Haut
Bas

Partagez|

Dream Marcket, tous unis contre les somnifères. (Jean-Baptiste Dubois/Shad Blackburn)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
Messages : 338
Date d'inscription : 06/07/2013
Age du personnage : 21

Voyageur Expérimenté
Dan Sorro
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 80
Renommée: 758
Honneur: -120
MessageSujet: Re: Dream Marcket, tous unis contre les somnifères. (Jean-Baptiste Dubois/Shad Blackburn) Dim 6 Sep 2015 - 22:45
Alors ils voulaient la jouer comme ça ces cowboy? Il voulait foutre le bordel dans son Dream Marcket? Il en avait vue d'autres, des bons comme des incompétents, tous imbus de leur statut de voyageurs. Ce mot le répugnait de plus en plus. Relâchant la pression sur le bouton des hauts parleurs, il claqua les phalanges de ses points, puis fit apparaître un étrange clavier turquoise sur son bureau. Il effectua plusieurs manipulations, pianotant comme un dément en riant sournoisement. Ils avaient niqués son coup marketing, mais ils ne lui échapperaient pas. Jérôme n'allait pas se laisser abattre par quelques épines dans la main. Son égo était démesuré, à voir ce que lui transmettait la caméra cent treize il semblait plus dégoutté qu'autre chose. La caméra cent douze révélait l'être qu'il détestait le plus, cet enfoiré massacrait sa clientèle sans raison et sans même chercher à participer au jeu. Ses scanners ne le reconnaissaient pas comme un voyageur et pourtant, ce dernier ce comportait tout comme. Qu'importe, Jérôme n'était pas son seul atout, ils n'allaient plus tarder à se pointer et là ils rigoleraient tous beaucoup moins.

Dan continuait de courir sentant une certaine appréhension remplacer sa colère, diminuant l'aura enflammée qui l'entourait quelques pas plus tôt. La musique d'ambiance s'était elle aussi interrompue en plus des cercles verts, plongeant le super marché dans un silence oppressant. Pas de bruit de voitures, quelques murmures discrets de temps en temps. Peut être était-il devenu trop méfiant? Ses nuits devenaient compliquées à gérer, elles prenaient une ampleur et une intensité qu'il n'aurait jamais dut pouvoir éprouver. Était-ce réel et rationnel d'éprouver du plaisir et de la crainte à l'idée de se retrouver ici? Ou alors étaient-ils tous méprisable et fou de se jeter ainsi à l'assaut du royaume des rêves? Merde, pourquoi penser à ça alors que ses chasseurs rôdaient toujours. Ses pouvoirs lui avaient peut être permis de les distancer un peu plus que prévu? Didier pointait une direction du groin sans dire le moindre mot. Il était anxieux et ça se sentait:

"Qu'est-ce qui t'arrive encore?

-Cette fille que tu veux retrouver, c'est une rêveuse non?

-Oui, pourquoi? Ca te surprend?

-Qu'est-ce que tu veux en faire?

-Rien, c'est juste ma petite soeur et elle a des ennuie.

-Elle a des ennuies par ce que tu t'entêtes à vouloir la trouver.

-De quoi?

-Bah, si tu n'avais pas essayer de la trouver en gueulant comme une brêle, ils n'auraient pas pensés à l'utiliser contre toi. Mais plus important, pourquoi tu veux retrouver une rêveuse de ta famille dans ce monde?

-Je voulais juste voir si je pouvais lui sous tirer des informations!

-Quel genre d'informations?

-Mais qu'est-ce que ça peut te faire?

-Rien, je suis curieux, c'est tout. "

Essoufflé, ses flammes avaient définitivement disparues, ses poumons étaient comme engourdis. Prenant son temps pour respirer de grosses bouffées d'airs, Dan sentit que la course l'avait fatigué. Il n'était pas assez sportif pour supporter un si long temps de marche. Sa consommation n'étaient pas opulente, mais le tabac et les joints ponctuaient son quotidien de loque humaine. Bref, l’accueil n'était plus qu'à un rayon de shampoing. Les parfums de ces produits mélangés dans l'air était abominablement chatouilleux, rendant sa marche encore plus désagréable. Le bruit de ses pas était lourd et cadencé malgré lui. A peine eut-il le temps d'atteindre le guichet qu'un cortège de robots vigiles ressemblant à ceux de Kazinopolis l'encercla. Aucune trace de sa petite soeur, l'hôtesse n'était plus là et les machines commençaient à hausser le ton:

"Troisième appel, suivez-nous au dépôt dans le calme et le silence monsieur Sorro. Ou nous emploierons la méthode forte.

"C'est par où ce dépôt? C'est loin?

-Par là bas, à trois minutes et quarante cinq secondes, il y a un ascenseur à prendre. Dois-je comprendre que vous coopérez?

-Parfaitement!"

Alors que ses lèvres s'élargissaient dans un sourire charmant, son poing heurta le menton métallique du robot vigile. Didier dans un élan de courage parvint à sauter de la poche du manteau de Dan dès le premier coup. La main gantée du voyageur n'était plus sensible du tout, même si son coup n'avait pas été aussi fort que prévu il n'avait aucun moyen de l'estimer. Son pied droit envoya bouler la machine quelques mètres plus loin, cette dernière ce réceptionna dans une roulade parfaitement calculée émettant un insupportable bruit d'alarme. Les dents de Dan se resserrèrent,repensant brièvement aux dernières fois qu'il avait entendu des sons dans le genre. Deux robots lui sautèrent dessus, cherchant à immobiliser ses bras pour le soulever du sol. Les flammes blanches refaisaient leur apparition, mais un bras mécanique s’abattait déjà derrière sa nuque. A moitié assommé, Dan se sentit lever par l'un des robots, puis tout trembla et se distordit autours de lui. Même ses membres ne semblaient pas pouvoir rester tranquille.

Pendant que Jean-Baptiste luttait contre la légion zombifiés de clients, Shad changeait le cours du jeu, pour le plus grand déplaisir de Baille More. Ce dernier étant plein de ressource envoyait trois robots vigiles par voyageur à capturer pour assouvir un sombre dessin qui se déroulait au sous sol. La porte métallisé que Shad avait croisée avant de prendre en otage Fred menait à ce fameux sous sol, comme bien d'autres portes disséminées dans le Dream Marcket d'ailleurs. Dan était en train d'en emprunter une, toujours soulevé et escorté par les robots, luttant contre l'inconscience et la faim dans le monde il saisissait mieux sa situation qu'il détestait déjà. Les lumières étaient accrochées au plafond, elles étaient fébriles et lointaines, plongeant le petit groupe dans une semi obscurité que Dan redoutait nuit après nuit:

"On va où là?

