Haut
Bas

Partagez|

Le Musée de la Marine [avec Hikari]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatar
Messages : 336
Date d'inscription : 01/05/2010
Age du personnage : 24

Voyageur Expérimenté
Hikari Nikaido
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 420
Renommée: 955
Honneur: 200
MessageSujet: Re: Le Musée de la Marine [avec Hikari] Mer 25 Nov 2015 - 16:44
Des bruits de pas retentirent dans le couloir, la jeune fille fut rapidement contre le mur, de manière à pouvoir planter la moindre personne qui tenterait de passer la porte. C’est une silhouette fine, loin de ressembler à celle d’un mannequin, qui passa la porte en première. Elle comprit qu’il ne s’agissait que de Gwen, qui, sans perdre de temps, se jeta dans ses bras. Elle lui rendit son étreinte rapidement avant de la pousser pour voir Jason suivit de Louis les rejoindre.

Un regard lourd de son partenaire voyageur lui indiqua qu’ils avaient perdu leurs deux autres membres, il fit passer la pilule en faisant remarquer que la jeune femme avait fait un bon travail, ce qui flatta son égo. Bon il ne fallait pas perdre de temps, elle allait l’indiquer à Louis mais se rendit compte que c’était peine perdue puisque celui-ci était déjà penché sur les bidons d’huiles. Hikari en récupéra un qu’on lui lançait.

Elle observa ensuite Louis s’approcher d’un mannequin, qui était sans doute arrivé avec le groupe, et de l’arroser nonchalamment avec l’huile, avant de balancer le bidon vide a ses pieds et de revenir vers eux à nouveau. C’est là qu’il leur indiqua son plan, rapide et efficace. Trouver des balais, des chiffons. En gros, créer des torches. Elle s’empressa de fouiller la pièce et avertis les autres qu’elle avait trouvé des manches à balais. Louis, semblait être tombé sur des chiffons. Ils se créèrent rapidement chacun une torche et l’imbibèrent d’huile. Jason et Gwen finirent leurs créations et Louis lui tendit sa torche

« Peux-tu l'enflammer s'il te plait ?

Mais avec plaisir. »

En souriant elle alluma la torche, ainsi que toute les autres ils semblaient paré pour une excursion en pleine terres inconnues. Un peu à la Indiana Jones, mais non.. Juste dans un bateau remplit de putain de monstre. Chacun portait son petit fardeau, des bidons d’huiles, des torches supplémentaires. Ils avaient de la réserve pour son plus grand plaisir. Louis et Hikari prirent la tête du groupes et quittèrent les couloirs, mais avant de partir, elle déposa délicatement sa torche sur le haut du crane du mannequin pour le regarder flamber lentement en crépitant et fondant comme le simple caoutchouc dans lequel il était taillé.

La bonne nouvelle, c’était que maintenant, ils avaient de quoi se battre et donc qu’ils pouvaient se rendre de nouveau dans la salle des machines. Retour à la case départ. Avec cependant moins de membres qu’au début. Ils avançaient à tâtons dans les couloirs, surveillant tantôt leurs arrière, tantôt leur avant, passant d’un couloir à l’autre avec la peur de tomber nez à nez avec l’un des mannequins.

Ce qui survint plus rapidement qu’elle aurait aimé, faisant bondir Hikari en arrière. En sautant, elle bouscula Jason qui déstabilisé, fit tomber un bidon d’huile par terre qui par chance ne s’ouvrit pas.
Elle avait les yeux rivés sur le mannequin qui n’avait pas bougé. Gwen était complétement immobile, tétanisée. Jason quant à lui s’empressa de ramasser les conneries de la louve et attrapa le bras de la créature qui sursauta violemment. Ils contournèrent le mannequin lentement, sans le quitter des yeux. Il fallait avancer ! À peine avait-il fait 3 pas dans le couloir qu’un bruit sourd vint résonner contre les parois du bateau faisant trembler toute la carlingue.

« On a heurté quelque chose ? »

La peur était palpable dans sa voix, elle n’attendit pas la réponse de qui que ce soit et se jeta en avant pressant le pas, il fallait absolument qu’ils atteignent la salle des machines une bonne fois pour toute. Seul soucis… En arrivant devant la porte concernée elle put se rendre compte qu’elle était très bien gardée. Effectivement 5 mannequins étaient en train de faire leur ronde. Visiblement les monstres de ce bateau n’avait pas l’air décidé à les laisser y entrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Renard Gris
Messages : 605
Date d'inscription : 25/05/2012
Age du personnage : 27

Arpenteur des rêves
Nedru Etol
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 538
Renommée: 1794
Honneur: 74
MessageSujet: Re: Le Musée de la Marine [avec Hikari] Dim 29 Nov 2015 - 17:03


Hikari brûla le mannequin sans la moindre once de scrupule. Le Renard ne pouvait qu'apprécier cet état d'esprit. Dans cette situation, qui aurait voulu d'un partenaire capable de nourrir de l'empathie à l'égard de ces monstres ? Sans doute étaient-ils, à l'instar de Jessica, d'anciennes créatures pacifiques et amatrices de musées et l'on pouvait légitimement défendre la position qu'il valait mieux les sauver que les réduire à un tas de plastique fondu informe.
Mais ce n'était clairement pas l'option la plus efficace en terme de survie.

D'ailleurs, elle n'était pas tombée dans la folie sanguinaire pour autant. De toute évidence, l'ambiance ne s'y prêtait pas ; elle devait s'occuper d'une Gwen pleurnicharde, effrayée par la moindre menace projetée par les torches. Les éclaboussures de lumière de ces dernières bougeaient au moindre courant d'air, au moindre pas, lançant des ombres inquiétantes sur les murs métalliques du bateau dont les couloirs semblaient toujours moins éclairés par les antiques ampoules au plafond.
La peur la rattrapa au détour d'un couloir où un nouveau pantin leur barrait la route. Immobile, il laissa le groupe le contourner sans esquisser le moindre geste. La logique sous-tendant les actes de ces choses n'était pas loin de dépasser complètement l'analyste... Les raisons de leur immobilisme étaient encore obscures...

Un détail força le Gris à tourner ses pensées vers d'autres sujets. Un changement de rythme. Quelque chose n'allait pas. Avancer vers la salle des machines rendait les sons qui s'y échappaient plus audibles et l'oreille du londonien était trop exercée pour se faire duper par le fracas des immenses rouages. L'impulsion donnée au bateau avait changée, imperceptiblement. Depuis combien de temps ? Impossible de le savoir.

Le fracas qui secoua l'ensemble du destroyer apporta une forme de réponse à cette énigme. Est-ce qu'on avait heurté quelque chose ? Question légitime ! Oui, ils avaient heurté quelque chose.
Mais pas seulement. Ce qu'il fallait se demander maintenant, c'était ; pourquoi les turbines étaient-elles en train de s'arrêter progressivement ? Avait-on coupé le moteur, ou bien ce dernier venait-il d'être endommagé par le choc ? Sans le détail précédent, les deux options restaient ouvertes, mais si ces créatures avaient lentement fait décélérer le navire, alors...
Ils étaient probablement arrivés à destination.


Ca n'a pas d'importance.

Le ton adopté pour répondre à la Voyageuse se voulait rassurant. Inutile de lui faire part de ses inquiétudes. Leur objectif restait clair ; faire faire machine arrière à cet immense tas de ferraille.

Et qu'importe si des monstres odieux gardaient la porte de leur ultime destination ! Ceux là bougeaient sans la moindre pudeur... Mais se figèrent ensemble lorsque le quator déboula dans le champ de vision.
Puis, pris d'une sorte d'hésitation, ils se mirent en marche, lentement, vers eux. Jason poussa un cri.


Cette fois, inutile de fuir. Frappe-les avec le bidon et s'ils l'absorbent, mets-y le feu.

Illustrant la démarche, Nedru s'élança dans le couloir. D'un large mouvement du bras, comme un pendule géant, il cueillit le premier mannequin dans l'estomac. Viser les vêtements. Ils n'étaient pas constitués de caoutchouc alors.. ? Oui ! La créature vola en arrière, comme le pathétique objet de décoration qu'elle était censé être.
Une main de plastique manqua de lui saisir le poignet. Plus leste, l'analyste glissa en arrière tout en frappant la ridicule perruque du pantin avec sa torche, l'embrasant instantanément.

Hikari s'était jetée dans la mêlée. Malgré sa carrure et son air angélique, la gamine en avait dans le ventre ! Moins prudente que lui, elle s'était portée trop avant et l'un des pantins cru pouvoir en profiter pour se jeter sur elle. Sa jambe gauche propulsa Nedru vers l'avant et l'inertie du saut l'aida à porter un énorme coup de bidon d'huile dans la tête d'un mannequin.
Qui absorba le choc. Comme prévu. Tandis que le bidon se faisait lentement absorber dans le crâne du pantin inerte, le Renard envoyer filer sa main droite dans sa poche. Sitôt ses doigts serrés autour de son couteau à huître, il leva son arme et porta un coup rapide pour percer le récipient, suivi d'une nouvelle estocade de la gauche. La torche s'engouffra dans la brêche.

