Haut
Bas

Partagez|

Capharnaüm et momentum (Pv Darm et Mara)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Capharnaüm et momentum (Pv Darm et Mara) Dim 22 Mar 2015 - 11:17
"Quel bazar ..."

Me voilà perché à quelques dizaines de mètres, entouré de quelques dernières pièces volatiles. Amusant comme leur physique est variable, tantôt légère, tantôt lourde, et comme leurs couleurs abstraites forment au gré de leurs combinaisons des motifs tout à coup reconnaissable. Mais j'ai autre chose en tête qu'étudier les ressortissant puzzelsque du lieu, n'est-ce pas ? Que diantre, je ne vais tout de même pas me laisser papillonner dans mes digressions futiles, aussi passionnantes soient-elles. Mon intérêt est certes multiple, toujours renouvelé, souvent inassouvi, par ailleurs.

Mais revenons plutôt à mes plus bas intérêts, d'un point de vue purement géographique. Tendant le cou, j'observe donc les deux personnages debout, loin en contrebas. La jeune fille est à présent face au colosse si précautionneux de la sécurité d'une enfant. Amusant, sans conteste. Presque touchant. Je m'avouerais cependant que ne pas être seul dans cet imbroglio m'attirait, une fois n'est coutume, quelque peu. Je n'en comprenais pas long sur les derniers événements, et ce coffre restait une énigme et un danger potentiel bien trop grand, et bien trop tentant.

"Eh bien, rejoins les, imbécile !"

Je prend une grande inspiration, longue et prolongée. L'expectative du plongeon que je vais effectuer me remplit déjà. Le plaisir de voltiger est sans doute une jouissance principale et essentielle dans mes actions à Dreamland, j'en ai bien peur. Peur ? Plutôt la douloureuse et délicieuse conscience. Je connais mes penchants, mes limites, mes appétences, et c'est par cette connaissance que je compte atteindre ma maîtrise complète et totale. C'est après tout la base même de mon pouvoir, à mon sens. Ma philosophie de rêve.

Mais foin d'introspection stérile, place aux actes. Je ramasse mon corps, les jambes fléchies, puis fonce vers le sol, tête la première. La vitesse est étourdissante, plus rapide qu'un chute libre, faisant hurler le vent à mes oreilles. J'atténue mon élan vers le bas, arquant ma trajectoire jusqu'à me retrouver à l'horizontale, quelques mètres derrière mes cibles. Loin de m'arrêter, je continue dès que mes pieds touchent les pièces qui constituent (pour le moment du moins) le sol, et poursuit en longues enjambées mon mouvement. Mes orteils se posent juste derrière la jeune fille, signant pour moi le temps de l'arrêt. Mon aura me stoppe aussi vite qu'elle m'a lancé, avec une facilité qui me déconcerte à chaque fois.
Mes cheveux et mon manteau se plaquent tout d'abord vers l'avant, emporté dans le vent de ma course toute récente. Je les chassent distraitement, en tournant les yeux vers le colosse, au dessus de la tête de la "gamine", tentant un sourire avenant.

"Excusez moi, tous les deux, de mon intrusion double. Il est, je pense, grand temps des présentations. Jean-Baptiste Dubois, enchanté, et intéressé par vous deux, ainsi que par vos buts. Cette histoire de coffre attise ma curiosité,plus encore ce "job". Je vous en prie, parlez."

Un peu trop long pour rester poli, peut-être, mais ma langue me brûle depuis tout-à-l'heure. Et puis aucun d'eux n'a l'air particulièrement vindicatif pour le moment.

[HRP : court, je l'accorde, mais je n'arrives pas à équilibrer sans tomber dans les digressions interminables ^^' : HRP]
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 697
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 13

Arpenteur des rêves
Mara Leros
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 450
Renommée: 1677
Honneur: 429
MessageSujet: Re: Capharnaüm et momentum (Pv Darm et Mara) Dim 22 Mar 2015 - 12:18

Le colosse face à l'enfant la regardait et se mit à dire d'un ton bourru:

"Le coffre a disparu. Sais-tu des choses sur lui, sur son contenu ? Ma mission était d'empêcher un certain Edward d'avoir sa marchandise, mais si ceux qui ont pris le coffre le lui amènent..."

Puis il sembla avoir un moment de vide, regardant vaguement à côté d'elle en fronçant les sourcils. Perplexe et un peu mal à l'aise, la petite recula doucement d'un pas, jetant un œil derrière elle pour voir ce qui focalisait l'attention de l'homme, mais ne vit rien. Quand elle reporta son regard sur lui, il lui dit soudain autre chose, la faisant sursauter:

"Au fait, t'allais où comme ça ? J'peux t'accompagner en tant que garde du corps, si ça a un rapport avec le coffre. Cet endroit est un foutu repaire de racistes, comme t'as pu le voir !"

Mara hésitait. C'est vrai que les locaux l'accueillaient moyennement bien, et que Conan l'avait quand même protégé à plusieurs reprises. Et puis il avait l'air bien plus fort qu'elle et meilleur au combat, ça pourrait être bien, surtout si le contenu du coffre allait vraiment dans un coin dangereux... Après une légère réflexion, elle décida de lui répondre. Se faire un ami du monsieur semblait être une idée plutôt bonne. Elle dit d'une voix qui lui semblait bien petite à côté du ton de l'autre:

"Je... J'ai entendu les gens dire que ce qu'il y avait dans le coffre était un guide pour quelque chose, mais que c'était trop dangereux pour eux d'y aller... Et du coup ils voulaient vendre ce "guide" pour se faire de l'argent. Et c'était un énorme truc en feu qui est parti par là. Mais, oui, je veux bien que..."

*Nan, nan, l'autre côté. Derrière lui, c'était.*

"Ah oui, c'est vrai, par là."

Et elle corrigea la direction de son bras pour qu'il indique l'horizon derrière son interlocuteur. Mais alors qu'elle rentrait son bras, elle entendit des bruits de pas derrière elle et un coup de vent souleva légèrement sa cape, à défaut de faire bouger sa tignasse. Se retournant, surprise, elle vit le Voyageur se recoiffer d'un coup de main et regarder l'autre individu, par-dessus sa tête. Elle. Détestait. Ça. Déjà qu'elle leur arrivait à peine au coude... Enfin, elle se sentait surtout vachement à l'étroit entre les deux hommes donc fit une autre pas de côté pour sortir de leur alignement. Le nouveau venu dit:

"Excusez moi, tous les deux, de mon intrusion double. Il est, je pense, grand temps des présentations. Jean-Baptiste Dubois, enchanté, et intéressé par vous deux, ainsi que par vos buts. Cette histoire de coffre attise ma curiosité, plus encore ce "job". Je vous en prie, parlez."

"Il fait des phrase vachement longues" fut la première pensée qui vint à l'esprit de l'enfant, mais elle ne resta pas suffisamment longtemps pour la préoccuper. Au moins, il se contentait de ne pas la regarder, il n'oubliait pas sa présence. Mara allait répondre, quand elle vit le regard de l'homme aller sur elle. Ok, maintenant qu'elle était sortie de l'action, sa timidité reprenait le dessus et elle rougit. Mais se forçant à répondre, elle balbutia malgré tout:

"J-je m'appelle Mara..."

Bon, c'était plus court que la présentation que l'autre, mais ça passait quand même. La fillette rentra la tête dans les épaules, ressentant à peine le chatouillement du pelage de la belette sur sa joue, elle fixa avec beaucoup d'intérêt le motif coloré de la pièce de puzzle sur laquelle elle était. Autant, parler au barbare ne lui avait pas posé de réel problème sur le coup, autant devoir répondre à une question personnelle devant lui et l'autre Voyageur, là, "Jean-Baptiste", la mettait bien moins à l'aise d'un coup. Elle n'aimait pas être le centre d'attention d'inconnus comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 159
Date d'inscription : 30/01/2015
Age du personnage : 21

Citoyen modèle
Darm
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 145
Renommée: 370
Honneur: -58
MessageSujet: Re: Capharnaüm et momentum (Pv Darm et Mara) Dim 22 Mar 2015 - 18:09

La mini-gonzesse te répondit qu'elle avait entendu les gens dire qu'il y avait une espèce de guide dans le coffre, sensé les guider vers un endroit dangereux. Apparemment, les gnomes voulaient juste vendre ce guide afin de se faire de l'argent. C'est à dire, le livrer au type que ton commanditaire pouvait pas sacquer, moyennant de l'essence de vie. Si tu comprenais bien, le guide était l'énorme truc de feu dont elle parlait à la fin. Du feu... Voilà qui te rappelait la fois où tu avais fini à poil à Kazinopolis !

