Haut
Bas

Partagez|

La lente agonie de la nuit (Pv Helen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Surnom : L'Intouchable
Messages : 688
Date d'inscription : 29/05/2010

Arpenteur des cauchemars
Jacob Hume
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 570
Renommée: 2743
Honneur: 535
MessageSujet: La lente agonie de la nuit (Pv Helen) Ven 3 Sep 2010 - 20:25
*Je ne veux pas endurer cela une fois de plus. Je sais que ça va venir, et même si j'ai encore une heure ou deux devant moi, je n'ai pas envie que ça arrive. Je dors trop peu à cause de cela. Je veux retrouver mes nuits, je veux pouvoir rêver à nouveau et ne plus me soucier de ce monde de fous. Dreamland est une plaie, je déteste ce monde. J'y souffre et le comportement de gens normaux dans la vie devient dangereux. Ils se battent pour prouver leur puissance, pour en gagner ou je ne sais quoi. Ils en oublient qu'ils pourraient vivre ici sans se foutre sur la gueule à longueur de journée. Ces classement poussent au vice, bien sûr. Mais ce n'est pas une raison. Pourquoi j'ai hérité de ce pouvoir de merde. Je n'ai pas choisi d'être voyageur et je ne peux même pas choisir de ne plus l'être. Et parce que je suis intouchable, ils se jettent sur moi pour être les premiers à me toucher. Inutile. Aucun ne réussi et ils m'embêtent. J'ai beau leur filer des corrections, ils reviennent, les ignorer, ils reviennent. Et plus ils reviennent plus je les impressionne, plus ils ont envie de revenir tenter leur chance. Ils n'ont rien compris et ne comprendront jamais. Le pire, c'est certainement de savoir qu'aucun d'entre-eux n'est capable de me tirer du calvaire que je subis nuit après nuit. Au contraire, ils ne font qu'accentuer le supplice. Pourquoi personne ici ne comprend qu'un voyageur veuille simplement être tranquille ?*

La pièce du village sur laquelle se trouve Jacob s'élève soudain dans les airs et va pour se poster sur le toit d'une maison. Jacob y est toujours, il s'assoit.

*Le village puzzle... Instable. En perpétuelle construction et en perpétuelle mutation. C'est un concept intéressant. Ne jamais rester en place. Ou est-ce que c'est s'adapter à la situation ?C'est vrai, je pourrais aussi surmonter la douleur et me plier aux règles hostiles de Dreamland... Franchement, je vois pas l'intérêt d'être un couillon qui chercher à provoquer les autres. Je pourrais explorer le monde en revanche, je crains rien. Et c'est bien le problème d'ailleurs. Oui, mais il y a Ed. C'est vrai qu'il est assez étrange comme type. Je l'aime bien, on forme une bonne équipe. Il fait des conneries et me tape facilement sur les nerfs avec ses idées débiles. Il est l'archétype de tout ce que je déteste chez les autres ici. Ce qu'il veut ? La gloire ! Mais c'est mon ami, et je pense qu'il ne se remettrait pas vraiment de perdre Dreamland. Même s'il ne se souviendrait de rien, je pense que cela ternirait grandement sa vie... Je peux pas le laisser tout seul. Oh, il pourrait se débrouiller seul, mais il a un talent certain pour se retrouver dans les pires situations... Je l'ai sauvé combien de fois déjà ? Je sais plus. En plus, j'ai plus de chance de me faire tuer en le suivant qu'en arpentant seul le monde. Lui il va chercher les ennuis, alors que si je voyageais seul, j'en verrai pas toujours et j'attirerais moins mes potentiels assassins... Je crois pas je les trouverais de si tôt de toute manière. Je suis prisonnier ce monde. Et je ne peux pas me donner la mort moi-même. Personne ne le peut je crois. Ed le pourrait ? J'en doute, la bulle trouverait sûrement la parade... Raaah, je déteste cette bulle !*

De colère, Jacob s'envole, il s'élève très haut dans les airs, jusqu'à ce que le village lui apparaisse tout entier. Puis, il se laisse tomber vers le sol. La chute est terrible, rapide, théoriquement mortelle.

*Tain, j'ai les tripes au mauvais endroit ! Je vais me prendre le sol de plein fouet et ce sera fini de toute cette merde !*

Il tente d'accélérer sa chute. Mais au moment crucial, un reflex qu'il ne peut contrôler ralentit subitement sa chute et la bulle se pose presque délicatement. Aux yeux de tous, il a chuté et s'est écraser sans ne rien ressentir. Des larmes de désespoirs coulent sur ses joues... Une pièce heurte sa bulle en passant et suit à présent une trajectoire aléatoire. Lui ne semble pas l'avoir sentit.

*Fais chier. Je hais Dreamland.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 185
Date d'inscription : 31/08/2010
Age du personnage : 24

Maraudeur des rêves
Hélène Metzengerstein
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 320
Renommée: 1200
Honneur: -80
MessageSujet: Re: La lente agonie de la nuit (Pv Helen) Sam 4 Sep 2010 - 16:25
• Propane nightmare


Éveillée dans un paysage encore nouveau à mes yeux, je foulais de nouveau les terres de Dreamland pour la huitième fois. Aspirant une grande bouffée d'air filtrée à 99,9 % par mon masque, je commençais à entamer une marche à travers les lieux, mains dans les poches, une expression de béatitude au visage. Cet univers, je m'y sentais vraiment comme chez moi, un peu comme mon petit monde où l'improbable et l'absurde prenait vie, comme ici, un village entièrement bâtit avec des pièces de puzzle colorées... on aurait dit le dessin d'un enfant ayant souhaité que son œuvre prenne un jour vie, dans ses rêves. Surtout que certaines pièces se baladaient flegmatiquement dans l'air, beaucoup de bâtisses paraissaient disloquées par le temps. Je devais d'ailleurs veiller à ne pas en heurter une car la vitesse variait d'un bloc à l'autre, cette instabilité de l'espace ne me gênait en aucun point, ça s'avérait être plutôt un jeu pour moi, oui j'avais réellement l'impression de me retrouver dans une espèce de cour de récréation géante. J'aperçois une de ces pièces flotter dans ma direction, je prend un point d'élévation, attends, prête à bondir, puis, dès qu'elle se présente devant moi, je me jette dessus en me propulsant sa manière précise, la plateforme tangue, je m'agrippe comme je peux à l'aide de mes bras tandis que mes jambes brassent l'air. Mais après quelques secondes de lutte, je parviens à me hisser dessus en gardant mon équilibre. Assise en tailleur, je profite du vent s'engouffrant allègrement dans ma tignasse toujours de cette étrange couleur. Enfin, à part me prendre pour une punk ou encore une star j-pop pour les cas les plus extrêmes, je ne risquais rien. Bref, la pièce de puzzle s'élevait doucement dans l'air, survolant ce village abandonné à moitié en ruines. La nuit s'avérait plus tranquille que la précédente... oui là il n'y avait pas d'affreux singes violets à dents de sabre pour m'empêcher de rêver sans encombres.

