Haut
Bas

Partagez|

Event 6 : Une fête inoubliable !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2786
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 27

Voyageur d'élite
Ed Free
Voyageur d'élite

Carte d'identité
Essence de Vie: 4095
Renommée: 7949
Honneur: 1289
MessageSujet: Re: Event 6 : Une fête inoubliable ! Mar 27 Jan 2015 - 19:45
La notion d’égalité chez Lithium avait de quoi faire sourire ; moi en tout cas, c’est ce que je fis, acceptant cette réponse d’une simplicité si franche qu’elle ressemblait à un principe de vérité général dont les grands hommes noircissent leurs pages. Je lui fis un hochement de tête pour lui dire que c’était compris, et que c’était derrière nous. Je me sentais légèrement heureux de savoir qu’elle était capable de répondre ainsi, ce qui voulait autant dire qu’elle n’avait certainement pas les mêmes problèmes la nuit que le jour, et en plus qu’on ne se détestait pas tant que ça. Une bonne chose si on voulait danser ensemble, eeeet, c’était parti…

Au rock, peut-être que Lith pensait que oui, le sautillement était la clef, en bref, le mouvement permanent, j’avais une autre façon de visualiser l’instrument principal qui faisait graviter les autres éléments de la danse autour de lui, et c’était le contact. La base, une main, voire deux mains, ensuite, le corps de l’autre, mais sinon, ne jamais rompre le contact sinon pour un temps, un temps seulement, c’est-à-dire, le temps d’un temps, et c’était autour de ce contact que tout allait s’organiser, le contact décidait, était la base. Faire tourner Lithium sous mon bras, c’était le mouvement le plus basique, il demandait un toucher d’une main, hop, je récupère l’autre, hop, encore une fois elle repasse en tournant, pas besoin de se lâcher pour rectifier les poignets comme il aurait fallu le faire en cas de plusieurs tours, etc. Je restais sur les mouvements basiques, de une parce que je n’étais pas si doué que ça, et de deux, afin que Lithium puisse correctement suivre les pas de danse ; le rock avait besoin d’un meneur, comme tout, mais il fallait que les deux dansent tout de même.

Le rythme aussi jouait énormément, et le rythme était mon point faible ; je tentais subtilement de me laisser porter par les autres mouvements de Lith, si elle suivait mes mouvements, je suivais ses impulsions ; ses pieds aussi, c’était une bonne indication. Le rendu final était propre en fait, extrêmement bien même vu le nombre de gens qu’il y avait. On n’était pas serrés mais y avait de l’agitation. Et évidemment, on se fatiguait rapidement. Mais il fallait garder le rythme, je n’hésitais pas à appuyer fort sur les mains, le dos de Lithium pour lui faire comprendre que j’étais parfaitement capable de la retenir au cas où elle voudrait aller à fond dans un mouvement qui lui permettrait d’abandonner totalement son centre de gravité et qu’elle ne soit retenue que par une main ou un bras. En tout cas, je devais avouer que c’était vraiment bien, Lithium faisait tout le charme de la danse. Avec une partenaire moins douée, j’aurais été obligé de ralentir le rythme et avec des torsions et/ou des pulsions, de mieux diriger la personne. La Voyageuse était assez douée pour répondre instinctivement à chacune de mes demandes, et avec la fluidité de sa danse, à m’impulser les siennes afin de donner un cours logique.

Hop, deux bras tendus, on prenait la distance, son regard était éloquent, j’allais devoir la rattraper ; pendant un moment, le temps d’un battement de cil, je me dis qu’elle allait foncer pour refaire le célèbre mouvement de Dirty Dancing, vous savez, celui qu’on ne peut faire que quand on a de la place. Mais nan, je reconnais le mouvement, la course, le saut, je la rattrape les mains au-dessus des hanches, vers le milieu du corps pour pouvoir mieux la tenir, les pouces vers l‘intérieur aussi, je la fais descendre jusqu’à ce que son dos soit à l’horizontal avant de la remonter presque au-dessus de moi et hop, elle remet les pieds par terre et c’est reparti.

Je vois le rock aussi comme une question de distance, entre l’éloignement et le rapprochement, rapprochement prolongé, je joue avec les bras de Lith et ses poignets, elle tourne selon l’axe en hauteur, la danse fait tromper le jeu des articulations, et hop, on est de nouveau face-à-face, et hop, on s’éloigne.

Si je fais attention à l’environnement, mon être entier est concentré sur la blonde, je fais attention au moindre de ses mouvements et à la moindre de ses variations, sinon, la danse allait devenir plus rigide : Lithium était une habituée du rock, ou en tout cas, elle dansait mieux que moi. Si je ne faisais pas assez attention (hop, elle s’enroulait autour de nos deux bras et termina dos contre mon ventre avant de se dérouler), on allait forcément rendre quelque chose de plus brut et de moins construit. Quand la musique des Beatles s’éteint, j’en profite pour lui murmurer à l’oreille le fond de ma pensée :

« T’es super douée, tu sais ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 303
Date d'inscription : 16/01/2011

pnj
PNJ du Staff
pnj

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Event 6 : Une fête inoubliable ! Ven 30 Jan 2015 - 22:18
Sur la piste, les couples dansèrent du mieux qu’ils purent. Certains, bien que doués, se contentèrent de mouvements classiques et de pas répétés et biens en rythmes. D’autres, plus aventureux, essayèrent des pas plus risqués ou plus sensuels. Max dansa timidement avec sa compagne et ne proposa finalement aucun spectacle ahurissant. Li, de son côté, ne montra aucune élégance dans sa danse et manqua la plupart du temps le rythme. Malgré l’énergie qu’il y mettait et l’excellente partenaire dont il disposait, il ne marqua les esprits que par les fautes qu’il commit. Quant à Geyr, aucun doute sur son talent. Hélas, prendre une partenaire au hasard n’était pas nécessairement une stratégie adéquate. Celle-ci, bien que loin d’être mauvaise, était trop intimidée par lui pour se lancer dans quoi que ce soit d’intéressant et il devait souvent la reprendre, la relancer, toujours avec le sourire néanmoins. Arrivé au premier refrain, il avait déjà décidé de changer pour les prochaines danses. Le concours durerai une bonne dizaine de chansons, mais lui-même n’avait pas prévu de les faire toutes. Max se désisterait probablement au bout de la deuxième et il était certain que Li, piètre danseur, irait rejoindre ses compagnons oniriques dès la fin de celle-ci. Il y eut bien les couples de danseurs professionnels pour se démarquer un peu et montrer leurs talents en occupant un maximum d’espace, cependant, aucun d’eux n’avait la notoriété du 21ème de la Major, surtout que sa partenaire n’était pas une parfaite inconnue non plus. Et au moment du porté parfaitement réussi qu’ils proposèrent au public attentif, il y en eu beaucoup pour applaudir et acclamer.

Immédiatement, Geyr repéra le couple sans cesser de danser, soudain très sérieux, il envoya un regard à son assistante, Carol qui leva deux doigts avec sa main droite, puis en leva un autre avant d’hocher la tête. L’instant suivant, Wynn retourna à la danse comme si de rien était. La chanson prit fin quelques temps après et les couples s’applaudirent les uns les autres, en même temps que la foule. On lança un micro à Geyr Wynn qui l’attrapa sans problème et s’approcha immédiatement de Ed et Lithium.


« Wooooh ! Applaudissez fort mon pote, l’unique, le grand Eeeeeed Freeeeeeee ! » lança-t-il avec un grand sourire en prenant celui-ci par l’épaule. Beaucoup d’applaudissement rugirent à cette annonce. Il en profita pour repérer le signe de Carol qui venait enfin d’identifier sa cavalière. Il hocha la tête et repris. « Et avec lui, la sublime, la majestueuse, l’Artiste, Lithium ! Je ne sais pas pour vous les gars, mais pour moi, ils remportent la première manche ! » D’autres applaudissements approuvèrent, tandis qu’il se tournait à nouveau vers le DJ : « Allez ! Musique ! »

Et ayant, mine de rien, profité de l’occasion pour abandonner sa première partenaire, il se dirigea vers une autre, apparemment choisie au hasard, comme la première. Une nouvelle musique repartit, piégeant tout le monde par son tempo de tango… Alors que de nombreuses voix s’élevaient déjà pour se plaindre de ce choix digne des salons de thé de grands parents, deux couples étaient déjà partis. Les deux jeunes qui avaient été encouragés au départ d’un côté, Max Andrews et sa copine de l’autre. Le numéro 3 de la ligue Major envoya d’ailleurs un petit sourire en coin à Geyr qui s’était laissé surprendre par ce choix. Apparemment, le numéro 1 n’était pas le seul à avoir fait joués ses avantages ce soir. La guerre était déclarée et les deux couples déjà en scène montraient un talent indéniable. Beaucoup plus travaillé pour Andrews, beaucoup plus sensuel pour les deux autres.

Musique

Au bar, l’homme qui parlait à Khildar reçu enfin son verre. Il sourit en entendant la première remarque du lord et répondit du tac au tac.


« You wish I was. » Puis, il écouta les excuses de l’autre avec attention, muni d’un petit sourire amusé. Il avait l’air intéressé par le personnage qu’était Khildar, suffisamment au moins pour continuer cette conversation. « I don’t mind waiting. And my name is Till, by the way. What’s yours ? » Il fit un tour d’horizon en attendant la réponse de l’intéressé. « So, who are we waiting for ? your boyfriend or mine ? »

A l’étage, l’homme était toujours là. Il entendait les résidus étouffés de la musique et des acclamations lorsqu’un couple grimpa jusqu’ici pour s’installer au bar et discuter autour d’un verre. Lui était français, sans aucun doute. Elle, était américaine, même si elle essayait de cacher son accent. Il l’avait évidemment reconnue, contrairement à Kala et il se demanda ce que donnerait effectivement la conversation. Sans avoir l’air de plus qu’un homme d’âge mur planté là à boire jusqu’à ce que coma éthylique s’ensuive, il écouta la conversation tandis que Jessica Baker glissait doucement et innocemment un :

« Alors, t’es venu tout seul ou t’étais accompagné ? »

Elle avait un truc en tête. Il les laissa poursuivre jusqu’à ce qu’un autre personnage fasse son entrée à l’étage. Li Ishimaru, accompagné de trois amis, après avoir abandonné la piste de danse à Max et Geyr, vint squatter l’une des tables de billard. Il jeta un œil à Jessica et la reconnut à l’instant. Il la salua d’un hochement de tête avec une certaine moquerie dans le regard. L’air de se demander ce qu’elle faisait avec un petit minable. L’homme qui observait tout cela au bar se demanda un peu quelle conversation écouter à présent.

__________

http://www.youtube.com/watch?v=iMtcqx4vXXA


Tu connais le sens du mot Némésis ?
Un juste châtiment légitimement infligé par l'intermédiaire ou au moyen d'un agent approprié, personnifié en l'occurence par un redoutable salaud :
Moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 74
Date d'inscription : 05/04/2012
Age du personnage : 25

Nouveau challenger
Alan Stain
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 80
Honneur: 50
MessageSujet: Re: Event 6 : Une fête inoubliable ! Mar 3 Fév 2015 - 2:24
Le rythme de la musique était entraînant et nos pas se synchronisaient de mieux en mieux. Le langage du corps devînt notre unique moyen de communication. Nous nous découvrions l'un l'autre au rythme de la musique et c'était bien la première fois pour moi de commencer à connaître quelqu'un de cette manière. La chaleur montait au rythme de nos mouvements et ces quelques minutes semblèrent durer un instant. La musique s'arrêta. Une expiration. Je pris la parole.

« On peut dire que ça fait une bonne entrée en matière !

-C'est sûr, ça nous aura mien chauffé.

Les danseurs s'arrêtèrent et applaudirent en cœur pour saluer la performance de chacun. Immédiatement après comme calculé minutieusement, Geyr Winn prit le micro et se remit à faire son show qui sans aucun doute ne faisait que commencer. Nous n'écoutions guère ce qu'il disait préférant profiter du répit pour en savoir plus l'un sur l'autre. Elle commença.

« Au fait tu fais quoi sur Lyon ? T'y es pour tes études ou le boulot ou t’habite en périphérie ?

-J'y suis né et y ai toujours vécu. Et j'y poursuis mes études aussi, je suis en STAPS. Et toi ?

-J'ai pas mal bougé, mes parents étaient reporters pendant de longues années et ont fait le choix de me prendre avec eux. On s'est posés sur Lyon un peu plus tard et j'y fais des études en photographie.