Bref, apparemment ta mission n'était pas achevée : tu devais t'assurer que ce guide, ou quoi que ça puisse être, ne tombe jamais entre les mains du commanditaire des gnomes. Pour quelle raison ? Bah, juste afin d'être payé. Fallait pas croire que tu faisais ça parce que tu craignais un complot contre le monde ou quoi que ce soit, hahahahahahaha. Beaucoup trop compliqué pour ta p'tite caboche, ces histoires de bien ou du mal. Tu réfléchissais plutôt en termes moins recherchés : badass, pas badass ; gonzesse, pas gonzesse ; fiotte, pas fiotte.

Pareil, si t'aidais la gamine c'est pas parce que t'aimais les chieuses, bien au contraire. Mais frapper une morveuse, c'était agir comme une fiotte. Et toi, t'étais un homme, un vrai, une pure masse de testostérone à l'état brut. Un véritable bloc de rocaille, travaillé à la hache et battu par les intempéries. Agrémenté d'une charpente digne de...


* Ta gueule ! T'auras beau me l'avaler profonde, c'est toujours moi qui commande ! *

Ouais bon, si tu répondais à la p'tite, là ? Elle t'a indiqué la direction vers où la bête était partie (avec une légère erreur, mais c'est pas grave, sa bestiole semblait lui avoir crié dessus) mais t'as pas réagi. Au moment où tu t'apprêtais à lui dire quelque chose concernant ces informations (mais quoi ? Va savoir...), le piaf de tout à l'heure se posa derrière elle.

Elle ne semblait pas apprécier de se retrouver entre vous-deux, et se décala. Le type commença par s'excuser (ça, tu le compris et t'aimais bien ça : les excuses, c'était un truc de tapette mais c'était toujours marrant à entendre) mais il employa des mots étranges, à se demander quelle langue il parlait. Tu compris qu'il était intéressé par la même chose que vous, même si le mot « curiosité » continuait de te donner des sueurs froides. On t'avait toujours pas dit si ça se mangeait ou pas. « Attise », n'en parlons pas.

Le reste était obscur, si bien que tu ne savais toujours pas comment appeler ce type venu des cieux. Tu le regardais donc avec un air hagard, tentant de comprendre ce dont il était question, tes lèvres formulant muettement les syllabes « cu », « rio », « si (zi) » et « té ». Tu finis par laisser tomber en soupirant, et en éclatant de rire, l'air de dire « j'comprends rien et j'm'en bat les couilles ! ».

La petite se présenta et là, tu sus ce qu'il te fallait dire. Un de ces rares mots où les mots venaient de même, n'attendant plus que ta permission pour passer la frontière de tes lèvres.


- Moi c'est Darm. Et mon job, c'est de trouver ce truc qui a foutu le camp. Mais j'veux bien boire un coup de « curiosité » avant, histoire de forger des liens !

T'avais enfin compris, et ça t'avait mis de bonne humeur, si bien que tu pardonnais au Voyageur ta chute, ainsi que toutes les choses que tu pouvais lui reprocher. C'était pas « attise » mais « tise ». Tiser, un mot que tu connaissais. En fait, la curiosité était une sorte de boisson forte, un breuvage d'homme quoi- enfin, à tes yeux, et il était près à en partager un peu avec vous. Une fiotte, peut-être, mais un type sympathique !

Tu souris de toutes tes dents.


- Commençons ! On va s'faire un p'tit cass'dalle histoire de s'remettre en forme.

Tu te laissas tomber sur le sol, plaçant ta jambe blessée sur l'autre, et tendit la main vers la petite fille.

- Envoie la bestiole, j'ai un p'tit creux ! Quant à toi, porteur de curiosité, file-moi un peu de ton breuvage d'homme ! Un mercenaire, le ventre vide, ça mercene mal !

La politesse n'était pas ton fort.

Oubliées, les rancœurs passées. Oubliés, les combats récents. Tout s'était effacé devant la perspective d'avoir un « p'tit cass'dalle » avec tes futurs compagnons de route. Jouer les gardes du corps serait pas si mal, tout compte fait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Capharnaüm et momentum (Pv Darm et Mara) Mar 24 Mar 2015 - 20:05
Je restais quelques instant hébété suite aux paroles de Darm. Comme si j'étais totalement sur une autre dimension, tant sa réponse frappait à mille lieux de ma compréhension. Casse dalle ? Boisson ? Mes paroles auraient dévié de mes pensées jusqu'à ce que je ne m'y reconnaisse plus, par ses effets sur l'autre ? Je me sentais perdu, flottant dans ma propre incompréhension. Cela ne dura cependant pas. Reprenant mes esprits, je réfléchissais rapidement à l'origine de ce quiproquo. Trop peu clair, peut-être, ou Darm, comme il se prénommait, était-il tout simplement ... simple, justement ? Trop pour comprendre ce que je disais ?

"Eh bien ..."

Je tournais mon regard vers la jeune fille, à l'air si timide. Sa présence me suffit à me persuader de ma bonne foi. C'était donc lui qui déformait mes propos, peut-être lui aussi en toute bonne foi, par ailleurs. Restait que je me retrouvais dans une situation délicate, et que ma réponse devait sortir ... Après tout, autant gruger un peu l'échange, autrement jamais je ne sortirais ce cette conversation de sourd qui s'annonce. Je retourne mon attention vers le colosse affalé sur le sol, qui quémande également je ne sais quoi à la jeune fille.

"Eh bien, je ne sais pas si c'est bien le moment. Le ... guide, comme vous avez dit, ne doit pas être très loin, donc il serait peut-être judicieux de - non, disons que serait mieux de faire attention, plutôt. Aucune idée de ce qu'il est, ni de ce qu'il pourrait*FRRRRRSSSSSHHHH*

Faire ! Des boules de feu ?!
C'est ce qui nous fonce dessus, en tout cas. Deux globes incandescents, d'un diamètre bien trop important à mon goût, qui vrombissent sauvagement en traversant les airs, droit vers notre petit groupe.

"Attention !"

Je prononce ces mots d'une voix sèche, forte sans être un cri, en me précipitant vers les deux autres. Je ne connais pas leur vitesse, ni leurs réflexes. Les miens me pressent devant le danger imminent. Mobilisant toute la vitesse que me confère mon aura, je fonçais donc, fléchis, les bras prêts à attraper la jeune fille. Je la réceptionne du bras gauche, aussi peu violemment que possible dans l'urgence de ma réaction. La calant contre moi, je pousse de toutes mes forces pour m'extirper de la trajectoire des projectiles explosifs avec elle et Darm.

Profitant de mon élan, je tentais de dévier ma course pour éloigner Darm également. Je ne réussis qu'à le percuter de plein fouet, amortissant le choc autant que faire se peut. J'évitais de rouler sur le sol, et me repositionnait sommairement sur mes pieds, en déposant Mara sur ses propres jambes. Je l'avais porté sans trop la malmener, je l'espérais ... Darm, par contre, semblait avoir roulé en s'étalant par terre. Je tournais mon regard vers la source estimée des pyrotechnies.

"Excuse moi, j'ai fait dans l'urgence, en essayant de protéger Mara en priorité. Tu n'as rien ?"

Sans le regarder, je l'admet, mais je suis trop préoccupé par l'attaque récente pour ne pas chercher à trouver la provenance de deux boules de feu ...

