Haut
Bas

Partagez|

Une bourde comme une autre (PV Nedru Etol)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 696
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 13

Arpenteur des rêves
Mara Leros
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 450
Renommée: 1677
Honneur: 429
MessageSujet: Une bourde comme une autre (PV Nedru Etol) Sam 10 Jan 2015 - 19:34
Il faisait chaud. Très chaud. Trop chaud en fait. Mara était adossée à l'ombre d'un cocotier qui lui chauffait le dos, alors que sa tunique bleue était collée à son ventre à cause de la transpiration. Elle avait dénoué le foulard accroché à son avant-bras droit et l'avait noué plus ou moins efficacement dans ses cheveux, dans l'espoir qu'un peu d'air rafraîchisse sa nuque brûlante. Elle se servait de ses chaussures comme repose-pieds, pour ne pas toucher le sable à 30°C sans transformer ses pieds en sauna. Honnêtement, qui peut trouver une telle chaleur agréable? L'enfant tourna la tête vers un autre cocotier à sa droite, se demandant si ça valait la peine de se réchauffer en se levant et en se déplaçant, simplement pour s'adosser à un tronc légèrement moins chaud. Elle reporta son regard sur la plage de sable fin illuminé par le soleil, qui lui brûlait les yeux de sa blancheur, tandis qu'une eau aussi transparente que du cristal et aussi chaude qu'un bain-marie faisait des allez-retour le long de la plage sans fin. Argh.

Prenant son courage à deux mains, elle se leva de l'endroit ou elle s'était "réveillée"... On dit bien ça, quand on commence un rêve comme voyageur? ...

Meeeh, trop chaud pour réfléchir. Et dire que ses parents n'avaient fait qu'évoquer une destination potentielle pour les prochaines vacances... Bah elle leur conseillera l'Alaska à son réveil tiens. Et en plus, il y a des Husky en Alaska. C'est bien les Husky. Fait chaud. La neige, c'est mieux que le sable sec et brûlant. Ça tient quand tu construis des trucs avec. Et puis au moins, si tu as froid, tu peux te couvrir. Alors que quand tu as chaud, baaah... Elle doutait que se mettre nue ne résolve le problème.

Elle jeta un œil autour d'elle et aperçu quelques arbres qu'elle ne reconnaissait pas derrière une colline rocheuse. À 100 mètres de là. Sous un soleil de plomb. Elle lâcha un petit gémissement avant de relever sa cape sur sa tête, comme une sorte de parasol de fortune qui la maintenait à l'ombre. Un peu. C'était un tissu fin, hein...

Après une minute de marche harassante et énervante à se traîner dans le sable chaud, l'enfant atteignit finalement la dizaine d'arbres qui créaient un petit coin d'ombre. Son bonheur monta encore d'un cran quand elle entendis couler un petit ruisseau, partant d'une faille entre deux roches et s'écoulant sur quelques mètres jusqu'à disparaître. Elle se rua dessus et se mit à boire à la source même, à s'arroser le visage et les bras, puis resta délicieusement immobile, tandis que le moindre petit zéphyr la rafraîchissait agréablement. Elle poussa un soupir bienheureux et s'affala sur ses genoux, souriant béatement aux bienveillantes feuilles qui masquaient le soleil.

Son regard fut attiré par un mouvement entre les rochers. Sa curiosité ayant été rassérénée en même temps que son hydratation, elle se pencha vers la masse solide et chercha des yeux ce qui avait pu attirer son attention. Son regard se fixa alors sur une longue queue de lézard, de 30 cm peut-être. Fascinée, elle chuchota, pas tout-à-fait sure d'elle:

"Euh... Bonjour?"

La queue frémit et le reste du lézard sortit du trou où il s'était réfugié. Il semblait... relativement perplexe. Il avait une couleur rouge-marron-ocre assez jolie, et qui formait de curieux motifs.

*Qu'est-ce que tu es?*

"Ne t'inquiète pas, je suis juste une voyageuse! Mais tu peux me dire où je suis, là? Je suis un peu perdue..."

Enfin, "perdue", elle n'essayait pas non plus d'aller quelque part, pensait-elle tandis que le reptile gravissait son bras, conquit par la confiance.

*On est au Royaume des Tropiques ici.*

"Aaaah, je... vois?"

*Dis, toi qui es grande, tu peux me filer un coup de main?*

"Euh... oui, bien sûr!"

*Je cherche un fruit coincé entre deux rochers. Mais je suis trop gros pour l'atteindre.*

Mana observa qu'en effet, le lézard à présent sur son épaule faisait facilement la taille de son bras. Il ne pouvait pas se faufiler par le petit trou, malgré sa souplesse.

*J'aurais juste besoin que tu déplace ce cailloux, là, à côté de la source du ruisseau.*

"Je peux essayer..."

Plaçant ses petits doigts sur les côtés d'une roche qui ne semblait pas soudée aux autres, elle s'y agrippa du mieux qu'elle pouvait et se mit à tirer de toutes ses forces, au risque de s'écorcher les mains, le visage rougit par l'effort. Voyant que ses efforts ne menaient à rien, elle regarda autour d'elle et avisa une petite branche par terre, qui avait l'air assez solide. Elle la prit et l'enfonça dans le trou de la source, stoppant l'arrivée de l'eau, et se mit à forcer dessus comme un levier. Son stratagème sembla marcher, car un léger bruit de craquement se fit entendre. Encouragée, elle appuya dessus de tout son poids, et entendit le bruit de craquement s'intensifier. Puis un bruit de craquement de bois.

Retirant la moitié du bâton qui avait cédé, Mara avisa l'autre moitié, encore coincée à l'intérieur, et tenta d'écarter les petites roches autour de la source, pour pouvoir y glisser un doigt et récupérer le fragment de bois. Provoquant un troisième craquement rocheux encore plus fort. Elle se stoppa net, sentant, du fond de son instinct de gamine de 10 ans qu'elle venait de faire une bourde.

À 10 ans, on a pas trop les notions de débit d'eau ou de pression. Mais ce que venait de faire la petite serait un parfait exemple pour l'illustrer. Elle vit, au son d'un quatrième craquement, une longue fissure se former le long de la masse rocheuse. Elle qui voulait juste retirer un petit caillou, elle se tenait face à une faille deux fois plus grande qu'elle. Qui vola en éclat sous la puissance de l'eau accumulée dans un trou interne, qui se serait normalement évacuée par le ruisseau. Bouché par le bâtonnet. Donc à travers un flanc étrangement fin de la colline rocheuse, affaiblit par de nombreuses fissures. La gamine eut juste le temps de se cacher derrière un arbre, le reptile terrifiée sur l'épaule, alors qu'une avalanche d'eau défonça la roche et retomba d'un coup dans un bruit mouillé entre les arbres, rompant quelques branches au passage.

Mara se retourna doucement, les pieds trempant dans l'eau qui se faisait doucement absorber par le sol sec, et regarda la roche déchiquetée laissant voir une petite source souterraine qui jaillissait en glougloutant, priant pour que ça n'ait pas de conséquences.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Renard Gris
Messages : 605
Date d'inscription : 25/05/2012
Age du personnage : 27

Arpenteur des rêves
Nedru Etol
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 538
Renommée: 1794
Honneur: 74
MessageSujet: Re: Une bourde comme une autre (PV Nedru Etol) Dim 11 Jan 2015 - 21:48
Il aurait sans doute détesté l'admettre, mais le jeune anglais appréciait particulièrement ce Royaume. Le seul ennui notable qu'il lui soit jamais arrivé sur ces plages de sable doux était la rencontre avec une killeuse mais l'affrontement s'était terminé par un bain de minuit plutôt amusant.

Allongé sur un transat à l'ombre d'un parasol, vêtu d'un pantalon large de lin blanc cassé et d'une sorte de tunique grise des plus légères, Nedru appréciait la brise chaude qui lui caressait les cheveux en repensant au passé avec nostalgie. Ce lieu de villégiature était parfait pour le sortir de ses petits tracas du monde réel et il n'avait pas hâte de se replonger dans les rues humides et glaciales de Londres en quête de l'autoproclamé « Bad ».

Même son pouvoir semblait disposer à lui accorder une trêve. Après avoir analysé la composition de l'air, la température et le taux d'humidité, il s'était finalement laissé bercer par le murmure du ressac et était passé dans une sorte de veille délicieuse.

Des créatures locales au teint hâlé, tatouages répugnants et pectoraux galbés avaient certes décidé que les trente mètres autour du brun étaient les plus propices à l'édification de structures de sable géantes, mais ils s'affairaient dans un silence méthodique et avaient même proposé à Nedru une de leur boissons fruitées, presque pour se faire pardonner. Pour suspect qu'était ce comportement, le jeune homme ne se sentait pas menacé.

Jusqu'à ce qu'un murmure se fasse entendre. Un bourdonnement ?

