Haut
Bas

Partagez|

[Tyrannia] Paysage marécageux et culs terreux [PV Darm]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 11
Date d'inscription : 15/01/2015
Age du personnage : 25

Habitué
Aurelian Dasler
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: [Tyrannia] Paysage marécageux et culs terreux [PV Darm] Mer 18 Mar 2015 - 5:53
Humidité, vent... odeur d'humus fort déplaisant... J'ouvre les yeux au beau milieu d'un marécage, boueux et obscur. J'enrage, les arrivées hasardeuses durent ! Je n'en peux plus de plonger au petit bonheur la chance en espérant que Dreamland me montre un peu de clémence ! Je pourrais m'estimer heureux de ne pas être arrivé dans la boue, mais merde j'ai envie de râler et puis c'est tout... En plus il fait froid, ce que j'adore ! Je suis coincé quelque part dehors, et il va falloir que je me sorte de là. Je ne connais pas l'endroit, et il commence à y faire noir. L'ambiance est lourde, et la pluie fait l'effet d'un rasoir. Glaciale, elle tombe sur ma peau, et la douleur pénètre jusque dans mes os. Je décide de courir pour retrouver mon chemin, un peu d'exercice me fera du bien...

Je me fraye un chemin au travers des herbes hautes, priant pour ne pas me perdre davantage. Je sens en ce lieu un je ne sais quoi de sauvage, comme s'il guettait la moindre de mes fautes. Toujours tout droit, contourne l'arbre ! Lutte contre le froid, sois de marbre ! Le sol claque à chacun de mes pas, lourds et désordonnés. Ce marécage n'en finis pas, mais je ne peux pas abandonner. Non, je ne peux pas me laisser crever, pas dans ce trou paumé !

Roh, et puis vous savez quoi ? J'en ai marre de penser de manière poétique juste pour embellir l'action... Je suis paumé, comme une grosse merde, j'assume ! Et puis ce sera plus simple pour moi de penser comme ça. Les rimes embrasses et tout le merdier, ça va pas m'en tirer, du merdier.

J'entend un drôle de bruit dans le coin, là. De suite... Comme des serpents... mais différent... Ca grouille, ça gratte le sol. Je n'aime pas ça, surtout quand je ne peux rien voir autour de moi... Et puis, c'est pas comme si j'étais sans défense, mais je ne suis même pas sûr de l'efficacité de mes poings américains contre les monstres de ce monde. Quant à l'armure fantoche là, qui apparaît de temps en temps là quand j'suis dans la mouise, j'pense pas non plus qu'elle puisse grand chose contre ça. J'pense pas qu'elle vienne s'y risquer tout court, d'ailleurs ! T'attaque pas un monstre avec une canette vide... Elle resterait là, genre à se demander quoi faire, l'air con, même sans yeux ! Et puis moi j'y mettrais une torgnole, mais elle me reviendrait dans la gueule j'sais pas pourquoi, comme la fois où je l'ai cognée parce que ça me saoulait de l'avoir dans les pattes. Donc soit elle est ultra rapide et cache bien son jeu, et m'a rendu le gnon toute seule, soit y a un truc que j'ai pas encore percuté dans l'affaire.

Le bruit se fait plus grand, je m'arrête... Le vent, oui. Mais pas que. Y a un truc louche, ici, c'est pas net, pas si discret que ça, mais surtout pas rassurant... Je mets mes mains dans mes poches, enserrant mes poings américains.

- Amène-toi ou j'viens te chercher moi-même ! dis-je d'un ton ferme, cachant mon stress.

Voyons Aurelian, ne panique pas ! T'es dans le pays des rêves, c'est mignon, les rêves ! C'est tout doux tout mou et complétement inoffensif ! Pff... Mon cul sur une agrafeuse, ouais ! Les mots de mon ex retentissent encore dans ce qu'il reste de mon cœur quand je cherche à songer à mes cauchemars. C'te sal***... La preuve que non, t'en as beaucoup des beaux rêves qui se passent dans un marécage putride habitant des trucs qui te surveillent pour te bouffer ?! Si ça se trouve, c'est un de ces "Tyrannides" dont j'ai entendu parler hier par un pékin au métro ! J'étais tellement curieux de voir à quoi ça ressemble... Bah là je regrette ma curiosité, je veux bien oublier l'idée à condition de retrouver mon con de chemin ! En attendant, y a un truc là qui veut se faire boxer. Je surveille mes alentours, m'apprêtant à taper une gueule... ou un sprint, ça dépendra !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 159
Date d'inscription : 30/01/2015
Age du personnage : 20

Citoyen modèle
Darm
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 145
Renommée: 370
Honneur: -58
MessageSujet: Re: [Tyrannia] Paysage marécageux et culs terreux [PV Darm] Mer 18 Mar 2015 - 23:13


- Vladimir !
- Qu'est-ce qu'il y a, Darm ?