[HRP : c'est très court, et assez brouillon, je trouve, mais si ça convient, autant avancer : HRP]
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 697
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 13

Arpenteur des rêves
Mara Leros
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 450
Renommée: 1677
Honneur: 429
MessageSujet: Re: Capharnaüm et momentum (Pv Darm et Mara) Mar 24 Mar 2015 - 23:40
Elle... Euh... Quoi? Elle avait raté un truc, ou... Hein? Quel "breuvage d'homme"? Il parlait d'un truc à boire? *Dis...* Il avait pas parlé de boire de la "curiosité"? Mais c'était... ... Mais ça existe en vrai, le verbe mercener? L'enfant se sentait assez perdue, sur ce coup. Elle n'arrivait tout simplement pas à suivre la conversation, ou plutôt le monologue du type, de ce "Darm".*Hey...* Il était vraiment bizarre. Mara en venait même à se demander si c'était elle ou s'il n'était juste pas intelligent. Elle jeta un discret coup d'oeil vers Jean-Baptiste, qui semblait à peu près aussi perturbé qu'elle. Bon, c'était déjà ça, elle avait surement raison. C'était l'autre qui avait un problème. *Diiiiiiiis!* Elle tourna la tête vers sa belette qui s'agitait sur son épaule.

*L'homme, là... il me regardait bizarrement tout à l'heure, il me fait peur... il voulait quoi?*

La Voyageuse fronça les sourcils et reporta son regard sur la Créature des Rêves. Puis écarquilla les yeux quand elle se rappela soudain ce qu'il avait demandé. Il voulait manger l'animal. Elle fixa le monstre, passant en moins d'une seconde de la perplexité au choc pour et simple, la bouche légèrement entrouverte. Mais il était complètement taré! Instinctivement, elle fit un petit mouvement de la main, la ramenant devant son épaule comme pour protéger la bestiole de la cruauté du barbare. Elle sentis un certain soulagement quand le Voyageur sembla vouloir refuser pour eux deux. Il semblait même vouloir simplifier son vocabulaire pour le Darm. Bon, la gamine n'était pas mécontente non plus, elle avait aussi un peu de mal à suivre ses formules à rallonge.

Un étrange crépitement lui coupa soudain la parole et une lueur illumina soudain les environs. Avant que ses réflexes ne se mettent en marche, elle sentit un bras la faucher pour l'emporter plus loin. Elle s'y agrippa instinctivement durant les quelques instants que dura l'action, sans comprendre ce qu'il se passait. Quand ses pieds retrouvèrent enfin l'appuis du sol, sa tête tourna un peu et elle put voir que c'était le Voyageur qui l'avait attrapé. Et qui l'avait aussi sauvée au passage, vu la zone carbonisée qui s'étendait à deux mètre d'eux. Une grande vague d'adrénaline traversa son petit corps en se rendant compte qu'elle avait frôlé la mort. Elle révisa son jugement sur l'inconnu, le faisant monter largement dans son estime.

Après avoir constaté que le mustélidé était toujours en train de trembler sur son épaule, elle leva le regard vers le ciel. Une zone du ciel en particulier qui rougeoyait d'un air menaçant attira son attention. Elle y distingua un soudain éclat plus clair et cria aux deux autres de faire attention, courant elle-même sur le côté. La deuxième sphère ardente percuta le sol, faisant voler des morceaux de pièces en flamme. Puis, le truc de feu dans le ciel se mit à partir au loin, vers l'horizon.

La fillette ne comprenait pas. Ça voulait qu'ils le suivent ou quoi? Mais alors pourquoi essayer de les tuer?
... Ce truc suivait-il au moins une quelconque logique?

Elle eut un petit sursaut mentale. Le "guide" était juste à portée d'yeux, il ne fallait pas le perdre de vue si elle voulait voir où il menait. Elle se mit à courir de toutes se forces, se rendant à peine compte que son endurance était largement plus élevée que dans le monde éveillé. Et elle se ramassa lamentablement quand une pièce se déboîta juste sous ses pieds, et se mit à prendre lentement de l'altitude, en même temps que différentes pièces. Elle ne savait pas trop quoi penser, mais au moins les pièces semblaient suivre la chose rouge. Et une nouvelle vague de froid déferla en elle: le troupeau de pièce survola un gouffre. Elle s'accrocha à des bords de la pièces, priant pour ne pas tomber.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 159
Date d'inscription : 30/01/2015
Age du personnage : 21

Citoyen modèle
Darm
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 145
Renommée: 370
Honneur: -58
MessageSujet: Re: Capharnaüm et momentum (Pv Darm et Mara) Mer 25 Mar 2015 - 20:52

Quel dommage pour toi ! Le type -qui avait l'air super sympa quelques instants plus tôt- semblait être un brin trop sérieux pour bosser dans le milieu du mercenariat. Pire que tout, il disait qu'il valait mieux faire attention au guide... Une vraie tapette ! Au moment où tu t'apprêtais à lui couper la parole afin de balayer ses excuses dans un langage châtié et brutal, le ciel lui donna raison. D'énormes boules de feu en jaillirent, fendant l'air dans votre direction. Le groin levé, tu mis tes pognes devant toi sans même tenter de te déplacer sur le côté, comme si tu pensais pouvoir repousser le feu à la seule force de tes bras.


Crétin.


Bien entendu, ça n'allait pas marcher. De nouveau, le « Porteur de curiosité » enjoignit de faire attention. Cette fois-ci, tu pouvais pas lui donner tort. Qu'on te donne à affronter des armées de gnomes, des chiens gigantesques et bipèdes avec une musculature à faire pâlir des culturistes, ou même des tyranides, tu ne te plaindrais pas. Mais des boules de feu ou de la foutu magie... C'était pas du ressort d'un mercenaire ! T'étais l'acier qui combattait l'acier, pas un foutu jeteur de sorts !

L'autre Voyageur te percuta soudainement, t'envoyant rouler plus loin. La sphère enflammée frappa l'endroit où tu te trouvais quelques secondes auparavant, faisant s'enflammer les pièces de puzzle (qui devaient être en carton, vu la rapidité d'embrasement). Tu la regardas se consumer avec effarement, comme s'il s'agissait de ton propre corps, de tes propres os, qui se transformaient petit à petit en cendres.

Il t'avait sauvé la vie...

Même s'il fallait te couper la tête pour te tuer, tu doutais de résister à un embrasement pur et simple. (Je suppose que t'y résisterais, ton sang durci empêchant la progression des flammes, mais valait mieux que tu l'ignores : tu serais tenté d'essayer pour vérifier et je préférerais me contenter de la théorie...)

Bref, avec tout ça, t'avais totalement oublié le fait que la petiote semblait communiquer avec sa bestiole, et n'avait pas très envie de te la filer à bouffer. T'avais même perdu ton appétit... C'était dire. Par contre, ta soif de violence, de sang, n'avait fait que croître alors que l'adrénaline parcourait tes veines à toute vitesse. T'allais retrouver le salopard qui avait osé s'attaquer à toi, le badigeonner d'essence et le faire cramer. Et s'il volait pas en cendres parce qu'il était immunisé aux flammes... bah, il te restait tes poings. L'étrangler avec ses tripes serait tout aussi sympa.

Tu secouas la tête afin de sortir de ta contemplation passive et braqua ton regard sur le ciel. Rougeoyant, une partie du ciel semblait servir de refuge au fils de pute. Et il avait pas fini de vous arroser. La fille se mit à crier, mais ça servait à rien : t'avais déjà vu le météore ardent qui fendait l'air dans votre direction. Et cette fois-ci, pas question de se la jouer « je le renvoies à mains nues ! ».

Tu bondis sur le côté, afin de l'esquiver. Et tu grimaças. Ta jambe avait violemment morflé, et la guérison n'en allait être qu'encore plus lente. Tu pus observer la gamine courir vers le salopard.


- Bordel, petite ! Qu'est-ce tu fous ?! Reviens, tu vas t'faire tuer, sale conne !