Un cri inhumain se fit entendre tandis que le mannequin brûlait de l'intérieur. Comme un long craquement aigu, le genre de sifflements puissants que produisent certains combustibles jetés dans le feu.
Nedru récupéra sa torche et l'enfonça directement dans le dos de l'un des monstres qui s'en prenait à la fille louve et, profitant de ce que cet objet lui permettait de toucher indirectement la créature, il tira de toutes ses forces vers la droite, jetant l'adversaire contre un mur du couloir.

Hikari non plus n'avait pas perdu son temps. Fière guerrière ! En moins de trois minutes, tout était fini. Cinq pantins partiellement enflammés gisaient au milieu du couple de Voyageurs auréolé d'une fumée noire et odorante. Nedru essuya une perle de sueur perdue dans son sourcil tout en avançant pour respirer un air plus sain.

Derrière la porte qui leur barrait la route, le bruit des machines était de plus en plus lent, commençait à s'assourdir doucement. Les moteurs étaient en train de s'éteindre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 336
Date d'inscription : 01/05/2010
Age du personnage : 24

Voyageur Expérimenté
Hikari Nikaido
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 420
Renommée: 955
Honneur: 200
MessageSujet: Re: Le Musée de la Marine [avec Hikari] Mer 9 Déc 2015 - 17:37
« Cette fois, inutile de fuir. Frappe-les avec le bidon et s'ils l'absorbent, mets-y le feu. »

Le combat était lancé, elle observa Louis attraper le premier mannequin et le frapper au niveau de ses vêtements indiquant a la jeune femme qu’elle pouvait elle aussi les toucher par le biais de leurs vêtements sans risques de se faire caoutchoutifier.

Elle n’attendit pas plus longtemps et se jeta dans la mêlé sans réfléchir pour aider son partenaire. Elle réussit à mettre à terre l’un des mannequins en lui mettant un coup de pied retourner avant de le maintenir au sol pour lui mettre le coup final. Mais, se rendit compte trop tard de l’ombre qui s’abattait sur elle. Celle-ci disparut cependant rapidement et quand elle tourna la tête, elle se rendit compte que Louis venait de la sauver. En envoyant valser un pantin.

Elle ne perdit cependant pas de temps dans les remerciements et se jeta sans attendre sur une nouvelle victime. Elle avait bondit en avant avec ça torche pour transpercer le corps de la marionnette et la fixer contre la paroi du bateau, le temps d’attraper un bidon, de l’arroser d’huile, se retirer sa lance et de la retourner pour l’allumer. Elle se retrouva cependant en difficultés face à l’un des derniers.

Elle se protégeait comme elle pouvait, en le repoussant avec sa torche mais cela ne suffisait plus il allait aspirer sa torche, soudainement  il fut transpercé et valdingua sur la gauche de la jeune fille. Essoufflée elle se redressa finalement, la chaleur émanant des mannequins qui brûlait lentement la faisait transpirer. Elle essuya sa bouche d’un revers de manche. Observant avec contentement ce qu’ils avaient accompli.

Elle se rendit compte que le bruit assourdissant des moteurs était en train de s’amoindrir. Jusqu’à s’arrêter complètement, étaient-ils arrivés au terme du voyage ? Non, la houle était toujours puissante et le bateau continuait de se balancer de gauche à droite, danse lente, effrayante et angoissante.
Elle posa sa main sur l’épaule de Louis et avec un sourire qui se voulait rassurant lança un

« On y va ? »

Elle laissa retomber sa main et s’avança vers la porte de la salle des machines. Au moment où elle posa sa main sur la poignée de la porte, un cri strident, inhumain, leurs parvinrent. Elle n’ouvrit pas la porte, puisque la poignée se mit à bouger seule sous sa main. Son sang se glaça, ses poils se hérissèrent. Ses griffes sortirent une à une. Ses canines percèrent sans pour autant transformer sa mâchoire, ce qui n’allait pas tarder cependant. Elle recula lentement, aussi lentement que le mouvement de la poignée jusqu’à sentir contre son dos la carrure de Louis. Chaleur rassurante.

Le mouvement de la poignée était accompagné de grincement strident qui la déstabilisait complètement, son corps se mit à trembler.

« Gwen, Jason reculez. »

Elle se tourna pour planter son regard dans celui de Louis qui fixait la poigné, elle attrapa ses deux épaules et lui susurra a l’oreille.

« Ce n’est pas un mannequin comme les autres, s’il réussit à ouvrir la porte... c’est qu’il est doué d’intelligence. »

Un espèce de rire guttural retentit de derrière la porte et avant même qu’elle n’eut le temps de se préparer celle-ci s’ouvrit lentement en grinçant. Elle se repositionna, attrapa lentement une torche et un bidon ouvert. Avant de plonger a nouveau son regard dans le noir de la pièce qui venait de s’ouvrir. Elle essayait de distinguer dans le noir la menace qu’ils allaient devoir combattre. C’est a ce moment précis que devant eux, deux yeux rouge flamboyant s’allumèrent et qu’une masse sombre sans forme se jeta en avant droit sur eux.[/justify]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Renard Gris
Messages : 605
Date d'inscription : 25/05/2012
Age du personnage : 27

Arpenteur des rêves
Nedru Etol
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 538
Renommée: 1794
Honneur: 74
MessageSujet: Re: Le Musée de la Marine [avec Hikari] Lun 4 Jan 2016 - 22:38

Cette petite avait de quoi survivre encore longtemps. Alors qu'elle leur proposait de continuer, Nedru répondit à son aimable sourire par un discret clin d'oeil, laissant la main posée sur son épaule se retirer presque à contrecoeur. Puis l'absurdité de pareil sentiment l'amusa, faute de l'irriter.

Ce regain d'enthousiasme fut cependant douché par l'horrible hurlement que déclencha l'initiative de la jeune femme qui venait de poser sa main sur la poignée de la porte à emprunter. L'analyste sursauta. Hikari, elle, recula mécaniquement et Nedru pu sentir la peur émaner d'elle tandis que son pouvoir lupin menaçait de prendre possession de son corps.

Qu'est-ce que ? Le verrou bougeait seul, tournant sur lui même dans un lent grincement lugubre. Le Gris accueillit le corps qui se pressait contre le sien en plaçant l'intérieur de son coude contre le bras droit d'Hikari, l'avant bras légèrement devant elle. Il tenta de calmer ses subits tremblements dans un geste. Et ainsi, si quelque chose jaillissait, il pourrait la pousser sur la gauche.


Et te propulser plus rapidement vers la droite. C'est faux. J'ai besoin d'alliés. Certes.

La voix de la morpheuse était légèrement déformée et grave lorsqu'elle intima aux adolescentes Créatures de reculer. Quand elle se tourna vers lui, Nedru vit que des canines plus longues menaçaient de percer sa lèvre inférieure, mais sa voix était redevenue normale lorsqu'elle le saisit et se hissa sur la pointe des pieds pour lui chuchotter un tendre avertissement. La peur contenue dans la voix faillit contaminer Nedru, mais le sens du message réveilla en lui trop d'orgueil pour que cet assaut le submerge.

Leur adversaire était intelligent ? Peuh ! Comme s'il avait à craindre la supériorité intellectuelle d'un bout de plastique ambulant !

Il laissa Hikari récupérer de nouvelles armes et se mettre en position, optant lui même pour la torche en main droite, le couteau en main gauche, tandis qu'un reste de bidon d'huile percé reposait sur son pied, prêt à être expulsé au moindre mouvement dangereux.

Puis la porte s'ouvrit.

Scintillaient dans l'ouverture une paire d'yeux à couper le souffle.

Non pas qu'ils fussent magnifiques, loin s'en faut, encore qu'il fallait reconnaître à leur teint rouge sombre un éclat troublant et rare dont beaucoup d'esthètes auraient certainement chanté les louanges. Seulement, ce scintillement semblait d'ombre, d'obscurité et de malice si concentrées qu'elles formaient comme une tache sombre au milieu des ténèbres. Et ils ne pouvaient être observés qu'avant d'être tué par leur détenteur.
A la vue de tels yeux, le Renard sombra un instant dans la terreur la plus absolue. Car même si l'envie d'enfouir le souvenir avait transformé les années en éternités, il savait avoir déjà vu un regard semblable.


Ce n'est qu'une pâle réplique !

hurla son pouvoir. Nedru retrouva ses esprits tandis qu'un nouveau pantin se jetait sur lui comme un démon jaillissant de sa boîte. Il évita sans mal le projectile lancé par le pied du londonien. Son uniforme d'officier en mauvais état et les cheveux fous sur sa tête lui donnaient l'air d'un spectre fou de rage. Il cache quelque chose dans son dos.

Oui. Sa course était trop particulière. Nedru faillit comprendre pourquoi un instant trop tard. Le sabre caché dans le dos de son adversaire fila vers son visage tandis que l'analyste levait sa torche pour initier une parade. S'il ne s'était pas penché en arrière dans le même temps, la lame lui aurait tranché la tête avec la même facilité qu'elle coupa en deux le morceau de balais flambé qu'il tenait.

Nedru jeta son bras gauche en avant avec la volonté de percer l'un des effroyables yeux de l'officier, mais la tête de se dernier bascula soudainement bien trop bas, laissant le coup se perdre au dessus.
Un autre coup de taille, saute ou meurs. Nedru sauta en avant, au dessus du bretteur. Comme promis, un nouvel assaut trancha l'air sous ses pieds. Rapide et mortel. Un talon de chaussure cirée écrasa sèchement le morceau de torche flambant au sol.

