Haut
Bas

Partagez|

Calendrier de l'Avent, second épisode

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2724
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 27

Explorateur Onirique
Ed Free
Explorateur Onirique

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 6959
Honneur: 984
MessageSujet: Re: Calendrier de l'Avent, second épisode Lun 15 Déc 2014 - 23:45
15 Décembre



Spoiler:
 


Il y avait plusieurs loges autour de l’arène en forme de cercle, vingt mètres de diamètre, afin d’apprécier le combat qui allait se dérouler, le duel judiciaire de Kaijin Zared, sans soutien, qui devait alors se combattre seul sans aide de son roi qui l’avait rejeté et qui aurait pu le seconder par Servaas Lotts. Le public était principalement constitué de nobles, mais certains roturiers se cachaient dans les environs et donnaient régulièrement des messages (par pigeons voyageurs, ce qui était plutôt lent) à d’autres groupes, plus lointains, pour les informer de ce qu’il se passait. Le commerce autour des paris était d’ailleurs gigantesque, car chacun s’y mettait, et les choix ne s’arrêtaient pas à qui allait tuer l’autre, mais aussi le nombre de coups reçus, le nombre de membres arrachés ou mutilés, le nombre de beuglements que les adversaires allaient faire. Cependant, peu de personnes avaient osé miser leur fortune sur une victoire de Kaijin.

  Il sortait de prison, et ses compétences au combat n’égalaient malheureusement pas la terreur qu’il inspirait face à ses ennemis et qui lui octroyaient plus sûrement une victoire à sa cause. En duel, face à quelqu’un qui ne le craignait pas et qui était connu pour être un duelliste hors-pair, Kaijin n’avait pas énormément de chances de l’emporter. On comptait cependant sur sa bestialité et sa force naturelle pour contrebalancer la technique de son adversaire. En tout cas, on sentait que le combat allait être passionnant et rempli de sang.

  Raphaël, en belle armure fine et scintillante sous le soleil, arriva en premier sur les lieux du futur crime. Il fut applaudi et salué par tous alors qu’il dégainait son épée, aux allures gelées, qui faisait sa réputation, ça ainsi que le cache-œil qui faisait croire à ses adversaires qu’ils pourraient profiter de ce point mort. De son côté, Kaijin n’était pas vraiment préparé. On lui présenta une modeste armurerie où il pourrait se servir, et son geôlier lui demanda ce qu’il voulait mettre comme protection.

« Tenez, voici un casque pour la bataille.
_ Je ne prendrais pas de casque.
_ Alors une armure.
_ Non.
_ Des bottes ?
_ Non.
_ Une côte de mailles ?
_ Non. »


  Au final, Kaijin sortit dehors avec un pagne pour cacher sa virilité ainsi qu’une épée, sans aucune armure. Il reçut évidemment des huées du public parce qu’il était le méchant de l’aventure, et il ne se rendit pas compte que des paris étaient en train de changer et étaient moins optimistes à son égard. Il se rapprocha du centre du cercle tandis que Nedru Etol était en train de rappeler les raisons du duel et les conséquences de l’une ou de l’autre défaite (il n’était pas habitué à ça, Ed Free était le spécialiste d’arbitrer ce genre de combat, quand il ne les provoquait pas).

« Vous saluez aux quatre points cardinaux, et ensuite, vous serrerez la main de votre adversaire. Vous reculerez de quelques pas, et le combat commencera quand la cloche retentira. » Chacun obéit aux principes énoncés, même Kaijin Zared, et dès qu’ils en furent à la poignée de mains, il dit à son ennemi :
« Salut pétasse. »

  Le combat démarra peu après, sous la demande du roi, et si Raphaël voulait commencer par une petite danse en rond pour observer les mouvements de son adversaire, Kaijin Zared ne lui en laissa pas le temps : il se jeta à corps perdu sur son adversaire en hurlant. Les fers se croisèrent, se quittèrent, et revinrent l’un contre l’autre à de multiples reprises dans une danse enragée incroyablement complexe. Si Kaijin attaquait sans relâche, Raphaël parait tout avec une dextérité exemplaire. Il parvint même à verser le premier sang en tailladant la joue de Kaijin.

  Les deux se toisèrent, et repartirent à l’assaut. Cette fois-ci cependant, Raphaël obligea Kaijin à reculer, ou en tout cas, l’empêchait de mener en gueulant comme un putois avec ses attaques hasardeuses, mais portées avec une vigueur incroyable et son arme de balourd. Les deux échangèrent pendant plus de trois minutes avant que, surprise, Raphaël taillade gravement les côtes nues de son ennemi. Et quelques instants plus tard, une nouvelle coupure au bras alors que son armure finissait de le protéger quand ses coups ne déviaient habilement les attaques ennemies.

  Il faisait malgré tout chaud et les mouvements étaient violents ; la mort attendait à chaque coup qu’un combattant ne tombe. Personne ne commentait pendant le combat (seulement les représentants de la populace qui lançaient des pigeons voyageurs à tout-va). Les deux combattants commençaient à transpirer et à sa regarder. Leurs attaques se firent moins rapides, moins brutales. Ils se lancèrent l’un contre l’autre, Kaijin pirouetta même pour éviter une attaque, et ils reculèrent pour prendre une pause ; mais en fait, non. Kaijin fonça vers son adversaire en feintant de reculer, et son épée aurait décapité son adversaire si celui-ci n’avait pas paré. Raphaël fit un mouvement très fluide et frappa du plat de son épée les chevilles de Kaijin qui se mit à tomber sur le sol. Il lui pointa une épée sur la gorge et dit que c’était terminé. Mais avant de l’achever, il lui dit :

« KAIJIN ! Je veux que tu avoues tes meurtres ! Ma femme, Miss Graypath ! Tu l’as violée ! Tu l’as tuée ! Tu l’as mangée ! Et tu as mangé son enfant ! » Il lui donna un coup de pied pour qu’il admette, et se mit à tourner en rond afin de galvaniser sa revanche. « MA FEMME ! TU L’AS VIOLEE ! TU L’AS TUEE ! TU L’AS MANGE ! TU AS MANGE SON ENFANT ! » Et encore plus fort, après un autre coup de pied qui fit tressauter le corps de Kaijin, mourant. « MA FEMME !!! TU L’AS VIOLEE ! TU L’AS TUEE ! TU L’AS MANGEE ! TU AS MAN… » Et il se fit surprendre par un balayage de Kaijin qui avait repris contenance. Celui-ci lui envoya un coup de pommeau en plein dans la tronche pour l’assommer, se mit sur son ventre, et lui hurla !
« TA FEMME !!! JE L’AI VIOLEE !!! JE L’AI TUEE !!! JE L’AI MANGEE !!! ET J’AI MANGE SON ENFANT !!! COMME JE LE FAIS MAINTENANT AVEC TOI !!! » Et après avoir enlevé son casque, Kaijin arracha la moitié de la gorge de Raphaël avec ses dents. Celui-ci mourut sur le coup. Le duel était terminé dans un bain de sang. Kaijin roula sur le côté avec la chair de Raphaël plein la bouche. Il était libre.

__

Les vaisseaux de Kala Kourou approchaient bientôt de la capitale. Ses deux vaillants capitaines étaient en train de mener la flotte, tandis que sa propre intendante cherchait Germaine, conclure un mariage et ainsi obtenir des troupes à terre extrêmement efficaces. Sur leur passage en tout cas, ils avaient déjà détruit plusieurs vaisseaux marchands. Ils allaient mettre à mal l’économie, et créer un siège extrêmement puissant.

__

  La petite ville qui avait subi la première les affres horribles de Fino et de Germaine était doucement en train d’être reconstruite. Les gens s’affairaient aux maisons et à protéger les récoltes, tandis que le fort, même s’il ne trouverait pas sa beauté d’antan, ressemblait déjà à quelque chose. Non, la petite vie pourrait presque être paisible, en tout cas, dans quelques temps, elle serait comme neuve.

  Les habitants qui étaient restés se sentirent alors très malchanceux quand ils aperçurent à l’horizon une nouvelle menace, encore plus terrifiante que la première, venir au large. Ce n’était pas un bateau, mais c’était ce qu’ils craignaient depuis le début. Le capitaine de la garde dit même :

« Et beh, c’était pas trop tôt. »

  L’instant d’après, un dragon atomisa les reconstructions en un souffle de flamme, avant de continuer son périple dans les cieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2724
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 27

Explorateur Onirique
Ed Free
Explorateur Onirique

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 6959
Honneur: 984
MessageSujet: Re: Calendrier de l'Avent, second épisode Mer 17 Déc 2014 - 1:12
16 Décembre





Alors que tout le monde dormait, Megan était tranquillement en train de se balader dans le palais du Royaume des Royaumes avec une nuisette extravagante (à comprendre qu’il était difficile de savoir si elle était transparente ou opaque). Elle se baladait avec une bougie dans les mains pour s’éclairer quand l’obscurité dominait, et ne faisait pas mine de s’enfuir quand un des gardes passait près d’elle – de toute façon, elle n’avait rien à cacher et ils la « connaissaient » déjà. Elle fit un petit bonsoir à un de ses préférés, Alan Stain, et continua vers la chambre où dormait l’usurpateur Blacksilver.

La journée de la veille avait été mouvementée. Après la victoire de Kaijin, là où il aurait pu tranquillement survivre après que les dieux l’aient gracié devant tous, ce petit con avait hurlé des méfaits qui ne pouvaient maintenant rester impunis alors qu’il tuait Raphaël. Lucas Emerillon avait hurlé le plus fort. Khildar avait décidé de l’envoyer sur le Mur, où finissaient tous les criminels, afin qu’il soit banni au lieu d’être tué. Kaijin, un peu bête, ne demanda rien et accepta sa sentence. Avec un chariot d’autres malfrats de tous poils, il était déjà parti vers le Mur à grande vitesse là où on ne le retrouverait jamais. En attendant, Lord Khildar allait avancer ses pions demain devant le grand roi Dox, tandis que le Royaume des Mollusques et le Royaume des Chocs allaient bientôt arriver. Si nous étions en période de crise, alors elle allait bientôt atteindre le climax. Et Megan Cole voulait avoir un rôle à jouer dedans, et une certaine emprise sur l’usurpateur. Et elle avait des ordres.

Le garde la laissa passer « gentiment » dans la chambre où dormait le sieur. Il fut tiré de son sommeil par la lumière de la bougie, et demanda d’une voix forte :

« Que faîtes-vous ici ? » Megan posa sa bougie sur le meuble et ses fesses sur le lit. Elle posa sa main sur celle du lord et dit :
« Tout doux, mon seigneur, tout doux. Je voulais juste savoir comment vous alliez…
_ Je vais très bien, merci. »
, rétorqua-t-il en enlevant sa main de celle de Megan. « Je dormais même bien jusqu’à ce que vous arriviez, je vous demanderais juste de partir avant que je n’informe le roi que sa catin profite de ses derniers instants avant le mariage.
_ Allons
», fit-elle en lui sortant son plus grand sourire et en allant sur son Khildar, ses mains sur ses épaules tandis que ses jambes frôlaient les siennes. « … Je veux juste voir si les rumeurs concernant votre vigueur sont vraies, et si possible au passage, vous soulager de la pression qui vous incombe… » Elle tenta de l’embrasser mais il éloigna son visage et la gifla avec une froideur sèche. Il la poussa ensuite d’au-dessus de lui et dit :
« Allez à l’armurerie, vous y trouverez votre bonheur.
_ On est fidèles à ce que je vois »
, commenta-t-elle en se levant, la joue rouge, mais sans se départir de son sourire.
« Une vieille légende pour vous, non ? Oui, je suis fidèle jusque dans ma tombe, et point stupide. » Khildar la toisa avec mépris : « Je me demande même si ce n’est pas le roi Dox qui vous envoie afin de me soutirer je ne sais quel secret de façon déplorable.
_ Oh non », dit Megan avec un sourire encore plus grand, faisant remonter ses fossettes, et elle leva le doigt vers le plafond : « Ça vient, pour vous avouer, d’encore plus haut. »

__

Alors qu’ils faisaient une pause, bientôt arrivés à destination, Clem Free regarda la rivière près de lui couler (oui, il était en train d’uriner). Il trouva cependant quelque chose qui descendit du lac, une forme étrange qu’il peinait à identifier. Dès qu’il eut terminé, il se baissa pour attraper l’objet qui glissait silencieusement sur l’eau, qui sortait directement de capitale de Westeros, s’il se souvenait de sa géographie. Il se rendit compte qu’il avait à la main un masque de sauterelle trempé.

