Haut
Bas

Partagez|

Le Musée de la Marine [avec Hikari]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Renard Gris
Messages : 605
Date d'inscription : 25/05/2012
Age du personnage : 27

Arpenteur des rêves
Nedru Etol
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 538
Renommée: 1794
Honneur: 74
MessageSujet: Re: Le Musée de la Marine [avec Hikari] Lun 2 Mai 2016 - 17:19
L’habitation était déserte. La vue de Nedru s’accorda au reste de ses sens pour faire l’état des lieux de ce qui avait autrefois était une retraite touristique, l’ultime rempart mercantile des lieux sur le trajet d’autrefois, le dernier endroit à traverser avant de retourner sur le bateau musée.

Plus rien n’était exploitable ici. Il soupira, frottant du bout du pied la couche de poussière au sol. Certaines cartes postales étaient encore là et il semblait au brun que quelque chose ou quelqu’un avait tenté de garder en état cet endroit pendant un moment malgré sa décrépitude ; l’ensemble semblait étonnamment rangé compte tenu de la situation de l’île. Il laissa à son pouvoir le soin de considérer les détails de ces informations pendant qu’Hikari poursuivait les recherches, plus loin.
Fallait-il la laisser s’éloigner ? Elle était dans un moins bon état qu’elle-même ne semblait l’imaginer. Mais malgré une force de frappe inférieure à la sienne, la louve avait du chien ! Tout irait bien.

Quoique. Une pincée de minutes plus tard, alors qu’il était dehors et discutait avec Jason de l’organisation pour la nuit, il entendit courir à toutes vitesses dans sa direction. Ses muscles se raidirent douloureusement, prêts au pire. Quand Hikari émergea, il la laissa se jeter dans ses bras avec soulagement, savourant l’idée d’être un contact rassurant aux yeux de quelqu’un. La phrase qui fila entre les lèvres de la jeune fille le fit immédiatement déchanter. Hikari se laissa tomber au sol et Nedru fit un pas en avant pour se placer en tête de cortège, devant Jason et Gwen.

Cela l’obligea à faire taire un hurlement de protestation de tout son corps et d’une partie de son esprit. Le Nedru du monde réel, l’ancien Nedru n’aurait jamais fait ça. Ce n’était même pas de la bravoure, c’était une forme de bravoure sans la moindre utilité. La raison voulait qu’ils reculent, tous ensemble, pour se retrancher. L’instinct de survie ordonnait, lui, d’être plutôt derrière les autres que devant. Jason s’avança, lui aussi.

Comme pour lui prouver qu’il avait tort, le sort voulut que Nedru n’ait jamais à regretter son geste.
Car l’assaillant qui avait fait peur à la Voyageuse et se présentait devant eux n’était pas celui qu’il semblait être. Des pantins avaient suivi Hikari, oui. Mais ceux-là étaient différents.
Ils bougent à la vue, sont fait de bois, comportement social. Comportement social ?

La Voyageuse avait eu le même raisonnement que lui et insista sur l’apparence de leurs vêtements. En effet, leurs autours semblaient constitués plus par pudeur (ou restes de pudeur) que pour se fondre dans un décor parune logique de prédation.

L’immobilité entre les deux groupes resta totale un instant, chacun se jaugeant probablement dans ce qui aurait pu être du silence si… S’ils n’étaient pas en train de communiquer ? Imperceptible d’abord à cause de l’absolue ressemblance entre les tonalités, les mannequins semblaient pourtant bel et bien tenir une discussion par claquements sonore du bois contre le bois.

Le Renard activa son pouvoir sans attendre et ce dernier se jeta sur l’énigme qu’on lui posait, recueillant une minute de sons avant de faire comprendre à Nedru le sens derrière les mots, lequels étaient également ponctués de gestes discrets pour donner un sens aux claquement. Un mélange de langue des signes et de langage oral.


-D’accord pas tuer. Ils pouvoir aider.
-Ils mourir si aider.
-Falloir essayer.
-Falloir pas essayer !

Ils essayer aider.

L’analyste avait employé les seuls mots qu’il connaissait, frappant sur sa joue droite pour émettre des sons de claquement proches de ceux des pantins. La joue, proche de la bouche siège de la parole, serait le signe qu’il cherchait à communiquer, à défaut de pouvoir imiter tous les gestes que faisaient les pantins désarticulés.

