Haut
Bas

Partagez

Caution : Chemical hazard. [Terminée.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Hélène Metzengerstein
Messages : 185
Date d'inscription : 31/08/2010
Age du personnage : 26

Maraudeur des rêves
Hélène Metzengerstein
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 320
Renommée: 1200
Honneur: -80
MessageSujet: Caution : Chemical hazard. [Terminée.] Caution : Chemical hazard. [Terminée.] EmptyMar 31 Aoû 2010 - 11:38

Metzengerstein
Hélène

Personnage.

Caution : Chemical hazard. [Terminée.] Avatar_-_Helene_2
© Avatar taille 160x320 pixels.

    Nom : Metzengerstein
    Prénom : Hélène
    Surnom(s) : Toxic
    Âge : 17 ans.
    Nationalité, origine(s) : Famille allemande, nationalité française.
    Pouvoir et description :
L'émetophobie.
La peur du vomit et des liquides et autres substances étranges. Il était impossible pour Hélène d'entrer dans un laboratoire de Sciences-Physique lors de ses années au lycée et collège, elle déclinait aussi toutes les invitations aux fêtes alcoolisées et préférait se bourrer la gueule à coup de jus d'orange pour ne pas trop déranger son estomac. Bref, vaincre cette phobie lui a permit d'acquérir la maitrise de l'acide sulfurique et peut-être d'autres liquides dangereux, mais pour le moment, ce pouvoir s'arrête à devoir s'infliger quelques plaies et en faire jaillir l'acide qui devient le liquide parcourant les veines d'Hélène à Dreamland et elle est aussi capable de balancer du vomit sur ce qu'elle veut... mais elle préfère ne pas trop avoir à l'utiliser...

Description Physique.


Il n'est pas rare qu'un homme détourne la tête pour mieux observer le physique d'Hélène, il a toujours dans sa physiologie quelque chose s'intriguant. Cette démarche souple, peut-être ? Ses reins tombant amoureusement sur ses hanches, surplombés par une paire de seins ronds cachant eux-même une rangée de côtes visibles, car oui, miss Metzengerstein n'a pas grand appétit, ceci étant le résultat de sa phobie, effrayée à l'idée de rendre son repas, elle n'en prend que quelques bouchées. En continuant sur l'exploration de cette femme sortant de sa période pubère, on peut facilement voir que son dos est joliment cambré, la faisant se tenir haute mais ses épaules peu larges ne confère pas à cette stature toute l'importance qu'elle pourrait avoir. En redescendant plus bas nous pouvons observé ses jambes qui, ajointent, forment l'aspect parfait d'une jarre Grecque dans sa forme la plus finement sculptée. Il serait absurde de s'attarder sur ses pieds ou ses bras qui à part le fait qu'ils soient assez maigrelet, il n'y ait rien à dire à leur propos. Nous en venons à son visage, une mâchoire bien relevée, féminine, un front qui n'est pas trop bas, ce qui résulte d'une arcade sourcilière fine ne faisant pas ombre aux deux globes qui tiennent toujours cette expression distante et légèrement blasée, mais cette réticence qui teint ses yeux sont largement compensées par cette couleur verte empruntée de jaune vif, oui ses yeux sont d'un éclat acide probablement le résultat de plusieurs années à observer ce que faisait son père dans ses laboratoires, lui-même étant physicien, après ces globes oculaires sont imprégnés dans leur bas de cernes considérables bordant un nez aquilin et une paire de narine peu larges. Nous poursuivons avec ses cheveux, cette épaisse tignasse qui retombe sur ses épaule est d'un noir d'encre dans le monde normal et d'un étrange dégradé bleu-pourpre dans le monde onirique. Sinon, on peut remarquer, seulement lorsqu'elle est nue, que sa peau laisse apparaître plusieurs cicatrices, des brulures pour être exacte, qui ne semblent pas vouloir partir de si tôt. Quant à sa tenue vestimentaire, Hélène ne se sépare jamais de son précieux masque à gaz ainsi que de ses goggles (lunettes de soudeur) qui ont les verres de la même couleur que ses yeux, ce qui a pour effet de grossir ses iris lorsqu'elle les met sur son nez, sinon elle s'habille en général dans un style assez particulier, impossible de savoir s'il s'agit d'un genre gothique, punk ou grunge dans la mesure où Hélène ne se restreint pas qu'à quelques couleurs du spectre, néanmoins, sa tenue favorite reste ce pull blanc rayé de gris et ce short kaki légèrement retroussé, retenu par deux bretelles noires qui accompagnent souvent les tenues de la jeune femme.