-A l'ascenseur comme convenu.

-Je peux marcher vous savez?

-Négatif, vous êtes susceptible d'entreprendre des actions à but...r..gzzz. "

Il ne le laissa pas finir, les robots avaient un petit défaut aussi mignon que pathétique. Un petit interrupteur noir enfoncé dans leur nuque sur lequel était opposé un ON/OFF des plus inattendus. Stoppé dans sa course, le tas de ferrailles surprit ses camarades qu'il devançait, les entraînant malgré lui dans une chute chaotique. Les bras liés par les mains de son ravisseur dénué d'âme, Dan avait dut gigoter et se contorsionner pour éteindre la machine avec son nez. La chute lui avait permit de libérer son bras gauche, ses jambes pouvaient bouger, il n'avait plus qu'à libérer délicatement son bras ganté sans le déchirer puis il pourrait s'en aller discrètement. L'une des machine repoussa son homonyme d'un puissant coup de poing, dégageant ainsi son champ d'action qu'il employa à se redresser. Ce dernier avait inconsciemment fait ce que Dan espérait depuis tout à l'heure, malheureusement, ils étaient désormais trois à lui bloquer le chemin du retour. Il ne se laisserait plus prendre, mais ses assaillants le repoussaient petit à petit vers l'ascenseurs.Et eux contrairement à lui, ne semblaient pas fatiguer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Dream Marcket, tous unis contre les somnifères. (Jean-Baptiste Dubois/Shad Blackburn) Sam 19 Sep 2015 - 23:13
Un pas.
Je m'étais mis dans une drôle de situation. Le "drôle" avait ici la douce amertume d'un bon café, à mon palais. A la fois corsé, bien présent, mais indéniablement délectable. Certains tentaient vainement d'adoucir ce trait, d'insuffler à sa nature dure un revêtement insipide et sucré. Risible. Pourquoi vouloir casser ainsi le meilleur de la chose ? C'était comme émousser son couteau jusqu'à le rendre inutilisable sur autre chose que du beurre fondu. Trop fragiles pour supporter une saveur agressive et amoureuse en bouche ? Contentez vous de la mollesse du reste, alors, mais ne venez pas gâcher le reste. Cependant, à jouer avec une lame aiguisée, on finissait par se blesser. Il faut dire que j'avais, en matière de goût, tendance à passer outre les prudences, quitte à me faire malmener avec passion. Drôle de comparaison que j'avais à l'esprit, dans une drôle de situation. Je me déplaçais avec une froide fluidité, m'épuisant avec un minimalisme de mouvement dont je m'étonnais moi-même.

Un second pas.
Au milieu de rêveurs qui toujours fonçaient vers moi, attiré par le cercle vert qui brillait, me désignait comme leur ticket pour les réductions dont ils fantasmaient le jour et la nuit. Je méprisais l'un comme l'autre, mais l'ignorait la plupart du temps. Ici, je me le recevais en pleine face. C'était m'y plier ou m'y opposer. Les autres solutions, je ne les savais que trop ... peu effectives. Une partie de moi se récriait quelque peu d'être en pure réaction, mais j'étais plus ou moins de l'avis que ce n'était pas le cas, pas entièrement. Motivations diverses, etc ... Les compensations classiques de mon esprit face à moi-même. Je faillis être pris de court par une charge subite, rattrapais la situation en sautant au dernier moment, emboutissant la mâchoire du plus rapide du genou, qui disparut dans un *POUF* de vapeur blanche. Il s'était réveillé en sursaut, trop surprit. Tant mieux pour lui, ce n'était pas un bon rêve. Peut-être encore plus pour lui que pour les autres, vu qu'il en avait perdu le sommeil. Pas de quoi me faire perdre le mien. Les deux autres en eurent la confirmation. J'étais un peu bête de gaspiller mon temps et mon énergie de cette, à la réflexion. Ce que voulais faire ce Shad, si cela m'avait paru assez vain et prévisible, d'un coté, parce que c'était la réaction la plus commune. Ceux qui organisaient cette mascarade avaient sans doute justement prévu ce genre de choses. Rentrer dans les plans qui voulaient m’inclure me dérangeait au plus haut point. Encore pure réaction. Mais je tombais souvent dans l'impasse de l'épidermique, justement, et restait dans le système au lieu d'en sortir. Trop de monde. Je ne sais pas si j'étais le seul à être encore entre les rayons, mais le fait est que les rêveurs étaient de plus en plus. autour de moi.

Je m'envolais subitement, m'étant fait finalement encerclé. Réfléchissaient-ils un peu, tout compte fait ? C'était plutôt moi qui avait été stupide de m'avancer ainsi. Je cherchais, je ne savais trop quoi. Je ne le savais que trop. Je voulais sortir, de ce magasin de malheur et du système dans lequel il m'incluait. Ce maudit cercle vert, cette marque qui me suivait comme mon ombre. Baissant les yeux, je foudroyais le vide du regard, à mes pieds. Comment est-ce que ce truc pouvait ... Hé !

"Stop, quoi ?!"

Disparu ?! En dessous de moi, les rêveurs avaient l'air aussi surpris que moi, une indicible tristesse en supplément. Un peu hébété, je me laissais tomber sur mes pieds, manquant de trébucher. Ils ne s'intéressaient plus du tout à moi, maintenant que je n'étais plus un ticket pour leur plus grand fantasme du moment. Je ne pus m'empêcher de sourire un peu quand un cri contrarié retentit dans les haut-parleurs. Apparemment tout n'était pas si bien prévu. C'était vraiment très agréable à entendre, mais le fait que je n'en étais pas la cause me traversa brièvement l'esprit. Oui, sans doute, peut-être même était-ce le jeune (comment s’appelait-il déjà ?) que j'avais croisé et recroisé, et qui s'était dirigé vers les locaux du personnel. Tant mieux, si je mes doutes se voyaient injustifiés à ce sujet. Il devait cependant être dans une situation délicate, ou tout du moins ça ne saurait tarder, s'il *BONK*

Ma vue se troubla, alors que mes oreilles sifflaient brusquement. Mon corps ne me répondait plus, j'étais sonné. Je me retournais néanmoins, mes mouvements n'avaient pas besoin de mon corps, mais je le fis avec maladresse, me tordant presque les pieds et m’emmêlant les jambes dans la manœuvre. Je venais d'être frappé à la nuque, alors que pourtant je n'avais rien vu venir. Dans ma volte-face, je cherchais des yeux un agresseur que je ne voyais pas. Tout était encore flou, quand un second coup arriva, au niveau de mon ventre. Celui-là, j'eus presque le temps de le voir venir, et amorti plus ou moins le choc. Mais la vision de ce qui me frappait me laissa un peu dubitatif une fraction de seconde; c'était une main, seule, aucunement rattachée à un bras. Je tentais maladroitement de l'attraper, mais elle esquiva, flottant rapidement pour se perdre plus loin, dans la zone de flou. Je secouais la tête, reprenant enfin. Les rêveurs se dispersaient plus ou moins, quittant l'allée pour vaquer à je ne sais quelles occupations. Cependant quelqu'un restait, et s'avançait vers moi, droit sur moi. Il leva le bras alors que la main volante s'y emboîtait, me regardant d'un air goguenard.