Le silence se fit plus profond et Nedru sentit quatre visage fixement tourné vers lui.
L’art du mensonge et de la diplomatie était limité par son vocabulaire, mais eux même avaient besoin d’aide. Offrir la leur en gage de bonne volonté semblait obligatoire, surtout au vu des premiers mots de la conversation qu’il avait saisi. Ils envisageaient tout de même la possibilité de se défendre d’eux ...


-Toi parler.

Il ne savait pas dire oui, aussi se contenta-t-il de hocher la tête, commentant pour ses compagnons. Ils ne sont pas hostiles, ils veulent qu’on les aide je crois. L’agitation gagna l’ensemble des mannequins derrière (Nedru pouvait en compter au moins sept), qui prirent des pauses manifestement joyeuses, à la limite de la caricature. Le Gris ne parvint pas à dissimuler son sourire, répondant à cette effusion de joie par son propre soulagement. [/i]

-Toi écouter d’abord.

Il ne pouvait pas dire qu’il était pressé, par manque de mots, aussi le Gris écouta-t-il. Un pantin dont le bras droit avait dû servir de tannière à une colonie de termites se mit en avant.
Une fois l’histoire entendue, Nedru résuma pour tous ;


Leur île et le bateau sur lequel on était, ont été maudits. Par une …sorte de sirène, je crois. Je n’ai pas tout saisi, mais je crois que c’est une vengeance amoureuse.
Quoiqu’il en soit, il est possible de lever le charme. J’ai déjà dit qu’on allait les aider. Gwen, Jason, vous êtes en sécurité pour le moment.


Mais cela aurait été trop beau. Nedru soupira, désolé de devoir annoncer une mauvaise nouvelle supplémentaire alors que les yeux tournés vers lui étaient chargés d’espoir et d’une forme de reconnaissance.

La malédiction s’étendra bientôt à nous aussi, si on ne fait rien. Il faut soit quitter l’île sur le champ, soit trouver cette sirène, et vite. Ils nous guideront.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 336
Date d'inscription : 01/05/2010
Age du personnage : 24

Voyageur Expérimenté
Hikari Nikaido
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 420
Renommée: 955
Honneur: 200
MessageSujet: Re: Le Musée de la Marine [avec Hikari] Mar 17 Mai 2016 - 12:48
Les claquements continuaient mais aucun des individus ne semblait prêt à bouger. Enfin c’est ce qu’elle pensait, quand Nedru se mit à faire des bruits étranges avec sa bouche Hikari se retint de rire a quoi est ce qu’il jouait ? Pourtant, après son intervention Hikari pu se rendre compte que les claquements avaient cessés. Il pouvait communiquer avec eux. Elle releva les yeux vers Nedru pour essayer de comprendre.

« Ils ne sont pas hostiles, ils veulent qu’on les aide je crois »

Le cœur d’Hikari reprit un rythme plus doux. Elle comprenait à présent la différence de tenue, c’était donc les autochtones de cette île. La conversation reprit de plus belle.  

« Leur île et le bateau sur lequel on était, ont été maudits. Par une …sorte de sirène, je crois. Je n’ai pas tout saisi, mais je crois que c’est une vengeance amoureuse.
Quoiqu’il en soit, il est possible de lever le charme. J’ai déjà dit qu’on allait les aider. Gwen, Jason, vous êtes en sécurité pour le moment. »


Hikari était littéralement sur le cul. D’une par sa chute et deuxièmement elle n’en revenait pas, c’était donc un poisson qui les avaient foutus dans la merde. Enfin pardon pas un poisson une « sirène ». Non mais merde, des gens étaient morts quand même. Les claquements reprirent de plus belle.

« La malédiction s’étendra bientôt à nous aussi, si on ne fait rien. Il faut soit quitter l’île sur le champ, soit trouver cette sirène, et vite. Ils nous guideront. »


Elle déglutit bruyamment en fixant son regard sur celui de Nedru. Ils n’avaient pas le choix, les deux créatures finiraient transformés. Hors de question de les laisser dans ce pétrin. Bon, elle n’avait aucune envie de se transformer en marionnettes de bois elle non plus.

