Haut
Bas

Partagez|

Amère condition (Pv : Lithium Elfensen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Amère condition (Pv : Lithium Elfensen) Dim 10 Jan 2016 - 16:34

Lorsque Lithium (ou Bis, peu importe) fit son commentaire, je crus bien franchir la ligne une fois encore, peut-être encore plus. C'eut été la dernière fois, sans doute, vu la différence de capacités entre elle et moi. Mais dans la poussée brusque que je sentis battre à mes tempes, la chose importait peu. L'espace d'un instant, je me vis lui arracher les yeux, avec brusquerie est précision, lui faire bouffer, l'étouffer avec, avoir le plaisir de voir sa gorge compressée et emplie des fluides de ses globes oculaires, puis lui éclater la tête contre le marbre du sol. Ou quelque chose du genre. Une piqûre doucha cette bouffée de colère, cependant. Je baissais les yeux sur le point douloureux sur mon bras, intrigué et un peu alarmé. Ce que je j'avais vu dans ma tête avait la consistance du réel, c'en était effrayant. Sur mon bras, relevant d'ailleurs un peu la manche de ma chemise, Mirana avait planté l'ongle de son index. Que ... Quoi ? Elle ne me regardait pas, ne me prêtait en apparence aucune attention, ne semblait d'ailleurs pas du tout se rendre compte de ce qu'elle faisait. Toujours est-il que cette intervention m'avait peut-être sauvé. Elle se trouvait entre moi et Lithium ... non, Bis ! je ferais mieux d'user de cette distinction si elle avait un sens, comme je le pensais. Bis, donc, qui la tenait pas l'autre bras. Elle faisait barrière, qu'elle en ai conscience ou non. Je ne me faisais pas grande illusion de qui cette barrière protégeait ... D'où lui venait cela ? Un simple hasard comportemental, qui me profitai ou bien autre chose ? Je n'avais pas vraiment envie de savoir. Dans telle situation, mieux valait ne pas trop s'interroger là dessus. Bis s'énervait dans le vide, donc, mais s'interrompit toute seule. Comme elle le disait (et faisait), je tendais l'oreille. Pour ne rien entendre. Mirana, quant à elle, eut l'air de trouver quelque chose de passionnant à regarder entre ses orteils. Bis avait une hallucination ? Je me concentrais plus, inquiet. Ce qui était et ce qui n'était pas, extérieurement à chacun de nous, me semblait particulièrement flou, ici. Si elle la seule à l'entendre, cependant ...

"... sourd qui ne veut entendre."

Je sursautais à ces paroles. C'était Mirana, et encore une fois elle se montrait équivoque dans sa manière de s'exprimer. Si elle s'exprimait bien pour quelqu'un d'autre qu'elle. Toujours est-il qu'une vibration sourde me parvint progressivement, à me faire mal aux tempes. Je croyais déceler un rythme, lent mais entraînant, mais il me répugnait, étrangement. Bis s'était avancé vers quelque chose plus loin, la source du bruit, peut-être. J'allais dire musique, mais c'était trop confus pour l'être, à mes oreilles. J'avais l'impression de plus l'entendre avec mes os qu'avec mes tympans, que le son était trop plein pour passer simplement par la voie normale. Une autre partie de moi me disait que je n'entendais rien, surtout. Que tout cela n'était que réaction normative, que je m'inventais quelque chose pour coller à ce que les deux femmes me disaient. Mais n'était-ce pas malhonnêteté intellectuelle que de penser cela ? Raah, je me rendais le moment plus compliqué encore qu'il ne l'était déjà.

"Mirana, je ne rêve pas, j'entend bien un ...""Ah si, tu rêves ! C'est bien pour ça que ... pourquoi tu dis n'importe quoi ?"

Quelle idée ... Si il y avait une personne à qui demander cela était bien inutile, c'était elle. Mais je n'avais qu'elle, en l'occurrence, et la question était partie toute seule. Je renonçais à continuer, ça ne servais à rien. Ma réponse, je l'avais déjà, au final. Je n'en avais pas besoin, aussi. Que je l'entende réellement ou non importait peu. Il changeait de rythme. Ou plutôt le perdait au profit d'un maintien dans sa vibration, qui ne s'arrêtait plus. C'était douloureux, à présent, pour moi. Mirana, elle, n'y accordait pas plus d'importance qu'à la crasse qui la maculait. A la place, elle fouillait les poches (vides) du vêtement que je lui avais donné. Toujours autant dans son élément, à sa manière. Mais aussi terriblement fatigante ... Sur ce plan, elle comme Bis étaient un vrai fardeau pour mes nerfs. Sans parler du lieu. Mais trêve de ces considérations ! J'agitais le bout de mes doigts, me rendant compte qu'ils étaient plein de fourmis. Je me sentais engourdi par le bruit. Très pénible. Assez bénin, comme effet, cependant, et c'était plutôt rassurant. Je ne me sentais pas à mon aise, pourtant, sans trop comprendre pourquoi. Une tension régnait dans l'air, latente, contredisant l'aspect monotone du bruit ambiant. Mirana marmonnait toute seule, avec insistance. J'aurais bien passé outre, mais ce que je croyais déceler dans le ton qu'elle employait m'alarmait. Puis cette attente, ce moment suspendu dans l'atmosphère bizarre de ces salles me pesait.

"Tu dis ?"

Elle sursauta un peu, et tourna son regard directement sur moi. Cela me surprit, c'était bien la première fois. Ses yeux avaient en outre un éclat fort clair.

"Je dis conflit d'intérêt. Mais je ne me rappelle pas pourquoi."

