Haut
Bas

Partagez|

AC ? Acronyme Calamiteux ... (Pv: un tout petit peu Jonathan et Anikeï)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: AC ? Acronyme Calamiteux ... (Pv: un tout petit peu Jonathan et Anikeï) Sam 18 Juil 2015 - 14:54
Un paysage doucement vallonné me faisait face. L'herbe était d'un vert prononcé, et d'une texture pour le moins étrange. Je la tâtais des pieds, remarquant sa régularité surréaliste, et sa texture de moquette épaisse. Bizarre, bizarre. Où avais-je donc atterri ? Je jetais des regards à droite à gauche. L'endroit avait tout l'air d'un paisible prononcé, mais ce n'était pas les Plaines. Levant les yeux au ciel, je le vis d'un bleu de carte postale, parcouru de petits nuages qui, si ce n'est leurs tailles variables, étaient tous identiques.

"Qu'est-ce que ..?"

Qu'est-ce que c'étais que ce Royaume ? D'une laideur vraiment ... connue. Oui, j'avais déjà vu ce genre de monde hideusement régulier et coloré. Il faisait, apparemment, à présent partie de l'imaginaire collectif. Mes suspicions étaient grandes quant à sa nature exacte. Je montais la pente douce, jusqu'à me trouver au sommet de la colline. Devant moi s’étendait une petite plaine, qui descendait en pente douce jusqu'à une mer d'un azur triste à mourir. Et entre moi et l'étendue d'eau, s'exposait un décor que je ne connaissais que depuis peu, ce dont par ailleurs je me serais bien passé. En m'engageant sur la pente, je détaillais ce que je voyais. Des arbres d'une laideur plastique, des fleurs digne du dessin d'un gamin de 6 ans, des maisonnées reliées par des petits chemins qui devaient sans doute paraître mignon, pour certains esprits. Ils me donnaient une impression très désagréable, comme si l'on m'agressait en souriant avec une arme en plastique criard. Je connaissais ce village, ces maisons de poupées. J'étais ...

"Bienvenu dans votre ville, monsieur le maire !"

Oh pitié ... Alors que je descendais la pente vers les habitations, j'avais été repéré, manifestement, car deux êtres improbables venaient à ma rencontre, criant joyeusement à mon intention. C'était des animaux anthropomorphiques, variante à la physionomie dans le plus pur style kawaï; des têtes énormes, disproportionnées, sur des corps chétifs aux formes arrondies. L'un d'eux avait une apparence de hérisson bleu, aux joues d'un orange tapageur. L'autre devait être un chat, ou une chatte, même si la déformation qui était sensé rendre cette créature mignonne la rendait surtout laide et difficilement déchiffrable à mes yeux. Elle fit écho à l'autre, en sautillant de plus belle vers moi.

"Bienvenu, vive notre nouveau maire !"

"Animal Crossing", série de jeux, enfin en tout cas ils en ont l’appellation, dont le but est de ... de quoi, d'ailleurs ? On faisait une sorte de petite vie insipide dans une ville insipide entouré d'animaux humanisés insipides, dans un renouvellement ridicule mais addictif. Le joueur était le maire de la ville, allez savoir pourquoi. Et je me trouvais, apparemment, dans un Royaume de cet étron vidéo-ludique ... Pourquoi ? J'en avais eu connaissance à cause d'un ami, quelques jours auparavant, ne m'étant jamais penché sur les titres paru uniquement ou presque sur console portable (mis à part de vrais classiques, mais je m'égare). J'y avais un peu trop pensé avant de m'endormir, malheureusement, d'après ce que je voyais. Quel imbécile j'ai été de m'avancer ainsi, à découvert ! Il était trop tard, maintenant, j'étais leur centre d'attention. Je voyais, derrière les deux audacieux, les autres habitants ridicules se diriger vers moi, levant leur grands yeux vers moi. tous m'appelaient "maire", le criant comme des gamins excités en se rapprochant. J'étais mal à l'aie, n'osant pas tourner casaque, mais il n'était certainement pas question de m'avancer dans cette foule. Je restais donc planté, alors qu'ils s'agglutinaient de plus en plus autour de moi. L'un deux lança soudain

"Bienvenu à notre maire, dans notre belle de ville de"

Un grand silence se fit soudain, brutalement. Il était si brusque que j'en sursautais presque. Tous me regardaient, la plupart avaient leur bouche grande ouverte, les yeux vides. C'était ... glauque. Ils étaient là, tous, à me fixer stupidement, laissant la phrase en suspens. Le fait qu'ils attendaient quelque chose de moi était évident, mais je n'allais certainement pas répondre à leurs stupides attentes. Ils ne m'encerclaient, heureusement, autrement je pense que j'aurais été moins immobile. Jetant des coups d'oeil de tous cotés, je ne récoltais que leur patience crétine. Poussant un soupir discret, je me décidais à ne rien dire du tout, et les laisser se lasser. M’asseyant en tailleur sur le sol, je me trouvais à leur hauteur, et les regardais d'un air froid. Pas dun ne fis un geste.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 42
Date d'inscription : 04/07/2015
Age du personnage : 18

Nouveau challenger
Jonathan Hendrix
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: AC ? Acronyme Calamiteux ... (Pv: un tout petit peu Jonathan et Anikeï) Lun 27 Juil 2015 - 12:09
Je me trouvais actuellement dans la salle de classe, à ma place, pendant un cour. À vrai dire, je ne savais même plus lequel était-ce puisque je ne cessais d'aller dans Dreamland, complètement épuisé de mes nuits pratiquement blanches. Cependant j'étais presque tout le temps envoyé dans des Royaumes tels que School Land et Relou Land en rapport avec mes cours tous les plus ennuyants les uns que les autres.
Jusqu'à l'après-midi, je restai ainsi. La pause de quinze heures retentit à mon plus grand bonheur, annonçant que la fin de journée approchait. Le fait étrange est que je me trouvais dans mon coin personnel dans la classe lorsqu'une personne décida de m'accoster de manière plutôt directe.
-"Euh... Salut !" bafouilla-t-elle d'une voix timide.
Je tournais la tête, surpris que quelqu'un daigne s'adresser à moi qui étais insociable par nature. C'était une fille de mon âge avec des lunettes et un air studieux. Je pouvais deviner par son action qu'elle cherchait simplement à en apprendre plus sur moi ou qu'en se sentant elle-même seule, elle pensait pouvoir trouver une personne possiblement lui aussi dans le besoin.
-"Je peux m'installer..?" demanda-t-elle sans vraiment attendre ma réponse pour prendre une chaise et se mettre en face de moi.
C'était le genre de chose contre quoi on ne pouvait pas lutter. Moi qui voulais rentrer aussi vite chez moi pour écrire la suite de mon roman, ne me pu faire autrement que prendre mon mal en patience.