Après près d'une heure d'errance à faire le tour du village, je commençais à m'assoupir, or, parmi le trafic d'autres pièces de puzzle flottait un objet qui paraissait différent du reste. Le reflet de la lumière attira mon regard, il s'agissait d'un homme... qui flottait dans les airs ou était plutôt en pleine ascension. A la distance à laquelle je me trouvais de cette personne, j'étais à peine en mesure de connaître sa couleur de cheveux ou la forme de son visage, mais je pu déjà conclure à sa carrure qu'il s'agissait d'un arthropode de type mâle. Je reste coi devant une telle scène dépassant toute mes espérances, un humain volant ! Si personne n'a jamais rêvé un jour de se voir poussé des ailes alors il n'appartient pas à la race humaine, et voilà que cet inconnu montait entre les pièce de puzzle aériennes. La mienne continuait son bonhomme de chemin alors que je ne quittais pas le garçon du regard, assise en tailleur sur mon « nuage » mais il était à une telle hauteur que la lueur du soleil m'empêcha d'en voir plus et pourtant ma curiosité n'en était pas morte pour le moins du monde. Était-ce un voyageur ayant le pouvoir de voler ? Un simple rêveur ? Ou peut-être un cauchemar... devrais-je alors me méfier ? Mais l'envie d'en apprendre plus me tiraillait au point de me lever de ma pièce de puzzle qui s'éloignait de la scène, relativement doucement pour ne pas trop la faire tanguer, puis, attendant une seconde qui venait un peu plus bas et qui se dirigeait vers l'axe d'ascension de l'inconnu je sautais, le cœur battant à tout rompre lorsque je glissais en tentant d'atterrir, un cri de stupeur m'échappa mais je parvins à m'assoir dessus malgré mes mouvements précipités. Bref, je cherchais mon OVNI des yeux en mettant ma main en visière et en abaissant mes lunettes sur mes yeux pour atténuer la lumière aveuglante du soleil grâce aux verres teintés. Soudainement, j'aperçus un objet venant de plus haut foncer verticalement vers moi et ma plateforme mouvante. J'écarquillais les yeux et me préparais à l'impact, heureusement, la pièce de puzzle en suivant sa routine permit d'amortir un peu la collision, résultat, la chose ne fit que nous frôler mais sachant qu'elle déplaçait une sacré masse d'air avec elle, je fus complètement éjectée du puzzle et me fis happer par le vide. La chance voulut que ma chute fut arrêtée par plusieurs pièce de jeu, je finis donc par toucher terre avec la sérieuse impression d'avoir le corps en miettes. Enfin, j'étais en vie, c'est tout ce qui importait.

Je me relevais péniblement en me frottant la nuque qui me faisait souffrir... bon sang, c'était l'homme de tout à l'heure qui s'amusait à plonger en piquet comme ça ? Parce qu'à moins que ce ne fut une pièce de puzzle défaillante, je ne vois pas autre chose. En jetant un œil autour de moi, je retrouve les habitations en ruines et décide de finalement continuer d'explorer, mais plus jamais à dos de pièce de puzzle ! Quoi qu'il en soit, à peine avais-je pris un virage dans une rue que je vis ce garçon... le lien se fit rapidement dans ma tête. Je m'approchais, quelques peu hésitante... mais finalement je l'interpelle dans son dos :


''Heu...bonjour... dis... la prochaine fois que tu veux t'amuser à jouer à foncer le plus vite possible vers le sol... tu pourrais regarder où tu v... heu... tu m'écoutes …''

Il ne semblait même pas faire attention à moi... je m'approche un peu plus, décontenancée, non mais quel culot ! Il a faillit me tuer et il ne daigne même pas s'excuser ! Je m'apprête à venir me planter en face de lui mais alors que je marche d'un pas agacé, je heurte quelque chose de plein fouet... en plein dans le nez. Surprise, je tends la main vers la direction de l'objet inconnu... c'est invisible, mais bien solide, curieuse, j'y pose mes deux mains et les laisse suivre la forme jusqu'à arriver en face de cette personne qui semble en être prisonnière. Cela semble s'apparenter à une bulle. Enfin, je ne me posais pas plus de question dessus car je vis alors que le jeune homme qui m'avais percuté sans le vouloir était en train de pleurer, une expression rageuse et désespérée imprégnait son visage aux traits fins sur lequel tombait une chevelure châtain clair aux reflets mauves.

''Hé ! Ça va ? Tu m'entends ?... Apparemment non.''

