Haut
Bas

Partagez|

Le Calendrier de l'Avent dont VOUS êtes le héros

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2589
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 24

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 805
Renommée: 2540
Honneur: 430
MessageSujet: Re: Le Calendrier de l'Avent dont VOUS êtes le héros Mer 30 Déc 2015 - 23:58


Le sauvetage de Noël ?
Mais putain, ce qu’elle pouvait bien s’en cogner !
Tout ce qui l’importait, c’était son travail ; assistant maître-esclave, ouais steuplé, CA, ça a de la gueule. Rendre joyeux des enfants ? Prrrrrt… On s’en bat juste les couilles ! Alors lorsque Pain partit avec la caisse, elle sortit même le saluer depuis le sol, lui rappelant qu’ils s’étaient promis d’aller faire du Shoot’lutins dès que chacun aurait un trou dans leur planning. Wesh ma gueule, t’es un pote. Puis ce fut le tour de cet opportuniste de renne. Et quand  Rudolph IV dit le Brave, s’avéra être un parfait félon, Bis put seulement dire ;


« OH, L’ENFOIRE ! »

… Avant de retourner à son travail qui consistait à maltraiter les lutins pour avancer plus vite.
Tiens, prends un Mon Chéri’s, et un autre, puis encore un, MOUAH AH AH AH AH AAAAH !
Qu’elle était cruelle, le pied ! Puis malheureusement, il fallut qu’elle mette la main à la pâte pour sauver cette satanée tradition impie. Bon, d’accord, elle devait avouer que jouer au tir aux grêlons avec ces gourmandises de l’enfer avait été un divertissement PLUS qu’agréable, mais sauver la peau d’un Free lui avait arraché des démangeaisons. Un Free… AAARRRGH !!! Elle ne devait plus y penser, non ! Fort heureusement, cette saloperie de nuage avait fini par se tirer grâce au pouvoir de l’amitiééééé… Pitié, laissez-moi gerber ! En temps normal, Bis se serait tiré dans la seconde, mais on lui avait promis un cadeau à la hauteur de sa grandeur. Alors bon, histoire de se faire davantage brosser le poil, le virus avait décidé d’attendre un peu. Bah ouais, un truc gratuit, ça ne se refuse pas, non ? Ouais bah non. C’était gratos merde ! Tous se retrouvèrent donc pour ouvrir les fameux présents que le vieux papi barbu, puis chacun partit ensuite plus ou moins dans son coin ouvrir son bien. Bis, sa petite boîte à la main, la secoua vigoureusement pour découvrir avant l’ouverture ce qu’elle contenait. Un miaulement étranglé retentit à travers la pièce et la seconde personnalité se contenta juste d’un « quoi, kesstur’gaaaardes ?!! », avant de littéralement désosser le paquet. Des bouts volèrent à travers la pièce, et après quelques secondes de cruauté gratuite, le présent se dévoila enfin. Un chat. Une simple statuette de chat violet avec un sourire débile… Non mais… C’ETAIT QUOI CETTE MERDE ?!!! Alors qu’elle allait jeter cette immonde chose au travers d’un lutin – qui vit sa vie défiler, pour changer me direz-vous – la jeune femme se mit à observer les cadeaux des autres et se bidonna sévère. Un anneau pour un nez… AHA AH AAAAH ! Gros caca va ! Et l’autre avec les perles sous ses pieds. Vous êtes de biens beaux couillons ! Et je te parle pas du gamin à la chemise fumante.


