Haut
Bas
anipassion.com
Partagez|

Happy Horror time! (Dazh/Violette)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 328
Date d'inscription : 06/07/2013
Age du personnage : 21

Voyageur Expérimenté
Dan Sorro
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 80
Renommée: 758
Honneur: -120
MessageSujet: Happy Horror time! (Dazh/Violette) Lun 19 Oct 2015 - 20:01
Une explosion phénoménale de créatures avares et laides ne déferlait pas dans les rues. Halloween était la fête mystère, d’une année à l’autre on passait des moments plus ou moins ridicules à tous se forcer d’aimer soudainement les déguisements, ainsi que les créatures et les personnages de télévision.  Il n’avait jamais été ailleurs qu’en France le fameux soir de cette fête bourrée de stéréotypes. Les enfants pleins de malices, les parents jamais fatigués qui prennent le temps d’accompagner leurs mioches, les voisins agréable et toujours surprit et émerveillé par les déguisements. Mettez tout ça à la poubelle, ça n’existe pas plus d’un quart d’heure par an dans ce pays déboussolé. Personne n’en avait réellement quelque chose à foutre de cette nuit, ce n’était qu’un énième prétexte pour les étudiants de boire et forniquer en sécurité sur un des airs de Metallica et de Marilyn Manson. Les barmans les plus désespérés tuaient parfois le temps en ramenant des citrouilles qu’ils vidaient en court d’après-midi.  Bref, mis à part les enfants coincés en salle d’anglais peu de gens se forçaient à pratiquer cette tradition mercantile. Dan zieutait de temps à autre par la fenêtre de sa chambre, comptabilisant les passants déguisés.  Il en était à un spider man, deux rabbins, un jack l’éventreur et un originale avec deux cartons au bout des jambes :

« Je ne pense pas que les rabbins avaient l’impression d’être déguisés.

-Tu dis ça car tu as peur d’en voir un sixième débarquer ?

-J’essayais juste de rétablir un peu de justice.

-Tu ne devrais pas dire des choses comme ça avec ce déguisement ! »

Il portait une longue robe noire à capuche, ainsi qu’une longue faux en plastique. Elle l’avait maquillée de manière à le faire ressembler à un squelette. Mais elle avait traditionnellement foirée son premier maquillage, le transformant en panda de la désolation. Elle avait supporté les remarques de Dan tout le long de la séance exprès pour lui balancer à la fin qu’il ne pouvait s’en prendre qu’à lui pour le piètre résultat. Pris au piège par Lily, il dut ravaler sa fierté, reportant l’heure du quémandage sponsorisé par toutes les entreprises de confiseries jusqu’à ce qu’ils aperçoivent au moins six passants déguisés.  Pourquoi six ? Par ce que négocier avec sa petite sœur s’avérait toujours être une guerre de nerfs où la moindre faille pulmonaire se révélait fatale. Bref, elle avait commencée par dire un déguisement, il en avait dit dix, elle était passée à deux il était resté à dix. Elle était montée à six en levant le doigt il s’était résigné.  Il n’avait pas touché à un seul joint depuis qu’elle était venue vivre chez lui, sa mère l’amenait à l’école et demandai à Dan de la ramener tous les soirs. Ca ne le dérangeait pas de rendre service à Lily, en revanche, recevoir aussi rapidement des instructions de la part de sa belle-mère lui donnait envie d’administrer des baffes à la chaîne. Loin de repenser à tout ça, il se massait le front en voyant arriver à l’angle de la rue une bande d’étudiants fringués comme des punks. On aurait dit des zombies, ce qui ne manqua pas de réjouir Lily qui sautillait en tirant sur la manche de Dan :

« Aller ! On y va !  Ca en fait même plus de six là !»

Déguisée en apprentie sorcière, elle portait le pack standard des gamines de son âge. Chapeau noir, cape rouge, faux ongles multicolores, seau en forme de citrouille et baguette magique clignotante trahissait son amour des magasins de joeuts, ainsi que la volonté maternelle de lui changer les idées. Elle l’achetait à coup de cadeaux, lui faisant oublier le monde qui l’entourait par pure lâcheté. Ils firent leur tour en papotant, il savait désormais ce qui lui trottait réellement dans la tête. Mais Dan n’en était pas plus avantagé, il ne pouvait réellement l’aider, ni même dire qu’il la comprenait. Elle savait, comment restait un mystère, mais elle n’ignorait pas le lien qui l’unissait à leur père commun.  Malgré ça, elle avait retrouvé un semblant de joie ces derniers jours, l’école lui plaisait et les heures passées avec son grand frère n’était pas à négliger dans le processus de reconstruction.

Deux heures plus tard, leur morale était redescendue au plus bas. Ils avaient fait huit pâtés de maison, frappés à plusieurs appartements pour récolter quelques pastilles à la menthe, des chewing-gums hollywood ainsi que quelques remarques sur le costume de Dan et énormément de sourires hypocrites.  Il n’en voulait pas aux gens d’être contre Halloween, voir même de ne simplement pas y penser. En revanche, leurs regards, ainsi que leurs réflexions à la con sur la logique qui les poussaient à faire ça manqua de le faire gerber à plusieurs reprises :

« Si vous êtes son frère, vous devriez l’intéresser à d’autres choses que la mendicité programmée ! Sans compter que les friandises sont en réalité très mauvaises pour le développement des enfants. Croyez-moi, je ne veux pas me moquez de vous, mais j’essaye juste de vous ouvrir les yeux sur les motivations qui vous pousse à commémorer cette fête anglosaxonne. Sans compter que personne de nos jours ne s’intéressent plus à cette fête, si ce n’est les gothiques ou les timbrés du net…vous n’êtes que des victimes de notre société de conservation il n’y a pas de quoi culpabiliser. Bonne soirée quand même !

-Il nous insulte le monsieur Dan ? »

Alors qu’elle se retournait vers son frère ce dernier était déjà en train de choper la nuque du donneur de leçon avec la faux en plastique. Tirant sur le manche pour l’obliger à se rapprocher du visage de Dan, ils se retrouvèrent front contre front le temps qu’un uppercut du droit lui coupe la respiration en plein ventre. Lorsque Dan réalisait ce qu’il était en train de faire, un sourire détendu étira ses lèvres. Sa semelle gauche s’enfonça dans l’entrejambe du connard pédant, alors qu’un second coup de coude le renvoyait flâner sur le tapis de son entrée. Il aurait bien continué à lui marteler la gueule, mais il la sentait tirer sur sa robe en répétant sans cesse le même mot, il devenait progressivement de plus en plus dur à articuler, mais aussi de plus en plus fort à hurler.

Il retrouva ses esprits, puis se contenta de refermer la porte en soulevant Lily par les hanches, il la cala sous son bras libre, puis traça son chemin. Ils dévalèrent les escaliers quatre par quatre, elle pleurait lui serrait les dents en se retenant de proférer la moindre injure. Il avait à peine atteint les portes de l’HLM qu’il sentait déjà ses muscles lui réclamer un peu de répit. Là encore, la tragique vérité lui éclata au visage. Il n’était pas à Dreamland, il ne pouvait pas simplement repousser ses limites puis attendre de disparaître pour se réveiller ailleurs. Il lâcha Lily, puis l’incita à courir tout en ouvrant la porte. Ils échappèrent à la police, par chance, Dan eut le réflexe de prendre l’une des pistes cyclable bordant le fleuve pour retourner chez eux. Ils marchèrent longtemps, Lily séchait ses larmes, puis se défit des tentatives d’approches de son frère. Elle ne voulait ni lui tenir la main, ni monter sur ses épaules et encore moins faire l’hélicoptère ! Lily voulait comprendre ce qu’il s’était passé, pourquoi Dan avait-il fait ça ? Lui qui était habituellement si calme et posé, attentif et chaleureux. Pourquoi avait-il frappé à plusieurs reprises ce monsieur ? Ils n’osèrent plus échanger le moindre mot avant de franchir le seuil de la porte elle se tourna vers son frère :

« Je vais dormir dans le canapé lit du salon ce soir.
-D’accords, pas un mot de tout ça à …
-Oui je sais. »

Ils entrèrent en se forçant à sourire, l’un n’osait regarder l’autre tant la gêne leur montait à la tête. Ils saluèrent les deux adultes qui sirotaient leurs verres devant la télévision. Puis ils se séparèrent, l’un retournant dans sa chambre, l’une patientant non loin de sa mère, espérant que l’inspecteur Barnaby n’allait pas mettre plus d’une heure à trouver le voleur.

Dreamland.

N’ayant pas pris le soin de se démaquiller tant la colère et la fatigue le narguaient depuis des heures, il s’endormit les poings et les dents serrées. Il avait repensé à cette soirée de merde, il se revoyait frapper l’enfoiré qui se permettait d’étaler sa science sans réfléchir aux conséquences. Pourquoi faire la morale à côté d’une enfant incapable de comprendre pourquoi Halloween était une supercherie ? Il n’était plus capable de prendre aussi facilement qu’avant sur lui, surtout lorsque Lily était engagée dans les emmerdes. Cet instinct protecteur devenait beaucoup trop envahissant, même lui sentait qu’il commençait à perdre le contrôle. C’est là qu’il se souvint du nombre de fois qu’il s’était imaginé quitter ce monde de dégénéré pour en trouver un autre. Il y avait déjà pensé sans réellement se prendre lui-même au sérieux, mais peut être pouvait-il rester pour toujours à Dreamland ? Il devait y avoir un moyen, un objet voir un passage secret, peut être une incantation ou bien une cérémonie ? Abandonner ce monde putassier puis en reconquérir un nouveau grâce à ses pouvoirs ? Avant que ses yeux ne se s’abandonnent à des mouvements de bas en haut sous ses lourdes paupières crayonnées, il l’entendit :

« Je peux t’aider…viens à moi et je te sauverais. Croa ! »

Il n’avait plus la force de se redresser pour checker sa chambre, il tombait dans les bras de Morphée et se retrouvait au beau milieu d’un cimetière d’éléphant. Il connaissait cet endroit, il s’y était déjà battu face à un groupe de zombies fringués comme des précurseurs de la pop anglaise. Il y avait aussi un mystérieux corbeau avec deux paires d’yeux rouges sang. Son crâne lui faisait trop mal pour qu’il puisse reconstituer la pièce scène par scène. Il commença à marcher, foulant les hautes herbes desséchées en escaladant les ossement qui obstruaient sa route. Trop long pour qu’il les contourne tous, ils préféraient sauter dessus, puis se laisser retomber de l’autre côté. Il avait toujours le gant scellant son bras droit bien fixé, son visage ne revanche avait gardé les marque du maquillage, incapable de s’en rendre compte, il affichait une mine renfrognée trahissant son agacement. La voix n’était pas celle des flammes, s’était autre chose d’aussi ancien et puissant sûrement :

« C’est ici exactement que l’on s’est quitté lors de notre dernière rencontre Danou ! croassa l’oiseau hantant ses souvenirs.

-Comment sais-tu qui je suis ?

-Mauvaise question. »

Le sol sous ses pieds s’agitait, alors  qu’il bondissait déjà en direction de l’un des ossements se situant derrière lui. Il n’eut pas trop de mal à s’équilibrer, avant de se mettre en garde, le sol remuait toujours là où se trouvaient ses pieds, laissant ressurgir des entrailles de ce royaume un colossale amas de chaire putréfié ? Son crâne était abusivement long et volumineux, ses yeux étaient deux loupes pourvues d’ampoules ? Sa mâchoire était démentielle, ses mains deux fois plus grosses que son abdomen et sa voix aussi rocailleuse que celle d’un fumeur de cigarillos rôdé :

« DAN SORRO ! ENFIIIIIIN ! COMBATS NOUS ET PAYES POUR TES CRIMEUUUH !

