renversé et quelques-uns tout bonnement assommé. Au rythme de la musique de la Tour-enceinte, Dazh broyait les os et taillait la chair de ses adversaires. Jamais il n'avait été autant éclaboussé de boue et de sang. Contre-toute attente, un lance-flamme vint le chasser. Si d'abord il ne sentit pas les flammes sur son corps, les voir si nombreuse le fit réagir. Abandonnant ses bras de géant pour s'esquiver plus aisément, Dazh chercha à s'éloigner du feu. Sous cette forme, il pouvait résister à des températures très élevées, mais des flammes vraiment très chaude avaient le don de faire littéralement exploser le quartz, pourtant très résistant. Nul doute qu'une explosion de son corps aurait raison de lui, c'est pourquoi Dazh s'abrita, craignant qu'une telle chose arrive. De ce qu'il savait, il pouvait résister à quelque chose comme 2200°C. Théoriquement. De manière générale, des flammes allant jusqu'à 2000°C avait l'apparence d'un feu plutôt bleu. En principe, il n'avait rien à craindre.

Mais finalement, c'est une explosion salutaire qui lui permit de quitter son abri de fortune pour trouver le manieur de lance-flamme. Dans le nuage de poussière, il n'y voyait pas grand-chose. Cependant, il n'était pas affecté par la fumée qui lui aurait piqué les yeux, ni par les cendres, ou la chaleur résiduelle de l'explosion. Le colosse arpentait le brouillard noir, jusqu'au moment  où des flammes vinrent chasser les volutes de fumée qui le camouflaient. Guère précis, le manieur de lance-flamme tirait à l'aveugle. Alors, Dazh entreprit de se dissimuler un peu plus dans le noir. Sa cible avançait lentement. Prudente. Mais Dazh aurait raison de lui. Sans attendre, le morpheur dirigea son bras vers le ciel et manifesta sa forme de géant. Un bras fabuleusement grand jaillit du brouillard pour gagner les cieux avant de venir s'abattre lourdement sur le sol, emportant avec lui le dernier soldat encore debout.

S'il était possible qu'il soit encore en vie après ça, le doute ne fut plus permis dès lors que le réservoir de l'arme explosa sous la pression. Malgré que plus personne ne les menaçait avec une arme, Dazh n'abandonna pas tout de suite, sa forme minéral. Il se tourna en direction du baraquement, là où il lui avait semblé avoir vu Anna et la petite, trouver refuge. Mais il trouva la jeune femme juste derrière lui, en train de se débarrasser de la poussière sur ses fringues.

« Au moins, ça fait un problème en moins… non ? »
« Faut voir. Je vais pas te mentir, pour eux, les problèmes ne font que commencer. La petite là, c'est quelqu'un ? » 
 
Soudain, le bruit d'une chaîne qu'on agite attira son attention. Alors que les choses se calmaient peu à peu, quelques pauvres hères se décidèrent à approcher. La plus-part n’était que des rêveurs, mais quelques-uns étaient des habitants des royaumes voisins. L'un d'eux, encore munit de sa pioche, observait le morpheur minéral, sans pour autant le voir.

"Lâche ta pioche Boby, ça va m'énerver."

Sans attendre qu’il fasse quoi que ce soit, le morpheur s’approcha de lui et avec son immense poigne de pierre, brisa les chaînes qui entravaient le rêveur. Dazh fit de même avec les quelques dizaine de personne présente.

« Mais c’est Rocket et Groot ! Aller, c’est fini les conneries maintenant. »

Non loin de là, sur le toit d’une vieille bâtisse qui dominait leur position, un gaillard à l’apparence d’orc, plus impressionnant que les autres venaient d’arriver. Le voyageur se redressa lentement, un peu surpris et se tourna vers Anna. « Hey, c’est moi qui fait Groot ! »

« Je vous laisse une chance de dég.. OH !! »

Avant même qu’ils achèvent sa phrase, Dazh avait entrepris d’ébranler les murs de la vieille bâtisse afin de le déloger de sa position. En réalité, il avait enfoncé la porte qui était sortie de ses gonds pour atterrir plus loin, dans un genre de salon, depuis longtemps abandonné.

« ANNA ?! TU ME LE SURVEILLE QU’IL NE TENTE PAS DE SE BARRER » Hurla le voyageur depuis l’intérieur.

Dazh s’engagea dans les escaliers en bois, quand tout à coup, sa jambe passa à travers l’une des marches. Il parvint à se rétablir en s’appuyant sur les murs. Le bois était pourri et chacun de ses pas faisait trembler l’habitacle. Même les murs étaient plein de fissures et de failles, certainement provoqué par l’exploitation de la carrière juste derrière la maison. Compte tenu de l’état de l’endroit, Dazh ne se soucia pas des dégâts qu’il infligeait sur son passage. Personne n’habitait plus ici depuis un moment.

Finalement, le morpheur créa un passage à travers la toiture et se hissa sur cette dernière tant bien que mal. Son adversaire était là et ne semblait pas inquiet à l’idée de le voir débarquer. Peu importe son assurance, Dazh était confiant lui aussi et chargea le nouveau venu. Une partie du toit ne manqua pas de s’effondrer à l’étage inférieur, mais cela n’empêcha pas son adversaire de s’esquiver. Il était rapide malgré son apparence de gros balourd. Mais Dazh avait autre chose en tête. En effet, il s’empara d’une poutre qui soutenait autrefois la partie du toit qui s’était effondré. Encore en place, le morpheur n’eut aucun mal à s’en emparer et à l’extraire de son logement.

Bénéficiant d’une portée plus conséquente, le morpheur parvint à asséner un coup puissant à la mâchoire à son adversaire qui tomba en arrière et bascula dans le vide. Ce dernier tomba lourdement sur le sol cinq ou six mètres plus bas. Profitant de son avantage, le morpheur sauta à son tour et se prépara à nouveau à frapper avec son arme de fortune. Mais contre toute attente, son adversaire avait également ses secrets et ce dernier manifesta l’un de ses pouvoirs. Le morpheur n’avait que trop rarement rencontré des créatures de son niveau.

Dos au sol, qui s’était curieusement affaissé suite à sa chute, la créature frappa dans ses mains et provoqua une puissante vague sonore, au point de complètement interrompre la chute du morpheur et même jusqu’à l’écarter contre la bâtisse. Cette dernière encaissa l’attaque comme tout ce qui se trouvait à 360° autours de la créature et quand Dazh vint s’écraser contre elle, la bâtisse s’effondra complètement. L’écho de la vague sonore se répercuta sur un périmètre plutôt large et balaya tout sur son passage, comme l’aurait fait un raz de marée.

Mais le pire restait à venir. L’ensemble de sous-sol particulièrement exploité était plus fragile que jamais et suite à la prodigieuse attaque de la créature, toute la zone sur laquelle ils se trouvaient menaçait de s’écrouler dans le trou béant de la carrière…

 
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Le cauchemar Hartekville
Revenir en haut Aller en bas

Le cauchemar Hartekville

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 2 :: Macrophonopolis-