Haut
Bas

Partagez|

Ferme la bouche, tu baves [Pv PNJ de Khi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Surnom : Le Bourgeois
Messages : 734
Date d'inscription : 05/10/2010
Age du personnage : 28

Maraudeur des rêves
Khildar Blacksilver
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 650
Renommée: 1200
Honneur: -400
MessageSujet: Re: Ferme la bouche, tu baves [Pv PNJ de Khi] Mar 10 Mar 2015 - 23:36
Bon, la petite ne s’était pas barrée en hurlant, un bon point pour elle. Ouais, elle avait l’air d’avoir les pétoches, mais c’était normal si elle était voyageuse que depuis deux mois. Ça devait être la première fois qu’elle se retrouvait face à une telle bestiole. Ou pas. Et même si c’était pas la première fois, pour une jeune comme elle, ça devait impressionner. Même si une sorte de tigre tout bariolé de bonbons perdait quand même sacrément en foutage de trouille.
Enfin bref. Angeline regardait le félin, qui la regardait en retour. Ils se regardaient mutuellement. Ils se jaugeaient, pour être plus précis. Chacun évaluait l’autre, esquissant quelques pas, vérifiant les appuis et guettant les réactions. Chacun put s’apercevoir que l’autre répondait favorablement. Il n’était pas en face d’un bête adversaire. Nan mais, tout était en bonbons, comment vous voulez prendre la menace au sérieux ?

Soudain, le tigre bondit, toutes griffes dehors et gueule béante. Ah bah comme ça, c’est sérieux. Angeline laissa ses réflexions de côté pour se concentrer à fond dans le combat. Dès le mouvement de son adversaire, elle sauta elle aussi en avant, mais sur le côté. Du coup, elle esquiva l’attaque et voulut frapper dans sa foulée la colonne vertébrale, mais elle n’eut que la queue de dispo. Faute de mieux, elle l’attrapa avec la ferme intention d’envoyer valser le vilain matou, mais les perles croquantes lui restèrent entre les mains.
Pas le temps de croquer la queue à pleine dents (heuuu), elle se recula alors que le chat ayant perdu son appendice l’attaquait à nouveau. Toutefois, grâce à l’élan conservé, la voyageuse avait tourné sur elle-même et asséna un violent coup de pied qui freina la deuxième tentative. Sauf qu’elle faillit se faire bouffer son pied, la bestiole ouvrant grand la gueule. Du coup, elle replia vivement la jambe, se ramassa en boule et d’une brusque détente, releva le pied pour frapper sous la mâchoire de l’animal, qui recula sous la douleur de son clapet vivement refermé.
La voyageuse aux longs cheveux noirs se redressa et sourit, fière d’elle. Et ouais, elle était parvenue à inverser les positions. Maintenant, elle se dressait en rempart pour protéger Mara. Elle se sentait responsable de la gamine et ne tenait pas à avoir ce genre de problèmes sur la conscience. Du coup, elle continuait de surveiller les mouvements du félin raccourci qui feulait. Ils ne se lâchaient pas des yeux.

A nouveau, le tigre bondit, mais sur le côté cette fois-ci, sûrement pour se rapprocher de Mara. Ça n’allait pas se passer comme ça ! Angeline le submergea d’attaques faites du plat de la main, ou du tranchant, le giflant ou lui tirant les moustaches pour attraper les morceaux de bonbons et les manger ou les jeter (mais c’était vraiment du gâchis). La riposte eut l’effet escompté et l’animal reporta immédiatement son attention sur cette voyageuse qui l’emmerdait. Au moins, il ne voulait plus bouffer Mara.
Pour prouver qu’il avait des couilles, la bestiole sauta sur celle qui l’empêchait d’avoir son dîner en poussant un rugissement impressionnant qui fit s’envoler quelques oiseaux en gaufrettes qui laissèrent tomber des miettes. La voyageuse fit de même, hurlant de façon formidable, tant pour impressionner que de se donner du courage. Alors que le choc était imminent entre les deux entités enragées, l’adolescente se décala à la dernière seconde et chopa l’une des pattes de l’animal. Dans la foulée, elle voulut le mettre à terre en reproduisant une pseudo prise de judo, mais son adversaire était trop imposant et son corps trop gélatineux. Du coup, elle se contenta de lui tordre la patte (plutôt flexible) et le résultat fut au final le même, la bête se tordant de douleur sur le sol granulé e sucreries. Pour s’assurer qu’il n’y reviendrait plus, elle lui flanqua quelques coups de pieds, histoire de. Elle voulait pas le tuer, juste l’étourdir. C’était pas son genre de buter à tout va. Ouais, cette créature les avait attaqué, mais bon. Elle voulait juste qu’elles soient tranquilles.

Victorieuse, elle s’éloigna du matou maté qui avait voulu les malmener et rejoignit Mara en souriant et sautillant, un grand sourire sur son visage. Elle s’exclama
:

"Ça, c’est fait. Bon allez, on a encore de la montée à se taper !"

Angeline lui tendait la main, comme pour se lancer dans une danse sautillante à la Magicien d’Oz, la vieille version qu’elle trouvait pas mal.
Alors qu’elle regardait ailleurs (le haut de la montagne, leur objectif), elle sentit un mouvement derrière elle. Elle se retourna et vit le tigre s’élancer. D’instinct, elle se remit en position défensive, mais c’est trop tard qu’elle s’aperçut qu’elle n’était pas la cible. L’animal se jetait sur Mara, la gueule ouverte, pour l’attraper et l’emmener plus loin, surtout plus loin de sa copine voyageuse qui, décidément, faisait bien mal.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 631
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: Ferme la bouche, tu baves [Pv PNJ de Khi] Mer 11 Mar 2015 - 15:31

Le combat entre la femme et la bête était épique aux yeux de l'enfant. Peu importe que le tout soit arrosé de rose ou de gélatine, que l'un ou l'autre ait pu faire des erreurs, c'était incroyable pour Mara qui se savait parfaitement incapable d'une telle technique. Ça ressemblait un peu à une danse. Une danse aux implications dangereuses, mais une danse quand même, l'un tournant autour de l'autre, chacun se surveillant, chaque mouvement répondant à une attaque, une défense...

La fillette était tellement fascinée qu'elle se redressait inconsciemment, tenant à peine son arme de fortune, la bouche légèrement entrouverte et les yeux fixés sur la scène. À un moment, Angeline se trouva dos à elle, face au tigre, et la petite se pencha un peu pour voir la bête. Et elle mit approximativement une demi-seconde à se redresser, son bâton devant elle et le dos plaqué à l'arbre, le visage blanc de peur, alors que sa protectrice arrêtait in extremis le fauve. Le combat entre les deux vira ensuite à la bataille sonore à grand coups de cris, faisant plisser les yeux de Mara. On va dire que c'était pas super agréable à l'oreille. Et la chorégraphie reprit comme avant, mais la fillette trouvait ça vachement plus dangereux d'un coup.

Après quelques passes, la grande Voyageuse remporta le combat, donnant quelques coups de pieds à la sale bête, avant de retourner vers sa protégée en sautillant, comme ça, tranquille et tout. Mais fait ce que tu veux, hein, c'est pas non plus comme si tu venais de démonter violemment un fauve à coups de pieds. La gamine était abasourdie par la facilité avec laquelle le combat s'était conclut. Après un dernier regard à l'animal gisant au sol, sans doute étourdi, elle prit la main que son amie lui présentait et se mis en route vers la route qui montait. Elle avait plein de questions en tête. Comment faisait-elle pour être aussi forte? S'était-elle déjà battu contre des plus grosses bêtes avant? Avait-elle déjà eut du mal à se battre?

Une douleur vive à la jambe, le surprise bloqua le cri de l'enfant dans sa gorge. Elle sentit la main d'Angeline lui échapper, en même temps que son équilibre. Son menton percuta le sol, sans trop lui faire mal grâce à la souplesse de ce dernier. Elle sentit son corps se faire traîner sur le sol, tandis que sa jambe la lançait. Elle était un peu abasourdie mais tentait de se débattre, elle n'avait aucune idée de se qu'il se passait autour d'elle, elle sentait juste le sol défiler sous son corps à toutes vitesse. Son amie arriverait-elle à la rattraper? Elle tenta de planter ses doigts dans le sol, pour ralentir la course, mais elle n'arriva qu'à se faire mal.

Optant pour une autre méthode, elle tenta de se redresse en agrippant à la gélatine qui composait le corps du félin. La position de sa jambe dans la gueule du prédateur lui imposait d'être dos à lui, rendant son exercice de contorsionniste assez douloureux pour la petite. Quand elle eut un bras solidement accroché à la croupe de la bête, elle ne sut plus vraiment quoi faire. Sa jambe lui faisait un mal de chien, son dos tordu la lançait, et elle ne savait plus vraiment quoi faire. Puis une idée particulièrement stupide lui vint. Ce genre d'idée que l'on ne peut avoir qu'au royaume des sucreries. Elle mordit la bête à pleines dents. Elle recracha immédiatement ce qu'elle avait croqué, trouvant ça malsain au fond d'elle, mais son idée stupide marcha. Le tigre rugit de douleur, retirant légèrement ses dents de la jambe qui sortit de sa gueule.