Ton interlocuteur semblait étonné que tu lui adresses la parole. Habituellement, c'était toujours lui qui faisait l'effort de débuter une nouvelle conversation, et qui s'assurait de l'alimenter. C'est d'ailleurs lui qui t'apprenait le plus de choses concernant Dreamland. Bien que tu ignorais tout des liens familiaux, il se rapprochait le plus d'un frère aîné pour toi, dans son attitude presque paternaliste. Quelque fois, ça t'agaçait et t'avais envie de le remettre à sa place. Mais aujourd'hui, c'était toi qui prenais les devants et ça l'étonnait.

- En ce moment, j'fais que des missions de merde. Et ça m'gonfle.
- Ah ouais ? Du genre ?
- Transporter des caisses, rechercher une licorne, besoin d'un dessin ?
- Euh.. Non, ça ira. Et du coup, en quoi puis-je t'aider ?

Tu réfléchis à ce que t'allais pouvoir lui dire. Il fallait être clair. Tout en réfléchissant, tu époussetas ton smoking : le patron ne supportait pas quand une poussière traînait sur ses gardes du corps. À ses yeux, ils faisaient partie du mobilier et devaient être présentables./i]

- Tu connaîtrais pas une mission intéressante, un truc de bourrin ? Dans un royaume vraiment dangereux, avec des tonnes d'ennemis à tuer ?
- Là, comme ça, il y en a pas beaucoup qui me viennent à l'esprit. Et, franchement, c'est bien trop dangereux pour toi.
- J'ai l'air d'une fiotte !?!
- Je suis sérieux, Darm. Si jamais le patron apprenait que l'un de ses gardes du corps est décédé lors de ses congés à cause de mes conseils... J'pense que je ne tarderais pas à le rejoindre.
- Okay, j'ai compris. T'es une fiotte !
- Darm, je te permets pas...
- Tu vas faire quoi ? Me sucer la queue ?

L'air de Vladimir se fit glacial. Gueulant son cri de guerre, il se retrouva vêtu d'une armure complète viking et armé d'une épée de même origine. La lame glacée se plaqua rapidement sous ta gorge, faisant percer du sang qui durcit presque immédiatement..

- Un mot ! Juste un mot qui m'empêcherait de te faire sauter la tête ?
- T'oserais pas, répondis-tu, tout en croisant les bras. Ton visage était déformé par un sourire moqueur, qui dévoilait ta terrifiante dentition.
- J'vais m'gêner !

Un vif mouvement d'air se fit alors que ton interlocuteur fendit l'air, à quelques centimètres de ta joue. Il ne t'avait pas touché, ne pouvant se résoudre à aller jusqu'au bout, à se mettre à dos la Compagnie. T'avais raison : sous ses dehors d'armoire à glace, c'était vraiment une fiotte.

- T'es qu'un gros connard, Darm. Un véritable enfant de salaud !
- Merci, avaleuse de foutre, répondis-tu, avec le sourire.

C'était la première fois que les choses se corsaient ainsi, entre vous. C'était la première fois également que tu découvrais que sous ses dehors de chevalier viril et implacable, ce type était une vraie lopette. En même temps, avec un nom pareil... En tout cas, tu n'avais toujours pas eu ta réponse. Il ne semblait vraiment pas vouloir t'aider, sur ce coup-là. Au moins, le fait de glacer votre relation avait comme point positif de t'épargner ses commentaires sur tout et tout le monde.

Cependant, l'affaire n'en resta pas là : alors que vous aviez fini votre service et que vous preniez tous les deux congés du couloir principal du siège de la Compagnie, il te glissa à l'oreille :


- C'est sous la pluie battante du royaume de Tyrannia que tu mourras.