Puis, sans le moindre égard pour l'adversaire dans son dos, le pantin sauta dans un geste inhumain, redressant ses jambes dans son dos dans un angle impossible à mi parcours afin de prendre appui contre le plafond le temps d'y faire deux pas, puis de se jeter une fois de plus.

Juste derrière Jason et Gwen, qui s'enfuirent vers les Voyageurs sans demander leur reste ni lui laisser l'opportunité d'abaisser son sabre sur eux plus d'une fois.
Geste trop lent.

Une piège. Il les poussait vers la salle des machines. [/i]

N'allez pas par là !

Le Gris aurait tendu les bras pour faire barrage aux deux adolescents s'il en avait eu le temps. Mais le mouvement rapide de l'épéiste ne lui en laissa pas le temps. Il attaquait Hikari désormais, déterminé à la pousser elle aussi dans le piège qu'il avait tendu.

Nedru se jeta en avant, abandonnant les jeunes créatures à leur sort. Après tout, ils étaient armés.

Leur hurlement conjoint n'en déchira pas moins les couloirs métalliques du navire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 336
Date d'inscription : 01/05/2010
Age du personnage : 24

Voyageur Expérimenté
Hikari Nikaido
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 420
Renommée: 955
Honneur: 200
MessageSujet: Re: Le Musée de la Marine [avec Hikari] Mar 5 Jan 2016 - 23:01
En le voyant jaillir de la porte, elle eut par réflexe de se jeter en arrière. Le mannequin portait un uniforme d’officier, ses cheveux étaient fous et ses yeux l’étaient plus encore. Son accoutrement était des plus déstabilisant, il lui faisait horriblement peur. Elle se rendit compte tard qu’il avait un couteau dans le dos et qu’il se jetait à toute vitesse sur Louis, qui esquiva avec avance, le coup qu’il allait lui porter.

Ce genre d’anticipation la ramena au début de la nuit ou elle s’était demandé quel pouvait être le pouvoir de Louis, elle n’avait d’ailleurs plus cherché à le savoir ce qui l’étonna. Elle était pourtant d’habitude plutôt curieuse mais c’était comme si un voile était en permanence sur Louis et quelle en oubliait ces plus basiques questions.
Elle fut ramenée avec effroi sur les corps de Louis et du mannequin, celui-ci était plié dans un angle incompréhensible. Il se remettait en état très rapidement, tout en faisant vibrer sa lame dans l’air. Dans le seul et unique but de couper des morceaux de Louis. Elle tenait sa perche bien en l’air, la penchant en avant, elle s’apprêtait à partir dans la direction du mannequin quand celui-ci pris d’un sursaut et semblant lire dans son esprit. Bondit et pris son élan sur le mur pour se retrouver derrière les deux jeunes créatures. Celles-ci s’enfuirent droit sur les voyageurs.

« NOONNN !! »

Hikari avait eu le temps de se rendre compte que les gestes du mannequin semblaient calculés et que le cout de sabre qu’il avait envoyé dans la direction des deux adolescents était bien trop lent par rapport à la cadence des couts qu’il avait échangé avec Louis. C’était de toute évidence un piège il voulait amener les jeunes à entrer dans la salle des machines.  Comme en échos a son cris, Louis leurs intima.

« N’allez pas par la ! »

Tous ces bruits l’avaient déconcentré. Elle avait perdu des yeux l’épéiste, qui se retrouvât a deux doigt de son visage, par réflexe elle bondit en arrière non sans envoyer un coup de griffes dans l’air. Celui-ci ne lâchant rien suivit la cadence et l’un des combats les plus effrénés qu’elle ait eu l’occasion de mener pendant ses longues nuits commença.

Il l’attaquait sans arrêt et sans pouvoir lui rendre les coups elle tachait d’esquiver la lame imposante de son sabre. L’agilité qu’elle avait acquise par son pouvoir semblait pourtant moindre face à ce monstre désarticulé. Elle avait chaud, ses avant-bras et ses jambes la tiraillaient. Tous ses muscles semblaient se contracturer. Les hurlements de Jason et Gwen lui firent perdre son sang-froid, et le fil de ses mouvements. Sa mâchoire se transforma dans cet accès d’adrénaline et de peur. Mais elle regretta très rapidement d’avoir détourné son attention ne fussent qu’une seconde. Il était au-dessus d’elle effectuant une cabriole de son cru et elle savait que quand il retomberait elle serait coupée en deux. Par réflexe, elle se baissa et se jeta en avant. Le sabre ne la coupa pas en deux, non. Le sabre lacéra son dos tout du long la faisant hurler de douleur.

"LOUUUIIIIIISSSS !!!!!!"

La colère et la douleur rendait ses mouvements inexactes. Elle n’entendait plus les hurlements des deux adolescents et elle se retrouva vite adossée à l’une des parois du navire ce qu’elle regretta amèrement, son dos la brulait. Elle ne distinguait plus non plus la présence de Louis la paroi contre laquelle elle était bloqué était très proche de l’entrée de la salle des machines. Il avait fini par réussir à l’amener près de cette affreuse entrée. Sa force était comme absorbée par le regard brulant du monstre. Elle distingua un mouvement trouble derrière lui et se fit envoyer brusquement au sol par une claque digne de ce nom. Un cri strident retentit, elle entendit l’articulation du bras du mannequin se mettre en marche, indiquant qu’il le levait. Elle ferma les yeux. Un bruit sourd retentit et puis plus rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Renard Gris
Messages : 605
Date d'inscription : 25/05/2012
Age du personnage : 27

Arpenteur des rêves
Nedru Etol
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 538
Renommée: 1794
Honneur: 74
MessageSujet: Re: Le Musée de la Marine [avec Hikari] Mer 3 Fév 2016 - 20:37


Même à deux contre un, le combat était inégal.
S’il n’y avait au que ce sabre, passe encore ! Mais le corps désarticulé de l’officier des marionnettes consistait à lui seul une arme redoutable et imprévisible capable des pires torsions et des coups les plus fourbes.
Et le toucher entraîne très probablement la mort.

Si l’analyste n’était pas un lâche, il évita pourtant de se déplacer vers le combat de la Voyageuse aux crocs de loup. Mobiliser son esprit sur l'affrontement l’empêcherait de trouver une solution pour s’en sortir durablement.

Ce pantin pourrait brûler. Ton couteau est inutile. Les crocs d’Hikari sont inutiles. La salle des machines est un piège.

Pendant ce temps le Gris assistait, impuissant, à l’assaut mené contre Hikari puis à la vilaine estafilade portée contre son dos. Machinalement, son esprit nota la gravita de la blessure. Trapézoïdes et dorsal latéral. Les muscles de son dos étaient trop importants, contre un adversaire de ce calibre, elle ne pourrait plus rien faire seule.

Ce ne fut que le cri de la Voyageuse qui sortit Nedru de sa transe mentale et lui donna le temps de réagir convenablement.
Le couteau du Gris stoppa la lame de l'officier avant qu'elle ne s'abatte, trop haut dans le geste pour qu'il ne puisse prendre de l'élan et briser son fer de mauvaise qualité. Puis la semelle de Nedru rencontra l'articulation du genoux gauche de l'abomination mais il ne parvint pas à la briser; le bretteur s'était déjà déporté d'un saut leste. Sans la regarder, Nedru interpella la Voyageuse blessée.;


Hikari, tu peux marcher je crois, alors sauve toi dans son piège. Retrouve les autres dans la salle des machines et tue les mannequins qui les attendaient à l'intérieur. Gwen et Jason se battent, tu peux encore les sauver. Je m'occupe de lui.

L'analyse évita l'estocade qui suivit sans grande difficulté, profitant même d'une faille pour frapper le poignet tendu de son agresseur avec le moignon de torche qu'il lui restait. Encore un coup sans conviction pour le pousser en arrière. Malgré le plan qu'il établissait dans un coin de son esprit, une marée de pensées confuses l'assaillit . C'était un mélange de mot et de sensation, comme si des images se formaient pour représenter scénarios et conséquences et plus particulièrement pour la stratégie la plus simple   Tu devrais aller à la salle des machines et la laisser mourir. Ce n'est que du court terme. A vaincre sans péril on triomphe sans gloire. Gloire ? Humour. Je vais le tuer quoiqu'il arrive. Evidemment.

Nedru eut un rictus de pur orgueil, puis il activa son pouvoir sur la créature qui lui faisait face. Il accueillit le flot de connaissances nouvelles apporté par l'opération comme on se glisse dans un bain chaud. La peur et la souffrance disparaissaient face aux évidences de sa situation et à la supériorité que lui procurait cet avantage soudain.
Cet être était fascinant. Le londonien esquiva ses trois coups suivants sans paraître avoir à fournir d'efforts, en profita pour se placer du bon côté du couloir et planta son pieu de fortune dans le bras gauche du monstre.
Comme prévu. Pas d'absorption. S'il avait immobilisé son bras pour intégrer en lui l'arme du Gris, ce dernier le lui aurait fait chèrement payé.

Tourne moi le dos une seconde et je met fin à ta pitoyable existence.

Une voix d'outre-tombe lui répondit.

Je vais jouer avec toi et te dépecer.

