Haut
Bas

Partagez|

Les pigeons [pv Nao et Shad]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Surnom : Le Zenith
Messages : 863
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des rêves
Corey Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 495
Renommée: 1630
Honneur: 478
MessageSujet: Les pigeons [pv Nao et Shad] Mar 8 Déc 2015 - 17:59


Corey pressa le bouton qui allait marquer un grand tournant dans sa vie professionnelle, ça y est, c’était fait, le recommandé était expédier, il n’avait plus moyen de revenir en arrière. Dans deux jours tout au plus son employeur recevrait sa lettre de démission, même si ce ne serait pas une surprise, les choses allaient s’accélérer à partir de ce moment-là. Le geek recevrait l’ordre de documenter toute les informations qu’il était le seul à détenir mais il s’était bien préparé à ce niveau-là en prévision de ce jour. Les écrits étaient prêts, il lui suffisait de les expédier, ça lui permettrait de pouvoir commencer à faire les démarches pour son statut d’auto entrepreneur et peut être même de commencer à démarcher d’autres sociétés. Puis un transporteur viendrait chercher tout le matériel qui lui avait seulement été prêté par son employeur actuel, il négocierait surement pour garder les écrans et les cartes graphique mais serait obligé de les laisser emmener les éléments réseaux. Il ne pourrait plus s’amuser en direct comme il avait l’habitude de le faire, mais c’était pour la bonne cause. Ensuite on l’inviterait à tout un tas de réunion inintéressante pour être sûr qu’il avait transmis toutes les informations et il serait finalement libéré de toute obligation avec un gros chèque correspondant à toutes les vacances qu’il n’avait jamais prise pendant tout son contrat.

A vingt-cinq ans il commençait à se connaitre et savait qu’il ne fallait pas qu’il se laisse le temps de sombrer dans la procrastination. Il fallait à tous pris que dès que son contrat s’achèverait son affaire de consulting soit sur les rails et qu’il ait déjà des missions de prévues. Si tout se passait comme prévu, il allait être payé pour hacker des grandes sociétés et ensuite rendre des audits de leurs sécurités. Ce nouveau défi le motivait grandement et il avait presque envie de prendre de l’avance mais il préférait attendre et faire les choses dans l’ordre.

Il verrouilla sa session, par acquis de conscience, et sortit de son bureau, sa sœur était vautrée dans le canapé, Ezio sur le ventre, pendue au téléphone, probablement avec son copain. Il se servit un verre et choisi de la laisser en paix, en descendant se caler dans sa chambre, il lui fit un signe pour lui dire qu’il allait se coucher et dévala l’escalier pour aller dans la petite pièce où il se contentait généralement de dormir. Il connecta son téléphone portable à l’enceinte sans fil qu’il s’était offerte dernièrement et lança une musique sans parole pas trop violente. Il programma son téléphone pour qu’il stop la musique une heure plus tard et s’allongea confortablement après s’être déshabillé. Il ferma les yeux, espérant que le sommeil ne le fuirait pas trop longtemps et que Dreamland détournerait ses pensées.

---Dreamland---

Lorsqu’il prit connaissance dans le monde onirique, il comprit presque instantanément que c’était ses interrogations au niveau de son futur professionnel qui l’avaient conduit ici. Ce lieu étrange semblait être le temple du travail, tout autour de lui des gratte-ciel plus grand les uns que les autres se disputaient les looks les plus impressionnants. Des voitures aux vitres noires s’arrêtaient devant les halls luxueux et laissaient descendre des cadres à l’air suffisant qui ne daignaient même pas regarder les employés du bas de l’échelle qui se massaient dans des sortes de bus pour rentre chez eux. C’était ce genre de scène qui faisait apprécier à l’héliophobe de travailler à distance et d’avoir assez peu affaire à des hiérarchies contraignantes.

Il regarda son reflet dans la vitre d’un immeuble et vit qu’il avait troqué son éternel pyjama pour l’uniforme du parfait bureaucrate de base. Un costume mal taillé bleu foncé, presque noir, une chemise à carreaux, des chaussures de villes marron et une cravate bariolée qu’il s’empressa de retirer pour la ranger dans sa poche. Il fallait avouer que l’illusion était de courte durée, avec son œil droit fermé par le sceau de clairvoyance apposé par Luxian et le tatouage qui dépassait de son col, on comprenait vite qu’il n’était pas un simple comptable ni même un rêveur. Il ébouriffa ses cheveux qui avaient été coiffés, chose qui ne lui était plus arrivé depuis bien des années, et se regarda à nouveau. Il se trouvait mieux comme ça même si il ressemblait à un espèce de punk obligé de s’habiller pour comparaître devant un juge.

Il tourna sur lui-même à la recherche d’un endroit où aller, mais les différents immeubles se ressemblaient tous. Sièges de grandes entreprises, ils étaient là pour fournir de minuscules box pour faire travailler les employés en bas de l’échelle et pour réserver des étages aux grands bureaux des dirigeants. Les différentes entrées semblaient être sous haute surveillance, des vigiles se tenaient prêts à intervenir, parés de leurs éternelles lunettes noires bien inutiles en cas de problème. Des caméras et ce qui semblait être des détecteurs de métaux, mais à Dreamland on était jamais sûr de rien, complétaient la protection des lieux. Corey comprit qu’il fallait montrer patte blanche pour arriver jusqu’aux ascenseurs et renonça à l’idée d’explorer l’une de ces tours.

Il déambula au pied des buildings pendant plusieurs minutes, presque seul sur les trottoirs, croisant seulement la course d’un coursier ou d’un livreur de temps en temps. Il commençait à s’ennuyer fermement lorsqu’il aperçut enfin une silhouette qui sortait un peu du lot encore assez loin devant lui. Il pressa le pas pour rattraper ce qui semblait être un voyageur assez grand, avec un manteau long orné de symboles étranges. Il l’interpella dès qu’il fût à portée de voix.

« Excuses-moi !? » Il continua d’approcher. « Est-ce que tu connais un moyen de s’éloigner rapidement de cet endroit ou alors un endroit un peu plus sympa que ces gratte-ciel ? »

Son interlocuteur n’eut pas le temps de répondre qu’un mauvais pressentiment força l’héliophobe à prêter attention à une sorte de camionnette noire aux vitres teintées qui s’arrêta près d’eux sur le trottoir. Sentant arrivé la classique scène d’enlèvement de tous les bons navets il se mit sur ses gardes, mais trop tard, la porte latérale s’ouvrit avant même que le véhicule ne soit totalement arrêté et les gueules de deux canons apparurent, l’un le visant, l’autre pointant l’autre voyageur. Ils n’eurent pas le temps d’esquiver les espèces de grosses fléchettes, similaires à celles pour jouer au jeu du même nom mais comme bardée d’électronique. Aussitôt, les deux voyageurs purent ressentir une sorte de décharge électrique qui les secouèrent et commencèrent à les rendre faible. Corey voulu utiliser son pouvoir pour répliquer mais ce dernier lui échappa, comme complètement inaccessible. Les hommes cagoulés, à l’origine de l’agression, se contentèrent d’attendre que les deux hommes s’écroulent avant de les ramasser et de les jeter à l’arrière du van, là où les attendait un troisième corps inconscient, celui d’une créature cauchemar.

Lorsqu’il reprit ses esprits, il était étonnamment libre de toute entrave, il s’était attendu à se réveillé pendu par les pieds ou bien ligoté sur une chaise. A part une sorte de gueule de bois carabinée et une douleur un peu plus vive dans l’épaule, à l’endroit où la fléchette bizarroïde l’avait touché, il ne se sentait pas trop mal. Il ouvrit les yeux, enfin, l’œil, sur un endroit vraiment étrange, une sorte de laboratoire d’expérience. Tout était fait de métal facilement nettoyable, de verre ou de plastique, mais tout était en désordre. Il se redressa un peu et comprit qu’on avait fouillé l’endroit ou qu’on l’avait juste saccagé, à côté de lui se trouvait le voyageur à qui il avait adressé la parole et un peu plus loin la créature étrange du van était là elle aussi. Tous deux semblaient être en train de reprendre leurs esprits.

Où étaient-ils ? Qui étaient leurs agresseurs et où étaient passés ces derniers ?

Beaucoup de questions et peut être peu de temps avant qu’on ne les découvre.

__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 107
Date d'inscription : 16/06/2015
Age du personnage : 19

Habitué
Nao Saez
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 115
Honneur: 10
MessageSujet: Re: Les pigeons [pv Nao et Shad] Jeu 10 Déc 2015 - 2:39


Les pigeons

Avec Corey Cole et Shad Howl



    La porte claquait, ils étaient enfin partis. Nao rangea vite fait son appartement avant de déplier son lit. Il devait encore retourner au travail demain, se lever dans précisément six heures, ne lui laissant aucun moment seul où il pouvait regarder une série ou lire un manga. Comme chaque soir, son appartement s'est transformé en QG pour tout ses potes qui étaient sur Caen, même quand il rentre du boulot. Il se faufila en vitesse dans son lit, roula de quoi s'endormir et lança sa playlist pour dormir. Il souffla cette douce fumée blanche qui provoquait en lui de profonde introspections. Ce soir là, c'était son boulot cette fois ci qui occupa ses pensés. Pour payer son appartement, il travaillait dans le bar-tabac de sa mère, lui permettant une certaine souplesse, il ne devrait pas s'en plaindre pour un étudiant. Mais Nao détestait son boulot qui lui montrait tout les jours "la connerie humaine". Entendre tout les jours des quarantenaire bourrés se plaindre de leur vie en dépensant leur argent en bière, supporté les moindres caprices des clients les plus ennuyeux... Il savait que l'argent qu'il gagnait se faisait sur le dos du tabagisme, l'addiction au jeu et l'alcoolisme de ses clients. Cette idée le faisait rire c'est vrai, mais cela donnait une étrange vision du monde. Être entouré deux jours par semaine de ce parfait nauséabond du monde arrivait à dégoûter Nao des gens. Ses pensés se stoppèrent lorsqu'il s'endormit, la cigarette magique entre les doigts.