-Quels crimes ? demanda t’il en se retournant vers le corbeau, devinant que le zombi ne répondrait qu’avec l’immense lance à pointe de foreuse qu’il portait.

-Tu as tué plus de dix zombis ici il y a de cela deux mois petit.

-Wooo, ça remonte à loin quand même, c’était avant le tournoi, non ?

-En effet.

-Mais depuis quand les zombies vengent leurs contemporains ?

-Depuis toujours, c’est vous les vivants qui leur tirent systématiquement dessus sans poser de question.

-Peut-on vraiment nous en… FROOOOTCH »

Le combat pouvait enfin commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
Surnom : The Rock
Messages : 559
Date d'inscription : 21/11/2010
Age du personnage : 26

Arpenteur des rêves
Dazh Dalreight
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 30
Renommée: 1600
Honneur: 225
MessageSujet: Re: Happy Horror time! (Dazh/Violette) Mar 20 Oct 2015 - 1:24


Happy....Horror.....Time..!!

Entraînement Nocturne



La nuit d'Halloween était l'occasion pour le jeune Dalreight de sortir du quotidien et sa vie parallèle au sein de Dreamland n'échappait pas à cette règle. Bien que la tradition le laissait indifférent, il appréciait l'occasion de se dissimuler dans un cauchemar. Cet univers glauque prenait des proportions importante au sein du monde onirique. A n'en pas douter, les royaumes obscures et le cimetière se verrait, ce soir, la cible de nombreuses invasions de la part des rêveurs.

Le hasard avait voulu que Dazh arpente le cimetière quelques nuits plus-tôt. Il avait pris l'initiative d'être présent aujourd'hui, afin de jouir d'une liberté qu'il ne s'accordait que trop rarement. Le morpheur prenait plaisir à se battre, et sous prétexte de s'entraîner, ou de protéger des gens, il affrontait tous les périls qui se présentait à lui. C'était là, le véritable but de sa venue. Enfin, il existait une rumeur qui narrait les capacités exceptionnelle des morts-vivants. Même parmi ceux du district six, l'on trouvait de véritables adversaires. Cette théorie, le voyageur estimait qu'elle prenait source au sein de l'imagination des rêveurs présent dans la zone au cours de cette nuit. Dazh espérait secrètement qu'elle se révèle exacte.

Fort de son expérience récente au cimetière, Dazh savait comment franchir aisément la grille qui délimitait la zone tout entière. S'enfonçant un peu plus au cœur du district, le voyageur ignora les premières tombes et les cryptes. Balaya les quelques trépassés et macchabées de sa route, et progressa vers la lande moribonde. Depuis longtemps, bien plus qu'il n'y parait, l'univers du cimetière et son étrange aura, abritait des secrets que cette nuit allait révéler... Bienvenue à Halloween...

La nuit mystérieuse, où l'on aime les démons plutôt que les anges, promettait une digne visite, de la magnifique nécropole. Car c'est Halloween, et à Halloween, même les citrouilles vont mourir de trouille! C'est vraiment ça Halloween, tout les morts ont mauvaise mine, c'est normale, car il faut effrayer les rêveurs inconscients. Quand enfin minuit sonne, c'est l'heure du crime. Ils se cachent sous un lit... On perçoit une brève grimace, un regard inquiétant dans le noir. Un autre disparaît sous un escalier, tel un serpent ou une araignée, c'est vraiment Halloween. C'est la ville de la Nuit, ils massacrent, ils étripent, on ignore quel sera le prochain supplice ! Puis, au coin d'une rue, d'autres inconnus... Ils surgissent d'entre les ombres et retournent vos peurs contre vous. Tel un carnage, le sang puis les ténèbres, une véritable horreur, un enfer pour le rêveur. Une cicatrice brûlante, la mort glaciale, le royaume est un tombeau ouvert..! Plus que jamais, c'est la Ville du crime... Bienvenue à Halloween...

Il ne fallut guère de temps au voyageur pour rejoindre le centre du District. Comme il s'y attendait, un véritable spectacle s'animait devant lui. La nuit s'emballait, tandis que le ciel déchiré par les éclairs, libérait sur le royaume une tempête d'une rare violence sur toute la lande. De nombreux rêveurs présent était hanté par les armés de Chiron. Le coeur du morpheur ne souhaitait plus que se mêler au chaos afin d'exprimer la rage qui rugissait en lui. Débordant d'énergie, c'est tout juste s'il se rendit compte qu'il courrait à une vitesse folle en direction des premiers mort-vivants. Une horde toute entière progressait lentement, jusqu'à l'impact avec le jeune Dalreight. Ce dernier avait instantanément métamorphoser ses deux bras, et frappait lourdement les cadavres ambulants. Les corps brisés tombèrent et s'écroulèrent sur un petit périmètre, large d'une dizaine de mètre. Le nombre de zombie ne parvenaient pas à contenir l'énergie débordante du jeune Dalreight, qui changeait ses membres en pierre avec de plus en plus de facilité. La frénésie qui s'emparait de lui, l'amenait maintenant à pulvériser d'un coup sec, un corps tout entier. Bien qu'haletant, il ne chercha pas à interrompre le combat mortel. Couvert de fluide en tout genre, il frappa encore et encore...

Ce n'est qu'après une vingtaine de minute qu'il s'interrompit. Ses adversaires éphémères jonchaient le sol par dizaine, remuant à peine. Il s'essuya négligemment le front et fit quelque pas de côté, afin de prendre un peu de recul avec la violence qui l'avait envahit. Il s'assit finalement, et constata que quelques rêveurs s'approchaient. Libéré de la hantise des morts, ils semblèrent chercher de quoi s'occuper. C'est alors qu'une ombre se déplaça sous le sol, comme un banc de poisson dans l'océan. Dazh se releva et s'épousseta. Prêt à prendre la tangente, il surveillait le sol afin d'éviter toute sorte de mauvaise surprise. Il constata alors que sa propre ombre semblait prendre de plus de plus importance comme si quelque chose essayait d'en sortir... Finalement, une brèche s'ouvrir largement sur le sol, et un essaim d'insecte volant en sortie pour voler quelques instant dans les cieux en colère. Le morpheur eut tout le loisir de constater que l'essaim en question tournoyait autours de lui, sans s'éloigner de plus de quelques mètre. Une fois encore, tandis que le combat reprit, un bref sourire apparut sur le visage du morpheur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 24
Date d'inscription : 31/08/2013

Nouveau challenger
Violette Lamia
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Happy Horror time! (Dazh/Violette) Mer 21 Oct 2015 - 13:18
Soir d’Halloween, dans un appartement trois pièces joliment décoré pour l’occasion, une jeune femme fait les cents pas au milieu du petit salon. Elle avait demandé à son amie de la déguiser cette année. Sa récente découverte de Dreamland et les « divertissements » qu’elle y avait trouvé lui avait donné l’impression de retrouver le goût de faire des choses.

Le rêve de retrouver ses bras chaque nuit l’avait d’abord bouleversé. Au réveille de la première nuit, elle avait fondu en larme, seules au milieu de ses draps trempés de sueur, perdu entre la confusion, la terreur, et la jubilation. Puis au fil de nuit, elle avait apprivoisé ses rêves, et compris comment cela marchait. Le plaisir qu’elle ressentait dès qu’elle s’endormait se communiquait à son humeur du réveille. Naomi l’avait d’ailleurs remarqué et toutes deux ne s’en portaient que mieux.

Dans les bras de celle qui faisait battre son cœur, Violette avait eu envie de changer, de faire bouger son quotidien. Alors la veille, elle avait demandé à Naomi si elle pourrait la maquiller un peu pour la soirée, avant qu’elle ne sorte. Après un mouvement de stupeur devant cette demande inhabituelle, puis quelques questions concernant sa résolution, un sourire s’était étiré sur ses lèvres.
Alors dans le courant de l’après-midi, la jeune infirmière était arrivée avec un sac contenant ce qu’elle avait appelé le « nécessaire à faire peur ». La petite manchotte avait alors été maquillée et habillé dans le thème de l’évènement. Une robe en lambeaux, d’épaisses traces d’high-liner autour des yeux, des collants déchirés sur le bas des jambes, laissant apparaître de pieds parcourus de cicatrices et de veines bleutées. L’ensemble donnait une touche un peu décalée tout en restant mignon et pratique. En effet, le costume lui permettait de se mouvoir et se contorsionner comme elle le voulait sans être gênée. La touche finale fut peut-être de trop mais l’euphorie écarta cette idée. Aussi, Naomi sortit de faux bras de squelette et les accrocha aux épaules de Violette par un système de courroie particulièrement bien pensé et quasiment invisible. Deux minces filins dissimulés dans les plis de la robe permettaient de remonter les deux mains factices, pliant les bras au passage.
Puis, fière de son œuvre, l’artiste put partir l’esprit serein passer la soirée avec ses propres amis. Au début, tout se passait bien, et Violette passait sa soirée au calme à regarder quelques vidéos comme à son habitude. Mais la sonnerie vint à retentir comme une cloche dans l’appartement. Elle n’attendait pourtant personne. C’est quand elle regarda par le judas de la porte qu’elle se souvint que la tradition voulait que des gamins viennent déranger d’honnêtes gens chez eux pour leur soutirer des bonbons, si durement acquis et conservés à l’abris de la faim dévorante que leur seule vu pouvait provoquer. Rouge de timidité dans sa tenue, la jeune femme ouvrit la porte du bout du pied. De magnifiques sourires hypocrites lui rendirent sa grimace. Elle leur tandis, à regret, un sachet de friandises. Mais il fallut qu’ils se demandent pourquoi elle le faisait avec le pied. Elle n’osa pas leur expliquer et préféra faire volte-face en leur laissant le précieux butin en refermant la porte : accompagné d’un rire mesquin : « Jamais vous ne saurez ! Ha ha ha ha ha ! ».

Puis elle avait commencé à se poser des questions : Pourquoi des enfants étaient venu ? Pourquoi ce regard interrogateur ? Pourquoi avait-elle fait cela ? Sa tête lui tournait, autant que les idées à l’intérieur, et elle sur le tapis du salon. Alors elle avait essayé de retirer les faux bras en se contorsionnant, mais rien à faire, ils étaient bien fixés. A peine en arracha-t-elle un avant-bras, qu’elle fixa, les yeux et la tête vide pendant une bonne minute. Puis elle ouvrit le débit de la douche pour faire partir le maquillage. L’eau tiède ruissela sur son visage sans aucune sensation. Mais elle s’était tant secouée qu’elle en était désorientée. Elle se cogna contre le mur au niveau du torse et manqua de glisser. Se reprenant de justesse, elle réalisa sa situation et se calma. Jusqu’à maintenant, elle avait passé une agréable soirée. Cela ne devait pas se finir comme ça.

Lorsque la sonnerie retentit une seconde fois, le jeune femme souffla lentement et alla ouvrir après s’être composé un sourire le plus joyeux possible. Elle DEVAIT passer une bonne soirée. Sa seule récompense fut une fuite ventre à terre accompagnée des hurlements terrorisés de quatre enfants déguisés, la laissant perplexe. Une fois la porte refermée, elle avait découvert la raison de cette frousse : son apparence avait quelque peu « changé », son mascara avait coulé sous l’effet de la douche, ses faux bras avait une posture grotesque et improbable, sa robe trempée avait un aspect terrifiant de monstre plein de dents. C’est alors qu’un vrai sourire étira ses lèvres. Elle leur avait fait peur, vraiment peur, avec son déguisement. Après une crise de fou rire, elle était partie se coucher, l’esprit allégé et s’était endormie, faute de pouvoir, sans se dévêtir.