Je laissais tomber la communication, car même si je le voyais secoué de sanglots, aucun son ne me parvenait aux oreilles. Je frappais sur cette bulle comme pour toquer à une porte pour essayer d'attirer l'attention de l'inconnu sur moi avant de ramasser une pièce de puzzle au sol, petite, aux arrêtes fines et de m'entailler la veine du poignet droit. Le sang d'une étrange couleur verte translucide en sortit, abondant, mais je maitrisais le flux et parvins à le faire ralentir afin de ne pas me vider. Enfin, je m'en imbibais les mains et la posais sur la surface de la bulle. De la vapeur commençais à s'en échapper mais je sentais que la paroi résistait à merveilles. Déçue mais déterminée à démarrer le contact avec l'homme volant, je soulevais une dalle-puzzle du sol, mais trop lourde pour pouvoir la porter, je m'agenouillais derrière pour en montrer la surface plane au prisonnier, en laissant un peu plus d'acide recouvrir mon index, j'inscrivais sur la paroi de la pièce « j'ai à te parler, en quoi est faite la bulle ? Pourrais-tu ''l'ouvrir'' ? ». Je relevais mes goggols pour les laisser sur mon front, déjà qu'avec un masque les gens sont souvent réticents à démarrer la moindre conversation avec moi, si en plus je mets mes lunettes de soudeurs, pour quelle drôle de martienne me prendraient-ils. Bref, je n'avais plus qu'à espérer que le jeune homme veuille bien m'adresser la parole au travers de sa prison et aussi qu'il ne soit pas effrayé par la démonstration de mon pouvoir en ce monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daejester.deviantart.com/
AuteurMessage
avatar
Surnom : L'Intouchable
Messages : 688
Date d'inscription : 29/05/2010

Arpenteur des cauchemars
Jacob Hume
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 570
Renommée: 2743
Honneur: 535
MessageSujet: Re: La lente agonie de la nuit (Pv Helen) Dim 5 Sep 2010 - 15:09
*Essuie tes larmes Jacob, ça t'avance à rien. La solution n'est pas dans les larmes et les plaintes et tu le sais très bien. Cesse donc de t'apitoyer sur ton sort, cela ne te permettra ni de l'accepter, ni même de t'en tirer. Mourir,tu dois mourir et pour mourir, il faut trouver un créature ou un voyageur capable de passer cette fichue bulle. Hélas. J'en ai pas rencontré un seul. Ed pourrait peut-être, mais je sens que la bulle réussirait à trouver une parade. Il faudrait un pouvoir plus sophistiqué. Peut-être même un pouvoir uniquement destiné à me tuer moi ou à détruire précisément la bulle et rien d'autre. Je ne sais pas. Quel autre pouvoir pourrait me tuer ? Non, je ne vois pas... Je suis vraiment condamné, ou alors c'est mon imagination qui fait défaut. Quoi qu'il en soit, je n'ai pas d'autre choix que de chercher ce fameux pouvoir. Ce devrait être mon but dans ce monde de fou. Chercher éperdument ce pouvoir et si je peux rendre service en attendant, je le ferais. Oui, je pense que je suis condamné à cela. Je hais ce monde... Qui est là ?*

Une jeune femme s'est approché et a percuté la bulle par inadvertance. Jacob lui accorde un regard maussade, recouvert par des larmes.

*Tient, une voyageuse. Qu'est-ce qu'elle me veut ? T'embête pas va, j'entends que dalle. Si tu veux juste tenter ta chance pour me toucher, tu peux te tirer. Je suis pas d'humeur à jouer aujourd'hui. Vraiment pas, je pourrais m'énerver, tu ferais mieux de dégager maintenant avant que je m'énerve... C'est quoi ça ? De l'acide ? Inutile. Dégage maintenant... Bon tu comprends pas facilement toi, alors je vais te l'expliquer gentiment... Attends... Ah, t'es moins conne que la plupart des autres. Ecrire avec l'acide, c'est pas si bête. La communication n'en sera que facilitée... Mmh... À me parler pourquoi ? Qu'est-ce qu'elle peut bien avoir à me dire ? Qu'est-ce qu'elle peut bien me vouloir ? Si je peux ouvrir la bulle. J'aimerais bien va ! Bon, alors tentons d'avoir une conversation si tu veux, mais si tu veux te battre, laisse tomber, tu ne peux rien contre moi...*

Jacob se lève, les larmes ne coulent plus, mais son toujours présentes et ses yeux sont rougis. Son expression est un peu moins désespérée, plutôt désabusée à présent. Il hoche la tête lentement de droite à gauche pour répondre à la seconde question. Puis il passe sa bulle en mode "collée au corps" afin de disposer d'une plus grande liberté de mouvement.

*T'es mignonne ma grande. Un peu trop maigre à mon avis. Tu devrais te nourrir. C'est pas bon l'anorexie. Moi j'ai faim tout le temps à cause de cette bulle. J'arrive pas à concevoir qu'on ne puisse pas en profiter lorsque l'on est à l'extérieur. Peut-être faudrait-il que vous sachiez ce que c'est que d'être à l'intérieur aussi... Bon, je vais essayer de te répondre, ne m'en veut pas...*

Jacob touche l'acide qui est encore sur sa bulle et fait comme elle, écrit sur un pièce du puzzle géant dans lequel ils se trouvent. Apparaissent alors les mots :

"Parler de quoi ?"

*Peut-être que j'aurais le droit à une conversation cette nuit. Avec Ed, c'est un peu limité, je me demande même s'il est capable d'écrire...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 185
Date d'inscription : 31/08/2010
Age du personnage : 24

Maraudeur des rêves
Hélène Metzengerstein
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 320
Renommée: 1200
Honneur: -80
MessageSujet: Re: La lente agonie de la nuit (Pv Helen) Mer 8 Sep 2010 - 14:59
Il semblerait que j'avais capté l'attention de mon « auditoire » même si aux premiers abords, il ne semblait en aucun cas faire attention à moi au vu de ce regard mélancolique qu'il m'avait jeté lorsque j'avais percuté sa bulle. Or, il s'avéra plus intéressé lorsque je trouvais un moyen d'établir le contact grâce aux chères pièces de puzzle que l'on pouvait trouver partout autour de nous et malgré ses yeux rougis par les larmes, il semblait avoir son regard focalisé sur mes faits et gestes ou c'était l'impression qu'il dégageait tout du moins, car il fallait l'avouer, son expression légèrement lassée me faisait douter sur ce que j'étais entrain d'entreprendre. Enfin, le ridicule ne tue pas et je préférais tenter ma chance d'aider ce garçon (qui avait l'air en fait plus âgé que moi...). Quoi qu'il en soit, je parvins à poser quelques questions en les inscrivant dans les dalles, le jeune homme fit non de tête après s'être levé, répondant ainsi aux demandes ? Donc il était impossible pour lui de sortir et de savoir en quoi était faite sa bulle... elle n'était pas en verre déjà, l'acide ne s'évapore pas au contact lisse et régulier du verre, néanmoins, la nature de cette paroi me laissait perplexe... enfin, ce mystère aurait son heure, mais pour le moment, il fallait entamer cette discussion. Le garçon à la tignasse châtain s'approche un peu, je crus que j'allais encore me prendre sa bulle dans le visage mais contre toute attente, rien ne se passa, juste le fait qu'il récupéra un peu de l'acide resté sur la dalle pour y écrire à son tour me demandant de quoi voulais-je parler. Je réfléchis un moment, prise au dépourvut mais en ré-imbibant mon doigt d'acide, je repris vite...

