Haut
Bas

Partagez|

Extra : Suspicions avérées (P.V Kala)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 34
Date d'inscription : 18/01/2016

Nouveau challenger
Anna Madec
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Extra : Suspicions avérées (P.V Kala) Mer 9 Mar 2016 - 19:28



Chevaliers, levez-vous
Tuez les tous.
Kala @ Anna
Ce n'est pas le pentagone, mais ça y ressemblerait
On se dit toujours pour être le plus optimiste possible cette formule magique : Tout va bien, il n'y a rien. Tout. Va. Bien. Pas de membre disloqué, tu n'as pas enclenché la nouvelle épidémie qui va tuer toute l'humanité de malformations du cervelet ... même si t'as rien d'un moustique. Bon ok, le reste après tout va bien, c'est inventé. Disons que pour le moment, dans ce bar, entre néons de violet, de rose et de rouge et la vapeur montant peu à peu dans la pièce. On ne voit presque plus que des ombres, sur les pistes holographiques où se trémoussent sans aucune pudeur des créatures ressemblant à ce que les humains dans le vrai monde appelleraient extraterrestre. Lisses peau qui brillent dans ces éclats de couleurs et bougent devant ces tables où réunis, des diplomates ou des plus modestes observent ces dieux et déesses du déhanchement. Tandis que leurs doigts roulent sur leur corps, toi les tiens tournent sur la surface de ce verre désespérément vide, comme ta tête. À vrai dire, ça fait combien de rêves que tu te terres en te fondant tant bien que mal à cette populace en combinaison de matières fines et résistantes. Ou bien l'attirail complet du soldat avec sa mitraillette à lasers au poing. Seul hic, hic que tu touches en ce moment de manière distraite; c'est ta mèche blanche. Te la couper c'est une idée non ?


« Non. Faut pas rêver. »
Maugrées-tu. Tu as raison. Ça ferait trop tâche. Comme tu fais tâche dans la populace; ce qui permet à tes poursuivants de toujours te retrouver. Tu la fais bouger d'un souffle assez fort pour qu'elle se remette à peu près en place avant de t'avachir sur le comptoir auréolé de ses lumières bien électriques. Tout ça pour se mettre à rêvasser, espérer qu'un jour les gens de la Table Pentagonale te laisseront tranquille. Tout ça pour une histoire d'atterrissage sur l'un de leurs cochons géants. Encore si ce n'était que pour un cochon qui a fait la smala, ça irait. Mais tu es une voyageuse et à la Table ... la Table sert surtout à te frapper en pleine poire, si tu vois ce que je veux dire. Meilleure idée du siècle ? Se réveiller d'un coup, revenir en plein rêve, mais cette fois se retrouver à Mirage Space. C'est comme ça que s'appelle ce lieu, hein Anna ?

« Un autre verre Anna ? »  
Tu relèves la tête vers la barman qui te fait ce joli sourire de circonstance. Après tout, elle a bien décidé de t'embaucher depuis quelques minutes pour toi dans le monde réel, mais 3 jours dans le monde des rêves. Tu rumines en relevant
« Lance la sauce.
- Ne t'inquiète pas. Il y a peu de monde qui vient dans ce coin de Mirage sans être habitué au climat tropical. »  
Et c'est vrai. Ici les créatures vivent dans des chaleurs étouffantes avec une humidité à toute épreuve. Si vous n'êtes pas habitué à faire un semblant d'apnée ou si vous n'avez pas un de ces masques filtrant l'air vous êtes sûrs de rendre votre ad vitam eternam. Au moins, on peut dire que tu oscilles bien entre karma de chiotte et karma de jacuzzi. Job, combinaison de survie mais ... des mains aux fesses. Ça ne change pas du monde réel. Ou si. Juste qu'il y a les facteurs gluant, trois doigts et on passera sur les allusions merci. Même la barman trouve que tu as une petite mine au vu de son air inquiet. Et c'est vrai. Quand tu t'es levée ici, tu as vu les cernes sous tes yeux que tu cercles si souvent de khôl.


« Heureusement que ce n'est que l'après midi. J'ai le temps de crever complètement. »
Soupires-tu en te redressant, avec le verre empli de liquide vert comme l'absinthe; que tu t'autorises enfin à boire cul sec. Filtre à air posé dans l'intérieur de ta joue droite, cheveux attachés en queue de cheval et foulard remis en place sur ta nuque, la belle s'encourage. Pas de Pentagonal à l'horizon, infiltré ou non, ou d'assassins engagés pour quelques pièces d'or qu'ils s'empresseraient de refondre afin de faire luire leur belle armure de science fiction. Tu prends le plateau avec nonchalance et ce déhanchement subtil qui plaît tant aux clients. Et bordel, vrai que tu te sens puissante. T'es sûre que c'est ton charme caché en vrai ? Après, on est dans un rêve donc ça doit être du toc cette histoire. Bientôt cette pensée est balayée par la valse de commandes et services, les musiques et les danses hypnotisantes du bar. C'est qu'un rêve Anna, et ça peut vite virer au cauchemar, faut pas l'oublier. Mais tout va bien. Tout va bien ...

