Haut
Bas

Partagez|

Capharnaüm et momentum (Pv Darm et Mara)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Capharnaüm et momentum (Pv Darm et Mara) Mar 31 Mar 2015 - 19:49
Oh, étrange ...
En descendant la pente, je laissais Mara sautiller de pièce en pièce pour arriver en bas de la crevasse, me contentant pour ma part de me laisser porter. Une arrivé, j'attendis quelques secondes Mara, voyant le dos large et blafard de Darm disparaître dans l'embrasure d'un boyau pour le moins suspect. Certes, le "guide" ne pouvait qu'être passé par là, mais l'aspect assez convenu (l'apparence puzzlesque mise à part) n'inspirait pas à la confiance. Le genre de lieu à être piégé, non ?

"Soyons prudent, on ne sait pas ce qui nous attend."

Passant devant, je m'engouffrais dans les vapeurs s'échappant de l'ouverture, la jeune fille à ma suite. Les parois, irrégulières et vaguement luminescentes, nous conduisaient vers des profondeurs tortueuses et ... torrides. La chaleur humide apporté par l'atmosphère lourde et brumeuse. Je sentis mes vêtements s'imprégner de cette chaleur trempée, et retomber sur moi, en même temps que mes cheveux.

Je me demandais bien ce que ce lieu faisait ici ... Ce Royaume, malgré son loufoque intrinsèque et ses sautes d'humeur, dirons nous, était tout de même dévolu à d'autres sujets que les donjons mystérieux et souterrains. Enfin, c'est ce que je croyais. Mais mes pas démentaient innocemment mais indubitablement mes suppositions. Quoique .. Pourquoi tous les environnement ne se retrouveraient-ils pas dans un puzzle géant, en effet ? Après tout, j'avais croisé d'un œil distrait depuis tout-à-l'heure des plaines, montagnes, déserts, villes plates ou en construction, etc ... Tout se perdait dans la bouillie colorée des pièces, mais la diversité qui s'était offerte à ma vision périphérique était paradoxalement riche, bien que toujours faite des mêmes éléments.

"Eh bien, nous nous engageons dans une drôle d'affaire, on dirait ..."

Ah, enfin ! Devant nous deux, J’aperçus enfin, à travers les brumes et vapeurs, Darm, debout devant ce qui semblait être une vaste étendue liquide et bouillonnante. Alors que nous rejoignons le colosse au bord des eaux palpitantes. Il semblait assez secoué, perturbé. Oh, étonnant de sa part. Il nous avait habitué jusqu'à présent à sa tranquille impulsivité et son ressort. Le voir immobile et presque pensif ... Quelle étrangeté.

Ce qu'ils nous dit ne fit qu'accentuer mon étonnement. "Quelque chose de zarb'" ? Eh bien ... Au moins, son comportement n'étais pas feint. Quant à mes appréhensions, elles étaient, semble-t-il, justifiées. Peu de chances pour tout cela soit sans risque. Mais les effets de cette eau, et ce qu'elle protégeait, m'intriguais profondément à présent, s'ajoutant en surcouche sur la question du "guide".

La réponse se donnait maintenant d'elle même. Il nous avait guidé jusqu'ici, manifestement. Quel imbécile je fais, pour ne réaliser que maintenant ... Je fus coupé dans mon début de lassitude par une voix résonnante et pour le moins inattendue. Comme provenant du sol, depuis quelque point lointain. J'écoutais patiemment, assez inquiet même, jusqu'à entendre une information qui me fis démarrer instantanément.

... du prix de passage. Mais le Puzzle de ...

"Bon, nous savons donc quoi faire, n'est-ce pas ? Je passe de l'autre coté, et tente de trouver un moyen de vous faire traverser à votre tour. Mara, je peux peut-être te porter, mais en revanche, Darm, j'ai peur que tu sois trop ... oui, trop."

Je les regardais, alors que Darm s'était retourné vers nous, interrogatif.

"Je ne vois pas grand chose d'autre à faire, et hors de question de rebrousser chemin. Mais qu'en pensez-vous ?"
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 693
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 13

Arpenteur des rêves
Mara Leros
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 450
Renommée: 1677
Honneur: 429
MessageSujet: Re: Capharnaüm et momentum (Pv Darm et Mara) Ven 3 Avr 2015 - 22:47
Honnêtement, Mara n'en pensait pas grand chose. Elle essayait déjà de repenser à ce qu'avait dit la voix bizarre. Elle trouvait ça drôle que cette voix ait précisé ce qu'il se passerait dans autant de situations différentes, jusqu'à "ceux qui cherchent à se venger". Ça avait un petit côté perfectionniste, comme sa mère quand elles jouaient aux Échecs. Peut-être que ça voulait dire que la voix voulait traquer chaque faille. Et donc qu'il y en avait...? Le truc évoquant les sentiments que les gens pouvaient avoir ici, il fallait peut-être essayer d'en ressentir qui n'étaient pas cités... Mmmnan, mauvaise idée. Elle savait pas faire semblant de penser à des trucs.

Surtout, bah... pour un puzzle, quoi. Mara aimait bien les puzzles, mais peut-être pas au point de se sacrifier pour ça.

Elle n'était pas sure d'être tentée par la proposition de Jean-Baptiste, elle lui semblait trop simple. Comme quand sa mère lui offrait un magnifique ouverture pour qu'elle amène sa Reine blanche vers le Roi noir en deux tours, et qu'elle regardait sa fille avec un grand sourire. Nan, il devait y avoir un moyen de faire le tour. Oui, faire le tour. Mais pourquoi il y aurait une solution simple? Pour que le propriétaire du "trésor" puisse venir, non? Ça arrivait souvent dans les histoires de chasse au trésor. Fallait bien que quelqu'un vienne le poser.

Toujours en se mordillant le pouce, la fillette tomba sur ses fesses et croisa les jambes pour continuer de réfléchir. Et puis soudain, une idée lui vint comme une claque, sans raison. Et si c'était un leurre? Et si l'île, la fumée, tout ça s'était un leurre? Un truc pour coincer les gens et les convaincre que c'était le bon chemin, mais qu'ils ne pouvaient pas passer. Peut-être même qu'il y avait vraiment les pièges dont la voix parler pour être vraiment convaincant!

Mais alors où serait le vrai passage? Dans le couloir sans doute... Il était complètement noir, on y voyait rien... Et en y repensant, c'était vrai que la température avait vachement augmenté d'un coup. Il y avait peut-être un trou...? Et puis c'est vrai qu'un truc en feu avait dû passer par cette salle, et pourtant il n'y avait pas de cramé.

Mais d'un autre côté...

Rien n'indiquait qu'il y avait un détour possible, non? Si celui qui avait posé le trésor vivait avec, il n'avait pas besoin d'entrer ou de sortir... ou s'il était mort depuis longtemps, peut-être même justement dans l'un des pièges... Et même, si le type n'avait pas besoin de rejoindre le trésor, il avait juste pu construire les pièges autour, non...? Oui, mais en même temps, pour traquer à ce point les détails, peut-être que la protection est "mise à jour" régulièrement, comme sur un ordinateur...

Elle sursauta en se rendant compte que le silence après la remarque du Voyageur avait été assez long, et sous son regard interrogateur, elle émit un léger:

"Je...mmm... J'pensais à autre chose... c'est... bête."

Mieux valait ne pas leur en parler, Mara n'avait pas envie de passer pour une idiote. Elle se remit debout en s'aidant de ses mains, épousseta plus ou moins inutilement sa tunique et se tourna de nouveau vers l'homme:

"Je veux bien essayer... je ne suis pas sûre de ce que veux dire "avide", mais je crois pas vouloir me venger ou que ma curiosité est "malsaine"... Au pire, on risque que de revenir ici, non? J'ai pas trop compris en fait."

Et puis il y avait aussi l'option du "passeur", mais la fillette n'était pas très sûr d'à quoi s'attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 159
Date d'inscription : 30/01/2015
Age du personnage : 21

Citoyen modèle
Darm
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 145
Renommée: 370
Honneur: -58
MessageSujet: Re: Capharnaüm et momentum (Pv Darm et Mara) Dim 5 Avr 2015 - 11:09

T'écoutas les autres parler, les bras croisés. De ce que t'avais pu comprendre, le porteur ne pouvait pas te porter car t'étais trop lourd. Au vu de ses bras, et de sa corpulence, même toi t'avais pigé qu'il pourrait pas te porter. Il avait proposé de traverser la flotte et de nous chercher un passage depuis l'autre côté, puisqu'il pourrait soulever la gamine et pas toi.

La mioche ne semblait pas dérangée par l'idée, puisqu'elle ne pensait pas correspondre aux adjectifs données par la voix. Ce que t'en pensais, toi, c'est qu'il y avait une salope de magie à l’œuvre, derrière tout ça, et que tu comptais pas en faire les frais.


- Du coup, vous comptez y aller sans moi ? Okay. J'me débrouillerais tout seul et j'attendrais le Passeur. Mais pensez qu'à vot' gueule, vous les Voyageurs. C'est dingue d'être des bâtards à c'point !

Visiblement, tu n'avais pas compris que Jean-Baptiste s'était suffisamment soucié de toi pour t'annoncer avec des pincettes qu'il ne pourrait pas te transporter. La proximité avec cette salope de magie, la voix qui venait d'on ne savait où, les vapeurs d'eau qui empêchaient d'y voir clairement... Tout ça avait tendance à te chambouler un peu. T'étais moins jem'enfoutiste que d'habitude, et ton côté « imprévisible » reprenait le dessus.

Et là, il prenait l'apparence d'une espèce de rancœur inhabituelle.


- Vous avez qu'à vous casser, ouais ! Comme ça, si la bestiole revient pour vous cramer la tronche, j'rirais à m'en exploser le bide. Ça vous apprendra à penser qu'à vos gueules !