Hum, je vois ... Elle ne faisait que délirer, encore, ou alors je ne percevais pas le double sens. Poussant un léger soupir, je lui dis que ça ne faisait rien. Au final, je ne pouvais me fier qu'à moi, ici ... Si se fier avait un sens.
Un cri hargneux de Bis me fis revenir au présent. Je restais où je me trouvais, refrénant l'impulsion première d'aller voir de quoi il en retournait. A coté de moi, Mirana se gratta le cuir chevelu d'une main vigoureuse, puis se mis à contempler les lieux, de tous les cotés, comme si elle cherchait quelque chose. Il ne fallut pas attendre très longtemps pour que la blonde reparaisse, de son pas furibond. Je remarquais que son avant-bras droit était maculé des mêmes taches étranges dont la brune était copieusement recouverte. Qu'avait-elle fichu ? Je me gardais de poser la question. Elle était plus infâme qu'avant, si la chose était possible. Je sentis à nouveau une main sur mon bras, juste avant que Bis n'attrape violemment Mirana et l'entraîne, nous intimant de faire vite (à sa manière, cela s'entend). Je me retournais l'espace d'un instant, incrédule. De chaque interstice entre les pierres commençait à s'écouler, avec lenteur, une poix sombre et lisse, répugnante. Oh, en effet ... Pas de temps à perdre !

Bis allait diablement vite, même en traînant quelqu'un avec elle, mais je les suivit sans trop de problèmes. Elles s'étaient engouffrées dans une cavité, plus loin. J'eus la tentation de m'arrêter pour mieux voir ce qu'il y avait sur le socle, mais n'en fis rien. Ma chute fut bien plus douce que celles de mes deux prédécesseuses, mais à peine avais-je atterri que Bis bloquait l'issue avec rage, défonçant la roche pour qu'elle s'éboule. Elle avait peur à ce point du liquide goudronneux ? Oh, après tout je n'avais pas grand chose à y redire, d'autant que je n'avais pas eu affaire à ce qui lui avait laissé les drôles de marques. Ce que c'était, je m'en fichais un peu, une fois n'est pas coutume.
Je ne pus m'empêcher de réagir quand Mirana chuta, plaquée contre le mur puis au sol par une Bis en furie. Les yeux révulsés, je m'avançais, plein d'une rage outrée, mais elle ne m'avait pas oublié. Son regard me suffit pour me forcer à me stopper, ou tout du moins suffit presque. Le fait qu'elle n'accorde pas plus d'importance que cela à moi me fis ralentir mon mouvement. Au sol, la brune ne semblait pas plus gênée que cela par les violences faite à sa personne. Je n'en bouillais pas moins (presque littéralement, avec mon aura). Je vis cependant que les mains de Mirana effleurèrent brièvement Bis, d'une manière qui m'interpella. Elle ne pipa mot, en tout cas, et l'autre, excédée, la releva pour le ma jeter dans les bras. Je la recevais aussi doucement que possible, jetant un regard assassin, avant de regarder si elle n'avait rien. Elle me poussait à bout, encore, j'allais craquer pour de bon, si ça continuait. Mirana, elle, continuait à parler sans le son. Si elle parlait vraiment, d'ailleurs, je ne reconnaissais aucun mot dans les mouvements de ses lèvres. Son cou portait de légères traces, qui s'estompaient rapidement cependant. Bon ... Je me rendis compte un peu tard que sa robe était relevée sur un coté, et que sa cuisse nue reposait contre ma jambe. Difficile d'érotiser dans une telle situation, pour moi, mais je n'aimais pas être dans des situations ambiguës.  Elle n'en était nullement gênée, mais je l'étais un peu pour elle. D'autorité, je la réajustait sommairement, lui demandant si tout allait bien. Elle répondit par un grognement qui cependant était sans équivoque (oui, ça va), puis s'éloigna d'un pas de moi, fixant Bis.

Je me tournais vers celle-là et, oh, joie ! Quelque chose la travaillait de l'intérieur, tordant ses traits de douleur, la mettant presque au sol. Comment avais-je pu ne pas le voir tout de suite ?! Au diable Mirana et sa presque nudité, enfin, enfin ! Je ne parvenais pas à sourire, bizarrement. M'approchant d'elle, j'admirais un peu le spectacle, quoi qu'il puisse être. Les taches s'étaient déplacées sur son bras, remontaient vers sa tête. Oh, une infection ? Jetant un coup d'oeil à Mirana, je vis que quelque chose s'agitait dans ses yeux. C'était elle qui faisait ça ?! Non, non, impossible, improbable, surtout. Elle avait plus l'air intriguée qu'à l'oeuvre, ici. Mais elle savait de quoi il en retournait, plus que moi, c'était forcé. Les cris de Bis n'en étaient pas moins savoureux. Elle tomba finalement par terre, sans mouvement. L'envie mesquine de la fouler aux pieds (ou d'autres choses plus dégradantes encore) me vint, mais j'avais un peu plus de panache que ça. Puis elle n'était pas que détestable, pas seulement. Je n'arrivais pas vraiment à la plaindre, cependant.
La bougresse revenait déjà à elle, qui plus est. A ses intonations, son étonnement, le "elle", je compris que Bis s'était éloigné. Je ne savais trop en quoi penser. Encore moins lorsque qu'une seconde voix, jumelle de la sienne, se fit entendre. Hein ?!

"Oh pitié ..."

Une petite pensée à Cumin, mon chat, qui pour une fois récolterait de bons sentiments s'il me réveillait plus tôt que prévu. Que quelque chose me sorte de cet enfer ...
Je me repris rapidement, mais la chose, en plus de tout ce qui s'était accumulé auparavant, n'était pas facile à avaler. Lithium, ou Bis, enfin ce couple de personnalités venait apparemment de se ... dissocier, d'une certaine manière. Deux jeunes femmes blondes se tenaient devant nous, l'une nettement moins présente que l'autre, semblable à un spectre, mais tout de même. Je n'avais rien à penser là dessus. Mon esprit se réveilla bien, en revanche, quand Lithium tenta de s'expliquer. Là, j'avais des choses à dire, et pas qu'un peu ! Je répliquais sèchement, ne parvenant pas à prendre un sourire autre qu'assez peu amène. Qui s'efface rapidement en parlant.

