Haut
Bas

Partagez|

Les Portes du Purgatoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Les Portes du Purgatoire Mer 20 Avr 2016 - 23:40
Après en avoir brusquement repoussé un, les autres squelettes hésitèrent. Nedru, derrière moi, les héla avec une assurance bluffante. Son culot était fort appréciable, d'autant que je répugnais à passer en force comme un imbécile. Mon équipier avait déjà fait assez de bêtises de ce genre, et la seule chose que j'avais vraiment fait dans ce Cimetière, à part crapahuter, était de me battre contre tout et n'importe quoi, toujours mort cependant.

Un des avantages de ma sale tronche, c'est qu'elle savait bien rester de marbre dans ce genre de moments. Je n'avais aucune idée de qui il pouvait bien parler (Chiron était le Seigneur des lieux, oui, mais Riku Kaiquechose ?), et ça n'avait pas grande importance pour l'instant. Les morts le savaient, eux, et ils réagirent tous d'une façon qui me, ou plutôt nous convenait parfaitement. Le statu quo fut instantané.

Un se détacha des rangs serrés, et s'avança en trottinant vers nous. Outre son apparence proprement ridicule, il me fit un effet indescriptible. La scène était trop étrange pour ne pas me laisser un goût acide en bouche. Le petit bonhomme vint saluer Nedru d'une brève poignée de main, puis vint vers moi. Ses os étaient lisses et presque tièdes, son salut énergique sans être brusque. Enfin jusqu'à ce que je me sente comme écrasé de l'intérieur. Ma vision s'occulta, et j'eus l'impression de complètement disparaître, totalement submergé. Tout cela ne dura qu'un instant, heureusement, et j'inspirais doucement en tentant d'assimiler ce qui venait de se passer. Le sourire du squelette me donnait envie de vomir, à présent.

Un coup d'oeil à Nedru m'indiqua que je n'étais pas le seul à avoir été retourné. C'était cet énergumène à pantoufles qui ... Me poser la question était futile, mon corps me donnait la réponse, affirmative et horrifiée. C'était sans aucun doute la chose la plus terrifiante que j'avais eu à croiser à Dreamland, rien que ça. J'en avais la nausée. Telle insignifiance ne se vivait pas aisément, surtout pour moi. Je devais garder bonne figure, cependant, c'était un impératif. Et mon orgueil en miette ne saurait se voir piétiner encore par une effondrement de ma personne.

Remarquant qu'un drôle de chaudron en fonte suivait Nedru comme un petit chien (je n'arrivais pas à m'en étonner, entre la lassitude que provoquait Dreamland et le contrecoup), je lui emboîtais le pas, descendant les marches d'un pas régulier, en regardant distraitement à droite à gauche. Arrivé en bas, je ne pus que sourire à la vision de Dazh empêtré au sol. Un grand mort, long et fin, enveloppé d'une grande robe digne des meilleurs nécromants de fantaisie. L'odeur qu'il dégageait, poussiéreuse et épicée, me rassurait presque. C'était quelque chose de bien défini (toutes proportions gardées, s'entend), certes le cadavre avait l'air ridiculement puissant, mais au moins il avait la forme et la couleur du connu. Pas comme cet affreux petit bonhomme aux vêtements improbables.

Dazh reprenait contenance avec un brio exemplaire (une part de moi se disait qu'il n'avait pas grand chose à reprendre, de toute manière). On lui donnait une chance de rattraper son empressement par lui-même, il la prenait sans hésitation, et je devais bien lui reconnaître ce mérite; le bougre manquait de prudence, mais pas de courage. De la pertinence, par contre ... Je ne cautionnais pas la manière dont il maniait le culot. Tout allait bien vite, pas trop pour moi, mais peut-être pour lui.

Non, pas du tout même. Il mentionna quelque chose, peut-être au hasard, peut-être pas. que sais-je. La liche, elle, savait, ou en tout cas croyait savoir, car elle réagit de suite, et fort gravement avec ça. Tout cela m'allait parfaitement (bien que trop charger le mulet nous faisait courir quelques risques supplémentaires), j'aurais volontiers applaudi Dazh pour sa prestation, mais il s'adressa alors à moi. Mon sang ne fit qu'un tour alors que je répondais d'un signe de tête bref. Dans un bruissement de tissu, elle commença à s'éloigner, et je la suivis avec un début d'appréhension. J'espérais que ma pâleur ne se remarquait pas trop, avec l'éclairage orangé. En passant à coté de lui, le petit squelette en pantoufles me fit un clin d’œil qui me retourna les tripes.

