Haut
Bas

Partagez|

Sole medere pede ede perede melos (Pv : Hikari)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
Messages : 336
Date d'inscription : 01/05/2010
Age du personnage : 24

Voyageur Expérimenté
Hikari Nikaido
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 420
Renommée: 955
Honneur: 200
MessageSujet: Re: Sole medere pede ede perede melos (Pv : Hikari) Ven 4 Déc 2015 - 14:14
"Qui donc ?"

Dans un premier temps, elle fut surprise. Sa main droite, par réflexe nerveux tressauta et entama sa course dans la direction de la voix qui venait de lui faire peur. Son visage était affreusement statique, aucunes émotions ne pouvaient y être lues. Son corps suivit comme dans un ralentit l’élan de son bras.

Dans un deuxième temps, se fut floue. Sa main s’était figée dans le vide face à ce benêt de Jean-Baptiste, qui la lorgnait avec son sourire en coin. Trop sarcastique. Elle en eu des frissons. Elle fut quasiment certaine qu’on pouvait lire sur son visage une espèce de déception. Elle venait de passer par deux émotions tellement lointaines l’une de l’autre et avait produit tellement d’adrénaline d’un coup que ses muscles semblèrent se vider instantanément.

Son cœur reprit un battement régulier et reprenant le peu de contenance qu’elle avait face à cet individus, elle se permit de l’envoyer chier poliment.

« Il semblerait que ça soit toi, connard. »

Son regard était meurtrie et rivé aux yeux de son assaillant, il avait réussis à la mettre de mauvaise humeur. Qui avait-il d’amusant dans l’idée d’effrayer quelqu’un comme ça ? M’enfin bon, elle n’avait pas oublié pourquoi elle le cherchait et l’attrapa délicatement par le col pour le faire descendre de son espèce de petit nuages en lui susurra a l’oreille.

« J’ai eu le loisir d’observer une scène des plus plaisantes au sein des coulisses. »

Elle jeta un coup d’œil derrière son épaule, puis derrière l’épaule de Jean Baptiste pour s’assurer qu’on ne soit pas en train de les épier. Personne aux alentours, pourtant, la sensation troublante d’avoir quelqu’un en train de souffler régulièrement dans son cou, la faisait douter de ses propres yeux. Sensation qui disparut aussi vite qu’elle était arrivée, laissant de léger picotement sur la peau de la jeune femme.

« Y a un type, qui choppe des voyageurs et autres créatures pour leurs mettre la pression. Je ne pense pas qu’il soit seul, et pour en rajouter, je pense qu’il a un plan. Va falloir faire un truc avant qu’il tue quelqu’un. »

Elle relâcha délicatement le col de Jean Baptiste, sans perdre son expression froide tout en cherchant des yeux le regard approbateur ou non du voyageur. Les applaudissements du public, leurs indiquèrent que le morceau étaient arrivé à sa fin, il était temps de lancer des investigations plus approfondies au sujet de l’enfoiré qui se cachait dans la pénombre des coulisses. Elle fit danser ses griffes acérées devant son visage avant de regarder Jean Baptiste de nouveau et de lui demander avec un sourire carnassier

« Ça te dit ? »

Puis d’ajouter avec les yeux brillants d’une lueur mystique

« Eh, ne refait jamais ça. »

Elle laissa retomber sa patte et attendit la réponse du jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Sole medere pede ede perede melos (Pv : Hikari) Dim 17 Jan 2016 - 14:34
C'était très gamin, comme comportement, je le savais bien; mais ah, mes dieux ! qu'est-ce que c'était bon lorsque ça marchait. Surtout avec autant de réussite; Hikari avait réagi conformément à mes attentes, et plus encore. Elle s'était retournée dans un mouvement très agressif, prête à écharper la menace qu'elle percevait. Diantre, qu'elle était tendue ! Un peu trop à mon goût. Mais la satisfaction demeurait; elle fut tempérée néanmoins par la réponse un peu excédée de la jeune femme. Je faillis ne pas laisser passer. Non pas que je prenais l'insulte au sérieux, non. J'étais un fervent partisan d'une légèreté dans le reçu des insultes. Mais je n'aimais pas les sentir banalisées ainsi. Je me retins cependant, la pauvre n'était manifestement pas apte à bien le prendre si je lui faisais remarquer.