La fillette roula sur quelques mètres tandis que le prédateur s'arrêtait en grognant, se retournant vers sa proie. Mara se stabilisa et tenta de se relever, en vain. Des profondes marques de crocs dans son mollet faisaient couler son sang sur le sol coloré. La tête lui tournait et elle ne savait absolument pas quoi faire présentement. Instinctivement, elle provoquant une onde de son pouvoir, au cas improbable où le fauve y serait sensible. Ça ne rata pas: il l'ignora superbement, avançant vers elle pas à pas, les regard plein de rage. Par contre, une volée d'oiseaux-gaufre salvatrice piqua sur lui, le détournant quelques instant de son repas principal. Juste assez de temps pour permettre à l'enfant de se remettre tant bien que mal sur ses jambes tremblantes. Du coin de l’œil, elle vit une rivière de chocolat au lait. Ils avaient fait tant de chemin que ça? Elle jeta un regard aux trois volatiles qui étaient intervenus, mais apparemment ils avaient l'air de se débrouiller, esquivant les assauts, même s'ils faisaient peu de dégâts.

L'enfant entreprit alors de boitiller vers le ruisseau. Il était assez large, et il était impossible de définir sa profondeur à cause de son opacité. La fillette hésitait à plonger dedans. Pas qu'elle n'eut peur d'infecter sa jambe blessée, mais elle avait peur que le chocolat ne la gêne, après. Du coin de l’œil elle vit une branche de réglisse passer d'un bord à l'autre. Traînant sa jambe jusque là, elle se mit à quatre patte sur la branche pour traverser le cours de chocolat. Alors qu'elle était à mi chemin, elle entendit gronder derrière elle, et le sursaut de la peur lui fit perdre l'équilibre. Alors qu'elle se raccrochait désespérément à la branche, ses jambes dans le chocolat, elle vit la créature arriver en rugissant. Et quelque chose d’inespéré arriva.

Il n'osait pas entrer dans le chocolat. Était-ce car il ne savait pas nager? Sa structure gélatineuse ne tiendrait-elle pas dans le liquide? Toujours était-il qu'il faisait des ronds rageurs devant la branche en grondant, sans apparemment savoir quoi faire. En attendant, la Voyageuse atteignait lentement mais surement l'autre rive, et s'affala sur l'herbe, exténuée et à moitié assommée par la douleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
Surnom : Le Bourgeois
Messages : 734
Date d'inscription : 05/10/2010
Age du personnage : 28

Maraudeur des rêves
Khildar Blacksilver
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 650
Renommée: 1200
Honneur: -400
MessageSujet: Re: Ferme la bouche, tu baves [Pv PNJ de Khi] Mer 11 Mar 2015 - 19:16
Bordel, non ! Voilà que la petite se faisait embarquer par le tigre pas si vaincu que ça ! Et en plus, il l’emmenait à la Alien, attirant sa pauvre victime dans l’obscurité pour lui faire des horreurs. Sans perdre une seconde, Angeline fonça pour suivre le félin et lui extraire sa proie à coup de tatanes dans la gueule. Sauf que le récent combat l’avait un peu claqué, et elle se prit le contre coup en pleine poire, ou plutôt en pleins poumons. Elle les suivit sur une courte distance puis, essoufflée, elle ralentit, non sans gueuler à l’adresse de la petite :

"J’arrive ! T’en fais pas !"

Ça craignait un peu comme message d’espoir, mais elle avait que ça en réserve. Loin de paniquer, elle se concentra pour retrouver son souffle et ne pas perdre l’échauffement de ses muscles. Elle continua de marcher, suivant les traces qu’avait laissées la jeune voyageuse en se débattant. Elle avait du répondant, n’empêche. Mais bon, c’était pas une raison pour lambiner. Même si elle faisait confiance à la gamine pour rendre les coups, elle pouvait aussi y passer. Et ça, c’était pas le genre de trucs qu’elle laissait faire. L’adolescente protectrice des petites filles s’élança donc à nouveau, guettant la moindre piste pour l’orienter. Des oiseaux se firent entendre, elle appela à pleins poumons :

"MARAAAA !"

Et poursuivit la piste repérée. Même si c’était compliqué de s’y retrouver dans une forêt aussi dense, les sons parvenaient suffisamment clairement pour ne pas la paumer. Après tout, elles ne s’étaient pas trop éloignées. La voyageuse continua donc, cessant d’hurler le nom recherchée pour éviter de se faire surprendre à son tour par le félidé.
Coup de bol (ou bon instinct de chasseur), Angeline tomba sur le tigre un peu plus abimé encore, qui guettait une Mara en mauvaise posture, ses pieds dans le chocolat au lait (elles suivaient pas le chocolat blanc ? Elles avaient dû s’écarter du chemin) Chassant une pensée à base de léchage de pied qui n’avait rien à faire là, elle s’approcha subtilement, à pas de loup (ou de chat, hihi) du vilain matou. Sa robe bruissait sur les buissons de feuilles sucrées ou coulait sur les boules de glace en cornet, mais elle essaya de faire le moins de bruit possible. La discrète voyageuse arriva sans se faire choper au niveau du tigre, qui n’avait d’yeux que pour Mara de toute manière.
Sans plus attendre, l’adolescente sortit des fourrées comme un diable de sa boîte et se rua en hurlant pour se donner de la prestance
:

"Crazyyyy Miiiiiinds !"

A peine la bestiole tourna une tête sans moustaches et aux oreilles entamées, qu’elle se fit alpaguer par la voyageuse vindicative qui l’entraîna dans la rivière. Ils firent un gros PLOUF retentissant et ils disparurent de la surface, ne laissant que remous et carrés de chocolat. Des bulles éclataient par moment, mais elles se firent de plus en plus rares.
Alors que le calme semblait revenir, la tête d’Angeline apparut, ses longs cheveux plus si noirs que cela l’entourant comme les tentacules d’une méduse. La voyageuse souffla, cracha, rejeta le chocolat en trop, proche de l’overdose. Elle aimait ça, mais là, c’était trop d’un coup. Après avoir repris ses esprits et constater que l’animal ne réapparaissait pas, elle nagea en direction de Mara, toujours suspendu à sa branche de réglisse. Elle lui propos
a :

"Vas y, lâche, je te rattrape !"

Toutefois, si la petite fille désirait éviter de se retrouver aussi poisseuse de chocolat que son aînée, alors cette dernière regagnerait le rivage et l’aiderait à faire de même, en étant plus au sec.

Quoiqu’il en soit, une fois en sécurité sur la berge, Angelina remarqua la morsure et demanda avec inquiétude
:

"Est-ce que tu as mal ? "

Elle ne savait pas trop quoi faire. Un bandage, ça serait pas mal. Elle tourna la tête en tous sens, un peu perdue. Face à un adversaire, elle s’en sortait sans trop de difficulté, mais lorsqu’il fallait s’occuper des autres, elle avait tendance à paniquer. Et puis elle était recouverte de chocolat au lait qui glissait partout, sur sa robe, dans ses cheveux, sur sa peau … Elle en avait plein le visage. Elle s’essuya à l’arrache, détournant son attention du problème que posait la blessure de Mara.

"Il faut … Il faut stopper l’hémorragie. Oui, c’est ça … La stopper …"

Elle était pas plus avancée. Soudain, la lumière !

"Mais oui, chuis trop conne !"

Et sur cette remarque, elle entreprit de raccourcir sa robe et d’utiliser ses attaches dans les cheveux pour bander la blessure, avec toute la délicatesse dont elle était possible. La combattante fière et un peu téméraire s’était transformée en infirmière peu sûre d’elle et très (trop ?) attentionnée.
Une fois le problème réglée et assurée que Mara pouvait continuer sans trop de mal, la voyageuse proposa
:

"Si tu veux, je peux te porter sur mon dos. Tu pourras faire ta gourmande en me nettoyant les cheveux."

Et de partir dans un rire libérateur, pour se détendre de la frousse qu’elle venait de vivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 631
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: Ferme la bouche, tu baves [Pv PNJ de Khi] Mer 11 Mar 2015 - 22:44
Encore une fois, Angeline était arrivée comme un don du ciel, la sauvant in extremis. Mais la petite se sentait de plus en plus mal. Déjà d'une, car sa jambe lui faisait un mal de chien, la texture poisseuse du chocolat qui se mélangeait avec le sang la hérissait, et surtout car elle avait peur. Combien de temps avant qu'elle ne se retrouve dans ce genre de situation, mais sans personne à proximité? Chaque fois qu'elle croisait un puissant Voyageur, elle était prise d'une inspiration. Il fallait qu'elle apprenne à se battre, qu'elle se trouve un sport dans la vraie vie... Puis elle n'y pensait plus, passait à autre chose. Et quand elle y pensait, elle ne savait pas par où commencer, et elle abandonnait, c'était vraiment pitoyable.

