Haut
Bas

Partagez

Les voies du Destin sont insondables [Pv Nedru, Darm, Noah et Shad]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Mara Leros
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 741
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 15

Arpenteur des rêves
Mara Leros
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 510
Renommée: 1752
Honneur: 444
MessageSujet: Les voies du Destin sont insondables [Pv Nedru, Darm, Noah et Shad] Les voies du Destin sont insondables [Pv Nedru, Darm, Noah et Shad] EmptyDim 8 Mar 2015 - 15:00

La jeune adolescente fixait le paysage, un fin sourire ornant ses lèvres. Debout au sommet d'une falaise, dans une grotte colossale, elle admirait la dense forêt qui semblait recouvrir le gigantesque et profond ravin qui lui faisait face. La lumière qui jaillissait du plafond troué avait permis à cette improbable jungle de se développer, présentant ainsi une faune et une flore endémiques à cet écosystème si particulier. Cette beauté était telle que la Voyageuse l'admirait, debout, depuis plusieurs minutes déjà. Étrangement, un vent frais vint doucement soulever la cape fixée sur sa tunique, dévoilant ses longues jambes uniquement couvertes par un mini-short noir et par de hautes bottes de cuir souple. Sa lourde chevelure nattée frissonna à peine au passage de la brise, mais la longue liane de perles qui partait de son bandeau tinta sur sa correcte poitrine.

Cela faisait presque cinq ans que Dreamland l'avait accueillie en son sein, elle n'était plus l'adorable et innocente enfant qui se contentait de suivre le monde onirique, se promenant avec curiosité et agissant inconsciemment. À présent elle-

*Vas-y t'es trop belle, tu veux que j'te fasse la visite?*

... Nous disions donc, Mara était à présent une fille mure, presque une femme. Instruite et avertie sur les innombrables dangers du monde onirique, elle marchait sans peur, se servant de son pouvoir au mieux et agissant toujours avec un charisme sage et généreux. À présent, quand ses pas la menaient dans un lieux public, nombre de regards se tournaient vers elle et son nom résonnait en écho sur toutes les lèvres, tandis que son corps encore jeune mais déjà formé incitait à l'admiration. Cependant, elle restait humble envers les attraits que la Nature lui avait offerte, se contentant d'un simple sourire timide qui finissait d'achever les-

*Eh, ça t'dis d'faire un tour? J'ai lastré mes plumes et tout!*

Mara fixa l'immense phœnix qui s'était installé à côté d'elle. Un oiseau mythique issu de légendes ancestrales, le fier volatile au plumage carmin l'observait de son regard ardent, ses glorieuses ailes déployés, et sa queue s'agitant avec grâce. La femme reporta son regard face à elle, annonçant d'une voix lassée:

"C'est "lustré".

*Hein? Ça veut dire que t'es oké, ça?*

Elle se retint intensément d'appliquer sa main contre son visage avec une salvatrice violence aux vertus ô combien apaisantes, mais elle se retint par habitude, et peut-être à l'aide d'une entité supérieure ne souhaitant pas abîmer sa beauté par un mouvement aussi sec et disgracieux. Elle se contenta de relever son menton en regardant la lumière d'or qui filtrait, seule preuve de la présence du ciel au delà de ce rempart rocheux. Elle expliqua sa remarque à l'immortel animal:

"Je disais juste que tu t'es trompé, "lastré" ça veut rien dire, on dit "lustrer ses plumes", c'est tout."

*Ouais, s'tu veux. Ça t'dit qu'on aille boire un verre, genre là, tu vois?*

Un délicat soupir filtra des fines lèvres de la jeune beauté, qui d'un charmant mouvement de tête déclina la subtile proposition. Elle n'était point venue en ce lieu sombre malgré son apparence luxuriante pour agir de façon aussi futile. Son objectif était bien plus ambitieux: elle était à la recherche d'un artefact. Elle souffrait en son cœur de ne plus se souvenir de la raison de cette quête, mais elle était intimement convaincu que cette cible était essentielle pour fuir. Mais que fuir lui demanderiez-vous?La belle enfant ne le savait elle-même, elle se contentait de suivre le curieux chemin que le cruel destin lui avait tracé. Elle se devait de trouver d'ancienne ruines, dans lesquelles reposeraient le dessin de cette aventure onirique.

Étirant langoureusement ses membres fins, elle remit l'oeuvre d'art qu'était son corps en mouvement, avançant vers le rapace du Soleil. Baissant d'abord le visage, elle se releva que ses pupilles saphir vers les prunelles rubis de son interlocuteur, l'interrogeant d'une voix aussi douce que le chant d'un dauphin:

"Dis, je peux monter sur ton dos?"

Interrogation à laquelle l'être volant répondu poliment en s'inclinant lentement:

*'Azy, monte ma poulette!*

Mara gravit délicatement le plumage tiède de l'animal légendaire, s'installant sur son dos avec une prestance digne des plus grandes amazones, et sa glorieuse monture prit son élan, ouvrant ses ailes et piquant avec majesté vers la végétation, dans un grand cri épique:

*Attention la boustifaille! Pépé est de retour!*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Noah Alighieri
Messages : 249
Date d'inscription : 30/01/2013
Age du personnage : 26

Citoyen modèle
Noah Alighieri
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 350
Honneur: -15
MessageSujet: Re: Les voies du Destin sont insondables [Pv Nedru, Darm, Noah et Shad] Les voies du Destin sont insondables [Pv Nedru, Darm, Noah et Shad] EmptyDim 8 Mar 2015 - 19:53

Noah passa sa main gantée sur son crâne chauve. Il y a quelque années, il avait essayé de draguer une sorcière qui n'avait pas apprécié la manœuvre et avait utilisé ses pouvoirs pour rendre Noah chauve à jamais. A la suite de cette mésaventure, il était parti s'isoler dans une montagne pendant une année entière, lamentant la perte de sa bien aimée capillarité. D'après une légende, il aurait tellement pleuré qu'une mer intérieure s'était formée en plein Dreamland. Il avait ensuite décidé de sortir de son isolement, réel martyr onirique et de noyer sa tristesse dans la boisson. En suivit une longue descente aux enfers, vendant sa dignité pour quelques EVs, juste assez pour s'acheter un réfrigérateur volant qui se remplissait de bière à chaque fois qu'il s'ouvrait. Son visage comme son corps avaient beaucoup vieillis; il était devenu une loque humaine, la plupart du temps allongé sur son frigo qui le portait à travers Dreamland. 

Son Royaume l'avait renié, ses parents l'avait renié, Dreamland l'avait renié et lui même s'était renié. Son seul plaisir était de sentir une bière fraîche couler dans sa gorge. Parallèlement à son déclin, il avait aussi dû travailler pour subvenir à ses besoins, n'étant plus capable de se comporter en aventurier. Consécutivement parieur sportif, joueur de pétanque et danseuse (oui, danseuse), il avait perdu sa dignité au même moment que ses cheveux. La seule capillarité qui lui restait était une barbiche qu'il entretenait avec le plus grand soin, la chérissant de tout son être. 

En ce moment, il était perdu dans la forêt. Il avait décidé de faire une pause, après trois minutes de marche et vingt autres minutes de pause. A l'ombre d'un grand arbre, les bouteilles de verres s'empilaient, formant une petite montagne à côté de laquelle gisait Noah, suspendu au goulot d'une enième bouteille. Grâce à une bague qu'il avait volé, l'alcool ne pouvait pas le mettre K.O, alors il restait ivre toute la journée, vacillant entre l'état d'extraverti, celui de loque humaine et celui de torchon sentimental. Là, il parlait tout seul, se remémorant le bon vieux temps:

"-Ouais, et quand j'avais des cheveux, ils étaient beaux! Longs et blancs j'vous dis, une d'ces chevelures qu'on voit qu'tout les milles ans! Nan, elle était unique en fait ma chelevure à moi, la mienne. Hic."