     Encore une fois, ses réflexions avaient dictés sa destination. Il était arrivé dans un endroit inconnu, où d'énormes grattes-ciels se dressaient devant lui. Les seuls personnes présentes étaient affublé de costard. Nao se croyait alors dans une sorte de cross-over entre  "Le Loup de Wall-Street"  et "I-Robot". Mais l'ambiance pesait, une sensation que Nao n'avait jamais ressenti. Ce n'était peut être que lui, mais il avait comme une mauvaise intuition.

     Mon choux, aurais-tu peur pour ton entrée en zone 2?

     En zone 2, Nao ne se souvenait pas avoir entendu parlé de zones. Il commençait à marcher, se faisant discret tout en questionnant Ophélia sur ces "zones"

     Et bien dis toi que les régions de Dreamland sont séparées par zones, la 1 étant le "premier étage" disons. Plus tu monte et plus c'est dangereux donc fais attention à toi.

     Mais il ne pût penser une réponse à Ophélia qu'une voix l'interpella, un jeune homme qui devait être un peu plus vieux que lui le rattrapais en cherchant un moyen de partir d'ici, tu parles si il savait il ne serait déjà plus là. Tout s'accéléra alors, une camionnette, des canons puis un électrochoc. Le silence suivit.
     Il sentit du froid, quelque chose de glacé sous ses mains. Il entrouvrit les yeux pour découvrir le carrelage blanc sur lequel il était allongé. Il y avait cet homme qui semblait être un voyageur qui l'avait interpellé et un autre... créature? Surement un être de Dreamland victimes des mêmes kidnappeurs, il ne l'avait surement pas remarqué dans la camionnette. Il se leva tant bien que mal, bravant un énorme mal de crâne et d'énormes douleurs. Un long silence régna pendant qu'ils observaient les lieux. Un laboratoire, étaient-ils des cobayes? Nao vérifia ses bras et son corps, à la recherche de quelconque marque de piqûre. Rien à déclaré mise à part celle provoquée par la fléchette. Il se frotta la tête tout en faisant les cent pas à travers la salle, cherchant la moindre information:

     "J'crois que pour s'éloigner d'ici rapidement, c'est raté. J'propose de faire équipe pour se barrer de là ça vous dit?"

 
     Il chercha à se rouler une cigarette lorsqu'il se rendit compte que le tabac qui était dans sa poche chaque nuit était remplacé par un paquet de Malboro. Il en prit une et l'alluma:

     "Evidemment, un homme d'affaire, ça fume des blonde à sept balles le paquet... En fait, je me présente Nao, vu qu'on va surement devoir faire équipe, autant se présenter"

     Nao souffla sa fumée, cherchant une porte du regard. Il ne prit pas longtemps pour trouver ce qui semblait être la seule porte de la pièce, une toute simple avec un carreau en son centre. Il s'en approcha tout en surveillant par ce hublot si leur ravisseur ou tout autre ennemis potentiels approchaient. Il essaya alors d'ouvrir la porte, mais celle-ci paraissait bloquée. Il força, mais rien n'y faisait. Même en se jetant sur la porte, son poids ne suffisait pas à faire chuter la porte qui était plus solide qu'elle ne le semblait...

     "Et si quelqu'un arrivait à défoncer cette porte, ce serait parfait..."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UC4MsV1eektv8mzROQi4P3xw
AuteurMessage
Messages : 166
Date d'inscription : 25/12/2012

Citoyen modèle
Shad Howl
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 100
Renommée: 252
Honneur: -128
MessageSujet: Re: Les pigeons [pv Nao et Shad] Jeu 10 Déc 2015 - 14:15
- … Tu parles d'un futur Duc Obscur !

En ces quelques mots, le voyageur qui lui servait de compagnon à certains moments avait blessé Shad dans son amour-propre. Il fallait dire que raconter la mésaventure qu'il a eu avec la voyageuse démoniaque ne faisait que prouver sa grande bêtise. Mais ce qui étonna le plus l'ombre fut la réplique suivante :

- Sérieusement, quoi ! Tu te lies d'amitié avec quelqu'un ! Je veux dire, merde, t'es une créature cauchemar, pas un Bisounours ! Montre que tu es quelqu'un à qui on ne la fait pas, bon sang de bonsoir ! Tout ce que je vois, là, en face de moi, c'est un clown qui interprète le rôle d'un méchant dans une histoire pour enfant ! Genre celui qui devient gentil à la fin parce qu'il a vu que faire le mal, bah c'est pas bien !

Faisant les cent pas sur une distance réduite, il continua :

- Moi, quand on me parle de Duc Obscur, j'imagine un type sans pitié, aimant certes jouer avec les gens, mais ces derniers restent des proies, des victimes ou des esclaves. Si un jour j'ai à croiser un Duc, je ferai en sorte de ne pas le froisser pour rester en vie. Et surtout, si on me dit qu'un Duc va venir, je cherche pas, je me barre la queue entre les jambes, en me faisant dessus quoi qu'il arrive. Un Duc, c'est la peur du noir incarnée, c'est de la puissance obscure et mystérieuse. Toi, t'es vraiment l'opposé d'un Duc, actuellement. Tu n'as aucune classe et charisme, tu fais preuve de pitié, tu regrettes même d'avoir tué une voyageuse parce que tu étais quoi ? Son « amie » ! Non, mais, écoutez-le parler ! Franchement, quoi, virez-moi ça, je veux être le serviteur d'un type qui deviendra Duc Obscur et terrorisera Dreamland ! Pas cette espèce de lopette qui fait dans les sentiments. Et que tu ne me parles pas de ta faible puissance ! Tout le monde a commencé bas. Tu peux être impitoyable tout en évitant de te faire tuer contre des mecs plus forts. Il suffit de faire preuve d'intelligence, ce dont tu manques cruellement.

Howl n'avait pas perdu une seule miette de ce que le voyageur semi-permanent disait. Il en avait prit pour son grade sévèrement ; Mais l'ombre était d'humeur à prendre en compte ce que cette personne avait dit. Il n'avait pas tort, l'être des ténèbres était loin d'avoir l'étoffe d'un Duc Obscur comme il se le laissait croire.

Cela fit comme un électrochoc dans la tête de la créature cauchemar. Il réfléchit énormément tandis que le voyageur sans pouvoirs le regardait cogiter, complètement essoufflé par le monologue et les cent pas qu'il venait de faire. Le jeune homme n'insisterait pas sur la bêtise d'avoir tué une voyageuse pour une raison aussi stupide que la sienne, il estimait en avoir déjà dit beaucoup. Reprenant son calme, il lui glissa :

- Vu comme t'es parti, je pense que le travail sera long. Mais je suis sûr qu'il vaut ces efforts. Serviteur d'un Duc Obscur, pour moi qui n'ai pas de pouvoirs, c'est classe. Fais en sorte de ne plus me décevoir à l'avenir.

- Pour ton effronterie, je te crucifierai dans mon temple. Pas tout de suite, car ce que tu m'as dit m'a fait réfléchir. Je te remercie pas, j'avais pas besoin de ça.

_______

C'est donc avec ces nouvelles idées et directives que Shad avait pénétré dans le Royaume de la Main Invisible. Le voyageur sans pouvoirs l'avait mit en garde contre ce royaume, mais il lui avait aussi dit qu'il faisait ce qu'il voulait. Alors Howl avait fait ce qu'il avait voulu. Il était entré dans ce territoire.

Tous ces gratte-ciel lui plaisait. C'était monotone, toujours pareil. Cela sentait la gêne, voire la peur des gens. Une chose positive, selon lui. Des types en costard statuaient devant les entrées des hauts immeubles, l'air mauvais. L'ombre allait bien se plaire ici, pensait-elle.

Un quadricycle noir imposant vint s'arrêter non loin d'elle, lui éveillant une grande méfiance. Il y avait quelques personnes dans les rues, pourquoi elle ? La portière latérale s'escamota vers l'arrière juste assez pour faire passer le canon d'un révolver à tranquillisant qui tira sur lui sans sommation. Manque de chance pour les futurs ravisseurs, le corps de l'être des ténèbres était insensible à ce genre de choses. Alors il arracha la fléchette se son cou avant de forcer l'ouverture de la portière et de planter le dispositif dans la chair la plus proche.

S'en suivit un petit combat contre les deux types à l'arrière du van qui n'étaient pas en train de s'endormir, avant qu'un type côté passager ne parvienne à l'assommer avec la crosse de son pistolet. La créature cauchemar pensa encaisser le coup, mais son corps en avait décidé autrement. Il tomba dans les vapes avant de se faire saucissonner pour être tranquille.

_______

Lorsque l'ombre reprit ses esprits, elle avait encore mal au crâne. Plus par instinct qu'autre chose, elle s'était redressée en position assise en se grattant l'arrière du crâne. En regardant aux alentours, il y avait énormément de bazar, composé d'outils de soutien pour une quelconque recherche, ainsi que des meubles au design sobre et très propres. Shad ne mit pas longtemps avant de se décider à se relever. C'est seulement en position verticale qu'il se rendit compte qu'il n'était pas seul.

Howl détailla les deux énergumènes. Les deux personnages étaient habillés en costume, même si ceux-là avaient moins de prestance que les gardes à l'entrée des bâtiments. Restant silencieuse, la créature cauchemar les observa un moment. C'est alors que l'un d'eux proposa de faire équipe. Mouais, se disait-t-elle, pas sûr que ce soit plus efficace avec de tels énergumènes. Insistant sur le travail d'équipe après avoir dit quelque chose d'incompréhensible terminé par sa présentation, Nao se mit cigarette en bouche dans l'objectif de la fumer. L'être des ténèbres n'avait pas de système respiratoire, mais il était incommodé par l'écran de fumée blanchâtre que cela occasionnait.