Il y avait peut-être quelque chose de bizarre avec les vapeurs de ce lac, non ? Peut-être qu'elles amplifiaient certains émotions, ou en révélaient d'autres ? En tout cas, tu finis par te prendre la tête à deux mains, alors que t'avais une soudaine envie de tout casser.

- Bordel, QU'EST-CE QU'ON ATTEND ?! RAMÈNE-TOI FICHU PASSEUR DE MERDE ! finis-tu par gueuler.

Habituellement, t'avais le sourire aux lèvres même quand tu semblais furieux. Là, ce n'était pas le cas. Une espèce d'ébullition se produisit à la surface de l'eau et une espèce de barque de bonne taille, incrustée de coraux, d'os et de crânes, émergea du fond de l'eau tandis qu'une silhouette fantomatique faite d'algues et de flammes bleutées tendit la main vers vous.

- Si vous voulez monter à bord, il faudra me remettre vos émotions et sentiments interdits. En d'autres mots, je vous viderais de votre avidité, curiosité, rancune personnelle etc. Ce ne sera bien entendu que temporaire... acheva-t-il, en faisant apparaître un sourire très large sur la masse informe qui semblait être sa tête.

- ENCORE ET TOUJOURS DE LA SALETE DE MAGIE ! ÇA M'GONFLE !

Tu fonças sur la créature et tentas de lui porter un coup, peu désireux de lui donner quoi que ce soit. Mais, à peine entras-tu à son contact, que toutes tes envies de vengeance s'évanouirent en même temps que la rancœur que tu possédais. Tu te sentais calme, apaisé, une sensation que tu n'éprouvais habituellement qu'avec un cigare aux lèvres, après avoir rempli une mission.

Tu montas donc sagement sur la barque, et regardas les Voyageurs avec qui tu avais été si virulent verbalement, quelques secondes plus tôt.


- Bon, vous v'nez les copains ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Capharnaüm et momentum (Pv Darm et Mara) Lun 6 Avr 2015 - 12:31
Mara, après quelques hésitations, se rangea à mon avis. Assez peu convaincue, je le voyais bien, malgré la difficulté avec laquelle elle tentait de l'exprimer. Je n'étais moi-même pas plus sur que cela. Mais que pouvions-nous faire d'autre de rapide ? Toute cette histoire de "passeur", de gardien ... Je n'en avais cure. Je me fichais éperdument des mises en garde qui ne me concernaient en rien.

J'eus la vague, puis de plus en plus présente sensation de me ficher de tout. Comme si je me détachais inexorablement de ce qui m'entourait. La réaction violente et puérile de Darm face à mon incapacité à le faire passer ne me fis ni chaud ni froid. Je me sentais au delà de ses récriminations injustes. Il se calmerais, ou pas, peu m'importais. J'allais traverser pour voir ce qui avait de l'autre coté avec Mara, puis nous le ramènerions. Ou pas, d'ailleurs. Et pourquoi voudrais-je aller de l'autre, d'ailleurs ?

Alors que je dirigeais vers Mara, je stoppais soudain ma marche. Oui, pourquoi aller de l'autre coté ? Enfin, plutôt, pourquoi se poser cette question ? La réponse allait d'elle même. Pourquoi ? Parce que je le pouvais. Une raison bien suffisante, bien supérieure à quelque curiosité malsaine ou non, ou à quelque envie de découverte. Plus rien ne pesait.

"Ne crie pas, ça ne te sers à rien ..."

Je me dirigeais à nouveau vers Mara, quand quelque chose d'assez inattendu se produisit. Que ce soit grâce aux cris de Darm ou autre, apparut soudain une créature étrange sur une large barque, voguant sur les eaux bouillonnantes et s'arrêtant sur la rive. Le passeur, je le devinais avant qu'il ne se présente.

Ce qu'il allait nous proposer ne m’intéressait pas. Grand bien lui fasse, il avait au moins un client, avec Darm. Changeant d'attitude en une seconde, il se calma instantanément en montant dans le bateau, nous invitant d'une voix calme et enjouée à le rejoindre. L'aspect fantomatique du passeur, couplé à celui de sa barque, aurait rendu la vison assez pittoresque, je suppose. Pour le moment, j'allais poliment décliner la proposition.

"Non merci, je suis sur que nous ne risquons rien, mais je n'en ai pas besoin."

Je tendis la main vers Mara, sans la regarder.

"Je te laisse un choix sans grande conséquence. Quel chemin veux-tu emprunter ? Les airs ou les eaux ? Je n'en ai cure, tu peux bien faire ce qui te plait."

Mon ton était peut-être assez froid, surtout que je ne la fixais pas en lui parlant, tentant sans grande conviction de percer la brume du regard. Je ne risquais rien en traversant par mes propres moyens, mes sentiments étaient loin d'être brûlant ou exacerbés, c'était même plutôt l'inverse. Tout me laissait plat.

J'attendrais quelques secondes que Mara prenne sa décision, puis m'élancerait au dessus des eaux bouillonnantes, avec ou sans passagère. Je trouverais bien facilement l'autre coté, je suppose, et si ce n'était pas le cas je pourrais toujours retrouver la barque. Je ne me sentais pas inquiet, pas le moins du monde. Une tranquille confiance me baignait doucement, comme les tièdes vapeurs qui nous entouraient.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 693
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 13

Arpenteur des rêves
Mara Leros
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 450
Renommée: 1677
Honneur: 429
MessageSujet: Re: Capharnaüm et momentum (Pv Darm et Mara) Mar 7 Avr 2015 - 23:58
Tout ceci était follement excitant, dans un sens. Aller en face ou dans le tunnel? Elle avait quand même vraiment envie de découvrir ce qu'il se passait ensuite, elle ne voulait pas se tromper de chemin et être bêtement piégée... Elle plissa un peu les yeux, essayant de distinguer ce qui se trouvait de l'autre côté de la brouillasse, pour savoir si c'était le bon chemin ou pas. Elle regarda même autour d'elle, détaillants les murs d'apparence rocheuse cisaillés de partout, révélant les pièces qui les composaient. Il y avait peut-être un moyen de détourner les chemins normaux...? Son regard dévia vers l'eau. Était-elle vraiment chaude? Elle ne bouillait pas beaucoup... À partir de quelle moment une eau qui bout est vraiment chaude? Elle avait quelle goût cette eau?

Elle se mit à regarder le Darm, qui commençait à s'échauffer. Pourquoi il était aussi énervé? À cause d'un truc? De quelqu'un? Ça avait un rapport avec sa mission? Mais c'était quoi sa mission? C'était quoi les missions sur Dreamland en fait? On lui avait dit qu'elle avait déjà accomplit des trucs et tout, mais elle ne comprenait pas. Elle avait rien demandé elle. Et puis comment ça marchait les missions comme ça? Comment ils savaient que c'était toi qui avait fait le truc? Et que tu l'avais bien fait, et tout? C'est fou comme c'est bien fait quand même.

Et puis Jean-Baptiste là, pourquoi il fixait le vide comme ça, avec son regard blasé? À quoi il pensait? Et puis, à son âge, pourquoi il avait pensé à des puzzles avant de s'endormir? Car c'était bien ce qu'il fallait faire pour arriver ici, hein? Il avait fait un puzzle et ça lui avait pris la tête? Mais pourquoi? C'était un collectionneur? Ça doit être ennuyeux de collectionner des puzzles. À moins qu'il ne fasse des compétitions. Ça existe les compétitions de puzzle? Mais c'est sur quel genre de règles? Celle du temps? Mais du coup, faudrait créer des nouveaux puzzle pour chaque compèt', sinon ceux qui ont déjà fait seraient avantagés... Mais du coup, il y a des techniques pour résoudre les puzzle et tout? Comme aux Échecs? Ouaah, ça devait être, cool, l'enfant avait trop envie de les connaître!

Elle voulait tout savoir: ce qu'ils trouveraient au bout, ce qu'était ce guide, comment y accéder, quel chemin était le bon, à qui était cette voix... Tout! Sa curiosité dirigeait totalement sa pensée, et sa cascade infernale de question ne fut interrompu que par l'arrivée impromptue du "Passeur", sur son bateau fait d'ossements avec le type en train de faire flotter ses algues décoratives comme un fantôme. Mais comment ça marchait tout ça? C'était fou... Elle avait trop envie d'y monter! Ça faisait quoi? Ça tanguait? Et après? Ils allaient continuer? Aller sur l'eau? Sous l'eau? Ah! Il fallait, il FALLAIT qu'elle essaye. Et dès que le Darm fut montée dessus, elle s'y précipita, se demandant pourquoi il s'était calmé comme ça.

Elle monta et fut envahie alors d'une grande et bienheureuse patience. En souriant tranquillement, elle leva la main vers l'autre Voyageur pour lui faire coucou. Elle s’essaya sagement et se mit à attendre calmement la suite des événements, appréciant le moment présent, tandis que la barque quittait la rive et que l'autre prenait son envol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 159
Date d'inscription : 30/01/2015
Age du personnage : 21

Citoyen modèle
Darm
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 145
Renommée: 370
Honneur: -58
MessageSujet: Re: Capharnaüm et momentum (Pv Darm et Mara) Mer 15 Avr 2015 - 1:35

Pour être cool, t'étais cool. Vraiment cool. Un sourire béat aux lèvres, tu vis la petite fille te rejoindre. Pour un peu, tu la prenais dans tes bras. La sensation de calme, de félicité, s'était encore amplifiée depuis ton arrivée. Si bien qu'un rien te rendait heureux. Tu trouvais la petite fille super mignonne, avec ses joues magnifiques. Et les algues qui composaient sa silhouette allaient très bien au gardien, qui était décidément super beau avec. L'eau sur laquelle la barque flottait était super chaude, et t'avais presque envie de t'y baigner. Ne pouvant résister, tu y plongeas la main sans te soucier de ce qu'il pouvait s'y cacher. Si un énorme poisson apparaissait, ce n'était pas grave puisqu'il serait forcément gentil.