----------------------

Des coups lui firent ouvrir les yeux. Elle était dans le noir complet, mais pas le noir de la nuit ou d’une caverne non, celui d’un espace exigu, comme une grosse boite. Une boite confortable cela dit, douce au toucher, rembourrée, avec un… couvercle, que l’on était en train de frapper de l’extérieur. Usant de toute sa force, elle se projeta au dehors de la boite, arrachant le couvercle au passage et attrappa le premier truc vivant qui passa sous ses yeux par le cou. La boite était un cercueil, sur le côté gisait un couvercle luxueux à moitié clouté.
- Alors, tu veux m’enterrer vivante, le pelleteur de merde !?

Le fossoyeur, qui ne s’était pas encore remis de sa surprise ne parvint pas à articuler plus de quelques mots :

- Savait… pas… pitié…


- De la pitié ? HA ! Cela dit joli dorures. Je dois avouer que tu as un certain goût. Tu m’aurais enterré en grandes pompes.
Aussitôt, elle le relâcha, laissant sur le cou du fossoyeur une marque rougeâtre qui mettrait un certain temps à partir. Celui-ci se racle un peu la gorge et reprend contenance étonnement rapidement.

- Où est-ce qu’il se passe des choses dans le coin ?

- Le mieux serait de vous diriger en direction des lumières que vous apercevez là-bas, me semble-t-il.

- Très bien. Bonne journée alors.

- Les morts vous remercient de me laisser continuer à les mettre en terre, noble dame. Pardonnez encore ma méprise de tantôt.

Dans une révérence, l’homme à la pelle ramassa un chapeau de paille et s’éloigna, son outils sur l’épaule, tandis que Violette se tournait vers dans la direction indiquée. Elle n’avait pas eu envie de tuer cet homme, qui aurait pourtant pu mourir pour bien moins, mais ne s’en sentait pas frustrée. Aussi dirigea-t-elle ses pas vers la ville, shootant au passage dans un bout de jambe inerte trainant négligemment sur le côté du chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 328
Date d'inscription : 06/07/2013
Age du personnage : 21

Voyageur Expérimenté
Dan Sorro
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 80
Renommée: 758
Honneur: -120
MessageSujet: Re: Happy Horror time! (Dazh/Violette) Mer 21 Oct 2015 - 23:30
Cinq semaines auparavant, dans l’un des sous-sols du district 1, un étrange professeur en traditionnelle blouse blanche à boutons aiguisaient ses instruments de découpes. Derrière lui se tenait fièrement sur un rebord de fenêtre le seigneur des corbeaux. Ses deux paires d’yeux inspectaient le laboratoire avec une vivacité déconcertante. Entre deux croassements, il lui arrivait de becter les parois de la bordure, chassant ainsi ses démangeaisons de bec. Il s’impatientait depuis quelques minutes déjà, reportant son attention sur l’extérieur du laboratoire. Il put inspecter un tunnel se perdant dans des dédales obscurs aux murs écorchés. Il semblait s’engouffrer dans les abysses, entraînant avec lui toutes les ténèbres du sous terrain. Ses ailes battirent deux fois pour lui permettre de s’étirer avant que le scientifique passe au dernier volet de son opération. Le professeur agita une étrange scie circulaire dans l’air avant de l’actionner au-dessus de la table d’opération. Malgré son absence de tête, il semblait savoir où il allait et pourquoi. Allongé sur une table commune, un massif amas de chair fraîche dégoulinait de sang et d’ossements. Aussi putride et visqueux que les ratés d’un boucher, le tas de viande subissait la découpe sans broncher. Sa forme était quelque peu inhabituel, mais le corbeau lui faisait confiance, cet énergumène dénué de tête possédait plus de quatre cerveaux remplaçant la plus part de ses organes obsolètes, poumons et trippes n’habitaient plus son corps dénué de nez et de bouches. L’opération dura plusieurs heures allant de la fracture abdominale jusqu’aux éclats de moelle sans oublier de passer par l’explosion pectorale. Plusieurs mètres de fils furent déroulés, mais beaucoup de chaînes et de plaques d’une matière semblable au métal composaient désormais la masse indigeste que manipulait sans complexe le professeur Zurkyalyadeblakenstein.

Ringo et Paul avaient passés quatre semaines et cinq jours à tuer, kidnapper, chercher et retourner des créatures oniriques pour leur propre vengeance. D’après les prédictions du seigneur aux quatre yeux, l’objet de leur haine reviendrait de lui-même au royaume des damnés. Ils avaient voyagés, combattu et explorés énormément de choses en si peu de temps dans le seul et unique but d’accumuler de la chair fraîche. Pourtant, rien ne les intéressait plus que leur vengeance, obnubilés par le sang et l’existence du criminel ils s’étaient vendus corps et âmes au corbeau. Ni l’un, ni l’autre ne s’attendaient à le revoir après que ce dernier ait daigné leur révéler le nom du voyageur avant de s’envoler. Et pourtant, Paul comme Ringo s’étaient jeté sans questions, ni hésitation à ses serres. Il avait un plan, il avait le pouvoir et surtout il savait où et quand reviendrait Dan Sorro. Ils n’avaient plus qu’à suivre ses indications, obéir à ses ordres et supporter son caractère de chien.  Ils patientaient dans la « salle d’attente » depuis maintenant près de dix heures. Petite pièce carrées portant un seul cierge presque éteint en son centre, du sol jusqu’au plafond se dressait divers ossements vraisemblablement humains. De longues mains dénuées de doigts jaillissaient depuis le sol, faisant office de siège voir de banc. Lorsque la lourde porte à battant s’ouvrit, ils étaient plus que décidés à en finir avec les formalités :

« Messieurs, il  vous attend, nous pouvons procéder à l’ablation de vos cortex cérébraux. Veuillez opérez une fois à l’intérieur.

-L’opération a donc été un succès ? demanda Ringo en se redressant.

-Non, j’aime juste perdre du temps. Ramenez vos fesses décomposées en vitesse à l’intérieur et cessez de parler. Vous nous rendrez à tous un énorme service. »

Ils s’exécutèrent sans broncher, pénétrant dans le laboratoire du professeur à la blouse bicolore. L’avant était rouge vif, alors que l’arrière était blanc synthétique. Les zombis tournèrent autours de la table d’opération, observant ce qui allait leur servir de corps. Ils se jetèrent des regards approbateurs, ainsi que quelques sourires édentés, puis s’arrachèrent simultanément leur boite crânienne pour se saisir de leurs cerveaux. Le corbeau observait la scène depuis l’épaule du scientifique sans dire un mot, il se contenta de becter l’intérieur du zombi médical pour lui signaler que les deux derniers organes étaient prêts à être implantés. Ils avaient déjà abandonnés d’autres corps par le passé pour en parasiter de nouveaux, mais ni l’un ni l’autre n’avait expérimentés le partage d’un seul organisme. Zurkyalyadeblakenstein s’exécuta machinalement, implantant les deux cortex en même temps dans leurs nouvelles boites crâniennes. Plusieurs filaments de chaires décomposées sautèrent sur les neurones des deux cerveaux en ébullition, puis le professeur referma la lourde boite crânienne en la scellant à coup de marteau et de chaînes.

Là où se tenait autrefois un amas de chaire en décomposition, se dressait désormais un énorme colosse à queue de serpent géant. Ses yeux en forme d’ampoule envoyaient deux filament de lumières, l’un était rouge, l’autre bleu.  Son corps était parsemé de cicatrices, de fils de fer, ainsi que de plaques en métal Dreamlandien, permettant à l’abomination de se dresser sur sa queue :

« Les débuts risquent d’être difficile, mais faîtes-moi confiance et d’ici cinq semaines, vous étancherez vôtre soif de vengeance grâce à la puissance de ce nouveau corps chimérique. Prouvez moi que le prix de tous vos efforts, ainsi que ceux de tous mes calculs valaient le coup. Et je ferais de vous l’élite de nôtre royaume. »

La chose râla un semblant de mot avant d’éclater de rire sans parvenir à se redresser. Le corbeau s’envola par la fenêtre, puis laissa le professeur les aider à manipuler leur nouveau corps. Ils ne se reverraient pas avant cinq semaines et ça n’était pas plus mal. Ces zombis étaient insupportables, bêtes et immondes, il comprenait la répugnance des voyageurs à leurs égards. Il ne les avait définitivement pas aidés, il se servait d’eux et personne même les principaux concernés ne semblaient s’en soucier.

Retour au soir d’Halloween.

« Où il est ? Où il est ? OUUUUUUUU?! SI TES DEJA MORT JE …JE…je…AAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! »

Il était entièrement sorti de son trou, promenant sa queue de serpent d’un ossement à l’autre, fouettant l’air en brandissant sa lance sur les ossements obstruant le passage. Il ravageait tout ce qui tombait dans  son champ de vision. Espérant ainsi y voir le sang de ce voyageur maudit gicler dans un hurlement strident. La bête mesurait deux mètres trente, sans la queue, trois cinquante en la comptant. Ses muscles étaient gonflés, ses mouvements vifs et nerveux. La fumée qu’il déplaçait autours de lui offrait énormément de couvert, ses hurlement masquaient le bruit de ses sauts ainsi que ses pas de course. Dan avait rarement était aussi à l’aise lors d’un duel, il agissait avec fluidité et assurance. Se mélangeant aux hautes herbes et aux ossements, il parvenait à se frayer un chemin jusqu’à la pente qu’il  désirait escalader. Raide et rocheuse, l’ascension risquait d’être compliquée mais lorsqu’on avait un monstre du calibre de cette chimère aux basques on ne réfléchissait pas plus de trois secondes à ce qu’on allait faire. Paul et Ringo continuaient leur carnage inutile en broyant les carcasses d’éléphants desséchés, lorsqu’un croassement familier les figea instantanément :

« Je vois que certaines choses ne vous échappent pas. C’est rassurant et surprenant que la docilité soit aussi facile à ancrer dans vos instincts de non-vivant…

-QUOI ?! ON CHASSE LA !

-Et bien chassez mieux, celui que vous cherchez est derrière vous, on vous a donné une sonde, servez-vous en au lieu de bourriner bande d’idiots ! »

Les ampoules s’agitèrent dans plusieurs sens anarchiquement alors que le reste de son corps se projetait dans un saut phénoménale aux pieds de la falaise qu’escaladait Dan. La secousse générée par la chute du zombi à queue manqua de faire chuter le voyageur. Ce dernier, était bloqué sur la surface d’un rocher. Ce dernier était suffisamment grand pour le porter, mais trop petit pour qu’il puisse s’asseoir. Ses jambes tremblaient légèrement, sans savoir s’il avait peur ou si les nouvelles secousses générées étaient responsable. Il sentait la puissance de la lance à tête de perceuse s’enfoncer dans la roche treize mètres plus bas. Sa plateforme rocheuse semblait trembler au rythme de ses jambes trahissant son manque de stabilité, Dan avait désormais un meilleur plan .Un sourire jaune étira ses lèvres alors qu’il imaginait déjà la scène :

« Mais quel con…

- VIENS-LA ! »

Les nuages masquaient le ciel sous un drap noir et orageux, la pluie menaçait de tomber d’un moment  à l’autre alors que le monstre enfonçait d’avantage sa drille dans la roche. Pénétrant la pierre en créant d’immenses fissures qui ne cessaient de se propager le long de la paroi. La suite était claire et limpide, Dan se savait déjà victorieux avant même que son plan ne commence. Il se contenta de lever son majeur en crachant sur le monstre. Ce dernier s’acharna de plus belle en hurlant, ne remarquant même pas la pluie débuté. Il y eu des volées de gouttes, puis les volées cédèrent aux cordes. Facilitant les plans du voyageur, il ne regretta pas les six longues minutes de patience. La boue s’écoulait aux pieds de Dan, vidant les failles pleines de cailloux et de mauvaises herbes. La lance s’enfonçait sans relâche, la foreuse rougissait alors que les bouts de roches voletaient autours et contre le buste de la bête. Un éclair déchira les cieux, distrayant le monstre un bref instant. Ce fut à ce moment précis que Dan inspira un grand coup avant de sauter à pied joint sur la plateforme naturelle. Il y eu un premier craquement encourageant, amenant à un second saut beaucoup plus violent, entraînant un second craquement beaucoup plus satisfaisant. La pierre céda, se détachant de la falaise. Le plan se déroulait jusqu’alors comme sur des roulettes, le voyageur avait réussi à arracher la pierre de la falaise. Cette dernière fondait de plus en plus vite sur la chimère qui n’eut pas le temps de retirer sa lance suffisamment vite pour empaler le rocher.

