Haut
Bas

Partagez|

Le Calendrier de l'Avent dont VOUS êtes le héros

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2598
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 24

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 805
Renommée: 2540
Honneur: 430
MessageSujet: Re: Le Calendrier de l'Avent dont VOUS êtes le héros Mer 16 Déc 2015 - 22:46


Décidément, Pijn avait volé la vedette à Pinpin le gros nain. Lui qui pensait pouvoir se farcir le monstre à lui tout seul… Voilà que son unique récompense pour sa bravoure était de vulgaires morceaux de chair putride dans les cheveux ! Qui aurait cru que Pijn ferait le déplacement rien que pour démontrer toute l’étendue de sa jalousie. S’il avait su, lui aussi aurait pas venu… Déçu, il grogna d’une voix caverneuse, tapa contre son torse velu et fit demi-tour, non sans avoir dérobé une chaussette remplie de sucreries. C’était le prix de son déplacement, par ma barbe ! Affrontant le climat polaire du Royaume, Pinpin commençait à grignoter son précieux butin, jusqu’à ce qu’il se fasse chaparder du bout des lèvres, la canne à sucre qu’il s’apprêtait à sucer. OH, par mes tresses, qui donc avait osé… ?! Une blonde aux oreilles pointues et au sourire carnassier déchiquetait avec délectation son bonbon.
Prêt à dégainer sa hache, le nain se vit arracher sa chaussette par la jeune femme qui déroba un chocolat affublé d’un paquet rose. Mais lorsqu’elle le croqua, la demoiselle sentit un atroce liquide coulait dans sa gorge, et le recracha instantanément sur la barbe du petit homme trapu. Dégoûtée, la voyageuse lui envoya le reste du goûter à la tête et entra dans l’usine. Lithium avait « décidé » de laisser sa place à Bis après l’avoir laissé répondre à une offre d’embauche en tant que, je cite ; « assistante maître esclave d’usine ». Bien entendu, l’intitulé avait énormément plu à la seconde personnalité, et Lithium, en bonne poire qu’elle était, avait accepté de lui laisser une soirée pour faire ce qu’elle souhaitait. C’était un risque, certes, mais si elle souhaitait améliorer sa relation avec cette chose, autant être moins ferme avec celle-ci.

Bis s’était apprêté pour l’occasion.
Polaire rouge avec de la fourrure blanche autour du col et des poignets, un pantalon en cuir noir et des bottes bordeaux grimpant jusqu’aux genoux. Ses cheveux blonds étaient relevés en un chignon avec des feuilles de houx pour décorer le tout. La jeune femme poussa finalement la porte de la fameuse usine de Noël et se dirigea vers une gamine affublée d’un tablier. Ne la saluant même pas, elle attrapa une poignée entière d’oursons en guimauve et se servit du vin chaud. La bouche pleine, elle se retourna et fit face à un mec sinistre mais qui avait de la gueule. Malgré sa classe, il faisait vachement pitié quand même. Kesski veut le dépressif là ? Le gars avait l’air tellement à la fin de sa vie que Bis se sentit envahie d’une soudaine générosité – c’est quoi ce mot encore – et attrapa les deux mains du Seigneur qu’elle ne connaissait pas, et les remplit des guimauves et de son verre de vin.


« Tiens ma gueule, bouffes-moi ça.. Si tu t’emmerdes trop, on peut s’faire une petite partie de shoot’lutin plus tard, t’as juste trop l’air de t’faire chier. »

Pijn n’aima pas le ton employé à son égard, mais la perspective de faire un peu de shoot’lutin lui fit plaisir. Rien de mieux que de faire du golf avec des petites têtes ! De plus, on lui offrait du vin chaud. Comment refuser sérieux ? L’ignoble Seigneur s’empara agressivement du verre et le termina d’une traite. Pour pallier à sa frustration, il goba les oursons et se rabattit sur le chariot de Lilith. Il récupéra une bonbonne entière de vin, piqua quelques sucres d’orge et un ours en peluche à éviscérer, avant de se mettre dans un coin pour accomplir ses méfaits gastronomiques. Aux yeux de Bis, l’usine était dégueulasse. Il était grand temps de reprendre en main cet endroit ! Une créature ailée s’appliquait à nettoyer les morceaux de chair, et ce fut vers elle que Bis vint pour son embauche.

« Hé toi, la fée fagot là ! J’viens pour le boulot d’assist… »

« D’assistant maître esclave ? Oui. Allez voir la petite blonde qui hurle tout en travaillant. C’est la chef d’usine. Alice qu’elle s’appelle. Vous pouvez pas la rater. »

« M’coupe pas quand j’te pose une question, pigeonne va ! »

C’est ainsi qu’elle rencontra la fameuse Alice qui dirigeait l’entreprise d’une main de fer.
Celle-ci faisait preuve d’une incroyable dextérité et fabriquait des jouets à la pelle, tout en jetant parfois des Mon Chéri’s – ah putain c’est cette merde qu’elle avait mangé – dans la tronche des lutins et des voyageurs qui perdaient en productivité. Pour satisfaire les besoins des enfants, faire cesser les attaques d’Héliée et faire dégager Pijn, il suffisait de produire suffisamment de cadeaux pour tous et ainsi, Noël serait sauvé ! Mais il leur manquait du personnel pour fouetter ces bons à rien, alors ils embauchaient des gens foncièrement – méchants – compétents pour bouger le cul de ces misérables larves. Après s’être présentée, Bis arracha une patte à une statuette en bois d’un renne et fracassa le dos d’un lutin qui avait osé boire une verre d’eau, et donc faire une pause.


« TU T’CROIS OU PETITE MERDE ?!! TU VAS M’EN FAIRE 300 DE CES SALOPERIES DE CHEVAUX ET DANS L’HEURE !!! … C’EST COMPRIS ?! »

Et il se remit à la tâche.
Bis hurlait à tue-tête, tabassant les fainéants et gavant de ces abominables Mon Chéri’s – monstrueuse créature qu’elle était – les voyageurs récalcitrants. Qu’est-tu veux le p’tit blond là ? T’as une tête à savonnette toi… Avales j’te dis, AVALES CE CHOCOLAT ?! … C’est bien. AU BOULOT TAS DE FIOTTES ! CA BOSSE PAS LA-BAS, BOUFFES-MOI CETTE MERDE ! Jamais elle ne s’était sentie aussi vivante. Mais c’est génial comme boulot ! Une canne à sucre au bord des lèvres, le virus cravachait à la pelle et s’éclatait comme pas deux. Voyant que Pijn s’emmerdait toujours, elle lui offrit une masse pour le mettre à contribution. Bah ouais, tu veux des cadeaux ? Bah tu vas bosser ma grande ! En duo, ça braillait comme des vaches pour pousser leurs esclaves, alors qu’Alice balançait parfois des chocolats à liqueur sur les fées qui passaient par là, histoire de décompresser. Hé, ma gueule, toi, moi, pour la vie. On s’fait une bouffe après ça ? Ouais grave ! Bis était en train de se faire un poto en la personne de Pijn, un véritable enfoiré comme on en fait plus. Une perle je vous dis !
Puis un rire tonitruant explosa dans le ciel suivit de coup de cravache. Etait-ce le vieux papi barbu qu’elle n’avait encore jamais vu qui ramenait ses fesses ? AH bah il allait être fier l’ancien ! Matez-moi ce boulot bien fait hein ! Et pour seulement une perte de 10 lutins et 3 rêveurs, un progrès sur la courbe des salariés ! Parce qu’elle était sympa et que Pijn voulait des cadeaux qui claquent, ils laissèrent jeter un regard aux fenêtres. C’est bon, tu l’as vu ? ET BAH VA BOSSER MAINTENANT !!! Et il revint enfin. Le Père Noël et son faux jumeau Fouettard, sur son traîneau dernier cri et la barbe au vent, étaient enfin de retour pour leur sauver les miches. Mais ils n’étaient pas seuls ! Voilà qu’ils ramenaient le fameux Rudolph IV, dit le Brave, ce renne de compétition qui avait embroché maints enfants désobéissants ! Reconnaissant la noble bête, Courtegrippe se mit à pleurer comme une groupie.



__________







Lithium s'exprime
Bis vous insulte


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ledesordre-est-dor.blogspot.fr/
AuteurMessage
Surnom : The Rock
Messages : 559
Date d'inscription : 21/11/2010
Age du personnage : 26

Arpenteur des rêves
Dazh Dalreight
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 30
Renommée: 1600
Honneur: 225
MessageSujet: Re: Le Calendrier de l'Avent dont VOUS êtes le héros Jeu 17 Déc 2015 - 15:13


Calendrier de l'Avent

17 Décembre


Avec un Rudolph IV en état de marche, le père noël pourrait faire sa distribution… Ne restaient plus qu’une dizaine de milliards de cadeaux à produire puis à emballer pour faire la fête. Cette année, Noël serait une fois de plus rendu possible par la grâce, l’amour et l’amitié. Nul n’aurait su rester insensible face à tel spectacle. « Il était une fois.. » Dans la chaleur de l’atelier du père noël, cet ultime bastion, des Nains, des lutins, des Rennes et des Voyageurs travaillant de concert pour sauver Noël. Mais parmi eux, il fallait saluer le courage exceptionnel de trois personnes au cœur pur. Alice ne prenait pas une seconde pour elle, harassant sans cesse et avec tendresse, les petites lutins  au travail. Lithium, la sueur au front, rivalisait d’ingéniosité pour marteler, avec compassion, ses poings furieux sur la trogne des esclaves sous son commandement. Même Pijn semblait reprendre des couleurs, abreuvant de vin, les pauvres travailleurs, quit à les laisser dans le tonneau en refermant le couvercle pour ne pas les déranger.

Dazh, toujours pourvu d’un unique pantalon, travaillait au même titre que les autres, assis sur un banc en bois. Face à lui, Lilith avait pris place. Elle était un vrai baume au cœur pour ceux qu’elle approchait, leur délivrant une ration de bon breuvage et d’ours en guimauve. Sans se faire prier, le voyageur marqua une pause et se servit largement. Il ne craignait pas de réprimande. Pas même de Pijn car depuis peu, le jeune homme avait fait main basse sur la fameuse Hache de Pinpin le gros nain.

La production de jouet avançait formidable bien, cependant, Dazh ignorait s’ils parviendraient à fournir des jouets pour tous les enfants du monde. D’ailleurs, la réserve de bois diminuait dangereusement. Heureusement, les rennes qui abattaient un sérieux travail de livraison des matières première, voyaient les arbres repousser comme par magie. Dazh prit alors l’initiative d’aller lui-même couper quelques-uns de ces arbres. Quand il revint finalement à la tête d’un chargement conséquent, il eut droit à des applaudissements dignes de ce nom. Cependant, le seigneur cauchemar ne l’entendait pas de cette oreille et contre toute attente, il décima la réserve de bois, tout juste restaurer, et ce, d’un claquement de doigt.
Si la pile disparut mystérieusement, il était évident pour tous, qui était l’auteur du méfait. Pijn, toujours à l’autre extrémité de la pièce, semblait vaquer à ses occupations. Le jeune Dalreight s’approcha du seigneur cauchemar, et entama un numéro digne d’un western.