Caractère.


Hélène est quelqu'un qu'on ne remarque pas de suite, c'est une personne assez effacée qui n'aime pas se mettre en avant de la scène, pourtant, elle apprécie que l'on y fasse attention. Elle déteste la foule, les lieux trop pleins où elle s'y sent étouffer, une sorte de misanthropie maladive qui la fait éviter les endroits de trop grand rassemblements. A part cela, cette jeune femme possède un caractère « mirroir », elle n'attaque que si on lance la pierre le premier, on peut en déduire qu'elle est relativement pacifique, n'aimant pas la violence gratuite mais ne refusera pas un peu d'action dans sa vie, mais elle est en général une personne assez douce et aimable bien que taciturne et un peu lunatique, dotée d'une extrême timidité, elle n'abordera personne, le simple fait de dire « bonjour » peut-être un mur infranchissable, elle est aussi extrêmement curieuse et peut parfois s'attarder sur des choses qui n'ont pas d'importances aux yeux des autres. Mais elle est aussi quelqu'un de fragile, oui, miss Metzengerstein se sent être d'une grande vulnérabilité ce qui a probablement fait naitre cette expression froide qui hante sans arrêt ses yeux devant l'inconnu. Sinon, si cette enfant est en école de dessin c'est bien parce qu'elle aime ça, déjà petite, elle avait cette imagination débordante qui la faisait sans arrêt dessiner des monstres biscornus, aujourd'hui elle compte bien en faire son métier, mais je tiens à vous rassurer, elle ne gribouille pas uniquement des chimères, or sa découverte de Dreamland a littéralement bouleversé sa vie et une soif insatiable est née en son sein, elle veut à tout prix explorer ce monde onirique. Quand à sa vie sociale, on peut dire qu'elle ne se fait que peu d'amis, la solitude ne la gêne pas et ce n'est pas que les autres gens de son âge la rejettent mais bien parce qu'elle a toujours l'impression de gêner par sa présence. Après, dire qu'il s'agit d'une fille intelligente serait entraver votre jugement, donc c'est à vous de voir si oui ou non, cette gamine à de l'esprit, je ne me donne pas ce droit.


Histoire.


Rien que la famille d'Hélène possède une histoire, cela remonte lors de la deuxième guerre mondiale, ses grands parents ont fuis l'Allemagne pour se réfugier en Suisse, non pas pare qu'ils étaient juifs mais pour la simple raison qu'étant une grande famille de chercheurs et de chimistes, on voulait à tout prix les recruter dans les centres de recherche nazi. Enfin, ils parvinrent à échapper à cela et s'installant à Zürich, dans le nord de ce pays pacifique. Donnant naissance à une seconde génération, plus précisément un fils qui suivit la tradition de la famille en foulant les chemins de la science. Il rencontra une femme à la fac dont il tomba amoureux, ils firent leurs études ensemble, décrochèrent leur diplôme, furent engagés dans deux différentes boites, l'une dans la fabrication de médicaments, l'autre dans la recherche. Ils parvinrent à avoir une situation tout à fait convenable et finalement décidèrent de quitter leur petit studio pour une maison dans un petit village au pied du Jura, une jolie bâtisse dotée d'un jardin ainsi que de tuiles et de volets peints de bleu. C'est ici que naquit Hélène, or celle-ci naquit avec un problème respiratoire, elle n'avait aucun filtre dans ses bronches pour pouvoir filtrer l'air qui lui parvenait, attrapant ainsi toutes sortes de bactéries, elle fut donc obligée de porter dès son plus jeune âge un masque à gaz conçu par son père, ce qui lui valut le surnom de « sale nazi » par ses camarades alors que sa famille avait tout fait pour éviter qu'un jour elle soit obligée de porter un tel fardeau sur les épaules. Enfin, elle arrivait à peu près à supporter les moqueries de son entourage mais bien heureusement pour elle, tout le monde n'était pas comme ça et elle réussit à se faire quelques amis avec qui elle tissa des liens très forts.