-Ok, ça a l'air cool. Tu t'en sors bien ?

-Pas trop mal ouais. »

Le numéro 1 de la Major lança la musique suivant avec son panache habituel et les premières notes se firent entendre. Ils attaquaient fort, un tango. Une musique qui demande une certaine proximité entre les partenaires ainsi qu'une grande part de sensualité. Nos regards se croisèrent, un sourire se dessina sur nos lèvres. Il allait falloir se prêter au jeu et nous le savions. Nos mains droites se joignirent dans un mouvement quasi synchronisé. Paume contre paume, tournées vers le haut, nous entamions des pas lents rythmée se posant ensuite avec force sur le sol. Chacun allant à notre gauche puis vers la droite tout en changeant la main qui nous reliait l'un à l'autre. Nos visages s'approchèrent peu à peu progressivement. Les yeux dans les yeux. Le regard ne devait jamais se détourner de celui du partenaire. Un jeu de séduction permanent ou le regard et les mouvements rythmés et puissants laissaient transparaître la passion. L'alcool faisait toujours son œuvre. J'étais désinhibé. Et à ce que j'en percevais elle l'était aussi. Suivant mes pas à la perfection. Soutenant mon regard avec une lueur amusée de défi. Je souris. Jouons alors.

Je m'éloignais tendant le bras tout en la tenant du bout des doigts, l'autre bras tendu vers l'arrière. Elle s'enroula à l'intérieur se retrouvant alors dos à moi. Nos corps se touchant, fusionnant, faisant parti d'un tout sublimé par la musique.
Je mis ma main sur sa hanche. Elle se déhancha tout en tournant sur elle même. Je suivis. En un battement elle avait pris le contrôle. Je voyais aussi le tango comme une confrontation de deux passions luttant pour montrer laquelle est la plus forte. L'intensité monta.

J'amorçais un mouvement sur sa hanche pour la rejeter, levant peu à peu la main qui nous reliait pour faire passer Joy en dessous en tournoyant. Et elle le fît. Sa robe dissymétrique se prêtant parfaitement à ce type de chorégraphie se mit à voleter se soulevant dans un même geste. Je la repris à moi tout en la faisant tournoyer. Nos corps se touchèrent, les frontières corporelles volant de nouveau en morceaux. Elle passa sa main sur mes hanches tandis que la mienne se logeait derrière son dos. Nos pas se croisaient allant chacun d'un coté puis de l'autre, se croisant et se décroisant constamment.  Elle fît une fente avant puis remonta la jambe et la posa sur mon coté droit. Elle se libéra de mon emprise et passa en me frôlant tout en tournoyant. Je m'éloignais en faisant de même de sortes que quelques pas nous séparent. Le jeu était incroyable. Nous nous abandonnions l'un à l'autre dans une frénésie rythmée et sensuelle. Aucune conversation n'aurait pût nous rapprocher si vite ni avec une telle force. À cet instant nous n'avions pas l'air d'être deux inconnus venant de se rencontrer mais bel et bien de connaissances venant s'éclater sur la piste.

Nos regards s'intensifièrent tandis que nous avancions l'un vers l'autre dans des pas croisés rapides précis. Nos mains se joignirent à nouveau cette fois les deux paumes l'une contre l’autre, nos visages se touchant presque. Un frisson. Je contournais le siens la frôlant presque avant de me positionner au niveau de son coup. Ma main gauche glissa le long de son bras avant de se positionner sur son bassin. Son bras entoura mon épaule.

« Tu es plutôt surprenante. » Murmurais-je à son oreille. « Je te retourne le compliment. » Dit-elle en éloignant sa tête pour pouvoir croiser mon regard. Un courant électrique semblait passer, décuplant nos force.

Cette danse dégageait énormément de puissance et d'émotions entremêlées dans un tourbillon hypnotique. Le temps était comme figé, suspendu à nos lèvres entrouvertes faisant passer nos souffles saccadés. Emprisonné dans nos regards. Sa jambe pliée se leva le long de la mienne. Je saisis sa cuisse tout en la tenant fermement entre les omoplates et je me penchai tout en descendant sur mes appuis en fente avant. Tout cela semblait irréel. Cette danse ici avec une fille que je venait de rencontrer. Cette confiance qui s'installait. Aucun des deux ne faisant le pas pour aller plus loin et qu'ainsi tout ceci reste un simple jeu. Je la remontais puissamment nous redressant tout deux. Elle enchaîna par une demi-vrille qui la mit dos à moi avant de m'entourer avec sa jambe gauche. Son pieds se positionnant dans le bas de mon dos. Sentant que c'était le moment je la saisis par les hanches et la porta tout en tournoyant. Je devais rester solide sur mes appuis si je ne voulais pas finir déséquilibré. Je la reposa en douceur et le tango continua encore un moment que je ne pus quantifier tant j'étais absorbé. La proximité devînt quasi naturelle et le reste s'enchaîna presque naturellement dans ce même élan fougueux. C'était une sensation enivrante comme un parfum qui nous ferait tourner la tête. Je me sentais franchement bien.
Quelle soirée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : Water Boy
Messages : 1525
Date d'inscription : 05/01/2011
Age du personnage : 20

Arpenteur des rêves
Kala Kourou
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 505
Renommée: 1424
Honneur: 316
MessageSujet: Re: Event 6 : Une fête inoubliable ! Sam 7 Fév 2015 - 1:05
Je me demandais de plus en plus si entreprendre le projet de draguer Jessica était une mauvaise idée ou non. Rappelle-toi Kala, tu n'étais pas venu pour t'amuser, te bourrer la gueule ou pour pécho. T'étais venu pour essayer de récolter des informations concernant la guerre qui allait se produire prochainement mais aussi pour gagner des alliés concernant le probable assassinat du seigneur-grosse pute Pijn. Mais déjà que je comptais sûrement participer à la guerre plutôt contre mon gré, si Ed (qui m'avait embarqué dans son projet de tuer le seigneur cauchemar) commençait à faire mumuse avec des lolos, je n'avais plus de raison pour forcer les choses et ne pas me relâcher. Alors bon, comment pouvait-on faire cela ? C'était très simple : tu avais une fille qui s'intéressait à toi, qui aimait boire, tu avais v'là le fric pour te mettre aisément bien. La solution coulait de source, tu te devais de passer du bon temps avec elle. Surtout si tu étais libre dorénavant. Alors fonce, qu'est-ce que tu attendais ?

Je ne savais pas trop, j'avais un peu peur. Peur de quoi ? Qu'elle me foute un énorme râteau, que finalement elle ne cherchait que la compagnie d'une personne, qu'elle soit du même sexe qu'elle ou pas. Mais alors, à quoi tu avais pensé au début ? Je m'en foutais de la draguer ou pas, c'était elle qui était venue vers moi, pas l'inverse. On continuait à boire et... Je voulais boire. Je voulais oublier la tristesse et la souffrance que j'avais vécu cet été. C'était trop, il y avait eu... Trop d'histoires.

Je lui racontais mes histoires, mes aventures à Dreamland. Je lui avais raconté ma première nuit à Dreamland, ma rencontre avec les frères Free. Puis je lui parlais de Kamui. Kamui était un grand ami à moi, sa disparition m'attristait au plus haut point, j'avais perdu finalement l'espoir de le trouver à cette soirée, il y avait trop de personnes. Je racontais à Jessica comment j'avais rencontré le pyrophobe et ensuite comment j'avais rencontré les membres de la Famiglia. Ils avaient de belles têtes, je n'allais pas jusqu'à penser les embrasser chacun mais ils avaient de belles gueules.

« Alors, t'es venu tout seul ou t'étais accompagné ? »

Sa question jeta un froid en moi. Merde, je l'ennuyais. Mais je savais pas quoi lui raconter à part mes aventures à Dreamland, je pouvais pas lui raconter ma vie dans le monde réel, c'était... Moins intéressant. Sûrement... Eh... Eh ! Non mais c'était méchant ! Elle pouvait au moins faire genre qu'elle écoutait ce que j'étais en train de lui raconter ! C'était super vexant. Il y avait une bonne moitié de bière dans ma pinte et je décidais de la boire en mode cul sec. JE VOULAIS ÊTRE BOURRÉ, EH OUAIS. Et je ne l'étais pas. Et ça commençait à me casser les couilles.
Jessica fut attiré par quelque chose, vers les escaliers. Je regardais vers la même direction et vit un asiatique, plutôt japonais je dirais... Ouais non, je dirais pas, arrête de faire genre, lui adresser un regard et ce dernier me regarda, il sourit finalement en mode ''j'ai de plus grosses couilles que toi boloss''. Je regardais à nouveau Jessica qui regardait l'asiatique, mais je ne savais pas si c'était par réel intérêt, par défi ou par dégoût. Mon début d'alcoolémie penchait plus pour le réel intérêt. Ah ouais.

« Tu sais, si je t'ennuie tu peux aller le rejoindre...
_De quoi ? Aller rejoindre ce couillon de Li Ishimaru ? Pas question !
_Bah, il a l'air d'avoir de meilleurs sujets de conversation.
_Orf, tu sais, il a l'air cool grâce à sa réputation mais il est vraiment prétentieux et je n'aime pas du tout les mecs de son style.
_Il est connu ce type ? »

Elle me regarda avec de gros yeux puis elle rigola, de bon cœur. Mais je considérais vraiment ça comme de la moquerie. Elle me prenait vraiment pour un couillon. Elle prit elle aussi sa pinte et prit une gorgée. Elle continua à rire doucement. J'avais envie de me rouler un bédo et de me le fumer
right now.

« Faudrait vraiment arrêter de rigoler à chaque fois que je pose une question.
_Mais c'est super mignon, t'es quelqu'un qui connaît pas les gens du haut classement de la M !
_Ben... Je m'en fiche en fait, je recherche pas la célébrité. Je vis ma vie de Voyageur comme je l'entends et... Si je fais des trucs qui se remarquent, ben que ça se remarque, mais au pire des cas, je m'en fiche.
_C'est rare de voir des types comme toi. »

Elle déposa son verre. Ses cheveux teintés de rouge glissèrent de son épaule pour vouloir tomber le bas et malgré moi, je regardais sa décolleté légèrement plongeant. Elle portait un simple T-Shirt à manches courtes gris avec une chemise de bûcheron rouge mais sa peau était belle à voir avec la lumière tamisée du second étage de la boîte. Et je n'avais qu'une seule envie, c'était de faire une file indienne de baisers qui descendrait petit petit et...
WOW WOW WOW. Doucement Kala. Reprends tes esprits, oui, j'allais trop loin.
Keep calm and... And answer at her question.

« Ah... », disais-je en souriant, « Euh... Pour répondre à ta question, je suis venu avec Ed Free, tu dois sûrement le connaître puisqu'il est d'après lui 21ème de la Major.
_Ah oui ? Tu es venu avec Ed Free ? C'est marrant ça.
_Il t'intéresse aussi ?
_Arrête, tu te poses trop de questions... Viens, on va se reprendre à boire. »

Elle se leva et me tendit ses mains pour m'aider à me lever avec le sourire. Elle était... Ouais putain, elle était sacrément mignonne. Mais on aurait dit qu'elle me cachait quelque chose. Pourquoi je n'avais pas mon Tatouage ? En même temps, c'était ça la règle du jeu : c'était le monde réel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/channel/UCq05Z8FNAeW8AlRhlEq_vsQ
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Bourgeois
Messages : 735
Date d'inscription : 05/10/2010
Age du personnage : 29

Maraudeur des rêves
Khildar Blacksilver
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 650
Renommée: 1200
Honneur: -400
MessageSujet: Re: Event 6 : Une fête inoubliable ! Dim 8 Fév 2015 - 22:44
The game is on

La répartie de son interlocuteur plaisait à Oscar qui appréciait le divertissement offert. Il avait été abordé sans rien avoir accompli de particulier, se sachant insuffisamment connu et reconnu à DreamLand. En cette soirée, c’était bien la notoriété de voyageurs qui primait. Il était donc étonnant qu’un homme sorti de nulle part entamât une conversation avec son auguste personne. Il n’évoluait pas au sein d’un monde où l’aristocratie attirait les regards. Toutefois, la surprise avait cédé la place à l’amusement, et il avait mis cet intérêt sur le compte de sa superbe. Oscar n’était pas narcissique, mais il avait du goût. Et s’il se savait hors des hautes sphères de gloire du monde onirique, il était tout aussi conscient de ses charmes, qu’il entretenait avec soin. Par conséquent, et les propos badins tenus lui confirmèrent cette voie, la principale raison de l’intérêt porté à son endroit résidant en sa qualité de mâle attirant.
L’ego du Lord s’en gorgea et trouva dans les répliques de cet homme intéressé des arguments supplémentaires. En effet, la danse ne semblait pas une condition sine qua non pour qu’ils demeurassent ensemble. Attendre à ses côtés ne le dérangeait pas, c’est donc qu’il importait peu où ils évoluaient. Le ton était donné, et l’anglais, appréciant aussi le son de la langue maternelle, répondait avec courtoisie, poursuivant dans un début de flirt qui l’égayait :


"I’m glad to hear it doesn’t matter. You’re pleasant. "

Le nom présenté sonnait d’emprunt, alors il donna le change :

"My name is Gin. "

Un sourire affable accompagnant, dévoilant ses impeccables dents blanches, agrémenté d’une légère révérence. Il répondit à l’autre question, amusé :

"I’m waiting for some distractions, actions and fun. And maybe you could …"

Il s’avança subtilement, la pointe de sa canne venant longer délicatement la jambe de l’homme au whisky. Puis il se reprit, comme s’apercevant de son erreur en étouffant un petit rire, pour prononcer d’un ton de velours, appuyé d’un regard caressant :

"Not my boyfriend. Not yet …"

Il but alors une nouvelle gorgée de sa vodka orangée. Il appréciait le jeu de la séduction et du hasard, et son partenaire ne manquait pas de piquer sa curiosité. Certes légèrement plus âgé, mais tout de même attrayant.