(...)

« Hello Sugar. Je suis Anna. Je serai ta serveuse, pour le temps où tu resteras ici, en notre compagnie. »

Bitchface. Tu n'as pas le sourire commercial qui lui sous les halos violents de cet univers de danse et décadence. Ni l'attitude d'une diva fan service comme certaines de tes collègues "extraterrestres". En plus, vu ton costume vert émeraude, le foulard blanc hologramme qui cache ta nuque. Tableur se matérialisant en un écran bleu au dessus de ton poignet droit, tu pianotes, fait glisser tes doigts comme si tu avais toujours été serveuse ici. C'est dingue les rêves.

« Tu veux tester quoi, Sug' ... ?  »

Maintenant, tu te focalises sur le client et tu deviens soudainement plus blanche que tu ne l'es habituellement. C'est pas un mec de la zone. Merde. Crotte. Bique. Tout ce que vous voulez. Un assassin ? Faisons pas la parano. C'est pas parce qu'il a un air d'assassin comme dans Da Vinci Code, aka le moine albinos qui se flagelle gaiement, que c'est un assassin ! Calme les battements de ton coeur Anna, [b]tout va bien[b].

« Si tu veux je peux te conseiller quelques trucs, vu que tu n'as pas l'air d'être de cette zone de mirage.  »

Oui lance le sujet implicitement, c'est bien ma belle. Au moins, ce n'est pas comme en formation : le bois tu le traites en finesse, mais tes camarades ... Enfin bref. Finesse.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Water Boy
Messages : 1472
Date d'inscription : 05/01/2011
Age du personnage : 20

Arpenteur des rêves
Kala Kourou
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 455
Renommée: 1424
Honneur: 316
MessageSujet: Re: Extra : Suspicions avérées (P.V Kala) Sam 12 Mar 2016 - 16:49
Attendre. Attendre. Putain. Je détestais attendre. Que ce soit pour un rendez-vous chez le médecin, à la banque, devant cette saloperie de bureau de la scolarité de la fac, quand je finissais mon partiel à 30 minutes de la sortie autorisée, aux caisses de supermarché, un bus qui n'arrive pas alors que l'arrêt affiche ''à l'approche''.

Le pire, c'était vraiment le médecin.

Là, en plus, c'était pour quelque chose que je n'avais pas spécialement envie de faire. Et j'attendais déjà depuis une heure. Une heure à attendre dans ce bar de Mirage Space par super top, avec une odeur pas super super supportable de renfermé. Obligé de mettre mon écharpe sur mon nez pour éviter le surplus et épargner mes narines. Une heure que je poireautais comme un pauvre con dans ce bar. Et je détestais (également) attendre quelqu'un dans un bar.
Dans un bar.
Dans. Un. Bar.
Et pour une fois, je n'avais rien commandé.

Alors, qu'on ne vienne pas me faire « OUAIS MAIS KALA FAIS PAS TA MIJAUREE, C'EST RIEN DU TOUT D'ATTENDRE UNE HEURE FAIS PAS TA GONZESSE ». Alors déjà, va chier et ensuite je faisais pas ma gonzesse. Déjà le mec que j'attendais, je le connaissais même pas, j'avais presque aucune info sur lui... Et c'était moi qui devait l'attendre. Parce que oui Amvrossi, ça faisait quoi si je ne voulais pas les services de Nedru Etang, hein ? Quoi ? Mais si mon Seigneur, c'était lui qui m'avait foutu une raclée de merde avec cet enfoiré de Jean-Baptiste Dubois (putain Dubois... Oh excusez-moi, je m'appelle M.Dubois et j'adore le jazz) au Tournoi par Equipes d'avant les dernières vacances d'été. Match durant lequel mes coéquipiers m'avaient bien sûr fait un énorme fuck avant de se réveiller au beau milieu du combat. Et encore, Dan Sorro avait tenu.

Ouais ben non, désolé, je ne voulais pas engager Nedru Etang, ce fils de chien m'avait foutu la haaaaaiinne... Et je l'ai toujours cette haine. Au même niveau qu'Ed, le frère de Clem.