« AH AHA ! Vos cadeaux, c’est sacrément d’la merde !
Bande de merd… »


Alors qu’elle allait les insulter pour une énième fois, sa statuette se mit à bouger.
Le chat se grattait derrière l’oreille droite sans aucune raison. Mais… Pourquoi cette merde faisait-elle ça ? Ce n’était qu’une satanée statue sans utilité ! N’y prêtant aucune attention, la jeune femme se leva et commença à se diriger vers la sortie, hors de question de rester ici avec des bouseux pareils ! Mais au premier pas accompli, Pinpin le gros nain fit son entrée, désirant ardemment récupérer sa hache. Celui-ci se prit de plein fouet le chariot de Lilith qui traînait par-là et s’écrasa de tout son long sur le sol, déclenchant un mini séisme qui fit tomber une armoire sur un skate-board, qui obtint un strike parmi un groupe de de lutins fatigués. Ces derniers bousculèrent Bis qui fit quelques pas en avant, quelques pas de trop. Comme par magie, un ourson en guimauve ayant trop fondu s’était mélangé à du vin chaud, et les pieds de la blonde rencontrèrent cet étrange liquide dégoûtant. La dernière chose que l’on vit du virus fut sa chevelure blonde flottant dans les airs avant de retomber sur le flanc, suivit d’un craquement peu ragoûtant, signifiant une hanche cassée et un dernier hurlement de rage. Et de douleur aussi.


« ET TA MERE LA P***********TE !!!!
C’EST QUI L’ENC*LE QUI… Rah putain, ça claque ! ‘Chier, ça fait mal, ta mère.
Je vais l’défoncer c’connard… Argh putain. Putain, putain, PUTAIIIN !!! »


« Euh… Joyeux Noël ? », tenta un petit homme.

Le regard meurtrier qui suivit fit disparaître la créature dans l’usine.
Boitillant comme une petit vieille, la hache de Pinpin en guise de canne, Bis atteignit péniblement mais fièrement la sortie. Puis le chat se gratta à nouveau l’oreille.


« ... Merde. »


__________







Lithium s'exprime
Bis vous insulte


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ledesordre-est-dor.blogspot.fr/
AuteurMessage
Surnom : Le Zenith
Messages : 856
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des rêves
Corey Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 495
Renommée: 1630
Honneur: 478
MessageSujet: Re: Le Calendrier de l'Avent dont VOUS êtes le héros Lun 4 Jan 2016 - 14:22


Dans une congère de neige, non loin de l’entrée de l’atelier, une main bleuie apparut soudainement à la surface de l’épais manteau blanc. Un monstre venu d’une nouvelle légende ? Un ennemi qui débarquait après la bataille alors que le père noël avait fini par pouvoir s’envoler accomplir son devoir ? Non, juste un Corey transi de froid qui venait de reprendre conscience et tentait de s’extirper de ce linceul glacial.

Après avoir participé au groupe qui avait foncé dans le cœur du nuage à dos de rennes volant il était parvenu tant bien que mal à balancé sa grenade au tout dernier moment après avoir sauté de sa monture pour esquiver une volée de grêlons plus gros que des balles de tennis. Même si il était parvenu à accomplir la tâche qu’on lui avait confié, il avait comme un gout amer dans la bouche, il n’avait pas du tout prévu de se sacrifier pour sauver le noël des autres. Alors qu’il chutait vers une mort presque quasi certaine il s’en voulait d’avoir accepté cette mission par esprit chevaleresque. Tout ça pour ne pas passer pour un naze devant les quelques donzelles présente, la femme est l’avenir de l’homme comme on dit, mais dans ce cas l’avenir c’était la fin de sa vie de voyageur. Il se disait qu’il aurait mieux fait de s’en tenir à l’égoïsme prudent dont faisait part la majeure partie des voyageurs.

« Tout ça pour épater la galerie… » Pensa-t-il en fermant les yeux, se préparant à la fin...

Même si l’impact fût rude et lui fit perdre connaissance, il ne fut pas fatal, entre le début d’hyperthermie et le choc, il mit plusieurs minutes à reprendre conscience. Lorsqu’il se redressa, grelottant, chancelant, ce fût pour foncer tout droit vers la cheminée à l’intérieur de l’atelier. Alors qu’il allait passer la porte, une sorte de cadeau de noël lui arriva droit sur le crâne, manquant de peu de l’envoyer à nouveau dans l’inconscience si le paquet avait été plus lourd. Il grogna, le ramassa avec la ferme intention de s’en servir comme combustible pour raviver le feu et repris sa progression digne d’un zombie en vue d’un cerveau à dévorer. Arrivé près de l’âtre il resta immobile quelques longues minutes, savourant la chaleur qui donnait l’impression que son sang se remettait enfin à circuler comme il faut.