Elle me parla de tout et de rien, en me posant toujours des questions pour connaitre mes goûts et divertissements. J'évitai généralement de répondre mes ses yeux pétillants et insistants me rappelaient le malaise d'être avec d'autres personnes et qu'en ne donnant pas ce qu'elle voulait, je l'aurais encore un moment sur le dos.
Le jeune fille me parla aussi des jeux vidéos, espérant que je soit le type de personnes du genre "Hard Gamer". Malheureusement pour elle, je détestais toutes formes de jeux. Cependant, cela ne la découragea pas, et d'un débit rapide elle se mit à parler de ce que à quoi elle jouait sans pouvoir s'arrêter.
-"Tu sais, moi je n'arrive plus à décrocher de ce jeu, Animal Crossing. C'est vraiment amusant. Tu ne connais pas ?"

On parla encore un peu lorsque je fis semblant de recevoir un appel, collant mon smart phone sur mon oreille. Je partis tout en m'excusant et quittai enfin la salle de classe presque vide désormais.
Une fois à l'extérieur du lycée, je poussai un grand soupir et me dépêchai de rentrer chez moi avant que la fille de tout à l'heure ne cherche à m'aborder de nouveau.

Une fois rentré et assuré que j'avais bel et bien fermé la porte à clé, je me posai à mon habitude dans le canapé pour méditer de la journée passée. Puis comme tous les jours, j'attrapai mon ordinateur portable afin d'écrire.
Cependant une idée me tracassait, et ouvrant une page web, je recherchai, intrigué, le jeu Animal Crossing. Je tombai sur un résultat surprenant. L'univers était des plus simple pour ne pas dire grotesque et le principe vraiment barbant. La preuve car je n'ai pas tenu plus de trente seconde à contempler cette connerie... Sans vous parler du character Design des personnages. Je fermai la page et fis un tour sur ma chaise de bureau comme pour vider mon esprit.
-"Si j'y pense trop, je vais me retrouver là-bas lorsque je rêverai." ironisai-je en affichant un sourire du coin de la bouche.

La soirée se passa comme tous les jours que je vivais dans cet appartement ; ennuyeuses, et seul. Je me mis enfin dans mes draps, impatient d'aller à Dreamland.
Je fermai les yeux et je me sentis partir de mon corps...

...

Lorsque je les ouvris, je me trouvais dans un lieu inconnu.
-"Mais où je suis tombé encore..?" me demandai-je en regardant tout autour de moi sans pour autant réussir à identifier cette endroit.
Soudainement, une secousse me fis tomber du petit banc en bois sur lequel je me trouvais. Prenant appuie sur celui dans face, je me rendis compte sans tarder que je me trouvais dans un moyens de locomotion. Plutôt rustique pour ne pas dire simpliste, le sol et les banquettes étaient faites de planches de bois jointes les unes aux autres. Le crissement des roues de métal ainsi que la forme du wagon me permis de reconnaître que je me trouvais nul autre part que dans un train. Minuscule et vétuste certes, mais il avançait du un chemin de fer prévu uniquement pour lui.

J'entendis une voix provenant d'un magnétophone annonçant la prochaine sortit.
-"Terminus, ville de..." commença-t-elle avant de s'arrêter sans savoir le nom de la ville dans laquelle il nous débarquait...
Dans un crissement stridents de roues métalliques freinées, le wagon se stoppa brusquement, me faisais faire un bond dans l'allée centrale. À quatre pattes sur le sol, je relevai la tête et découvris un autre passager. Ce fut un choc pour moi. Ce dernier avait un corps totalement disproportionné et une tête affreuse ! Au lieu d'avoir un visage aux traits humains ou même de créatures Oniriques qui se distinguaient par leurs spécificités, il ressemblait à dire vrai à un personnage créé par l'Homme, comme pour un jeu vidéo. Rien qu'à sa tête de chien, je pouvais discerner la trace unique et quelque peu immature du peuple japonais.

Il baissa les yeux vers moi et les plissa en signe de réjouissances.
-"Bienvenu dans la ville de ..! s'écria-t-il en levant les bras en l'air. Ah... Le Maire n'a pas encore donné de nom à vrai dire alors on ne peut pas la nommer pour le moment."
Les portes s'ouvrirent pour donner sur le quai avec un sifflement. Je m'empressai de quitter cet étrange locomotive pour découvrir où je me trouvais véritablement. Bien sur, j'avais une idée de la chose, mais j'espérais de tout cœur que ce ne soit pas le cas...

En courant sans destination, je traversais les étendues de terre grotesques couvertes de taches vertes, bordées par de l'eau bien trop propre pour appartenir à un quelconque monde. Des arbres fruitiers se tenaient de façon hasardeuse sur la baie. Des fleurs et des papillons se comptaient par milliers et le ciel malgré quelques nuage transparents semblait irréaliste avec un esthétique incomparable. Tout semblait pixellisé en millions de petits carrés insaisissables bien que la résolution était très bonne.
Je voyais sur ma droite quelques maisons qui formait le fameux village sans nom. Je décidai de m'approcher discrètement afin de vérifier mes hypothèses. Et ce que je craignais se réalisa...

Je reconnu sans mal la ville que jamais aperçu la veille sur internet.
-"Je suis dans... Animal Crossing..! lâchai-je en repensant que je m'étais rendu ici contre mon gré car cet événement devait être le plus important et mémorable de ma journée passée. À peu de chose près et je me serai rendu aux côtés de cette fille..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 13
Date d'inscription : 06/04/2016
Age du personnage : 30

Rêveur
Anikeï Blacksilver
Rêveur

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: AC ? Acronyme Calamiteux ... (Pv: un tout petit peu Jonathan et Anikeï) Mer 20 Avr 2016 - 16:33

Eh bien eh bien mon cher Rök, comment penses-tu qu'il en soit arrivé là? Je dois t'avouer que je suis moi-même assez... perplexe. Je ne pensais pas le voir débarquer une nuit à Park of Game, et encore moins dans un lieu tel que... celui-ci. Il est surprenant de voir la capacité des humains à créer des univers ainsi déformés, bâtards, enfermant un joueur dans un espace limité et avec une illusion de but. J'aurais presque pu apprécier le sadisme de la chose si elle n'essayait pas de se vendre comme un univers agréable pour enfants... Enfin, ma curiosité est trop forte, comment mon Anikeï a pu arriver ici?