Malgré son état de somnolence apparent, l'analyste fut le premier à réagir. Brutalement, son pouvoir émergea des lymbes de son esprit pour décortiquer l'information transmise par ses tympans. Du bruit derrière, des craquement, de multiples bruits de.... ... De l'eau ?

Nedru jaillit hors du transat pour voir la catastrophe se verser sur eux. Qui perdait d'intensité en progressant...
En fait de catastrophe, quasiment tout le déluge s'était dispersé dans sa chute et à peine quelques litres vinrent finalement s'écraser mollement sur le sable brûlant autour et sur le petit groupe.


Qu'est ce que c'est que ça ?

S'écria l'un des sculpteurs avec dans l'intonation un petit quelque chose qui sonnait faux. La phrase seule était insuffisante pour se permettre d'affirmer quoique ce soit, aussi Nedru se tourna-t-il une fois de plus pour plaquer ses yeux fins sur la créature.

Il mentait.

Nedru se détourna pour renifler les gouttes qui s'étaient écrasées sur son bras avant de les lécher délicatement, laissant à son pouvoir le soin de l'informer sur la nature du liquide. Après un court instant et pour répondre à la fausse question, le jeune homme prononça ;


C'est de l'eau. La plus pure qui soit...
Putain de merde !

Soudain, les trois artistes éphèbes se dressèrent dans une attitude consternée, le nez en l'air, comme pour tenter de voir la source du phénomène.

Ca ne va pas ?

Lâcha Nedru dans un sourire. Ils étaient là pour le surveiller ? Ou surveiller cette eau pure ? Les deux ? Soudain légèrement plus menaçants, ils l'encerclèrent rapidement pour lâcher ;

Viens avec nous ! On doit voir ce que c'est.

Leurs efforts pour continuer de jouer la comédie étaient louables. Tant que Nedru ne protestait pas, ils ne seraient pas agressifs. Bon, bon, bon... [i] Je vous suis ! [i] s'exclama-t-il d'un air enjoué, comme un enfant qui part à la chasse aux trésors, tout en attrapant son éternel manteau noir à capuche doublée, lequel l'attendait paisiblement sous son transat.

Ils se jetèrent tous les quatre dans une rapide escalade, sur une colline partiellement couverte de végétaux mélangeant savamment le tropical humide et l'aridité méditerranéenne. Le pas sûr, les créatures l'encadraient en montant, presque insensibles aux flaques et branches mouillées et glissantes qui ralentissaient la montée. Nedru félicita mentalement leur condition physique, se déplaçant pour sa part avec une aisance qu'il assumait et affichait par pure moquerie.

La fin de leur escalade dévoila de la roche éclatée, ainsi qu'une source qui gargouillait joyeusement. Le Renard Gris détailla les environs afin de comprendre ce qui avait pu se produire. Un bâton récemment brisé gisait au sol, juste là. Nedru balaya les environs du regard, un sourire narquois posé sur les lèvres tandis que ses chaperons s'écriaient ;


Quelqu'un à brisé la source des Valmas ! Quelqu'un a brisé la source !

Ils ne faisaient même plus semblant d'ignorer ce qu'était cet endroit. Source des Valmas ? Le brun n'avait pas le souvenir d'avoir déjà entendu ça. Avant que la situation ne s'envenime plus, il prononça d'une voix forte en regardant avec insistance un arbre, comme s'il pouvait voir au travers ;

Tu peux sortir de là, je te promet qu'ils ne te feront aucun mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 696
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 13

Arpenteur des rêves
Mara Leros
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 450
Renommée: 1677
Honneur: 429
MessageSujet: Re: Une bourde comme une autre (PV Nedru Etol) Lun 12 Jan 2015 - 21:43
Être naïf n'est pas synonyme de stupidité, loin de là. La naïveté est surtout issue du fait que l'individu, même très intelligent, n'analyse pas chaque situation pour y déceler le mensonge ou le danger. Mais il est vrai que dans certains cas, être naïf, ou plutôt naïve, pouvait faire faire de sacrées grosses conneries.

Alors qu'elle était immobile, abasourdie devant les décombres, Mara avait soudainement entendu des bruits de course et des éclats de voix s'approcher. Réflexe numéro 1 de l'enfant qui fait une bêtise: trouver une cachette. Et vite, de préférence. La fillette avait avisé l'arbre qui l'avait protégée de l'explosion et s'était plaquée derrière, de façon à ce qu'il soit entre elle et les arrivants. Essayant de se faire encore plus petite qu'elle ne l'était, elle avait attendu l'arrivée du groupe en essayant de faire le moins de bruit possible, mais sursautant quand quelqu'un avait soudainement crié:

"Quelqu'un à brisé la source des Valmas ! Quelqu'un a brisé la source !"

Ainsi, tout naturellement mais de manière quand même assez incongrue, une question s'était imposée dans l'esprit de l'enfant: était-il possible de se faire pipi dessus à Dreamland? Elle n'avait pas encore eut l'impression d'avoir de vrais besoins, mais elle avait peur que se soulager dans le monde des rêves n'implique aussi de se soulager dans la réalité, et avait décidé que ça ne serait de toutes manière pas une bonne idée. De toutes façons, la question s'était éludée toute seule, car elle avait été trop tendue par le stress pour pouvoir relâcher sa vessie.

À ce stade, vous devez vous demander pourquoi je vous évoquais la naïveté un peu plus tôt. Et bien c'est très simple. Alors que Mara était morte de trouille à l'idée de se faire gronder, trouvait qu'il faisait vachement froid d'un coup, un homme du groupe lança cette phrase, très simplement:

"Tu peux sortir de là, je te promet qu'ils ne te feront aucun mal."

Alors, elle fit ce que pas grand monde d'autre aurait fait dans cette situation, alors qu'il silence pensant et attentif était tombé. Rouge de timidité, elle sortit la tête de son arbre, et observa les nouveaux arrivant, en sortant peu à peu.

Ils étaient au nombre de quatre: trois individus qui ressemblaient à des stéréotypes d'indiens des îles, au teint mâte, le torse tatoué et vêtus légèrement, et un homme calme portant un manteau noir au dessus de vêtement plus légers. L'homme la regardait si fixement qu'elle détourna les yeux, embarrassée. Elle allait se justifier d'un "Je...", quand elle se rendit compte que trois lances primitives avaient surgi sous son nez. Et les trois manieurs avaient l'air vachement plus agressifs que ce qu'avait promis l'homme en noir. Mara savait qu'elle était naïve, mais c'était précisément dans ces moments-là où ça lui sautait aux yeux, et où elle ne pouvait que se donner une baffe mentale.

*Ah, ce sont des Ovalma*, lâcha le lézard, avant de continuer face à l'air perplexe de la fillette qui n'osait pas dire un mot:*Ils viennent parfois à la source et font des trucs que je comprends pas trop, dépose de la nourriture et disent tout le temps "Ooovalma" avant de repartir. C'est pour ça qu'on les appelle comme ça entre lézards. On sait pas trop ce que ça veut dire.*

"Pourquoi t-as fait ça, démone!", s'exclama soudain l'un deux, approchant dangereusement sa lance du menton de l'enfant.

Oui, du menton, pas du cou. La gamine était trop petite pour que ces adultes puissent viser correctement. Dans un sens, elle trouvait ça un peu humiliant, mais ce sentiment arrivait tellement loin derrière son instinct de survie qu'elle ne l'écouta pas trop et se contenta de débiter à toute vitesse:

"Je-j-j-Je suis désolée, Je-J'ai pas fait exprès, vraiment! Pardon, pardon, je voulais pas! C'est pas ma faute! Je, je, je..."

Elle ne savait pas vraiment quoi dire face aux expressions belliqueuses des trois hommes qui la fixaient, mais en jetant un œil du côté des débris, à la recherche d'une excuse, elle eut soudain une illumination et s'exclama:

"Je ne pouvais pas le faire! C'est pas ma faute! J'ai que 10 ans, je ne pouvais pas casser ça! J'ai juste voulu déplacer un caillou pour aider le lézard! C'est l'eau qui a tout cassé! C'est pas en touchant la pierre que j'ai pu tout casser! J'ai juste mis un bâton dans l'arrivée d'eau pendant cinq secondes!"

Ah, elle venait d'avouer qu'elle avait fait un truc quand même. Baffe mentale. Elle avait les larmes aux yeux, ne sachant pas quoi faire, les bras tendus vers le bas et même la présence du lézard sur son épaule ne la rassurait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Renard Gris
Messages : 605
Date d'inscription : 25/05/2012
Age du personnage : 27

Arpenteur des rêves
Nedru Etol
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 538
Renommée: 1794
Honneur: 74
MessageSujet: Re: Une bourde comme une autre (PV Nedru Etol) Mer 14 Jan 2015 - 1:19
Une enfant...