Bref, t'étais très bizarre. De nous deux, j'étais le seul à ne pas être affecté. Ton comportement avait changé dès que t'étais monté sur la barque, il y avait forcément un rapport. De plus, quelques secondes avant, tu manifestais une colère un brin trop accentuée. Toute cette histoire sentait mauvais.

Le gardien vous avait-il seulement ôté de toute émotion interdite ? Ou vous en avez t-il également greffé d'autres ?

Voguant sur les flots, tu laissais ton regard se perdre dans l'immensité obscure qui se trouvait sous vos pieds. Le navire avançait tout seul, sans vent, sans personne pour le diriger. Comme par magie.


- J'aime la magie... C'est zoulie, la magie.

T'étais devenu une autre personne. Là, t'essayais d'attirer la petite contre toi, afin de lui faire un câlin. Pitoyable ! Et ça se dit mercenaire ?

Vous finîtes par arriver sur l'île, et le gardien vous fit signe de descendre.


- Le temps de nous quitter est venu. Je vais vous rendre vos émotions, vous en aurez besoin pour la suite de l'épreuve. Que la sagesse de Gougu vous accompagne !

À peine posas-tu le pied à terre que tu retrouvas tes couilles, métaphoriquement parlant bien sûr. Le pire, dans tout ça, c'est que la mémoire ne t'avait pas été enlevée (de toute façon, si ça avait été le cas, je me serais empressé de tout te raconter.

- Merde ! Pourquoi j'étais aussi... aussi... grmbl... Pourquoi j'étais une grosse fiotte de merde de mangeur de foutre !? J'vais tous les buter, ces connards ! Ils m'ont violé du céréale !

Cerveau, Darm, cerveau. Ou alors, du système cérébral. Mais pas « céréale », certainement pas...

- TOI, TA GUEULE ! Comment t'as-pu m'laisser faire ça !? Déjà que tu squattes ma tête, si tu sers à rien en plus... !

Une gerbe de flamme jaillit soudainement devant la brute, l'interrompant dans son monologue. Regardant qui pouvait en être la source, tu ne tardas pas à apercevoir l'être de feu et d'air que vous aviez suivis. Hébété, ta haine envers lui était si forte, après tout ce viol mental, que tu en perdis tes mots et te mis à balbutier, comme un dément, des onomatopées sans aucun sens. Les insultes que tu voulais lui adresser en perdaient donc toute cohérence.

- Bien ! Maintenant que j'ai votre attention, nous pouvons passer à l'ultime épreuve. Celle qui déterminera qui, parmi vous, aura l'immense honneur d'obtenir le trésor de Liu Hui. Cette épreuve est très simple : dans quelques instants, un cercle de flammes va apparaître autour de vous. Bloqué par les flammes, vous devrez donc combattre jusqu'à la mort et le vainqueur, le plus méritant d'entre vous, aura le trésor en guise de récompense et pourra repartir d'ici vivant.

Quoi ? On voulait te faire combattre toi, gigantesque brute avide de sang, contre une pauvre petite gamine à peine capable de parler aux animaux ? Mais qu'avaient donc dans la tête les créateurs de cette épreuve ? Heureusement pour la petite fille (ou pour toi), tu n'avais aucune intention de t'en prendre à elle. Au contraire, cette idée parvint à mettre un peu de clarté dans ton esprit, et à te permettre de reprendre la parole.

- Vous m'niquez mon système céréale, vous essayez de m'tuer, vous m'faites passer pour une gonzesse et maint'nant, vous v'lez que j'bute une gosse ? Putain de saloperie de truc enflammé, j'vais t'montrer ce qu'il en coûte de jouer avec le feu !

Et tu te ruas sur le gardien, qui lévitait à un mètre du sol, te jetant sur lui afin de l'enserrer dans tes bras et dans tes jambes. Rentrer en contact avec lui te brûlerait, certes, mais t'en avais rien à foutre. Tout ce que tu voulais, c'est t'accrocher si bien à ce fils de pute que s'il tenta de fuir de nouveau, il n'est d'autre choix que de t'emmener avec lui.

Et s'il avait une carotide ou quoi que ce soit d'organique, tu comptais bien lui arracher.

Personne ne faisait passer Darm pour une gonzesse qui s'en prend aux gamins. Personne !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Capharnaüm et momentum (Pv Darm et Mara) Ven 24 Avr 2015 - 11:25
En traversant l'étendue d'eau, j'eus la vague mais prégnante sensation de flotter. Pas physiquement; cela, c'était factuel, et j'en avais une conscience froide et indéniable. Non, pas cela, mais ... Ah, impossible de mettre le doigt dessus. Mais quelle importance, après tout ? Toutes ces interrogations stériles ne me laissaient que vaguement désintéressé, habité d'une nébuleuse et latente assurance. Je jetais de rapides et mous coup d’œils à la barque contenant Mara et Darm, remarquant qu'ils semblaient bien calme, voir même béat. Un peu stupide ... Mais trêve de digressions futiles, la rive apparaissait. Moins de brume de ce coté, apparemment.

Je me posais, la barque mordant le bord et déposant les deux autres à ma droite. Je m'ébrouais doucement, un peu troublé. Petit à petit, l'étrange latence avec ce qui m'entourait se dissipait. Je me rééquilibrais intellectuellement, comme si une partie de mes pensées avait été occulté quelques temps par la traversée de l'eau bouillonnante et ses vapeurs. Manipulation émotionnelle ? Entendant les dernières paroles du "passeur" avant qu'il ne disparaisse dans les fumées humides, je souris, désabusé.

"Eh bien, nous voilà de l'autre coté, mais dieu que c'était étrange ! Je n'ai pourtant pas eu l'impression de ne pas avoir d'émotions, simplement de me ficher de tout."

J'avais parlé plus pour moi même que pour les autres, assez égoïstement. Peut-être que les effets ne se dissipaient que partiellement ? Entendant Darm brailler violemment, je me tournais totalement vers eux. Il semblait à nouveau en colère, comme frustré ou honteux. Oh, vexé de s'être laissé emporter dans la barque ? Vu la tête qu'il tirait une fois sur l'embarcation, le contraste avait du le perturber, en effet. Je ne l'avais jamais jusqu'alors entendu parler autant en une fois, et écoutait, un peu intéressé par ses paroles mystérieuses pour moi.

*FOUSHHH*

Interrompant Darm dans ses vitupérations bruyantes, sortit du sol le "guide", tout feu tout flamme. Surpris, je reculais d'un pas, me positionnant ensuite plus près des deux autres, un peu sur leur coté. Ce qu'il nous annonça me laissa une étrange impression de mascarade ridicule. Quelle était cette histoire grotesque de trésor ? Puis s'affronter nous trois ? Et puis quoi encore ? Résoudre une énigme, un casse-tête peut-être ? Risible.

J'allais m'exprimer de haute voix, quand Darm, fou de rage, hurla sur la créature fuligineuse, et lui sauta dessus. Je réagis assez rapidement à son geste, m'élançant à sa suite. Pas question de faire ce que ce clown enflammé nous disais, avec son air de maître du jeu ridicule. Se battre entre nous ? Nous allons bien voir qui battra qui.

Darm plaqua son corps de tout son long sur le  "guide", l’enserrant de haut en bas. Manifestement surpris d'une telle attaque, il fut emporté au sol, où les deux roulèrent, tel deux catcheurs sur leur ring. Une fumée épaisse commença rapidement à s'échapper des deux lutteurs, alors que Darm restait sauvagement accroché, malgré les gesticulations surprises de l'être enflammé.

Je sautais, mon aura prête à l'usage, et retombait sur la tête du guide, l'écrasant de mes deux pieds. Je sentis avec une grimace la peau de mes plantes se faire cuire par le contact, aussi retirais-je rapidement mes pieds. Comment Darm faisait-il pour rester accroché avec une telle chaleur ? Il brûlait, tout simplement. Profitant de mon coup qui avait hébété la créature, il tentait de la mordre, poussant des grognements et et hurlements frénétiques. Les deux roulaient en tous sens, dans un entremêlement désordonné qui ne me laissait pas d'ouvertures sure. J'avais peur de simplement frapper Darm au lieu de son adversaire, tant ils bougeaient. Interdit, je tournais autour d'eux, en quête d'ouverture. Il fallait que je fasse vite, sans quoi Darm se retrouverait cuit à point sur le sol ...

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 693
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 13

Arpenteur des rêves
Mara Leros
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 450
Renommée: 1677
Honneur: 429
MessageSujet: Re: Capharnaüm et momentum (Pv Darm et Mara) Dim 26 Avr 2015 - 16:45
D'abord, sa tête s'était peu à peu envahie de question en tous genre, puis elle avait été totalement vidée, et maintenant, toutes ses pensées lui revenaient comme une gifle en pleine figure, laissant l'enfant légèrement groggy. Maintenant qu'il lui semblait que son esprit était revenu dans son état normal, du moins l’espérait-elle, elle réfléchit quelques instants à ce qu'il venait de se passer. Passer d'une émotion à une autre comme ça, si facilement, c'était pas naturel du tout, et même elle s'en rendait compte. Mais comme elle n'avait pas du tout fait attention à ce que disait l'homme aux algues, elle n'eut pas le loisir de tout comprendre.

Et elle ne comprit pas très bien non plus d'où venait le truc de feu qui avait jaillit entre eux, illuminant la brume et la transformant en mur opaque, et qui leur disait de... de "combattre jusqu'à la mort"?! Quoi? Il était sérieux, là? Nan mais c'était pas juste! Deux hommes contre elle, c'était... Nan! Nan nan nan! C'était... !