Il jeta encore une bouteille par dessus son épaule, et en sortit une du frigo qui avait du mal à garder la cadence. Attraper, décapsuler, boire, jeter, une suite de geste auxquels Noah était rodé. Entre le moment où il attrapait la bouteille et celui où il la jetait, il se passait exactement 12 secondes et 52 centièmes. Même le seigneur de Delirium City aurait du mal à tenir cette cadence. En jetant une autre, il atteignit un tyrannosaure à la tête. Noah ne s'en rendit compte que lorsque celui-ci marcha sur la montagne de bouteille, produisant un grand bruit au même temps un grand bruit et une pluie d'éclat de vert. Noah se protégea avec une plateforme; si c'était la seule chose qu'il savait encore faire, c'était ça, invoquer des plateformes. Le dinosaure se cassa les dents dessus et s'en alla. Noah roula sur le côté, invoquant Pierre-Emile, sa mouette-familier qui vint se poser sur l'épaule de Noah qui lui décapsula une bouteille. La mouette prit le goulot de la bouteille dans son bec, et bu en soulevant celle-ci, faisant retomber la bière. Se blotissant contre une plateforme, Noah se remit à dormir sans même prendre la peine de fermer son frigo.

[HRP] Je préfères pas poster de FT pour le moment, j'adapterais en fonction des gags de la situation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Darm
Messages : 159
Date d'inscription : 30/01/2015
Age du personnage : 23

Citoyen modèle
Darm
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 145
Renommée: 370
Honneur: -58
MessageSujet: Re: Les voies du Destin sont insondables [Pv Nedru, Darm, Noah et Shad] Les voies du Destin sont insondables [Pv Nedru, Darm, Noah et Shad] EmptyLun 9 Mar 2015 - 13:12


FT de Darm rang 10, après avoir forcé sur l'alcool:
 

Tu avais fait l'erreur de rentrer dans ce temple, Darm. Tu n'aurais jamais dû. Tu n'avais pas cru les autochtones, qui t'avaient garanti qu'on n'en revenait pas. Tu t'étais moqué de ses gardiens, t'aventurant dans ce temple en espérant y trouver, qui sait, un gigantesque cigare en or massif... Hélas, en rentrant dans le temple, tu t'étais rapidement senti mal et t'étais évanoui, alors que tu sentais comme une odeur d'encens. Des images t'assaillaient et, peu à peu, je finissais par ne plus avoir d'emprise sur toi. Jusqu'à ce que...

♦♂Bien des années plus tard, dans un futur qui n'existera jamais♂♦

Darm était en train de repeupler la forêt dans laquelle il se trouvait, simplement en s'assurant que ses parties génitales manquaient à l'appel. De gigantesques morpions tombaient de la toison qui se trouvait sous son pagne, s'enfuyant dans la forêt afin de trouver des créatures dont ils pourraient dévorer le sang.

C'était vraiment désagréable, il avait l'impression de toujours sentir la présence de ses bourses et, immanquablement, finissait par se rappeler du pacte qu'il avait passé avec un duc obscur, un an plus tôt. Levant sa gigantesque carcasse (il mesurait plus de dix mètres, aujourd'hui), il se remit à marcher parmi les arbres de cette étrange forêt.

Le silence régnait, et c'était agréable. Lorsqu'il n'était encore qu'un môme, on ne lui témoignait pas le respect qu'il méritait. Les oiseaux chantaient, les créatures l'ignoraient bref, il n'avait aucune influence sur les alentours. Rien que le fait d'y repenser lui foutait un coup au moral... à moins que ce soit le fait de penser à l'absence de ses burnes, allez savoir ! Pour la peine, il matérialisa une fumée épaisse et noire qu'il transforma aussitôt en un gigantesque cigare, à son échelle. Il entreprit aussitôt de le mettre dans sa bouche, et de l'avaler.

Il préférait le goût ainsi. Fumer, c'était bien, mais manger, c'était mieux. Il mangeait tout, cigares, essence de vie, pièces de monnaie, bières, même les gens quand il en ressentait l'envie. Il trouvait ça cool. Et puis, ça impressionnait toujours ses interlocuteurs, et ses patrons. Il avait continué de faire des missions même s'il s'était arrêté depuis quelques jours, mais juste pour le plaisir. Plus question de se faire payer, Darm offrait son corps (et ses services) à celui qui voulait. Sa vie était donc faite d'imprévus, de missions suicides ou totalement irrationnelles.

Il était souvent employé par des jeunes Voyageurs, pour aller tuer des Voyageurs plus expérimentés que ces derniers n'aimaient pas. Cela ne le dérangeait pas, il n'avait pas besoin d'excuse pour manger des Voyageurs de toute façon. Mais, récemment, il s'était rendu compte que faire des missions commençaient à l'ennuyer. Il s'était donc mis à manger tous les gens qui venaient lui en proposer, jusqu'à ce qu'on lui foute la paix ou qu'on lui propose une mission qui soit à son goût.

Une mission contenant une bonne dose d'hémoglobine, de la difficulté et demandant une bonne paire de couilles (de manière littérale) et une solide charpente.

Or, justement, le parchemin qu'un intermédiaire livide et tremblant lui avait remis la veille en contenait une plutôt intéressante. Elle venait d'un dénommé Pierre-Emile, qui en avait marre de servir de larbin pour son maître. D'une écriture tremblante (l'usage d'un bec obligeant), il demandait à Darm de remplir l'un de ces objectifs suivants (après toute une gorge profonde réglementaire concernant la puissance de Darm, son expérience professionnelle etc.) :

- trouver une formidable perruque pour son maître, afin qu'il cesse de se morfondre et de consommer des litres d'alcool (et de briser les burnes de son animal de compagnie)
- tuer Noah, et trouver un nouveau maître pour Pierre-Emile, de préférence une jeune fille charmante à forte poitrine (l'oiseau semblait avoir des goûts bien humains)
- retrouver la sorcière, et la forcer à rendre ses formidables cheveux au dénommé Noah

Ne sachant pas vraiment où commencer à chercher, Darm parcourait donc Dreamland sans relâche, interrogeant toutes les personnes qu'il croisait. Dans tous les cas, il devait trouver ce dénommé Noah. Mais juste le tuer, ou se limiter à un seul de ces objectifs n'était pas un défi à sa mesure. Le mercenaire s'inventa donc de nouvelles conditions : il devait avoir rempli sa mission dans la semaine, et remplir tous les objectifs, tout en les liant.

La mission qu'il s'était créé, à partir des souhaits de la mouette, était la suivante : retrouver la sorcière, l'obliger à rendre ses cheveux au mec nommé Noah puis la scalper afin de faire une perruque avec sa chevelure, trouver ensuite une jeune fille à forte poitrine, tuer Noah puis raser ses cheveux ayant repoussé, et offrir le tout au commanditaire.

Ouais, mais c'était encore trop simple, même si ça demandait d'employer les services d'un informateur. Tout en marchant, Darm hésitait à se crever les yeux et à se briser les jambes, histoire de rajouter encore de la difficulté et du piment à cette quête. Certes, il se régénérerait mais n'aurait alors plus qu'à recommencer.

En tout cas, il savait qui il devait trouver : il s'agissait d'un mec dont il avait déjà utilisé les services, lors de ses nombreuses missions. L'informateur parfait, l'homme qui détenait toutes les réponses avant même que les questions ne soient posées. L'une des seules personnes qui savait que Darm était encore puceau, et qu'il avait perdu à jamais l'occasion de ne plus l'être.

Le grand, l'illustre, le majestueux...... Nedru Etol !

- NED ! RAMÈNE TA FACE, J'AI B'SOIN D'TES SERVICES ! s'écria Darm, de sa voie de castrat très féminine, à tel point qu'on pouvait le croire sous hélium.

L'informateur savait tout, prévoyait toujours tout. Darm était persuadé qu'il allait le croiser quelques mètres plus loin, adossé de façon nonchalante contre un tronc d'arbre.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Shad Howl
Messages : 207
Date d'inscription : 25/12/2012

Citoyen modèle
Shad Howl
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 210
Renommée: 307
Honneur: -108
MessageSujet: Re: Les voies du Destin sont insondables [Pv Nedru, Darm, Noah et Shad] Les voies du Destin sont insondables [Pv Nedru, Darm, Noah et Shad] EmptyLun 9 Mar 2015 - 23:35
Parée d'une poitrine à en faire pâlir d'envie les pimbêches les plus munies, tu te relèves doucement en cherchant à garder ton équilibre et ta grâce naturelle. Tu te souviens exactement de la façon dont tu as obtenu ces nouveaux apparats. Ce pauvre homme géant avait troqué ses testicules contre un pouvoir bien maigre. Rien que d'y penser, tu en pouffes encore. Ta voix claire remonte aux oreilles ophidiennes de tes compagnons dorsaux qui s'éveillent à leur et s'ébrouent énergiquement.

