Haut
Bas

Partagez|

Le retour du Déchu (Quête - Corey Cole et Clem Free)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 631
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Le retour du Déchu (Quête - Corey Cole et Clem Free) Mer 2 Mar 2016 - 16:00
Lorsque la fillette ouvrit les yeux, elle était dans une zone visiblement assez banale. De l'herbe, des cailloux, des arbres, un ciel globalement bleu avec deux ou trois nuages... Ouaip, franchement banal, elle était un poil déçue. Ignorant le truc qui faisait gigoter sa cage dans son dos, un rapide coup d’œil l'informa que sa cape n'était pas non plus très exceptionnelle cette nuit. Bien que son pelage gris ne tire un peu sur le turquoise, ses oreilles étaient normales et aucun accessoire ne s'y ajoutait. Mouais, probablement pas un nuit palpitante à venir.

L'enfant était vaguement déçue, elle s'y était un peu habituée à toutes ces aventures, quand même. Ça ne l'amusait évidemment pas de se faire taper dessus et de frôler la mort, mais à un moment ou à un autre, dans le feu de l'action, ou sourire finissait par se dessiner sur son visage. Ça devait être car elle grandissait. Ça faisait quand même plus d'un an qu'elle voyageait à Dreamland. Bien sûr, elle apprenait tout le temps des trucs et se sentait souvent aussi idiote qu'une nouvelle, mais elle était vachement plus confiante!

Croisant ses doigts et tendant ses bras vers le ciel, s'assurant que tous ses muscles allaient bien, elle grimaça soudain de douleur alors que la peau de ses paumes se tendait. Ramenant ses mains à hauteur des yeux, elle ouvrit la gauche et regarda avec surprise la cicatrice rouge qui en barrait l'intérieur. La sensation s'apaisa progressivement par élancements, mais l'enfant ne quittait pas la rougeur du regard. Elle la connaissait bien cette brûlure, datant de cette nuit au Cimetière dont elle ne se rappelait que par flash. Mais elle ne lui avait jamais fait mal comme ça, elle se contentait de gratter normalement.

Constatant qu'aucune douleur ne resurgissait au pif, la Voyageuse baissa finalement la main en respirant profondément. Ça n'avait clairement pas été une impression, mais c'était déjà parti. Elle aimerait penser que ça s'arrêterait là, mais ignorer les signes qu'envoyait Dreamland était rarement une idée enrichissante. Est-ce que ça allait devenir plus douloureux dans les nuits à venir, comme la première morsure de zombie qu'elle avait eu?Pourtant la morsure avait commencé à agir dès la nuit suivante, là ça faisait quand même plusieurs mois. Est-ce que quelque chose allait se passer cette nuit? L'enfant pinça ses lèvres et jeta un regard suspicieux autour d'elle. Un endroit aussi normal dans Dreamland, ça pouvait sembler étrange aussi.

Commençant prudemment à marcher, elle envoyait parfois une onde de confiance autour d'elle, espérant croiser un animal. Elle prenait conscience du silence absolu qui régnait dans ce lieu et du coup, le bruit qu'elle faisait en marchant semblait d'un coup beaucoup plus fort. Le son d'un ruisseau lui parvint et elle marcha dans sa direction. L'eau jaillissait gentiment du sol, formant une petite mare à l'origine d'un minuscule cours d'eau serpentant entre les herbes.

S'inclinant légèrement pour observer la source, elle se rendit compte qu'une odeur immonde s'en dégageait. Elle recula vivement en portant sa main à son nez, et une question essentielle s'abattit sur son esprit: dans quels ennuis est-ce qu'elle s'était encore fourrée?

D'un coup, un pressentiment la figea. Ses poils s'étaient dressés sur ses bras et elle sentit l'inquiétude l'envahir. Qu'est ce qui était juste derrière elle? Il n'y avait pas de souffle, aucun bruit, même pas vraiment une sensation de présence. Mais elle savait que quelque chose était derrière elle. Et elle avait peur de se retourner, donc elle gardait le regard fixé sur les reflets de l'eau. Il ne partira pas, il attendait qu'elle le regarde. Elle le savait. Tout ça elle le savait, à cause d'une étrange conviction, comme si c'était gravé en elle depuis toujours, attendant le bon moment pour s'exprimer.

Puis d'un coup, une voix prit la parole. Une voix étrange, comme constituée d'un chœur entier parfaitement synchronisé. Une voix qu'elle connaissait, qu'elle avait entendu des mois plus tôt. Mais c'était étrange, du souvenir qu'elle en avait, cette voix n'avait pas beaucoup de personnalité, comme limitée par quelque chose. Cette fois, elle donnait réellement la sensation qu'une forme d'intelligence, qu'une identité se terrait derrière:

"Cette source provient directement du Cimetière. L'eau est si sale, polluée, que seules certaines plantes parviennent à l'exploiter et elles ne sont pas vraiment consommables. Tu ne trouveras pas même un insecte, et je doute qu'un quelconque Rêveur ne vienne par ici. Il y a nombre d'endroits bien plus intéressants que la périphérie du Cimetière à visiter pour eux."

La petite se tourna lentement, faisant soudainement face à une étrange brume grise. À peine posa-t-elle les yeux dessus qu'un élancement particulièrement violent traversa sa paume brûlée. Baissant les yeux dessus, elle se rendit compte avec horreur, en plus d'une certaine fascination, que la fumée provenait directement de la cicatrice. Levant un regard plein de détresse vers l'entité, celle-ci sembla rire de sa réaction, avant de répondre:

"Il me fallait bien une source d'énergie pour restaurer ma conscience... Enfin, ce fut long mais efficace autant qu'instructif. De toute manière, la suite devrait être bien plus rapide! Et si je t'ai fait apparaître ici jeune fille, c'est car je n'arrive pas encore à te faire apparaître au Cimetière. Luche semble agacé qu'une partie de ma personne ait pu... "fuguer" ainsi."

Une part d'elle tenait absolument à satisfaire la voix, mais la petite résistait, par un instinct, s'appuyant sur une conviction dont elle ne se souvenait pas de l'origine. Elle parvint à demander, méfiante malgré sa légère admiration:

"Que... qu'est-ce que vous voulez...?"

"Ah, j'avais oublié," s'amusa l'entité. "Vous autres Voyageurs sains n'êtes que rarement directement coopératifs. Ne t'inquiète pas, jeune fille, tu n'auras personnellement pas grand chose à faire. Je m'occuperais de récupérer l'autre, et on ira s'occuper de ce déchet qui ose s'asseoir sur le trône du District 4. Je ne sais pas si ce sera réglé cette nuit où s'il faudra en compter plusieurs, mais je vais apprendre le respect à ce morveux."

La colère latente de l'entité était palpable et de son côté, Mara ne voyait pas trop de problèmes avec son idée. En même temps, régler son compte à Luche, ça devait pouvoir se faire, non? Et puis au pire, qu'est ce qui pouvait se passer?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Zenith
Messages : 856
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des rêves
Corey Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 495
Renommée: 1630
Honneur: 478
MessageSujet: Re: Le retour du Déchu (Quête - Corey Cole et Clem Free) Ven 4 Mar 2016 - 13:15



---Monde réel---

Corey s’éveilla à nouveau contrarié, encore une nuit avec cette sensation étrange d’être épié, surveillé, de ne pas être seul un instant. Encore une nuit où il avait cru entendre cette même voix lancinante et trainante. Il s’était retourné à chaque fois mais n’avait aperçu personne, il commençait à se demander si il ne perdait pas la raison mais il n’osait pas en parler à sa sœur. Il y avait aussi cette étrange sensation de brûlure glacée qu’il avait sur la tête, pendant plusieurs mois il avait complètement oublié la marque blanche dans ses cheveux, souvenir d’une mauvaise rencontre au cimetière, mais il avait l’impression qu’elle était la responsable de cette sensation désagréable. Au début il s’était efforcer d’ignorer la gêne occasionnée mais au lieu de disparaître elle avait gagné en intensité. Il commençait à se rendre à l’évidence qu’il allait falloir qu’il fasse quelque chose, mais quoi ? Il n’avait aucune envie de retourne au cimetière, même accompagné. Ils avaient échappé de peu à la mort et à la servitude, il ne voulait pas tenter le diable une nouvelle fois.

Il avait hésité à aller voir Lord Crazy, se disant que la sensation d’être surveillé et la voix venaient peut être du tatouage, mais encore une fois il ne voulait pas risquer de s’attirer les foudres du lord lunatique. Son instinct lui soufflait que l’œuvre n’y était pour rien, encore une fois il allait essayer de faire abstraction de ces désagréments. Garder ça pour lui commençait à être difficile mais il était hors de question d’en parler à Megan, elle était tout à fait capable de foncer dans le cimetière à la recherche de Luche pour lui faire payer sa tentative d’esclavage. Il n’avait jusque-là, pas échangé son numéro avec Mara, et Dan semblait très occupé en ce moment, il ne voulait pas en rajouter avec un souci qui ne le concernait pas vraiment. Une autre personne qui avait semblé être au courant pour les évènements du cimetière s’imposa à lui. Clem, le mec de sa sœur, un voyageur comme eux, avait évoqué qu’il avait entendu parler des péripéties de Corey au cimetière. Le jeune dégaina son téléphone et lui envoya un message.

« Salut, la dernière fois tu avais évoqué mes galères au cimetière. Je me demandais si tu avais plus d’infos ou des contacts là-bas. J’avais l’impression que tout était terminé mais je me suis peut être trompé. On peut se rejoindre cette nuit pour que je t’explique, si tu ne peux pas, pas grave. »

Après avoir appuyé sur « envoyer » il regretta presque d’avoir écrit ce message, il avait l’impression que ça le faisait un peu passer pour un parano ou un geignard. Mais c’était trop tard, il espérait presque que Clem ne prête pas du tout attention à ce message, ce qui était peu probable. Il s’en voulait un peu d’avoir céder à son propre caprice de se décharger de sa frustration sur quelqu’un d’autre, mais il fallait qu’il chasse ces idées. Il se recentra donc sur la rédaction du rapport qu’on lui avait commandé même si c’était la partie ingrate de son métier et qu’il aurait préféré faire autre chose. Il n’avait pas encore un carnet de contact suffisamment rempli pour commencer à faire le difficile, il fallait donc qu’il accepte certaines tâches désagréables mais rémunératrices, au moins dans un premier temps.

Il se mit donc au lit, toujours contrarié et s’attendant à passer encore une nuit désagréable, il décida d’essayer de s’éveiller au royaume de la lumière. Il trouverait peut être quelque chose dans les archives du palais, ou en interrogeant Candelo.

---Dreamland---

Dès qu’il ouvrit les yeux, enfin, l’œil, vu qu’il ne pouvait ouvrir que le gauche, Corey comprit que quelque chose clochait, le ciel était bleu mais ce n’était pas la couleur vibrante de chaleur et de luminosité à laquelle il s’attendait. Il regarda autour de lui et ses yeux se posèrent sur un décor quelconque, quelques arbres rabougris, de l’herbe qui semblait en guerre perpétuelle avec la poussière pour conserver son territoire. Il tourna sur lui-même à la recherche de quelqu’un ou de quelque chose qui expliquerait pourquoi il avait atterri ici, mais il n’y avait rien ni personne. Il constata alors que pour une fois, il n’était pas vêtu de son pyjama, au lieu de ça, il avait une tenue inspirée de celles des habitants du royaume de la lumière. Un pantalon brun assez ample mais avec un tissu fin et léger, une chemise blanche dans le même type de tissus et un gilet noir sans manche dans une étoffe qui se rapprochait plus de la soie cette fois. Il portait des sortes de chaussures de toile assez légère qui se rapprochait plus de chaussons que d’autre chose. Il hésita à les enlever, plus habitué à se trimballé pied nu, mais il se dit que pour une fois qu’il était bien habillé, il valait mieux en profiter.