Pas sûr que ça allait lui donner envie de rebrousser chemin. Tu tentas de te relever, et de sautiller à cloche-pied le plus vite possible vers la gamine -et donc, le « Guide »- mais de brusques secousses te firent brutalement tomber à terre. Tu te retrouvas de nouveau dans les airs, obligé de te cramponner à la pièce pour ne pas tomber. C'était également le cas de la gamine, et t'avais au moins résolu ton principal soucis, qui était de ne pas te déplacer assez vite pour te rapprocher suffisamment près de la gamine pour la protéger.

Quant au Guide, en lui-même...


- Montre-toi, bâtard ! Arrête de te cacher et portes tes couilles ! J'vais te faire ravaler ton feu à coups de tête, tu vas voir ! ALLEZ ! RAMÈNE TOI, SALOPARD !

» FAIS PAS COMME CI QUE TU M'ENTENDAIS PAS !

» J'SUIS TON HOMME !


Tu t'étais mis à genoux (l'alternative la moins douloureuse, entre s'asseoir sur ta jambe endolorie et te mettre debout. T'étais pas une chochotte mais pas maso non plus, sauf quand t'étais en plein combat.) et levais les bras au ciel, tel un prédicateur dément. En montrant que t'étais à sa portée et démuni, t'espérais appâter la créature. Et puis, ta position n'était pas qu'une question de confort : en te relevant brutalement (et en déployant ta force), tu pouvais bien bondir de quelques mètres dans le vide. Suffisamment pour percuter la créature si elle acceptait de te provoquer en tête à tête, et l'entraîner avec toi dans la chute.

Et, si elle se contentait de te balancer une boule de feu... Bah, t'avais pas réfléchi à cette option.

Tu sauterais probablement dans le vide, plutôt que de cramer. Ce serait probablement ton dernier acte de la nuit, et tu t'en sortirais avec un peu de chance si elle t'oubliait.


Bref, toute cette histoire sentait le brûlé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Capharnaüm et momentum (Pv Darm et Mara) Jeu 26 Mar 2015 - 18:40
J'aperçus, en suivant le regard de Mara, un flamboiement dans le ciel. Assez peu visible, trop brillant. Dans le même temps, d'autres projectiles foncèrent vers nous. Je les esquivais en me lançant en l'air, espérant que les deux autres puissent faire de même. Mon objectif : pourchasser cette créature, qui s'éloignait déjà vers l'horizon. Étrange comportement ... Nous attaquer puis fuir ainsi ?

"A quoi joues-tu, toi ?", me murmurais-je.

Pas question de toute manière de la laisser filer, j'ai assez cherché comme cela. Je me suis immiscé dans des affaires qui ne me concernaient en rien, et y suis à présent plongé entièrement, bon gré mal gré. Alors en chasse ! La petite et le colosse semblaient être en sécurité sur les pièces, malgré leur envolée intempestive. La mienne ne posais donc pas de problème. Survolant Mara, qui s'accrochait aux puzzles à sa portée alors que le banc qui la soutenait voguait dans la bonne direction, je l'interpellais sans m'arrêter.

"Je me permet de prendre toute l'avance possible. Reste prudente, et excuse moi de me montrer si protecteur, cela doit être désagréable. En guise de repentance, je te laisse te débrouiller cette fois."

Sur ces mots, je pris de la vitesse, droit vers le dernier point où la créature se trouvait. Je ne sais si je fonce tête baissée dans un piège, ou si je cours, ou plutôt vole à ma perte. Ma curiosité et ma fureur me poussent en avant, au mépris de mes scrupuleuses inquiétudes. Les boules de feu étaient pourtant à ne pas prendre à la légère. Sans être très rapide ou particulièrement dévastatrice, en recevoir une de plein fouet m'aurais carbonisé les vêtements et les cheveux, à défaut de me tuer. J'espère. Mon aura se récrie de telles suppositions, et je ressens son indignation dans mes fibres, douloureusement, presque. Bon bon, mon aura m'aurais protégé, sans doute suffisamment.

Mais que diantre, je ne vais pas me laisser bombarder sans rien faire, d'autant que la nature et la fonction de mon agresseur m'intrigue profondément. Ce "guide" a un but précis, il était la monnaie d'échange d'une transaction dont j'ignore encore les tenants et aboutissants. Cependant, son nom me donne déjà une idée de son rôle. Nous mènerait-t-il vers je ne sais quel mystère ? Un de plus pour moi ...

"Je verrais bien en arrivant à destination !"

J'aperçois à présent sa silhouette embrasée, légèrement en contrebas. Marquant une pause, j’observe attentivement les lieux. Une sorte de vallée encaissée, un cratère dans la couche des pièces mouvantes et virevoltantes du sol. Il semble amorcer une descente jusqu'en bas. Pourquoi donc ? Je me retourne, soudain aux aguets. Des bruits chaotiques se font entendre derrière moi. Est-ce l'un de mes compagnons d'infortune ?
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 697
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 13

Arpenteur des rêves
Mara Leros
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 450
Renommée: 1677
Honneur: 429
MessageSujet: Re: Capharnaüm et momentum (Pv Darm et Mara) Jeu 26 Mar 2015 - 20:58

Et Jean-Baptiste la survola, comme ça, avec une facilité limite rageante. Ça devait quand même être vachement cool de pouvoir voler comme ça. Par contre, elle prit une moue boudeuse quand il se sentit obligé de la prévenir que c'était volontairement qu'il la laissait se débrouiller comme une grande. Ce genre de remarque aussi faisait un peu trop protecteur, là. En guise de "repentance", il pouvait aussi la laisser se débrouiller sans lui préciser, ça marchait et c'était moins condescendant. Pff.

Elle le regarda partir en volant au loin. Bon point: au moins, elle n'était plus trop préoccupée par l'énorme gouffre juste en dessous. Jetant un œil aux autres pièce, elle aperçut le Darm un peu plus loin. Bon, elle était pas la seule à poireauter là au moins. Et quitte à poireauter...

Regardant ses mains sur les bords de sa pièce volante, elle plissa un peu les yeux et décrocha lentement ses doigts, avant de les ramener vers elle. Après un temps, elle ramena ses genoux sous son ventre jusqu'à être à quatre pattes et attendit encore un peu pour être sure de sa stabilité. Après quelques essais, elle se rendis compte que la pièce ne semblait porter aucune importance à sa propre position, elle était toujours bien horizontale. La fillette se redressa lentement, les bras écartés pour s'équilibrer, et essaya même de faire quelques sautillements au cas où.

D'un coup d’œil, elle constata que la nuée de pièces avait dépassé le gouffre, mais ne semblait pas décidée à se reposer. Avec un petit sourire, elle avisa une pièce tout près devant la sienne. À longueur de saut. Un petit sourire étira ses lèvres, tandis qu'elle tirait la langue pour la passer sur ses lèvres. Elle n'allait pas rester là à attendre que sa pièce se pose, c'était nul. Pinçant les lèvres et observant son objectif, elle prit un pas d'élan et fit une enjambée sautée pour atterrir dans un titubement vite rattrapé sur sa cible. Son expression se transforma en sourire victorieux.

Elle répéta l'opération sur une autre pièce proche, puis sur une autre juste un peu plus loin. Avisant une pièce plus éloignée, elle voulu relever le défi. Elle tenta de bien évaluer la distance, prit plus d'élan, et sauta vers son objectif. Bon elle avait mal évalué la distance. Son premier pied atterrit bien à plat sur la pièce. Le seconde finit un tout petit peu plus loin, dans le vide devant elle. Durant quelques secondes, elle battit vainement les bras, essayant de redresser son torse. Et une prise salvatrice passa dans sa main. L’attrapant, quoi que ce put être, elle s'y tint de toutes ses forces et grâce à cette aide providentiel, elle put se redresser et retomber sur ses fesses, le cœur battant à toute allure.