Il renonça finalement à alimenter le feu qui flambait bien assez haut et ouvrit le paquet, il y trouva deux lunettes rondes et noire. Elles n’étaient pas trop son style mais il se dit que ça pouvait lui donner un style badass un peu comme Jean Reno dans Léon. Il les enfila donc, se rendant instantanément compte qu’elles étaient bien trop teintées pour la luminosité ambiante. Il les retira et se rendit compte avec effroi qu’il ne voyait absolument plus rien du seul œil jusque-là en état de marche.

« Enfoiré de père noël tu t’es foutu de ma gueule jusqu’au bout. »

Il se tourna donc vers le feu et pris l’air absorbé dans la contemplation des flammes pour éviter qu’on vienne lui parler. Il ne savait absolument pas ce qu’il allait faire de cette paire de lunettes à taupe…

__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 64
Date d'inscription : 29/11/2015

Nouveau challenger
Vittoria Campbell
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 105
Honneur: -25
MessageSujet: Re: Le Calendrier de l'Avent dont VOUS êtes le héros Mer 6 Jan 2016 - 14:09
Décidément le coup des ventilateurs géants avait été la meilleure idée de la soirée puisqu’elle avait permit à la troupe d’éclaireurs volants d’atteindre avec moins d’encombres que prévu leur objectif principal, c’est à dire le gros nuage qui gonflait tout le monde. Tout aurait été vraiment parfait si Vittoria avait pu être la seule à profiter de son, et on prendra bien gare à préciser l’appartenance dans cette phrase, initiative alors que là non, il fallait que quelqu’un vienne empiéter sur son territoire. Et il fallait aussi que ce quelqu’un se trouve être Lilith bien entendu, bon sang ne pouvait elle pas retourner trier ses oursons en chocolat celle là ? Bon peu importe si elle voulait venir faire mumuse à ventiler aussi elle avait intérêt à le faire bien mais moins bien qu’elle !

Au bout de longues minutes où le commando avançait et où la compétition faisait rage, surtout dans la tête de Vittoria en fait, le nuage commença à sembler se recroqueviller avant de disparaitre provoquant des effusions de joies de toutes part venant des lutins autant que des voyageurs. Chez notre rousse, l’expression débordante de sa joie se manifesta par l’intervention d’un “Yes” accompagné d’un mouvement du bras. Fin de l’histoire. C’est tellement la folie.

Passée cette si touchante célébration, tous les voyageurs étaient repartis vaquer à leurs occupations certains choisissent de rester à l’atelier pour profiter de l’absence du gros barbu pour se bourrer au vin chaud bien comme il faut et d’autre préférant aller se bourrer un peu plus loin, par pudeur sans doute. L’américaine préféra rentrer bien au chaud dans l’usine de jouet et ce pour deux raisons toutes simples : premièrement elle avait froid et il était hors de question qu’elle tente de braver la tempête dehors et deuxièmement elle n’avait nulle part à aller tout spécialement alors bon perdu pour perdu… Elle se dirigea dans un premier temps vers la cheminé la plus proche jusqu’à ce qu’elle remarque que quelqu’un avait déjà eu la même idée qu’elle. Bon ben tant pis elle irait plus loin. Ce fut à ce moment que Freddy Mercury… Euh, le père fouettard vint directement à sa rencontre un paquet carré et relativement plat sous le bras, il lui tendit avec son éternel regard plus que gênant tout en prenant soin de préciser :


- On m’a chargé de te remettre ça, c’est pas mon job mais bon… Joyeux Noël coquine !