Alors qu’il soupirait bruyamment en se demandant ce qu’il allait faire, la sensation désagréable qu’il avait depuis plusieurs nuit revint brusquement. Jamais elle ne s’était faite aussi impérieuse et aussi pressante. Une autre nouveauté accompagna ce retour, la douleur, jusque-là il n’avait jamais vraiment eu mal à la marque sur son crâne mais là il avait l’impression que quelqu’un approchait un fer chauffé au rouge du sommet de sa tête. Il pressa ses mains contre la marque que celle de Mara avait imprimé, mais ça ne changea rien, il avait du mal à comprendre ce qui était en train de se passer. Guidé à la fois par des bruits de discussions et par une sorte de volonté impérieuse qui s’imposait à lui, il s’avança dans la seule direction qui ne semblait pas entièrement silencieuse.

Au fur et à mesure de son approche, la conversation se précisait même si elle était plutôt étrange. L’un des voix était faible et, divisé, aurait-il dit. Comme si il s’agissait d’un ensemble plus que d’une seule entité, mais étrangement, il avait l’impression de l’entendre directement dans son cerveau plus que par son ouïe. L’autre interlocuteur, il le reconnu sans forcer, la voix encore légèrement enfantine de Mara lui parvenait presque moins distinctement que l’autre même si il avait l’impression qu’elle parlait plus fort. Il arriva donc su une scène assez étonnante, non loin d’une source à l’eau nauséabonde, la blondinette était en train de parler avec une sorte d’entité brumeuse qui semblait rattachée à elle d’une façon ou d’une autre. Cette apparition étrange semblait avoir conscience de sa présence sans avoir besoin de le voir et elle l’inclut dans la conversation.

"Parfait, je n’étais vraiment pas sûr que le peu d’emprise que j’avais sur lui parviendrait à le faire venir ici. Mais on dirait bien que j’ai réussi… "

« Mara, c’est quoi ce délire ? T’es devenue invocatrice ? »

Il avait du mal à appréhender la situation, entre la douleur qui pulsait au sommet de son crâne et la voix qui pulsait directement dans son cerveau. Il espérait que la petite aurait les idées plus clair que lui et qu’elle pourrait l’aider à comprendre ce qu’il se passait.

__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
Surnom : Le Facteur X
Messages : 1364
Date d'inscription : 07/01/2011
Age du personnage : 24

Arpenteur des rêves
Clem Free
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 120
Renommée: 1445
Honneur: 160
MessageSujet: Re: Le retour du Déchu (Quête - Corey Cole et Clem Free) Mar 8 Mar 2016 - 0:19
Clem frictionna d’un coup sec le papillon rouge contre sa torche, ce qui enflamma le bout de cette dernière. « Trop classe », pensa t-il avant de lever sa source de lumière au dessus de sa tête, illuminant les lieux qui l’entouraient. Lesquels gagnaient à rester dans le noir : à part la terre meuble qui formait le sol, le reste du couloir, plafond comprit était constitué d’empilement de crânes de tailles diverses et variées de toute provenance mais essentiellement humain. certains étaient même reliés entres eux par des barres de fer leur perforant les deux tempes. Le tout donnait l’impression d’un mélange morbide entre des catacombes parisiennes et un tzompantli aztèque. Ravalant sa salive, Clem s’avança dans le couloir. Ce n’était pas par plaisir qu’il s’amusait à parcourir un des lieux les moins glamours du Cimetière de Dreamland. Il cherchait des informateurs.

Lorsqu’il avait reçu le sms de Corey, Clem était encore au travail mais sitôt rentré chez lui, il avait mit Kim au courant (difficilement vu l’écart de la langue encore présent chez la fraîche arrivée en France) et tous les deux s’étaient attelés sur un PC pour récolter tout ce qu’ils pourraient trouver sur Luche et sur le Cimetière de façon générale. Grosso modo, et bien que Kim avait un compte disposant de plus de droit sur le site « bibliothèque » du royaume agoraphobe. Ils n’avaient pas eu grand chose à se mettre sous la dent. Ils avaient toutefois trouvé un fichier traitant d’une bande d’informateur d’aucune allégeance et qui était établi dans un réseau de caveaux formant une série de galeries souterraines. Il fut décidé très rapidement entre l’agoraphobe et sa partenaire que cette dernière allait continuer le travail qu’ils devaient effectuer en duo au Royaume des Doutes tandis que lui allait plus ou moins déserter en se rendant au Cimetière pour y rencontrer ces informateurs. Les deux préféraient ne pas attendre trop de temps, les quelques rapports qu’ils avaient pu trouver sur le site de renseignement de leur royaume faisait état de remous autour de la personne de Luche. Tout cela avait sans doute un lien avec le sms de Corey (Clem était adepte de la théorie de la baleine blanche : si l’on pouvait apercevoir, en deux endroits et deux moments différents, une baleine blanche, alors c’était forcément la même. Un royaume qui prône plus ou moins l’immobilisme qui se faisait chahuter, c’était une baleine banche. Corey qui envoyait un sms pour faire part de ses soucis, c’était aussi une baleine blanche.) Pour cette raison et quelques autres, il fallait qu’il y aille sans plus attendre. Et histoire de ne pas venir en tant que simple spectateur du bordel, il lui fallait plus d’infos avant de se lancer.

Clem y mit un temps assez conséquent mais à force de crapahuter dans les catacombes il finit par tomber sur une cavité souterraine aux dimensions un peu plus généreuses que le simple couloir au plafond rabaissé. À l’intérieur, se débattant ou s’ébattant dans tous les sens, les informateurs qu’il cherchait. Il n’avait pas besoin de photo, de dessin ni même de description pour en être sûr. Rien que leur nom suffisait à l’agoraphobe pour les identifier à coup sûr : la Parade Poltergeist.


Clem s’avançait au milieu de la caverne, ça tournait et détournait autour de lui sans que personne ou prou ne s’intéressait à lui. Les fantômes faisaient une valse désordonnée et complexe, sortant ou entrant dans les murs encrânés quand ce n’était pas l’un dans l’autre pour créer des figures absurdes et souvent glauques. Un indice quand même quand à leur perception de la présence du rouquin : ce dernier était devenu le pivot sur lequel s’articulait toute la chorégraphie spectrale du lieu. Plutôt que l’improvisation pure, Clem penchait pour de la mise en scène savamment étudiée. Le cyclone fantomatique se rapprochait de plus en plus de lui, finissant complètement par l’entourer et faisant claquer les bas libres de son manteau.

« Un visiteur…

-Venu d’ailleurs…

-OOOOOOOOOHHH…

-Toy Story.

-OOOOooooooh…

-Il est naze !

-Aux chiottes !

-Pourquoi es-tu ici ?
Lui demanda lui demanda le spectre d’un –vraisemblablement- clown qui a été très dépressif la grande majorité de sa vie. Le ballet autour d’eux venait de prendre un rythme plus calme, comme si tous les fantômes étaient en train de tendre l’oreille.

-Je cherche des informations sur Luche.

-Ohoh !
S’écria l’autre, et d’un coup la ritournelle des esprits reprit de plus belle, comme si la demande de Clem les avait chauffé à blanc. Ce dernier resserra le col de son manteau autour de lui. À force de voir des formes tourner autour de soi on pouvait avoir l’impression qu’une chaleur devait se dégager de l’ensemble : ce n’était absolument pas le cas.

« Mais ces informations ont de la valeur Noble Vivant ! Surtout ces derniers temps, avec tous ces changements…

-… qui se profilent à l’horizon. Pouvant être interprété de mille façons.

-Et afin d’aider l’indexation…

-… nous proposons…

-…une version…

-Épurée.

-Stratifiée.

-Etudiée.

-Car nous discutons de tous les événements entre nous qui nous sont rapportés par nos confrères et apportons ainsi la version la plus pure des informations que vous demandez.

-…

-…

-…

-On avait dit qu’on ne la retenait pas cette phrase…

-Quoi ? Mais…

-Écoute, on en a déjà parlé : ça casse tout le groove et...

-Ouais t’es chiant !

-C’est vrai que c’est dommage, renchéra Clem en agitant mollement sa main libre à hauteur du torax. Il y avait un beau crescendo qui montait bien et puis...

-Bon c’est pas grave, tonna le clown fantôme qui se tourna tellement vite vers le voyageur que sa tête faillit tomber d’entre ses épaules. Indice révélateur quand à ce qui avait causé son passage de vie à trépas. Si tu veux des informations, il va nous falloir nous donner une compensation !

-E.V ? Monnaie de singe ?

-NON ! Nous autres revenants nous nous délectons d’une devise plus éthérée : nous voulons des secrets.

-Ah merde...

La ronde des fantômes venait de recommencer. Visiblement l’idée de recevoir leur payement les rendait toute chose. Clem n’avait pas le temps de se mettre à leur place pour deviner quelle importance ils pouvaient bien accorder à ce genre de chose. mais il n’avait pas de temps tout court de toute manière. Se dandinant un peu sur ses pieds, il se lança :

Je... suis en couple avec une fille qui je n’aime plus...

-Ahun, quoi d’autre ?
Clem fut prit d’une envie impérieuse de l’étrangler.

-Je... fais des sortes de cauchemars, comme des flash qui apparaissent au moment de quitter Dreamland. Je fuis dans les tunnels du métro et je tue une personne à cause d’un choix motivé par la peur. Plus tard, j’apprend qu’elle a survécu à cette nuit en même temps que je prend connaissance de sa véritable mort. Je ne sais pas... c’est... Je pourrais allez la voir dans le monde réel mais... je sais juste que j’ai juré de tuer son seigneur de meurtrier. Le fantôme leva la main pour lui signifier que c’était assez.

Autour d’eux les fantômes avaient arrêté de danser, l’air grave. Clem soupçonnait que malgré leur enthousiasme et l’amusement dont il avait fait preuve plus tôt, c’était des fantômes, et qu’ils comprenaient mieux que quiconque les différentes façons que pouvaient prendre le deuil. Deux d’entres eux se posèrent près du clown éthéré, officiant comme chaise pour ce dernier.

“Bon, que veux-tu savoir exactement sur Luche ?”

__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 631
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: Le retour du Déchu (Quête - Corey Cole et Clem Free) Mar 8 Mar 2016 - 22:35
"Parfait, je n’étais vraiment pas sûr que le peu d’emprise que j’avais sur lui parviendrait à le faire venir ici. Mais on dirait bien que j’ai réussi… "

Surprise, la jeune fille se tourna vers Corey qui approchait, habillé assez bizarrement. Il fronçait les sourcils, il avait pas l'air très bien. Notant sa mèche blanche, elle commença soudain à se douter du problème: vu la douleur latente que lui infligeait parfois sa brûlure, si la sienne était au crâne, il était pas bien parti.

"Mara, c’est quoi ce délire ? T’es devenue invocatrice ?"

Ah ouaip, il était vraiment pas bien là. Tournant sa tête vers l'entité, ayant vaguement l'impression que celle-ci regardait le Voyageur avec satisfaction malgré son absence de visage, elle baissa les yeux jusqu'à son lien avec sa propre main. Ouais bon, peut-être qu'à première vue, leur rapport n'était pas ultra évident. Ils étaient quand même littéralement liés l'un à l'autre. La jeune fille s'empressa de répondre:

"Oh non, t'inquiète, c'est juste le Bâton de la dernière fois qui voulait nous parler d'un truc!"

Elle ponctua sa phrase d'un grand sourire. La volute mauve avait quelque chose de rassurant. Elle n'avait jamais vraiment ressentit la moindre rancune envers qui que ce soit jusqu'à lors, mais plus elle y pensait, plus elle était convaincue que Luche méritait une véritable punition. Ils avaient été manipulés, humiliés, ils avaient frôlé la mort... Devaient-ils réellement se sentir satisfait de la "générosité" de la Liche qui les avait "autorisé" à retrouver leur état de base? Continuant de fixer l'entité, elle entreprit d'expliquer les faits à Corey:

"On a décidé de faire payer ses méfaits à Luche, Il a déjà tout prévu, Il pourra facilement nous conseiller! Dis Corey, tu Nous aideras, hein?"

La jeune fille regardait à présent son aîné, un sourire confiant sur le visage, enthousiasmée à l'idée de pouvoir finalement prendre sa revanche. Et si le Voyageur venait, tout serait encore plus facile! À ses côtés, s'adressant au contrôleur de Lumière, l'ombre mauve lui expliqua les faits à son tour, décrivant ce qui les attendait:

"Il n'y a pas d'inquiétude à avoir mon cher ami. Mon ambition est certes grande, mais je saurais vous récompenser de votre aide. Luche n'est en rien un être responsable, il exploite sa population et n'hésite pas à se servir de Rêveurs comme de Voyageurs pour alimenter sa main d'oeuvre, et vous en avez fait les frais tous les deux. Il m'a aussi exploité, utilisant ma puissance, et c'est pour cela que je me rebelle à présent. Comprends-tu mon combat, Voyageur, voudras-tu le rejoindre?"

