Haut
Bas

Partagez|

30th Night : The Blond, the Mad and the Demons [pv Lithy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2598
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 24

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 805
Renommée: 2540
Honneur: 430
MessageSujet: Re: 30th Night : The Blond, the Mad and the Demons [pv Lithy] Lun 2 Mar 2015 - 1:05



La jeune femme tentait tant bien que de mal de se taire.
Mais s'insurger verbalement était plus fort qu'elle. Elle faillit répondre une nouvelle fois à Abel, ce qui lui aurait sûrement valu son arrêt de mort. Mais lorsqu'elle jeta un œil au-dit Oscar elle lâcha un juron qu'elle étouffa aussitôt. Il venait littéralement de tourner de l'œil sous ses yeux, le corps aussi ferme qu'une méduse. Ely le redressa et s'empressa d'expliquer la situation à la blonde complètement stupéfaite. Une illusion ? Le pouvoir de serpent.. Hyper pratique, mais mesquin. A tout moment, elle pouvait exercer ce pouvoir sur elle sur ordre de l'autre taré. Il semblerait que cela fonctionnait via le regard de la rousse. Ne pas oublier de ne jamais le croiser, détournes les yeux. Lithium observa intensément le Lord, cherchant un quelconque signe de souffrance apparente. Si oui, elle était interne. Il avait l'air tellement à côté de ses pompes, proche du coma, que ça en était navrant et triste. Il faisait vraiment peine à voir. Et tout ça, à cause de son impertinence.. Il est pathétique. Il mériterait qu'on le tue tout de suite, et je suis toujours volontaire.

Abel lui rabattit le caquet par une remarque brute et cinglante.
Nécessaire qu'il disait.. Mais je t'en foutrais du nécessaire moi !
Lithium bouillonnait de l'intérieur, rageant et pestant dans le vide de son crâne.
Enfin, pas si vide, car Bis se délectait de cette colère grandissante. Lorsque sa propriétaire s'irritait, elle en profitait pour la nourrir et observer les conséquences de sa fureur. Ainsi, elle avait l'impression qu'elles se comprenaient enfin, que la dessinatrice percevait ce que son double ressentait en permanence; de la rage. Malgré son naturel malin, Bis ne chercha pas à ouvrir la bouche davantage, souhaitant la sécurité de son hôte plus que sa gloire. Enfin, pour l'instant.. La blonde et son virus rongèrent leur frein. Mais l'attitude de la première changea du tout au tout lorsque le chef la prit entre deux yeux, et s'adressa à elle comme si il "savait". Ses yeux trahirent sa stupéfaction mêlée d'horreur. La voyageuse et son autre prirent la menace pour toutes les deux, même si elles avaient davantage retenu le ton que la menace en elle-même.
Je rêve pas là, il m'a parlé autant qu'à toi ? Toi aussi ? Enfin, t'es folle, ça m'étonnerait pas que tu racontes de la merde. Mais pour une fois, je te suis. Il est au courant. En même temps, on lui a facilité la tâche en se comportant chacune à notre manière.. On aurait dû être plus prudentes. C'est pas comme si on se cachait hein. Non c'est vrai, mais je n'ai pas envie de crier mon état sur tous les toits. Ton "état" ? AH ! Blague. T'es pas non plus malade hein ! Je suis pas une bactérie. Plus un virus je dirais, mais pour ce que je dis.. Nia nia nia, grognasse. Saloperie. Traînée. Sorcière. Péta.. Elles furent coupées dans leur joute verbale par Mary, l'autre blonde, qui s'interpella entre elle et Abel, sous prétexte qu'elle avait une "belle gueule". Ahin. Bah merci, c'est gentil. Quand je t'avais dit qu'elle me kiffait.. On peut jouer sur cette proximité. Laisses-moi faire. Non mais tu rêves !

Elle se vit éloigné par l'allemande, comme pour être protégée.
Hé, je ne suis pas lesbienne moi ! ça veut dire quoi ?
Laisses tomber, y'a pas de différence pour toi.. L'ennemie se voulut accueillante en lui affirmant qu'il y aurait de quoi boire sur place. Mary, ça fait Sainte-Nitouche, mais elle sait pas le porter. Elle, elle en veut. T'es dégueulasse. Lithium ne savait pas trop comment se comporter face à cette femme qui n'hésitait pas à se mettre en valeur. Oui merci, tes boobs sont très jolis. Non mais c'est gentil, ranges-les, tu risques de blesser quelqu'un avec ça.. Niiiice ! Shake your groove thing baby ! La jeune fille se sentit légèrement mal à l'aise, ne sachant trop quoi faire ni dire. Elle se contenta de sourire au conseil qu'elle lui prodigua.
Si seulement je me contrôlais ma chère. Ils marchèrent donc en silence, contrôlés à chaque instant. Ce n'est pas en disant "ce n'est plus très loin" que ça nous donnera une indication sur la durée restante du trajet, abruti va. Lithium regarda en avant Khildar marchait d'une manière robotique, automatique. C'était littéralement flippant. Etait-il vraiment dans une illusion et pas seulement lobotomisé ? Qui pouvait lui assurer qu'il était pas complètement mort dans son crâne ? Non mais si il était mort, il aurait disparu, mais même. La-dite Mary lui parla de nouveau. Décidément, elle l'appréciait, elle se devait d'être prudente à son égard, car elle était une bien étrange "alliée". La boche sut légèrement l'attendrir lorsqu'elle lui parla de leur deuil.


"Je n'aurais peut-être pas réagi comme ça, pas du tout même, mais je suis désolée pour vous.", fit-elle sincèrement.
"Il devrait apprendre à se tenir votre cerbère derrière là.
C'est mauvais pour la santé de s'énerver."
, en parlant de Dan.
"D'où connaissez-vous Khi.. Oscar ? Vous venez du même royaume ou quoi ? Il a dû vous faire quelque chose de.. moche, pour vous mettre dans un état pareil.", rajouta-t-elle, curieuse.

Après un certain temps, ils finirent par arriver à destination.
Un imposant manoir sombre et obscur, à l'image de son lieu d'habitation.
Lithium fut impressionné par la bâtisse et lâcha un "wouah" franc et naturel.
Le bâtiment en jetait sévère, et la blonde était complètement subjuguée. A présent, elle était pressé d'entrer pour examiner l'intérieur, découvrir les trésors que pouvait bien cacher cette étrange demeure. Un Comte y vivait assurément, mais quel genre de Comte ? Un cimetière, une bastille noire, des tours perçant le ciel.. Un marginal, c'était certain. Une créature de Dreamland ? Fort probable. Mais qui, quoi ? Même si l'atmosphère se faisait menaçante, l'architecture de la citadelle attirait davantage son attention que la pression désagréable sur ses épaules. Je pourrais assurément en faire mon chez-moi La voyageuse s'arrêta devant le manoir, l'observant avec fascination. Cette aura qui en dégageait.. C'était effrayant et, étrangement, grisant à la fois. Tu vois ? Tu sens cette sensation de danger ? On s'y jette ? Bon, qu'est-ce que l'on attend pour y entrer ?