Alors oui, techniquement, c'était moi qui ai voulu attendre cet informateur dans ce bar un peu miteux de Mirage Space. Mirage Space que j'aurai bien voulu éviter car cet endroit me rappelait trop de mauvais souvenirs. Et je ne pouvais pas blairer les personnes qui se trouvait dans ce bar. C'était débile mais voilà : je ne pouvais pas blairer les personnes qui se trouvaient dans un royaume où j'avais de mauvais souvenirs. BON, OUI, c'était totalement débile. Mais bon, hein, j'avais envie de faire mon con.


« Hello Sugar. Je suis Anna. Je serai ta serveuse, pour le temps où tu resteras ici, en notre compagnie. »

Ok. D'accord. Il y avait seulement cette fille que je pouvais piffer. Encore mieux, que je voulais... Ben. Hmm. Oui ben voilà je la trouvais mignonne. Ses mèches blanches m'avaient titiller l'esprit et mon envie d'en savoir plus sur elle. Son visage m'avait donné envie de le caresser. Ses lèvres m'avaient donné envie de l'embrasser. Son corps m'avait donné envie de... Hmm. Je divaguais.

« Tu veux tester quoi, Sug'.. ? »

J'savais pas trop. Je n'y avais pas tellement pensé, je voulais seulement rencontrer mon informateur, lui donner les indications de sa mission, le payer et me barrer, aller dans un autre royaume plus sympa. Peut-être à Weed Land. Mais putain, je l'attendais depuis une heure maintenant, dans un bar. Dans lequel je n'avais rien commandé. Et ça, ce n'était pas possible.

« Si tu veux je peux te conseiller quelques trucs, vu que tu n'as pas l'air d'être de cette zone de mirage. »

J'étais sûr qu'elle n'était pas en train de me draguer. Mais en même temps... Ouais non Kala, n'active pas ta bite, calme-toi, respire un bon coup et choisis ta conso'. J'enlevais mon écharpe de mon nez (putain de sa race, l'odeur était chiante à supporter) et sortis mon paquet de clopes que j'avais dans ma poche.

« Euh... J'sais pas, tu as quoi comme alcool fort ? Je peux mettre 10 E.Vs max. Je te laisse me conseiller ? »

J'allais pas attaquer, je paraitrais comme un gros relou et franchement, en ce moment, j'avais pas envie de l'être.

« On peut fumer ici ou bien ? »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/channel/UCq05Z8FNAeW8AlRhlEq_vsQ
AuteurMessage
Messages : 34
Date d'inscription : 18/01/2016

Nouveau challenger
Anna Madec
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Extra : Suspicions avérées (P.V Kala) Dim 13 Mar 2016 - 0:05



Chevaliers, levez-vous
Tuez les tous.
Kala @ Anna
Ce n'est pas le pentagone, mais ça y ressemblerait Malaise, tension ... distance. Un fossé se crée malgré toi dans ton esprit, quand vos yeux se croise. Quelques secondes qui semblent être 10 ans de peine au purgatoire. Il te touche où ça fait le plus mal : ton esprit. Un frisson parcourt ton échine pour s'infiltrer de chaque côté menant à ta nuque plutôt tendue. Oui tendue, parce qu'on voit le creux de ta gorge se déployer, tandis que de manière presque imperceptible tes paupières viennent battre de l'aile. Lentement, c'est ton pouls qui commence à battre plus fort jusqu'à ce que tu te décides à inspirer; et sourire. De manière complètement détachée. Non, sûr que ce n'est pas un de ces mercenaires engagés par les chevaliers. Il n'aurait pas eu ce regard. Ce genre de regards tout aussi dégoutants que ... plaisants dans un sens. Parce que ces regards, ils ne sont pas plein de haine contrôlée; comme ta mère. Ou d'alerte prononcée; comme les partisans des chevaliers. Alors lentement tu prends tes aises, la ligne rouge que forment tes lèvres laissent apparaître tes dents.
« Pour 10 E.V ? Je pense que tu peux te prendre un shooter de yal'kara. Yaül ... ? 'Fin ... »
Encore du mal avec le dialecte quand même. Puis des fois, vu les intonations on dirait que tu miaules. Dégueulasse. Vos regards se détachent enfin, et on peut dire que c'est le plus grand soulagement qui soit dans ce genre de cas. Surtout quand à côté on vient de te "lécher" le fessier. Putain d'extraterrestres. De nouveau tu perces les iris de ce mec avant d'hausser immédiatement les sourcils à sa dernière question. Fumer. Tu poufferais presque de manière audible si tu n'étais pas en train de te remettre de ce contact inapproprié.