Elle accepta avec gratitude l'aide de sa mentor, qui sembla d'un coup moins à l'aise à la vue de sa blessure. La fillette grimaçait à la vue de la blessure, ce qui renforça la douleur persistante qui la suivait depuis un moment. L'aînée essuya le chocolat qui coulait de tout son corps, la faisant ressembler à une sculpture digne de Charlie et la Chocolaterie. Après quelques instants d'angoisse, elle arracha un bout de sa robe qu'elle utilisa comme bandage pour l'enfant. Bon, ça ne soulageait pas la douleur, mais au moins... ouais, elle ne savait pas trop pourquoi il fallait... Ah oui, une hémorragie. Mara sentit soudain un frisson glacé parcourir son corps. Elle était en danger de mort. Sur Dreamland, mais elle risquait présentement sa vie. Non, bien sûr, une simple blessure au mollet ne pouvait pas tuer quelqu'un, si? C'était juste par sécurité. Oui, que par sécurité. Ah ah. Elle tremblait un peu.

Quand son amie lui proposa de la prendre sur son dos, elle hésita un peu. Elle avait un peu peur de la gêner. Un coup d’œil au grossier bandage de sa jambe la convainquit qu'elle risquait plus de la ralentir en marchant qu'en se faisant porter. Et le grand rire libérateur finit de convaincre l'enfant que tout allait bien à présent. Elle se sentait un peu mal à l'aise car elle avait l'impression d'exploiter la grande, donc répondit en rougissant un peu:

"Euuuh... oui, je veux bien... s'il te plait..."

Elle escalada plus ou moins facilement le dos de sa compagne, ses bras autour de son cou et son nez dans ses cheveux. Le chocolat qui en coulait sentait vachement bon, elle et hésita un peu à le goûter. Se rappelant de la proposition faite plus tôt par l'adolescente, son hésitation pencha plus en faveur. Jusque là, elle semblait toujours avoir des arrières-pensées sérieuses, quand elle proposait quelque chose, elle était sincère. L'enfant haussa donc les épaules tandis que l'autre s'était mise à grimper, et lâcha une main pour porter le chocolat à ses lèvres. Elle faillit tomber d'ailleurs, mais l'autre la rattrapa en riant. Se résignant en souriant, Mara se mit à goûter le chocolat du bout de la langue. La vache, c'était trop bon!

Elle n'avait jamais goûté un chocolat aussi bon, sucré, au goût marqué mais loin d'être écœurant. Un arrière goût épicé en découlait. Elle n'arrivait pas à le définir, mais c'était incroyable, donnant un goût vraiment original à la friandise. Avec une exclamation de joie elle se mit à lécher à petits coups répétés les cheveux de la Voyageuse. Elle continuèrent ainsi, discutant par à-coups tandis que l'une "nettoyait" la chevelure de l'autre, et finirent par quitter l'abris de la forêt sombre. La jambe de Mara ne lui faisait plus trop mal, sans doute car elle n'y prêtait plus trop attention. Elle pénétrèrent dans une forêt beaucoup plus claire, en partie car cette fois le feuillage était de la crème fouettée blanche très en hauteur, juste après s'être rendues compte qu'elles avaient déjà fait une bonne partie du chemin, environ la moitié à vue de nez.

Le chemin était bien plus agréable à la vue, bien que plus accidenté encore. Mara commençait à avoir peur que son amie ne s'essouffle. Alors qu'elle cherchait autour d'elle une source de sirop de grenadine, ou quelque chose d'autre proche de l'eau, mais pas du chocolat, une grosse motte de crème lui tomba sur la tête. Elle eut un petit cri de surprise au contact froid qui traversait sa chevelure, mais se repris vite et la goûta. Super bon aussi! Un léger goût d'abricot, et surtout super frais. Prise d'une inspiration soudaine, elle en pris une grosse poignée et passa son bras au dessus de l'épaule d'Angeline pour la lui montrer, et lui proposant d'un ton enjoué:

"Ça fait du bien! Tu veux goûter?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
Surnom : Le Bourgeois
Messages : 734
Date d'inscription : 05/10/2010
Age du personnage : 28

Maraudeur des rêves
Khildar Blacksilver
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 650
Renommée: 1200
Honneur: -400
MessageSujet: Re: Ferme la bouche, tu baves [Pv PNJ de Khi] Jeu 12 Mar 2015 - 22:51
Pendant qu’elles se baladaient dans la forêt qui se retrouvait avec de moins en moins d’arbres, et donc de plus en plus claire et lumineuse, l’adolescente sentit des chatouillis lorsque Mara goûta le chocolat sauce Angeline. Apparemment, le goût était bon puisque la petite renouvela l’expérience et se mit à épouiller (échocolater ?) la chevelure. La situation était vraiment marrante et les chatouilles provoquaient des éclats de rires. Au fil de leur avancée, le froid fit solidifier un peu le chocolat au lait. Du coup, elle sentit sa peau se recouvrir d’une sorte de carapace. Ses mouvements faisaient craqueler la plupart de cette carapace et la sensation de cassure était rigolote. Comme le plaisir étrange qu’on pouvait prendre à gratter une croûte sur une plaie. Sauf que là, la croûte, c’était du chocolat, cent fois mieux ! Elle avait l’impression de muer, comme les serpents. Et de porter un koala qui farfouillait dans ses cheveux à la recherche de feuilles de bambous. Et ça l’amusait, la faisait sourire. Elle se sentait vraiment bien.
Le paysage continua de changer et la crème fouettée vint remplacer les autres feuillages. Elles avaient bien avancé, mine de rien. Durant leur ascension, elles discutèrent librement de tout et de rien, la voyageuse s’assurant que la blessée ne souffrait pas de sa blessure et était bien portée. Parmi les sujets de discussion, elle raconta la course à dos de dodos plus en détail, expliquant que c’était des dodos plus grand que les originaux, et que c’était super fun, comme Final Fantasy, sauf que c’était en vrai. Enfin, en rêve quoi. La conteuse mima même quelques moments forts de la course, accélérant le pas pour reprendre un rythme normal et ainsi de suite. Raconter ses aventures était pas mal chouette, ça permettait de bien s’en souvenir, et de faire partager le merveilleux. Elle espérait donner envie à Mara d’explorer DreamLand pour qu’elle vive elle aussi de folles histoires.

A la réflexion, ce petit bout de fille lui donnait l’impression d’avoir une petite sœur. Elle n’en avait pas, mais avait un frère. Enfin, avait … Sa mine se rembrunit. Son frère, son grand frère, elle pensait l’avoir perdu. Quand elle est devenue voyageuse, elle a cru que par le monde onirique, elle pourrait le trouver plus facilement. Et les autres du groupe, lorsqu’elle leur avait raconté la disparition inexpliquée de son grand frère, avaient essayé de l’aider dans la mesure de leurs moyens. Mais la quête s’était achevé deux ans après son intégration dans le groupe. Et la résolution s’était déroulé dans le monde avec ses parents. Ils avaient appris que son frère était … qu’il n’était plus …
Il avait fugué, sans raison apparente. Personne n’avait compris pourquoi, ni comment il s’était retrouvé là où on l’avait trouvé. Elle avait été dévastée par la nouvelle. Coupée du monde, même DreamLand n’avait plus été un refuge. Elle avait refusé de parler à quiconque, s’enfermant dans le chagrin et l’incompréhension. Puis, progressivement, grâce entre autre à sa famille et aux Crazy Minds, elle avait pu à nouveau s’ouvrir et s’épanouir.
Le souvenir plongea Angeline dans la tristesse et la mélancolie. Ça faisait longtemps mais le souvenir était toujours présent. La page avait été tournée, mais elle demeurait écrite. Et revenait la gifler sans qu’elle s’y attende. La tristesse mina son visage un court instant.
Puis, d’un coup, elle se concentra et retrouva son sourire. Mara n’avait pas pu voir ce passage à vide, toute recouverte de crème qu’elle était à cet instant. Elle avait peut-être sentie une faiblesse dans la prise, ou vu juste bref moment. Toutefois, les yeux d’Angeline étaient encore teintés de ce souvenir douloureux.

Mais elle n’allait pas laisser ce triste souvenir lui pourrir la nuit, y avait déjà l’autre abruti avec sa pouffiasse pour ça ! Se reprenant pleinement, Angeline fit disparaître les dernières traces et répondit d’une voix enjouée à la gourmande proposition
:

"Mais carrément !"

Et elle plongea sa bouche vorace dans la crème tendue par la jeune fille. Et c’était trop bon ! Si léger, avec quelques douces nuances fruitées … Elle arrivait pas à mettre la langue dessus, alors elle en reprit une bouchée, histoire d’être sûre.

"Y a de l’abricot, nan ?"

Elles s’amusèrent encore un peu avec la nourriture, riant et goûtant, insouciantes, pour le plus grand bonheur d’Angeline, et sûrement de Mara.