« Parler. Ce qui n'a pas l'air facile de là où tu es. Je m'appelle Hélène, je suis voyageuse, et toi ? »

J'avais pris le reste de la place libre sur la dalle pour écrire ceci, je fis en sorte qu'elle tienne sans que j'ai à la supporter puis, levant mon index devant mon visage, faisant ainsi signe à l'inconnu d'attendre un instant, j'allais ramasser une autre pièce de puzzle plus loin et la trainait jusqu'à l'endroit où j'avais laissé le jeune homme, je repris :

« Sais-tu comment s'appelle cet endroit ? Et aussi, es-tu souvent à l'intérieur de ''ça'' ?... »

Alors qu'un fin panache de fumée s'échappait du haut de mon point d'interrogation fraichement gravé, je laissais encore un peu d'acide s'échapper de mon poignet et le tendait à l'homme-volant à la manière d'un encrier. Sa bulle n'avait pas disparue, sinon mon interlocuteur aurait probablement ouvert la bouche pour dialoguer avec nos mots, à moins qu'il ne soit muet. Elle aurait peut-être rétrécie ou s'être dilatée... enfin, je n'en avais strictement aucune idée. Quoi qu'il en soit, s'il avait déjà été plus souvent dans cette bulle, je plaignais son calvaire... mais d'un côté, explorer Dreamland sans avoir à se soucier des dangers qui le constituent était merveilleux en sois, surtout de pouvoir en avoir un aperçu depuis les airs ! Pouvoir s'endormir chaque nuit en étant certain que la nuit qui suivrait ne serait en aucun cas un cauchemar mais une véritable évasion me rendait presque jalouse. Il n'avait peut-être pas idée à quel point il était angoissant pour nous, petits humains du XXIème siècle ayant grandit dans un monde connu de tous, dompté par les hommes de se retrouver soudainement plongés dans un monde aussi beau qu'imprévisible où notre seule chance de survie s'arrêtait à devoir apprendre à se battre sous peine de replonger dans quelques rêves sans intérêt, cet homme là était assuré de ne jamais avoir à retomber dans l'ennui du sommeil, moi qui avait considéré cela comme une perte de temps pendant un long moment, je prenais désormais un véritable plaisir à m'assoupir. A moins que ce garçon avait déjà exploré ce monde et qu'il en ait fait le tour... va savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daejester.deviantart.com/
AuteurMessage
avatar
Surnom : L'Intouchable
Messages : 688
Date d'inscription : 29/05/2010

Arpenteur des cauchemars
Jacob Hume
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 570
Renommée: 2743
Honneur: 535
MessageSujet: Re: La lente agonie de la nuit (Pv Helen) Mer 8 Sep 2010 - 20:34
*Juste parler, voir un discussion avec moi ? Voilà qui est fort nouveau. Je crains hélas d'avoir quelques difficultés à m'exprimer, comme tu l'as remarqué. J'aurais beau parler, le son ne te parviendrait pas. Et inversement. Je suis condamné à l'isolement. Ce que j'ai fait pour mériter cela, je n'en sais fichtre rien, mais si je retrouve ce connard de juge, je lui défonce sa face. Peut-être que lui pourrait me faire sortir... Enfin, j'en doute. Il n'avait plus l'air de pouvoir quoi que ce soit contre moi lors de cette fameuse nuit où je suis devenu une saloperie de voyageur. Mais lui au moins, avait trouvé le moyen de me parler par la pensée. C'était peut-être une solution plus envisageable que d'espérer entendre quoi que ce soit. Des espoirs de fous certainement. Mais ce monde est fou de toute manière. Alors pourquoi pas ? ... Une conversation normale, ça faisait longtemps. Du moins, à Dreamland. Ce pourrait être sympathique. Je veux bien tenter l'expérience. J'espère que tu peux créer autant d'acide que tu veux parce que je risque d'en avoir besoin d'un max. Je vais essayer de faire court, mais tu parles à un type qui passe ses journées à faire des disserts et qui ne sait plus avoir une conversation brève mais efficace. Oui, une conversation me ferait vraiment du bien je pense.

Ah, c'est pas tout ? Mmh... "ça", pas très éloquent comme terme, mais après tout. Ce peut être aussi terrifiant que le bouquin homonyme. Enfin, surtout pour moi. J'aime bien la bulle ou le bocal. M'enfin, ça ne regarde que moi. Mieux vaut qu'on ne sache pas de quoi il s'agit exactement. Tout le monde en voudrait une pour soi. Tout le monde souffrirait. Mauvaise idée. De plus, j'aime pas en parler, ça ne me donne que des idées noires... Sympa l'encrier. Je crois que je suis l'un des seuls à pouvoir utiliser cette encre à part toi. J'ai bien vu ce que ça faisait sur la bulle. Aucun dégât, mais la fumée ne peut signifier qu'une chose. De l'acide ou un truc du genre. Bref, si ça grave les pièces de puzzle, je doute que ce soit de la peinture... ou alors de la peinture ayant très largement passé la date d'expiration.*


Jacob a l'air moins désespéré, cette conversation semble lui faire du bien, le faire un peu sortir de sa dépression. Il ne note que quelques mots, essaye au maximum d'éviter les monologues dont il est normalement capable sur la pluie et le beau temps.

"Jacob. Village Puzzle. En permanence. Enchanté Hélène."

Il lui fait un vague sourire qui trahit tout de même tout le désespoir qui l'habite.