__________







Lithium s'exprime
Bis vous insulte


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ledesordre-est-dor.blogspot.fr/
AuteurMessage
Surnom : Le Bourgeois
Messages : 734
Date d'inscription : 05/10/2010
Age du personnage : 28

Maraudeur des rêves
Khildar Blacksilver
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 650
Renommée: 1200
Honneur: -400
MessageSujet: Re: 30th Night : The Blond, the Mad and the Demons [pv Lithy] Jeu 5 Mar 2015 - 21:50
The Vampire Within

Le Manoir apparaissait enfin dans toute sa splendide horreur et austérité. Nichée au sein d’une chaîne de montagnes, la bâtisse dominait les environs de sa lugubre silhouette hérissée de tours perçant le ciel obscur. Il régnait dans le domaine un parfum de morts, mais légèrement différent du royaume éponyme. Les morts qui exhalaient sur leur chemin semblaient plus … frais, moins dans la pourriture et d’avantage dans le sanglant. Une odeur imperceptible mais tenace de sang et de fer s’insinua dans les sinus de nos comparses.
Bien qu’ils aient parcouru la majorité de la distance qui les séparait de l’antre du Comte, une dernière traversée s’imposait pour aboutir à son entrée. Une traversée bien peu réjouissante pour tous puritains, mais qui n’atteignit qu’à peine les membres du royaume démoniaque, rompus à la violence, à la torture et à des spectacles bien plus déplaisants. Le déplaisir que pouvait ressentir les visiteurs ne provenait pas tant de l’impression que des yeux rougeoyants injectés de sang vous transperçaient pour s’abreuver à votre cœur tandis que vous empruntiez la voie aux dalles mal encastrées ou absentes, que de la décoration qui bordait cette voie, à savoir des pieux. Une forêt de pieux. Des pieux à perte de vue, la plupart portant fièrement leurs étendards de cadavres empalés qui n’en finissaient pas de suinter.
Abel ne jeta même pas un coup d’œil, se contentant de garder en ligne de mire leur objectif, défiant le regard écrasant du Manoir. Il donnait l’impression d’avoir déjà visité les lieux (ou au moins de s’y être préparé) et de pouvoir échanger avec l’aura malsaine qui s’en dégageait. Parfois, il se penchait vers Ely pour lui murmurer quelques paroles mystérieuses, et elle hochait brièvement la tête pour signifier qu’elle avait compris.
La Sweet Evil transportait toujours Oscar par l’épaule, l’effort ne l’incommodant pas. Par contre, le décor environnant l’indisposait d’avantage et elle ne put réprimer une grimace de dégoût. Certes, elle appartenait à un royaume dont les horreurs étaient équivalents (voire pire, elle ne préféra pas en juger), mais elle conservait toujours quelques réticences face à l’horreur sanguinolent.
A contrario, Dan ne dissimulait pas le plaisir pervers qu’il tirait d’une telle présentation. Il en appréciait la disposition, la quantité et se repaissait de l’ambiance d’épouvante et de massacre qui transpirait, son cœur battant la frénésie de son addiction à la violence et à la souffrance.
Quant à Mary, elle poursuivait sa discussion avec Lithium, désirant lui éviter toutes contrariétés. Elle appréciait le franc-parler de cette nana qui ne se laissait pas faire, quitte à se ramasser des taloches dans la gueule. Bon, pour les taloches, c’était Oscar qui avait pris, mais l’idée restait la même. Et lorsqu’elle s’énervait, son visage prenait une expression presque adorable, pour l’allemande. Sa manière de protester rendait curieuse l’invocatrice, qui était aussi séduit par le physique « pas trop dégeulasse » de la blonde voyageuse. En vérité, l’attitude insolente et quasiment téméraire lui rappelait elle, dans ses premières années de voyageuse. Puis elle avait été entraînée, à la dure, avec un peu de compassion pour finalement aboutir sur un contrôle de soi et une bonne maîtrise de son potentiel. En fait, elle estimait Lithium pour ce qu’elle pourrait devenir, avec un bon entraînement.
En tout cas, elle s’exprima d’un ton agréable, tout en parlant à voix basse, histoire de se faire discret
:

"Cherche pas, c’est Dan. Il est comme ça. Il est toujours … un peu nerveux. C’est dans sa nature. Nous sommes tous les deux impulsifs, à notre manière. Et t’as l’air d’avoir du répondant aussi, hein ?"

Elle lui glissa un clin d’œil.

"Sauf que lui, il se contrôle beaucoup moins. Il kiff la baston, c’est son truc."

Elle jeta un bref coup d’œil en arrière, Dan l’aperçut et lui adressa un visage hargneux. Elle s’en retourna vers Lithium et répondit au sujet de l’aristocrate toujours sous le coup de l’illusion, après s’être pincé les lèvres, comme un regret :

"Oui, il appartient … enfin, appartenait à notre royaume. D’ailleurs, son vrai nom, c’est bien Oscar. Mais il n’aime pas qu’on l’appelle comme ça. Un délire de jeunesse, j’ai jamais bien compris pourquoi. En même temps, on a pas eu trop le temps de le comprendre. Il a pas beaucoup fréquenté le royaume et lorsque notre Seigneur lui a demandé de revenir, il lui a fait fuck. Du coup, on a moyen apprécié."

Ils avancèrent lentement, marchant avec précaution, se sentant surveillés. L’air se refroidissait au fur et à mesure de leur approche. Une nuée de corbeaux traversèrent le ciel pour se nicher dans l’un des nombreux soubassements, croassant un avertissement pour les visiteurs, les prévenant de la dangerosité de ce qu’ils étaient en train d’entreprendre.
Mary demanda alors à Lithium avec curiosité
:

"Et toi, depuis quand tu le connais ?"

Après une possible réponse, la discussion retomba. Ils étaient arrivés au dernier véritable obstacle. Une formidable herse bloquait le passage, empêchant l’accès au pont qui enjambait une rivière dont la composition laissait vaguement planer le doute. De là, il était possible d’embrasser du regard la majorité de la façade du manoir. Et de constater que la décoration ne dépareillait pas avec l’extérieur, des cadavres décharnés pendant misérablement aux murs par des crochets. A la lumière de la Lune, les lourdes pierres semblaient luire d’un liquide précieux, renvoyant une lueur sanglante. Des fenêtres, au contraire, aucune lumière n’émanait. Mais dans la noirceur de l’intérieur, les ombres paraissaient dévisager les visiteurs.
Ely raffermit la prise d’Oscar, dérangeant un brin le papillon argenté qui avait pris place sur le nez de son propriétaire, ne pouvant revenir sur le haut de forme qui avait chuté leur de l’envol de l’aristocrate. Par cette position, les ailes de l’ornement formaient un bien étrange masque qui dissimulait les yeux éteints du voyageur.

L’attente ne fut pas longue et la herse se leva toute seule, comme si un échange taciturne s’était opéré entre Abel et le maître de lieux, leur permettant de franchir le seuil de la demeure.
A ce stade, le meneur de la troupe se retourna et opéra les ultimes conseils, ne manquant pas de viser de son regard autoritaire Dan et Lihium
:

"Surtout, soyez prudents et respectueux. Aucune violence, aucune parole déplacée. Je ne tiens pas à perdre quelqu’un … de plus."

Il s’adressa d’avantage à Lithium pour la suite :

"Nous sommes ici chez le Comte, le Seigneur des Vampires et du sang, entre autre. Son Manoir, considérez le comme son autre lui-même. Il est partout et nulle part à la fois. Donc pas d’embrouille. Il ne supporte pas d’être dérangé, et encore moins par des voyageurs. Donc encore une fois : pas de bêtise. On ne touche à rien, on ne parle à personne. Il est beaucoup moins tendre et compréhensif que moi."

Une fois assuré que ses conseils étaient bien assimilés par tous et qu’ils allaient être suivis, ils pénétrèrent franchement dans ce qui pouvait potentiellement être leur cercueil.