"T'es plus solide que t'en à l'air, toi !"

Je me mis en garde minimale, les bras le long du corps, de trois quart face à lui. Qu'est-ce que ... Je ne comprenais vraiment pas la raison de cette agression, mais je réagissais comme je pouvais. Posant mes yeux glacials sur lui, je le détaillais rapidement, mais quelque chose me fit me plier brusquement, presque trop tard. Son autre main, plaquée au sol, venait de bondir vers ma gorge. C'était plus du bluff qu'autre chose, cependant. Mais cela n'annonçait rien de bon ...

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 230
Date d'inscription : 08/02/2015
Age du personnage : 21

Voyageur Expérimenté
Shad Blackburn
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 265
Renommée: 565
Honneur: 155
MessageSujet: Re: Dream Marcket, tous unis contre les somnifères. (Jean-Baptiste Dubois/Shad Blackburn) Lun 12 Oct 2015 - 13:28
"Merci" ; souffla le jeune invocateur à l’oreille de Fred qui se tenait l’épaule en tentant vainement de réprimer quelques grosse larmes qui coulaient le long de sa joue.  Shad fut tout de même pris de remord d’avoir fait souffrir cette créature qui, malgré tout, se contentait de suivre les ordres de son patron. Il soupira longuement et invoqua trois abeilles ouvrières qui se posèrent sur la blessure du cyclope pour y déposer une petite plaque de cire.

-Ménage ton épaule, ça devrais cicatriser d’ici quelque temps…

Le voyageur eut à peine le temps de finir sa phrase que la porte derrière lui s’ouvrit dans un fracas assourdissant. Trois robots entrèrent dans la pièce en s’alignant devant l’unique issue de la petite salle. Shad dégluti bruyamment  en faisant machinalement un pas en arrière. La situation commençait à virer ironiquement au cauchemar. Le robot au centre du trio s’avança d’un pas et pris la parole d’une voix sombre et linéaire typique d’une intelligence artificielle.

-Veuillez nous suivre, Monsieur Blackburn. Vous êtes cordialement invité à rencontrer Monsieur More en personne.

Une multitude de question traversa l’esprit du voyageur à ce moment précis. A commencer par le fait inexplicable que ces machines connaissaient son nom alors que c’était la première fois qu’il mettait les pieds dans cet endroit.  More devait probablement être le nom du cinglé qui était derrière tout ça, mais ce qui intriguait réellement Shad c’était de savoir ce qu’il pouvait bien lui vouloir. Pas du bien en tout cas, vu qu’il venait surement de faire capoter un partie de son plan. Il devait trouver une solution et vite ; il fallait gagner du temps.

-Et, euh… que me vaux cette honneur ?

-Vous verrez cela avec monsieur More lui-même. Suivez nous sans faire d’histoire, l’entrepôt est juste derrière.

Ah, la fameuse porte blindée munie d’un clavier. C’était donc ça. Shad réprima un juron en repensant à ce que lui avait dit Jean-Baptiste : il s’était belle et bien jeté dans la gueule du loup. Pauvre con. Perdu dans ses pensées, il avait presque oublié la présence de Fred qui en avait profité pour l’immobiliser en l’attrapant par-dessous les bras en callant ses mains derrière sa nuque. Putain l’enfoiré, et dire qu’il avait eu de la pitié pour lui. Shad s’énerva et se débâti comme un diable ; il avait une sainte horreur de se sentir maitrisé de la sorte. Cette fois c’était décidé il allait tout faire pour se sortir de cette endroit de fou, quitte à tirer sur tout ce qui bouge.

-Je le tien ! vite, attrap… *BUNK*

Fred retomba sur son siège, complètement assommé et le nez en sang. Trop occupé à retenir l’invocateur en regardant dans la direction du trio robotique, il ne remarqua pas que ce dernier en avait profité pour se forger un casque de cire pour balancer un grand coup de tête en arrière. Les machines avaient anticipé l’action et s’étaient déjà jetées en avant pour saisir l’invocateur. L’un d’entre assena un violent coup de poing sur le haut du crâne de son crâne et le choc fut amorti par le casque de cire ; suivi d’un deuxième qui le fissura complétement. Légèrement sonné, Shad se jeta sur le côté et se réceptionna maladroitement au sol sur ses coudes. Il fit disparaitre le casque de cire et laissa place une nouvelle fois à Gate et Ling puis pris une grande impulsion en direction de la porte de sortie. Il se rétama une seconde fois au sol quand deux des robots lui attrapèrent les jambes et l’attirèrent vers eux. L’invocateur colla ses canons sur les poignets des machines et vida complétement le reste de ses chargeurs dessus. Ils furent endommagés, mais ce ne fut pas suffisant pour les faire céder. Ils lâchèrent tout de même prise mais le troisième robot abattit la tranche de sa main sur la nuque du voyageur au moment où celui-ci tenta de se relever. Assommé, Shad se sentit soulever par les bras touchant à peine le sol. Le bruit des pas de ses ravisseurs résonnait dans sa tête comme un écho et la faible lumière émise par les néons lui semblait être des fantômes qui défilaient sous ses yeux mi-clos. Il aperçut vaguement la porte métallique, la vit s’ouvrir et sombra dans les ténèbres profond du coma.

Il reprit conscience quelque minute plus tard, dans un immense entrepôt faiblement éclairé par quelques lampes accrochées au plafond. L’endroit était  remplit d’étagères sur lesquelles reposaient des caisses en bois et autre objet en tout genre tels que des lampes, poterie et autre boites de conserve. Il se releva douloureusement en se massant la nuque et observa les environs en tentant tant bien que mal de s’adapter à l’obscurité. Il constata en soupirant longuement qu’il était enfermé dans une sorte de petite réserve dont les fenêtres grillagées lui permettait tout juste de voir l’ensemble de l’endroit. A côté de lui, sur une petite caisse en bois se tenait un petit jouet. Un singe tenant des cymbales entre ses petites mains de plastique.  Quand il les fit s’entrechoquer le jeune invocateur sursauta en tournant brusquement la tête vers lui.