« Cornegidouille, il me déplaît fortement de me reposer en cette grotte. Lance celui de gauche.
- Sacrée morue salée, l'humidité ne sied guère à notre teint ! » renchérit celui de droite.

Voici donc une nouvelle période de ta vie qui commençait. Évoluant dans l'ombre comme à ton habitude, tu marches en dodelinant en direction… Quelle direction ? Tu n'en as plus souvenir, cependant, tu es convaincue qu'il s'agisse de la bonne direction.

« Je parierai les roustons qui te servent de collier que tu t'es complètement fourvoyée…
- Greluche !
- Sac en papier.
- Comique !
- Fille de petite vertu.
- Ombre éclairée ! »

Parfois, mais seulement parfois, tu en viens à te demander si tout cela ne t'es pas arrivé comme une sorte de punition pour une faute que tu aurais commise par le passé. D'autres fois, tu t'étonnes juste du vocabulaire insolite qu'ils utilisent.

« Joint de culasse.
- Rustine trouée !
- Morpion de géant eunuque.
- Tapisse… Ciel ! Vous dites vrai, il y a bien un morpion par terre ! Ou du moins, c'est ainsi que j'oserai le qualifier. Ronde et sombre rombière, quand penses-tu ? »

Tu venais de remarquer cette étrangeté sans avoir prêté attention à la fausse question qui faisait plus office de blague récurrente que d'une réelle envie de connaître ton avis. La seule fois où tu y avais prêté attention, le serpent avait insisté sur l'orthographe de son mot pendant près de trois minutes. T'arrêtant donc de te mouvoir, tu allais pouvoir considérer cette horreur plaisante dans sa globalité.

Tu ordonnas d'un geste à l'esclave noir de droite de récupérer cette enivrante abjection afin de connaître la nature de cette créature aux envergures instables et ineffables. Ouvrant une bouche morcelée, jusque là scellée par un silence, tu lances :

« Eh bien, quelle chose étrange. »

Mais le résidu de maladie sexuellement transmissible s'effrita dans la gueule du rapporteur, lui procurant une sensation d'avoir, à son tour, récupéré ce mal mystérieux dont on cache le nom. Enchaînant les jurons les plus inénarrables, tes deux vers noirs s'agitent et s'excitent tandis que tu ne trouves de bon à faire que d'avancer en laissant ces bons à rien frapper le sol et entourer ton col.

Tu remarques que ta tenue laisse entrevoir tes épaules malingres, mais un air malin se lit dans tes prunelles, cela pourrait être cruel d'exploiter ton corps de Vénus, au risque qu'on en veuille à ton… Non, des enfants lisent ces textes… Et tu n'en as pas, de toute manière. Une fois calmés, tu uses de tes doigts pour les faire taire. Tu sais qu'une grosse chose aux airs peu avenants se trouve au détour de ce rocher, là, devant toi. Prenant les devants, tu te penches en avant pour scruter cette sorte de titan. Mais là où tu aurais souhaité être discrète, tes imbéciles de compagnons s'écrièrent :

« Bon.
- Sang !
- De.
- Bon !
- Soir.
- Il !
- Est.
- Gros ! »

Fusillant du regard à tour de rôle tes crétins d'ophidiens, tu subis, une fois de plus leurs paroles débordantes :

« Sabre de bois, quelle énormité affligeante.
- Sans mentir, si son scrotum se rapporte à l'épaisseur de ses fesses, il est sans doute monté comme ce Phénix auquel nous avons échappés de justesse tantôt !
- Il faut avouer qu'une créature aussi grosse pourrait faire pas mal de dégâts internes. Enfin, si ça pouvait passer.
- Je crois qu'elle éclaterait ! BOUM ! Explosée, comme un gros ballon de baudruche tenu par un enfant trop turbulent !
- OUI ! J'explose ! De rage ! Et même vos tronches si vous ne la fermez pas promptement ! J'en ai ras les pectoraux de vos âneries indiscrètes, surtout dans un moment pareil ! »

Il était impossible que le géant de dix mètres qui pouvait répondre au nom de Darm, si tu en avais quelque chose à faire, ne t'aies pas entendue. Restait à savoir ce qu'il allait faire de ce tintamarre.


Note:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Nedru Etol
Surnom : Le Renard Gris
Messages : 619
Date d'inscription : 25/05/2012
Age du personnage : 29

Arpenteur des rêves
Nedru Etol
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 588
Renommée: 1986
Honneur: 134
MessageSujet: Re: Les voies du Destin sont insondables [Pv Nedru, Darm, Noah et Shad] Les voies du Destin sont insondables [Pv Nedru, Darm, Noah et Shad] EmptyLun 16 Mar 2015 - 11:58


Nedru était là, mais personne ne le voyait. Crier ou secouer les bras n'y changeait rien. Quand à frapper Darm pour éveiller sa curiosité, s'eut été au pire sans résultat, au mieux le déclencheur d'un résultat néfaste.
Il lui fallait attendre... Qu'on le remarque.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Mara Leros
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 741
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 15

Arpenteur des rêves
Mara Leros
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 510
Renommée: 1752
Honneur: 444
MessageSujet: Re: Les voies du Destin sont insondables [Pv Nedru, Darm, Noah et Shad] Les voies du Destin sont insondables [Pv Nedru, Darm, Noah et Shad] EmptyLun 16 Mar 2015 - 22:22
Hors RP:
 


Le flamboyant couple piquait avec une élégance méritant de résider dans les plus grandes légendes. Faisant fuir les plus fragiles êtres qui ne méritaient leur place en leur présence, le Phoenix sema une gerbe ardente dans la fertile verdure, éclairant les feuilles d'une belle lueur pourpre. Après être gracieusement descendue de son auguste monture, la Magnifique Voyageuse passa l'une de ses blanches mains dans sa chevelure d'or, disant de sa voix enchanteresse:

"Bordel mais t'es con, t'as foutu le feu à la forêt."

Ce à quoi son mythique interlocuteur répondit de sa voix à faire frémir les montagnes et s'écrouler les vallées:

*'Azy, c'est rien, s'pas grave. 'Faite, ça va, le tour t'as plus? Avoue, c'est la classe!*

"Ouais, mais ça n'empêche que t'es con. Bref, faut que je retrouve ce... cette... ce truc."

*T'inquiète, j'viens, j'vais te protéger et tout. T'vas voir comme je gère!*

"Nan, je vais me débrouiller, casse-toi."

*Zyva, dis pas ça, ch'uis sympa et tout!*

"T'es lourd."

*Allez, steuplé!*

Un simple regard de la belle, droit dans celui de la légende, suffit à la faire d'incliner, et à reprendre dans son vol, avec de valeureuses paroles d'encouragement envers celle qui fut son amie, sa partenaire, et même sa confidente pendant ces dix sublimes minutes. La femme aux yeux d'océan reprit sa route d'un pas gracile dans la forêt. Elle marchait sans peur, ignorant les regard admiratifs des habitants sylvestres qui croisaient sa route.

Elle s'arrêta soudainement, son majeur caressant pensivement ses adorables lèvres tandis qu'un son profond retentissait au loin. Un doux chuchotement s'échappa de la délicate bouche:

"... Un dinosaure?"

Elle changea de direction avec autant de grâce qu'une danseuse et avança d'un pas aérien vers la source du son. Elle arriva finalement en vue du mastodonte préhistorique dont elle avait prédit la présence. Le monstre, dressé sur deux pattes aussi larges que des piliers de temple grec, couvert d'une peau couleur d'aiguille de pin, semblait se battre contre un ennemi invisible. Ses crocs démentielle tentaient de mordre l'air, ses fines pattes rentrées sous son torse. Un tintement de verre brisé agrémentait le tableau apocalyptique qui s'offrait aux yeux de Mara. Ses fins sourcils légèrement inclinés, sa main caressant un tronc millénaire, elle fit quelques pas silencieux en arrière. Mais soudainement, le rugissement affamé du tyrannosaure cessa. Elle ferma les yeux, mordillant sa lèvre basse de sa dentition parfaite. Et un autre rugissement, en sa direction, fit tressaillir l'infinie délicatesse de son corps.

