Haut
Bas

Partagez

Jusqu'où le doute peut nous envahir? [avec Anaïs Nell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Nao Saez
Messages : 107
Date d'inscription : 16/06/2015
Age du personnage : 22

Habitué
Nao Saez
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 115
Honneur: 10
MessageSujet: Jusqu'où le doute peut nous envahir? [avec Anaïs Nell] Jusqu'où le doute peut nous envahir? [avec Anaïs Nell] EmptyVen 27 Nov 2015 - 2:24


Jusqu'où le doute peut nous envahir?

Avec Anaïs Nell



Pour une fois, Nao fût présent à tout ses cours. Il était rentré chez lui de manière totalement automatique, comme un robot qui rentrait à son atelier sans aucune volonté d'y aller, juste car il est fait comme ça. Après s'être fait un de ses traditionnels repas instantanés, il se mit dans son lit, s'endormant en lisant un manga. Il n'était pas d'humeur à faire quoi que ce soit, juste dormir.

Encore une fois, il arriva à Dreamland. Il avait prit l'habitude de ne plus retrouvé "le vrai sommeil", ça lui manquait un peu d'ailleurs. Il avait semblé très pensif toute cette journée et 'était toujours, ce qui expliquait surement tout ces point d'interrogation. Après les quelques nuits qu'il avait passé dans ce monde, il n'était jamais passé deux fois par le même endroit et ce lieux lui était totalement inconnue. Il regardait autour de lui, observant le paysage monotone, remplit de rocher... Cette nuit n'allait surement pas être bien palpitante.

C'est étonnant, la plupart du temps les voyageurs viennent au Royaume des doutes lors de leur première nuit... Qu'est ce qui pourrait faire douter quelqu'un comme toi mon petit?

C'était donc le royaume des doutes... Bizarrement, elle avait prononcé ces mots avec une pointe d'ironie. Il ne pouvait pas le nier, c'est vrai qu'il doutait. D'après les paroles d'Ophélia, Nao devina vite que le fait de devenir voyageur devait créer d'énorme doutes chez quelqu'un, doutes qui le guida dans ce royaume. C'était fou ce que Nao pouvait être perspicace quand il n'avait rien prit de la journée. C'était peut être parce qu’il avait prit du temps à se poser la question, mais il se demandait constamment ce qu'il devait faire. Une petite voix lui demandait de purifier Dreamland, le protéger... Il tourna alors la tête pour apercevoir, inscrit dans une roche:

"Mais comment?"

Il resta alors bouche bée devant ce roc qui reflétait ses pensées. Il détourna les yeux avant de s'apercevoir que tous les rochers qui l'entouraient portaient des inscriptions, comme des question qui tournaient dans son crâne et le hantait:

"Dreamland doit-il être protéger?"
"A quel prix peut-on purifier ce paradis?"
"Jusqu'où je peux aller pour cette liberté?"

"Pourrais-tu tuer pour ça?"

Cette dernière question semblait être la plus présente. Il était perdu, tourmenté et en même temps énervé. Il ne lui fallut que quelques secondes pour invoquer Gabriel, s'en équiper et détruire toutes ces roches en poussière. Il se mit alors à courir, si il allait assez vite peut être que ces cailloux n'auront pas le temps d'imprimer ses pensées.

Alors comme ça tu préfères fuir ces dilemmes, je suis déçue...
_Je les fuis pas... Je... Je préfère y réfléchir ailleurs qu'un endroit où tout le monde peut lire ce que je pense.
_Après tout, tu veux purifier ce monde, pourquoi tu ne pourrais pas exterminer la vermine? Si c'est pour bien faire, qui plus est tu ne tue personne vraiment...


Elle avait raison, un voyageur mourant dans Dreamland ne meurt pas dans la vie réelle. Ce serait interdire l’accès d'un parc à un enfant qui fait une bêtise.