Les souvenirs de l'enfance se constituent en générales d'ombres grises, d'épisodes indistincts, de visages flous et débiles. L'un de ces souvenir remonte souvent dans la mémoire d'Hélène. Petite, elle adorait regarder ses parents travailler dans le laboratoire de la cave, ils s'entraidaient pour leur profession et toutes les manipulations qu'ils faisaient, ce liquide qui passait d'alambiques en fioles par des ballons, ces réseaux de verres qui jouaient avec l'essence du monde, aux yeux de l'enfant qu'était Hélène, ça avait quelque chose de magique. Mais un jour, en voulant toucher cette magnificence de plus près, la gamine fit lamentablement tomber des fioles contenant plusieurs types d'acides, les éclaboussures et les éclats de verres la touchèrent, si elle se souvient parfaitement de ce souvenir, c'est bien parce que la douleur éprouvée ce jour là fut sans égale, mais en plus de la douleur physique vint s'ajouter les vapeurs que dégageaient le mélange de ces substances qui firent vomir illico l'enfant, l'étourdissant d'une manière peu agréable et avec les cris affolés de sa mère et l'agitation nerveuse de son père sur le téléphone, la fillette crut avoir un aperçu de l'enfer, les flammes lui brûlant allègrement les poumons de l'intérieur, si le masque à gaz n'avait pas été là, elle en serait probablement morte à l'heure qu'il est. Mais tout ceci explique la phobie de l'enfant, heureusement, elle n'eut plus l'autorisation de fouler le sol de la cave et alors qu'elle était auparavant réticente à devoir porter son masque, elle ne le quitta plus jamais, ne serait-ce que pour dormir.

Enfin, sa croissance se poursuivit, sa scolarité aussi, tout cela sans encombres, ses amis s'occupaient bien d'elle et elle le leur rendait bien. Même si dès qu'une gastroentérite frappait l'école, Hélène était fort réticente à l'idée de poser un pied sur le pavé dans la cour car pour elle, chaque élève était suspect, comme infecté par une peste qu'elle n'aurait pour rien au monde. Bref, à l'âge de ses dix ans, ses parents décidèrent de partir de Suisse, ils en avaient assez du froid et voulaient s'essayer à l'air marin et eurent le projet de déménager en France. Hélène fut donc obligée de quitter ses amis avec qui elle avait grandit près de sept ans, le souvenir vague de l'arrière de la voiture donnant un dernier aperçu de la maison aux volets bleus reste dans sa mémoire. Son cœur lui criait de rester là, à jouer éternellement avec ses amis, quitte à vivre sans ses parents, elle dut se plier à leur autorité et intégra une école primaire catholique qui plus est où elle se monta des sortes de barrières, ces autres enfants, elle ne voulait pas les connaître ne voulait même pas entendre s'ils étaient gentils ou non, elle se concentra uniquement sur sa scolarité ce qui lui valut de sauter une classe où elle fit encore moins d'efforts d'adaptation. Ce fut seulement lorsqu'elle fut arrivée au collège qu'elle recommença à fréquenter quelques personnes... mais il leur manquait toujours quelque chose que les enfants suisses n'avaient pas, peut-être le fait que ces derniers avaient connu Hélène alors qu'elle commençait à savoir compter sur le bout de ses doigts. Enfin, ses années lycées lui apparurent comme incroyablement longues, ses heures passées à dessiner sur les tables ne se comptaient plus et son bulletin le démontraient bien, mais elle eut des résultats suffisants pour passer son bac arts plastiques et entrer dans une bonne école à Paris où elle s'installa dans un petit studio à l'ombre de deux immenses immeubles. Sa mère ayant posté des annonces un peu partout pour chercher un colocataire à sa fille, de peur qu'elle ne se renferme trop sur elle-même une fois seule.

Aujourd'hui, Hélène rentre de ses cours, sans passer par la case « diner », elle part directement s'enfoncer la tête dans l'oreiller, pour y vivre un peu de changements.

Poste Rp.