Jetant un œil à ce qui avait pu la sauver, elle se figea face au rapace qui battait furieusement des ailes, la queue déformée. Et dont les longs cris stridents et incompréhensibles en disait long sur la différence de niveau entre elle et lui. Bon. Le volatile piqua sur elle, la forçant à rouler. Mais rouler sur une pièce d'un mètre de large n'assure pas une bonne réception. D'où sa chute, accompagnée d'un grand cri libérateur.

Voyant quelque chose s'approcher malgré ses paupières à moitié fermée, elle avança sa main, qui percuta une autre pièce de puzzle volante, coupant l'élan de son corps de manière assez douloureuse pour son poignet. Mais bon, au moins, même si elle pendouillait misérablement, elle pendouillait quand même. Attrapant la pièce de son autre main, elle tenta de remonter sur le support dans un gémissement d'effort. Et alors qu'elle s'appuyait sur ses coudes, le buste relevé, elle se rendit compte que quelqu'un occupait déjà la pièce. Un Conan le barbare qui l'observait. Mais il n'était pas derrière elle avant? Comment était-il arrivé là? Il avait aussi voyagé de pièce en pièce? Ou la sienne était plus rapide?

Ses réflexions furent coupées par un cri strident. Par des cris stridents. L'oiseau se ramenait avec deux potes plus petits. Et sans doute plus faibles, puisque leur cris sonnaient différemment aux oreilles de la petite. Mais pour le coup, tenter de comprendre ce qu'ils disaient n'était pas vraiment une priorité pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 159
Date d'inscription : 30/01/2015
Age du personnage : 21

Citoyen modèle
Darm
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 145
Renommée: 370
Honneur: -58
MessageSujet: Re: Capharnaüm et momentum (Pv Darm et Mara) Ven 27 Mar 2015 - 1:07

Le ciel t'avait épargné, et ce n'était pas la seule bonne nouvelle : ta pièce s'était mise à accélérer. Tu ne savais pas pourquoi, ni comment, mais là n'était pas la question : seul importait le fait que tu fendais à présent l'air à toute vitesse.

- Brace yourself : Darm is coming !

Être à genoux manquait de classe, aussi t'étais-tu mis debout pour l'occasion. Fier et droit, les poings levés vers les cieux, tu te dressais de toute ta grandeur. Et t'en avais rien à foutre si l'ensemble {Toi + Puzzle} n'était pas aérodynamique. La classe passait avant tout : le reste n'était que détail.

Un peu plus loin devant toi, tu vis une ombre descendre des cieux. Était-ce la créature, qui venait enfin t'affronter ?


Non. Juste un oiseau venu embêter la gamine qui tentait de sauter de pièce en pièce.


Morveuse en équilibre précaire, d'ailleurs, qui ne trouva rien de mieux à faire qu'à se rattraper à la queue du volatile. Les cris qui résultèrent de cette action en disait long sur l'humeur du piaf. Il tenta d'attaquer son agresseur haut comme trois pommes, mais Mara l'esquiva.

Pendant ce temps, tu rangeais ton frein, encourageant muettement ta pièce afin qu'elle aille plus vite. Tu gueulais pas, afin d'avoir un certain effet de surprise : vu l'agilité du bestiau, il esquiverait une attaque sautée sans soucis, et tu tomberais de très haut pour la seconde fois de la nuit.. Autant donc assurer le coup.

La pièce de la gamine était plus haute, et ça posait un certain problème. Tu te mis à sauter sur la tienne, afin de tenter de la faire remonter... mais ça n'eut que pour effet de la fragiliser légèrement et de la lézarder. Soudain, la blonde chuta vers toi. Tu tentas de la rattraper au vol, mais ne fut pas assez rapide : heureusement, elle parvint à s'accrocher au rebord, et à se hisser à l'aide de ses petits bras.

Des cris vraiment très dérangeants t'informèrent que le piaf se ramenait, et n'était plus tout seul. Regardant la gamine qui semblait se rendre compte qu'elle était un passager clandestin à bord de Ton navire, tu lui fis ton plus beau sourire.


- Bienvenue sur le navire du Cap'taine Darm ! Au menu d'ce soir : des piafs, des piafs et encore des piafs !

Profitant que tu sois en train de parler, l'un des oiseaux plongea en piqué sur toi, te frôlant légèrement. Il ne comptait pas te rentrer directement dans le lard, mais plutôt te déséquilibrer : c'est que ces créatures étaient malignes. Son congénère décida de faire la même manœuvre, tandis que tu tentais de les attraper de tes grosses pognes maladroites, en vain. On aurait dit une sorte de grand singe qui tentait vainement d'attraper des mouches (ou des hélicoptères) à mains nues.

Bon okay, c'était bien plus gros que des mouches. Agacé, tu t'y pris différemment, tentant de leur envoyer des coups de poing. Tu réussis à en toucher un à l'aile, qui vola douloureusement jusqu'à une pièce de puzzle, plus loin, avant de vous regarder d'un drôle d'air. Il n'y avait plus que deux oiseaux en lice.

La morveuse gênait tes mouvements, ta jambe blessée aussi. Tu sentais que t'allais finir par tomber de ton perchoir, à ce rythme-là.


Mais « quand ? »

- Dis, t'as pas un pouvoir ou un truc du genre ? Qu'on dise pas après qu'les gonzesses servent en bagarre, hahahaha !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Capharnaüm et momentum (Pv Darm et Mara) Sam 28 Mar 2015 - 11:23
Des ... des oiseaux ?!
Les bruits que j'entendais provenaient bien de Darm et Mara, arrivés jusqu'ici sur des pièces volatiles. J'étais rassuré qu'ils soient parvenu à suivre. Mais, ne parlant de volatile ... Un grand rapace accompagné de deux plus petits les assaillaient, manifestement en colère. Comment s'étaient-ils débrouillés pour en venir à cela, à batailler en équilibre précaire contre la faune locale ? Jetant un coup d’œil vers le "guide", je constate qu'il est toujours au même endroit. Ah, je ne vais quand même pas hésiter !

"Tant pis, je pourrais toujours te retrouver."

Je fonce, déterminé à les aider rapidement. Les deux n'ont pas l'air de s'en sortir ... Darm est blessé à la jambe, et si ça n'a pas l'air de le gêner plus que cela, pour ce qui est de la douleur, il est manifestement et indubitablement handicapé dans ses mouvements. Mara, quant à elle, semble plus effrayée que prêté à agir. Aucun des duex ne pouvait voler, j'en était sur à présent. La chute leur serait-elle fatale ? Et pourrais les rattraper, d'ailleurs ? Porter une seule personne était déjà éprouvant, j'en avais encore le souvenir. Mara, à la limite, je pourrais la porter jusqu'au sol, au vu de sa silhouette menue. Mais le colosse ... A moi de faire en sorte qu'ils ne tombent pas, alors.

Alors que les trois rapaces prenaient de l'altitude pour un nouveau piqué, je surgis à coté de l'un des moins grand. Je le chassais du bras, et son cri strident répondis à mon grondement. Il esquiva ma main, se déportant en plongeant. Il se déporta, prenant de la distance, puis m'attaqua par le coté, serres et bec en avant. Je virevoltait, et mon tibia froissa les plumes de son aile gauche, le repoussant. Il eu le temps de m’érafler la jambe au passage, mais je ne m'en préoccupait pas. Il tomba à coté de son frère, je suppose, sur une des pièces, qui se détacha soudain du reste, comme si sa population lui donnait de nouvelles idées de voyages. Deux de moins, alors.

Les deux jeunes se trouvaient bien plus bas, faisant des cercles sur leur pièce. Restait le plus gros. Où était-il ? Deux stries me répondirent, au dessus de moi. Je n'eus que le temps de mettre mes bras devant mon torse avant l'impact avec le rapace. La force de son piqué me fis partir en arrière, mais j'avais eu le temps de me protéger. Il battit en retraite, reprenant rapidement de la hauteur en l'éloignant. Je me rétablis, stoppant ma chute en me stabilisant à hauteur du banc de pièces, à coté de Mara et Darm.