*T'ES BOOOONNE*

Son doux regard désespéré tenta d'ignorer la gigantesque et disgracieuse tête qui s'était glissée à côté de son visage. Ses deux mains jointes sur sa poitrine pour calmer son battant affolé, un voile de déprime s'abattit sur elle, et un murmure lui échappa:

"Pour le coup, la nuit va être vraiment, vraiment longue..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Noah Alighieri
Messages : 249
Date d'inscription : 30/01/2013
Age du personnage : 26

Citoyen modèle
Noah Alighieri
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 350
Honneur: -15
MessageSujet: Re: Les voies du Destin sont insondables [Pv Nedru, Darm, Noah et Shad] Les voies du Destin sont insondables [Pv Nedru, Darm, Noah et Shad] EmptyDim 22 Mar 2015 - 21:26

Dans son état comateux, Noah abusa de ses pouvoirs. La dernière fois qu'il avait fait ça, il avait rasé un village de pêcheur et il avait été traqué pendant deux mois. C'est sûr qu'une tornade au beau milieu d'un petit patelin ça fait pas franchement plaisir. Dans une forêt non plus d'ailleurs. Noah fût soufflé loin de la, à califourchon sur frigo, Pierre-Emile volant en zigzag à côté de lui. Il atterrit dans un arbre gigantesque alors qu'au loin la tornade déracinait quelques arbres. "Bwarf, elle finira bien par se calmer" décréta Noah entre deux moments de conscience. Pierre-Emile était déjà à moitié mort et Noah tomba de l'arbre, bientôt suivi par son frigo qui s'écrasa contre une plateforme que Noah dressa à temps pour ne pas se faire écraser. Heureusement le frigo était incassable, mais il s'ouvra sous le choc, laissant maintes bouteilles s'écraser un peu partout et toutes s'éclatèrent, laissant couler de la bière un peu partout.

"-Uuuuuurgh... Fait chier."

Noah se releva, constatant par la même occasion que le sol était noir et touffu. On aurait presque dit des cheveux. "Ah! j'suis sûr des cheveux!" . Bon, c'était vraiment des cheveux. Noah trébucha sous le choc, s'écrasant dans la masse de cheveux. Pierre-Emile le rejoignit, ne se gênant pas pour déféquer sur le sol couvert de bière et d'éclats de verre. "Boss, t'es sur un géant!" "Sur un géant? Sûr que ça explique les cheveux." Pas le moins du monde paniqué par le fait d'être sur la tête d'un géant couvert de bière et de fiente, Noah reprit son frigo, "la bière avant tout" et descendit du géant avec une plateforme.

"-Désolé mec, géant, truc muche, fin toi là. J'ai pas fait exprès ok? Bon Pierre-Emile t'as aussi chié dessus, mais c'est la vie quoi. Sans rancune? Ouais, sans rancune. Et laves-toi bien les cheveux, faut faire gaffe à ces conneries là."

Partant tranquillement, il passa devant une femme avec d'énormes... Ils étaient énormes quoi. Pierre Emile les vit directement et vola vers la jeune femme.

"Mademoiselle, t'es charmante avec tes obus,
C'est les plus gros que j'ai jamais vu,
Ca te dirait que je passe dans ton cul?
Un petit coup ni vu ni connu!"

Si on avait fait plus classe dans l'histoire des approches, il fallait avouer que la mouette était plutôt douée pour inventer des rimes en freestyle. Restait à savoir si le géant viendrait faire irruption dans la petite discussion, ce qui serrait compréhensible vu qu'il s'était fait recouvrir de fiente et de bière cheap pour ne recevoir qu'une étoffe d'excuse. Cela dit, Noah n'en avait rien à faire, tout occupé qu'il était à regarder les magnifiques et énormes atouts de la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Darm
Messages : 159
Date d'inscription : 30/01/2015
Age du personnage : 23

Citoyen modèle
Darm
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 145
Renommée: 370
Honneur: -58
MessageSujet: Re: Les voies du Destin sont insondables [Pv Nedru, Darm, Noah et Shad] Les voies du Destin sont insondables [Pv Nedru, Darm, Noah et Shad] EmptyMar 24 Mar 2015 - 13:20

Ned n'apparaissant toujours pas, le géant rentra en pleine réflexion. Lorsque cela arrivait, son corps devenait aussi solide que la pierre tandis que ses muscles également. La fin du monde pouvait alors arriver sans qu'il n'en soit le moins du monde décontenancé. Perdu dans ses réflexions internes, Darm cherchait des réponses auxquelles sa conscience, totalement disparue depuis plusieurs années, n'était plus là pour répondre.

Ainsi, il ne réagit pas lorsque Shad se mit à gueuler, l'ignorant totalement. Il l'avait peut-être entendu, mais son cerveau n'avait pas transmis le message.

Pas plus qu'il ne réagit lorsqu'on prit sa tête pour un terrain de football fait d'herbes synthétiques. Le mélange de bière et de fiente passa lui aussi inaperçu (de tout façon, il en fallait beaucoup plus pour salir les cheveux déjà bien crades du géant à l'hygiène... déplorable). Tout comme les excuses de son squatteur de tête.

C'est donc en réfléchissant à la manière avec laquelle il allait pouvoir trouver Noah que le géant le laissa passer sous son nez, sans se rendre compte que son objectif de mission était parti. Il continua de réfléchir pendant quelques minutes, ses veines battant à sa tempe, un air de concentration extrême sur le visage. Il réfléchit tellement longtemps (à ses yeux), qu'il finit par ne plus se rappeler de la question initiale.

Au bout de ce qui lui parut une éternité, il finit par émerger de sa réflexion profonde et hautement spirituelle. Tel un génie fébrile qui vient de résoudre l'équation la plus complexe ayant jamais existée, il mourrait d'envie d'annoncer sa réussite à la terre entière. Ce qu'il tenta de faire, en gueulant à tue-tête:


- SEPT ! Y'A SEPT MORPIONS QUI SONT TOMBES DE MES COUILLES !

Le temps se déformait lorsque Darm utilisait, si bien que lorsqu'il réfléchissait une journée entière pour lui, il ne s'était écoulé que quelques minutes dans la réalité. Ainsi, lorsqu'il se mit à gueuler, Noah n'était parti que depuis peu de temps et Shadette n'était pas super loin. Le bruit agaçant d'une mouette entonnant des rimes torrides obligea le géant à se retourner.

Il fut abasourdi. La femme avait une poitrine à en faire baver d'envie Miss Luxuria.

Le géant passa son énorme langue sur ses lèvres, tandis qu'une masse d'ombre se formait afin de remplacer ses organes disparus, et ainsi donner un peu plus de volume à son pagne bien trop vide à son goût. Il créa également un micro, avec son ombre, qu'il porta à ses lèvres. Malheureusement, sa beauté lui avait fait perdre les mots.


- …

Qu'à cela ne tienne, Darm avait plus d'un tour dans son sac : claquant des doigts, il matérialisa une table faite d'ombre, agrémentée d'un bouquet de fleurs (entièrement fait d'ombre, également), d'une radio (de la même matière) qui jouait Careless Whisper.

Depuis la perte de ses couilles, Darm était devenu romantique et se comportait différemment avec les femmes. Un vrai gentleman.


(0:26)

Le géant ignorait totalement Noah et sa mouette, n'ayant d'yeux que pour la belle. Il espérait ardemment la conquérir.

- I feel so unsure
As I take your hand and lead you to the dance floor ♫


Tendant sa main gigantesque à la créature, Darm entendait bien la faire danser sans se soucier des serpents qui la composaient. Plongeant son regard dans celui de Shad, le micro dans son autre main porté à ses lèvres, le géant continue d'une voix aigu, étrangement adaptée à la saison.

- As the music dies, something in your eyes
Calls to mind the silver screen
And all it's sad good-byes ♪


Le géant entendait bien faire toute la chanson comme ça. La jeune femme allait-elle porter ses couilles (dans tous les sens du terme) et relever le défi, poussant la chansonnette aussi loin que possible ?

♦♂ Un peu plus loin, du côté de Mara ♂♦

Les six morpions restants semblaient pris de la même frénésie que leur maître, mais avaient des choix musicaux différents. Après être arrivé en vue de la fille la plus formidable de la planète (ils en voulaient à sa toison!!!). Ils créèrent des accordéons fait d'ombre (à force de sucer le sang de Darm, bah ils avaient mutés) et se mirent à en jouer.