Devenant aussi rouge que ses cheveux autant de colère que de gêne elle accepta le présent par politesse et partit l’ouvrir un peu plus loin. C’était bien plus lourd que ça en avait l’air, provoquât chez elle une multitude d’incertitude quand à ce que ça pouvait bien être et surtout pour qu’elle raison elle recevait un présent. Sans doute pour que personne ne se trouve sans rien à ouvrir. Déchirant attentioneusement le papier elle découvrir à son grand désarroi une plaque carrée de 60 cm le long environ pour 5cm d’épaisseur grand max, ornée d’affreux carreaux à la mode comédia del arte. Et non on ne parle pas de pizza dans le cas présent. C’était définitivement une sorte de lot de consolation et c’était décidément très nul, ça arrivait presque au même rang que les cadeaux bidons que les parents offraient à leur gosses pour les caméras cachées. Elle se contenta dans un premier temps de poser cette merveille sur une table, préférant aller piquer quelque chose à manger mais à peine s’était elle écartée de quelques mètres que la plaque vint s’écraser et se briser devant ses pieds. Elle cru tout d’abord que c’était l’oeuvre de quelqu’un qui l’avait lancé mais non personne ne se tenait assez proche du lieu du crime pour avoir pour faire ça. Puis sous ses yeux, les carreaux éparpillées se recollèrent et elle se pencha bientôt pour ramasser une plaque comme neuve.

- Fantastique…

Elle fut interrompu dans ses pensées par le nain à lunette qui tirait de nouveau sur son manteau, l’air toujours aussi amoché et volontaire. Drôle que cette pauvre petite créature martyrisée ai réussi à survivre jusque là n’est ce pas ? Enfin bref, définitivement résignée à l’idée de s’en débarrassée ce soir et laissant l’esprit positif de noël prendre ses droits elle leva les yeux au ciel avant de lui demander ce qu’il avait à lui dire, lançant nonchalamment la plaque de plâtre sur le coté en la faisant tournoyer.

Le petit être n’eu pas le temps de réajuster ses lunettes brisées que le cadeau lancé négligemment avait fait demi-tour dans sa trajectoire pour venir s’écraser non pas là où la logique l’aurait voulu mais juste devant les pieds de sa propriétaire. Et qui est ce qui se trouvait pile poil devant les pieds de sa propriétaire ? Et oui le lutin reçu un nouveau coup sur la tête ne provenant pour une fois pas d’un tabouret mais qui lui passa quand même l’envie d’ouvrir sa grande bouche et le renvoya par la même occasion dans les vapes. Ramassant l’objet qui s’était encore une fois brisé et reformé dans un demi-sourire satisfait, la jeune femme pensa que finalement elle pouvait le garder ce plâtre à carreaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 32
Date d'inscription : 06/12/2015

Habitué
Kaïn Belt
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 15
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Le Calendrier de l'Avent dont VOUS êtes le héros Jeu 14 Jan 2016 - 22:28
Après l’effort physique et psychologique qu’avait été pour Kaïn le fait de suivre le plan de cette petite peste d’ophiophobe, il s’affalât dans son transat, épuiser. Il récupéra sa tasse de vin chaud et la porta à ses lèvres. Brave petite tasse, immobile, inerte, elle ne comprend rien à ce qu’il se passe et pourtant réagis à la moindre sollicitation d’un quelconque utilisateur. Un parfait outil, tout ce Kaïn refusait d’être. Jamais plus il ne serait l’outil des ambitions de quelqu’un d’autre, il ne servait plus ni dieu, n’était plus l’instrument mais le manipulateur, celui pour qui les outils bougent. En parlant d’outils il se demandait où était passé Tælk, il n’avait pas vu ce lâche qui avait osé obliger à travailler son maître.

Quand on parle du loup, on en voit la queue, le dicton populaire se vérifiait une fois de plus quand Tælk se matérialisa devant son invocateur, les bras chargés d’un gros paquet cadeau.