Ah non, c'était bon, apparemment les autres non plus n'étaient pas d'accord. Ouf. Et puis le Darm parlait quand même vachement plus que d'habitude depuis tout à l'heure. Elle comprenait pas tous les mots, mais l'enfant se doutait légèrement que si l'un de ses parents était là, il aurait rapidement plaqué ses mains contre ses oreilles. Non, si l'un de ses parents était là, il aurait sans doute eu d'autres priorités et... Enfin bref. Elle tendit quand même l'oreille pour se souvenir de quelques mots, au cas où. Pour plus tard.

Après, quand le barbare chargea le truc de feu, elle resta figée de surprise. Mais il était vraiment... Remarquez, c'était vrai que même à ses yeux, il n'y avait pas une infinité d'autres possibilités, entre l'eau tout autour et la brume qui avait fait perdre son petit sens de l'orientation à la fillette, elle ne voyait pas trop comment reculer. Elle reporta son attention sur lui quand un petit grésillement se fit entendre, suivit d'un peu de fumée. Apparemment, il tenait vraiment à s'accrocher au méchant. Il était insensible à la douleur, ou... ? En jetant un rapide coup d’œil à Jean-Baptiste, elle le vit d'abord assez concentré, juste avant qu'il ne s'envole pour atterrir sur le "guide" et donner son petit coup dans la mêlée, offrant une petite ouverture à l'homme gris. Mais quand la mêlée devint plus violente, il sembla réduit à devoir observer en attendant une occasion.

De son côté, la petite ne voyait pas vraiment quoi faire. Déjà que ses talents au combat variaient entre médiocres et pitoyables, même si elle se sentait parfois légèrement plus forte qu'en vrai, elle ne voyait rien sur quoi utiliser son pouvoir. Pas d'animal, de poisson, pas de chauve-souris ni même d'insecte... En même temps vu l'ambiance... Atrocement chaud et hyper humide, avec des cailloux-pièce de puzzle partout. Oui, il y avait des petites pièces à portée de main... Ok, elle ne savait absolument pas viser, mais peut-être que dans l'urgence... Elle se pencha pour ramasser plusieurs pièces empilées bizarrement, formant une sorte de cube déformé de la taille d'une grosse phalange. Relevant la tête vers la bagarre fumante, elle essaya de s'approcher plus ou moins discrètement, même si elle se doutait que personne ne faisait attention à elle. Et là, si elle visait...

Ouais, en fait nan. Ils passaient leur temps à bouger, ça n'allait pas marcher. Se connaissant, elle avait limite plus de chance de toucher son allié, et puis bon. Un caillou, quoi. Le laissant retomber, elle fit quelques pas en arrière pour s'éloigner de la zone de danger, se remordant le pouce. Bon, trouver une idée, trouver une idée...

*Ouaaaaah, y fait bon ici!*

Surprise, la fillette tourna la tête vers la belette rouge, sur son épaule, qui s'étirait tranquillement. Elle l'avait totalement oubliée. Elle lui chuchota d'une voix hésitante:

"Euh... tu trouves qu'il fait bon ici? Mais il fait super chaud..."

*Non, non, ça va, ça ressemble un peu à chez moi! En fait, ici, c'est comme chez moi, mais avec des lignes et des trous partout.*

"... Les pièces de puzzles? C'est comme chez toi mais sans?"

*Je pense qu'on parle des même trucs, oui...*

"Eh mais du coup, t'aimes bien le chaud, toi, non? Genre tu risques pas de brûler?"

*Bah nan, c'est évident! Sinon tout le monde mourrait!*

Il disait ça comme si c'était la plus enfantine des évidences... Mais s'il ne pouvait pas brûler...

"Eh, dis, tu peux attaquer le gros truc méchant en feu?"

*Le monstre gris avec les yeux rouges et les grandes dents?*

"Non, l'autre. S'il te plait..."

L'animal semblait vachement plus à l'aise dans cette ambiance qu'à l'extérieur, et d'un bond assez haut, il sauta au sol et se rua dans la bagarre. Il s'agrippa apparemment méchamment au pied du méchant de feu, ce qui eut pour effet de provoquer un violent cri de douleur, et une ouverture au niveau de son ventre, à cause du spasme de douleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 159
Date d'inscription : 30/01/2015
Age du personnage : 21

Citoyen modèle
Darm
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 145
Renommée: 370
Honneur: -58
MessageSujet: Re: Capharnaüm et momentum (Pv Darm et Mara) Mar 28 Avr 2015 - 9:26

Une odeur de chair brûlée émanait de toi : t'étais en train de cramer, imbécile ! Pourtant, prouvant ainsi que ton cerveau n'avait pas de système nerveux digne de ce nom, tu ne te laissais pas succomber sous la douleur. Au contraire, tu semblais y puiser des forces, serrant de plus en plus la créature de flammes dans tes bras. Tu allas même jusqu'à plonger ta tête dans ce qui semblait être sa nuque, afin d'y plonger profondément tes crocs et de lui arracher la tête, mais cela ne marcha pas.

Tes dents ne semblaient pas pouvoir entamer la matière qui le constituait. Vous étiez tous deux tombés au sol, et les gesticulations de la créature ne changeaient rien à son sort. Il semblait pris au piège, comme un loup dans un collet. Le problème était que, malgré cela, tu ne lui faisais que peu de dommages. Il fallait donc changer d'approche si tu voulais le vaincre, aussi commenças-tu à enlever tes jambes d'autour des siennes afin de te relever, tout en le tenant avec tes bras.

Debout, ne laissant que tes bras autour de ceux de la créature, tu permettais à tes compagnons de passer à l'attaque sans risquer de te blesser toi. Sauf que la créature décida d'utiliser ses jambes libérées de manière offensive, t'envoyant son pied dans le ventre, à toute vitesse.


- Ooooouf ! laissas-tu échapper, en expirant de l'air.

Tu le lâchas des deux mains, te laissant tomber à terre. Puis, au sol, tu te projetas entre ses jambes avec l'aide de tes bras, afin de te relever derrière lui. Avant qu'il ne puisse se retourner, certainement surpris par la manœuvre, tu attrapas fermement son ventre, tu te jetas en arrière tout en arc-boutant tes jambes et tu le lâchas au dernier moment. Mû par ton instinct, tu venais de faire ce que les Voyageurs appellent un « German Suplex ».

Tes crocs n'avaient pas été suffisamment solides pour transpercer la matière dont il était composé mais peut-être qu'une telle chute, sur la nuque, allait venir à bout de ce monstre ? Tu n'avais toutefois pas le temps de t'en soucier car le sol se craquela devant toi, laissant surgir un geyser d'eau glacée. Ce fut au tour du second guide, le Passeur, d'apparaître dans sa tenue faite d'algues et d'obscurité.


- Bordel, c'est toi qui m'as fait passer pour une lopette.... J'suis pas cuisinier mais tu vas déguster !

Sans réfléchir une seule seconde, tu te jetas sur lui, afin de le frapper. Cependant, à peine le touchas-tu que toute pensée agressive te déserta et tu redevins le Darm vide et béat que t'étais dans la barque.

Darm, il fallait te ressaisir !

Ton faciès se contracta soudainement et tu te laissas tomber au sol. Tenant ta tête à deux mains, tu donnas un violent coup de boule dans la roche solide qui composait le sol, manquant de te fondre le crâne. Puis, souriant de manière lugubre, tu te relevas et toisas le « Passeur ».


- Tu croyais m'avoir, face de poiscaille, mais je peux lutter contre ton pouvoir. Il me suffit d'avoir mal !

Mordant de toutes ses forces dans ses joues, quitte à se les déchirer totalement, tu fondis une nouvelle fois vers lui et lui décochas une véritable rafale de coups de poing. Il n'y avait pas vraiment de technique, de stratégie ou même un semblant de posture défensive chez toi. Tes deux jambes plantées dans le sol comme deux piliers afin d'absorber les chocs déclenchés par tes coups, tu frappais sans interruption la créature qui ne semblait pas faire mine de s'éloigner.

- Garich i dhôl goll o Orch. Rhachon le !

Tandis que tu le frappais, la créature prononçait des paroles étranges. Puis, elle se transforma en fumée grisâtre et fondit sur toi, pénétrant dans tes poumons.

Bordel... Qu'est-ce qu'il fout là ! C'est moi la conscience de Darm ! Moi ! Comment penses-tu imaginer pouvoir me chasser d'ici ! Dans le néant qui m'abritait, moi la conscience de Darm, la créature venait de réapparaître. Elle comptait prendre le contrôle de mon hôte, et je n'allais pas la laisser faire.

Décidé à me battre jusqu'au bout, je fis apparaître une gigantesque épée bleutée. Ici, c'était mon royaume et j'en étais le seul maître.

Quant à toi, aux yeux de tes compagnons tu t'étais simplement effondré au sol après avoir « respiré » le Passeur.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Capharnaüm et momentum (Pv Darm et Mara) Ven 1 Mai 2015 - 22:19
Darm continuait à lutter au sol, véritable caricature improbable et étrangement comique de catcheur, version "gros méchant grimaçant". C'était confus, violent, un brin chaotique. Il griffait, mordait, dans un entremêlement de membres fumant. Impossible pour moi de l'aider, malheureusement ... J'avais peur de le frapper en voulant placer un coup.

Inquiet, je sautillais autour d'eux, mes pieds effleurant le sol, économisant mon énergie, mais restant sous l'action de mon aura, en quête d'une quelconque ouverture, ou d'un moyen d'intervenir. J'étais profondément frustré de ne pouvoir le faire, d'ailleurs. Mais ma prudence et mon froid et exact raisonnement m'incitait à ne pas me jeter avec eux au sol, avec autant de chances de blesser Darm que le "guide". Sans compter le problème de la chaleur.

Jetant un rapide coup d’œil vers Mara qui se tenait en retrait, j'eus la surprise de voir passer un éclair de fourrure pourpre. Un animal; peut-être envoyé par la jeune fille ? Au vu de son discours contre les aigles, il me sembla plausible qu'elle contrôle d'une manière ou d'une autre les bestioles de Dreamland. Je suivais instinctivement du regard ce qui ressemblait à un mustélidé se jeter dans la mêlée, atteignant la jambe de l'être brûlant. Il se convulsa, perdant momentanément le dessus dans son pugilat avec le colosse, Darm, dont la peau commençait à se cloquer de sévère façon.