... Mmh, ça n'explique pas tout mais ça semble cohérent... Une camarade de cellule qui s'amuse à graver les corps difformes de ces animaux sous les lattes du lit supérieur, et qui explique son trip à mon petit protégé... En quoi ces personnages peuvent être rassurants? C'est à ce demander ce que cette femme à pu faire pour se retrouver dans une telle prison. Mais bon, tout ceci n'a qu'une bien maigre importance, intéressons-nous plutôt à notre cher Rêveur, veux-tu?

Il est donc debout, habillé avec sa chemise blanche et un pantalon fin et mauve-gris pâle, comme souvent. Les mains dans les poches, les épaules détendue et le menton droit, l'éternel sourire qui macule son visage n'efface cependant pas l’hématome qui orne son œil droit et la coupure qui cicatrise lentement sur sa lèvre inférieure. Eh bien, les blessures que les humains reçoivent dans leur monde mettent bien plus de temps à guérir que celles reçues à Dreamland, je comprends que certains Voyageurs puissent préférer notre univers. D'autant plus que ces plaies brident la délicatesse de ses traits, c'est bien dommage.

Il vient de traverser les portes de la ville, unique accès de celle-ci vers un hypothétique monde extérieur, mais il reste sur place à toiser les gardes, qui le lui rendent bien. Pourtant, ce n'est pas leur morphologie absurde qui semble le perturber, au contraire: son esprit de Rêveur trouve cet environnement parfaitement cohérent avec lui-même. Son esprit s'est construit un scénario et rien de ce qui n'est issu des Créatures locales ne pourra le faire s'effondrer. Oh, il bouge? Il s'approche du garde le plus proche, un chien à l'air particulièrement sérieux et droit, il s'accroupit, et... Il lui gratte l'oreille en souriant de plus belle, parfaitement insensible à l'expression choquée de l'animal. Eh bien, son affection pour les canidés n'a visiblement aucune limite, puisqu'il parvient à les reconnaître même avec un aspect si mal formé.

Satisfait d'avoir vu l'animal, il se redresse et lui tourne le dos comme si de rien était, marchant de son grand pas vers les secondes portes qui s'ouvrent sur une gare. Il regarde les rails qui filent devant lui, puis les enjambe en haussant les épaule, embrassant la vue du regard. Des arbres, beaucoup d'arbres, deux-trois maisons, la mer au loin. Peu importe que cet endroit ne ressemble de près ou de loin en rien à ce qu'il n'ait jamais connu, ce cher jeune homme reste plutôt impassible, regardant plus qu'observant. L'herbe est verte tel un appel à se rouler dedans, le ciel est bleu à en vomir des papillons, quelques personnages colorés gambadent en affichant une expression béate presque sous acides, mais notre prisonnier n'est pas dupe. Il voit la frontière de l'eau, la frontière des collines abruptes, la frontière de cette gare qui n'annonce aucun train. Il est tout simplement retenu dans une prison qui ne s'assume pas, où l'on est condamné à errer et à sociabiliser avec les personnalités les plus plates et insipides qui soient. Le sourire de l'androgyne se fait légèrement plus grinçant.

Il reprend donc ses longues enjambées dans cet univers qui est à présent le sien, sans même relever que tous ceux qu'il croise lui arrivent à la taille et le suivent de leur regard vide, clignant artificiellement des yeux de temps en temps pour leur donner un semblant d'humanité. La seule à le faire réagir est une louve blanche à l'expression arrogante qui récolte une grattouille sous le menton avant qu'il ne poursuive sa route en l'ignorant. Les rêves de Rêveurs sont souvent bien ennuyeux s'il n'y a pas de Voyageur pour venir chambouler tout ça, et je crains qu'ici...

Ah tiens, contrairement à toutes mes attentes, c'est bien un Voyageur qu'il vient de voir. Un homme aux cheveux longs, à la barbe natté et doté d'un œil légèrement rouge, assis au milieu de quelques habitants locaux. Comment en est-il arrivé là? Mais ce n'est sans doute pas cette question que se pose mon petit russe quand il s'arrête et va rejoindre le groupe qui cerne l'individu. Il ne prend pas vraiment garde aux expressions figées des Créatures ou à leurs mouvements un peu dansants qui les font balancer leurs bras d'avant en arrière, car après tout, c'est normal dans un tel endroit. Cependant, cet intrus-ci n'est pas supposé être là, sa présence comme sa tenue tranchent avec le reste de son environnement, et tout ceci semble piquer l'intérêt d'Anikeï.

Intéressé, captant son regard, il s'incline vers lui pour observer ses traits plus en détails sans aucune gêne, regardant ses vêtements, sa posture. Puis il tressaille quand l'une des Créature répète soudainement de sa voix artificielle et plutôt désagréable:


"Je n'ai pas entendu le nom que vous avez dit, monsieur le maire, pourriez-vous le répéter?"

À ces mots, le regard de mon protégé se reconcentre un peu plus sur le visage de ce fameux maire, tandis que son sourire s'élargit. Le connaissant, il doit sans doute s'imaginer tous les avantages qu'il aurait à se mettre une telle personnalité dans la poche. Et face à l'absence de réponse de l'individu, qui se heurte à la patience infinie des personnages, il comprend qu'il a une opportunité et lâche brusquement malgré une voix presque douce:

"Sinon, vous lui foutez la paix et vous le laissez faire son job, mmh?"

Les petits animaux semblent se satisfaire de cette réponse puisqu'ils scandent la bienvenue à "Sinonvoulu", précisant qu'il ont tronqué le nom par manque de place. Ignorant la plèbe qui s'égaille et présentant dans le vide leurs rôles dans cette merveilleuse ville, mon Anikeï ne s'intéresse qu'à l'administrateur, et lui tend une main pour l'aider à se lever. Il les connaît ces types de la haute: quand ils ne vous connaissent pas, il suffit de s'aplatir devant eux et de se rendre indispensable pour immédiatement rentrer dans leurs bonnes grâces. Et d'avoir les petits avantages qui vont avec...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: AC ? Acronyme Calamiteux ... (Pv: un tout petit peu Jonathan et Anikeï) Sam 23 Avr 2016 - 22:42
Le temps passait lentement ainsi. Je me rendais compte à mes dépens qu'à jouer au plus con, j'étais (mal ?)heureusement condamné à perdre. La petite horde de monstruosités, satires sur pattes d'animaux anthropomorphes mignonnisés (et tant pis pour le néologisme), avaient la patience des imbéciles. Comme des vaches devant la voie ferrée ou des paysans russes du début de la collectivisation (exemple moins parlant pour certains, peut-être ?), ils attendraient sans rien faire une chose précise, vautré dans le vide confortable de leur esprit. Moi, au contraire, j'avais la tête pleine de jaillissements divers, qui mettaient à mal ma volonté d'immobilisme. Comment le rester, mes dieux ... Je tenais encore bon, et ma fureur froide alimentait ma détermination, mais je ne me faisais pas d'illusions. La nuit allait être longue, très très longue, de cette façon.