L’intérieur était à l’image de l’extérieur. Le gothique le disputait au sanglant et les rares éclats de lumières ne faisaient qu’accentuer les ombres menaçantes, projetées par des torches ou des chandelles éparpillées un peu partout. Les couloirs accusaient le passage du temps et les rares pièces qu’ils traversèrent n’offraient pas une meilleure vision. Les tapisseries, représentant des scènes de chasses, de batailles ou d’exposition mythologique, avaient été laissées en pâtures aux rongeurs et autres bestioles avides de textiles. Les couleurs étaient ternies, sauf le rouge qui étrangement résistait, rehaussant l’aspect sanglant des scènes représentées. Les boiseries n’en finissaient pas de se craqueler, tout comme les pierres, qui soutenaient l’ensemble de la structure dans un dernier effort permanent. Tout n’était que vieillesse, décrépitude et sentiment de malaise. Les portraits vous fixaient de leur regard vide, vous suivant avec obstination. Les rideaux ou teintures pendaient tristement, attendant en vain d’être secoués pour s’alléger de la poussière qui s’était accumulé. Et ce froid … un froid cadavérique, qui venait vous souffler sur la nuque, comme un couperet bien aiguisé. Il était dérisoire de se sentir en sécurité dans un tel endroit, où chaque recoin paraissait dissimuler une trappe, un piège ou un monstre avide de chair et de sang. Ils en rencontraient parfois, mais tous s’enfuyaient à leur passage, se réfugiant dans des coins insoupçonnés ou hors de vue. Vampires décharnés, goules squelettiques, chauves-souris au museau moqueur, tous s’écartaient, comme avertis de la tenue de ces voyageurs qui avaient pourtant l’air bien appétissant.
Ils déambulèrent ainsi quelques minutes, empruntant les couloirs, les portes et les escaliers au hasard, ayant perdu tout repère. C’est alors qu’au détour d’un carrefour, Abel disparut. Mary allait lui demander s’il savait où ils allaient, mais leur chef venait de se volatiliser, pratiquement sous leurs yeux stupéfaits
.

"Attendez, ne paniquez pas, c’est normal," leur assura la Sweet Evil. "C’est plus ou moins prévu. Maintenant, il faut se mettre en quête de quelqu’un qui pourrait soigner Osc … Khildar."

Dan maugréa, n’appréciant pas de ne pas avoir été prévenu. Mais il s’abstint de tous commentaires réels, reconnaissant une situation où se taire tenait du réflexe de survie. Mary pesta aussi en silence, affichant clairement son mécontentement dans le croisement de ses bras contre son buste. Ely demanda pardon d’un air désolé et rappela la mission qui leur incombait désormais : faire en sorte qu’Oscar finisse sa nuit en voyageur.
Après quelques détours sans parvenir à nouer quelques dialogues que ce soit avec une des créatures présentes (une monstrueuse chauve-souris rousse s’était même barré en gueulant qu’il avait pas que ça à foutre, non mais, pour qui ils se prenait, et puis d’abord, ses jérémiades s’étant perdu dans son vol), ils tombèrent sur une voyageuse, qui manqua de les affronter si elle n’avait pas remarqué un aristocrate qu’elle connaissait bien. Les canines toujours de sortie et en position de combat, elle affichait un air aussi surpris que les autres, ne s’attendant pas à une réaction aussi violente, même si elle n’avait pas encore eu lieu.

A la vue d’Oscar, la voyageuse aussi rousse qu’Ely, mais tirant d’avantage sur le sombre et le violet que le rouge de l’anglaise, s’était raidi et après une surprise accentuée, une colère la submergea, qu’elle contrôla avec peine. L’envie de se jeter sur lui et de le frapper jusqu’à ce qu’elle se sente mieux (c’est-à-dire après beaucoup de temps et de coups) lui tiraillait les entrailles et l’invocatrice anglaise le ressentait autant qu’elle le voyait sur la figure déformée par la rage (et une bouche ouvert ses des canines suffisamment puissantes pour briser un frêle cou). La voyageuse démoniaque prit donc le risque de parler, d’une voix volontairement calme, ne lâchant pas des yeux celle qui voulait littéralement étriper celui qu’elle tenait
:

"Je sais, à moi aussi il me fait cet effet là."

Elle esquissa un vague sourire, espérant que leur opposante était réceptive à l’humour. Et par bonheur, elle l’était.

"C’est une manie chez lui, je crois."

"En tout cas, nous avons la priorité."

"Mouais, à négocier …"

Elle referma progressivement la bouche, rétracta ses canines et reprit une position moins agressive, affinant une silhouette agréablement vêtue de cuissardes et d’un corset de cuir, le tout sur un pantalon léger et une chemise d’un rouge pétant. Sa chevelure cascadait sur ses épaules, bien qu’une partie soit ramenée en chignon, maintenu par des aiguilles surplombées d’un crâne.
Ely se détendit, de même que Dan, et une véritable conversation put débuter, par une question de la voyageuse vampire qui s’était aperçu du manque total de réaction de l’origine de sa colère chargée de reproches
:

"Qu’est ce qu’il a ? "

"Il s’est … pris un mauvais coup. Il est sous illusion, son esprit est ailleurs."

"Ça, c’est pas nouveau."

"Il a besoin de soins, au moins pour lui permettre de passer tranquillement la nuit. Je ne crois pas qu’il ait quelque chose de cassé, peut-être une hémorragie interne. "

Le sérieux retrouva le visage de la vampire qui commença à les guider, marchant en tête :

"Venez, je sais où l’emmener."

Elle se retourna, afin d’obtenir de plus amples informations, autant curieuse qu’inquiète :

"Et concrètement, vous êtes qui ? Le Comte a commencé à s’agiter vers le début de la nuit et lorsque vous êtes arrivé, il a permis votre entrée. Et ce papillon, ça fait partie de l’illusion aussi ?"

"Nous désirions avoir une entrevue avec votre Seigneur. Apparemment, elle a pu commencer, notre chef ayant disparu. Quant au papillon, je ne sais pas ce que c’est, mais il ne fait pas partie de l’illusion, non."

La vampire les guida à travers la demeure, connaissant parfaitement l’endroit. Bien que le parcours se révélât assez labyrinthique, une tendance à descendre se profilait. Ils s’enfonçaient dans le sous-sols du Manoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2598
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 24

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 805
Renommée: 2540
Honneur: 430
MessageSujet: Re: 30th Night : The Blond, the Mad and the Demons [pv Lithy] Ven 6 Mar 2015 - 1:18


Bon ok.
Si de loin le manoir en imposait sévère, de près, il donnait carrément la chair de poule, et l'expression était franchement faible, c'est dire. Les, ce que l'on va appeler "jardins", étaient intégralement parsemés de pieu, le tout surplombé d'un cadavre. Et certains, je vous l'dit, ils étaient pas morts hier ! .. AH en revanche, lui si. Désolée mon gars. La jeune femme suivit le pas sans rechigner, priant de ne pas voir débouler une Furie. Raah, qu'elle détestait le bruit que ça faisait ces bêtes-là ! Brrrr ! Je crois que je vais pleurer. Je me sens comme à la maison. Tu penses que si je paie un loyer, j'pourrais rester ? Parce que tu sais ce que veut dire "payer" et "pleurer" maintenant ? Bah bravo, il était temps.. Je sais ce que ça veut dire, pauvre merde. C'est juste que je n'en comprends pas l'utilité. C'est complètement con de pleurer, ça te fait passer encore plus pour une lopette. Tu sais, pleurer peut aussi faire du bien. Mais pourquoi je te dis ça, de toute manière, tu comprends rien ! Le jour où je pleurerai, je ferai absolument tout ce que tu voudras. Même un.. grlllgreuh.. un câl.. un câlin. J'en prends note, j'en prends BIEN note. N'oublies pas, c'est un marché ! On a un deal ! Petit claquade mentale et c'est reparti !