S'accordant aux paroles de l'esprit, Mara leva sa main brûlée, comme pour la tendre à son ami, l'inciter à la suivre, et l'entité qui en sortait en profita pour se rapprocher de l'homme, comme impatient d'entendre sa réponse. Et pendant ce temps, il poursuivait son discours:

"Cette lutte ne sera évidemment pas simple, et plusieurs nuits nous seront nécessaires, ce sera un travail de longue haleine. Luche est conscient de ma révolte et connait le lien qui nous lie tous les trois, il ne vous laissera pas facilement entrer. Mais comme notre jeune amie l'a déjà dit..." une partie de la brume s'enroula légèrement autour du bras de la jeune fille avant de se dissiper, "J'ai déjà tout observé et calculé, il n'y aura pas d'erreur possible. Nous aurons besoin d'alliés et nous en trouverons, je vous ferais voir le Cimetière dans toute sa magnificence, bien loin de ce que vos craintes vous font imaginer."

Cessant un instant son monologue, comme pour reprendre son souffle, l'entité à présent toute proche de Corey réitéra de nouveau sa question, comme un murmure:

"Comprends-tu notre combat, cher Corey Cole, voudras-tu nous rejoindre?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Zenith
Messages : 856
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des rêves
Corey Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 495
Renommée: 1630
Honneur: 478
MessageSujet: Re: Le retour du Déchu (Quête - Corey Cole et Clem Free) Jeu 10 Mar 2016 - 18:16


L’espérance du jeune homme fût de courte durée, son amie avait l’air tout aussi embrouillée que lui, elle lui parla d’un bâton qui parle, enfin, qui voudrait leur parler de quelque chose. Avait-elle perdu l’esprit ? C’était tout à fait ridicule, les bâtons ne parlaient, même à Dreamland, enfin, à sa connaissance. A moins qu’il existait, dans ce monde, une peuplade fait de bâtons parlant, mais si leurs corps étaient des morceaux de bois de plus ou moins grande taille, avait-ils des membres ? Est-ce que leurs bras et leurs jambes étaient d’autres bâtons ? Peut-être que toute la famille était obligée de rester ensembles si ils voulaient pouvoir se mouvoir, les enfants formant les jambes et les bras, les parents la partie principale. L’image des balais ensorcelés de fantasia s’imposa dans son esprit, peut être alors que cette peuplade ressemblait à ces balais mais sans la partie du bas. Il divagua encore quelques secondes avant de finir par se rappeler le sceptre de luche en regardant la brûlure dans la main de la voyageuse d’où semblait provenir la fumée qui constituait l’être qui se tenait face à eux.

« Gné ? » laissa-t-il échapper, preuve de son éloquence, enfin de son incompréhension.

Il lui fallut faire un effort pour se souvenir de ces évènements encore embrumés, lorsqu’ils avaient eu lieu il était encore atteint par le pouvoir de luche qui était en train de le transformer en zombie. Il s’était retrouvé avec des capacités cognitives qui déclinaient à grande vitesse et lorsque le sceptre avait fini par aider Mara à vaincre Luche il n’était presque plus lucide, réduit à l’état de spectateur de ses propres actions. Il se souvint alors de la sensation de pouvoir qui avait coulé en lui, de cette vigueur retrouvée, de ce sentiment d’omniscience.

"Il se souvient du pouvoir… De la puissance… Ca y est…"

C’était donc la même entité, celle contenue dans le sceptre, celle qui les avait aidés à se sortir de l’emprise de luche.

« Tiens ? Tu parles plus comme un poète ? »

L’héliophobe avait le souvenir d’une façon un peu alambiquée de s’exprimer, que l’être d’utilisait plus aujourd’hui.

"Bien sûr que je peux de nouveau m’exprimer
De cette manière que tu sembles regretter.
Mais ce n’est ni le temps ni l’endroit. "
Alors ferme ton caquet et écoute moi.


Mara et l’esprit du sceptre lui expliquèrent qu’ils voulaient s’en prendre à Luche, le jeter au bas de son trône et récupérer le contrôle sur le district. L’entité lui promit une juste récompense et avança quelques arguments plutôt cohérents, mais Corey était tiraillé. Il n’avait aucune envie de se retrouver de nouveau à affronter Luche, même sans son sceptre, ce type aurait pu les tuer facilement. Il semblait avoir des pouvoirs insoupçonnés qui lui permettaient des attaques imprévisibles et s’ils étaient de nouveau confrontés à lui, rien ne garantissait qu’ils s’en sortent sans y laisser des plumes. Le pire des scenarios était qu’ils se retrouvent de nouveau soumis à sa volonté et qu’il se serve d’eux jusqu’à ce que leurs corps tombent en lambeaux.
D’un autre côté, la tendance du jeune homme à jouer au cavalier blanc, tapait avec virulence à la porte. Entre le désir de protéger Mara qui semblait bien décidée à se lancer dans cette croiser et l’envie de réduire la menace qui pesait sur les voyageurs et les rêveurs, c’était délicat de résister. Comme pour en rajouter, la blondinette tendit la main, comme pour l’inviter à rejoindre leur combat et l’esprit de brume mauve en rajouta un couche. Il termina sur une phrase qui glaça le sang du jeune voyageur.

" Comprends-tu notre combat, cher Corey Cole, voudras-tu nous rejoindre? "

Involontairement, l’héliophobe retint son souffle, comment connaissait-il son nom de famille ? Depuis qu’il était devenu voyageur le jeune homme avait toujours été discret sur la question, conformément aux consignes de sa sœur qui craignait, probablement à juste titre, que son seigneur cauchemar ne s’en prenne à Corey s’il venait à apprendre son existence. Comment cet être, aussi énigmatique qu’il soit l’avait-il apprit ? Avait-il accès à ses pensées ? Luche était-il au courant ? Mara avait-elle entendu ? Est-ce que cette chose essayait de se servir de cette information pour le forcer à lui obéir. Les questions se bousculèrent pendant plusieurs instants dans l’esprit du voyageur qui sentait la colère bouillonner en lui devant cet intrusion dans sa vie privée et cette faille dans la sécurité de l’identité de voyageur qu’il s’était forgé. Il se retint de réagir à cette provocation, peut être involontaire, car si la blondinette n’avait pas percuté il ne voulait pas donner l’impression que cette information était importante. Il prit encore quelques secondes pour calmer ses nerfs et se donner de la contenance.

« On va dire que je marche, mais t’as pas intérêt de toucher aux rêveurs et aux voyageurs si on arrive à te mettre à la tête du district. »

" Parfait, ne t’en fais pas, je n’ai pas besoin d’êtres aussi faible pour assoir ma puissance, contrairement à Luche. " La volute de fumée tourbillonna un peu sur elle-même comme pour repérer les lieux. " Première étape… Il vous faut un guide qui connaisse les bas-fonds du cimetière, je connais bien certains quartiers mais ce sera ceux que Luche fait surveiller le plus. "

Le nuage de brume qui avait matérialisé la silhouette presque humaine s’évapora, mais les deux voyageurs surent instinctivement dans quelle direction se rendre. L’héliophobe garda le silence, ne sachant pas trop comment aborder la question mais il avait besoin de savoir si la blondinette avait appris son secret et avait conscience que ça en était un.

__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
Surnom : Le Facteur X
Messages : 1364
Date d'inscription : 07/01/2011
Age du personnage : 24

Arpenteur des rêves
Clem Free
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 120
Renommée: 1445
Honneur: 160
MessageSujet: Re: Le retour du Déchu (Quête - Corey Cole et Clem Free) Lun 14 Mar 2016 - 15:18
C’était un petit pan de cimetière baigné dans la brume où trainaient quelques rats au corps rachitique et aux yeux globuleux. Ces derniers creusaient de façon assez pitoyable la terre à la recherche de cadavres pimpants et garni en chair qu’ils pourraient dévorer à loisir. Comme quoi parfois un rat pouvait se révéler très con. L’un d’entre eux se nommait Zip, et c’était le moins con du groupe.

Zip avait compris qu’à moins d’un miracle, ils ne trouveraient rien qui n’ait déjà été trouvé à moins de dix centimètres du sol. Zip préférait tenter sa chance en cherchant du côté des caveaux ou des tombes, des fois qu’on y aurait mal fermé le couvercle. En plus ce genre d’endroit était bourré de cadavres, c’était bien connu après tout : ils avaient été créé pour ça à la base.

Le petit rat s’approcha donc de la porte d’un caveau qui, dans son petit cerveau de rongeur suranné, avait l’air plus prometteur que les autres et commença à creuser la pierre entre le bas de la lourde porte et le socle sur lequel elle reposait, plein de mépris pour ses congénères qui grattaient stupidement la terre, ha !

Soudain, un choc venant de l’intérieur ébranla la porte. Zip n’écouta que son courage et se replia promptement derrière une butte située à quelques mètres. Les autres rats –des lâches confirmés- l’avaient rejoint.

Il fallut plusieurs tentatives pour que la force inconnue située à l’intérieur de caveau puisse en défoncer la porte mais une fois que le panneau retomba lourdement en fissurant une ou deux dalles, les rats purent observer à loisir l’être qui sortait sous la douce lumière éthérée de la lune. Il portait un manteau marron dont le bas descendait jusqu’à l’arrière des genoux, une torche éteinte et noircie depuis longtemps par l’usage ainsi que d’une paire de lunette de protection qui pendait à son cou.

Il se tenait également la main devant les yeux, une grimace sur les lèvres.

« Putain de lumière de merde… »

Zip n’avait qu’une envie : profiter de la brèche ainsi faîte et détaler dans le caveau afin de prendre la plus grande part du gâteau, si on pouvait exprimer les choses ainsi.

Toutefois force était d’admettre qu’il était intrigué par ce grand géant roux et par ce qu’il comptait faire dans un futur immédiat. De la même manière qu’une petite créature était fascinée par les déplacements d’une autre le dépassant en taille plus d’une dizaine de fois et qui se trouvait dans son entourage proche.

D’ailleurs, la suite se révéla forte intéressante car le géant commença à prospecter sur les tombes alentours, marmonnant des lèvres à chaque fois qu’il se trouvait devant une inscription. Zip se dit qu’il était un bien mauvais magicien car aucune boule de feu magique ne sortit des incantations qu’il devait certainement proférer.

Au bout d’un moment, le géant fit un grand sourire devant une tombe en pierre. Le machin ressemblait à une entrée de caveau mais à la verticale, tout à sa curiosité, Zip commença à s’approcher.

Ce fut visiblement délicat et difficile, mais le géant réussit à déplacer suffisamment la plaque de manière à faire tomber cette dernière. Il fit un rapide bon et se retrouva les deux pieds sur le cercueil enterré. Seule sa tête dépassait du couvercle de pierre. Pareille vision fit oublier à Zip sa peur et ce dernier grimpa d’un bond sur le rebord du cercueil. Les yeux des deux êtres se croisèrent…

_____________

Clem fut passablement troublé de voir d’aussi près un cousin onirique (et légèrement grotesque) d’une des espèces les plus maligne du monde réel. Il sonda le regard du rongeur en s’interrogeant sur les capacités possiblement incroyables du petit être en face de lui.

_____________

Zip se demanda brièvement pourquoi ce grand chien roux le regardait ainsi. Ce dernier se désintéressa vite de lui et se pencha afin d’ouvrir le cercueil. Le rat se demanda si le géant souhaitait en réalité manger le cadavre ce qui serait à coup sûr de la concurrence déloyale mais à la place, l’humanoïde sortit de sa poche une drôle d’horloge au « tic-tac » trop rapide pour compter les secondes et l’enfonça dans le côté gauche de la poitrine du macchabbé qui était de toute manière dans un état de délabrement avancé tel qu’on aurait pu jouer une mélodie sur ces côtes avec des baguettes.