(0:54)

- Tout, tout, tout, vous saurez tout sur les zizis ♫ commencèrent-ils à entonner.

La nuit allait être longue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Shad Howl
Messages : 207
Date d'inscription : 25/12/2012

Citoyen modèle
Shad Howl
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 210
Renommée: 307
Honneur: -108
MessageSujet: Re: Les voies du Destin sont insondables [Pv Nedru, Darm, Noah et Shad] Les voies du Destin sont insondables [Pv Nedru, Darm, Noah et Shad] EmptyVen 10 Avr 2015 - 21:50
Apparemment, même pour le géant, c'était l'automne. À défaut de perdre ses feuilles, il perdait des bonshommes. Enfin, un bonhomme et un oiseau. Arquant un sourcil, tu regardes la scène avec un air circonspect. Les deux ophidiens d'ombre s'agitent dans ton dos. L'un d'eux rit légèrement, l'autre claque des dents de manière vive, sonore et répétée. Décidant de les ignorer, tu prends une position assurée mais féminine à l'approche des deux énergumènes précédemment cités.

« J'en ferai bien ma pitance.
- Assurément ! »

Pour une fois, en regardant le poulet en devenir qu'était la mouette, tu ne peux qu'approuver ces deux zouaves. Cependant, la mouette n'était pas là pour se faire dévorer, dommage. Elle prononça quelque chose qui ressemblait à une phrase d'accroche, quelque chose que l'on sort quand on souhaite aborder quelqu'un. Instinctivement, tu jettes un regard insistant sur ton énorme mais factice poitrine. Tu étudies ce que l'animal a dit, lui qui parlait d'une taille jamais vue. Tu avait quelque chose d'unique, c'était bien... dommage que ce n'était pas naturel.

Tu replaces bien ta robe d'ombre autour des atouts et t'apprêtes à engager la conversation, lorsque tes deux compagnons dorsaux se rappellent à toi :

« Ciel, ce pigeon souhaiterait donc culbuter notre chère et tendre maîtresse ?
- Qui sait ? Cela pourrait peut-être être amusant ! Ne crois-tu pas ?
- Je ne suis pas d'accord, vous deux, là. »

Tu n'étais pas du tout amusée par la perspective de te faire « culbuter. » Bien que tu ne saches pas ce que cela pouvait bien vouloir dire, tu assimilait « culbuter » à un moment désagréable de la vie à éviter à tout prix. Tu allais répondre lorsqu'un énorme bruit, apparenté à une voix, retentit. Ce bruit était simplement le géant qui sortait de sa torpeur mentale. Surprise, tu recules d'un pas, déliant la langue de tes chers et tendres serpents :

« Bon sang de bonsoir.
- Je me gausse ! La voix de ce géant est plus que risible !
- Tout à fait d'accord. Il devrait avoir honte.
- Sacrebleu ! Il me revient en mémoire quelque chose !
- Pareillement.
- Myriade de cloportes en rut ! Il manipule l'ombre !
- Fichue roue dentelée. Tu as raison. J'ai une certitude, désormais.
- Mais... que fait-il ? Tranche de jambon gargantuesque !
- Voilà qu'il se met à entonner une mélopée déformée.
- … On me drague.

D'abord abasourdie, tu trouves le moment propice pour profiter de la situation. Évitant avec soin la position et le regard de l'oiseau, qui devait sans doute encore essayer d'attirer ton attention avec sa ses phrases d'accorche dignes des plus grandes kikoo caillera, tu t'avances vers le géant chantonnant. Quelque part au fond de toi, très loin, caché dans ta plate poitrine rembourrée, tu te sentais touchée par cette pitoyable scène. À ton tour, tu te mets à chanter, accompagnée d'instruments vocaux joués par les deux ophidiens :

« En ce temps là, je vivais dans la Lune.
Les bonheurs d'ici-bas, m'étaient tous défendus.
Je semais des violettes et chantais pour des prunes,
et tendait la patte aux chats perdus.
Aaaaaaah ! Putain de toi. Aaaaaaah ! Pauvre de moi. »


C'est avec ce capharnaüm en fond sonore que tu grimpes sur la table visiblement trop grande pour toi à l'aide de tes pouvoirs et fixes l'aimable géant dans les yeux.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Mara Leros
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 741
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 15

Arpenteur des rêves
Mara Leros
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 510
Renommée: 1752
Honneur: 444
MessageSujet: Re: Les voies du Destin sont insondables [Pv Nedru, Darm, Noah et Shad] Les voies du Destin sont insondables [Pv Nedru, Darm, Noah et Shad] EmptySam 11 Avr 2015 - 15:43
Malheureusement pour la belle, les solutions possibles contre la gargantuesque créature n'étaient pas infinies. Elle craignait que le quotient intellectuel du monstre ne soit pas suffisant pour comprendre sa demande de s'éloigner. Son joli visage se tourna de tous côtés, à la recherche d'une solution au fâcheux problème qu'était le générateur à salive qui lui faisait face. Ses prunelles saphir se fixèrent finalement sur son attrayante main, doucement appuyée contre le tronc rugueux d'un arbre ancestral. Certes, sa force n'égalait point sa grâce, mais la sous-estimer serait insulter la jeune femme. Reportant son regard sur celui de son nouvel amant potentiel, elle se plaça tranquillement de biais et leva sa jambe avec la maîtrise d'une gymnaste accomplie, avant d'abattre son talon sur le bois avec la force d'une guerrière amazone. Le bois se creusa son l'impact, mais le végétal ne semblait pas encore prêt à s'abattre sur le gêneur. Soudain, alors que la séduisante Voyageuse allait abattre à nouveau son jugement, un chant retentit.

Le son respirait la candeur et l'innocence, comme un hommage à la magnificence juvénile de l'adolescente. Même le titanesque reptile fut pris par la surprise pour se tourner vers les six nouveaux venus. Était-ce à cause de la délicatesse et de la beauté de l'accompagnement musical, ou à cause de la taille non négligeable de la demi-douzaine insectes? Toujours était-il que la délicieuse enfant se figea, les doigts sur les lèvres et tournant le dos au premier séducteur. Elle ne savait comment réagir face à de si curieuses et charmantes créatures. Enfin, elle réussit à prendre sa décision, ouvrant sa bouche et faisant appel à toute sa voix, du plus profond de son cœur, elle prit part au chœur du groupe d'une longue et musicale note aiguë, s'élançant de l'autre côté du sextuor.

"AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH!"

Elle courait agilement, tentant d'ignorer le curieux bruit de succion suivit de la disparition de la moitié du chœur, tandis que le gracile dinosaure décidait de suivre la belle de son pas puissant. L'adorable blonde courait agilement entre les arbres, son visage séduisant rougit par l'effort, passant à droite d'un arbre, puis à gauche d'un autre, s'élançant d'une racine à une autre, se redressant avec sveltesse à chaque fois que son corps répondait à l'appel de la terre... Le tissu aérien de sa cape caressait ses chevilles à chaque pas, tressautant au rythme du trot du mastodonte. Un second bruit croustillant s'éleva après l'un des chocs sourds du colosse, faisant finalement cesser, malheureusement brusquement, l'ode des pauvres morpions.