J'ai quatre ans quand j'entends le son de mes pieds nus fouler le ciment nu de cette pièce renfermée où seule la faible lumière d'un plafonnier éclaire ma personne. J'avance, poussée par une curiosité infantile. A cet âge là, les tables du laboratoire de mes parents m'arrivent à hauteur du nez. J'ai mon cœur qui bat la chamade comme léché par les flammes d'une peur trop profonde pour être remarquée. Mais au fur et à mesure que j'approche mes mains de ce qui est posé sur la table, ces magnifiques alambics dans lesquels sont entreposés quelques liquides aux drôles de couleurs, cette peur me gagne, mon for intérieur me hurle de rebrousser chemin, mais la soif de découverte est plus forte. J'ai les yeux avides, je m'appuie sur la table pour m'y hisser, mieux voir mon reflet dans le verre, bizarrement, j'ai les cheveux qui vont du bleu nuit au rose... mais ce détail ne m'accroche pas vraiment. Le silence qui pesait dans la pièce était tel qu'on aurait entendu une aiguille tomber dans mes cheveux, rendant ainsi l'atmosphère écrasante, je connaissais l'aboutissement de tout ceci mais comme une fascination malsaine, je continuais d'exécuter ce rituel et continuais la routine qu'avait engendré ce souvenir dans mon subconscient. Je saisis l'une des fioles de ma main libre et l'approche de mes yeux, la soupèse, l'agite. Soudainement, ma main qui me maintiens sur la table glisse, je bascule et donne un coup de pied dans la table, tout ce qui s'y trouve tremble, une rangée de fioles tombent et c'est l'effet domino. Je me sens happée par le vide, la chute me paraît si longue et ces divers conteneurs de verres qui lévitent dans le temps sous mes yeux, qui chutent si lentement vers moi, l'espace semble se distordre comme si en ayant fait trembler cette table, j'avais ouvert la boite de Pandore. Enfin, cette vision fut de courte durée, je m'écroulais lamentablement sur le sol du laboratoire, assise, à mes pieds, tous ces ustensiles de laborantin, j'y reconnais l'acide sulfurique qui commence à creuser le sol avant de se mélanger à d'autres substances, créant une vapeur qui s'élève flegmatiquement dans l'air, formant un drôle de nuage que je ne peux quitter des yeux, il se meut dans une drôle de danse au lieu de se dissoudre dans l'air. Il s'approche, lentement de ma personne , le seul son qui brise le silence est celui de l'acide qui dévore allègrement le ciment et la luminosité de l'unique lampe se meurt peu à peu. Ce personnage éthéré, je le connais, ça fait dix ans qu'il hante mes cauchemars... et qu'il m'y tue. Cette nuit, même chanson, une fois qu'il eut prit une forme à peu près stable, il me retirait mon masque de force. Je sentais la détresse s'emparer de moi, obstruer ma pensée dès le moment où les voix de mes parents se mirent à retentir dans ma pièce, il s'agissait de sons indécis, impossible d'y décerner quelques mots, d'y saisir une seule parole mais on pouvait tout de même comprendre que j'étais le sujet de leurs cris. Ces derniers s'intensifiaient au fur et à mesure que la présence de cet être nébuleux se faisait plus pesante et que ses vapeurs commençaient à picoter ma peau et à pénétrer mes poumons. Cette sensation de brûlure de l'intérieur qui vous donnerait envie de percer un trou dans votre poitrine pour l'arrêter à mains nues, c'était littéralement insoutenable, comme chaque nuit, j'allais finir étranglée par ces gaz avant de vomir mes tripes et de me réveiller en sueur. Cela commençais sérieusement à m'agacer cette routine, je haïssais l'oisiveté et voilà que je m'abandonnais quasiment à la mort... non c'était trop. Mon regard changea, la panique quitta mon corps je me levais d'un bond, me propulsant par les pieds, je me jetais sur cette chose, qui, étrangement, ne se déroba pas sous mon poids et resta compact, il tituba avant de se reprendre et de vouloir accélérer la dissolution de mes poumons. Je commençais moi aussi à l'étrangler, physiquement, des larmes perlaient le long de mes joues à cause des lambeaux aériens qui s'échappaient dans l'air, hors de son contrôle, il se dissolvais dans l'air et je tenais bon même si tout mon intérieur était en train de fondre, cette fois-ci serait la dernière.