__

Dante, dit Stefano, était toujours emprisonné dans sa cage alors que des événements changeaient tout d’un coup. Plusieurs feux de camp étaient allumés afin de combattre la noirceur et la froideur de la nuit, et lui, proche de Fino et de Germaine, se rendit compte qu’une de ses ennemies venait d’apparaître. Elle était blonde et se disait être une messagère du roi Kala Kourou : elle demandait, suite à la lettre qu’elle avait tendu, si Germaine ne voulait pas se marier avec Matthieu Furt, un valeureux capitaine du Royaume de haute-naissance, et ainsi, les deux armées combinées par le mariage serait la plus puissante de tout le continent, entre le nombre qu’ils représentaient et le contrôle des mers de Kala, ce qui leur assurerait une victoire.

Normalement, Fino aurait dû déchirer la lettre et la faire manger à la messagère, mais il réfléchit extrêmement fort à cette alliance. Ce n’était pas si intéressant que ça. Il posa cependant quelques questions :

« Blondasse, le roi Kourou veut le trône de fer ?
_ Non, pas vraiment. Il vous le laisse ainsi qu’une grande partie des Royaumes. Il demandera juste à être respecté aussi comme un roi, et il demandera quelques terres supplémentaires, mais rien d’énorme.
_ Je m’en branquignole les couilles qu’il soit roi ou non, tant qu’il est plus faible que moi. Je fais pas confiance à la diplomatie. »


Ils discutèrent de plusieurs points, mais Fino trouva étrangement satisfaction à tous les termes, et se surprit à vouloir accepter. Ils auraient d’énormes renforts de la mer et ils pourraient ainsi étrangler le roi Dox et son armée par les terres. Que du bon, en somme, et en plus, on lui laissait le trône de fer ; il fallait juste s’assurer que le futur roi Kala ne lui foutrait pas un poignard dans le dos à la première occasion, mais il avait beaucoup à perdre dans l’histoire, beaucoup à perdre. Et encore, c’était s’il réussissait son coup. Car si Fino était encore en vie, alors il morflerait grave, comme on disait dans les banlieues du Royaume des Royaumes. Il ne faisait pas du tout cas de Germaine, qui restait à écouter la discussion sans vraiment y faire attention. Dante essaya de dire à Fino que c’était un piège – il avait compris qu’il fallait effectivement éviter une telle alliance pour le bien de son propre camp – mais il se reçut une insulte en pleine poire et ne chercha pas à réitérer. Au final, le bébé phoque dit :

« Okay, blondasse, j’accepte. On est officiellement alliés au Royaume des Mollusques ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2724
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 27

Explorateur Onirique
Ed Free
Explorateur Onirique

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 6959
Honneur: 984
MessageSujet: Re: Calendrier de l'Avent, second épisode Jeu 18 Déc 2014 - 2:50
17 Décembre





C’était bon, tous les navires étaient enfin arrivés face au Royaume des Royaumes, qui avait envoyé tous ses bateaux de guerre pour les contrer ; malheureusement, c’était peine perdue. Matthieu Furt et Jakob Baekesee avaient tous les deux sacrifié leur navire afin de voir qui étaient les plus courageux, et avaient envoyé par le fond les navires principaux qui indiquaient les stratégies à suivre. Les deux s’en tiraient bien, et nageaient comme ils le pouvaient entre les bateaux qui s’éperonnaient et les équipages qui s’affrontaient à coups de balistes.

Le « roi » Kala Kourou était expert en batailles maritimes, et n’hésitait à donner ses directives via un autre homme via un système de torche complexe. Les ennemis étaient envoyés les uns après les autres dans l’océan rejoindre le Dieu des Mollusques tandis qu’ils subissaient peu de pertes de leur côté. Tout se passait exactement comme il le voulait. Après qu’il détruirait tous les bateaux marchands des environs, l’état de siège (partiel) pourrait être déclaré dans toute la capitale. Il donna un ordre afin de couler un navire un peu trop audacieux, et se remit à réfléchir sur les manœuvres à faire.

Il avait reçu récemment un corbeau de Crystal qui avait réussi sa mission ; elle était en or, cette fille, vraiment un atout diplomatique non négligeable. Et en plus, ils arrivaient eux aussi bientôt à la capitale, voilà qui leur faciliterait les choses et qui tombait au bon moment. Il allait marier les deux ici, sur le pont de son navire, qui s’appelait « Le Vrai Kraken » afin de le distinguer de ses deux autres capitaines. Ces derniers n’avaient pas encore compris pourquoi il l’avait appelé ainsi (ils avaient dû oublier d’ailleurs). Enfin, tout se passait bien… On entendait au loin les hurlements des hommes, les navires qui s’écrasaient les uns contre les autres au gré des courants, les balistes qui perçaient le bois, les morts et le sang. Une belle bataille, une petite victoire bien méritée. Dans quelques jours, on allait fêter le règne du Kala Kourou 1er du nom. Difficile de faire mieux, hein ?

« Hm, excusez-moi, m’sieur. » Le second usurpateur se retourna brusquement afin de voir qu’une troupe de cavaliers avait envahi son vaisseau. Ils portaient tous l’écusson du Royaume des Chocs et celui des Chèvres Swag. Tous les cavaliers, qui étaient ici au nombre de trente, portaient des lunettes de soleil. Eberlués par le spectacle (et terrifiés aussi, c’étaient ses ennemis qui se tenaient sur le pont), il dit :
« Que faîtes-vous sur mon navire ? Et comment avez-vous fait pour venir dessus, on est en plein dans l’océan ?
_ Trêve de questions stupides… » dit un meneur aux cheveux albinos.
« … Espèce de stupide. » surenchérit l’autre meneur aux cheveux brun.
« Nous cherchons une certaine limace comptable, serait-elle ici par hasard ?
_ Non ! »
Les deux meneurs se regardèrent et dirent au reste de la troupe :
« Elle n’est pas ici ! On se tire ! »

Ils firent demi-tour, et quand Kala voulut parler à un de ses officiers pour lui dire s’il voyait bien ce qu’il voyait, le temps qu’il retourne la tête, et les cavaliers avaient disparu. Il se massa le front et fut content que cette sorcellerie fut loin de lui.

__

La flotte avait terminé la bataille alors que l’armée du Royaume des Chocs était arrivée à destination. Bon sang, quelle bande d’idiots d’avoir sorti les navires face au Royaume des Mollusques, ils étaient connus pour avoir la meilleure flotte de tout le continent. Le roi Dox avait essayé, mais il avait perdu, semblait-il. En même temps, à leur place, Ed Free aurait aussi tenté la même chose, vu que les opposants n’avaient que ça pour eux et que les battre en mer, c’était les battre tout court. Sauf s’ils avaient des renforts quelque part, mais vu que le Royaume des Mollusques était le moins peuplé de tous les Royaumes, ils évitaient les batailles sur la terre ferme ; avec une flotte, sur l’eau, le nombre inférieur d’hommes était moins important.

Les frères Free plus une tout petite troupe arrivèrent enfin dans la ville où les attendait une petite foule ; quelques soldats les accompagnèrent jusqu’au palais, et ils se rendirent compte tous deux qu’ils n’étaient pas forcément les bienvenus : une grande partie de la population était en train de les applaudir, mais une autre les regardait méchamment, voire les huait. Il y avait deux raisons à cela : la première évidemment, c’est que Clem Free allait obliger Megan à rester dans un seul lit (mariage oblige), mais la seconde, c’étaient à cause de prospectus que certain avaient en main, et qui semblaient être une sorte de propagande. Ed descendit de son cheval quelques secondes pour en ramasser un et se mit à le lire une fois remonté en selle. Apparemment, les papiers semblaient être écrits par les sbires de Khildar afin d’expliquer pourquoi il ferait un meilleur roi, en expliquant tous les problèmes causés par le roi Dox ou ceux qui ne résolvaient pas (en gras, les renforts à envoyer au Mur quand la Garde de la Nuit avait besoin d’aide, et l’envahisseur oriental sous la peau d’un bébé phoque seigneur de guerre et d’une limace comptable) et comment lui les résoudrait à sa place, ainsi que comment il augmenterait les salaires, mettrait en place un salaire minimum, un bouclier fiscal, et réduirait l’insécurité dans les banlieues. Une petite feuille de choux en sorte. Le roi Dox devait être au courant de ces manœuvres grossières, certainement. Le seigneur Free se pencha vers sa femme dans le coma, étalée sur son cheval, et lui chuchota à l’oreille qu’il n’aimait pas beaucoup ce qu’il se passait.

Les deux frères entrèrent alors dans le palais où ils furent accueillis en fanfare (les nobles bien informés savaient qu’ils arrivaient avec une énorme armée qui pourrait les protéger). Ils marchèrent quelques instants jusqu’à la salle du trône où ils furent accueillis par le maître du lieu ainsi que sa femme. Megan Cole se tenait à-côté et s’empressa de faire un clin d’œil à son futur mari qui se mit à rougir. Convenable, pensait-il, ça allait. Elle ne manquait de rien.

« Seigneur Free, du Royaume des Chocs, bienvenue dans mon palais. Vos chambres sont préparées et j’espère vous recevoir pour le dîner.
_ Ça sera un honneur, sire.
_ Je salue aussi votre frère, futur époux de notre chère Megan Cole. »
Clem inclina sa tête tandis que certains mâles de l’assemblée lui jetèrent de discrets doigts d’honneur. Le roi Dox salua aussi la femme du seigneur des Chocs, à ses bras, qui semblaient être en train de dormir :
« Et mes honneurs à vous aussi, Ma Dame.
_ Désolé sire, elle ne peut pas vous répondre, le voyage l’a fatigué. »

Ils parlèrent un peu maussades de la défaite maritime du Royaume des Royaumes, avant de se séparer pour se préparer.