"Désolée ? Voyez vous ça ! Je suis désolé, moi, que tu n'aies pas la décence intellectuelle de pouvoir expliquer qu'en toi sommeille une folle dangereuse et perverse. Tu n'assumes pas, dis-tu ? Cette "Bis" ne va pas vraiment attendre que tu aies "assumé" son existence pour être là et pourrir ta vie et celle des autres ! Tu n'as pas le luxe de ne pas assumer, pas plus que moi, pas plus que nous ! Elle n'attendra pas sagement que tes petits sentiments s'accordent avec la réalité des choses, bon sang ! Elle est là, alors fait avec, au lieu de vouloir l'ignorer ou le cacher à demi. Nier les faits ne va pas arranger ton cas, bordel ! Et qu'est-ce que tu crois, aussi, que "

Mirana, d'une lucidité surprenante, me coupa la parole en me tirant la manche, accompagnant le geste d'un regard désapprobateur, et d'un bref mouvement de tête.
J'étais furieux, proprement furieux, et dans ces moments je devenais assez inconséquent. Mon ton était froid, sans la moindre commisération, d'une agressivité qui ne prenait pas la peine de s'enrober d'autre chose qu'elle même, dans toute sa splendeur acerbe. Expulser un peu me fis du bien, mais je réalisais ce que je venais de dire à l'instant où cela sortait de mes lèvres. Poussant un long soupir, douloureux, je m'avançais d'un pas et me repris comme je pouvais.

"Je ... Excuse moi, Lithium, mes paroles ont dépassées mes pensées. Je n'ai pas à te faire de si mesquins reproches, c'est injuste de ma part. J'ai souffert de ne pas savoir, et d'avoir à subir sans pouvoir rien y faire. C'était pénible, dans mon corps et dans mon esprit, et de cela je ne pourrais pas vraiment te pardonner tout à fait. Mais ... Pardon, je ne fais qu'ajouter à ton calvaire. Ce n'est pas comme ça que les choses peuvent aller mieux. Je ne veux pas rendre les choses pire qu'elles ne le sont déjà ..."

J'en avais vraiment ma claque, d'elle et de son double. Comment pouvais-je lui en vouloir, et comment pouvais ne pas lui en vouloir ? Ce genre de dilemme à la con me rendait malade de rage contre moi-même, me renvoyant à mes propres limites de petit esprit faible et sentimental. Mais il fallait que ça sorte, d'une manière ou d'une autre. Je sentais que je m'agitais à l'intérieur, que mon aura bouillonnait de plus en plus, pleine de rage. Il fallait expulser autrement. J'allais contre un des murs, concentrant toute mon aura dans ma main droite, avec application, et assénait un coup de poing le plus fort possible. L'impact résonna, distillant une onde brûlante jusqu'à mon œil, avec violence. Mirana me regardait toujours.

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2664
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 24

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 855
Renommée: 2540
Honneur: 430
MessageSujet: Re: Amère condition (Pv : Lithium Elfensen) Dim 13 Mar 2016 - 16:31


Aucun sens, tout ça n'avait aucun sens...
Comment cela avait-il pu se produire ? Comment ?!
Elles étaient toutes les deux, en même temps, dehors. Ce n'était juste pas logique et encore moins normal, et pourtant, c'était arrivé. Bis profitait de cet instant, alors que Lith espérait qu'il s'arrête maintenant et à jamais. Il fallait trouver une solution à cet immense problème. Malgré le fait que la jeune fille se soit excusé des probables actions de son alter ego, JB explosa. La voyageuse ne s'énerva point et se contenta d'afficher un visage tristement désolé. Bien sûr, elle aurait dû se douter que cela n'aurait pas suffit... Le virus avait-il fait autant de mal que ça ? Alors que la blonde se prenait les paroles de son camarade de galère en pleine poire, Bis fixait Mirana avec une haine non dissimulée. La seconde personnalité n'avait absolument aucune confiance en cette « sale folle décérébrée » et se demandait presque si ce n'était pas de sa faute s'ils n'arrivaient pas à s'en sortir. Elle était limite prête à lui mettre sa soudaine et violente douleur sur le dos. A ses yeux, cette étrangère était bien trop louche pour être saine ! Mais comment le faire comprendre à Lith sans éveiller les soupçons de cette tarée désaxée ?
Pendant ce temps, l'Ambidextre attendait que le sermon se termine. Bien que la demoiselle faisait de son mieux pour ne rien laisser paraître hormis de la tristesse, elle ne put empêcher les rougeurs de la honte lui grimper aux joues. Les larmes ne tardèrent pas à venir jusqu'à ses yeux, mais rien ne coula. Doucement, les poings de Lithium se serraient et se desserraient, tentant vainement de la calmer. Il était profondément furieux, tout son corps lui envoyait les signes d'une immense rage qui lui rappelait celle qu'elle ressentait lorsqu'elle apprenait ce que son Autre avait fait chaque nuit. Puis le garçon fut coupé dans son élan par Mirana, mettant fin à son « supplice ». Sauf qu'il y avait un problème ; Lithium ne se souvenait pas avoir déjà rencontré cette femme auparavant. Serait-elle arrivé durant la présence de Bis ? Elle lui fut naturellement reconnaissante d'avoir stoppé ces interminables reproches, mais d'un autre côté, quelque chose la poussait à se méfier d'elle. Pourquoi ?