Le fracassement fut violent, le manche de sa lance percuta le dessous de la roche, mais ne parvint pas à le retenir. Il se laissa écraser, la gueule puis sentit son crâne se faire enfoncer. La pluie battait son plein, Dan sentait la pression l’attirer contre la roche il devait saisir le moment parfait pour bondir puis l’achever. Mais alors qu’il se redressait, il sentit son adversaire résister. Il n’allait pas tomber, au contraire, cette engeance parvenait finalement à reprendre le dessus. Il balaya la roche après moins de cinq secondes de lutte. Ses yeux en ampoules étaient fissurés, le haut de son crâne était partiellement éclaté et le voyageur était encore dans son champ de vision. Sans que ce dernier ne comprenne comment cette chose pouvait avoir survécut. Dan matérialisait autant de lances similaires à celle de Ringo et Paul grâce à son envy look. Son œil gauche laissait un brasier aux reflets d’émeraude surgir de son orbite, alors que les reproductions de flammes se cumulaient autours d’eux. Il allait perdre la vision gauche, mais ça valait le coup. Ca devait marcher, il était persuadé que ses flammes auraient l’effet d’un poison sur cette horreur chimérique. Cette dernière en profita pour enrouler sa queue telle un ressort puis contracta de toutes ses forces pour se projeter contre son ennemi en hurlant.

La puissance du saut fut tellement forte qu’elle les entraîna encore plus haut que le sommet de la falaise qui faisait bien trente bon mètres de haut. Les deux ennemis luttaient l’un contre l’autre dans l’obscur ciel du cimetière. En contre bas, les abords des districts 2 et 3 pouvaient témoigner depuis leur concert d’heavy metal death vinking une splendide étoile verte. Seuls les plus attentifs le remarqueraient, mais cette dernière semblait s’approcher dangereusement… alors que le groupe de chevaliers squelettes entonnait son premier refrain, après un premier couplet dès plus diaboliques. Créatures des rêves, rêveurs et voyageurs pogottaient dans la joie et la bonne humeur. S'entre bouffant de temps à autre lorsque les instincts primaires reprenaient le dessus. Stands de musiques, d'horreurs en tout genre ponctuaient les contours de la scène et du publique en transe. Réunissant énormément de monde...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
Surnom : The Rock
Messages : 559
Date d'inscription : 21/11/2010
Age du personnage : 26

Arpenteur des rêves
Dazh Dalreight
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 30
Renommée: 1600
Honneur: 225
MessageSujet: Re: Happy Horror time! (Dazh/Violette) Ven 23 Oct 2015 - 16:21


Happy Horror time!
Des bêtes et des Hommes


Propulser par un coup puissant, Dazh jaillit dans les airs et s’écrasa sur le sol boueux, quelques mètres plus loin. Le jeune homme chercha à se redresser et dut s’y prendre à deux reprises pour y parvenir. Il s’adossa contre le tronc de l’arbre mort derrière lui,  et profita d’un instant de répit pour respirer de grande bouffée d’air.

Tandis qu’il recrachait une dent qui s’était délogé, le vent et la pluie furieuse martelait son visage. Il prit la peine d’essuyer le filet de sang qui maculait ses lèvres, avant de se lever une fois encore. La bête venait à sa rencontre. La créature était grande et puissante. Sa silhouette rappelait celle d’un humanoïde, bien que le sommet de sa tête fût pourvu de deux cornes, semblable à celle d’un bélier. Les muscles saillants, il était difficile d’apercevoir autre chose. Le corps de la bête était de brume. Sa démarche éthérée, lente et à la fois rapide, ne semblait pas affecter par les éléments.

L’ombre leva son bras et s’apprêta à frapper le voyageur au visage. La bête le voulait à ses pieds, mais le jeune Dalreight bloqua l’offensive à l’aide de son bras de Quartz. Malgré la vivacité de la créature, il bloqua le second assaut qui venait sur sa gauche. Mais alors qu’il se livrait un duel, sans qu’aucun ne puisse prendre l’avantage, Dazh fut brièvement étourdis par un coup de boule des plus violents. Ses bras prisonniers le laissèrent à la merci de son adversaire qui, le tenant fermement, acheva sa parade par un coup plus fort encore, au niveau de l’abdomen. Le morpheur disparut à travers le tronc de l’arbre mort, et termina sa course un peu plus loin, dans un marécage puant.

Dazh chercha à se rétablir, mais son corps étourdi peinait à supporter son propre poids. Il releva juste à temps la tête pour voir venir un ultime assaut. Une épée de ténèbres visait son cœur, pour en finir pour de bon. Il bloqua la lame à l’aide son poing de Quartz droit. Le choc le fit reculer de quelques centimètres. L’épée était maniée avec une force telle, qu’elle entamait le quartz sur quelques millimètres. Résistant fermement à l’offensive qui se faisait de plus en plus insistante, Dazh reculait, glissant dans la boue. A cause du sol aussi instable, le voyageur ne pouvait envisager de prendre le dessus. Il transforma finalement sa jambe droite afin d’assurer sa prise sur le sol. Le cristal de Quartz, plutôt lourd, s’enfonça suffisamment dans le sol jusqu’à s’y loger fermement. L’allonge de sa jambe lui permit de ne pas céder plus de quelques centimètre à la lame de son adversaire qui se rapprochait de sa poitrine malgré son poing qui lui faisait obstacle.
Concentrant alors la force indomptable dont il était investi, le jeune Dalreight assura son étreinte sur l’épée de ténèbres et la brisa net dans sa main. La bête recula, furieuse et entreprit de frapper au hasard avec ce qu’il restait de sa lame.

Aussitôt, Dazh se roula sur lui-même et n’offrit que son dos de Quartz comme rempart aux assauts de la créature. Le tonnerre semblait éclater à chacun des coups que portait son adversaire. Peu efficace, son adversaire marqua finalement une pause dans son enchaînement ravageur. Le voyageur saisit cette occasion pour passer la défense de la bête haletante, et enfonça l’extrémité de la lame ténébreuse en pleine poitrine. Ce fut finalement, la seule chose qui vint à bout de la créature, qui disparut de la même manière qu’elle était apparu.

Le voyageur fit quelque pas dans la lande, trébuchant quelque peu, sur les racines et macchabées qui sortaient du sol. Il s’écroula finalement contre la paroi rocheuse et eut tout le loisir d’observer les évènements du cimetière cette nuit-là. Seul le district Un conservait ses mystères, trop loin et trop profond pour être observé depuis sa position. Presque à la limite de son champ de vision, Dazh pouvait apercevoir une armée de mort commandé, par un général tout de fer vêtu. Il s’agissait peut-être du district Deux. Plus loin sur sa droite, il aperçut des harpies et des sorcières. Ce devait être le district Quatre, cette fois. Difficile à déterminer, compte tenu que ces dernières se déplaçaient dans le ciel.

C’est alors qu’un éclair particulièrement fort vint éclairer les cieux nuageux, parmi lesquelles se battaient un homme et une bête étrange. L’espace d’un instant, la pluie et le vent semblèrent cesser de se disputer le royaume, et la nuit retint sa respiration. La scène dura un cout instant avant de s’éteindre, comme beaucoup d’autres. L’obscurité reprit ses droits, et le chaos se déchaîna à nouveau.

Le jeune Dalreight, inspiré par une soudaine pulsion entreprit d’escalader le promontoire. La tempête était atténuée par la falaise, mais le vent menaçait parfois de le plaquer contre la roche quand il ne cherchait pas à le précipiter en bas. La lutte contre les éléments était tout aussi envoutante, du point de vue de Dazh, qu’un combat épique au sommet d’une montagne. Chaque geste qu’il exécutait, chaque mètre parcouru contre le déluge gonflait son orgueil. Quand le danger fut trop important, et le vent trop fort pour qu’il puisse l’emporter, Dazh choisit de se confronter à la pierre. Brandissant son bras de Quartz, il frappa et creusa la falaise afin de s’y nicher tout entier. Sans effort apparent, il arracha d’impressionnant rocher qu’il laissa tomber en contrebas. Rapidement, il put progresser  en frappant la roche de ses deux bras. Dégageant les débris à l’aide de ses jambes, il se tailla une galerie digne de ce nom.

Il s’arrêta un moment, savourant le calme qui régnait ici, et orienta sa galerie en direction du sommet. Il y arriva rapidement, et explosa le sol afin de se dégager complètement. A sa surprise, avant même qu’il sorte complètement de son trou, il constata que de nombreux squelettes gisaient ici, sur le plateau et s’animèrent soudainement à le vue du voyageur. Bien qu’essoufflé, le jeune Dalreight, dans un excès de zèle, délogea un gigantesque rocher, enfoncer dans le sol a sa hauteur. Il le souleva juste ce qu’il faut, pour le faire basculer dans le vide, et ce au prix d’un effort considérable. Le caillou emporta avec lui un généreux morceau de la falaise et les squelettes qui s’y trouvaient.

Il fut à nouveau accueilli par le vent et la pluie qui achevèrent de le débarrasser de la terre sur ses vêtements. C’est alors, qu’à l’occasion de quelques pas, qu’il aperçut non loin, le monstre apparut un peu plus tôt dans le ciel en compagnie d’un homme. Quelques foyers de lumière éclairait les environs, sans doute des feux follets encore une fois.
Vraisemblablement, il s’agissait d’un duel contre un voyageur. Ces derniers n’étaient plus très loin, et Dazh entreprit de se rapprocher pour les observer…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 24
Date d'inscription : 31/08/2013

Nouveau challenger
Violette Lamia
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Happy Horror time! (Dazh/Violette) Dim 25 Oct 2015 - 19:53
Au cœur d’un cimetière, une jeune femme à la robe déchirée cheminait, cheminait pieds nus, droit devant elle. Avec pour seul repère la lumière au loin, elle marchait dans l’obscurité. Une obscurité incomplète, car semblait-il, la brume qui baignait l’endroit portait sa propre lueur. Ainsi, le cimetière était visible… Et audible : raclement de pierre, craquement, et ricanement résonnait partout autour d’elle. Mais Violette ne semblait, elle, pas vraiment troublée par l’endroit, qui y était pourtant dévolu. C’était à peine si elle daignait abattre les chauves-souris qui désiraient juste la harceler un peu.