Les bougres osaient tenter des relances, qui plus est ! Ils me donnaient des envies de violence comme rarement j'avais pu en avoir à Dreamland. Pourtant le monde onirique avait déjà le chic pour faire ressortir tout un tas de choses, mais à ce point ... C'était presque admirable. Presque. En vérité l'exercice que je me donnais, à résister à mes tentations et éprouver mon self-contrôle et mon opiniâtreté, m'amenait vers des extrêmes dangereux. J'étais dans une quête désespérée de solution. L'approche d'un homme parmi toutes ces petites horreurs ne passa pas inaperçu. D'aspect jeune malgré la couleur de ses cheveux, fins comme le reste de sa silhouette, il passait entre les animaux avec un petit sourire constant, les yeux plein de l'espèce de flou qui pour moi caractérisait les rêveurs. Son regard croisa le mien, et il commença à se diriger vers ma position, tandis que je l'observais.

Mince, longiligne, il n'était cependant pas très grand, au contraire. Un visage très délicat, le front haut et fuyant, les arcades effacées, le menton fin, les lèvres peu charnues. Du moins si l'on exceptait l’œil poché et la coupure sur sa bouche; il avait du essuyer des coups violents cette journée. Sa chevelure avait une couleur blanche étrange, mais qui allait très bien avec la pâleur de sa chair, à sa peau au grain que je devinais serré. Vêtu d'une chemise blanche et de pantalons d'un gris très ambigu, il avait décidément une classe toute particulière, à mes yeux, mais aussi un coté très insolite, de par son gabarit menu et sa décoloration. Quoique cela ne faisait que rajouter à mon appréciation, je devais être honnête; et ce en dépit de son visage amoché, il m'était facile de me le représenter sans.

Je me contentais de lui rendre son sourire lorsque, arrivé à ma hauteur, il se pencha, me matant sans gêne. D'ici, je pouvais sentir son odeur, légère et métallique, distinguée. En l'ayant ainsi de si près, j'avais tout le loisir de pouvoir confirmer mes soupçons; oui, c'était bien un rêveur, j'en étais sûr. Un bien drôle de personnage qui plus est. Je gardais mon sourire, non seulement parce que le sien semblait ne jamais vouloir s'effacer, et parce que sa présence était une véritable aubaine, pour moi. Une bouffée d'air frais dans cet enfer, et surtout un levier de possibilités. Lorsque l'une des bestioles retenta de me faire interagir de la façon qu'elles voulaient, il intervint soudain. Sa voix était très douce, sans graves ou presque, mais aux médiums riches et soyeux à l'oreille.

La horde de crétins s'en suffit, qui plus est, baptisant donc la ville comme "Sinonvoulu", et commencèrent à se disperser tout en parlant au vide avec un entrain effrayant tant il illustrait la vacuité de leur être. Ils me faisaient presque peur, ces incarnations creuses et souriantes, des caricatures sur pattes mais sans aucun humour ni conscience d'eux-mêmes. Je me demandais ce qu'il pouvait bien en être comparativement pour le bel inconnu au sourire suave (bien qu'un peu écorché), mais la question était plus légère qu'autre chose.

Lorsqu'il se redressa à demi et me tendit l'une de ses fines mains, je me relevais en effet. Je n'utilisais aucunement sa main, cependant, gardant mes yeux dans les siens jusqu'à devoir les baisser une fois mon corps déplié; alors seulement j'attrapais sa main, la serrant avec brièveté. J'aimais la poignée de main en ce sens qu'elle révélait beaucoup sur les personnes.

"Mes plus grands remerciements. Je suis enchanté de trouver quelqu'un de serviable et aiguisé d'esprit comme vous, apparemment ici ils se font rares. Comment devrais-je vous appeler ?"

Les rêveurs de son genre étaient rares, très rares, même. Ses yeux pétillaient d'intelligence (surtout celui qui était bien ouvert), et il constituait sans doute la meilleure distraction que je puisse trouver ici de toute la nuit. Je commençais donc mon petit jeu, plein de curiosité. Peut-être était-ce le contraste entre lui et le milieu, mais il me paraissait vraiment intéressant, il brillait. J'avais parfois ce genre de sentiment en observant les gens, en relevant une multitude de petits détails sans pouvoir conscientiser le tout, simplement rempli d'une "intuition". Je me trompais parfois, mais j'avais tendance à mieux retenir les fois où ce n'était pas le cas; la perspective d'un être réellement hors du commun donnait un gain non négligeable à mon activité.

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 13
Date d'inscription : 06/04/2016
Age du personnage : 30

Rêveur
Anikeï Blacksilver
Rêveur

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: AC ? Acronyme Calamiteux ... (Pv: un tout petit peu Jonathan et Anikeï) Lun 25 Avr 2016 - 11:13
Je devine mon cher Anikeï surpris par la poigne du Voyageur. Après tout, il a dû en voir des plus costauds que ça qui ont tenté en vain de lui broyer la main, mais il fait de son mieux pour rendre sa poigne à son interlocuteur. Que voulez-vous, c'est toujours difficile pour un Rêveur de faire preuve de force quand son tempérament du moment ne l'incite pas à la violence... Mais bien trop inconscient pour arriver à de telles conclusion, mon protégé garde son sourire avec une expression satisfaite. L'individu est probablement plus grand qu'il ne l'avait d'abord cru, mais il s'intéresse à lui, lui demandant son nom. Ce qui est déjà un premier pas est la victoire. Il a cependant très légèrement tressailli pendant que l'autre parlait, et il regarde à présent le vide, sa main droite tendue et sa tête très légèrement inclinée sur le côté. Son sourire se fait moins marqué et je devine que son bras gauche se tend, mais il se reprend finalement. Faisant remonter sa main tendue jusqu'à ses lèvres, il dépose doucement un doigt sur ces dernière, dans une attitude de réflexion. Ne me dit pas que... Oww, il cherche son nom ~
Mais mon cher petit Rêveur finit finalement par en trouver un qui lui convient et dans une semi-révérence, il se présente:


"Volchitsa. Pour vous servir, mon seigneur."