__

Dan Sorro, poussé par Lulei, et Corey Cole entraient dans les territoires gelés du nord, où le Mur allait bientôt apparaître à l’horizon, loin vers les montagnes. La neige rendait la route difficilement praticable, mais ils progressaient sûrement. Ils avaient un peu de vivres, croisaient très peu de monde, et ils en profitèrent pour discuter. Lulei fut celle qui s’intéressa le plus à la religion étrange du troisième voyageur. Corey Cole racontait :

« Oui, je suis capable de ressusciter tous ceux qui sont morts récemment. Il suffit que je prie le Seigneur de la Lumière, Luxian, et ils reviennent à la vie. Dans mon propre cas, je ressuscite seul, le Seigneur n’a pas envie de perdre son plus grand disciple, quasi-avatar.
_ Votre don est incroyable.
_ Je l’ai expérimenté peu de fois. C’est un secret que je cache même à ma sœur. Si Megan le savait, elle m’enverrait en tant que médecin de guerre, alors que je ne veux surtout pas gaspiller le don que m’a offert mon seigneur pour de tels charlatans.
_ Au fait… »
intervint Dan Sorro les bras serrés contre son corps pour éviter de mourir de froid, « Pourquoi votre Seigneur de la Lumière vous a-t-il dit de nous suivre ?
_ Il m’a surtout dit d’aller au Mur afin d’aider les disciples de la Lumière, c’est tout. »
Lulei et Dan ne surent vraiment que répondre, eux non plus ne comprenaient pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2724
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 27

Explorateur Onirique
Ed Free
Explorateur Onirique

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 6959
Honneur: 984
MessageSujet: Re: Calendrier de l'Avent, second épisode Ven 19 Déc 2014 - 0:15
18 Décembre





On libéra Diego de sa cagoule noire, et il se rendit compte qu’il était dans des cachots extrêmement obscurs. Il commença à se sentir extrêmement mal à l’aise tandis qu’une table de torture, une simple planche en bois, était toute disposée pour lui. Les gardes le forcèrent à avancer et à s’installer dessus. Ils lui sanglèrent les poignets, les chevilles, ainsi que le corps. Ils décidèrent ensuite de s’en aller, afin de ne pas voir la boucherie qui allait commencer. Diego ferma les yeux, attaché, et sentit son cœur battre à tout rompre. Ce n’était pas possible, il n’allait pas terminer comme ça. Il ne devait rien dire, il ne devait pas avouer quel rôle jouait véritablement Nedru. Son cœur en cavale s’arrêta soudainement de peur quand des pas s’approchèrent de lui. Il déglutit et ouvrit les yeux…

Loin d’une sorte d’Igor ou de savant fou en mal de sadisme, il voyait au contraire une des plus belles filles qu’il n’avait jamais vu, avec une silhouette féline, de longs cheveux bruns et un sourire incroyable. Elle se déplaçait avec une grâce incomparable, une sacoche à la main, et elle arriva à son niveau. Elle ouvrit sa mallette et en sortit un outil particulièrement menaçant… Et quand elle vit véritablement Diego, elle lâcha son outil et sa serviette devant l’apparition de son futur patient. Les deux se dévisagèrent le temps d’avaler un pot rempli de miel à la fraise avant que Diego ne sourit :

« Salut, beauté.
_ Bonjour… »
dit-elle timidement en essayant de regarder ailleurs. Diego se demanda si il devait lui sortir le coup d’habiter chez ses parents, mais c’était ringard, même à cette époque. Il tenta alors :
« Je ne savais pas que mon bourreau serait un ange.
_ Je ne savais pas que mon patient serait un bellâtre.
_ Si vous voulez que je le reste bellâtre, peut-être faudrait-il commencer par ne pas me défigurer…
_ Vous défigurez ? Oh ! Non, jamais… »
dit-elle en ramassant ses outils. « Je suis dentiste, je m’occupe des tortures. Généralement, après une demi-heure, les ennemis du Royaume craquent et avouent tout.
_ Vous êtes efficace »
, concéda Diego tandis qu’elle se préparait pour la torture, dentiste ou pas dentiste. « Mais ça m’étonne qu’une fille comme vous fasse un métier aussi… brutal.
_ Bah, vous savez, j’étai bûcheron avant.
_ Fascinant… »
C’était du cursus original, il fallait l’avouer. Elle lui plaisait de plus en plus. La femme mit des gants et dit :
« Je m’appelle Isis, enchantée.
_ Diego, tout autant. A une table près. »
Isis appuya sur un bouton et une perceuse (désolé, fraiseuse) vrombit. « Si c’était possible de ne pas m’attaquer dans la bouche, je vous en serais fort gré.
_ C’est mon travail.
_ Vous risqueriez de me faire du mal.
_ Vous êtes un grand garçon, non ?
_ Comme je vous le répète, vous êtes efficace… »
Il adorait lui parler ; il se dit que se faire arracher les dents ou les caries pourrait être moins douloureux s’il la regardait tout du long. De son côté, Isis tardait à se mettre au travail et se mordait la lèvre. Elle pensait à ses patrons, mais il était si beau… si tout à elle.
« Au diable ces machins », et elle reposa ces outils. Elle regarda son patient dans les yeux et lui sourit :
« Sinon, vous venez d’où ?
_ Ah, savez-vous que je suis à l'origine un grand noble»


__

Wallace Redstone s’excusa devant Nedru : elle n’avait pas retrouvé le masque de sauterelle que Diego portait. Le chef des espions n’était pas content : lors de la fameuse nuit, Diego avait réussi à jeter son masque par la fenêtre, en plein dans la rivière en tout cas (de grandes chances pour, et il en voulait pour preuve qu’on ne l’ai pas encore trouvé) mais maintenant, comme Lithium l’avait vu faire, elle se demandait ce que ça pouvait être, et le recherchait partout en utilisant ses gardes. Nedru lui demanda :

« Wallace, continue les recherches. Il faut absolument que tu retrouves ce masque, ou on va être dans une sacrée galère. » Il sortit des centaines de papier de sa besace et les lui passa : « Va donner ces prospectus dans les bas quartiers prêts du port, là où les habitants ont pu voir la bataille maritime tourner court. Les gens devraient être plus sensibles à la propagande de Khildar. Je lui ferais un rapport ce soir. »

__

Il y eut un grand repas durant le banquet, et Lucas Emerillon se sentait méfiant par rapport à toutes ses têtes : on sentait qu’il y avait de l’ambiance. Ed Free mangeait tout ce qui lui passait sous la main sans faire montre de la moindre politesse, comme les barbares des Royaumes des Chocs. Clem Free et Megan Cole s’entretenaient vivement pour le coup. Le cadet faisait moins l’imbécile que son frère, trop occupé à plonger ses yeux sur la peau nue de Megan, ce qui lui laissait beaucoup de choses à voir. Megan aussi semblait un peu charmée, Clem parlait beaucoup de ses différents exploits guerriers. Le roi Dox mangeait convenablement et s’entretenait avec tous les convives. Khildar Blacksilver était cependant installé près de Lucas, et celui-ci avait du mal à supporter sa présence. Il ne le sentait toujours pas. Mais le record de la tête la plus renfrognée était celle de la reine Lithium qui parlait peu et qui avait perdu de son éternel charmant sourire. C’était une désolation de la voir ainsi.

« Emerillon, vous faîtes une de ces têtes. » C’était Lord Blacksilver qui lui avait parlé. Il répondit rapidement sans le regarder, visage droit :
« C’est d’être assis à-côté de vous qui me donne un ulcère. Un usurpateur du trône, le roi Dox est devenu fou. Foutues lois de l’hospitalité. Si ça n’avait tenu qu’à moi…
_ Je vous ai mal jugés, veuillez m’en excuser. Je pensais que votre colère était dirigée vers le roi Dox, car il n’a pas aidé le Royaume des Eléments, qui en phase critique suite à la disparition de Dan Sorro et de Rodrigue Miles, et de la destruction de plusieurs places fortes. »


Lucas Emerillon n’en pouvait plus. Il se leva, s’excusa devant toute l’assemblée et repartit. Lord Blacksilver se nettoya la bouche tandis qu’il vit l’intendant partir. Lucas avait des raisons d’être en colère : son Royaume allait très mal, il devrait partir le plus tôt possible, mais en plus, il avait perdu son meilleur combattant contre Kaijin Zared, ce cannibale révulsant qui a été envoyé sur le Mur. Lucas ne pouvait plus se permettre de rester passif face aux événements. Il fallait qu’il fasse quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2724
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 27

Explorateur Onirique
Ed Free
Explorateur Onirique

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 6959
Honneur: 984
MessageSujet: Re: Calendrier de l'Avent, second épisode Ven 19 Déc 2014 - 22:40
19 Décembre





  L’assemblée des nobles avait été à nouveau convoquée face à la grande requête de Khildar Blacksilver, l’usurpateur. Toute la cour avait été réuni afin que chacun fusse témoin d’un phénomène inhabituel : le Conseil des Ban, où chaque tête de Royaume discutait d’une ou de plusieurs affaires importantes. Ils acquéraient ainsi l’immunité, c’était encore plus impoli de les poignarder pendant ce moment-là que lorsqu’on leur offrait l’hospitalité, ce qui voulait dire beaucoup au regard des Dieux, et les décisions prises par vote étaient impossibles à défaire. Lord Khildar Blacksilver, futur roi, allait justement demander à ce que le Conseil des Ban fusse réuni (seul le Roi avait le droit de lever ou non la séance). Il en fit ainsi la demande, avec toutes les grandes têtes pour le regarder, et le roi Dox sur son trône :

« Roi Dox, je vous demande de demander un Conseil des Ban afin de discuter de la gestion de l’ensemble des Royaumes », demanda-t-il avec un sérieux indéfectible. Il voulait surtout, par le biais du ban faire changer la couronne, et le roi Dox le savait pertinemment. Il savait toutefois que toutes les chances du Lord étaient compromises, donc il serait peut-être dommage de rendre son principal adversaire illégitime devant tous. Et il connaissait la loyauté de ces sujets, il n’y avait pas de souci. Il hésita sur la réponse à demander, et Nedru lui suggéra à l’oreille :
« Sire, si vous le souhaitez, vous pouvez toujours demander une discussion des ban pour ouvrir un Conseil des Ban.
_ Ça ne serait pas un peu redondant ? »
demanda Dox, et Nedru haussa les épaules. La reine Lithium se leva subitement en tout cas, et hurla à toute l’assemblée :
« Mon époux, il serait imbécile de décider selon les vouloirs de l’ennemi ! »

  L’assemblée des nobles se mit à chuchoter de tout partout. Personne ne semblait convaincu : si le roi reculait alors qu’il était en position de force, il serait donc, faible. Et la position de la couronne en serait réduite. Lithium, sentant qu’elle n’arrivait pas à faire changer d’avis la foule par sa simple envie frappa dans ses mains, et soudain, dix personnes entrèrent dans la salle à toute vitesse. Khildar porta la main sur son épée au cas on tenterait de l’arrêter, mais chacun des hommes se tint derrière Lithium, et trois d’entre eux avaient des instruments. Lord Blacksilver serra les yeux : ainsi donc, on y était. Lithium se mit à chanter avec son plus grand sourire :

« Ca va paraître bête ce que je dis,
A qui parlons-nous ? A l’ennemi,
Si on décide de rentrer dans son jeu,
Soyez sûrs que le Royaume sera en feu.

Dîtes non au Conseil !
Frappe dans tes mains si tu penses que c’est une mauvaise idée !
Dîtes non au Conseil !
Frappe dans tes mains si tu crois que Khi va nous entuber !
Dîtes non au Conseil !
Frappe dans tes mains si tu préfères la stabilité !
Dîtes non au Conseil !
Frappe dans tes mains si tu veux le voir emprisonné ! »


Evidemment, tous les gens dans la salle étaient déjà en train de frapper dans leur main sous la puissance du chœur de Lithium et sa joie de vivre contagieuse. Mais c’était maintenant qu’il fallait jouer. Lithium allait commencer le second couplet, mais ce fut Lord Khildar qui lui vola la place, se retourna pour regarder son public, et continua :

« Sans vouloir offenser la Reine,
Je ne me suis pas donné la peine,
D’allumer une révolution,
Je préfère de loin les négociations !

Le Conseil des Ban !
Frappe dans tes mains si tu crois que c’est la solution !
Le Conseil des Ban !
Frappe dans tes mains si tu veux que la justice soit en action !
Le Conseil des Ban !
Frappe dans tes mains si tu penses que les bans ne sont pas cons !
Le Conseil des Ban !
Frappe dans tes mains si tu veux supporter la cognition ! »


  Tout le monde dans la salle suivait le rythme de Khildar, même le chœur et les musiciens de Lithium. Le roi Dox n’en revenait pas : c’était la première fois que quelqu’un déjouait le pouvoir de la comédie musicale de sa femme. Maintenant,  à la fin de la chanson, tout le monde l’encourageait à ordonner une séance du Conseil des Ban. Il n’avait plus d’autre choix : il accepta.

__

  Servaas Lotts était le bras droit actuel du Seigneur Khildar… Et il venait tout juste de rejoindre sa reine, Alice Sauvebois, qui arrivait forte d’une armée incroyable. Vu que le roi Khildar allait être occupé à débattre lors du Conseil des Ban, c’était à lui de commander son armée vers la victoire. Il y aurait un feu d’artifice qui partirait du palais, et ça serait le signal de commencer à dévoiler l’armée. Pour le moment, ils avaient tué toute personne qui les avais vus afin d’être sûr qu’ils fussent proches du palais. L’armée du futur roi officiel était en place. La reine Sauvebois lui toucha l’épaule et le remercia pour mener l’armée. Il fit aussi la connaissance de Shad, le général des Créatures des Rêves qui les avaient suivies. La fin était proche.