« Tu peux fumer ... »
Dis-tu en croisant les bras autour de ta taille. De manière quand même nerveuse, ce qui fait que tu les resserres un peu plus fort. Heureusement pas à t'en couper le souffle.
« ... si tu as envie de crever six fois plus vite. »
Tu attends de voir sa réaction face à ta phrase, presque à t'en mordre la lèvre inférieure. C'est dur de réprimer ce genre de sarcasme. Bah oui, fumer dans un endroit où il fait aussi chaud que dans un bain turc. C'est à se rendre phobique à toute forme de fumée. Ou crever. Simplement. Bon. On oublie. La commande. En cillant légèrement, tout disparaît et on reprend son attitude de serveuse.

« Je disais. Le truc miaou de chez eux, c'est un liquide gris mis en façon permafrost pendant deux semaines. Ils le sortent et la substance au contact de l'air ambiant s'affole au point que toutes ses molécules dégagent leur potentiel. C'est en petite dose ... évidemment. »
Tu tentes de t'approcher un peu plus, en posant ton fessier sur la table, jambes croisées, et tourné vers l'albinos à foulard. Hm. Cheveux en bataille, coiffé en pics avec un fixation béton sans doute. Puis cette manie de mettre son foulard devant sa bouche ... ils ont pas non plus la gale. Bon ok, ça pue un peu la sueur et avec la chaleur tropicale c'est pas le top en parfum. Même toi tu as de la sueur qui perle le long de ta tempe. Décidée à lever ton fessier de cette table trop chaude au final, tu t'en vas avec la commande d'enregistrée.
« Va pour le shooter. Je t'amène ça. Et ... »
T'ajoutes en te retournant légèrement vers lui
« ... évite de crever. J'aime pas faire les poches à un macchabée. »
Et tu t'en vas en faisant un petit signe de la main.

(...)

Durant ce laps de temps, où les lumières se sont brouillées plus rapidement suite à l'arrivée d'un duo de danseurs reptiles aux faces de canidés, tout semble s'arrêter. Accoudée au comptoir du bar, à tourner entre tes doigts tes mèches rebelles aux lissages, tes yeux de vert se posent sur la table où se trouve assis l'albinos. Il a été rejoint par quelqu'un de bizarre. Toutes manières quand on distingue pas la tronche de quelqu'un, ça semble toujours bizarre; vu que c'est inconnu. T'as fait quelques autres services, le temps que la commande arrive, ça a pris quoi ... aller 4 minutes ? Bon 5 parce que tu traînes à les observer, curieuse; un peu.
« Tiens voilà la commande pour ton blanc. T'as l'air de lui avoir tapé dans l'oeil au petit jeune.  
- Hin.
- ...  
- T'es sérieuse ?
- Cependant, le type à côté de lui ... il y a quelque chose qui me perturbe ... » 
Les oreilles de ta collègue, Afja se mettent soudain à vibrer et sa pupille d'habitude très rétractée se met violemment à devenir rouge et dilatée. Cette vision est autant terrifiante qu'impressionnante, surtout quand Afja étend son cou déjà si long. Silencieuse et perdue dans la contemplation de ce spectacle unique en son genre, tu attends, oscillant ton regard de ta collègue au verre de l'albinos dont le liquide se mettait déjà à s'agiter.
« Ils te regardent.  
- Qui ? L'abinos ou son pote ?
- Les deux. Laisse-moi les servir.  »
Tu hausses les épaules en faisant limite une moue dédaigneuse avant de choper les commandes.
« Chérie. Je fais fissa et on les oublie. Regarde ils sont trop occupés à parler de leurs trucs de ... de je sais pas quoi. »

Te voilà à leur table, déposant le yahl ou yaül qui miaule quand tu prononces son putain de nom, encore en train de s'agiter. Lentement, en te penchant un peu vers l'albinos, tu pousses de ta main gantée le liquide.
« Ta commande Sug'. Tout se passe bien pour vous deux ? »
Là c'est pas une paire, mais deux paires qui te fixent. Dont une de manière plus mauvaise que l'autre. De nouveau ton coeur se met à battre rapidement, un rythme aussi assourdissant que la musique électronique qui noie les paroles dans son vacarme de basses et frappes. Et les ombres qui dansent, font de ta vue un amas de vagues. Afja avait raison : tu aurais dû la laisser apporter la commande. Car le gars, il a dans ses mains un petit paquet d'avis de recherche. Et tu vois ta tête dépasser des papiers. Bordel. Tout va pas bien. Vraiment pas.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Water Boy
Messages : 1472
Date d'inscription : 05/01/2011
Age du personnage : 20

Arpenteur des rêves
Kala Kourou
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 455
Renommée: 1424
Honneur: 316
MessageSujet: Re: Extra : Suspicions avérées (P.V Kala) Sam 19 Mar 2016 - 19:32
Je n'aurai pas dû lui parler. Merde.