-Hey, pssst ! Avoue que j’fais pas mon prix.  Pourtant ça fais un baille que j’suis là-dedans. Tu vas me faire sortir, hein ? C’est toi qui fou l’bordel depuis tout à l’heure, hein ? Ils sont où tes potes ?

Shad l’observa pendant quelques secondes avant de répondre. Il n’avait pas la moindre idée de ce qu’il foutait là et ne comptait pas rester sans rien faire en attendant de le découvrir. Et puis il avait autre chose à foutre que de discuter avec un singe en peluche. Agrippant le grillage de la fenêtre, il cala sa tête contre le montant du châssis.

-Mes « potes »? hum… Aucune idée. Peut-être seront-ils plus malin que moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 338
Date d'inscription : 06/07/2013
Age du personnage : 21

Voyageur Expérimenté
Dan Sorro
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 80
Renommée: 758
Honneur: -120
MessageSujet: Re: Dream Marcket, tous unis contre les somnifères. (Jean-Baptiste Dubois/Shad Blackburn) Ven 16 Oct 2015 - 21:13
L'ascenseur n'était pas très solide, sûrement conçus pour les employés plus que pour les marchandises. Les coups pleuvaient, entre deux esquives et deux coups de fouine les lèvres du berserk sifflaient des insultes auxquels les guerriers de métal ne donnaient aucun crédits. Ils avaient réussi à le repousser dans l'ascenseur, mais ils peinaient toujours à le maintenir en place, sa force augmentaient secondes après secondes. les androïdes avaient pourtant visés les points sensibles tels que le foi, les yeux ainsi que les tempes. Mais rien à faire, les flammes continuaient de gagner progressivement du terrain, englobant Dan dans un manteau de reflets indécis. Ses mains plongeaient à même les circuit de l'un des gardes. Il sentait l'ascenseur descendre lentement dans un grincement incessant. Ca ne l'aidait pas à se calmer, il sentait l'air se raréfié, ses veines gonflaient au tempo des coups acharnés qu'il délivrait. Mais les machines ne s'emballaient pas, au contraire leur seul mauvais calcul était d'identifier ses ondulantes flammes blanches comme un pouvoir élémentaire faible.

Les chaines coulissantes lâchaient dans leur descente infernale plusieurs morceaux incandescent. Les machines n'étaient plus qu'à deux contre un, maintenant les bras du malheureux avec peine contre les paroi opposées à la porte d'entrée de la cabine. L'animale cherchait à se libérer, faisant appel à l'aide de ses jambes pour se propulser du mur contre lequel il se débattait. Il en avait vue d'autre des personnages secondaires collants, mais ceux là le rendaient dingue. Une écume de salive s'envola non loin de ses grolles alors qu'il persistait. L'une des deux machines n’avaient plus qu'un bras, tendis que l'autre avait perdu la moitié de son profile droit lors d'un choc contre son collègue. La cage reçue une secousse de trop, percutant l'un des restes de l'ancienne cavité, les chaînes cédèrent en les propulsant contre l'une des paroies qui les repoussèrent d'un mur à l'autre jusque à la chute finale.

Quelques néons éclairaient faiblement les rayons débordant de cartons et de boites emballées. La carcasse de l'ascenseur s'était écrasée dans un fracas plus sourd que prévu. Les portes étaient pliées, les coins révulsés et désagrégés. L'une des plaques de l'ascenseur se redressa, soulevant quelques barres de métal pliées. L'une des machines sortaient péniblement des ruines, son bras et la seconde parie de son visage étaient broyés. pas de flammes, juste quelques soupirs et un râle entendu. Dan se redressait déjà vivement dans le dos du robot, l'achevant à coup de jambes métallique. Plusieurs coups plus tard, Dan était soulagé. Son bras ganté n'vait pas de dommages, ses mains étaient aussi éraflées que ses genoux, mais la douleur n'était pas encore suffisamment lancinante pour devenir un handicap. Les secousses lui avaient permi de se soustraire à leur prises et de défendre sa peau de voyageur avec fougue et folie. Il se souviendrait longtemps de cette chute, il n'avait pas autant approché la mort depuis deux nuits au moins...

il entendait des roulements, des grincements et une foulée de voix provenant des bouts de rayons. La puissance du choc ne semblait pas avoir alerté plus de monde que ça. Il n'y avait pas de feux, ni d'alarme, pas de questions à ce poser il devait continuer. L'obscurité n'était pas totale, il y avait suffisamment de lampes pour qu'il puisse distinguer les silhouettes des employés sur quelques mètres. Ses pas étaient aussi discret qu'à l'accoutumé, mais il ne pouvait s'empêcher de heurter des coins d'armoires, ou bien de bousculer des byblos publicitaires. Alimentant ses angoisses, de fines flammes bleues enlaçaient ses bras et ses genoux, cramant sa présence sans aucun soucis. Il ne lui fallut pas plus de huit minutes pour ce faire repérer, l'obligeant à repartir au pas de charge.

De son côté, le singe à tambourin se retournait vivement vers l'entrée de la pièce contenant la cage dans laquelle patientait Shad. Ce dernier avait sûrement eut le temps de se faire bassiner par les grimaces et histoires du singe. Peu de gens s'intéressaient réellement à lui de toute manière, il en avait toujours été ainsi en ce bas monde de marketing ingrat. Les deux portes coulissantes en acier s'ouvrirent, révélant une créature avoisinant les deux mètres et les cent vingt kilos. Un morceau de chaire violacée aussi méchant que moche. Son costume trois pièces étaient immonde, et ses mains couvertes de plaies cicatrisantes:

"On va y aller doucement, l'un de tes collègues est actuellement à cet étage en train de fuir nos agents. Il ne tiendra plus très longtemps, alors j'espère que tu vas coopérer, sinon..."

La porte qu'il n'avait pas soigneusement refermée s'abattit dans son dos, projetant la face du colosse contre la cage, ce dernier n'eut pas le temps de voir Dan débouler et s'enfermer avec eux. Son souffle était court, son visage blême, il n'aimait pas du tout ce qu'il était en train de voir. Un postérieur aussi massif que sa cage thoracique, un bout de voyageur enfermé dépassant de la fesse gauche. Et un grognement menaçant provenant du gardien vexé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Dream Marcket, tous unis contre les somnifères. (Jean-Baptiste Dubois/Shad Blackburn) Mar 27 Oct 2015 - 16:20
Rien ne va plus. Très sérieusement, cet endroit ... Il me faisait presque déclarer forfait. J'étais dans un dilemme orgueilleux et, comme de juste, insoluble en l'état, qui ne me donnait pas la moindre échappatoire intellectuelle. Physique, c'était peut-être une autre affaire. Mais il m'était hors de question de tourner casaque devant ce ... cet abruti. Je n'avais pas la moindre envie, pas le plus petit soupçon, de fuir, alors que ce fichu crétin m'attaquait sans raisons. Cet endroit, ces tentatives ridicules et malheureusement efficaces de m'enfermer dans son système stérile. On cherchait à ce que je lutte, hein ? C'est ce qu'on attendais de moi. Je les conchiais de tout mon être gonflé de mépris, mais pourtant j'allais leur donner ce qu'ils voulaient.