Un instant, Nedru resta sans voix, ses muscles lui rappelèrent ce qu'il étaient; rapidement fourbus et peu aptes au combat, puis le jeune homme reprit ses esprits. C'était très bien. Cette remarque assurait la sécurité d'Hikari. A bluff contre bluff, Nedru répliqua;

Tu vas devoir absorber beaucoup de tes petits copains avant d'arriver à me toucher.

Atari. L'épéiste amorça une offensive délirante, d'une brutalité et d'une vivacité qui rendaient ses gestes confus. Le jeune homme  n'avait qu'à reculer -à très vive allure- pour éviter le gros des coups qui se perdaient contre les murs du bateau.

Déporter le combat loin de la salle des machines fut un jeu d'enfant. Tant qu'il ne tentait pas de répliquer, Nedru savait qu'il ne mourrait pas. Eviter d'être pris en tenaille par les autres mannequins, en revanche, fut un exploit de taille. Mais le Renard avait son plan. Et seul, il pouvait disparaître.
Lorsque le bon moment arriva enfin, le Gris planta finalement son couteau dans l'une des prunelles du monstre. La lame fut si brutalement absorbée en arrière, dans le crâne du monstre, que Nedru faillit y perdre également sa main. Mais il n'en fut rien et l'analyste profita des quelques infimes secondes que le pantin mettrait à digérer l'objet pour tourner les talons et à s'enfuir aussi bien qu'une bourrasque.

Moins de cinq minutes trente deux plus tard, le détective de la pègre retournait dans la salle de maintenance, confortablement dissimulé par le Tatouage de la modestie.
L'officier épéiste, pantin de pacotille ne tarderait plus.

hrp= Ayaaaa, j'y suis enfin arrivé ! Si quelque chose n'est pas clair, MP moi ! Je t'abandonne encore un moment mais Nedru reviendra vite ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 336
Date d'inscription : 01/05/2010
Age du personnage : 24

Voyageur Expérimenté
Hikari Nikaido
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 420
Renommée: 955
Honneur: 200
MessageSujet: Re: Le Musée de la Marine [avec Hikari] Dim 28 Fév 2016 - 14:11
« Hikari, tu peux marcher je crois, alors sauve toi dans son piège. Retrouve les autres dans la salle des machines et tue les mannequins qui les attendaient à l'intérieur. Gwen et Jason se battent, tu peux encore les sauver. Je m'occupe de lui. »

Elle se redressa avec vivacité, attrapa une torche encore flamboyante, un bidon d’essence et entra rapidement dans la salle des machines. Il lui offrait une chance de combattre des monstres beaucoup moins forts que l’épéiste.
Le noir se fit autour d’elle. Un temps d’adaptation lui était nécessaire. Cependant elle pouvait entendre de nombreux bruissements dans la salle, des mannequins qui courraient surement. Puis, des grondements étouffés. Petit à petit elle crut reconnaître au loin la silhouette de Jason qui tentait de repousser les assauts répétés des mannequins, qui les enchaînaient à une vitesse effrénée.

Son entrée dans la salle des machines eut l’effet d’attirer les mannequins vers elle. Elle mit sa torche bien devant elle. S’aperçut que son t-shirt collait à la plaie dans son dos, faisant office de pansement. Devant ses pieds elle renversa un peu d’essence et l’enflamma. Ce qui lui permit d’avoir une vision sur la pièce un peu plus importante.
A sa droite, elle pouvait apercevoir de grandes machines. Droit devant elle un  mannequin et un peu plus loin, Jason qui protégeait Gwen des assauts d’un nouveau mannequin. Elle était sure que Jason pouvait tenir encore quelque temps. Elle attrapa sa torche respira un grand coup et laissa les mannequins avancer. Comme elle avait pu s’en douter ils s’arrêtèrent devant la barrière de flammes.

Elle planta le bout dur de sa torche dans le mannequin, qui commença à l’absorber. Elle tira un grand coup vers elle pour faire tomber le mannequin dans les flammes. Elle ajouta encore un peu d’huile sur le feu pour être sure que celui-ci tienne un peu et que le mannequin fonde libérant l’accès devant elle. Elle sauta au-dessus des flammes et sprinta dans la direction des deux créatures. Elle envoya un très grand coup de torche à l’arrière du crâne du mannequin qui continuait de harceler Jason. La réaction fut instantané, sa tête tourna, son buste aussi. Elle recula pour l’attirer dans le piège de flammes qu’elle avait fabriqué plus tôt cela pris du temps car il avait tendance à retourner vers les deux jeunes qui étaient épuisées. A chaque fois elle le rabattait vers les flammes à grands coup de torche et le laissa l’absorber pour enfin le pousser dans les flammes.

Elle était sure d’avoir éliminé les deux mannequins qu’il y avait dans la salle. Elle se pencha sur Gwen pour l’aider à se relever. Elle eut d’ailleurs du mal à l’aider puisque les mains de Gwen ne cessaient de se multiplier. Elle se mit à grogner, des taches lui cachaient la vue et un bourdonnement sourd l’empêchait d’entendre autre chose que les battements de son corps trop rapide. Le visage de Gwen devint blanc et elle aida Hikari à s’asseoir. Elle sentit une main frôler son dos et sursauta violemment

« Hikari, tu saignes beaucoup… ton t’shirt est affreusement rouge.
- T’occupes Jason, c’est rien.
- Tu es toute blanche Hika
- Vous avez finis tous les deux ? Qui protège l’autre hein ?  »

La louve respira un grand coup et se redressa lentement, reprenant ses esprits
Elle n’arrivait pas à faire descendre son taux d’adrénaline et c’était problématique puisqu’à cause de celui-ci, la plaie ne pouvait pas coaguler et cesser de saigner. Elle n’était pas très étendue mais clairement profonde. Le sabre de l’épéiste était aiguisé, elle se surprit à sourire. Peut-être qu’elle aurait sa vengeance. M’enfin ça lui ferait une cicatrice, comme celle qu’elle avait depuis Discoland sur la nuque. Elle se rendit vers le tableau de bord. Celui-ci était plein de bouton, cependant une manette à pousser semblait être celle qui ferait démarrer le bateau. Elle poussa celle-ci progressivement pour tenter de redémarrer les machines. Un choc envoya les 3 jeunes gens au sol. Hikari tomba sur le dos ce qui la fit hurler de douleur. Le bateau avait définitivement heurter quelque chose qui le bloquait.

"Le bateau est bloqué ! Faut qu'on aille voir ce que c'est "

La louve mis plus de temps qu'a son habitude pour se relever, la douleur était insupportable et elle savait a cette étape de la nuit qu'elle aurait du mal a continuer. Une fois debout, elle se rendit près de la porte après avoir récupérer son bidon d'huile et sa torche. Elle passa la tête dans l'embrasure et se rendit compte qu'il n'y avait personne, seulement les mannequins qu'ils avaient tué un peu plus tot.

Elle sortit suivit des deux créatures.

"Récupérez ce qui est récupérable et on grimpe."

Une fois les torches et bidons récupérés ils se lancèrent a l'assaut des couloirs. Évitèrent les mannequins et arrivèrent finalement sur le pont. L'air extérieur la fit frissonner. Ils s'avancèrent vers la rambarde de sécurité et avec étonnement la jeune louve put se rendre compte que le bateau avait jeté l'ancre. Ils était fasse a une île.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Renard Gris
Messages : 605
Date d'inscription : 25/05/2012
Age du personnage : 27

Arpenteur des rêves
Nedru Etol
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 538
Renommée: 1794
Honneur: 74
MessageSujet: Re: Le Musée de la Marine [avec Hikari] Sam 5 Mar 2016 - 18:19
Son modeste piège était en place lorsque l'épéiste pénétra dans la pièce.

Nedru lui faisait face, dos au reste de la pièce. Inutile de préciser que les lieux puaient l'huile et l'essence, dont le Renard avait abondamment aspergé le sol. Une nouvelle torche brûlait dans sa main droite tandis que la sinistre était de son côté enroulée dans son T-Shirt qu'il avait ôté faute d'autres tissus inflammables disponibles.

Sans surprise, le pantin démoniaque jaillit sur lui, un coup de taille menaçant de le trancher en deux au niveau du foie. Ce premier assaut ne pouvait être évité que par un saut en arrière. Le Gris cracha au visage tout le combustible qu'il avait gardé en bouche, sa torche dressée devant lui. Le spectacle pyrotechnique était ce qu'il semblait être; une simple diversion. Pas de quoi blesser son adversaire, bien entendu ! Mais les créatures oniriques devaient se méfier des Voyageurs et celles là craignaient le feu.

Une épée de ce calibre n'est efficace que sur une portée limitée par la taille de l'avant bras de celui qui la manie. Angle mort dans les 55 centimètres autour du torse. Son poignet pivote. À 360 degrés.
Je sais. Le Voyageur poussa sur ses cuisses pour entrer dans ladite zone, mais le bretteur avait eu le réflexe naturel de reculer en se déportant en diagonale face aux flammes. Le coup de torche de Nedru se perdit dans le vide.

Le Renard reconsidéra une variation de son plan pour en finir plus rapidement.
Non, tu ne résistera pas à la douleur s'il te coupe la main.