"Il ne sera pas dit que Luche manque à ses obligations."

Je restais silencieux dans son sillage, me contentant de compter les torches au mur. J'ignorais tout de lui (à part son nom et qu'il était plus ou moins important), et commettre un impair ne faisait pas partie de mes intentions. Assez rapidement, nous arrivâmes à une porte qu'il ouvrit d'une grosse clé en fer, et poussa le battant avec une grande facilité. La pièce était petite, sombre, et semblait contenir un certain nombre de pupitres en pierre, sur lesquels reposaient des ouvrages de taille très différentes. L'un devait faire la taille de mon torse, alors qu'un autre, vers lequel Luche (si c'était bien son nom) s'avança, était à peine plus gros qu'un calepin. Il le ferma, le scellant avec la petite sangle prévue à cet effet, et revint vers moi.

"J'espère que vous n'en ferez pas un usage ... Déplacé."

Réplique sérieuse au possible, qui contenait sa charge de menace. Je rétorquais comme je le pensais juste.

"Personnellement ce n'est pas dans mes intentions. Le Seigneur Chiron nous donne un travail, et nous l’exécutons."

Le regard, si on pouvait appeler ainsi ses orbites presque vides, qu'il me lança me laissa une sale impression. Il n'aimait pas les Voyageurs, manifestement, et encore moins que j'ose me montrer si (faussement) désabusé. Il ne m'en donna pas moins le petit livre, étonnamment lourd. Avec un grognement, Luche tourna les talons, dans un petit tourbillon de ses robes. Je m'empressais de suivre, et retourner le plus vite possible vers les autres.

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Surnom : Le Renard Gris
Messages : 605
Date d'inscription : 25/05/2012
Age du personnage : 26

Arpenteur des rêves
Nedru Etol
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 538
Renommée: 1794
Honneur: 74
MessageSujet: Re: Les Portes du Purgatoire Ven 29 Avr 2016 - 15:11
Contre tout attente, le brun emmêlé dans les os qui le tenaient prisonnier parvint à se dépêtrer de cette fâcheuse situation. Et contrairement à ce que laissaient percevoir l’interprétation qu’avait pu faire son pouvoir des inquiétudes de Jean-Baptiste, le bagareur était parvenu à résoudre leur situation par un tour de passe-passe verbal du plus bel effet. Pourquoi son échec aurait-il des répercution négatives pouvant faire craindre aux squelettes le courroux de Chrion ? Un bluff étonnant qui venait pourtant de fonctionner.

Dazh. The Rock. Un nom qui évoquait quelques histoires au Gris, sans plus. Sa réputation ne devait même pas excéder celle du Renard et pourtant, il se permettait des gestes d’autorité avec une assurance à toute épreuve. Nedru aurait presque sourit devant tant d’audace si leur situation immédiate n’avait pas un aspect aussi morbide que les occupants de la pièce.
Au moins deux créatures ici étaient plus forte que lui et le surnombre ne jouait pas en leur faveur.

Lorsque le squelette en robe fit mine de sortir de la pièce en laissant échapper son nom, le Renard fouilla dans sa mémoire, sans grand succès. Il savait que ce nom était associé au Cimetière, c’est tout. Maintenant, il pouvait mettre un nom sur la créature en question. Puissante, c’était certain, mais à eux trois ils auraient peut être pu lui faire plier le genoux. Et bien que ses pouvoirs soient ceux du Cimetière, ils n’inspiraient pas autant la mort et la frustration que ceux du petit être en pantoufles roses ; d’après son aspect, Luche était un être aspirant à la connaissance plutôt qu’à la puissance physique.

Bien.
Nedru fit quelques pas en attendant le retour de la liche et de son collègue du tournoi, se permettant de s’asseoir également sur l’avant dernière chaise de la pièce afin d’affirmer une position tranquille.

Un livre hein ? Décidemment, ce Royaume ne jurait que par la qualité de ses bouquins... Et cela ne lui apprenait pas grand chose sur la tournure que prendraient les évènements. L’attitude de Luche à l’évocation dudit livre montrait qu’il ne souhaitait pas faire de vague. Celui là était un intriguant pour qui le nom de Chiron devait sonner avec amertume.