Plain d'indulgence, je retins ma main de chasser l'impudence de la sienne, et descendais mon chef à hauteur de sa bassesse. Elle ne plaisantait pas, elle. Je l'écoutais avec sérieux, évacuant de mes pensées immédiate le reste. Ce qu'elle me dit, cependant, ne me surpris aucunement. De tels comportements bas et violents étaient monnaie courant chez les Voyageurs. Les idiots impulsifs et sans grands scrupules pullulaient ... De même que les héros en herbe, tentant de répandre leur "justice". Les uns m'énervaient autant que les autres, bien que, je ne faisais guère d'illusions, j'avais tendance à pencher plus vers l'un que vers l'autre (en l'occurrence j'intervenais autour de moi plus que de raison, rétrospectivement). Je me redressais avec fluidité lorsqu'elle lâcha mon vêtement.

Hikari se fichait pas mal de cela, apparemment. Convaincue de son bien fondé, la petite, à jouer avec ses capacités morphiques devant moi. Elle allait intervenir, sans doute pleine de bonnes intentions, oh oui, je n'en doutais pas. Elles manquaient un peu de profondeur à mon goût. La bougresse en oubliait ses velléités de chanteuse, en tout cas. Dommage, s'il y avait quelqu'un à qui j'aurais aimé prendre le micro des mains, c'eut été elle. Juste pour le plaisir de voir comment elle allait vouloir le prendre. Ce qu'elle faisait de son corps m'intriguait, à le changer en parties d'animaux. Ce n'était pas la première que je voyais, mais je comprenais mal comment la chose marchait. A quel point la maîtrise pouvait-elle aller, si la variabilité interindividuelle était importante dans le fonctionnement, ce genre de choses. Oh, je pourrais toujours le voir si je l'accompagnais sur le chemin qu'elle voulait emprunter. Vu le regard qu'elle osait me lancer, c'était dire oui ou me prendre ses griffes dans la gorge. Tout du moins essuyer la tentative. Je me laissais aller à une réponse qui me semblait adéquate.

"Je suis curieux de voir quoi, à défaut d'être très enclin à arrêter ce manège. Faisons un truc, comme tu dis. Mais avant ..."

Je fis un demi pas en avant, et laissait le début de colère qu'elle créait sortir sur mes traits, sous la forme d'un durcissement glacé. La lumière venue d'en haut m'allait en pleine face, ce qui me faisait un peu mal mais au moins Hika ne pouvait rater aucun détail. De mes prunelles bleu-gris froid et métallique à l'ossature anguleuse de mon visage, en passant par les micro-contractions qui rigidifiaient mes muscles faciaux. Je n'étais pas beau, mais au moins ma gueule savait se montrer utile dans ce genre de situations (et pour faire l'idiot, aussi). Cette Hikari ... Elle se permettait trop de familiarités pour que je laisse tout passer sans rien dire.

"Je fais ce qu'il me parait adéquat, et ce n'est certainement pas une telle injonction qui me fera changer. C'était une menace ? Tu m'as l'air très disposée à les envoyer en l'air, mais soit. Je la prend cette fois encore aussi légèrement qu'il me plait, mais n'en fait pas trop, ce sera mieux pour nous deux. Sur ce ..."

Je lui souris, pivotais pour observer le reflux après la fin de représentation, la gardant dans mon coin droit. Elle m'amusait, mais je n'avais pas envie d'être plus conciliant. Une partie de moi me reprochait déjà de l'être de trop.

"Allons faire un truc, ça va ?"
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 336
Date d'inscription : 01/05/2010
Age du personnage : 24

Voyageur Expérimenté
Hikari Nikaido
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 420
Renommée: 955
Honneur: 200
MessageSujet: Re: Sole medere pede ede perede melos (Pv : Hikari) Dim 7 Fév 2016 - 18:01
"Je suis curieux de voir quoi, à défaut d'être très enclin à arrêter ce manège. Faisons un truc, comme tu dis. Mais avant ..."

Elle se mordit l’intérieure de la joue fort, très fort. Il s’était approcher vite et ça l’avais surprise, limite fait peur. Mais elle savait se contenir et n’avais pas vacillé. Il ne lui faisait pas peur malgré la lumière qui durcissait ses traits

"Je fais ce qu'il me parait adéquat, et ce n'est certainement pas une telle injonction qui me fera changer. C'était une menace ? Tu m'as l'air très disposée à les envoyer en l'air, mais soit. Je la prends cette fois encore aussi légèrement qu'il me plait, mais n'en fait pas trop, ce sera mieux pour nous deux. Sur ce ..."