Souriants, les yeux du Renard se posèrent sur la petite fille et il aurait fallu plonger dans ses prunelles brunes pour y déceler une tendresse similaire à celle d'un chat observant une souris. Il détestait les mioches et pourtant, le fait d'avoir trouvé par hasard un spécimen presque déjà posé dans la paume de sa main procurait en lui une sensation plaisante. Elle ne semblait pas avoir de protecteur dans les parages. Cela faisait de lui... Le mieux indiqué pour le rôle ? Aha ! Et après tout pourquoi pas ?

Il n'avait pas eu besoin d'une seconde entière pour déterminer qu'elle était voyageuse ; ses yeux n'étaient pas assez fuyants et ils regardaient des points fixes, elle avait pu détruire la source, s'était cachée, portait sur le bras une créature onirique et elle attendait sagement d'être grondée... Si petite et déjà si courageuse ! Une bouffée de haine l'envahit, mais le brun la réprima avec délice, heureux d'être maître de ses émotions et des déchaînements d'idées, de mots et de pensées que lui infligeait son pouvoir.

L'analyste laissa les locaux la menacer, trop occupé à secouer le sable logé dans sa capuche pour réagir convenablement -ce qui l'empêcha d'ailleurs de constater que le reptile susurrait dans l'oreille de la gamine. S'autoriser le temps nécessaire à un semblant de tri mental fut une bonne idée ; la petite livra sa version de l'histoire d'une traite, sans réfléchir. Trop élaboré pour un mensonge. Sa voix était si sincère ! C'était tellement amusant que Nedru failli en être ému et il aurait bien laissé perler des larmes de joies si le quota lacrymal n'avait pas déjà été dépassé par cette tendre morveuse.

Sans réellement réussir à chasser son sourire, il se concentra enfin sur l'instant présent et s'avança paisiblement entre l'oreille pointue et sa cible.


Je pensais avoir été clair ; vous ne lui ferez aucun mal.

L'intéressé avait été obligé de soulever un peu sa lance pour lui permettre de passer et se contentait maintenant de le menacer mais le jeune anglais ne pouvait s'empêcher de penser que la posture manquait de conviction. Parce qu'il savait l'effet que font les poseurs devant les esprits impressionnables -et de pathétiques tas de muscles qui pleurent devant un peu d'eau qui sort d'un tas de cailloux sont des esprits impressionnables- il avait gardé les mains dans ses poches, affichant sa confiance.
Ils ne l'attaqueraient pas; en tout cas telle n'était pas l'intention qui se lisait dans leur tension musculaire ou la dilatation de leurs pupilles. Sur un coup de folie, peut être, mais il aurait temps de le voir venir.


Elle doit payer pour ce qu'elle a fait !
- Ce crime est impardonnable !
- Elle a DETRUIT la source !

Comme Riri Fifi et Loulous s'égosillaient, incapable de choisir entre le désespoir et la violence, Nedru préféra ne pas leur laisser l'opportunité de choisir. Il pointa du doigts le départ de la petite rigole d'eau qui s'écoulait paisiblement à leurs pieds ;

Vous voyez, ça coule encore. C'est ce qu'on appelle une source. Cette petite l'a juste... transformée ?

Pas possible de s'en empêcher hein ? Voir leurs trois visage se décomposer à ces mots était une tentation trop forte. Il fit mine de se rattraper en secouant sa main devant lui ;

Par maladresse. Et pour aider un lézard ! Il se tourna carrément vers la voyageuse, tournant le dos aux sculpteurs sur sable pour se mettre à son niveau et lui parler d'une voix qu'il voulait douce; C'est ton lézard petite ?

Il attendit qu'elle manifeste une réponse, volontairement ou pas, avant d'ajouter ; Lézard qui n'est même pas à elle. Probablement pas une invocatrice.

- Et qu'est ce que ça change ? Les Valmas vont pouvoir sortir de leur sommeil millénaire ! Vous ne comprenez pas?

« Cette source les retenait prisonniers! » récita le brun en même temps que l'aborigène des temps modernes. Bon dieu ce que Dreamland était ridicule. Il se tourna à nouveau vers eux en se redressant ;

- Et les Valmas, ce sont ?..  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 696
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 13

Arpenteur des rêves
Mara Leros
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 450
Renommée: 1677
Honneur: 429
MessageSujet: Re: Une bourde comme une autre (PV Nedru Etol) Mer 14 Jan 2015 - 15:46
Bien qu'effrayée, Mara ne pouvait qu'admettre que l'homme qui s'était avancé avait la classe. Et curieusement, au delà de sa capacité à prendre la pose, elle sentait bien, à travers sa confiance, qu'il devait être plutôt fort. Bien plus qu'elle en tous cas. Enfin bon, il lui avait aussi plutôt sauvé la vie, d'une simple phrase, montrant une certaine influence. Pourtant, il ne semblait pas être le leader les trois hommes: pas habillé pareil, les trois types qui le contredisaient, et surtout, le fait qu'il pose une question dont la réponse semblait évidente pour les indigènes.

Quand il s'adressa directement à elle, pour lui demander si le lézard lui appartenait, elle eut un temps de flottement avant de secouer la tête. La sensation qu'elle avait quand il l'observait était des plus perturbantes, elle n'arrivait pas à comprendre pourquoi. Elle n'arrivait juste pas à soutenir son regard. Bon en même temps, elle ne soutenait pas le regard de grand monde, mais là il y avait un truc en plus. Une sensation de malaise.

Elle releva la tête quand il demanda ce qu'étaient les "Valmas". Elle était curieuse de savoir ce que ça pouvait être, et écouta attentivement l'un des hommes s'écrier:

"Ce sont des esprits malins, cruels! Ils détruisent tous sur leur passage, maisons et récoltes. Nous n'avons pu que les enfermer ici, ils étaient trop nombreux pour être vaincus. S'ils se déchaînent à nouveau, le village est perdu...

Il semblait sincèrement désespéré, et Mara eut presque de la compassion, même s'il n'avait pas ramené sa lance. Elle sentit alors son lézard réagir et lui dire:

*Ah oui, les grenouilles.*

"Hein?"

Mara avait lâché ça, surprise par l'incongruité de ce que venait de sortir l'animal, mais essaya de reprendre vite contenance pour ne pas attirer l'attention. Malheureusement, un autre des trois "locaux" interpréta mal sa réaction, croyant qu'elle s'adressait à eux, et se lança dans une longue litanie relatant les aventures épiques qu'avaient suivis les grands guerriers du passé pour vaincre ces immenses démons assoiffés de sang. Mara en profita pour reporter son attention sur le reptile qui lui expliqua tout, bien plus pragmatique:

*En fait, il y a une race de grenouille invasive dans le coin, qui avait tendance à tout manger sur son passage, même le bois, et bien sûr leurs récoltes. Et elles étaient increvables, car elles se reproduisaient à toute vitesse, ces saletés. Au final, les membres de cette tribu ont bloqué avec des rochers leur nid principal, dans cette mare, là. Puis ils ont commencé à venir pour dire leurs truc bizarre. En sois, nous aussi on était content, elles nous piquaient aussi notre nourriture.

"Mais ça remonte à quand cette histoire?, fit Mara, coupant involontairement le discours de l'autre type, qui s'exclama d'un air vexé:

"Plusieurs millénaires, démone!"

*Bof, une longue vie je dirais.*

"Hein? Mais vous vivez super longtemps!"

"Quoi? Non... pas spécialement... C'est  un récit qui se transmet de générations en générations, gamine!

*On vit plus longtemps que la moyenne des lézards, mais pas plus que vous autres humains.*

"Mais ça doit faire quoi... 100 ans?"

Hein? Non! Qu'est-ce que tu dis sale gosse!

*Ouaip, c'est ça.*

"Et donc ça vous embête aussi qu'elles soient sorties? Pourtant j'ai rien vu..."

"Evidemment que ça nous embête! Et qui crois-tu être, pour pouvoir voir des esprits!"

*Ouais, c'est ennuyeux, vu qu'elles venaient jusque dans nos nids parfois. Elles ont dû creuser sous terre pour se déplacer. Le sol à l'intérieur du tas de roches était trop dur pour qu'elles s'échappent par là.*

"Bon, bah on va à la chasse aux grenouilles alors!, s'exclama Mara en reportant son regard au sol à la recherche de trous, plus gênée par les lances des trois hommes qui s'étaient relâchée. Oubliant totalement la présence du type bizarre derrière
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Renard Gris
Messages : 605
Date d'inscription : 25/05/2012
Age du personnage : 27

Arpenteur des rêves
Nedru Etol
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 538
Renommée: 1794
Honneur: 74
MessageSujet: Re: Une bourde comme une autre (PV Nedru Etol) Ven 16 Jan 2015 - 15:25
Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'à part la vague réponse qu'il obtint en interrogeant Loulou, la suite de la discussion échappa quelque peu à l'analyste malgré l'aide surnaturelle qui agitait son cerveau.