- Ne faites pas de peine à Luche hein ? Il a l’air méchant comme ça mais...

Le petit squelette laissa sa phrase en suspend, comme s’il réfléchissait profondément sur le fait de savoir si Luche avait du bon au fond de lui. Les secondes étaient longues et Nedru se cru obligé de demander.

Mais ?
- C’est un type MORTEL.

Clin d’oeil. Bon sang que cette blague était mauvaise !
Cela sembla cependant avoir pour effet de détendre le chaudron à ses pieds. Le retour de la liche et de son chaperon Voyageur ne tarderait plus. Mais l’omérique se disputait l’onirique car Scylla se dessina bientôt sous Charybde.


ALERTE ! Intrus en approche ! Peut être des Voyageurs ils ont de la peau sur les os !

Cette dernière déclaration provoqua un nouveau frisson glacé. Les squelettes, sages jusqu’à présent, s’animaient désormais avec une des gestes menaçants. Ils craignaient l’entourloupe et pour une fois, Nedru n’y était pour rien.
Raison pour laquelle il resta confortablement assis, tout compte fait.

Ils pourraient peut être servir d’alliés contre ce nouvel ennemi, ou trouver un moyen de faire bonne impression.


Nous n’y sommes pour rien et nous n’avons pas non plus été suivis. C’est une coïncidence. Nous ne devions pas nous montrer mais s’il le faut, nous vous viendrons en aide.

Il interrogea Dazh d’une secousse du menton. Interrogation réthorique, mais interrogation tout de même. A lui de s’illustrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : The Rock
Messages : 557
Date d'inscription : 21/11/2010
Age du personnage : 26

Arpenteur des rêves
Dazh Dalreight
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 30
Renommée: 1600
Honneur: 225
MessageSujet: Re: Les Portes du Purgatoire Ven 6 Mai 2016 - 15:01


Les Portes du Purgatoire
 
Jean Baptiste Dubois
Nedru, le Renard Gris & Dazh D. The Rock


 
Luche venait de quitter la pièce en compagnie de JB en quête du fameux livre. Le morpheur, quant à lui se tenait toujours devant l'assemblée de squelettes qui se contentaient d'observer ce qui se passait, l'air un peu absent, l'air un peu idiot. Un long silence pesant s'installa rapidement tandis que quelques quintes de toux et des reniflements vinrent trahir ce moment particulièrement sérieux. Peu à peu, le personnage que Dazh s'efforçait de présenter s'estompa à mesure que la situation prenait un aspect ridicule. D'ailleurs, le voyageur aperçut, sur sa droite, un squelette avec le nez qui coule. Une scène des plus désopilantes. Pour finir, c'est cet autre voyageur qui tira une chaise à lui pour s'asseoir, faisant fi du danger. 

« ..Hey ! Tu fais quoi samedi so.. » 

Soudain, le morpheur surprit du regard, une conversation qui avait lieu au premier rang. Le squelette qui avait doucement pris la parole croisa le regard du voyageur et se figea net. Dazh ne put s'empêcher de le fixer à son tour, sans réagir. Après un moment qui parut durer une éternité, le squelette, toujours sans bouger, roula le regard à la recherche d'un quelconque indice sur la marche à suivre et interrogea finalement le voyageur. Dazh qui avait fait de même lui rendit son regard un peu désemparé. « Non, Non… Allez-y.. pas de soucis… pas de soucis…» dit-il avant de détourner le regard, faisant mine de s'intéresser a autres choses. Et justement, pendant ce temps… 


« Ne faites pas de peine à Luche hein ? Il a l'air méchant comme ça mais…
Mais ?
C'est un type MORTEL. » 

Un silence pesant s'installa à nouveau, comme si l'assemblée accordait quelques réflexions à ce jeu de mot encore trop subtile pour la majorité d'entre eux. « HAAN ! MORTEL ! J'AI COMPRIS ! » S'exclama Dazh, soudain mort de rire. Plusieurs autres squelettes comprirent alors de quoi il retournait et un rire communicatif s'empara d'une partie de l'assemblée. L'air de rien, Dazh, toujours hilare se surprit à distribuer des « tope-la » avec les sbires alentours tout aussi hilare. C'est alors qu'il se rendit compte qu'il avait définitivement perdu le caractère sérieux de son personnage, à force de trop s'imprégner de la légèreté soudain, de la situation.
 