Il se recula et la dernière image de ce visage sombre et laid disparut aussi vite qu’elle était apparue. Elle n’était pas du genre à s’écraser et eu envie de l’insulter, mais elle avait cru comprendre qu’il ne fallait pas qu’elle continue sur cette voie là, au risque que ça finisse mal entre eux. Elle décida de ne pas se lancer sur celle-ci et fit l’effort de laisser apparaitre un sourire quelque peu contrit. Le message était clair. Hika, ferme un peu ta gueule. Son sourire lui fit cependant comprendre qu’il était dur mais seulement parce qu’il ne supportait pas l’insolence de la jeune femme.

"Allons faire un truc, ça va ?"
« Ça me va ! Tu me suis d’accord ? Je t’emmène à l’endroit où j’ai pu observer l’homme qui victimise les participants. »

Elle faillit lui attraper la main mais sentit que la nécessité n’y était pas. Elle se contenta seulement de lui sourire et de l’emmener au dit endroit. Ils avançaient à tâtons et se retrouvèrent vite à l’endroit où elle voulait emmener Jean Baptiste malheureusement il ne s’y passait rien. Elle sentit cependant un léger courant d’air glisser contre ses chevilles et en se retournant put observer un nuage volatile s’en aller entre les gens et disparaitre comme il semblait être arrivé. Elle se retourna avec les yeux écarquillés vers son allié !

« Tu as vu ça ? »

Qu’est-ce que c’était que cette chose, absolument pas naturelle ? Un voyageur ? Oui c’était sans doute un voyageur au pouvoir étrange celui de devenir volatile, de disparaitre, de se transformer en infimes particules. Elle avait envie de découvrir le fin mot de l’histoire et se jeta dans la foule en oubliant presque Jean Baptiste, après tout il était grand il allait savoir se débrouiller. Elle avait cependant perdue la trace de l’ennemi. Elle retourna au centre des coulisses mais dans la foule elle n’y voyait rien. Les gens jouaient des coudes pour être les premiers à avoir l’instrument de leurs désirs et la jeune fille se faisait bousculer avec violence. Il fallait qu’elle prenne de la hauteur. JB lui, n’aurait pas été embêté. Avec sa lévitation tout aurait été plus simple.

Il était trop tard pour se morfondre, le groupe qui venait de jouer revint dans les coulisses et les gens devinrent horriblement tendus. Tous se jetèrent en avant, entrainant la jeune femme avec eux. Elle se retrouva vite au sol et devant la menace du piétinement se sentit plus vulnérable que jamais. Ses jambes qui étaient transformées lui permirent de se redresser et d’aller à contrecourant entre les gens. Elle était tombée par mégarde, elle ne s’y laissera pas reprendre. Elle était essoufflée et transpirante. Sortir de la foule avait été plus dur que prévu mais elle y était parvenue. La seule solution actuellement serait d’attendre à l’ écart que le nuage réapparaisse.

Un éclair traversa l’esprit de la jeune femme qui se souvint soudainement qu’elle avait senti comme un souffle régulier contre sa joue lorsqu’elle expliquait a Jean Baptiste ce qu’elle avait vu.

« Putain !! »

A tous les coups le mec qui pouvait se transformer les avaient entendu, leurs discrétion était morte. Il fallait qu’elle retrouve son collègue pour lui faire part de toute cette merde. Elle était près d’un mur et cherchait à droite et à gauche son allié sans succès. Soudainement, une force inconnue vint lui serrer la gorge, elle se sentait oppressée et ne pouvait presque plus respirer. Une créature passa non loin d’elle et sa gorge se desserra aussi vite qu’elle s’était serrée. Cet enculé était partout, elle attrapa sa gorge et reprit sa respiration elle attendrait là, elle finirait bien par croiser Jean Baptiste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Sole medere pede ede perede melos (Pv : Hikari) Sam 12 Mar 2016 - 22:43

Quelle petite peste, décidément ! Et je pensais ça avec amusement, bien que je ne savais trop comment je devais la prendre. J'avais une indéniable faiblesse pour les merdeux ou merdeuses dans son genre (ce n'était pas pour rien que le terme avait pour moi une connotation affectueuse), alors autant se laisser porter par cela, non ? Hum ... Si j'arrivais à me poser cette question, la réponse me semblait aussi évidente que vide d'intérêt. Je répondais à ma façon, plus acide, au sourire d'Hikari, et la suivit en tentant de recentrer mes pensées.