Étonnamment, suite à l'intervention de la fille, JB s'excusa pour ses paroles.
La connaissait-il ? Mais d'où sortait-elle à la fin ? Il faudrait qu'elle leur pose la question, parce que bon, quitte à faire un bout de chemin avec une inconnue, au moins savoir son prénom quoi. La débile, c'est Mirana. Fais gaffe, elle pue du cul sévère, j'la sens pas du tout ! Mirana ? Ça a au moins le mérite d'être joli... Ouais, bah c'est tout ! Après, c'est une sal*pe, j'en suis sûre ! Franchement, c'est pas à toi que je vais faire confiance hein. J'la sens pas j'te dit ! Je m'en tape. Lithium eut un bref geste de recul lorsqu'il avança d'un pas, mais maintint finalement sa position. Elle secoua doucement la tête pour lui faire comprendre que ce n'était pas grave, et lui répondit sur un ton calme mais emplit de lassitude.


« Non, tu as raison de m'en vouloir. Et je doute que tu n'ai pas pensé une seule de tes paroles, bien au contraire, c'était on ne peut plus clair. Ça va. J'ai l'habitude. J'aurais dû te le dire mais... Je sais pas. Ne pas en parler me donne l'illusion que tout ça n'existe pas. De plus, on ne se connaît pas. Du moins... Pas vraiment. Et c'est mieux comme ça. Moins on me côtoie, mieux on se porte. Je préfère que le moins de gens possible soient au courant de ça, les regards changent quand ils savent que vous êtes... Malade. », lorsqu'elle lâcha le dernier mot, son regard se fit fuyant.

« J'suis pas sourde, vous savez ? Puis je vous vois aussi hein. », grommela Bis en croisant les bras.

La blonde ignora tout bonnement l'intervention de son double.
Elle savait que la présence imposée de sa seconde personnalité avait dû être une véritable épreuve pour ses deux camarades – même si elle ignorait encore la raison de la présence de la fille - c'est pourquoi elle refusait de s'apitoyer sur son sort en présence de personnes autre qu'elle. Lithium préférait minimiser l'impact que Bis avait sur sa vie, sa santé et sa personnalité. Bien qu'elle savait pertinemment que JB ne la prendrait pas en pitié – et ce n'était pas son but – elle souhaitait seulement qu'il comprenne que l'endroit était mal choisi pour parler de son « mal ».


« Je ne suis pas à plaindre, ça fait un moment que c'est comme ça, et y'a pire que d'être schizophrène. », dit-elle en souriant faiblement. « C'est seulement très épuisant mentalement. Le plus important est qu'elle ne vous ai pas blessé. Enfin... Du moins pas physiquement. », elle passa une main derrière son oreille pointue, « Excusez-moi encore. Je ferais de mon mieux pour que ça ne se reproduise pas tant que vous êtes là. Le mieux, c'est qu'on trouve une sortie. Ensuite, vous n'entendrez plus jamais parler de moi... Je ne vous causerais plus de problèmes. »

Lithium leur sourit doucement, le regard perdu dans ses pensées, et regarda ensuite Mirana. Elle avait ce je-ne-sais-quoi d'étrange, ce truc qui vous rend mal à l'aise en sa présence. Passant outre cette désagréable impression, la jeune femme se dirigea vers elle et lui tendit une main pour se présenter. Ce à quoi Bis répondit par un soupir dédaigneux.

« Désolée pour ce que j'ai bien pu vous faire subir à tous les deux. Mirana, c'est ça ? Lithium. L'autre à côté, tu as malheureusement fait sa connaissance plus tôt. Tu connais un peu les lieux ou... »

Elle laissa volontairement sa question en suspend.
Mirana regardait d'abord le visage de la blonde, puis sa main, et revenait ensuite sur JB.
Aucun mot ne sortait de sa bouche, et le regard vague qu'elle possédait, avait le mérite de déranger Lithium. Alors qu'elle attendait une quelconque réaction, un grognement résonna dans la tête de la dessinatrice et elle eut l'impression que son double fantomatique bougeait. Effectivement, Bis essayait par tous les moyens de se jeter sur la « folle », mais n'y parvenait aucunement, comme si elle ne pouvait dépasser l'emplacement où se trouvait Lithium. Malgré leur dédoublement, il serait donc impossible pour l'instant de les séparer ? Et bien, c'était en soi ne bonne chose ! Un bruit sourd se fit soudainement entendre et la voyageuse se retourna pour voir d'où ça venait. Son camarade voyageur venait de frapper avec force le mur, laissant ainsi sa marque dans la pierre. La jeune femme en fut désolée, se demandant si c'était encore de sa faute. Elle fit comme si elle n'avait rien vu et se concentra à nouveau sur la demoiselle à l'air hagard.


« … Minable. », ricana Bis entre ses dents.

« S'il te plaît, n'empire pas les choses. Merci. »

« Tsss, si on ne peut même plus rigoler ! »

« Mirana... Connais-tu une voie ? »

Comme si le mot « voie » éveillait en elle une soudaine lucidité, la fille se redressa instinctivement et se tourna vers un chemin qu'elle emprunta dans la foulée. Elle semblait marmonner entre ses lèvres, mais Lithium ne parvenait pas à comprendre ce qu'elle racontait, ce qui rajouta une nouvelle question à la liste qui s'allongeait ; que s'était-il passé durant son « coma », qu'avait-elle fait, pourquoi sa robe avait-elle encore changé de couleur, qui était cette fille et... Pourquoi avait-elle des traces noires sur son bras ? Le regard noir – aha blague - qu'elle jeta à Bis fut lourd de signification. Non mais sérieusement, c'était pire qu'une gamine ! Enfin... Voyant que Mirana avançait sans se retourner et en regardant ses pieds, l'Ambidextre vint chercher JB pour avancer. Elle le toucha du bout des doigts pour ne pas lui infliger sa présence et détourna les yeux lorsqu'il se retourna.