Il fût alors coupé de ses réflexions par une forme au sol. Il ralentit alors pour observer ce qui semblait être une jeune fille, Nao ne sût donner d'âge à cette dernière. En tout cas, elle était loin d'être atroce pour Nao, au contraire! Si elle était ici, cela voulait peut-être dire que c'est sa première nuit? Il ne valait mieux pas la laisser seule. Il pose alors sa main bandée après avoir fait disparaître Gabriel, il avait prit la manie de cacher ses pouvoirs aux inconnus.

"Hey? Ça va? Tu es nouvelles ici?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UC4MsV1eektv8mzROQi4P3xw
AuteurMessage
Anaïs Nell
Messages : 8
Date d'inscription : 21/11/2015
Age du personnage : 25

Nouveau challenger
Anaïs Nell
Nouveau challenger

MessageSujet: Re: Jusqu'où le doute peut nous envahir? [avec Anaïs Nell] Jusqu'où le doute peut nous envahir? [avec Anaïs Nell] EmptyVen 27 Nov 2015 - 16:58
Une fois de plus, elle avait le nez dans la poussière. Il lui fallut quelques secondes pour réaliser qu’elle était allongée sur le sol et qu’elle n’avait pas la moindre idée de la façon dont elle était arrivée dans cette position. S’était-elle cognée la tête d’une quelconque manière ? Subissait-elle une perte de mémoire suite à un trauma ? Elle chercha dans sa mémoire le dernier souvenir auquel elle avait accès. Elle se remémora alors difficilement une soirée tranquille dans son petit studio parisien, occupée à lire une nouveauté relativement ennuyeuse. Elle se souvenait aussi avoir lâché sa lecture au bout d’une dizaine de pages pour mieux laisser son esprit vagabonder à des choses plus intéressantes, ce qui l’avait probablement entraîné plus facilement dans le sommeil. Mais alors, une question demeurait : pourquoi n’était-elle plus dans son lit ? La solution la plus plausible était qu’elle vienne de tomber du lit. Ce genre de chute était capable de réveiller n’importe qui.

Jusqu’à ce qu’on pose une main sur son épaule.

La réaction d’Anaïs fut aussi brutale que démesurée. Son corps entier se crispa à l’idée que quelqu’un ait pu pénétrer dans sa chambre en pleine nuit. Elle retrouva aussitôt toutes ses facultés et roula sur le côté pour s’écarter de la main, ignorant complètement les mots qu’on lui avait glissé. Ses yeux s’ouvrirent, acceptèrent la lumière en quelques instants. Elle se redressa pour se retrouver à moitié assise et rampa dans cette position en s’éloignant le plus rapidement possible de la silhouette qui venait de se dessiner devant elle. Son cœur battait si fort et ses gestes étaient si désordonnés qu’elle ne se rendit pas compte du danger imminent qui la guettait. Un instant plus tard, l’arrière de son crâne heurta lamentablement ce qu’elle prit pour le coin de son bureau.

« Aïe ! » fit-elle en portant immédiatement sa main sur le point d’impact afin de le frictionner ; un réflexe qui n’avait jamais été d’une quelconque utilité.

Toujours mue par la peur, elle se retourna vers le meuble responsable de sa douleur et découvrit avec stupeur qu’il ne s’agissait pas d’un bureau, mais d’un large rocher violet en forme de point d’interrogation. Elle avait heurté le coin qui marquait la fin de la boucle supérieur du symbole. Elle se releva complètement sur ses deux pieds et fit deux pas en arrière, dans une nouvelle direction, incapable d’expliquer la présence de ce relief dans son appartement. Son regard commença alors à chercher des explications dans les environs et rencontra une série de problèmes inattendus. Il s’avéra très vite qu’elle n’était pas chez elle, mais dans ce qui ressemblait à une grande plaine aux couleurs criardes parsemés de rochers difformes. Même le ciel n’avait pas sa teinte ordinaire. En face d’elle se trouvait un jeune homme – peut-être du même âge qu’elle – et il semblait être la seule présence aux alentours.