Sur le devant de la scène, le bruyant numéro 1 faisait sa promotion par le truchement d’un couple mis sous les projecteurs, à savoir Ed et Lithium. Attendez … Lithium ? Il tiqua à ce nom qu’il reconnaissait. Il n’avait pas remarqué la présence de la voyageuse. Mais désormais, il était difficile de ne pas le faire. La nuit passée au Cimetière fustigea son visage pour reprendre immédiatement son air affable.
Il se détourna de cette pensée et retourna à la conversation auprès de ce curieux Till :


"And you, why are you here ? Find some friends, love and rock’n’roll until the end of the night ?"

C’est alors que le véritable Gin, ou Maximilien Fernandez de son vrai nom, apparut enfin. Mal rasé, air blasé, yeux à demi fermés, la raison de la venue d’Oscar dans cette boîte de fer gonflée à la testostérone et à la musique venait de passer l’entrée. Chemise simple, légèrement ouverte sur un T shirt blanc léger, il avança dans une attitude décontracté et un jean grisâtre. Les mains dans les poches, les cheveux noirs en bataille et une boucle d’oreille discrète parachevaient le tableau.
A l’instant où il fut aperçu par Oscar, le visage de l’aristocrate fut recouvert un bref instant d’un sérieux déterminé et agressif. Puis il se calma en passant ses nerfs sur sa canne et en imaginant fracasser son verre dans l’œil de son interlocuteur, qui n’avait pourtant rien fait.

Le jeu débutait. L’approche devait s’initier, discrètement. Il ne devait pas être vu, mais toujours voir. Il ne pouvait se rendre là haut, Peter occupant les lieux. Alors la solution lui vint : il prit en main son excuse et entraîna Till sur la piste de danse alors que le Tango partait. Sa prise en main était sans équivoque : il serait l’homme de la situation. Et il n’allait pas laisser Gin lui échapper du regard. Néanmoins, il adressa son plus beau sourire à Till :


"Lovely night, isn’t it ? My deary …"

Une immense joie transparaissait dans ses traits, son attitude, ses mouvements. Mais la raison n’était peut-être pas celle qu’il laissait entendre. Il était fébrile, nerveux, débordant d’impatience. Il se contenait, jubilait, ses yeux pétillant. Enfin ! Enfin il tenait !
Les premiers pas furent amorcés avec simplicité. Rien ne servait d’attaquer d’emblée par grandiloquence, la progression devait être mesurée pour marquer plus efficacement les esprits. Les cours, la pratique, les soirées vinrent porter les mouvements de l’aristocrate, rompu à cette pratique qu’il maîtrisait. Ce genre de corps à corps ne le dérangeait aucunement. Il en appréciait la finesse, la sensualité, le rythme langoureux et vif à la fois. Le tango, c’était les battements d’un cœur passionné. Et sa passion s’exprimait à travers tout son corps. Il avait conservé sa canne, elle allait être un atout dans le jeu de séduction et dans les mouvements initiés. Il n’en demeurait pas moins à l’autre jeu qu’il venait d’initier.

Pendant ce temps, à l’étage, Peter s’amusait au billard. Et il parut ravi de la venue de nouveaux joueurs, prêt à tendre une queue à qui la saisirait. Des paris pimenteraient bien le jeu, surtout s’il y avait de l’argent. Un fier sourire ne démordait pas de ses lèvres, et il jouait de sa musculature entretenu par des gestes anodins. Rien de tel que de faire le paon pour détourner l’attention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2656
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 24

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 855
Renommée: 2540
Honneur: 430
MessageSujet: Re: Event 6 : Une fête inoubliable ! Mer 11 Fév 2015 - 20:32


Hé, il était pas mauvais sérieusement !
Lui aussi accompagnait Mamie à la guinguette ? Non mais tu sais Lith', il n'y a que toi qui fait ça. Oui bon, on sait jamais hein ! Et puis, plus personne regarde les vieilles comédies musicales des années 50 ou Cats à part elle encore sûrement.. La danse est quelque chose d'étrange au fond. Rien ne garantit que ton ou ta partenaire répondra dans un mouvement fluide et gracieux au tien, tout n'est qu'une question de feeling et de compréhension, la faculté de faire comprendre à l'autre ce à quoi tu penses. Cette facilité à faire passer ses émotions à travers des gestes, c'était un concept très flou.
Lithium savait danser, elle avait exercé plusieurs types de danse au cours de sa jeune vie, mais malgré ça,  elle dansait généralement seule ou avec son meilleur pote. Et en soirée, elle ne cherchait pas à appliquer la technique, juste l'éclate. Quand diable voulez-vous appliquer la technique ? Puis si le rythme est là, la maîtrise peut baisser d'un cran et dormir quelques instants. Si dans son enfance, la grâce était quelque chose d'absolument pas innée chez elle, elle avait su l'obtenir après de nombreux efforts. De plus, la gymnastique qu'elle pratiquait à présent avait consolidé ses acquis chèrement gagnés. Elle en avait chié grave pour en arriver là.

Lorsque la musique cessa enfin toute note, la jeune femme souffla légèrement, un sourire satisfait sur les lèvres. Un peu de répit ! Et voilà qu'elle avait soif tout d'un coup. Est-ce qu'ils allaient devoir rempiler direct ou ils avaient tout de même droit à un petit rafraîchissement avant de continuer les festivités ? Le demoiselle commençait à avoir chaud. Heureusement, elle s'était délestée de ses affaires aux vestiaires. Mais elle avait beau être en débardeur et en short, la chaleur s'emparait d'elle à une vitesse monstrueuse !
Tout ce beau monde regroupé au même endroit à gesticuler, normal que l'air ne se renouvelle pas aussi vite que usuellement. Elle voulut féliciter son partenaire pour avoir aussi bien répondu à ses mouvements et ses caprices, mais il la devança. Elle le vit s'approcher d'elle et tourner vers son oreille. Lithium frissonna légèrement à son contact -ça chatouille- et elle dû faire un effort impressionnant pour se retenir de se gratter l'oreille pour chasser cet air frais. ça ne se fait pas de s'approcher des gens aussi près sans prévenir aussi ! Dit-elle après avoir passé plusieurs minutes dans ses bras, main dans la main. Boarf, que de la danse de toute manière, rien d'alarmant.

Après tout, elle ne le détestait pas du tout dans la vraie vie.
Ni même à Dreamland à vrai dire. Ce n'avait été qu'un malheureux concours de circonstances, puis ils avaient couru de malentendus en malentendus. En même temps, avec Bis comme partenaire, difficile de ne pas se mettre à dos quiconque elle croisait. Un coup elle disait un truc très gentil, la seconde suivante elle te mettait un pain en plein visage. La joie d'être deux, un vrai bonheur, vous devriez essayer ! Non mais au final, c'était l'occasion rêvée de remettre les pendules à zéro.


"Ok j'avoue, j'ai accompagné ma grand-mère à toutes ses soirées dansantes depuis que je suis gamine. Et il m'arrive d'y retourner. Mais savoir danser le Madison par exemple aussi, c'est pas une qualité que l'on s'amuse à crier sur tous les toits. Ni là maintenant en fait. Mais pourquoi j'ai dit ça..", rougit-elle légèrement.

Ouais du coup, tu passes pour une mamie et une vieille fille.
Super la remise à zéro de ton image, je fais feu des deux pouces ! Tu veux pas lui dire aussi que ton film préféré c'est Singin' in the Rain en VO, que grâce à Funky Cops et Saturday Night Fever, tu connais aussi quelques pas de disco que t'as refait chez toi, qu'il t'arrive d'utiliser des mots de l'ancien français et que t'aimes bien Hercules Poirot ? .. Bah ouais, c'est sympa Hercules Poirot, non ? Tu peux aussi avouer que t'as toujours rêvé de faire une valse, mais que t'as jamais trouvé quiconque à part des papis pour faire ça avec toi. Du coup, tu soupires devant les émissions de danse. Et on peut continuer longtemps comme ça ! Mais on va éviter, parce que tu vas craindre un max ensuite. Surtout que ça colle pas avec ton image de la fille qui peut passer une semaine à jouer aux jeux vidéos sans bouger. Hé, on peut être une grande romantique au fond hein ! Tout cela se passa bien entendu dans sa tête. Au lieu de ça, elle se contenta de lui répondre humblement pour répondre à son compliment. Elle s'approcha également pour se faire entendre avec toute cette musique.


"T'es plutôt pas mal dans ton genre aussi.", euh, c'est tendancieux là.
".. Dans le domaine du Rock hein !", s'empressa-t-elle de rajouter.

Hé oh, après être passé pour une brute, une asociale et une mamie, fallait pas rajouter aguicheuse à son panel non plus ! Mais avait-elle oublié les normes sociales ou quoi ? Comme si son comportement avec d'autres humains était altéré. De retour à l'hôtel, ou au petit déj' plutôt, faudrait en toucher deux mots à Chapelle. Lui faudrait un stage de remise à niveau en socio.. En attendant, la soirée continue ! Tout les danseurs sur la piste s'applaudirent -allez savoir si c'était sincère ou juste pour la compèt'- et le playboy organisateur attrapa un micro, tout en se rapprochant d'eux deux. Euh, genre eux deux pour de vrai ? Hélà mec, tu fais quoi là ? L'allemand demanda à ce que l'on félicite son "pote" Ed, le chahutant de l'épaule.
La jeune femme tourna un regard interloqué vers ce dernier; dans son regard on pouvait lire "Tu connais ce Narcisse ?", jusqu'à ce qu'il prononce son nom à elle. La demoiselle en fut complètement tétanisée. D'où il connaissait son prénom ? Elle faisait à peine partie des 3000 premiers de la Ligue M ! Ed, d'accord, il était super bien classé, mais elle, c'était juste une noobie ! Lithium se renfrogna de gêne et se sentit soudainement mal à l'aise. Inconsciemment, elle battit en retraite et se déplaça légèrement derrière Ed, espérant peut-être que sa présence l'éclipse. De toute manière, on l'aura bien vite oublié, pas comme si elle marquait les esprits. Elle ne supportait pas d'être sous les feux des projecteurs, même pour l'espace d'une seule seconde. Ce qui était contradictoire avec sa volonté de bien danser.