Volchitsa? Eh bien, Dreamland fait parfois des choses intéressantes, quoi que cela veuille signifier pour le rêve de mon petit inconscient. Ses pensées m'échappent, parfois, les Rêveurs sont difficiles à cerner... Il se met cependant à marcher de son pas vif aux côtés de l'inconnu. Il est toujours amusant de constater à quel point ses rêves sont plus dynamiques à présent: il se déplace beaucoup plus, comme pour profiter de cette liberté qu'il n'a plus en cellule. Il se met d'ailleurs à parler en marchant, convaincu que l'autre le suit:

"D'ailleurs, c'est une belle ville que vous avez là. Assez laide, mais charmante quand même. Cependant, si je peux vous faire quelques propositions pour l'améliorer..."

Il s'éloigne soudain sans prévenir, s'approchant d'un arbre fruitier et regardant d'un air vaguement intéressé les trucs colorés qui en pendent. En cueillant un du bout des doigts, il regarde d'un air curieux la peau rouge vif de la cerise grosse comme son poing et ose croquer dedans. D'un coup, son sourire se tord en un rictus dégoûté par le goût excessivement sucré de la chose et il le laisse négligemment tomber au sol. Rejoignant le Voyageur en retrouvant une expression normale, il continue à parler comme si de rien n'était:

"Il y aurait bien moyen d'occuper toutes ces personnes qui errent en vain, ne pensez-vous pas? Et puis optimiser les plantations de ces trucs dégueulasses pourrait être intéressant. Il y aurait moyen de se faire énormément de thunes en exploitant efficacement ce lieu, d'autant plus que ces habitants sont délicieusement dociles. Tiens à propos de ça, je-"

Mais il ne termine pas sa phrase, son esprit de Rêveur tourné vers un autre centre d'intérêt. S'éloignant de nouveau de son compagnon, comme un papillon attiré par une flamme, il rentre dans un magasin général, les mains dans les poches. Scannant rapidement du regard la pièce dans laquelle il rentre, son attention se pose sur un individu qui ressemble presque à un raton-laveur au regard drogué. Cette vision semble satisfaire Anikei qui s'approche de lui à grands pas, le regardant de haut avec une certaine satisfaction, avant de lui demander:

"T'as des clopes?"


Mais l'insupportable petite voix du marchand qui, semble laisser l'androgyne parfaitement indifférent, s'exclame soudain:

"Oh, ton visage! Tu t'es fait piquer par des abeilles? J'ai le remède parfait pour toi, tu vas voir!"

Mais avant même de le laisser s'éloigner sur ses petites pattes, il attrape l'animal par le col d'une main et le plaque à son comptoir, ses jambes de part et d'autre de lui, s'inclinant pour approcher son visage du museau brun, murmurant entre ses dents serrées:

"Je connais le maire, alors t'as intérêt à me vouvoyer. On a pas le même rang tous les deux. Maintenant, des clopes."

Son autre main se serre dans sa poche, prête à frapper l'impudent mais ce dernier, surpris par la violence de la réaction, laisse juste échapper de sa voix normale:

"Je n'ai pas de "clopes" en stock, je suis désolée, mais peut-être que..."

Mon petit vandale le laisse retomber sans écouter la suite, se détournant et quittant le magasin, son sourire tendu par l'agacement. Une fois dehors, il sort un cigarette de sa poche arrière et la porte à ses lèvres tandis que cette dernière s'allume toute seule. Avisant l'administrateur, il retourne vers lui en tirant une bouffée de fumée qu'il savoure un instant avant de l'expirer. Reprenant une attitude propre sur lui, le Rêveur remarque:

"Il y a pas mal de trucs à changer par ici, le magasin en particulier manque cruellement de contenu, mais ça devrait pouvoir s'arranger. Oh, je manque de tout savoir-vivre, vous en voulez une?"

Indiquant sa petite drogue du doigt, il attends tranquillement sa réponse tout en la portant de nouveau à sa bouche. Il ne faut pas presser les bourgeois après tout, il faut leur laisser le temps, hum? Je ne peux m'empêcher de noter que mon petit Anikeï recommence à étudier le Voyageur du regard, d'un air plus intéressé que la première fois. Eh bien, serait-ce la fumette qui lui fait cet effet? En espérant qu'il ne tente pas de compenser toutes ses pulsions de manque en une nuit, je doute un peu de la réaction de cet étrange inconnu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: AC ? Acronyme Calamiteux ... (Pv: un tout petit peu Jonathan et Anikeï) Dim 1 Mai 2016 - 15:11
Les rêveurs étaient vraiment comiques, lorsqu'ils n'étaient pas insupportables. En tout cas à mon humble avis. Je prenais un réel plaisir à le regarder réagir à ma question toute simple, jouant à me demander ce qui pouvait lui passer par la tête. Même si c'était peut-être assez peu charitable (le pauvre ne comprendra sans doute jamais, bien que ce ne soit pas une grande perte), la chose ne m'en amusait pas moins; non, je me devais d'être honnête avec moi-même, cela ne faisait qu'en rajouter, que je veuille bien l'admettre ou non. Il trouva finalement son patronyme, ou du moins un qui lui convenait suffisamment pour qu'il le dise. Et il me fit sourire plus encore.

"Volchitsa ? Quel joli nom, il sonne d'amusante façon."

Je me détendais peut-être un peu excessivement, mais la présence du rêveur avait un effet très relaxant chez moi. Puis le personnage (un rien maniéré, son apparence bien spéciale, ses intrigantes blessures, etc ...) qu'il était me plaisait beaucoup, trop pour que mon esprit n'émulsionne pas ainsi des réflexions à la con. Bah, pour l'importance que cela avait ! Il fit une brusque volte-face, se mettant soudain à marcher à bonnes enjambées vers l'intérieur de ce village qui, quand j'y pensais après coup, aurais du être baptisé par mes soins "Mauvais Goût" ou quelque chose du même acabit. Peu importe, je le suivais, puisque manifestement il ne parlait pas tant au vide qu'à moi. Enfin, je suppose. Je l'écoutais distraitement, intrigué par le ton qu'il allait donner à son discours.

Il décrocha rapidement, attiré par un fruit sur un arbre comme une fourmi par du sucre. Je m'arrêtais, l'observant cueillir un gros machin à la couleur pétante, puis mordre à belle dent. Saveur agréable, sirupeuse à en vomir, un goût de plastique peut-être ? Je ne lui demandais pas, éliminant simplement la première hypothèse lorsqu'il cracha ce qu'il avait en bouche et jetait le reste, avant de revenir vers moi. Il me tournait encore autour, c'est bien. J'avais un peu peur qu'il m'oublie subitement, et qu'il me faille rattraper cet oiseau rare. Mais non, il continuait dans sa lancée.