« Bon bah aller on y va. On n’a pas le choix ! »

Le moment fatidique était arrivé, il fallait que la jeune femme se redresse. Bien évidemment à ce stade de la nuit, ses membres la faisaient souffrir. Elle avait d’ailleurs décidé d’annuler la métamorphose de ses jambes et pouvoir ainsi s’économiser pour plus tard si nécessaire. Gwen et Jason l’aidèrent à se redresser.  Puis à la faire tenir sur ses jambes tremblantes. Lorsqu’elle voulut faire quelques pas toute seule. Elle faillit chuter, par bon réflexe Gwen voulut la rattraper en posant ses mains sur le dos de la louve qui hurla de douleur. Instantanément les mannequins s’agitèrent. Ils avancèrent si rapidement dans la direction de la jeune femme qu’elle se surprit à retenir sa respiration. Deux mannequins l’attrapèrent et la soulevèrent du sol.

« Nedru, qu’est-ce qu’ils font ?»

Le groupe se mit en marche sur cet acte. Donc ils les amenaient voir la sirène. Ils marchèrent silencieusement pendant un moment. Silencieusement, mais pourtant le visage de chacun des mannequins transmettait une émotion, comme figée dans le bois. Les claquements reprirent et elle crut comprendre que c’était le signe qu’ils approchaient. D’ailleurs ils la reposèrent sur le sol avec une douceur qu’elle ne pensait pas possible pour des mannequins de bois. Elle alla s’agripper au bras de Nedru une fois sure que ses jambes ne lâcheraient pas à nouveau elle put lâcher Nedru. Qui était occupé à communiquer.  

Elle s’avança doucement sur la pointe des pieds pour jeter un œil au-dessus des plantes. Devant eux se trouvait une superbe étendue d’eau, des rochers étaient plantés dans l’eau et la sur l’un d’eux, une créature magnifique. Une chevelure rousse, très longue lui descendait en cascade jusqu’aux reins, celle-ci était ornée d’objets brillants que la jeune femme ne pouvait distinguer a cette distance. Ses jambes, ou du moins sa queue était ornée d’écailles bleu verte et violettes. Sa poitrine était dissimulée par ses cheveux. Sa beauté était à couper le souffle, une beauté inhumaine son visage n’avait rien d’humain et pourtant la créature était magnifique et Hikari bien qu’hétéro avait envie d’y gouter. Ils avaient besoin d’un plan, cette sirène ne ferait qu’une bouché d’eux avec ses charmes. Il était d’ailleurs hors de question d’y envoyer un homme. Un bruit de brindille derrière elle lui indiqua qu’elle n’était pas la seule à avoir gouté des yeux la créature.  

« Elle est belle. C’est triste qu’un tel atout soit si mortel. »

Un claquement lui répondit. Un mannequin avait la tête baissé il semblait affligé. Elle posa sa main sur son épaule

« On va vous aider ».

Elle n’était pas sure qu’il l’ai comprise mais elle comptait les aider comme elle le pouvait. Nedru était la lui aussi, il avait donc observé le spectacle.

« Qu’est-ce qu’on fait tu as une idée ? Je pense qu’il serait plus judicieux d’envoyer une femme. Il suffirait de s’approcher de l’eau et de faire semblant de s’hydrater pour engager une conversation. Tu peux communiquer avec les mannequins demande leur ce qui la rend dangereuse et comment il faut la prendre pour ne pas qu'elle nous jette une nouvelle malédiction »
Elle lui souriait et prenait de grandes inspirations entre chaque phrases. Elle était fatiguée, son front dégoulinait de sueurs il était temps de passer a l'acte. Elle avait besoin de s'hydrater.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Renard Gris
Messages : 605
Date d'inscription : 25/05/2012
Age du personnage : 27

Arpenteur des rêves
Nedru Etol
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 538
Renommée: 1794
Honneur: 74
MessageSujet: Re: Le Musée de la Marine [avec Hikari] Mer 1 Juin 2016 - 12:24
La promenade à travers la jungle de ce qui avait une île touristique fut de courte durée. Les indices devenaient désormais des évidences : les autochtones avaient tenté de maintenir un style de vie proche de l’ancien avant de dégénérer progressivement vers une vie plus sauvage. A la question «  qu’est-ce qui les avaient empêchés de s’enfuir par la mer en construisant des bateaux », une réponse simple s’imposait.

La sirène. Elle s’appelait Eline, à priori, pour ce que valait cette information.

Tandis qu’il tentait un sourire rassurant en direction d’une Hikari portée par des mannequins de bois, Nedru s’aperçut qu’il ne s’inquiétait pas outre mesure. Outre la toute puissance du flegme anglais, sa capacité à rationnaliser et l’idée d’un réveil proche le rassurait profondément. S’ils échouaient à terminer les négociations cette nuit ? Ils reviendraient la fois prochaine. Après tout, ces pantins voulaient qu’on les libère d’une malédiction jetée depuis bien plus d’un jour. Les deux survivants du bateau-musée survivraient certainement à cette fâcheuse condition le temps d’une nuit.