« Et Merde ! » Dit-il, le regard vide avec un sourire idiot.
 
Cependant, quelqu'un surgit des escaliers en hurlant que des intrus étaient en approche. Résistant à l'envie de courir dans tous les sens à l'instar des squelettes autour de lui, Dazh chercha du regard, le petit squelette à l'humour ravageur. Si ce dernier tentait soudain quelque chose, il voulait être certain de ne pas être pris pour cible. Mais ce dernier se tenait tranquillement assis dans son fauteuil, toujours souriant. Alors, le morpheur chercha ensuite à déterminer où en était Jb et Luche. L'instinct du voyageur lui disait de s'enfuir et pour le coup, Dazh n'envisageait pas la chose sans celui qui avait pris le risque de l'accompagner. A nouveau, la gravité de la situation lui permit de redevenir un peu plus sérieux. S'il ne pouvait pas s'enfuir, il chercherait à affronter la menace quelle qu'elle soit et de toutes ses forces. Dazh avait la faculté de se servir de sa témérité pour balayer ses craintes.
 
Face à l'interrogation de son collègue voyageur, Dazh comprit qu'il avait une décision à prendre. Contre toute attente, il s'essaya à analyser la situation. Ce n'était pas complètement inhabituel chez lui. Cependant, à Dreamland, il agissait à l'instinct. La seule raison qui le poussait à agir différemment, c'était la vie en jeu de ses compagnons. De toute évidence, aucun autre voyageur n'était attendu ce soir. Il pouvait effectivement s'agir d'intrus. Cependant, s'il devait s'agir de véritable voyageur appartenant au royaume, c'est clair qu'ils risquaient de ne pas faire long feu…
 
« Hey ! Il faut qu'on trouve Luche ! » Dit-il en s'adressant au jeune gris.
 
Sans attendre, le morpheur s'engagea avec assurance dans le couloir emprunté un peu plus tôt par la Liche. Dazh ignora les premières portes, certains de n'avoir pas vu Luche se diriger dans l'une de ces pièces. En passant devant son bureau, le morpheur risqua un regard à l'intérieur, sans le trouver. Il profita de cette occasion pour dérober le petit livre qu'il avait vu un peu plus tôt, sur l'étagère, avant de rebrousser chemin, non sans se cogner le pied contre le bureau. Après une série de juron bien choisis, le voyageur rejoignit son compagnon dans le couloir, toujours en quête de Luche.
 
« Jb.. ?! JB ?! »
 
Finalement, il rencontra Luche aux détours d'un couloir. Cette dernière était suivie de près par JB qui détenait le précieux livre. La liche manqua sursauter en les voyant débouler sans prévenir. « Hey, on a gueulé, il n'y a pas dix secondes ! » lâcha Dazh, en voyant la liche réagir de manière un peu excessive.
 
« Enfin bon. Il faut euh.. Il nous faut rejoindre Chigno.. Chiron ! .. Au plus vite ! »
« Intrus.. ! Intrus.. !! »
« Nous sommes poursuivis et il nous faut accomplir cette mission à tout prix ! Aidez-nous et on parlera de vous au seigneur ! »
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Les Portes du Purgatoire Jeu 12 Mai 2016 - 21:43
Un "usage déplacé", hein ? Drôle de petit livre, vraiment. Rien d'écrit sur sa couverture me permettant d'avoir quelque information sur son contenu et sa teneur, et l'ouvrir tranquillement pour voir quoi semblait tout sauf approprié vu le sérieux que le cadavre gradé avait montré. Le cuir avait une texture somme toute assez insolite, et je préférais ne pas me demander de quel animal il pouvait bien provenir. La vraie question que je devais me poser, au lieu de ces futilités, était : qu'est-ce que nous allions en faire, bon sang ? Je doutais que nous puissions en tirer la moindre information utile pour ce que nous cherchions (à moins de jouer de chance une nouvelle fois, mais je ne croyais pas au père noël non plus), mais il avait indéniablement une certaine importance.