Bon, alors qu'on en finisse. Le londonien tendit la main gauche pour tenter de saisir son adversaire/ Le pantin saisit sa chance. Après tout, il disposait du pouvoir d'absorber ce qui le touchait. Nedru retira son bras rapidement, comme paniqué, avant de reculer à son tour. Un pas de côté vers la gauche, la torche tendue devant lui. Un autre pas. Le pantin le suivit, en symétrie, avant de se jeter sur lui dans un assaut bien plus sournois. Une estocade, foudroyante. Nedru passa de justesse sur le côté. Le bras gauche de la créature l'attendait, prêt à fondre (littéralement ? ) sur son visage. L'analyste ne pu le stopper qu'avec sa propre main.

Le tranchant de la lame était dirigé vers l'extérieur.


Tu as perdu.

Nedru considéra son t-shirt fondant dans le bras de la bête dont les yeux rougeoyaient d'une folie démesurée. L'épéiste poussait vers l'avant, comme pour l'absorber tout entier.

T'es vraiment trop con.

Le T-shirt s'enflamma sans difficulté. Quand à la poussée exercée par le bretteur, le G ris la retourna rapidement contre lui (quoique facile, cela était par contre une question de vie ou de mort). Une fois le pantin à terre, la torche tomba au sol, illuminant brutalement la pièce d'éclats flamboyants.

Le problème évidemment, c'est que la main de Nedru était en train de brûler. Impossible de dire si ce mannequin comprenait qu'il allait mourir. Il avait l'intention d'emporter le Gris avec lui pour le moment, dans un concours de patience et de résistance à la douleur provoquée par le bain de feu qu'ils prenaient. Pourtant, l'analyste cru percevoir toute la surprise de celui qui donne de lui pour tuer un adversaire lorsqu'il fit glisser sa main hors du T shirt, laissant ce dernier continuer de se consumer à l'intérieur du monstre.
La créature en lâcha son épée pour attraper la cheville du jeune homme, mais le Gris se jeta en arrière. Il n'avait pas bougé pour rien; il s'était placé dans l'alignement de l'ouverture de la pièce. L'infime seconde qu'il fallu à ce monstre pour se redresser fut encore trop longue ; Nedru était déjà de l'autre côté de la porte et il la claqua sans ménagement, avant de la maintenir dans cette position aussi fermement que possible.
Une douleur intense l'inonda. Le Renard hurla -presque de panique- des larmes roulant sur ses yeux sans qu'il ne puisse les contrôler. Des spasmes agitaient sa mâchoire et son épaule et se firent de plus en plus violents face aux efforts du monstre pour forcer la porte.  
Ça tu peux y résister. Cette information surnageait au dessus d'une foule d'autres, unanimes ; s'il lâchait cette poignée, il mourrait.

Malgré un puissant choc qui remua l'ensemble du navire, il resta fermement contre la porte.  Lorsque les hurlements et le choc du sabre contre l'acier se firent moins bruyant, lorsque les sifflements de plastique fondu furent remplacés par l'odeur correspondante, Nedru laissa encore s'écouler deux minutes avant de lâcher. Un fragment de peau resta sur l'acier et le londonien chancela, le corps traversé d'un éclair de douleur.

Un échos de voix lui parvint sur le chemin pour rejoindre les autres dans la salle des machines et il sentit les auras qu'il cherchait. Il suivit cette nouvelle piste pour retrouver Hikari et les autres créatures en titubant. Croiser le cadavre de Karl sur le chemin ne l'étonna pas outre mesure. Il garda pour lui l'idée que Lou, peut être, avait survécu.

Le souffle du vent sur sa plaie et son corps brûlant lui fit du bien, un bref instant. Puis l'air salin s'en mêla et il tituba à nouveau.
Hikari avait sauvé les deux créatures. Décidément, elle avait vraiment de la ressource ! Cependant, son état laissait également à désirer... Il passa un moment à détailler sa physionomie avant de porter son regard sur l'île qu'ils avaient accosté.
Les éclats de la lune faisaient danser le feuillage des arbres tropicaux et l'écume de la mer dans les ténèbres mais cette vision n'en était pas moins inquiétante. D'un pas qu'il voulait plus déterminé qu'il ne pouvait se le permettre, Nedru se porta au côté des autres.


Me revoilà. Bien joué à tous.
Jason, passe en tête tu veux ?
...Et tu pourrais me filer ta veste s'il te plaît ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 336
Date d'inscription : 01/05/2010
Age du personnage : 24

Voyageur Expérimenté
Hikari Nikaido
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 420
Renommée: 955
Honneur: 200
MessageSujet: Re: Le Musée de la Marine [avec Hikari] Jeu 10 Mar 2016 - 0:13
Un bruissement derrière eux la fit se retourner, elle du cligner des yeux plusieurs fois pour obtenir un focus net sur Louis qui les rejoignaient en tentant, si elle ne se trompait pas de dissimuler un boitement.

« Me revoilà. Bien joué à tous.
Jason, passe en tête tu veux ?
...Et tu pourrais me filer ta veste s'il te plaît ? »


Elle était essoufflée sans vraiment faire d’effort et son dos la lançait plus qu’elle ne l’aurait voulu, mais l’état de son partenaire l’inquiétait. Elle avait tendance à trop se mobiliser pour les autres, mais ça avait des avantages. En l’occurrence, ici, elle oublia sa douleur quelques instants pour s’intéresser à celle de Louis. Il était torse nu ce qui lui permit de voir qu’il n’avait rien sur le corps. Mais quand Jason lui tendit sa veste et qu’il l’enfila elle put apercevoir sa main. Elle était bien brûler, il lui sembla d’ailleurs apercevoir une grimace au moment où il passa celle-ci dans la manche.

Sachant que les hommes réagissaient rarement bien aux inquiétudes des femmes elle ne s’attarda pas sur sa blessure et se contenta seulement d’afficher un sourire contrit. Torse nu avec juste une veste c’était vraiment agréable à regarder finalement. Elle détourna son regard et s’avança plus près de la rambarde de sécurité pour estimer s’ils pouvaient sauter directement du bateau. La réponse était positive les créatures assureraient le choc, Louis devrait éviter de poser sa main dans le sable et Hikari avec ses jambes monté comme des ressorts n’auraient aucun problème à le faire sans bobos.

« Vas y Jason j’pense que tu pourrais aider Gwen après. On l’aidera à descendre nous aussi. »

Le jeune homme n’avait aucune envie de s’attarder sur la question, puis il faisait confiance à la voyageuse. Il passa ses jambes au-dessus de la rambarde et se laissa tomber dans le sable qui amortit sa chute.

« Gwen, viens c’est bon en bas »

La jeune créature jeta un coup d’œil à Hikari qui d’un hochement de tête la rassura. Elle l’aida à passer ses jambes au-dessus de la rambarde et lui attrapa les deux mains pour la faire descendre au plus près du sol.

« T’es prête ?
Oui
Je te lâche ! »

A peine l’avait elle dit qu’elle la lâcha et qu’elle entendit les bruissements du sable quelques instants après.

« -Ca va en bas ? Qu’est-ce que vous voyez ?
-Des palmiers à perte de vu et pas une âme qui vivent
-On arrive, écartez-vous »

Elle se redressa en grimaçant, Son dos la tiraillait. Elle s’efforça pourtant de sourire à Louis.

« Peut-être qu’on va trouver de l’eau claire. Question de nettoyer tout ça. Par contre, j’ai aucune idée de où on peut être et ça induit une totale méconnaissance des lieux et des créatures qui y vivent… Ça m’inquiète. J’aimerais qu’on rentre en un seul morceau. Amochés, mais vivant. On s'offre peut être un répis... Qui sais ? »

Elle parlait les yeux rivés sur ses pieds, elle réfléchissait sans doute un peu trop. Son dos la piquait affreusement le t-shirt imbibé laissait passer l’iode et putain ce que ça faisait mal. Elle chancela mais réussit à attraper la rambarde. Un mec qui prête sa veste a un autre mec ça se fait mais demander le t’shirt de Gwen c’était trop. Des bruissements plus bas indiquèrent d’ailleurs à la jeune femme que les deux créatures s’impatientaient.
Ses jambes étaient déjà transformées. Elle se concentra pour y insuffler un peu de force et en passant au-dessus de la rambarde se tourna vers le voyageur une dernière fois.

« Oh, s’il te plait fait attention à ta main à la réception. »

Bon elle avait cédé. Puis, elle se laissa tomber pour arriver dans le sable sans encombre. Jason l’aida à se redresser. L’île semblait vide, sans vie et ça ne faisait que l’inquiéter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Renard Gris
Messages : 605
Date d'inscription : 25/05/2012
Age du personnage : 27

Arpenteur des rêves
Nedru Etol
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 538
Renommée: 1794
Honneur: 74
MessageSujet: Re: Le Musée de la Marine [avec Hikari] Sam 19 Mar 2016 - 20:38


Nedru enfila la veste en grimaçant puis enroula délicatement la manche jusqu'au coude du côté sensible.
La terre n'était pas beaucoup plus basse que le pont.  Même s'il devait forcément exister une échelle quelque part pour faciliter la descente, Nedru reste silencieux pendant tout le processus. Concentré sur ses pensées, il cherchait à
s'analyser lui même afin de pouvoir contrôler et stopper les informations nerveuses qui lui parvenaient.

Sans succès. Il n'arrêta ses efforts que pour écouter Hikari avec attention. Il faut de la détermination pour encourager quelqu'un lorsque l'on est dans cet état. C'était une bonne personne, pas seulement en surface. Inflexible et forte.  