Quoi qu’il en soit, courte durée, donc. Eline était à son poste, occupée à somnoler au soleil à la manière d’une pin-up lambda que l’on aurait pu trouver sur la plupart des plages du monde humain.
Sauf qu’elle n’était pas une pin-up lambda. Quoique peu porté par les choses charnelles, Nedru eut toutes les difficultés du monde à arracher son regard de la contemplation de cet être enchanteur. Dans un processus proche de ce qui se produisait lorsqu’il croisait les masques de Dèz, son pouvoir s’était attaché à détailler la perfection de chaque centimètre de la créature, sans en oublier le moindre détail. Une furieuse envie de s’attirer la sympathie d’Eline s’immisça en lui (pour, disons le franchement, s’immiscer en elle).
Un instant, l’analyste douta sérieusement du bien fondé des accusations formulées contre elle. Elle était parfaite ! Comment aurait-elle pu faire du mal à quiconque ? Et n’était-il pas parfaitement absurde de penser que cela soit lié à un chagrin d’amour ? Comment aurait-elle pu connaître le moindre déboire amoureux de toute façon ?

Mais ! Cela ne dura qu’un instant. Peut être un peu long, mais une bourrade dans son dos l’obligea à se retourner, brisant l’enchantement.

Il tenta d’obtenir plus d’informations sur l’origine de cette malédiction, comment la vaincre mais les réponses furent toutes décevantes. Personne ne savait d’où Eline tirait ses pouvoirs et elle n’avait jamais semblé ni menaçante, ni portée sur les arts occultes. Elle était apparue un jour, était tombée amoureuse, son amour était parti et sa colère s’était déchaînée quelques mois plus tard.
Depuis, les tentatives de l’amadouer ou la faire changer d’avis n’avaient rien donné.

Comme un caprice de princesse disproportionné, songa le Gris. Oh, mais une information de taille se trouvait néanmoins dans ce fouillis de claquements de de doigts et de poses grotesques : Eline détestait désormais les hommes.

Nedru répondit à sa compagne de galère sur le même ton qu’elle.


Oui, c’est à toi d’y aller, je ne suis même pas sûr que tu aies besoin d’une excuse. D’après eux, elle est féroce sur la mer mais elle n’avait jamais montré de signes d’animosité avant, ni montré qu’elle possédait de tels pouvoirs. Et d’après moi, la malédiction n’a pas été lancé par elle. Quelqu’un l’y a aidée.

Il observa la jeune femme tandis qu’ils se dirigeaient vers l’étroit chemin qui menait à la crique. Elle était exsangue et ses yeux se couvraient d’une fine pellicule blanche, aqueuse. Sa démarche traduisait la blessure dans son dos. Et la fièvre menaçait. C’était étonnant qu’elle puisse encore tenir debout.
Après une centaine de mètres, le Gris s’arrêta.


Je m’arrête ici, je n’interviendrai qu’en cas de problèmes. Fais attention : elle est capricieuse. Et si tu échoues, nous reviendrons demain et lèverons cette malédiction plus tard. Jason et Gwen passeront une mauvaise nuit, mais personne n’a plus aucune raison de mourir, d’accord ?

L’analyste l’observa s’éloigner, légèrement angoissé et contraint de noter son impuissance. Analyser cette sirène serait peut être dangereux pour lui et même s’il le faisait, le ressac de la mer et le bruit du vent l’empêcherait de saisir la moindre bribe de conversation. Il se retourna vers les pantins et leur intima de rester cachés.
Au moins , il communiquait de plus en plus facilement avec eux.