Qu'allais-je donc faire, le petit justicier des rêves ? Non, certainement pas, c'était totalement hors de propos en ce qui me concernait. Pas question de tomber dans les travers que j'étais le premier à trouver insupportable. Non, non. En revanche certaines choses ne pouvaient pas vraiment être évitées, et je n'allais pas non plus détourner le regard et faire comme si de rien n'était. On amenait cela à mon attention, rester tout de même les bras croisés, c'eut été encore trop de je-m’en-foutisme à ma morale.

Je restais poliment silencieux lorsqu'elle et moi, arrivant où elle avait apparemment vu quelque chose, nous ne trouvions évidemment personne. Ils n'allaient quand même pas nous attendre bien gentiment, de toute manière. J'allais proposer de regarder pour d'éventuelles traces, ou simplement le chercher ailleurs, lorsqu'un drôle de phénomène se produit. Je ne savais trop d'où cet amas brumeux sortit, mais il se déplaça bien vite. Je ne fis pas un mouvement, me contenant de le suivre des yeux jusqu'à ce qu'il se perde dans les ombres des coulisses, plus loin. Hikari, elle tenta de partir à sa poursuite, à ma surprise, et fila droit vers la masse de badauds qui encombraient le gros du lieu. Bon, plus qu'à tenter de chercher ... Chercher quoi, finalement ?

"Pour quoi est-ce qu'elle me prend, vraiment ..."

Décidément, il y avait un gros souci dans la compréhension mutuelle. Imaginait-elle qu'il était judicieux de chercher chacun de notre coté ? Juste traquer la moindre micro-agression suspecte, tel un vigilant redresseur de torts ? Merci mais non merci, alors. Elle avait émis l'hypothèse qu'en outre il y avait peut-être non pas un mais plusieurs coupables. D'où sortait-elle ça, aucune idée. Elle avait juste eu l'impression qu'il avait "un plan". Ben voyons. Si l'on pouvais perdre son temps, j'étais sans doute en train de le faire, en somme ! Mais justement, on ne perdais jamais son temps. Il suffisait de savoir le prendre. Que voulais-je faire, finalement ? Ne pas rester planté à ne rien faire, en tout cas.

Si Hikari ne m'avait pas menti, la chose pouvait être un tant soi peu sérieuse. Si elle m'avait demandé de l'aide (plus ou moins), c'est qu'elle pensait que toute seule la chose lui était difficile, ou tout du moins qu'à deux, toute tentative serait plus probablement réussie. Mais cela allait en totale contradiction avec ses dernières actions, à mon sens. Peut-être pas au sien ? Ou alors elle était juste inconséquente. Je ne sais pas pourquoi mais cette hypothèse avait plus de crédit que le reste pour moi. Si l'espèce de volute bizarre avait quelque chose à voir avec ce qu'avait pu voir, lui courir toute seule après était bien la pire des idées. Presque de quoi s'inquiéter pour elle ... Je ravivais mon aura.

D'une impulsion, je m'élevais un peu, dans une tentative peu fructueuse de la distinguer. Bon ... Je commençais à parcourir, en plus du regard, les lieux, dans l'espoir un peu fou de pouvoir la reconnaître comme ça. Surtout si elle était perdue dans tous ces gens. L'agitation, après s'être calmée, revenait plus fort encore, et dans cette cohue, distinguer quelqu'un en particulier était au delà de mes compétences. Bien au delà ... Je m'énervais rien qu'à regarder toute cette pagaille. Au moins n'étais-je pas dedans. Et j'allais devoir bientôt y être, n'est-ce pas ?

"Oh et puis merde."

La chose me découragea bien vite, et je redescendis à terre. Allez, allez, un peu de bonne volonté ! Non, rien à faire. Rien à faire, j'en avais vraiment ma claque de tout ça, et ma seule envie sur l'instant, c'était de me casser, ou de casser quelque chose. Bien court, trop pour que je ne refrène pas un si bas instinct. Mais je ne pouvais donc que rentrer cette frustration, et je n'aimais pas faire ça. Ou plutôt, je n'aimais pas être frustré, tout simplement, parce que cela n'amenait que du néfaste, à court, moyen et long terme. Au moins autant que se pencher sur ses petits ressentis alors que l'on avait quelqu'un à retrouver, bordel ! Je pris mon courage à deux mains et repris la marche vigilante.