C’est alors que la montagne s’annonça véritablement dans toute sa hauteur. Il allait falloir escalader, y avait plus moyen d’y couper. Mais avant, Angeline fit un peu plus le tour, ou plutôt, longea la falaise qui menait au sommet, poussée par une intuition. Et elles tombèrent finalement sur ce qu’elle cherchait : une pente légèrement plus douce, sûrement utilisé par des animaux du genre cabris ou bouquetins, mais en variante bonbons.
L’adolescente défiait du regard le sommet où devait attendre, terrifié, le mouton rose. Elle affermit la position de son koala sur le dos et lança, d’un air de défi :


"Accroche toi bien, c’est là qu’on rigole."

Sur ces mots déterminés, l’escalade commença. Les mains cherchèrent des prises faciles, puis elle fit de même pour les pieds. Heureusement, la petite était un poids plume et la porteuse possédait assez de puissance pour ne pas s’en faire. Fallait juste faire gaffe où elle mettait les mains et bien s’accrocher, pour les deux. Et pas regarder en bas, même si pour le moment, c’était pas encore bien haut. Mais ça allait le devenir, c’était certain. Allez plus hauuut !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 631
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: Ferme la bouche, tu baves [Pv PNJ de Khi] Sam 14 Mar 2015 - 14:39
La manière qu'Angeline avait de manger la crème à pleine bouche faisait rire l'enfant, c'était une méthode assez "cartoon" de le faire, comme une scène que l'on verrait dans un dessin animé. La petite en jouait, présentant les différents aliments qu'elles croisaient à son aînée qui avait les mains prises. La discussion se jouaient autour de la nourriture, de ce qu'on préférait, de ce qu'on aimait moins... La grande Voyageuse parla à la petite du Royaume des Fruit, un Royaume comme celui-ci, mais vachement plus diététique et sain, comme son nom semblait l'indiquer, ainsi que Gastropolis, une ville où tout semblait être un resto géant. Ça devait être assez drôle à voir, et plus elles discutaient, enchaînant les sujets en riant, plus Mara avait envie de voir ces fameux royaumes de ses propres yeux.

Au fur et à mesure de la marche, l'enfant se rendait compte peu à peu que la pente se raidissait. Finalement, la forêt s'arrêtait brusquement face à un mur. La roche-chocolat n'était pas verticale, mais suffisamment inclinée pour que son escalade soit bien rude. Elle appréhendait un peu l'idée de rajouter un poids à sa partenaire alors qu'elle devait gravir une structure susceptible de lui fondre sous les doigts. Ainsi, quand cette dernière commença à longer l'obstacle, Mara ne retint pas un léger soupir de soulagement. Et après quelques minutes de contournement, elles trouvèrent ce qu'elles espéraient: une pente plus douce dans la roche, demandant moins de technique à escalader. À cette vue, l'aînée, releva le menton vers le sommet visible entre les feuillages, redressa la fillette sur son dos et lança, sûre d'elle:

"Accroche toi bien, c’est là qu’on rigole."

Quand sa passagère eut une prise bien sûr grâce à ses bras et sa jambe valide, elle commença à escalader énergiquement, tentant de garder son dos droit pour ne pas déstabiliser la blessée. Cette dernière se tenait de son mieux, en essayant de ne pas l'étrangler ou gêner ses jambes. Malgré la pente, des arbustes et des buissons poussaient sur le chocolat, limitant très légèrement le paysage qui s'offrit à elles quand elles dépassèrent la limite des arbres à crème. Sa position ne permettait pas à Mara de regarder la vue dans son dos, mais pour peu qu'elle se redressait, tendant un peu les épaules, elle pouvait voir au loin d'autres montagnes, des vallées parcourues de rivières multicolores, des forêts improbables, de large prairies où paissaient des petits points, des villages de toutes sortes, à moins que ce soit des villes? Elle se réagrippa soudain à son amie, se sentant perdre l'équilibre.

Dreamland était vraiment magnifique. Se réveiller dans le monde des rêves devait être l'une des plus belles choses qui lui soient arrivées. Bien sûr, il y avait des moments dangereux, comme tout à l'heure avec le tigre, ou encore l'autre fois au cirque bizarre... Mais honnêtement, après coup, Mara se sentait si fière d'avoir surmonté toutes ces aventures! Et elle allait devenir de plus en plus forte! Rencontrer encore plus de monde! Et profiter encore plus de Dreamland! Cette idée la fit sourire, sa joue appuyée contre le bas de la nuque d'Angeline.

En relevant les yeux, elle vit un nuage rose accroché à la montagne, cachant son pic. Juste avant, une petite corniche permit à l'adolescente de déposer son "bagage" pour respirer un peu et admirer le paysage avec elle. Il commençait à faire assez froid d'ailleurs. Au loin à droite, Mara se rendit compte que le paysage semblait changer de teinte et de forme. Sans doute un autre Royaume. Elle se demandait si la frontière entre deux Royaume était vraiment marquée, ou plutôt progressive. Ça devait être amusant à voir, surtout entre deux Royaumes très différents.

Alors qu'elle observait une immense montagne en face, la fille sentit quelque chose de gluant sur sa main. Perplexe, elle baissa les yeux, et y vit un tout petit serpent de gélatine violet. Le reptile ne devait faire qu'une trentaine de centimètres de long, et il la regardait de ses yeux blanc, faisant jaillir une petite langue rouge de sa bouche pendant une seconde avant de la rentrer. Amusée, l'enfant, leva le bras devant elle et caressa sa tête du bout de son doigt. L'animal lui siffla:

*Vous montez ssss-au ssssommet?*

Son interlocutrice acquiesça en souriant et allait lui répondre, mais le bonbon vivant lui coupa la parole:

*Faite très ssss-attent-ssss-ion, les ssss-oiseaux ssssont aggressssifs là-haut. D'ailleurs, je rentre, ils ssssont en chasssse. Bonne chanc-ssss-e, quoi que vous fassssiez!*

Et il glissa le long de son avant bras pour tomber sur sa cuisse, et continuer son chemin au sol jusqu'à un trou du mur, sous les yeux de la fillette. Eh bien, pas très à l'aise la bestiole, elle avait l'air plutôt inquiète. Le nuage au dessus d'elles émettait un très léger brouillard aromatisé jusqu'à elles, mais Mara n'arrivait pas à définir son goût. Après s'être étirée, l'aînée fit remonter la cadette sur son dos pour aborder la dernière ligne droite, motivée à atteindre le pic.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
Surnom : Le Bourgeois
Messages : 734
Date d'inscription : 05/10/2010
Age du personnage : 28

Maraudeur des rêves
Khildar Blacksilver
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 650
Renommée: 1200
Honneur: -400
MessageSujet: Re: Ferme la bouche, tu baves [Pv PNJ de Khi] Jeu 26 Mar 2015 - 8:29
De la corniche, la vue en jetait. Elles dominaient les environs, perchées sur ce bout de la montagne. A leurs pieds s’étendaient la forêt qui changeait de couleur selon le feuillage. Elles pouvaient aussi voir le tracé d’un des cours de chocolat, apparaissant par moment pour se perdre à nouveau dans la verdure sucrée. Et au loin, c’était encore plus beau, coloré de partout. L’adolescente pouvait presque sentir toutes les saveurs des sucreries d’ici. Perdues dans l’horizon, des silhouettes de villes et d’autres royaumes se devinaient. Le magnifique de DreamLand qui leur en mettait plein la vue.
En levant le nez, elle put constater qu’elles avaient déjà fait un bon bout. Mais le sommet, leur objectif, restait caché par une étrange brume rose. Rose, comme le mouton qu’elles venaient secourir.

Elles se reposèrent un peu, reprenant leur souffle. L’escalade était pas vraiment le chic de la voyageuse plus âgée, même si elle aimait quand même le sport. Surtout que bon, elle devait faire gaffe de pas paumer en cours de route son koala. Lui parler de DreamLand et de ses merveilles était vraiment cool. Transmettre l’envie de découverte et d’exploration, et sentir cette envie chez Mara était … gratifiant. Genre, c’était cool de faire partager ce genre d’expériences et de faire en sorte que les autres puissent aussi les vivre. Se sentir en guide de la petite était vraiment une sensation de fierté, mais aussi autre chose. Comme un lien amical qui se tissait. Elles se connaissaient pas encore de longtemps, mais Angeline avait envie de continuer, histoire d’en apprendre plus sur cette petite qui ne demandait qu’à tout explorer et de lui apprendre tout ce qu’il fallait pour éviter que l’aventure se finisse en queue de poisson. Responsable, c’est ça qu’elle se sentait. Une responsabilité envers la jeune fille, voilà ce qu’elle avait. Et la raison était toute bête : elle lui plaisait bien. Une voyageuse aussi jeune, c’était à la fois attendrissant et dangereux. Bah ouais, avec tous les dangers qu’y a, elle était pas en sécurité. Et savoir que l’émerveillement de ce petit bout de chou pouvait prendre brutalement fin, sans qu’elle se souvienne des aventures passées, en plus, ben … ça faisait bouler le ventre. D’où le sens des responsabilités, ce genre de conneries qu’elle envoyait souvent chier quand les profs les soûlaient avec.