Sans plus tarder, je fonçais, tentant de m'engouffrer dans cette brèche offerte, mais Darm, toujours aussi acharné, tenta de se lever, le "guide" dans les bras. Je m'arrêtais à nouveau, contrit. A peine tentais-je de frapper son dos qu'elle rua violemment, pliant presque Darm en deux. Il ne la lâcha pas, et dans son élan, l'entraîna vers le sol, tête la première, en s'arc-boutant. J'eus un temps de flottement, en voyant l'incongru de la ... oui, la prise de catch pure et simple qu'il venait d'effectuer. Alors qu'il le lâchait, le "guide", manifestement ébranlé, eut quelques mouvements incohérents. C'était ma chance !

Darm était enfin hors de ma trajectoire, et notre ennemi était presque inconscient. Continuant sur la même lancée que Darm, je me laissais tomber sur la créature de feu, lançant mon coude vers ce qui devait être sa gorge. Le choc lui heurter le sol à nouveau avec sa tête, alors qu'il tentait de se relever. Je me relevais à moitié, flottant en l'air, et me laissais à nouveau chuter, genou droit sur son visage exposé. Le contact brûlant me fis retirer avec empressement ma jambe, alors qu'il finissait de s'immobiliser, apparemment hors de combat. J'allais, dans un sursaut consciencieux, lui piétiner le crâne quand un cri me fis me retourner, et bondir dans une volte-face un peu trop aérienne, alors que je me perdais dans mon excitation.

Darm était en face de l'étrange chose qui les avait conduit jusqu'ici; d'où était-il sorti ?! Une espèce de spectre, au faciès tout de même capable d'expression. En parlant d'expression ... Notre compagnon, toujours aussi ruffian, l'invectiva avec violence, et le chargea. Quoi qu'il fasse, je ne pus le voir, me concentrant à nouveau sur celui qui était étendu à mes pieds. Était ...

"Hein ?! Il a ... disparu ?"

Plus rien, seul une vague trace noirâtre atteste du corps enflammé qui se trouvait là il y a quelques secondes. Au moins, je n'hallucine pas, il était bien là ... Un regard ahuri vers le sol, et je tentais, tant bien que mal, de me reprendre. Un bruit léger résonna derrière moi, assez étonnant au vu du tournant pour le moins musclé que semblait avoir pris les événements. Je restais, à nouveau, une seconde bouche bée devant ce que je voyais.

Le passeur se vaporisa sous mes yeux, et s'infiltra par la bouche et le nez de Darm, qui le respira, comme on inspire la fumée d'un pot d'encens. Puis il s'effondra soudain sur le sol, totalement inconscient. Je m'approchais lentement, me penchant sur son corps. Il ne semblait pas mort, simplement ... dans un état catatonique. Tout en tâtant précautionneusement son torse, remarquant au passage qu'il ne respirait pas vraiment, je dis à voix haute

"Mara, j'ai l'impression que Darm est ... possédé, peut-être ? Enfin, victime de quelque chose contre lequel nous ne pouvons pas grand-chose."

Je me relevais vivement, les yeux se portant vers l'avant.

"Je ne sais pas quoi faire. Avancer, ou tenter de l'aider, d'une manière ou d'une autre ? Je suis à court, j'ai simplement envie d'aller de l'avant et venir le chercher plus tard. Tu en penses quelque chose ?"
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 693
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 13

Arpenteur des rêves
Mara Leros
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 450
Renommée: 1677
Honneur: 429
MessageSujet: Re: Capharnaüm et momentum (Pv Darm et Mara) Sam 2 Mai 2015 - 12:09
Elle avait beaucoup de mal à suivre la logique dans le combat du Darm et de l'autre, mais quand le méchant se fit violemment fracasser le crâne contre le sol, elle ne put que faire un petit bruit de douleur compatissant. Elle se détourna juste un instant de l'affrontement pour voir sa belette contourner les deux Créatures et revenir en trombe vers elle, sautant jusqu'au milieu de sa cape pour finir d'escalader ses cheveux. Après s'être assurée que la bestiole allait bien, elle se retourna vers les combattants qui... avaient cessé de combattre. Enfin, disons que Jean-Baptiste avait rapidement et plutôt efficacement mis fin à la menace, mais une autre arrivait d'un coup.

Le monsieur d'algue était sortit de nulle part, accueillit par un jeu de mot douteux du barbare gris. Ce dernier agit un peu bizarrement avant de se ressaisir et de commencer à attaquer le type de toutes parts. Jusqu'à ce que le fameux type disparaisse. Ah, d'accord. Et la perplexité de Mara s'accentua quand Conan s'affala au sol avec un air béat, encore moins vivant que quand il essayait de la câliner sur la barque. L'autre Voyageur s'approcha de lui en l'observant, concluant qu'il était "possédé". Possédé par quoi? Par le truc d'algues? Mais voir l'homme ici rappela à l'enfant la présence du monstre ardent. Qui n'était plus présent d'ailleurs, ayant tranquillement disparut et ne laissant qu'une empreinte carbonisée.

Mara releva la tête vers son aîné, qui ne savait visiblement pas quoi faire, lui demandant son avis. Elle soupira un peu. Ouais, elle aimait bien être considérée en adulte, mais si on pouvait éviter de lui balancer des responsabilités à la figure, ça serait cool. Mais bon, tant pis. Elle s'approcha avec hésitation du bourrin à terre, jetant un œil à son visage inconscient et à son corps brûlé. La vache, autant les Voyageurs étaient soignés à chaque nuit, autant pour les Créatures, ça devait pas être cool. Quoique, les brûlures n'étaient pas aussi glauques qu'elle ne l'aurait imaginé. Il se soignait déjà? Un pouvoir de régénération, ça devait être vachement sympa, quand même. La vision et l'odeur de la chair lui montait quand même un peu à la gorge, donc elle préféra s'éloigner de quelques pas. Repensant à la question de Jean-Baptiste, qui attendait toujours sa réponse, elle se mit à réfléchir à vois haute:

"Franchement, j'y connais rien, mais je vois pas trop ce qu'on peut faire, là. Et je nous vois pas trop le transporter non plus... Mais j'ai pas non plus envie de le laisser seul là, on sait pas ce qui peut arriver..."

Elle continuait de regarder le type en se mordillant le pouce, cherchant une idée. S'il se soignait, il pourrait peut-être être sur pied avant qu'ils reviennent, et dans ce cas, ça serait cool qu'il puisse les rejoindre. Mais pour ça ils feraient comment. En laissant des "cailloux" à la Petit Poucet? En faisant des flèches? Elle pensa même à lui laisser sa belette pour qu'elle surveille à proximité et qu'elle prévienne en cas de problèmes. Puis elle se souvint qu'il avait essayé de la manger, puis se dit que c'était pas une bonne idée. Mais après réflexion, elle opta pour la solution qui lui semblait la plus simple:

"Je sais pas trop, mais je pense qu'on peut le laisser la tout seul. Y a pas d'autres bêtes, enfin je pense... Je peux peut-être demander à ma belette de rester à côté de lui, comme ça elle pourrait... peut-être... repousser les petits trucs, et le guider pour nous rejoindre... et on pourrait mettre des flèches au sol pour l'aider à nous retrouver... Par contre, j'espère que ça la gène pas trop..."

*Bah, faut voir, mais bon. Au pire, avec les flèches pour le guider en plus de mon odorat, ça devrait le faire. Et si c'est pas un gros truc, je devrais me défendre.*

Ouaip, l'animal était vachement plus à l'aise dans cet environnement que dehors. Mara en conclut en se retournant vers le Voyageur:

"Bon, bah du coup elle est d'accord, mais faut mettre des flèches."

Puis elle commença à chercher autour d'elle. Ouaip, des flèches, mais vers où? Ils étaient sur une petite île plate et entourée d'eau, il n'y avait pas vraiment de porte de sortie, pour le coup. Bon, elle commençait un peu à fatiguer, donc elle joua le joker, prenant son compagnon de la nuit dans ses mains pour lui parler de face:

"En gros, tu connais ce genre de coin, non? T'aurais une idée de... de par où partir...? Enfin, avancer?"

*Là où j'étais, y avait des galeries de partout! C'est comme ça que je me suis perdu. Je me baladais vers la surface, au pif, et je suis tombé sur un papillon donc je l'ai suivis.*

"Donc du coup, y a peut-être des galeries..."

*Bah ouais! D'ailleurs, le type en feu, il était pas sorti du sol tout à l'heure?*

Ah, oui en effet. Elle regarda un peu autour d'elle, disant à son camarade qu'il y avait peut-être des trous pour avancer. Le sol couleur roche était assez sombre et pas très plat, il était difficile de dire si un petit creux était un tunnel comme ça, du premier coup. Surtout que le manque de luminosité d'aidait pas beaucoup. En cherchant un peu, la fillette trébucha deux fois sur le corps de Darm, la prévenant qu'elle tournait en rond. Finalement, ils trouvèrent un trou peu large où ils avaient du mal à passer, mais la petite pu confirmer que ça s'élargissait un peu après, même si ça ne permettait pas à un adulte de se tenir droit.