Lithium ne perdait pas une miette de ce qu'il se produisait autour d'elle.
Au garde à vous, son regard ne faisait que passer d'une action à une autre.
Eux deux, ils s'échangent des paroles, ça pue. Elle zooma du regard, mais se souvint que, bah lire sur les lèvres, c'était pas non plus son point fort. Elle allait devoir s'entraîner à ce propos. Dès le retour à la maison, HOP ! ..Si on crève pas avant. Mais naaaaan ! T'inquiètes ma poule. Je vais pécho la blondasse-là, puis on fera du curé au fond là, notre petit chien de garde. Personne viendra nous faire chier ! Génial. Un pédophile comme toutou, trop bieeeen ! Avoues que l'idée de son collier à clous, ça te fait marrer ! Sérieusement ? Mais grave en fait !
La jeune femme se mit à sourire sans aucune raison, s'imaginant effectivement le-dit Dan à la niche, lapant sa gamelle. Et elle se l'imagina d'autant plus quand Mary lui avoua qu'il avait toujours été un nerveux, sa nature dit-elle.


"Nerveux vot' curé ?
Faudrait qu'il se déride le cul un peu ouais !"
J'pense qu'un bon meur..
Ahum, on va dire que c'est plus fort que moi pour être juste.", rattrapa Lithium en reprenant son sérieux.

Décidément, Bis ne pouvait s'empêcher de causer.
Donc il vient de chez eux, mais plus maintenant. Ouais, précis.
Ah, il voulait plus venir en fait ! ..Pourquoi ? En même temps, si y'a que des gens comme vous, normal qu'il se soit tiré. Je l'en blâme pas du tout, au contraire, je l'encouragerai presque, bande de malades. Je les aimes ! ..Sauf le Abel là. Il pète plus haut que son cul, un merdeux c'lui-là. Khildar a dit "fuck" à son seigneur ? Carrément ? Un bon point pour l'enfariné. Fuck l'autorité ! En même temps, être à la botte d'un seigneur, ça craignait un peu. Faire tout ce qu'il commandait de faire, ce devait être d'un chiant ! Sans seigneur connu, Lithium ne savait pas ce que c'était.


"Vous faites tout ce que l'on vous dit de faire ?
Et la liberté dans tout ça ? Vous n'avez jamais souhaité faire ce que vous désiriez seulement d'accomplir ? Et pas seulement de suivre les ordres. Enfin, c'est votre royaume. Pour Khildar, je ne le connais pas vraiment concrètement. On s'est rencontré une fois il y a presque trois ans, on a réglé une histoire dans un royaume, puis on ne s'est plus revus jusqu'à.. Et bien ce soir. Mais les retrouvailles ont tournées court, si tu vois ce que je veux dire."


Que t'approuves ce que je dis ou non, m'en tape.
De toute manière, Bis avait l'air bien décidé à se la faire si y'avait moyen.
Et pour empêcher ça, elle allait devoir batailler. Ou dégoûter Mary tiens, en étant suuuuper sympa ! Ouais ! Laisses-tomber. Mon sex-appeal aura raison de sa réserve. Blague ! Je rêve là où ce sont aussi des cadavres perchés à tous les murs ? Mais c'est immonde ! Lithium eut soudainement des nausées et se retint de vomir. Même à cette distance, l'odeur était insoutenable. Ce type a vraiment du goût. Tu devrais l'engager pour chez toi. Une grille bloquait à présent le passage, aucun moyen de passer. Ah bah c'est dommage hein ! Et si on faisait demi-tour maintenant, non ? On peut rêver.. ça ne l'étonnerait même pas que le liquide qui coulait sans peine était du sang. Ah mais c'est du sang en fait. Génial. J'peux goûter ? Mais non ! Alors c'est sombre, des fenêtres sans lumière, ça a l'air d'être fun à l'intérieur dites-moi !
Après quelques minutes d'attente à peine, la herse se leva d'elle-même. Magi, Magi, et vos idées ont du génie ! Ouais bref. Abel se planta devant eux, semblant particulièrement s'adresser à Dan et.. elle ? Ah tiens. Il leur précisa qu'ils devaient être respectueux, aucune parole déplacée, tout ça.. Elle se retourna vers le curé, prête à lui dire: "Hé, c'est pour toi ça !", sauf que le chef continua sur sa lancée, lui faisant comprendre qu'il valait mieux pour elle qu'elle la ferme. Du coup, elle se tut, s'arrêtant en plein geste.

Alors attendez, elle avait bien suivi là ?
Le Seigneur des Vampires et du sang ? Parce que ça existe encore ces conneries ?
Enfin, correction, ça EXISTE tout court ?! Dreamland. Mais.. Mais il allait les bouffer !
Pas de soucis pour toi, t'es pas vierge, traînée. Mais comment je t'emmerde ma chère. Je t'en prie, y'a pas d'soucis. Tendre et compréhensif le Abel ? Et mon cul c'est du poulet, c'est ça ? .. Bah non. Pourquoi tu dis ça ? La jeune femme leva sa main droite en signe d'accord, puis ils entrèrent.
Une fois à l'intérieur, elle put enfin ressentir toute l'horreur et le malaise qui régnait en ces lieux. C'était à se croire en Transylvanie avec le Comte Dracula dans son château, et elle, c'était Jonathan Harker encore une fois. Le manoir semblait au bord de la ruine, prêt à s'écrouler sur leurs crânes. Les tapisseries se désagrégeait, faute d'entretien, les couleurs avaient presque disparues, seul le rouge -comme par hasard-résistant au temps. Les portraits les suivaient comme dans Harry Potter -elle leur fit coucou- avant de retenir un éternuement à cause de la poussière. Sérieux mec, faudrait que tu penses à nettoyer. Demandes à Dan. Il est doué pour suivre les ordres. Ou pas.

Puis elle se mit à frissonner.
Elle avait l'horrible sensation de ressentir une main sur son épaule.
Par réflexe, elle claqua celle-ci. Bien évidemment, c'était son imagination.
Tout son corps se hérissa d'effroi, ne supportant aucunement cette abominable et effrayante présence invisible. Elle allait finir par croire aux fantômes à la fin. Ils rencontrèrent toute sorte de créature, et avant même qu'elle ne se jette en arrière pour fuir, tous disparaissaient dans la seconde, comme si ils les laissaient passer. Bah euh, merci hein. Hé les gars, pensez à vous nourrir un peu quand même, z'avez-vu vos tronches ? Prenez Dan, il est goûtu croyez-moi ! .. Non ? Vous n'savez pas ce que vous ratez ! Heureusement que personne t'entend sauf moi hein.
La jeune femme commençait à s'impatienter. Ils étaient perdus c'est ça ? Avouez-le ! Y'a pas de honte à avoir hein. Puis Abel disparut. Lithium et Bis retinrent un cri de joie et une danse de la pluie, déchantant rapidement quand elles apprirent que tout était prévu. Oh, déception. Et lorsqu'ils voulurent s'entretenir avec une chauve-souris, elle se tira sans demander son reste, non sans leur crachant au visage limite. Ouais c'est ça, dégages ! Même pas belle. Ah on est plus tout seuls.. La blonde stoppa net lorsqu'elle découvrit une voyageuse au bout du couloir. Pratique les dents pour décapsuler les bières ! ça ne sert pas à ça.. C'pareil ! Bah non.