De ses yeux qui me vrillaient presque, j'avais l'impression d'avoir fais quelque chose de mal ou quelque chose qui l'avait dérangé. Je n'avais pratiquement rien fais, je l'avais juste... Maté, mais en entier, pas en se focalisant seulement sur sa poitrine, ses hanches ou son cul. Je m'étais surtout attardé sur son visage car ce dernier était simplement... Envoûtant, on avait envie de le caresser, le toucher. Mais j'essayais de ne pas trop divaguer.


« Pour 10 E.V ? Je pense que tu peux te prendre un shooter de yal'kara. Yaül ... ? 'Fin ... »

Je ne savais absolument pas ce que c'était. J'aurai voulu un whisky ou un scotch. Mais ça devait être une spécialité du Royaume. De toute façon, c'était sûr de ne pas trouver exactement les alcools du monde réel à Dreamland. Et j'étais en train de me rendre compte de deux choses : la première, c'était que je buvais trop. Même dans le monde réel, je buvais trop. Je passais toujours après les cours au bar irlandais d'à côté de chez moi et je me prenais tous les jours 2-3 pintes. Et à Dreamland, vu ma condition de Voyageur déjà bien expérimenté, je supportais l'alcool beaucoup plus qu'au réveil. Du coup, je pouvais m'enfiler un nombre incalculable de verres sans me faire grand chose.
La seconde chose dont je me rendais compte, c'était que mon Tatouage était en train de s'activer. Bon, c'était normal, il s'activait à chaque fois que je parlais avec quelqu'un. Sauf que là, plus il me renseignant sur... Anna... Oui, ça semblait être ça son prénom, plus je n'aimais pas ce qu'il me faisait parvenir.  


« Tu peux fumer ... Si tu as envie de crever six fois plus vite. »

Je n'aurai pas dû lui parler. Merde. Putain. Je la comprenais maintenant. Je comprenais qu'elle se cachait, je comprenais qu'elle avait peur d'être démasquée pour quelque chose... Elle était sur ses gardes à Dreamland et non dans le monde réel. Ses relations parentales l'avaient complètement flinguée. Elle se retenait de quelque chose... Mais quoi ? Je n'arrivais pas à savoir.
Et tu vois, c'était dans ces moments-là que mon Tatouage était le plus chiant, dans ces moments où je rencontrais un mec ou une meuf qui me plaisait, et son passif me touchait car je le comprenais presque tout de suite. C'était l'une des principales fonctions de mon Tatouage. Et dans ces moments-là, je voulais tout simplement me l'arracher pour ne plus l'avoir.


« Je disais. Le truc miaou de chez eux, c'est un liquide gris mis en façon permafrost pendant deux semaines. Ils le sortent et la substance au contact de l'air ambiant s'affole au point que toutes ses molécules dégagent leur potentiel. C'est en petite dose ... évidemment. » 

Heureusement qu'elle avait reprit la parole, j'allais commencer à bader à cause d'elle. Et pourtant elle était jolie. Mais je lui en voulais d'être venue vers moi. Au final, je n'en avais rien à foutre de ce qu'elle me disait, tout ce que j'avais envie c'était de boire, pour faire passer ce mauvais moment. Je remis mon foulard sur mon nez et rangeais mon paquet de clopes dans ma poche. Je levais mon pouce pour lui dire que c'était ok pour ma commande et elle leva son cul de la table sur laquelle elle s'était assise pour même pas quelques secondes.

« Va pour le shooter. Je t'amène ça. Et ... Évite de crever. J'aime pas faire les poches à un macchabée. »

C'était drôle. Son aura ne me semblait pas imposante, en la comparant, elle était clairement inférieure à la mienne. Elle partit, j'observais son cul qui se dandinait. Puis je fermais les yeux pour ressentir le maximum d'auras que je pouvais percevoir. La majorité des personnes se trouvant dans ce bar n'étaient pas dangereuse, il y en avait deux ou trois qui semblait légèrement plus forts. Une quatrième aura puissante entra en scène... Et elle était juste en face de moi. J'ouvris les yeux tout de suite.

« Si ce n'avait pas été toi Kala, je n'aurais même pas à répondu à cet employé de la LGO. »

J'étais instinctivement sur mes gardes. Je ne savais pas qui c'était, lui me connaissait. Et je savais que personne ne savait que je connaissais Poloc.