Bon, je lui pardonnais qu'il me mette ainsi la casquette du maire, il n'y pouvait pas grand-chose, trop pris dans la brume du rêve pour ne pas se raccrocher à ce genre de choses. Qu'il m'expose ainsi ses idées sur comment diriger une petite ville d'animaux crétins, à défaut d'être réellement pertinent selon moi, restait tout de même divertissant. Qu'il relève la docilité particulière des habitants, surtout; ça, c'était intéressant, vraiment intéressant. Il me donnait du grain à moudre, au moins, et je le laissais batifoler à nouveau, le suivant du regard.

J'y aurais sans doute pensé tout seul au bout d'un moment, mais en effet, pourquoi pas ? Je n'aimais pas qu'on me donne un simulacre de pouvoir entre les mains, surtout un aussi risible qu'avoir à gérer toute cette micro-populace détestable. Pas pour le but que le rêveur m'exposait, cela s'entend. Mais l'idée de jouer à son jeu un peu plus que maintenant était très tentante. Trop tentante, en fait. Tout cela n'avait guère d'importance, autant faire selon mes envies, et

"Advienne que pourra."

Un peu de réflexion tout de même. Je ne savais pas vraiment à quel point l'obéissance des petits êtres s'étendait, mais nous allions bien voir. Du moins s'il revenait ... Oui, le voilà, une cigarette apparue entre les mains. Je n'aimais pas cette pratique lors de mes périodes éveillées, mais à Dreamland, ni la mauvaise odeur ni l'aspect répugnant de l'addiction ne transparaissait autant. Et les volutes de fumée étaient magnifiques. Je refusais d'un bref signe de tête lorsqu'il m'en proposa une, toujours souriant. Il était temps que j'essaie de le stimuler un peu.

"Que de remarques en si peu de temps ! Mais cela mérite approfondissement, n'est-ce pas ? Et si vous m'accompagniez ? Voyons un peu les moyens de production à notre disposition. La distribution peut passer après."

Je n'avais aucune idée de comment la ville était organisée, mais peu importe. Mon intention était de faire un petit tour du propriétaire à pieds, accompagné de ce cher Volchitsa, et de voir un peu ce que les habitants faisaient de leur petites existences, pour le moment. La suite viendra bien toute seule. Sauf si le rêveur papillonnait trop, à ce moment je tenterai probablement de le recentrer un brin.

"Monsieur le maire ! Vous voulez quelque chose ?"

Un passant, une espèce de ... grenouille, je suppose. Réprimant le soupir qui me montait déjà, j'allais me baisser pour arriver à sa hauteur, et lui demander s'il ne pouvait pas m'indiquer quelques petites choses. Son regard vide me coupa un peu la parole, cependant. A la place, je m'adressais au rêveur, toujours à mes cotés. Autant profiter de son zèle.

"Vous pouvez vous occuper de lui ? Rien que de devoir leur adresser la parole me fatigue."

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 13
Date d'inscription : 06/04/2016
Age du personnage : 30

Rêveur
Anikeï Blacksilver
Rêveur

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: AC ? Acronyme Calamiteux ... (Pv: un tout petit peu Jonathan et Anikeï) Mar 3 Mai 2016 - 21:48

Mon cher petit se contente de hausser les épaules face au refus de l'autre devant sa proposition. Il semble presque l'ignorer, comme si son rêve se centrait de plus en plus sur les volutes de fumées qui s'envolent délicatement dans son champs de vision, formant des images abstraites que seul l'esprit illogique d'un Rêveur pourrait saisir. Mais il ignore presque cette brume, les yeux mi-clos. Sans doute s'attarde-t-il davantage sur le goût de la chose que sur son aspect. À voir son état, j'aurais presque l'impression qu'il n'a pas écouté un mot de son influent interlocuteur.

Mais la fin de la phrase de ce dernier semble le ramener à son scénario initial, et il rouvre lentement les yeux. Abaissant tranquillement sa cigarette en la tapotant du bout du pouce, laissant les cendres tomber dans l'herbe d'un vert criard, il fait un petit signe de tête entendu tout en expirant un peu de fumée. Il met même un peu de temps à remarquer l'étrange nouveau venu, le toisant d'un regard assez curieux, ne reconnaissant visiblement pas vraiment l'animal.

"Vous pouvez vous occuper de lui ? Rien que de devoir leur adresser la parole me fatigue."

À ces mots, le regard de mon protégé s'affine, l'un des bords de son sourire s'étire davantage, et il se met à faire tourner son mégot presque intact entre ses doigts. "S'en occuper", hein? J'espère qu'il n'interprète pas trop cet ordre. Non pas que je craigne la réaction de la grenouille, je doute même que la force du Rêveur ne puisse en venir à bout, mais je n'ai pas très envie de voir celle de ce Voyageur. Même s'il joue le jeu de mon Anikei et qu'il ne semble pas apprécier les locaux, je ne suis pas sûre qu'il reste passif devant un excès de violence du garçon. Et je n'aime pas particulièrement quand mon petit se fasse malmener par un Voyageur alors qu'il n'est pas en mesure de se défendre. Et surtout pas en mesure d'être rancunier. C'est frustrant.

Mais il acquiesce finalement, porte de nouveau sa petite drogue à ses lèvres et s'approche du villageois qui se balance inlassablement, avec la même tête d'ahuri. D'un ton particulièrement condescendant, savourant probablement sa position en hauteur, il s'incline légèrement vers lui en gardant une main dans sa poche et dit:

"Alors ouais, "Monsieur le Maire veut quelque chose": c'est que la plèbe comme toi ne s'adresse pas directement à lui. Et moi, j'aimerais que tu me dises à quoi tu sers."

Le personnage adopte visiblement une moue étonnée...? La tête inclinée, une patte sur la bouche, l'autre sur la hanche mais sans que son expression de varie d'un trait, il répond tout simplement:

"Moi? J'aime beaucoup la pluie, j'aime bien pêcher et j'adooooore les tenues de sport."

Va-t-il le frapper? Mmmh, visiblement non. Dommage. Non, il se contente simplement de répondre avec un sourire assez enjoué:

"Eh bien parfait, tu vas pêcher au point d'avoir les mains en sang, et tu seras peut-être utile!"