La "sublime et majestueuse", ça se voit que vous ne me connaissez pas dis donc.
Pointez-vous chez moi un week-end et on verra qui est subliiiime et majestueuse. Légèrement refroidie par ce soudain mérite, la blonde ne sut trop où se mettre lorsque la nouvelle musique enchaîna sur les paroles de l'autre abruti en chemise de gonzesse. Toute la confiance qu'elle avait pu emmagasiner lors du Rock s'était évaporée dès l'instant où ce Wynn leur avait parlé. Bien joué mec, t'as réussi ton coup. P'tit con va. Elle écouta les notes et comprit que c'était un foutu tango. Hé zut.. Vous ne pouviez pas mieux tomber. Elle connaissait les pas, l'attitude à adopter, bien sûr, mais c'était surtout avec QUI elle avait fait du tango. Son Papi, son père et surtout Cal.. Elle stoppa la prononciation du nom en plein milieu. En bref, cela remontait à trèèèès loin. Comment diable voulez-vous qu'elle se la joue sensuelle dans cet état d'embarras ? C'était pas son style.
Elle avait l'impression d'être totalement ridicule lorsqu'elle se voulait charmeuse, limite pathétique. Comment toutes ces filles pouvaient-elles avoir autant confiance en leur pouvoir de séduction ? Et une seconde fois, elle regretta que Bis ne soit pas là. Avec son charme et sa rage bestiale -et mortelle-, elle t'aurait plié ça en moins de deux, elle lui aurait embrassé les pieds pour ça. Bon, mon brave, on appréhende ça comment tous les deux ? Je me mets dans la peau d'une prostituée argentine, je me laisse guider ou je tente la bipolarité exacerbée ? Voire, on danse pas tout court. Va falloir choisir. Ou sinon ma petite Lithium, tu te souviens de Dirty Dancing 2 -pas franchement bon- ou plutôt de Shall we Dance (Gere et Lopez), ou les vidéos de Gotan Project. Et pas ce dvd chelou de ta mère avec une femme croquant un piment de manière tout à fait dépravée.

Ce n'était que de la danse après tout.
Rien qu'une danse, rien que de la danse, t'as fait pire que ça, bien pire.
Il te prendra pas pour une traînée après ça. On ne parlera pas des fois ou t'étais tellement bourrée à l'époque, que t'étais limite à moitié à poil à danser sur les tables. Comme dans les séries américaines ou toutes ces pouffes de base. Bah non, vu que tu ne t'en souviens pas. Heureusement, cette piteuse partie de ta vie est plus ou moins enterrée, ou presque. Et puis zut, t'as pas quitté ses mains plus d'une demi-seconde lors du Rock, et ça ne t'as pas dérangé. Puis, elles ne sont pas moites, c'est le principal. Tu ne vas donc pas chipoter pour ça ! Tu peux le faire petite. T'as fais du théâtre bon dieu ! Tu prends un rôle et tu le joues, même si tu dois jouer une séductrice rejetée. Ok c'est bon, j'suis chaud là ! Mais t'as pas les chaussures pour l'emploi cocotte, ce qui peut s'arranger.. Elle se tourna vers une fille dans son dos qui semblait atrocement souffrir de ses talons -pourquoi crois-tu que j'ai des chaussures plates- et lui proposa un marché.


"Hé, je vois que t'as mal aux pieds. Je te propose un marché: MES chaussures contre les tiennes.. Non elles ne sont pas moches mes chaussures, et c'est des spartiates d'accord ? .. Bon on va pas chipoter, tu souffres et j'ai besoin d'une touche de sensualité pour accentuer ma cambrure, ok ? Tu prends ou tu prends pas ? Sinon tu peux attendre de boiter. Et une boiteuse, c'est pas tip-top pour choper tu sais. En plus, le beau garçon là, il a l'air de te faire du charme, t'attends quoi ?.. Oh, tu me les offres ? Que c'est gentil ! Tiens cadeau, je t'offre les miennes ! .. T'en veux pas ? Ok. Alors, si en allant voir l'Apollon au fond près du bar, tu pouvais les emmener au vestiaire, ce serait top.. Ouais, allez file, l'amour t'attends ! .. Ou pas.", dit-elle en lui faisant un lointain signe de la main.

Fallait songer à se reconvertir dans la négociation à sens unique.
Elle se retourna vers Ed, et se rendant compte de son comportement sans gêne, s'excusa promptement, bafouillant légèrement.


"Euh.. Les talons c'est plus sympa pour danser ce genre de.. danse.
Enfin, ça compensera ma tenue pas très.. féminine."
, fit-elle en jetant vaguement un œil sur son débardeur affublé du signe de l'Inquisition.

Mais faut être maso pour porter des choses pareilles, qu'est-ce qui leur passe par la tête à ces gonzesses, sans déconner ? La jeune femme respira un grand coup, légèrement stressée par la situation. Elle avait sérieusement envie de lui casser les dents à ce Wynn.

"Tu connais les pas ou pas ? Enfin, c'est pas vraiment une question de pas.. Plus de communication en fait. Bref. Parce que sinon, on peut aussi laisser tomber hein ! C'est le moment idéal pour te débarrasser de moi et rejoindre les gens que tu cherchais réellement. Ou une partenaire digne de ce nom, qui ne te mangera pas.", dit-elle en souriant.

Bah oui, après tout, ils s'étaient retrouvés ensemble par erreur.
Il avait sûrement mieux à faire. Attendant donc une réponse à sa question -on danse ou pas- elle entendit son prénom à travers les notes. Plaît-il ? Hé mais c'est Dany ! Ce dernier paraissait si surpris de voir avec qui elle se trouvait, qu'il eut du mal à trouver ses mots.


"Ah mais te voilà ! Sérieux, quand j'ai entendu ton prénom à la suite de Ed Free, j'ai cru avoir une attaque !", il se tourna vers le blondinet en question et lui attrapa une main qu'il serra vigoureusement avec enthousiasme.
"T'es genre le mec avec le plus de swag que j'ai pu voir ! Putain, si j'avais cru rencontrer LE Ed Free en chair et en os.. Mais tu le connais d'où ?! Rah vous avez géré pour la danse là, j'y crois pas ! T'as dansé avec Ed Free, avec ED FREE PUTAIN !"

"Daniel, tu passes pour une véritable groupie là, c'est perturbant.. Laisse-le tranquille un peu, c'est pas une attraction non plus. Remballes tes hormones !", soupira une Lithium mal à l'aise.

"Non mais sérieusement, c'est juste l'étoile montante du classement ! Je te jure, il deviendra numéro 1 et tout. Et toi, tu le connais. Mais pourquoi tu ne me l'as pas dit plus tôt ? On fait des cachotteries à son meilleur pote, mmmh ? .. Et pourquoi t'as des talons maintenant ? C'est joli mais.. ", rajouta-t-il en baissant les yeux.

"Je les ai arrachés à Chapelle. D'ailleurs, va le retrouver et laisse-moi tranquille avec tes crises de fan ! Puis tu peux lui dire que je vais bien." dit-elle en le poussant au loin.

Il serra une dernière fois la main de Ed et partit en faisant un clin d'œil à sa pote. Ouais ouais, c'est ça, casses-toi, j'ai pas que ça à faire non plus.

"Je suis désolée pour ça.. Il est très au fait des derniers évènements, et il est très fan aussi. Bref, je.. C'était sympa de danser avec toi. En revanche, ça m'a donné légèrement soif, donc je vais aller me revigorer un petit peu. Si tu veux boire un coup, je te l'offre, à toi de voir. A part si tu veux encore danser, et là franchement, je te suivrais sans hésiter."

Elle a quand même gagné une paire de godasses gratos quoi.
En attendant, elle réfléchissait à l'éventualité de repartir danser plus tard si il ne voulait pas continuer. Personnellement, elle aimerait bien. On est là pour s'éclater après tout.



__________







Lithium s'exprime
Bis vous insulte


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ledesordre-est-dor.blogspot.fr/
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2786
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 27

Voyageur d'élite
Ed Free
Voyageur d'élite

Carte d'identité
Essence de Vie: 4095
Renommée: 7949
Honneur: 1289
MessageSujet: Re: Event 6 : Une fête inoubliable ! Dim 15 Fév 2015 - 23:29
La musique s’arrêta lentement, jusqu’à disparaître totalement sous le bruit des couples qui commençaient à se calmer, et que lentement chacun ressentait les premières fatigues et que la chaleur grimpait sérieusement. Lithium me parla d’un ton léger de quelques détails de sa vie que j’écoutais sans répondre, tendant l’oreille afin que je puisse l’entendre, le silence, même simple, léger et court était une notion tellement inexistante dans une discothèque qu’on oubliait rapidement que chaque seconde qui passait, on était envahis de mille sons directement que l’oreille ne cherchait même plus à traiter, alors une simple phrase pouvait aussi se faire oublier dans tout le brouhaha.

Elle me retourna aussi le compliment vers la fin de la danse, alors que je lâchai ses deux mains en respirant des bons coups, surpris d’être déjà aussi fatigué. Je n’avais rien d’autre sur moi en plus, j’avais pris le strict minimum pour ne pas me faire chier avec un des problèmes principaux de la boîte de nuit : les vestiaires, où toujours régnait une queue infernale de monde allant et partant. Donc voilà, j’avais juste à poser mon petit sac dans lequel tenait un caleçon de rechange ainsi qu’une paire de chaussettes, un manteau très fin, hop, on dépose, et j’irais le récupérer très rapidement dès que j’en aurais besoin ; bien choisir son moment aussi pour repartir, avant la foule, ou après. Si je dansais tout le temps, j’allais pas faire long feu. Lithium rectifia très rapidement ses paroles pour ne garder que l’aspect rock avant même que je ne comprenne où elle voulait en venir ; le manque de lumière dans la salle me permit de qualifier un petit coup de sang qui m’empourpra les joues quand j’imaginais la situation décriée, mais heureusement, ce fut parfait pour que Geyr Wynn qui arriva pile à ce moment-là.

Il focalisa toute l’attention sur moi, pas vraiment parce qu’il voulait me la donner, mais plutôt, vu qu’il irradiait en permanence, sa simple présence auprès de quelqu’un faisait d’elle une star… jusqu’à ce que Geyr s’en aille en sifflotant vers un prochain buzz à faire. Buzz… C’était le bon mot, il matraquait de buzz, ce gars-là. C’était le genre à dire « toi, tu es le centre de la soirée », à se prendre en selfie avec lui et de sortir son sourire le plus brillant… jusqu’à ce qu’au final, il répète ce processus envers tout le monde. Je ne l’aimais pas, mais la jalousie s’y mêlait peut-être. Il réussit même à parler de Lithium en l’applaudissant à tout rompre (je ne me rendrais compte, qu’une fois parti, de la véritable raison pour laquelle il était venu nous saluer), je me demandais comment ce type se préparait. Il connaissait tout le monde dans la salle ? Enfin, non, je ne laisserais pas passer l’occasion que tout le monde me regarde, c’était impossible. Sans me saisir véritablement du micro, je le poussai près de ma bouche et je prononçai, pas aussi distinctement que prévu :

« Je vous remercie tous pour les applaudissements, et je voudrais vous annoncer que je suis engagé dans une cause, un Seigneur Cauchemar maltraite horriblement ses Voyageurs et j’aimerais les sauver. Si ça intéresse des gens qui se sentent concernés, n’hésitez pas à venir me parler. Je vous remercie. » Je les remerciais deux fois en trois phrases, ils comprendraient.

Je laissais Geyr Wynn lancer la prochaine musique, je ne sus comment il avait pris l’intervention, et quand je reconnus du tango (n’est-ce pas, sonorité espagnole, je me contenterais de ça), je me dis que j’allais quitter la piste de danse plus rapidement que prévu. Le rock, je connaissais les fondamentaux, et avec une bonne partenaire, on aurait pu établir une chorégraphie soignée sans transcender les foules, mais le tango, c’était bien plus compliqué, et comme je n’en avais jamais fait, alors ça ne servait à rien de s’attarder ici, je ne connaissais même pas le début du commencement de la moitié d’un pas, c’était inutile, et même si Lithium, détenant la connaissance universelle des danses en couple, avait aussi des notions de tango, alors ça demandait toujours quelqu’un qui mène. Et là, clairement, nan. Je quitterais plus rapidement que prévu la piste de danse, peut-être pour revenir en forme, et si les gens étaient intéressés, bah qu’ils viennent.

Lithium avait réussi par je ne savais quel tour de magie à changer de chaussure, v’là qu’elle était plus grande, merci les talons, et quelle que soit ta tenue Lithium, de toute façon, je laissais tomber, le tango était une danse bien trop hors de portée pour ma part.

« Tu es une partenaire bien plus digne de moi que l’inverse, je t’assure. Le tango, je ne sais pas du tout ce que c’est, je serai incapable de faire un mouvement… » Et mon palais a soif de laper de l’alcool, aussi, vu qu’il faisait salement chaud ici.