Puis, le voyageur se mit en tête de défoncer une porte. La porte, en réalité, vu qu'il n'y en avait qu'une. Secouant doucement la tête en signe d'improbation, il se rappela de ce que lui avait dit le voyageur semi-permanent et garda son calme le plus possible. Étrangement, il réussit à le faire, même en prenant la parole :

- Essaie avec les ustensiles qui traînent partout dans la pièce...

Pour lui montrer l'exemple, il se saisit de quelques scalpels et s'approcha de la porte. Il réfléchit un instant, puis se demanda comment avait-il pu se laisser avoir ainsi ? Quel piètre Duc il ferait, vraiment.

Il enfonça deux scalpels dans le petit creux séparant la porte de son montant, à peu près au niveau du verrou et fit en sorte de les y coincer. Puis, sans crier gare, il saisit un petit meuble en métal et frappa avec violence la porte avec au niveau des scalpels pour faire sauter le verrou. Dans un fracas épouvantable, la porte s'entrouvrit légèrement. Shad : 1, porte : 0.

- C'est ouvert.

Affirma-t-il, non sans fierté dans la voix, en poussant la porte... sans savoir ce qui l'attendait derrière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Zenith
Messages : 863
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des rêves
Corey Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 495
Renommée: 1630
Honneur: 478
MessageSujet: Re: Les pigeons [pv Nao et Shad] Lun 21 Déc 2015 - 14:04


Corey fût un peu plus long que ses camarades d’infortune à reprendre ses esprits entièrement, ils étaient déjà en train d’essayer de trouver un moyen de sortir lorsqu’il se mit enfin debout. Il n’avait pas spécialement envie de se présenter ni de foncer dans le tas, il les laissa donc faire, regardant autour de lui pour comprendre ce qu’ils faisaient là. On ne s’était pas embêté à les enlever pour simplement les déposer dans une pièce mal sécurisée, la raison devait être plus complexe. Il n’eut pas vraiment le temps d’y réfléchir plus longtemps car son camarade de galère, celui qui n’était pas voyageur, de toute évidence, venait de parvenir à ouvrir la porte qui les retenait prisonniers.

« Attends… » Dit l’héliophobe, se fiant à son instinct.

Mais c’était trop tard, la créature avait poussé le battant, déclenchant dans le même mouvement une alarme tonitruante qui se mit à hurler dans tout l’étage. Après coup ça paraissait presque logique, pourquoi les aurait on mit dans une salle aussi peu sécurisée qui n’avait rien d’une prison. Si on avait voulu qu’ils restent captifs, on leur aurait laissé des menottes ou on aurait préféré une pièce bien plus proche d’une cellule. Ceux qui les avaient enlevés tenaient donc à ce qu’ils s’échappent d’une façon ou d’une autre, ou au moins à ce qu’ils déclenchent l’alarme. Le but final de leur ravisseur était bien plus difficile à deviner sans plus d’informations, et surtout, ce n’était peut-être pas le moment d’y réfléchir. Les alarmes et autres systèmes d’alertes avaient la fâcheuse tendance de rameuter tout un tas de gardes et autres hommes de main.

Même si l’intention avait été bonne, le fait d’ouvrir la fameuse porte risquait de leur attirer plus d’ennuis que s’ils étaient restés quelques secondes à analyser la situation. En conséquence le temps de l’étude était passé, laissant place à l’action sous peine de résultats encore pire. Corey déboucha donc dans une espèce de couloir qui desservait plusieurs salles comme celle dans laquelle ils s’étaient réveillés, à part la sirène qui sortait de deux haut-parleurs situés de part et d’autres du corridor, tout semblait calme. Le voyageur prit appui sur le mur pour sauter assez haut afin de dégommer l’enceinte qui lui hurlait dans les oreilles d’un coup de poing un peu rageur. Les tympans un peu soulagés, il se mit à la recherche d’une issue. La plupart des pièces étaient des laboratoires, semblable à celui saccagé dans lequel ils étaient, il y avait aussi quelque salle de réunion ou de pause. Les seules issues semblaient être un ascenseur ou bien une porte avec le logo stylisé d’une volée de marche dessus. Le choix semblait facile, s’ils devaient attendre l’ascenseur, ils avaient tous le temps de se faire tomber dessus par la sécurité des lieux. Il poussa donc la porte de la cage d’escaliers et prit le temps de tendre l’oreille. Comme il le craignait, on entendait le pas lourd et pressé de plusieurs personnes qui montaient des étages inférieurs. La seule option était donc de monter, il communiqua cette information à ses collègues d’évasion.

« Y’a du monde qui monte, on essaie de grimper pour trouver une issue ou on les attends ici pour voir ce qu’ils nous veulent ?»

Il ne savait pas trop quelle solution il préférait, d’un côté il avait bien envie de faire passer l’envie de le capturer en pleine rue à ces types, de l’autre il n’avait pas trop aimé l’expérience de la fléchette. Il était donc plus ou moins soulagé de laisser les autres prendre la décision.

__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 107
Date d'inscription : 16/06/2015
Age du personnage : 19

Habitué
Nao Saez
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 115
Honneur: 10
MessageSujet: Re: Les pigeons [pv Nao et Shad] Ven 8 Jan 2016 - 23:26


Les pigeons

Avec Corey Cole et Shad Howl



    Comme il l'avait demandé, celui qui se rapprochait le moins d'un humain des trois ouvrit la porte sans grande peine. Un sourire en coin commença à se dessiner sur son visage lorsque une alarme se mit à sonner. Bien sur, c'était pourtant si logique... Nao suivit le pas et sorti dans un long couloir. Une étrange sensation l'envahit alors, une énorme chaleur entourait son bras bandé avant de dévorer tout son corps. Le son strident de l'alarme semblait diminuer, laissant un autre son prendre le dessus, des cris. Certains lui semblaient familières, d'autre non. Il n'arrivait pas à comprendre le sens de ces phrases qui semblaient l'entourer. Des gouttes de sueurs commençaient à perler sur son front, il jeta un rapide coup d’œil vers ses deux coéquipiers de mésaventures pour remarqué qu'il ne semblaient pas toucher par cette étrange hallucination.

           "Ophélia, c'est quoi ce bordel? J'ai l'impression d'être le seul touché!"
     Je n'en sait rien, ça ne vient pas de Dreamland en tout cas.

     Ophélia n'en savait pas plus, ce qui n'était pas rassurant...Puis le silence total.
     Nao se redressa, desserrant au maximum son écharpe. L'autre voyageur avait réussi à désactiver l'alarme en peu de temps. Combien de temps avait-il halluciné? Il pensait à une dizaine de minute, mais ce qui l'entourait lui suggéré la dizaine de seconde. Le temps qu'il reprenne ses esprits et jette au sol l'écharpe qui lui portait vraiment trop chaud que les ennuis s'aggravèrent. Leurs agresseurs venaient de l'étage inférieur. Nao préféra oublié ce qui venait de se passer pour rentrer dans le feu de l'action. La seule échappatoire était cet escalier par lequel la menace montait, ce qui n'enchanta pas Nao. Après tout, il n'appréciait pas trop qu'on le kidnappe et n'allait pas cracher sur l'occasion de leur faire comprendre.

     "Perso, j'aimerais bien savoir ce qu'ils nous veulent!"
 
     Dans un couloir, Gabriel était inutile pour combattre, surtout si leur ennemis avaient des projectiles. Millena était tout aussi inutile contre plusieurs adversaires, il n'avait plus trop de solution. De son habituel lumière violette sorti Ophélia, accompagné de ses traditionnels claquement de griffe. Tout ce qui fallait pour ne pas passer inaperçue en somme. Nao pût alors remarqué que le couloir lui permettait de se placer derrière son invocation et de s'en servir de bouclier avec aisance.

     "Faites ce que vous voulez, moi je les attend."

     Au fond de lui, il espérait que les deux autres restent avec lui. Si ils n'avaient donné leur nom, Nao pourrait connaître leur pouvoir. Il n'eut pas le temps d'avoir une réponse que la porte s'ouvrit, laissant rentré trois homme en costume et lunette noire, le cliché universel du sbire en bas de la hiérarchie, armé de pistolets. Sans le savoir, Nao avait la certitude que c'était avec ces armes qu'ils les avaient endormis. A peine était-ils rentré qu'ils se mirent à tirer. Un salve de fléchette se dirigeait vers eux. Nao projeta son index et majeur vers l'avant, propulsant Ophélia entre les assaillants et eux. Après tout, du bois ne peut s'endormir.

     "C'est la dernière fois que tu te sers de moi comme bouclier humain mon choux! "
     "Occupes-toi d'eux à la place de te plaindre pour une fois!"

     Nao leva alors les bras, balançant ses main au rythme des coups tranchants de son pantin. Privé de leur arme, ces adversaires devenait totalement inoffensifs. Même Ophélia semblait s'ennuyer en les combattant. Lorsque les trois étaient hors combat, Nao ramena Ophélia à ses côtés.

     "Ils vont surement pas tarder à en envoyer d'autre, et des plus balèzes, donc si vous voulez y aller c'est maintenant!"

     Il fixait cette fameuse porte par laquelle allait sortir leur prochain adversaire, il ignorait leur nombre ou leur force, il était motivé à combattre. Il ne savait pas si c'était par "goût du sang" ou pour se vider la tête, mais il était prêt à affronter n'importe qui, que leur chef se ramène si il l'osait, il l'attendra... enfin...

     "Après, rien ne vous force à fuir hein, histoire de savoir ce qu'il nous veulent..."

     D'autres bruits de pas arrivèrent, mais ce qui inquiétait vraiment le marionnettiste était le rire qui les accompagnaient...