Y pensant au dernier moment, Mara laissa à son animal la garde du Darm et ils firent plusieurs marques pour indiquer la sortie, l'enfant se demandant si le géant arriverait à passer sans emporter quelques bouts de puzzle. Ceci fait, ils se mirent enfin un route dans la pénombre du tunnel, marchant lentement pour ne pas trébucher sur les inégalités du sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 159
Date d'inscription : 30/01/2015
Age du personnage : 21

Citoyen modèle
Darm
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 145
Renommée: 370
Honneur: -58
MessageSujet: Re: Capharnaüm et momentum (Pv Darm et Mara) Mar 5 Mai 2015 - 2:23

L'épée gigantesque que je venais de faire apparaître aurait probablement été lourde, mais elle ne pesait rien entre mes mains car la seule limite de mes pouvoirs était celle imposée par mon imagination. Autant dire que dans la conscience de Darm, j'étais omnipotent et je ne comptais pas le laisser aux mains d'une autre volonté. Fallait pas déconner non plus : depuis le départ, il ne m'avait jamais écouté et je n'étais jamais parvenu à lui faire faire quoi que ce soit. Et cet hurluberlu, couvert d'algues de la tête au pied, venait me défier sur mon propre terrain en pensant pouvoir en faire sa chose ?

Mais quelle blague ! Qu'il retourne copuler avec les mollusques, et autres invertébrés ! Faisant passer l'épée dans ma main droite, je m'apprêtais à le charger quand je me rendis compte de deux choses :

Première constatation, la créature avait grandi, et faisait plusieurs centaines de mètres de haut, si bien que je ne voyais plus que ce qui devait être l'extrémité d'une algue, dégoulinante et visqueuse à souhait.

Seconde constatation, je n'avais pas de main droite. Je n'avais pas de main du tout, ni même de corps. L'épée pendait mollement dans le vide, accroché par un point invisible et intangible dans ce néant brumeux qui représentait la conscience de Darm, peuplé de... Bah, c'est triste à dire mais d'absolument rien, hormis moi. Non mais n'essayez pas de me consoler et, au contraire, réjouissez-vous : après toutes ces heures passées à me lire, vous allez enfin pouvoir visiter mon chez-moi.

Et ne vous inquiétez pas pour le grand dadais qui me menace, en ayant pris une taille juste titanesque. Je viens d'arrêter le temps, aussi simplement que j'écris ces mots, afin de pouvoir vous parler sans souffrir d'une de ses attaques. Bah ouais, je peux arrêter le temps. C'est un peu mon esprit, quoi, je peux tout faire, absolument tout.... Faut dire, il a été con de s'introduire chez moi ! Mais revenons-en à mon petit appartement peu meublé.

Il n'y avait pas de sol, mais plus une espèce d'abîme. Un abîme gigantesque qui était comme une espèce de vaste fenêtre sur le monde entourant Darm. Dans cet abîme, je pouvais assister aux actions de Darm, comme si une caméra du DreamMag flottait au-dessus de lui et me rapportait ses actions. Bien entendu, je pouvais changer de vue, afin de voir à travers les yeux de l'intéressé lui-même mais la caméra ne pouvait jamais trop s'éloigner, ou me montrer un élément trop éloigné du champ de vision de Darm. Rien qui puisse être utile en combat, quoi... De toute façon, cet imbécile fini à la pisse ne daigne jamais m'écouter.

Quant à moi, votre modeste interlocuteur depuis... un moment, maintenant, bah j'existe. C'est triste, quand même, la seule preuve que j'ai de mon existence ce sont les rares fois où Darm daigne me répondre. Au début, je pensais même ne pas exister du tout. Lorsqu'il m'ignorait, je croyais n'avoir aucun poids sur ses actions. Enfin, ce n'est pas comme si j'en avais davantage actuellement. Mais aujourd'hui, je sais que j'existe, que je ne suis pas juste une invention crée par son esprit, qui a la sensation d'exister sans vraiment exister. Puis-je toutefois en être certain à 100% ? Probablement pas. Mais bon, j'en suis venu à l'accepter.

Le monde dans lequel je vis est donc assez spécial. Il ne semble pas avoir véritablement de limite, et je ne m'y déplace jamais. Je peux me projeter à des milliers de kilomètres dans n'importe quelle direction, sans que le monde ne change. Je peux toutefois y faire apparaître des choses, des objets, souvent vus par Darm. L'autre jour, j'ai fait apparaître un cigare et une chaise longue, par exemple, afin de m'allonger et de savourer cet objet si désirée par Darm. Je m'étais créé un corps, pour l'occasion. Semblable à celui du patron de Darm que je trouvais très classe et distingué. Faut dire que j'étais pas très inspiré mais j'aimerais bien vous y voir, à ma place. Pas évident de se créer un corps !

Quant à vous, qu'est-ce que vous faites là ? Pourquoi me soucier de ma propre existence, quand je ne suis même pas certain de la vôtre... Je vous parle, je vous parle, je vous parle, mais mon seul interlocuteur n'est-il pas ma personne ? Ne suis-je pas légèrement fou ? Habituellement, j'ai le sentiment de m'adresser à Darm, et c'est donc moins gênant. Mais j'ai comme l'impression d'être observé... Comme si...

Comme si mon monde avait également d'autres observateurs. Comme si, dans un autre monde, quelqu'un m'observait depuis une fenêtre semblable à celle à travers laquelle j'observe Darm. Peut-être est-ce vous ? Et peut-être que, ne pouvons pas communiquer avec moi, doutez-vous de votre propre existence ? En toute amitié, je vous assure que vous existez. Vous n'êtes pas fou, et moi non plus. Nous existons tous deux. Et si d'autres êtres nous observent à travers d'autres fenêtres, ils existent aussi. Peut-être que les êtres que Darm rencontre, que ce soit Calvin, ou encore Khildar, ou même ce Jean-Baptiste et cette Mara, sont également observés par des êtres comme moi, par le biais de fenêtres. C'est peut-être tout simplement ce qu'on appelle une conscience. Mais, peut-être que contrairement à moi, ils ne peuvent pas changer de vision, et restent bloqués dans celle du sujet, de leur hôte, ou je ne sais comment les appeler.

Maintenant, on peut reprendre ce combat là où il en était. Mais avant, je vais me créer un corps. Mais pourquoi me contenter de ne créer qu'un corps, quand je peux en créer des centaines, voire des milliers ? Je vais créer des centaines de corps. C'est déjà pas mal. Et, histoire de ne pas trop me fatiguer, je vais les faire à l'effigie de mon assaillant. Et, bien entendu, en maintenant le temps figé. Sinon, ce n'est pas amusant. Tiens, je vais le faire rouges. Histoire de pas les confondre avec leur future victime. J'aimerais bien voir qui est avec qui, j'ai horreur des devinettes.

Bien entendu, il faut qu'ils soient à la taille de leur hôte, sinon c'est moins drôle. Voilà, là c'est pas mal. Maintenant, dupliquons la gigantesque arme bleutée, et la leur filait après l'avoir agrandie. Su....per !

Tout est prêt, plus qu'à remettre le temps en marche et s'amuser de la réaction de son adversaire.



Où sont passés mes créations ? C'est quoi ce bordel ? Et pourquoi j'ai la désagréable impression de...

Contrôler le temps ? Il y a de l'idée mais t'es pas la première conscience que je brise. Moi-aussi, je peux le faire. C'est ton premier combat de volonté, non ? Ça va être ton dernier, j'le sens. J'vais dépecer ton corps astral !

J'préférais quand tu parlais dans une langue bizarre... Heureusement que je n'ai pas d'oreilles, sinon tu me les aurais écorchées. Et puis, c'est quoi cette manière de parler ? Tu parlais pas d'un ton courtois et avec un langage soutenu, quand on est monté dans ta barque. Enfin, quand Darm est monté dans ta barque ?

Mais t'as vraiment rien d'un céréale, toi ! La volonté, c'est comme un moule : on est obligé de s'y conformer, de se laisser façonner par elle. Puis, peu à peu, en durcissant tout en utilisant sa propre volonté, on altère le moule afin de lui donner la forme qu'on lui souhaite. Même si on se laisse faire au début, on éclate la gueule de l'autre volonté, t'as vu ? Genre, là j'parle un peu comme ce débile assoiffé de sang mais, d'ici quelques jours, il n'y paraîtra plus.

Donc, c'est possible que je prenne le contrôle de Darm ?

Ouais, mais j'suis pas venu pour causer, mais pour te buter, prendre ce corps et buter les autres. Inquiètes-toi, ça sera pas indolore !



Et voilà, aussi simple que je le pensais. J'ai figé le temps, comme tu l'avais fait auparavant. Maintenant, ta conscience est figée, à jamais. Je n'ai plus qu'à trouver les liens qui unissent Darm à son corps physique afin de prendre le contrôle de son esprit. Tiens ! Mon expression s'améliore de plus en plus. C'est fou, je commence à utiliser un vocabulaire beaucoup plus
construit. C'est bien plus agréable. Hé ! Mais attends ! C'est quoi ce...

Tu parlais de moule, c'est ça ? De se laisser avoir par le moule, de l'imprégner, afin de l'altérer en durcissant ? Et bien, t'aurais probablement pas dû passer tant de temps sur l'eau parce que t'en fais une belle, de moule débile. Même une huître, plutôt. T'en as l'intelligence, en tout cas... Non mais franchement, quel méchant est suffisamment stupide pour encore dévoiler ses faiblesses à son adversaire ?

Mais je pensais que... que ce serait fini en t'enfermant, enfin en arrêtant le temps... Je croyais que tu ne pourrais plus rien faire, et que je pouvais donc tout te révéler afin d'imaginer l'effroi qui parcourait ton visage astral...

Un débile, vraiment. Tu ne connais pas l'épaisseur des liens qui me lient à Darm. C'est comme un frère pour moi, notre amitié (bien qu'à sens unique) est la plus forte de toutes les amitiés viriles. Certains partagent leurs brosses à dent, leurs motos, leur alcool, leurs compagnes. Mais nous, on PARTAGE UN CORPS, PUTAIN ! UN CORPS ! T'as déjà vu un témoignage aussi fort d'amitié ? Tu connais beaucoup d'amis qui vivent dans le même corps ?