__

  Ce fut Dan Sorro qui les vit en premiers, tandis que le Mur était maintenant proche d’eux, avalant l’horizon. Il y avait d’énormes points noirs sur leur droite qui avançaient dans leur direction. Au vu des tremblements du sol, c’était une armée. Corey Cole ne semblait pas apprécier ça, et Lulei l’approuva :

« Rentrons vite à la base des Gardes de la Nuit. Je n’aime pas ça du tout… »

  Effectivement, c’était bel et une armée qui se détachait nettement et qui semblait venir de loin. Ils se mirent à trotter (et pousser le siège de Dan plus rapidement), mais les tremblements se firent de plus en plus forts, ça approchait. Ils sentaient qu’ils ne seraient jamais à temps au Mur, l’armée était plus rapide, il semblait que les gens là-bas étaient humanoïdes…

  Et soudain, une énorme charrette les dépassa, et le conducteur se mit à leur hurler de grimper derrière. Corey Cole grimpa, Dan Sorro, à cause de son handicap, décida de rester à terre et s’agripper à la charrette afin d’y être tiré, tandis que Lulei montait à son tour, aidée de Corey. Ils trouvèrent un quatrième occupant dans le véhicule, un type avec des menottes et des cheveux bleu. Lulei se dépêcha de rejoindre le conducteur à l’avant et hurla :

« Vous nous avez sauvés la vie ! Merci beaucoup !
_ Pas de quoi !
_ Comment vous appelez-vous ?! »
Le type allait lui répondre, mais il se rendit compte qu’il n’avait pas de nom, ni de description physique précise ; il se savait alors foutu, car il avait un rôle extrêmement secondaire dont le scénario n’avait plus besoin. Une flèche lui traversa la gorge et le tua net. Lulei, effrayée, dit à tout le monde se planquer comme ils le pouvaient tandis qu’elle  récupérait les rênes.

  D’autres flèches sifflèrent mais elles ne blessèrent personne, et enfin, ils arrivèrent à bon port au triple galop. On les avait vus et on avait ouvert les grandes portes, et dès qu’ils les traversèrent, tout fut refermé. Ils furent accueillis par un chevalier du Royaume des Arts :

« Messire Kaisuki, pour vous servir. Mais vous n’auriez pas dû venir ici : je crains que vous n’ayez signé votre perte. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2724
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 27

Explorateur Onirique
Ed Free
Explorateur Onirique

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 6959
Honneur: 984
MessageSujet: Re: Calendrier de l'Avent, second épisode Dim 21 Déc 2014 - 23:52
20 Décembre





Sur la porte sa chambre, le Seigneur Ed Free vit un simple post-il qui disait : « Si vous ne votez pas pour la couronne Blacksilver, il arrivera quelque chose de terrible ». Le message n’était évidemment pas signé, mais Ed se doutait bien de qui ça venait, et ça ne venait certainement pas du roi Dox. Il détruisit le papier et le jeta par la fenêtre.

Après une longue nuit de sommeil, il se réveilla aux lueurs du matin, et un nouveau post-it était cette fois-ci accrochée sur la nuque de sa femme. Il lisait : « La prochaine fois, ça sera pire. Choisissez bien. » Ed Free demanda à sa femme, un peu surpris :

« Ils ne t’ont rien fait ? » Elle ne répondit pas comme à son habitude, et il se dit que tout allait bien. Il partit au Conseil des Ban.

__

Pendant ce temps-là, Wallace Redstone fit son rapport à Nedru Etol, le chef des espions, et lui annonça que malgré les menaces et l’empoisonnement de sa femme, Ed Free était totalement insensible à la situation. Le chef des espions se gratta le menton et se dit qu’il avait à faire avec une forte tête et un cœur de pierre. Il haussa les épaules et pria pour que la séance des Ban se passe bien. Il remercia son serviteur masqué, et tandis que ce dernier lui tourna le dos pour quitter la pièce, il sentit une douleur fouiller entre ses omoplates. Le temps qu’il comprenne qu’il avait été poignardé, et son corps tombait sur le sol, raide mort. Nedru Etol récupéra sa lame et la nettoya avec un des rideaux de la pièce.

« Celle-là, tu ne l’avais pas vu venir. »

__

Nedru Etol rejoignit le conseil des Ban après qu’on lui ait offert un mot de la part du Seigneur Kourou. Il y avait ici les cinq têtes du Royaumes : le roi Dox, puis Megan Cole, Ed Free, Lucas Emerillon et le fameux Blacksilver. Il ouvrit la séance en prononçant le rituel, puis il donna la parole à Lord Blacksilver.

Celui-ci fit un énorme monologue sur la piteuse gestion du Royaume depuis la crise orientale et les nombreux problèmes sur lesquels Dox n’avait pas agi, qui étaient des fois de mauvaise foi, des fois bien vu. Avec son éloquence, il démontra point par point pourquoi lui, éventuellement, ferait un meilleur roi et demanda alors un vote pour choisir. Il parla ainsi plus de dix minutes avant de donner l’ultimatum, et se rassied. Ce fut Nedru Etol qui demanda si quelqu’un voulut prendre la parole, et le roi Dox réagit évidemment immédiatement et se tint au centre de la salle :

« Cher Conseil des Ban, je voudrais me défendre contre les accusations pitoyables de notre ‘Lord’ qui cache assez mal son envie du trône. Il a déjà provoqué une scission dans le Royaume dans le passé, et voilà qu’il veut recommencer, de façon plus sage cette fois-ci vu qu’il n’a aucune armée qui serait capable de l’appuyer sur ce coup.
_ Vous êtes vieux, roi Dox, et vous n’avez pas encore de descendance ! »
protesta Khildar. Celui-ci répondit :
« Ma vie privée ne vous concerne pas.
_ Est-ce vrai que vous et votre reine ne partagez pas le même lit ? »
Le roi Dox ne se laissa pas faire at répliqua cinglement :
« Si vous aviez une femme qui vous servait une comédie musicale à chaque fois qu’elle se réveille, vous y réfléchiriez à deux fois vous aussi ! Vos odieux tracts ne font que déformer la vérité, mais en aucun cas ne la servent ! Alors gardez vos couleuvres ! » Un silence et il se tourna vers les autres : « Envoyons cet idiot dans les cachots comme ils le méritent, et arrêtons de parler de guerre à tout-va ! Je lance le même vote que mon confrère ! Choisissez ! Le vrai roi, la vraie couronne, ou bien un usurpateur ambitieux !
_ Très bien… », fit Nedru Etol en prenant la parole devant les cinq personnes. « Commençons par Kala Kourou qui n’est manifestement pas là. Il vote pour que la couronne aille à Lord Blacksilver ! » Il nota sur un tableau avec une craie un bâton pour Khildar. Il savait parfaitement que Kala n’avait voté que pour fragiliser les puissances en place et mieux s’emparer du Royaume des Royaumes, mais les motivations ne changeaient pas la décision. Le chef des espions continua : « Je suppose aussi que les deux chefs de camp votent pour eux… » Et il rajouta un trait pour le roi Dox et un autre pour Khildar. Il demanda alors le vote de Megan. Celle-ci répondit :
« Je vote pour le roi Dox, bien entendu. » Et regard furibard pour l’opposant.
« Ed Free, à vous.
« Le roi Dox.
_ Je note. »
Troisième trait sous le nom, et il appela Lucas Emerillon. Celui-ci se leva et bafouilla :
« Et bien… Je vote… Je vote… pour notre nouveau roi, Khildar Blacksilver ! »

Megan Cole et le roi Dox se levèrent à leur tour pour l’accuser de trahison, mais Nedru calma le jeu tandis que Lucas se rasseyait, sans les regarder, le regard fixe. Il dit alors qu’il y avait égalité et qu’il faudrait demander à un représentant du peuple. Au même moment, Alan Stain pénétra dans la salle et hurla :

« Il y a une armée ! Une armée menée par Alice Sauvebois ! Ils ont engagé des Créatures des Rêves ! » Alan Stain vacilla et dit : « Je voulais vous prévenir… » Et il s'effondra sur le sol pour renforcer l’élément dramatique. Le Lord Khildar resta imperturbable, mais on sentait qu’il ne s’attendait pas à ce qu’on remarque une armée de plusieurs dizaines milliers de personnes aussi facilement. Le Seigneur Ed Free se leva et dit :
« Je n’ai pas envie d’attendre que le représentant du peuple vienne débiter des sornettes sur le trône. Lord Blacksilver cherche à nous défier et à se ficher de nous ! Je réponds à la provocation. Je vais vous montrer comment le Royaume des Chocs se bat. »

__

« COMMENT CA, TROIS KILOMETRES DE LONG ??!! » hurla Dan Sorro quand Alan Rin lui expliqua son hypothèse principale de comment l’armée ennemie, la terrifiante menace avait pu arriver derrière le Mur. Il frappa du poing sur la table : « Vous voulez me dire qu’on a bâti le Mur, mais vu qu’il fait trois kilomètres de large, tout le monde peut le contourner ?! C’est un peu décevant, vous savez ?! On pensait que le Mur allait d’une berge à une autre, nous du Sud ! » La Garde de la Nuit se regarda sans relever le commentaire. C’est vrai que c’était un peu honteux. Dan Sorro continua sur Noah et Anthinéa : « Et vous, vous me dîtes que ça fait longtemps que vous cherchez à les dépasser, et vous avez jamais cherché à contourner le Mur ?!
« C’est pas sport… », répondit Noah qui ne se sentait pas à l’aise.
« Donc, maintenant, on a une armée gigantesque d’une menace sortie de nulle part et qui vient tout juste de faire un siège sur votre petit campement ! On va devenir quoi, maintenant ?! »

__

Un peu plus tard, sur le chemin de ronde dudit campement, Riku Kaisuki était en train d’observer les ennemis dans l’obscurité, ces silhouettes humanoïdes qui campaient et n’allaient pas tarder à les attaquer. Ils étaient un contre cent, et si eux avaient l’avantage d’être protégés par des remparts, les ennemis étaient une menace magique, voire divine. Il fit part de ses craintes à Anthinéa, mais celle-ci secoua la tête :

« Il semble que je ne vous ais pas mis au courant, chevalier, mais ce ne sont pas des ennemis inconnus. Il fait sombre, vous ne pourriez pas les reconnaître, mais en journée, si vous plissiez des yeux, vous pourrez y voir plus clair.
« Oui, c’est logique.
_ Je ne disais pas ça au premier degré »
, fit-elle légèrement agacée. « Tous les Royaumes avaient tendance à envoyer leurs bandits au Mur afin de les punir ; dans un même temps, les corps des gens odieux, qui ne méritaient pas d’être enterrés ou brûlés sur les terres des Dieux, étaient envoyés geler par-delà le Mur. Et ils ont tous ressuscité maintenant, par une magie inconnue. Nous avons devant nous une armée de Bannis.
_ Mon dieu…
_ Leur commandant en chef n’est rien d’autre que le Tyran Fou.
_ Vlad Siegfrey…
_ Tout à fait. »


Une armée de morts ressuscités qui voulaient certainement prendre leur revanche sur l’ensemble des Royaumes. Riku Kaisuki se dit qu’il valait mieux préparer son arme et son armure. Ils entendirent cependant un hurlement près d’eux, un hurlement déchirant de douleur. Et ils virent Alan Rin tomber des remparts, un couteau planté dans le dos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2724
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 27

Explorateur Onirique
Ed Free
Explorateur Onirique

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 6959
Honneur: 984
MessageSujet: Re: Calendrier de l'Avent, second épisode Dim 21 Déc 2014 - 23:54
21 Décembre





Personne ne sut qui avait balancé le corps d’Alan Rin par-delà les murailles du campement de la Garde de la Nuit ; il y eut une enquête, et si le principal suspect fut cette homme aux cheveux bleu, un prisonnier ramené en même temps que le trio Lulei-Dan-Corey, soupçonné car à ce qu’on pouvait deviner de ses canines et de ses réponses, il avait des antécédents, on se rendit compte que malheureusement, des témoins l’avaient vu ailleurs à ce moment-là. Le mystère de l’assassinat de l’oiselier, le second homme du Mur derrière Jacob, voire le premier vu que l’autre ne parlait pas, restait un mystère. On aurait pu avoir le temps de faire une enquête, mais personne ne voulut jouer l’inspecteur alors que durant la journée, chacun put voir l’armée ennemie en-face du campement, des corps bleutés par le froid, et même, pour ceux qui plissaient, des yeux bleus comme des pierres précieuses. On voyait qu’effectivement, c’était le tyran Siegfrey qui menait ses troupes. Cependant, ils n’osèrent pas attaquer en plein jour.