C'était une nouvelle rouquine un peu violacée aux dents assez pointues pour leur arracher la gorge -mais complètement- et ramener la tête avec, histoire de. En tout cas, il semblait qu'elle en voulait également à mort à Khildar. Bah dis donc mon pauvre, t'as du boulot avec toutes ces gonzesses. T'es sûr que c'est pas Jack ton deuxième prénom ? J'allais le dire ! Yeah, CHECK ! Checkage mental, et c'est reparti ! Fallait pas non plus en faire une habitude de ces "check". Non mais sérieusement, tout le monde le déteste pour s'être volatilisé ? Qu'est-ce qu'elle devrait penser de sa mère alors ! Elles négocièrent son corps quelques instants avant que la vampirette rétracte ses canines avant de se poser. Bien fichue la violette-là. Cuissardes ? Grrr.. Vulgaire plutôt. Après la grosse colère, ils s'occupèrent enfin du pauvre Khildar, toujours perdu dans son illusion. Et bien, il était temps ! Juste une hémorragie interne. JUSTE HEIN ! Bravo l'observation. Elles se mirent à parler d'entrevue, de papillon, illusion.
Oui mais à propos de ça.. Vu que l'entrevue, c'est VOUS qui en désirez une, elle n'était pas obligée de venir, non ? Alors elle était libre de se tirer vite fait bien fait hein ? Ok j'ai rien dit, puis tout le monde s'en fout, c'est pas plus mal. La blonde ne prononça pas le moindre mot, n'étant pas certaine si elle était autorisé à l'ouvrir ou pas. Sans prendre aucun risque, elle se contenta de suivre les évènements en silence, rongeant son frein.

Et ils se mirent à descendre, et à descendre..
Ils s'enfonçaient dans les profondeurs du manoir, dans les entrailles de cette terre putride et purulente. Les catacombes ? Aucune idée. Les sous-sols ? A ça pour sûr ! Et bien Bis, je n'ai pas été enchanté de te connaître, nous allons à présent mourir lors d'un rituel sataniste en guise de sacrifice ! Un sacrifice ? Oh chouette, moi d'abord, moi d'abord !



__________







Lithium s'exprime
Bis vous insulte


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ledesordre-est-dor.blogspot.fr/
AuteurMessage
Surnom : Le Bourgeois
Messages : 734
Date d'inscription : 05/10/2010
Age du personnage : 28

Maraudeur des rêves
Khildar Blacksilver
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 650
Renommée: 1200
Honneur: -400
MessageSujet: Re: 30th Night : The Blond, the Mad and the Demons [pv Lithy] Mar 10 Mar 2015 - 23:26
Discover his Past

Ce n’était pas une descente aux enfers, mais ça y ressemblait diablement. L’escalier s’était comme présenté de lui-même, sur leurs pas, annonçant franchement l’inclinaison qu’ils semblaient prendre depuis leur rencontre avec la voyageuse vampire. Après avoir empruntés les marches de lourdes pierres légèrement humides sur une bonne distance, ils parvinrent au palier, face à un long couloir silencieux, bordé de torches accrochées par des anneaux de métal et de lourdes portes en fer, toutes closes. Les relents d’humidité se disputaient au parfum stagnant du sang séché. Les murs n’étaient que de pierres massives, grossièrement taillées, figurant des oubliettes perdues dans la marche inéluctable du temps. Peut-être avançaient-ils vers leur propre oubli ?
A cet égard, Dan, resté en arrière pour se prémunir de toutes mauvaises surprises, ne cessait de jeter des coups d’œil furtifs et inquiets. Il n’aimait pas du tout la tournure des événements. Il ne faisait pas confiance à cette vampire, apparue avec une coïncidence trop calculée à son goût. Et surtout, il ne supportait pas l’ambiance générale. Il avait l’impression d’être constamment observé et d’avancer sans s’en rendre compte dans la gueule béante d’un chien affamé.
Devant lui, Mary se renfrognait depuis l’arrivée de la vampire qui lui avait piqué Lithium. Elle observait les trois filles devant elle, ressemblant à une bande de copines allant faire du shopping. A ceci près que l’une d’elle ne portait pas un sac débordant de vêtements mais un aristocrate dans les vapes. Elle tentait tant bien que mal de rester dans la conversation, à proximité de la blonde voyageuse. Ses propos quelque peu sulfureux au sujet de la liberté lui avaient plu. Pour l’invocatrice démoniaque, être lâchée dans Dreamland sans aucune indication, sans Seigneur pour te guider, revenait au mieux à du suicide et au pire à former la pire engeance des voyageurs qui ne respectaient rien car ne comprenant pas le monde qui les entourait. Certes, cette voyageuse épris de liberté ne semblait pas trop avoir mal tournée (Quoique, parfois son attitude laissait Mary perplexe … et curieuse), mais le rôle d’un mentor était pour l’allemande indispensable. Et quel meilleur professeur que le Seigneur de sa phobie ? Il était tout désigné pour comprendre son pouvoir et apprendre à l’utiliser. Et puis, leur Seigneur en particulier n’était pas aussi tyrannique qu’il aimait le laisser faire penser. Il était surtout déprimé, depuis la guerre contre le Royaume de la Mort et la trahison d’un de ses meilleurs généraux. Cependant, les récents événements lui avaient fait l’effet d’une cure de jouvence accélérée. L’idée de reprendre du service pour le compte de son Seigneur, de s’investir dans un projet à grande échelle passionnait Mary. Il y allait avoir de l’action, et elle adorait ça. Mais en attendant, elle était coincée dans un royaume au Seigneur ostensiblement psychopathe, à suivre aveuglément une de ses voyageuses, pour soigner un déserteur. Et qui lui avait piqué l’attention de celle qui l’intéressait.
La responsable de la frustration affichée pour une moue bougonne discutait tranquillement avec Ely, leurs reproches envers le même homme les rapprochant par un effet social féminin (mais aussi masculin, ne soyons pas mauvaises langues) fascinant. Elles demeuraient donc à la hauteur de Lithium, essayant de l’intégrer à la conversation. Après tout, la jeune femme semblait elle aussi avoir partagé des instants avec cet homme aux allures de nobles et à la chevelure artificiellement blanche. Elle pouvait donc alimenter le moulin des propos à l’encontre d’Oscar. Pourtant, lors des premiers échanges, la voyageuse aux cuissardes et au corset lacé à l’avant débuta sur un autre terrain en s’adressant directement à Lithium, qui l’intriguait
:

"Toi aussi tu fais partie de cette équipé ? Loin de moi l’idée d’offenser, mais t’as pas le look."

"T’es pas mal dans ton genre non plus." Ricana Mary derrière elles.

Eleonore ne releva pas, haussant les épaules, attendant la réponse de Lithium. Puis ce fut la rousse anglaise qui s’adressa à sa consœur française
:

"Tu ne serais pas Eleonore, par hasard ?"

"Qu’est ce qui te fait dire cela ?" Répliqua l’intéressée, étonnée plus que sur la défensive.

"A l’époque, Oscar nous parlait pas mal de toi," expliqua la voyageuse démoniaque, autant pour son interlocutrice directe que pour les deux autres. Dan, elle savait que ça ne l’intéressait pas. Il ruminait entre ses dents des invectives contre les ennemis de la chrétienté en général, les femmes en particulier et les vampires.

"C’est pas son genre, réfuta la rousse tirant sur le violet, suspicieuse. Et puis, il avait quitté votre royaume, non ?"

"Plus ou moins, confirma partiellement Ely, sur la défensive. Il lui est déjà arrivé de revenir. Et il racontait ses aventures, votre groupe … Et vous faisiez parler de vous, aussi, dans le DreamMag. Le combat contre les Chess Mat, par exemple. "

"Ah oui, ça … ça remonte à loin ce truc." Soupira l’actuelle meneuse des Crazy Minds, un peu plus détendue.