« Alors qui a fait ça.. Quelqu’un veut me parler ? Mmh toi ? Non pas toi, t’es rien qu’un jouet en bois… Ah voilà quelqu’un qui peux parler.»
Dazh se dressa face à lui, dans une posture qui se voulait arrogante et avec toute la condescendance dont il était capable, il lui dit :
« Hey bonhomme, c’est toi qui a fait ça ? » Pijn ignora superbement le voyageur et acheva de noyer ses problèmes dans l’alcool. Il était à plus de douze lutins dans le tonneau.
« Tu veux pas me parler ? Hmm. Tu veux que je fasse parler la Hache ? »

L’instant suivant, ils étaient tous deux dehors, face à la forêt de sapins magique. Plusieurs nains et voyageurs avaient cessé le travail pour observer l’affrontement qui était maintenant inévitable. Pijn et Dazh attaquèrent en même temps. Les coups du seigneur cauchemar eurent très rapidement raison des premiers sapins, qui allèrent s’entasser sur le bas-côté. A la surprise générale, Dazh rivalisait d’effort avec une technique particulièrement efficace, grâce à la hache double-lame du gros nain PinPin. Seulement, Pijn eut vite fait de prendre le dessus, en étendant son territoire sur une partie des sapins destinés au voyageur, et ce dernier devant les coups formidable du Seigneur cauchemar, ne put entraver sa progression.

Au terme du bras de fer entre le voyageur et la créature, l’atelier voyait ses stocks de bois, remplit jusqu’à 400 % des capacités. C’est le moment que choisis le père noël pour harnacher Rudolph IV, le Brave au traineau. Lui et son jumeau Fouettard avec chargé ce dernier de cadeaux jusqu’à ras-bord. Il était probable qu’une première livraison allait débuter. Non loin de là, des lutins éclairaient déjà la piste d’atterrissage. Rudolph IV quant à lui, ne tenait plus en place. La respiration saccadée, les muscles tendus, il avait les yeux injectés de sang. Connu pour ses massacres d’enfants désobéissants, il était dernièrement intervenu dans un contexte de vol à l’étalage. Dès lors, on ne revu plus le petit Garry, qui aurait eu sept ans la semaine prochaine. Donc personne ne fut surpris de constater le corps sans vie, et sans tête d’un lutin, tandis que Rudolph mâchonnait calmement.

Finalement, l’heure du départ arriva. Dazh se saisit de la Hache qu’il installa dans son dos, et chevaucha le renne qui avait mystérieusement disparu le 04 Décembre, mais qu’il avait heureusement retrouvé ! Ce dernier avait reçu un formidable coup de pied et avait dès lors perdu la raison. Imitant, avec un talent inégalable, une harley davidson, la bête observa le ciel. Les nuages se dissipèrent enfin, laissant place au ciel dégagé et à son champ d’étoiles. Les cieux étaient libres.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 310
Date d'inscription : 01/05/2010
Age du personnage : 23

Voyageur Expérimenté
Hikari Nikaido
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 370
Renommée: 900
Honneur: 185
MessageSujet: Re: Le Calendrier de l'Avent dont VOUS êtes le héros Sam 19 Déc 2015 - 0:19
18 Décembre


Si le calme était enfin revenu, la nuit était loin d'être terminée ! Chaque voyageur présent fut réquisitionné pour construire le plus de jouets possible. Sous la tutelle ferme et dictatoriale d'Alice, tous n'osèrent pas broncher une seule seconde sous peine de se faire fouetter par Fouettard en personne. Et il n'attendait que ça bien installé, il faisait claquer violemment son fouet dans l’air.

La prestance du bonhomme était telle qu’il n’avait pas besoin de bouger pour que la création de jouets aille bon train. Hikari qui avait pris place dans la chaîne sursautait au moindre claquement qui résonnait dans son dos manquant de lui faire rater la peinture décorative des jouets.  

Elle n’était surement pas la plus productive de tous mais avait le mérite de s’appliquer sur chacun de ces jouets et ce n’était pas mince affaires. Entre le fouet, les hurlements à la pelle d’une blonde tyrannique et les pluies de mon chéri il devenait urgent de prendre du repos et elle n’hésita pas une seconde quand une jeune fille qui passait par la lui tendit un verre de vin chaud et des oursons en guimauves.

La petite minute de calme pris fin beaucoup trop vite. Un voyageur à peine fringué était en train de prendre la tête au seigneur cauchemar que tout le monde avait pourtant taché de laisser tranquille. Il perdit le duel, sans grande surprise. Pour marquer la fin de ce temps fort le père noël arracha son renne de combat au traîneau près à commencer une tournée. Hikari jubilait, elle allait voir le père noël partir en tournée rêve de tout gamin normalement constitué. Le Harlenne était prêt à partir lui aussi. C’était merveilleux la tempête de neige c’était arrêté et une douce nuit étoilé se dessinait sous leurs yeux.

Courtegrippe, qui a l’appartition du renne de compétitions était entré dans une hystérie fanatique, était aux pattes de Rudolph et l’observait sous la moindre couture. Il avait des étoiles dans les yeux et semblait prêt à se vendre corps et âme pour le beau spécimen. Rudolph lui était bien trop concentré sur la tournée qu’il allait mener seul avec le père noël.

« Oh Oh Oh !! Il va être l’heure »

Les lutins continuaient de charger le traineau. Le père noël pris place, Hikari dut trainer courtegrippe dans la neige pour ne pas qu’il se fasse écraser sur le passage. Ce mec avait le secret du vin chaud fallait pas déconner non plus. Toute l’assemblé avait un œil sur le traineau et l’autre sur Pijn qui n’inspirait confiance à personne. Il pouvait tout foutre en l’air, encore.

Un renne égaré fit son apparition au moment opportun, détournant l’attention du seigneur cauchemar, obnubilé par cette mission morbide d’exterminer toute les bêbête a 4 pattes qu’il aurait l’occasion de croiser ce soir. Ce qui permit au père noël d’envoyer Rudolph au triple galop sur la piste avant qu’ils ne décollent vers d’autres cieux, en laissant derrière eux une poudre dorée qui fit tousser tout le monde.

« Oh Oh Oh »

Un lutin qui était encore en train de charger les paquets fut éjecté au démarrage et vint s’écraser au pied de la jeune femme, elle le remit sur ses pieds. Ce qu’elle regretta amèrement puisqu’il se mit à ronchonner immédiatement en appelant tout le monde à retourner travailler. D’un coup de pied elle l’envoya valser un peu plus loin.

Tout le monde entra dans l’atelier en chantonnant on pouvait reconnaître « I wish u a merry christmas » « mon beau sapin » et autre chant de noël. On reprit tous un verre de vin chaud avant de se remettre au travail. Tout le monde semblait plus calme, serein. Enfin tout le monde sauf la blonde, l’invocatrice de mon chéri et fouettard qui avaient apparemment décidé de ne rien lâcher… Mais, et Pijn ?  

Bizarrement, Pijn se tenait bien sagement à l'extérieur, assis sur un cadavre encore chaud de renne, sirotant un bon vin chaud. Quand on vous disait que cette boisson était leur meilleure arme !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : The Rock
Messages : 559
Date d'inscription : 21/11/2010
Age du personnage : 26

Arpenteur des rêves
Dazh Dalreight
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 30
Renommée: 1600
Honneur: 225
MessageSujet: Re: Le Calendrier de l'Avent dont VOUS êtes le héros Sam 19 Déc 2015 - 16:57



Calendrier de l’Avent

19 Décembre



Ah ! Comme le travail allait bon train ! Les lutins chantaient en cadence des chants qui n’aurait pas déplu à des galériens romains ! L’ambiance dans l’atelier était extraordinaire et débordante de vie. Les jouets comme les outils s’envolait et s’échangeait en toute simplicité. Les lutins et les nains se relayaient jusqu’à la mort pour accomplir leur mission, et justement, beaucoup moururent sur cette seconde session de fabrique de jouet. Contre toute attente, c’est le jeune Dalreight, de retour de sa virée avec le père noël, qui se chargea d’enterrer les victimes.

Il choisit, non loin de l’atelier une petite colline pour ensevelir les petits esprits de noël. Il leur creusa avec patience, des tombes individuelles, à l’orée de la forêt. La neige ne tardait pas à envahir le trou fraîchement creusé dans le sol gelée, mais heureusement, les lutins n’avaient pas la nécessité d’avoir des tombes immenses. Un nain pilotant une petite luge, apporta douze petits corps de lutins qui sentaient bon le vin. Une fois sa besogne achevée, il récupéra des brindilles et les plaça en croix, en guise de pierre tombale. La douzaine de lutins que Pijn avait noyés pouvait dès lors, reposer en paix.

Alors Dazh, entreprit de se consacrer à nouveau à la fabrique de jouet, quand une charrette vint à sa rencontre. Deux nains, conduisant un attelage de renne, amenaient, une dizaine d’autres corps sans vie. La plus-part semblait souffrir de multitude de blessure post-mortem, dut à n’en pas douter, à des Mon chérie. D’abord sans voix, le jeune Dalreight s’employa ensuite à creuser furieusement quinze autres tombes individuelles, plaça les petits esprits de noël en terre, marqua les tombes à l’aide de brindilles et se débarrassa de sa pelle pour rentrer au chaud. Les quinze autres lutins pouvaient à leur tour, reposer en paix…  

A nouveau, Dazh entreprit de se consacrer à la fabrique de jouet quand, une charrette, accompagnée d’un traîneau de fortune, vinrent à sa rencontre. Trois nains conduisaient le curieux convoie, tiré par l’ensemble des rennes survivants. Une trentaine d’autres corps venaient s’ajouter à la liste des victimes de noël. Très vite, le voyageur se retrouva à creuser une immense fausse commune pour les lutins mort au travail. De colère, il avait abandonné l’idée de concevoir des fausses individuelles. Le sol gelé rendait la tache particulièrement ardue, tandis que ses muscles endoloris menaçaient à tout moment de lui faire défaut. Malgré tout, il déposa chacun des lutins trépassés, avec délicatesse, au fond de la fausse commune. Une fois terminé, il reboucha la tombe totalement remplie et dénicha une pierre digne de ce nom pour marquer l’endroit. Comme les autres, la trentaine de lutins de noël fraîchement accueillis au petit cimetière, pouvaient à présent reposer en paix.