Dans sa tête, elle se contraignait à ne pas courir, car elle savait qu’elle avait tout son temps, de plus, un peu de défoulement ne lui ferait pas de mal si quelqu’un venait l’ennuyer sur le chemin. En même temps, se disait-elle, dans un cimetière, il n’y a pas beaucoup de vie à par les chauves-souris, les corbeaux, et les fossoyeurs.  Mais elle espérait peut-être quelque voyou cherchant une jeune fille innocente à détrousser (et plus si affinité), pour le simple fait d’avoir une bonne raison d’éclater sa face. Mais rien ne vint, si ne fut la musique, en depuis la direction qu’elle suivait depuis tout-à-l’heure. D’abord rythme léger dans le sol, qu’elle sentait dans ses pied nus, le son se fit suffisamment fort pour qu’elle l’entendant. Au fur et à mesure de ses pas, le rythme devint son, et le son devint musique, une musique violente, criarde, mortelle…

A terre, des membres dépassant du sol semblaient commencer à se tendre en direction de la musique encore indistincte. Alors la source de lumière commença à se préciser. On aurait dit des projecteurs, avec une foule autour, une scène. La jeune morpheuse, qui marchait jusque-là, fut piquée dans sa curiosité et se mit à courir en direction de la-dite scène. Alors elle comprit enfin ce qu’elle entendait, il s’agissait un concert de death métal. Un type de musique qu’elle n’avait entendu qu’une fois dans sa vie, longtemps auparavant. Elle n’avait jamais osé en réécouté, à cause de la violence des paroles comme de la musique. Elle n’aurait jamais pu assumer pareils goût dans son état de dépendance. Alors, elle ne s’y était plus intéressée.
Mais là, les accords saccadés, même de loin, faisaient vibrer tout son être. Lorsqu’elle arriva à destination, un immense cercle de tombes entourait l’endroit, et deux vigiles aux allures de Frankenstein barraient le passage.

-On ne passe pas sans autorisation, fit celui de gauche, un vers de terre bleu fluorescent passant d’une orbite vide à l’oreille du même côté.
S’armant de toute la patience dont elle était capable, Violette commença les négociations :

- Et que faut-il faire pour être autorisée.

- Il faut être mort, ou alors un voyageur associé.

- Et toi, t’as l’air vachement vivante quand même, avec ta peau lisse et brillante, tes beaux yeux, ton, ton …

Celui de droite avait commencé à baver semblait-il, mais par le milieu de sa gorge, aussi il était difficile d’en avoir la certitude. Ils ne devaient pas voir de jolies femmes souvent dans le coin.

- Mais on peut peut-être s’arranger. Si tu te débarrasse de cette robe abimée…

Se livrer à se morts-vivants ? Très peu pour elle. Alors, oui ils faisaient un mètre de plus qu’elle. Mais elle avait un avantage. Une gifle magistrale s’abattit successivement sur la joue droite de chacun, envoyant la tête du premier sur celle de l’autre. Après une seconde de latence, celui avec le ver luisant (littéralement) ramassa la tête de son compagnon et la reposa à sa place, puis ils se tournèrent comme un seul zombi vers la jeune femme qui brandissait le bout de son bras gauche dans sa main droite. Elle venait de l’arracher pour avoir plus d’allonge, et ainsi remettre les idées des deux crétins en place.

-Et si vous alliez voir ailleurs si j’y suis, les décomposés ?

Alors, les deux s’entre regardèrent avec un lueur nouvelle dans les restes d’yeux habitant encore leur orbites.

- Une voyageuse de mort !

- Il faut prévenir le roi !

- Mais on le fera pas !

- Parce qu’on l’emmerde !

Apparemment, ils avaient confondu le pouvoir de la jeune femme avec une capacité de mort-vivant. Ce qui était surement très rare, puisque la peur de la mort est parmi les plus rependus au monde. Elle avait eu de la chance de tomber sur des métaleux qui se moquent ouvertement de leur seigneur. Des rebelles.

-Bienvenue à la Corpses Party, jeune voyageuse.

- Défonce-toi bien.

Tandis que les deux gorilles la laissaient passer un marquant un certain respect et qu’elle se dirigeait vers la scène, dans un micro, hurlait un présentateur à la voix d’outre-tombe :
Après "One foot in the grave", notre groupe leader, Division Deads enchaîne toujours plus fort, toujours plus féroce avec son tout nouveau mais incontournable "Metacarp on your tong" !
Dans une intro d’accords graves et profonds,  le chanteur décharné entama une douce sérénade, qui, au bout de  5 secondes devint un hurlement sauvage et provenant directement un fond des enfers. Dans la musique, soudain déchaînée, le pogo géant recommença de plus belle. Un grand nombre de dents, de bras, de pieds, ainsi que le reste de l’encyclopédie anatomique, voltigeaient au-dessus des « spectateurs ».

Violette, en transe, ce prêtait volontiers à ce massacre. Elle régénéra plusieurs fois des bras cassés, tordu, déboîtes, dont elle se servit pour frapper d’autres personnes, arracher une ou deux mâchoires et piétiner des cadavres, « vivants » ou morts.
Alors que l’air résonnait des basses surpuissante et des hurlements du chanteur comme ceux des spectateurs, le clou du spectacle arriva lorsqu’une bête énorme s’écrasa au milieu de la fausse, écrasant de nombreuse personnes au passage, en plus d’un bossu qui s’occupait du staff.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 328
Date d'inscription : 06/07/2013
Age du personnage : 21

Voyageur Expérimenté
Dan Sorro
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 80
Renommée: 758
Honneur: -120
MessageSujet: Re: Happy Horror time! (Dazh/Violette) Mar 27 Oct 2015 - 18:49
C'était son premier combat aérien, aussi surprenant que cela puisse paraître, Dan s'en sortait bien. Le zombi ne parvenait pas à le saisir, gêné par la pluie et l'humidité qui ruisselait sur leurs corps. Lorsque ses mains cherchaient à le saisir, Dan se projetait à l'aide de ses jambes contre la paume de la chimère, percutant son épaule ou son visage. Les coups n'étaient pas suffisamment appuyés pour infliger le moindre dégât, mais ils étaient suffisamment gênants pour énerver le monstre. Ses flammes vertes ceinturaient son bas ventre ainsi que son épaule droite et le haut de son crâne. Malgré l'aspect massif de l’expérience zombiesque, ses coups étaient trop lents pour que Dan ne s'inquiète. Une fois le point culminant atteint, les deux ennemis s'échangèrent plusieurs politesses, à coup de semelle et de pichenettes. Pour finalement recommencer à chuter, la pluie fouettait son visage, son oeil droit peinait à rester ouvert, alors que la queue du monstre s'enroulait autour du voyageur. Le point de chute n'était plus très loin, Dan avait réussi à enlacer de tout son amour la gorge de la chimère, subissant une pression terrible sur ses jambes qui n'allaient pas tarder à se détacher de son corps si ils ne s'écrasaient pas trois secondes avant la rupture de ses articulations et la déchirure de ses ligaments. Des fragments de sol, ainsi que des morceaux de zombis volèrent dans un geyser de boue noire. Le mugissement de la chimère était long, froid et emplis d'une certaine tristesse caractéristique de l'affaiblissement. Plusieurs créatures, une fois aspergée par la boue, l'eau et les membres de leurs contemporains deux fois plus mort qu'avant s'approchèrent.

Tous et toutes semblaient déçues, voir même carrément énervés, le concert devait poursuivre, mais la chimère brouillait la vue ainsi que la pureté du son. Plusieurs amplis s'étaient effondrés sous la pression du choc, concentrant la fureur des spectateurs sur l'indésirable à peine visible derrière le rideau de boue qui ne tarderait plus laisser ses dernières gouttes tomber. Tous se figèrent soudainement lorsque les premiers coups de guitare brisèrent le silence indignés du publique. Division Dead, semblait reprendre les choses en mains, le batteur et le bassiste jouèrent leurs accords bien qu'ils ne reconnurent pas tout de suite l'intro dégueulasse que jouait Sleepy. Tout simplement car Sleepy n’était plus au commande de sa guitare, ce dernier se frottait péniblement la joue en se redressant, hurlant au type encapuchonné qui lui était tombé dessus de multiples suppliques visant à sauver sa guitare. Il ne savait pas qui été ce voyageur, maisil devinait aisément que ce dernier n’était point musicien, ni même soucieux des prix que coûtaient les instruments de musiques.

Ruisselant de boue et de lambeaux de chaires, Dan s’acharnait contre le crâne disproportionné contenant les cerveaux de Paul et Ringo. Toujours branchés à l’emplis, tous pouvaient entendre les cordes vibrer dans d’ignobles crissements luttant contre les larcènes et les gouttes de mélasse. La queue de serpent balaya cinq membres de la première rangée de zombis ayant eu l’audace d’approcher. Son bras gauche était révulsé dans un angle improbable, l’empêchant de se redresser convenablement lors de ses premières tentatives. Les coups de guitare administrée avec une précision discutable par Dan secouaient la paire de cerveau qui peinait à reprendre le contrôle de l’organisme. Les flammes vertes s’évaporaient avec une vague partie de l’énergie que contenait  l’épiderme de la chimère.  Le voyageur lui continuait de s’acharner sur la carcasse chimérique, serrant les dents qui tremblaient en même temps que son corps sous la puissance électrique de l’instrument démoniaque.

« Ringo ? Tu m’entends mec ? »

Pas de réponse, la partie droite de la chimère était totalement éclatée, et Ringo avait rendu l’âme depuis trois coups de guitare. Le publique fut consterné par l’amas de flammes blanches que dégageait le voyageur à la guitare. Ils ne reprirent leurs esprits, qu’une fois le guitariste du groupe de nouveau debout. Ce dernier tenta de bondir sur Dan pour le maîtriser, mais il fut projeter telle une balle de baseball. Dan l’avait en effet vue arriver derrière lui, retournant instinctivement son prochain coup déjà amorcé contre le musicien à la face désormais pulpeuse et inerte. Son corps était tombé dans la fosse, rampant instinctivement en direction du publique. Une clameur indignée enflamma l’ambiance, le publique grondait en projetant les restes de barrières au sol. Voyageur du feu ou non, ils n’allaient pas le laisser pourrir Halloween.  Mais avant que ces derniers puissent l’atteindre, l’abdomen de la chimère se fendit dans un bruit de décomposition malodorant, libérant un fluide jaunâtre qui se déversa dans un flot de fange et de craquement osseux :

« RINGO ! »

Plusieurs tentacules visqueux bondirent des tréfonds de son abdomen, empalant les premiers furieux pour ensuite les ingérer. L’amas de chaire gonflait à vue d’œil, prenant une proportion encore plus phénoménale qu’avant. Dan retomba sur la scène, laissant l’immondice gagner du terrain et absorber d’avantage de zombi. Ses flammes disparurent, son souffle s’apaisa mes ses jambes ne répondaient plus. Obnubilé par l’invraisemblable scène qu’offrait la chimère, il s’avouait avoir peut être sévèrement déconné pour le coup. Les musiciens sans demander leurs restes s’en allèrent en courant, alors que plusieurs tentacules s’empressaient de les rattraper. Le batteur tenta de planter ses baguettes sur le parquet de la scène, mais ses dernières cédèrent sans surprise, abandonnant leur maître dans une fin des plus dégoutantes :

« Mais qu’est-ce que c’est que ce bordel ? »

Dan reprenait contenance, puis s’empressa de bondir sur ses jambes qui lui rappelèrent à quel point il était blessé. Il se tenait derrière lui, grand et mince paré de noir de la tête aux pieds, seul un crâne aux teintes jaunis par le temps sortait du lot. On aurait dit Mr Jack, mais en beaucoup moins avenant, cigarette aux coins des molaires, il lorgnait sur la créature qui gonflait face à eux. Lorsque l’une des tentacules tenta de le saisir, cette dernière fut instantanément découpée en fine rondelles sans que Dan n’ait le temps de distinguer clairement ces mouvements. Il n’avait perçu qu’un vague mouvement aux reflets noirs, rien de plus. Fatigué, le voyageur tenta de s’en aller sans demander son reste, mais c’est sans se l’expliquer qu’il se figea après trois pas. Il pouvait le sentir, ce regard froid qui perçait sa colonne vertébrale et gelait ses articulations. Il pivota en direction de Mr Jack sans faire le moindre mouvement brusque, puis remua péniblement les lèvres :

« Je dois répondre à la question c’est ça ?

-Seulement si tu tiens à ta petite vie de voyageur oisif.

-C’est un zombi qui me traque depuis le cimetière des éléphants… si ça vous dis quelque chose il y avait un corbeau avec eux.