Oui. On va s'en tirer. Glissa-t-il doucement.

Le dernier conseil de la fille-loup le fait sourire et il expira un rire diffus et inaudible. Son état à elle était bien pire que le sien.
Nedru sauta du pont du bateau et roula à l’atterrissage pour ménager le choc dans ses jambes, prenant soin de garder sa main gauche en sécurité pendant l'opération. Il se redressa et hocha brièvement la tête.


On peut y aller.

Pas d'auras menaçante dans les environs. Même si les mannequins savaient la masquer, ça restait bon signe. Des petite créatures nocturnes se déplaçaient dans l'ombre protectrice de la nuit, effrayée par le bateau. S'il y avait eu un prédateur, elles n'auraient pas agi ainsi. Nedru poussa un léger soupir.

Il n'y a rien à craindre pour le moment.

Le groupe passa sous le feuillage des palmiers, s'engouffrant dans une végétation bien moins accueillante que l'on pourrait le penser en imaginant une jolie petite île perdue au bout de l'océan. Au programme ; racines aussi hautes que des murs, buissons épineux, colonies de fourmis d'une taille effrayante et autres feuillages coupants. Gwen aidait Hikari à se déplacer pour les passages les moins sûrs, Jason ouvrait la marche et Nedru ne faisait rien de spécial. Il guettait, comme tous les autres -et sans doute avec une efficacité supérieure- mais pour l'heure, ils n'avaient rien à craindre.

D'infimes indices témoignaient de la présence de créatures civilisées sur l'île, mais cela semblait remonter à un temps révolu.

Au bout d'un temps assez long pour que chacun soit couvert d'une désagréable pellicule de sueur ayant la particularité de réveiller l'appétit des insectes du coin, l'oreille aiguisée du londonien entendit les éclaboussures joyeuses d'un cours d'eau, sur lequel il dirigea le quatuor.

Ils en trouvèrent la source quelques instants plus tard. Plutôt large, la rivière coulait paisiblement dans un lit de sable peu profond. Nedru la goutta avec prudence, laissant son pouvoir détailler ce qu'il avait sous la langue.
C'était de l'eau. Pure.


On ne risque rien. Je propose que l'on fasse une pause. Hikari, il faut nettoyer ta blessure.

La Voyageuse avait l'air mal en point. Elle avait pâli et des cernes se dessinaient sous ses yeux. Les insectes avaient dû la dévorer vive, dans la jungle. Après avoir invité la jeune fille à s'asseoir devant lui, Nedru s'installa au bord de l'eau, pensif. L'envie de plonger son corps dans la rivière était difficile à surmonter. Il écrasa un moustique contre sa nuque.

Jason, Gwen, je suis désolé. Je crois que nous n'allons pas tarder à nous réveiller. Si le temps s'écoule normalement, mon réveil sonnera dans environ une heure. On peut chercher un moyen de vous sortir de là, ou laisser le temps faire son œuvre et il vous faudra vous débrouiller seuls bientôt. A vous de décider.

Comment vous souhaitez passer vos derniers instants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 336
Date d'inscription : 01/05/2010
Age du personnage : 24

Voyageur Expérimenté
Hikari Nikaido
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 420
Renommée: 955
Honneur: 200
MessageSujet: Re: Le Musée de la Marine [avec Hikari] Jeu 24 Mar 2016 - 0:37
« On peut y aller.  Il n'y a rien à craindre pour le moment. »

Hikari faisait confiance à Louis, ou du moins à ses capacités. Il semblait connaitre beaucoup de choses et même s’il avait semblé enclin à laisser toute les créatures qui les accompagnaient mourir dans d’atroce souffrance, il semblait avoir changé d’avis sur les deux survivantes. Jason entreprit de diriger la marche et ils s’engouffrèrent à la file indienne dans la jungle.

Hikari n’était pas au bout de ses peines, effectivement après avoir dépassé les premiers palmiers ils se retrouvèrent face à une végétation bien plus dense et à des racines immense qu’ils devaient escalader. La première passé, un sourire de victoire sur les lèvres, Hikari reprit confiance en elle. Juste le temps de lever les yeux pour se rendre compte que la racine d’après était encore plus haute. Il semblerait que ce soit à ce moment-là qu’elle perdit fois en la vie, l’humanité, le monde. Elle voulut se laisser tomber et abandonner mais se ravisa rapidement quand elle se rendit compte qu’une fourmi plus grosse que son pied venait de se faufiler entre ses chevilles.

Rah, sales bestioles elle avait horreur des petites bêtes en l’occurrence ici pas si petite que ça. Elle allait grogner et se plaindre mais se rendit compte qu’aucun de ses autres compères ne se permettaient une telle bassesse et tacha de garder son calme. L’escalade n’arrangeait rien, la jeune femme avait besoin en permanence de Gwen et de son soutien pour arriver au bout. Les étoiles qui dansaient devant ses yeux ne la surprenait plus, elles faisaient parties de son champs de vision maintenant. Elle sentit quelque chose la piquer et par réflexe claqua son épaule.

Oui, il y avait des moustiques aussi. Tout semblait réuni pour l’empêcher d’avancer. Sa plaie à vif devait sans doute les attirer puisqu’elle abandonna vite l’idée de les chasser. Au rythme où ils la piquaient elle finirait avec autant de bleu que de boutons.

« Allez Hikari, tu y es presque ma belle.

Merci, t’es adorable
Hika’, a qui tu parles ? »

La créature posa tendrement sa main sur l’épaule de la morpheuse en l’interrogeant du regard. Bon, la limite physique de la voyageuse semblait avoir été dépassée, sans parler maintenant de son cerveau qui lui jouait des tours.

« Je parle toute seule ne t’inquiète pas. »

Par reflexe elle jeta un regard sur Louis qui marchait, il ne l’avait apparemment pas entendu délirer et elle était soulagée.  Elle suait a grosse goutes et passait son temps à essuyer son visage. Ses membres commençaient à s’engourdir et malgré la chaleur humide de la jungle elle se surprit à frissonner.

« Reprends toi, ça va aller chérie ! »

Cette fois ci avant de répondre, elle posa son regard sur la jeune créature qui ne semblait pas avoir tenté la communication, elle se concentrait actuellement sur ses pas pour ne pas marcher sur des épines ou des fourmis. Mais qui est ce qui lui parlait ? Elle observa plus loin devant elle une silhouette qu’elle semblait reconnaitre, même après toute ces années.

«- Maman ?
-Tu m’as parlé Hika’ ? Désolée je n'écoutais pas. »

Au même moment Louis leurs indiqua la présence d’un cours d’eau, qu’elle aurait pu entendre si ses sens ne s’étaient pas fait la malle comme des lâches. Elle tacha d’oublier ce qu’elle venait de voir et ils se retrouvèrent peu de temps après fasse a une jolie rivière. Elle l’appelait, lui incitait de se jeter dedans sans même réfléchir, mais elle n’en avait même pas la force.

« On ne risque rien. Je propose que l'on fasse une pause. Hikari, il faut nettoyer ta blessure. »

Elle planta son regard dans celui du jeune homme et par le regard qu’il lui lança elle crut comprendre qu’elle avait une sale tête et ça ne présageait rien de bon. Elle se souvint cependant que la nuit était bien avancée et que le cauchemar prendrait rapidement fin. Elle s’approcha de lui avec autant de contenance qu’elle le pouvait (ce qui ne devait pas ressembler à grand-chose) et vint se laisser tomber en grimaçant près de la rive. Elle trempa timidement sa main dans l’eau, l’effet fut tellement agréable qu’elle faillit se laisser tomber la tête la première dans le lit de la rivière. Elle se contenta de remonter son t’shirt en grognant, il était accroché en certains endroit et ça ne s’avérait pas être la plus agréable de toute les sensations. Elle se pencha en avant, la tête sur les genoux afin de permettre à Louis de pouvoir nettoyer sa plaie s’il était d’accord. Elle ne pouvait pas le faire toute seule, à moins de se jeter dans la rivière, qui lui faisait d’ailleurs de l’œil.

« Jason, Gwen, je suis désolé. Je crois que nous n'allons pas tarder à nous réveiller. Si le temps s'écoule normalement, mon réveil sonnera dans environ une heure. On peut chercher un moyen de vous sortir de là, ou laisser le temps faire son œuvre et il vous faudra vous débrouiller seuls bientôt. A vous de décider. »

La morpheuse secoua la tête, les laisser se débrouiller seuls, c’était les voués à une mort certaine et ça, ça ne lui plaisait pas. Ils étaient gentils, ils ne méritaient pas ce sort. Elle n’eut cependant pas le temps d’ouvrir la bouche. Louis semblait avoir senti que la jeune femme ne serait pas d’accord pour la deuxième solution et venait de laisser couler du liquide froid le long de son échine. Par réflexe elle se cambra et expira fort pour oublier la douleur. Elle ne put s’empêcher de lancer un regard noir dans la direction du jeune homme qui l’avait prise par surprise mais s’en voulut aussi vite, il l’aidait c’était normal qu’elle souffre.

« On va trouver un truc. Vous allez voir, on va trouver une solution. »

Gwen qui ne semblait pas supporter la douleur physique de la jeune femme se détourna et alla boire de l’eau Jason la suivit.