Chacun eut quelques heures de repos avant que l’armée en-face n’attaque. La reine Sauvebois avait laissé quelques hommes, mais rien de très folichon ; le chevalier Kaisuki les aidait à se préparer et prodiguait quelques mots d’encouragement. Les Créatures des Rêves qui restaient, commandées par Noah, avec le soutien d’Anthinéa, étaient peu motivées, mais nombreuses. Elles se disaient qu’elles n’avaient pas fui ces horreurs pour retomber contre elles tout de même, et à peine protégées par un fort minable avec des renforts à peine conséquents. Les Créatures des Rêves savaient qu’on n’affrontait pas des morts ; même si de base, c’étaient les morts qui ne nous affrontaient pas. Ils étaient toujours très difficiles à re-tuer ; c’était un concept qui n’avait pas été étudié par la nature en fait.

Dan Sorro et Riku Kaisuki menaient toutefois l’enquête, mais sans arriver à quelque chose de concluant : il y avait bien trop de variables, bien trop peu de temps, et on partait du principe que tout le monde disait la vérité. Dan Sorro réfléchissait en tout cas, poussé par le chevalier dans le campement :

« C’est quand même étrange, non ? Il y a un meurtre et ça tombe sur Alan Rin.
_ Je dirais même que le meurtre arrive rapidement après votre arrivée »
rajouta Riku.
« Ou bien l’arrivée des monstres. En tout cas, je propose qu’on surveille les prochaines têtes. Vous, par exemple, Anthinéa et Noah, ainsi que le Commandant Hume. Faisons-les flâner par exemple sur les remparts, et voyons s’il se produit quelque chose. »

L’idée fut retenue, entre eux deux seulement, et ils en parlèrent aux intéressés. Il y eut des tours de garde alors, on faisait en sorte qu’ils fussent des victimes intéressantes, mais cette petite stratégie, aussi grossière fut-elle, étrangement, réussit son coup. Tandis que Noah, sous le crépuscule était en train de regarder l’armée ennemie qui se préparait elle aussi à l’assaut, il passa près d’un escalier qui amenait audit chemin de ronde, et une forme en jaillit, montant les marches cinq par cinq, une grande dague de l’armurerie à la main. En observation à l’autre bout des remparts, avec des paires de lunette, Riku et Dan se mirent à hurler à Noah de faire attention.

Noah esquiva en roulant l’attaque qui lui fut porté, mais si la lame le loupa, ce ne fut pas le cas du coup de pied qui lui atterrit en plein menton. Noah eut la vision floutée alors qu’il tombait sur le sol, et il décida de partir en arrière, un réflexe de survie bienheureux qui lui sauva la mise. Il frappa aussi son adversaire dans les parties et rampait en arrière ; il avait senti une coque, il ne l’avait pas autant blessé que prévu. Il vit enfin clairement son agresseur venir vers lui avec un couteau : c’était Corey Cole, le prêtre du dieu de la lumière arrivé depuis peu. Noah entendit un roulement derrière lui, et il tourna sur lui-même pour esquiver : Dan Sorro, lancé à pleine vitesse par Riku, roulait à fond la caisse et percuta Corey Cole en plein dans les hanches. Corey sonné, Dan lui hurla dessus :

« Tu n’étais qu’un traître, traître ! » Corey Cole se remit en position et hurla :
« Vous ne comprenez pas ! C’est Luxian, le Dieu de la Lumière qui a ressuscité cette armée afin de détruire tous les partisans des nouveaux dieux ! Et il m’a demandé de venir ici pour l’aider !
_ C’est pour ça que tu as tué Alan Rin.
_ Et que je vous tuerais tous ! Car j’ai toujours les pleins pouvoirs de mon dieu, je ressuscite dès que je meurs ! »


Il fonça sur Dan, mais Riku, maniant une large claymore, para l’attaque et fit reculer son opposant. Il fit deux ou trois coups qui firent chanceler le prêtre, et en fin de compte, il le décapita proprement avec une bonne puissance. La tête de Corey vola derrière le buste, mais celle-ci se mit à rire. Le ventre attrapa sa tête et se la reposa sur le cou… juste avant que Noah n’attrape une des torches allumées et ne la lui mette dans la bouche. Le rire se transforma en hurlement de douleur, et le corps entier prit feu. Riku, avec ses gantelets qui le protégeait, prit Corey Cole et le poussa en-dehors des remparts, comme Corey avait tué Rin la veille. Corey Cole chuta, percuta le sol et s’embrasa. Comme un signe, l’armée en-face décida d’attaquer : de nombreux cors sonnèrent ci et là. Riku fit sonner l’alerte :

« L’assaut commence ! »

__

Deux armées gigantesques. La première était celle du Royaume des Chocs, à sa tête, les frère Free, et la seconde, l’armée de Blacksilver, qui rassemblait le Royaume de l’Art, une partie du Royaume des Morts, et des Créatures des Rêves, tous guidés par Servaas Lotts. C’était cette seconde qui était la plus importante, à noter, mais le moral penchait plutôt pour les Chocs : ils avaient envie de se battre, et possédaient dans leur rang le plus grand guerrier de tous les Royaumes plus Clem, qui en stratégie de guerre, n’avait pas de rival. Servaas disait à ses troupes :

« Nous allons les laisser venir, il ne faut surtout pas que nous rentrons dans un piège ! Clem Free est peut-être le plus grand stratège de son époque, nous n’allons pas le laisser mener le combat comme il l’entend ! »

Servaas Lotts avait lu des écrits dessus : peu de soldats de Clem n’avait été tué, ce qui était affolant, même dans des batailles où il partait perdant. Mais lui était confiant : il n’avait encore rien fait de toute l’histoire, et il sentait que son heure de gloire allait venir dans les minutes qui suivaient.

De l’autre côté, les frères Free. Ed avait sorti son panneau de signalisation, une arme totalement étrange qu’il affectionnait particulièrement. Il dit à Clem :

« Je vais mener les troupes au sol. Clem, je te laisse les banderoles pour guider notre armée. Nous ne pouvons que gagner. »

Les deux armées se firent face, à cent mètres l’une de l’autre. Il y avait une énorme tension entre les deux. Toutes les troupes semblaient prêtes attaquer, mais elles attendaient le signal. Plus de cent mille personnes étaient prêtes à s’élancer les unes contre les autres, se préparaient, gueulaient des insultes à leurs adversaires. Et ce fut Clem qui bougea en premier, et en déplaçant les fanions, il hurla :

« APPLIQUEZ LA STRATEGIE !!! ON COURT !!! »

Et toute l’armée se mit en branle en même temps… et courut en sens inverse et en se dispersant. Chaque soldat laissait tomber ses armes, se défaisaient de leurs armures comme ils pouvaient et fuyaient chacun de leur côté aussi vite qu’ils pouvaient ; certains rentraient dans la ville sans honte, d’autres sprintaient se cacher dans les bois à-côté… Clem, sur son cheval, fut le plus prompt à fuir de tous et était déjà à peine visible.

Seul Ed avait foncé dans la direction, galvanisé par son courage et sa rage de vaincre. L’armée de Servaas put voir ainsi un gars courir vers eux, armé d’une étrange arme, et qui hurlait comme un fou furieux. Shad demandait au commandant :

« Bah, on fait quoi ?
_ Bah, hum… Je crois qu’on a gagné. »


Ed Free se jeta à cet instant précis sur l’armée qui n’avait même pas tiré de flèches pour l’attaquer tant cela semblait un gâchis. Après une minute de combat acharné et deux morts, Ed Free mourut en hurlant. Sa dernière pensée alla à sa femme, où il s’excusa et lui demandait de vivre pour deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2724
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 27

Explorateur Onirique
Ed Free
Explorateur Onirique

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 6959
Honneur: 984
MessageSujet: Re: Calendrier de l'Avent, second épisode Sam 27 Déc 2014 - 23:17
22 Décembre





Alan Kesey sur les remparts était le seul à ne pas courir partout dans le fort et à se préparer pour la défense. Il observait ses futurs ennemis avec un dédain incomparable ; quiconque le regardait le prenait soit pour un fou, soit pour l’homme le plus courageux qu’il connaisse. Beckett Jenckins le rejoignit en mettant un casque sur sa tête et lui demanda s’il était prêt. Il répondit en levant les épaules et :

« C’est nul. »

Beckett n’essaya pas de comprendre ce qu’il voulait dire par là, et il se concentra sur le camp d’en-face. Le combat était pour sûr inégal : ces créatures étaient immortelles et ne périssaient que par le feu, et eux, ils étaient mal équipés. Dan Sorro et Lulei les rejoignirent alors que les cors ennemis grondaient partout dans les cieux, ils avaient tous deux le minimum syndical pour la guerre, mais rien de plus. La fille regarda les ennemis partout et se mordit les lèvres :

« On est censés combattre comment ces machins-là ? » Etonnamment, ce fut Kesey qui lui répondit d’une voix remplie d’un profond ennui :
« Bouarf, c’était obligatoire que ça arrive, c’est juste que nous, on va être les premiers à se les prendre en pleine gueule.
_ Obligatoire ?
_ Ouais, les dieux sont des cons, dès qu’ils ne sont pas contents, c’est sûr que ça part en vinaigre. Il suffit d’observer un peu le monde pour comprendre ça, n’importe quel enfant vous le dirait. »
Il eut un ton goguenard : « J’ai lu des dizaines et des dizaines de légendes qu’intéressent plus personne, et moi, je sais que si cette armée vit, c’est parce qu’il y a aucun mariage de nobles qui s’est bien passé pendant plus d’un siècle ; vu que les mariages sont des hommages d’amour aux dieux, vous étonnez pas s’ils sont fragilisés et que des bites comme Luxian en profite. » Lulei, curieuse, demanda :
« Cette armée disparaîtrait si un mariage se passe sans heurt ?
_ Ouais, autant dire, on n’a aucune chance… »
Dan soupira et regarda l’armée approcher. Ils seraient bientôt à portée de flèches, mais ce n’était pas comme s’ils avaient énormément d’archers. « Cependant, si on défend bien les murs et la porte principale, on a des chances de survivre un peu de temps face à la charge du tyran Vlad. »

Beckett regarda Dan avec des yeux surpris : il n’était pas au courant que l’ancien roi Vlad, ressuscité d’entre les morts faisait partie de la bataille. Pour lui, ce roi était la cause de tout : de pourquoi le Royaume des Chocs n’avait pas eu d’aide lorsque le Royaume des Morts les avait envahis (une vieille querelle de territoires de plusieurs milliers d’hectares), et ainsi, de pourquoi son frère avait été tué par l’armée menée par Servaas Lotts, et donc la raison pour laquelle il était ici. Et voilà qu’il revenait d’entre les morts… L’occasion éait trop belle. Beckett Jenckins s’enfuit des remparts en hurlant, et personne ne chercha à le retenir. Les gardes se mirent à discuter d’une probabilité de stratégie alors que leur petite armée se mettait en place ci et là afin de tenir le plus longtemps possible. Et tout le monde se rendit compte que la porte de leur base était en train de s’ouvrir. Doucement, petit à petit, telle une menace sûre d’accoucher, la porte du campement s’ouvrait. Et avant même que quelqu’un puisse la refermer, un homme seul en sortit en criant :

« LEEEEROOOYYY JENCKKIIIIINS !!! »

L’occasion fut trop belle ; tout le monde tenta de refermer la porte, mais les cavaliers des ténèbres réussirent à bloquer l’entrée (Beckett Jenckins disparut dans la foule, mais quelqu’un avait vu une épée lui cisailler le nombril), et s’engouffraient déjà dans le fort les uns après les autres en tuant tous ceux qu’ils pouvaient. Le meneur, Vlad Siegfrey hurlait d’une voix venue du temps des âges (ce qui ne voulait rien dire) en posant sur une double page manga :

« POUR LA JUSTICE DE LA LUMIEEERRRE !!! » Ce qui ne voulait pas dire grand-chose de plus… Mais un hurlement lui répondit :
« COOONNNARRRRD DE MEEEEERDE !!! » L’instant d’après, le mort-vivant tomba de son cheval car un membre de la Garde de la Nuit venait de lui tomber dessus depuis le chemin de ronde : Alan Kesey, révulsé de l’interdiction du nihilisme dans le continent qui avait été demandé par l’ex-souverain. Il le bourra de coups de poing tandis que les ennemis entraient de plus en plus dans le fort, massacrant tous ceux qu’ils voyaient.