J’allais vers le bar, ne voulant pas non plus l’abandonner, l’adrénaline qu’on avait eu en commun nous liant un peu, rien d’extraordinaire, mais la laisser tomber comme ça me donnait tout de même envie de continuer à partager ce moment d’intimité, pas loin de la superficialité, mais qui se créait entre deux connaissances de longue date qui se connaissent presque aussi bien que des amis, malheureusement, le destin avait décidé de me retarder légèrement en mettant sur ma route une connaissance de Lith, et à ma grande satisfactihonte, un nouveau fan survolté. Je me prenais presque une douche de compliments, et comme un nourrisson qui prenait pour la première fois un bain, je ne savais pas trop quelle expression prendre, tandis que je recevais du « swag », du « cool », « Le Ed Free » (merci), « étoile montante », « futur numéro 1 », trop chouette. Je n’eus que le temps de le remercier à voix basse, les lèvres collées fortement l’une à l’autre sous le choc, je voulais une réputation sans la célébrité, dommage que ça soit des mots presque identiques, et je lui serrai la main avec conviction, comme si avoir de la poigne suffirait à lui transmettre mes amitiés à toute sa famille. Lithium, presque gênée, tenta d’expliquer la situation, mais je l’arrêtai en disant :

« C’est un type sympa, ton ami, je sais pas, je l’aime bien. »

Bon, je plaisantais évidemment, je ne savais pas comment me comporter si j’étais dans la même pièce que lui, il se rendrait vite compte que je n’étais pas plus intéressant qu’une invocation de Matthieu. Lithium termina sur l’idée du bar, je passai un bras derrière sa nuque et je l’emmenai moi-même vers le bar, vu que nous étions tous les deux d’accords alors que le tango se mettait à rugir partout.

« Je paie les premiers verres, tu pourras payer les seconds si t’es sage. »

Et encore, vraiment si t’étais sage. De base, à partir du second verre, on devrait payer à égalité, pas plus pas moins ; ce vieux côté de gentleman jusqu’au-boutiste incapable de voir que le monde avait changé... Peut-être, mais j’en étais quand même fier. On passa tous les deux au bar et on commanda les boissons qu’on voulait. Laissant le soin à Lithium de demander sa boisson, je tendis les euros avant même que la blonde ne tente quoique ce soit pour le paiement, et dans le pire des cas, le barman était un homme, et malheureusement Lithium, si tu ne le savais pas encore, alors je préférais te l’annoncer tout de suite : jamais un barman ne laissera une fille payer sa part tant que le garçon qui l’accompagne ne le veut pas. Et c’était tout idem pour les barmanettes aussi. Je pourrais toujours appuyer sur cette fibre si j’en avais besoin, mais je prenais les premiers verres. Et me concernant, ça serait un demi. Pas encore une pinte, la soirée était pas terminée et je ne voulais pas du tout être beurré alors qu’on était si peu avancés dans la soirée.

Je trinquais avec la fille avant d’aller chercher mes premières gorgées, toujours meilleures que les suivantes ; mon corps se dépêcha de frémir de joie devant ce frais liquide qui me dévala rapidos l’œsophage. Aaaah, je reposais le verre sur le comptoir avec un soupir de satisfaction à la limite de la beauferie alors que je contemplais les danseurs… Nan, j’étais content de ne pas être venu sur la piste, j’aurais été incapable. Pis mon sens du rythme, que je réussissais un peu à cacher avec le rock, ici, je me ferais sécher sévère. Nan, la bière, c’était bien aussi. Je revenais vers Lithium, cherchant quelque chose à lui dire ou à lui demander, essayant de ne pas inclure Dreamland dans notre discussion, de peur que ça se termine comme un sujet Dreyfus, sujet à débats, dirons-nous. Je commençai par un sage :

« Et sinon, pourquoi tu es venu à la fête ? Pour t’éclater ? » Sous-entendu, tu vas de là à là pour t’éclater ? Genre, toute la France jusqu’à une partie de la Belgique ? Chacun ses envies. Enfin, tout de même, ça serait omettre le fait que cette partie était unique en son genre, tous ceux qui dansaient autour de nous étaient des Voyageurs. Vu que Dreamland n’avait, allez, je dirais, 20 000 Voyageurs en tout, alors on avait ici un bel échantillon de nos créneaux horaires. « Sinon… des nouvelles de Vlad ? » Sinon, t’es libre ce soir ? J'aurais pu dire ça, ça aurait fait moins hypocrite.« Et comment ça va, toi ? De façon générale. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 303
Date d'inscription : 16/01/2011

pnj
PNJ du Staff
pnj

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Event 6 : Une fête inoubliable ! Ven 20 Fév 2015 - 15:37
Le tango n’attira pas autant les foules que le rock, mais les participants montrèrent pour l’essentiel davantage de talent et une assistance amusée les observa avec plaisir. Du jeune couple qui s’était le premier engagé à la suite de Max Andrews, en passant par quelques danseurs de salons professionnels, sans parler des deux lyonnais qui se lancèrent dans un réel jeu de séduction à travers cette musique, il y avait du choix. Le numéro 3 de la ligue, très technique, montra son sérieux et son talent en la matière et su transmettre la façon dont ils s’amusaient. Pour le jeune couple, la jeune fille eut davantage de mal à se concentrer face aux mimiques amusées de son partenaire, tout en conservant un rythme et une chorégraphie parfaite. Les autres, par leur professionnalisme, essayaient peut-être trop de se montrer aussi furent-ils un peu moins sensuels que les autres, en dépit de leur technique splendide. Geyr Wynn, qui n’était pas revenu sur la piste, à l’instar d’Ed Free et de sa partenaire, observa son rival attirer toute l’attention et sentit monter en lui un sentiment qu’il n’appréciait pas… la jalousie. Il fallait que les gens soient jaloux de lui, et pas l’inverse.

De son côté, Till s’était laissé faire avec amusement du petit écart de son interlocuteur. Il ne semblait pas spécialement gêné par la proposition, mais n’y répondit pas vraiment non plus. En réalité, il était davantage intéressé par ce que l’autre avait à dire sur les raisons de sa présence et par l’occasion qu’on lui laisser de donner ses propres raisons.


« As a matter of fact, I’m looking for an adventure. » expliqua-t-il avec une pointe de mystère. « I figured it would be the perfect place to meet travellers in the need for compa… »

Il n’eut pas le temps de finir sa phrase qu’il était déjà entraîné par Gin sur la piste de danse. Il songea un instant que l’autre aurait pu l’inviter un peu plus délicatement, ou au moins lui demander s’il aimait le tango. Mais rapidement, il se rendit que l’autre avait probablement réagit en réaction à quelque chose plutôt que sur le coup d’une envie soudaine. Ce qu’il attendait était peut-être arrivé. Till répondit donc à la danse, pris dans le coup de cette aventure particulière à laquelle on le faisait participer.

« So, who am I making jealous ? » Il sourit. « Okay, let’s make a deal. Whatever you’re on, compt me in. But, one favor for another. I help you, you help me. Agreed ? »

Néanmoins, quelque chose se passa à cette fête, quelque chose que les organisateurs n’avaient pas prévu. Ed Free venait de passer une annonce qui, elle, n’était pas passée inaperçue, malgré les apparences. Certes, Geyr Wynn était reparti sur la danse, mais il y réfléchissait en son for intérieur. Il faudrait qu’il observe les réactions des personnes à la fête, qu’il en parle avec son staff. Mais qu’il fasse attention aussi à ne pas se laisser couper l’herbe sous le pied par l’un ou l’autre de ses deux concurrents. Max Andrews décida de s’en préoccuper après son petit show sur la piste. D’autres groupes et personnes, en revanche, eurent une certaine réaction. Quelques discussions rapides et furtives furent échangées dans une dizaines de langues dans les minutes qui suivirent l’appel et la nouvelle vint même jusqu’à l’étage et jusqu’à Li Ishimaru par le moyen d’un chuchotement à l’oreille et d’une réponse en japonais. Un autre « jeu » était lancé.

Au final, ce fut jeune femme dénommée du nom de Natasha et à l’accent clairement issu de l’Europe de l’est qui vint interrompre la conversation de Ed et Lithium.


« Excusez-moi, Ed Free ? » fit-elle en français et en outrepassant une certaine timidité à l’idée de le déranger. « C’est vrai que vous voulez lutter contre un seigneur cauchemar qui maltraite ses voyageurs ? Parce que mon groupe cherche justement à combattre l’oppression des seigneurs cauchemars… Vous connaissez Nick Wright ? »

Finalement, le tango pris fin et de nouveaux applaudissements partirent. Geyr Wynn se mit immédiatement en action, chopa à nouveau le micro et recommença à parler : « Wow ! C’était vraiment génial ! » Puis, il se dirigea vers un couple, ignora Maw Andrews qu’on avait cru désigné par la réplique un instant et s’arrêta devant les deux lyonnais. « Vraiment super, sensuel, comme il fallait, vous m’avez donné des frissons les gars ! Alors dites-nous comment vous vous appelez ? D’où vous venez ? Et depuis combien de temps vous vous connaissez ? »

[HRP : Je laisse volontairement un peu de temps avant de lancer la prochaine musique, afin que vous puissiez un peu répondre de tout ça. Kala, Jessica s'intéresse assez subtilement au fait que tu sois venu avec Ed Free, serait-ce pour un projet particulier auquel elle pourrait participer ? Et elle a l'air de s'intéresser à toi pour cette raison /HRP]

__________

http://www.youtube.com/watch?v=iMtcqx4vXXA


Tu connais le sens du mot Némésis ?
Un juste châtiment légitimement infligé par l'intermédiaire ou au moyen d'un agent approprié, personnifié en l'occurence par un redoutable salaud :
Moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 74
Date d'inscription : 05/04/2012
Age du personnage : 25

Nouveau challenger
Alan Stain
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 80
Honneur: 50
MessageSujet: Re: Event 6 : Une fête inoubliable ! Mar 24 Fév 2015 - 19:50
La musique se termina et je dois dire que cette fois j'étouffais. La chaleur avait montée d'un cran, la danse avait été particulièrement soutenue et on s'était donné à fond. Une fois tout ceci fini nos regards se croisèrent. Nous rions de bon cœur en repensant à quel point nous sommes partis loin dans le jeu de séduction initié par le tango. Mais c'était maintenant terminé et nous n'avions envers l'autre que des regards amicaux et amusés. On n'eut pas trop le temps de se parler car à peine les applaudissements finis, Geyr Winn commença à se diriger dans notre direction, cette fois-ci on allait pas être loin de son habituel monologue et on pourrait pas s'entendre parler. Olah où tu vas ? Il ne se dirigeait pas seulement dans notre direction, il venait nous parler. Putain, j'espère pas avoir l'air trop con.

« Vraiment super, sensuel, comme il fallait, vous m’avez donné des frissons les gars ! Alors dites-nous comment vous vous appelez ? D’où vous venez ? Et depuis combien de temps vous vous connaissez ? »

-Merci du compliment ! Dis-je en essayant d'avoir l'air décontracté. Moi c'est Alan Stain.

-Moi c'est Joy Cassady ! Répondit-elle en souriant, semblant tout à fait à l'aise. On vient de Lyon tous les deux mais on ne se connaît que depuis ce soir grâce à votre concours de danse. Enchaîna-t-elle.



Une fois le feu des projecteurs partis, nous décidions d'aller boire un verre au bar car nous avions particulièrement soif. Je décidais de la jouer gentleman et de le lui payer. Ce qu'elle n'accepta pas au début. On se mit alors d'accord sur le fait que je payais la première tournée, elle la deuxième. Tout le monde était content. Je remarquais qu'il y avait moins de monde sur la piste de danse, c'est vrai que déjà pour le tango ça c'était un peu vidé mais là c'était encore pire. Les gens s'étaient rassemblés en groupes et parlaient entre eux. Je comprenais pas trop ce qu'il se passait mais j'entendais quelques bribes de conversations autour de nous. Ça tournait autour d'Ed Free et d'une lutte contre un seigneur cauchemar. Je sais pas quand ils avaient été mis au courant mais... Ah si, j'ai vu Ed Free et Geyr Winn ensemble après le rock, ça devait être à ce moment-là. Pas-mal ! Balancer ça micro en main devant tout le monde ça prouvait qu'il était déterminé. Et la cause me paraissait parfaitement louable.
Le barman s'approcha pour prendre nos commandes.

-Bonsoir, deux tequila sunrise s'il vous plaît !

-Bon alors, parlons un peu Dreamland ! Je ne suis pas sûr d'être prête à te parler de mon pouvoir maintenant mais ça fait combien de temps que t'es voyageur ?

-Je pense pas non plus te parler du miens cela dit. Ça doit faire un peu moins d'un an, mais je n'ai pas fait grand chose à vrai dire, j'aimerais bien pourtant. Et toi ?