Cette fois, le jeune Dalreight fit le tour de la colline pour s’éclipser, et contre toute attente, il tomba nez à nez avec Rudolph IV dit, le Brave. Quatre nains tentaient de contrôlé l’imposant cervidé qui manqua le renverser mais s’arrêta juste à temps. Le freinage d’urgence permis néanmoins de renverser la pile haute de cinquante cadavre de lutins et nains. Certains étaient brûlés, écrasés ou encore piétinés. Dazh compris qu’il s’agissait des premières victimes dut à l’incendie un peu plus tôt. Renonçant à toute discussion, le voyageur s’empara de sa pelle, et déblaya la neige, la mort dans l’âme. Il ne se contenta même plus de creuser une fausse commune, mais de simplement recouvrir les corps de neige afin de les dissimuler à la vue de tous. Dès lors qu’il eut enseveli le dernier corps sous la neige, Dazh s’aperçut que l’innocente colline qu’il avait choisi n’étais plus qu’un immense tumulus, troué de part en part.

Enfin Dazh pouvait prétendre regagner la chaleur de l’atelier quand un camion entier vint à sa rencontrer avec presque soixante-dix lutins sans vie à son bord. Le voyageur lança sa pelle a l’encontre du camion, ce qui eut pour seul effet de le tourner en ridicule. Alice et Lithium n’y allait pas de main morte avec les esprits de noël… Le jeune Dalreight ne récupéra pas sa pelle, mais prit le volant du camion.

[…]

Lentement, il fit une marche arrière en faisait bien attention de ne pas basculer le camion et sa remorque dans le ravin. Seul le TUUUT-TUUUUT-TUUUUT du camion qui soulevait sa remorque, était perceptible dans le silence de la nuit. Peu à peu, les lutins morts dégringolèrent de la benne pour tomber lourdement dans la vallée derrière l’atelier du père-noël, tandis que Dazh se limait les ongles en sifflotant, l’air de rien.

Certain d’en avoir fini avec le boulot de fossoyeur, il rentra directement à l’atelier. Le travail avait formidablement bien avancé et garantissait le succès de noël cette année. Mais lorsque tous les cadeaux furent prêts et emballés avec les nœuds les plus jolis du Royaume, alors que l’on amoncelait des piles de jouets sur un TGV (Traîneau Grande Vitesse) flambant neuf, Pijn se leva enfin et fit craquer son immense carcasse. « Je prends ça. », dit-il ! Aussitôt dit, aussitôt fait ! Puis il s’en alla, un vilain sourire aux lèvres. Tout était à recommencer !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 632
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: Le Calendrier de l'Avent dont VOUS êtes le héros Dim 20 Déc 2015 - 2:19
20 Décembre

Après tant d'efforts et de décès dû à des Mon Chéri's en fanfare, les lutins n'avaient plus la force de continuer. Le moral dans les chaussettes, ils n'eurent d'autre choix que de reprendre le travail. Sur les ordres d'Alice vociférant des ordres à tout va, puis de Bis qui en avait châtié une quinzaine pour l'exemple, les petits hommes reprirent le boulot avec leurs minuscules mains écorchées. Que serait Noël sans ces fichus cadeaux de sang ?

Mara pour sa part, ne travaillait pas vraiment. Pas qu'elle ne le souhaite pas, au contraire, elle aurait toujours été ravie d'aider! Mais pour l'instant, la pauvre fillette traumatisée occupait trente centimètres carré de sol, plaquée contre le mur en position fœtale, fixant d'un air vide le parquet rutilant où quelque temps auparavant était apparu une flaque de vomi. Était-ce la débauche d'hémoglobine qui avait mentalement brisé la petite, ou bien la vision de sa propre personne douloureusement déchiquetée par une horrible créature?

À moins que ce ne soit une regrettable conséquence d'une overdose de Mon Chéri's, certains fous pensant que ces derniers étaient moins cruels pour elle que le fouet. Mais bon, son absence totale de présence lui permettait au moins de comater en paix, sans attirer l'attention des tortionnaires. C'était déjà ça de gagné.