Soudain, v’là t’y pas qu’un serpent s’enroulait autour de Mara, à la Eden et la Pomme. Et apparemment, ils discutaient, genre ! Puis Angeline se souvint du pouvoir de la contrôleuse et se détendit. Qu’est ce qu’i’ pouvait bien lui siffler, comme sournoiseries ? Une fois parti, l’adolescente suspicieuse demanda en fronçant le nez
:

"Vous avez causé de quoi ?"

Après avoir pris l’information en compte (en fait, il avait rien appris de bien nouveau, pfff, franchement), le koala retrouva son arbre et à l’aventure compagnons ! Sauf qu’avant se payer l’escalade violente qui s’annonçait, la porteuse préféra trouver de meilleures prises et longea à nouveau la montagne.
Les corniches étaient genre, vachement étroites, et il fallait pas se risquer à zieuter en bas. Un peu de vent froid venait leur souffler dans les bronches, mais elle s’accrocha d’autant plus fort. Heureusement que la surface fondait pas sous ses doigts grâce à la température, sans quoi elle glisserait et elles étaient bon pour se retaper tout le chemin, si elles se splashaient pas misérablement.

Mais l’effort paya et sans avoir vraiment montées, un son se fit entendre, continu et puissant. Une fois un angle dépassé, elles purent voir un torrent de chocolat blanc jaillir et dévaler les flancs de la montagne. Mais surtout, le choco, il partait d’une grotte.
Parvenues aux abords de la grotte, elle se pencha pour y rentrer un peu, histoire de voir. Ben c’était pas très grand, mais suffisamment pour qu’elles aient pas à ramper comme des larves. Et étrangement, ça semblait pas trop obscur. Affermissant la prise, elle s’engouffra dans la grotte franchement, laissant derrière elle le vide. Angeline prononça d’un ton léger
:

"Peut-être que les grottes peuvent mener au sommet. En avant, mode exploration Tomb Raider !"

L’enthousiasme était toujours présent, et se renouvelait, l’environnement ayant changé. Un peu plus dans le boyau, le courant juste à côté, elles purent constater qu’effectivement, il faisait pas sombre, grâce aux éclats de sucreries un peu partout dans la roche en chocolat noir 100%. C’était sûrement l’équivalent des minerais précieux, et ils avaient l’air vraiment dur.
Tout en progressant tranquillement, Angeline demanda à Mara :


"Et sinon, t’as pas genre des questions ? Hésite pas, hein. C’est le moment d’en profiter."

En tout cas, ça faisait beau toutes ces lumières multicolores qui scintillaient dans le noir. Une ambiance presque féérique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 631
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: Ferme la bouche, tu baves [Pv PNJ de Khi] Ven 27 Mar 2015 - 21:50
Une fois reposées, Angeline la fit remonter sur son dos et l'escalade reprit. En pénétrant dans le nuage rose, Mara eut l'impression de se retrouver dans le manège d'un parc d'attraction où ses parents l'avaient emmenée un jour. À un moment, une nuage fruité s'était répandu avec une super bonne odeur de barbapapa. Et là, c'était encore mieux, vu que l'odeur avait un côté plus "naturel", elle avait vraiment l'impression d'être entourée d'une odeur de fruits rouges bien mûrs. La petite ouvrit la bouche en grand, laissant un peu de l'odeur se déposer sur sa langue, avala, puis recommença jusqu'à ce que le duo émerge de la brume sucrée.

Le paysage devint vachement lumineux d'un coup, et le flanc de la montagne était de plus en plus abrupt et inégal. De grosses roches empêchaient d'avoir une bonne vue sur les autres flancs de la montagne. Inquiète, l'enfant n'était pas sure que son amie puisse monter cette pente avec un poids sur le dos. Son appréhension retarda le moment où elle se rendit compte d'un bruit très grave et insistant, assez lointain. Et qui devint assourdissant dès que la grande Voyageuse eut dépassé une large bosse de chocolat, révélant une furieuse cascade blanche, sans doute la source des autres.

C'était du chocolat blanc, à l'odeur, et en regardant en aval alors que l'autre montait, la fillette vit que la cascade se séparait en plusieurs, et certains de ses bras s'assombrissaient. C'était drôle, peut-être que c'était comme ça que le chocolat au lait ou le noir se fabriquaient?

Sa compagne avala les quelques mètres qui les séparaient du départ du liquide, qui était en fait une grotte assez large pour passer. L'enfant se redressa un peu sur le dos de l'autre et ouvrit de grands yeux admiratifs face aux reflets clairs et colorés qui scintillaient dans la grotte sombre. Entre les chocolats et le reste, une odeur très forte s'en dégageait, mais elle n'était pas particulièrement écœurante, juste insistante. La pente était plus douce qu'à l'extérieur, et il n'y avait qu'à espérer qu'elle débouche sur le pic, puisque c'était le seul endroit accessible pour elles.

La fascination ébahie de la gamine cessa quand sa mentor nocturne lui dit d'une voix toujours aussi enjoué, apparemment infatigable:

"Et sinon, t’as pas genre des questions ? Hésite pas, hein. C’est le moment d’en profiter."

Mara se tut un instant pour réfléchir. C'est vrai qu'elle avait quelques questions, mais certaines étaient peut-être trop bizarres, donc elle décida de les trier. Tout d'abord, un souvenir de sa première nuit, quand Megan avait vaincu le méchant et qu'il avait disparut dans un nuage de fumée. Instinctivement, elle s'était dit qu'il était mort, et elle était persuadée qu'il ne pouvait en tous cas sans doute pas mourir en vrai... Mais dans ce cas, pourquoi avait-elle l'impression que tout le monde restait hyper prudent?

Et puis, un monde entier onirique, pourquoi elle en avait jamais entendu parler? Et surtout, elle était là, mais... Maintenant quoi? Lâchant un petit marmonnement intraduisible, alors que son regard se fixait inconsciemment sur les petits cristaux lumineux qui donnaient un belle ambiance à la grotte, elle se décida finalement à demander, un peu inquiète de poser une question déplacée:

"Dis, c'est un peu bizarre mais je sais pas... ça fait quoi de mourir à Dreamland? On réapparaît comme dans les jeux? Ça change un truc? Et puis, est-ce qu'y se passe parfois des trucs entre Dreamland et la vraie vie? Car j'ai jamais entendu parler de ça, moi, avant... Et puis, on peut y faire quoi comme truc, à par s'amuser ou se battre?"

Et alors même qu'elle était en train de parler, une nouvelle question vint à son esprit, question qu'elle s'empressa d'ajouter à la liste:

"Et c'est possible de choisir où on passe la nuit? Moi, souvent, j'arrive pas à décider et je me retrouve à des endroits bizarres..."

Elle tourna sa tête vers celle d'Angeline, impatiente d'avoir des réponses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
Surnom : Le Bourgeois
Messages : 734
Date d'inscription : 05/10/2010
Age du personnage : 28

Maraudeur des rêves
Khildar Blacksilver
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 650
Renommée: 1200
Honneur: -400
MessageSujet: Re: Ferme la bouche, tu baves [Pv PNJ de Khi] Mar 14 Avr 2015 - 1:03
La grotte se poursuivait de loin en loin, étincelante. Franchement, ça flashait de partout. Mais pas des flashs qui de nique les yeux, nan. C’était plutôt de magnifiques loupiottes, comme des guirlandes de Noël. Et c’était beau, ouaip. Tout ça baignant dans une ambiance calme, posée, avec la rivière de choco qui coulait à côté. Le genre d’ambiance qui te donne envie de t’allonger et de réfléchir à rien. Pas vraiment mon truc, mais c’était toujours agréable de temps en temps de faire du rien, histoire d’être d’attaque pour la suite. Une sorte de calme avant la tempête quoi.
Quoiqu’il en soit, Angeline se trimballait toujours Mara sur le dos. Sauf que grâce aux pauses répétées, la porter ne posait pas du tout problème. C’était même presque rigolo d’avoir ce koala, comme une sorte d’animal de compagnie, tout mignon. Tout mignon, et qui posait des questions. Plein de questions, et plutôt pertinentes, en fait. Pas vraiment jouasses, mais bon, elles restaient importantes. C’est pourquoi au ton qui paraissait inquiet, l’adolescente répondit en tournant légèrement la tête pour montrer un sourire qui se voulait rassurant :


"Mourir à DreamLand c’est plutôt … définitif, malheureusement. Elle compléta d’une voix un peu gênée : Je veux pas te faire peur, mais je vais pas te mentir, non plus."