''Non ! Arrêtes inconsciente ! Tu vas détruire Dreamland comme les autres ! Ils t'élimineront dès que tu auras posé les pieds là-bas de toute manière ! Ça ne sert à rien !''
''La ferme ! C'est MON rêve ! MES souvenirs ! C'est MOI et moi seule qui décide ici !''

Je soulevais son cou, entrainant sa tête et le haut de son corps en même temps devant mon visage, une expression de rage me tordait la face. Puis, d'un coup décisif, je le rabattais violemment sur le sol où il éclata sous la forme d'un liquide sans vie dans lequel je tombais, essoufflée. La peur me reprit en voyant cette substance se remettre à se mouvoir, en un éclair, il se mit à se coller à moi, je tentais de me lever mais avec la douleur qui me prit dans ma poitrine, je titubais et trébuchais en arrière. Je mis mes bras devant mon visage par pur instinct. La chose se projeta sur moi en milliers de petites gouttelettes qui me recouvrirent toute entière dans un manteau acide qui dissolut mes vêtements avant de s'attaquer à ma peau, pénétrant à l'intérieur en y creusant leur sillon. J'aurais pu hurler à la mort, c'est ce que mon cœur me disait mais à quoi bon ? Si personne, même mes parents ne pouvaient m'entendre, pourquoi crier pour briser le silence ? Pour se sentir exister ? Je savais de toute manière que c'était finit avec mes poumons en miettes et ma peau calcinée, il n'y avait pas grande chance d'échappatoire. Quelle horrible sensation que d'avoir chaque pore de sa peau se voir dissoudre... j'avais l'impression d'être un steak que l'on jetait sur une poêle pleine d'huile déjà brûlante.

Je crus tourner de l'œil pendant un temps, ma vue vacilla, je crus voir l'espace se distordre avant que je reprenne conscience de ce qui m'entourait. La douleur s'était apaisée, je me tenais maintenant debout dans un lieu bien plus lumineux que le laboratoire de mes parents. Curieuse, je levais mon bras devant mes yeux. Ma peau était là et pourtant quelque chose clochait, en y regardant de plus près je pus distinguer une pâleur inhabituelle, certes je n'avais pas le teint basané non plus en temps normal mais cet teint blafard était presque celui d'un mort... en retournant ma main pour y observer mon poignet, je fus surprise de cette teinte verdâtre qu'avaient mes veines... bon ça venait de là mais il s'agirait de l'acide ? Mais comment expliquer le fait que mon cœur continuait de battre si ce qui parcourait mes vaisseaux n'étaient pas du sang ? Enfin, j'aurais des réponses en temps et en heure, l'important était que j'étais vivante. Jetant un coup d'œil autour de moi, je remarquais que j'avais atterris au milieu d'une sorte de désert rocheux chauffé par un soleil de plomb. Intriguée, je commençais à parcourir le lieu dit m'arrêtant parfois pour lire les écriteaux gravés sur les pierres.

« Comment ai-je bien pu me retrouver ici ?... » « Ça fait con d'avoir la peau verte... » «  Je vais faire comment sans mon masque, moi ? » « Ça fait beaucoup de coïncidence toutes ces phrases, j'y pensais toujours au même moment où elles apparaissaient... » « Hein ?! Non mais c'est quoi ça ? Et la vie privée là-dedans ?! » «  Mais... mais je suis à poil ?! Merde merde merde... » « Bon du calme... au pire je pourrais être violée par un cactus alors... » «  Non mais oh ! Il se rince l'œil lui ?! »

D
evant moi, un être étrange à l'épiderme rose et a la tête en forme de points d'interrogation, je cachais mes parties intimes, mon teint pâle avait littéralement disparut pour laisser place à une peau d'un beau rouge pivoine. La bestiole me dévisageait d'un air un peu déconcerté, non pas par ma nudité mais sûrement par la position très détendue dans laquelle j'étais. En bredouillant un peu, j'osais :

''Excusez-moi, pourriez-vous me dire où sommes-nous ? Et où trouver une boutique de vêtements... s'il vous plait...''
''Ah... j'avais cru qu'avec votre visage rougeaud vous veniez de Delirium city... vous êtes nouvelles, apparemment. Ici on est à Dreamland, le monde des rêves où tous les humains se rendent une fois endormis et tu dois être nouvelle voyageuse, mais qu'importe, ils ne font pas long feu ces derniers temps... Tu as de la chance d'être sur le territoire du clan Onirion ma belle, ils s'occuperont de toi la nuit prochaine à moins que tu ne sois cueillie par un cauchemar détestant ceux de ton espèce... en tout cas, je te souhaite bonne chance.''