-Quelques mois, c'est très récent. Je ne sais pas trop quoi y faire encore. Avec les potes que t'as vu dans le car on se contente d'explorer au hasard pour l'instant. T'as des objectifs toi ?

-Pas vraiment, disons que j'essaye d'aider quand je peux, j'aime pas les voyageurs killers ni les créatures cauchemars qui foutent la merde. D'ailleurs, puisqu'on en parle, je sais pas si t'as entendu mais il y a l'air d'y avoir une cause à défendre à ce niveau là. Il faudrait aller en parler à Ed Free, personnellement ça m'intéresse. T'en pense quoi ?

-Ouais ça m'intéresse carrément, je te suis.

On vida nos verres puis on entrepris d'aller parler à l'homme qui faisait si souvent parler de lui en ce moment. En fait, depuis que je suis à Dreamland j'ai tout le temps entendu parler de lui. Il a trempé dans tellement d'histoires que je m'en souviens même pas de la moitié. Il est maintenant numéro 21 de la ligue M et franchement je pense que dans pas si longtemps il va finir par se hisser au sommet.
On serpentait à travers la foule en direction du balcon, histoire de prendre un peu de hauteur pour chercher la tignasse blonde du plus célèbre des claustrophobes. Et je le vis, en compagnie de la jeune fille blonde que j'avais vu plus tôt, ils allaient plutôt bien ensemble à vrai dire. Je me demandais quelle pouvait être leur relation. Bref, on descendit les escaliers en se dirigeant vers notre cible. Il commençait à y avoir quelques personnes qui venaient lui parler, chose normal après une telle annonce. Mais j'aurais cru qu'il y eut plus de monde encore. Il finit de parler avec une femme à l'accent de l'est. Nous attendions qu'il eut finit mais quelqu'un prit Joy par le bras.

« Joy, ou t'étais je te cherchais ?! Tu peux venir avec moi ? Y a Adri qui est pas bien. Ah désolé je t'avais pas vu ! Steven, enchanté ! Je lui serrais la main avant de répondre.

-Salut, moi c'est Alan.

-Désolée Alan, je dois y aller, je reviendrais après d'accord ? Tu m'attends hein ?

-Ok, à tout à l'heure ! »

Et elle s'en alla en s'enfonçant dans la foule. Ed Free finit de parler avec la fille d’Europe de l'est et je saisis l'occasion pour aller lui parler. Ça faisait trop longtemps que j'étais à Dreamland sans accomplir quoique ce soit, j'étais bien décidé à aider et la cause de ce mec était juste, j'en étais certain.

-Salut mec ! Je m'appelle Alan Stain, enchanté de te rencontrer. Je lui tendis la main. J'ai entendu dire que t'étais engagé dans une cause juste contre un seigneur cauchemar ? J'aimerais t'apporter mon aide si tu le veux bien, enfin, si t'as encore besoin hein. Mais, si ça te dérange pas trop, je pourrais avoir quelques détails s'il te plaît ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : Water Boy
Messages : 1525
Date d'inscription : 05/01/2011
Age du personnage : 20

Arpenteur des rêves
Kala Kourou
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 505
Renommée: 1424
Honneur: 316
MessageSujet: Re: Event 6 : Une fête inoubliable ! Lun 2 Mar 2015 - 3:38
L'alcool montait, j'étais bien. Pour moi, j'étais bien avec l'alcool quand je sentais que je flottais dans l'espace où je me trouvais. Un peu comme une sorte de ralenti, mais que tu sens à la première personne. Parce que tu vois, quand tu te sens flotter dans un endroit où t'es pas supposé flotter, ben ça veut dire que soit tu hallucinais, soit t'étais bourré ou défoncé. Dans tous les cas tu n'étais pas dans ton état normal. A vrai dire... A vrai dire quoi ? Je ne sais plus. De quoi on parlait déjà ?
Ah oui c'est vrai. Jessica. Jessica qui me plaisait vraiment et qui elle, de minutes en minutes, voulait juste se renseigner sur quelque chose, en rapport avec... Ed... Hein quoi ? Qu'est-ce qu'elle me... Aaah...

« Comment ça se fait qu'un gars qui s'en fout des têtes du classement puisse se ramener avec un autre gars qui se place parmi les grosses têtes justement ? »

Ta gueule, embrasse-moi, j'ai juste envie de te pécho. Orf non, je pense... Je pense que... Qu'il faut y aller en douceur... Ouais mais moi je veux juste l'embrasser, c'est tout. Kala, t'étais venu pour quoi à la base ? Pour l'assassinat de Pijn. Ouais mais en même temps... Cette soirée, c'était l'occasion pour me consoler avec une autre fille de ce que Floriane m'avait fait, et puis j'étais célibataire maintenant, bordel de merde ! Tu sais quoi mec ? Je vais pécho un max de gonzesse ce soir, allez !

« Ben tu vois, Ed et moi, on se connaît depuis ma première nuit à Dreamland, c'est le grand frère de mon meilleur ami onirique. A cause de lui, durant une nuit au Royaume des Chats, on s'est fait poursuivre par un gang et on a failli y laisser notre peau. Mais si je suis venu avec lui, c'est par parce que je le voulais...
_Et c'est pour quoi ?
_Ben tu vois, je finissais cul sec la 5ème pinte de la soirée, il va y avoir une guerre. Une nouvelle guerre.
_Du genre, comme celle au Royaume des Chevaliers ?
_Ouais.
_Woaw.
_C'est pas fini. C'est le seigneur cauchemar de la douleur, Pijn qui veut buter le Seigneur Obscur et prendre sa place.
_J'en ai entendu parler, il commence à se faire connaître car ses ''exploits'' se font voir.
_Ah tiens... Ben moi j'ai rien vu tu vois. Enfin bref, sauf que Pijn est le plus bel enfoiré que Dreamland ait jamais porté. Donc du coup, pour des raisons qui nous regardent, Ed, Megan et moi allons commanditer... Le meurtre de Pijn.
_Megan ? Megan Cole ? L'ex numéro de la Baby ?
_Quoi sérieux, elle était numéro 1 de la Baby ?
_Oui. Mais t'inquiètes, maintenant ça ne m'étonne plus que tu ne saches pas grand chose concernant le classement.
_Ouais, tu fais bien. Enfin voilà, on va assassiner Pijn car il fait sûrement plus de conneries que le Seigneur Obscur lui-même. Et comme il est juste méga-balèze, ben on a besoin de gens pour nous aider dans notre lutte. Voilà pourquoi on est là.
_Je vois... »

Je ne savais pas quoi faire d'autre. Voilà, j'avais fais ma p'tite pub, soit elle disait oui, soit elle disait non. Moi je ne savais plus trop quoi faire à part quoi, à part... A part rien faire. A attendre qu'elle me donne une réponse. Je voudrais tellement embrassé ses lèvres pulpeuses et si rouges... Fallait bien que je me lance.

« Mais bon, Ed a finalement voulu passer du bon temps ici, il semble avoir oublié pourquoi on est venu là. Donc bon, j'ai dû dire oui à son projet mais contre ma volonté donc moi, ça m'importe peu qu'il trouve des gens.
_Ah bon ? Comment ça ?
_Mon seigneur se fait embobiner par Pijn, et je ne veux pas qu'il le soit. Si Pijn va au bout de sa guerre, il pourra très bien poignarder mon Seigneur dans le dos... Littéralement. Mais bon, en tout cas... Jessica ?
_ Oui ? »

Et je m'avançais pour l'embrasser, on était assez proches et je n'avais qu'à me pencher pour pouvoir toucher ses lèvres. Je sautais d'une falaise et je restais suspendu en l'air. Le vide complet. Soit je tombais, soit je restais en l'air, suspendu au-dessus du vide car elle répondrait par la positive et m'embrasserais. Je n'avais rien à perdre de toute manière. [/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/channel/UCq05Z8FNAeW8AlRhlEq_vsQ
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Bourgeois
Messages : 735
Date d'inscription : 05/10/2010
Age du personnage : 29

Maraudeur des rêves
Khildar Blacksilver
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 650
Renommée: 1200
Honneur: -400
MessageSujet: Re: Event 6 : Une fête inoubliable ! Mar 3 Mar 2015 - 22:33
Monitor your target

Le tango avait été maîtrisé, dans un jeu sensuel des plus classiques, s’il était classique de danser avec un partenaire une canne à la main. La séduction et l’évolution des mouvements amusaient beaucoup l’aristocrate, qui avait embarqué son interlocuteur avec un brin de rudesse il est vrai. Néanmoins, ils se débrouillèrent honorablement. Oscar devait mener la danse tout en tenant compte de sa canne, mais aussi en surveillant du coin de l’œil le véritable Gin. L’exercice requérait une certaine concentration qui limitait les pas disponibles, obligeant le Lord anglais à se rabattre sur des mouvements et des échanges simples. De plus, afin de ne pas faire sortir sa proie de son champ de vision, il ne varia pas beaucoup l’étendue des déplacements, manquant souvent d’entrer dans une certaine monotonie, s’il était possible pour une danse aussi sensuelle et passionnelle.
Le désir d’aventure avait été pris en compte et rangé dans un coin de l’esprit. La curiosité à l’égard de ce personnage sortit de nulle part et qui avait décidé de l’aborder sur un simple aperçu était présente, mais s’écrasait littéralement devant la venue de son objectif. La tension qu’il pouvait ressentir se trouvait heureusement et fort à propos libérée à travers la danse, parfait exutoire. Quant à l’aventure, ce Till était servi, puisqu’il venait de s’y faire embarquer. Certes, sans que son avis soit pris en compte, mais si un homme en abordait un autre avec des envies de sensations fortes, en ne se basant que sur la tenue originale, alors cet homme acceptait de danser sans y être invité.
Au cours du tango, entre deux passes, l’homme d’une trentaine d’année sollicita de prendre connaissance de la cible, du « jaloux ». Une demande bien légitime, à laquelle Oscar répondit en désignant Gin du bout de sa canne levée, manquant d’éborgner un couple qui passait par là
:

"Him. I want him."

Les deux danseurs s’échangèrent un sourire et le marché fut proposé, simple : une faveur pour une autre, avec l’accord immédiat pour le souhait de l’anglais. D’ailleurs, d’où venait l’autre ? Son accent était impeccable, mais il ne semblait pas appartenir au Royaume Britannique.
A cette proposition, le voyageur démoniaque se permit une mine hautaine, conséquence de la soumission évoquée. Certes, c’était un échange qui avait été envisagé, mais il ne voyait en ce marché que son propre intérêt, à savoir une faveur instantanée. Ce nouveau joueur, ce pion qu’il n’avait pas prévu, pouvait parfaitement entrer dans son plan d’actions. Cependant, il fallait agir avec circonspection afin d’éviter aux données aléatoires de s’emballer et de mettre en péril le projet. Il répondit donc avec un enthousiasme à moitié feint, semblant s’intéresser à l’aide dont avait besoin son partenaire :


"Only if you tell me more about what you want, in order to prepare myself, for your pleasure."

Il se composa un visage charmant, poursuivant le tango avec des déplacements étudiés et une démarche noble.
Finalement, le tango prit fin et l’attention fut portée sur un couple de lyonnais. Oscar s’en félicita et entraîna délicatement son potentiel partenaire à l’écart de la piste de danse, tout en gardant un œil sur Gin. Ils aboutirent contre l’un des murs, non loin des comptoirs et suffisamment éloigné des enceintes pour ne pas avoir à hurler. L’aristocrate reprenait son souffle calmement, souriant à son partenaire pour lui signifier qu’il avait apprécié la danse et demeurer courtois. Il se tenait en apparence sur sa canne, légèrement penché sur le côté, son autre main papillonnant sur son gilet en tissu.

Au sujet du véritable Gin, il était allé s’accouder à un des bars du rez de chaussée, écoutant d’une oreille distraite les félicitations du numéro 1 et les réponses demandées au couple qui avait apparemment fait sensation. Il prêtait une oreille beaucoup plus attentive à la conversation qui venait de s’engager entre Natasha et le Ed Free, qu’il avait immédiatement reconnu.