Et ce disant, il sort sa main de sa poche et entreprend de tapoter un peu la tête de la grenouille. Mais à l'instant où ses doigts touchent la tête de la Créature, le voila qui les retire comme s'il s'était brûlé, grognant et faisant un large mouvement, et qu'il shoote sans ménagement dans le ventre du petit personnage. Ce dernier fait quelques pas en arrière, frottant son ventre et balançant son énorme tête en avant sans se départir de son sourire d'abruti. Et son agresseur pour sa part s'est détourné de lui, sa main devant les yeux et son pouce frottant un peu les bouts de ses autres doigts. Son sourire est un peu grimaçant, relevant presque de l'incompréhension. Finalement il marmonne, plus pour lui-même que pour les autres:

"J'étais sûr que ça serait comme du polystyrène..."

Haussant finalement les épaules et reprenant une bouffée de sa cigarette, qui semble décidée à ne pas perdre en taille, mon protégé retourne vers sa victime comme si de rien n'était et se penche de nouveau vers lui. Et d'une voix particulièrement froide malgré son expression presque engageante, il lui murmure:

"Bieeen... On va établir un truc simple. Moi et le Maire, tu nous respectes, tu nous vouvoies, et tu nous obéis au doigt et à l'œil. Je vais pas tolérer de conneries ni de ta part, ni de celle de n'importe qui ici. Maintenant, tu peux nous faire faire un petit tour, mmh? Visiter les lieux intéressants, importants..."

Il achève sa petite tirade en souriant de toutes ses dents et se redresse dans un soupir satisfait, incitant la grenouille perplexe à les guider d'un léger coup de pied dans les chevilles. Sa main enfoncée dans sa poche et l'autre tenant toujours sa cigarette semblent dire qu'il n'a pas l'intention de retoucher la peau de la chose. Se retournant finalement vers le Voyageur, regardant dans sa direction pendant un instant, comme s'il avait oublié sa présence, il s'incline et tend la main vers l'habitant qui avance à petits pas dans une semi-révérence, l'invitant à le suivre.

Lui emboîtant le pas, écoutant à moitié ce qu'il pouvait lui dire, mon petit protégé fixe l'inconnu avec une certaine insistance. J'ai moi-même du mal à savoir ce à quoi il peut penser. Est-il toujours dans la trame de son rêve, en train de se demander comment prendre la place de son supérieur hiérarchique, ou comment le manipuler? Ou son esprit est-il en train de s'éloigner vers des intérêts plus lubriques? Peut-être même ne pense-t-il à rien et que son humeur lui fait adopter cette expression-là? Il peut même s'agir de tout à fait autre chose, qu'en sais-je? Mais je ne peux m'empêcher d'être curieuse, alors que mon petit s'écarte de nouveau du groupe, se saisit d'une autre cerise, la croque et lui fait subir l'exact même sort qu'à la première avant de rejoindre les autres, ces derniers s'approchant enfin de l'hôtel de ville.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: AC ? Acronyme Calamiteux ... (Pv: un tout petit peu Jonathan et Anikeï) Jeu 19 Mai 2016 - 23:04
Génial, vraiment. Je n'aurais pu trouver meilleur jeu (une petite partie de moi, cynique, me soufflait jouet) dans les conditions présentes; difficile de faire plus divertissant. Le rêveur répondait agréablement bien à mes attentes, et rien à faire, le regarder faire me faisait tellement rire ! Sans doute entre autre parce qu'il extériorisait si bien, que sais-je. Je me retrouvais comme fasciné par le spectacle qu'il m'offrait. Le contexte irritant ne faisait que rajouter une touche loufoque au tout, un plus en somme. Je restais tout de même un brin vigilant, sait-on jamais. Je le laissais faire comme son délire le poussait mais s'il débordait trop je n'allais pas le laisser filer; trop de potentiel, puis je n'avais pas envie de rater telle occasion et de me résoudre à chercher à sortir de cet îlot répugnant. Choisir la voie de la facilité n'était pas toujours une mauvaise chose, n'est-ce pas ?

Je laissais mes pensées se concentrer momentanément sur les blessures sur le fin visage du rêveur; leur présence n'était pas commune, pas commune du tout. Qu'est-ce qui avait pu le marquer au point de faire transparaître les marques de coups jusque dans son sommeil ? Mon raisonnement se basait entièrement sur de pures suppositions (autant dire sur rien), mais rien à faire ... La chose m'intriguait énormément. Cet homme m'intriguait, pas bien au delà de sa jolie figure abîmée (quoique), mais tout de même.

Son brusque accès de violence, s'il me surprit un peu, se révéla heureusement sans grande suite. Bien, bien. Pas besoin que j'intervienne, donc. Tant mieux, je préférais le voir agir sans contrainte apparente, surtout de ma part. Je ne pus retenir un bref éclat de rire lorsque que j'entendis le commentaire qui sortit de ses lèvres. Pas sûr de bien avoir compris ce qu'il disait, mais cela m'amusait encore plus. Splendide de le voir si sérieux dans la tâche qu'il s'assignait. Même la façon dont il tirait à sa cigarette possédait un charme tout particulier, un petit quelque chose. Je me répétais, oui, mais rien à faire ! Mes pensées tournaient quelque peu en rond autour de l'homme ambigu.

Lorsqu'il eut fini de ... menacer ? la petite grenouille bipède, il se redressa, adoptant une pose un rien étudiée, puis se souvint subitement de mon existence, m'invitant alors à prendre la suite de l'animal qui, lui, s'appliquait à nous faire visiter la ville, commentant déjà dans le vide de sa voix énervante. Dur de l'ignorer, pénible même. Puis il me serait tout de même un peu utile d'ingérer quelques unes des informations qu'il donnait, n'est-ce pas ? Mouais ... Ce n'était pas ce qui m'intéressait le plus dans ce qui m'entourait. "Volchitsa" me regardait en marchant, et ses yeux pesaient plus sur moi que je ne l'aurais pensé. Loin de me résoudre à bien écouter ce que disait la monstruosité anthropomorphique, mon attention glissa très vite à lui. Je ne me sentais pas de jouer les timides et observer du coin de l’œil le jeune homme, d'autant que lui n'était aucunement gêné de me mater ainsi.

Une fois arrivé devant ce qui semblait bien être un hôtel de ville (je fus rapidement confirmé), j'eus une idée. Le rêveur s'était momentanément éloigné du groupe, et j'en profitais pour m'approcher du guide forcé, lui lançant un "Pause !" sec et sans appel. Je ne sais pas si ma conviction y faisait quelque chose mais il se figea en plein milieu de phrase, répondant parfaitement à mes attentes. Parfait parfait. Me retournant vers le jeune homme aux cheveux blancs, j'allais à lui. Tout en prenant une mine un peu soucieuse mais pas trop, je l'interrogeais.