« Ils sont mignon tous les deux tu ne trouves pas ? Pourtant notre réveil signera leur arrêt de mort. »

Elle chuchotait mais la fin de sa phrase avait été plus faible encore. Elle s’adressait à son médecin de fortune entre chaque arrivé d’eau. Elle tachait de garder son calme et de contrôler les tremblements de son corps face à la différence de température.

« Dit moi que tu as une idée ou tu finis a l’eau. »

Elle avait prononcé sa dernière phrase avec une intonation de défi et une touche d'humour. Idée ou pas, il finirait dans l’eau, chacun son tour. Et puis c’était bon pour sa main non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Renard Gris
Messages : 605
Date d'inscription : 25/05/2012
Age du personnage : 27

Arpenteur des rêves
Nedru Etol
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 538
Renommée: 1794
Honneur: 74
MessageSujet: Re: Le Musée de la Marine [avec Hikari] Jeu 24 Mar 2016 - 10:32

D’une certaine manière, la plaie était belle. Dreamland étant ce qu’il est, Hikari n’aurait pas de cicatrice la nuit suivante mais même si elle avait du en avoir une, ce ne serait probablement rien d’autre qu’une fine ligne blanchâtre courant le long de son dos.

Le Renard commença pas nettoyer ledit dos, de haut en bas, méthodiquement, avec sa seule main droite. Il répondit au regard noir d’Hikari par un léger sourire. Si elle avait la force de se plaindre que l’eau était trop fraîche, c’était bon signe.

Et puisqu’elle voulait faire la conversation, le Gris répondit avec courtoisie. Les trois nuits de torture passées à se faire tatouer lui revinrent en mémoire. Parler lui avait fait du bien.


Je crois que celle qu’aimait Jason…

EST MORTE. Tu ne crois pas, tu le sais.

Bordel ! Il avait laissé ses paroles s’échapper sans prendre le temps de les filtrer et ce n’était sans doute pas la meilleure chose à faire dans une telle circonstance.
Mais cette épreuve rapprocherait les deux créatures, c’était certain. Après ça, soit ils s’éviteraient jusqu’à leur mort, soit ils finiraient leurs jours ensemble. Enfin…


Ce n’est pas sûr ; cette île est peut être celle de James Matthew Barrie ! Effrayante la nuit et sublime le jour. Ils pourraient tomber sur des sirènes amicales à notre réveil ?

Ce qui avait commencé comme un murmure pour répondre aux chuchottements se termina par une intonation plus claire et rassurante.
En réalité d’une certaine manière, tout Dreamland était le Neverland de Barrie. Si le jour pouvait effectivement pointer son nez ici, la vie des adolescents serait sauve. Restait à espérer qu’ils ne soient pas sur une terre de nuit éternelle.
Nedru termina d’ôter délicatement les insectes à moitié morts, collés dans l’hémoglobine et entre les chairs de la jeune femme. Puis il la força à adopter une posture qui tirerait moins sur son dos en pressant légèrement sur certains points au dessus des reins et entre les omoplates. Sans s’en rendre compte, il reproduisait encore la forme de massage du Lord Crazy, les longues aiguilles en moins, tandis qu’il nettoyait le sang qui s’était remis à couler lentement de la plaie propre, dessinant des volutes rouges le long du dos de la jeune femme.

Des tremblement dans son bras gauche l’arrêtèrent. La douleur commençait à lui donner des maux de tête et il arrêta un moment ses soins pour doucher le feu dans ses doigts en les plongeant dans l’eau.


J’espérais pourtant finir dans cette rivière !

Tenta-t-il de répondre joyeusement au défi de la jeune fille. Une façon comme une autre de lui faire savoir que oui, il avait une idée, aussi simple soit elle. La fatigue commençait à se sentir dans sa voix. Mais ce n’était que la partie facile de l’opération dans ces circonstances ; avoir une idée ne sauve pas le condamné que l’on s’apprête à pendre.

Après une ultime pression du pouce et de l’index sous la nuque d’Hikari, Nedru rinça sa main et en profita pour éclabousser légèrement la Voyageuse du bout des doigts.


C’est fini. Je n’ai pas de pansements à appliquer et aucun pouvoir pour suturer la plaie mais c’est bien mieux que tout à l’heure. Tu es passée à côté du pire.

Déroulant ses jambes, il s’appliqua à nettoyer sa propre blessure.

Je crois que cette île est une vieille destination touristique, qui devait compléter le musée de la marine ; c’est pour ça que le bateau s’est dirigé dessus.

Mais ça ne veut pas dire que je pense qu’il y a d’autres mannequins ici. Et s’il y en avait, ce n’est pas sûr qu’ils soient vivants.
Cet endroit semble être paisible depuis longtemps. Au centre de l’île il y aura certainement d’anciennes habitations pour permettre à nos deux petits amis de passer la nuit.  


C’était juste, car l’état de vétusté des navires ne pouvait pas laisser penser qu’une île complétant le musée puisse être déjà plongée sous la végétation mais… Les espèces tropicales étaient capable de telles performances.

Nedru posa ses yeux fins sur Hikari et sourit.


Tu as meilleur mine.
Au fait ; je m’appelle Nedru.


Il n’ajouta pas qu’il était désolé d’avoir menti. Il ne l’était pas. Sans force et sans pouvoirs capable de soulever des montagnes, c’était bien l’une des seules ressources du brun dans cet univers hostile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 336
Date d'inscription : 01/05/2010
Age du personnage : 24

Voyageur Expérimenté
Hikari Nikaido
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 420
Renommée: 955
Honneur: 200
MessageSujet: Re: Le Musée de la Marine [avec Hikari] Ven 1 Avr 2016 - 2:35
Hikari hochait la tête à chacune des réponses que Louis lui fournissait, elle n’y croyait pas plus que de raison mais c’était rassurant. Il était d’ailleurs en train de la masser ? Elle se surprit à fermer les yeux, et à entrouvrir la bouche dans un moment de plaisir. Elle reprit ses esprits un cours instant en croyant comprendre qu’il avait une idée. Cependant il l’acheva d’une pression sur la nuque. Trop agréable.

« C’est fini. Je n’ai pas de pansements à appliquer et aucun pouvoir pour suturer la plaie mais c’est bien mieux que tout à l’heure. Tu es passée à côté du pire. »

Elle hocha la tête en souriant, laissa retomber son t’shirt doucement sur sa plaie et se tourna pour se retrouver face à Louis. Il était occupé à nettoyer sa main et continuait de lui expliquer son idée.

« Je crois que cette île est une vieille destination touristique, qui devait compléter le musée de la marine ; c’est pour ça que le bateau s’est dirigé dessus.
Mais ça ne veut pas dire que je pense qu’il y a d’autres mannequins ici. Et s’il y en avait, ce n’est pas sûr qu’ils soient vivants.
Cet endroit semble être paisible depuis longtemps. Au centre de l’île il y aura certainement d’anciennes habitations pour permettre à nos deux petits amis de passer la nuit. »


Elle sentit ses muscles se détendre sous l’effet des mots de Louis, son idée était bonne. L’idée que les deux créatures survivraient la fit sourire. Elle était soulagée.

« Tu as meilleur mine.
Au fait ; je m’appelle Nedru

Merci, je me sens…. »

Elle s’arrêta net dans sa phrase. Sa bouche se bloqua dans un « o » silencieux et ses yeux vinrent se planter dans ceux de son interlocuteur. Est-ce qu’il venait vraiment du lui balancer cette info-là, comme ça, comme si de rien n’était ? Elle cligna des yeux, mais l’expression souriante de Ned’ ne le quittait pas. Elle n’avait pas rêvé.  Alors depuis le début, il cachait sa réelle identité. Hikari n’aimait pas les mensonges. Par réflexe elle se pinça les lèvres.

Ils étaient là, face à la rivière et à la fin de la nuit elle se rendait finalement compte que l’homme à qui elle faisait confiance ne s’appelait pas Louis mais Nedru, c’était un choc pour elle. En plus elle était certaine d’avoir entendu parler de « Nedru » et pas qu’en bien. Cependant, en le toisant à nouveau, elle eut le sentiment qu’elle ne se fierait pas aux rumeurs. Il avait été plus que remarquable dans cette aventure. Juger les gens sur des « on dit que » ne lui correspondait pas. Il l’arrosa légèrement du bout des doigts.
Elle ne laisserait cependant pas passer cet affront, elle avait été sincère dès le départ Elle. D’un geste leste elle envoya son pied dans les fesses du jeune homme pour le pousser dans l’eau. Elle fut éclabousser par la chute, se redressa en lui souriant du haut de la berge.

« Enchantée, moi c’est toujours Hikari. »

Elle le pointa du doigt, oui c’était impoli mais elle s’en fichait.

« Plus de mensonges je te prie ! J’ai confiance en toi, j’aimerais que ça dure ! Et puis pourquoi tu t’inventes une identité ?  »

Elle n’avait pas perdu son sourire, en plus la situation la faisait rire. Il était mignon avec ses cheveux mouillés. Pas rancunière pour 2 sous et adepte de la seconde chance elle ne lui en voulait pas du tout mais aurait tendance à le sonder un peu plus. Elle était épuisé il fallait qu’ils aillent au centre de cette ile trouver des habitations.