Je jaugeais du regard celui qui m'agressait. Il allait comprendre le pourquoi de son erreur, dussé-je m'y brûler les ailes. Doucement, une colère froide et implacable montait en moi, et mes réserves étaient épuisées en ce qui concernait ... ma réserve (no pun intended). Je n'avais plus qu'envie de laisser libre cours à mes envies. Ce qui signifiait, pour le moment, rosser ce cuistre.

Je n'avais pas assez d'informations quant à ses capacités, en revanche, ce qui e retenait de foncer tête baissée. Sa main pouvait se détacher de son corps, apparemment. Si son pouvoir était similaire à ce que je pouvais imaginer, il ne me restait pas beaucoup d'options ... Confirmant mes craintes, je grimaçais en parant de justesse un poing venu de je ne sais où qui, éhonté, se dirigeait droit vers mes plus fragiles points faibles. Mon tibia relevé à la va-vite, dans une espèce de saut précipité qui me laissait sur un seul appui, dans une position peu commode, m'énerva encore plus. Je me pliais en deux, vif comme un serpent, plongeant sur moi-même pour attraper cet intrus qui se retirait déjà. A peine emprisonnais-je cette main dans la mienne que je vis mon erreur. Ne jamais perdre de vue son adversaire ! Combien de fois me l'avait-on répété, alors que la faille dans mon attention se voyait punie instantanément ? J'utilisais moi-même ce genre de feinte, l'exploitait. Pourtant ici je m'étais trop concentré sur cette main. Le coude de l'homme était à quelques centimètres de mon visage quand je le vis.

Rétrospectivement, j'aurais sans doute pu utiliser les capacités défensives de mon aura pour bloquer ce coup. Du, peut-être. Mais ma réaction fut toute autre. Je me reculais très brutalement, dans l'espoir fou d'esquiver au dernier instant. En un sens, j'y réussis presque, puisque seule ma pommette droite pâti de mon inattention. J'avais bondi en arrière, un peu sur la gauche, dans un mouvement qui gardait le flanc que je voulais en face de mon adversaire. Ce dernier, un bras en moins, semblait décidé à me faire goûter de l'autre. J'étais coincé, finalement, en à peine une action. Son bras droit était sur moi, sa main droite entre les miennes, les neutralisant toutes les deux. Merde ...

Plus le choix. J'inversais mon mouvement, de toute la puissance dont j'étais capable. Très vite, dès l'instant où situation m'apparu, sans quoi j'aurais hésité. Je ne réfléchis pas du tout, finalement, sur le moment, tout allait trop vite. Prise d'information, action, le couple dansait sur le fil du temps, dans un ballet tournoyant et quasi mécanique. "Mon corps pensait à ma place", diraient certains. Je dirait plutôt que ma pensée dépassait simplement la conscience immédiate. C'était ainsi, dans le feu de l'action, et tenter de le décrire par la suite tombait invariablement dans la déformation, légère ou non. Toujours est-il que je fis quelque chose qui dans une situation autre, m'aurait paru impensable. Mais mon aura allait au delà de cela. Elle n'avait pas besoin de mes muscles pour me porter, pas besoin de l'inertie pour créer un mouvement. Mon adversaire ne devait pas le savoir non plus.

J'étais en train de reculer, pourtant je fonçais soudain sur lui, plus vite que sa charge confiante encore. Ma tête, dont le coté droit allait m'en cuire sous peu, se porta en avant, extension du balancier de mon buste, qui la lança en avant. Instinctivement, mes bras commencèrent à se replier, emportant la main qui tentait de s'extirper de mon étreinte tactile. Mon front en avant rencontra le sternum de l'assaillant, alors que mon oreille gauche se froissait sous le coup de poing, qui ripait encore une fois. Je poussais de toutes mes forces, comme si je voulais emboutir un mur avec mon crâne, en expirant avec violence.

Pas autant que lui, cependant, qui voyait sa cage thoracique stimulée de singulière manière, écrasée par mon lobe frontal. Il fini de vider ses poumons dans un râle étouffé, manifestement surpris. Il manquait un peu de conviction à mon goût, en revanche. Pourtant il ne put réagir lorsque je relevais mon buste, en lançant mes coudes contre son torse, encore. C'était autant une attaque d'une défense, au final, avec mes deux mains jointes sur la siennes, formant une barrière contre la menace immédiate. J'étais presque plaqué à lui, et il allait reprendre ses esprits rapidement. Son bras était en train de se replier, l'autre revenait à lui. Agir, il fallait agir ! La seule chose qui me vint fut de lâcher sa main, et porter les miennes à son cou, en lui sautant dessus, dans l'espoir de le faire tomber. J'enfonçais mes pouces, poussait pour le faire tomber. Sans succès. Il se reprenait vite. Cependant il n'avait plus d'air dans les poumons, et je bloquais l’afflux d'air avec rage. Sa main encore rattachée à son bras se referma sur mes cheveux, tirant convulsivement. Son autre, retombée au sol, s'accrochait maintenant à ma jambe. Je résistais comme je pus, ma tête se tordant douloureusement sur le coté, mais je continuais à l'étrangler, plus fort encore. Il se débattait, rappelant son bras disloqué à lui. J'étais sans issue, maintenant. Je pris sa jambe entre les miennes, tentant de le faire chuter, mais il s'accrochait à moi.

Il me prit de court en se dérobant soudain sous moi. Ses deux mains se portèrent à mes bras en toute hâte, et je n'eus pas vraiment le temps de faire quoi que ce soit. A part continuer à bloquer ses jambes, et tenter de l'étrangler plus fort encore. La lutte devint confuse, une fois arrivé au sol. Il se débattait comme un animal en détresse, me repoussant comme il pouvait. Je manquais de lâcher à plusieurs reprises, alors qu'il ne semblait jamais vouloir s’asphyxier.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 230
Date d'inscription : 08/02/2015
Age du personnage : 21

Voyageur Expérimenté
Shad Blackburn
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 265
Renommée: 565
Honneur: 155
MessageSujet: Re: Dream Marcket, tous unis contre les somnifères. (Jean-Baptiste Dubois/Shad Blackburn) Dim 22 Nov 2015 - 14:15
-Et c’est là que cette connasse de Barbie m’a giflé devant tout le rayon jouet ! Nan mais tu l’crois ça ?! Du coup j’ai pété les plombs et ils m’ont collé là, dans la réserve à moisir comme un mal propre et franchement c’est pas cool parce que tu vois, autant les flippers du coin sont sympa, mais ils causent pas des masses et puis…

-Ta gueule.