[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UC4MsV1eektv8mzROQi4P3xw
AuteurMessage
Messages : 166
Date d'inscription : 25/12/2012

Citoyen modèle
Shad Howl
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 100
Renommée: 252
Honneur: -128
MessageSujet: Re: Les pigeons [pv Nao et Shad] Mar 19 Jan 2016 - 19:39
Bravo, Shad ! Tu venais de déclencher l'alarme de pas ta précipitation légendaire ! Ne changeras-tu donc jamais ? Tu te dis quand même que tu as mal géré la chose, encore heureux. Mais tu te poses la question suivante : Pourquoi s'être ennuyé à mettre une alarme de ce genre ? Pourquoi ne pas avoir mit un ou plusieurs gardes ? Pourquoi diable étaient-ils libres de leur mouvement ? Genre, on te laisse libre, mais on met quand même une alarme, des fois qu'on ne voudrait pas que vous vous en alliez. Il y avait des manière beaucoup plus efficaces de garder quelqu'un. Toi, Howl, tu réfléchis beaucoup au pourquoi, mais la raison de cette mise en place bancale t'échappe complètement.

Tu sors donc de la pièce après l'un de tes compagnons à l'air bien plus énervé que toi. Tu le suis sans trop savoir pourquoi vraiment, alors qu'il détruit le crache-bruit qui était fixé haut sur le mur. Sans prêter attention au deuxième de tes compagnons, tu observes les environs. Le couloir à l'air assez vétuste relie d'autres salles comme celle de laquelle tu viens de sortir. Tu le vois par les portes ouvertes. Tu rentres dans l'une d'elles et regarde ce qu'il y a d'intéressant à piller. Tu t'attardes sur du matériel médical, tout d'abord, puis porte ton choix sur un pied-de-biche tordu, posé contre un mur. « Crowbar of Justice ! » aurais-tu pu t'exclamer si tu étais un voyageur ayant une certaine culture vidéoludique. Mais non, tu te contentes de ressortir de la salle, l'air satisfait.

Tu te mets dans l'optique de chercher tes deux comparses de la nuit afin de leur montrer ta trouvaille. Mais c'est alors que tu remarques que quelque chose bouge dans un recoin du couloir principal. Tu t'en approches avec méfiance, serrant ton outil dans la paume de tes mains, essayant de deviner ce que c'est. Ça gigote, c'est long, mou et visqueux, c'est un tentacule. Ni une, ni deux, tu le titilles avec ton pied-de-biche de la justice pour voir ce que ça pourrait faire. Au moment où tu allais t'exclamer sur la drôlerie de la chose, celle-ci se saisit de ton bâton métallique, te l'arrache des mains et te le lance en pleine tête. La douleur occasionnée n'a d'égal que l'étourdissement qui s'en suit.

Te redressant sur tes jambes tant bien que mal, tu réfléchis un instant avant de te ressaisir de ton outil rougeoyant comme tout. Tu regardes alternativement l'objet dans ta main et le tentacule gigotant comme s'il riait de toi. Inspirant longuement avant de céder à la colère, tu te masses le crâne et saisit fermement ton ustensile très dur et viens frapper violemment le tuyau proéminent duquel sortait la chose remuante et gluante.

Contre ton attente, le tentacule grandit légèrement avant qu'une sorte de mini fille-limace bizarre ne s'extirpe de là. Elle était marron en haut, sa partie humaine. Sa queue blanc crème salie par la poussière mesurait environ une cinquantaine de centimètres bien tassés. Les yeux de la créature se confondaient avec la couleur de sa peau du visage, qui avait l'air plus durcie que le reste du corps. À la place de cheveux, il y avait d'autres tentacules plus courts, noirs. Le tout était incessamment couvert d'une sorte de bile/bave translucide. Chouette ! L'ombre que tu es s'exclamait ainsi intérieurement, une bestiole qui avait l'air sympathique. D'ailleurs, celle-ci se mit à s'exprimer dans un langage proche du compréhensible, avec une bouche repoussante pour un humain :

- Tu m'as décoincée. Je te remercie. Désolée, pour le coup dans la tronche, je pensais que tu voulais me dévorer.

- … Pas de quoi, je suppose ? Viens, je dois retrouver deux gugusses. Tu m'as fais perdre un peu de temps.

- Encore désolée.

Elle t'inspirait presque la pitié, tu te demandais ce qu'elle faisait là, si elle était forte et si elle avait bon goût. Non pas que tu puisses la manger réellement, mais tu pourrais la mettre en bouche en temps voulu. Tournant les talons toujours équipé de ton pied-de-biche, tu viens vers les escaliers car tu y as entendu du remue-ménage.

Et quel remue-ménage ! Il y avait des corps jonchant le sol du palier et d'autres allaient sûrement arriver, d'après toi. Marchant sans ménagement sur les corps inconscients des ennemis de tes deux compagnons nocturnes, tu commences à monter les escaliers, nonchalamment, suivi au train par ta nouvelle bestiole de compagnie. Sans te retourner, tu lances à qui veut bien l'entendre :

- Bon, c'est pas tout ça, mais je me barre, personnellement.

Tout en gravissant les marches, tu te rends compte que tu ne sais pas du tout où tu vas, mais peu t'importait, à ce moment-là. Tu montes six étages avant de vouloir pousser les portes fermées de cet endroit. Saisissant ton outil comme il se doit, tu forces les portes et y parvient en tordant un peu plus ce pauvre machin dur tout rouge déjà bien abîmé.

De l'autre côté, tu trouves un labyrinthe de bureaux de scientifiques quasiment flambant neuf . Mais pas le temps d'admirer, tu te planques dans un coin sombre à ta portée et fond dedans grâce à ton fondu d'ombre. Il était peut-être temps de la jouer infiltration.

- C'est bizarre, j'ai cru entendre beaucoup de bruit, par ici…

On venait, tu l'entendais ! La petite créature s'était déjà emboîtée dans un tuyau servant sans doute d'aération, pensais-tu. Au final, tu n'en avais aucune idée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Zenith
Messages : 863
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des rêves
Corey Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 495
Renommée: 1630
Honneur: 478
MessageSujet: Re: Les pigeons [pv Nao et Shad] Mar 2 Fév 2016 - 13:44


Apparemment l’autre humanoïde semblait bien décidé à ne pas fuir devant le danger, Corey se dit donc qu’il était probablement devenu voyageur peu de temps auparavant. L’expérience avait appris à l’héliophobe que la curiosité était souvent un vilain défaut, dans ce monde où tout était possible, quelques secondes au mauvais endroit pouvaient signifier la fin. Il voulut lui expliquer son point de vue sur la question pour l’encourager à monter avec lui, mais c’était trop tard, ils avaient déjà perdu trop de temps. Trois hommes de main firent leur apparition, équipés de pistolets à fléchette qui ressemblait à celui qui avait été utilisé contre eux quelques heures plus tôt. Ils semblèrent un peu surpris de tomber sur les deux voyageurs mais se reprirent rapidement et voulurent leur tirer dessus. Corey allait se mettre en mouvement mais son allié de circonstance le prit de vitesse en invoquant une sorte de créature étrange. Au départ le geek cru qu’il s’agissait d’une femme, mais il comprit en la voyant bouger que c’était une sorte de pantin ou de mannequin que l’invocateur pouvait contrôler en bougeant les doigts. Elle vint rapidement à bout des sbires, à l’aide d’une longue griffe à l’air redoutable et revint vers son propriétaire.

** Pas mal … ** Commenta mentalement l’héliophobe, au sujet de la technique et de la plastique de la marionnette.

Le voyageur semblait fermement décidé à attendre les prochains arrivants ce que le geek avait du mal à comprendre. Il hésita quelques instants, entre suivre la créature des rêves qui venait de passer, suivi d’une sorte de limace semi-humaine et qui annonça qu’elle s’en allait. Il savait que c’était probablement le bon comportement mais il avait du mal à laisser un jeune voyageur se jeter dans la gueule du loup. Après avoir fait un pas en direction des étages il fit demi-tour et s’adressa à l’invocateur.

« Ecoute je sais pas si t’es plus puissant que t’en as l’air, mais en tous cas, c’est du suicide d’attendre ces mecs. Ils ont des armes anti-voyageur et ont probablement des spécialiste de leur maniement dans leurs rangs ou même des voyageurs puissants à leur botte.

Je sais pas trop ce que tu espères, ils n’avaient pas l’air très ouverts au dialogue. »
Le rire se faisait plus proche et rendait l’envie de s’enfuir plus pressante. « Allez, viens avec nous… »

Mais c’était trop tard, il n’eut pas le temps de finir sa phrase que déjà les portes, qui s’étaient refermées automatiquement après le passage des trois premiers gardes, volaient dans leur direction. L’héliophobe se baissa pour esquiver l’une d’entre elles qui fonçait dans sa direction et lorsqu’il se redressa, il aperçut un personnage étrange, probablement pas un voyageur, encadré par deux hommes de mains ressemblant aux premiers. Il s’agissait d’une créature des rêves assez petite, au physique proche de celui d’un humain petit et légèrement bedonnant. Son costume sombre, taillé sur mesure, était de bonne facture et probablement assez cher, il portait aussi un haut de forme noir brillant et des souliers vernis. Le tout était gâché par une chemise à carreaux aux couleurs criardes, mélange d’orange et de rouge, et une cravate violette. Le tout lui donnait un aspect loufoque, mais étrangement il dégageait une impression de danger malgré son rire de forcené. Il s’amusait à faire tourner une sorte de club de golf rose, qui de loin semblait être en plastique, il avança de quelques pas et, après un dernier éclat de rire, s’adressa aux deux voyageur.

« Hé hé hé, c’est eux les intrus ? Ça devrait aller vite alors ! » Commenta-t-il.

Il sortit de sa poche une balle de golf, légèrement plus petite et surtout, étonnamment, en métal, et la lança en l’air à quelques centimètres devant lui. Alors qu’elle redescendait rapidement, il la frappa d’un mouvement souple de son club de golf, au lieu du son un peu creux auquel s’attendait Corey, la bille de métal fusa soudainement droit sur lui. Il se jeta sur le côté, par pur réflexe, juste à temps, le projectile s’écrasa dans le mur derrière lui et le transperça sans forcer. L’héliophobe ne savait pas trop si il avait halluciné, mais il avait même l’impression que le mur suivant avait lui aussi été transpercé. Surpris, il n’avait pas vu que son ennemi était déjà en train de se saisir d’une autre balle et s’apprêtait à la jeter en l’air. Il voulut tirer un rayon avec son pouvoir mais les deux sbires avaient sorti leurs armes bizarres et il dut interrompre son attaque pour esquiver une série de fléchette. L’autre avait jeté la balle en l’air et il s’apprêtait à la frapper en direction de Nao cette fois.