« C’est apparu devant moi, votre nom y est inscrit maître, je pense que c’est pour vous.


-Tu pense que c’est pour moi, dit Kaïn d’un ton sarcastique, mon nom est inscrit dessus et tu penses que c’est pour moi ? En plus d’être faible serais tu également stupide ? Pose-le à côté de moi je m’en occuperais plus tard. En attendant, j’ai deux trois mots à te dire sous-démon !... »


Pendant qu’il accablait de reproche son invocation Kaïn se dit qu’il était étrange qu’il reçoive un cadeau de noël. Voilà bientôt deux années qu’il n’était plus un enfant sage et sa dernière commande au père noël remontait à ses six ans, soit plus d’une décennie auparavant. De plus jamais le ‘‘ Papa Noël ’’ ne lui avait apporter ce qu’il désirait, ses parents refusant de lui offrir un cadeau qui ne soit pas en rapport avec les études ou la pratique de la musique. Non décidément il ne comprenait pas la raison de ce cadeau à son nom.

Une fois qu’il eut finit de réprimander l’outrecuidante invocation, il se tourna vers le cadeau. Il était volumineux mais l’invocation l’avait tenu penne entre ses grands bras décharnés, il ne devait donc pas être bien lourd. Il se saisit du couvercle et l’entrouvrit. Une vive lumière s’échappa du paquet, Kaïn le referma aussitôt. Il fut pris d’un doute puis se saisit du paquet et l’emporta dehors sans faire appel à Tælk.

Une fois dehors, après avoir vérifié qu’il était seul il ouvrit le paquet. Une lumière s’en échappa puis plus rien. Le paquet renfermait une cape en tissu résistant de couleur noire, une petite carte et une feuille de papier blanche, plié en trois. Il se saisit de la carte. Inscrit en grosse lettres rouges il put y lire « Désoler pour le retard petit, how how how ! ». Il relu plusieurs fois la carte avant de se décider à la lâchée pour se saisir de la feuille blanche. Il ne l’ouvrit pas. Il n’en avait pas besoin, il savait ce que c’était. Sa première lettre au père noël, celle qu’un professeur l’avait aidé à rédiger et sur laquelle il avait dessiné l’unique cadeau qu’il voulait.

Il se saisit de la cape noire et la revêtit. Elle était un peu grande pour lui. Mais ce n’étais pas grave. Pour une fois, aucun sourire narquois ou mesquin ne défigurait son visage.

« T’as quatorze années de retard vieillard, dit-il en marmonnant, mais merci quand même. »


Il s’autorisa un sourire en coin sans arrière-pensée, le premier depuis une éternité, et mit le dessin dans un pli de la cape avant de mettre la capuche de cette dernière et de prendre la route dans la neige et le froid. La cape se mit alors à luire comme un phare dans la nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 115
Date d'inscription : 27/06/2012
Age du personnage : 21

Voyageur Expérimenté
Lilith Dael
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 50
Renommée: 240
Honneur: 10
MessageSujet: Re: Le Calendrier de l'Avent dont VOUS êtes le héros Mar 26 Jan 2016 - 18:58
Parasol Volant

Tout finit bien qui finit bien ! Quoi ? C'est pas ça la phrase ? Ah bon, il me semblait que... Oh et puis zut, on va pas tortiller du cul pour chier droit, vous avez très bien comprit ce que j'ai voulu dire ! Noël est sauvé, il reste encore quelques lutins de vivants, Héliée est content, bref, le Père Nowel a réussit à rendre tout le monde heureux ! Et là, maintenant qu'il a fait sa tournée mondiale, il fait une distribution personnalisée à tous les voyageurs qui l'ont aidés ! Même cet idiot qui avait volé les sous vêtements de sa femme y avait eu droit, avec une tape "amicale" dans le dos...