Il reprit ensuite sa route, non sans t'avoir jeté un regard noir. Ce type était aussi susceptible qu'il était fort. Tu allais devoir t'en méfier, à l'avenir.


-----------------------------------------------------------------------------------


C'était donc sous la pluie battante du royaume mentionné quelques jours plus tôt par ton collègue, que tu étirais tes muscles. Ta charpente te démangeait, comme si elle était pressée de passer à l'action. De ce que tu avais compris, t'étais dans l'un des lieux les moins hospitaliers de Dreamland... et cela t'excitait foutrement ! Un sourire étirait tes lèvres alors que tu marchais dans cette terre humide, te sachant épié par des créatures que t'espérais meurtrière à souhait.

Tu voulais sentir tes muscles gémir sous l'effort, ta peau se déchirait sous l'effet de leurs dents et de leurs coups. Tu ne te sentais réellement vivant que dans ces moments-là, où le moindre faux pas pouvait causer ta mort. Et tu avais de plus en plus de mal à retrouver cette sensation, alors que tu devenais de plus en plus puissant. Quel dommage !

La pluie avait des effets néfastes sur la végétation, comme le prouvait les véritables tourbières qui t'entouraient. T'entendais comme des grattements non loin, et te sentais comme épié. Mais cette sensation te suivait depuis ton arrivée dans le royaume, aussi tu t'y étais habitué. Soudain, une voix d'homme te cria de te ramener, qu'il viendrait te chercher sinon. Chouette ! Tu frappas tes pognes l'une contre l'autre, heureux qu'il y ait de l'agitation.


- Surtout bouge pas, j'arrive ! t'écrias-tu d'une voix rauque et puissante.

Puis tu t'élanças dans la direction d'où venait la voix, tes cent quarante kilos de puissance brute prêt à en découdre. Tu ne tardas pas à arriver en face d'un homme roux que tu dominais de tes deux mètre trente. T'étais poil déçu : c'était de toute évidence un Voyageur, mais c'était pas lui qui allait te faire frôler la mort.

- Me v'la, rouquin ! Tu vas faire quoi, maintenant ?

Attiré sans doute par cette agitation, une créature à mi-chemin entre un insecte géant, un tyrannosaure et une mante religieuse fit son apparition, attirant l'attention à lui dans un cri guttural. Tu te tournas vers elle, et ignoras l'homme aux cheveux roux. Tu laissas échapper un sifflement admiratif.

- Putain ! En v'la du bestiau !

Tu t'approchas de la créature, à grands pas, sans te laisser démonter par son aspect cauchemardesque. Elle n'était pas si impressionnante que ça, vue de près puisqu'elle ne faisait qu'un mètre de haut. Mais elle n'était pas seule, comme le prouvèrent trois autres créatures qui la rejoignirent.

Bah, de toute façon, qu'ils soient trois, sept ou vingt, t'étais incapable de compter au-delà de deux. Donc, ça ne faisait aucune différence pour toi : le combat allait juste être plus long. Tu te mis donc à charger les tyranides en poussant un véritable cri de guerre, du type de ceux qui rameutent toutes les bêtes sauvages à la ronde.

Il n'y avait plus qu'à compter le nombre de secondes qu'il allait y avoir, avant que vous n'ayez une armée de tyranides au cul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 11
Date d'inscription : 15/01/2015
Age du personnage : 25

Habitué
Aurelian Dasler
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: [Tyrannia] Paysage marécageux et culs terreux [PV Darm] Ven 27 Mar 2015 - 1:23
- Surtout bouge pas, j'arrive !

Une voix caverneuse et portante... Puis, un mouvement, et une ombre se mouvant a une vitesse étonnante. Une masse atterrit en face de moi. Deux mètres et demi, au moins, peau blanche... yeux d'un rouge sanglant... Une espèce de grand macaque, quoi. Si c'est ça les fameux Tyranides, j'suis déçu au change. Je m'attendais a un truc effrayant, du genre qui me déchiquèterai en trois coups de griffes, pas a un Neandertal aux hormones.

- Me v'la, rouquin ! Tu vas faire quoi, maintenant ?