-Un corbeau ? Et tu appels ça un zombi ? Ce n’est pas vraiment le calibre habituel quand même.

-Un zombi reste un… certes. »

Le regard s’était noircit lorsque que Jack devinait les mots qui allaient sortir des lèvres du voyageur. Ce dernier préféra se taire en se rappelant l'épisode de la tentacule, reportant son attention sur le publique qui désépaississait à vue d’œil. La chimère poussa un dernier beuglement qui fit frémir le voyageur. C’était son nom qu’il hurlait, c’était lui qu’il voulait et ça ne serait qu’une fois lui mort que cette saloperie cesserait de gâcher le concert :

«DAN SSSSOooooRRO!

-Danse haut rot ? Qu’est-ce que ça veut dire ?

-Il n’y pas forcément d’explication…

-Monsieur Jack ! C’est lui !

-Hum ?

-Hein ?

-C’est lui qui est tombé du ciel avec cette chose, les corbeaux et les chauves-souris sont formelles.

-Je sais il m’a expliqué, le concert est mort …ça n’a plus vraiment d’importance de toute manière. Débarrassez moi de cette… »

Avant qu’il ne puisse terminer, quelque chose enclencha le système d’autodestruction organique de la chimère. Arrosant les mille lieux à la ronde dans une explosion putride de chair et d’os vaseux. Les plus chanceux ne bénéficiaient que de l’odeur, mais Dan comme Mr Jack et son sous fifre eux étaient désormais peint de la tête aux pieds d’un jus verdâtre et poisseux. Renversé par la puissance du choc, Dan était à deux doigts de sombrer dans l’inconscience, luttant contre sa propre volonté pour ne pas s’éteindre aussi stupidement :

« Emmenez le, et passez au plan B. On réveille les anciens, tous sans exceptions, je veux qu’aucune crypte ne soit pleine. De la bête du Gévaudan aux aristochats, je veux que tous les peoples se réveillent ! On  ne va pas laisser la mort d’un concert gâcher halloween, contactez les citrouilles, les sorcières, les chaudrons, les momies et même les pharaons en carton si il le faut. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
Surnom : The Rock
Messages : 559
Date d'inscription : 21/11/2010
Age du personnage : 26

Arpenteur des rêves
Dazh Dalreight
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 30
Renommée: 1600
Honneur: 225
MessageSujet: Re: Happy Horror time! (Dazh/Violette) Mar 3 Nov 2015 - 16:24


Happy Horror time!
« Mes armes sont comme ma musique,  lourdes et en Métal »



Tandis qu’il dévalait la pente à toute vitesse, le duel  entre la bête et le voyageur prenait de l’ampleur. L’obscurité ne lui permis pas toujours d’observer l’évolution du combat, mais il pouvait néanmoins se réorienter si nécessaire.
Les deux combattants disparurent soudainement pour s’enfoncer plus profondément, au cœur du royaume. Sans plus attendre, Dazh se rétablis au pied de la falaise, entreprit de sprinter sur  quelques dizaines de mètre, avant de bondir sur la pente suivante. A cette allure, il ne tarderait pas à gagner le District cinq.
C’est alors qu’il aperçut ce qui devait être un vaste concert en plein air. Le hasard avait voulu qu’il arrive par les coulisses, derrière la scène. La foule réunit a cette occasion s’étendait sur un large périmètre. A première vue, l’ambiance était électrique, la musique retentissait à un volume rarement égalé, a tel point que Dazh fut surprit de ne pas l’avoir entendu plus-tôt. Il n’en fallait pas plus pour que le jeune homme s’imprègne de cette frénésie digne de la nuit d’Halloween. Oubliant son premier objectif, et sa tenu abîmée suite a son bras de fer avec les éléments, Dazh se précipita dans le pogo pour jouir de la fête.

L’espace d’un instant, le spectacle fut interrompu, et Dazh comme beaucoup d’autres, aperçut vaguement des tentacules dans les environs de la scène. C’est seulement quand les choses empirèrent, que la musique cessa et que le gros de la foule disparut que le jeune homme prit conscience du sérieux de la situation. Cependant, son côté « bestial » était encore trop présent, pour qu’il réfléchisse sainement a ce qu’il se passait. Soudain, sans savoir pourquoi, une substance verte des plus nauséabondes vint lui éclater au visage. Il s’en débarrassa tant bien que mal a l’aide de sa veste et son tee-shirt en lambeaux, puis il se releva après avoir chuté au sol, suite à l’impact.

Il abandonna ses guenilles sans plus de cérémonie, avant d’avancer vers la scène. Malgré la météo catastrophique, il ne se soucia pas du froid ou de la pluie, quand bien même il était torse nu. Il marcha parmi les trépassés, en broyant les os sous ses pas, jusqu’à trouver des bouteilles parmi les victimes du concert. Sans trop chercher à savoir ce dont il s’agissait, le jeune homme ramassa une fiasque et l’avala goulûment. Il était dans un tel état, qu’il ne cherchait plus à soigner les apparences.
Il s’agissait d’un alcool fort, assurément. Un peu surprit par la boisson en question, il en recracha une partie,  et en renversa sur le sol.

La gorge encore en feu, il fut prit d’une soudaine quinte de toux. Il essuya ses lèvres d’un revers de la main, et continua de progresser jusqu’à la scène. Se sentant d’humeur belliqueuse, le jeune homme souhaitait se battre et n’importe qui ferait l’affaire. Plus très loin justement, un jeune garçon et un mort en costume s’entretenait. Ils semblaient prêt à partir, vers une autre destination, alors le jeune Dalreight attrapa une hache, d’une taille remarquable et pressa un peu le pas. Cependant, le sol se mit à trembler. Non loin d’eux, une vieille bâtisse en pierre, aux allures de mausolée, jaillit de terre. Bien que ce fut impressionnant, compte tenu de la puissance du tremblement de terre, Dazh doutait qu’il s’agisse de la seule bâtisse a sortir de terre. Plus curieux qu’effrayer, le jeune Dalreight se tourna face au monument, ignorant les deux autres à proximité.
Plusieurs éclaires vinrent trahirent les quelques instants d’accalmie, puis les lourds battant du mausolée s’ouvrir en grands. Des ombres et des volutes de fumée s’échappèrent, et malgré lui, Dazh fit un pas en arrière. Le torse bombée, Dazh observait avec condescendance ce qui se cachait dans les ténèbres.

Une première créature fit enfin un pas vers l’extérieur. La silhouette massive, le colosse devait bien faire dans les deux mètres. Le champion des morts, toisait l’assistance, depuis le sommet de son perron. La lune n’éclairait pas encore l’individu, mais on devinait aisément, à sa façon de se mouvoir, à sa façon de se tenir, et à sa façon de faire, qu’il s’agissait de quelqu’un habitué a exercer le pouvoir.

Le colosse avança lentement et descendit une marche. Il était alors possible d’observer son armure de plate, vieille depuis plusieurs siècles. Déjà, le jeune homme percevait son aura meurtrière. Une énergie nécrotique habitait le colosse de métal. Le sortilège mortifère qui animait ce champion promettait une malédiction terrible à ceux qui oserait l’affronter.

La brume noire qui s’échappait du mausolée étreignait le géant, à mesure qu’il avançait. L’éclat de la lune se reflétait dans son armure, comme dans un miroir. Le colosse descendit une autre marche, et Dazh aperçut finalement, dans la fente de son casque, ses yeux qui brûlaient d’un feu ensorcelé. Quand il foula le sol, la terre sembla mourir un peu plus. Le morpheur ne quitta pas sa position et observait toujours le revenant avec condescendance. Ce dernier ne lui était pas inconnu. Les histoires qui existent à son sujet l’auront finalement rendu réel au sein de dreamland. Pour cette nuit en tout cas.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Megan au Sang Noir
Messages : 688
Date d'inscription : 27/06/2012
Age du personnage : 29

Arpenteur des rêves
Megan Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 310
Renommée: 2212
Honneur: -170
MessageSujet: Re: Happy Horror time! (Dazh/Violette) Dim 8 Nov 2015 - 14:08


C'était un soir presque comme les autres. Oui presque, si on oubliait les marmots qui venaient taper à sa porte en disant: "des friandises ou une farce". C'était donc le soir de Halloween. Megan aimait cette fête, surement car elle était anglaise à la base mais elle trouvait qu'en France, cela était moins amusant, moins intéressant. Elle avait enfilé pour l'occasion une longue robe noir fendue et avec un énorme décolleté. Rajouté par dessus un petit haut noir également, mit un chapeau pointu et du maquillage noir lui donnant un air encore plus gothique que d'accoutumé. Mais surtout: elle avait mit du maquillage pour donner l'impression qu'elle avait le visage blessé et couvert d’hématome et de sang. Petit détail amusant: sur la porte de l'appartement, elle avait écrit avec de l'aquarelle rouge: "frappez et vous serez le prochain" avec des traces pour faire un effet traces de sang. Corey avait trouvé l'idée amusante et espérait qu'elle nettoierait ceci après mais connaissant la flemme légendaire de Megan, ce petit "tag" pourrait rester un moment...

A plusieurs reprises la porte sonna et Megan alla ouvrir en titubant pour donner l'impression qu'elle agonisait. Elle distribua des bonbons et pour une fois, elle était incroyablement de bonne humeur. C'est ainsi qu'elle alla se coucher sur cet état d'esprit...


--------------------

L'algophobe ouvrit alors les yeux sur un paysage qu'elle connaissait déjà. Pour être venue déjà deux fois dans le cimetière de Dreamland, elle était sûre du lieu où elle venait d'atterrir. Pensant machinalement à ce qu'elle avait vécu ici auparavant, elle estima que la nuit allait être compliquée, comme la plupart de ses nuits direz vous. Le paysage était donc très simple: une immense plaine lugubre avec des pierres tombales un peu partout. Il y avait quelques squelettes qui trainaient sur le sol mais certains étaient animés histoire d'ajouter un coté encore plus glauque à l'endroit. Enfin c'était Halloween donc l'ambiance de la journée et celle de la nuit n'était pas si différente. Megan avança tranquillement en direction d'un petit mausolée, elle se souvenait avoir passé la nuit coincée sous terre à faire des énigmes pour survivre et sortir de là ou encore s'être réfugiée dans un mausolée du même style pour échapper à des monstres similaires à des faucheuses. Sauf que là, elle entendait de la musique et voulait savoir d'où cela venait. Genre quelqu'un avait décidé de faire un concert au milieu du cimetière?

Une plume noire tomba du ciel et passa devant les yeux de la jeune femme qui tendit la main pour l'attraper. Mais celle-ci disparut dés qu'elle entra en contact avec la paume de la main de Megan. Levant les yeux au ciel, elle vit un homme vêtu de noir et de blanc qui volait alors qu'il n'avait qu'une seule et grande aile noire. Il avait également de très longs cheveux blancs et portait une épée incroyablement longue. Ce mec ne devait pas aimer faire dans la demi mesure, surement un complexe quelque part pensa la jeune femme. Sauf qu'elle se souvint avoir déjà vu un personnage similaire à celui-ci quelque part.

L'homme se posa sur le haut d'une pierre tombale, son immense épée à la main. Il tourna la tête et observa Megan de ses yeux verts étranges. Celle-ci comprit que les ennuis commençaient et qu'elle allait devoir se battre avec une créature onirique ressemblant un peu trop à son gout à Sephiroth.