Pourtant il ne fallut attendre que moins d’une minute pour qu’une expiration se fasse entendre depuis la mâchoire décharnée du cadavre. Zip s’enfuit à toute vitesse, là pour le coup on était au-delà de la concurrence !

« Hey ! Tu m’entends ? » Clem claqua des doigts devant les yeux à moitié clôt du macchabée.

Nouveau râle et regard perdu de la part de la part du réveillé.

« Désolé mais ils m’ont dit qu’on aurait besoin de toi… ah, et aussi qu’au début tu aurais du mal à marcher. » Il laissa tomber des cordes sur l’ex-cadavre et commença à s’affairer avec. « C’pour ça que j’ai apporté ça. »

Quelques minutes plus tard, tous les rats eurent l’occasion de voir sortir du tombeau un géant en bonne santé en porter un deuxième plié sur lui-même tel un étrange sac à dos.

"Bon, toi c'est fait, maintenant faut que je retrouve Corey..."

__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 631
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: Le retour du Déchu (Quête - Corey Cole et Clem Free) Mar 15 Mar 2016 - 19:45

Laissant Corey poser sa dernière condition, même si la réponse de l'entité paraissait parfaitement évidente dans l'esprit de l'enfant, cette dernière attendait patiemment de passer à l'action. Quelle serait cette action, elle ne le savait pas encore, mais elle savait qu'une fois la discussion terminée, ils iraient quelque part. De ce fait, lorsque la brume se dissipa en se glissant souplement dans sa brûlure, ce fut sans hésitation qu'elle se retourna sans même faire de signe à son ami, et qu'elle prit une certaine direction vers des arbres plus loin.

Ignorant la douleur qui s'atténuait en faisant des aller-retours le long de son bras depuis que le spectre y était retourné, elle avançait sereinement d'un pas vif, parfaitement détendue, même en sachant qu'elle ne connaissait pas à l'avance la suite des événements. Elle était juste bien, la tête loin de tous les problèmes et contente d'aller aider des gens. En fait, c'était étrangement confortable, car si elle ne savait pas où elle allait, elle était quand même sure d'être sur la bonne direction. Ni inquiétudes, ni appréhensions: le rêve, tout simplement.

Elle se contentait d'observer passivement le paysage: la plaine toujours aussi plate, sans grand relief, la végétation de plus en plus rare et grise, les cailloux, les arbres sombres, noueux, difformes et dépourvus de feuilles... C'était drôle tiens, plus ils avançaient, plus elle avait l'impression d'entrer dans un décors en noir et blanc. Pourtant, ses vêtements lui paraissaient toujours aussi colorés... C'était sans doute l'aura du Cimetière qui rayonnait quand ils s'en approchaient. Une indication on ne peu plus claire qu'ils faisaient bonne route! Alors qu'ils se rapprochaient de la lisière des arbres, la douce voix de l'entité résonna dans sa tête:

Pour l'instant, il nous faudra réunir quelques généraux pour notre armée... J'ai quelques idées en tête, mais il faudra réussir à les convaincre, et cela risque de prendre un peu de temps. Mais je ne doute pas un instant de votre réussite, tant que je suis à vos côtés, rien ne peut vous arriver dans ces Districts du Cimetière.

Acquiesçant vivement au message mental, la fillette nota qu'ils étaient à présent dans la forêt. Elle ressentit une point de déception en se rendant compte que celle-ci était toujours dépourvue de vie. Après, en se concentrant suffisamment, elle parvenait à entendre les voix de quelques parasites, des vers, quelques insectes sous-terrains... elle n'aimait pas vraiment faire appel à ces créatures-ci, par dégoût surtout, mais il allait bien falloir se débrouiller avec ce qu'ils avaient sous la main... Même s'ils n'avaient pas vraiment besoin d'aide pour le moment.

Finalement, après un petit moment de marche, elle aperçut un immense rocher jaillissant du sol. Pas que ce fut le premier qu'ils n'aient croisé, loin de là: non, celui-ci ce démarquait par le fait que la Voyageuse savait qu'il menait à la suite du chemin. S'en approchant avec curiosité, se demandant quel passage magique allait les envoyer vers leur destination, elle attira sans doute inutilement l'attention de son camarade vers le roc d'un simple: "Hey, par ici!"

Passant la main le long de la surface granuleuse et sèche, laissant son doigt courir le long des irrégularités du roc, elle laissa ses yeux se perdre vers son sommet, environ deux mètres plus haut, sans vraiment savoir ce qu'elle cherchait. Mais à l'instant où elle commençait à se résoudre à grimper, hésitante, son regard fut soudainement attiré par le sol. Lâchant la prise qu'elle avait commencé à saisir, elle s'accroupit et commença à faire le tour du rocher, attentives aux déformations qui laissaient la place de cacher quelque chose au sol. Glissant sa main là où sa vision s'arrêtait, ignorant les fourmillements qui frôlaient parfois sa peau, son visage s'éclaira d'un coup quand elle sentit un petit renfoncement du bout de son majeur. Naturellement, il paraissait au toucher parfaitement normal, mais elle savait.

S'inclinant un peu plus pour atteindre l'interrupteur camouflé, regrettant de ne pas être un squelette pour se faufiler plus facilement dans le trou, elle parvint finalement à l'enclencher et fit signe à Corey de reculer rapidement tandis qu'elle faisait de même. Pendant une seconde, il ne se passa rien et l'enfant commença à se sentir légèrement nerveuse. Ça ne marchait plus? C'était trop vieux?

Mais un claquement sourd retentit soudain, à sa grande satisfaction, et le roc commença à s'ébranler lentement mais surement. Ignorant la masse en mouvement, elle était concentrée sur l'ouverture qui se dévoilait petit à petit au sol. Une trappe ouverte d'environ un mètre carrée, dans laquelle s'enfonçait un escalier qui se perdait dans la pénombre.

Lançant un sourire encourageant à son camarade, elle dit avec un optimisme parfaitement convaincu:

"Allez, une fois dedans, on sera dans les caveaux du Cimetière, ça sera facile!"

Depuis quand était-elle aussi enthousiaste à l'idée d'aller dans un trou pareil? Bah, ça n'avait pas grande importance, elle devait prendre goût à l'aventure à force. Et puis, elle était contente à l'idée de passer une autre nuit avec Corey, il était vraiment gentil avec elle. Revigorée, elle commença lentement à descendre les marches inégales et humides, prenant garde à ne pas glisser et ignorant sereinement les nombreuses toiles d'araignée qui tapissaient les murs. Par contre, il allait faire sombre là-dedans, et elle n'avait rien d'éclairant à portée de main, elle espérait que le pouvoir de Corey leur permette d'y voir quelque chose...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Zenith
Messages : 856
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des rêves
Corey Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 495
Renommée: 1630
Honneur: 478
MessageSujet: Re: Le retour du Déchu (Quête - Corey Cole et Clem Free) Mar 22 Mar 2016 - 17:15


Corey n’était pas tranquille, suivre aveuglément cette entité sans savoir où elle les conduisait ne lui plaisait pas. Ils ne savaient même pas à qui ils avaient vraiment affaire, ils savaient juste que qui qu’il soit, cet être voulait la chute de Luche et comme le dit l’adage, les ennemis de mes ennemis sont mes amis. Il ne savait pas vraiment si Mara considérait cet énergumène comme un ami mais l’héliophobe restait méfiant, ils ne connaissaient rien de cet être. Il avait l’impression d’être manipulé et que cette créature avait un accès plus ou moins privilégié à leurs esprit ce qui ne lui plaisait pas du tout. Il avait la désagréable sensation de devoir lutter pour conserver sa méfiance à un niveau suffisamment élevé. Cette espèce de lutte psychique qu’il avait l’impression d’être en train de mener lui rappelait malheureusement le soir où cette entité avait distillé une partie de son être en eux. Cette fois il était bien décidé à ne pas le laisser s’enfoncer trop profondément dans son esprit et à ne pas le laisser accéder à ses pensées.

" Ne lutte pas… Tôt ou tard tu réclameras ma puissance et tu me laisseras le contrôle. " Entendit-il dans ses pensées.

Cette affirmation le révulsa mais ce qui l’effraya le plus c’était qu’il avait le pressentiment que ce serait en effet le cas même si il avait envie de croire qu’il serait assez fort, mentalement et physiquement, pour résister. Pour l’heure il fallait juste avancer, il ne pressait pas le pas, sachant que la gamine aurait du mal à suivre s’il le faisait. Le machin dans leurs tête leur parla de recruter des généraux mais Corey l’ignora, il y réfléchirait le moment venu. Il constata qu’ils se rapprochaient dangereusement des terres du cimetière, bientôt il n’y eut plus rien de vivant autour d’eux. Cette ambiance macabre rappelait de mauvais souvenir au jeune homme qui n’avait pas vraiment apprécier l’expérience d’être lentement privé de son intellect.

Mara semblait savoir où aller lorsqu’ils arrivèrent devant l’espèce de grand rocher qui bloquait le passage, l’entité (il allait vraiment falloir lui trouver un nom d’ailleurs… l’Autre on va l’appeler l’Autre faute de mieux en attendant) devait lui avoir communiqué les instructions pour la suite du trajet. Elle commença à farfouiller autour du bloc minéral et Corey se demanda si elle savait vraiment ce qu’elle faisait, mais bientôt elle s’écarta, l’air satisfaite. Ils attendirent quelque seconde, mais rien ne se passa, ce n’est que lorsque la jeune fille perdit son air triomphant que le rocher se mit à bouger pour dégager l’accès à un passage secret. Mara le regarda avec un air enjoué et il dû se forcer pour le lui rendre et avoir l’air confiant.

« Ouais ça devrait le faire avec un GPS intégré dans notre esprit... »

Il imagina quels sens il pourrait donner à cet acronyme pour qu’il soit plus adapté à la situation.

** Gros Parasite Spiritique… ** il sourit à sa petite blague mais son euphorie fut de courte durée.

" J’ai entendu ça… "

Une soudaine décharge de douleur qui semblait provenir de l’intérieur de son être lui coupa le souffle et failli le faire s’effondrer. Il lutta pour conserver son équilibre et ne pas laisser transparaitre son mal être à la blondinette qui avait commencé à s’enfoncer dans l’ouverture béante.

" Ce n’est pas parce que j’ai un peu moins d’emprise sur toi que je ne peux pas te faire déguster si tu essaies de t’opposer à moi… "

** Très démocratique… **

Il avança sans attendre, de crainte de subir une nouvelle agression interne, dévalant les premières marches et manquant de peu de cogner dans Mara qui attendait probablement qu’il se serve de son pouvoir pour éclairer le chemin. Il tendit le bras devant lui, pointant sa paume au-dessus des cheveux blonds de la gamine et laissa un faisceau très diffus se répandre. Même la lumière produite par son pouvoir, pourtant vive et chatoyante semblait avoir du mal à disputer du terrain aux ombres de ce sous-terrain. Il eut du mal à retenir le haut le cœur que provoqua l’odeur écœurante de mort et d’humidité qui encensait les lieux. Mais une fois que son œil se fût habitué à la luminosité produite par son pouvoir, il constata que les quelques marches donnaient un couloir qui semblait s’enfoncer dans les entrailles de ce monde onirique. Ils descendirent les quelques marches pour se rendre compte que les murs étaient constitués en grande partie d’ossements en plus ou moins bon état.

L’héliophobe vit que des torches étaient disposées tous les dix mètre environ et il avança jusqu’à la première, l’embrasa grâce à son pouvoir et pu relâcher son contrôle sur la lumière qu’il diffusait depuis qu’ils étaient descendus. Il aurait pu continuer à les éclairer avec mais autant économiser ses forces, il ne savait pas ce que la suite de la nuit leur réservait. Vu le lieu dans lequel l’Autre était en train de les guider, il risquait de devoir se battre avant de se réveiller. Comme pour faire écho à sa pensée peu rassurante des bruits sinistres leur parvinrent du bout du couloir. Jusque-là il s’était divisé à de nombreuses reprises mais leur GPS les avait fait continuer droit devant, cette fois, il leur fit bifurquer sur un chemin parallèle, comme pour se rapprocher de l’origine du bruit qui s’était fait entendre quelques instants plus tôt.