« Elle marche. Je ne sais pas trop où mais c'est déjà ça, non ? »

Elle le laissa passer devant et marcha à sa suite.
Un profond silence ponctué seulement par les murmures de Mirana s'installa dans le groupe. Quant à Bis, elle réfléchissait en solitaire, ce qui était déjà pas mal. Où donc la demoiselle allait-elle les emmener ?





__________







Lithium s'exprime
Bis vous insulte


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ledesordre-est-dor.blogspot.fr/
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Amère condition (Pv : Lithium Elfensen) Mer 6 Avr 2016 - 19:12

La douleur physique, attendue, me fit presque du bien, sur l'instant. J'avais trop de frustration pour simplement la rentrer, j'avais besoin de quelque chose qui l'atténue, par moi-même. Terrible, en un sens, d'en arriver à de tels extrêmes ...  Ce que m'avais répondu Lithium m'avait plus encore énervé, si la chose était possible. J'avais bien cru exploser, tant me contenir me déformait sous la pression interne. Mais mes phalanges ensanglantées me calmèrent, un peu. J’exhalais alors un souffle profond, sans fin, la plus longue expiration que mes poumons pouvaient me donner, en reprenant le plus calmement possible le cours de mes pensées.
Mirana, Mirana. Elle n'était pas l'inconséquente complète que je croyais, pas du tout même. Je ne dirais pas non plus qu'elle cachait son jeu (quoique), mais ses derniers agissements n'étaient pas le fruit de simples délires de folle. Non, elle était bien plus que ça. C'était une Voyageuse, après tout, elle me l'avait bien montré; liée à ce Royaume, oui (ça on ne pouvait pas le nier), mais pas dénuée d'une certaine lucidité. A défaut d'une lucidité certaine ... Je remarquais à présent que les hallucinations, visuelles et auditives, avaient diminué depuis que nous l'avions rejoins. Peut-être me faisais-je simplement des idées, mais ce n'était pas impossible, ni improbable. Je devrais sans doute prendre la chose comme dangereuse, par ailleurs. Je lui faisais confiance, sans trop vraiment avoir de bonne raison. Plus que ça, en fait. Je lui faisais confiance en dépit de toutes les bonnes raisons de ne pas le faire. Elle était trop mystérieuse, et trop dangereuse.
Pas autant que Lithium, cependant. Ou Bis. Non, même Lithium. Surtout Lithium, presque, puisqu'elle couvrait son autre, elle lui donnait possibilité d'être, et surtout de faire le plus de mal, en la dissimulant jusqu'à ce qu'elle resurgisse au pire moment. Je pouvais bien comprendre (du moins imaginer) son désarroi, ce qui pouvait la pousser à cacher ce dédoublement de personnalité. Mais ça ne changeait rien aux faits ! Les regards changent, blabla, oui oui, mais ce n'est pas en repoussant vainement le problème qu'elle allait le régler. Elle ne faisait que lui permettre de nuire plus encore, parce qu'aucune solution ne lui convenait. Comment choisir, dans ces cas-là ? Prendre celle qui parait la moins pénible à brève échéance ? J'aurais tendance à dire non, fermement non, mais Lithium semblait dire oui, elle. Et ainsi elle s'infligeait toute seule des tourments à venir bien pire que ceux qu'elle subirait en cherchant à assumer.

Je n'étais aucunement satisfait de comment elle prenait ce que je lui avait dit. Tout l'inverse, même. Elle n'avait rien compris, semble-t-il ... Je renonçais à lui expliquer, ça n'allait me mener nulle part. Qu'elle se qualifie de schizophrène cependant, alors qu'elle avait manifestement un trouble dissociatif de l'identité, m'inquiétait un peu. Elle ne se faisait donc pas soigner du tout ? Il y avait un je ne sais quoi de détonnant dans tout cela. Les quelques instants où j'avais pu l'observer à Bruxelles, elle m'avait paru certes pleine de conflits interne, mais nullement tourmentée au point de la cassure de son être en deux personnalités si opposées (et distinctes). Est-ce que cela avait un rapport avec Dreamland ? Ou son état avait brutalement empiré ? Non, ça ne collait pas ... Rien ne collait. Je les entendais parler toutes les deux, enfin trois, derrière moi. Quel chic j'avais pour m'entourer de la meilleure compagnie, décidément ! Une question revint sur le devant de ma conscience : que faisais-je ici ? D'habitude ce genre d'interrogation n'avait pas grand sens à mes yeux; j’atterrissais où mes pensées me guidaient, et sans plus. Mais ici ... Je me sentais tellement comme une vulgaire pièce rapportée dans ce Royaume de fous. Et surtout, les deux autres Voyageuses, qui étaient mes plus proches comparaisons, n'étaient pas là pour rien, chacune à leur manière. Mais moi ? Oui, chercher une raison à ce qui n'en avait pas forcément était stupide. Ah, bordel ! A peine calmé, je m'énervais à nouveau tout seul.

Un contact léger, presque comme une illusion, se fit sentir sur mon épaule. Je me tournais brusquement, comme si l'on m'avait piqué. La tension m'avait pris immédiatement, mais pour rien. Lithium venait simplement ne pas me laisser seul alors que Mirana commençait à ... nous montrer où aller ? Ou divaguait-elle simplement ? J’exhalais un long soupir un peu tremblant, qui ne trahissait que trop l'état d'irritation anxieuse de ma personne. Pas à bout de nerfs mais pas loin. J'aurais bien tenté un sourire, mais la jeune femme dédoublée m'avait déjà tourné le dos. Je me mis donc en marche, comprenant plus ou moins qu'elle m'attendait.