Parce que l'autochtone ne lui mentait pas ; il craignait bel et bien la venue de démons millénaires capables de tout détruire ! C'était aussi inquiétant qu'inadapté aux lieux ; le brun n'avait jamais entendu parler de monstres si terribles aux Royaume des Tropiques. Ni des aventures héroïques que mentionnait le lancier...

Nedru chercha mentalement l'identité de la créature qui aurait pu être la cause de tels désastres en s'appuyant sur ce qu'il savait des lieux. Désormais, c'était l'endroit où s'ébattaient les jeunes gens en bikinis, des sauveteu(ses)rs en slip rouges prêts à vous insuffler de l'air dans les poumons (qu'ils avaient gros), un peuple de cavaliers nomade, des soirées piscines, trop de surfeurs, quelques requins, des fruits exotiques dans les arbres... Du rêve et pas grand chose d'autre.

Il chercha le plus loin possible dans l'histoire. Les djins qui sévissaient dans les oasis du désert avaient probablement d'autres chats à fouetter mais... Enfermés par des cailloux ? Nedru tapa du pied dans l'une des pierre qui gisait là tandis que la discussion se poursuivait.

Quelque chose d'inattendu le tira de ses pensées. Pourquoi cette gamine s'était-elle soudain mise en avant alors qu'elle gémissait l'instant d'avant ? Non sans garder sa position protectrice, il tourna la tête dans sa direction pour tenter de comprendre ce mystère.


Au début, il ne vit rien. Qu'elle considère que « de génération en génération » était aussi long que cent années alors qu'on venait de parler de millénaires était probablement naturel, vu son âge. Il aurait pu se contenter de croire qu'elle était jeune et donc idiote, mais pour une fois l'analyste n'en fit rien. Elle s'impliquait trop pour être autant à côté de la plaque. Et malgré tout, cette enfant n'avait pas l'air aussi stupide que d'autres de ses congénères. Quelque chose sonnait faux.

Le déclic se fit soudain lorsqu'elle utilisa le féminin. Pourquoi dire « elles » alors qu'on ne parlait que de démons depuis tout à l'heure ?
Ah !

Le lézard... La raison pour laquelle ce dernier tirait la langue et ouvrait sa gueule par intermittence n'était probablement pas qu'une réaction de peur. Elle avait dit vouloir l'aider non ?
Oui. Même si ce n'était pas une créature sous ses ordres, la petite était peut être capable d'en tirer quelque chose.

Le fait qu'elle s'exclame que l'on devait chasser des grenouilles acheva de dissiper les doutes du Gris. Elle savait quelque chose. Sauterelles et plaie d'Egypte + facteur Dreamland = des grenouilles dans le désert ? Pourquoi pas ?..

Puisque la gamine ne ferait pas forcément excellente impression, Nedru se chargea de conclure ;


On se charge du problème. De quels côté se trouvent les feux de camps yéyé et l... Je veux dire ; où se trouve le côté plongé dans la nuit ?

Si ces choses avaient pu survivre ne serait-ce que plusieurs années enfermées dans un point d'eau, manger n'était sans doute pas une nécessité pour elles. A moins qu'elles ne se soient entre-dévorées jours après jours ? Si elles pouvaient se reproduire assez vite... Hypothèse envisageable.
L'analyste imagina qu'elles avaient continué de pondre et vivre cycliquement. En considérant leur nouvel habitat, il ne put s'empêcher de penser qu'elles avaient probablement légèrement muté (mais allez savoir si Darwin a la moindre influence dans le monde des rêves). Si tel était le cas, elles ne supporterait plus une seule goutte de soleil. Et elles auraient sans doute faim.


- Il faut redescendre du côté d'où l'on vient et longer la plage vers l'ouest. Le soleil déclinera progressivement jusqu'à vous offrir un panorama multicolore sur la Crique des Amoureux. Si vous continuez après, le soleil continuera de tomber et vous serez du côté Fiestibiza. Pourquoi ?
- C'est loin d'ici ?
- Trente minute de marche peut être ? Pourquoi cette question ?

Pas si loin que ça donc... Mais avant tout, Nedru devait s'assurer d'une chose. Il se tourna à nouveau vers l'enfant et s'agenouilla à son niveau ;

Hé ? Tu me donne des astuces pour chasser les grenouilles ? J'aimerai bien savoir ce que ton copain t'a raconté. Au fait, m'appelle Renard. Toi?

Dieu ce que c'était dur ! Nedru ne savait pas quel ton adopter et oscillait entre le condescendant et le séducteur, avec une pointe de respect pour que la petite se sente importante, sans être certain du résultat. Il n'avait pas le souvenir d'avoir parlé à un enfant de cet âge depuis... Très longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 696
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 13

Arpenteur des rêves
Mara Leros
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 450
Renommée: 1677
Honneur: 429
MessageSujet: Re: Une bourde comme une autre (PV Nedru Etol) Ven 16 Jan 2015 - 17:31
Mara releva la tête quand le type repris la parole pour demander où faisait-il nuit. Elle se demanda pendant quelques instants s'il était idiot ou si un truc lui échappait. Enfin, il fait nuit en vrai, mais il fait jour ici, c'est pas très compliqué non plus... Mais elle se doutait quand même qu'un truc lui échappait: ce type avait l'air vachement plus intelligent que les trois autres superstitieux, peut-être savait-il où trouver les grenouilles... Mais comment connaîtrait-il leur existence? Elle seule pouvait parler au lézard... Ah oui, mais elle avait répondu à voix haute. Elle ne se souvenait plus vraiment de ce qu'elle avait dit, mais peut-être qu'elle les avait évoquées... Bof, aucune idée, elle se contenta de suivre la conversation, maintenant qu'elle n'était plus menacée par les trois types bizarres. D'ailleurs, ces trois types bizarres avaient l'air vraiment perdus. Si elle avait évoquée les grenouilles, pourquoi ne réagissaient-ils pas?

...

Mara n'osait pas vraiment se dire qu'ils étaient idiots car elle trouvait ça très arrogant de la part d'un enfant de 10 ans face à des adultes, mais en même temps, une partie d'elle le pensait très fort. Elle se tourna vers les débris rocheux, se demandant où trouver les grenouilles, quand elle eut une soudaine révélation, alors que le soleil l’éblouissait: peut-être qu'elles aussi étaient éblouie! Donc peut-être qu'elle chercheront un coin sombre où se cacher! Comme les chauve-souris! Alors qu'elle se demandait où trouver un coin sombre dans cet endroit éblouissant au possible, le lézard lui posa une autre question qui occupait aussi son esprit:

*Comment tu penses t'en occuper de ces grenouilles? Elles sont sacrément nombreuses tu sais?*

La fillette allait lui répondre quand elle se rendit soudain compte que l'homme aux cheveux bruns était juste devant elle. Elle ne pu retenir un petit sursaut de surprise en le voyant juste à son niveau. Ah, elle aimait pas ce genre de surprise. Il dit d'une voix douce un peu bizarre, en la regardant droit dans les yeux:

"Hé ? Tu me donne des astuces pour chasser les grenouilles ? J'aimerai bien savoir ce que ton copain t'a raconté. Au fait, m'appelle Renard. Toi?"

Son ton était respectueux. C'était agréable mais aussi assez... gênant. Elle ne se sentait pas du tout l'égale d'un adulte, loin de là. Elle avait l'habitude d'entendre des ton affectueux de sa famille, autoritaires de ses professeurs, neutres ou indifférents des autres adultes, mais là c'était... indéfinissable. Un fois le ton digéré, elle pu enfin comprendre les paroles, et apparemment, il avait bien compris que le problème venait de grenouilles. Elle mit quelques secondes supplémentaire à comprendre que le "copain" dont il parlait était le lézard. Elle ne s'attendait pas vraiment à ce que quelqu'un devine comme ça qu'elle puisse parler aux animaux. Elle décida d'abord de répondre à la deuxième question, bien qu'un peu intimidé par l'homme:

"Je... heu... je m'appelle Mara, mais... Vous vous appelez vraiment Renard, Monsieur? C'est bizarre comme nom."

Elle ne fit pas attention au visage de Renard après sa réponse, regardant dans le vide en se mordillant le pouce pour tenter de réunir ce qu'elle avait appris sur les parasites. Et lui donna les informations qu'elle avait, bien qu'elle n'ait pas d'idée de plan:

"Pour les grenouilles, en fait, elle mangent tout, même le bois."

*Enfin, tout ce qui est organique, hein, pas tout tout, sinon elles ne seraient pas restées dans les rochers...*, commenta le lézard.

"Oui, tout ce qui est ora... oga...ogar... ogra..."

*Organique. Or-ga-nique.*

"Oui, c'est ça, or-ga-nique. Voila."

*Et elles se reprodu... Elles font beaucoup de bébés très vite.*

"Et elle se reproduisent très vite aussi. Et arrête de te moquer, j'ai juste pas réussit à dire un mot, ça va!"