Histoire d’éviter le sujet désagréable, elle partit sur le reste, avec plus d’entrain :

"Pour les trucs entre monde onirique et l’autre, je sais pas trop. Elle ria pour détendre. Parfois, si t’as un truc qu’y s’passe où tu dors, peut y avoir des conséquences, souvent déformées. Y en a qui planche dessus, mais ça m’intéresse pas trop. "

Alors qu’elle allait étendre les bras sous le coup d’un élan enthousiaste, elle se reprit et se contenta d’une exclamation :

"Mais s’amuser, c’est déjà génial ! La passion de DreamLand l’agitait à nouveau : Se battre, ça dépend avec qui, mais c’est sûr qu’y vaut mieux éviter. Sinon, explorer, c’est cool. Découvrir des royaumes merveilleux, rencontrer des créatures légendaires, ou juste mignonnes ou encore étonnantes, c’est vraiment l’éclate. Franchement, DreamLand, tu peux faire c’que tu veux, y a que ton imagination comme limite. La ferveur se calma pour passer à un ton aguicheur : Mais c’est pas mal aussi de se renseigner, pour s’apercevoir que y a des Artefacts, des contrés dangereuses, ce qui mène à des aventures extraordinaires !"

Elles empruntèrent un boyau, quittant un instant le cours de la rivière pour qu’elle réapparaisse un peu plus loin. Les lumières changeaient, les surfaces aussi. Il était compliqué de dire si c’était naturel ou taillé par l’homme. Mais bon, l’essentiel, c’est que ça montait. Bon, du coup, ça se refroidissait aussi pas mal. Les réponses continuèrent, accompagnées de quelques vapeurs s’échappant de la bouche :

"Et pour le choix du lieu, ouais, carrément. Suffit de penser à une personne en particulier, ou un lieu, ça marche aussi. Bon, j’avoue, des fois, ça part en steack et ça fait nawak. Mais généralement, ça marche. Après, tu peux avoir ton esprit qui délire et tu te retrouves à Village Puzzle, ou à la Forêt Obscure si t’as pas de chance."

La question vint spontanément, presque teintée d’inquiétude :

"T’as eu quoi comme endroits bizarres ?"

De façon générale, la progression était lente mais constante, en pente, avec plusieurs boyaux qui se présentaient. Majoritairement, celui qui montaient le plus qui était pris. Parfois, l’espace se rétrécissait, pour s’ouvrir à nouveau. D’autres fois, elles tombaient sur une impasse et se retapaient le chemin. La rivière avait été abandonnée, disparaissant dans une sorte de cavité. Elle devait sûrement continuer sous la roche, la source se trouvant peut-être dans les entrailles. Concernant les cristaux bonbons, ils n’apparaissaient plus vraiment et parfois, c’était leur lointain éclat qui empêchait l’obscurité. Par moment, c’était des cavités vers l’extérieur, et d’autres, des sortes de champignons gélatineux, eux aussi fluorescent.

Soudain, elles sortirent d’un flanc de la montagne, au détour d’un couloir. Le vent les gifla en même temps qu’il véhicula une douce odeur orangée. Les alentours disparaissaient rapidement sous un voile nuageux. Elles étaient maintenant bien hautes. Il ne leur restait plus grand-chose à parcourir pour atteindre le sommet. C’est alors que des cris de rapaces se firent entendre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 631
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: Ferme la bouche, tu baves [Pv PNJ de Khi] Jeu 16 Avr 2015 - 22:07
Mara écoutait chaque réponse de son amie en silence, toujours attentive à chaque détail. Ouais, elle se doutait un peu que mourir ne devait pas être si tranquille, les Voyageurs avaient l'air de vachement tenir à la vie quand même... Si mourir signifiait quitter Dreamland, c'était sûr qu'elle n'avait pas envie de mourir. Ce n'était pas aussi simple que dans les jeux. Mais malgré tout, elle ne pouvait s'empêcher d'être un poil inquiète: son pouvoir n'était pas franchement impressionnant.

Elle le trouvait même parfois un peu pourris. Parler aux animaux, c'est drôle cinq minutes, mais déjà faut qu'il y ait des animaux, et ensuite, se battre avec des rongeurs ou des moineaux, y avait quand même plus efficace. Elle aurait bien aimé avoir un pouvoir fort et classe, comme celui de Megan par exemple. Surtout que le sien lui obligeait à faire de la stratégie pour s'en sortir, et elle avait peur de ne pas toujours réussir à bien faire... Enfin, penser à son pouvoir lui avait rappelé qu'elle ne se connaissait toujours pas de celui de l'autre Voyageuse, mais elle se retint de lui reposer la question. Elle espérait avoir un peu l'occasion de le voir avant la fin de la nuit...

Mais dans ce monde, c'est qu'il devait y avoir plein de trucs à faire, elle aimerait bien visiter tous les Royaumes au moins une fois, ça devait être super intéressant... Et il suffisait de se concentrer sur un endroit ou sur quelqu'un pour choisir où apparaître? Ça marchait quand même moyen pour l'enfant... Surtout car elle n'arrivait pas à bien se concentrer sur une idée en s'endormant, mais ça viendrait sans doute avec le temps. Mais il fallait faire gaffe à ce qu'on pensait, non? Des fois qu'on atterrisse dans un coin pas très sympa... Et si on pensait à un endroit qui existait pas, on allait où? Il y a des endroits qui n'existent pas à Dreamland? Et si on pense à quelqu'un qui n'existe pas? Il n'y a personne ou ça créé le quelqu'un? Et si ça le créé, c'était juste pour la nuit ou pour toujours? Faudra qu'elle essaye...

La question de sa mentor la fit émerger de ses pensées pour l'y faire replonger tout de suite. Des endroits qu'elle avait visité... Après une petite réflexion, elle répondit:

"Franchement, des endroits que je me souviens bien... Bah celui que tu disais, le Village Puzzle, je crois que j'y suis déjà allée. C'est un endroit avec tout en pièces de puzzle, et avec des pièces qui volent et tout? Oui, je crois que j'ai déjà vu ça, j'ai fait des trucs assez drôle là-bas... Après, j'ai passé ma première nuit dans un gros parc d'attraction, c'était un peu bizarre... Puis je suis aussi allée dans une île où il faisait hyper chaud, et où y avait le ciel coupé en deux entre le jour et la nuit, c'était marrant! Mais je me souviens pas de tout, c'est bizarre. Et puis aussi, je me souvient pas bien mais ça m'a un peu marqué... une grande ville avec des immeubles qui bougent, des bouteilles qui volent et pleins de trucs bizarres, ça te dit un truc? Et puis je crois qu'y avait aussi un facteur et un fonctionnaire, et ça explosait... Je me souviens pas bien. Je crois que c'est la fois où j'avais bu de l'alcool sans faire exprès... Bah j'ai pas envie d'y retourner."

Elles progressaient toujours dans le chocolat qui devenait comme un labyrinthe. À force, l'odeur devenait de plus en plus entêtante, et la fillette avait hâte de rejoindre l'air libre, surtout que c'était de moins en moins éclairé. Finalement, au détour d'un boyau, un flash de lumière l'aveugla un instant, suivi d'une grande bouffée d'air frais parfumé à l'agrume. L’extérieur! Mais y avait-il au moins un endroit ici qui sentait pas très fort quelque chose? Ça allait lui faire bizarre de plus avoir de parfum dans le nez au réveil.

Alors même que Mara s'habituait un peu à la lumière du soleil en altitude, un concert de cris perçants vint jusqu'à elles. La petite n'aimait pas quand elle ne comprenait pas ce que disaient les animaux, c'était mauvais signe. D'un coup d’œil autour, elle vit qu'elles étaient à quelques mètres de la cime. Il lui semblait entendre les bêlements terrifiés du mouton. Il était encore en vie! Elle descendit doucement du dos de sa partenaire, grimaçant en posant le pied au sol. Elle avait presque oublié sa blessure... Un réflexe la ramena à la réalité, la sauvant du dangereux piqué de l'un des rapaces. Se plaquant violemment sur le côté, elle sentit les serres de l'oiseau la frôler. La vache, elle n'avait rien pour se battre, pas d'ami potentiel et efficace à proximité... Arf, ça n'allait pas être facile.