"Je ... Nous ne nous sommes pas vraiment compris, je pense que je vais m'en vouloir longtemps. Mais je n'aurais jamais le courage de tenter de me reprendre, puis tu ne dois pas en avoir envie non plus. Mais ..."

Je ne finis pas ma phrase. Mon dernier mot était à peine audible, de toute façon. Je suivais la brune, qui psalmodiait des paroles vide de sens en continu, alignant un pied devant l'autre tout de même. Pas très vite, cependant. Je n'osais pas me mettre exactement à sa hauteur, sans trop cerner ma réserve. Qu'importe ... Je me laissais porter par ce rythme, je n'avais plus la force de faire plus. Lithium suivait derrière, et manifestement elle ne voulait pas interagir. Tant que son alter ego détestable la fermait aussi, parfait. Bien qu'une grande partie de moi n'aimait pas ce genre de résignation. C'était si dommage, en trop d'aspects. Mais toute cette nuit était un énorme "dommage", pour rester euphémique. L'espace dans lequel nous étions actuellement ne semblait pas vouloir changer de configuration, sans changement visible ou même la moindre variation particulière. Quand Mirana, au bout de quelques minutes, s'arrêta brutalement, c'était toujours le cas. Je m'approchais d'elle, un peu inquiet par ce changement.

"Mirana, quelque chose ne va pas ? Nous sommes arrivé quelque part ?"

En lui posant la question, je posais ma main sur son épaule la moins nue, pour qu'elle fasse attention à moi. Autant lui donner le plus de sens possible pour bien comprendre que je m'adressais à elle. Elle ne me regarda, mais accrocha ma manche de ses doigts, dans un geste un peu soudain. Une sorte d'angoisse me prit, elle semblait tendue à l'extrême en cet instant. Mon aura s'activa d'instinct.

"Le ... Fait gaffe, tu vas ! Enfin, je veux dire ..."

Oh mes dieux ... Jamais elle ne m'avait paru si saccadée dans son expression. Mauvais signe, ça. Cependant elle m'attrapa avec plus de force encore, et de son autre main, désigna le sol du doigt. Par opposition, elle leva son visage d'une traite, offrant une mine médusée au plafond haut. Sa bouche était entrouverte, je remarquais, et il semblait y avoir quelque chose dedans. Elle eut un spasme brusque, manquant de me faire tomber en me tirant brutalement. Elle commençait à cracher le liquide noir que nous avions fui. Bordel de ... Je la secouais avec un début d'affolement, en me demandant confusément si ce n'était qu'une illusion.

"Arrête ça, tout de suite !"

J'eus un énorme flash dans les yeux, simultanément à une perte complète de toute sensation de mon corps. Une coupure totale. L'instant d'après j'étais devant elle, elle me regardait avec ses yeux bizarrement lucides comme tout à l'heure. Sonné, je ne pus que montrer mon incompréhension complète.

"Il ne faut pas que nous nous arrêtions, tu comprends, maintenant ? Alors n'essaie plus de me stopper."

Hein ? Prise de conscience un peu vertigineuse de voir que j'étais en face d'elle, Lithium et Bis derrière nous, la main sur son épaule non pas comme je l'avais cru, mais plus comme une interdiction d'aller plus loin. Je m'écartais tout de suite, et elle repris la marche, en me lançant un rapide mot d'encouragement, avant de reprendre sa mélopée sans queue ni tête. Oh mes dieux ... Je recommençais à céder à l'ambiance des lieux, mais avec une ampleur que je croyais pas possible; du moins pas avec aussi peu de résistance de ma part. Je n'avais strictement rien vu venir. Tout cela n'avait duré qu'un tout petit instant, à peine deux secondes, en plus. Pitié, faites que cette nuit se finisse vite.

Quelques minutes plus tard, une sorte de lumière se fit visible, loin devant nous.

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2664
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 24

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 855
Renommée: 2540
Honneur: 430
MessageSujet: Re: Amère condition (Pv : Lithium Elfensen) Sam 21 Mai 2016 - 12:30


La réaction de JB lorsque la jeune femme l’avait effleuré du doigt lui confirma ce qu’elle savait malheureusement déjà ; elle faisait peur. Oui, Lithium finissait par effrayer quiconque passait trop de temps avec elle. Au fond, ce n’était pas plus mal. En solitaire, la blonde n’embêterait personne, et par conséquent, ne blesserait personne également. C’était gagnant-gagnant ! De plus, la voyageuse appréciait la solitude. Cependant, ce serait mentir que dire qu’un peu de compagnie de temps en temps n’était pas appréciable. Mais si tel était le prix à payer pour héberger une seconde personnalité et protéger son entourage, alors soit. L’Ambidextre ne se rendait pas compte que cette souffrance qu’elle s’infligeait n’avait aucun sens, qu’il ne lui incombait pas de continuer de la sorte. Toute cette mascarade n’avait pas la moindre utilité, quand le comprendrait-elle donc ?
Alors que le groupe circulait dans un silence ponctué des murmures incompréhensibles de Mirana, JB semblait légèrement remué. La blonde ne voulut pas lui demander la raison de son trouble, pour éviter de déclencher une nouvelle vague de remarques de Bis. Cependant, il prit de lui-même la parole et avoua qu’eux deux ne s’étaient pas compris, enfin, plutôt que Lithium n’avait pas saisi le véritable sens de ses paroles amères lâchées plus tôt. Comment ça ? Ne fallait-il pas qu’elle comprenne qu’elle n’avait pas été honnête avec eux, que son comportement répréhensible leur avait causé du tort ? La dessinatrice le regarda d’un air interrogateur, légèrement perdue, mais se reprit bien vite lorsqu’il rajouta qu’il n’aurait pas le courage de s’expliquer. Oui, c’était mieux ainsi. Plus leurs échanges resteront rares, plus il leur sera facile de l’oublier une fois cette aventure terminée. Ensuite, il leur faudrait prier pour ne plus jamais la recroiser. Lithium garda donc le silence, montrant ainsi qu’elle approuvait ces derniers dires. Mais…