Mais même dans cet état second, elle continuait de se rendre compte passivement des événements qui l'entouraient. Son pouvoir lui faisait toujours comprendre les discussions dignes de comptoir des rennes, et son reste de cœur ressentit un sursaut de joie en croyant comprendre que ce Pijn s'en allait peut-être. Elle ne fut par contre guère sensible au soupir commun qui retentit d'un coup à l'idée de tout refaire. Et toujours, elle entendait plus qu'elle n'écoutait les discussions des rennes, de l'autre côté du mur, pour une fois elle aurait peut-être mieux fait d'être attentive...

~~~~~~~~~

Sept ans. Sept putain d'années qu'il bossait pour la famille Nowel. Sept noël à la con qu'il passait sous le nom de "Rudolph IV". Le puissant renne avait toutes les raisons du monde de péter un câble: relégué à un rôle secondaire, affublé d'un nom ridicule, obligé de respecter une image de marque niaise... Mais il avait tenu, prenant sur lui-même. Il avait d'abord pensé que la partie la plus difficile de son plan était d'intégrer l’Attelage, mais se maintenir dedans c'était avéré un challenge digne de ce nom.

Pourtant, son parcours n'avait pas été sans bavure: oui il admettait, une fois ou deux, avoir lâché le contrôle de ses nerfs et s'être adonné à un petit massacre... Mais bon, on ne pouvait pas lui en vouloir, c'était de la légitime défense: ces gamins avaient essayé de le toucher. Puis bon, Dreamland était grand aussi, quelques dizaines de plus ou de moins, qu'est-ce que ça changeait?

Sauf qu'alors qu'il avait pété son câble d'un coup, sous les yeux des deux jumeaux de Nowel, quelques chose d'incroyable s'était produit. Apparemment, ses cibles avaient été des enfants désobéissants. Et en les écorchant méthodiquement, il avait acquis le respect et l'admiration des frères. Faut dire qu'à partir du moment où il a appris qu'il avait le droit d'embrocher les mouflets, tout est devenu bien plus simple.

Il eut vite fait de se tailler une sacré réputation par rapport aux autres rennes, mais malgré tous ses efforts, il restait désespérément le quatrième. Aucune gloire à être le quatrième, quel est l'intérêt d'avoir un fan-club si on est même pas en tête de file? Ainsi, pendant de longues heures, il regarda avec haine ses trois supérieurs, fomentant des complots avec lui-même, imaginant mille moyens de les faire tomber et de marcher sur leurs cadavres.

Puis la Providence, l'Avènement était survenu. Ce Noël-ci était, pour son plus grand plaisir, un massacre. La majorité des pertes étant causées par d'autres personnes, personne ne s'offusqua du fait qu'il décide de mâchouiller quelques lutins pour se donner de l'énergie. Et surtout, mieux que tout ce qui était survenu: Rudolph I et II étaient morts, décapités ou perdus quelque part. Et Rudolph III étant en train de dormir, il avait eut l'honneur de mener le traîneau! C'était merveilleux, c'était l'esprit de Noël!

Mais il lui fallait plus, il lui fallait l'assurance de rester le numéro 1. Il lui fallait la mort de Rudolph III. Pendant ces longues années passées dans l'étable, il avait noué des liens, forgé des alliances. La majorité des rennes le soutenaient, il ne lui restait plus qu'à profiter du chaos général pour passer à l'attaque et asseoir sa domination. Et s'il n'y avait pas assez de chaos ambiant, il n'avait qu'à en créer par lui-même à l'aide de sa petite armée de cervidés. Après tout, il n'était pas seul: cette fois, à quelques conditions, un puissant allié le soutenait.

Ainsi, les animaux étaient réunis derrière l'atelier, complotant entre deux cargaisons de cadavres de lutins. Alors qu'il partait dans une envolée belliqueuse pour motiver ses troupes, le leader cessa de bramer et leva l'oreille: quelqu'un venait... L'un de ses espions, allé mesurer l'ambiance de l'atelier. Et à la vue de son chef, le ninja aux bois noirs se contenta d'un acquiescement. Alors que tout allait bon train, personne ne s'attendait au complot qui se tramait dans l'ombre. Rudolph IV attendait patiemment son heure... A lui la gloire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 64
Date d'inscription : 29/11/2015

Nouveau challenger
Vittoria Campbell
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 105
Honneur: -25
MessageSujet: Re: Le Calendrier de l'Avent dont VOUS êtes le héros Lun 21 Déc 2015 - 1:43
21 Décembre

Personne ne s'y attendait, donc tout le monde s'en foutait. Le taux de décès s'élevait à présent aux alentours d'une overdose de liqueur toutes les 10 minutes, octroyant davantage de travail à Dazh le fossoyeur de lutins, mais le travail avançait plutôt bien. Si tout se passait correctement, ils auraient bientôt fini ! Rien ne se mettrait en travers de leur chemin, la fin de ce cauchemar était proche ! De toute manière avec le nombre d’ouvriers miniatures que possédait le gros barbu rouge, oui on parle bien du père noël et non d’une caricature de Staline, il ne devait pas être à un, deux ou cent décès près. On aurait pu croire que ces trucs se dédoublaient en cachette comme de petites bactéries ou poussaient comme des pâquerettes à l’arrière de l’atelier. Si ça se trouve là était l’intérêt de les enterrer après leurs décès, ils repoussaient avec un peu d’eau, de soleil et de crotte de renne. Un bien bon engrais la crotte de renne.

Un petit cheval de bois à la main, Vittoria était à la recherche de la moindre imperfection qui lui permettrait de renvoyer ce jouer directement de là où il provenait, un job assez amusant et qui correspondait parfaitement bien au tempérament maniaque, perfectionniste et limite tyrannique de la jeune femme. Enfin niveau tyran, les ouvriers avaient à faire entre la chef de l’atelier dictatoriale, du jumeau fouettard et la blonde vociférante. Qui n’a jamais rêvé de passer noël au Goulag ? Du moment qu’elle n’avait pas à ingurgiter de ces affreux chocolats à la liqueur de supermarché ça lui suffisait de toute façon et puis la perspective de détenir un certain panel de responsabilité lui plaisait assez bien qui plus est. Elle était responsable des jouets qui partaient à l’emballage après tout, ce n’est pas rien et en plus elle pouvait éhontément dénoncer les travailleurs les moins acharnés qui fournissaient un trop grand nombre de jouets déplaisants ou non-conformes.

Le seul bémol de ce poste résidait en la présence d’un seul lutin qui avait décidé de la surveiller et ainsi de ne pas la lâcher d’une seule semelle et ce peu importe ce qu’elle faisait ou ferait. Elle se contentait de l’ignorer pour le moment mais la tâche commençait à s’avérer compliquée plus les minutes passaient. Qui plus est il possédait sur le nez une grosse paire de lunette grossissant au triple ses yeux vitreux, le rendant impossible à confondre avec l’un de ses camarades. Heureusement son attention fut détournée de l’individu miniature lorsque Lilith arriva avec son chariot chargé de guimauves et de vin chaud. Il ne manquait plus qu’elle décidément mais bon, laissant quelque peu place à l’esprit de noël, l’américaine choisit de ne pas envoyer paitre sa rivale alors qu’elle lui proposait à boire et quelques oursons. Faisant mine de réfléchir elle se décida à demander.


- Hmmm… Je ne sais pas, tu en as au chocolat blanc ?

Profitant des recherches de la jeune fille dans son chariot pour inspecter une poupée de chiffon, elle fut tirée hors de son contrôle lorsque l’albinos lui présenta des bonbons identiques aux précédents pourtant uniquement constitués d’un chocolat aussi pâle qu’elle. Levant son sourcil visible elle se tourna vers elle dans une moue déplue pour lui confier.

- Je ne pensais pas que ça existait. En même temps c’est pas très bon le chocolat blanc, moi je déteste ça !

Non elle ne voulait pas l’envoyer sur les roses mais elle n’avait pas décidé de lui faire des cadeaux non plus, il ne fallait pas déconner quand même. Bref ce fut en emmenant un petit rire sifflé entre ses dents que Vittoria pu reprendre son travail sous le regard réprobateur du lutin myope toujours dans son dos. Décidément il ne la lâcherait pas de si tôt celui là. Bientôt totalement exaspérée la rousse écarlate se retourna vers lui passablement agacée avant de lui lancer.

- Il va me lâcher quand le Schtroumpf à lunette ?

Ce à quoi le petit être répondit en ajustant ses lunettes d’un ton bien plus assuré que celui dont avait pu faire preuve ses précédents petits camarades. Il faut aussi préciser qu’il avait un cheveu sur la langue rendant ses paroles particulièrement comiques ou insupportables, ça dépend du point de vue.

- Je suis pas un Schtroumpf, je suis un lutin du nord. Les schtroumpfs sont des personnages de bandes dessinées créés en 1958 qui peuvent être associés à de très petits lutins bleus, vivants dans des maisons en forme de champignons dans un village en pleine forêt. Ils possèdent chacun une spécificité particulière et se distinguent par leur couleur, leur tenue et leur manière de parler consistant…

Son explication fut violemment interrompue lorsqu’un tabouret en acajou vint se briser sur son crâne l’envoyant dans les vapes pour un bon moment. La voyageuse ophidien relâcha le pied de bois et un long soupir dans le même temps se disant qu’au moins elle ne l’avait pas tué mais que si quelqu’un le faisait en lui marchant dessus, ce ne serait pas son problème. Reprenant sa tâche là où elle l’avait laissée elle profita des “Christmas Carol’s” qui envahissaient les lieux entre deux chansons paillardes entonnées par les lutins. Elle connaissait bien celle qui passait en ce moment et qui recommandait aux enfant d’être sages parce que le père noël savait exactement qui avait été sage de qui ne l’ait pas été. Prise d’un doute la jeune femme se mit à réfléchir… Comment faisait t’il pour savoir ça ? Il avait une liste ou des objets magiques à sa disposition ? Une furieuse envie d’enquêter là dessus prit le dessus sur sa conscience, après tout personne ne se rendrait compte de son absence si elle allait faire un rapide tour par le bureau du vieux. Dans le pire des cas elle mettrait ça sur le compte du vin.

Se faufilant dans la pièce vide adjacente à l’atelier, elle découvrit un bureau moins vaste que ce à quoi elle s’attendait initialement contenant de nombreuses étagères et un large bureau sur lequel était posé des feuilles et des stylos en désordre. Inspectant rapidement les lieux, elle rechercha tout ce qui pouvait ressembler de près ou de loin à quelque chose pouvant permettre de lire l’aura des gens ou quelque chose comme ça. Son dévolu se posa sur une sorte de paire de jumelles qui avaient à peu près la même portée que de classiques lunettes de vue. En regardant à travers par la fenêtre qui donnait sur l’arrière, elle pu remarquer que certaines des personnes présentes dehors semblaient entourées de rouge ou de vert d’intensité différente sans doute selon si la personne était considéré comme sage ou pas. Elle envisagea de les garder un moment mais remarqua que l’un des rennes, le plus massif était entouré de rouge. Elle inspecta sans les jumelles et pu reconnaitre celui que le satyre avait désigné en pleurant comme Rudolph IV, provoquant chez la jeune femme de gros doutes. Comment ces lunettes pouvaient croire que le plus important des rennes n’était pas “sage” ? Sans doute un défaut ou encore que la demoiselle n’était pas apte à les faire fonctionner correctement, la forçant à les reposer déçue, avant de retourner travailler.

Pendant ce temps, le cervidé majestueux attendait le signal de son agent furtif, moment qui lui annoncerait qu’il pouvait enfin mettre son plan en marche une bonne fois pour toute. Bientôt dans l’atelier le dernier ruban fut par un lutin noué autour d’un ultime cadeau, avant qu’il ne reçoive un mon chéri en plein dans la bouche, pas parce qu’il avait fait quelque chose de mal mais juste pour le fun. Personne ne fit attention au malheureux qui s’étouffait à cause de sa fausse route et on préféra charger rapidement le nouveau convoi de cadeau et c’est qu’il y en avait des paquets à charger sur le TGV.