Je devais bien admettre que je ne cherchais pas avec grande passion, allant dans les recoins plutôt qu'ailleurs. Quelle ne fut donc ma surprise quand, loin de trouver la jeune femme, apparu presque devant moi une silhouette, se formant comme de nulle part. Je prenais les devants et me mis en évidence d'un bond en avant. Pas le temps de voir un peu plus, un "merde !" sonore et une sorte de souffle se fit entendre à mes oreilles, alors qu'une volute de fumée commençait à ramper sur le sol. Le même truc que tout à l'heure, si je ne m'abuse ... Je tentais donc de suivre cette chose, en me mettant à lui courir après. Pas question d'encore le laisser filer ! Quoi que ça puisse vraiment être.


Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 336
Date d'inscription : 01/05/2010
Age du personnage : 24

Voyageur Expérimenté
Hikari Nikaido
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 420
Renommée: 955
Honneur: 200
MessageSujet: Re: Sole medere pede ede perede melos (Pv : Hikari) Mar 22 Mar 2016 - 18:00
Bah c’était raté, Jean-Baptiste n’était pas passé devant elle et impatiente comme elle était, elle se mit à taper du pied. Elle n’avait plus mal à la gorge, la sensation oppressante avait disparu. S’il fallait son acolyte avait croisé ce type. Il fallait qu’elle en ait le cœur net. C’était mal partit, dans cette foule elle n’y voyait rien. Ça revenait à chercher une aiguille dans une botte de foin, et sans savoir pourquoi, préjugés ou non elle se doutait que Jean baptiste ne s’était pas jeter dans la foule aussi bêtement qu’elle. Il n’aurait pas pris le risque de se faire écraser par une foule d’excités. Peut-être qu’un jour elle apprendrait à réfléchir avant d’agir. M’enfin elle n’avait pas le temps de se remettre en question pour l’instant. Elle s’excuserait platement de l’avoir laissé en plan quand elle l’aurait retrouvé.

Par intuition, elle sentit que la suite de la nuit se déroulerait dans les endroits moins peuplés des coulisses. Les recoins sombres ça plaisait plutôt bien aux mécréants. Elle partit donc à l’ opposer de l’amas de musiciens espérant retrouver Jean Baptiste. Les présences se faisaient plus maigre, tous ces sens étaient en alertes elle ne se laisserait pas surprendre encore, elle avait eu sa dose. Quoique Jean Baptiste semblait enclin à faire des blagues de mauvais goût. Elle secoua sa tête comme pour se rassurer. Elle ne put cependant s’empêcher de vérifier que personne ne la suivait. C’était humain non ? Il n’y avait personne.

Quand elle tourna la tête à nouveau elle se retrouva le nez contre un torse. En levant les yeux, elle se rendit compte qu’elle était face à une armoire à glace. Un mec imposant, musclé, grand. Il avait une sale gueule, le genre de mec qui cherchait la bagarre dans les bars. Son nez avait dû être cassé, sa forme n’était pas aussi parfaite qu’elle pouvait l’être.
Il la lorgnait de haut en bas. Par chance elle était tout ce qu’il y avait de plus normale. Elle avait annulé toute transformation. Il lui sembla opportun de jouer la carte de l’innocence.

« Excusez-moi, je me suis perdue… Je cherchais mon ami. »