C'est alors qu'un homme surgit derrière Megan, passa au dessus d'elle pour foncer sur le dit Sephiroth justement. Ce nouvel arrivant portait une veste rouge en cuir, des cheveux de la même couleur et une épée plus courte mais plus large avec des runes dessus qui brillaient pour s'enflammer ensuite. Sephiroth para le coup avec sa masamune, projetant l'intrus dans les airs. Ce dernier lança alors plusieurs boules de feu que Sephiroth trancha de sa lame avec une facilité déconcertante. L'une des boules de feu trancher vint s'exploser sur une pierre tombale à coté de Megan, l'explosion la projeta au sol. Tellement absorbée par ce qu'elle voyait, elle n'était pas en mode combat et s'était laissée surprendre comme une débutante. Se redressant en se plaignant d'avoir été secouée gratuitement, elle commença à penser qu'elle allait se mêler de ce combat vu qu'on lui imposait le spectacle. Comme on dit: plus on est de fous et plus on rit.

Le problème c'est que les deux êtres se battaient dans les airs: chacun de leurs coups d'épées étaient si violent que le choc les projetait en l'air. Reposant de temps en temps un pied sur une tombe pour y prendre appui afin de bondir de nouveau. La masamune brilla alors et Sephiroth donna un grand coup dans le vide. Une lame d'air ou d'énergie trancha alors des tombes et le sol, obligeant Megan à plonger pour éviter de se faire couper en deux. Un troisième individu arriva alors: cheveux noir, bien plus musclé que les deux autres et ne portant pas de veste. En revanche, son épée était incroyablement large comparée aux deux autres. Megan se demandait ce qu'il se passait: elle voyait les personnages d'un jeu qui s'affrontaient dans Dreamland. Elle appréhendait un peu tout de même: être prise au milieu d'un combat entre Sephroth, Genesis et Angel n'avait rien de rassurant. D'un coté, elle voulait tester ses capacités contre ces trois monstres, de l'autre elle se disait qu'elle allait juste se faire massacrer.

Angel bondit, déployant son épée broyeuse et vint percuter Genesis qui fonçait son épée de flammes en main. Les deux hommes échangèrent quelques coups avant que Sephiroth vienne donner un coup de sa lame pour les repousser les deux. Une autre lame d'air trancha plusieurs tombes et arracha la toiture du mausolée. Megan courut, prit appuis sur une tombe et tenta de sauter pour les rejoindre dans les airs. Elle attrapa Sephiroth par le col et lui colla un énorme uppercut en plein visage ou du moins c'est ce qu'elle aurait aimé faire. L'homme affichant un visage impassible avait juste levé sa main libre pour arrêter le poing à quelques centimètres de son visage. Genesis arrivait dans son dos, prêt à transpercer la jeune femme pour parvenir à empaler Sephiroth à son arme. Elle poussa son adversaire d'un coup de pied dans le ventre pour s'écarte de là et retomber sur le sol. Sephiroth para la coup de Genesis et les deux hommes échangèrent plusieurs coups d'estocs comme si la jeune femme n'existait pas. Angel avançait dans le cimetière pour venir à coté de Megan.

"Ceci n'est pas ton combat, il ni aura aucun honneur ou gloire à mourir ici."

Avant qu'elle puisse rétorquer quelque chose, l'homme la frappa avec force du plat de son énorme épée pour la projeter entre les tombes. Elle percuta le mur du mausolée et le perfora pour glisser sur le sol froid et poussiéreux en marbre du bâtiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 24
Date d'inscription : 31/08/2013

Nouveau challenger
Violette Lamia
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Happy Horror time! (Dazh/Violette) Jeu 19 Nov 2015 - 23:19
Violette, dans sa fureur abreuvée de Death Metal, avait mis un certain temps avant de se rendre compte que la musique s'était arretée. Elle observa comme tout le monde l'entrée en scène de l'abomination nauséabonde puis suivit les zombies encore en bon état un peu plus loin pour observer l'action, avant de se prendre quelque goutelettes puante dans les cheveux.
Apperement les morts-vivant aussi se soucie des choses matérielles, telle que leur apparence. C'est au moins se qu'en conclue la jeune femme avec en sourire en en observant quelques-uns essuyer tant bien que mal, du bout de leur falanges, les trainés poisseuse sur leur crâne à moitié décomposé.

Mouvement d'humeur et foule compacte oblige, un coup parti, et comme on peut l'attendre d'amateur de métal, il fut aussitôt rendu, mais à la mauvaise personne. Ce qui relança la bagarra général en dehors de la fosse, où Violette pus laisser libre cours tant à sa rage qu'à sa frustration, et reprendre là où elle s'en était arretée.
Oubliant, comme ses camarades, la présence des étranges fauteurs de troubles, à quelques dizaines de mètres de là.

(désolée, petit manque de temps et d'inspi (merci le stress) je ferai mieux la prochaine fois)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : The Rock
Messages : 559
Date d'inscription : 21/11/2010
Age du personnage : 26

Arpenteur des rêves
Dazh Dalreight
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 30
Renommée: 1600
Honneur: 225
MessageSujet: Re: Happy Horror time! (Dazh/Violette) Jeu 26 Nov 2015 - 17:18


Happy....Horror.....Time..!!

Chevalier de l'Ancienne république





Alors que la tension dans l’air était à son paroxysme, le sol se mit à trembler de nouveau. Son instinct ne l’avait pas trompé. D’autres cauchemars sortaient du sol… Toujours aussi impressionnant, un second mausolée pourfendait la terre pour s’élancer à la conquête du ciel. L’orage se déchainait de plus belle tandis que des volutes de fumée envahir les environs. Cette bâtisse plus grande encore que la première avait quelques choses de différent, sans que le jeune Dalreight puisse mettre le doigt dessus.

Il n’eut cependant pas le loisir de se poser la question plus longtemps. Le maître du métal frappa le sol à l’endroit même où il se trouvait quelques instants plus-tôt… Alors qu’il se relevait, un éclair rouge passa devant lui. Le sabre a la main, Dazh aurait juré reconnaître ce manteau, mais encore une fois, Mordekaiser attaqua. Sa lourde masse défonça le sol. Lourde et puissante, elle pouvait détruire n’importe quoi. Et malgré tout, ce géant de métal la contrôlait aussi aisément que s’il s’était agi d’un vulgaire bâton.

Un peu trop sûr de lui, Dazh imaginait rivaliser avec ce titan. Contre toute attente, il se glissa sous le flanc du colosse et administra plusieurs violents coups, à l’aide de ses bras de pierre. L’impact frappa lourdement l’armure du Lord qui tituba, l’espace d’un instant. C’est alors que tous les objets en métal des environs s’animèrent pour entamer un maelstrom de lame aiguisé.

Si au début, il était possible de dévier les fragments d’un geste de la main, pour peu que la main en question soit de pierre, le jeune homme fut très vite débordé, et la seule solution viable était de se jeter ventre à terre. Quand les choses se calmèrent, Dazh se releva immédiatement, mais Lord Mordekaiser était prêt. Il frappa à l’aide de sa morgenstern la poitrine du morpheur. Ce dernier eut juste le temps de revêtir son armure de pierre, avant d’être propulsé dans les airs.

Sa poitrine de Quartz avait souffert. C’était bien la première fois qu’il eut à supporter un assaut de cette ampleur. Le voyageur se releva péniblement, que déjà, le titan de métal était prêt à frapper sans pitié. C’est alors qu’un sombre personnage jaillit du mausolée sorti de terre il y a quelques instants. Mordekaiser dévia l’attaque qui le ciblait et se débarrassa de l’importun. Ce dernier se rétablit dans les airs et réintégra le sol en douceur.

L’individu était entièrement vêtu de noir et portait un masque étrange. Pas très grand, il était cependant souple, rapide et précis. A nouveau il attaqua. Ce n’est qu’au dernier moment qu’il fit jaillir les deux sabres lasers. Chacun des coups portés atteignirent leur cible. Cependant, le sabre laser ne parvenait pas à découper le métal rare de son armure. Mais ils parvenaient à le chauffer suffisamment pour que le métal rougisse.
Dazh profita de cette occasion pour porter des coups formidable à Mordekaiser, mais le sith s’interposa, bloquant à la fois la massue de Mordekaiser, ainsi que la charge du voyageur.

C’est seulement à ce moment-là, que Dazh reconnu le masque du Révanite. Ou plutôt de Darth Revan lui-même. Le jeune Dalreight savait que le jedi avait de nouveau basculé du côté obscure, sans savoir ce qu’il était advenu de lui par la suite. Il semblerait qu’il ait également son existence propre à Dreamland en tant que Seigneur Sith.

Faisait usage de la force, Revan interrompit l’assaut du colosse, et parviens à stopper net le rythme de Dazh. Sans se soucier de qui était ses adversaires, où le savait-il justement, Revan distribua savamment des coups de sabre lasers. Dazh eut l’occasion de parer la lame, à l’aide de son bras, ce qui eut pour effet une petite implosion. Le Quartz ne supportant pas une température aussi élevé éclata au contact du sabre laser.

Expérience inédite, le voyageur étudia les dégâts et s’aperçut que le cristal avait disparu à l’endroit où le sabre avait frappé. Heureusement, ce dernier n’avait pu s’enfoncer trop profondément. Dazh s’interrogea alors sur la capacité du sabre à franchir sa défense…
A son tour, le champion de la faille engagea le combat sur le Sith. Sans doute était-il la menace la plus importante. Revan esquiva facilement la masse, mais eut plus de difficulté à s’échapper au nuage d’acier.  Il réussit néanmoins à rediriger  la plus-part des éclats en direction du voyageur qui le prenait pour cible.

L’espace d’un instant, tous les trois marquèrent une pause et s’observèrent en silence. D’ici peu, les hostilités reprendraient.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 328
Date d'inscription : 06/07/2013
Age du personnage : 21

Voyageur Expérimenté
Dan Sorro
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 80
Renommée: 758
Honneur: -120
MessageSujet: Re: Happy Horror time! (Dazh/Violette) Jeu 26 Nov 2015 - 20:11
Après avoir péniblement retourné sa carcasse contre la surface profanée de la scène, ses naseaux ne manquèrent pas de lui rappeler à quel point il était bon de voyager. Trois relan à peine contenu précédèrent une galette verdâtre et encore plus malodorante que les restes de pulpes chimérique. Il toussait au rythme des coups qu'échangeaient divers groupes de barbares déchaînés. Les métalleux se battaient aux côtés des punks et des fans déguisés. Les rêveurs sautaient sur leurs idoles,  ses dernières hurlaient dessus en frappant. Mais l'ardeur de la foule ne cessait de redoubler, de nombreuses créatures lui disaient quelque chose. La silhouette de cette armure gigantesque non loin par exemple. Il l'avait peut-être déjà vue sur une pochette d'album dans le monde réel. Dan dut essuyer les restes de la créature éparpillés sur lui, avant de se relever en respirant doucement. Il ne voulait surtout pas retrouver le regard vide de mister jack avant d'avoir mis au moins dix bon mètres entre eux. Ce dernier observait l'abominable spectacle d'haloween se dérouler dans la boue et le sang.