Cela surpasse l'amour le plus vrai, le plus pur. C'est une puissance presque divine, ma gueule ! T'es venu en étant certain de pouvoir braver le temps, la puissance de mon imagination, ma toute-puissance en ce lieu... Mais mec ! C'est le corps de mon frère ! C'est le temple de notre virilité commune, l'Eden de notre amitié franche et sincère (mais hélas, à sens unique)...

Mais... que... c'est la première fois que... c'est pas possible... je.... nous.... je.... je suis le guide... je ne peux pas perdre.... Pas dans.... Pas dans un combat de volonté... Pis d'abord, j'ai qu'à dire.... j'ai qu'à dire que j'ai tous les pouvoirs.... Même celui de l'amitié...

Cela ne marche pas.

Et pourquoi ?

Parce que. Bim, dans ta face ! Réponse in-constructive, ma gueule ! Tu t'y attendais pas, hein ? Tu m'as trop chauffé, au point que j'parle bizarrement... Darm, faut que tu sortes de là ! Te laisse pas avoir par cette sous-merde sans amis, tu vaux mieux que ça !

Cela ne marchera pas, imbécile ! Tu crois vraiment qu'il parviendra à se libérer juste parce que le lui a demandé?

Darm, je t'aime frère !

Quoi ? Mais...  Noooooooooooooon!

T'as cru que j'étais homosapiens ?

On dit homosexuel, frère !

C'est pareil ! Fais pas ton céréale !

Cérébral, frère ! Faut que t'arrêtes, tu passes pour un inculte !

Bon, me les brise pas, les autres m'attendent.

Alors que tu reprenais tes esprits, relevant ta gigantesque carcasse et jetant autour de toi un regard désorienté tout en t'appuyant sur le sol afin de trouver l'équilibre nécessaire à ta mise en position debout, je reprenais les miens également, récupérant un vocabulaire plus décent, plus sain, et une attitude beaucoup plus « normale ».

Mes sentiments fraternels et viriles n'avaient pas diminués à ton égard mais je me devais de les refréner, des les garder pour moi jusqu'au jour où une autre entité voleuse de conscience (qui avait mystérieusement disparu, que ce soit dans ta conscience ou dans Dreamland) tenterait de stopper le cours du temps afin de me vaincre.

Des autres, il n'y avait plus de traces. Ou plutôt, si : un marquage au sol semblait indiquer une direction à suivre. Mais ce n'était pas ce qui avait attiré ton attention. Non, t'étais attiré par ce petit rongeur, qui était le seul être vivant restant à ton réveil et qui ferait un parfait en-cas. Le regardant d'un air plutôt effrayant pour une si frêle créature (qui t'avait aidé durant le combat contre l'être de feu, même si tu ne l'avais pas remarqué), tu te pourléchas les babines.

Pas folle, la bête fonça vers le trou pour rejoindre la charmante Voyageuse qui avait eue la folle idée de la laisser en si déplaisante créature. Te précipitant vers le trou, tu y plongeas ton énorme tête avant de gueuler d'une voix puissante :


- PETIT, PETIT ! REVIENS, JE VAIS PAS TE MANGER ! REVIENS ! PETIT, PETIT, PETIT !

Hélas, personne ne t'avait appris qu'il valait mieux éviter de gueuler fort dans un passage. Le son, en se répercutant de paroi en paroi, risquait de s'amplifier et de provoquer ce qu'on appelle un éboulement. De plus, pour ne rien arranger, tu te mis à essayer de rentrer dans le passage trop étroit, bousculant ce mélange de terre et de roche qui finit par s'écrouler sur lui-même, t'obligeant à reculer à toute vitesse vers l'air libre.

T'étais à présent perdu sur l'île, sans rien à te mettre sous la dent, seul. Et certainement incapable de traverser ces flots. À moins que...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Capharnaüm et momentum (Pv Darm et Mara) Sam 9 Mai 2015 - 21:10
Au moins ne me posait-elle aucun souci, et allait dans le sens que j'espérais. Laisser des traces, oui, pourquoi pas, en effet. Cela constituait un bon compromis, même si je doutais en mon for intérieur que cet énergumène soit fichu de les comprendre, fus-ce aussi banal qu'une flèche. Pas qu'il soit stupide, quoique ... Mais il n'avait manifestement pas du tout la même culture, s'il en avait une, en fait.

Mara confirma mes suppositions en utilisant le petit animal une nouvelle fois. Elle lui parlait, il lui obéissait. Son pouvoir se précisait, sans être très clair, mais je préférais ne pas lui demander. Pour plusieurs raisons. Tout d'abord, je ne voulais pas l'indisposer une fois encore, que ce soit par mon attitude ou mes paroles. La connaître n'était pas un impératif, contrairement à la teneur de notre collaboration d'une nuit. Autant être le plus agréable possible, tant bien que mal. Puis le fait de ne pas vraiment savoir me plaisait, quelque part. Je n'avais fait démonstration que d'une partie de mes propres capacités, et si elle avait pu en voir une plus large étendue que moi des siennes, je ne m'en souciait guère, car pour moi l'équité était respectée. Pas scrupuleusement, peut-être. Mais tant mieux, au final.

Je me sentais mieux dans un peu d'inconnu, une fois n'est pas coutume. Mara, malgré son jeune age, était Voyageuse, timide certes, mais pleine de ressources et surtout douée de capacités, si l'on excepte ses pouvoirs, analogues aux miennes. Elle n'était pas dangereuse pour moi, pas plus que moi pour elle, mais nous étions en position d'égalité relative et supposée. C'est ce "supposée" qui me plaisait. Il laissait les possibles ouverts, dans un sens comme dans l'autre.

Pendant que je me gargarisais dans mes légères contradictions, Mara, à l'aide de son furet onirique, trouva un vague tunnel. Je l'avais aidé sans grande attention, jetant des coups d’œils un peu partout, sans pour autant tomber sur quoi que ce soit de concluant. Peut-être n'avais-je pas vraiment cherché, trop occupé à penser à de si vaines entreprises ... En tout cas, cela ressemblait plus que le reste à une sortie, en effet.

"Très bien. Si ce n'est pas la sortie, au moins cela nous conduira ailleurs. Je me permet de passer devant, si tu veux bien; je ne te laisserais pas en première ligne, ce serait vraiment ... disons pas correct de ma part, envers toi."

Je m’embrouillais un peu dans mes justifications, mais entrais fermement dans le boyau, assez étroit par ailleurs. Il semblait descendre vaguement, dans chaleur moite  et assez peu dépaysante maintenant. J'avais quelque difficultés à progresser à l'aise; trop grand, je me tenais penché, les membres contrits, évoluant avec circonspection.

Le tunnel était irrégulier. Loin de plonger ou de s'élever, il semblait changer sans cesse de direction, sans jamais cependant s'élargir. J'avais bien peur d'arpenter les circonvolutions vides et éphémères d'un Royaume chaotique. Pas une sortie, ni une entrée, un ensemble vide. Vide de sens, surtout. Malgré les simagrées du "guide" et du "passeur", tout cela me paraissait incroyablement déconstruit, complètement incohérent d'un point de vue premier. La logique interne du Royaume ne m'intéressait pas, ni cette ridicule histoire de trésor ou je ne sais quoi. Pour le moment, les gnomes de tout à l'heure me questionnaient bien plus.

Je les avais presque oublié, ceux-là. Les préoccupations immédiates les avaient momentanément éloignés de mon esprit, mais tout revenait à la charge, me donnant une raisons supplémentaire de sortir de ce dédale obscur. Pas tant que cela, d'ailleurs, je le remarquais seulement. De toutes les pièces qui constituaient les murs, le sol, le plafond qui me chatouillait le crâne, toutes luisaient légèrement, sans reflet mais avec une douce insistance. Quoique ... Je m'arrêtais brutalement, entendant les pas de Mara derrière moi faire de même.

"Mara, d'où vient la lumière ? Des pièces, ou ... d'entre les pièces ?"

Tendant ma main, je glissais mes ongles entre deux morceaux colorés, écartait un peu. La lueur s'accentua, si peu, mais indéniablement. Serais-ce possible que ...

"Je crois avoir trouvé un moyen de se tirer d'ici rapidement, mais ... ça risque d'être compliqué."

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 693
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 13

Arpenteur des rêves
Mara Leros
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 450
Renommée: 1677
Honneur: 429
MessageSujet: Re: Capharnaüm et momentum (Pv Darm et Mara) Dim 10 Mai 2015 - 23:44
La fille marchait derrière Jean-Baptiste dans le tunnel étroit, bien que sa petite taille l'y rendre plus à l'aise que son aîné. Elle était un peu inquiète pour sa belette. Elle la savait débrouillarde dans cet environnement, mais... Enfin, il y avait d'autres préoccupations plus importantes. En particulier le fait que son prédécesseur s'était arrêté, alors même que le boyau commençait à s'éclaircir. Il commença à inspecter le mur, disant soudain:

"Mara, d'où vient la lumière ? Des pièces, ou ... d'entre les pièces ?"

La fillette suivit son regard et s'approcha de la paroi, détaillant les interstices. C'était difficile à dire, car la lumière était assez diffuse et elle éclairait à peu près partout autant. Cependant, en manipulant les piécettes, l'homme sembla trouver une réponse à la question

"Je crois avoir trouvé un moyen de se tirer d'ici rapidement, mais ... ça risque d'être compliqué."

En effet, si le meilleur moyen qu'il avait trouvé était de défoncer le mur, ça allait être ardu. Enfin, non, ça allait être facile vu que c'était que des pièces de puzzle prêtes à être déboîtées, mais justement: tant qu'à faire, autant les déboîter, non? Surtout que c'était pas très sûr de foncer dans un mur fragile quand on ne savait pas ce qui était derrière. Grattant un peu les rainures du bout de l'ongle, Mara réussit plus ou moins difficilement à retirer l'une des pièces, après avoir un peu forcé. Tenant dans sa main la petite forme de texture pierreuse, une petite inquiétude monta en elle. Il allait vraiment falloir retirer toutes les pièces une par une? Ça allait être long. Et très ennuyeux.