__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 166
Date d'inscription : 25/12/2012

Citoyen modèle
Shad Howl
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 100
Renommée: 252
Honneur: -128
MessageSujet: Re: Les pigeons [pv Nao et Shad] Mer 13 Avr 2016 - 16:10
Les bruits de pas se rapprochaient, tu le sentais, tu l'entendais. Un groupe d'au moins trois personnes venait dans ta direction. Tu attendais aussi tranquillement qu'eux se déplaçaient, il fallait la jouer plus fin, cette fois-ci. C'est alors qu'un homme s'exclama :

- Ciel ! La porte est ouverte ! Que s'est-il passé ?
- Elle a été forcée, conclut une femme d'âge moyen.
- Ouvrez l’œil ! Il y a quelqu'un d'étranger au service dans les parages ! Renchérit un vieil homme à la longue barbe nouée.

C'est ça, allez chercher ailleurs, pendant que je me barre, te disais-tu. La femme regarda dans vaguement dans ta direction, sans vraiment te fixer avec de claquer dans ses mains pour ordonner aux autres de se dispatcher. Pendant un instant, tu avais cru qu'elle avait pu percer ton pouvoir, mais apparemment non.

Le silence revenait subtilement à mesure que les bruits de pas affolés s'estompaient. Ces idiots, te disais-tu, n'ont pas pensé non plus à passer par la porte pour tomber sur les deux autres. Ça aurait été ballot pour eux, mais tellement, tellement rigolo. Tu imaginais leurs visage au moment où ils se verraient encerclés par des sortes de scientifiques. Rien que cette pensée te motiva à te mouvoir de là où tu te trouvais.

La petite créature ressortit enfin de son tuyau, tu l'avais déjà oubliée, celle-là. Elle se mit à te chercher des yeux. Elle n'avait apparemment pas vu où tu étais passé, ce qui n'était peut-être pas plus mal, cela avait sans doute garanti l'intégrité de ton camouflage. Tu te reformes sans tarder, surprenant la demi-limace blanche et marron. Tu poses un doigt sur ta bouche pour lui faire signe de se taire, cette bestiole approuve d'un hochement de tête vigoureux. Tu regardes à gauche et à droite de ta cachette, puis vers le haut. Pour t'enfuir, tu ne passerais pas par les couloirs, te disais-tu, bien trop voyant. Tout était blanc, quasiment… Tu étais tout noir… Quasiment.

Alors tu te jetas sur le mur derrière toi pour y grimper. Tu l'escaladas avec une certaine facilité de par ton léger corps et tes griffes d'ombres sorties. Puis, tu regardas aux alentours, sur le toit du préfabriqué sur lequel tu te trouvais. Il y avait des installations, au dessus de toi, ressemblant à un amas de barres enchevêtrées sans aucun sens pour toi. Tu l'ignorais, mais il y avait aussi quelques caméras pour surveiller les couloirs.

Tu grimpas à ces barres qui, plongées dans le noir, serviraient plus à te camoufler que sous les néons des préfabriqués. Rentrant tes griffes, tu saisis une barre et t'y hissas sans sommation. Tu te retournas vers la créatures pour voir ce qu'elle faisait et lui fit signe de monter. Celle-ci sauta d'un seul bond dans ta direction et s'écrasa sur ta poitrine, occasionnant un déséquilibre. Tu essayas de te rattraper comme tu le pouvais, tu chutas de ta place, emportant la créature, le plafond du préfabriqué, la lumière accrochée ainsi qu'une caméra de sécurité, le tout dans un fracas épouvantable. Tu juras avoir entendu un cri en même temps, mais tu étais un peu sonné.

Tentant de te relever, tu sentais qu'il y avait des bouts de néon enfoncés dans la peau de ton cou, faisant s'échapper un peu de matière noire gazeuse. Quelque chose vint te plaquer contre le sol et ta vue brouillée ne te permettait pas de savoir ce que c'était. Encore cette bestiole ? Te demandais-tu. Tu t'empressas de saisir se qui se trouvait sur ton corps et sentis vite que c'était un bras à la température anormale pour une personne lambda. Ne voyant toujours rien, tu sortis tes griffes pour tenter de lacérer ce bras bloqueur, mais celui-ci pouvait voir ce que tu comptais faire et tu ratas lamentablement.

- Tiens donc, quelle étrangeté que la présence d'une créature du royaume obscur en ces lieux.

Tu en étais persuadé, désormais, il s'agissait d'une femme. Quelle force, pour une femelle ! Tu tentas de te redresser à nouveau, mais cette fois, ce fut un talon aiguille qui te retint au sol avec une force d'écrasement telle que le talon te faisais trop souffrir poutr faire autre chose que gémir de douleur et essayer de repousser la jambe. Tes griffes ne semblaient pas pénétrer la peau de cette rombière.

Ta vue revint peu à peu alors que tu épuisais toutes tes forces. Elle était fièrement campée avec une jambe sur ton ventre, les bras croisés à te regarder. Tu ne voyais pas son air, mais tu sentais sa respiration chaude d'ici. La peau de ses jambes était rougeoyante et montaient assez haut sous une jupe blanche entourée d'une blouse assortie. Tu oyais tout de mieux en mieux, ta vision d'ombre t'offrait les moindres détails de sa culotte noire. Cependant, tu étais loin de tout ça, tu la regardais dans les yeux dépassant d'une poitrine très fournie. Encore un truc handicapant, te disais-tu, alors que la force d'écrasement s'intensifiait.

Non loin, tu entendais de nombreux bruits de pas de trot se rapprocher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Zenith
Messages : 863
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des rêves
Corey Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 495
Renommée: 1630
Honneur: 478
MessageSujet: Re: Les pigeons [pv Nao et Shad] Lun 25 Avr 2016 - 13:23


L’étrange ennemi continuait de tirer ses balles surpuissantes sur les deux voyageurs alors que ses acolytes empêchaient l’héliophobe d’utiliser correctement son pouvoir pour les repousser. Il savait que s’il était touché par une seule de ces fléchettes, ce serait fini pour lui, il était donc obligé de privilégier l’esquive à l’attaque. Heureusement l’autre voyageur avait l’air assez débrouillard pour monopoliser l’attention du malade au club de golf. Le geek n’aurait probablement pas pu faire face aux trois ennemis simultanément et il aurait fini par être touché par un des projectiles. Au choix, même si ils étaient bien plus destructeurs et dangereux, ceux propulsés par le club rose étaient probablement moins dangereux que les autres. Il aurait pu continuer à se battre avec un bras en moins, mais si une seule de ces petites fléchettes le touchait, il n’aurait pas de seconde chance.

Les deux gorilles s’étaient fait plus précautionneux dans leurs tirs, preuve qu’ils n’avaient pas un nombre de munition illimité, et le voyageur sut qu’il ne tarderait pas à avoir l’occasion qu’il guettait. Les deux hommes de main jetèrent un regard à celui qui était probablement leur supérieur, comme pour voir si il allait leur venir en aide. Corey sut que c’était sa chance, il envoya un rayon appuyé qui toucha le premier en plein torse et enchaina rapidement avec un second tir qui toucha le second à l’épaule, le mettant hors-jeu pour l’instant. Le geek voulu affronter l’ennemi restant aux côtés de l’autre voyageur mais ce dernier lui cria de partir devant. Il semblait penser être en mesure de retenir la créature des rêves pour donner une avance à l’héliophobe qui hésita encore un peu avant de saisir l’opportunité. Il finit par se retourner et se jeter à l’assaut de la volée de marche suivante, même si fuir vers le haut du bâtiment ne lui plaisait pas vraiment.

Il mit rapidement un étage supplémentaire entre lui et le combat, puis essaya de pousser la porte qui était malheureusement fermée comme les suivantes. Il continua de monter jusqu’à ce qu’il en trouve une ouverte, dans la précipitation il ne remarqua même pas qu’elle avait été forcée. Le battant révéla un nouveau couloir qui desservait différents laboratoires, certains ressemblaient fortement à celui dans lequel ils s’étaient réveillés, plus tôt dans la nuit, d’autres étaient plus spécialisés. Certains avaient des gros engins qui ressemblaient presque à des IRM du monde réel, d’autres semblaient destinés au stockage et à la manipulation de cobayes. Sans vraiment y réfléchir, l’héliophobe avança vers cette dernière pour jeter un coup d’œil aux malheureuses créatures enfermées. Il y en avait pour tous les gouts, des sortes de souris, mais avec une trompe et de grandes oreilles, des lézards à fourrure rose, des criquets de plus de dix centimètres et encore tant d’autres espèces étranges. Il y avait même de grandes cages, dont Corey avait un peu de mal à voir les occupants, mais une chose était sûre c’est que tous ces êtres transpiraient le même sentiment d’angoisse et de tristesse.

Absorbé dans sa contemplation de toute cette misère il ne vit même pas un laborantin s’approcher de lui, un taser en main. Ce n’est qu’au dernier instant qu’un reflet attira l’attention du voyageur, il se jeta sur le côté mais l’autre avait eu le temps d’amorcer le mouvement en enclenchant l’arc électrique. Même si son esquive lui avait permis d’éviter une exposition prolongée au courant électrique, son flanc avait tout de même été touché. La paralysie provoquée par le coup de jus fut brève mais elle toucha tout de même tous le côté gauche de son corps. Il se força à réagir alors que son agresseur appelait des renforts en criant.

«J’ai trouvé l’intrus, par ici !»