La beauté n'avait pas le temps de pleurer ses prétendants, car elle craignait que la course de son admirateur le plus hargneux ne cesse moins facilement que la sienne. Ainsi, quand elle aperçu une ouverture lumineuse dans la dense végétation, elle s'élança aussi vite que possible, sa crinière volant derrière elle et sa mélodieuse voix calmée pour respirer plus aisément. Cependant, alors que seuls quelques mètres la séparaient de la clairière, elle perçu un beau chant d'amour au loin. Prise de pudeur et de respect pour ces déclaration intimes, et peut-être un peu car elle craignait de voler malencontreusement l'un des soupirants à son élu, voir les deux d'un coup, elle s'écarta de plusieurs pas bondissants, finissant sa course à la lisière des arbres. Son poursuivant n'eut cependant pas sa délicatesse, car il se permit de s'élancer hors de l'abri de la forêt. Son hurlement passionnel, à peine bloqué par les quelques troncs qui s'étaient fichés dans sa mâchoire, fut généreusement traduit par le pouvoir de la belle enfant:

*J'TE KIIIIFFE!!*

À nouveau plaquée derrière un arbre salvateur, elle s'offrit quelques instants pour laisser son souffle reprendre un rythme plus sain et sa douce peau reprendre sa teinte pâle et noble. Après un temps, elle passa doucement sa tête pour observer la scène galante formé par son propre dévoué percutant un géant, sous les yeux d'une femme à la silhouette presque aussi langoureuse que la sienne, bien que beaucoup plus mature.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Nedru Etol
Surnom : Le Renard Gris
Messages : 619
Date d'inscription : 25/05/2012
Age du personnage : 29

Arpenteur des rêves
Nedru Etol
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 588
Renommée: 1986
Honneur: 134
MessageSujet: Re: Les voies du Destin sont insondables [Pv Nedru, Darm, Noah et Shad] Les voies du Destin sont insondables [Pv Nedru, Darm, Noah et Shad] EmptyMer 22 Juil 2015 - 14:54

La vie de celui qu'on appelait autrefois le Renard Gris avait bien changée ces dernières années... Après avoir été tatoué, il avait d'abord cru tenir le monde dans la paume de sa main. Il pouvait se rendre où il voulait, écouter ce qu'il voulait, prendre ce qu'il désirait. Invisible, agile, fort et intelligent ; il possédait toutes les cartes pour s'infiltrer où il voulait et éviter tous les obstacles qu'on mettait sur sa route. Et comme les assassins à ses trousses ne pouvaient jamais mettre la main sur lui, il avait pu se consacrer à des activités moins veules que la quête de puissance physique.

Seulement, bientôt, tout était parti de travers ; plus personne ne prêtait la moindre attention à lui. Son pouvoir grandissant, les effets du tatouage semblaient également renforcés et il avait les plus grandes difficultés du monde à adresser la parole à un simple passant. Une vague de solitude incommensurable s'écroula bientôt sur lui.
A quoi bon être riche quand on ne peut plus dépenser son argent ? Contrôler des Royaumes lorsque personne ne sait que vous en êtes le gérant, et qu'il devient impossible de donner des ordres au moindre laquais autrement que par courrier recommandé ? Etre puissant quand il est impossible de tenir une simple discussion ?

Déjà aigri, Nedru était finalement devenu dépressif et se soignait à coups de comprimés et de séances de yoga. Après avoir appris, produit et possédé, il sentait qu'il lui fallait passer par une dernière étape de sa vie afin d'être complet et, peut être, trouver un sens à sa vie. Il devait désormais apprendre aux autres.
Devenu professeur à School-Land, il ne connut pourtant pas un plus grand succès. Bientôt vêtu exclusivement de costumes démodés et apparaissant dans Dreamland équipé de chaussettes Titi et Grominet, ses élèves ne pouvaient, bien sûr, guère profiter des lumières qu'il cherchait à leur apporter. Peu le voyaient et beaucoup moins encore l'écoutaient. Il avait dû développer un nouveau pouvoir pour réussir à se faire comprendre et c'est celui qu'il utilisait en ce moment précis et depuis déjà dix bonnes minutes.

Darm l'avait appelé sans même se rendre compte qu'il était à côté de lui depuis tout ce temps. Mais lorsqu'il avait répondu
«  OUI, JE SUIS LA !  » personne n'y avait prêté la moindre attention. On avait failli lui marcher dessus, lui tomber dessus. Il avait cherché à causer avec l'homme au frigo mais ce dernier était passé devant lui sans même le regarder et Nedru se contentait de soupirer d'un air triste, trois Prozac au fond de la gorge et le bras droit changé en grand tableau noir sur lequel était inscrit à la craie ; «C'EST NEDRU, JE SUIS ICI ».

Mais personne ne semblait encore avoir remarqué son panneau et au milieu d'une fête de la musique improvisée, Nedru s'assit un temps en ruminant son passé, sa jeunesse et ses succès.

Ce ne fut que lorsqu'un reptile préhistorique percuta Darm en menaçant d'écraser toute l'assemblée ici présente que Nedru sauta contre les troncs d'arbres ( à la façon d'un ninja du village des feuilles) pour se mettre hors de portée, disparaissant une fois de plus (à considérer qu'il était vraiment apparu) à la vue de tous, hors de portée.

Puis, décidant dans un éclair de lucidité soufflé par sa science de l'OMNI que mettre à mal un saurien tyrannique était un moyen probablement efficace pour qu'un petit comité remarque sa présence, il se jeta vers le bas de toutes ses forces, projetant sa semelle dans l'oeil de la grande bestiole à écaille, tout en écrivant en grand sur son tableau de professeur ;
« VOILA POUR TA VISION BASEE SUR LE MOUVEMENT  Wink  ». Et en plus petit en dessous « signé ; NEDRU »
On lui avait dit à School-Land que l'humour permettait de capter l'attention, mais il avait perdu une bonne partie du sens de l'humour « normal » en apprenant des professeurs du Royaume des écoles. Un peu plus et il aurait ajouté « LOL », mais il s'était retenu.

Pédagogie, pas démagogie, attention c'est important.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Shad Howl
Messages : 207
Date d'inscription : 25/12/2012

Citoyen modèle
Shad Howl
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 210
Renommée: 307
Honneur: -108
MessageSujet: Re: Les voies du Destin sont insondables [Pv Nedru, Darm, Noah et Shad] Les voies du Destin sont insondables [Pv Nedru, Darm, Noah et Shad] EmptyDim 12 Juin 2016 - 18:34

Une fois au sommet de cette table, tu te poses tranquillement dessus, continuant ta douce mélopée à l'intention du géant assis en face de toi. Tes compagnons issus de la peau de ton dos nu continuaient leur gargarismes instrumentaux rythmés. Tu en étais presque à la fin de ta chanson honteusement pompée du mon réel lorsque tu sentis quelque chose.

Quelque chose de désagréable sur tes fesses arrondies. Des vibrations. Des vibrations issues du sol qui faisaient trembler toute la table. Puis, contre toute attente, un dinosaure sortit de la forêt juxtaposée en courant. La course de l'énorme bête alla s'achever sur ton compagnon, renversant dans son élan l'immense table de laquelle tu fus éjectée. Jurant de manière pire que des charretiers, tes serpents d'ombre ne t'aidèrent pas du tout dans ta tentative dé rétablissement aérien et tu te vautras dans une flaque de boue purement narrative.

Après quelques tentatives de remise sur pieds, tu pus enfin entendre à nouveau. Tout ça pour les railleries de tes compagnons :

« Mort de rire.
- Je suis tout à fait satisfait par ceci !
- Voir notre maîtresse dans la boue, ça n'a pas de prix.
- Je trouve simplement dommage qu'aucune autre greluche ne vienne !
- Catfight boueux. Assurément divertissant.
- Nous ne serions pas intervenus, évidemment !
- Et aurions mangés le perdant. »

Qu'allais-tu répondre à cela ? Rien. Il était aussi inutile de protester que de souligner que si tu étais le perdant de leur petit jeu, cela équivaudrait à de l'auto phagocytage. Au moment où tu posais tes genoux afin de te donner un appui pour te relever, tu sentis un gros coup derrière la tête. Inutile de réfléchir plus longtemps, tes idiots de serpents d'ombre t'avaient à nouveau étalée dans la visqueuse terre et tu te juras une nouvelle fois qu'un jour, tu t'en débarrasserais. Ils t'étaient plus maléfiques que bénéfiques et ne t'ont pas servit énormément depuis qu'ils sont là.

De rage, tu saisis tes deux ophidiens noirs et les plaquas à leur tour sur le sol boueux, leurs débats balançant de gouttes tout partout. Tu fit grincer entre tes dents :

« Calmez-vous, bon sang de bois ! Ou je vous arrache sans sommation ! »

Puis, le gros dinosaure se mit à hurler de douleur. S'était-il fait mal en chutant contre le géant ? Le géant était-il en train de le trucider ? Le reptile préhistorique avait un œil crevé, la première solution était donc la bonne, il s'était blessé en chutant sur le grand bonhomme. Reculant par instinct pour ne pas te faire écraser par le piétinement de la bête, tu réfléchis à que faire. Il avait interrompu ta session de chanson avec le géant. Pire, il t'avait indirectement étalé dans la boue. Tu avais bien envie de le punir, mais tu te retint. Tu sentais que quelque chose te regardait, dans l'ombre d'un arbre. C'était une fille.