Corey se demanda si, comme l’Autre avait accès à ses pensées, s’il pouvait avoir accès aux siennes en retour. Il essaya d’isolé l’intrus dans son esprit et de, délicatement, sonder cette conscience étrangère.

" Quelqu’un nous aurait devancé ? Non ce n’est pas possible… Vite… Qui ? Luche ? Non… Il ne sait pas où il est caché… Qui ? "

Sous l’impulsion mentale de l’Autre, Corey et son amie se mirent à courir torche en main, craignant d’arriver trop tard pour ils ne savaient quoi…

__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
Surnom : Le Facteur X
Messages : 1364
Date d'inscription : 07/01/2011
Age du personnage : 24

Arpenteur des rêves
Clem Free
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 120
Renommée: 1445
Honneur: 160
MessageSujet: Re: Le retour du Déchu (Quête - Corey Cole et Clem Free) Mer 13 Avr 2016 - 16:44
Autant un cadavre bien amaigri, ça semblait peu lourd et facile à porter ; ça ne l'était en réalité que les premières minutes. Clem était certain que son nouveau camarade repoussait volontairement le moment où il descendrait de son dos en déclarant qu'il était capable de marcher. Il était peut-être manchot (et dieu sait où était passé son bras) mais il avait encore ses deux jambes. Ou plutôt ce qu'il en restait.

Déjà, il faudrait qu'il soit capable de parler : à part pointer du doigt une destination connu de lui seul et émettre quelques borborygmes  curieusement compréhensibles. Le cadavre restait muet. Même si l'agoraphobe notait que la chair autour de ses mâchoires prenait de plus en plus de consistance. Sans ressembler petit à petit à une personne vivante, la cadavre devrait bientôt pouvoir parler et se mouvoir sans difficulté particulière comme la Parade Poltergeist le lui avait prédit.

Clem s'arrêta au sommet d'une petite colline. Juché sur le dos de l'agoraphobe, le cadavre pointait du doigt une petite église situé au sommet d'un coteau, pas très loin d'eux. Avec le brouillard aux alentours et la nuit perpétuelle, il était dur de juger si les petits tas noir tout autour étaient des zombies ou des pierres tombales.

"C'est là que se trouve Corey ?" demanda Clem en attendant à moitié une réponse.

-Bras...

-Quoi ?

-Je veux mon braaaaas...

-Attend, dit Clem qui commença à se tordre le cou pour observer en partie le visage du cadavéreux. Tu me montres depuis tout à l'heure l'endroit où se trouve ton bras ?

-Braaaaaas... répéta l'autre comme s'il n'avait rien entendu.

-Et il se trouve où Corey, bordel !

-Mon bras...

-Mais t'en as pas besoin de ton bras ! Fit Clem qui commençait à repartir dans une direction prise au hasard.

-Pas besoin ? C'est mon bras !

Mais Clem était déjà hors de vue de l'église, il comptait marcher suffisamment longtemps et suffisamment loin pour que le cadavre se fasse une raison à propos de son bras et se décide à lui indiquer la direction vers Corey.

Le beau-frère de Clem ne devait plus être si loin. Le Cimetière de Dreamland ne pouvait pas être si grand. Si ? Une fois que le cadavreux voudrait bien indiquer la direction de l'héliophobe, Clem n'aurait qu'à activer son pouvoir et de commencer à avaler les distances juste en marchant.

Quand soudain, clap clap, des battements d'ailes. Le cadavre, d'abord ronchonnant à propos de son bras, leva les yeux et cria. De peur ou d'avertissement, Clem fut incapable sur le coup de faire la différence. il eut le temps de voir tourner autour de lui deux corbeaux gigantesques quand un troisième qu'il n'avait pas vu arriva derrière lui et agrippa  le cadavre accroché à son dos.

Ce qui s'ensuivit prouva à Clem que la corde, ou alors les noeuds du harnais qu'il avait improvisé, était vraiment solide car il s'envola également. Embourbé dans les cordages le retenant au cadavre qui lui, était bien au chaud entre les serres de l'oiseau. Certains noeuds avaient tout de même lâché, laissant ainsi un peu de distance entre Clem et son compagnon, mais ils restaient tout de même liés l'un à l'autre.

"Et merde..." fit Clem quand il comprit que, si en se dégourdissant un peu et en utilisant son pouvoir, il pourrait rejoindre la terre ferme sans trop de bobo, ce serait malheureusement sans le cadavre.

Résolu mais un peu dépité tout de même, l'agoraphobe se laissa emporter par les volatiles. Se demandant où ils étaient emmenés ainsi...

__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 631
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: Le retour du Déchu (Quête - Corey Cole et Clem Free) Jeu 14 Avr 2016 - 20:15

Sa nervosité crispait ses muscles. Aussi sereine que soit sa manière d'avancer, elle était à l’affût, son regard balayant les parois à la recherche d'un signe, d'un indice quelconque expliquant l'origine de ce bruit... Non, il n'était plus temps de marcher, le risque était trop important, il leur fallait rejoindre au plus vite le Cimetière, où ils seraient plus susceptibles de se faire des alliés. Ici, ils seraient seuls dans un espace étroit, et ils ne s'en sortiraient certainement pas sans dommages. Un risque qu'il était hors de question de prendre, compte tenu de la nuit qui se dessinait.

L'enfant et son compagnon courraient donc, flammes vacillantes entre les mains, longeant les paroi en prenant bien soin d'ignorer les ossements qui en dépassaient parfois. "Suivant son instinct", la jeune fille tournait parfois à droite ou à gauche, ne s'inquiétant pas vraiment de cette sensation qu'elle avait de s'enfoncer dans un labyrinthe. Finalement, un ultime tournant les mena à une énième salle, plus grande que les lugubres petits espaces qu'ils avaient croisé jusque là. En effet, c'était un caveau en bonne et due forme qui s'ouvrait devant eux, plongé dans la pénombre.

Des coins plus sombres que d'autres laissaient deviner des colonnes et des voûtes, mais Mara n'avait pas de temps à perdre avec ça, déniant l'odeur l'odeur âcre qui montait jusqu'à elle et l'humidité ambiante. Non, elle marchait d'un pas vif, sa cape rebondissant contre ses mollets, lançant des regards nerveux autour d'elle alors qu'elle essayait de retrouver l'endroit auquel elle pensait. Finalement, elle se figea alors que des bruits de conversation montaient jusqu'à elle et tourna la tête vers l'origine du bruit. Des rats, constata-t-elle dans un haussement de sourcil. Mais leur échange était néanmoins intéressant, laissant entendre que quelqu'un était passé ici.

Quelqu'un... Une onde froide déferla à travers ses membres et elle jeta un rapide coup d’œil vers Corey pour vérifier qu'il était toujours là. Bien sûr qu'il était là, où d'autre? Faisant encore quelques pas, animée d'une inquiétude qu'elle ne comprenait et ne reconnaissait pas, elle s'arrêta de nouveau entre deux colonnes, face à un tombeau. Ouvert. Ses poings se crispèrent alors qu'elle plongeait son regard dans les ténèbres du trou. Il n'était plus là.

Il n'était pas rare de trouver une tombe vide dans le Cimetière. Non, le problème était surtout que cette tombe soit vide. Elle sentit une vague de fureur la prendre à la gorge, son cœur devenait fou, sa respiration haletante, elle avait de plus en plus chaud. Elle avait les nerfs à vif, elle voulait frapper quelque chose, n'importe quoi, n'importe qui, pourvu que ça cible se détruise sous ses coups dans le bruit le plus satisfaisant possible. Que lui arrivait-il? Elle ne comprenait pas, et des ondes de migraine traversaient son crâne. Elle voulut porter sa main à sa tête mais une douleur dans son bras la figea.

Finalement, sa haine reflua au bout de quelques secondes, aussi brusquement qu'elle était arrivée. Non, il fallait se calmer, il y avait sans doute une explication. Peut-être même un allié potentiel, même si elle avait du mal à y croire. Non, il ne fallait surtout pas perdre son calme si près du but. Il fallait rester lucide et trouver une solution au problème. Mara porta finalement sa paume à son front en soupirant, essuyant la sueur qui s'y était accumulée. Elle sentait un autre sentiment enserrer son cœur. C'était de la peur et elle avait beau la combattre, elle ne semblait pas vouloir partir. Finalement, l'entité prit la parole:

J'aurais préféré que celui qui demeurait ici y soit toujours, mais on dirait qu'on va devoir faire sans... Ne vous inquiétez pas, la sortie vers le Cimetière est proche, nous allons bientôt pouvoir passer aux choses sérieuses.

Acquiesçant par habitude à la voix, Mara continua à suivre son chemin avec Corey. La lumière diffusée par les torches donnait parfois l'impression de renforcer les ombres qui les entouraient et la fillette préférait la tenir loin de son visage pour ne pas s'éblouir. À propos de lumière, les environs semblaient de moins en moins sombres et au détour d'un escalier en colimaçon, la luminosité extérieure émana soudain d'un porte entrouverte. La poussant délicatement, ne sachant pas trop quoi en conclure, Mara foula finalement l'herbe à la fois asséchée et légèrement humide.

Le clair de la pleine lune brillait haut dans le ciel, quelques échos de grognements lointains lui parvenaient, le hurlement du vent entre les pierres tombales et les branches des arbres morts la faisait frissonner et le lointain croassement d'un oiseau passant au dessus de leur tête lui fit instinctivement rabattre encore plus sa capuche. Elle se sentait bizarre ici, trop de sentiments contradictoires. Sans doute un reste de sa nuit au service de Luche... Oui, Luche, il fallait le trouver, mais comment?

Pour l'instant, vous n'êtes clairement pas capables de faire face à cette Créature, il nous faudra recruter de puissants alliés. Et connaissant ceux auxquels je pense, il est possible que ce ne soit pas une épreuve de tout repos mais ce n'est pas trop grave: avec quelques "journées" de pause, vous autres Voyageurs revenez en pleine forme. Par contre, j'aurais préféré que l'autre squelette soit là. Mais on devrait le retrouver rapidement, je sais comment l’appâter.

Mara tourna la tête vers une colline plus loin, ou se dressait un petit bâtiment. Il fallait donc aller là-bas? Ça allait, ça ne semblait pas être un début trop difficile. Par contre, il leur faudrait être prudent, les Voyageurs n'étaient vraiment pas les bienvenue ici, et surtout avec la présence de l'entité, ils ne devaient pas attirer l'attention. Mara lança un autre regard à Corey, et même elle arrivait à y lire du malaise. C'était vrai que leur position était loin d'être confortable, mais c'était pour la bonne cause.

Elle frissonna légèrement, une brise s'étant glissée contre son cou, et elle fit quelques pas vers leur direction. Mais elle se reprit, et s'arrêta de nouveau. Elle se sentait bizarre, seule, et l'ambiance lui pesait... Et il faisait vraiment froid. Se tournant de nouveau vers son ami, les lèvres pincées et le regard au sol, elle tendit sa main vers lui, l'invitant silencieusement à la prendre. Et de ce fait, elle laissa filtrer entre ses lèvres:

"Steuplé, on fait ça vite... J'ai hâte que ça soit fini..."