Une fois cela fait le père noël s’avança vers son véhicule et un nain trapu à la barbe bleue en pointe et à la peau cuivrée se rapprocha de lui lui faisant signe qu’il lui faisait la courte échelle. Seulement il se décala d’un mouvement rapide juste au moment où le gros barbu espérait poser sa large botte sur ses petits doigts boudinés ce qui le déséquilibra un instant et ce, juste assez pour que la décoration de jardin vivante le pousse pour le faire basculer en arrière. Il ressembla pensant de longues secondes à une tortue à l’envers et alors que son frère cuir-moustache tentait de le remettre sur pieds, le traitre était monté dans le traineau, et avait secoué les rênes du renne qui se cabra en souriant d’un un fier et lugubre avant qu’il ne s’envole au quart de tours dans le ciel noir et étoilé. Lorsqu'il se retourna pour dire "Avec les compliments d'Héliée, bande de nazes ! " tous comprirent que Rodolphe le Brave méritait un nouveau titre moins pompeux. Et avec une angoisse frisant la crise d'épilepsie, les lutins comprirent qu'ils allaient devoir tout recommencer. Encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 32
Date d'inscription : 06/12/2015

Habitué
Kaïn Belt
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 15
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Le Calendrier de l'Avent dont VOUS êtes le héros Mar 22 Déc 2015 - 22:08
Après la trahison de Rudolph IV, dit le Vendu pour les plus polis, ils étaient certains que plus rien de pire ne pouvait leur arriver. Les monstres d'Héliée, Pijn qui s'était servi, puis ce fichu caribou de chez Serpentard... Le prochain qui tentait de les pigeonner se ferait arracher les boules de noël. Parole de lutin !

Les lutins n'eurent que le temps de jurer que personne ne les auraient plus qu'ils furent contraint de se remettre à travailler, agressé par une pluie de "Mon Chérie" volant et les vocifération de Bis qui s'en donnait à cœur joie, maltraitant les esclaves de noël.

Ils se remirent tous au travaille, ne calmant pas les ardeurs de leurs tortionnaires, la cadence accéléra, augmentant la mortalité chez les lutins qui tombaient d'épuisement (selon la version officielle qui est contredite par la LRSL, la Ligue pour la Reconnaissance du Sacrifice Lutanesque, qui défend la thèse de l'intoxication au "Mon Chérie") comme des mouches, obligeant les voyageurs restant à travailler plus dure encore pour combler le manque de lutins.

Cependant alors que Dazh était occupé à vider les camion de lutins mort pour la gloire de noël, que les lutins mourraient pour la gloire de noël et que les voyageurs travaillaient comme des lutins pour sauver noël, Lilith et Courtegrippe se rendirent compte qu'ils allaient tomber à coure de vin chaud, le stock du Père Noël étant épuisé et Courtegrippe ayant finit sa bonbonne de vin chaud sanglant (recette qu'il pensait sincèrement faire breveté au vu du tabac qu'elle avait fait) depuis bien longtemps maintenant.

Ce dernier pris alors un lutin encore en vie au quelle il confia la mission de sauver la peau de Lilith et Courtegrippe d'une attaque de travailleur en manque de vin chaud en allant demander à ses assistant de lui envoyer quelqu'un avec la bonbonne de secoure. Juste après lui  avoir délivré ses instructions le satyre qui maintenait l'alcoolisme du pays de noël donna un monumental coup de pieds dans le fondement du lutin, lui faisant décrire un magnifique arc de cercle dans les airs, avant de disparaître dans la cime des sapins.

Le courageux lutins, volontaires forcé de cette viré dans le blizzard glacial qui battait le pays arriva au pieds d'un jeune homme aux cheveux blanc ébouriffé et dont les yeux rouges n'inspirait pas trop la confiance du lutin.
Puis soudain il fut pris d'un éclat d'intelligence! Il se mit à trembler, face à lui se tenait le terrible, le puissant, le terrifiant... À non il s'était trompé de personne c'était juste un pécore qui passait par là. Il arrêta de trembler et se mit à courir en direction de l'atelier du satyre aux lunettes de soleil.

Kaïn marchait dans la poudreuse  depuis maintenant quelque heures dans la poudreuse lorsqu'un lutin s'écrasa en criant à ses pieds. Le nabot le regarda et commença à trembler ce qui tira un sourire à Kaïn, puis le lutins rajusta ses lunettes, l'observa une seconde fois avant de se rasséréner et de se fendre d'un "Ah bas non enfaîte." qui fit perdre son sourire à Kaïn.

Puis le petit être se retourna et se mis à courir de manière ridicule sur ses petits membres atrophiés. Kaïn regarda le lutin courir pendant cinq bonne minute, celui-ci n'avait parcourue en tout et pour que cinquante mètres. Vraiment pathétique se dit Kaïn. Dans un élan de générosité qui ne lui était pas particulièrement familier il invoqua Gørn, sur le dos duquel il monta. Cinq minutes plus tard Gørn et son invocateur était au niveau du nabot.

"Hé! Le nain! Tu veux monter ?"


Le lutin n'avait toujours pas confiance en l'inconnu aux cheveux blanc mais il devait aller le plus vite possible et l'espèce de grosse bestiole sur laquelle était juché l'inconnu était bien plu rapide que lui. Et puis il était vraiment fatigué à cause de la cadence de travail à l'atelier et un peu de repos ne serait pas de refus. Il accepta donc la proposition de l'étrange jeune homme et lui indiqua l'objet de sa mission et la direction à suivre.

Ils arrivèrent à l'atelier du satyre-médecin dix minutes après. Le lutin descendit et remercia le jeune homme. Il s'approcha de l'atelier et demanda aux assistants du satyre d’amener la bonbonne de vin chaud de secoure à l'atelier du Père Noël sur ordre de Courtegrippe. Cependant il apprit que tous les assistants de Courtegrippe était malade mais qu'ils avaient interdiction de toucher aux réserves de vin chaud.

Il décida alors d'emmener lui-même la bobonne et demanda à ce qu'on la lui amène. On la lui montra. Il s'agissait d'une tour de quatre mètres de hauteur pour deux mètres de diamètre. La mâchoire du lutin tomba. Ayant suivi l'échange Kaïn, décidément beaucoup trop gentil ce soir, proposa au lutin de l'aider à emmener la bonbonne à l'atelier du père noël.

C'est ainsi qu'après une heure de voyage le lutin, Kaïn et Gørn arrivèrent en traînant la bonbonne harnacher au dos de Gørn dans la neige sous les soupires de contentements de de Lilith et Courtegrippe qui n'avaient pas encore été assassiné par une foule de travailleurs mécontents.

Le lutin retourna au travaille et Kaïn congédia Gørn avant d'entrer dans l'atelier. Il fit quelque pas dans l'usine de jouet avant de se prendre un "Mon Chérie" dans le crâne et d'entendre quelqu'un lui hurlé de travailler.

"Moi travailler? Pfff! Quelle idée!"

Il invoqua Tælk.

"Il travaillera à ma place. Avant de te mettre à travailler pour ces dingues fabrique moi un transat."

Tælk compris immédiatement la situation et fabriqua le transat demandé par son maître avant de se mettre à travailler ardemment.

Kaïn alla chercher un verre de vin chaud et posa son transat face à deux étranges horloges, l'une ne bougeant pas, l'autre allant à toute allure. Il sirota son breuvage réfléchissant à cette question.

Pendant ce temps la cadence allait bon train et Tælk avait trouvé à se rendre utile au service de récupération des cadeaux qui avaient subit le contrôle de qualité. Il remarqua alors la personne qui s'occupait du tri des cadeaux défectueux. Il en informa son maître, trop occupé à contempler les horloges, qui lui dit de lui transmettre ses amitiés.

Tælk retourna donc à son poste et s'approcha de la jeune femme aux cheveux rouge qu'ils avaient rencontré dans le royaume du Doute, et lui transmit les amitiés de son maître, Kaïn Belt crut-il bon de préciser au cas où la jeune femme aux cheveux rouge n'arrivait pas à faire le lien entre lui et son maître.

C'est à cet instant que Kaïn héla le vieux barbu en rouge qui devait être le maître des lieux. Ce dernier s'approcha, furax de voire un voyageur ne rien faire et en plus avoir le culot de l’appeler avec une telle désinvolture.

"QU'EST-CE QUE TU FOUS À GLANDER ESPÈCE D'IMMONDE PETITE MERDE ?!"


Ignorant superbement la question du Père Noël Kaïn se pencha dans son transat pour se rapprocher du fameux personnage en rouge tout en pointant les horloges du doigt.

"Dis moi Santa, c'est normal ces deux horloges, c'est pour la déco ? Parceque franchement à ce moment là je trouve pas ça génial dans ton intérieur et si c'est pas juste pour la déco, bah je ne vois pas bien l'utilité d'une horloge qui n'avance pas et d'une autre qui va à toute allure. Ça a une symbolique particuliè..."

Kaïn n’eut pas le temps de finir sa phrase que le gros bonhomme en rouge se mit à hurler.

"DE QUOI? QU'EST-CE QUE TU ME RACON.. ROGNUTUDJU! QUI À DÉRÉGLER MES HORLOGES?"

"C'est de la faute du lutin qui est là-bas!"
s'exclama Kaïn en pointant du doigt le lutin qu'il avait accompagner dans son périple à la recherche du vin chaud.
Kaïn sourit, justice était ainsi faite, son affront était lavé!

Au cri du gros Santa tous s'interrompirent alors que les cadeaux étaient en passe d'être terminés pour une énième fois et tous se rendirent compte que personne n'avait pensé à corriger cette histoire de Temps. Le monstrueux nuage qui perturbait l'écoulement normal des minutes se promenait toujours au-dessus de leurs têtes ! Qu'avait fait le Père Noël pour mériter des abrutis pareils...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 64
Date d'inscription : 29/11/2015

Nouveau challenger
Vittoria Campbell
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 105
Honneur: -25
MessageSujet: Re: Le Calendrier de l'Avent dont VOUS êtes le héros Jeu 24 Déc 2015 - 0:36
23 Décembre

-
Le temps nous est compté ! beugla le Père Noël.

Le patron avait raison. Et leur peur fut d'autant plus grande lorsqu'ils comprirent que cette menace avait boulotté pas moins de plusieurs heures ! Cela signifiait donc que... Que Noël arrivait bien plus tôt que prévu ! Ils devaient faire vite car la panique s'emparait de l'usine. C'était le moment pour les Voyageurs, accompagnés des lutins survivants - autrement dit, très peu - de prouver qu'ils n'étaient pas que des fouteurs de merde. Certain voyageurs tentèrent tant bien que mal de calmer les petits êtres les plus émotifs à grands coups de chocolats à la liqueur ou en les assommants plus simplement ce qui courrouça une nouvelle fois le gros barbu qui fit tonitruer sa voix grave dans l’atelier.

- Vous avez fini avec mes lutins ?! Vous croyez que je les imprime ? Et qui va bosser si vous me les flinguez tous !?

Judicieuses questions qui souleva des vagues de “Aaaaah”, “Ooooooh”, “J’y avais pas pensé…” et de quelques “Mais moi j’aime bien les mon chéris…”. Ce dernier type de remarque suffit à attiser les foudres de Bis qui partit en direction des fautifs, leurs enfonçant des poignées entières de chocolats jusqu’au fond de la gorge. Ils aimaient ça , alors ils allaient pouvoir en profiter ! Et avec le papier ! Non mais pour qui ils se prennent ceux là ? On trouve des techniques de tortures originales, des menaces qui sortent de l’ordinaire on se creuse la tête et NON ! Il faut toujours qu’il y en ai qui gâchent tout en y prenant goût ! Bande de masochistes ! Si quelqu’un connaissait l’inventeur du syndrome de Stockholm qu’il en décline l’identité immédiatement parce qu’il y avait deux trois personnes qui voulaient lui tirer deux mots. Maudis finlandais… Ah non ? La Suède ? Autant pour moi. Mais c’est encore pire ! Voici d’ailleurs comment on pourrait résumer ce pays :  La Suède : Ses meubles en kits, Ses noms imprononçables de meubles en kit et son syndrome.

Enfin bref, quelques tergiversations suédoises plus tard, deux groupes se séparèrent au sein de l’atelier du père noël : Ceux qui continuaient à travailler sous le joug d’Alice et du père fouettard parce que le cuir et la cerise, y a que ça de vrai dans la vie et ceux qui partirent tenter d’éloigner le nuage dérégleur de temps. En gros il y avait des philosophe et des maso… Mais non le Papa Noël n’ait aucune raison de s’inquiéter.