Tu regardas dans sa vague direction afin de l'apercevoir, puis tes serpents dorsaux commentèrent en criant de manière chuchottée :

« Tiens donc.
- Voilà quelque chose d'intéressant, assurément !
- Une bougresse tapie dans l'ombre de cet arbre, là-bas.
- Choppez-là, choppez-là !
- Le voici, notre ticket pour un Catfight.
- Evidemment ! Tout à fait excitant !
- Et nous pourrions nous sustenter un peu. »

Mouais. Ces deux débiles ne pouvait pas sentir la puissance que tu ressentais chez cette donzelle sylvestre. D'un pas, tu te jetas dans l'ombre la plus proche pour y fondre. De là, tu serpentas en toute discrétion vers ta cible, avant d'apparaître non loin d'elle. Tu retint tes reptiles tentaculaires derrière toi de faire le moindre commentaire, puis tu soupiras un bon coup avant d'engager la conversation, avec une voix très douce, presque chantante :

« Salut à toi. Est-ce toi qui a amené cette chose, là-bas ? »

Tu faisais référence, en pointant du doigt, au dinosaure qui s'agitait dans tous les sens et près duquel tu étais parti. Tu avais l'intention d'être bienveillant. Après tout, cette fille avait quelque chose qui éveillait en toi autre chose que ton appétit. Chose que tes deux compagnons ne comprendraient sans doute jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Mara Leros
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 741
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 15

Arpenteur des rêves
Mara Leros
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 510
Renommée: 1752
Honneur: 444
MessageSujet: Re: Les voies du Destin sont insondables [Pv Nedru, Darm, Noah et Shad] Les voies du Destin sont insondables [Pv Nedru, Darm, Noah et Shad] EmptyMer 22 Juin 2016 - 22:57
Les délicates lèvres de la jouvencelle tressaillirent, de même que ses blanches épaules se serrèrent autour de son cou délicat, tel une protection contre l'horreur qui lui faisait face. Son galant fut malheureusement puni pour son manque de tenu, et d'une façon des moins gracieuses s'il en est. En effet, son œil était à présent meurtri, probablement le fruit d'un regrettable accident, et il sombra lourdement dans l’inconscience en chutant, faisant trembler avec une extrême violence le sol qui accueillait le divin contact des pieds de la belle. Ne pouvant soutenir une telle vision, l'adolescente détourna pudiquement le regard et porta délicatement l'une de ses parfaites mains à son front. Soupirant profondément, comme pour repousser de son souffle princier la désagréable ambiance qui la cernait, son instinct lui fit part d'une présence à proximité directe.

Se retournant particulièrement agilement, ignorant la soudaine douleur provoquée par le choc de l'un de ses doigts fins contre la rugueuse écorce qui se dressait entre elle et la scène, elle se trouvait à présent face à la mystérieuse et non moins plantureuse inconnue. Cette dernière, peau pâle et tenue sombre, deux reptiles dansant dans son dos, prit la parole:

"Salut à toi. Est-ce toi qui a amené cette chose, là-bas ?"

Face à quoi la jeune innocente ne sut vraiment que répondre, scrutant les alentours comme pour quémander de l'aide. Elle était usitée à ce que sa magnificence éclipse même la présence d'autrui, telle une aura lumineuse bénissant le monde de sa simple présence... Seulement, la Créature qui se dressait sur son chemin, sans bénéficier de son inégalable charisme, rayonnait à sa manière d'une force qu'elle ne pouvait décemment ignorer. Mais il était hors de question que sa délicate personne ne puisse mettre sa perfection en danger, d'autant plus que le regard aiguisé de la presque-adulte percevait de disgracieuses tâches boueuses sur le vêtement de sa potentielle rivale. Faisant remonter ses pupilles jusqu'à celle qui lui faisait face dans un délicat clignement de paupières, elle entrouvrit légèrement ses lèvres rouges pour laisser s'écouler sa délicate voix, légèrement retenue comme par un doute plein de naïveté:

"Euuuf, ouais, plus ou moins ouais. C'tait pas trop volontaire, en fait."

Son bienséant malaise se vit renforcé lorsque son brillant esprit de déduction lui fit parvenir que l’individu l'observait avec une insistance certaine, sans doute noyée d'admiration face à son absolue beauté et sa grâce plus que divine. Gênée par cette ostensible attaque à sa pureté spirituelle, elle fit un léger pas vers l'arrière pour préserver sa personne et se résolut à se défendre d'une voix digne et fière:

"Wesh, qu'esta à mâter comme ça, là! Lâche l'affaire, merde, ch'uis pas lesbienne!"

D'autant plus que sa remarquable intelligence remarquait pertinemment que son charisme ne devrait pas avoir un tel effet sur une entité dégageant cette puissance, et elle ponctua sa pensée par un tchip réservé, laissant sa bouche dans une position tendre et douce. Dans un désir de fuir la pesante présence de la Dame aux serpents, la belle la contourna d'un pas presque dansant, sa tenue voletant dans son sillage et frôlant celle de l'autre. Levant son épaule lorsqu'elle lançait des œillades derrière elle, elle tentait de surveiller la voyeuse tout en s'assurant de l'état. Elle souhaitait s'assurer que le mastodonte dormait bien, même si elle ne comprenait guère ce qui lui était advenu, il devait avoir besoin de repos dans son état...

Pour s'en assurer, elle apposa donc emphatiquement sa main sur la peau de la créature préhistorique, en quête d'une quelconque réaction, et elle soupira de soulagement en constatant que son antique prétendant était plongé dans le sommeil. Elle se recula de quelques pas doux pour ne point perturber sa halte, mais sentit son dos cogner une surface qui ressemblait furieusement au ventre d'un individu debout. Surprise, ne pouvant croire qu'une présence ait pu échapper à son exceptionnelle perception, elle fit un volte-face quasi aérien et scruta méticuleusement les alentours... mais rien. Elle se mordilla délicatement les lèvres, peinant à concevoir que quoi que ce soit puisse se soustraire à son extraordinaire attention. Pourtant... rien. Mais elle n'avait certainement pas rêvé ce curieux contact, la perfection de son esprit ne pouvait pas s'assombrir du spectre des hallucinations.

Elle avait ce sentiment persistant et peu confortable que quelque chose lui échappait, quelque chose de gros, comme chercher idiotement les clefs que l'on tenait dans sa main. Et l'idée qu'elle soit plongée, Elle, dans une recherche idiote, était aucunement envisageable. Pourtant, il fallait se rendre à l'évidence, et son regard charmant n'eut d'autre choix que de se redresser tel un appel à l'aide silencieux envers l'unique (?) autre présence consciente en ces lieux. Elle était de plus en plus convaincue qu'une présence malicieuse se trouvait à proximité, mais quoi, ou qui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Nedru Etol
Surnom : Le Renard Gris
Messages : 619
Date d'inscription : 25/05/2012
Age du personnage : 29

Arpenteur des rêves
Nedru Etol
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 588
Renommée: 1986
Honneur: 134
MessageSujet: Re: Les voies du Destin sont insondables [Pv Nedru, Darm, Noah et Shad] Les voies du Destin sont insondables [Pv Nedru, Darm, Noah et Shad] EmptyJeu 7 Juil 2016 - 16:03


Le professeur dont le taux de sang dans le Prozac commençait à devenir inquiétant ne releva pas l’affront qui lui avait été fait. On l’ignorait. Bien. Soit. Voyons au moins qui avait l’outrecuidance de… Oh et puis il n’avait plus la tête à faire semblant d’être outré… Disons juste que maintenant qu’il avait tué un dinosaure, il se trouvait assez désoeuvré pour lever les yeux. Il essuya son bras transformé en tableau d’un air las avant de faire reprendre forme normale à ce dernier.