Elle ressentait juste le besoin de chaleur humaine, de vie à ses côtés. Surtout dans le faux silence qui les entourait, donnant l'impression que l'air était si épais qu'ils allaient se noyer dedans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Zenith
Messages : 856
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des rêves
Corey Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 495
Renommée: 1630
Honneur: 478
MessageSujet: Re: Le retour du Déchu (Quête - Corey Cole et Clem Free) Jeu 21 Avr 2016 - 15:10


Corey essaya à nouveau de sonder l’esprit étranger qui squattait en lui tout en courant à la recherche d’il ne savait pas trop quoi, mais soit l’Autre s’était rendu compte qu’il avait été espionné, soit il ne pensait à rien. Ils enchainèrent les bifurcations et les chemins le plus improbables et finirent par déboucher dans un tombeau digne des plus grands jeux vidéo et films d’aventure. Mais comme c’était parfois le cas dans ce genre d’ouvrage, quelqu’un les avaient précédés, en quoi, l’héliophobe ne savait pas vraiment, mais il était évident que l’Intrus était contrarié. Il communiqua, peut être involontairement, sa contrariété, aux deux voyageurs. Le geek essaya de s’en préserver dans un premier temps mais il fût rapidement gagné par cette colère et lui aussi eut des envies destructrices. Il croisa le regard de la blondinette et ne la reconnu presque pas tant son visage était déformé par la colère. Elle aussi devait subir l’influence de l’autre et probablement plus que lui car elle semblait à deux doigts de craquer et de frapper sur la première chose venue, ce qui était bien loin de son tempérament habituel plutôt calme et réservé. Il se força au calme tout en se demandant quelle emprise avait l’Autre sur eux, et surtout sur elle…

Ils finirent par se calmer tous trois et celui qui avait été à l’origine de cette fureur s’expliqua, en substance, les raisons de sa colère. Apparemment il avait espéré trouver ici un allié qui leur aurait été utile dans leur combat contre Luche. L’héliophobe se demanda à quoi pouvait bien ressembler celui qui avait habité dans cette tombe et les hypothèses ne le rassuraient pas. Il parla aussi de passer aux choses sérieuses en entrant dans le cimetière, autrement dit, sur le territoire de Luche. Suivant l’impulsion mentale de l’entité, ils suivirent un nouveau couloir et finirent par pousser une porte qui les relâcha dans le cimetière. Lorsque son œil se fut habitué à la pénombre triste et grisâtre, habituelle de ces lieux, Corey devina qu’ils étaient encore loin de la partie très fréquentée du district. Les mausolées étaient éparses, les tombes essayent difficilement de s’extirper des ronces et des broussailles et le relief était un peu plus accidenté.

Il fût tenté d’essayer de lire les pensées de l’Autre mais il se retint, à raison, car la voix cadavérique se fit entendre pour leur expliquer qu’il avait encore un moyen d’appâter celui qui leur avait échappé. Il ne sut pas vraiment pourquoi, mais l’héliophobe sut que ça ne présageait rien de bon. Comme sa camarade, il tourna la tête vers la direction que leur indiqua mentalement l’Entité. Dans un premier temps, il ne vit rien, mais le vent cinglant chassa la langue de brume qui dissimulait une sorte de petite église dans le lointain. Le geek essaya de capter discrètement les pensées de l’Autre qui venait de se taire.

" J’espère que c’est toujours là-bas… S’il l’a récupéré, on ne pourra pas le retrouver. "

Il aurait aimé continuer d’espionner, ça lui redonnait une espèce de sentiment de contrôle, mais Mara le ramena à la réalité onirique en disant quelques mots. Il mit quelques instants à comprendre de quoi elle parlait, puis il fût presque surprit de voir que la gamine tendait la main. Jusque-là elle s’était efforcée d’avoir l’air indépendant et de se rendre le plus utile possible, mais elle avait apparemment enfin suffisamment confiance en lui pour laisser la carapace se morceler un peu. Il n’avait pas vraiment l’habitude d’interagir avec des enfants, mais là il comprenait qu’elle avait besoin d’être rassurée. Il saisit la main de la blondinette, qui était vraiment petite dans la sienne, même si elle n’était pas vraiment grande pour un homme adulte. Il ne savait pas vraiment quoi dire, pour ne pas lui donner de faux espoirs ou ne pas trop s’avancer sur leurs chances de succès.

« Ca va le faire… On a vu pire… »

Ils étaient tout de même passés à deux droits de finir dévorés par des zombies ou d’en devenir eux même et jusque-là, ils n’étaient pas encore confrontés à un danger aussi grand. Peut-être que s’ils passaient suffisamment de nuits à préparer le terrain, ils n’auraient pas besoin de se salir les mains pour renverser Luche. Mais au fond de lui le jeune homme était persuadé qu’il finirait par devoir se mesurer à la liche, presque frontalement, peu importe le nombre de leurs alliés. Invitant la jeune fille à le suivre il commença à se diriger vers l’édifice qui abritait peut être une chance d’appâter leur éventuel allié. Le trajet était monotone, les tombes, les caveaux et les arbres squelettiques se succédaient sans réel intérêt. Le vent les laissait parfois tranquilles avant de revenir les cingler en haut d’une bute ou au détour d’un mausolée. De temps à autre, un cri plaintif, un bruit de raclement ou le bruit des ailes d’un oiseau leur parvenaient mais même ces sons, plutôt habituels commencèrent à s’éteindre lorsqu’ils approchèrent de leur objectif. Lorsqu’ils commencèrent à monter la petite côte qui menait à leur destination, c’était dans un silence pesant, encore plus inquiétant. Le geek jeta un regard autour de lui, s’attendant presque à voir une armée de zombies approcher d’eux ou un monstre énorme avancer lentement à leur rencontre. Il n’y avait rien mais le mauvais pressentiment qui avait gagné le jeune homme ne disparut pas pour autant et il sonda à nouveau les pensées les plus accessibles de l’Autre.

" On dirait que personne ne les a réveillés… parfait… on doit être les premiers… On va voir ce qu’ils valent… "

** Qu’est-ce que… **

Comme pour répondre aux interrogations que les pensées de l’Intrus avaient fait naitre en lui, Corey se rendit compte que les tombes qui entouraient le petit bâtiment étaient en train de … frémir… L’héliophobe n’aimait pas ça du tout, ça lui rappelait de mauvais souvenirs, en plus la plupart des sépultures qui bordaient l’espèce d’église étaient de vulgaires tombes en terre et si ce qu’il craignait était en train de se produire, ça allait être rapide.

« Cours Mara ! » Dit-il sans vraiment lui laisser le choix car il ne lui avait pas encore lâché la main.

En captant les bribes de pensées de l’Entité, il s’était douté que quelque chose de louche se tramait dans le secteur et qu’un nouveau défi les attendait. Mais là il avait clairement l’impression que l’Autre enfoiré les avait jetés dans la gueule du loup. Alors qu’ils étaient encore à une cinquantaine de mètres de la porte de l’édifice, certaines tombes commençaient déjà à déversé des zombies sur eux. Cette fois ci, ce n’étaient pas les morts-vivants flegmatiques et syndiqués qui travaillaient pour Luche, ils étaient bien plus primaires, condamnés à la non-vie pour une simple tâche qu’ils entendaient bien effectuer au plus vite. Déjà deux non-morts leur barraient la route, de sa main libre le geek leur balança un flash aveuglant avant de dégager le passage d’un coup d’épaule, profitant de leur étourdissement. Mais il leur restait encore une vingtaine de mètres pour atteindre la sécurité éventuelle de l’édifice. Si les portes étaient fermées, ils risquaient d’avoir des problèmes.

__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
Surnom : Le Facteur X
Messages : 1364
Date d'inscription : 07/01/2011
Age du personnage : 24

Arpenteur des rêves
Clem Free
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 120
Renommée: 1445
Honneur: 160
MessageSujet: Re: Le retour du Déchu (Quête - Corey Cole et Clem Free) Mer 24 Aoû 2016 - 16:54
Le trajet fut rude, Clem n’était pas exactement en première classe à dire vrai. D’ailleurs il était à peu près sûr de ne pas avoir de billet, ni demander à être embarqué. De cela venait probablement son fort sentiment d’inconfort sentit pendant le voyage. Il n’était après tout qu’accroché à un type qui était, lui, entre les serres d’un oiseau géant. Pas sûr qu’il y aurait un responsable à qui se plaindre une fois posé. Même si, au vu de la gueule de corbeau de leur transport à plume, Clem soupçonnait que la symbolique chère à Dreamland était en train de lui faire un gros clin d’œil et qu’il allait avoir droit à une réception vaguement mortelle une fois arrivé à destination.

Ils devraient d’ailleurs arriver bientôt car l’agoraphobe nota un changement dans les mouvements du corbeau géant. Au prix d’un torticolis mineur il parvint à lever la tête et aperçu une tour en pierre pas si haute que ça et ouverte aux quatre vents. Comprendre par là que la tour était très aérée et que Dreamland avait décidément une notion très particulière des « murs porteurs ». Un bel exemple du taux de destruction avancée de la structure est sans doute son toit, qui est plus un toit par défaut que par origine vu qu’on y trouvait un reste d’escalier montant vers le grand rien et des morceaux de murs effrités suggérant qu’à une époque, la hauteur de la tour était plus importante que maintenant, fusse par le biais de quelques étages supplémentaires.

Ce fut en tout cas là haut que Clem et son compagnon de cadavre furent déposés. Du fait de sa position et des liens enserrant son dos l’agoraphobe fut quelque peu chamboulé par l’atterrissage mais il reprit vite ses esprits et son équilibre. Il se doutait qu’il allait en avoir besoin dans la minute. Il avait vite compris que si son comparse nécrosé était la cible de l’oiseau et de son (ses ?) maître, lui ne serait vu que comme un importun malvenu potentiellement dangereux dont il conviendrait de régler le problème de façon expéditive.

Il n’avait en cela pas tout à fait tord étant donné que le comité d’accueil qui était déjà présent sur le toit quand ils étaient arrivés avait une allure que l’on pourrait qualifier de vaguement inamicale : une petite assemblée de cultistes portant robe noire, capuche de même couleur sur le crâne et dague grosse et intimidante à la main. Ils étaient menés en taille et en aura par un chevalier en armure complète plutôt imposant, enveloppé partiellement d’une brume noire et qui puait la puissance. C’était principalement sa présence qui expliquait les gestes précipités de Clem pour se défaire des cordages qui le liait à son chargement.

D’un mouvement du gantelet complété par un chuintement sifflant sortant du heaume,  le chevalier fit signe aux cultistes d’aller récupérer le cadavre éveillé tandis que lui s’avançait vers le voyageur, une épée à la main dont la mesure devait sûrement se faire en quintal. Clem s’acharna d’autant plus sur ses liens tout en songeant que, définitivement, il préférait les méchants qui perdaient leur temps en palabre quand ils avaient un prisonnier sous les mains. Et si en plus c’était pour révéler leurs plans, c’était chic.

L’agoraphobe jeta rapidement un regard autour de lui : il était près du bord et il y avait foule entre lui et l’accès à l’étage inférieur. Il parvint à se défaire de ses derniers liens tandis que le massif champion était à sa hauteur et leva l’épée au dessus de sa tête. Clem roula sur le sol et se laissa glisser dans le vide avant que le coup fatal ne porte.

Heureusement, plutôt que de chuter comme une merde   jusqu’au sol et de s’y écraser, Clem arrêta très vite sa descente à l’aide de son gant qui se collait contre les murs à sa demande. Il trouva vite des prises pour ses autres membres grâce à la pierre taillé qui constituait la tour et qui avait été assemblée par un maçon délirant et peu soucieux de faire des murs lisses. Très vite, il se faufila à l’intérieur de la tour, dans un des étages inférieurs, par le biais d’une ouverture de la taille d’un char Leclerc afin d’éviter qu’un simple coup d’œil du chevalier vers le sol ne le trahisse. Heureusement il faisait tellement noir dans le royaume qu’une personne reposant sur ledit sol était bien difficile à voir, ce qui arrangeait l’agoraphobe. Une fois qu’il fut certain qu’on ne cherchait plus son corps en contrebas, il retourna s’accrocher au mur extérieur.

La tour était d’ailleurs tellement percluse de trous dans son apparat donnant accès à l’intérieur que Clem n’avait pas besoin de bouger pour commencer à entendre les cultistes descendre son compagnon, étage après étage. Il n’avait qu’à désescalader un peu à chaque fois pour pouvoir continuer à les suivre à l’oreille. Avec son gant-artefact suivi de ses pouvoirs lui donnant un grand contrôle sur les courtes distances, les capacités en escalade de l’agoraphobe mettait à l’amende n’importe quel héros encapuchonné de jeux vidéo. Tant et si bien que la tour meurtrie au mortier n’était pas pour lui un grand défi.

En revanche il était plus inquiet par la présence du chevalier, qui devait sans doute être un adversaire difficile voir impossible à battre, ou de celle du corbeau qui était en train de le chercher dans la forêt avoisinante, là où il pensait qu’il s’était réfugié, mais qui pouvait revenir à tout moment le surprendre.