Jetant un œil furtif vers Angeline, elle se ressaisit. Elle n'allait pas la laisser se battre seule quand même! Allez, ce n'étaient que des oiseaux! Il y avait bien un moyen... La jeune Voyageuse baissa le regard vers le foulard qui était toujours attaché à son bras, chaque nuit. C'était pratique quand un animal allait sur son bras. Mais est-ce que ça serait assez solide...? En s'enfonçant un peu entre deux roches froides pour soulager son pied blessé, elle détacha le nœud du tissu en s'aidant de ses dents, et quand il se dénoua, elle dut bien le retenir pour qu'il ne s'envole pas à cause de sa légèreté. Elle le ramena contre elle et l'observa. Fin, léger, mouais, pas l'arme idéal. Mais en s'arrangeant, elle pourrait sans doute s'en servir pour aveugler et faire tomber un aigle qui viendrait s'empêtrer dedans...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
Surnom : Le Bourgeois
Messages : 734
Date d'inscription : 05/10/2010
Age du personnage : 28

Maraudeur des rêves
Khildar Blacksilver
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 650
Renommée: 1200
Honneur: -400
MessageSujet: Re: Ferme la bouche, tu baves [Pv PNJ de Khi] Sam 18 Avr 2015 - 17:31
Ce fut chaud à capter, mais au milieu des piques lancés par les rapaces (y en avaient donc plusieurs ?), le bêlement du mouton rose rassura ses sauveteuses. Il était donc encore en vie, ouf. Fallait plus que terminer la grimpette et se débarrasser de ces connards qui s’étaient pris à une aussi fragile créature (tout en sucre trop bon).
Comme suivant son inspiration, Mara descendit du dos de sa partenaire. Elle devait donc se sentir capable de marcher. Tant mieux, c’est qu’elle allait mieux. Enfin, fallait espérer. Allez, pas de défaitisme, elles étaient toutes proches ! Restait juste à virer ces … Oh Putain ! Les rapaces venaient d’attaquer, manquant de peu la jeune fille. Pas touche les piafs !

Les poings serrés, Angeline cherchait à fixer son regard furieux sur un des adversaires, mais la brume bloquait la vue. La pique avait chamboulé son cœur et l’inquiétude l’avait prise. Sauf que c’est la colère et l’envie d’en découdre qui la prirent aux tripes. Elle se sentait plus que jamais responsable de cette petite voyageuse qui avait déjà crapahuté un peu partout (Un royaume avec de l’alcool … Délirium City, à son âge … Elle avait levé les yeux au ciel). C’était pas le moment de perdre une fille aussi sympa qui pouvait devenir une bonne copine. Les Crazy Minds était sympa, eux aussi, mais ils étaient plus la famille. Elle avait pas vraiment d’amis de DreamLand en dehors. Du coup, si Mara voulait … Après, c’est sûr, fallait voir plus tard, après quelques nuits ensemble. Mais bon, elle avait un bon feeling.
Pendant que la voyageuse plus expérimentée faisait le radar, sa potentielle copine avait dénoué son foulard et semblait vouloir l’utiliser pour le combat qui s’annonçait. Pourquoi pas, ça peut toujours servir et avoir un truc dans les mains, ça rassure. Après, à voir à quoi ça pouvait servir.

Les rapaces passèrent, repassèrent, et repassèrent encore, des vrais ménagères. Ils arrêtaient pas de les harceler, pas beaucoup de répit. Ils alternaient, histoire que chacun se repose. L’adolescente avait beau essayer de les choper à leur passage, ils se barraient suffisamment vite, parfois laissant quelques miettes de spéculos. En plus, elle détestait le spéculos.
Ils disparaissaient dans le brouillard qui sentait trop bon, avec leurs ailes et leurs becs en biscuit. Elle allait leur en faire bouffer des biscuits ! Bon, pour le moment, c’était pas trop ça. Ils étaient rapides les bougres. Et puis y avait la brume, ils en profitaient les fourbes. D’où tu pouvais les choper si tu savais pas d’où ils arrivaient ? Face à cette situation un peu inconfortable, Angeline se pencha et demanda à Mara :


"T’aurais pas un plan ? Histoire de virer ces piafs ? Tu pourrais taper la discut’, comme avec le serpent, pour les convaincre de se barrer ou de ramener notre pauvre mouton."

Il devait être terrorisé, le mouton. A être si haut, tout seul … En plus, y avait ce vent qui soufflait, il devait grelotter. Parce qu’il était froid, ce putain de vent ! Vive les hauteurs quoi. Les glaces, c’était cool, mais quand il faisait chaud. Là, ça caillait pas mal. Et il soufflait fort aussi. Bon, heureusement que la corniche était pas trop étroite et qu’elles avaient encore l’entrée du couloir derrière elles pour aller se réfugier. Mais bon, c’était pas non plus la joie niveau place. Les mouvements dispos, c’était pas encore ça. Manquait plus qu’elles se laissent emporter ou se cassent la gueule …
Une série de cris annonçait un nouveau passage. Si on pouvait se fier à ces cris, peut-être qu’on pouvait les anticiper. A voir. Si le plan de Mara était suffisamment convaincant, Angeline pouvait même l’exécuter avec confiance.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 631
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: Ferme la bouche, tu baves [Pv PNJ de Khi] Sam 18 Avr 2015 - 23:33
Et encore une fois: aïe. Angeline lui demandait, à elle, de trouver un plan, une stratégie quelconque pour se débarrasser de ces aigles-biscuits. C'était dire si la situation n'était pas super super sous contrôle. Surtout que pour le coup, non, Mara n'arrivait pas à communiquer avec ces volatiles, et elle n'entendait toujours aucun allié supplémentaire. Instinctivement, elle mena sa main droite à sa bouche, le tissu toujours dans son poing, et se mit à mordiller son pouce.

Bon, réfléchir dans le vide pour trouver des idées marchait assez rarement, donc récapitulons. Elle fixa son regard sur sa main gauche, comptant les trucs à retenir sur ses doigts. Elles étaient deux, sur une corniche pas très large, dans le brouillard et sans armes. Et pour le coup, ne pas connaître le pouvoir de sa camarade était une gêne qui la forçait à imaginer plusieurs scénarios. En levant les yeux, elle distinguait trois silhouettes qui faisaient des ronds dans la brume. Voyaient-ils mieux qu'elles? La fillette ne pensait pas. Aussi bien que l'on puisse voir, quand il y avait du brouillard, ça gênait forcément. Donc eux étaient obligés de les distinguer dans la forme de la montagne, tandis qu'elles pouvaient vaguement les repérer dans le ciel. Au moins, peut-être qu'en jouant sur les sifflements et les cris, elles pourraient deviner d'où venaient les attaques...

La seule idée qui lui venait était de jouer sur la mauvaise visibilité pour les piéger avec un leurre. Et comme elles n'avaient ni la place, ni les moyens d'en fabriquer, il fallait que l'une d'elles les attire tandis que l'autre les attaquait. Et en plus, comme Angeline semblait vachement plus en état de se battre qu'elle, l'enfant s'imaginait parfaitement dans le rôle de cible. D'ailleurs, les rapaces, ça piquait donc peut-être qu'en se plaquant contre la roche, elles pourraient les obliger à faire des virages dangereux pour ne pas s'écraser, et donc les ralentir... Voir même, les empêcher d'attaquer comme ça, car s'ils n'osaient pas prendre le risque de frôler de trop près le sol... Mouais...

Donc pour l'instant, la grande Voyageuse se plaquerait contre la parois pour ne pas être prise pour cible, et la petite se mettrait plus au milieu, peut-être assise ou accroupie pour être mieux en équilibre et augmenter les risques de crash de l'oiseau, même si elle ne misait pas vraiment là-dessus. En plus, elle pourrait s'aider de ses mains pour esquiver. Mais voila, une fois que l'oiseau piquerait sur elle, l'adolescente ferait quoi? Là, ça dépendrait de son pouvoir. Si elle pouvait contrôler un élément, elle en enverrait un gros bloc dans l'oiseau, quitte à le piéger en le cernant et en le finissant dans la foulée. Ça serait à peu la même idée si elle était Invocatrice, sauf que ses invocations pourraient aussi servir à attirer les spéculos vivants, les piégeant avant même qu'ils n'attaquent. Mais bon, être encore plus nombreux sur la petite zone ne serait pas confortable, donc à moins d'avoir des invocations volantes qui tourneraient autour des piafs pour les harceler et les mener où il fallait, il faudrait peut-être mieux éviter... Si elle était Morpheuse, alors il faudrait jouer sur ses réflexes et sa force physique pour donner un coup direct au volatile, mais ça serait difficile...

Mara pouvait difficilement imaginer tous les pouvoirs que sa camarade pouvait avoir, donc elle s'imaginait simplement qu'en dernier recours, elle devrait jouer elle-même de ses réflexes, donnant un coup dans l'oiseau avec son foulard, et compter sur le vent pour faire s'empêtrer l'animal dedans. Après, sa compagne pourrait utiliser sa force pour se débarrasser de la bête. Au moins, l'enfant était sûre que les aigles ne prendraient pas le risque d'attaquer à plusieurs: la corniche était trop étroite, ils risqueraient de se rentrer dedans dans leur piqué. En tous cas, quand les deux en auront fini avec leurs adversaires, elles pourrons finir d'escalader. Quand elle fut à peu près sûre de son "plan", la fillette quitta ses pensées et releva la tête vers Angeline, commençant à proposer:

"Je peux pas parler avec eux, je suis pas assez forte, mais j'ai peut-être une idée... Alors vraiment, je suis pas sure de moi, hein... Mais en gros, voila: toi tu vas essayer de te cacher contre le mur, et moi je vais me mettre au milieu pour les attirer. Et quand ils voleront sur moi, il faudrait que tu utilises ton pouvoir pour les attaquer si tu peux. Si... si ton pouvoir peux rien faire, je peux essayer de les emprê... de les... de les gêner avec mon tissu, et tu t'en occuperas quand ils seront arrêtés. Le truc, c'est qu'il faut qu'ils soient bloqués à porté de nous, donc si ton pouvoir pouvait les attirer et les retenir par ici, à portée sans qu'ils nous attaquent, ça serait super. Tu peux?"