« Qu’est-ce qu… ? » commença-t-elle, incapable de faire autre chose que d’explorer les yeux en tournant sur elle-même.

C’est ainsi qu’elle découvrit que des phrases venaient d’apparaître sur les rocs alentours. « Qu’est-ce qu’il se passe ? » « Comment je suis arrivée là ? » « Qui c’est ce gars ? » « Où suis-je ? » « C’est ce type qui m’a amenée ici ? » « Pourquoi il a fait ça ? » « C’est quoi toutes ces questions ? » Il n’en fallut pas plus à la jeune femme pour faire le lien avec ses propres pensées et à la simple idée lui coupa la respiration. Elle ouvrit grand la mâchoire et se la tête entre les mains. Des larmes de peur et d’incompréhension mêlée commencèrent à perler dans ses yeux bruns. Sa réaction, somme toute exagérée, s’acheva par l’apparition de deux nouvelles questions : « Qu’est-ce que c’est que ce délire ? » et « Est-ce que je rêve ? »

« Bien sûr que tu rêves ! » lança une voix familière depuis le sommet du rocher sur lequel elle s’était douloureusement cognée la tête. « Tu es à Dreamland, ma belle ! »

Lorsque ces yeux fixèrent le point d’origine de ces paroles, Anaïs crut qu’elle allait perdre la raison. C’était le même petit lutin que dans rêve de la nuit passée. Le même qui avait tenté de lui expliquer qu’il existait un monde des rêves appelé Dreamland et dans lequel des voyageurs munis de pouvoirs extraordinaire pouvait vivre des aventures. Juste avant d’être écrasée et réveillée par un mouvement de panique comprenant des milliers d’individus. Il lui avait dit son nom, mais elle n’avait pas jugé bon de le retenir. En revanche, elle se souvenait très bien qu’il s’agit d’une espèce de dieu de malchance.

« Sympa ta robe ! » commenta-t-il en s’envolant de son promontoire pour se diriger vers elle.

Persuadée d’être encore en pyjama, elle jeta un œil à sa tenue et découvrit qu’elle portait effectivement une jolie petite robe d’été jaune pâle, qui lui laissait les bras nus et offrait un décolleté en V peu profond. Moulante jusqu’à la taille, elle s’évasa ensuite en un jupon lâche qui ne descendait pas en deçà des genoux, le tout couvert de quelques dentelles fleuries. Quant à ses pieds, ils étaient prisonniers de deux petites ballerines blanches, surmontée d’un petit talon compensé. Elle sentit aussi que ses cheveux étaient attachés en queue de cheval surélevée. Quand avait-elle eu l’occasion de s’habiller ainsi ? Une question qui fit aussitôt son apparition sur les parois environnantes. Mais la distraction ne fonctionna qu’un temps et elle oublia vite sa tenue lorsqu’elle réalisa que le lutin s’approchait d’elle.

« Non, non, non, non, non… » commença-t-elle en s’éloignant à reculons. « Ce n’est pas possible, ce n’est pas possible… »

Elle pointa du doigt la créature et prévint : « Laisse-moi tranquille ! »

Mais le lutin ignora sa remarque.

« Il faut que je me réveille. » conclut-elle entre deux respirations.

Elle avisa alors la seule aide de la providence lui avait offerte, le jeune homme qui l’avait touchée tout à l’heure. Sans le moindre égard pour la politesse, la prudence ou la réalité, elle se précipita sur lui et le saisit par les épaules.

« Toi ! Vite ! Il faut que tu m’aides ! » annonça-t-elle en jetant un regard au petit dieu de malchance qui continuait de s’approcher. « Dis-moi comment faire pour me réveiller ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Nao Saez
Messages : 107
Date d'inscription : 16/06/2015
Age du personnage : 22

Habitué
Nao Saez
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 115
Honneur: 10
MessageSujet: Re: Jusqu'où le doute peut nous envahir? [avec Anaïs Nell] Jusqu'où le doute peut nous envahir? [avec Anaïs Nell] EmptyVen 4 Déc 2015 - 20:17


Jusqu'où le doute peut nous envahir?