Il s’aperçut que le voyageur n’était pas aussi sonné que ce qu’il avait cru et voulu lui remettre un coup de son arme paralysante mais cette fois Corey l’avait vu venir et, poing fermé, il lui frappa dans l’avant-bras qui tenait le taser. Le coup ne fût pas assez puissant pour lui faire lâcher prise sur l’objet mais il avait permis à l’héliophobe de se redresser pour éviter la tentative d’électrocution suivante. Cette fois il contre-attaqua avec un rayon solaire qui toucha le savant à l’épaule, laissant un rond noir dans sa blouse blanche. Sous le coup de la douleur, il laissa tomber son arme et le voyageur profita de l’occasion pour le saisir par le col et le faire pivoter. Profitant de la vitesse du mouvement, Corey le propulsa contre la vitre qui les séparait du laboratoire dans lequel il regardait avant d’être agressé. Malgré la solidité du verre, il se brisa lors de l’impact et le malheureux finit la course contre des cages qu’il renversa au passage. Le voyageur entendait les pas des renforts, il sut qu’il n’avait pas beaucoup de temps. Il passa sa main par l’ouverture ainsi crée et déverrouilla la porte du labo depuis l’intérieur, une fois entré il ne perdit pas de temps et fonça vers les plus grande cages, il constata que les créatures qu’elles renfermaient était encore plus étrange que ce qu’il pensait.

Il y avait à nouveau à boire et à manger, une espèce de tapir croisé avec un crocodile, une fourmi géante mais à l’apparence complètement inoffensive, un chimpanzé avec la tête d’un coyote ainsi qu’une créature à l’apparence quasi-humanoïde qu’il prit pour un Schloupix, créature du royaume de la paresse. Il s’empressa d’ouvrir les cages et invita les animaux à en sortir, il espérait qu’ils aient une dent contre leurs geôliers et qu’ils lui offriraient ainsi une diversion bienvenue.

__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 166
Date d'inscription : 25/12/2012

Citoyen modèle
Shad Howl
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 100
Renommée: 252
Honneur: -128
MessageSujet: Re: Les pigeons [pv Nao et Shad] Ven 6 Mai 2016 - 14:45

Sans que tu ne saches vraiment pourquoi, la cavalerie qui t'était promise ne vint pas. Mieux que ça, certains individus la composant passèrent simplement devant l'entrée pourtant ouverte de la salle à moitié détruite. Quelqu'un d'autre devait attirer plus d'attention que toi ; de ce simple fait, tu te sentis un peu humilié. Humilié, car quelqu'un était considéré comme une plus grande menace et nécessitait toute l'attention. Humilié car une seule personne le retenait par terre ainsi.

_______ Changement de point de vue _______

Cette craie, je l'avais récupérée il y avait de cela quelques temps déjà. Je ne savais plus lequel de ces drôles de loustics tortionnaires à la peau multicolore tendant sur le blanc l'avait fait tomber en gribouillant quelque chose sur le mur noir de cette pièce trop sèche, toujours était-il qu'elle était mienne, désormais. Je m'en étais servi au départ pour dessiner ce qui me passait par la tête... mais j'avais très vite rempli le bas de la cage ; les barreaux étaient trop petits pour dessiner quoique ce soit, mais à la fois trop gros pour éviter d'être tordus par mes soins.

Et puis, qui sait combien de tortionnaires je n'avais pas encore vu qui me feraient la peau une fois sorti.

J'avais décidé alors de tracer des traits. Ces traits représentaient le nombre de nouveaux humains à moitié blancs que je voyais. Le nombre pourrait alors m'aiguiller lors d'une éventuelle escapade dans les locaux. Arrivé à peu près à 40, je me rendis compte qu'il y en avait plus que ma craie ne pouvait en supporter. Même si on était à Dreamland, les craies ne se renouvelaient pas, apparemment. N'empêche, c'était fou de se dire qu'on était enfermés là alors que Dreamland était si vaste ! Cela faisait longtemps que je n'avais pas revu ces plaines vertes et mes compagnons.

Je n'avais plus de craie pour compter ce nouvel arrivant qui nous observait simplement à travers une vitre. Un vraiment nouveau, car il n'avait pas la même tenue que les autres. L'un de ses yeux étaient fermé avec un symbole dessus. C'était curieux et unique en même temps. Puis, je vis arriver tortionnaire blanc #25 qui sembla agresser le nouveau venu. Il avait oublié sa clé ? De ce fait, on le punissait ?

- J'ai trouvé l'intrus, par ici !

… Ou peut-être était-ce un indésirable, après tout. La suite s'enchaîna assez vite, de mon point de vue. L'intrus balança un peu de lumière sur le vingt-cinquième tortionnaire blanc pour vint le faire passer à travers une vitre de la salle avant de le faire claquer contre des cages de mes camarades de prison. Waouh ! C'était le truc le plus incroyable qui venait de se passer devant mes yeux depuis bien trop longtemps ! Il était ce que les autres nommaient un « voyageur », ça décoiffait ! Enfin, je n'avais pas de cheveux vraiment, mais peu importait.

Le jeune humain ouvrit la porte alors que je sentais venir une véritable troupe de tortionnaires blancs. Les cages s'ouvrirent alors les unes après les autres de par la main du voyageur. Il déclencha alors mon plan de sortie... qui n'était pas bien fourni, en fait. Arrivé à la mienne, je sentais son demi-regard me trouver un air inoffensif. Ne trouvant pas ça très drôle, je sortis tout de même de la cage pour me dégourdir les six pattes, avant de m'adresser au voyageur d'un sifflement de voix :

- Merccci à toi, voyageur. Je commençais à croupir là-dedans.

Je me dirigeai alors vers le tortionnaire numéro 25 qui commençait à reprendre ses esprits et lui brisa aisément la nuque avec mes puissantes mandibules de fourmi. Saviez-vous que la fourmi peut, en général, soulever cent fois son poids alors qu'elles ne font que quelques millimètres de long?C'était aussi mon cas. Sauf que moi, je pesais environ huit kilogrammes, je vous laisse calculer alors la poids approximatif que je pouvais soulever. J'aurais pu aisément arracher la tête de ce type si telle avait été mon intention. Je voulais juste l'empêcher de bouger à nouveau et nous mettre en danger. D'ailleurs, je fis de même avec l'appareil servant à maîtriser les êtres à peau tendre.

Puis, vint alors la cavalerie des tortionnaires blancs. Vérifiant du coin de mes yeux la position du voyageur-sauveur, j'entrepris alors d'utiliser ma force pour les mettre hors d'état de nuire, aidé apparemment par 80 % des animaux en cage qui n'avaient pas envie de retourner en cage ou avaient gardé rancune forte contre leurs esclavagistes.

_______ Pendant ce temps... _______

Tu entendais du grabuge non loin, alors que celle qui te maintenait au sol relâchait sa pression, apparemment frustrée que personne ne se soit arrêté pour lui venir en aide. Ni une, ni deux, tu lanças une boule d'ombre dans la figure de la donzelle qui ne put pas éviter à cette distance et focalisée sur autre chose. Comme elle tomba en arrière, tu en profitas pour te relever et te débarrasser des bouts de verre coincés dans ta peau en les jetant sur elle. Un petit mouvement d'auto-protection attisa ta perversion pour la torture. Tu ne comptais pas la laisser s'en tirer ainsi après l'humiliation que tu avais subie.

Tu sortis alors tes griffes d'ombre et lui sautas dessus afin de la lacérer sans vergogne. Mais elle te repoussa avec ses longues et puissantes jambes. Tu pris ton envol, toi qui ne pesais qu'une petite vingtaine de kilogrammes, avant de passer par-dessus un bureau et d'en retirer ce qui y était posé.

- Haha ! Sale greluche !

Criais-tu à son attention, complètement accaparé par ton envie de lui faire payer. Tu lui lanças un casier plein d'outils de torture vers la figure, mais celle-ci se contenta de le balayer d'un revers de bras avec une force certaine. Elle plaça une main sur les griffures qui avaient entamé sa peau rougeoyante, laissant échapper des petites étincelles à la place de sang. Elle avait un tempéramment de feu !

Mais le brouhaha environnant commençait à se rapprocher de nouveau, tu commençais aussi à entendre des cris de terreur. Quoi ? On faisait la fête sans toi ? La femme déchira le côté de sa jupe et se mit en position de combat, prête à te défoncer la tronche à coup de patates et de tatanes. Tu n'allais pas te laisser faire, mais tu ne comptais pas non plus l'attaquer de front. Alors tu courras le plus vite possible vers la porte d'entrée et en sortis.

Tu pus voir alors le chaos animalier qui s'offrait devant toi. Il y avait des scientifiques allongés par terre, en sang, accompagnés de corps d'animaux oniriques. Mais d'autres spécimens étaient bien debout, en train de se combattre les uns les autres. Alors tu fonças vers eux sans chercher à comprendre et, prenant appui sur l'un des hommes en blouse blanche, tu sautas sur le plafond d'un autre préfabriqué et allas te réfugier dans les poutrelles de soutènement. Te fondant dans l'ombre, tu pus voir une femme rougeoyante rager, focalisée sur ton lieu de disparition au lieu de ce qui se passait en bas. Tu espérais que la bougresse se fasse happer dans le combat.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Zenith
Messages : 863
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des rêves
Corey Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 495
Renommée: 1630
Honneur: 478
MessageSujet: Re: Les pigeons [pv Nao et Shad] Mar 10 Mai 2016 - 16:09


Le jeune cru un instant que la fourmi géante avait décidé de faire de lui son casse-croute, il ne savait pas vraiment si elle était coriace mais en tous cas il n’avait pas de temps à perdre avec ça. Il comptait sur les captifs pour lui permettre de détourner l’attention des scientifiques mais s’ils se retournaient contre lui, les libérer aurait été une grave erreur. A sa grande surprise la créature sembla reconnaissante et il crut même qu’elle allait le remercier. Ce qu’elle fit, à sa grande surprise, quelques secondes plus tard d’une voix sifflante. Après tout à Dreamland, une fourmi de près d’une dizaine de kilos douée d’intelligence et de parole ce n’était même pas étonnant mais il avait encore du mal à s’y faire.

« De… De rien… » Répondit-il même pas vraiment sûr qu’elle l’ai entendu.