« BOUUUUUUH, BOOORIIING ! »

… C’était sans compter Bis, toujours prête à rappeler sa présence.
Décidément, c’était vraiment une enfant qui manquait non pas seulement d’éducation, mais également de savoir-vivre. Non, de tout en fait. Elle manquait cruellement d’absolument tout. Bis n’était pas une gamine, non, il fallait qu’elle arrête de la voir de cette façon ! C’était une épine dans le pied, une plaie ! Mais pourquoi s’obstinait-elle à essayer de la voir comme un humain ? Bonne poire, oui, bonne grosse poire ! … Et pourtant, à la voir, c’était une personne arrogante et psychopathe, certes, mais une personne quand même. Aux dernières nouvelles, son virus n’avait jamais demandé à exister. Et voilà qu’il se retrouvait catapulté dans un monde sur lequel il n’a aucun droit d’interaction, aucun droit d’existence réelle, seulement d’observation. D’un côté, Lithium plaignait cette créature. La jeune femme était peut-être la seule, au fond, à vouloir « l’aider » ? L’aider ? Non ! Non, non et non ! Qu’est-ce qui lui prenait de penser pareilles sottises ?! Bis était un monstre, oui, un monstre, rien de plus. Il était urgent qu’elle arrête de la ménager alors que celle-ci ne se privait pas de la tourmenter.


« On est presque arrivé ? »

« Non. »

« On est presque arrivé ? »

« Non. »

« On est presque ar… »

« MAIS NON ! T’as pas 3 ans, tu ne les as jamais eu et tu ne les auras jamais, alors TAIS-TOI ! »

« Oooh, j’ai peur, SIIIIII PEUUUR ! … Tu es celle qui a le plus peur d’entre nous. », dit-elle en faisant mine de trembler avant de terminer sur un ton cinglant et méprisant.

Fulminant de l’intérieur, Lithium se mit presque à souhaiter qu’elle n’ait jamais changé.
Si seulement elle était aussi agressive et violente que par le passé, aussi je-m’en-foutiste que par le passé, aussi… Non, ça ne servait à rien de penser à de telles choses. Bis représentait tout ce qu’elle avait été auparavant, ce qu’elle fuyait à présent. Mais à cause de ça, la blonde reniait cette part de violence qui faisait néanmoins partie d’elle. C’était sa nature. Par moment, il lui était nécessaire de relâcher toute la rage qu’elle contenait, ce qu’elle faisait en allant en salle. Il fallait se rendre à l’évidence ; la jeune femme n’avait pas autant changé qu’elle ne l’aurait souhaité. Elle se voilait seulement la face. Et si la solution était d’accepter d’être complètement frappée ? Elle était lunatique, bipolaire, schizo, qu’importe le terme utilisé, et alors ? Peut-être était-il temps de se faire diagnostiquer pour de vrai et de se faire soigner ? La pilule était certes difficile à avaler, mais elle restait une éventuelle résolution de tous ses maux. Ah ça, c’était Chapelle qui allait être content. Se doutait-il de tout ça, avait-il déjà porté un jugement final sur l’état de sa patiente ? Alors que l’Ambidextre était en proie à la réflexion la plus sérieuse de son histoire, Mirana et JB continuaient leur route jusqu’à que la première s’arrête net et recommence à divaguer.


« Et c’est reparti… J’m’ennuie ! J’ai rien détruit depuis… Ah tiens, j’m’en souviens plus oh ! HE C’EST GRAVE LITH ! J’me souviens pas depuis quand j’pas tout cassé, ça veut dire que c’est trop long, il me faut un tribut, un truc à bouffer, une bonne baston, N’IMPORTE QUOIII ! Non sérieux, j’me fais chier là. Fais quelque chose. Divertis-moi. », fit-elle avec un geste dédaigneux de la main.

Lithium choisit de l’ignorer et rejoignit le duo plus loin.
Que se passait-il donc ? Laissant néanmoins une distance entre eux, la demoiselle demanda depuis son emplacement :


« Hé, tout va bien ? Qu’est-ce qu’elle a ? »

« Elle a mangé un truc pas frais sûrement. Comme… C’est des huîtres qu’t’appelle ça c’machin visqueux dégueu, non ? »

Quelque chose ne tournait pas rond…
JB parut tout paniqué et secoua la demoiselle. Hé oh, mollo, elle va vraiment béger après !
L’instant fut ensuite très flou et le duo schizo (Bis et Lith) ne comprit pas tout à fait ce qu’il venait de se passer, comme si elles avaient eu un moment d’absence de quelques secondes. Le garçon avait par ailleurs changé de place, comme pour empêcher Mirana de faire un pas de plus. N’était-il pas derrière y’a même deux minutes ou bien ? Houlà, elle devait être fatiguée sûrement. Enfin bref. Ne souhaitant pas s’impliquer, la jeune femme se contenta de patienter puis de les suivre bien gentiment lorsqu’ils reprirent la marche. Au bout d’un certain temps, une lumière fit son apparition au bout du tunnel. Alors, aux dernières nouvelles, elle n’était pas encore morte, et si oui, bah c’était vraiment une mort de merde ! Mais étrangement, de cette lueur émanait une agréable sensation de chaleur, une impression très agréable et familière. Oui, elle voulait aller là-bas. Ça tombait bien, ils s’y dirigeaient tous. Mais si Lith le sentait bien, Bis le sentait mal.