*Ne le prends pas mal, j'ai juste reformulé au cas où.*

Mara sentait très bien que le lézard se moquait d'elle et le regarda avec une moue boudeuse. Elle réfléchit un peu avant de dire, pas vraiment sûre d'elle:

"Et pour les attraper, peut-être qu'on pourrait utiliser de la nourriture pour les enfermer à nouveau? Elles se noient pas et elles sont peut-être beaucoup..."

*Ça dépend, peut-être qu'elle se sont mangé entre elles si elle n'avaient pas de nourriture, si les algues suffisaient pas... Dans ce cas, elles seront nombreuses, mais moins.*

"Hein? Mangées entre elles, mais c'est dégoûtant! Mais c'est vrai que si elles peuvent être moins nombreuses... Mais bon, vous pensez savoir où on peut aller, Monsieur Renard?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Renard Gris
Messages : 605
Date d'inscription : 25/05/2012
Age du personnage : 27

Arpenteur des rêves
Nedru Etol
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 538
Renommée: 1794
Honneur: 74
MessageSujet: Re: Une bourde comme une autre (PV Nedru Etol) Ven 16 Jan 2015 - 19:09
A la première interrogation de l'enfant, Nedru répondit doucement afin de la laisser se concentrer et pour éviter de changer de sujet  ; C'est comme ça qu'on me nomme ici en tout cas ; le Renard Gris. Quand tu seras plus grande, les gens de Dreamland te trouveront un surnom aussi, petite Mara.

Il n'ajouta pas ; c'est un joli nom de peur de passer pour l'étranger bizarre qui offre des bonbons aux enfants et contre lequel quelqu'un aurait pu la mettre en garde. A la place, il laissa un sourire fleurir sur ses lèvres quand elle lui confirma qu'ils avaient affaire à des grenouilles. L'information n'était pas encore sûre mais elle valait bien mieux que « des démons ». En y repensant, les créatures du coin avaient une certaine tendance à l'exagération.

Restait que c'était étrange. Il n'avait pas vu la moindre grenouille sauter ici ou là. Etaient-elles si minuscules qu'il les avait manquées ?.. Si elles étaient potentiellement dangereuses, il aurait forcément vu quelque chose, ne serait-ce qu'un vague nuage... Mara n'avait pas pu répondre à cette interrogation, par maladresse ou parce que l'information lui manquait. Quant à Nedru, il n'aurait pas pu envisager la théorie de grenouilles creusant des galeries avec moins de sérieux que celle de grenouilles volantes ou tout simplement invisibles. Car fort était de constater qu'elles s'étaient volatilisées. Il chercha du regard les endroits ombragés où elles auraient pu se réfugier sans rien voir de suspect.

Pendant ce temps une sorte de dialogue s'était mis en place entre Mara et sa créature tandis que dans son dos, les trois compères discutaient de leur responsabilité et de ce qu'ils devaient faire désormais. Qu'ils en soient conscients ou pas, leurs chuchotement étaient relativement audibles et les mots « sacrifices humains » cumulés avec « calmer les démons » avaient de quoi vous marquer. Nedru secoua la tête en soupirant.

Toujours est-il que lorsqu'elle buta sur un mot, le brun se força à avoir l'air encourageant, raison pour laquelle il se rattrapa lorsqu'il crut avoir vexé la petite ;


Mais non je ne me moque pas !

Mais elle ne remarqua même pas son excuse. Elle semblait concentrée sur les mouvement du reptile. Son lézard se moquait d'elle ? Bien bien bien. Il se gratta le nez, soudain embarrassé. Les enfants étaient soit très faciles à comprendre, soit pas du tout.

Finalement, ravi de constater qu'elles s'étaient bien mangées entre elles et n'étaient pas simplement immortelles, Nedru se leva pour regarder autour de lui. Il répondit à la question de l'enfant d'un air sûr de lui afin de dissiper ses doutes ;


Je pense qu'on doit aller là où il y aura à manger. Et du côté de ce... Fiestibiza ; la nuit leur sera favorable. ET elles trouveront à manger. Je suggère d'aller là. Les grenouilles ont des sens très développés.

Il n'ajouta pas ; « pour trouver des points d'eaux ». Après tout, peut être que celles là étaient devenues spécialistes de la localisation de lait de coco.
Et puis, l'idée de choquer une enfant en la promenant sur une plage pleine de fêtards en train de consommer toute sorte de substances était plutôt amusante. Il n'avait aucune raison de s'occuper de ce problème, à la base... Alors pourquoi ne pas joindre l'utile à l'agréable ?
Dans le même temps, il se demanda pourquoi les bêtes, si elles consommaient toute chose organiques, ne s'étaient pas jetées sur l'enfant... Il fut interrompu dans ses rêveries par la créature qui avait décidé de menacer la petite dès le début ;


- Mes frères vont retourner protéger le village. Quant à moi, je vous surveillerai.

Nedru haussa un sourcil, désormais peu convaincu de l'utilité de ce sacrificateur maintenant qu'il savait que Mara n'était pas du goût des amphibiens. Mais pourquoi pas.

- Ca me va. Il se tourna vers Mara ; C'est parti pour la chasse à la grenouille ! On trouvera un plan pour s'en débarrasser quand on en saura plus à leur sujet okay ?.

Sur la route, il se pencha pour ramasser des fruits qui étaient tombés pendant l'explosion de la source. Des grenades.  Il en fourra deux dans ses poches avant de croquer dans une troisième et de proposer la dernière à Mara ;

Un petit creux ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 696
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 13

Arpenteur des rêves
Mara Leros
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 450
Renommée: 1677
Honneur: 429
MessageSujet: Re: Une bourde comme une autre (PV Nedru Etol) Ven 16 Jan 2015 - 20:23
"Je pense qu'on doit aller là où il y aura à manger. Et du côté de ce... Fiestibiza ; la nuit leur sera favorable. ET elles trouveront à manger. Je suggère d'aller là. Les grenouilles ont des sens très développés. "

Ah, oké. Donc il était visiblement possible à Dreamland de faire nuit et jour en même temps. Noté. Mara était tout de même curieuse de savoir à quoi pouvait ressembler la limite entre le jour et la nuit dans le ciel. Ça promettait d'être... original...? Elle releva du coin de l'oeil le léger sourire en coin qui était apparu quelques secondes, mais n'y vit rien d'autre que la satisfaction de savoir où chercher. Elle jeta un regard vers l'un des types bizarre qui dit fièrement:

"Mes frères vont retourner protéger le village. Quant à moi, je vous surveillerai."

Elle ne comprenait pas trop cette manie de vouloir les suivre. Si le village était en danger, autant qu'ils y aille tous les trois, non? Bah, il était un peu idiot, il pensait peut-être que la voyageuse et l'autre type, qui était sans doute un voyageur aussi vu qu'il avait des oreilles normale et un air intelligent, étaient une source de menace aussi. Si ça se trouvait, ils étaient même assez superstitieux pour penser que les sacrifier ou une bêtise du genre allait changer quoi que ce soit. La fillette pouffa à cette idée ridicule, tandis que Renard disait que ça lui allait, avant de se tourner vers l'enfant et de s'exclamer:

"C'est parti pour la chasse à la grenouille ! On trouvera un plan pour s'en débarrasser quand on en saura plus à leur sujet okay ?"

Elle acquiesça en souriant, enthousiasmée à l'idée de donner un coup de main, et suivit l'homme en trottinant tandis que le type local était sur leurs pas. Le voyageur lui proposa un fruit qu'il avait ramassé en chemin, lui demandant si elle avait fin. Mara n'avait pas spécialement faim, se demandant si ça avait vraiment le moindre effet dans le monde réel après, me se dit que ça devait être plutôt comme les chewing-gum: on a l'impression d'avoir mangé mais en fait nan. Malgré tout, elle sourit et accepta joyeusement, car le fruit avait l'air sacrément bon et la faisait bien saliver. Elle croqua dedans et laissa le jus sucré couler sur son menton tandis que la chair moelleuse et légèrement croustillant se s'écrasait entre ses molaires. C'était délicieux, comme un kiwi avec un arrière-goût de banane. Elle recracha les quelques pépin par terre, et avisa l'autre qui les suivait toujours en les fixant. Mara se sentit un peu coupable, se disant qu'il devait se sentir à part, et elle ramassa un autre des délicieux fruits pour le lui tendre en souriant. Il l'accepta en grommelant un peu et le mangea en détournant le regard, peut-être gêné.