Il n’était pas très éloigné, un ou deux sièges d’écart, et donnait l’impression d’avoir les yeux dans le vague. Il ne payait vraiment pas de mine avec sa barbe mal rasée et ses cheveux en bataille. Il commanda machinalement une despé, histoire de se donner contenance. En attendant sa consommation, il fixait le rien et écoutait tout avec une attention discrète.
C’est alors qu’un autre gars arriva et entama lui aussi une conversation avec Ed. Décidemment, quel succès ! Apparemment, l’annonce faite au micro avait eu son public. Les retours allaient être d’autant plus intéressant …

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2656
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 24

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 855
Renommée: 2540
Honneur: 430
MessageSujet: Re: Event 6 : Une fête inoubliable ! Mer 4 Mar 2015 - 19:03


Malheureusement, le tango fut à oublier.
Mh, dommage, soupira-t-elle intérieurement.
Elle n'aurait sûrement pas dit ça si c'était un slow qui était passé.
Vous me diriez, comment peut-elle connaître autant de danses et ne pas savoir comment fonctionne un slow ? Pour la seule et unique raison qu'elle en a jamais fait un. A chaque proposition, elle refusait clair et net. Lithium, dans son jeune âge, préférait danser seule ou s'attarder sur le buffet. Cela avait bien changé depuis. Bien que le buffet conservait tout son attrait lors de situations gênantes. Cela ne devait pas être bien difficile, mais elle réagirait sûrement de la même manière qu'enfant; secouer vigoureusement la tête en s'empourprant et se cacher derrière sa meilleure copine, ou fuir pour manger, en l'occurrence, boire ici.
Bah du coup, qu'est-ce qu'elle allait foutre de ces chaussures ? Boh, les ramener dans la valise. Une paire de shoes gratos, ça se refuse pas. Bon, à part si elle retrouvait la fille en question, mais elle n'avait pas que ça à faire non plus. Ed lui brossa le poil encore une fois quant à ses talents de danseuse -et encore, t'as pas vu ma mère, ça doit être de famille- et la jeune femme secoua la tête pour répondre à ses excuses. Elle sortit un simple "Aucun souci" suivi d'un soupir amusé lorsqu'il se rabaissa légèrement. On peut pas être bon partout hein !


"Tu ne sais pas danser le Tango, mais t'es quelqu'un de bien sur Dreamland. Je sais danser, mais je suis une tarée à Dreamland. Hé ! On peut pas gagner sur tous les plans !", lâcha-t-elle tout naturellement, un brin d'amertume et de dépit dans la voix.

Elle aurait préféré être une véritable brêle en danse et être quelqu'un d'irréprochable.
Malheureusement, ça ne fonctionnait pas comme ça. Elle aurait beau essayer de se racheter, avec Bis, cela ne fonctionnerait probablement jamais. Elle pouvait péter les plombs à chaque instant dans ses rêves. Mentalement, elle riait bien jaune. Quelque chose revint à son attention; ce fut ce que Ed avait prononcé lors de son instant de gloire. Quelle était cette histoire de maltraitance de voyageurs par leur propre seigneur ? ça se fait pas ! Elle voulait en savoir davantage -même si elle n'était pas franchement la meilleure des personnes sur qui compter- elle voulait bien aider. Même si concrètement, elle n'avait jamais été maltraitée par un quelconque Seigneur, ne sachant trop si elle était réellement affiliée à la Tour des Arts, ou juste sentimentalement. Cependant, il y eut l'interlude assez gênante de Daniel qui ne pouvait pas mieux tomber. Parfois franchement, elle se demandait si il le faisait exprès. Dès qu'elle parlait à un être masculin, il accourait dans les minutes qui suivaient. C'était à se poser des questions, car coïncidence ? Je ne pense pas ! Bref.
Elle perçut l'ironie dans la voix du blond et ne le contredit pas. Malgré le fait que son meilleur pote le soit justement, il pouvait parfois se montrer assez étouffant. La jeune femme ne cacha aucunement sa surprise lorsqu'Ed passa son bras derrière son cou pour la faire avancer, et se retint d'esquiver ou de réagir physiquement. Qu'est-ce que j'ai dit avec les gestes brusques ? Elle marcha donc sans broncher, évitant les bras volants et les pieds clandestins, et rejoignit enfin le bar, malgré le peuple. Son camarade lui fit bien comprendre que pour les verres, il s'en chargerait. Et par la suite, il l'a laisserait peut-être payer, mais seulement si elle était "sage". Ah ! Sage. Sérieusement ? Genre, sage. La jeune femme, légèrement surprise, se retourna pour le regarder de ses yeux écarquillés, sourit et prit un air faussement outrée.


"Seulement si je suis sage ? Ah, sans déconner !
C'est presque me pousser à être méchante."
, dit-elle avec une pointe de malice.

Elle n'eut le temps que de commander que le tout était déjà réglé.
Ah ouais, mais c'est qu'il était sérieux en fait.. Elle eut un léger sourire en coin.
Plein de surprises dis donc. Elle demanda un second Mojito, histoire de faire suivre le premier de sa soirée, mais le tout, toujours léger. La demoiselle n'avait pas franchement envie de se retrouver elle-ne-savait-où avec elle-ne-savait-qui et ne pas se souvenir des évènements. Quoique, ça aurait pu être drôle. Pas classe, mais cocasse. Enfin, elle finirait probablement fortement alcoolisée de toute manière, mais pas tout de suite. Une façon comme une autre d'évacuer le stress quotidien. Pathétique oui, ce qu'elle se répétait sans cesse. M'enfin. Ils trinquèrent et, sirotant tranquillement son verre, elle osa un rapide regard sur son acolyte. Ahin. Puis elle détourna les yeux, attirés par un couple se débrouillant plutôt bien au milieu de la piste. Elle y retournerait bien un plus tard, mais pour se défouler, pas pour danser un style particulier, se laisser aller cinq minutes quoi.
Bon, bon, bon.. Que pouvait-elle bien dire ? Lithium était aussi douée socialement que en mathématiques, donc une pauvre tarte. Allez, à part ce coup de panneau, ça faisait longtemps, non ? Demandes-lui des nouvelles, idiote. Ah, bah il t'as devancé. T'es vraiment nulle. A part boire, jouer et.. et c'est tout, t'es qu'une grosse quiche. Tu sers à rien. Pourquoi était-elle ici, errant sans trop trouver sa place ? ça, fallait demander à cet abruti de Daniel. Et de Chapelle tiens aussi.

"L'hystérique que t'as vu tout à l'heure, Daniel, a su je-ne-sais-trop-comment que cette fête se produisait. Via les réseaux sociaux sûrement -j'ai pas dû écouter à cet instant- et n'a pas voulu louper cette occasion pour retrouver son groupe dans le monde réel, et en apprendre davantage. C'est quelqu'un de très curieux. Puis voir les têtes d'affiches aussi, accessoirement. Et Chapelle pensait que ce serait.. "bien" pour moi de voir du monde, des gens réels, de me divertir. Et nous voilà ! Eux avec leurs compatriotes et moi qui, bah, je ne sais pas. Se promène.", elle prit une lampée.
"Je te retourne la question. J'ai entendu ton speech. C'est ta raison principale ?"

Alors qu'elle prenait une délicieuse gorgée de son breuvage, Lithium manqua de s'étouffer lorsqu'elle entendit sa question à propos de Vlad. Avant de reprendre son souffle, elle se tapa légèrement la poitrine pour faire passer le choc. Elle pouffa légèrement, reposa son verre et éclata d'un rire bien franc et sincère. Elle aurait voulu demander, de un, comment t'es au courant ? De deux, pourquoi ? Et pas de trois. Mais elle repensa au bruit -tout petit- que cela avait fait cette bêtise, et oublia bien vite ses interrogations.


"Parce que ça t'intéresse, sérieusement ?", toujours en riant, avant de reprendre un air faussement sérieux.
"ça durait depuis bien trop longtemps cette bêtise, donc non, plus de pseudo-Justicier à mes côtés ! .. Même pas fichu d'utiliser son pouvoir sur moi. Je devais être complètement à la ramasse à cette époque pour.. Rah ! Bref. C'est moche, mais voilà. M'enfin, c'est pas non plus hyper intéressant. A part que.. je suis ENFIN libre !", soupira-t-elle de soulagement, levant les yeux au ciel tout en prenant une gorgée de sa boisson.
"Désolée, ça fait tellement du bien de se dire ça ! Je ne sais même pas si je dois te retourner la question vu que.."

Elle n'eut pas vraiment le temps de continuer vu qu'une créature féminine débarqua de la foule pour se planter dans leur conversation. Une manière simple et efficace pour dire, le tout avec une musique de rap/RnB derrière "HEEEY, move Bitch, get out the way !" Charmée. Hé bien, bonjour Natacha Nikolaïevna, ravie de te rencontrer. Comment ça c'est pas ton prénom ? Mais qu'est-ce que jm'en fous. Vas-y continues, je ne suis pas là, t'inquiètes. Regardes tiens, je me fonds admirablement bien dans le décor là, non ? Malpolie. Elle regretta une nouvelle fois l'impertinence de Bis qui n'était pas là. Si elle l'avait été, n'aimant pas être interrompue, elle lui aurait chopé le crâne et le lui aurait explosé sur le comptoir. Puis histoire de faire comme dans les films, elle aurait attrapé par le peu de tissu sur son dos pour la jeter dans les boissons derrière le bar. Et elle l'aurait fini à la bouteille en lui crachant dessus "IN YA FACE BITCH !" Et encore, c'était sympa comme traitement. Suffisait de se souvenir de l'épisode Jakob. Elle frissonna légèrement à cette réminiscence.
Ouais sauf que, toi, t'es pas Bis. T'es juste Lithium qui se contente de siroter son verre, ne désirant aucunement faire de grabuge pour si peu. Après tout, c'était un sujet très important qui avait l'air de tenir à cœur à Ed, et ce ne serait sûrement pas la dernière personne à venir le voir pour ça. D'ailleurs, il serait peut-être mieux pour lui qu'elle le laisse tranquille. Elle avait beau être peu connue, le peu que l'on savait d'elle n'était pas glorieux. Ce n'était sûrement pas bon pour sa réput' à lui d'être vu en sa compagnie à elle, quoique bien fournie aussi en dommages collatéraux par le passé. Elle avait l'impression d'avoir autant de charisme qu'une huître morte -un peu comme Vega quoi- vive la confiance en soi.

Elle laissa donc Natacha s'exprimer, aucun mot ne filtrant de sa bouche.
Ses yeux se promenèrent dans la pièce, cherchant quelque chose à fixer pour passer le temps, et se rabattit finalement sur le contenu de son verre. Elle en fit le tour de ses doigts au moins quinze fois, refit un tour, puis encore un autre, puis attrapa un cure-dent et se servit une olive. Mh, mais c'est qu'elles sont bonnes ! Elle en reprit trois/quatre -ok, la palette entière- avant de tenter de faire une sculpture de cure-dents, n'écoutant que d'une oreille le sujet de la conversation. Après tout, ce n'était pas à elle que l'on s'adressait, puis c'était pas sa faute non plus si elle entendait hein, c'était à cause de ses grandes oreilles ! Si si, je vous assure. Elle s'appliqua donc à faire un crocodile, son animal favori. Hé, il est pas trop moche pour l'instant ! On va tenter de le peaufiner.. Pendant qu'elle s'occupait, ça discutait tranquille. Puis ensuite, vint un second prétendant à la conversation. Non mais sans déconner, là tout de suite ? Vous le faites exprès en fait, c'est un complot !.. Bon, bah je vais aussi faire la portée de petits crocos.. Garçon ! Plus de cure-dents siouplaît !



__________







Lithium s'exprime
Bis vous insulte


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ledesordre-est-dor.blogspot.fr/
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2786
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 27

Voyageur d'élite
Ed Free
Voyageur d'élite

Carte d'identité
Essence de Vie: 4095
Renommée: 7949
Honneur: 1289
MessageSujet: Re: Event 6 : Une fête inoubliable ! Sam 7 Mar 2015 - 3:10
La discussion avec Lithium continuait au bar, et je devais avouer que je me sentais bien. Partir avec Kala était une sorte d’épreuve car en plus de ne pas bien nous connaître, nous avions décidé sur un socle commun d’inimitié et de quiproquo qu’on ne voulait pas résoudre de ne pas chercher à mieux nous connaître : il restait dans son coin, je restais dans le mien et on allait bien voir qui allait ramener le plus de gens pour défoncer Pijn. Alors une Lithium avec qui je partageais déjà un petit bout de passé commun, c’était parfait pour ne pas me sentir trop seul et pouvoir discuter. Je sentais que la soirée allait être véritablement sympa à partir de maintenant, et je répondis avec un brin d’amusement dans la voix quand la blonde menaça d’être méchante :

« Et bien si tu es méchante volontairement, tu ne devras pas te plaindre quand je paierai le reste. »

Ensuite, la discussion continuait, j’écoutais Lithium qui me racontait le pourquoi de son voyage tandis que sur la piste de danse, le tango était interprété de diverses manières dont je n’aurais pu égaler un pas. Peut-être. Avec l’aide du hasard. J’étais désolé pour la Voyageuse, je ne pouvais pas danser là-dessus, et j’éprouvais même une petite once de regret à ne pas avoir pu continuer à danser avec elle. L’adrénaline en duo, à peine avait-on eu le temps de la goûter que déjà, je rabaissais le tout en m’enfilant une bière.