C'était au tour de Lilith, impatiente qu'elle était, elle n'avait jamais eu de cadeau du père noël ! Dans sa famille, il n'y avait jamais eut de mythe, après tout, elle avait toujours eu tout ce qu'elle désirait puis plus rien, alors le père noël, qu'est ce qu'on s'en branlait ! Elle frotta ses mains couvertes de vin refroidit sur son tablier tâché et attendit que le père Nowel s'approche d'elle en lui tendant un cadeau joliment emballé, dans un papier rose bonbon, c'était très long, très dur et il y avait des rubans partout. Comme elle n'était pas curieuse pour un sous, elle n'avait pas regardé les cadeaux de ses compagnons et avait attendu le siens...

-"Un joli cadeau pour une jolie fille ! Merci de nous avoir aidé à sauver MA précieuse fête, sans ton ravitaillement, nous ne serions arrivés à rien."

Elle sentait que ce discours avait été récité, et probablement écrit par quelqu'un d'autre, mais c'était quand même l'illustre Père Nowel qui le prononçait et qui lui offrait en mains propres -quoi qu'un peu sales- son premier véritable cadeau de noël ! Elle remercia le gros barbu et attendit qu'il passe à la personne suivante pour commencer à tâter son cadeau.

Long, un peu épais, il semblait y avoir un tube... Métallique ? La réponse arriva d'elle même, elle n'avait même pas eut l'occasion de déchirer son papier cadeau qu'il s'ouvrit de lui même. Un large parasol aux bandes multi-colore s'ouvrit dans l'atelier et se planta dans le bois ! Quand elle voulut s'approcher pour le refermer, elle passa dessous et HOP ! Il s'envola ! Pour aller s'enfoncer plus loin dans le bois, manquant d'embrocher un lutin innocent ! Un de plus un de moins me direz vous... Elle s'avança de nouveau, mais plongea pour s'agripper au manche, il s'envola de nouveau, plus haut, mais elle tint bon ! C'était un cadeau de noël et elle ne comptait pas s'en séparer si facilement ! Même si elle ne lui trouvait aucune utilité... La pointe s'enfonça dans le toit, et il resta sans pouvoir se décrocher ici. Les bras fatigués, elle finit par lâcher. Mais sa chute fut amortie par le lutin rescapé, ouf... Elle leva les yeux, et le parasol semblait essayer de se défaire de son point d'encrage, visiblement, il n'y arrivait pas. Bon. Il resterait là toute la nuit... Il lui appartenait maintenant non ? Donc elle devrait se réveiller avec le lendemain... Mais.... Est-ce qu'il pouvait se ranger...?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 16
Date d'inscription : 10/11/2015
Age du personnage : 27

Nouveau challenger
Garry IB
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Le Calendrier de l'Avent dont VOUS êtes le héros Mar 26 Jan 2016 - 19:30
C'est déjà finit...? Plus de mon chéris en pluie ravageuse...? Plus de têtes de rennes volantes...? Plus de lutins à enterrer...? Ça y est, Garry peut enfin sortir de sa cachette...? Oui, vous ne croyez tout de même pas qu'il avait participé à cette tuerie ! Il n'allait tout de même pas prendre le risque de voir plus de sang encore, ou pire ! De voir son propre sang ! Et puis ces horloges déréglés, ça lui avait donné la chaire de poule ! Il s'était trouvé un petit coin tranquille sous le bureau du Père Nowel, attendant patiemment que toute cette histoire soit résolue. Il y avait des personnes connues après tout ici, et ils n'avaient pas besoin de lui pour sauver noël... Il n'était pas un héro, lui !