__

Fino et son armée arrivèrent quelques temps après que la violente bataille entre le Royaume des Morts et le Royaume du Choc ait eu lieu. Crystal lui indiqua le lieu où le roi Koulou devait être installé afin que le mariage puisse avoir lieu le plus vite possible. Le bébé phoque voyait d’ailleurs l’immense armée qui l’attendait, celle du roi Blacksilver, et ce fut son prisonnier, Dante, dit Stefano, qui lui expliqua qui ils étaient et ces hypothèses de pourquoi une partie des effectifs était étrange. Il remarqua même :

« Ils sont rapides. Avant le début de la guerre, ils ont pu aller jusqu’au Mur, récupérer l’armée et revenir au Sud. » Une phrase qui fit pousser une crise de rage chez Fino :
« Ils me font tous chier ! Depuis le début, j’ai le sentiment que tout le monde va et vient mille fois plus rapidement que nous en brisant toutes les conventions spatio-temporelles ! Je parie qu’ils peuvent faire le trajet Royaume des Royaumes jusqu’au Mur en moins de cinq jours ! » Il reprit calmement sa respiration et annonça : « Je vais tous les exploser. » Dante demanda innocemment :
« Vous connaissez les tactiques de guerre occidentales ?
_ Tout le monde fonce ?
_ Ecoutez-moi… Cette armée est une armée ennemie, même pour moi. Laissez-moi le contrôle de vos hommes et je vous remporte la victoire. »


Fino marmonna dans sa barbe, mais prit deux décisions : il envoya Germaine sur le pont du Vrai Kraken, le vaisseau-amiral de Koulou, et il libéra Stefano.

__

Ils étaient tous installés à l’extérieur, avec un soleil ravissant qui éblouissait les sens, dans la beauté de jardins magnifiques. Si tout le monde adressa à Clem leurs sincères condoléances pour son frère mort sur le champ d’honneur, celui-ci leur répondit que ce n’était pas grave car il était bête. On l’applaudit sinon pour sa stratégie révolutionnaire qui a dérouté l’armée ennemie, et Clem se vantait un peu plus en disant qu’elle avait parfaitement fonctionné vu que tout le monde était encore vivant pour la prochaine bataille.

De grandes tables étaient installées dans des larges places bétonnées où le vert dominait aux frontières, et les nombreux convives commençaient à s’installer à leurs aises tandis que Megan et Clem prenaient les places d’honneur, et à leur côté, la reine Lithium. Le roi Dox et Lucas Emerillon n’étaient toujours pas encore arrivés car le seigneur Blacksilver empêchait tout simplement la réunion de se terminer en présentant une liste d’arguments assommants et sans fin afin d’éviter que la réunion ne se lève et que son immunité disparaisse et qu’il fut tout de même envoyé en prison malgré les droits à l’hospitalité (seuls Ed Free s’en était tiré par sa forte tête et Megan Cole pour son mariage). Il y avait d’énormes plats qui parcouraient les différentes tables, tandis que des serviteurs s’évertuaient à remplir les assiettes et les verres de tous les invités. La reine Lithium discutait avec Megan Cole en échangeant quelques mots, mais elles furent interrompues par l’arrivée de Nedru Etol qui glissa quelques mots à l’oreille de la reine :

« Des éléphants m’ont barri à l’oreille que la menace orientale était là, et qu’elle semble vouloir d’abord s’attaquer à l’immense armée de Blacksilver.
_ C’est une bonne nouvelle ?
_ Pas si le général Lotts remporte la victoire. Imaginez ce que Khildar pourra dire derrière. »


Effectivement, cela renforcerait la propagande. Lithium ne voyait malheureusement pas de marge de manœuvre et ne pouvait pas intervenir pour détruire un camp sans que le troisième ne lui tombe dessus. Elle se dit qu’il valait mieux aviser après coup et remporter la victoire sur l’ensemble des camps.

Plusieurs coups de cuillères sur un verre vide retentirent près d’eux. C’était Clem Free qui demandait le silence, et tous les convives se turent. L’impromptu se leva et quitta la table pour arriver au centre des tables et dit :

« Excusez-moi de gâcher le mariage, mais je viens tout juste de me rendre compte d’un fait de la plus haute importance… »

Il dégaina alors de son dos le masque de sauterelle qu’il avait trouvé quelques jours plus tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2724
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 27

Explorateur Onirique
Ed Free
Explorateur Onirique

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 6959
Honneur: 984
MessageSujet: Re: Calendrier de l'Avent, second épisode Sam 27 Déc 2014 - 23:26
23 Décembre





La bataille faisait rage dans le fort du Mur : les défenseurs, rapidement submergés, se battaient dans les bâtiments afin d’éviter que les agresseurs ne les encerclent. La bataille se passait ainsi partout, les morts-vivants gelés ayant pris le contrôle de l’extérieur. Çà et là, des duels intenses avaient lieu entre d’importants protagonistes.

Premièrement, dans la grande salle du banquet, le Commandant en Chef Hume se battait contre un ennemi terrible, son ancien patrouilleur Lucien Sand, qui s’était fait contaminer par le mal lors de sa dernière patrouille. Jacob lui-même ne savait pas pourquoi, il se sentait déchiré à l’idée d’affronter un de ses hommes, comme s’il se battait en duel avec lui-même. En tout cas, muni d’une large épée appelée « Silence » et d’une torche, il réussit non seulement à repousser les assauts du mort-vivant, mais aussi d’autres qui tentaient de l’encercler. Il se battait comme un beau diable en faisant voler derrière lui son lourd manteau noir.

Alan Kesey était toujours en prise avec Vlad Siegfrey ; s’il n’était pas un combattant contrairement au tyran qui avait reçu une puissante instruction martiale, il compensait cependant avec une rage étonnante. Leur duel se jouait en de multiples coups d’épées et sur plusieurs terrains : ils s’étaient d’abord battus au centre du fort, mais ils s’étaient déplacés par le jeu des flux et des attaques vers l’arrière, contre le Mur lui-même. Alan Kesey causait autant de dommages à son adversaire que lui en recevait, à la différence près que celui-ci était mort alors que lui était vivant. Mais il continuait à se battre avec une violence inouïe pour un être aussi nihiliste, et n’arrêtait pas de traiter son opposant de connard de merde.

Si Anthinéa était restée en arrière, elle s’était tout de même faite poignarder dans le dos par un ennemi surprise. Noah hurla tandis que la sorcière tomba au sol, le dos couvert de sang, et se rendit compte que c’était le dernier arrivé, Kaijin Zared, qui avait commis l’attentat. Il se jeta sur cet adversaire afin de venger sa moitié (enfin, sa moitié sous un lien non réciproque). Le duel fut là aussi violent, mais c’était à cause des deux partis : l’un était fou, l’autre était en rage.

Riku Kaisuki affrontait un ancien assassin qui avait sévi dans le continent une décennie plus tôt, celui qui venait d’un pays lointain nommé Braavos, et qu’on appelait l’homme aux mille visages, ou Jann. Ce dernier n’arrêtait pas de changer sa façon de se battre selon la situation, et Riku put remercier sa large armure de le protéger de la plupart des dégâts. Maniant sa claymore avec toute la dextérité dont il était capable, il tentait de se débarrasser de son adversaire doué d’une agilité surprenante et imprévisible.

Combattant dans la même pièce que Jacob Hume, Lulei et Dan étaient encerclés dans un coin par trois morts-vivants, dont la secrétaire folle du tyran, Kira, qui s’était prêtée facilement de son vivant pour une érudite qui connaissait parfaitement tous les pays qui composaient le monde. Dan ne pouvait malheureusement pas se battre, toujours en fauteuil roulant, et Lulei n’était pas une combattante, malgré son épée légère levée face aux agresseurs. Soudain, deux des hommes s’enflammèrent, et Kira perdit un bras après une attaque rapide par l’arrière. Dan Sorro et Lulei virent alors la femme de Riku, Hikari, aussi appelée la Louve du Nord, s’attaquer à Kira avec une dague dans chaque main. La suivait un énorme loup à la taille presque grotesque qui s’attaquait aux morts vivants en les écrasant dans sa mâchoire.

Profitant de la diversion, Lulei revint vers l’handicapé et lui demanda :

« C’est ton corbeau qui nous a foutu dans cette galère ! Il faut que tu lui dises quelque chose !
_ Mais comment ? Et puis si ça se trouve, il voulait qu’on se fasse tuer !
_ Demande-le lui alors ! »
Et Lulei abattit son pommeau sur le crâne de Dan, qui s’évanouit en un instant. C’était peut-être la seule ombre d’espoir qu’ils avaient actuellement, tant ils perdaient des hommes çà et là. Ça, ou alors, qu’un mariage entre nobles se passe sans accroc.

Dehors cependant, alors que Hume résistait tant bien que mal aux créatures qui pénétraient de plus en plus dans le bâtiment, on lui tapota sur l’épaule, et il vit alors une troupe de cavaliers portant des lunettes de soleil lui faire face. Avant même qu’il ne se demande comment ils étaient arrivés là, l’albinos en-face de lui dit :

« Vous auriez pas vu une limace comptable ? » Pas de réponse de Hume qui se battait. Dix secondes après, comprenant qu’il y avait une bataille légendaire en-face d’eux, Lou Evenstein et Dazh Darleight, les commandants des Chèvres Swag du Royaume des Chocs, foncèrent vers les ennemis en hurlant.

__

Kala refusait obstinément d’envoyer des troupes tant que le mariage entre son capitaine et Germaine n’était pas scellé. Crystal qui était présente demanda alors que tout le monde se dépêche de venir pour célébrer la fête et se débarrasser de cette tâche. Elle voyait d’ailleurs au loin les deux immenses armées se faire face : l’attaque n’aurait pas lieu dans longtemps.

Puis vint un semblant de fanfare, et Germaine arriva en robe de mariée (je vous laisse imaginer) tandis que Matthieu arrivait de son côté vêtu de son plus bel uniforme. Il y eut des applaudissements pour saluer le capitaine (certains n’applaudissaient que pour célébrer son courage incroyable, car Matthieu pleurait intérieurement). Celui qui ovationnait le plus fort était Jakob Baekesea, aux premiers rangs, et celui qui n’applaudissait pas était un membre de l’équipage de Matthieu, Don Papo, qui avait toujours rêvé d’entrer dans le bastingage de son capitaine avec sa propre figure de proue. Les deux futurs mariés arrivèrent, et ce furent un prêtre voilé sorti de nulle part qui dirigea la cérémonie.