Mary n’appréciait toujours pas d’être ainsi exclue de la conversation et chercha du regard du soutien de la part de Lithium. Elle devait être aussi paumée qu’elle, car elle lui avait indiqué qu’elle ne connaissait que depuis trois ans, et encore, ils ne s’étaient pas fréquentés souvent. Alors si elle, qui l’avait vu plus souvent, y a plus longtemps, ne se souvenait pas vraiment de ce gus, sa pauvre partenaire onirique occasionnelle devait franchement ne plus suivre du tout. Du noble aristocrate, Mary avait surtout retenu ses manières chelous d’un autre siècle, son air suffisant et son insolence, alors que sa puissance était ridicule et dérisoire. Dans les souvenirs de l’allemande, un démon en particulier lui revenait. Un vrai connard. Et faible en plus.

Soudain, leur guide s’arrêta devant une porte qui ressemblait à toutes celles devant lesquelles ils venaient de passer. Elle l’ouvrit sans frapper, la lumière du couloir éclairant une sorte de cellule monacale de bonnes dimensions (du moins, de ce qu’il était possible de juger à travers les ombres), bordé d’un lit superposé, d’un bureau et d’une chaise au milieu. Au fond, un placard se distinguait. Sur la chaise se trouvait un être aux long cheveux noirs, qui descendaient jusqu’aux cuisses, vêtue d’une sorte de sombre peignoir, dans une matière étrange à l’allure organique. Il était affalé, comme endormi, ou mort.
A cette vue, Mary souffla à Lithium, avec ironie
:

"Sympa l’ambiance, ça manque quand même de pentacles, non ?"

Eleonore bouscula du pied l’endormi qui sursauta, révélant des lunettes rondes dorés et un regard éperdu, ainsi qu’une ridicule petite bouche. Alors qu’il s’agitait devant la troupe, elle le calma par des chuchotements rassurants, désignant par moment Oscar. Après ce conciliabule, la créature hocha vigoureusement la tête et se leva, déployant ses longues jambes. Il devait bien faire 2 mètres, voire plus. Il sourit d’une grimace timide à Ely et tendit ses longs bras. Au recul de la voyageuse responsable de l’aristocrate, la vampire rassura Ely :

"C’est lui qui va s’occuper de Khildar."

A contre cœur, Ely laissa le voyageur inconscient à la créature qui prit le corps délicatement, pour l’installer dans le lit d’en bas. Il rapprocha la chaise et se retrouva bien embêté devant le papillon qui siégeait sur le visage de son propriétaire, sorte de masque vénitien funéraire. Celle que l’on surnommait Sweet Evil demanda poliment à Lithium :

"Tu veux bien prendre le papillon ? "

Le papillon, connaissant et se souvenant de Lithium, se laissera faire, restant là où elle le déposera où volètera autour d’elle, selon son envie.

La bouche de l’aristocrate ainsi dégagée, la créature, qui d’ailleurs pouvait très bien être un voyageur, ses oreilles étant dissimulées par son épaisse chevelure d’encre, ouvrit sa bouche qui sembla s’agrandir pour révéler deux canines effilées. Sans hésiter, il les plongea dans son bras, ne relevant même pas son peignoir, qui se révéla par conséquent faire partie de lui. Il approcha son « bras » auprès du voyageur inconscient dont les yeux vides fixaient le néant et des deux petits trous formés par la morsure, perla un liquide rouge qui ne laissait aucun doute. L’être au corps étrange porta le sang aux lèvres de l’étendu et l’abreuva, le regardant d’un air tendre derrière ses lunettes dorées.


Mary demanda, légèrement curieuse et inquiète à la fois :

"Il risque pas de devenir accroc ?"

"Peut-être, mais bon, il a l’habitude, sourit sans grande conviction Eleonore. ça sera pas sa première drogue, ça lui passera."

"oh, ok." Le ton de Mary montrait parfaitement qu’elle ne faisait pas confiance aux dires de la vampire et témoigna de ses réticences en croisant ses bras sous sa poitrine.

Tandis que la voyageuse vampire allumait une lanterne disposée sur le bureau, elle reprit la discussion entamée avec Ely pendant le prise de sang
:

"Nan mais franchement, qu’est ce qui lui a pris ce soir là ?"

"Il t’a jamais expliqué ?" Répondit Ely, surprise.

"Ben non, sinon, je le chercherais pas !"

"Étrange … souffla la contrôleuse démoniaque, soucieuse. C’est vrai que les journaux n’en ont pas vraiment parlé. Sûrement la famille qui a fait en sorte d’étouffer l’affaire."

"Mais de quoi tu parles, enfin ?" Le ton d’Eleonore dénotait d’une légère inquiétude. Elle fut reprise par une Mary un peu excédée :

"Ouais, de quoi vous parlez ? J’aime pas ces cachoteries. Et pensez à elle, dit elle en désignant Lithium, elle doit être complètement paumée, c’est pas sympa."

Ely reprocha du regard l’intervention de sa partenaire, mais expliqua tout de même, d’avantage pour Lithium :

"Nous parlons de la nuit où Oscar a pété les plombs. Apparemment, avant d’insulter notre Seigneur, il avait déjà fait n’importe quoi, en attaquant son propre groupe."

Eleonore, expliqua calmement, autant pour Mary que pour Lithium, dont elle ne parvenait pas vraiment à cerner qui elle était pour Oscar, une pointe de jalousie dans le regard :

"Je ne l’avais jamais vu comme ça. On avait l’habitude de sa Folie, c’est même le credo de notre groupe, les Crazy Minds. Mais ce soir là, c’était complètement différent. Sans raison, il s’est mis à nous attaquer en hurlant. Heureusement qu’un démon ailé est venu l’enlever."

L’allemande quelque peu excitée coupa la parole à Ely :

"Ah oui, les Crazy Minds ! C’est vous qui avez combattu sur le Rempart Est, lors de la bataille de la Table Pentagonale. Pas mal du tout."

"C’est ça, c’est eux. Confirma Ely, pour compléter, après avoir levé les yeux au ciel : Pour en revenir à Oscar, il nous a été « livré », et après, il a envoyé se faire foutre notre Seigneur, qui l’a donc bannit. Moi non plus, je n’ai pas compris lorsqu’on me l’a dit. Puis j’ai un peu fouillé, et finalement, j’ai trouvé …"

C’est alors que le principal sujet de conversation s’agita, sûrement grâce à l’action du sang guérisseur qui faisait effet. L’être qui lui avait fait ce don lui caressait tendrement le visage, comme pour le rassurer. Face au réveil imminent d’Oscar, Eleonore dit précipitamment, se dirigeant vers la sortie :

"Je dois partir, avant qu’il se réveille. On ne doit pas se revoir tout de suite, pas comme ça, pas dans ces circonstances. Je vous en prie, ne parlez pas de moi, ne dites pas mon nom. Il a d’autres préoccupations. Elle le regarda une dernière fois, légèrement attendrie pour s’adresser directement à lui, bien qu'il ne puisse l'entendre : ça m’a fait plaisir de te savoir en vie, myLord. Je suis contente …"

Et elle adressa une dernière salutation aux membres présents :

"Ce fut un plaisir de vous connaître. Prenez soin de lui, sous ses grands airs, il en a besoin. Même ses démons ne peuvent combler le vide …Lest, elle désigna l’être au chevet, vous conduira à la sortie une fois tout cela terminé, si vous ne vous réveillez pas avant. Au revoir …"