Le jeune invocateur commençait à en avoir ras le bol du monologue interminable de ce singe en peluche et hésitait à lui enfoncer son tambourin dans la bouche ou dans son fondement. Il se surprenait à avoir des envies de violence mais se dit qu’au final, ce n’était peut-être pas si surprenant que ça. Après tout, il s’était fait choper par une bande de robot-vigile dans un supermarché onirique sans avoir la moindre explication, et encore ça ne résumé absolument pas la situation dans laquelle il se trouvait. Alors que le singe continuait encore son histoire, Shad se frappait la tête contre le rebord de la fenêtre en priant à qui voulait bien l’entendre que quelque chose se passe, quitte à devoir se battre. Prière exaucée. Ah évidemment, c’était plus simple de voir ses vœux se réaliser quand on souhaitait aller au-devant des emmerdes que quand on cherchait  à les éviter. Un immense pachyderme entra dans la pièce où Shad était retenu dans une cage et se planta devant la grille. Il était laid. Vraiment très laid, et son costume rapiécé rivalisait d’absurdité avec la teinte violette de sa peau. Ce dernier lui conseilla de le suivre sans faire d’histoire car de toute façon l’un de ses camarades se trouvait dans le même secteur que lui et allait bientôt se faire attraper par la sécurité.

Shad avait une petite idée de qui cela pouvait bien être mais cependant il ne savait pas à quoi il ressemblait. Il ne tarda pas à le découvrir quand celui-ci pénétra brusquement dans la pièce, bousculant l’énorme créature qui s’écroula contre la cage où était enfermé le jeune invocateur. Il se redressa dans un grognement étouffé et se retourna vers le voyageur qui venait de l’importuner. Ce n’était pas Jean-Baptiste ; il l’aurait reconnu sinon ; alors peut-être était-ce ce fameux Dan Sorro qui avait vivement suscité l’attention du gérant de ce foutu magasin. A première vu il semblait fatigué d’avoir couru pour échapper à la sécurité et un affrontement avec ce colosse ne semblait pas le ravir au plus haut point ; Du moins pas seul. Et Shad comptait bien sortir de sa prison pour lui venir en aide ; ainsi il serait plus simple de sortir de cet enfer en la compagnie d’un autre voyageur. Malheureusement ses doigts fins ne passaient pas suffisamment à travers la grille de sa cage pour qu’il puisse atteindre le trousseau de clé attaché à la ceinture de la créature. Celle-ci était pourtant presque collée à la paroi de la prison et se contentait pour le moment de faire craquer ses phalanges en menaçant le prétendu Dan du regard.

Shad eu alors une idée qu’il trouva lumineuse sur le coup ; en particulier parce que c’était la seule solution dont il disposé à cette instant ; et ce tourna furtivement vers le petit singe en peluche en chuchotant à son attention.


-Tu veux sortir d’ici ? Alors choppe son trousseau de clé et je t’emmène avec moi.

Le jouet agita ses petites  cymbales en guise d’acceptation et grimpa sur l’épaule de l’invocateur. Shad agrippa le grillage et tira aussi fort qu’il put en se mordillant les lèvres. Il parvint à l’écarter suffisamment pour permettre au singe de passer à travers et ce dernier sauta vers le colosse pour s’agripper à la poche arrière de son pantalon. Le gorille se rua en direction de Dan Sorro et s’arrêta net quand il l’entendit un tintement familier. Celui d’une clé qu’on actionne dans une serrure.

En se retournant, il constata que le prisonnier était en train de prendre la fuite. Par réflexe il tâta son ceinturon mais bien sûr son trousseau de clé ne s’y trouvait plus. Avec le même grognement stupide, il fonça en direction de l’invocateur qui esquiva de justesse un coup de poing en pleine poire en faisant une roulade sur le côté. Il se releva brusquement, le singe toujours accroché à son épaule et vint se positionner aux côtés de l’autre voyageur. Il le salua d’un bref regard et se mit en garde. Son pouvoir ne s’était pas encore assez rechargé, il ne pouvait pas se permettre de se forger une armure de cire incomplète pour le moment ; l’ennemis était de taille.


-On fera les présentations un autre moment, j’imagine.

Le colosse de redressa et martela du poing la porte de cage, la pliant en deux. Il semblait vraiment en colère cette fois ci, le combat s’annonçait rude…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 338
Date d'inscription : 06/07/2013
Age du personnage : 21

Voyageur Expérimenté
Dan Sorro
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 80
Renommée: 758
Honneur: -120
MessageSujet: Re: Dream Marcket, tous unis contre les somnifères. (Jean-Baptiste Dubois/Shad Blackburn) Lun 23 Nov 2015 - 16:16
Dan poussa un soupir désapprobateur en lorgnant dans les yeux du colosse. Il n'avait vraiment pas l'air coopératif, ni même suffisamment alerte pour en espérer quoi que ce soit. Certes, sa force dépassait la sienne en terme de brutalité. Mais il lui manquait cette sauvagerie si oppressante que dégageait la plus part des monstres ayant croisé sa route. Ses gestes étaient lents mais calculé, il lorgnait sur Dan comme une grenouille qui s'attarde sur une mouche prêt de sa marre. L'image lui déplût fortement, mais il s'en accommoderait. Les poings du voyageurs se mirent face à son menton puis se décalèrent progressivement en suivant l'axe de ses épaules. Ses pieds glissèrent sur la surface plane du sol gris, ses lèvres tiquèrent inconsciemment lorsque il se surprit à resserrer ses poignes. La sueur affluait plus rapidement que le sang, il se sentait chaud, au moindre écart de la part du géant mauve il se jetterait sur lui. L'autre voyageur semblait s'être décidé à agir, l'aide d'un singe aux propos barbant accéléra le rythme des événements. L'homme de main ne put s'empêcher de pivoter en direction du fuyard, lui offrant un magnifique crochet du gauche dans la tempe. le poing du monstre frappait de son côté le grillage en cherchant à atteindre Shad.