Soudain Mara s'arrêta, stupéfaite, les yeux rivés vers le ciel et la bouche ouverte de surprise et d'admiration: jusqu'ici, le ciel avait toujours été d'un bleu si pâle qu'il frôlait le blanc, mais tout d'un coup, le ciel se teintait d'orangé, de jaune, de mauve dans un magnifique dégradé aboutissant à un bleu profond puis à un noir piqueté d'étoile. L'enfant resta là, émerveillée par cette vision, regardant derrière elle, au dessus, puis à l'horizon vers l'avant. Oui, c'était ça aussi Dreamland. Des paysages impossibles en vrai, mais pourtant bien présent ici. Elle resta immobile quelques instants et se rendant soudain compte que les deux hommes l'attendant. Elle les rejoignit rapidement en sautillant et ils poursuivirent leur chemin vers les silhouettes de dunes qui se profilaient à l'horizon, des monticules noir-jaune sur un fond noir-bleu, piquetées de quelques lumières rouges éparpillées un peu partout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Renard Gris
Messages : 605
Date d'inscription : 25/05/2012
Age du personnage : 27

Arpenteur des rêves
Nedru Etol
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 538
Renommée: 1794
Honneur: 74
MessageSujet: Re: Une bourde comme une autre (PV Nedru Etol) Lun 19 Jan 2015 - 23:08
Si la chaleur était étouffante, l'ambiance dans le petit sous bois était lourde et chargée d'une humidité qui collait à la peau ; l'eau échappée subissait les effets de la température et s'évaporait doucement. Nedru proposa à Mara une gorgée d'eau venue de sa bouteille personnelle, curieux de savoir quel serait l'effet de son pouvoir sur l'un des pépin qu'elle aurait inévitablement avalé malgré son désagréable tri.

Malheureusement aucun arbre ou bourgeon ne pousserait dans l'estomac de l'intéressée cette fois ci. Le brun n'avait pas pu s'empêcher de sauter sur l'occasion pour s'en assurer mais... tant pis.

Il continua sa descente et quête de l'une des créatures sautillantes ou d'une simple trace. Il n'y en avait pas à proprement parler. Quelque chose, pourtant, attira son attention.
De petites mottes de cette mauvaise terre sablonneuse qui n'étaient pas là lors de son premier trajet. Il nota l'information mentalement, presque malgré lui, car il n'avait pas réellement envie d'aider ces gens. Son intérêt était désormais porté sur l'enfant ; il avait des dizaines de projets pour elle, sur elle ou malgré elle.

Manipuler un individu, oui, c'était un plaisir divin, une sensation de pouvoir dont la jouissance dépendait des limites que l'on brisait chez l'autre...

Mais le façonner ! Si l'on estime qu'il est noble d'extirper les qualités d'un bois ou d'une pierre pour les sculpter avec minutie pour la changer en œuvre d'art, pourquoi serait-ce différent à propos d'individus ? Et c'était une enfant ; ce qu'il lui apprendrait ici déborderait forcément sur le monde réel, le moindre gros mot, la moindre pratique illégale.

Le pouvoir du Gris tenta de dresser un parallèle moqueur entre l'enfance de Nedru et ce qu'il voulait infliger à Mara, mais le londonien s'intima au silence mental, coupant toute reflexion pour l'obliger à se taire.
C'est ainsi qu'après voir dépassé depuis longtemps l'ancien emplacement de son transat et parasol- là où s'étendaient désormais d'impressionants chateaux de sables- il exprima la première chose qui traversa son esprit alors que ses yeux se posaient sur l'une des étrangeté au sol ;


- Je suppose que ce sont les marques qu'elles laissent en se déplaçant ; ils n'y étaient pas tout à l'heure.

- Cessez de dire « elles » ! Les Valmas sont des démons et ce ne sont pas de faibles femmes !

- Mara dit que ce sont des grenouilles et je la crois. Ce ne sont donc pas de faibles femmes. ajouta-t-il presque pour le consoler, mais sans se soucier de sa réaction.

L'hypothèse de la galerie souterraine n'était plus très loin, mais il n'arrivait pas à assembler tous les maigres éléments pour se rendre à l'évidence. Bientôt, sans doute ; il laissait pour l'heure cette idée sur le bout de sa langue.

Comme l'avait dit Castor Bronzé (ou quel que soit son nom), le soleil se mit à décliner à mesure qu'ils longeaient la côté, décidé à ne plus se situer dans le ciel en fonction d'un cyle temporel mais bel et bien de la position géographique de celui qui le regardait. Et pourquoi pas, hein ? Dreamland...

Après avoir rappelé à l'ordre Mara, puis demandé à calquer leur rythme sur le sien, il admira lui même les couleurs au niveau de la bien nommée crique des amoureux (des dizaines de couples étaient assis sur les dunes, contemplant le soleil couchant et ses reflets sur l'eau dans une attitude niaise à en pleurer) avant de demander à la petite sur un ton amical ;


- Le monde des rêves est drôle, non ? S'il fait toujours jour dans leur village, à ton avis, les habitants de ce royaume se déplacent là où il fait nuit pour aller dormir, ou bien ils ne dorment pas ? Ou alors, est-ce qu'ils dorment chez eux en plein jour ? Ou encore autre chose ?

Marcher autant dans du sable sans dire un mot était éprouvant aussi bien pour le corps que pour le moral, aussi fit-il état de son sens du devoir social.

Mais il laisserait au spécialiste le soin d'apporter une réponse définitive. Une chance pour ce dernier de s'illustrer en tant qu'honorable détenteur de cervelle, peut être ?

[hrp; désolé c'est de la qualité "écrit en cours"]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 696
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 13

Arpenteur des rêves
Mara Leros
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 450
Renommée: 1677
Honneur: 429
MessageSujet: Re: Une bourde comme une autre (PV Nedru Etol) Mer 21 Jan 2015 - 12:52

"Le monde des rêves est drôle, non ? S'il fait toujours jour dans leur village, à ton avis, les habitants de ce royaume se déplacent là où il fait nuit pour aller dormir, ou bien ils ne dorment pas ? Ou alors, est-ce qu'ils dorment chez eux en plein jour ? Ou encore autre chose ?", demanda le Renard d'un air enjoué.

"Je... sais pas trop...", lâcha l'enfant en balbutiant

"On dort en faisant des rondes, pourquoi on devrait avoir besoin qu'il fasse nuit pour ça?"

Ce dernier avait lancé cette phrase d'un air presque perplexe. En même temps s'ils étaient habitué, il n'avaient pas vraiment besoin d'être à l'ombre non? Malgré ton ses effort pour tenir le rythme tranquille des adultes, trop soutenu pour elle, Mara traînait un peu derrière. C'était apparu petit à petit, depuis qu'ils avaient quitté l'abri des arbres. Au début c'était trop léger pour qu'elle y prête attention, mais à présent, ça commençait à la mettre vraiment mal à l'aise. Elle ne savait pas trop pourquoi elle ne marchait pas très droit. Elle se sentait bien pourtant. Et le sol était en mousse, pas en sable. Ah, un papillon. Mara se mit à rire instinctivement à la vu de la curieuse bête violette. Elle entendit le monsieur bizarre en pagne lui demander:

"Qu'est-ce que tu as, gamine?"

Mara releva les yeux vers lui, tendant de le fixer alors que son regard dissident glissait dans le vide derrière lui. Elle tenta de dire quelques chose du genre "Rien de spécial, je vais bien", mais ça pourrait plutôt se traduire par :

"Hin...siaa...vaaaisien..."

L'homme la regarda avec un sourcil haussé et se retourna pour continuer sa route, laissant la gamine trébucher derrière. Elle avait mal à la tête, mal au ventre et des heut le cœur fréquent, elle avait un peu le vertige et sa vision lui jouait des tours bizarre. Dès qu'elle tentait de regarder quelque chose, tout autour se déformait légèrement et ce quelque chose devenait un peu flou. Malgré tout elle marchait, ne sachant pas trop ce qu'il lui arrivait. Le lézard lui parla et curieusement, elle comprenait mieux ce qu'il disait:

*T'es sûre que ça va? Tu réagis bizarrement, même pour un humain.*, et il ajouta, après que Mara ait essayé de communiquer:*On dirait un peu un lézard quand il mange accidentellement l'une des feuilles du fruit que tu as mangé. T'as pas mangé de feuille, hein?*

Mara essaya de faire "non" de la tête, avec plus ou moins de succès, mais entraînant un violent vertige qui la fit trébucher et se ramasser violemment dans le sable. Elle mit deux bonnes minutes à se relever seule, retombant au moins de fois, et du rester quelques instants immobiles pour retrouver un semblant d'équilibre. Elle tenta de laisser sortir un gémissement, mais tout ce qui lui vint fut un haut-le-cœur qui la fit cracher là ou elle venait de tomber.

Elle tenta de rejoindre en titubant les deux silhouettes diffuses qui semblaient l'attendre devant, et les trois se remirent en route difficilement, alors que la nuit était presque entièrement tombée. Entourées de lumières de feux de bois, Mara n'avait plus le moindre sens de l'orientation, faisant à peine attention aux silhouettes entrelacées et aux curieux bruits déformés qui lui parvenaient, occupée qu'elle était à essayer de ne pas trébucher.