De temps à autre, des gens entraient et sortaient du bureau, certain furetaient, d'autres discutaient, ramassaient des papiers, passaient par une trappe, et personne ne l'avait remarqué...! Pfiou... Mais là, ça semblait faire la fête dans l'atelier, il les entendait, ça criait de partout, ça rigolait, ça se réjouissait...! Mais ça pouvait tout aussi bien être un piège ! Un piège mortel, quelqu'un pouvait très bien l'avoir remarqué, lui, cette petite merde de presque 2m qui se cachait comme un gros lâche sous le bureau du patron, lui, cette grosse tapette qui fermait les yeux dès que quelqu'un plantait un pauv' clou, lui, ce misérable voyageur qui ne mérite pas d'en être un.... Alors non, il ne sortirait pas. Foi de Garry, il ne quitterait pas son nid douillet maintenant qu'il avait la certitude qu'il y était en sécurité !!

La grande porte s'ouvrit une nouvelle fois, son coeur se serra instantanément. Des bottes, en cuire noir, à talon, et larges. Qui cela pouvait il bien être...? Soit une très grosse femme, avec des jambes poilues, soit un homme pas très masculin, à la taille corpulente. Voilà qui ne le rassura pas... Il se recroquevilla un peu plus sous son bureau, mais fit tomber son crayon de sa poche, qui roula, vous l'aurez deviné, jusqu'aux bottes en cuir....... Il arrêta de respirer, et les bottes s'avancèrent. Une grosse main gantée de cuir noir aussi attrapa le crayon, et les bottes se remirent en mouvement. Il approchait. Il savait qu'il était là, caché sous le bureau en acajou. Et il allait sans doute le réduire en poussière !!

Garry poussa un cri suraiguë quand la grosse main gantée le saisit par le col pour le déloger ! Pire qu'une fillette de 11 ans ! -Désolé Mara- Il vit alors le monstre qui allait le tuer : un homme haut et fort, tout de cuir noir vêtu, un fouet à la ceinture, et une large moustache à la Freddie Mercurie. Ce dernier le déposa sur le bureau, et Garry n'osait pas bouger. Il lui semblait connaitre cette frimousse... Le Père Noël...? Version Dark...?

-"Et bin p'tit coquin, la prochaine fois, viens sous mon bureau !"

Il lui tapa le dos de sa grande main, sûrement un geste amical, mais qui manqua de lui déboîter l'épaule. Puis déposa sans douceur un paquet emballé grossièrement, avec du papier bulle, des feuilles de journal et du ruban adhésif de déménagement. On voit que les cadeaux, c'est pas son fort...

-"Voilà pour toi mon gaillard, tu pourras me remercier en me rendant visite ! Tu verras, mon bureau est bien plus spacieux !"

Il éclata de rire et s'en alla comme il était venu, en se grattant l'arrière train. Garry reste couat un moment, le paquet sur les jambes, toujours assit sur le bureau. La porte s'était refermée, et il avait finit par se mettre sur ses deux pieds pour ouvrir le paquet. Une boite. Okay. Jusque là, il n'y a pas trop à s'inquiéter... Mais... Peut-être était-ce un piège !! Une bombe, une armée, une horloge arrêtée ! Hmm. Il se prenait un peu trop la tête. La curiosité l'emporta, et il finit par l'ouvrir :

Deux bottes en tissus noir, léger, avec un éclair d'argent brodé à l'envers. Sûrement une erreur lors de la confection... Il se dit qu'il allait les essayer, il retira donc ses chaussures, noua les lacés, et tapota le sol de ses pieds. Immédiatement, ses bottes partirent en avant, sans prévenir, comme ça ! Et il se mit à courir en rond autour du bureau sans possibilité de s'arrêter ! Quelqu'un ouvrit la porte, et il sortit involontairement, se mettant à courir dans l'atelier du Père Nowel sous les regards incrédules de ceux qu'il avait lâchement abandonnés pendant la bataille. Il testait différents moyens pour s'arrêter, en vain...

La nuit allait être longue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Le Calendrier de l'Avent dont VOUS êtes le héros Aujourd'hui à 22:46
Revenir en haut Aller en bas

Le Calendrier de l'Avent dont VOUS êtes le héros

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Au pays du flood :: Flood Island-