*C'est vrai que tu es bien mignonne, mais une chose m'intrigue. Je ne suis pas tout seul dans les parages de plus, je ne suis pas le plus éloquent de tous ceux à qui tu pourrais t'adresser. Si tu cherches la conversation, c'est pas exactement vers moi qu'il faut se tourner...*

Il reprend un peu d' "encre" et grave à nouveau : "Pourquoi moi ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 185
Date d'inscription : 31/08/2010
Age du personnage : 24

Maraudeur des rêves
Hélène Metzengerstein
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 320
Renommée: 1200
Honneur: -80
MessageSujet: Re: La lente agonie de la nuit (Pv Helen) Mer 15 Sep 2010 - 8:53
Sans aucune trace de gêne dans son regard face à l'encrier que je lui tend, il ré-imbibe son index et grave la suite de notre conversation sur la dalle de puzzle. En un minimum de mots utilisés, il parvint à se présenter, me dire où sommes-nous, avouer qu'il était dans cette sphère mouvante en permanence et être enchanté de faire ma connaissance. Je me rendais compte de ma bêtise à ce moment là, n'ayant pas une réserve illimitée d'acide, ou du moins la quantité de liquide qu'un humain pouvait contenir dans ses vaisseaux, autrement dit, cinq litres dont nous soustrayons d'un pour le minimum vital. Bon, je décidais donc de faire plus court par la suite. J'aperçois ce sourire triste qui s'affiche sur son visage, non cette prison de verre ou quoi que ce soit d'autre ne l'enchante guère... si seulement il se rendait compte de l'aubaine qui lui est offerte bien qu'il ne puisse pas communiquer avec les autres. Après, il est sûr que certains aiment plus ou moins la solitude, c'est peut-être là où nous ne sommes pas d'accord, être seule ne me dérange en aucun point mais je n'en sais rien à propos de mon interlocuteur. En reprenant un peu d'acide de mon poignet, il incruste dans la pièce de jeux une question, me demandant pourquoi est-ce lui à qui je voulais parler. A travers mon masque, un léger sourire amusé étire mes lèvres, je prends de l'encre à mon tour.

« Un plaisir, Jacob. » Je m'interromps un instant puis reprends relativement vite après avoir réfléchis quelques secondes à peine : « Tu volais. » Je montrais une des pièces flottante dans les airs et reprenais un peu de mon essence : « Je te voyais d'ici, la... ''bulle'' a cogné ma pièce. Après je t'ai retrouvé. Je t'envie. »

Je me souvenais aussi du moment où je l'avais aperçu au sol après ma chute, il semblait désemparé dans cette sphère, il pleurait même, la raison ne me regardait peut-être pas, néanmoins, la curiosité me poussa à faire reculer quelques barrières.

« Pourquoi pleurais-tu ? »

Certes, peut-être était-ce pour une raison trop personnelle pour que je me permette de poser une telle question, pourtant, je voulais confirmer mes soupçons sur le désespoir que lui causait cette bulle. Probablement n'avait-il pas encore eut affaire aux dangers de Dreamland ou peut-être y avait-il trop été confronté, je ne sais pas mais je voulais aussi en savoir plus sur ce qu'était de voler dans ce monde onirique. Et j'espérais que cette conversation ne serait pas interrompue de suite par le réveil matin. Cette nuit me changeait des autres où j'avais souvent eut à échapper à d'horribles bêtes ou encore à rendre service à un village champignon contre l'invasion des singes-prunes, une « discussion » dans une atmosphère calme avec quelqu'un de placide et... serein ne serait pas le mot, disons, aimable, qu'est Jacob, me permettait de souffler un peu dans cet univers souvent hostile.

[Désolée pour le retard ^^" ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daejester.deviantart.com/
AuteurMessage
avatar
Surnom : L'Intouchable
Messages : 688
Date d'inscription : 29/05/2010

Arpenteur des cauchemars
Jacob Hume
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 570
Renommée: 2743
Honneur: 535
MessageSujet: Re: La lente agonie de la nuit (Pv Helen) Mer 22 Sep 2010 - 10:34
*Ah, je ne l'avais pas vu dans ma chute... Désolé petite, je ne voulais pas toucher quelqu'un. Je n'ai pas vraiment envie que mon malheur t'accable. Mes... tentatives de suicides ne devraient pas embêter les autres normalement. Bref, n'en parlons plus, tu n'as pas l'impression d'en faire grand cas de toute manière. J'en ai heurté pas mal des pièces... Tu n'était peut-être pas la seule. J'en sais rien et à vrai dire je m'en fous. Oui, je volais, chose étonnante, mais logique. Je contrôle ma bulle par la pensée, c'est une forme de télékinésie. Je peux donc la soulever. Je suis sûr que si je m'y mettais vraiment, je pourrais faire beaucoup plus que cela, mais bon. J'ai pas franchement envie de développer mes pouvoirs ici. Ce pouvoir est une plaie, je préfère ne pas trop chercher à le rendre encore plus crevant. Non vraiment, ce monde, si je ne suis voué qu'à y souffrir, ne m'intéresse pas le moins du monde. De même que tous ces classements et ces voyageurs débilitants qui ne cherchent qu'à en atteindre le sommet. Comme Ed par exemple. S'il n'avait pas un tel talent pour se mettre dans les situations les plus dangereuses et les plus tordues, jamais je ne l'aurais jamais suivi. Mais si un jour il commence à me saouler, j'irais directement tenter ma chance dans les royaumes cauchemars.

M'envier ? Tu es folle ma grande ! Crois-moi, c'est une idée atroce que de m'envier. Je ne souhaite ça à personne. Tu souffrirais trop. Un tel pouvoir est une malédiction. Je l'échangerais contre n'importe lequel de tous les autres. Je le donnerais pour rien si je pouvais. Mais je peux pas. Personne ne semble pouvoir ou vouloir me délivrer. Non vraiment, envier une telle chose c'est comme vouloir crever à petit feu pour l'éternité. C'est pas bien. Ma grande, je dois t'avertir, tu te méprends sur la véritable nature de mon pouvoir. Je suis dans un prison, pas dans un bouclier. Bien que tout le monde pense le contraire. Puisque tu ne tente pas de me toucher comme la moitié des abrutis que je croise, je pense que je peux t'expliquer tranquillement ce qu'est exactement la bulle. Un calvaire.*


Jacob s'empare d'un peu d'acide et écris à son tour sur un autre pièce de l'immense puzzle.