Vittoria qui avait retrouvé son poste après avoir gentiment remis ce qui ne lui appartenait pas à sa place, choisit dans un premier temps de garder son travail d’inspection des jouets. Pas trop compliqué, pas trop fatiguant et une assurance quasi certaine de rester loin des trajectoires des sucreries vengeresses. Néanmoins elle ne pu retenir un hoquet désagréable lorsqu’une sorte d’humanoïde grisâtre vint prendre place non loin d’elle pour réparer les articles défectueux tout en lui passant les amitiés de son maitre. Se raclant la gorge elle lança au slender man une petite formule de politesse banale avant de continuer à travailler. Décidément, entre Lilith et Kaïn le logo coca-cola avait su tirer parti des meilleurs voyageurs du coin… Exaspérée à l’idée de rester trop longtemps près du démon mineur, elle finit par héler un groupe de penseur leur demandant de l’attendre. Avant de partir elle saisit un joli petit soldat, bien fait le visage pâle, le costume sans pli et le haut de forme bien droit. Le serrant de toutes ses forces jusqu’à ce qu’il ne reste du jouet qu’un petit tas démembré elle le tendit ensuite au serviteur cornu lui précisant qu’il avait besoin d’une légère réparation.

Bon une fois avec les autres, elle n’eu pas besoin de beaucoup de temps pour se rendre compte qu’elle était encore une fois tombée sur de vraies flèches de compétitions. Pour le moment ils en étaient à se demander “Mais qu’est ce que le temps ?”. Aucun doute que le royaume de prédilection de ceux là, c’était au moins Weed-land. Sauf le grand maigre nan, celui là c’était sboob-land vu sa tête de pervers et son regard en biais et vu son sourire il devait envier le fouet du jumeau cuir-moustache. Berk, une image peu ragoutante qui collait particulièrement à l’esprit de noël et qui hanterait votre esprit jusqu’à la fin des temps. Pas de remerciements requis, vous avez fait le travail tout seuls.

Se passant une main dans les cheveux, l’américaine se rapprocha de la fenêtre, sortant un instant à la recherche d’infos de base. Déjà il fallait croire qu’il ne s’agissait pas seulement d’un nuage métaphorique parce que dans le cas contraire ils allaient en plus se manger une tempête d’un autre monde. Ou d’un autre âge. Okay pardon pour le jeu de mot il était facile. Bon on se concentre, on reste sur la bonne voie. Donc nuage, comment on contrôle un nuage ?… Du vent ?


- Y a il quelqu’un qui sache contrôler le vent ici ?

Silence gêné.

- Non.

Retour à la normale. Bon ben ça valait le coup d’essayer. Poussant un nouveau soupir la jeune femme sentit qu’on lui tirait sur le bas du manteau et baissa les yeux pour découvrir le lutin à lunette de tout à l’heure, réveillé, un verre de binocle cassé et une incisive en moins. Donc en plus du cheveux qu’il avait déjà sur la langue ça lui donnait une sorte de “feu”. Surprenant et désagréable à entendre. Persuadée qu’il allait encore la gonfler, la rousse attrapa un tabouret mais le petit être plaça ses mains en protection tant bien que mal et se mit à parler le plus vite possible avalant presque ses mots et ne reprenant pas une fois son souffle.

- Il y a l’atelier de photo du calendrier du père noël pas loin on pourrait y aller parce qu’il y a des ventilateurs à fausse neige et la fausse neige c’est lourds donc les ventilateurs sont gros et s’ils sont gros ils sont puissants et donc ils font du vent et si…

*BAM* Coup de tabouret. Encore. C’était juste insupportable la manière dont il parlait impossible à suivre. Cherchant parmi les survivant un volontaire pour lui montrer le dit studio, et d’autres pour porter les ventilateurs elle fut bientôt conduite vers une salle qui faisait plus penser à cinquante nuance de red (version noël oblige) qu’à un joli studio de photos de vacances. Elle ne voulait pas savoir qui posait là dedans et ne voulais pas non plus imaginer ce… non, non, non… Trop tard. Décidément ce soir n’était plus noël mais Halloween déguisé. Heureusement ils trouvèrent de gros ventilateurs de cinémas, oui ce genre de machins qu’on utilise quand on veut faire semblant de dépressuriser un avion ou qu’on crée une nouvelle tempête dans les caraïbes. Ils durent s’y mettre à dix pour déplacer les trois engins dehors, forcément il y avait trois personnes par machine et une qui se contentait d’observait en donnant des consignes, et une fois dehors on eu besoin d’une chaine de lutin pour tous les brancher. Parce que non, le papa noël n’avait pas eu le temps de passer au magasin de bricolage pour acheter des rallonges électriques mais tant pis ! On demanda aux lutins qui servaient le moins ou qui travaillaient mal de se donner tous la main, avec celui à un bout qui tenait la prise des ventilos et à l’autre bout qui mit les doigts dans la prise.

Ce fut une formidable guirlande artificielle qui se mit alors en route, adoptant des éclats bleutées et rouges, grésillants comme une planche à musique et dégageant une délicieuse odeur de barbecue mongol trop cuit. Bêtises mises à part ça fonctionnait et les machines se mirent à souffler tout ce qu’elles avaient ans les tripes, qu’elles n’avaient pas, dirigées vers le ciel pour pousser le plus possible le nuage grisâtre. Si on se pose la question oui il était en basse altitude. La masse fumeuse semblait résister à l’assaut mais luttait fortement et perdait quelques centimètres de terrains au fil des minutes qui passaient, les regagnant parfois avant de les reperdre de nouveau. Recourant au chaud dans l’atelier, la voyageuse ophidienne pu constater un léger mieux au niveau des horloges mais c’était pas encore ça hein… A la limite si elles avaient du donner l’heure du méridien opposés au leurs avec du retard ça aurait pu le faire… Si on ne comptait pas le fait qu’elle tournait à l’envers l’une de l’autre. Quoi que ? Quoi que ?! Oui ! Elles avaient retrouvé le bon sens de marche ! C’était déjà ça de prit au moins ! Mais tout de même bien qu'ils avaient compris comment le contenir, le nuage était toujours présent. Il devait bien exister une solution qui leur permettrait de le faire disparaître une bonne fois pour toute ! ... Mais laquelle…



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : The Rock
Messages : 559
Date d'inscription : 21/11/2010
Age du personnage : 26

Arpenteur des rêves
Dazh Dalreight
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 30
Renommée: 1600
Honneur: 225
MessageSujet: Re: Le Calendrier de l'Avent dont VOUS êtes le héros Sam 26 Déc 2015 - 17:26


Calendrier de l’avent
Jour de Noël



Le désespoir de voir Noël leur passer sous le nez eut pour mérite de débloquer le cerveau d’un de nos personnages. Mais bien sûr !! EUREKA ! Fier d’avoir enfin compris comment remettre les pendules à l’heure, Dazh Dalreight fit part de son génie aux autres. « Il est temps de ramener le temps.. !! » … Comment ça, sa blague était nulle ? Malgré tout, un petit groupe de lutins, ria aux éclats, et l’un d’eux tomba même sur le sol, à bout de souffle et parvint à s’ouvrir le crâne sur le coin d’une table basse. Tous les voyageurs présents, qui s’étaient réuni pour écouter le plan de bataille, ignorèrent le petit corps sans vie.

Son plan n’était guère compliqué, mais il lui fallait l’aide de tout le monde. L’intervention de Vittoria, puisque telle était son nom, avait néanmoins permis au Temps, dans l’atelier, de fonctionner dans le bon sens et une bonne fois pour toute. Ou tout du moins, jusqu’au retour de cet étrange nuage. Mais pour l’éliminer, il fallait une autre solution, et la réponse à cette question, c’était sans nul doute, l’utilisation d’un hélicoptère apache, parce que cet hélicoptère est équipé de mitrailleuse et de missiles, c’est une arme de guerre redoutable et très impressionnante! Une véritable machine à tuer ! Cependant, nul n’avait un tel engin sous la main et à défaut, il fallait ce contenté d’employer une magie tout aussi étrange que ce nuage, la magie de noël.

Il ne fallut que quelques instants aux voyageurs pour se préparer à l’ultime bataille du Royaume de Noël. Dazh avait troqué sa tenue de fortune pour une tunique cuivrée, efficace contre le froid et qui épousait parfaitement sa silhouette. Il avait également mis la main sur des bottes en cuir de bonne facture et une bure sombre, muni d’une capuche qui lui permettait d’y voir claire dans la tempête. Le voyageur avançait à la tête d’un groupe de quatre personnes, bravant le blizzard qui se montrait plus fort que jamais, compte tenu de la proximité du nuage. Dazh chevaucha l’un des rennes survivant, et à ses côtés, Clem Free, Corey cole et Garry lB firent de même. La petite escouade de renne volant affrontait la tempête, mais peinait à progresser tant les vents étaient violents. Le jeune Dalreight n’y voyait pas à plus de cinq mètre, mais réussissait à percevoir le son des grelots de ses coéquipiers. Rapidement, il sentit les poils de sa barbe gelés presque instantanément et douta un instant de parvenir à exécuter la mission qu’il s’était attribué.

C’est alors que l’équipe de Vittoria Campbelle, composé de Mara Leros, de Kain Belt et de Nao Saez orientèrent les formidables ventilateurs dans leur direction. De puissante bourrasque vinrent les aider à progresser en direction du nuage, le cœur de la tempête, mais comme s’il était conscient, le bouillard magique concentra ses forces sur le blizzard. Contre toute attente, Garry et sa monture furent emporté en arrière et disparurent dans la nuit… Alors, le jeune Dalreight et ses alliés redoublèrent d’effort pour surpasser le chaos de la tempête.

Heureusement, le morpheur avait prévu ce cas de figure. Il n’avait pas sous-estimé le nuage magique qui avait eu maintes occasions de se développer, tandis qu’ils s’essayaient de sauver noël. Ce fut au tour de Hikari Nikaido et de Lena Skye, sous les ordres de Lilith Dael de libérer toute leur puissance de feu. A l’aide de canon à neige, astucieusement  recyclé en lance-flammes par Calvin Thomas, le trio déchaina une véritable déflagration au cœur des bourrasques généré par l’équipe de Vittoria.  Lilith, comme la jeune Campbelle s’essayait à chaque instant, de surpasser l’autre en établissant des stratégies complexes, visant à fournir plus d’encouragement que l’équipe rivale.

Le vent brûlant, qui bien que très refroidit au moment d’atteindre l’escouade volante, consuma le blizzard et leur permis de s’élever prodigieusement haut dans le ciel. Enfin, ils eurent l’occasion de pénétrer le nuage magique. Une fois à l’intérieur, le chaos n’était plus qu’un univers tranquille, tandis que le monde extérieur leur sembla tantôt figer, tantôt précipiter. L’écoulement du temps était hautement perturbé. Des flocons de neige tombaient de bas en haut, quand il ne disparaissait pas mystérieusement dans le néant.  Dazh, Clem et Corey pouvaient enfin débuter leur véritable mission. L’absence de Garry ne permettrait peut-être pas le succès de la mission, mais il fallait poursuivre coûte que coûte. Les trois voyageurs se séparèrent, se dirigeant vers ce que Dazh estimait être ; le Nord, le Sud, et l’Ouest.

Cependant, le climat local, perturbé par une ligne du temps brisée, était porteur de promesse de mort. Dazh ignora ce qu’il en était de ces deux alliés, mais en ce qui le concerne, il fut soudain la cible de grêlons plus qu’impressionnant. L’un d’eux manqua d’assommer net sa monture qui montrait des signes d’épuisement. Mais encore une fois, le voyageur n’avait pas pris le sauvetage de noël à la légère puisque Bis et Alice parvinrent, avec une précision qui ne connait pas d’égale, à contrecarrer chaque grêlon menaçant d’emporter le morpheur dans le néant, par un mon chéri meurtrier. Plus-tard, c’est la vie de Clem qu’elles sauvèrent quand il rencontra un groupe d’oiseaux paniqués, perdu dans le dédale de bouillard. Corey quant à lui était parvenu à surmonter seul, chacun des obstacles qui l’attendaient.

Au sol, chacun des voyageurs avait cessé de travailler et observaient en silence et non sans mal, leurs alliés volants, tentant de faire disparaître le nuage magique.  