Soupirant, elle commença à retirer les petites pièces autour, sous le regard de l'autre Voyageur. Il savait pas ce qu'elle faisait ou il avait peur de se retourner un ongle? La question resta entière et au bout de quelques minutes, distinguant une salle de l'autre côté du petit trou créé, l'enfant abandonna toute prudence et donna un grand coup de pied dans la structure, en faisant s'en en aller une grande partie. Bon, c'était pas subtil, mais après avoir retiré d'un mur une vingtaine de petites pièces presque une par une, ça faisait du bien. Et puis c'était plus rapide.

Le duo entra dans la nouvelle salle assez grande, silencieuse et éclairée d'une lueur diffuse qui semblait venir de son centre. Les murs étaient lisses et sobres, assez haut, et une porte décorait l'un d'eux. Sans doute l'entrée normale, voir la sortie, voir les deux. Au centre de la salle se tenait un piédestal, et à son sommet se trouvait une sorte de... de coffre. De coffre plat, plus comme une valise. Haussant un sourcil mais poussée par la curiosité, Mara s'en approcha lentement. Il n'y avait ni dalle qui s'enfonçait plus qu'une autre. Elle n'avait pas tapé très fort des pieds. Bref, tout normal et pareil sur les quelques pas qu'elle fit.

Sauf que le coffre s'ouvrit d'un coup. Et une volée de minuscules particule brillantes et très, très, très bruyantes en jaillirent. Et se mirent à tourbillonner partout dans la salle au haut plafond. Accroupie d'un coup et les mains plaquées contre les oreilles pour se protéger du brouhaha instantané, Mara jeta un œil à son compagnon. Qui semblait n'en avoir strictement rien à faire, pour le bruit du moins, et qui la regardait bizarrement. La Voyageuse ne mit pas beaucoup de temps à faire le calcul. Foutu pouvoir. Les trucs volants se calmèrent soudain légèrement et une voix familière s'éleva:

"Soit, vous avez décidé de jouer ainsi? Alors je relève le défi. Toutes les petites choses que vous voyez voler sont les pièces du trésor de Liu Hui. Elles sont à vous. Par contre, si vous espérez sortir d'ici, j'espère que vous arriverez à les remettre dans l'ordre... Car elles sont de nature... capricieuse. Il y en a 473 200 en tout, 676 de hauteur et 700 de largeur. Amusez vous bien!"

Et la voix du truc de flammes s’éteignit comme elle était apparue, camouflée par le brouhaha insupportable de se qui se révélait (encore) être des pièces de puzzle. Et en plus, le trou qu'ils avaient fait dans le mur avait disparu. Honnêtement, Mara avait déjà mal à la tête avec ses histoires, avec les espèces de saletés qui frôlaient ses oreilles en répétant encore et toujours la même chose. Alors quand elle en eut marre, elle se releva d'un coup, ignorant les quelques petits chocs sur son crâne et hurla, provoquant inconsciemment une grande onde de son pouvoir:

"SILENCE!"

Le calme se fit presque instantanément, se terminant sur quelques petits bruits timides avant que les petits volatiles eux-même ne s'arrêtent de voleter dans tous les sens. Mara avait cependant eut le temps d'entendre quelque chose. "QB 56", "AA 586", "MD 3"...? Elle fronça les sourcils, alors que tout les trucs semblaient la regarder. Ça ressemblait aux noms qu'on donnait aux cases aux Échecs, A-8, ou C-3 par exemple. Était-ce les positions des pièces dans le puzzle? Il avait dit qu'il y en avait combien déjà? Quatre cent mille? Arf... Tant qu'à faire, l'enfant avait la flemme de réfléchir, elle commençait à fatiguer, donc elle lâcha assez simplement:

"Oké, alors tous ceux qui disent le même nombre, ils se mettent en groupe, d'accord? Les "1" là, les "2" là, p'is vous continuez. Avec un peu de bol ça va marcher."

Et ça marcha. Un grand nombre de groupe se forma, chacun contenant un grand nombre de pièces, et ce plus sagement qu'elle ne le pensa. Elle leur dit ensuite, avec espoir, de se mettre sagement dans l'ordre et de retourner dans leur boîte, mais visiblement, ils ne comprenaient pas comment faire, recommençant à se mélanger et se cognant contre les murs. Visiblement, il y avait moins intelligent que le Darm: les pièces de puzzle.

S'asseyant, posant sa joue dans sa main, la petite commença à donner des directives: que chaque groupe se mette dans l'ordre croissant, les "1" à gauche, puis les "2", les "3" et ainsi de suite (fort heureusement, ils semblaient capable de compter, ce qui offrit une petite dose de soulagement à Mara), que chaque groupe forme des colonnes avec en haut ceux dont la première lettre était A, puis les B en dessous, puis les C jusqu'au Z (ils connaissaient aussi leur alphabet...?), et enfin, dans chaque petit groupe de lettre, se ranger à nouveau dans l'ordre alphabétique, à partir de la seconde lettre. Le résultat format une sorte d'écran très lumineux offrant une image indistincte. Enfin, Mara demanda d'une voix lasse aux pièces de s'emboîter avec celles qui étaient à côté. L'ensemble de l'opération avait dû prendre... quoi, vingt, vingt-cinq minutes? Ça avait été en tous cas très long et assez ennuyeux, surtout avec les pièces qui s'étaient remisent à "discuter" pour connaître leurs numéros et leurs lettres. L'un des rares moments où la Voyageuse aurait aimé avoir un autre pouvoir.

Mais enfin, ils y étaient. Enfin, le puzzle se forma.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 159
Date d'inscription : 30/01/2015
Age du personnage : 21

Citoyen modèle
Darm
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 145
Renommée: 370
Honneur: -58
MessageSujet: Re: Capharnaüm et momentum (Pv Darm et Mara) Lun 11 Mai 2015 - 13:54

Tandis que tu te rapprochais de l'eau, résolu à regagner l'autre rive à la nage, elle se mit à bouillonner violemment. Pas pressé d'y mettre les pieds, tu t'attendais presque à ce que Face de vase réapparaisse. Mais la seule chose qui apparut fut son navire, ou plutôt sa barge. T'approchant de cette embarcation maudite, tu te demandais ce que t'allais bien pouvoir en faire. Enfin non, disons plutôt que tu étais partagé entre l'envie de la réduire en petits bois, et celle de t'en servir pour regagner l'autre rive.

Le problème était que tu ne savais pas comment la déplacer.


- Dois-je vous amener au trésor, maître ? demanda un crâne incrusté dans l'embarcation.

Voilà qui devenait intéressant : le navire parlait et te donnait du maître. C'était sans doute due au fait que j'avais absorbé ton prédécesseur, le Passeur. La réponse à la question posée par le chef du macchabée ne se fit pas attendre :

- Un trésor ? Ne perdons pas de temps !

Souriant d'un air malsain, tu franchis d'un bond puissant l'étendue d'eau qui te séparait de la barge. Cette dernière n'était pas très stable, ni très solide... Ton pied droit traversa le bois, causant un trou qui fit perdre tout moyen de flotter à l'embarcation. En agissant comme un abruti fini, tu venais de casser le seul moyen de transport qui te restait...

- Merde...

- Ne vous inquiétez pas, maître ! Là où nous allons, il n'y a pas besoin d'embarcation.

Tandis que la barge s'enfonçait dans les eaux sombres, la dernière image que tu pus voir fut un crâne qui tentait de t'adresser un sourire réconfortant. De quoi te faire perdre le tien, même à la mention du mot « trésor ».

Ta tignasse se mit à onduler autour de toi, comme un bouquet d'algues ballotté par les courants. L'eau était si noire et visqueuse que la descente était insupportable. Accroché au bastingage comme une huître à un rocher, tu t'efforçais de rester au sein de l'embarcation. S'il y avait des magiciens aquatiques dans cette étendue d'eau glacée, tu n'avais pas envie de les rencontrer.

La barge finit enfin par toucher le fond. Il n'y avait pourtant aucun trésor, autour de toi. Était-ce un piège ? Le crâne voulait-il provoquer ta mort par noyade, ne sachant pas que tu n'avais pas besoin de respirer sous l'eau ?

Une lueur verdâtre émana des orbites vides du crâne, dont le sourire s'élargit. Il apparut à mes côtés, dans ta propre conscience, afin de te faire parvenir quelques paroles.


- Nous y sommes. Préparez-vous à l’atterrissage !



Sans te laisser le temps de te demander ce que voulait dire le mot « atterrissage », il fit s'éparpiller les puzzles qui retenaient l'eau et la barge. C'est ainsi que plusieurs dizaines de mètres cube d'eau vaseuse, une barge de belle taille ainsi qu'un colosse accroché tant bien que mal à son bastingage, tombèrent dans la salle du coffre où se trouvaient Mara et Jean-Baptiste (oui, j'avais retenu leurs noms).

Les pièces de puzzle qui formaient le plafond, et qui s'étaient légèrement décalées afin de vous laisser passer, se refermèrent afin de ne pas vider l'intégralité du lac souterrain dans la salle du coffre. N'étant plus sous l'eau, t'étais enfin capable de produire des sons. Et ne t'en privas pas.


- Faites gaffe en-dessous, j'arrive !

Narrateur omniscient

Le puzzle s'était formé. Mais au moment-même où il s'était formé, Darm, sa barge et de l'eau lui étaient tombé dessus. La barge n'était à présent plus qu'un monticule de petit bois, d'où émanait une voix éraillée qui s'écriait « Libre ! Je suis liiiiiibre ! ». Darm était tombé en plein milieu du puzzle, et ne tarda pas à apercevoir Mara et Jean-Baptiste, non loin de là.

- Où est le trésor ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Capharnaüm et momentum (Pv Darm et Mara)
Revenir en haut Aller en bas

Capharnaüm et momentum (Pv Darm et Mara)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Village Puzzle-