« Gwen, Jason, vous êtes prêt ? On repart !
- Pour aller ou ?
Vous nous faite confiance ? »

Elle était épuisée, mais elle avait moins mal au dos depuis que la plaie avait été nettoyée. Chacun de ses pas la tiraillait mais elle se sentait capable de tenir le peu de temps qu’il lui restait. Elle envoya un clin d’œil à Nedru avant de tapoter l’épaule des deux créatures. Ils allaient trouver ces habitations et vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Renard Gris
Messages : 605
Date d'inscription : 25/05/2012
Age du personnage : 27

Arpenteur des rêves
Nedru Etol
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 538
Renommée: 1794
Honneur: 74
MessageSujet: Re: Le Musée de la Marine [avec Hikari] Mer 13 Avr 2016 - 12:09
L’eau était belle, la nuit silencieuse et… Nedru tomba dans l’eau avec fracas. Non pas qu’il ne se soit pas douté qu’il y aurait des représailles à sa révélation subite. Le geste l’avait tout de même surpris. Quelle manière de traiter un blessé qui venait de vous apporter les premiers soins !

La tête du brun refit surface et il s’ébroua rapidement la tête, à la fois glacé par la source fraîche et soulagé de pouvoir se débarrasser des saletés qui lui collaient la peau depuis tout à l’heure. Sous l’eau il resta à moitié accroupi pour ne laisser dépasser que la tête, tandis qu’Hikari le sermonnait, maintenant sa douloureuse main gauche en l’air. Même si elle riait et que l’analyste sentait qu’elle ne le désapprouvait pas totalement, il lui devait des explications dès lors qu’elle en demandait.
Pourquoi s’inventait-il une identité ?


Je suis l’ennemi de Rocco et son armée de Voyageurs, de Saphy la Chasseuse et sa bande d’assassins et une poignée d’autres personnes aux intentions semblables. Et Megan Cole au Sang Noir veut également plus ou moins me tuer à ce qu’il paraît. Disons que m’appeler Louis est un reflexe de survie.

Car il ne tenait à être retrouvé ni dans ce monde, ni dans l’autre.

Il glissa ses doigts dans ses cheveux pour les tirer en arrière et dégager sa vue avant de sortir de l’eau, la peau rougie par la fraîcheur soudaine de l’eau, les vêtements alourdis... Et les chaussures trempées. Quelle horrible sensation ! et un handicap certain s’il lui fallait se battre à nouveau. Elle aurait au moins pu lui demander de les enlever avant de le pousser !
Mais un regard sur elle l’informa que ce n’était pas l’heure des reproches. Elle souriait, c’était bon signe, mais son teint était inquiétant.

Lorsque que Gwen et Jason revinrent, leur regard glissa sur lui, surpris et il hocha la tête faiblement de gauche à droite, impliquant que ce n’était rien. Il répondit au clin d’œil d’Hikari en ouvrant la marche, cette fois. S’il avait vu juste, il pourrait les mener en sûreté et leur permettre de survivre à la nuit.

La jungle n’était pas le domaine de prédilection du Gris mais elle fourmillait d’informations aussi visibles qu’une carte du métro. Au bout de vingt minutes de marches épuisante, de quelques détours et de nouvelles piqures de moustiques, leur objectif se dessina derrière un mur végétal.

Une haute bâtisse (sept mètres de haut, dix de large environ) se dressait au milieu d’arbres plus jeunes. Ses murs étaient déjà partiellement recouverts de plantes aux fleurs odorantes. Les vitres étaient brisées et les éclats de verre ensevelis., les portes manquaient et le toit était à moitié éventré. Deux autres maisons, plus petites, se distinguaient plus loin derrière.

Mais l’intérieur semblait encore être dans un état raisonnable. Un coup d’œil sur les restes alimentaires autour de la maison indiquait la présence de petits rongeurs et de chauves souris uniquement.

Nedru passa lentement l’embrasure de la porte, laissant ses yeux s’habituer aux ténèbres tandis que son nez assimilait les odeurs essentielles.
Pourriture, décomposition végétale, vieux plastique et textiles moisis.

Une échoppe qui avait dû vendre des souvenirs ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 336
Date d'inscription : 01/05/2010
Age du personnage : 24

Voyageur Expérimenté
Hikari Nikaido
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 420
Renommée: 955
Honneur: 200
MessageSujet: Re: Le Musée de la Marine [avec Hikari] Dim 24 Avr 2016 - 19:19
Hm, les rumeurs étaient donc vraies. Il avait pas mal d’ennemis, leurs personnalités se trouvaient aux antipodes. L’une était conflictuelle quand l’autre cherchait à tout prix à éviter les conflits. Ça ne rendait l’aventure que plus excitante. Etre attiré par son contraire n’était pas une nouveauté pour les Hommes. Le jeune homme sortit de l’eau et elle l’observa en souriant, elle était fière de sa connerie. Sale gosse.

Nedru pris les devants pour le plus grand plaisir de la louve qui ne se sentait pas de tenir la tête du convoi. Elle restait derrière et marchait à son rythme. C’est-à-dire pas très vite. Elle sentait ses jambes devenir lourdes et se rendit compte que ses yeux lui jouaient des tours. Quand elle relevait les yeux pour garder un œil sur ses compagnons l’image de Gwen lui renvoyait l’image de sa mère. La première fois, en se frottant les yeux l’image disparut. Mais à chaque fois, l’hallucination devenait plus intense et restait plus longtemps. Les sueurs froides reprirent.

« Putain. »

Elle en avait marre. Qu’elle soit blessée d’accord mais que son cerveau lui joue des tours, c’était hors de question. Surtout pour lui renvoyer ce genre d’image. Elle s’efforça de reprendre une respiration plus calme afin de s’oxygéner au maximum quand son nez vint heurter le dos de Gwen.

« On y est, regarde Hika, il y a des bâtiments. »

Effectivement, les 4 aventuriers se trouvaient face à une énorme bâtisse en décomposition. Hikari du mettre sa main devant son nez, les fleurs qui ornaient le bâtiment dégageaient une odeur intense. Trop intense pour ses sens. Un peu plus loin, elle aperçut d’autres bâtiments Nedru entreprenait déjà la fouille du premier elle alla donc en titubant vers les autres ruines. Elle s’agrippa aux plantes grimpantes qui ornaient les murs et passa la tête dans ce qui avait dû être l’embrasure de la porte. Il faisait sombre mais la jeune femme distingua facilement plusieurs tables, certaines étaient renversés, les chaises quant à elles étaient placées anarchiquement dans la pièce. Au fond à droite un bar. Une buvette peut être ?

Sa tête se met à tourner et la voilà obligé de s’asseoir sur le palier de la porte, un instant elle crut que son réveil était en train de sonner et qu’il la ramenait dans le monde réel mais non, elle avait seulement du se tourner dans son sommeil.  Elle commença à se masser les tempes. Bon, clairement le lieu était relativement propre, en sale état mais les jeunes créatures pouvaient sans soucis y passer une nuit avant d’être rapatrié le lendemain, au lever du jour. Un bruit dans les broussailles quelque mètre devant elle l’obligea à se redresser.

« C’est vous les gars ? »

En se concentrant un peu elle crut reconnaitre le bruit qui venait du buisson. Un bruit, sourd celui du bois qui claque. Le même bruit que celui que les articulations des pantins provoquaient en bougeant. Elle n’avait rien pour se défendre, n’avait plus la force de se battre mais peut être de courir, au moins pour rejoindre les autres qui devaient encore se trouver près du grand bâtiment. Elle regroupa l’énergie qu’il lui restait dans ses jambes et s’élança vers le mur végétale qu’elle avait passé pour aller vers les autres ruines. Les claquements continuaient, ils la suivaient à travers les broussailles sans jamais qu’elle ne puisse apercevoir la source de ce bruit. Ses poumons la brûlaient et quand elle aperçut ses 3 compagnons elle se mit à crier. Les 3 visages se retournèrent vers elle, elle fonça droit sur Nedru et s’agrippa a lui.

« Ils arrivent, ils nous ont retrouvés »

Elle se plia en deux pour tenter de reprendre son souffle avant de tomber sur les fesses totalement lessivé. Elle en profita pour attraper une liane qui trainait par là. Des lianes, c’était tout ce qu’ils avaient pour se battre. Droit devant eux, plusieurs têtes émergèrent des buissons. Ils regardaient le groupe fixement, puis se regardaient entre eux. Ils semblaient communiquer ils étaient relativement loin des pantins mais Hikari pouvait percevoir des claquements a répétitions. Peut-être avaient-ils un langage. L’un des pantins sortis du buisson, un détail lui sauta aux yeux immédiatement.

« Nedru, regarde sa tenue. Ce n’est pas les même que ceux du bateau »

Effectivement celui qui se trouvait devant elle n’avait pas la tenue de mousse que les autres avaient. Celui-là avait une tenue atypique, la même que celle qu’on pouvait observer dans n’importe quel émission documentaire sur les tribus d’Amazonie. Gwen par réflexe était venue s’accroupir dans le dos d’Hikari et avait posé ses mains sur ses épaules. Jason quant à lui était en position de défense, a moitié devant elles. La jeune femme ne détachait pas ses yeux se Nedru. Qu’allait-il se passer maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Le Musée de la Marine [avec Hikari]
Revenir en haut Aller en bas

Le Musée de la Marine [avec Hikari]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1-