Loin, loin au-dessus d’eux, dans les cieux où la nature avait abandonné tout contrôle, les trois voyageurs ayant atteint leur objectif était fin prêt pour l’accomplissement de leur mission. Chacun s’emparèrent alors de la sacoche qu’on leur avait confiée, pour y libérer une bonne dose de Magie de Noël...
…Sous forme de grenade au dimeritium. Ce métal noble et rare possédait une propriété très intéressante car il est le seul capable d’empêcher tout transfert d’énergie magique. Dès lors, le nuage privé de la source de son pouvoir ne serait plus en mesure de menacer noël. Tel un seul homme, les trois voyageurs armèrent les grenades et les lancèrent dans la dimension du nuage. La détonation fut importante, et l’onde de choc secoua tout le monde, sans tenir compte du temps ou de l’espace fréquenté par les gens affectés. Le nuage rétrécit énormément et très soudainement, sans pour autant disparaître…
Les réserves de grenade de Garry manquaient cruellement…

Cependant, le jeune Dalreight n’ayant pu prévoir la suite des évènements, n’avait pas imaginé qu’ils risquaient de disparaître pour de bon. Heureusement, un passage était toujours possible !

Ils réussirent tous les trois à s’échapper du nuage et accueillir ce retour à la réalité avec beaucoup de joie. Sans attendre, l’équipe de Vittoria employa ses immenses ventilateurs pour chasser le nuage, tandis que l’équipe de Lilith, entreprit de le consumer au reste !

Alors enfin, tout s’acheva et les choses reprirent normalement. Ils n’arrivaient pas à le croire… Ils avaient réussis ! La menace de ce fichu nuage éradiquée, le Père Noël pouvait enfin faire sa livraison. Le traineau à grande vitesse, plein a craqué siffla le signal du départ et, une casquette de cheminot vissée sur la tête, le vieux barbu hurla d’une voix caverneuse : Oh Oh Oh ! Joyeux Noêl ! … Bande d’enfoirée...~

La joie d’avoir une nouvelle fois sauvé Noël fit bien vite oublier aux autres, les nombreuses pertes qu’ils avaient essuyées. Un attelage entier de rennes décapités, les trois quart de la population de lutins décimés ? Quelle importance ! C’était Noël et l’on pouvait enfin déchirer les papiers cadeaux pour lesquelles des milliers de petits êtres étaient morts. Joyeux Noël, n’est-ce pas ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Facteur X
Messages : 1369
Date d'inscription : 07/01/2011
Age du personnage : 24

Arpenteur des rêves
Clem Free
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 120
Renommée: 1445
Honneur: 160
MessageSujet: Re: Le Calendrier de l'Avent dont VOUS êtes le héros Sam 26 Déc 2015 - 18:26

Ouverture des cadeaux : Héliée



C’était le beau matin du 25 décembre et Héliée s’éveilla, la conscience tranquille. C’était d’ailleurs la seule nuit où il prenait un peu de sommeil. Le seigneur agoraphobe ne passait pas pour le hamster dégénéré dopé à la caféine qu’il était pour ses collègues en restant au plumard plus d’une dizaine d’heures par jour comme un connard de félin.

Ce n’était donc pas pour répondre à un impératif biologique qu’Héliée avait troqué son haut-de-forme contre un bonnet de nuit, c’était pour vivre un des meilleurs moments de noël : l’ouverture des cadeaux apparus pendant la nuit. Le seigneur prit son café et ses croissants tout en envoyant trois assistants désamorcer les pièges qu’il avait posé la veille au soir entre le foyer de sa cheminé et le sapin. Héliée était en train de faire cul sec sur cul sec avec sa tasse en porcelaine quand il compta cinq tirs de calibres douze et un claquage de fil de déclenchement, suivi de l’explosion de la grenade qui y était attachée. Héliée envoya un assistant récupérer les assistants, mit son chapeau et alla récupérer ses cadeaux. Il savait qu’il en aurait, de la même manière que les enfants pas sages (mais aux parents riches) auraient un sapin bien garni, le seigneur de l’agoraphobie savait que le père noël irait faire sa tournée chez lui, quand bien même il lui envoyait des monstres lui pourrir la vie.

On avait l’impression que le sapin gardait une bordée d’animaux extrêmement bizarre. Les différentes boîtes enroulées dans du tissu multicolore cachaient le tronc soutenant le sapin et la pointe des branches les plus basses. Il y avait les cadeaux habituels : un nouveau chapeau, une nouvelle canne et un nouveau monocle de la part de Liz, sa seconde. Mais il y avait aussi des cadeaux venant de ses amis : une peluche de chaton de la part de Clem, un vinyle de Midge Ur acheté par Kim, un joint de Léon « La came » et même un dessin de Narr. Il y avait également un fantastique poster interactif de Justin Bieber mais dont la mobilité était un brin agaçante. Quelques « interactions » plus tard et Héliée avait fièrement cloué sur un mur de son bureau un poster de Justin au deux genoux brisés et avec une moitié de citron enfoncée dans chaque œil.

C’était un merveilleux noël, le meilleur que l’on puisse rêver.

___________________________________________


Liz arrêta de regarder son chef par le trou de la serrure et se redressa avant de soupirer un bon coup. Une fois de plus le noël de son seigneur s’était déroulé sans problème et sans qu’il ne s’en rende compte. Il y avait des tas de raisons qui expliquaient le fait qu’Héliée ne recevait pas la visite  du gros bonhomme en rouge, et le fait que le seigneur veillait une bonne partie de la nuit de 24 décembre à côté de sa fenêtre avec un fusil de précision dans les bras n’était que la première de ses raisons.

C’était pour cela que chaque année, elle veillait à garnir elle même le sapin de son chef, quitte à allez réclamer des cadeaux auprès des voyageurs qui l’avait côtoyé pendant l’année, histoire de diversifier un peu le tout. C’était sa contribution à la magie de noël, partout où le père noël ne passait pas, il y avait toujours une Liz pour arranger le coup.

__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : The Rock
Messages : 559
Date d'inscription : 21/11/2010
Age du personnage : 26

Arpenteur des rêves
Dazh Dalreight
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 30
Renommée: 1600
Honneur: 225
MessageSujet: Re: Le Calendrier de l'Avent dont VOUS êtes le héros Lun 28 Déc 2015 - 13:47


Calendrier de l’Avent
Cadeau de Noël !



Peu de temps après avoir quitté le groupe de voyageur qui festoyait encore à l'atelier du Père Noël, Dazh se dirigea vers les lumières qu'il apercevait au loin, en quête de repos. De retour dans un endroit calme, au sein du petit village du Royaume de Noël, le jeune Dalreight entreprit de chercher un endroit confortable et chaleureux dont il avait désespérément besoin. Bien que des volutes de fumées s’échappaient de chacun des petits chalets, il ne s’arrêta pas, préférant poursuivre sa route car il était un endroit qu'il fallait impérativement visité. Au cœur du village se trouvait une vaste auberge où la fête se célébrait tranquillement. Tel un conte de Noël, le voyageur avança dans le froid et sous la neige pour se présenter à la porte. Alors, on vint lui ouvrir et l’instant d’après, il s’installait a table avec une assiette de biscuit et un chocolat chaud.

Il ne fallut que peu de temps avant qu’on lui apporte un étrange petit paquet. A n’en pas douter, il provenait de l’atelier du Père Noël et il était de toute évidence, a son attention. Ce qui était plus évident encore, c’est qu’il s’agissait là du fameux Triceratops qui fait « Pouic » qu’il avait commandé ! Avec plus de précipitation qu’il l’aurait voulu, Dazh ouvrit son paquet, déchirant le papier cadeau en lambeaux. Il fut surpris de constater qu’il ne s’agissait pas d’un Triceratops qui fait « Pouic », mais d’une boite banale, en métal. Curieux, il l’ouvrit sans attendre et y découvrit un unique anneau. Plutôt simple lui aussi, Dazh s’interrogea sur sa signification.

Abandonnant son analyse du bijou, il enfila l’anneau à sa main droite. La première chose qui le frappa, dès lors que l’anneau fut à sa place, c’est son propre poing dans sa gueule. Il tomba aussitôt de son banc, manquant de renverser la table. Aussitôt, son poing, ou plutôt son doigt vint à la rencontre de son nez, et tentant encore une fois de contrôler son bras, le jeune homme parut ne pas réagir. A nouveau il se frappa le menton, et dans la foulée, son œil gauche. Alors, il se saisit de son coude droit, et résista tant bien que mal à l’attrait de se curer le nez. Mais en vain. Au terme d’un bref combat avec l’anneau, il rendit les armes tandis que son doigt s’était loger dans sa narine. La lèvre éclatée, l’œil abîmé et le nez en sang, il faisait peine à voir…

Certain qu’il s’agissait là, d’une vengeance des plus sournoises, alors qu’il avait sauvé Noël, le voyageur parvint à détruire l’anneau qui ne résista pas à la transformation du bras en pierre. Immédiatement, le jeune homme s’empara des fragments pour les jeter dans les flammes. L’année prochaine, il se fabriquerait lui-même son Triceratops qui fait « pouic » !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 632
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: Le Calendrier de l'Avent dont VOUS êtes le héros Lun 28 Déc 2015 - 18:56

Le cadeau de Nowel

Tout était passé très vite.
Ou très lentement.
Le temps passe toujours bizarrement quand on essaye de lutter contre les lois de la physique pour se faire la plus petite possible.

Mara n'avait pas vraiment suivit les événements, se contentant de fixer son environnement avec le regard d'un chiot apeuré. Elle avait même mis en oeuvre des perles de furtivité pour sortir discrètement de l'atelier maudit tandis que de multiples cris de joie résonnaient contre les murs étrangement propres. Si elle avait su qu'elle serait un telle ninja avec une cape blanche et rouge... En même temps, pour Noël, ce camouflage devait être plutôt opportun.

Elle faillit lâcher un râle de joie libérateur en sentant le contact transperçant de la neige sur les paumes de ses mains mais elle se retint, désirant juste s'éloigner le plus possible de la menace. Une fois à une dizaine de mètres de la porte, elle se releva vivement et fit quelques pas de courses avant de se ramasser de nouveau, le nez dans la neige, ses jambes ayant cédé sous la brusque demande d'effort. Un peu plus prudemment, elle se remis debout et ignora son corps frigorifié et ses genoux tremblants pour avancer d'un pas rapide vers l'abri de la forêt. C'était bizarre, elle était presque sûre que quelqu'un avait coupé du bois mais pourtant, il n'y avait aucune souche seule... Bah.

Renonçant à réfléchir à quoi que ce soit, elle s'engagea entre les arbres, priant pour se réveiller sous peu. Elle était tellement fatiguée qu'elle ne nota pas un caquettement terrifié qui se rapprochait à grande vitesse, suivit d'un sifflement aigu. Mais bon, ça n'avait pas d'importance, dans la mesure ou l'origine du bruit atterrit violemment à l'arrière de son crâne, projetant une fois encore son nez dans le gel.

Prise d'une violente crise de paranoïa, elle fit volte-face et posa un regard méfiant sur ce qui ressemblait à s'y méprendre à un cadeau de noël typiquement banal, format boîte à chaussure. À l'exception près que la boîte à chaussure remuait frénétiquement et lançait des petits cris nasillards à tout va. La Voyageuse hésitait à s'approcher du paquet, pesant le pour et le contre, mais sa curiosité la poussa suffisamment proche pour la laisser voir son propre nom sur l'étiquette du destinataire.

Encore une fois, elle hésita quelques instants. Un cadeau de noël, là tout de suite... en avait-elle VRAIMENT envie? Mais se furent finalement les petits cris de détresse terrifiés qui s'échappaient du papier qui la convainquirent de le déchirer pour porter secours à la chose. Arrachant l'emballage, elle ne se vit non pas face à une boîte à chaussure, mais une cage contenant une bestiole probablement sortie de l'imagination des pires tarés.

Si elle devait nommer l'être, le nom le plus mélodieux qui lui viendrait serait un "Aliganard". Mais elle s'imaginait que pour faire un truc pareil, il fallait vraiment être pas bien, et jugea que les créateurs de son cadeau seraient plutôt du genre à dire "Canarligator". Car à part un ornithorynque, l'enfant voyait difficilement ce qui pouvait autant s'approcher d'un être vivant d'aspect confus.