Devine ! Pour une fois qu'Audace à l'air de m'avoir lâché les baskets, avoir mon heure de gloire en affrontant une brutasse d'homme à homme T'as beau être plus grand coco... J'ai affronté des armures plus balèzes que toi pour décrocher mon médaillon ! J'ai un sourire provocateur, et serre mes poings, que je ramène en prenant une position de combat.

- Ce que je vais faire ? Arranger le travail bâclé de Mère Nature en te refaisant le portrait.

Le temps de dire ça, et une créature se montre derrière cet espère de marsupial géant... Mais cette fois... Là oui... Effrayante... Dégoûtante... Une espèce de mélange de carapace, de peau et de griffes, le tout dans un air de prédateur inopposable et insatiable... Je suis plus grand en hauteur, mais au garrot, c'est une toute autre histoire. Ce doit être ça, un Tyranide... Là ouais... l'endroit commence à devenir inquiétant. Mais comme je l'ai dit, pour une fois qu'Audace ne m'emmerde pas, je ne vais pas cracher sur un instant de... Oh le con... Le Neandertal, il est déjà en train de bondir dessus. Et alors que je m'approche, trois autres font leur apparition alors qu'il se met à hurler comme un demeuré écervelé.

- Putain mais t'es CON ou quoi ? Tu veux appeler tout le patelin à venir becqueter ?!

Et ça n'y coupe pas, j’entends davantage de bruits similaires à ceux que font ces monstres arriver de tous les côtés. Alors que le géant est aux prises avec l'un d'eux, je fonds sur le second à sa droite, donnant un coup de poing dans la tête de la bête qui la fait reculer de deux pas et entend un craquement, mais sans plus. Elle riposte en mordant, j'ôte ma main juste à temps et fais un bond en arrière. Si la bête était seule, encore... j'dis pas ! Mais y a la famille qui s'amène ! Je les entend, et ça commence à faire battre mon cœur un peu trop à mon goût. Mon médaillon se met alors à briller, et Audace en sort, prête à se battre. Que QUOI ?

- QU'EST-CE QUE TU VIENS FAIRE LA TOI ENCORE ?!

Pour une fois que je sentais qu'elle m'avait foutu la paix, que j'étais libre... Bah en fait elle me surveillais la saleté ! Elle est toujours là ! Et elle m'agace ! Je lui met une claque derrière la tête, ma tête part vers l'avant elle aussi avec une douleur semblable à... une claque ! Mais oui c'est vrai ! Ce qu'elle subit elle me le retourne, la... Je vais me retenir de jurer...

Elle se jette sur le Tyranide à corps perdu, mais je sais que s'il la blesse j'vais morfler aussi ! Et on peut pas faire confiance à une canette pour se battre contre un truc pareil ! Il va la couper en rondelles avec ses griffes ! Je vais la suivre et essayer de l'aider... Mais putain... Qu'est-ce qu'elle m'énerve à apparaître comme ça !! Elle me cause plus d'ennuis qu'autre chose !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 159
Date d'inscription : 30/01/2015
Age du personnage : 20

Citoyen modèle
Darm
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 145
Renommée: 370
Honneur: -58
MessageSujet: Re: [Tyrannia] Paysage marécageux et culs terreux [PV Darm] Sam 28 Mar 2015 - 3:14



Alors que le cri de guerre mourrait sur tes lèvres, tes bras prirent vie. Attrapant par la nuque (ou du moins ce qui lui en tenait lieu) l'une des créatures qui se jetaient sur toi, la gueule en avant, tu la balanças violemment sur le sol. Pendant ce temps, l'un de ses congénères fait mine de t'attaquer mais le rouquin se ramène et l'occupe. Aidé d'une armure plutôt énorme, il s'amuse avec le bestiau, te laissant gentiment les deux autres

Il reste la troisième créature qui te saute au dos, refermant sa mâchoire sur ta nuque... ou du moins est-ce son intention.
Mais tu te laisses soudainement tomber en arrière, l'écrasant sous ton poids alors qu'elle est encore dans les airs. Une manière de combattre assez... étrange et destructrice. Pour toi autant que pour tes adversaires. Le dos endolori de ce violent choc, tu plaques tes mains sur le sol (bouts des doigts vers l'extérieur) et t'arc-boute afin de te projeter en avant. Tes pieds heurtent le sol, et te voilà de nouveau debout, après cette démonstration de ta souplesse.