Nous étions loin d'être tiré du pétrin dans lequel Dazh nous avait mis, en sursis tout au plus. La tromperie n'allait pas durer éternellement, je ne voulais pas m'illusionner là-dessus. Mais il était encore trop tôt pour dignement assurer mes arrières, n'est-ce pas ? Oui, je me faisais du souci inutile (à défaut d'être infondé).

"Qu'est-ce qui se passe ?"

Luche ponctua ce souffle irrité d'une accélération subite de son rythme de marche. Vaguement alarmé, je fis de même, alors qu'un frisson glacé me parcourait l'échine. Si nous avions été démasqué ... Mon aura commença à sortir sous le coup de l'appréhension. Quelques instants plus tard, courant à la suite du mort-vivant, je manquais de percuter Dazh.

"Qu'est-ce que ça veut dire ?!"

Il se dépêcha de s'expliquer, nous criant qu'il avait déjà crié plus tôt (ça nous avançait bien de le savoir tiens), et inventant apparemment une justification à la va-vite, chercha à nous permettre de déguerpir au plus vite. Si je ne l'avais pas entendu il y a quelques secondes (il ne semblait pas y avoir d'écho par ici) je pouvais maintenant très bien percevoir l'appel des squelettes. Des intrus avaient été repérés, hein ? Cela ne nous arrangeait pas forcément. Anxieux, je tournais toute mon attention sur Luche. Il n'avait pas l'air de bien aller dans le sens de mon cher inconscient de compagnon.

"Des intrus, hein ? Et vous dites que c'est vous qu'ils poursuivent qui plus est ?!"

Luche agitait de plus belle ses robes, manifestement excédé. Que des inopportuns dans notre genre viennent le déranger, et qu'en plus nous amenions apparemment des troubles-fêtes à notre suite, cela faisait beaucoup pour lui. Je pouvais presque le comprendre; un milieu d'échelle tentant de mener sa barque parmi les autres Districts, qui devait sans doute batailler entre la pression de la hiérarchie, ses ambitions personnelles et les Voyageurs qui venaient mettre un peu de désordre dans tout ça; sans compter tous les autres problèmes dont je n'avais sans doute pas idée. Toujours est-il que je m'avançais, me plaçant plus ou moins entre Luche et Dazh, avant que l'un n'explose ou que l'autre dise quelque chose de trop, regardant tour à tour chacun d'entre eux.

"Nous devons faire vite, en effet, mais nous ne sommes pas non plus complètement irrespectueux de votre juridiction. Ce que nous voulons, c'est le moins de problèmes possibles. J'ai quelques doutes sur le fait que nous soyons vraiment poursuivis, mais si c'est le cas, notre aide serait la bienvenue, la moindre des choses."

Je ne pensais pas vraiment ce que je disais là, mais il fallait bien tenter d'être conciliant. Quelque chose me disait que l'affirmation de Dazh comme quoi nous étions ceux qui avaient amené les intrus ici (puisque selon ses dires ils nous poursuivaient) était plus que malencontreuse; nous mettre ça sur le dos était une très mauvaise idée. Mieux valait nous dédouaner le plus possible de tout point négatif ou suspect.

"Vous savez ce qu'est le point commun de ceux qui veulent bien faire, par ici ?"

Je baissais les yeux sur le petit squelette en pantoufles, qui nous avait rejoint. Son sourire semblait indéboulonnable, il me stressait rien qu'avec ça. Une fois que l'attention fut bien sur lui, il continua.

"Pour réussir, ils suent sang et ... OS."

Son clin d’œil me laissa sans voix. Je ne sus vraiment quoi répondre à cela. Personne d'autre sur l'instant, apparemment, vu le silence qui suivit sa chute aussi incongrue qu'elle était plate.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Surnom : Le Renard Gris
Messages : 605
Date d'inscription : 25/05/2012
Age du personnage : 26

Arpenteur des rêves
Nedru Etol
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 538
Renommée: 1794
Honneur: 74
MessageSujet: Re: Les Portes du Purgatoire Lun 30 Mai 2016 - 12:35
Malgré l’urgence, bien que les corps squelettiques sur le qui-vive soient dans un état d’ébullition de mauvais augure et en dépit de l’intervention de Dazh puis de Jean-Baptiste, la situation n’évoluait pas. C’est ainsi qu’à la lumière de torches frissonantes, dans un couloir sous-terrain humide, trois Voyageurs et deux créatures connues pour leur puissance en ces terres se tenaient bêtement là, à se regarder d’un air gêné après la mauvaise blague d’un petit squelette en pantoufles.