"Ne m'envie pas, tu le regretterais. Être dans la bulle peut paraître merveilleux de ton côté. De mon côté, c'est une souffrance perpétuelle. J'ai beau la contrôler, j'en suis le prisonnier, irrémédiablement."

*Quant à savoir pourquoi je pleure. Je viens de répondre à ta question. La souffrance et l'incapacité à m'y soustraire. L'échec de toutes mes tentatives de suicide. Peut importe que je me jette du haut d'un falaise ou que je me tire dessus avec un lance missile. La bulle me protégera de la mort. Il faudrait une créature de Dreamland ou un Voyageur pour me tuer. Moi, je ne peux pas le faire. Tu m'as vu me laisser tomber d'une vingtaine de mètre... je n'en suis pas à mon premier essai. Tout cela est inutile. Je suis seul dans ma bulle et tu ne peux pas m'aider, j'ai l'impression que personne ne le pourra jamais. Voilà pourquoi je pleure. Satisfaite ? Non, bien sûr, tu n'as rien entendu. Je pense qu'il faut que je fasse simple. J'ai pas envie de disserter sur le sujet non plus, ça me fait déjà assez chier d'être là dedans, je vais pas en plus en faire une description complète. "Je me noie, et toi tu décris l'eau", belle phrase.*

"Je pleure parce que je ne peux pas sortir de la bulle. Que ni toi, ni moi n'y pouvons rien. J'ai juste envie de mourir pour que ça s'arrête."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 185
Date d'inscription : 31/08/2010
Age du personnage : 24

Maraudeur des rêves
Hélène Metzengerstein
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 320
Renommée: 1200
Honneur: -80
MessageSujet: Re: La lente agonie de la nuit (Pv Helen) Sam 25 Sep 2010 - 18:40
Je pu voir dans les yeux de Jacob que ma confidence le désemparait. Il reprit un peu d'acide et reprit la « parole » en inscrivant sa réponse. Je pris presque cela pour une menace, au premier coup d'œil, mais en y réfléchissant à deux fois, si le jeune homme était perpétuellement enfermé dans cette bulle, sans pouvoir flairer le parfum qui envahit le royaume onirique, sans pouvoir même entendre les quelques chimères biscornus qui y vivent s'affairer normalement. C'est ça, il devait voir Dreamland à la manière d'un enfant feuilletant un livre d'images, tournant les pages, vite lassé, incapable d'y lire les écriteaux, impossible pour lui de comprendre son environnement. Enfin, il semblait s'en être bien sortit pour le moment. Enfin, même s'il était contraint de vivre avec, il la contrôlait, ce qui veut dire qu'il avait tout à fait maitrise de cette prison de verre lorsqu'il m'avait percuté en plein vol. Tant qu'il n'y a pas eut de casses, pas de quoi s'énerver, il ne l'avait probablement pas fait exprès et surtout, il n'avait pas l'air du genre à passer ses nerfs sur des pièces de puzzle déambulant au grès du vent. Attentive, je lu sa deuxième phrase, c'était donc bien sa bulle qui était le sujet de son tracas, il était prêt à périr pour en être libéré. Je n'osais pas imaginer jusqu'où son désespoir pouvait le mener parfois. Cet élan prit dans les airs n'était pas, sans aucun doutes, une simple envie de bouffée d'air frais et aérien... non, en se jetant à toute vitesse vers le sol comme je l'avais vu et sentis le faire, il devait avoir tenté de se tuer. Les emos... qu'est ce que ça peut m'exaspérer parfois... « monde de merde », ça sonnerait presque comme un hymne. Sauf qu'ici, ce jeune homme avait une bonne raison de se donner la mort... enfin, on ne pourra jamais dire qu'il y ait de « bonne raison », surtout pour quelqu'un comme moi qui prend l'acte de suicide comme quelque chose de lâche. La mort se mérite pour avoir vécu et lui voulait brûler les étapes. Néanmoins, je ne pouvais m'empêcher de compatir à l'idée de me retrouver dans pareille situation.

« Je ne suis pas sure de pouvoir comprendre ton calvaire. Mais je compatis. Depuis combien de temps es-tu à Dreamland ? » Inscrivais-je à la ligne.

Je voulais avoir une estimation du temps qu'il avait passé à essayer de « se pendre ». Je désirais aussi connaître son point de vue sur Dreamland, lui pouvait prendre du recul face aux évènements et ne pas forcément être dans le feu de l'action... quoiqu'avec les différentes formes que prenait sa bulle, il était en mesure de se battre. Mais à voir sa bouille aussi colérique que souriante, je ne pense pas qu'il soit du genre à chercher vraiment la bagarre quand il n'y voit pas l'intérêt d'y laisser sa peau. D'ailleurs, s'il avait passé du temps dans le monde des rêves, il avait peut-être croisé la route d'autres voyageurs.


« As-tu vu d'autres voyageurs ? Quelle est leur mentalité ici ? Cherchent-ils toujours la bagarre ? »

Je secouais mon poignet endolorit, répandant quelques gouttes d'acide un peu partout sur le sol et en fit doucement suinter mon sang le long de mon bras, à nouveau pour le tendre vers mon interlocuteur à la chevelure violette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daejester.deviantart.com/
AuteurMessage
avatar
Surnom : L'Intouchable
Messages : 688
Date d'inscription : 29/05/2010