C'est que ça sert, d'avoir des muscles en bon état de fonctionnement !

Tu balances un coup de pied à ton premier agresseur, qui faisait mine de revenir à la charge. Les créatures semblaient stupides et ne pas apprendre de leurs erreurs. Bien plus que toi, en fait. Elles continuaient d'employer le même schéma d'attaque, tentant de te sauter dessus afin de te déchiqueter avec leurs faux. Sauf que ça ne fonctionnait pas, ton bras les attrapant à la nuque et les balançant au sol suffisamment rapidement pour qu'elles n'aient pas le temps de ne serait-ce que l'écorcher.

Mais ce manège t'amusait, aussi tu le continuas jusqu'à ce que les créatures cessent de se relever. Frottant tes mains l'une contre l'autre, tu jetas un coup d’œil au rouquin.


- Tu parlais d'me refaire le portrait, non ? Je t'att...

Ton regard se perdit derrière le Voyageur et son armure : ce que tu venais de voir t'avait coupé la chique. Ce n'était pas une, pas deux, pas trois créatures qui sortaient du couvert des arbres. Non. C'était plutôt deux bonnes dizaines. Et même si individuellement, ces choses ne représentaient pas un sérieux défi, tu doutais de tes chances face à autant de créatures d'un coup.

Finalement, Vladimir avait peut-être raison : tu passerais le dernier jour de ta vie sous cette pluie battante. Alors que la nuée de tyranides se mettait en marche, fondant sur vous, tu vidas tes poumons de tout leur air en poussant le cri le plus bestial et intense qui ait jamais franchi tes lèvres : Darm ne quitterait pas ce monde en silence.

Puis, tu adressas un sourire féroce à ton compagnon d'infortune.


- On règlera c't'histoire de portrait en Enfer !

La marée se referma sur vous et... Clic ! Le sol s'affaissa et vous tombâtes tous dans le vide. Puis, ce fut le noir complet. Tu tentas de te relever, ta pogne heurtant une espèce de chose dure et tranchante : certainement la faux d'un tyranide.

Des flammes s'allumèrent, chassant les ténèbres, et les créatures se mirent à hurler d'effroi. Tu achevas de te mettre debout, lançant les créatures à portée de tes mains sur les flammes afin qu'elles périssent. Tu repoussais avec de solides coups de pied les monstres enflammés qui s'approchaient trop près de toi.

L'agitation retomba alors que les derniers tyranides se consumaient dans les flammes. Les flammes disparurent aussi vite qu'elles étaient apparus, et la salle s'éclaira : toi et le rouquin, deux seuls survivants de la Purge, étiez au centre d'une espèce d'arène, entouré d'humanoïde vêtus de combinaisons jaunes très laides et armés de lance-flammes. Des applaudissement se firent entendre et tu te tournas vers l'extérieur de l'arène : à ta grande surprise, tu découvris des espèces de gradins sur lesquelles étaient assis une vingtaine de spectateurs.

L'un des porteurs de lance-flamme choisit ce moment pour te tapoter l'épaule, tout en enlevant son masque : c'était également une créature des rêves, de type clairement humain. Il arborait fièrement une longue chevelure blonde.


- C'était génial, non ? Mais que faisiez-vous à la surface ? Vous savez pas que c'est dangereux ?

- J't'en pose des questions, du con ?

Croisant les bras, tu lui adressas un sourire enjoué qui contrastait terriblement avec ta façon de parler aride. Perplexe, la créature se tourna vers le rouquin, en espérant qu'il se montrerait plus coopératif. Les laissant à leur discussion, tu préféras t'éloigner afin d'inspecter la salle. Tu trouvas rapidement la sortie, et tu t'y dirigeas quand deux types en combinaison braquèrent leurs lance-flammes dans ta direction, et déclarèrent d'une seule voix:

- Vous ne pouvez pas quitter l'arène seuls. Votre compagnon et vous allez nous suivre chez le Conseiller.

Bordel ! C'était quoi encore que cette histoire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Tyrannia] Paysage marécageux et culs terreux [PV Darm] Aujourd'hui à 19:13
Revenir en haut Aller en bas

[Tyrannia] Paysage marécageux et culs terreux [PV Darm]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1-