En effet, elle avait face à elle un petit alligator. Mais, il était couvert de plumes de canard. Ses pattes étaient palmées et les plumes partant de celles de devant avaient presque l'air d'embryons d'ailes. Son museau seul n'était pas couvert de plumes mais tirait sur le jaune. Par contre, il avait toujours de sacrées dents, malgré son regard vide d'intelligence.

Voyant son air terrifié, Mara projeta par réflexe une onde de confiance, faisant reprendre contenance à la bête. Ouvrant la cage, le truc piquant sa curiosité, elle saisit le canarligator par les côtes et le déposa délicatement au sol, le regardant découvrir la neige avec amusement. Puis, tel un chien relevant vivement sa tête vers sa maîtresse d'un air idiot, il jappa -ou plutôt lâcha un "coin" sonore-, et se jeta sur elle, lui croquant affectueusement le bras.

Émettant un cri de douleur et refoulant son envie de hurler les quelques jurons qu'elle connaissait, elle utilisa une violente onde de son pouvoir pour le faire lâcher et l'attrapa par la peau de la nuque. Le tenant à bout de bras, elle le regardait d'un air effaré et plus du tout attendri. Surtout quand elle se rendit compte que sous l'effet de la confiance et de l'affection, la chose semblait encore plus motivée à l'idée de lui boulotter le bras.

Le remettant vivement et assez précautionneusement dans la cage, elle le regarda longuement tandis qu'un gros doute remontait dans sa tête.

Ce truc.
Il n'allait pas la suivre, hein?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 290
Date d'inscription : 16/01/2011

pnj
PNJ du Staff
pnj

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Le Calendrier de l'Avent dont VOUS êtes le héros Lun 28 Déc 2015 - 21:35
Cadeau de Noël : Le PNJ du Staff



C'est avec une grande tristesse que le PNJ du Staff se rendit compte, une fois passé plusieurs jours après le réveillon, qu'il avait bel et bien été oublié lors de la distribution des cadeaux de noël...

Fin.

__________

http://www.youtube.com/watch?v=iMtcqx4vXXA


Tu connais le sens du mot Némésis ?
Un juste châtiment légitimement infligé par l'intermédiaire ou au moyen d'un agent approprié, personnifié en l'occurence par un redoutable salaud :
Moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 310
Date d'inscription : 01/05/2010
Age du personnage : 23

Voyageur Expérimenté
Hikari Nikaido
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 370
Renommée: 900
Honneur: 185
MessageSujet: Re: Le Calendrier de l'Avent dont VOUS êtes le héros Lun 28 Déc 2015 - 23:18
Noel était sauvé, le père noel venait d’embarquer dans son tgv remplit de cadeaux et s’était envolé à la vitesse grand V. Les lutins morts par millier n’étaient apparemment plus un problème pour personne puisque la joyeuse troupe chantait, dansait et riait a gorge déployé. Courtegrippe remplissait les verres de chacun en titubant quelques peu. Chacun avait le rouge au joue et la chaleur ambiante avait pris quelques bons degrés. Hikari porté par Kaïn était en train de s’amuser à essayer de dérégler les horloges qui s’étaient pourtant remisent à tourner dans le bon sens. Une fois son petit jeu terminé la jeune fille salua l’assistance en rougissant et s’éclipsa en faisant tomber avec elle quelques verres et autres objets qu’elle croisa sur sa route.

Une fois dehors elle fut mordue par la fraicheur de l’extérieur et la neige qui tombait irrégulièrement sur ses joues. Elle ne sentit qu’après la petite main qui tirait sur son long manteau de fourrure et se retourna lentement pour apercevoir un lutin avec dans sa main une jolie boite, qu’il lui tendit avec un air grincheux. Il baragouina quelques mots, elle s’empara du présent.

Elle regretta d’être sortie de l’atelier et y pénétra à nouveau. Mais ne se mêla pas au groupe de lurons encore en train de boire. Elle alla se mettre auprès de la grosse cheminée et y ouvrit son présent. Elle défit avec délicatesse le paquet et tomba face à une jolie boite en métal qu’elle ouvrit, dedans se trouvait un beau collier en perle auquel était accroché une petite étiquette. Elle la retourna délicatement et pu y lire

« Collier à pertes. »


Elle trouva la faute d’orthographe plutôt marrante. Et après plusieurs tentatives réussit à le mettre autour de son cou. Le contact des perles sur sa peau la firent frémir. Une douce chaleur semblait se dégager de celui-ci.

Elle se mit debout et entreprit d’aller se regarder dans le grand miroir qu’elle pouvait apercevoir au bout de la pièce. Elle faillit tomber, et grogna à l’attention de la chose qui venait de se mettre sous son pied. Tout en continuant son avancé. Mais à chacun de ses pas, il semblait y avoir une force bien décidé à la faire tomber. C’est quand elle se retrouva le cul au sol qu’elle toucha par reflexe le collier qu’on venait de lui offrir et qui semblait perdre des perles au fur et à mesure. Elle comprit alors que le cadeau qu’on lui avait offert n’était autre qu’un cadeau empoisonné. Et que la petite étiquette sur celui-ci à l’ouverture du paquet ne disait autre que la vérité. Elle l’enleva donc avec déception, le mis dans sa poche et repartie par la grande porte la tête baissé. Affrontant le froid et la déception.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 107
Date d'inscription : 16/06/2015
Age du personnage : 20

Habitué
Nao Saez
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 115
Honneur: 10
MessageSujet: Re: Le Calendrier de l'Avent dont VOUS êtes le héros Mer 30 Déc 2015 - 3:33
[HRP: Désolé d'avance de la taille de ce RP ainsi que sa qualité et son retard, mais internet se fait rare ^^']

Les cadeaux de Dreamland pour un noël réussi!

C'était son premier noël à Dreamland et Nao a pût voir que même les fêtes ne sont pas épargné par la folie de ce monde. Mais c'était bel et bien fini, tout était rentré dans l'ordre.
Sans trop comprendre comment, il était de retour devant un verre à fêter leur victoire si il pouvait le penser ainsi. Les cris de joie, les chants, la joie de noël baignait le lieux. Après tout, noël n'était pas si différent à Dreamland que dans le monde réel... Il était même bien plus amusant que ces repas interminable entourés de ces oncles, tantes ou cousins qu'il n'avait jamais vu et avec qui il ne partageait rien. Il alignait les verres, comme à son habitude lorsqu'il avait la possibilité de boire gratuitement. Mais une envie soudaine lui vînt, une envie qui le prenait souvent et qui ne pouvait que finalisé sa joie de fêter noël ainsi: un bon petit pétard!
Il tourna la tête dans tout les sens, cherchant la moindre feuille ayant une apparence quelque peu "louche", mais c'est une odeur qu'il détecta. Nao n'avait pas un odorat hors du commun, mais quand il s'agissait de CETTE odeur, il pouvait se révéler plus performant qu'un chien policier. Ni une ni deux, il se leva, verre en main, vers l'origine de cette odeur qui se révélait être un cadeau de noël. Il hésita à l'ouvrir avant que sa conscience ne prenne le dessus, même pour ce délicieux fumet Nao ne volerait pas. Mais un petite voix sortie du paquet, puis une deuxième et enfin une troisième, ce qui retint son attention:

"Hey fais tourner!
_Taisez-vous bande de con, il approche!
_Tsss mais quelle vulgarité!"


En observant alors de plus près, il pût lire son nom sur l'emballage noir du paquet qui était noué à l'aide d'un ruban volet. Ce cadeau était donc pour lui?! Sans même attendre deux secondes, il déchira le papier et ouvrit la boîte de laquelle se dégagea un énorme nuage de fumée, assez compacte pour que Nao ressente les premiers effet de ce pécher mignon. Une fois la fumée dissipait, ses yeux purent se poser sur le présent qui lui était offert: une chemise à fleure...
Il faut avouer qu'au premier coup d’œil, Nao ne pût être que déçu de l'objet. Mais les trois voix qu'ils avaient entendues plus tôt se manifestèrent de nouveau:

"JOYEUX NOEL!"

Le marionnettiste regarda alors de plus près pour observer un phénomène des plus étrange, enfin que peut-on catégorisé "d'étrange" à Dreamland? Les voix provenaient des fleures elles mêmes, celles qui décorait la chemise et, qui plus est, la fumée semblait avoir la même origine! Devant l'étonnement et l'incompréhension du voyageur, les fleures reprirent la parole en commençant par celle arborant une magnifique... moustache?!

"Je vois que vous semblez quelques peu perturbé, je nous présente donc. Nous somme la chemise FlowerPower.
_Si t'avais réfléchis deux secondes, tu aurais peut être lût l'inscription sur la boite avant de la déchirer avec l'emballage... Rrrraaaa tous des imbécile sans cervelle ces voyageurs...
_C'est bon ça va aller, faut être réaliste, on a pas grande utilité, c'est pas dur de se servir de nous sachant qu'on sert limite juste de déco haha!"


Nao observa plus en question la chemise pour alors observer quatre fleures: celle à la moustache aux allures aristocratiques qui tenait entre ses dent une magnifique pipe sculpté, le deuxième qui lui avait parlé semblait plus agressif arborait une paire de lunette de soleil cachant totalement ses yeux et une longue 'cigarette" entre ses dents, quand au troisième, qui avait l'air d'être plus détendu, ne portait lui qu'un simple bonnet tombant sur l'arrière et semblait avoir dans une de ses feuilles ce qu'on appelle communément un bang. Un quatrième n'avait dit mot depuis le début semblait endormit, un cookie dans la bouche. Le seul point commun les reliant mise à part leur apparence florale fit sourire Nao, il fumait tous d'une manière différente de la weed! Enfin tous sauf le quatrième endormi, mais l'odeur se dégageant du cookie et les petits grains verts qu'on pouvait déceler à la surface de ce dernier indiquait qu'il préférait la pâtisserie...

"Et heu... puisque vous êtes mon cadeau de noël, vous pouvez, je sais pas moi... faire tourner?"

Devant cette question, seule une fleure sembla réagir et ce ne fut pas celle qu'il croyait. Il s'attendais à un oui poli de l'aristocrate ou un autre enjoué de la fleure au bonnet; encore même un "va te faire foutre" de celle à lunette. Mais ce qu'il eût fût un sourire de la troisième qui ouvrit les yeux pour dévoiler le seul trait qui le distinguait d'une fleure normal si l'on ne compte pas sa capacité à parler ou fumer: ses yeux verrons.

"Héhéhé... C'est noël, donc c'est si tu es bien sage..."

Nao devina de par ses paroles et son regard défiant les pupilles elles aussi bicolores du marionnettiste que le leader et le plus fourbe des quatre était lui. Mais Nao rigola et, face à son interlocuteur qui avait l'air désorienté, enfonça son doigt dans ce que l'on pouvait appeler la joue de la fleure en signe d'humiliation, le sourire aux lèvres:

"Et bien, je me contenterais de ça!"

Il se pencha alors pour ramasser un cookie, enfin le cookie. Même si elle semblait plus maline que les autres avec ses airs de héros de manga psychologique manipulant les autres pour s'amuser ou pour ses intérêt, l'intelligence d'une fleure semblait avoir quelques limites. C'est en tout cas ce que l'on pouvait déduire de cette fleure oubliant son "spacecookie" dans sa bouche au point de le faire tomber à la première parole. Nao se releva alors après avoir fini son verre qu'il déposa dans le coin de la salle et, jetant la chemise au dessus de son épaule, il quitta la taverne, dégustant son cookie sous les plaintes de la victime de son larcin qu'il pouvait entendre dans son dos. Il était peut être temps de se réveiller, après tout noël ne se fête pas qu'à Dreamland.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UC4MsV1eektv8mzROQi4P3xw
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Le Calendrier de l'Avent dont VOUS êtes le héros Aujourd'hui à 1:15
Revenir en haut Aller en bas

Le Calendrier de l'Avent dont VOUS êtes le héros

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Au pays du flood :: Flood Island-