« WOAH ! Du calme ! Tu exposes trop ton aura, camoufle-la, on est censé se faire discret.
_... T'es qui ?
_... Ah oui, c'est vrai, j'avais oublié cette cicatrice, c'est vrai que depuis qu'on s'est vu, j'ai beaucoup changé, surtout au niveau du faciès... C'est moi, Cédric, Cédric Cholon. On s'était rencontré dans le métro de Dreamland, on a arrêté des grévistes qui tuaient des gens pour obtenir plus d'indemnités. »

Mon Tatouage se réactiva, et je me souvenais alors en une fraction de ce gus. Cette histoire datait déjà, j'étais en compagnie d'un mec qui s'appelait... Diego je crois. En tout cas, je savais que je pouvais faire confiance à Cédric. Et ça me rassurait justement, ça me confortait à l'idée d'avoir cherché un autre informateur plutôt que de suivre les indications d'Amvrossi.

« Tu es informateur ?
_Plutôt homme à tout faire. Et également chasseur de primes.
_Ma tête est mise à prix, haha ?
_Hmm... Je sais pas trop, on va voir. Mais même si elle l'était, ne t'inquiètes pas, j'ai été payé pour te rendre service. Puis tu m'as pas l'air d'être un mauvais bougre. Mais ceci est secondaire : tu as besoin de moi pour quoi exactement ?
_... Cet été, j'ai enfin trouvé mon Seigneur et depuis, je suis sous ses ordres. Il n'est clairement pas comme les autres, il me laisse faire ce que je veux mais du coup, quand il a besoin de moi, je lui dis oui sans me plaindre. Il m'a confié la mission de me renseigner sur la localisation d'un de ses anciens voyageurs mais il ne m'a rien donné d'autre.
_Ton Seigneur peut être aussi gentil qu'il le souhaite, là c'est abusé.
_Je sais pas, j'en sais rien. En tout cas voilà, je suis à la recherche d'un hydrophobe qui se trouve à Dreamland depuis quand même plus de 5 ans, qui aurait déserté le Royaume de l'Eau.
_Hmm... Je ne sais pas, ben je vais voir sur les affiches de mises à prix que j'ai, j'ai peut-être une petite piste. »

Il sortit de sa petite sacoche une chemise bourrée de papiers, cela devait être probablement les affiches en questions. Il parcourra assez rapidement et je fus surpris de voir pas mal de têtes que je connaissais : Ed, Jacob, Lithium, Megan, Kaijin et Khildar. Eh ben putain frère. Je cotoyais des criminels en fait, énorme blague. Tout à coup je stoppais Cédric car mon attention se porta sur une affiche en particulier. Je reconnaissais le visage... Je l'avais vu il y a à peine 5 minutes.

« Qu'est-ce qu'il y a ?
_... Cette Anna... C'est la serveuse qui a prit ma commande y a quelques minutes.
_Elle est où ? »

Je parcourrais rapidement du regard le bar et je la trouvais en train de discuter avec, probablement, une autre employée ou sa patronne. Mais elles aussi nous regardaient. Cédric me prit l'affiche et lut le contenu.

« Hmm... Elle est recherchée par le Royaume de la Table Pentagonale... M'ouais, pour 50 E.Vs, j'attrape de biens meilleures prises... Mais bon, c'est cool, ça me fera de quoi me payer ma tournée, je t'invite !
_Cédric. »

Je l'avais stoppé net. Putain. Voilà pourquoi je détestais mon Tatouage. Je m'étais mis dans le crâne de faire en sorte qu'elle n'ait pas de problèmes.

« C'est mon amie Cédric. Sans elle, je me serais retrouvé coincé pendant je ne sais combien de temps dans le Labyrinthe Cauchemar. Et je peux te dire que j'ai eu chaud.
_... M'ouais mais je te l'ai dis, je suis chasseur de primes. Avec elle qui me semble être une prise facile, j'aurai rempli mon quota.
_Et si je te donnais le montant de sa prime ? »

Il me regarda, perplexe. Je le fixais du regard et ne cillais pas. Actuellement... J'ETAIS TOTALEMENT CON. MAIS ALORS PARFAITEMENT.

« Hmm... Ok, tiens. »

Il sortit une sorte de petit sac, comme une bourse. Je l'ouvris et vis qu'il y avait de l'essence de vie. Je fis extraire l'E.V de mon corps pour le mettre dans sa bourse, le fermais et le lui rendais. Il continuait de chercher dans ses affiches et en tira enfin une qu'il me tendit en échange de ses E.Vs.