Peut être parce que sa main droite était maintenant composée de bois.
[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 336
Date d'inscription : 01/05/2010
Age du personnage : 24

Voyageur Expérimenté
Hikari Nikaido
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 420
Renommée: 955
Honneur: 200
MessageSujet: Re: Le Musée de la Marine [avec Hikari] Lun 20 Juin 2016 - 0:08
Les instructions étaient claires, les hommes étaient interdits plus bas. Le chemin qui menaient d’ailleurs a cette crique en contrebas lui sembla affreusement pentu, elle dû se rendre à l’évidence son champ de vision était en train de se resserrer, oh et cette pente l’entrainait bien trop rapidement. Nedru se mit à parler mais Hikari était tellement bien engagé sur la pente qu’elle n’entendit pas vraiment ce qu’il lui dit. Pour ne pas le frustrer cependant, elle leva la main comme pour lui dire qu’elle avait compris et se laissa entrainer jusqu’au bord de l’eau. Sa concentration était médiocre et une fois arrivée en bas, l’eau sembla l’appeler, pourquoi avait-elle descendu la pente déjà ? Et pourquoi était-elle seule soudainement ?

Elle retira son t’shirt, son pantalon et en sous-vêtements se laissa glisser dans l’eau. Les picotements de l’eau fraiche sur sa plaie lui arrachèrent quelques petit cri et la firent sursauter mais comme on le sait si bien, la douleur est rédemptrice. Elle sentit la sueur glisser dans l’eau. Elle plongea son visage jusqu’à la bouche dans l’eau fraiche et se laissa aller quelques instants, elle était fatiguée. Si fatiguée qu’elle aurait pu se laisser aller dans l’eau et s’endormir dans son bain. Hein ? Non elle n’était pas dans son bain mais toujours à Dreamland.

Elle rouvrit les yeux en entendant un clapotis, en face d’elle à quelques mètres à peine, la sirène l’observait plongée dans l’eau jusqu’à la bouche elle aussi. Elle avait effectivement oublié ce détail, enfin si on pouvait appeler ça « un détail ». Le regard de l’hybride était envoutant et tellement intense que la jeune femme sentit le rose lui monter aux joues. La distance entre elle deux lui sembla correct même si elle savait pertinemment que la sirène pouvait la rattraper en un seul battement de queue.
La fatigue était en train de l’empêcher d’avoir peur, ce qui avait un côté plutôt bénéfique cependant elle la rendait irritable et la jeune femme n’avait pas oublié que la sirène était au centre de tous leurs problème. Elle avait envie de l’agresser, mais le peu de raison qui lui restait lui intima de ne pas le faire.

Elles étaient la a se lorgner, s’évaluant. L’envie de jeter un regard dans les buissons plus haut sur le chemin était affreusement tentante. Pourquoi Nedru n’était-il pas venu un peu plus bas sur le chemin ? Elle se sentit seule et comprit rapidement qu’en se jetant stupidement dans l’eau elle était passé du statut de prédateur à celui de proie.
 
« Qui êtes-vous ? »

Elle ne savait absolument pas pourquoi elle avait dit ça. Elle s’en foutait de qui elle était, elle voulait juste partir d’ici et de préférence sous forme humaine. Elles s’observaient mutuellement et c’était trop long. La sirène ne bougeait pas d’une écaille alors qu’Hikari se tortillait nerveusement dans l’eau. Elle bougeait les bras, se balançait d’un pied sur l’autre dans l’eau ou elle avait pied. La jeune femme voulu mettre ses mains sous l’eau, cependant à chaque fois que ça main gauche passait sous l’eau elle remontait comme un bouchon et ceci à l’encontre de la louve, qui après avoir quitté des yeux la sirène pour comprendre le pourquoi du comment se mit à hurler surprise et un peu choqué.

Un cri suraiguë que Nedru avait sans doute pu entendre de là-haut. Elle avait été prévenue mais ne pensait pas que le moment fatidique arriverait si vite. Sa réaction était pourtant bienvenue dans la situation actuelle. La sirène penserait a de la panique ! Hikari n’eut pas le temps d’échafauder son plan plus longtemps puisque, sans grande surprise, en un battement de queue la sirène avait atteint la jeune femme. Elle posa sa main sur la bouche de la louve pour l’empêcher de crier à nouveau et enroula sa queue autour de ses jambes, l’empêchant de s’enfuir.

Hikari écarquilla ses yeux, oui elle paniquait quelque peu à présent. Elle eut envie de pleurer quand l’autre main de la sirène vint se poser dans le creux de son dos, à quelques millimètres de la plaie. Contre toute attente c’est une voie douce et pleine de bonté qui s’échappa de lèvres pulpeuse de l’hybride.

« -Ne crie pas, s’il te plait ne crie pas. Tu vas le faire venir et il te tuera.