Et au final, elle sortit, ses pas la conduisant d’une rapide allure. Elle se contenait, se pinçait les lèvres, ne pouvait s’empêcher de réfléchir, à ce qu’elle aurait pu faire, ce qu’elle pouvait encore faire et ce qu’elle devra faire. Sa gorge lui semblait prise dans une chaude écharpe légèrement trop serrée, presque étouffante. Une boule l’empêchait de déglutir correctement. Elle sentait quelque chose monter en elle, à ses yeux. Elle aurait pu …
Elle secoua la tête, se tapota les joues pour leur rendre leur teint blafard. Elle inspira un grand coup, chassant ses pensées. Il lui restait encore à préparer l’entraînement pour le nouveau, là, Calvin. Déjà qu’elle l’avait raté lorsqu’il s’était ramené à la Citerne. Elle allait pas le louper cette fois ci. Le rendez vous n’était que dans quelques nuits, mais elle devait tout organiser, afin de voir s’il s’était amélioré. Une dernière pensée vers Oscar s’envola, et elle grimpa les escaliers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2598
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 24

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 805
Renommée: 2540
Honneur: 430
MessageSujet: Re: 30th Night : The Blond, the Mad and the Demons [pv Lithy] Jeu 12 Mar 2015 - 22:26


..Ah non mais attends, on sacrifie Dan derrière hein, pas nous ?
Je ne suis pas certaine que ça soit dans leurs plans. La jeune femme suivait en silence le groupe qui les maintenaient prisonniers, observant les lieux pour tenter de mémoriser le chemin pour éventuellement une porte de secours. Ne possédant aucunement le sens de l'orientation, incruster des souvenirs d'objets dans son esprit était le seul moyen pour elle de retrouver sa route. Alors un couloir bardé de portes fermées et de torches, torches, torches et encore des torches. Ah, celle là tombe en miette par le bout. Suivre l'odeur de sang séché, ça fera mouche à tous les coups. En tout cas, elle qui avait toujours rêvé de visiter un château en Ecosse, elle en visitait presque les oubliettes. Cela avait le mérite d'être cocasse, mais légèrement angoissant.
Plus personne ne parlait, faisant stagner dans l'air une ambiance relativement morose, accentué par la tête de chien de garde de Dan, ainsi que la tronche que tirait Mary. Dis-moi, on se fait chier-là non ? Sans blague ? Y'a autant d'atmosphère de fête qu'un enterrement. Bon en même temps, ils enterraient quelqu'un apparemment, une amie qui plus est. Donc faut les comprendre. Pourquoi, c'est grave quand quelqu'un crève ? C'pas la mort non plus ! Baaaaah, un peu si. Bizarre comme coutume. Qu'est-ce que vous voulez faire sous terre ? Y'a rien à glander.. Je ne comprends pas. C'est pas grave. Si on devait mourir, on disparaîtrait en fumée, donc franchement, pas besoin de s'inquiéter.

La vampirette et la rouquine était en pleine conversation.
Lithium les écoutait à peine, ne se jugeant pas concernée par leur échange.
Après tout, elles discutaient de Khildar et elle le connaissait à peine, donc elle n'était franchement pas la mieux placée pour jeter une quelconque pierre dans la mare. Pourtant, la créature de sang s'adressa soudainement à elle, provoqua un léger sursaut de la jeune femme qui, du coup, s'appliquait à continuer de mémoriser le chemin. Depuis quand avait-elle le "droit" de s'exprimer ? Pas le look ?


"Bah en même temps, t'as vu la gueule de l'autre au fond ? On s'emmerde avec un type pareil. Jamais il se marre, jamais il..", commença Bis, avant d'être récupéré par Lithium.
"Enfin je veux dire, non effectivement, je ne fais pas partie de leur groupe. Je serais plus proche du prisonnier qui se trouvait là par hasard, tranquille à boire une bière, ..Que de la copine invitée pour la soirée."

Mais tu vas la fermer toi oui !
On a eu de la chance de ne pas se faire buter plus tôt, alors continuons comme ça, on trouvera bien un moyen de fuir sans être en danger. Si tu pouvais surveiller l'autre que tu viens d'insulter, ça serait top. T'inquiètes, notre meilleur pote au fond-là, je le mate des deux yeux. Parce qu’on voit deux fois mieux. Je suis sûre que l’on va devenir coûpains ! Ah bah si tu le dis ! Mary répondit également, et sur l’initiative de Ely, ils apprirent qu’elle s’appelait Eleonore. Ça lui disait vaguement quelque chose.. La jeune femme se mit à détailler le visage de la voyageuse vampire et quelques souvenirs remontèrent à la surface. Elles s’étaient déjà rencontrées, mais où et quand ? Lithium n’écouta pas les paroles d’Ely, trop occupée à observer leur guide. Alors qu’elle réfléchissait, elle eut la sensation d’être observée à son tour et tourna la tête pour faire face à Mary. Qu’est-ce qu’elle a ? Elle avait l’air perdue elle aussi. La blonde se rapprocha de sa geôlière.


« Tu ne le connaissais pas tant que ça non plus, hein ?, glissa-t-elle.
« Le comble pour un type qui adooore parler de lui ! J’serais même pas étonnée que vous sachiez la taille de son cul ou de sa..  Je suis mauvaise langue, la fatigue me fait perdre la raison, n’y faites pas attention. », soupira une nouvelle fois Lithium, amenant une main à sa tête, exaspérée par les interventions de sa collègue d’esprit.

Ils finirent leur route devant une porte quelconque pour les lieux.
Elle n’y aurait pas prêté davantage attention si seulement cette dernière ne s’était pas ouverte toute seule. L’intérieur ressemblait un peu à une petite cellule, les meubles n’y arrangeant rien. Un simple lit superposé, une chaise et un petit bureau remplissaient la pièce, ainsi qu’un placard. La chambre était occupée par un vieillard qui n’avait sûrement pas vu la lumière du jour depuis des lustres, ni une paire de ciseaux. Et encore moins un bain tiens, vive l’odeur dites moi. Il est crevé ou quoi ? Bah franchement, je me demande oui. La réplique de Mary résuma assez bien ses pensées.


« ..Et d’un petit cadavre au centre, oui. », lui sourit Bis de toutes ses dents, avec une pointe de malice.

Le gars n’était pas mort pour un sou, vu qu’il bougea lorsque la vampire lui tapa dedans. Alors qu’assis, il avait une allure décrépie et pitoyable, une fois debout, il les surplombait de toute sa hauteur et imposa sa présence. Ok, on va pas le faire chier lui hein.. Même si ses lunettes le décrédibilisait quelque peu, le groupe resta méfiant à son encontre. Comment voulez-vous faire confiance à un type qui ressemblait une courgette prête à vous dévorer ? Bah justement, vous reculez de quinze pas et vous ne revenez pas. Et justement, cette étrange créature était celle qui allait s’occuper de remettre Khildar sur pied. Ahin. C’est vrai qu’il avait l’air graaaandement compétent dis donc. Mais une fois que le blessé fut mit en place, et que le docteur glauque de la nuit était assis, il ne put rien faire, bloqué par le papillon, toujours présent auprès de son maître. Ely demanda à Lithium si elle voulait bien s’en occuper. Cette dernière acquiesça vivement, toujours fascinée par la beauté de cet insecte dreamlandien. Il vint de lui-même vers elle, et elle le fit se déposer sur son épaule gauche.

Ce petit instant de douceur la rassura quelque peu, mais fut bien vite balayé lorsqu’elle vit l’homme planter ses dents dans son propre bras, à travers ses guenilles, pour ensuite tendre son bras dégoulinant de sang au-dessus de la bouche de l’aristocrate endormi. Mais.. Mais c’était immonde ! Lithium se sentit mal et porta une main à sa bouche. Bis, elle, se délectait du spectacle et fut même tentée de demander une petite gorgée, ce qui accentua le malaise de la demoiselle. Son virus était fasciné par ce qu'elle voyait et analysait le moindre détail. Son teint oscillait entre le blanc et le rouge, son visage s’adaptant aux différentes émotions qui circulaient en elle.