Il haussa un sourcil comme pour lui montrer que ça ne prenait pas avec lui. Les muscles de la jeune femme se crispèrent, comme dans l’attente d’une représailles. Elle préféra éviter la confrontation et après s’être excuser à nouveau de l’avoir heurté par mégarde retourna sur ses pas. Elle alla se mettre dans un coin en pouvant ainsi garder un œil sur ce mec qui ne bougeait pas de sa position comme s’il attendait quelqu’un. Elle l’observait discrètement. Quelques minutes plus tard, sans grandes surprises, le nuage de particules qu’elle avait croisé plus tôt glissa lentement vers les pieds de l’armoire à glace avant de se matérialiser en homme. Elle était trop loin pour entendre ce qu’ils se disaient et Jean Baptiste était en train de tout rater.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Sole medere pede ede perede melos (Pv : Hikari) Jeu 28 Avr 2016 - 19:31
Au moins l'espèce de nuage poussiéreux n'allait pas bien vite. Je n'avais en rien à forcer pour le suivre, mais je me maintenais tout de même à une certaine distance, sans être sûr de la pertinence de ma prudence. Arrivé en vue d'un grand type isolé, je tiquais cependant immédiatement, et me déportais de sa vue. Une second gus apparu, confirmant certaines de mes impressions. Qu'est-ce qu'ils fichaient, ces deux-là ? Et pourquoi prenais-je autant de précautions ? Ce n'est pas comme si ce que je faisais avais la moindre importance, et pour être honnête avec moi-même je m'ennuyais franchement. Si Hikari avait dit vrai, ces deux là étaient probablement de simples crétins. Je m'avançais donc vers eux, juste pour voir leur réaction.

Les regards qu'ils me jetèrent me surprirent quelque peu. Certes, manifestement ils m'attendaient plus ou moins, mais telle animosité directe avait de quoi étonner. Certes, j'avais un début d'habitude avec cette attitude, mais tout de même ! Je n'avais encore rien dit, me contentant de les observer en m'avançant. L'un des deux, bien trop grand et large à mon goût, avait le regard aussi vide que la plus belle bête d'un troupeau de beaufs, enfin bœufs. L'autre, commun à en mourir (cheveux bruns court, air quelconque, vêtements neutres au possible), m'inspirait sans doute encore moins.

"Je peux vous aider, peut-être ?"

On fait difficilement plus vide de sens, comme réplique. Mon ton était en totale inadéquation avec le sens possible des paroles. Je les sondaient sans grande attente, mais leur réaction, très concerté, manqua de me prendre de court. Je ne me croyais certainement pas menaçant, ni même menacé par eux, mais le grand me fonça immédiatement dessus quand j'arrivais à moins de 4 mètres. J'eus juste le temps d'activer mon aura avant qu'il ne soit sur moi. Pas le temps de réfléchir plus.

Esquiver ses premiers coups était presque facile pour moi, mon corps se décalant sans effort, et son agression était directe, très stéréotypée, comme celle beaucoup de Voyageurs qui se battaient plus comme des gamins sans cervelle dans des corps d'athlètes qu'autre chose. Restait à ne pas se faire avoir par son pouvoir. Je ne cherchais pas à riposter pour le moment. Voulait-il juste me dérouiller ? Me faire peur, peut-être ? La paresse installée par l'ennui que cette nuit m'inspirait peinait à se fissurait, et mon sang ne bouillait pas assez pour que je frappe cet énergumène, surtout si j'étais aussi concentré sur m'effacer devant ses coups. Dans ma tête, la douce voix de MC Hammer faillit me déconcentrer avec un "can't touch this" qui paraissait adapté à la situation.

Après quelques secondes, et avoir manqué de justesse de me coller un crochet qui m'incita à rompre la distance d'un bon pas, il poussa un grognement frustré, et ouvrit l'une de ses mains. Je reportais brièvement mon attention sur son comparse, qui n'avait pas (encore ?) disparu, et surtout ne faisait pas mine de venir lui prêter main forte, avant d'être interpellé par un crépitement électrique.

"Tu joues à la danseuse, hein ? J'vais te cramer, tafiole."

Il pouvait faire un rictus menaçant tant qu'il voulait, c'était surtout ce que sa main contenait qui m'intéressait. Sa paume était nimbée d'une vague lueur violacée, et des petits éclairs et étincelles couraient dans la cage à moitié ouverte qu'elle formait avec ses doigts. Contrôleur électrique ? Il me fonça à nouveau dessus, ne me laissant encore une fois pas grandes possibilités. Je m'envolais en reculant le plus vite possible. La meilleure chose à faire dans cette situation, c'était la retraite. Qu'il m'insulte de lâche dans un langage plus fleuri importait peu. Aucune envie de me faire avoir par quelque chose d'aussi stupide qu'une décharge. Il n'allait pas me lâcher, il fallait qu'une idée me vienne.



Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Sole medere pede ede perede melos (Pv : Hikari)
Revenir en haut Aller en bas

Sole medere pede ede perede melos (Pv : Hikari)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Tour des arts-