Hikari hocha la tête lentement pour lui faire comprendre qu’elle ne crierait pas mais la sirène apparemment trop stressée, ne lâchait rien.  Elle était en train d’oppresser la jeune femme et les écailles qui ornaient sa queue étaient en train de la griffer. Qui allait venir ? Il y avait quelqu’un d’autres ? La louve leva sa main à présent faite de bois entre leurs deux corps entremêlés.

-Je sais je sais, satané malédiction. Comment es-tu arrivé là ? Et seule de surcroit, tu aurais dû mourir sur le bateau. Sans vouloir te vexer

La louve soupira sous les doigts palmés de la sirène et fronça les sourcils.  

- Mon prénom c’est Eline, je vais te lâcher, tu vas regagner le bord et t’enfuir. T’enfuir très loin, il va falloir que tu relances le moteur du bateau c’est la seule solution pour échapper au maléfice. Tu as compris ?

La voyageuse répondit cette fois si d’un mouvement  de tête négatif. Agacée la sirène retira sa main.

-Moi c’est Hikari. Le bateau est mort, il a été trafiqué on peut plus rien faire. Et qu’est-ce que c’est que cette malédiction ?  
-Dans ce cas je ne peux plus rien pour toi. C’est une longue histoire tout ce que tu dois savoir c’est que dans un moment plus ou moins long, tu seras devenu un pantin.

L’étreinte de la femme poisson se défit lentement et elle recula un peu.

-Vous allez me laisser me transformer ?  Eline vous ne pouvez  rien faire ? Je suis épuisée, je ne tiendrais peut être pas jusqu’à la fin du processus de toute manière

La louve avait tourné le dos à la sirène et était en train de se rapprocher de la rive. Un clapotis dans son dos lui indiqua que la sirène la suivait de près.

« -Je ne peux rien faire, je ne peux pas lui demander, ça serait trop…. Contradictoire.
-Comprendre quoi ? Que moi et mes amis sommes voués à finir notre vie comme des pantins ? Comme ces pauvres gens que nous avons croisés sur l’ile ?
-Vous êtes plusieurs ? Combien ?
-4
- Il est déjà au courant c’est sûr. Vous devez vous cacher.
-Qui ça il ? Qui ?
-Le sorcier. »

Hikari se hissa sur la rive avec le plus grand mal. Il fallait avouer qu’une main de bois n’aidait pas. La sirène l’aida en lui poussant délicatement les fesses. Sa peau était toute fripé et assise face a l’eau elle lança son plus triste regard a la sirène qui l’implorait de faire quelque choses.

«  Je sais que la malédiction est de votre fait. Mais est que nous méritons tous de souffrir pour un seul être. Je sais que vous êtes une personne pleine de bonté je le sens. Aidez-nous.
-je peux essayer."

Hikari qui était en train d’essayer de se relever chancela. Elle ne s’attendait pas à cette réponse et une sensation étrange était en train de s’emparer de son corps. Elle se jeta à genoux face à la sirène.

« Promettez-le !
Hikari, qu’est-ce qu’y vous prend ? Vous vous sentez bien ? "

Un son qu’elle ne connaissait que trop bien s’immisça dans tout le décor, la plante à côté d’elle était en train de chanter. Le rocher lui aussi. Putain… 1

« Promettez !

2….

Je vais essayer, je vous le promets. »

***

3… Premiers mots de la journée. La jeune femme se frotta les yeux. Attrapa son oreiller hurla un bon coup dedans avant de le balancer à travers sa chambre.

« Fait chier…… »

Le problème n’était absolument pas réglé. Elle se surprit à se tâter le dos timidement. Elle attrapa son téléphone, coupa son réveil et s’empressa d’aller dans ses notes, le titre de celle-ci serait Nedru. Si elle voulait se réveiller la nuit prochaine aux côtés du jeune homme il fallait qu’elle y pense et quitte à y penser toute la journée elle le ferait. Le visage de Gwen s’immisça dans la tête de la jeune femme puis celle de Jason… Elle secoua la tête comme pour les faire disparaître.  Elle sortit de son lit, passa le pas de la porte geste qui mettait selon elle un terme définitif à cette affreuse nuit. C’était décidé, un bon petit déjeuner et elle chercherait une solution pour la nuit a venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Renard Gris
Messages : 605
Date d'inscription : 25/05/2012
Age du personnage : 27

Arpenteur des rêves
Nedru Etol
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 538
Renommée: 1794
Honneur: 74
MessageSujet: Re: Le Musée de la Marine [avec Hikari] Mer 22 Juin 2016 - 15:41
L’analyste observa la transformation qui s’opérait, gagnait du terrain le long de son bras avec une curiosité sereine. Cela lui donnait l’impression que son bras était progressivement plongé dans un cours d’eau. Il n’y avait pas de douleur, seulement une perte de sensation, d’abord grisante. Puis le cerveau commençait à s’inquiéter par reflexe et transformait cela en une légère irritation, ou l’impression que le bras était gonflé, garroté. Probablement une douleur fantôme ?