« Germaine, souhaitez-vous prendre pour époux le capitaine Matthieu Furt et vous aimer jusque dans la mort ?
_ Oui.
_ Matthieu Furt, souhaitez-vous mourir ?
_ Hmmm »
fit l’intéressé, « Pardon ? »

Et d’un coup, le prêtre enleva son voile pour mieux voir et sortit une dague de sa longue manche. Ce prêtre, c’était Rodrigue Miles, général de Lucas Emerillon et désireux de venger la disparition de Dan Sorro. Il enfonça son poignard dans la chair, mais se rendit compte que ce n’était pas Matthieu qu’il avait tué, mais un autre capitaine, Jakob Baekesea, qui avait eu les réflexes pour agir et se mettre entre son ami et l’arme. Il s’écroula par terre tandis que les marins se dépêchaient de maîtriser un Miles qui riait aux éclats, et dans l’élan et leur rage, le tuèrent. Mais au moins, il avait gâché le mariage car il n’aurait jamais lieu avant que la bataille ne démarre : il fallait trouver un autre prêtre, qu’il trouverait le plus proche dans la capitale. Rodrige Miles détruisit alors toute alliance rapide entre les orientaux et le Royaume des Mollusques.

Matthieu Furt prit son ami dans les mains, et il se mit à pleurer avec la délicatesse d’un personnage de Yaoi. Il lui posa une dernière question :

« Mais pourquoi as-tu fait ça, espèce de naufragé des mers ?
_ Parce que… »
souffla Jakob dans un sourire plein de sang, « Parce que c’est moi le plus courageux. » Et il mourut dans les bras de son meilleur rival.

__

Clem montra ce masque de sauterelle à tout le monde et dit :

« Ce genre de masques habille généralement les espions du chef des espions local, Nedru Etol, si je ne m’abuse. Mais j’ai fait le lien entre deux événements : le premier, c’est d’avoir retrouvé ce masque dans une rivière proche de la capitale, et le second, c’est que un inconnu a jeté un objet par la fenêtre lors d’une tentative d’assassinat du roi Dox et de la reine Lithium perpétrée il y a quelques jours, la nuit même où Kaijin a été capturé, un jet qui aurait pu justement se terminer dans la rivière. Et si cet individu avait jeté ce masque par la fenêtre afin d’éviter qu’on ne soupçonne son chef ? »

Il jeta le masque aux pieds de Nedru avec une précision bienvenue et le toisa. Tous les convives furent stupéfaits de cette révélation et beaucoup chuchotèrent. Lithium semblait déjà convaincu et se leva pour demander aux gardes d’arrêter cet homme, mais le chef des espions leva les mains en signe de paix et s’approcha à son tour du centre. Il dit alors :

« Notre invité Free a parfaitement raison, c’est très bien vu de sa part. Cependant, je voudrais poser les questions suivantes : était-ce une tentative d’assassinat, et si oui, pourquoi l’aurais-je fait ? Vous allez adorer les réponses. Je crois que c’est le bon moment pour révéler tout ce que j’ai appris, même si je n’aurais pas été contre d’un petit délai supplémentaire. » Sa voix se fit plus forte : « Mon homme n’était là que pour surveiller les époux royaux, ou plutôt, devrais-je dire Lithium Elfensen, notre reine. Si je suis devenu le maître de l’information, c’était pour combattre à jeu égal notre reine qui utilise la désinformation. Est-ce que vous avez déjà oublié qui était la femme du tyran Siegfrey ? » Chuchotements partout. « C’était elle ! Elle était aussi la compagne des rois précédents, tels que Trouble et Caîn, sauf que tous ceux qui se souviennent de cela sont morts, et les signes qui le prouvaient ont disparu, tels des tableaux. Ne trouvez-vous pas étrange que les seuls tableaux que nous avons d’eux sont des tableaux où leur reine était absente ? Parce que cette reine était Lithium Elfensen, qui ne vieillit pas ! Et dernière question : de quelle couleur sont les cheveux de la véritable menace orientale, celle qu’on appelait la khaleesi ? La réponse est blond. » Chuchotements effarés. « J’ai eu vent de rumeurs comme quoi sur le continent est, les royaumes sont encore plus en bordel, ce qui a empêché notre ennemie de les récupérer sous sa coupe pour nous attaquer. Elle a décidé ainsi de prendre notre continent non pas par le fer comme elle l’avait initialement prévu, mais par le cœur des rois et du peuple. Personne ne la soupçonnait, elle était la gentille reine que tout le monde aimait ! Elle jouait les potiches d’un côté, et de l’autre, donnait de nombreuses indications aux rois. Après avoir discuté avec notre roi Dox, je me rends compte que la majorité de ces mesures viennent des lèvres innocentes de notre chère reine Lithium ! C’est elle, l’ennemie qui contrôle notre Royaume !
_ Ce ne sont que des tas d’ineptie ! »
hurla l’intéressée en se levant, mais Nedru ne se laissa pas démonter :
« Difficile de digérer ça, hein ? Je n’arrêtais pas de me comporter en sournois de façon imprévisible afin que vous ne vous rendiez pas compte que mon véritable but était d’enquêter sur vous. J’ai même tué un de mes propres hommes pour rien. » Nedru avait même préparé un discours pour expliquer ce geste sur le chaos ridicule et sur des histoires d’échelles, mais il sentait que ça ne serait pas à sa place. Il continua plutôt son exposé : « Vous vous arrangez toujours pour être la partenaire des rois. N’est-il pas amusant de constater qu’environ au moment où vous vous êtes rendu compte que Khildar Blacksilver pourrait prendre la couronne ET SURTOUT qu’il serait certainement fidèle envers sa femme, la Sauvebois, vu qu’il forme un couple fort, vous ayez décidé d’appeler un dragon en renfort pour abattre cet ennemi de façon certaine ? »

Répondit à Nedru Etol la preuve de son argumentaire, un hurlement gigantesque qui déchira le ciel. Tout le monde regarda alors un dragon énorme survoler le champ de bataille (il cracha d’ailleurs un gigantesque feu sur les deux armées qui se faisaient face) afin de se percher à une tour toute proche. La panique fut totale, et Nedru commenta que c’était une énorme preuve, et que lui-même faisait preuve d’un timing impeccable.
Un jet de flammes le fit flamber en quelques secondes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2724
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 27

Explorateur Onirique
Ed Free
Explorateur Onirique

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 6959
Honneur: 984
MessageSujet: Re: Calendrier de l'Avent, second épisode Dim 28 Déc 2014 - 2:17
24 Décembre






« Hey, connard !
_ Hum ? »
répondit le corbeau en ouvrant un œil. Il fut surpris par les mains de Dan qui l’étranglèrent. Il émit une série de couacs étouffés tandis que Dan lui demandait d’un ton agressif :
« Qu’est-ce que je suis censé foutre au Mur, hein ?! Quelle destinée je suis censé avoir maintenant, entouré de morts-vivants ?! » Il secoua sa victime tandis que le corbeau se débattait comme il put ; à court de méthodes, il décida de parler :
« Hark… rien… absolumharc rien… » Dan lâcha la gorge du volatile qui se dépêcha de se mettre hors de portée. Le rêveur lui demanda de répéter et celui-ci obtempéra :
« Chuis qu’un corbeau à deux yeux, okay ? Tu voulais que je fasse quoi ? T’avais pas de destinée.
_ Mais pourquoi tu m’as dit que si, que je devais aller ici ?
_ Bah, chais pas… Une blague, quoi… »
Dan Sorro récupéra des pierres oniriques près de ses pieds et les envoya sur le piaf.
« TU M’AS ENVOYE A LA MORT POUR PLAISANTER !!!
_ Repose ça, petit… Aïe, putain !
_ T’as intérêt à me donner un miracle ! Tire-moi de cette situation !
_ Nan mais… »
Le corbeau esquiva le caillou, puis le suivant, mais le troisième lui rafla le bec.
« Sors-moi de cette situation ! Sauve-nous !
_ Okay, okay, je te fais un miracle, pauvre truffe ! Mais tu viendras pas te plaindre après ! »


__

  Servaas Lotts et Dante avaient envoyé leur soldat à la mort, mais un jet de flammes des dragons avaient rasé la moitié de leur effectif chacun. Tout le monde sentait le brûlé, les arbres les plus proches répandaient leurs flammes telles des maladies et de nombreuses personnes enlevaient leur armure ou cherchaient un coin d’eau où se jeter. Cependant, ce fut Servaas Lotts qui demanda à ses hommes de charger les blessés de l’autre camp, et pas grave pour nos propres gars, on les soignerait plus tard. Cette tactique fut terrible pour les deux camps, car Stefano ne se laissa pas avoir si facilement et demandait aux soldats qui lui restaient de former une défense efficace. Les hommes se jetèrent les uns sur les autres, les boucliers volaient, les épées tranchaient, le sang giclait, les gens hurlaient, ce fut un fouillis sans nom de corps, de poussière et d’hémoglobine qui eut lieu partout. Cependant, Fino, de loin, sentait que c’était son armée qui allait plier. Il demanda à sa garde rapprochée de le mener vers les bateaux de Koulou afin d’être en sécurité.

__

« Lord Blacksilver, vous entendez comme moi le grondement qui sévit à l’extérieur ? » Khildar arrêta de palabrer sur son quinze millième trois cent vingt-quatre arguments et considéra la demande du roi. Il plissa les yeux, mais Dox continua : « Je vous promets que votre immunité aura encore lieu, mais je sens qu’il y a un problème, il y avait un hurlement non humain… » Le Lord se tut, réfléchit, et tira sa propre épée :
« Vous avez raison, très bien, allons voir. » Les trois sortirent de la salle pour se diriger vers le mariage.

__

  Ce fut facilement un des pires mariages de l’histoire de l’humanité : les gens paniquaient et fuyaient, le dragon crachait des jets de flamme çà et là sans forcément viser des gens, Clem essaya de trouver une solution à ce drame mais il n’avait pas d’arme à portée de main, tandis que Lithium riait aux éclats, avec un soupçon de diabolisme. Clem Free se rendit compte alors que Megan Cole semblait être parfaitement calme ; elle était certainement dans le coup. Les deux femmes fatales du Royaume qui dirigeaient tout le continent. On imaginait bien que le Lord Blacksilver devait être leur pire ennemi. Tout d’un coup, de nombreux hommes en arme sortirent du palais et arrivèrent vers les jardins. Le roi Dox, Khildar Blacksilver et Lucas Emerillon regardaient pétrifiés cet étrange carnage qui avait lieu. Le roi s’approcha de son épouse, mais Clem le percuta pour lui faire éviter le jet de feu incandescent du dragon qui avait failli le brûler. Le suzerain se releva et hurla :

« Mon amour, qu’est-ce qu’il se passe ?!
_ Mon amour ? »
répéta Lithium avec une grimace effroyable. « C’est une blague ! Mon seul et véritable amour a été tué sur l’autre continent ! Jamais tu ne remplaceras mon Turien adoré ! »

  Le dragon termina la phrase avec un hoquet monstrueux, et les soldats du roi se mirent devant leur souverain pour le protéger. Des flèches furent tirées, mais le reptile prit son envol, et les rares qui réussirent à le toucher rebondirent sur leur armure. Chacun put voir le lézard céleste fendre les cieux, amorcer son demi-tour devant des regards désemparés, et tous les soldats forcèrent les nobles à se réfugier dans le bâtiment. Tous les soldats sauf un : celui-ci s’avança, encocha une flèche, visa soigneusement la bête qui approchait, trouva une petite faille dans la cuirasse, et tira. La flèche tourbillonna dans les airs, alla à la recherche de la faille, et elle s’y planta avec une force brute qui fit hurler le dragon. Celui-ci arrêta sa course sous le coup de la douleur, hurla énormément, cracha des jets de flamme, se dirigea vers les cieux comme pour y trouver des soins, et d’un coup, ses yeux et sa gorge s’éteignirent. La masse titanesque du dragon retomba et s’écrasa à cinquante mètres du château. Lucas Emerillon, ébloui, regarda l’homme qui avait tiré et lui demanda :

« Mais qui es-tu ?
_ Mon nom est Stain.
_ Tu as fait un tir magnifique.
_ Je ne me plains pas. »


  Lithium hurla de douleur (et aussi un peu d’injustice, d’où une unique flèche pouvait tuer un dragon de cette taille ?), et elle dégaina un poignard de sa botte. Elle courut vers son roi, les yeux pleins les larmes, et elle aurait pu le toucher si Khildar Blacksilver n’avait pas interrompu sa course avec sa propre lame. Il repoussa la reine, ainsi qu’un autre de ses assauts, jusqu’à ce que Dox, avec une voix blanche, reprenant ses esprits, demanda à ce qu’on la capture. Les soldats encerclaient la blonde, et quand elle comprit que la partie était terminée, elle se trancha elle-même la gorge devant tous les témoins de la scène.