Arpenteur des cauchemars
Jacob Hume
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 570
Renommée: 2743
Honneur: 535
MessageSujet: Re: La lente agonie de la nuit (Pv Helen) Lun 4 Oct 2010 - 18:18
*Combien de temps ? Bonne question. Trop longtemps ça c'est sûr, mais bon, une seule nuit est déjà trop longue alors pour moi alors... Non vraiment je me souviens plus trop. Alors attends c'était quand déjà que l'autre salaud m'a fait... Euh, oui, avant les vacances.... Mmh, je crois que c'était vers juin, peut-être un peu avant. Oui, ce doit être cela... Bref, ça doit faire quoi ? 4 mois ? Un peu plus ? Oui, ce doit être ça... Tain, en quatre mois, on a bien foutu la merde avec Ed. Enfin, c'est pas très important, 3 ou 4 mois plutôt non ? Rah, je sais plus, j'ai l'impression que ça fait trop longtemps ! J'ai même du mal à me souvenir comment c'était que d'être un simple rêveur. Bon réfléchissons. LE temps que je rencontre Ed et qu'on fasse la mission... Mmh, non définitivement 3 mois et demi. Je pense qu'il n'y a pas d'autre solution à ce problème. Oui, 3 mois et demi. C'est ça, bon... Eh ! C'est quoi toutes ces questions ? Oh là, stop ! Laisse moi le temps de répondre un peu ! Bon euh, si j'ai rencontré d'autre voyageurs, ben ça oui... Je veux dire, en dehors de Ed et de Shana, j'en ai rencontré un petit paquet quand même. Il y a tous ces cons qui veulent me toucher et les autres que je défonce parce qu'ils foutent la merde. Et donc réponse à la deuxième question oui, ils le sont carrément. Ils ne cherchent que la bagarre, c'est bien le problème d'ailleurs, ils ne pensent qu'à ça. Ils se battent pour la gloire. Enfin les mecs le plus souvent, elles sont rares les femmes dans le haut du classement en général, pourquoi ? Ben parce qu'elles sont certainement moins conne. Franchement, j'ai juste à comparer Ed à toi et à Shana, il n'y a pas photo vous êtes quand même carrément moins rentre dedans quoi. Donc, écrire la réponse à présent, mieux vaut que tu sois prévenue...

Mais, j'y pense. L'acide qu'on utilise depuis tout à l'heure... c'est ton sang ici ! Merde. J'y avais pas pensé à ça, je sais pas si c'est une très bonne idée de faire ce que tu fais maintenant ma grande. On peut trouver un autre moyen d'écrire, je suis sûr qu'il n'y a pas que l'acide à graver sur le puzzle, on peut aussi simplement écrire non ? Je vais essayer de réfléchir à un moyen, pour le moment, on reste sur ça, mais pas si ça te fais mal comme ça. Pas la peine qu'on souffre tous les deux. Vraiment, je pense qu'oil vaut mieux qu'on essaye de pas trop t'affaiblir...*


Jacob prend un peu d'acide et répond rapidement aux questions posées.

"Environs 3 mois je pense. Oui, j'en ai rencontré beaucoup, je fais même partie d'une petite équipe. Ils sont, pour la plupart, très violents et ne pense qu'à se battre. Les femmes un peu moins. Toi tu n'as pas cherché à me taper dessus, c'est plutôt sympa de ta part et rare comme comportement. Question : l'acide, c'est ton sang, tu es sûre qu'il ne vaudrait mieux pas qu'on utilise un tout autre genre d'encre ? Ça ne t'affaiblit pas ?"

Il lui lance un regard qui insinue qu'il ne se laissera pas prendre par une réponse négative mensongère simplement pour poursuivre la conversation.

*N'essaye pas de me mentir petite... je le saurais. J'ai pas envie que t'ailles mal à cause de moi...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 185
Date d'inscription : 31/08/2010
Age du personnage : 24

Maraudeur des rêves
Hélène Metzengerstein
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 320
Renommée: 1200
Honneur: -80
MessageSujet: Re: La lente agonie de la nuit (Pv Helen) Dim 17 Oct 2010 - 9:48
Je contemplais la main de Jacob s'agiter sur la plaque de puzzle pour y inscrire ses paroles, profitant de cette nuit plus paisible comparée à la moyenne. C'est vrai ça, depuis que j'avais mis un pied en dehors du royaumes des Doutes, je n'avais eu de cesse d'être agressée dans tous les coins, que quelques créatures requièrent mon aide ou que sais-je encore ?... Bref, cette rencontre m'était apaisante. Cela faisait donc trois mois qu'il parcourait Dreamland prisonnier de sa bulle ? Il avait du en voir des vertes et des pas mures, déjà qu'après deux semaines environ j'avais l'impression d'en avoir vu de toutes les couleurs et d'avoir catalogué les différents dangers du monde onirique autrement dit, quelques lutins cannibales aux tailles et formes diverses et variées ajoutez à cela un environnement instable, le monde des rêves en bref ! Je ne sais pas si je pouvais qualifier Jacob de chanceux du fait qu'il fasse partie d'une équipe en compagnie de gens violents. D'un côté il était accompagné, ce qui n'était pas un mal pour une personne voulant se donner la mort, aussi, il avait de la compagnie ce dont je manquais parfois cruellement dans certains moments de mon parcours dans l'univers de Morphée. Le jeune homme poursuivit la conversation en écrivant qu'il trouvait cela aimable que je ne cherche pas à lui taper dessus. D'un je ne chercherais jamais (à peu de choses près) la bagarre à quelqu'un, même si cette personne avait manqué de me faire faire une chute de huit mètres de haut, ensuite, à quoi bon chercher à le frapper alors qu'il était entouré de cette bulle ? En posant ma main acidulée sur la surface de cette chose, j'avais bien compris que même si je vidais tout mon sang sur cette paroi de matière inconnue, elle ne cillerait pas. Enfin, cette réflexion me fit sourire, c'est vrai que depuis que j'étais sur ces terres chimériques, on n'avait cessé de me chercher les noises, mais quand je refusais quelques défis ou fuyais un affrontement, à en voir la face éberluée de mes concurrents, je me demandais finalement si ça paraissait si absurde de ne pas vouloir se battre même si tous les moyens nous sont donnés pour le faire ? Enfin, j'étais contente de ne pas être la seule à être frustrée par la violence des mœurs du coin. Voilà que Jacob posait à son tour une question. J'aimerais bien utiliser un autre type d'encre, mais c'est pas comme si l'on avait le choix d'un étalage... A voir les yeux qu'il me faisait, il ne serait pas dupe. Bon, je prit à nouveau de l'acide sur ma main et inscrivit ma réponse sur la pièce :

« Quel autre genre d'encre ? Ne t'en fais pas, j'ai encore de la réserve et je ne pense pas avoir à me battre cette nuit, l'endroit semble calme. Tu disais faire partie d'une équipe, c'est courant les associations de voyageurs ? »

Si oui, je pense que j'irais en quête d'aller en trouver une, même si la compagnie humaine m'étais parfois horripilante en mes jours noirs, être entourée d'autres voyageurs dans ce monde aussi merveilleux que dangereux ne serait vraiment pas de refus.