J'étais un peu essoufflé avec cet échange aérien, qui était pour moi une nouveauté. Mais j'avais l'impression que ma venue avait découragé, momentanément du moins, l'assaut des trois oiseaux vindicatifs. Me tournant vers Mara, je pris la parole.

"Désolé, j'ai essayé de faire mon possible. Le guide est juste là, en contrebas. Je ne sais pas ce qu'il trafique, à dire vrai."

Je remarquais alors que les puzzles, après leur course si opportune, semblaient décidé à retrouver de plus basses couches. Ils commençaient à descendre, lentement mais surement, alors que sous les pieds de mes compagnons d'infortune ils se réagençaient, formant de leurs individualités une grand pièce, toute destinée à un trou que j'aperçus en me penchant prestement. Les choses n'allaient pas s'arrêter, n'est-ce pas ?

"Oh, apparemment vous allez vous poser. Je vous laisse et vais rejoindre le "guide" ? Où allez-vous encore attirer je ne sais quel gêneur ?"

Prononcé sur le ton de la plaisanterie, mais cela fut de courte durée. Le rapace revenait, tournoyant autour de nous, en des ellipses de plus en plus resserrée. Je me retournais, prêt à l'accueillir.

"Mara, ne peux-tu rien faire ? Ton pouvoir m'est inconnu, mais peut-être qu'il pourrait nous être utile dans l'instant."
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 697
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 13

Arpenteur des rêves
Mara Leros
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 450
Renommée: 1677
Honneur: 429
MessageSujet: Re: Capharnaüm et momentum (Pv Darm et Mara) Sam 28 Mar 2015 - 14:54

Bon, au moins, l'autre Voyageur était revenu et avait proprement éjecté les deux petits, ça c'était cool. Par contre, l'énorme rapace était toujours là, et ça, c'était moins cool. Et du coup, l'enfant se sentait vachement inutile, vu que le gros était clairement trop fort pour son pouvoir. Mais par contre, il lui semblait bien avoir compris ce que disaient les deux petits. Peut-être qu'il y avait moyen de faire un truc...

Elle se rendit compte en même temps que les autres que la pièce descendait, et même si le principal volatile semblait d'abord s'éloigner, elle n'était pas sûre que ça se termine aussi facilement... Surtout car il restait à tourner à côté, comme s'il attendait que les deux autres oiseaux reviennent le soutenir. Mais bon, entre les coups des deux hommes, il semblait vachement amoché. Et là, Jean-Baptiste lui sortit LA phrase:

"Mara, ne peux-tu rien faire ? Ton pouvoir m'est inconnu, mais peut-être qu'il pourrait nous être utile dans l'instant."

Nan, mais n'espérez rien, elle sait à peu près aussi bien se battre qu'elle en a l'air. À savoir qu'elle ne sait pas. Mara hésita à prendre un visage exaspéré, mais elle n'était pas sûr que ce soit vraiment le moment. Et puis quand même, on avait l'air d'espérer quelque chose de sa part, ça voulait aussi dire qu'on la considérait comme potentiellement utile. Ce qui était, en soit, plutôt pas mal comme début. Elle n'allait pas promettre de l'épique, mais elle devrait être capable de s'en sortir. "Devrait".

Elle attendit un peu, alors que la pièce se rapprochait des deux autres petits, sous la menace du gros. Ça ne rata pas. Rapidement, les trois volatiles piquèrent d'un coup vers eux, et ils esquivèrent plus ou moins facilement l'attaque. Mais alors que l'un des petits frôla sa tête, emportant quelques cheveux dans ses serres, Mara s'exclama:

"Attendez!"

Tout les monde se figea pour plusieurs raisons. D'un côté, les deux petits la regardaient, entre la surprise de comprendre ce qu'elle disait et la méfiance, et de l'autre, le géant les regarda s'arrêter, sans doute sans en comprendre la cause. Les deux compagnons de la fille se figèrent aussi, sans doute au aguets, attendant de voir ce qu'il allait se passer. À moins qu'ils ne comprennent juste pas ce qu'elle voulait faire. Le plus gros des deux rapaces émit un sifflement agressif:

*Que veux-tu, humaine!*

Bon, et du coup, elle faisait quoi là? Il allait falloir être convaincante. Elle jeta un coup d’œil aux autres, et eut une idée parfaitement évidente qui lui vint. Se retournant vers leurs agresseurs, essayant d'avoir un visage sérieux malgré sa peur, elle balbutia:

"Laissez-nous tranquille! V-vous avez aucune chance contre nous!"

La scène était assez surréaliste. Imaginez une pièce de puzzle pas très large, supportant une gamine et un colosse assez à l'étroit, et un type à côté en train de voleter. Les trois, cernés par trois rapaces dont un particulièrement gros, au moins trois ou quatre mètres d'envergure. Et maintenant, imaginez que la gamine balance aux trois oiseaux, qui sont dans leur milieu naturel, qu'ils n'avaient aucune chance de les battre eux, dont l'inconfort était assez visible. Voila, vous devriez saisir l'ironie de la situation, surtout quand l'un des piafs répondit:

*Mais bien sûr.*

Et que la gosse, pleine d'espoir, demanda:

"C'est vrai? Du coup on peut partir?"

Un grand cri de guerre lancé à l'unisson par le trio sembla mettre fin à la conversation. Mais la petite Voyageuse essaya de rattraper la discussion en se levant sur la pièce, et en insistant:

"Nan, mais sérieusement! La pièce va bientôt rejoindre l'ensemble, là-bas! Et nous, on aura un grand espace pour se battre, vous allez pas tenir longtemps!"

*On aura qu'à vous tuer avant!*

Un nouveau coup d’œil aux deux autres permit à la fillette d'afficher une expression plus confiante pour achever:

"Je crois pas non."

Et cette phrase se conclut avec le bruit de la petite pièce s'intégrant à la grande. Peut-être était-ce en voyant les proies reprendre confiance, mais l'aigle géant lâcha un long cri aigu vers les deux autres, qui semblèrent soudain frustrés, et les trois partirent plus loin. Sans doute à la recherche d'une autre proie. La petite s'autorisa à souffler un peu, les mains ses les genoux, se prenant le retour d'adrénaline dans les jambes. Elle eut à peine le temps de reprendre sa respiration qu'un énorme bruit d'explosion retentit derrière elle. La Voyageuse laissa un petit cri de surprise avant de se retourner vers un cratère d'où jaillissait une monstrueuse gerbe de flamme, assez ressemblante à celle du coffre. Et quand elle se dissipa, l'enfant crut distinguer un trou au milieu du cratère, tandis que l'immense pièce se rapprochait lentement mais surement du sol, pour s'encastrer avec les autres. Mara demanda finalement aux deux autres, hésitante:

"Euh... Et maintenant, quoi?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 159
Date d'inscription : 30/01/2015
Age du personnage : 21

Citoyen modèle
Darm
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 145
Renommée: 370
Honneur: -58
MessageSujet: Re: Capharnaüm et momentum (Pv Darm et Mara) Dim 29 Mar 2015 - 0:21

Ce n'était plus qu'une question de temps avant que les piafs restants n'aient votre peau, en vous faisant dégringoler de votre perchoir. Mara ne répondait pas à ta demande, et ne semblait pas capable de faire quoi que ce soit d'efficace contre eux. Tu levas les bras d'un air menaçant, attendant le prochain assaut qui serait probablement le dernier... Quand, soudain :

[Insérez un son de trompettes de cavalerie ici]

Le Porteur de Curiosité arrivé, drapé de sa splendeur. Armé seulement de ses poings et de son courage, il se lança à l'assaut des oiseaux qui avaient, pour eux, leur bec et leurs serres. La lutte promettait d'être acharnée et, impuissant car cloué au sol, tu n'en perdis pas une miette (même si une vision de toi sur le dos de JB te traversa l'esprit : avec une telle monture, vaincre ces volatiles te serait facile !).