Une créature de l’ombre à forte poitrine. Les fortes poitrines ne suffisaient plus à permettre de différencier les créatures de ce monde, à croire qu’elles avaient été créées à dessein (ou par le dessin) par un dieu invraisemblablement libidineux. Fort heureusement la science de l’OMNI est une chose bien pratique et en permettant de mettre en relation un faciès, un duo de serpent à une forte poitrine manifestement refaite, elle identifiait du même coup la personne qui se trouvait dessous. Alors comme ça, Shad Howl était là. C’était un garnement –ou bien une garce- du genre que préférait éviter le Gris. Les rumeurs indiquaient que cette créature exauçait vos souhaits en l’échange d’une paire de testicule et le Renard se persuadait qu’il devait trouver cela d’une vulgarité sans nom. En réalité, il aurait volontiers donné une partie de lui-même pour pouvoir être un peu plus visible en ce bas monde, mais certaines parties de son anatomie lui étaient plus précieuses que d’autre.

Ce qui, avec finesse, amène à la deuxième personne hantant cette forêt. C’était une jeune adolescente et dans sa lente évolution, soit sa vie de professeur portant des costumes trop courts et des chaussettes aux imprimés de personnages de dessin animé, l’esprit de Nedru s’était certainement élevé au niveau de celui des anciens grands maîtres du continent. Soit des Ronsard et consorts. Ah, tout de suite, des sourcils froncés ! Et après ? Quel mal y a-t-il à admirer le galbe admirable des joues d’une jeune fille, ou la candeur de son sourire ? Un professeur se doit naturellement d’enseigner et c’est pourquoi ces derniers sont naturellement attirés vers les personnes les plus incultes. Laissons aux philistins leur morale décadente qui n’aurait mené qu’à la ruine du monde moderne si les personnes savantes ne devaient se tourner que vers d’autres savants égaux en âge et en savoir.

Bref, Nedru tournait autour de la jeune fille avec l’avidité d’un homme ayant découvert la présence d’une femme dans son MMORPG/forum/jeu/bar/classe/concert/lieu publique préféré. Une analyse complète s’imposait, bien sûr ! Pour la science et toutes les choses bonnes de ce monde ! Il l’avait déjà vue et la reconnaissait avec une émotion qui lui fit monter les larmes aux yeux. Comme elle avait changé ! Comme les pousses de grenades à l’estomac lui avaient réussi !
Ah ! Elle se mit à parler à la créature d’ombre ! La douceur que ses lèvres devaient avoir ! Le timbre de sa voix ! La douce et candide syntaxe qu’elle employait !

Le Renard tourna tant et si bien dans l’environnement proche de la jeune fille qu’elle vint finalement à buter sur lui. Ô dieux, quel contact délicieux ! Nedru se sentit traversé d’un sursaut et pris d’une envie soudaine, déclama à la volée les vers du poète auquel il pouvait désormais être comparé, Cassandre ne devant pas avoir connu plus de printemps que la douce Mara.


Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avoit desclose
Sa robe de pourpre au Soleil,
A point perdu ceste vesprée
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au vostre pareil.


Elle se tourna vers lui dans un volte face aérien (non pas seulement quasi aérien, quelle hérésie cela aurait été !) puis se mordit la lèvre après avoir feint de ne pas le remarquer. Ah ! Mais son regard charmant s’était posé sur lui ! Nedru crut qu’il allait défaillir. Les jeunes femmes avaient décidément bien changé, mais elles savaient encore se faire comprendre d’une façon à la fois discrète et évidente !

Puisque cette affaire semblait désormais scellée, il ne restait plus qu’à se débarasser de celui –ou celle- qui importunait la jeune fille. Avec le courage qui caractérise ceux qui ne s’attendent à aucune représaille, Nedru tapota l’épaule de Shad.


Monsieur ou Madame, veuillez laisser cette demoiselle tranquille.

Il prévoyait déjà la réponse. Une absence totale de réaction. Classique. Mais il trouverait une solution. Et c'est souvent dans la gueule.
Car oui, sa solution consisterait probablement à utiliser le dessous de ses chaussures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Shad Howl
Messages : 207
Date d'inscription : 25/12/2012

Citoyen modèle
Shad Howl
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 210
Renommée: 307
Honneur: -108
MessageSujet: Re: Les voies du Destin sont insondables [Pv Nedru, Darm, Noah et Shad] Les voies du Destin sont insondables [Pv Nedru, Darm, Noah et Shad] EmptyMar 12 Juil 2016 - 16:06

La jeune fille à qui tu faisais face détourna son regard de toi, comme si elle cherchait quelque chose. Peu après, ayant sans doute fini de trouver ses mots, elle te détailla de pied-en-cap, s’attardant même sur les traces de boue qui restaient depuis que tu étais tombée dedans grâce à tes amis. Cela se remarquait donc. Un jour, vraiment, tu tueras ces deux abrutis.

Puis, d’une voix vive, elle donna réponse à ta question par la positive. Ainsi, c’était en partie de son fait si tu avais été interrompue dans cet échange de mélopées. Tu te dis que tu la remercierais plus tard pour avoir écourté ce moment maladroit. Pour l’heure, tu étais trop occupée à la détailler à ton tour car tu savais qu’elle avait quelque chose d’anormal, de perturbant… trop, en réalité.

Soudain, elle sembla s’emporter un peu. Tu la fixais avec insistance et tes deux compagnons devaient faire de même, étant donné leur inactivité soudaine. Cela devait être oppressant, tu le concevais. Mais cette humain femelle employa un terme qui t’échappait encore. “Lesbienne”. Genre, pardon ? Tu savais qu’il s’agissait de relations sexuelles entre personnes de sexe féminin, mais pourquoi avoir employé ce terme ? Tu te grattais la tête d’incompréhension, laissant ton bras le long du visage.

Tu regardas la voyageuse s’éloigner. À ce moment-là, tu souris, en même temps que tes deux membres ophidiens délièrent leur langue :

“ Eh ben.
- Quel beau cul !
- Hmm...
- Roulé bien comme il faut !
- Ouais.
- Sans mentir, j’y planterai bien mes crocs ! Ou autre chose !
- Juste histoire de t’ennuyer, je le lui arracherai. Et je verrai si tu le trouve toujours aussi bien roulé.
- Ah ! Mais c’est pas grave ! Je pourrais toujours lui mordre le visage !
- Je la déchiquetterai entièrement.
- Écorchée vive ! Ça me plaît ! ”

Tu décelais une sorte de jalousie de la part de Rose, qui s’adressait plus à toi qu’à son comparse. Tu savais qu’il était toujours partant pour massacrer tout le monde, mais sans doute était-il énervé que tu sois “tombée sous le charme” de cette enfant.

Juste pour voir jusqu’où il pouvait rager, tu décidas d’approcher de cette fille. Sa réaction fut immédiate, il racla sa gorge et cracha sur le côté. Au moment où tu allais lui lancer une pique cinglante, tu sentis quelque chose se poser sur ton épaule, une sorte de main. Regardant, aux aguets, dans cette direction, tu constatas qu’il n’y avait absolument rien. Mais Bleu vociféra alors, à l’attention de quelqu’un :

“ Qu’est-ce que t’as, toi, à toucher notre maîtresse comme ça ?! Fous-toi un poing dans ton cul et fais l’avion avec ! ”

C’est alors que tu le vis. Ce type avec qui tu avais fait des bêtises à l’école des créatures ! Tu t’étais bien marré ! Il a prit des rides, mais tu savais que c’était lui. Tu lâchas alors, sans aucune retenue :

- Louis ! C’est toi ?

Mais Rose cria de manière agressive à l’attention de cette personne, qu’elle n’avait dû ne remarquer que maintenant, tout comme toi. Apparemment, Bleu était étonné par cela :

“ Quoi ? Vous n’aviez pas vu ce pervers qui collait son zguègue dans le dos de l’autre bougresse ? ”

La “bougresse” devait sans doute avoir entendu, tellement il avait parlé trop fort. Tu espérais qu’elle n’en tienne pas compte, toi qui avais envie de savoir pourquoi elle te faisait un tel effet. Mais tu gardais ta focalisation sur le vieux Louis, qui avait eu la faculté de se rendre invisible pour une partie des gens. Ce qui était rageant, c’est que Bleu avait une meilleure vue que toi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Les voies du Destin sont insondables [Pv Nedru, Darm, Noah et Shad] Les voies du Destin sont insondables [Pv Nedru, Darm, Noah et Shad] Empty
Revenir en haut Aller en bas

Les voies du Destin sont insondables [Pv Nedru, Darm, Noah et Shad]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 3 :: Temple des rêves prémonitoires-