Il marchèrent ainsi plusieurs minutes, slalomant entre les couples avec plus ou moins d'efficacité pour la petite. Ils aboutirent finalement à une plage donnant sur une mer sombre reflétant les étoiles. Enfin, ne reflétant pas grand chose pour l'enfant, mais bon. La crique était illuminée d'une dizaine de petits feux et interrompue aux extrémités par des falaises rocheuses. À moitié effondrée, la fillette trébucha à nouveau sur une petite bosse dans le sable et finit de nouveau étalée au sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Renard Gris
Messages : 605
Date d'inscription : 25/05/2012
Age du personnage : 27

Arpenteur des rêves
Nedru Etol
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 538
Renommée: 1794
Honneur: 74
MessageSujet: Re: Une bourde comme une autre (PV Nedru Etol) Lun 26 Jan 2015 - 20:37

Comme le soleil se retranchait peu à peu dans les profondeurs océaniques, l'équipée poursuivait son avancée méthodique, décidés à mettre un terme au mystère des Valmas. Maheureusement pour le sculpteur-Petit-Bison-Riri (les créatures oniriques...), cette avancée devait être perturbée par l'envie subite de Mara de trébucher ici et là, ne titubant que pour mieux gargariser des phrases incompréhensibles.

Nedru prit grand plaisir à la voir s'effondrer littéralement, la moitié de la tête coincée dans le sable. Il compta avec satisfaction les secondes nécessaires à la prise de conscience de l'enfant ; ses yeux grands ouverts roulèrent légèrement dans leurs orbites (4 secondes) avant de se froncer dans une attitude de pure concentration (17 secondes), puis elle ébranla son corps chétif pour se redresser avec difficulté (102 secondes).


- Qu'est ce qu'il lui arrive ?
- Oh vous savez ! les enfants...

Le Gris affichait un sourire tel que l'autochtone ne s'autorisa pas à répondre, se contentant de maugréer des imprécations de mauvaise augure en regardant la scène d'un air mauvais.

Lorsqu'elle parvint finalement à les rejoindre -non sans avoir très consciensieusement tracés dans le sable des arabesques sophistiquées à la force de ses petits pieds- Nedru posa son manteau sur les épaules de la petite fille, veillant à ne pas écraser son lézard. La température allait baisser maintenant que les étoiles se faisaient plus visibles dans le ciel. Et puis, l'analyste commençait à avoir des courbatures au bras à force de supporter son manteau ; autant se servir de ce mignon petit porte-manteau. Il poussa légèrement Mara dans le dos afin de l'aider à marcher.

Il n'avait pas prévu que l'enfant réagirait d'une telle façon à sa bouteille « petitpousse » ; il aurait apprécié qu'un arbre germe en elle et l'éventre légèrement, ou provoque au moins une petite hemorragie interne... Mais pour une raison ou une autre, elle s'en trouvait simplement -mais non moins totalement- droguée. En terme de divertissement, ceci valait bien ses premières espérances.

L'analyste prit la peine de sauver les apparences par quelques phrases toutes faites, sans s'attarder sur une quelconque réponse de la part de son interlocutrice telles que
 » Ca va aller ? Tu te sens bien ? Bon, on continue alors. »


Mais pour charmante qu'avait cette occupation, Nedru fut obligé d'y mettre fin rapidement. Question d'égo ; des petits trous avaient éclos dans le sol ici et là, suivis de séries de traces qu'il eut été honteux de manquer. Priver un crétin d'avoir le privilège d'être le premier à le faire remarquer était toujours un plus.


- Je crois que vos démons sont sortis des... Profondeurs infernales de la terre, juste ici.

Cette hypothèse était la seule à faire sens désormais. Les grenouilles Valmas pouvaient creuser le sable. Okay, pas de problème.

Mais encore ?

Désormais, le nombre de traces et de sorties de galeries devenait impresionnant. Les grenouilles avaient senti l'odeur de la nourriture et profité de l'obscurité pour sortir...


AAAAAAAAH !!

Le cri déchira l'air, emportant avec lui les échos assourdis et répétitifs de la musique techno. Le silence devint pesant, tout comme l'était l'obscurité qui gagnait à chaque pas. Les feux qui s'agitaient au loin prenaient soudain des allures sabbatiques.

Poussé par une impulsion héroïque, le lancier s'élança vers l'avant à longue et douloureuses foulées dans le sable désormais glacial.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 696
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 13

Arpenteur des rêves
Mara Leros
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 450
Renommée: 1677
Honneur: 429
MessageSujet: Re: Une bourde comme une autre (PV Nedru Etol) Lun 26 Jan 2015 - 23:10
Bon. Y avait pleiiiiiiiiiin de petits trucs qui sortaient du sol. Waaaaaaa, c'était drôle... Des grenouilles... Oooooh... Qui faisaient des trous partout et tout... Mais le bruit était un peu gênant... D'un côté t'avais quelqu'un qui criait... Du même côté t'avait l'insulaire qui allait vers l'origine du cri en criant lui même... Et puis tout autour t'avais les grenouilles. Si au moins elles disaient des trucs intéressants... Mais nan, elles faisaient que répéter "Manger", "Manger" et "Manger". C'était bruyant, et Mara avait mal à la tête. Elle regardait un peu dans le vague, assise sur ses fesses, vers les grenouilles. Elle remarquait même pas que l'une d'elle essayait impunément de lui manger l'orteil. Elle jeta un regard vide vers la batraciens et demanda d'une voix vaguement plus audible qu'avant:

"Gnhgnquoi vous vaites ça?"

*Manger! Manger!*               *Manger! Manger!*
*Manger! Manger!*
*Manger! Manger!*
*Manger! Manger!*                      *Manger! Manger!*
*Manger! Manger!*

Bon bah ça au moins c'était clair. Enfin, plus ou moins. La fillette remarqua enfin la bestiole qui lui tripotait le pieds et lâcha, toujours dans la même ton:

"T'peux 'rrêter stplé...?"

L'animal ouvrit la gueule, attendit quelques instants puis la referma. Visiblement, plus ou moins consciemment, son pouvoir était activé, et les grenouilles étaient suffisamment faibles pour y succomber. Soudain, une idée stupide survint à l'esprit de Mara. Enfin, une autre idée stupide, car elle en avait pas mal qui défilaient en ce moment. Mais sur le coup, la gamine la trouva vachement constructive. Elle demanda lentement aux quelques grenouilles qui se regroupaient autour d'elle, gagnées par la confiance:

"Gnn... V'savez danssser la marc... la macra... la... ... la ma-ca-re-na? Vous savez, le truc là... 'Fin voila."

Bon visiblement, elles ne savaient pas. 'Sont vraiment stupides ces grenouilles. Elle détourna le regard vers l'autre indigène qui agitait son bâton dans le vide, comme pour rassurer les gens à moitié à poil qui le regardaient. Mara ne voyait pas l'expression de leur visage, mais elle n'était pas sûre que ce soit de l'admiration. Soudain, son lézard qui était toujours silencieux sortit la tête du manteau du monsieur bizarre et dit à l'enfant:

*Dis, si ils font ce que tu veux, tu peux pas faire un truc pour t'en débarrasser?*

"Hein? Ha oui... mais...heeuu..."

*Je sais pas, creuse un trou pour les enfermer dedans? Nan, elle se déplacent sous terre c'est débile. Hem... Ah, je sais pas.*

La fillette ne l'écoutait déjà plus fixant les papillons de nuits qui dansaient autour des flammes. Stupidement, elle demanda aux grenouilles:

"Eh, vvv'sautez jusqu'où? Chiche, vous passez pas l'feu."

Puis elle se mis à glousser assez stupidement. Les grenouilles les plus proches, confiantes, étaient intéressées par le défi, et l'une d'elle s'approcha du feu, pris son élan et s'élança. Et s'écrasa pitoyablement dans les flammes. Dans un adorable petit grésillement. Mara haussa les épaules. Boaf, apparemment, elles pouvaient pas sauter aussi haut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Renard Gris
Messages : 605
Date d'inscription : 25/05/2012
Age du personnage : 27

Arpenteur des rêves
Nedru Etol
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 538
Renommée: 1794
Honneur: 74
MessageSujet: Re: Une bourde comme une autre (PV Nedru Etol) Jeu 29 Jan 2015 - 16:34
Par un truchement de circonstances digne des hallucinations d'une fillette sous LSD, voilà que le trio était soudain au cœur des événements, au milieu d'une nuée de grenouilles surexcitées qui s'agitaient frénétiquement partout où l'oeil pouvait porter.

Nedru identifia l'auteur du cri entendu plus tôt ;  une rêveuse manifestement aussi éméchée que paniquée qui secouait un cubi vide, les yeux emplis d'un mélange de terreur et de désespoir ;


-Ya des crapauds qu'ont bu toute ma vodka !