Le combat fut court et passionné, le Porteur parvenant à se débarrasser d'un des oiseaux les plus petits (qui alla rejoindre celui mis hors d'état de combat par toi). Son style de combat était simple mais efficace, rien à voir avec toi. Sa collision avec le plus grand des rapaces, par contre, se conclua par un statu quo et il revint vers vous, profitant que son adversaire prenne de la hauteur, afin de vous confier qu'il avait fait tout son possible et que le guide était juste en contre bas, et faisait il ne savait pas quoi.

Puis, il continua à vous parler, demandant si vous avez encore besoin de son aide ou s'il devait vous accompagner pour vous protéger. Tu décidas de le remercier de son aide appréciable.


- J'ai l'air d'avoir besoin d'aide, du con ? Retourne t'occuper du piaf ou laisse-moi m'le faire ! Quant à la morveuse, elle sait rien fa... commenças-tu, avant d'être coupé par la gamine.

Cette dernière venait de vous demander d'attendre. Interloqué par cette soudaine prise de parole par un créature aussi frêle, tu obtempéras sans t'en rendre compte, toi qui étais pourtant si enclin à rejeter (violemment) toute forme d'autorité.

La gamine se mit ensuite à parler avec les rapaces, qui semblaient lui répondre. Bien entendu, tu ne pouvais comprendre ce qui se disait, mais ça avait l'air fichtrement intéressant. À un moment donné, tu te mis à prendre une pause très guerrière car les cris stridents poussés par les oiseaux avaient un peu trop ressemblé, à ton goût, à une espèce de cri de guerre.

Puis, vous touchèrent le fond (enfin, façon de parler) et les oiseaux s'en allèrent.


- Pas mal ! En fait, tu parles le langage des piafs, quoi ? Un pouvoir de gonzesse, mais j'm'attendais à pire !

Elle devait être aux anges de connaître ta pensée profonde concernant son pouvoir. En tout cas, vous touchèrent de nouveau le fond en atterrissant cette fois sur le véritable sol, et non pas à un amas de puzzles volants plus important. Là, la jeune fille posa une question, LA question. Elle demanda ce qu'on faisait maintenant.

Comme elle, t'avais vu l'explosion, la gerbe de flammes, le cratère. Et t'étais bien décidé à pas perdre tes couilles, surtout aussi près du but.


- Maintenant ? On saute dans c'trou et on va botter l'cul de cet enfoiré d'guide !

Et, t'approchant du cratère en boitillant, tu te jetas à l'intérieur.

Était-ce une bonne idée ? Certainement pas. Mais t'allais pas attendre sur la terre ferme, avec les deux autres, comme une fiotte indécise. Il fallait agir, que diable ! Et pas se contenter de réfléchir !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Capharnaüm et momentum (Pv Darm et Mara) Dim 29 Mar 2015 - 17:54
Darm me donna une réponse, sans surprise brusque et assez vindicative. Dans sa bouche, cela devait sonner comme un compliment, au vu de la tête qu'il affichait en parlant. Enfin, difficile de pouvoir lire l'expression qu'il avait ... Ses traits étaient trop marqués, ses yeux sans pupilles et relevés de noir trop différent de ce dont j'avais coutume pour pouvoir lire sereinement ce qu'il nous communiquait par le corps. Enfin, au moins il ne restait qu'un oiseau, pour le moment. Mais ...

"Attendez !"

Mara me surprit en prenant soudain la parole. Je ne m'attendais pas du tout à cela. Au vu de la timidité dont la jeune fille avait fait preuve jusqu'à présent, je ne pensait pas qu'elle puisse s'exprimer avec autant de détermination. Je compris avec étonnement qu'elle s'adressait bien aux rapaces, et que, plus surprenant, ils semblaient l'écouter. La comprendre, même, puisque qu'un échange de parole manifeste débutait. Les cris de l'imposant oiseau étaient cependant incompréhensible à mes oreilles.

Je tournais mon regard vers elle. Pour le moment, les trois rapaces ne semblaient pas plus convaincus que cela par ses paroles. Mais ses arguments désespérés avaient le mérite de nous faire gagner un temps précieux. Alors qu'elle captait l'attention des vindicatifs aigles, nous nous approchions de plus en plus du sol. Peu à peu, même si elle perdait dans sa tentative d'intimider les oiseaux, ils perdaient l'avantage de l'altitude. Une fois posé, Mara et Darm n'auraient plus aucun mal à se défendre, sans risque d'une chute aussi douloureuse que probablement définitive.

Malin, très malin. Mara me surprenait agréablement. Si son pouvoir était de communiquer avec les êtres des rêves et créatures, elle avait le mérite de l'utiliser avec brio et intelligence. Que le hasard ou la chance joue dans le processus n'avait que peu d'importance. J'estimais la jeune Voyageuse. Pour son age, en premier lieu, les Voyageurs aussi jeunes étaient rare, pour son apparente gentillesse, et pour la manière dont elle venait de répondre à mes attentes.

"Je crois pas non."

Ses paroles, simultanées avec le bruit léger de la pièce s’emboîtant dans le sol, acheva son échange avec les trois rapaces. Un long cri strident, et le plus grand partit, les deux autres à sa suite. Me tournant pour avoir les deux en face de moi, je me permis de souffler, exprimant pour eux mon soulagement.

"Merci et bravo à toi, Mara. Quant à ce que nous allons faire, pour quoi ne pas""Maintenant ? On saute dans c'trou et on va botter l'cul de cet enfoiré d'guide !"

Me coupant la parole, Darm avait éructé sa phrase, avant de s'élancer en clopinant sauvagement, droit vers la pente toute proche. Je soupirais à nouveau, avant de sourire.

"Pourquoi ne pas revenir à notre poursuite du guide, en effet ? Je sens que Darm va faire une bêtise, allons-y."

Je me tournais à moitié, invitant Mara à me suivre. Elle était de nouveau hésitante, timide, jeune fille un peu renfermée. De quoi avait-elle peur ? Étais-je si intimidant ? Certes, mon aspect pouvait paraître peu commun, mais ... Pas plus que Darm, certainement moins même.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 697
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 13

Arpenteur des rêves
Mara Leros
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 450
Renommée: 1677
Honneur: 429
MessageSujet: Re: Capharnaüm et momentum (Pv Darm et Mara) Dim 29 Mar 2015 - 18:43
Et évidemment, une fois sortie de l'action, se faire féliciter par quelqu'un faisait monter le rouge aux joues de Mara. C'était toujours quand elle se trouvait être plus ou moins au centre de l'attention qu'elle se rendait compte qu'elle n'aimait pas du tout ça. Au moins, quand on l'ignorait à cause de son âge, elle n'était pas trop mise en avant, ça allait encore. Mais la frustration était alors telle qu'elle tenait alors absolument à ce que l'on fasse attention à elle. C'était quand même un cercle vicieux assez désagréable.

Toujours était-il qu'alors que le barbare avait piqué un sprint, avant de disparaître dans le cratère, les deux Voyageurs le suivirent d'une allure plus prudente. Peut-être était-ce à cause du combat ou juste du temps qui passait, mais l'enfant se surpris à se rendre compte qu'elle s'habituait peu à peu à la présence des deux inconnus, elle était plus à l'aise. Elle grimaça en se rappelant intérieurement que ses parents insistaient pour qu'elle arrête de faire confiance à tout le monde, mais bon. Dreamland, ce n'était pas comme la vie réelle, elle ne risquait rien.

Le duo dévala le cratère à la suite de l'autre et atteignirent le trou quelque instant après que le Darm ait sauté dedans. La fillette se pencha un peu pour observer l'ouverture au milieu du cercle carbonisé. Elle s'attendait un peu à une crevasse dont on ne verrait pas le fond, mais il ne s'agissait que d'un creux de deux-trois mètres de profondeur qui donnait sur une autre ouverture. La petite sauta dedans et atterrit plus ou moins agilement au fond, pliant les articulations pour se réceptionner correctement, contrairement à Jean-Baptiste qui se contenta de planer tranquillement jusqu'en bas.