J'aurais voulus lui demander autre chose mais à peine eus-je le temps d'ouvrir la bouche qu'une sonnerie nasillarde me tira de mes songes, je sursautais et m'aperçus que j'étais étalée sur le sol de mon studio, non loin de mon lit certes, mais j'étais bel et bien tombée. Je m'assis précipitamment puis avec des gestes rapide, je vérifiais que mon masque était bien à sa place ( et je m'aperçus que mon pyjama ne s'était pas dissout à mon grand soulagement.). Ce rêve n'était pas banal, je m'en souvenais parfaitement comme s'il se fut agit de ma journée de la veille... enfin, je pense que je ne serais plus dérangée par le même cauchemar... après va savoir si je reverrais ce « Dreamland »...



Autres.

Aime : Les salopettes, l'originalité, le dessin, les histoires et les endroits un peu glauques, manger avec des baguettes, faire peur aux enfants, les tags, Edgar Allan Poe et Tim Burton.
N'aime pas : La malbouffe, les bains de foule, Justin Bieber, les personnes qui pètent plus haut que leur c**, les méprises que l'ont fait à son sujet, la dictature vestimentaire.
Particularités, autres : Café ?
Niveau d'étude hors de Dreamland : Première année dans une école de dessin à Paris.
Comment avez-vous découvert le forum Gogole.
Première impression : Design nickel chrome, seulement, je trouve que le gris foncé ne colle pas trop avec Dreamland... mais on va pas s'en plaindre non plus vu qu'il est de bonne qualité.
Code de validation : Validé par Dox'
Revenir en haut Aller en bas
http://daejester.deviantart.com/
AuteurMessage
Nodox Pebbles
Messages : 2415
Date d'inscription : 13/04/2010
Age du personnage : 29

Voyageur Expérimenté
Nodox Pebbles
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 450
Renommée: 966
Honneur: 410
MessageSujet: Re: Caution : Chemical hazard. [Terminée.] Caution : Chemical hazard. [Terminée.] EmptyMer 1 Sep 2010 - 15:25
Bienvenu !

Très belle présentation, juste une chose, pense à sauter des lignes plutôt que faire des gros pattés ^^

Sinon je suppose que c'est terminé mais je voudrais avoir confirmation Smile
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Hélène Metzengerstein
Messages : 185
Date d'inscription : 31/08/2010
Age du personnage : 26

Maraudeur des rêves
Hélène Metzengerstein
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 320
Renommée: 1200
Honneur: -80
MessageSujet: Re: Caution : Chemical hazard. [Terminée.] Caution : Chemical hazard. [Terminée.] EmptyMer 1 Sep 2010 - 15:27
Merci bien et oui elle est terminée ^^

Je m'excuse pour les pattés, j'y ferais attention à l'avenir '___'
Revenir en haut Aller en bas
http://daejester.deviantart.com/
AuteurMessage
Nodox Pebbles
Messages : 2415
Date d'inscription : 13/04/2010
Age du personnage : 29

Voyageur Expérimenté
Nodox Pebbles
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 450
Renommée: 966
Honneur: 410
MessageSujet: Re: Caution : Chemical hazard. [Terminée.] Caution : Chemical hazard. [Terminée.] EmptyMer 1 Sep 2010 - 15:32
Bien, tout est validé Smile

Maintenant une petite question en rapport avec ton pouvoir : Tu met que de l'acide coule dans tes veines, éventuellement, on est au pays de rêves après tout mais cela pose un problème. Si tu as l'acide en toi, tu est plus dans la classe des morpheurs, ceux qui se transforme en leur pouvoir. Mais avec le reste de ta description se serait plutôt contrôleur ...