Le voyageur nota d’ailleurs qu’au fur et à mesure qu’il descendait le nombre de trous de maçonnerie dans le mur extérieur de la tour diminuait. Bientôt et voyant qu’il arrivait à la base il se résolut à entrer dans la tour par une ouverture proche après qu’il soit sûr que le cortège funèbre fut passé avant lui. Il se demanda brièvement ce qu’ils comptaient faire du cadavre. Le sacrifier ? Ha ! Mieux valait les suivre et les empêcher de faire leurs trucs de cultistes avant qu’ils ne les mettent à exécution, cela valait sans doute mieux. D’un air résolu, il se mit à descendre les étages en faisant bien attention à ne pas faire de bruit.

__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 631
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: Le retour du Déchu (Quête - Corey Cole et Clem Free) Mer 24 Aoû 2016 - 23:21

La fillette cligna plusieurs fois des yeux, légèrement désorientée. Qu'es-ce que... Elle avait l'impression qu'un truc lui manquait, mais quoi? Elle regarda presque avec surprise sa main dans celle de Corey, juste avant que cette dernière ne la tire brusquement vers l'avant tandis que le Voyageur lui criait de courir. Tout était extrêmement soudain pour la petite qui essayait encore de remettre ses souvenirs dans l'ordre, ne comprenant pas pourquoi ça lui arrivait d'un coup, et encore moins ce qui lui arrivait.

Mais l'urgence de la situation devint rapidement très claire avec les grondements sourds qui lui firent lever la tête, juste à temps pour voir le flash lancé par Corey. Incapable de fournir plus que de vagues gémissements pour faire part de sa détresse, de son incompréhension et de la soudaine perte de sa vue, elle parvint finalement à suivre les pas de son camarade alors que les points noirs quittaient lentement son champs de vision. Elle jetait des regards effarés autour d'elle, cherchant une explication, mais son instinct de survie décida de mettre ce besoin d'information au second plan en lui rappelant l'ampleur de la menace. Et voir Corey foncer droit dans la troupe, sans nécessairement chercher à tous les éradiquer, alors qu'une vieille église branlante siégeait derrière... Disons que ça l'aida assez rapidement à comprendre son objectif.

Ok, atteindre l'église donc. Elle ressentait vaguement un inconfort psychologique quelque part, assez difficile à décrire, mais elle se résolut à ne pas laisser son ami se débrouiller seul. C'était pas comme leur première fois au Cimetière, non? Elle avait pris en force depuis! À moins que... Est-ce qu'ils en étaient encore à leur première fois au Cimetière? Est-ce que toute la suite n'avait été qu'un rêve...? Non non non, fallait se calmer là, qu'est-ce qui lui fait penser ça à un moment pareil? Non, il fallait faire quelque chose pour avancer! Et vite! Comme par exemple... L'enfant fit un sourire un peut crispé par l'urgence à cette pensée, et dégagea une puissante onde de confiance qui fit frissonner la dizaine de zombies qui étaient déjà sortis!

...

"Mais quoi?!" gémit-elle en voyant que les bestiaux ne s'étaient pas arrêtés un instant.

Pourtant, elle sentait bien qu'ils étaient même plus faibles qu'elle, leur seul avantage était leur nombre, alors qu... Oh... Oui, des zombies. Va mettre un sentiment dans la tête d'un cadavre sans personnalité. Ils avaient bien senti l'onde passer mais ils s'en étaient littéralement battus les steaks. C'était un peu vexant, là. Et c'était surtout un problème pour sa propre utilité. Elle commençait à savoir se battre mais sans armes, ça restait quand même assez approximatif. Que voulez-vous faire avec l'allonge d'une jeune de douze ans, aussi?

Ce fut donc avec une confiance en elle toute moyenne que Mara commença à donner des coups aux zombies qui se dressaient devant eux. Elle fut donc un peu surprise en constatant la facilité avec laquelle elle les envoyait au sol d'un simple (mais néanmoins violent) coup de coude. Bah cool, hein... Sauf que voila, les zombies avaient arrêté d'être dans la dizaine, ils avaient plutôt l'air d'être dans la vingtaine, voir plus, mais elle ne pouvait pas vraiment voir à cause de sa taille. Ainsi, ils en arrivaient vite au point que pour repousser un zombie à mains nues, il fallait avoir la force de repousser le zombie, celui qui lui collait au train, ainsi que celui qui collait au train du deuxième. Ce qui devenait quand même un poil plus difficile.

Envisageant de se servir de sa taille à son avantage pour une fois, Mara songea à traverser la foule en se glissant entre les zombies. Corey semblait plutôt bien s'en sortir de son côté, il était fort et son pouvoir était assez efficace, mais elle hésitait quand même. Déjà, c'est pas comme s'il les massacrait par pack de dix, il avait bien l'air d'économiser son pouvoir... et en restant là, elle l'empêchait un peu d'être submergé, et de se faire tuer. Et puis aussi, la dernière fois qu'elle s'était faite griffer ou mordre par un zombie... elle avait facilement passé l'une des nuits les plus désagréables qui soient, et c'était à cause de cette fameuse nuit qu'ils se retrouvaient de nouveau là. Elle n'avait donc que moyennement envie de retenter l'expérience, et ne préférait pas tester l'éventualité d'un potentiel vaccin contre la zombification sans savoir si elle en avait vraiment un. Bref, elle restait avec Corey, poussant les zombies plus qu'elle ne les frappait, prenant le moins de risques possibles et restant assez près de l'autre Voyageur pour l'empêcher de se faire attaquer dans le dos. Ils progressaient clairement lentement et pas vraiment surement, limite ils déviaient un peu dans la mesure où les cadavres s'accumulaient entre eux et la porte.

Cependant, leurs efforts n'étaient pas vain et le nettoyage de Corey semblait plutôt efficace,  d'autant plus que les coups de Mara ne tombaient pas dans le vide, même s'ils auraient eut du mal vue la densité de morts ambulants qui les entouraient. Et ces derniers, à défaut de pouvoir ressentir des sentiments, avaient au moins un semblant d'instinct de survie. Ils commençaient donc lentement à s'écarter pour se positionner hors de portée, tentant de lancer quelques coups ici et là, et les deux vivants tentaient d'en profiter pour progresser.

Un coup de pied, un coup de poing, une charge tout sauf prudente, une esquive, une éraflure, puis une autre... Ils se battirent pendant au moins un quart d'heure, mais il semblait que pour chaque être qui tombait, au moins un autre émergeait d'une tombe, c'était sans fin. Les sifflements des morts, leurs grognements ou gémissements, les crissements ou grincements de leurs os et de leur muscles desséchés envahissaient l'ambiance sonore, ils semblaient être partout car ils étaient bel et bien partout. Et les odeurs de chair décomposée, putréfiée, de terre sale et humide, de sang séché depuis longtemps, toutes ces odeurs envahissaient les narines de la pauvre enfant qui sentait monter une irrépressible envie de vomir. Et tout ça, c'était bien sûr sans compter la vision de ces horreurs démembrées, décomposées avec la chaire et les os à vif, des leurs orbites vides ou habitées par des yeux roulants et fou, et encore moins le contact poisseux, sale, sec et râpeux contre la peau momifiée ou suintant et collant quand elle avait le malheur de donner un coup dans une plaie. Mara n'en pouvait plus, elle se remettait difficilement de son étrange choc qui était survenu plus tôt, et la peur se mêlait à l'essoufflement et à la tension pour lui signaler qu'elle allait pas tenir longtemps.

Finalement, l'un de ses nombreux coups aveugles porta sur une nouvelle matière, qu'elle identifia après une seconde hésitante comme du bois. Il lui fallut juste une autre seconde de compréhension pour crier:

"Corey! La porte!" tout en s'y plaquant violemment, se retrouvant devant un public de macchabées qui avançaient lentement.

Le Voyageurs se plaqua à ses côtés, haletant aussi un peu, et les deux entreprirent de pousser la porte avec l'énergie du désespoir, alors que le sablier de chair mouvante coulait doucement vers eux. Elle eut l'impression que le Voyageur de lumière voulait dire quelque chose, mais brusquement, l'espoir rejaillit. Un grincement sourd, la porte qui s'enfonce un peu... Elle était juste vieille et rouillée, pas verrouillée ou bloquée! En forçant encore... encore un peu...

Finalement, ils parvinrent à peine à l'ouvrir, mais la menace zombie était à présent bien trop proche. Passant en première, Mara se faufila dans la fente sans trop de difficultés grâce à sa silhouette menue. Mais une fois à l'intérieur, alors qu'elle attendait Corey pour refermer la porte et bloquer la horde. Des raclements, des claquements d'os qui se percutaient, résonnant dans l'enceinte de la vieille bâtisse. Et...

Elle se sentit incroyablement mieux d'un coup, beaucoup plus détendue, et surtout extrêmement satisfaite. Ils avaient réussis, parfait. Et à présent... Il était temps de passer aux choses sérieuses. Elle sentait bien que ce qui les attendait était imprévisible, qui savait ce qui allait leur tomber dessus? Ainsi, après avoir refermé la porte avec son ami, elle préféra se mettre rapidement en garde, à l'affût de tout ce qui pouvait possiblement survenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Zenith
Messages : 856
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des rêves
Corey Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 495
Renommée: 1630
Honneur: 478
MessageSujet: Re: Le retour du Déchu (Quête - Corey Cole et Clem Free) Ven 26 Aoû 2016 - 16:53


L’héliophobe n’avait pas vraiment le temps de s’assurer que la petite faisait sa part du travail et ne se mettait pas en danger, il était déjà bien assez occupé à éviter de se faire croquer. A chaque fois qu’il parvenait à écarter un assaillant, d’un coup de poing, de pied ou à l’aide de son pouvoir, un ou deux autres prenaient sa place. Cette abondance de zombies lui rappela forcément la nuit où il avait rencontré la gamine, presque un an auparavant. A l’époque, ils lui avaient paru bien plus terrifiants, aujourd’hui ils étaient plutôt faible et pathétiques par rapport aux ennemis qu’il avait affronté entre temps. Restait que leur nombre posait problème, même des cafards, trop nombreux, pouvaient se montrer redoutables. Il écrasa un nouveau visage d’un coup de poing bien appuyé, mais immédiatement il du éviter une mâchoire édentée qui essayait de se refermer sur son avant-bras.

S’il avait été seul, il aurait utilisé son pouvoir un bon coup pour s’ouvrir un passage dans la foule demi-morte, puis il se serait changé en photons pour accélérer un grand coup et revenir à son état normal juste devant la porte. Mais il était incapable d’étendre cette technique à quelqu’un d’autre, il devait donc continuer à se débarrasser de ces gêneurs par des moyens plus traditionnels même s’il commençait à fatiguer. Il se remotiva, se disant qu’il fallait qu’il concentre ses efforts en direction de l’entrée de l’édifice. Il redoubla d’efforts, multipliant les tirs de ses rayons solaires concentrés, même si il aurait préféré économiser son pouvoir pour cette nuit qui promettait d’être longue.

L’agacement commençait à monter envers cette masse grouillante qui les empêchait d’atteindre la sécurité éventuelle du vieux bâtiment. Entre l’odeur qui lui assaillait les narines et la chair en décomposition boueuse qui lui maculait les mains, sa patience était mise à rude épreuve. Il sentit son tatouage commencer à le picoter et se força au calme, si l’adrénaline prenait le dessus et que l’œuvre de Lord Crazy se déclenchait, il ne ferait qu’une bouchée de ces zombies mais serait une épave pour le reste de la nuit. Il avait le désagréable sentiment que ce n’était que la première mésaventure d’une escapade qui se promettait mémorable. Il lui fallait donc se forcer au calme et s’occuper manuellement de la horde qui se pressait autour d’eux. Ils finirent par enfin se retrouver contre le lourd battant de bois, il plaqua le dos contre ce dernier pour pouvoir continuer à repousser leurs assaillants tout en poussant.

« Merde ça vient p… » Il n’eut pas le temps de finir sa phrase car la porte bougea légèrement.