Luche toussa.


-Je vais aller voir ce qu’il en est… Votre aide n’est… pas nécessaire. Continuez dans cette direction pour sortir.

Du mépris. Le londonien était assez versé dans cet art pour reconnaître l’un de ses semblables. Non seulement la liche considérait que les Voyageurs étaient faibles, mais il était également insinué que leur présence compliquerait la moindre tâche à accomplir. Le maître des lieux désigna un étroit tunnel qui s’étendait vers les ténèbres de son index en décomposition.
Tandis que le Gris décrochait l’une des torches accroché au mur pour se préparer à affronter l’obscurité, l’antique cadavre ajouta ;


Je suppose que vous savez ce qu’il me coûte de vous donner cet ouvrage. Un sort pire que la mort vous attends si vous jouez aux plus malins, Voyageurs.

Sa voix gutturale résonna entre les pierres glacées du tombeau et un courant d’air violent manqua d’éteindre les torches, comme si la simple évocation de cette malédiction réveillait un ancien et puissant pouvoir.
Et la mauvaise nouvelle c’était que les Voyageurs avaient effectivement joué aux plus malins. Ce livre n’irait probablement jamais entre les mains de Chiron, Luche le saurait et d’une manière ou d’une autre, il trouverait un moyen de se venger. Il avait tout son temps.

Le Gris se mit en marche, pensif. Ce Royaume n’était pas de ceux qu’il affectionnait et contrarier ses habitants ne lui posait pas de cas de conscience. Mais mettre sa vie en jeu pour des inconnus impulsifs… Il contempla les deux autres, s’interrogeant sérieusement sur l’opportunité de les trahir pour effectuer cette nouvelle mission malgré tout, dans l’espoir d’y gagner des alliés précieux et non pas des ennemis puissants.

Malheureusement, ils n’auraient pas l’occasion de discuter de cet état des choses maintenants pour trouver une solutions à leurs problèmes. Car le petit squelette les suivait d’un air nonchalant, le nez dressé vers d’invisibles étoiles, les mains dans les poches.
Pour le moment, chacun était plongé dans ses pensées et le Gris décida de forcer un peu l’allure. Il n’était pas à exclure que Luche découvre plus rapidement que prévu le pot-au-rose et il était préférable d’éviter d’avoir à se battre sous terre et dans ces conditions contre un ennemi si dantesque.

Les murs du couloirs disparurent et le couloir devint brutalement un pont suspendu dans le noir. A en juger par les lueurs bleutées en contrebas, ils étaient à plus de trente mètres au dessus du sol mais l’opacité des ténèbres ne permettait que de douter et craindre. L’allure se fit moins rapide. Même Jean-Baptiste qui pourtant savait voler semblait prendre garde, ici. Des courants d’air aggressaient les torches, les réduisant constamment au rang de chétives flamèches et il devenait alors malaisé de voir le bout de ses propres pieds. Le Gris aurait pu fermer les yeux qu’il n’aurait probablement pas vu moins de choses qu’actuellement.

Pire encore ; le pont n’était pas en bon état et n’avait pas été conçu pour que l’on puisse s’y déplacer en ligne droite. Sa forme devait être celle d’un très fin reptile serpentant au dessus du vide et il fallait sans arrêt tâter le sol devant soi pour s’assurer de ne pas faire une …


Je connais une super blague. SA CHUTE EST MORTELLE.


Jamais tu n’arrêtes hein ?

Pas de réponse. Sérieusement, ce type commençait à lui taper sur le système. Ils n’avaient pas le moindre moyen de voir quand se terminerait ce passage délicat et ce chaperon, plus les mystérieux intrus derrière et la malédiction de Luche qui planait au dessus d’eux, l’ambiance n’était pas exactement aux jeux de mots.
Ils n’avaient pas non plus besoin du bruit qui se fit bientôt entendre. De plus en plus proche, de plus en plus fort. Comme si une araignée monstrueuse se dirigeait droit vers eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Les Portes du Purgatoire Aujourd'hui à 13:10
Revenir en haut Aller en bas

Les Portes du Purgatoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Cimetière de Dreamland-