Il ne semblait pas émerveillé, ni même subjugué contraire. Comme une silhouette fragile que l’on efface de son champ de vision. Il semblait être devenu inexistant, blasé jusqu’à la moelle. C’était le moment de déguerpir, le sbire récemment arrivé saisissait l’une des épaules endolories de Dan en exerçant une pression moyennement ferme. Sceptique il se laissait faire, peut être  allaient-ils l’aider à s’en aller de ce guêpier par la porte de derrière. Mais la crainte de ne pas avoir le temps de réaliser quoi que ce soit avant que cette goule difforme ne décide de lui trancher la gorge l’obligeait à agir. Son œil gauche était aveugle, son œil droit allait bien, ses membres lui faisaient de moins en moins mal. Pas de blessures graves, ni même de fentes dans son catalyseur de flammes. Il allait pouvoir se bastonner encore un peu.  Une fois descendu de la scène, la mauvaise paire s’éloigna de l’agitation en prenant un chemin un peu trop sombre aux gouts de Dan. Ce n’était pas une ruelle lugubre, mais plutôt une sorte de labyrinthe d’enceintes, ponctuées par des tombes aux symboles hétéroclites. Ne désirant pas faire un pas de plus avec la main de cette ordure sur lui, le voyageur s’activa :

« Bon.
-Quoi ? »

Sa main gauche fila directement sur la face du mort vivant, attrapant ce dernier en plantant ses ongles dans la chaire meurtri de la créature au service de Jack. Il ne pouvait plus le voir, ni même l’entendre si les gars de l’autre côté y mettaient un peu du leur. Alors autant leur rendre honneur et faire ça bien. La pression exercée était suffisamment maîtrisée pour amener le menton de cette saloperie contre la pointe du coude droit de Dan. Les dents de la goule s’entrechoquèrent dans un fracas glaçant, encourageant le voyageur à redoubler d’efforts. Il lui faisait désormais face, repoussant le monstre en lui bottant l’estomac trois bonne fois pour le faire lâcher prise. Ce dernier plus perturbé par l’état de ses dents que par les coups de pieds, tenaient péniblement sa mâchoire pour essayer de la réajuster. Ce fut suffisamment inconscient et long pour permettre à Dan de s’emparer d’un magnifique présentoir à fleur en une matière semblable à de l’Ivoire. Il ornait l’une des tombes sur le côté, il était massif, bien sculpté, avait même deux poignées faîtes à même la pierre. Une pure merveille qu’il lui permit d’éclater à huit reprises la face de ce mécréant. Bien sûr qu’il l’avait vue venir sur les deux derniers pas, mais pensez-vous que Dan est suffisamment stupide pour vraiment s’attarder sur les détails décoratifs en plein meurtre ?

Il avait le choix, soit il y retournait et allait se battre aux côtés d’une foule de voyageurs et de créatures en tout genre. Soit il allait chercher une activité plus saine, plus modérée et moins dangereuses non loin. Trois soupirs plus tard il s’échauffait déjà les poignées en entendant arriver une étrange créature dans son dos. Les bruissements d’ailes battant dans son dos lui donnèrent envie de manger un bon vieux KFC. Mais il était trop tard, les serres de la bête s’abattirent sur ses épaules puis le happèrent. Il prenait de l’altitude suffisamment vite pour comprendre que la bête à l’origine de cette situation devait être un tantinet plus grosse que lui. Voir même trois fois plus grosse que lui. L’air apportait un parfum de mort continue insupportable, les pointes des serres de son transporteur se plantaient de plus en plus profondément. Contractant de plus en plus le haut de son corps, Dan peinait à distinguer la créature avec exactitude, ça semblait être un corbeau avec des yeux rouges. Mais impossible d’en dire plus avant de tomber en plein milieu d’un champ de bataille colossale.

Bref, il avait hurlé, il était tombé, il avait chouiné pendant une seconde et demie, avant de réaliser qu’il se tenait entre deux rangées prêtes à se lancer dans un pogo bestiale. A sa gauche, des créatures en tout genre mené par une sorte de Babar en canne. A sa droite, une bande de rêveurs déguisés en héros de mangas ou de marvels pointaient leurs armes, poings et boucliers humains contre le camp opposé. Il y avait même quelques voyageurs dans le tas, il aurait tant aimé pouvoir se fondre dans la foule avec eux…

« Lèves toi et choisis ton camp camarade… »

Perturbé par cette voix provenant de nulle part, il se frictionna les tempes un instant avant de réaliser ce qu’il se passait. Les deux armées improvisées lançaient l’assaut, chargeant dans un hurlement que seuls les braves peuvent rugir. Le côté ouest de la fausse s’en allait pour une bataille rangée des plus éprouvantes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
Messages : 328
Date d'inscription : 06/07/2013
Age du personnage : 21

Voyageur Expérimenté
Dan Sorro
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 80
Renommée: 758
Honneur: -120
MessageSujet: Re: Happy Horror time! (Dazh/Violette) Sam 9 Jan 2016 - 20:48
Les babouches de huit neuveux s'entrechoquaient sur un fond sonore des plus loquace. les moules s'agglutinaient les unes après les autres sur le bord d'une mer sans sel. Les mouches volaient au dessus d'une dune sans hauteur et les aligators versaient des larmes de crocodiles sous les chaperons du père la KEY c'est mal m'voyez? Bref, après trois prosacs sans bulles, ils purent enfin se détendre autours d'une branlette générale, que nul libellule ne put esquiver. Bitché par les mondanité salatrante d'un pééééééééééééééééééééééélican un peu trop obèse, ils durent faire fausse route pour s'échapper. Heureusement, joey l’écureuil savait que celà ne pouvait se poursuivre sans génocide druidique. Symboles et pluies tombèrent sur la forêt des pissenlits, brûlant sur leurs passages la boue et les flocons d'avoines. Tétanisé par l'horripilante braguette ouverte de la pénincule champestre, ils prirent dix camembert pour se ruiner la santé. heureusement que les vaches pétaient haut, car l'oxigène commençait à manquer. Ce monde n'avait plus rien à voir avec celui des westerns médiatique. Comment pouvaient-ils encore croire en quelque chose après celà? Où était l'espoir? La neige et les biches? Que faisait ZAP? Où était-il lorsque les hululements frénétique du maréchal Tongue fendaient l'air du goulag neuf? Génétiquement modifié par l'orbe dukanienne, ils s'enfuyaient de nouveau sans le sous pour survivre sans hérons. Mitigé mais pas fou, les bretelles sales et les sandales gondolées, trois moutons prirent les cirques en otage. Rayures sur bleus, huits pins s'écroulèrent sur les chantiers du navire inaltérable.

Jamais encore un spartiate n'avait vue le jour lorsque ce loup sans queue marchait à reculons. Que faire? Que dire? Que penser? Rien, si ce n'est l'énième vomissement tactile d'un iguanodons en rûte. Pudding sur table nabots et brebis chargeaient les flancs d'une licornes blessées par le Blaster d'un chasseur égaré. Les nuages se dissipaient lentement pour révéler blanc sans étoiles. Huit barrettes plus tard, rien tombait en lambeaux comme tout ce qui se lançait dans le vide. Pourquoi continuer de vivre ici? Alors qu'ailleurs existait bien encore et avant mille années d'exercices shalolin. Bzzz, faisaient les abeilles, baboum faisait la poudre à canon, plic ploque plaque flouke coulait l'étron. Bilvesées et champs d'honneur furent ravagés par la canicule de 1456 lors d'une énième bataille de lapins sans gêne modifiées. Pure viande saignée à même la couche d'ozone, les guerriers se reposerait sur leurs deux oreilles, un oeil ouvert sur la terre et la boue.

Dan se réveillait avant que Babar ne parvienne à lui écraser sa canne sur la tronche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
Surnom : The Rock
Messages : 559
Date d'inscription : 21/11/2010
Age du personnage : 26

Arpenteur des rêves
Dazh Dalreight
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 30
Renommée: 1600
Honneur: 225
MessageSujet: Re: Happy Horror time! (Dazh/Violette) Dim 28 Fév 2016 - 18:57


Happy Horror Time !
La fin du spectacle !



Les coups de Morgenstern se rapprochaient de plus en plus et nulles cachettes ne pouvaient dissimuler le voyageur à la vue perçante du maître du métal. Un choc à droite marqua profondément le sol, tandis que Dazh esquiva en roulant sur le sol. Une seconde attaque survint presque immédiatement et le morpheur eut tout juste le temps d’esquiver en roulant sur sa gauche cette fois. L’impact était si puissant, que le voyageur manqua se retrouver enfoui sous la boue. La situation était si critique que le jeune homme se démenait comme un fou pour fuir le colosse en acier. Malgré toute l’énergie dont il était capable, avancer à plat ventre dans la boue n’était pas très efficace, mais il n’avait pas eu le choix.

Finalement, Mordekaiser le rattrapa et le souleva avec aisance. Sans attendre, son adversaire arma son bras et s’apprêta à l’éliminer en un seul coup. Au moment de l’impact cependant, le voyageur se protégea de ses deux bras qu’il changea en pierre pour encaisser le coup. Des éclats de Quartz cédèrent et Dazh fut propulser comme une balle de tennis sur presque une dizaine de mètres. Son atterrissage fut brutale, mais la pluie avait changé le sol en marécage ce qui lui permit de ne pas perdre conscience. Dazh se releva tant bien que mal pour retomber lourdement dans la boue. Il était épuisé et peinait à reprendre son souffle. Avec toute cette pluie, cette boue et ces bourrasques, il peinait énormément à reprendre ses esprits.

Mais il lui fallait rester vigilent car déjà le maître du métal approchait. Assez péniblement, le voyageur entreprit de courir, mais entraver par ses vêtements, il ne progressa pas très vite. Soudain, le cauchemar écarlate jaillit des ténèbres devant lui. Deux sabres à la main, il entendait les gouttes de pluie disparaître au contact du laser. Le grésillement de ces armes avait aussitôt convaincu le jeune Dalreight de ne pas faire un pas de plus. Alors, Revan avança dans sa direction et assez pitoyablement, le voyageur s’effondra sur le sol pour disparaître à son tour dans la boue. Le seigneur sith ne lui prêta pas attention et se dressa contre le champion de métal. Sans chercher à se relever, Dazh profita de ce moment de répit inespéré pour observer ce duel surréaliste. Contre tout attente, sa position l’amena à glisser lentement, puis finalement à amorcer une descente lente du plateau sur lequel ils s’étaient retrouver à force de courir, jusqu’à rejoindre une plaine en contrebas. Son état de fatigue était tel qu’il choisit de ne pas interrompre sa course, tout en s’éloignant de ses adversaires d’une nuit.

Dazh s’attendait à se retrouver loin de tout. Depuis la scène du concert, où il avait vu bon nombre de célébrités reprendre vie, il n’avait cessé de s’éloigner jusqu’à rejoindre le plateau et à présent cette plaine… où se tenait deux armées des plus impressionnante. Des rêveurs, beaucoup de rêveurs même, et parmi eux des voyageurs. On racontait que certains voyageurs choisissaient de venir ici, préserver les rêveurs des pires cauchemars la nuit d’halloween. Pour le coup, Dazh avait presque honte de n’être venu ici que pour s’amuser. Ceci dit, l’un n’empêchait pas l’autre, mais actuellement, il avait eu sa dose d’action. Presque trop fatigué pour être surpris, Dazh choisit de ne pas se relever, savourant le simple fait de respirer.

La tempête semblait plus calme dans la plaine que sur le plateau, où les vents et la pluie avait tout le loisir d’emporter ce que bon leur semble. Quelques individus dans son genre s’étaient également retrouvés à siéger entre les deux armées. Evidemment, ce n’était gère l’endroit idéale pour quelqu’un qui aime la vie… Mais il était trop tard. Déjà, l’armée « humaine » chargeait l’armée imaginaire et malveillante qui avançait à son tour, dans la lande moribonde. Des cors de guerre résonnaient tandis que bannières flottaient au-dessus des deux groupes. Des hurlements abominable et des grognements à glacer le sang lui parvinrent aux oreilles. Même dans ses rêves, le jeune homme n’aurait pu espérer vaincre telle frayeurs. Mais à l’heure où la mort et la vie ne semblait plus rien dire, le voyageur entreprit finalement de se lever pour rejoindre ses semblables, au moment où les deux armées se rencontreront.

Cependant, rien de tout cela n’eut lieu. L’ultime spectacle de la nuit en l’honneur d’halloween prit fin et tous se réveillèrent en hurlant dans leur lit. Si Dazh n’hurla pas, il avait néanmoins le cœur qui battait à un rythme affolant et le front trempé de sueur. Ainsi, il lui était encore possible de faire des cauchemars…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Happy Horror time! (Dazh/Violette) Aujourd'hui à 1:10
Revenir en haut Aller en bas

Happy Horror time! (Dazh/Violette)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Cimetière de Dreamland-