Elle était déjà passée à autre chose et s’était assurée que le type qu’il avait fait passer à travers la vitre ne se relève jamais. Il grimaça devant la scène mais il n’avait pas le temps de s’attarder, il ouvrit rapidement les quelques cages encore verrouillées et se joignit au flot d’anciens prisonniers qui sortait de la pièce. Il arriva alors que la mêlée avait déjà commencée, il n’avait pas vraiment envie de prendre part à cet affrontement qui n’était pas vraiment le sien mais il se retrouvait plus ou moins obligé. L’aversion qu’il ressentait contre toute forme d’esclavagisme ou de capture d’êtres vivants innocents, l’aida à se motiver pour se lancer dans le bal. Un des hommes en blouse blanche parvint à se débarrasser d’un gros rat à cornes et se jeta sur l’héliophobe qui le réceptionna d’un uppercut bien appuyé droit dans le creux de l’estomac. Il s’en débarrassa ensuite avec un crochet qui l’envoya s’affaler contre le mur. Ces types étaient des cérébraux, une fois privé de leurs armes de fortunes ils n’étaient plus vraiment une menace pour un voyageur expérimenté comme lui. Il utilisa son pouvoir pour mettre hors d’état de nuire une femme d’âge moyen qui faisait un carnage avec un pistolet à fléchettes paralysantes. Il croisa ensuite le regard d’une autre femme, plus jeune et plus attirante, mais qui avait l’air furieuse, elle sembla ne pas le voir au début, puis soudain il devint le centre de son attention mais ça n’avait rien de rassurant.

Elle lui fonça dessus sans prévenir, criant de frustration et ignorant totalement tous ceux qui étaient entre elle et lui. Les malheureux qui n’étaient pas assez rapides pour s’enlever de son chemin étaient envoyés valdingués par ses longues jambes effilées. Corey dû lutter pour rester concentrer car son regard était irrémédiablement attiré par la jupe déchirée qui était remontée assez haut et ne cachait plus grand-chose. Vu la facilité avec laquelle elle avait écarté les gêneurs de son chemin, il devina qu’elle n’était pas à prendre à légère, les étincelles qui sortaient parfois des blessures qu’elle avait aux avant-bras n’étaient pas très rassurantes non plus. Il aurait voulu laisser de la distance entre elle et lui mais c’était trop tard, il essaya de gagner du temps en la baratinant.

« C’est quoi votre problème ? » Il commençait à en avoir sa claque de cette nuit. « On nous capture, on se réveille ici, on essaie de nous butter… »

Elle ne l’écoutait absolument pas et il s’en rendit compte trop tard, lorsqu’elle lui décocha un revers de la main qui l’envoya contre le mur lorsqu’il essaya de le parer avec son avant-bras. Elle lui décocha un regard triomphant alors qu’il se redressait en essayant de récupérer son souffle.

« Je ne sais pas de quoi tu parles et je m’en fous. Toi et ton pote du royaume obscur vous venez foutre la zone, je vous éclate c’est aussi simple que ça. »

Sans autre forme de procès elle essaya de lui coller un nouveau coup de pied qui lui aurait probablement brisé quelques côtes s’il ne s’était pas propulsé en arrière juste à temps. Elle bougeait vite et frappait fort, il faillit ne pas pouvoir esquiver le nouveau revers qu’elle lui colla pour tenter de garder l’avantage. Ce n’est qu’en reculant une nouvelle fois et en lui laissant un temps d’avance qu’il avait pu éviter d’être touché. Ils étaient conscients que s’il n’inversait pas la tendance elle finirait par trouver une faille ou il ferait une erreur qu’elle s’empresserait d’exploiter. Encore une fois, il fût frôlé par le tibia de la belle, lancé droit vers sa tête à toute vitesse, mais pour l’esquiver il avait dû se mettre en déséquilibre et il n’aurait jamais le temps d’échapper à l’attaque suivante. Il se préparait à recevoir un sale coup de la part de cette beauté fatale, mais il ne vint pas, la jeune femme avait soudain était distraite par une mandibule qui s’était refermée sur sa cheville.

« Bien joué ! » s’exclama Corey en se reprenant.

La fourmi risquait de prendre cher mais elle lui offrait une possibilité de reprendre l’avantage dans cet affrontement.

__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 166
Date d'inscription : 25/12/2012

Citoyen modèle
Shad Howl
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 100
Renommée: 252
Honneur: -128
MessageSujet: Re: Les pigeons [pv Nao et Shad] Ven 13 Mai 2016 - 11:58
[justify]Après une dizaine de secondes d’inactivité, tu reformais ton corps comme à l’initiale pour porter ton regard en contrebas. À ta joie, tu pus voir que la bougresse était en proie à un combat contre quelqu’un. Dès que tu te rendis compte que ce quelqu’un était ton compagnon de captivité, tu réfléchis à un plan pour l’aider. Mais… tu voulais aussi voir de quoi le voyageur était capable. Peut-être qu’il était surpuissant, auquel cas, ça serait plus qu’intéressant à regarder.

Tu te concentras sur le petit combat entre la fille à la peau rougeoyante et le voyageur. Au départ, il te semblait plutôt unilatéral… voire carrément unilatéral. Le garçon se défendait tant bien que mal face aux coups monstrueux de son adversaire féminin. Le premier tenta même d’entamer la conversation entre les deux, sans doute pour essayer de calmer le jeu. Se sentait-il si inférieur que cela, celui-ci ? Évidemment, la greluche ne voulut rien entendre et reprit de plus belle son envie de détruire son ennemi à gros coups.

Tu vis alors que ce dernier était en fâcheuse posture. Mais au moment où un coup fatal allait tomber, quelque chose l’empêcha de terminer sa course. Quelque chose au sol, au niveau de la cheville ; plantée dedans. Mais qu’est-ce que ce truc venait faire là ?!

_______ Changement de point de vue _______

Cette bataille était loin d’être la plus violente, sanglante et efficace que j’aie connu de ma vie de moi, mais tout de même, elle avait un enjeu au moins aussi important que d’autres. Me faufilant entre les premiers corps j’approchais des tortionnaires blancs le plus discrètement possible pour les empêcher de manipuler leurs outils à l’aide de mes mandibules. J’avais vite remarqué qu’un humain ne se relevait pas en lui broyant la zone entre la tête et l’abdomen. Je ne suis pas vraiment une combattante, alors il fallait que j’utilise le moins d’énergie possible.

Après quelques exécutions sommaires, je me rendis vite compte que j’étais la seule créature encore en état physique ou moral de me battre. Je cherchais le voyageur, il avait disparu de mon attention, mais je le retrouvai vite. Il était dans un combat avec un autre gredin. Celui-ci me paraissait étrange et plus fort, mais qu’importait. Je m’en approchais le plus discrètement possible. Mes instincts me disaient de faire attention. Plus que quelques centimètres… Allez, encore un bout… PAF !

J’avais ceinturé les os de la cheville de cette ennemie. C’était bizarre, il y avait plein de petites boules orangées qui sortaient de la plaie et mes mandibules me semblaient très chaudes. La créature porta son attention sur moi au moment où je me penchais en arrière vivement. Son corps assez lourd au final se souleva du sol et balla en arrière. J’avais l’intention de claquer cette personne sur le sol derrière moi afin de la mettre hors d’état de nuire.

Mais quelque chose me souleva moi. Je ne compris jamais ce qui s’était passé mais je me retrouvai vite les mandibules encastrées dans la paroi d’un mur, complètement déboussolée. De plus, je n’arrivais pas à me déloger de là.


_______ Pendant ce temps… _______

Tu vis donc une fourmi mordre allègrement la femelle rougeâtre. Peu après, elle entreprit de la faire tomber en la soulevant après ce qui te semblait une satanée prouesse de force. Mais la femme ne se laissa pas démonter pour autant. Prenant appui sur ses mains, elle effectua une violente roue qui envoya, d’un mouvement sec de la jambe prisonnière, la fourmi balader quelques mètres plus loin.

De la cheville de la combattante rougie, sortaient des étincelles de grand envergure, un peu comme lorsque l’on limait du métal avec une lime tournante à grande vitesse. Tu la voyais souffrir devant toi, se tenant la cheville, incapable de bouger. Tu ne pus t’en empêcher, tu souris grandement et il te vint une idée.

Tu entrepris de sauter depuis ta planque pour plaquer la femme au sol. D’un bond, tu plaquas ta victime sur le sol et entrepris de la rouer de coups pour l’empêcher de te dégager de là. Tu ne savais pas si elle allait répliquer, ni même si le voyageur allait t’en empêcher. Toujours était-il que tu commençais déjà à prendre plaisir à lui démonter la tête alors qu’elle était, d’après toi, sans défense. Quelle lâcheté.[/jusityfy]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Zenith
Messages : 863
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des rêves
Corey Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 495
Renommée: 1630
Honneur: 478
MessageSujet: Re: Les pigeons [pv Nao et Shad] Ven 20 Mai 2016 - 18:11


Quelle brave bestiole, grâce à son attaque surprise le voyageur avait pu se relever et se remettre en position de garde. La femme avait perdu l’ascendant qu’elle avait sur lui et il ne tenait qu’à Corey d’être celui qui mènerait la danse cette fois. Elle se débarrassa rapidement de l’insecte géant et lui fit à nouveau face, bien décidée à ne pas le laisser s’en tirer. Il y eut un instant de flottement, ils se jaugeaient mutuellement du regard, essayant de prévoir le mouvement de l’autre. Elle avait un avantage physique qu’il pouvait compenser avec son pouvoir, ce qui rendait l’affrontement plutôt équilibré. Il allait falloir qu’il soit plus malin qu’elle, qu’il oppose sa ruse et son intelligence à la force brute dont elle semblait dotée. Il se demandait juste si son pouvoir serait assez puissant pour mettre à mal son corps qui semblait presque constitué de feu ou de lave. Elle semblait avoir mal à la cheville mais serait-ce suffisant pour qu’il s’en serve comme un avantage ? Il fallait qu’il essaie de la forcer à être mobile pour l’esquiver, qu’il la force à prendre appui sur sa jambe blessée ou à encaisser ses tirs.