« Tiens, il s'appelle Krägen Paul, c'est une créatures des rêves qui fait partie d'un réseau de pièces détachées de robots qu'il vend au marché noir à Vapeur-Punk, dans la zone 3. Trouve-le et tu auras au moins, je pense, le nom de ton hydrophobe. Mais je peux rien faire d'autre.
_Ce n'est pas grave, merci, je peux enfin commencer mes recherches. Et merci pour tu sais quoi.
_Du moment qu'il y a au moins un deal.. »

Anna revint avec ma commande. Je m'apprêtais à payer lorsque Cédric ouvrit sa bourse, lui demanda combien coûtait mon shooter et lui donna les 10 E.Vs. Avant de sortir du bar, il se retourna vers moi légèrement, m'adressa un sourire en me faisant un signe d'au-revoir et passa les portes automatiques pour partir. Je soufflais un bon coup. J'avais réussi à faire en sorte qu'Anna ait moins d'ennuis, au moins cette nuit. Mais je voulais savoir. Et j'avais gardé l'affiche. Elle s'apprêtait à vaquer vers d'autres commandes à prendre quand je la stoppais net. Je bus cul sec mon verre, qui m'arracha une expression de douleur. Putain. Je mis l'affiche sur la table et lui demandais :

« Le mec qui vient de partir, c'était un chasseur de primes. J'ai réussi à faire en sorte qu'il ne te capture pas pour toucher cette prime de 50 E.Vs. Alors j'aimerais bien savoir pourquoi tu es recherchée. »

Actuellement franchement... Je ne savais pas ce que je faisais, je réagissais d'une manière totalement conne et... Putain. J'avais un mauvais pressentiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/channel/UCq05Z8FNAeW8AlRhlEq_vsQ
AuteurMessage
Messages : 34
Date d'inscription : 18/01/2016

Nouveau challenger
Anna Madec
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Extra : Suspicions avérées (P.V Kala) Mer 4 Mai 2016 - 12:32



Chevaliers, levez-vous
Tuez les tous.
Kala @ Anna
Ce n'est pas le pentagone, mais ça y ressemblerait On n'aime pas vraiment quand, à la minute, on vous étale l'étole de vos fautes; qui n'en sont pas vraiment dans le fond. Surtout que le but c'était d'aider un pauvre gosse. Et qu'au final, on se retrouve à être coursé dans les couloirs de la Table avec 3 autres voyageurs, le fameux objet de la "quête" en main et qu'en fin de compte ... vous étiez tous les 4 à la recherche du même objet. Comme on dit, il y a anguille sous roche. Enfin là, c'était plus vraiment une anguille; un bon gros serpent de mer avec sa dorsale rouge frétillante, au moins. Et visiblement, le charivari qu'il y a eu n'a fait en sorte que de coûter à ton joli minois 50 E.V pivotants. Peut-être parce que tu avais évité de tuer du garde, pas comme un autre. T'en mords l'intérieur de ta joue, limite empourprée parce que bon, ça fait pas plaisir de se rappeler de ce genre de choses. Bon un peu, sachant qu'on a mis cul nul les gardes en éclatant le bas de leurs braies, ce qui amène un léger sourire gêné sur ta frimousse à demi perplexe. Comment tu peux expliquer ça à un parfait inconnu qui est en train de te reluquer. OUI TE RELUQUER MERDE. Ça a fait tilt. Enfin. Pas trop tôt.

« J'ai juste aidé un gosse ... »
Bras croisés, toujours debout, t'oses croiser le regard de ton "client" pour sentir indubitablement le sang remonter dans ton nez et te secouer de spasmes ta nuque. Puis un frisson jusqu'au bas de ton échine. Vu comment il te fixe, tu paries qu'il te dit "tu me prends pour un con". Et c'est pas totalement faux. Tu soupires de manière longue et vraiment violente avant de te mettre à poser de manière aussi violente ton plateau et de te poser non lui de lui sur cette assise bon marché et moyennement confortable; le standard pour ceux qui ne font que consommer à la sauvette. Tu retires ensuite à demi ton foulard, histoire d'avoir moins chaud, tu le regardes circonspecte.
« Bon. La vérité c'est que j'ai volé une créature de lumière. »
Tu fronces les sourcils. Non. Tu ne vas pas le retirer. Les vieilles habitudes ont la vie dure puis ... qu'il arrête de te regarder comme ça quoi ! Tu ne t'en rends pas compte, mais t'es en train de le fusiller du regard, comme tu fusilles les mecs qui te jugent au lycée, te mirent parce que tu n'offres pas ton petit cul aux 80% majoritaires de ta filière. T'aimes toujours pas ce genre de regard dans le fond.
« Et en vrai c'était pas un gosse. On l'a su qu'après coup. »
Tu remets ton foulard en place, tenant la chaleur face à la chaleur qu'il apporte comme tu l'as fait le reste de la "journée". Il y a peut-être cette goutte de sueur qui perle sur ta tempe, mais tu ne la sens pas vraiment, plus occupée à trouver une explication concrète à ce qui est arrivé.