Si tu as un avis là-dessus, ça pourrait m'aider ^^ merci d'avance.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Hélène Metzengerstein
Messages : 185
Date d'inscription : 31/08/2010
Age du personnage : 26

Maraudeur des rêves
Hélène Metzengerstein
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 320
Renommée: 1200
Honneur: -80
MessageSujet: Re: Caution : Chemical hazard. [Terminée.] Caution : Chemical hazard. [Terminée.] EmptyMer 1 Sep 2010 - 16:14
C'est vrai qu'en y repensant... '_'
Enfin, je voulais surtout me servir de ses veines pour avoir une idée du volume d'acide qu'elle avait à disposition, par la suite je pensais la rendre capable d'en générer par sa propre volonté mais pour le moment elle n'a que 5 litres à sa disposition...

Ça ne me servait que de repère après je la considérais comme contrôleuse ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://daejester.deviantart.com/
AuteurMessage
Trouble
Messages : 349
Date d'inscription : 17/04/2010
Age du personnage : 31

Voyageur Expérimenté
Trouble
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 340
Honneur: 25
MessageSujet: Re: Caution : Chemical hazard. [Terminée.] Caution : Chemical hazard. [Terminée.] EmptyMer 1 Sep 2010 - 16:26
Bienvenue! Pour ma part, je voudrais savoir si tu as déjà eu de l'expérience des Forums Rps? on dirait bien, mais j'aimerais savoir où et avec quel perso. Si tu ne veux pas répondre, ce n'est pas grave^^
Dox, c'est peut-être le moment de mettre en place le système de Rang à la prez dont on avait parlé? Dit moi si tu est ok
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Cain Sloph
Messages : 986
Date d'inscription : 17/04/2010
Age du personnage : 28

Maraudeur des rêves
Cain Sloph
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 305
Renommée: 795
Honneur: -350
MessageSujet: Re: Caution : Chemical hazard. [Terminée.] Caution : Chemical hazard. [Terminée.] EmptyMer 1 Sep 2010 - 16:26
C'est parti pour contrôleuse ^^, bon RP
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Hélène Metzengerstein
Messages : 185
Date d'inscription : 31/08/2010
Age du personnage : 26

Maraudeur des rêves
Hélène Metzengerstein
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 320
Renommée: 1200
Honneur: -80
MessageSujet: Re: Caution : Chemical hazard. [Terminée.] Caution : Chemical hazard. [Terminée.] EmptyMer 1 Sep 2010 - 16:33
Merci à vous deux ^^

Alors... oui ça doit faire un an que je rp, j'ai commencé dans des forums qui ont coulés pour beaucoup après certains portaient sur le fantasy d'autres manga... en ce moment je suis sur un forum naruto et un autre de dreamland... (qui est un peu mort il faut le dire...) après les personnages, j'ai d'abord commencé avec des choses relativement banales mais avec le temps je préfère créer des personnages singuliers avec des avatars fais de ma main (ça égale pas photoshop mais je suis sure d'avoir ce que je veux xD )

Voilà '__'
Revenir en haut Aller en bas
http://daejester.deviantart.com/
AuteurMessage
Nodox Pebbles
Messages : 2415
Date d'inscription : 13/04/2010
Age du personnage : 29

Voyageur Expérimenté
Nodox Pebbles
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 450
Renommée: 966
Honneur: 410
MessageSujet: Re: Caution : Chemical hazard. [Terminée.] Caution : Chemical hazard. [Terminée.] EmptyMer 1 Sep 2010 - 19:32
ça marche Trouble.

Hélène, je te valide en rang 3 directement étant donné le haut niveau de ton écriture.

Bonne continuation !!
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Hélène Metzengerstein
Messages : 185
Date d'inscription : 31/08/2010
Age du personnage : 26

Maraudeur des rêves
Hélène Metzengerstein
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 320
Renommée: 1200
Honneur: -80
MessageSujet: Re: Caution : Chemical hazard. [Terminée.] Caution : Chemical hazard. [Terminée.] EmptyMer 1 Sep 2010 - 19:51
Wah vous êtes généreux '__'

En tout cas merci infiniment pour cet accueil et pour ce bonus ! =D
Revenir en haut Aller en bas
http://daejester.deviantart.com/
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Caution : Chemical hazard. [Terminée.] Caution : Chemical hazard. [Terminée.] Empty
Revenir en haut Aller en bas

Caution : Chemical hazard. [Terminée.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Administration Onirique :: Personnages Joueurs :: Présentations :: Validées-