Ils pénétrèrent le boyau après un temps de réflexion, l'adulte décidant de passer devant l'enfant, et marchèrent un peu dans la pénombre en appuyant la main sur le mur. La Voyageuse se demandait comment le bodybuildeur gris faisait pour aller dans des lieux aussi mystérieux et potentiellement dangereux que celui-ci, sans ressentir le besoin de se préparer un peu avant, au moins psychologiquement. C'était assez bizarre à ses yeux.

Ses petites pensées cessèrent vite quand la température se mit à hausser significativement. La belette qui était jusque-là roulée en boule contre son cou changea de position, et se mit à escalader ses cheveux pour s'y allonger, le museau relevé et se plaignant de la température avec de nombreux couinements. Mara étaient pour une fois contente d'avoir une tenue aussi ample et légère, mais cela ne la dispensait pas de s'énerver un peu. C'était agaçant, elle se croyait de retour au Royaume des Tropiques, elle détestait ce genre de température.

Après une petite marche dans l'atmosphère de plus en plus étouffante, une ouverture s'offrit à eux, révélant une atmosphère opaque, avec une nouvelle vague de chaleur. Avec un silhouette immobile au milieu. Reconnaissant le bourrin, la fillette se surpris à se demander ce qui avait pu arrêter la tornade d'énergie stupide qu'il était. Après être sortie du boyau derrière le Voyageur, Mara eut la réponse à sa question: un lac. Enfin, un "lac". Une très grosse mare plutôt. Une mare d'eau bouillante suffisamment longue pour ne pas être traversée en dix enjambées, et sans doute assez profonde vu la quantité d'eau restante malgré la vapeur omniprésente. C'était presque difficilement qu'elle arrivait à distinguer une silhouette d'île dans la nappe brumeuse. Le brouillard était rendu encore plus opaque par la lumière diffuse qu'émettaient certaines pièces incrustées dans la paroi-puzzle. L'ambiance fantomatique qui régnait excitait la gamine. Elle ne savait juste pas si le Darm s'était arrêté à cause de la température de l'eau, ou juste car il ne savait pas nager.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 159
Date d'inscription : 30/01/2015
Age du personnage : 21

Citoyen modèle
Darm
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 145
Renommée: 370
Honneur: -58
MessageSujet: Re: Capharnaüm et momentum (Pv Darm et Mara) Dim 29 Mar 2015 - 21:37

C'était super étrange. Effrayant, même...

Après avoir plongé dans la crevasse et t'être réceptionné tant bien que mal sur la terre ferme et humide, tu avais remarqué qu'il n'y avait qu'un lieu vers lequel aller : un boyau sombre et humide. Cependant, contrairement à la plupart de ces humains chétifs et pleurnichards, tu n'étais pas effrayé par ce genre d'endroits aussi t'y engageas-tu en quatrième vitesse, l'esprit serein. Ou, du moins, ne pensant qu'à une seule chose : retrouver le fils de pute qui avait essayé de te cramer la face, et lui faire avaler ses tripes.

Obligé de te plier légèrement pour t'aventurer dans le chemin trop étroit et plein d'humidité, tu y marchas aussi vite que ta jambe blessée et l'exiguïté du passage le permettaient. Tu arrivas donc rapidement devant une espèce de lac, et commenças à marcher dans l'eau afin d'atteindre l'île que tu devinais au travers de l'épaisse brume. Étonnamment, l'eau t'arrivait au maximum au cou, et t'avais pus continuer à marcher sur quelques mètres.

Puis plus rien. Le néant total. T'étais de nouveau devant le lac, immobile, comme si rien de tout cela ne s'était passé. Comme si, en arrivant jusqu'ici, tu t'étais contenté de t'arrêter comme un abruti, comme une espèce de fiotte, pour scruter la surface de l'espèce de lac souterrain dissimulée partiellement par la brume plutôt épaisse, sans oser t'y aventurer. C'était troublant, vraiment troublant, et tu aurais douté de ta santé mentale s'il n'y avait eu ce léger détail :


Tu étais trempé jusqu'aux os. Et ça n'avait rien à voir avec l'humidité relative de l'air.


Il y avait une sorte de magie à l’œuvre, ici. Une magie ancienne, mystérieuse et puissante. Et tu connaissais aucun foutu magicien qui aurait pu élucider ce foutu mystère.

Des bruits de pas se firent entendre derrière toi, et tu n'eus même pas besoin de te retourner afin de savoir de qui il s'agissait : la môme et le mec volant.  C'est donc sans te retourner que tu t'adressas à eux.


- Vous approchez pas d'l'eau, y'a un truc qui cloche... J'suis rentré dans c'foutu lac, mais j'm'en rappelle pas... Trop zarb comme truc !

Hélas, tu ne pouvais pas développer plus afin de leur faire comprendre la gravité de tes paroles. En tentant de creuser ta tête à la recherche des souvenirs perdus, tu te mis à te gratter la tête, d'un air songeur. Voilà un comportement qui ne t'allait pas, tout comme le calme avec lequel tu avais prononcé les paroles : t'étais profondément choqué par la perte de tes souvenirs. C'était très perturbant : t'avais la sensation d'avoir perdu quelque chose d'essentiel, comme un bras ou une jambe. On n'avait même pas pris la peine de remplacer tes souvenirs : il t'en manquait un pan entier, comme si tu t'étais soudainement évanoui, et réveillé debout, faisant face au lac.

Un rire sinistre s'éleva soudain, tandis que des lueurs rougeâtres apparurent sur l'île qu'on devinait dans le lointain. Une voix se fit entendre, semblant provenir de sous leurs pieds.


- Vous qui cherchez le trésor de Liu Hui, je vous souhaite la bienvenue en ces lieux. Mais avant que vous ne vous aventuriez dans ce lac, je me dois de vous mettre en garde : des flammes égales à celles qui animent leur cœur attendent les aventuriers avides de richesse. Quant à ceux qui cherchent à se venger, ils recevront en guise de réconfort l'aseptique morsure de l'oubli. Enfin, dans le cas de ceux qui viennent assouvir leur curiosité malsaine, ils ne recevront que du vent pour combler leur cruel besoin d'informations : leur tête gonflera alors, jusqu'à l'implosion.

La voix sembla s'éloigner, se déplaçant peu à peu vers l'île.

- Maintenant que vous êtes prévenus, le Gardien ne retiendra plus sa soif de destruction et n'essaiera plus de vous faire peur. Si votre esprit ne désire que la connaissance et n'est dominé que par la logique, aventurez-vous dans l'eau sans crainte. Sinon, il vous faudra attendre que le Passeur -que vous connaissez sous le nom de Guide- vienne vous chercher : mais il vous faudra alors vous acquitter du prix de passage.

Le rire sinistre retentit de nouveau, se faisant toutefois très faible, comme venant de l'île elle-même. Une brise glaciale passa entre les trois êtres, leur frigorifiant la chair jusqu'aux os.

- Mais le Puzzle de Gougu vaut-il tant de risques ? Il est encore temps de rebrousser chemin. Quand vous me verrez, il sera trop tard ! Hahahahahahaha !

Puis, le silence se fit. Tu t'étais tu durant tout le monologue de l'être invisible et tu ne frissonnais pas seulement qu'à cause du froid. Autant pouvais-tu affronter le plus effroyable monstre sans avoir la moindre peur, autant un adversaire invisible et intangible te foutait la frousse. Et puis, c'était quoi cette histoire de pull de Gougu ? C'était un super pull qui tenait bien chaud, en toutes saisons ? Un pull trop classe, avec des gonzesses habillées en biker en train de se toucher sur une sublime Harley Davidson ? Si c'était le cas, alors la voix de vieillard avait raison : ce pull valait tant de risques et t'attendrais quand même ce fichu Passeur.

Mais qu'en pensaient tes camarades ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Capharnaüm et momentum (Pv Darm et Mara)
Revenir en haut Aller en bas

Capharnaüm et momentum (Pv Darm et Mara)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Village Puzzle-