On passa ensuite sur Vlad, un des rares sujets communs qui pouvaient nous intéresser tous les deux – surtout elle, pas moi, pas tant que ça – et je me rendis compte avec une surprise non feinte, les lèvres trempées dans la bière, qu’elle avait rompu, et récemment semblait-il. Je n’avais pas envie de la féliciter ou de lui dire que son ex était un con qui méritait de s’appliquer sur lui-même son propre pouvoir pour voir en combien de tas de cendres il allait se répandre, et je n’avais même pas envie de prendre une mine enjouée à l’annonce de cette nouvelle, j’avais bien trop de soucis en tête pour dragouiller à droite et à gauche, et je ne parlais même pas que de cette nuit. D’ailleurs, que fichait Kala ? Tandis que moi, je faisais tourner la baraque en gagnant des concours pour qu’on me lègue un micro et faire passer l’annonce, où était-il ? Je ne le voyais pas sur la piste de danse, il devait être resté en-haut, bien entendu, hors de mon champ de vision actuellement. Bon, je devais quand même réagir :

« Ecoute, si t’es heureuse sans lui, tant mieux. Tu peux maintenant te choper tous les mâles de la boîte sans arrière-pensée. » J’en vins à trinquer mon verre avec elle pour saluer sa nouvelle situation. Et essayer d’oublier ce personnage de Vlad que j’abhorrais. Je lui fis un petit clin d’œil en toute amitié, sans pouvoir retenir le fond de ma pensée : « Tu as bien fait entre nous. Il y avait un psychopathe de trop dans le couple. Et il avait les cheveux verts. »

Lithium allait certainement me retourner la question mais alors même qu’elle tentait de faire demi-tour sans trop se mouiller, on l’interrompit totalement, une fille, qui se présenta à moi, et mon cœur fit un bond dans sa poitrine. Elle parlait français, même si son accent cherchait à le camoufler, et elle venait pour l’annonce que j’avais faite il y avait quelques instants. Même si j’étais ravi de cette intervention, ce ne fut rien face à la déclaration qui s’en suivit : c’était un groupe entier qui luttait contre les Seigneurs Cauchemars, contre l’oppression, pour la liberté des Voyageurs. Des étoiles des yeux, incroyable. Un rêve métamorphosé, bon sang, exactement ce que je voulais ! C’était bien trop beau pour être vrai, mais si, derrière Natasha, ce n’était pas une potentielle Voyageuse en soutien, mais plutôt des dizaines ! De quoi donner le vertige !

Je fus tellement surpris que même si j’avais lu ci et là le nom de Nick Wright, je ne me rappelais plus de rien d’autre. C’était « Quelque chose Voyageur » ou pas loin, peut-être « Voyageur quelque chose », je ne savais plus, mieux valait jouer les ignorants plutôt que les prétentieux qui se moquent un peu de la main divine qu’on leur tend. Comment n’y aies pas pu penser plus tôt ?! Je me levai instantanément en tout cas ; j’étais prêt à lui serrer la main, à lui faire la bise, mais hésitant entre les deux, je restai droit comme un « i » qu’on venait d’électrocuter, immobile, cherchant mes mots, et je lui répondis :

« Oui, oui, c’est moi. Et c’est effectivement pour renverser un Seigneur tyrannique envers ses Voyageurs. Par contre, je préfère te prévenir, ça ne sera pas de la tarte. Nous sommes déjà plusieurs sur le coup et on recrute le plus de monde possible avant de passer à l'action. » Je sortis un bout de papier ainsi qu’un bout de crayon dans ma poche, j’avais déjà tout prévu, et je notais sur le comptoir toutes les informations, soit mon nom, mon prénom, mon numéro de téléphone ainsi que mon mail. Je lui tendis le tout en rajoutant : « On ne peut pas vraiment parler ici, je vous recontacterai au plus vite. En tout cas, je peux te dire si tu veux le principal : le Seigneur à descendre est Pijn, le Seigneur de la Douleur, Duc Obscur de la Seconde Heure. Il paraît inattaquable comme ça, je sais bien, mais il y aura une occasion, je vous en parlerais de façon plus précise. Je le répète, ça ne sera pas facile, mais avec l’aide d’un ou deux très puissants Voyageurs, je pense qu’on a de grandes chances de succès. Il est le genre à transformer ses Voyageurs en esclaves, à les empêcher de visiter Dreamland, et à les torturer pour le plaisir, par exemple, les empaler, et j’en passe. » Quel charmant spectacle. J’aurais préféré ne jamais en être témoin.

Juste après, ce fut un Voyageur qui m’adressa la parole, quelqu’un que je connaissais pas non plus mais qui était cette fois-ci Français. Lui, ce fut simple, je lui serrais la main une fois qu’entre l’intermède, je récupérai la moitié de ma bière qui était tristement restée dans mon verre. Celui-ci aussi était sympathique, et de savoir qu’autant de monde avaient réagi me faisait chaud au cœur. Et la soirée n’était pas terminée ! Décidément, j’étais heureux de savoir que mon billet de train aller-retour allait être rentabilisé et si j’avais de la chance, Kala faisait aussi du super travail en haut. Au final, on allait ressembler une sacrée armée, avec Meg à-côté qui allait aussi récolter des informations. De quoi se frotter les mains, y avait pas à dire, c’était une sacrée foutre idée que d’être venu ici pour profiter de cette concentration de Voyageurs.

« Ed Free, aussi très enchanté, ça fait plaisir qu’il y ait des gens comme toi. Sinon, comment te dire… Atta… » Je lui refis aussi un autre bout de papelard sur lequel j’inscrivis toutes les informations comme d’habitude avant de le lui tendre. « Si tu veux plus de détails, tu me contacteras là-dessus. En attendant, je crois que tu as entendu ce que j’ai dit avec la fille juste avant ? Le coupable est un Duc Obscur, un des plus puissants même, mais il va à un moment ou à un autre créer une ouverture et… » Je ne pouvais pas le dire aussi facilement tout de même, mon propre Royaume était impliqué, je ne voulais pas trahir ses secrets à n’importe qui, surtout qu’il se trouvait dans le mauvais camp. Je repris ma phrase comme si je n’avais jamais laissé de blanc : « … Et on pourra donc en profiter. Par contre, c’est extrêmement dangereux, en plein milieu du Royaume Obscur, je ne te le cache pas, mais on aura du soutien. A toi de voir. »

Nan, faux, si c’était aussi dangereux, ce n’était pas seulement parce que Pijn était d’une puissance au-delà du ridicule et que peu de gens sur Dreamland pouvaient seulement rivaliser avec lui, non, oh non, c’était surtout dangereux d’une part parce qu’on allait être en pleine guerre, c’était ça « l’ouverture » que je cachais à Alan, et qu’il fallait introduire les renforts qu’on avait amenés, il faudrait justifier d’où ils venaient si on ne parvenait pas à les cacher vu que ça ferait bizarre (de base, j’étais dans le camp de Pijn, tout comme Kala), et d’autre part, ça serait le chaos général. Je ne pouvais même pas dresser de plans, je ne savais même pas à quoi je servirais, où on m’enverrait, où seraient les autres. Je n’avais pas de plan, mais une faim insatiable de ressources que j’utiliserais comme je pourrais le moment X, en essayant de créer quelque chose qui tenait la route. Mais au stade où j’en étais, avant d’investir, on accumulait les richesses.

Même si je souriais à Alan, je me sentais presque mal envers lui, et envers les autres, pour leur demander de venir combattre Pijn à nos côtés, parce que certes, c’était un connard, mais faire échouer ses ambitions guerrières n’était que secondaire par rapport à mes propres envies, celles que je cachais à tout le monde jusqu’à ce que cet imbécile de Kala avait farfouillé partout je ne savais comment dans mon esprit. Enfin, du moment que tout le monde était content au final, je n’allais pas m’en plaindre, mais il n’empêchait que j’avais un petit grain de culpabilité. La bière que je bus juste après me permit de la noyer en partie alors que la fête continuait de battre son plein.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 303
Date d'inscription : 16/01/2011

pnj
PNJ du Staff
pnj

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Event 6 : Une fête inoubliable ! Ven 19 Fév 2016 - 16:34


La fête battait son plein.
La musique pulsait dans les oreilles de chacun, et la plupart se dandinait sur la piste.
D’autres malheureusement, noyaient leur immense chagrin dans l’alcool ou tentaient de saouler une créature pour ne pas finir seul. Certains partaient, ennuyés par le surplus de monde et lassés de voir toutes les attentions concentrées sur les chiffres les plus petits. Les têtes du classement continuaient de se faire bien voir, désireux d’accroître leur popularité, et donc leur puissance médiatique. Quant au concours de danse, il continuait allègrement sur sa lancée et l’animateur continuait de délivrer les noms des heureux vainqueurs. Beaucoup se ridiculisaient, mais d’autres démontraient d’un talent inné pour la danse. Cependant, cette soirée était bien plus qu’une simple réunion de Voyageurs de tout horizon ; c’était l’occasion de nouer des alliances, de fomenter des complots, et de convaincre des solitaires de rejoindre les rangs d’une certaine faction dans le but de changer l’histoire. Mais tous ne voyaient pas cette sauterie d’un très bon œil. Non. Et personne n’aurait pu s’attendre à un tel évènement.

Alors que Kala s’apprêtait à emballer la délicieuse et mystérieuse Jessica, que Khildar écoutait d’une oreille attentive la conversation d’Ed et de Natasha, que Lithium laissait libre cours à son talent avec des cure-dents et que Alan obtenait le numéro de monsieur Free, un bruit sourd retentit dans la pièce. Si personne ne semblait l’avoir entendu de prime abord, le DJ finit par baisser la musique sur les indications de Geyr winn, déclenchant ainsi une montée de plaintes. Max Andrews et Li Ishimaru se rapprochèrent du numéro 1, comme pour lui chuchoter quelque chose. Tous les trois se regardèrent d’un air interrogateur, aucun ne semblait connaître l’origine du bruit. La tête d’affiche voulut rassurer ses convives.


« Vous inquiétez pas, tout va b… »

Un nouveau son, cette fois-ci tonitruant, résonna dans la salle et quelque chose sembla exploser. Puis au bout de quelques secondes, des cris de surprise s’élevèrent de la foule ; de la fumée venait d’apparaître à plusieurs endroits. Au début, certains crurent à un effet spécial pour la fête et se mirent à rire, avant de finalement tousser avec beaucoup de virulence. Chacun porta les mains à ses yeux puis à leur bouche. Non, ce n’était pas possible… Des bombes fumigènes ! Les invités finirent par paniquer, et beaucoup se bousculèrent pour se diriger vers la sortie, le numéro 1 de Dreamland le premier. Les vigiles hurlèrent des indications de sécurité à l’encontre de toutes les personnes présentes et firent de leur mieux pour évacuer tout ce beau monde dans le calme. Bientôt, la pièce fut totalement asphyxiée et les gens tous dehors. Geyr Winn ne comprenait pas. Qui donc aurait bien pu vouloir saboter la fête du siècle ? Un ennemi ? Etait-ce l’un d’eux ? Cette fumée amenait avec elle tout son lot de questions, et personne ne semblaient connaître les réponses. Il était évident que quelqu’un ne souhaitait pas voir cette soirée aboutir… Pour une fête inoubliable, et bien s’en était une oui !

PARTIE CLOSE.



__________

http://www.youtube.com/watch?v=iMtcqx4vXXA


Tu connais le sens du mot Némésis ?
Un juste châtiment légitimement infligé par l'intermédiaire ou au moyen d'un agent approprié, personnifié en l'occurence par un redoutable salaud :
Moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Event 6 : Une fête inoubliable !
Revenir en haut Aller en bas

Event 6 : Une fête inoubliable !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Vie Réelle :: Centre Ville :: Salle des fêtes-