« Trois mois, ce n'est pas trop difficile ? Tes compagnons sont conscients de ton calvaire ? »

A mon tour, je jetais le même regard que lui sur son visage. Tu es à plaindre Jacob, je ne t'en voudrais pas si tu fonds en larmes car ta situation est légitime à ce que tu te plaignes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daejester.deviantart.com/
AuteurMessage
avatar
Surnom : L'Intouchable
Messages : 688
Date d'inscription : 29/05/2010

Arpenteur des cauchemars
Jacob Hume
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 570
Renommée: 2743
Honneur: 535
MessageSujet: Re: La lente agonie de la nuit (Pv Helen) Lun 10 Jan 2011 - 22:50
*Quelle autre encre ? J'en sais foutrement rien. Mais c'est pas une raison. On pourra sûrement parler une autre nuit, dans un lieu ou il y a de la terre, on écrira avec un bâton. M'enfin, si tu dis que tu peux continuer longtemps je te crois. Et t'en fais pas, s'il y a un gus qui nous attaque, je le laisserais pas t'approcher. Faut pas croire, je ne suis pas incapable non plus, même si je suis coincé dans cette bulle perpétuellement et que là, je commence déjà à le payer Ouais, en un sens comme toi, je ne manque pas de ressource. C'est juste... douloureux. Il n'y a pas d'autre mot pour le décrire. C'est aussi simple que cela. Je souffre, je souffre même si ne fais rien. Un calvaire, oui, le mot est bien choisi. J'ai juste l'impression de mourir à petit feu chaque nuit et de me réveiller avant que ça n'arrive. Je ne meurs jamais. On m'en empêche. Être voyageur, c'est juste chiant, ça ne sert à rien. Ça pourrait-être une aventure sympathique comme ça, avoir un pouvoir et tout. Mais finalement, quand y réfléchit un peu... pourquoi faire ? Ça nous avance à quoi ? Une expérience unique ? Même pas. J'ai juste plus l'impression de dormir. Et dormir, c'est un truc plutôt génial. C'était. Fais chier. Non, être un voyageur, ça ne sert pas à grand chose. Regardez les voyageurs qui passent leur temps à se battre. Pour quoi ? Pour monter dans le classement, pour se croire plus puissant que les autres ? Hey, les mecs, vous vous battez pour quoi au fait ? Pas d'idéal, pas de truc à défendre. Y'en a combien parmi vous qui passent leur temps à rendre service aux gens ? Combien qui pensent à autre chose qu'à leur petite personne ? Ben pas beaucoup. En fait... Même pas Ed.

Ed ? S'il connait mon calvaire ? Oui. Mais je ne sais pas s'il a compris. Je lui ai vaguement dit que mon pouvoir me faisait souffrir. Il a compris que j'étais coincé dans un genre de bouclier. Mais lui, il ne voit pas le mauvais côté de la chose. Il se plaint que je sois sourd et que je n'entende pas ses plans débiles. Il ne comprend pas que je veuille me suicider. Il ne voit que le bon côté du pouvoir. Ouais, je peux pas être vaincu, ou si peu. Mais voilà, à quel prix ? Il ne se rend pas compte. Il s'en fout que je souffre. Il est de ceux qui ne pensent qu'à leur gueule. Il passe son temps à faire des conneries histoire de devenir le plus célèbre des voyageurs. Et moi, je ne sers qu'à lui sauver la peau. Au passage ça nous permet d'aider un peu les gens qu'on croise. Et puis, à force de traîner avec un con pareil qui a tellement le chic pour s'attirer des ennuis qu'il ne survivrait pas un jour sans moi, je trouverais peut-être un ennemi suffisamment puissant pour me tuer. Oh, je ne crois qu'on puisse passer la bulle sans un pouvoir un peu spécial, mais bon, ça court pas les rues. Il y a bien Ed, mais lui ne veut pas me tuer, je le sais. Il trouve pas ça très utile pour son ascension. Et pour l'instant, j'en pas trouvé un seul autre. Bref, s'ils savent, oui. Shana le sait aussi, mais elle sait pas pourquoi je souffre. Elle a pas l'air d'être réellement chamboulée par ça. Elle se rend pas compte. Quoi qu'il en soit, ça fait toujours plaisir de rencontrer quelqu'un qui se rend compte que c'est pas la joie tous les jours...*


Il reprend un peu "d'encre" et écrit de nouveau sur une pièce. "Une seule nuit c'est difficile." *Sinon, je m'habituerais, et ce ne serait pas aussi drôle...* "Ils sont au courant, mais ils ne comprennent pas. Et oui, les équipes de voyageur, c'est courant. Ils s'associent presque toujours. Pour être plus, fort ne pas s'emmerder, parce qu'ils s'amusent bien ensemble. Et Dreamland est dangereux pour la plupart des voyageurs, en équipe, c'est plus simple. Tu n'as jamais pensé à en intégrer une ou à trouver des compagnons ?"

*T'es intelligente, plus que mes deux cons à moi. Tu devrais pouvoir comprendre qu'on ne reste pas en vie en étant seule. Et il y a toujours des voyageurs prêt à accueillir une jolie anorexique dans ton genre. Je suis sûr que tu trouveras un groupe sympa va. Mais si tu veux poursuivre, ne reste pas toute seule. Crois moi. Ça c'est réservé pour les idiots dans leur bulle.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La lente agonie de la nuit (Pv Helen)
Revenir en haut Aller en bas

La lente agonie de la nuit (Pv Helen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Village Puzzle-