« On était quatre. Ça, je ne le savais pas, au départ. Quatre à avoir été propulsés dans le château pour trouver une créature, alors que le gosse avait dit que c'était juste une boule lumineuse rebondissante. J'ai voulu le croire. Parce que c'était un gosse. »
Tu soupires de nouveau, cherchant ensuite un soutien auprès de la table, appuyée aux coudes, les mains posées sur tes joues et à moitié perdue dans tes pensées, même si on peut penser que tu continues de fusiller le mec qui de base, a quand même sauvé ta paire de fesses musclées.
« En tout cas ... Merci de m'avoir sauvée. »
50 E.V. Alors que t'avais quand même éclaté en effet domino des murs encore en construction, et éclaté un autre en chevauchant un de leurs espèces de mastodontes brouteurs d'herbe qui ont la gueule d'un Mamochon de Pokémon. La blague. Un mamochon !
« Sauf qu'ils ne vont pas me laisser tranquille. Ils avaient l'air de vraiment vouloir la garder cette boule de poils luisante. »
En y repensant, elle était devenue quoi, la boule de poils ? Tu l'avais relâchée et après ? Il y avait eu l'embrouille avec le gamin pas si gamin que ça; et après ??? Tu as beau te masser les tempes et chercher la fin de cette foutue histoire de dingue mais rien ne te venait. T'as soudain l'idée lumineuse et complètement folle de retourner à la Table et de la chercher. C'est con d'avoir un bon coeur, hein. Anna Madec se décide à se relever, un peu lancinante, mais aussi très mal à l'aise. La dose de regards et de pensées scabreuses te suffisaient pour aujourd'hui.
« Je vais demander à une de mes collègues de prendre le relais. »
Dis-tu, cheveux coulants sur ton visage sombre. Mais t'as pas vraiment le temps de souffler que déjà, t'entends un grand fracas puis quelques éclats de balles ou plasma fuser dans le bar. Réflexe de survie numéro un : sauter sous la table et la pousser pour faire un bouclier temporaire, comme dans les western. On apprend vite à être un Rambo à Dreamland.

« AAAAA-AAAAH-SKIPARAÎT YAURAIT DE LA PRIME QUI TRAÎNE CI BAS. »
Ah ouais ? Ouais ? Super le "pote". Super. Merci. Ouais c'est facile de comprendre que le mec qui était avec l'albinos, en a empoché un peu plus pour son info. Genre 10, histoire que ce soit rentable pour tout le monde. Tu lèves un peu le nez pour observer et tu vois un chauve bedonnant, lunettes de soleil sur son pif gras regarder à droite et à gauche la troupe de gens du bar déjà bien en train de chier dans leur pantalon synthétique.
« Je retire ce que j'ai dit précédemment. »
C'est plus une blague de mauvais goût qu'un reproche quand les mots sortent de ta bouche peinturlurée d'un rouge tirant sur le violet. Le gros commence à bouger son fion dans l'assistance, tandis que ses deux potes, l'un se curant le nez et l'autre regardant le plafond avec la bouche aussi ouverte qu'une paire de jambes de péripatéticienne le suivent sans trop comprendre pourquoi ils sont là.
« ELLÉOU LA FEMELLE. JEDOA ME FER QUARANTE E.V »
« Tu vas l'avoir bientôt dans ton cul, sac à merde ... »
Siffles-tu de derrière ton abri de fortune. Pas le temps de faire dans le malicieux. T'es pas non plus une pute. On te traite pas comme une femelle, pute. ce que vous voulez. Et si ça choque le mec caché là avec toi, tant pis. T'es pas non plus une princesse précieuse. Tu pivotes vers le comptoir, pour voir Afja les bras croisés et pas pour un pet affolée par les armes de premier prix de ces loubards.
« Ici, on vend de la femelle qui danse. Et on les paie plus cher.
- LE GARS MLA DIT. ELLÉOU
- Sors de mon bar ou j'appelle la régulière. »
Traduisez la police. Régulièrement absente aussi. Mais régulièrement efficace quand elle se pointe. Merde. Tu crisses des dents, gant de ta main droite à présent retiré et pressé entre tes lèvres, et t'empoignes fermement une bouteille, qui de suite se met à briller et s'agiter dans sa constitution atomique. Si tu la lâches, ça fera le même effet qu'un molotov. Ça casse, ça fait des débris qui vont exploser en petits impacts. Simple efficace. Mais c'est trop près d'Afja et t'as pas envie de la blesser. Il faudrait un truc qui les distraie. Avec le moins de victimes possibles. Et qu'Afja en fasse pas partie. C'est égoïste : mais quand on sait ce que signifie la bonté naturelle, on évite de lui cracher à la tronche.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Extra : Suspicions avérées (P.V Kala) Aujourd'hui à 9:11
Revenir en haut Aller en bas

Extra : Suspicions avérées (P.V Kala)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 2 :: Mirage Space-