« J’le sens pas... Faut pas aller là-bas. Sérieux Lith, pour une fois dans ta vie, écoute-moi, j’crois pas qu’aller tout droit soit la solution. Ça pue ! »

Ce qu’elle s’en tapait de son avis !
La voyageuse continua de suivre les deux autres, persuadée que tout irait pour le mieux une fois cette lumière atteinte. Et lorsqu’ils s’y engouffrèrent tous, et bien, elle eut l’impression d’avoir raison. Le lieu sur lequel ils débouchèrent ressemblait fortement à une grotte dans laquelle une cascade, dont l’eau scintillait comme couvertes de diamants, coulait allègrement. Le vrombissement et le clapotis de la chute remplissait l’espace et résonnait contre les murs, donnant un son relativement apaisant aux oreilles de Lithium, mais infernal à celles de Bis. Quant à la source de lumière, elle venait d’un gigantesque trou au plafond qui donnait sur… Le ciel ?! Attends, attends… C’était la sortie ? Etaient-ils vraiment arrivés à la fin de cette nuit complètement surréaliste ? Oui, dites-moi que oui ! La blonde était si soulagée à l’idée qu’ils aient enfin trouvé une éventuelle échappatoire qu’elle trottina jusqu’à Mirana et, avec un sourire sur les lèvres, lui adressa une question pleine d’espoir :


« Mirana ! C’est bien une sortie n’est-ce pas ?? Oh merci, me… »

« Il faut faire un choix. », la coupa-t-elle.

« … Pardon ? », fit une Lithium soudainement interloquée.

« Un choix déterminera la fin de cette histoire. Deux ou un ? Va savoir. »

« Mirana… ça va ? »

Cette dernière récupéra son air hagard et vague, puis leva la tête vers le trou.

« Il fait beau. »

Et elle partit s’asseoir au bord de l’eau, laissant une Lithium complètement désemparée qui se retourna vers JB avec un air de détresse sur le visage. Que faire ?



__________







Lithium s'exprime
Bis vous insulte


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ledesordre-est-dor.blogspot.fr/
AuteurMessage
avatar
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2664
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 24

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 855
Renommée: 2540
Honneur: 430
MessageSujet: Re: Amère condition (Pv : Lithium Elfensen) Jeu 20 Juil 2017 - 14:45


La patience n'avait jamais été le point fort de Lithium, et ce n'était pas cette nuit qui aurait pu y faire quoi que ce soit. Pire, sa patience avait été mise à rude épreuve et elle n'en avait à présent plus aucune. C'était fini, elle voulait quitter ces lieux de l'enfer pour ne plus jamais y revenir. La jeune femme jeta un œil à JB qui refusait presque de croiser son regard. D'accord, elle voulait bien croire qu'elle lui faisait peur, mais de là à ne plus vouloir ne serait-ce que la regarder, y'avait un monde ! Peut-être que des excuses aiderait à le rassurer ? Ou alors ce n'était pas de la colère, mais des regrets qu'il avait.

« Écoutes JB. Je suis désolée de tout ce que j'ai pu vous faire endurer jusqu'à présent, mais je vais faire de mon mieux pour que cela ne se reproduise plus. Si on vient à se croiser de nouveau, j'espère que tout sera différent. »

Il ne lui répondit pas et ne sembla même pas réagir, comme s'il était soudainement ailleurs, pensif.Quel con. L'Ambidextre ne souleva même pas ce manque de conversation, et ajouta à l'encontre de Mirana.

« Je suis également désolée Mirana. »

Puis la voyageuse s'appliqua à escalader les roches des murs pour atteindre le trou.
L'ascension ne fut pas facile, mais loin d'être insurmontable. C'était l'avantage d'avoir la force de sa nature onirique dans les veines. À mesure qu'elle approchait de la sorte, la blonde pouvait ressentir une crainte grandissante en la personne de Bis, comme si elle redoutait quelque chose à la surface. Après une bonne dizaine de minutes durant lesquelles JB et Mirana se contentèrent de la regarder sans bouger, la dessinatrice finit par arriver au sommet. Elle s'extirpa avec quelques difficultés hors de la fissure et se posa sur le bord.


« Besoin d'aide ? »

Le garçon baissa la tête, le regard dirigé vers le tunnel.
Quant à l'étrange demoiselle, elle l'observa quelques instants sans rien dire avant d'enfin prendre la parole.


« Il a fait son choix, tu as fait le tien. », avant de tourner les talons, suivi de son ex camarade de galère.
« Mais vous allez où ?! HE REVENEZ !!! »

Elle n'eut en réponse qu'un lointain écho rebondissant contre les parois.
Lithium patienta quelques minutes, pensant les voir revenir, mais aucun d'entre eux ne fit demi-tour. Acceptant le fait qu'ils ne reviendraient pas, la jeune femme se releva et observa le ciel avec un plaisir inégalé, avant d'être prise d'un soudain vertige qui disparut aussi vite qu'il n'était arrivé. Que venait-il de se passer ? J'me sens pas très bien... La blonde crut percevoir une baisse d'intensité de la présence de Bis avant qu'elle ne reprenne sa puissance initiale. Au moins, elle n'était plus dédoublé et sa seconde personnalité n'était plus dehors ! Mh ? Les paroles de Mirana avaient-elles un sens ? « Deux ou un ? » Encore un mystère à résoudre. Mais ça suffisait amplement pour cette nuit, il était temps de se réveiller ! Quelques secondes à peine, Lithium se réveilla soudainement dans son lit, légèrement en sueur. Punaise, pour sa première venue dans le royaume de la Folie, ça avait été riche en émotion. Espérant qu'elle n'y retourne pas de sitôt, pour sûr qu'elle deviendrait réellement folle.



__________







Lithium s'exprime
Bis vous insulte


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ledesordre-est-dor.blogspot.fr/
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Amère condition (Pv : Lithium Elfensen)
Revenir en haut Aller en bas

Amère condition (Pv : Lithium Elfensen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 3 :: Royaume de la Folie-