Il poussa une nouvelle fois et ils parvinrent à ménager un espace suffisant pour qu’ils puissent pénétrer à l’intérieur. Il laissa la petite passer devant puis la rejoint avant de refermer le battant pour maintenir les zombies à l’extérieur. Il se mit à pousser pour le maintenir fermé, s’attendant à ce que l’entité grouillante de deux fois nés se jette contre la porte. Mais, bizarrement, tout se calma soudainement, ils n’essayèrent même pas d’entrer, il crut même deviner, en entendant les grognements s’éloigner, qu’ils retournaient dans leurs demeures de terre. Il se sentit bien, apaisé, comme ayant réussi à mener une mission capitale, mais cette sensation de bien-être et de travail accompli lui laissa une désagréable impression d’artificialité. Il comprit qu’il s’agissait de l’Autre, que c’était lui qui en était à l’origine, il essaya de capter ses pensées et ce fût presque plus facile que les premières fois.

" Sans moi ils auraient été contaminés, mais ils s’en sont bien sortis. Maintenant il faut qu’on le récupère, ça doit être par là… "

Corey ne voulut pas pécher par excès de confiance et cessa de scruter les pensées du parasite, de peur de se faire repérer. Sans se concerter, les deux voyageurs remontèrent ce qui avait été l’allée centrale de la nef, slalomant entre les squelettes de bancs de prière et les morceaux de charpente effondrés. Même si le toit semblait encore tenir, il était quand même bien abimé par endroits, laissant apparaître le gris sombre du ciel. L’air empestéait la poussière, la moisissure et l’humidité mais ça ne les gênait pas trop, ils contournèrent l’autel et leur invité attira leur attention sur une brique parfaitement lisse dans le mur, à hauteur de la taille de Corey. Elle était entourée de gravures et autre bas-reliefs mais elle-même était un peu plus enfoncée et n’était pas travaillée.

" Nous avons besoin de ce qui est là-dedans. Trouvez comment l’ouvrir, dépêchez-vous. "

L’héliophobe essaya de capter les pensées de l’Autre pour avoir plus d’informations mais cette fois, il n’y parvint pas. L’Entité semblait contrariée par la protection de ce qu’ils étaient venus chercher. Corey se pencha donc sur leur objectif, la brique qui retenait leur cible était au centre d’un ensemble de gravures. A une époque il y avait dû y avoir des incrustations mais elles avaient disparu depuis longtemps laissant des trous à certains endroits. Pour ce qui était des choses sculptées, il y avait à boire et à manger, des anges et des démons semblaient se disputer autour d’un personnage central, au-dessus du boitier, qui représentait la faucheuse, ou du moins quelqu’un qui lui avait emprunté son style vestimentaire et son outil fétiche. En bas du pan de mur, il y avait des pierres tombales et des caveaux qui semblaient avoir été posés là juste pour remplir. L’attention du spectateur était irrémédiablement attirée par la représentation de la mort, qui se trouvait au centre de tout.

L’héliophobe essaya d’appuyer sur la brique qui les intéressait ou de la faire bouger mais elle était bien fixée, elle bougeait légèrement, laissant penser qu’un mécanisme pouvait la déloger mais à main nues ou même avec un couteau ce serait impossible.

« Il doit y avoir un mécanisme derrière, il faut trouver ce qui sert d’interrupteur. » Expliqua-t-il en se basant sur ses expériences vidéo ludiques et cinématographiques. « Il doit y avoir quelque chose qui bouge ou qui coulisse. » Ajouta-t-il en promenant ses mains sur la fresque.

Il essaya de bouger la tête d’un démon, puis une fourche, puis l’auréole d’un ange, sans succès, il se concentra ensuite sur la faucheuse, sans plus de succès. Il s’intéressa même à l’autel mais il était en partie détruit et ne semblait pas de la même époque que le mur. Il revint vers les gravures et s’intéressa aux endroits où des pierres précieuses avaient dû être encastrées à une époque. Il pressa le fond de la petite cavité et à sa grande surprise, elle recula un peu, laissant entendre du mouvement dans le mur. Il n’osa pas relâcher tout de suite, de peur d’un piège, et s’adressa à sa camarade.

« Je crois que j’ai trouvé mais je suis pas sûr que c’était une bonne idée d’appuyer au hasard… »

Il espérait qu’elle avait une idée, sinon il ne lui restait qu’à retirer son doigt et à prier.

__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
Surnom : Le Facteur X
Messages : 1364
Date d'inscription : 07/01/2011
Age du personnage : 24

Arpenteur des rêves
Clem Free
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 120
Renommée: 1445
Honneur: 160
MessageSujet: Re: Le retour du Déchu (Quête - Corey Cole et Clem Free) Sam 27 Aoû 2016 - 19:16
Clem continuait de descendre les escaliers et les salles de la tour, à l'affut du moindre bruit qui pourrait trahir la présence d'un ennemi. Mais il ne croisa personne sur sa route. Cela faisait quelques temps qu'il ne voyait plus aucune ouverture sur les murs. L'air se faisait également de plus en plus frais : ce pourrait-il qu'il soit descendue au niveau du sol ? Il n'avait vu aucune porte donnant sur l'extérieur, chose qu'il aurait du voir s'il avait atteint le rez-de-chaussée mais peut-être que le seul moyen d'entrer dans cette tour soit d'emprunter un destrier volant et de se poser sur le toit. A moins qu'il n'y avait un passage souterrain plus en bas.

Ces interrogations se confirmèrent quand l'agoraphobe atteint une salle où aucun escalier ne permettait de descendre plus bas. Si elle était circulaire et sans intérêt, la salle présentait quand même une ouverture qui menait vers une galerie. Creusée visiblement à la main et restant stable par des assemblages de bois cloutés à la va vite, Clem l'emprunta non sans ressentir un certain malaise tout claustrophobique, ce qu'il prit comme une bonne blague.

Il eut à peine fait quelque pas qu'il sentit son tatouage l'avertir d'un danger en lui brûlant la tempe. C'était la première fois qu'il lui faisait le coup et Clem ignorait son degré de précision : peut-être était-il semblable au sixième sens de Spiderman et un maladrin était derrière lui en train de préparer une attaque sournoise. Clem se retourna vivement : nop. Que dalle. Le tatouage l'avertissait t'il qu'il courrait un danger s'il continuait son avancée dans la galerie ? Sans blague, Merci mon con !

Un point le perturbait quand même : la galerie était trop étroite pour laisser passer son ami le chevalier et il n'avait pas croiser ce dernier. Etait-il rester sur le toit ? Avait t-il quitté la tour ? Si oui, comment ?

Tout à ses réflexions, il déboucha finalement vers la sortie : il était dans une grande salle souterraine sur deux niveau, en bas il y avait ce qui ressemblait méchamment à une salle de rituel, et en haut des passages faisaient toute la circonférence de la salle. C'est là que Clem était arrivé, il put, en restant discret, jeter un œil en contre-bas.



Il y avait une dizaine de ses amis les cultistes qui était rassemblé en demi cercle autour d'un autel et qui semblaient en transe devant. Ou alors ils priaient, c'était dur à dire. Sur l'autel, son cadavreux était entouré par une fumée noire qui lui recouvrait le corps et lui entrait dans le crâne, glups. Cela n'avait pas l'air d'être particulièrement réjouissant. Clem se devait d'agir maintenant. Ils n'avaient pas encore conscience de sa présence, l'effet de surprise serait pour lui, ensuite ses aptitudes de voyageurs devraient faire le reste.

Il avisa encore la salle un dernier instant : pas de meuble mais des colonnes aux extrémités, sans doute pour soutenir le second niveau. Après une dernière inspiration sensé lui donner du courage, Clem sauta...

...et tomba sur un cultiste, genoux repliés. Le gars s'écrasa sur le sol sans comprendre. L'agoraphobe roula sur le sol et décocha son poing dans l'estomac d'un autre tout en se relevant. Tout le monde avait conscience de sa présence maintenant. Clem avisa le cultise le plus proche de lui et lui décocha un coup de pied qui envoya son adversaire vers la colonne la plus proche. Un autre l'attrapa dans le dos et avança le bras pour lui planter son couteau dans la gorge d'un mouvement ample. Mal lui en prit, Clem attrapa le bras et, se recroquevillant sur lui même l'envoya bouler devant lui d'une prise.

Ses ennemis n'étant pas des combattants aguerris (loin de là) ils ne tentaient pas de l'encercler ni de l'attaquer en surnombre : ils lui fonçaient juste dessus quand ils le pouvaient. Clem prenait soin de rester mobile et de ne pas les laisser se concentrer. S'il lui tombait dessus à deux, il faisait un pas de côté et en décalquait un. Si un seul l'attaquait, il lui attrapa le bras et soit il l'envoyait au loin, soit il lui cassait le membre quand les angles étaient favorables.

A un moment il réussit à prendre une de leur arme et s'en servit pour leur taillader les épaules ou les jarrets. Clem ne tuait jamais des créatures des rêves quand il pouvait l'éviter, et on pouvait toujours l'éviter. Il restait rapide, roulait sur le sol quand il le fallait. Clem était plus roublard que combattant honorable et c'était la première fois qu'il affrontait autant d'ennemi en même temps. Au delà du danger qu'il encourrait il trouvait ça grisant de les voir plier sous sa force de voyageur. L'agoraphobe savait qu'il n'était pas le plus balèze de ses semblables mais il restait largement supérieur à ses adversaires présents.

Puis, comme si elle avait eu accès à ses pensées, la fumée noire délaissa le cadavreux sur l'autel et tourbillonna devant Clem. Un clignement d’œil plus tard et c'était l'énorme chevalier qui lui faisait face. Ah merde... Maintenant qu'il était debout devant lui il pouvait déterminer sa taille avec un peu plus de précision. Et le résultat était sans appel : il lui arrivait au milieu du ventre. Aie.

Armé d'un simple poignard, l'agoraphobe recula progressivement sous les assauts de son adversaire. Son épée était proportionnément de la taille de l’apparition et n'allait certainement pas se faire arrêter par ce qui n'était à ses yeux qu'un cure dent. A la recherche d'un avantage, Clem activa son whormhole mais rien n'apparu sur sa main. Heu... attendez, quoi ? Saleté de connard, c'était de sa faute ? Il capacité qu'il avait ? L'agoraphobe recula précipitamment tandis qu'il sentit l'épée brûler son épaule. Une simple estafilade, enfin presque, il faudra attendre que son adrénaline redescende pour qu'il puisse déterminer avec précision combien il avait morfler. En attendant il sentait qu'il pouvait encore bouger son bras.

A force de reculer il se retrouva dos au mur, littéralement. Il n'avait pas le choix, il lui fallait récupérer le cadavre et s'enfuir. Le chevalier s'avançait toujours vers lui, Clem arma son bras et lui lança le poignard vers son heaume. L'angle ne prit pas et l'arme rebondit innocemment mais il mit à profit cette micro-diversion pour se pencher, ventre à terre, et appuya de ses pieds sur le mur afin de glisser sous les jambes de son adversaire. Il se releva six mètres plus loin, il y avait encore trois cultistes entre lui et le cadavre. Il esquiva le premier roula sur le dos du deuxième après lui avoir attrapé le bras et l'avoir forcé à se pencher en avant et sauta sur le troisième, il prit appui sur ses épaules tandis qu'il s'écroulait et sauta une seconde fois.

Il atterrit sur l'autel, passa le cadavre en travers de ses épaules et sauta à nouveau. Il avait suffisamment de force dans les jambes pour être à la hauteur du second niveau, dont il put attraper le muret empêchant les gens de tomber d'un niveau à l'autre et fut sur le passage en hauteur d'un coup d'abdominaux. Il emprunta à nouveau la galerie, il ignorait si il y avait un moyen pour les cultistes de grimper à sa hauteur mais c'était certainement le cas. Un petit escalier autour ou dans une colonne avait du échapper à sa vigilance. En tout cas il était sûr que le chevalier s'était à nouveau changé en fumée et devait être à sa poursuite.

Sans moyen à sa disposition pour faire effondrer le tunnel, il allait devoir s'en remettre à une bonne course. Et après ? Il allait sans doute devoir sauter par le premier trou dans la construction qu'il allait trouver quand il allait remonter la tour. C'était ça ou monter jusqu'au sommet. Mais où étaient les aigles quand on avait besoin d'eux ?

__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Le retour du Déchu (Quête - Corey Cole et Clem Free) Aujourd'hui à 9:13
Revenir en haut Aller en bas

Le retour du Déchu (Quête - Corey Cole et Clem Free)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Cimetière de Dreamland-