Lorsqu’il leva les yeux pour voir où en était la Voyageuse, il assista à son stip tease improvisé et détourna respectueusement la vue, se replongeant dans ses pensées. Le Gris assista ainsi à la transformation de son autre main en notant les avantages qu’un tel corps pouvait offrir –trop peu selon lui. De toute façon, ce n’était lié qu’à ce Royaume, qu’à cet endroit…

Un cri dans la crique le rappela à ses devoirs. Hikari ! Maudit, son pouvoir était une vraie plaie lorsqu’il se concentrait sur un sujet particulier !

De là où il se tenait, Nedru ne voyait que le dos de la jeune fille et puisqu’elle nageait, cela voulait surtout dire sa tête et un petit bout d’épaule. Surtout, la sirène était sur elle, enroulée autour de son corps dans une position qui n’avait aucunement l’air amicale. Le brun se serait jeté dans la mêlée –pour aider Hikari- si l’angle dont il disposait ne lui permettait pas de voir assez distinctement le visage de la créature locale.

Un visage divin, par le ciel ! Pour aider Hikari ? Pour aider la sirène ! Le cœur du Gris allait bientôt exploser dans sa poitrine, l’idée de ne pas vivre auprès d’une telle créature lui était insupportable. Et le masque de panique qu’elle affichait lui brisait le cœur ; il aurait tout donné pour pouvoir surgir et lui venir en aide, pour voir ses yeux et lèvres s’éclairer d’un sourire bienheureux.

Se retenir lui donna l’impression de s’amputer, mais il parvint douloureusement, fouetté par des restes de consciences qui échappaient à l’envoûtement. Il rabroua le maléfice comme il avait appris à contenir son pouvoir – c’est ce dernier qui avait particulièrement souffert de la beauté de la sirène.

Alors, il prit le temps de souffler et comprit que les jours de la Voyageuse n’étaient pas en danger.

Les deux femmes discutaient avec précipitation. La sirène craignait que quelque chose ne les surprennent, vraisemblablement, mais Nedru ne pouvait pas se permettre de débrider sa capacité d’analyse pour lire sur les lèvres d’Eline –l’enchantement aurait refait effet immédiatement.

L’échange tourna court, plus rapidement qu’il ne l’avait imaginé. Hikari regagna bientôt le bord, avant de disparaître dans un nuage caractéristiques. Ses dernières paroles avaient été audibles, même à ses oreilles, et le détective en fut rassuré en son for intérieur. Celle qui pouvait se changer en loup avait réussi à faire promettre quelque chose à la créature censée être responsable des maux des habitants…

Cette scène prit fin lorsque la sirène plongea sous l’eau pour en disparaître tout à fait. Nedru se tourna alors vers ses compagnons restants.


Vous allez vous transformez, mais ne paniquez pas. Le peuple de l’île vous aidera à passer la nuit en sécurité, ceux du bateau ne devraient pas vous faire de mal. Si vous voulez parler avec eux, vous pouvez essayer d’écrire.
Nous allons revenir et essayer de vous sortir de là.


Un hoquet de larme lui répondit, une réponse bien normale dans ces conditions. Le brun tapa maladroitement l’épaule des créatures.

Vous avez été courageux.

Est-ce que leur survie présentait le moindre intérêt à ses yeux ? Nedru se sentait partagé, mais pas pour les bonnes raisons. Sa conscience lui rappelait d’un côté que leurs ennuis ne le concernait pas, qu’ils n’avaient rien à lui offrir et lui aucun engagement auprès d’eux. L’autre partie, elle, voulait les sauver. Mais pas par bonté ou humanisme. Mais parce que cela semblait présenter un défi amusant.

Il fut étonné de se trouver légèrement dégoûté par ce double raisonnement mais ne parvint pas à se convaincre d’un autre jusqu’à son réveil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Le Musée de la Marine [avec Hikari]
Revenir en haut Aller en bas

Le Musée de la Marine [avec Hikari]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1-