Avec Anaïs Nell



Il avait vu juste, elle était nouvelle ici et paraissait effrayé par le début de cette nouvelle vie qui se tenait devant elle. Nao ricana et s'étira avant de la tenir par les épaules pour qu'elle arrête de s'agiter. Un large sourire apparut alors sur son visage pendant qu'il répondit à la nouvelle voyageuse:

"Et bien, le meilleur moyen que je pourrais te conseiller pour te réveiller serait que je te mettent une bonne droite. Enfin en espérant qu'elle soit assez forte!"

Il la lâcha alors et s'alluma une cigarette. Depuis sa première nuit il avait beaucoup appris. Même si il avait croisé beaucoup de voyageurs plus expérimenté que lui, il avait l'impression que sa première nuit remontait déjà à loin. Quand il était à la place de la jeune fille, il n'a pas eu la chance d'avoir une aide pour lui faire passer une "bonne première nuit". Non, lui il avait eu le droit à deux nouveaux comme lui, dont un qui avait disparut en plein combat. Ce souvenir lui rappela ce Jonathan qui fut son premier partenaire de combat. Un jour Nao essaiera peut-être de le revoir.
Il tourna la tête vers les roches sur lesquels les pensées de la jeune fille s'étaient imprimées, il était évident qu'elle était vraiment perdu. Il souffla sa fumée avant de tendre les bras:

"Comme le truc là te l'a dit, tu es ici à Dreamland, bienvenue à toi!"

Il rigola, Nao avait beaucoup d'autodérision il faut le dire, avant de tourner son regard vers le lutin qui s'approchait d'eux.

"Dis-moi, ce truc, il est avec toi? Toi aussi t'as une sorte de familier qui te parles?"

Il se pencha alors sur la droite pour observer la créature, il n'arrivait pas à savoir si il était hostile ou au contraire un allié de la jeune fille. Dans le doute, il commence à faire quelques signes avec ses doigts, prêt à invoquer une nouvelle fois Gabriel. Un lumière violette apparût alors derrière lui et les fils d'énergie qui commençaient à se former plongèrent dedans avant de sortir la mannequin rousse aux griffes acérées. Encore une fois, Nao était victime des caprices d'Ophélia:

"Ne me compare plus jamais à un familier Nao chérie ou je risque de devenir violente."

Nao se retourna, surpris, avant de faire dos à la nouvelle arrivante et cet espèce de lutin qui semblait maintenant n'être qu'à quelques dizaine de centimètre. Il pointa alors cette dernière par dessus son épaule et commença à réprimander son invocation sans même faire attention au danger potentiel qui s'imposait, avec Ophélia d'invoquer il était sur de pouvoir s'en débarrasser:

""Bordel, déjà qu'elle à l'air de rien comprendre à ce qu'elle voit, alors en apparaissant comme ça tu me facilite pas la tâche! Enfin bref maintenant que t'es là, tu vas surement pouvoir m'aider. J'ai ce truc sur les bras, je sais pas si il est dangereux mais il approche bizarrement j'trouve. Puis il a l'air d'effrayer la demoiselle, enfin toi aussi tu m'as bien fais flipper la première fois que je t'ai rencontré..."

Il continua à échanger avec son pantin, alors que le lutin arriva à les rejoindre...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UC4MsV1eektv8mzROQi4P3xw
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Jusqu'où le doute peut nous envahir? [avec Anaïs Nell] Jusqu'où le doute peut nous envahir? [avec Anaïs Nell] Empty
Revenir en haut Aller en bas

Jusqu'où le doute peut nous envahir? [avec Anaïs Nell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Royaume des Doutes-