"Comment vous êtes vous blessé ? Qui a pu vous faire cela, plutôt ? Un tel gâchis ..."

Ce disant, j'étais arrivé à sa proximité, devant lui. Il semblait ne jamais cesser de sourire. Je portais ma main à son visage, effleurait du bout des doigts le pourtour de son œil, très doucement, redescendait jusqu'à sa lèvre sans le toucher cette fois, tout en le fixant droit dans les yeux. Je voulais voir quel serait sa réaction, tout en m'étonnant moi-même d'un tel acte.

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 13
Date d'inscription : 06/04/2016
Age du personnage : 30

Rêveur
Anikeï Blacksilver
Rêveur

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: AC ? Acronyme Calamiteux ... (Pv: un tout petit peu Jonathan et Anikeï) Dim 22 Mai 2016 - 18:52

"Comment vous êtes vous blessé ? Qui a pu vous faire cela, plutôt ? Un tel gâchis ..."

La tête que fait mon très cher me fait rire malgré moi. Le pauvre petit, inconscient des plaies sillonnant son visage, regarde l'homme qui s'approche avec un sourcil haussé et un sourire légèrement hésitant. Si Dreamland a gardé son corps en l'état, il n'a pas pris le même soin avec ses souvenirs, voila qui promet des situations intéressantes. Je serais curieuse de voir son expression quand ce petit narcissique prendra conscience de son aspect physique. Mais ça devra attendre, car il a d'autres préoccupations pour l'instant.

En effet, ce Voyageur s'est approché près. Bien trop près. Oh, peut-être qu'une telle proximité ne gène pas Anikeï, loin de là... Mais je n'apprécie pas vraiment. Cet individu est étrange et je le trouve un peu trop imprévisible à mon goût. Je ne sais pas ce qu'il a l'intention de faire du garçon, s'il trouve qu'il n'est finalement pas digne de confiance, s'il souhaite l'utiliser d'une manière ou d'une autre... Même si je ne suis pas encore en mesure de nuire à qui que ce soit, ce jeune russe est mon protégé et je prendrais soin de "récompenser" tous ceux qui lui ont porté atteinte pendant ses rêves, une fois libre... Mais il semblerait qu'il n'ait pas de telles idées en tête, il se contente simplement de passer sa main sur le visage du blessé malgré lui. Voila autre chose tiens.

Il faut dire que ça a le don de perturber mon androgyne. Les contacts physiques, il a l'habitude de les initier, pas de les recevoir. Être dans une telle position lui donne sans doute une sensation de soumission qu'il ne doit pas du tout apprécier, mais il semble plus confus qu'autre chose. Probablement se trouve-t-il en plein dilemme, hésitant entre riposter violemment histoire de reprendre le dessus, où se laisser faire pour garder son rôle d'homme de main. Je ne saurais deviner lequel prendra le dessus dans ce rêve où il se trouve livré à lui-même...

Finalement il trouve un compromis ambigu entre les deux: posant ses doigts sur le torse du Voyageur comme pour imposer une certaine distance, il recule lui-même d'un pas pour être hors de porté du bras plié et lève sa main libre là où était passée celle de l'autre. Sans plus porter la moindre attention à l'individu, obnubilé par les imperfections de son visage qu'il suit du bout de l'annulaire, il exprime plus la perplexité que la douleur lorsqu'il frôle les plaies. Puis comme pour en avoir le cœur net, il fait volte-face en lâchant l'inconnu et fait quelques pas vifs vers une mare à proximité. Il s'accroupit au bord, une main s'appuyant sur sa cuisse et l'autre caressant sa joue, et regarde son reflet sous différents angles, sourcils froncés et un sourire ennuyé aux lèvres.

Après quelques instants à se regarder, sous les yeux du "maire", il se redresse finalement en lissant sa chemise puis en plaçant ses mains dans ses poches, fixant toujours l'eau d'un air absent. Puis il tourne la tête vers l'homme aux cheveux longs, affichant ce même air surpris qu'il prend quand il se rappelle de sa présence, et reste un instant parfaitement immobile et silencieux. Puis soudain, dans un haussement d'épaule et un air enjoué, comme s'il évoquait une petite plaisanterie, il lance un:


"Ce sont sans doutes mes chères camarades de cellule! Pas d'inquiétude Monsieur le Maire, j'ai bien l'intention de me rattraper."

Qu'est-ce que c'était que ça...? Dreamland, manques-tu à ce point d'imagination pour que ce petit Rêveur dise la vérité? Alors qu'il s'était présenté sous un faux nom au début de la nuit... Quelle déception. De toute façon, mon petit passe-temps se détourne de son interlocuteur à l'approche de cette louve blanche à l'air faussement arrogant, croisée en début de nuit. En effet, dès qu'elle passe à proximité, il s'approche d'elle et s'accroupit à son niveau pour lui frotter affectueusement le crâne, entre ses oreilles. Sans porter la moindre attention à l'air outré de l'animal, il baisse la main jusqu'à sa nuque et quand il l'en éloigne, il tient entre ses doigts une laisse plutôt banale reliée au personnage. Eh bien, quand mon Anikeï veut quelque chose...

Tenant nonchalamment mais fermement le lien, il retourne vers le Voyageur avec la chose dénuée de personnalité qui trottine dans son sillage, sans changer d'expression. Souriant largement à son soi-disant supérieur, visiblement aussi enjoué qu'un gamin par sa trouvaille, il lance avec un enthousiasme certain:


"Bien! Puisque l'on a visité la ville, par où commence-t-on? Puisque certains savent pêcher, il y a probablement moyen d'organiser ça. Et avec des uniformes, ça serait tout de même plus simple à gérer qu'avec ses vêtements... honteusement dégueulasses."

Il regarde pensivement l'espèce de robe bleue à fleurs blanches de son nouvel animal de compagnie, puis demande en s'étirant la nuque:

"Le truc qui nous guidait nous a montré où ils les achetaient? Il faudrait y faire un petit tour, non?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: AC ? Acronyme Calamiteux ... (Pv: un tout petit peu Jonathan et Anikeï) Aujourd'hui à 9:12
Revenir en haut Aller en bas

AC ? Acronyme Calamiteux ... (Pv: un tout petit peu Jonathan et Anikeï)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 2 :: Park Of Game-