Ce cri provoqua un raz-de-marée d'effroi chez tous les jeunes gens branchés présents. Pire ; il fut repris en échos partout où s'était trouvé une trace d'alcool. Il faut dire pour la défense des Valmas qu'il n'y avait pas grand chose d'autre à consommer sur cette partie de la plage... S'ils étaient réellement capable de dévorer n'importe quoi, on devait sans doute leur être reconnaissant de n'avoir pas encore attaqué les gens, ou même leurs vêtements. Peut être avaient-il toujours eu une préférence pour le sucré ?

Mais même sans avoir un carnage amphibio-nudiste sur les bras, la situation devenait hors de contrôle. Une centaine de personne au moins avait dû se tenir là au moment de l'arrivée des Valmas et ils s'enfuyaient en tous sens, tombaient bientôt, se piétinaient, tentaient de défendre vainement leurs paquets de chips, leurs packs de bières... Cette apocalypse avait, certes, quelque chose de comique aux yeux d'un individu sobre.

Tandis que le sculpteur-sur-sable chargé de les surveiller agitait sa lance en hurlant des malédictions à l'encontre des démons ancestraux (ce qui faisait hurler deux fois plus fort les gens impressionnables du coin), la petite Mara semblait décidée à délirer pour de bon.

Mais si au milieu de l'agitation, le Gris n'avait pas parfaitement saisi le sens de ses marmonnements (il s'était pour sa part hissé sur une glacière précédemment pillée ; le contact des petits êtres visqueux entre ses pieds le dégoûtait profondément) il était maintenant forcé de regarder en sa direction. Car un auditoire de petits amphibiens gonflés de cocktails s'était massé en demi cercle autour d'elle et l'écoutait en titubant. Lorsque l'enfant se mit à rire, trois grenouilles se jetèrent avec conviction en direction de l'un des feux de camp... pour échouer au milieu des braises et périr dans d'affreux crépitements.

Les enfants sont merveilleux.

Peut être avait-il sous estimé l'étendue de son pouvoir ? Si elle pouvait les pousser à se suicider, il fallait qu'il s'arrange pour qu'un maximum de ces créatures l'écoutent. Et si dans le même temps il pouvait s'arranger pour en éliminer une partie, ma foi... Ces deux objectifs pris en considération, un plan germa en lui aussi sûrement qu'un grenadier dans le ventre de Mara.

Le Renard quitta son perchoir pour courir vers la seule source d'alcool manifestement encore disponible à proximité. Il dépassa Riri dont la lance avait été partiellement dévorée par un groupe de Valmas -encore occupé à mâchonner ce qui en restait d'un air concerné.

Armé de brandons enflammés, trois fêtards défendaient farouchement leur frigo contre un amas de grenouilles si compact qu'elles semblaient ne former qu'un seul bloc grouillant et affamé. Une contrôleuse de sable refoulait le plus gros de la horde vivante par des successions de vagues de quartz relativement efficaces ; enfouir les grenouilles les ralentissaient sans pour autant les tuer.
Moïse en bermuda, elle ouvrit une brèche pour permettre à Nedru de les rejoindre avant de lui tendre sa torche.


- Rends-toi utile playboy !

Nedru n'aimait pas être la source de ce genre d'ironie.
Si c'était elle la meneuse... Le Gris lâcha la bride à son pouvoir, lequel se jeta sur elle avec une voracité qui n'avait rien à envier à des sauterelles bibliques.



Deux minutes plus tard, un grand blond répondant au nom de Steve s'arrêtait à côté de Mara et jetait derrière lui l'une de ses deux dernières bouteilles de canadou. Inutile de préciser que Steve -aussi appelé M.L'appât - avait apporté dans son sillage une bonne centaine de Valmas.


- Petite ! On doit rassembler toutes ces choses au même endroit pour les brûler d'un seul coup. Il paraît que tu peux faire ça. On fait le tour de la plage et on les ramène jusqu'à la paillote, là bas ! Aucune ne doit s'échapper de cette plage !

Ce faisait, il désigna un bâtiment en bois à environ cinq cent mètres plus haut. Si les grenouilles avaient commencé à le ronger dans un premier temps, elles étaient désormais en train d'être refoulées par un groupe un peu plus organisé de plagistes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 696
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 13

Arpenteur des rêves
Mara Leros
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 450
Renommée: 1677
Honneur: 429
MessageSujet: Re: Une bourde comme une autre (PV Nedru Etol) Ven 30 Jan 2015 - 21:48
- Petite ! On doit rassembler toutes ces choses au même endroit pour les brûler d'un seul coup. Il paraît que tu peux faire ça. On fait le tour de la plage et on les ramène jusqu'à la paillote, là bas ! Aucune ne doit s'échapper de cette plage !

Mara regarda l'homme avec un regard légèrement vide. Il avait parlé tellement vite que son esprit drogué n'avait pas réussit à suivre. Tout ce qu'elle réussit à dire fut:

- ... les brûler...? Hein?

Elle ne se rendait pas tellement compte d'à quel point elle exaspérait l'homme, inconsciente de l'urgence de la situation. Heureusement, son lézard lui parla avant qu'elle ne puisse dire quelque chose d'autre. Quelque chose qui aurait potentiellement pu encourager l'autre Voyageur à l'étrangler et à la balader à travers la plage.

*De quoi "brûler", que veulent-ils faire?*

- Chsais pas... les rass'bler... les brûler... faire 'tour d'la plage... t'ça...

*Ah, je vois, tu fais le tour de la plage, tu attire toutes les grenouilles et ils les crâment d'un coup. Malin. Bah vas-y alors, suis-le!*

- 'a fleeeeemme...

*Tu te moque de moi?*

[Grognement inaudible]

*D'accord, tu sais quoi? On va faire un jeu.*

- Jeu...?

*Oui, c'est ça. Tu vas faire une course avec les grenouilles tout le tour de la plage jusqu'à l'endroit où le monsieur t'as dit. D'accord? Tu vas voir, ça va être drôle!*

Intéressée par le jeu, l'enfant se releva tant bien que mal et acquiesça, manquant de perdre encore l'équilibre. Elle écarta et bras et lança de toutes ses forces:

"A'ez grenouilles! Z'êtes lentes! 'ême moi chsuis plus rapiiiide! Ouaiiiiiiiiiis!!!"

Et elle se mit courir de toute ses force, talonnée par les Valmas bourré et par le Voyageur qui comprenait pas trop. Elle dut trébucher deux ou trois fois en chemin, mais se relevait toujours, encouragée par un esprit de compétition relativement absurde envers les bestioles, les défiant toutes de la battre. Contre des bêtes plus intelligentes comme le lézard, cette tactique n'aurait sans doute pas fonctionné, mais les batraciens étant stupides ET ivres, ça marcha comme un charme. La fillette courut donc à grands coups de cris hystériques reflétant sans doute son amusement, entourée de remous de sables. Voyant qu'elle s'en sortait seule, l'homme la laissa courir devant.

Quand elle aperçut la cabane droit devant, l'enfant à la capacité respiratoire apparemment inépuisable lança un autre cri de joie et piqua un dernier sprint, dans un regain de motivation. Alors qu'elle allait atteindre les murs en bois, préparant une exclamation victorieuse, Mara fut happée par une vague de sable et éloignée de la cabane. Les grenouilles n’eurent pas cette chance et, prises par leur élan, s'effondrèrent sur la bâtisse. Elle ne se relevèrent pas dans l'instant, observant avec appétit le bois gorgé d'alcool, mais cette gourmandise leur fut fatale. D'un lancer de torche, l'un des Voyageurs avait mit le feu à la masse grouillante qui fut réduit en cendre en quelques instants.

De son côté, après avoir battu ses records personnels de sprint et d'endurance, puis s'être prise un violente masse de plein fouet, le petite était à quatre patte en train de régurgiter dans le sable tout ce qu'elle avait pu absorber. En particulier une curieuse pousse d'arbre rabougrie et à moitié digérée. Elle se redressa en position assise, une main sur le front, les poumons en feu et les cordes vocales en miette, et regarda autour d'elle malgré ses paupières lourdes. Elle vit passer deux ou trois Voyageurs qui la félicitèrent d'une tape sur la tête, sans vraiment comprendre ce qu'il s'était passé. Elle aperçut plus loin l'étrange homme brun, qui avait récupéré son manteau, ainsi que l'un des indigènes qui bombait fièrement le torse. Et puis il faisait nuit. Bon. Elle avait eut un black out, et elle avait aucune idée de ce qu'il se passait. Voyant qu'un air égaré curieux avait remplacé son air égaré drogué, le lézard lui dit:

*Ça va, tu te sens mieux? C'est bien ce que je pensais, c'était les feuilles d'arbre.*

"Euh, oui, si tu le dis, mais... que... Quelqu'un m'explique ce qu'il s'est passé...?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Une bourde comme une autre (PV Nedru Etol)
Revenir en haut Aller en bas

Une bourde comme une autre (PV Nedru Etol)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Royaume des Tropiques-