Dan lança encore deux ou trois coup de poings dans le flanc gauche du géant, puis il se replia en prenant appui contre la garde massive du colosse. Ce n'était pas la première fois qu'il affrontait un monstre de cette envergure, il avait déjà combattu un trolls, des vers géants ainsi que des hommes singes complètement marteau. Lorsque que le voyageur se redressa à sa gauche, il lui tournait légèrement le dos, n’apercevant qu'un partie de son visage. Sa remarque lui donna le sourire, enfin quelqu'un qui n'avait pas peur de sombrer dans le cliché. Ses épaules se détendirent, alors qu'il laissait très clairement apparaître sa futur intention. Sa jambe avant se plia légèrement en avant, son pied arrière prenait appui. la rage du géant ne l’impressionnait pas. Il pouvait le frapper, il pouvait le contrer, il n'était donc pas en danger. Il offrirait des ouvertures, l'autre n'avait plus qu'à improviser à ses côtés:

"Pas d'explosions, on se le fait à mains nues si il le faut!"

Dan s'élançait contre le géant à l'instant même ou son dernier mot heurtait les tympans de l'assistance. L'homme de main envoya son poing gauche, puis son poing droit dans une série de coup cadencé. Dan eut un peu moins de facilité que prévu, ses membres encaissaient moins aisément les coups de son adversaire. Il se sentait lourd et se rappelait que cinq minutes plus tôt, il était encore en train de lutter contre des robots dans un ascenseurs. Dan envoyait ses jambes frapper les revers des bras du colosse entre deux enchaînements. Ce dernier gagnait paisiblement du terrain en encaissant les piques de Dan. Ce dernier comptait sur le concours du mec qui s'était délivré. Se jetant sur le bras gauche du géant, il mit toutes ses forces pour plonger avec lui dans la cage où résidait Shad.

Dan s'effondrait avec l'homme de main sur lui, rouant de coup l'ignoble face de la créature des rêves qui cherchait à écraser le visage de Dan entre sa paume et le sol. Le sang n'affluait plus, ses poings n'avaient plus autant d'impactes qu'avant, mais le géant était à l'intérieur de la cage et dos à l'autre voyageur. Plusieurs options, plusieurs raisons de péter un câble, il n'allait pas aimer ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 230
Date d'inscription : 08/02/2015
Age du personnage : 21

Voyageur Expérimenté
Shad Blackburn
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 265
Renommée: 565
Honneur: 155
MessageSujet: Re: Dream Marcket, tous unis contre les somnifères. (Jean-Baptiste Dubois/Shad Blackburn) Sam 26 Mar 2016 - 15:42
Dan entama les hostilités sans plus attendre. Il se jeta sur le colosse et tout deux échangèrent des coups sous le regard hésitant de l’invocateur. Shad n’était manifestement pas autant versé dans l’art du combat au corps à corps que Dan. Il ne parvenait pas à trouver une ouverture, une opportunité d’attaquer l’ennemi sans pour autant se mettre dans les pattes de son coéquipier. Mais soudain, qu’il l’ait fait volontairement ou pas, Dan lui offrit une ouverture parfaite.  Le voyageur se jeta dans la cage en emportant avec lui l’homme de main qui lui tomba dessus. Son équipier s’évertuait à frapper l’horrible visage de la créature et cette dernière n’allait pas tarder à riposter en lui écrasant la tête de toutes ses forces. L’invocateur estima que c’était le bon moment pour agir. Puisque que personne ne semblait faire attention à lui, il se concentra et tendit ses mains vers l’avant en direction du colosse. Il avait une petite idée de comment sortir Dan de cette galère et cela le faisait déjà rire. Il ne s’était encore jamais servi de son pouvoir de la sorte, mais en même temps pourquoi pas. C’était ça ou risquer de se prendre une mandale.  

Affichant un petit sourire mesquin, il invoqua son essaim d’abeille qui sortit de ses manches et fonça en direction de la tête de la créature. Elles n’étaient certes pas encore capables de piquer, mais sentir des abeilles vous rentrer dans les trous de nez n’à en soit rien d’agréable. L’homme de main se releva en agitant la tête dans tous les sens pour essayer de faire partir les insectes qui grouillaient sur son visage. Mieux encore, sa stupidité le conduisit jusqu’à écraser sa propre main sur son visage pour tenter d’écrabouiller les insectes. S’il avait réussis à en avoir quelques uns, son propre coup l’avait sonné. Il n’eut pas le temps de reprendre ses esprits qu’une planche de bois vint se fendre en deux sur son crâne. L’invocateur constata que ce dernier avait la tête dur puisqu’il n’avait pas pour autant réussis à l’assommer.  Cela lui laissa néanmoins le temps d’aller aider son coéquipier à se relever.

-Au fait, je m’appelle Shad Blackburn, enchanté.

Une fois les présentations faites, l’invocateur se tourna vers la créature et se mit en garde pour retourner à l’assaut. Ils allaient bien finir par en venir à bout de toute façon.  La bonne nouvelle dans tout ça, c’est que le pouvoir de son essaim s’était déjà bien rechargé.  La créature était encore sonnée mais décida de repartir à la charge et s’élança vers les deux voyageurs, poings serrés.  Shad rappela quelques insectes autour de son poing gauche pour se forger un solide gantelet de cire et s’élança également en direction de la créature.  Dans un premier temps il esquiva le coup maladroit du colosse en se baissant et pivotant sur le côté, puis il se releva brusquement et sauta pour envoyer un direct du gauche dans la mâchoire du pachyderme. Cependant l’invocateur ne semblait pas avoir assez de force pour faire tomber la créature ou même la mettre définitivement KO. Dan serait peut-être plus apte à finir l’adversaire.

Quelques minutes plus tard, le colosse était finalement neutralisé et inconscient su le sol. L’invocateur haletait bruyamment en s’appuyant sur ses genoux. La nuit allait surement se terminer dans quelques instants et c’était pour le mieux. Il était presque à bout de force et n’avait plus beaucoup de carte à jouer pour le moment. Il se redressa et s’adossa contre le mur le plus proche pour se reposer et apaiser ses muscles endoloris. Après avoir reprit sa respiration, il se tourna vers Dan.  Le jeune invocateur se rappela que ce dernier était apparemment venu dans ce royaume cette nuit pour venir en aide à sa petite sœur. Et en y repensant, il avait rencontré la jeune fille à son arrivé dans le magasin juste avant de se faire embarquer par un cadi… Dan l’avait aidé à se sortir du pétrin dans lequel il s’était fourré, la moindre des choses serait peut être de lui venir en aide en retour. Il se résolu donc à venir en aide au voyageur qui se tenait face à lui la nuit prochaine, puisque celle-ci était bien entamée et risquait de prendre fin d’une minute à l’autre.