Avant qu’il ne puisse passer à l’action, quelque chose sauta du plafond pour atterrir droit sur le dos de la fille qui ne s’y attendait pas du tout. Il crut d’abord qu’il s’agissait d’un des amis de la fourmi mais il s’agissait en fait de l’être étrange aux côtés duquel il s’était réveillé un peu plus tôt dans la nuit. Il avait l’air rudement content de son attaque par surprise et Corey ne souhaita pas gâcher son enthousiasme le laissant s’en donner à cœur joie. Entre la surprise et la pluie de coup qui s’abattit sur elle, la jeune femme ne put que faire le dos rond et attendre que ça s’arrête. L’héliophobe se demandait si elle serait toujours capable de se battre s’il arrêtait le massacre maintenant mais dans le doute il attendit encore un peu, de voir son corps se relâcher.

« Elle a eu son compte on dirait…. »

Il fallait qu’ils trouvent un moyen de sortir de cet endroit, s’ils tardaient trop le type aux balles de golf mortelles allait finir par les trouver et ils seraient coincés par ce malade. Corey se mit à la recherche d’une issue, le couloir dans lequel ils étaient et dans lequel avait eu lieu la bataille débouchait sur une porte dans le même genre que celle qu’avait forcé Shad pour entrer. Il la pointa du doigt.

« On peut tenter par là-bas. Mais avant… »

Il avança de quelques pas et agrippa l’arrière du corps de la malheureuse fourmi, il tira doucement pour la déloger du mauvais pas dans lequel la furie l’avait envoyée. Il la déposa délicatement, se demandant comment une créature aussi légère avait eu la force de briser des os aussi gros qu’elle. Elle avait l’air encore un peu sonnée mais il allait falloir qu’elle se bouge si elle ne voulait pas retourner en cage.

« Essaye de nous suivre, on arrivera peut-être à trouver un moyen de se barrer d’ici. »

Il s’avança vers la porte et essaya de la pousser, mais ça aurait été bien trop facile si elle avait été déverrouillée, sans outil ça allait être compliqué de la forcer. Il y avait une sorte de boitier électronique à côté de l’encadrure, si il l’ouvrait et qu’il connectait les fils entre eux il y avait peut-être une chance que la porte s’ouvre. Il ne fallait pas oublier qu’ils étaient dans dreamland, il se pouvait que ce boitier soit entièrement factice et que la porte soit plus ou moins magique. Il se tourna vers son complice d’infortune, espérant qu’il ait une solution à proposer.

__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 166
Date d'inscription : 25/12/2012

Citoyen modèle
Shad Howl
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 100
Renommée: 252
Honneur: -128
MessageSujet: Re: Les pigeons [pv Nao et Shad] Dim 12 Juin 2016 - 12:27

Pour ton plus grand bonheur, la femme que tu rouais de coups ne semblait pas, d’après toi, vouloir répliquer à tes coups. Tu pensais d’abord qu’elle trouvait sûrement que tes coups étaient trop faibles, te forçant à mieux cibler tes assauts. Ceux-ci étaient surtout dirigés sur la tête de cette pauvrette, afin de l'assommer le plus rapidement possible pour ensuite pouvoir te délecter d’une torture d’un corps inanimé.

Mais ton compagnon, dont tu avais complètement oublié jusqu’à l’existence même, te fit signifier qu’il était temps de passer à autre chose. Dommage, te disais-tu, tu aurais bien voulu la charcuter pour ton bon plaisir malsain un peu plus longtemps. À contrecœur, donc, tu te relèves et, après un coup de pied sur le flanc de la demoiselle, tu suis ton camarade d’infortune qui alla déloger la fourmi qui avait ceinturé la cheville de ta victime et qui avait permis de sauter dessus efficacement. Celle-ci ne dit rien, mais tu sentais qu’elle vouait une véritable admiration pour le voyageur.

Ils se déplacèrent ensemble jusqu’à ce qu’une porte verrouillée ne les bloquent. Saleté de portes, t’écriais-tu silencieusement, toujours à bloquer les gens dans les meilleurs moments ! Tu regardas le boîtier, puis ton compagnon, puis la fourmi. Tu regardas alors la poignée de la porte sans verrou et enfin, à nouveau la fourmi. Tu eus une idée. Pas forcément la meilleure idée, mais une idée tout de même. Tu saisis la fourmis délicatement et la portas jusque devant la poignée avant de demander :

- Dis, tu as l’air puissante, tu pourrais faire sauter le mécanisme de cette porte ?

À ces mots, tu bloquas une mandibule de la fourmi dans une interstice près de la poignée et tu admiras l’insecte faire son boulot. Celui-ci referma son étau sur la zone et, sans prévenir personne, tu entreprise te t’en servir comme d’un pied de biche. Dans un craquement métallique, la porte s’ouvrit. Tu reposas la fourmi par terre qui se plaignit :

- ça n’a pas l’air comme ça, mais ça fait très mal ! Vous n’avez plus intérêt à recommencer !

Tu lui souris car tu te moquais éperdument de son avis. Tu avais réussi à faire sauter la porte et c’était tout ce qui comptais. Tu tiras la porte pour laisser suffisamment d’espace pour toi et ton compagnon passer, puis t’engageas en second. Qui sait ce qui t’attendait de l’autre côté de ce couloir ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Zenith
Messages : 863
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des rêves
Corey Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 495
Renommée: 1630
Honneur: 478
MessageSujet: Re: Les pigeons [pv Nao et Shad] Mer 15 Juin 2016 - 13:41


La créature étrange, Corey n’aurait pas su dire que quel royaume elle venait, semblait avoir une idée, s’adressa à la fourmi géante en lui demandant si elle aurait la force d’ouvrir la porte. Elle n’attendit même pas la réponse et aida l’insecte à coincer un de ses mandibules dans l’interstice. La fourmi sembla un peu surprise mais voulu aider et commença à forcer. L’autre ahuri ne lui en laissa pas le temps et l’agrippa pour s’en servir comme un pied de biche. Corey était trop loin pour intervenir mais il ne put retenir un commentaire négatif.

« Hey, vas-y doucement, sinon je me sers de ta tronche pour ouvrir la prochaine porte. »

Ca ne lui ressemblait pas vraiment de se montrer aussi vindicatif, surtout avec quelqu’un qui était plus ou moins dans le même bateau que lui, mais il avait plus d’empathie à l’égard de la fourmi géante qu’envers ce type étrange. L’insecte protesta lui aussi suite à ce mauvais traitement mais ça ne sembla faire ni chaud ni froid à leur camarade qui se contenta d’avancer. L’héliophobe commençait à se demander s’il ne devait pas se séparer de cet allié vraiment trop louche, mais pour l’instant il fallait qu’ils avancent, qu’ils trouvent une issue. Il le précéda dans la pièce suivante, après avoir jeté un regard à la fourmi pour voir si elle n’était pas trop blessée.

Il déboucha dans une espèce de hall qui desservait plusieurs couloirs mais surtout, trois ascenseurs et une porte qui donnait probablement vers des escaliers. Quelqu’un semblait être en train de monter dans celui de droite, celui de gauche était apparemment hors service et le dernier était au rez-de-chaussée. Il restait donc les escaliers et les autres couloirs, mais dans tous les cas il fallait se décider vite car d’une seconde à l’autre, des ennemis risquaient d’arriver. Le geek hésita, il n’avait pas vraiment envie de se retrouver nez à nez avec un groupe d’agents de sécurité en essayant de descendre. Mais il avait peut-être encore plus peur de ce qu’ils risquaient de découvrir derrière les portes qui ressemblaient à celle dont ils venaient. D’autres laboratoires avec leurs lots de cobayes captifs ? Des abominations résultat d’expériences sordides ? Juste une voie sans issue dans laquelle ils se retrouveraient piégés ?

« Par ici ! » Dit-il, plus à l’attention de la fourmi qu’à celle de l’autre type, tout en fonçant vers les escaliers.

Il poussa la porte qui, pour une fois, n’était pas fermée et déboucha sur des volées de marche un peu plus propres que celles où il avait laissé l’autre voyageur. Il prêta l’oreille et n’entendit pas, comme il le craignait, de bruits de pas en train de monter. Par contre, le son caractéristique d’un ascenseur ouvrant ses portes sur l’étage demandé retentit alors qu’il n’avait pas encore descendu un étage. Cette fois le bruit d’un groupe d’homme au pas de charge lui parvint assez nettement, ils ne mettraient pas longtemps à comprendre que des fuyards étaient descendus par la porte qui n’était pas encore tout à fait refermée. Il pressa le pas, avalant les volées de marche à grande vitesse, sautant les dernières à chaque fois.

« Par-là ! Il y en a qui descendent par les escaliers ! » Dit un des sbires en criant. Puis sur un ton plus feutré il continua. « Ici unité 7, on a des fuyards qui descendent par les escaliers, ils sont au niveau du 37eme étage. » On comprenait qu’il avait averti des renforts, probablement plus bas dans le gratte-ciel.

Le voyageur continua à descendre mais il savait que ça ne durerait pas éternellement, tôt ou tard, un autre groupe tenterait de les intercepter. Il se savait de taille à affronter la plupart des sbires, mais s’ils envoyaient un type comme celui au club de golf ou si les hommes de main étaient armés des fléchettes qu’ils avaient utilisées plus tôt dans la soirée, ça risquait d’être compliqué. Il étudia le sens d’ouverture des portes, descendit encore d’un étage, et à l’aide d’un violent coup d’épaule, appuyé par sa force de voyageur, il ouvrit la porte suivante et pénétra dans l’étage. Il ne savait pas trop à quoi s’attendre, mais ce serait toujours mieux que d’être pris en sandwich entre deux groupes de garde.

__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Les pigeons [pv Nao et Shad] Aujourd'hui à 19:12
Revenir en haut Aller en bas

Les pigeons [pv Nao et Shad]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 2 :: Royaume de la Main Invisible-