J'étais tellement anxieuse, convaincue qu'un tel plan semblait trop facile, que je n'étais même pas excitée à l'idée de voir ma mentor de la nuit combattre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 631
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: Ferme la bouche, tu baves [Pv PNJ de Khi] Lun 20 Juil 2015 - 15:57
HRP:
 



Angeline ne répondit pas grand chose, juste qu'elle ferait ce qu'elle pourrait, tout en continuant à surveiller le ciel. Légèrement hésitante à cause des cris répétés des rapaces, Mara se décolla finalement du chocolat pour avancer prudemment vers le bord, toujours à quatre pattes, et grimaçant à cause de sa jambe. Elle releva le regard en hésitant, cherchant des semblants de silhouettes dans la brume, espérant repérer les spéculos volants.

D'un coup, elle fut surprise par un coassement du côté de son amie. Elle pivota la tête, pensant un instant que les méchants l'avaient attaquée, mais elle ne vit qu'un trait noir fuser vers le haut, partant de la Voyageuse. C'était quoi? Elle avait utilisé son pouvoir? La fillette n'avait rien vu, c'était une invocatrice, ou un truc du genre?

Un sifflement la ramena à la réalité et elle aperçut vaguement une forme transpercer le nuage droit sur elle. Sursautant, elle leva instinctivement les bras en s'accroupissant, et sentit un vague choc au niveau de ses mains. Elle avait cogné quelque chose? L'oiseau? Ce dernier se contenta de siffler de nouveau pour reprendre son envol, apparemment pas très gêné par le coup, et elle se retrouva de nouveau isolée dans la brume à l'orange. Elle entendit vaguement des coassements en plus des cris aigus des rapaces. C'était ça le pouvoir de l'adolescente? En plus, elle n'arrivait pas à comprendre ce que ça disait, Angeline devait être super forte...

Un cri! Un autre piqua de nouveau, mais... pas sur elle, juste à côté. Souriant de sa chance malgré sa fatigue, Mara tendit son bras bandé vers la direction où l'attaquant semblait aller, et se mit à l'agiter dans tous les sens, priant pour que ça marche. Et ça marcha cette fois, puisque le choc sur son avant bras fut sensiblement plus fort, malgré le tissu! Un choc suivi d'une plainte aigu indiqua que l'aigle s'était écrasé contre la paroi, et la fillette rampa jusqu'à l'oiseau, sans la moindre idée de ce qu'elle allait faire ensuite. Elle entendit plus ou moins Angeline lui demander si ça allait, et elle répondit par un vague "oui", avant de reporter son regard sur l'animal-gâteau. Il avait l'aile tordue, et plusieurs miettes l'entouraient. En la voyant, il ouvrit son bec et lança un cri assourdissant. Planquant ses mains aux oreilles, Mara ne voyait pas trop quoi faire. Elle n'allait pas le tuer, ça serait horrible... mais l'assommer, peut-être? Mais comment faire? Se mordant les lèvres, elle leva la main et abattit sa tranche sur la tempe de l'animal, comme dans les films. Il chancela un instant, cessant de battre des ailes, puis tomba sur le sol rocheux. En espérant qu'il se réveillera... mais plus tard... Quand le mouton sera à l'abri.

La jeune Voyageuse retourna à son poste d'appât, devinant une violente bataille de volatiles au dessus de sa tête, mais elle n'arrivait pas à voir ce qu'il se passait. Au bout d'un moment, elle commença à entrapercevoir deux formes sombres en train de se tournoyer autour. Elle fixa ce qui semblait être l'affrontement entre l'invocation de sa compagne et l'un des ennemis, s'attendant à tous moments à ce que ce dernier n'arrive à sa portée. Mais elle se trompa.

L'attaque du troisième porta, et six profondes griffures marquèrent le passage des serres sur son bras, tirant une exclamation de douleur à l'enfant. Mais l'oiseau n'avait visiblement pas calculé qu'elle ne le repousserait par instinct, et dut s'arrêter en catastrophe pour ne pas percuter la paroi. Sous le coup de l'émotion, la blessée prit son élan en s'appuyant sur sa jambe indemne et poussa son agresseur contre l'obstacle, faisant résonner un léger craquement, puis un bruit de chute. Constatant qu'il était à présent immobile, l'enfant reprit sa respiration et grimaça en sentant la douleur à sa jambe et à son bras.

Elle se retourna pour assister à la suite du combat d'Angeline, et vit que les deux volatiles avaient encore baissé d'altitude, et qu'ils étaient à présent à portée. Pinçant les lèvres avec satisfaction, elle défit son ruban, le tenant à la main comme un fouet, et s'approcha lentement du duo en boitillant. Sa partenaire avait certainement remarqué son manège puisque son oiseau s'écarta soudainement, échappant au coup de foulard que la fillette profita pour abattre sur sa cible. L'aigle de spéculos ne répondit que par un cri énervé, mais ça eut l'avantage de le faire fuir et disparaître dans la brume, apparemment débarrassé de toute agressivité en l'absence de ses camarades.

La petite éreintée fit quelques pas en arrière, trébuchant sur l'une de ses victimes et cognant son dos au mur. Son amie émergea du nuage, la mine inquiète en voyant ses nouvelles estafilades, et sous le coup de la fatigue, Mara ne trouva rien d'autre à faire que de tomber dans ses bras, serrant ses côtes de toutes ses forces, et ne se détendant que lorsqu'elle sentit les bras de l'adolescente sur ses épaules. Cette dernière lui rappela avec sympathie qu'elles avaient encore un mouton à sauver, et la fit de nouveau grimper sur son dos, avant de parcourir la paroi de la main pour trouver des prises.

Ceci fait, l'escalade recommença, la jeune fille toujours fermement accrochée pour ne pas tomber ou la gêner. Heureusement, lorsqu'elle sortirent du nuage, le sommet sembla devenir plus simple à monter. Mara entendait son amie haleter et constatait qu'elle avait aussi du mal à respirer, en plus du froid qui lui gelait les bras. Elle en profita pour relever la tête, admirant la mer de nuages orangés, dépassée uniquement par les quelques îles formées par les cimes des monts colorés. Elle les aurait sans doute trouvé appétissants en début de nuit, mais à vrai dire, elle frôlait un peu l'overdose là.

Une exclamation de son amie ramena son attention devant elle, et elle descendit plus ou moins agilement de son dos pour voir un nid. Il semblait fait de bonbons-fils très longs entremêlés, et une forme rose et grelottante se tenait au milieu, appelant à l'aide. Échangeant un regard joyeux avec sa compagne, Mara parcourut tant bien que mal la distance qui la séparait du mouton, lui disant qu'elles arrivaient et que ça allait aller. Alors qu'elle se hissait difficilement à son niveau en s'agrippant aux bonbons, un sifflement retentit.

Une ombre marron passa, un bruit retentit, et les bêlements affolés du mouton reprirent un instant, avant de s'éloigner. Poussée par l'angoisse, Mara atteignit finalement le haut du nid. Vide. Et un point rose s'éloignait vers sa gauche, avant de chuter dans la mer de nuage. L'enfant resta quelques secondes accrochées au nid, avant de lâcher sa prise et de tomber sur le chocolat dur, anéantie par la désillusion. La gorge nouée, la douleur d'être tombée sur sa jambe fit finalement monter les larmes à ses yeux. Elle tourna son visage désespéré vers Angeline qui se tourna aussi vers elle, après avoir regardé le mouton disparaître aux serres du dernier méchant. Elle fixa sa protégée avec un air hésitant entre l'incrédulité et l'inquiétude, et faillit dire quelque chose en s'approchant de la fille. Mais elle disparut dans un pouf de fumée.

Laissée à elle-même, le regard flouté par les larmes qui montaient, l'enfant luttait de tout son cœur contre leur libération. Sentant un sanglot monter dans sa gorge, elle le bloqua en mordant violemment son bras. Le regard perdu dans le vide, la petite douleur s'opposant au chagrin et à la déception de n'avoir pas pu sauver son ami, elle resta immobile. Une larme coula, mais c'était pas grave, c'était pas ça pleurer. C'était pas grave. Fallait juste qu'elle tienne.

C'est quand elle essuya ses yeux d'un revers de sa main libre qu'elle se réveilla, fermement décidée à ne plus laisser ça arriver. Plus jamais, par pitié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Ferme la bouche, tu baves [Pv PNJ de Khi] Aujourd'hui à 9:08
Revenir en haut Aller en bas

Ferme la bouche, tu baves [Pv PNJ de Khi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Royaume des Sucreries-