-Bon, ça c’est ce qu’on peut appeler une nuit merdique. En Tout cas je te remercie de m’avoir tiré de là. J’ai cru comprendre que tu essayais de venir en aide à ta sœur, si tu veux je peux te filer un coup de main la nuit prochaine.

Après avoir discuté quelques instants avec Dan qui lui donna son avis sur la question et sur sa situation, une voix se fit entendre dans les hauts parleurs.


-Biiiien, Monsieur Sorro. Ravi de voir que vous vous amusez toujours autant. Mais il semblerait que votre nuit touche bientôt à sa fin, et vous n’avez toujours pas récupéré votre sœur, huhuhu… Ah, elle vient de se réveiller, d’ailleurs. On peut donc dire que vous avez perdu cette première manche. Et Vous perdrez la deuxième demain, puisque je suis certain que vous reviendrez chercher votre jeune sœur qui sera, a n’en pas douter, encore parmi nous la nuit prochaine…


Shad se réveilla sur ces paroles malsaines et provocatrices du gérant du super-market. Au final il pouvait dire qu’il n’avait pas vraiment apprécié cette nuit, malgré quelques rencontres intéressantes. Il n’avait pas spécialement envie d’y retourner, mais il avait donné sa parole à Dan qu’il l’aiderait dans son entreprise pour aider sa sœur. Selon lui il le méritait bien. Et puis après tout, ce n’était qu’un petit royaume de la première zone. Il ne risquait tout de même pas d’y laisser sa peau, si ?...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 338
Date d'inscription : 06/07/2013
Age du personnage : 21

Voyageur Expérimenté
Dan Sorro
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 80
Renommée: 758
Honneur: -120
MessageSujet: Re: Dream Marcket, tous unis contre les somnifères. (Jean-Baptiste Dubois/Shad Blackburn) Sam 26 Mar 2016 - 18:59
Les yeux mis clos il se releva en titubant le profile gauche légèrement rougit et marqué par le sol. Son souffle gagnait en force alors qu'il entendait le voyageur se présenter en l'aidant. Il répondit en souriant, amusé par cet étrange décalage qu'il sentit en sentant sa voix sombrer dans un gouffre amer. Il était content d'être tombé sur un gars serein. C'était plus motivant de se battre pour des gens déterminés, que pour des pisseurs frelatés. Ses phalanges se heurtèrent dans un "OK" ardent alors que son œil gauche prenait une couleur de menthe verte.

Tout bien réfléchit, il appréciait aussi les pouvoirs cool depuis qu'il avait comprit le mécanisme de sa seconde lame. Faire apparaître des abeilles allait être un peu moins facile à réaliser que d'imiter des rayons de lumière. Alors deux options s'offraient à lui. La libération de toute son énergie pour essayer d'inonder la salle puis se barrer, où l'attaquer en combat clos pour le surprendre. Ses pas suivirent ceux de Shad, le laissant gérer son assaut comme un chef. Dan profita de l'ouverture parfaite que l'invocateur d'abeille créa avec son gant pour enfoncer son genou dans le foie du colosse. Ce dernier fléchissait douloureusement sans pour autant abandonner. La créature en smoking les repoussa à l'aide de ses avants bras s'agrippant à Dan pour se redresser et l'encastre dans le mur. Ne parvenant pas à contenir ce colosse, le voyageur à l'oeil vert dut encaisser le coup. Il crut que son corps entiers allait céder, il était tellement soulagé de sentir la décompression du géant qu'il en puisa une motivation suffisante pour envoyer un essaim certes imposant, mais tristement moins charismatique et coordonnés que celui de Shad.

Elle ressemblaient plus à une horde de mouche sans pattes croisées avec des lucioles. Quoi qu'il en soit le torse et le visage du gardien était recouvert de flammèches qui puisaient dans les ressources de la créature. Décontenancé par l'aspect peu commun de ces flammes non brûlantes, le monstre perdit l'avantage et sentit un puissant coup de talon lui éradiquer l'entrejambe. Ses mains trop occupées à chasser l'essaim éphémères lui coutèrent une grande partie de sa progéniture. Le vigile attrapa le col de Dan, une goutte de salive aux coins des lèvres, ainsi qu'une petite larme coulant le long de sa joue. Le colosse sentit sa prise se défaire sous une parade du voyageur. Il tenta de le frapper au visage d'un coup de poing mais Shad intervint. Donnant une fois de plus le temps à Dan de placer ses coups, plusieurs crochets dans le menton, trois directs dans son énorme nez, puis un coup sec à la tempe pour essayer de ne pas le tuer. La surface de son visage était devenu bien plus meuble après le passage de son attaque. Son oeil vert disparut après son enchaînement de coup, laissant le gardien s'effondrer dans un râle laconique.

Épuisé il devait reconnaître que s'était Shad qui lui avait rappelait la présence de sa soeur. Son coeur se serra un bref instant, immédiatement refoulé par la vague de douleurs que lui rendait ses muscles:

"Ouais, je veux bien de ton aide si ce n'est pas abuser... merci, moi c'est Dan Sorro! Alias le Berserk si possible. Il ressemble à quoi ton... "

-Biiiien, Monsieur Sorro. Ravi de voir que vous vous amusez toujours autant. Mais il semblerait que votre nuit touche bientôt à sa fin, et vous n’avez toujours pas récupéré votre sœur, huhuhu… Ah, elle vient de se réveiller, d’ailleurs. On peut donc dire que vous avez perdu cette première manche. Et Vous perdrez la deuxième demain, puisque je suis certain que vous reviendrez chercher votre jeune sœur qui sera, a n’en pas douter, encore parmi nous la nuit prochaine…

Dan sentit de fines flammes Blanches enrober son corps à un rythme étrangement apaisant. La douleur s'en allait doucement mis à part celle de son bras ganté qui brûlait toujours sous le concours de son démon enflammé. Mais il se sentait beaucoup plus apte à broyer la mâchoire de ce directeur de génie. Heureusement, ses yeux s'ouvrirent sur une fenêtre mal fermée par laquelle s'écoulait une pluie grisante. Il s'était réveillé aussi doucement qu'il s'était énervé. Se soir allait être un grand jour à Dreamland. Il percevait de plus en plus les limites et fonctions de ses capacités. Il suffisait juste de les prendre comme il le désirait. S'énerver était facile, envier les autres aussi, vouloir se protéger encore tendait vers le naturel. Il ne finirait pas dans un état lamentable demain, pas cette fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Dream Marcket, tous unis contre les somnifères. (Jean-Baptiste Dubois/Shad Blackburn)
Revenir en haut Aller en bas

Dream Marcket, tous unis contre les somnifères. (Jean-Baptiste Dubois/Shad Blackburn)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1-