__

  Quand Dan se réveilla de sa torpeur, la situation était encore plus catastrophique qu’avant. Les gardes mourraient les uns après les autres tandis que le Commandant Hume venait à peine de séparer la tête du tronc de Lucien Sand. Malgré les renforts et la bravoure de chacun, chacun se faisait tuer. Il ne restait plus que dans la salle de banquet Jacob, Dan et Lulei qui étaient repoussés dans un coin. Puis soudainement, une sorte de météorite traversa le plafond et atterrit sur une dizaine de morts-vivants surpris.

« Oh oh oh ! »

  Le Père Noël venait d’arriver avec son chariot et ses rênes, et son aura d’innocence et de pure gentillesse repoussa les morts-vivants et les empêchaient d’attaquer les survivants. Le gras bonhomme dans son habit rouge se gratta la barbe et tourna la tête vers la droite où il y trouva Dan Sorro. Il lui dit :

« C’est un ami à moi qui m’a demandé de te secourir ! Où est le chef des lieux ? » Lulei et Dan, incapables de parler devant cette apparition incongrue, pointèrent Jacob Hume, si stupéfait que lui non plus ne disait rien. Le Père Noël refit son rire en Oh avant de continuer : « Tu es Jacob Hume, c’est ça ? Et il me semble que vous avez besoin d’aide. Jacob Hume, Commandant en Chef de la Garde de Nuit, dis-moi ton souhait, n’importe quel vœu, et je le réalise ! »

  Jacob Hume, certainement hésitant, ne dit rien. Il fixa le Père Noël sans rien rajouter.
Le Père Noël fixa Jacob.
Jacob fixa le Père Noël.
Le Père Noël fixa Jacob.
Jacob fixa le Père Noël.
Le Père Noël fixa Jacob.
Jacob fixa le Père Noël.
Le Père Noël fixa Jacob.
Jacob fixa le Père Noël.
Le Père Noël abandonna la bataille de regard et décréta :

« Très bien ! Il semble que nous n’ayons pas besoin de moi ! Alors je vais repartir ! Au revoir la compagnie ! » Il secoua les rênes des rênes, mais avant qu’ils ne repartent vers les cieux, Lulei hurla :
« Attendez ! Nous avons quand même besoin de vous ! » Et là, le Père Noël tourna sa face joviale vers elle et lui fit un clin d’œil si pétillant qu’on entendit un minuscule son de clochette :
« Il faudrait un miracle pour vous sortir de là, et c’est le jour des miracles, Noël. Continuez à espérer ! En attendant, bonne chance, et… Oh oh oh ! A l’année prochaine ! »

  Aucun mot ne put le retenir, et il disparut en créant un second trou dans le plafond tandis qu’il laissait des étoiles dans son sillon. Lulei fut totalement désemparée, mais les morts-vivants revinrent vers eux pour les affronter.

  De leur côté, les autres combattants tentaient de résister à leur adversaire respectif. Noah se fit manger la main gauche par Kaijin Zared après que ce dernier l’ait immobilisé, mais Noah en profita pour lui envoyer un coup dans les joyeuses avant de lui trancher la joue, puis la gorge. Le cadavre de Kaijin continua à claquer des dents pour signifier quelque spasme post-mortem macabres. Si Kira avait été défait par la duelliste Hikari, Jann aux mille visages n’était pas encore mis hors-de-combat malgré la prouesse martiale de son adversaire. Les deux se battaient à deux mesures, mais si Riku récoltait de nombreuses petites blessures, chaque fois qu’il touchait sa cible, celle-ci subissait de graves dommages qui réduisaient sa mobilité. Le haut niveau de technique déployé par les deux individus était admirable.

  Alan et Vlad continuaient à lutter en-haut du Mur après avoir livré un farouche duel dans l’ascenseur – Alan l’avait activé afin d’éviter qu’on n’interfère dans son combat. Les deux livraient un combat homérique en-haut du monument de glace, avec des horizons pour témoins. Alan esquivait plus les attaques qu’il ne parait, la fatigue l’envahissant, mais il frappa au bon moment lorsque que son adversaire, au lieu de se défendre efficacement, essaya de poser devant ce paysage magnifique. Même s’il ne l’avait pas tué, Alan Kesey avait réussi dans un effort incroyable à décapiter son opposant dans un hurlement de rage (une insulte criée, l’insulte connard de merde). La tête de Vlad tomba du Mur du côté de Westeros. Puis Kesey repoussa le buste qui bougeait encore d’un coup de pied : le reste du corps du tyran tomba vers le côté nord pendant un temps infini.

  Cependant, personne n’était encore tiré d’affaire, et chacun jetait ses dernières forces avec l’énergie du désespoir. Se battant comme elle pouvait malgré ses faibles capacités, Lulei venait à espérer le miracle de Noël.

__

« Je déclare officiellement Diego M. Lutherbin et Isis Luminaria mari et femme ! »

  Les très rares invités applaudissaient cet heureux dénouement, dans un petit jardin. Les deux jeunes mariés s’embrassèrent alors dans un fougueux baiser de conte, et dès qu’ils eurent terminés, Diego lui dit :

« Comme promis, j’abandonne ma vie d’espion et on se retirera dans mon petit château.
_ Madame Luminaria, Madame Luminaria ! »
Un vieil homme courut avec une canne dans leur direction, celui qui les avait aidés à organiser ce modeste mariage. Il tenait un papier plié en quatre dans la main et n’arrêtait pas de l’agiter. Il arriva hors d’haleine devant tout le monde et annonça joyeusement :
« J’ai fouillé dans vos antécédents familiaux et les blasons, et devinez ce que j’ai trouvé ! Vous êtes la fille cachée du roi Trouble et de sa première reine ! Vous êtes officiellement une princesse ! »

  Tout le monde applaudit encore plus fort cet heureux dénouement totalement inattendu qu’on pourrait appeler la magie de Noël. Personne ne se demanda pourquoi et de quoi elle était princesse, mais la robe (motifs chemise de bûcheron) qui apparut sur elle comme par magie avec des paillettes tout autour donnait raison au vieil homme.

__

  Dans le Mur, les morts-vivants se mirent à s’embraser d’un coup par des flammes blanches et pures. Ils furent réduits en cendres en quelques secondes dans des hurlements que leur permettaient leur corde vocale gelée. En moins d’une minute, les survivants du Mur constatèrent alors qu’ils avaient gagné et que le mal avait été repoussé.

__

  Servaas Lotts voyait les survivants ennemis fuir partout en arrière, reprenant à leur compte la fameuse stratégie de Clem Free. Il avait gagné avec son armée et avait capturé Dante, dit Stefano, lors de la bataille, qui s’était farouchement défendu. Cependant, Fino et Germaine étaient introuvables et certains disaient qu’ils étaient sur les navires du seigneur Kala Kourou qui était en train de partir.

__

Sur le pont du Vrai Kraken, alors qu’on pleurait encore la mort de Jakob, le roi Kala Kourou demanda la retraite le plus loin possible, de peur qu’un second dragon ne survienne et détruise leur flotte. Il valait mieux se retirer en douce et rentrer au bercail, mais Crystal lui tapota l’épaule et lui présenta une lettre qui venait d’arriver. Le message disait que le Royaume des Mollusques avait subi une violente contre-attaque du Royaume des Eléments, sous les ordres de Lucas Emerillon, et que c’était maintenant eux qui détenaient leur fameuse île. Les Mollusquiens n’avaient nulle part où aller maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2724
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 27

Explorateur Onirique
Ed Free
Explorateur Onirique

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 6959
Honneur: 984
MessageSujet: Re: Calendrier de l'Avent, second épisode Dim 4 Jan 2015 - 23:22
EPILOGUE





La situation redevint normale, cela voulait dire qu’il y avait beaucoup de conflits, mais qu’on préférait les commettre en famille. Le roi Dox était resté sur le trône, mais sa femme n’étant plus et ne se sentant plus de se remarier, il n’avait pas de descendant. Il décida de léguer son trône à sa plus précieuse alliée, Megan Cole, mariée à Clem Free.

Clem Free avait rapidement compris que Lithium Elfensen et Megan étaient alliés, mais comprenant qu’il avait bien plus à gagner en restant avec sa femme, il décida de faire celui qui n’avait rien vu, et régna avec l’aide de l’ancien roi Dox à ses côtés, ancien qui revint au Royaume des Eléments, son ancien fief, afin d’aider aussi Lucas Emerillon et Dan Sorro à la gestion de celui-ci. Le Royaume des Chocs profita largement de cette alliance, mais sa puissance militaire fut drastiquement réduite maintenant que les Chèvres Swag n’avaient pas été retrouvés. Le nouveau roi Clem Free se battit plutôt contre les rumeurs qui avaient vent que la petite-fille de l’ancien roi Trouble était vivante et que les gens, vu qu’ils adoraient les princesses, voulaient qu’elle monta sur le trône avec son prince charmant. Isis et Diego ne furent cependant pas retrouvés, malgré le nouveau gradé Alan Stain, le plus grand général du Royaume.

Dan Sorro était mystérieusement revenu, contrairement au vaillant général Rodrigue Miles, et il se rendit compte que non seulement son Royaume était déjà en pleine reconstruction, mais qu’en plus, l’île du Royaume des Mollusques avait été prise. On se demanda s’il se marierait un jour avec la dame O’Malley.

Le Lord Khildar Blacksilver fut renvoyé chez lui sans tentative de poursuite, et il dégela un peu les relations entre lui et le reste des familles en renvoyant le valeureux Dante, dit Stefano, capturé par Servaas Lotts. Avec sa femme et des Créatures des Rêves qui voulaient rester près d’eux, ils bâtirent un puissant Royaume mal vu par le trône, tout juste accepté. Megan Cole attendait la moindre erreur pour les envahir.

Ce qui restait des troupes de Koulou décidèrent de devenir pirates, faisant de Kala le roi des Pirates, secondé par la rusée Crystal, la terrible Germaine, le vaillant Matthieu et l’indécrottable Fino. Ils décidèrent notamment d’attaquer le Continent Est et ses ports fastueux. On n’entendit plus vraiment parler d’eux.

Shad était revenu au Nord retrouver ses frères sur le Mur ; Noah était devenu le principal chef des réfugiés, et à eux deux, ils établirent plusieurs options pour les Créatures des Rêves, et chacun se sépara selon ses envies. Noah resta à la tête de la grande communauté qui resta près du Mur, dirigé maintenant par Jacob Hume et Alan Kesey, tandis que Shad alla s’installer dans le Royaume des Arts, en tant qu’allié de Khildar.

La situation n’était pas extrêmement stable, mais elle avait le mérite de ne pas causer de génocide à droite ou à gauche. Personne ne se doutait en tout cas des bouleversements qu’allait apporter une flotte de navires de guerre, arrivée par les cartes du pirate Koulou. Cette flotte de guerre, attirée par les richesses de Westeros, arriva sur un petit village reconstruit deux fois. Les terribles frères Duvalles, Mara la Dompteuse, Nils Adam le vétéran, ou bien l’incroyable Dubois, ainsi que bien d’autres noms, posèrent le pied sur le continent qu’ils allaient envahir.




FIN ?







[Et Zoyeuses Fêtes, hein, les malotrins ! Vive l'année 2015]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Calendrier de l'Avent, second épisode Aujourd'hui à 13:36
Revenir en haut Aller en bas

Calendrier de l'Avent, second épisode

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Au pays du flood :: Flood Island-