« Hé, je peux en av.. Et avec "ça", il va aller mieux ? »

Elle détourna le regard, ne supportant pas la vue de ce liquide avec lequel il abreuvait un être humain. Ouais d'accord, elle adorait les steaks bien saignants, mais là.. Non quoi. Mais Bis, tellement attirée par l'odeur du sang, la fit regarder à nouveau. Elle en voulait, elle en voulait vraiment. La jambe de la jeune femme tressaillit. Alors que Lithium refusait d'avancer, la seconde voulait avoir une part. Laisse-moi, j'en veux. J'ai le droit. Plutôt crever, je ne boirais pas ça ! ça peut s'arranger. Je boirais le tien. 'Tain, tu me dégoûtes !
La blonde eut une mine surprise lorsqu'elle entendit que "non mais il a l'habitude". Ah parce qu'il boit du sang couramment lui ? Genre, Khildar s'abreuvait d'hémoglobine au petit déj' pour se mettre en selle, comme ça. C'était vrai ? En même temps, elle ne le connaissait pas comme ils le connaissaient. Pas sa première drogue.. A chaque nouvelle phrase prononcé par leurs geôliers, Lithium avait l'impression de ne rien savoir, de ne rien connaître du tout de l'aristocrate. Le portrait qu'elle avait dressé de lui, s'effritait à chaque seconde qui passait. Déboussolée, elle s'approcha de nouveau de Mary.


"Sérieusement, il boit du sang couramment ?", inquiète.

La conversation qui suivit fut intéressante, même si elle n'en apprit pas davantage sur la raison du départ de Khildar. Apparemment, il semblerait qu'il aurait pété un plomb, et aurait commencé à attaquer ses propres alliés. Effectivement, ça mériterait des éclaircissements. L'allemande s'imposa, insinuant que ce n'était pas très "sympa" pour ceux qui ne comprenaient rien de leur histoire, dont toutes les deux en passant. Lithium fit des gestes de la main, sous-entendant qu'elle survivrait à son ignorance. Eleonore lui jeta un regard que Lithium ne comprit pas. Qu'avait-elle fait ? Un démon ailé ? Décidément, tout cela gagnait en complexité. Dans quelle situation s'était-elle encore fourrée.. Puis vint le nom des Crazy Minds, et l'intervention de Mary débloqua sa mémoire. Punaise oui, les tyranides ! La voyageuse s'exprima à la suite de la boche.

"Mais oui, c'est là-bas que je t'ai vu -je me disais bien que ta tête me revenait- j'y étais aussi ! Enfin, j'étais au Sud au départ avec les Tyranides, avant de switcher à l'Est sur votre lane une fois le travail terminé, avant de terminer au Centre ! Je ne me souviens pas trop de ce qu'il s'est produit malheureusement, mais je t'ai déjà rencontré ! .. Oui, on s'en fiche, mais voilà."

En y réfléchissant, elle se souvenait avoir été présente lors de cette bataille, mais elle ne parvenait pas à se rappeler des détails, comme si elle avait un immense black-out. Elle ressentit un silence radio auprès de Bis et s'en inquiéta. Je crois savoir pourquoi tu t'souviens pas de grand chose.. Toi ? Vas-y expliques. J'ai commencé à prendre conscience de mon existence lors de cette nuit. Enfin, je crois que j'existais déjà avant, mais c'est vraiment lors de cette soirée que je me suis mise à "penser". C'est compliqué à expliquer.. Sans déconner ? Merde, tu te souviens de ça ?! J'ai un trou sur cette période. On causera une autre fois, la sanglante se tire ! Pourquoi ne voulait-elle pas que Khildar l'a voit ? Pourquoi le regardait-elle avec autant de tendresse, pour ensuite se barrer sans demander son reste ? Ne pas parler d'elle, bon, comme tu veux Eleonore. Mais garder ses sentiments pour soi, ce n'est jamais très bon pour le moral, saches-le. Et c'est toi qui dit ça ? Blaaague ! ..De quoi je me mêle ? ça ne te regarde pas. La voyageuse salua la vampire d'un bref signe de tête avant de la regarder partir.
Elle se tourna finalement vers les autres, pour obtenir une quelconque autorisation, mais finalement, s'en contreficha royalement et se dirigea au chevet du nobliau. Elle s'accroupit prudemment à côté de Lest, ne lui faisant pas confiance, et regarda Khildar se réveiller. Se souvenant des paroles dites précédemment, elle émit quelques réserves mais conserva son sourire.


"Alors Belle au Bois dormant, bien dormi ?"

Et donc, qu'est-ce que l'on fait maintenant ?



__________







Lithium s'exprime
Bis vous insulte


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ledesordre-est-dor.blogspot.fr/
AuteurMessage
Surnom : Le Bourgeois
Messages : 734
Date d'inscription : 05/10/2010
Age du personnage : 28

Maraudeur des rêves
Khildar Blacksilver
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 650
Renommée: 1200
Honneur: -400
MessageSujet: Re: 30th Night : The Blond, the Mad and the Demons [pv Lithy] Mer 18 Mar 2015 - 9:40
Blood Thirsty

Le réveil fut extrêmement difficile, comme s’il s’extirpait d’une toile d’araignée, ou d’un marais aux algues gluantes. L’emprise de l’illusion faiblissait progressivement et le retour à la réalité s’accompagnait d’un formidable mal de crâne. Ses yeux papillonnèrent, réagissant à la lumière, bien qu’elle fût faible dans la pièce. Une voix chatouilla ses oreilles, le guidant vers le monde extérieur. Une voix qu’il connaissait, qu’il appréciait suffisamment pour l’inciter à revenir. Finalement, ses paupières cessèrent de jouer avec l’interrupteur et il put fixer le décor. Sa vue s’habitua et la mise au point se fit. Les couleurs revinrent naturellement, bien qu’une forte intensité de noir lui donnât l’impression de ne pas avoir quitté l’illusion. Il tourna la tête lentement, encore engourdi, pour apprécier le visage souriant de Lithium. En retour, il tira les muscles de son visage pour répondre au sourire mais n’obtint qu’une faible grimace. Sa bouche était pâteuse, et un étrange goût subsistait sur la langue. Il ne parvenait pas à mettre un nom dessus et, encore trop harassé par l’expérience qu’il venait de vivre, préféra abandonner la réflexion pour le moment. La présence de la voyageuse le rassura et il renouvela sa tentative de sourire, avec un peu plus de succès cette fois-ci. Le visage un brin mutin teinté d’inquiétude lui était charmant et il se satisfit d’avoir une telle vision pour son retour.
Maintenant que le visage répondait correctement aux demandes d’expres​sion(il se composa un sentiment de pamoison, ne tirant pas trop sur le pathétique), il tenta de se relever en sollicitant ses autres muscles, qui l’envoyèrent gentiment aller voir ailleurs s’ils y étaient. Ne pouvant supporter telle injure de la part de son noble corps, il réitéra sa demande avec d’avantage de conviction et n’eut en retour que douleurs qui le firent grimacer. Pour le pathos, il y avait de quoi faire. Lamentable. Sous l’impulsion de ses démons, ravis de le voir à nouveau opérationnel (ou du moins, essayer de l’être), il se fit violence et poussa brutalement sur ses bras pour se dresser. La sensation de se faire ligaturer tous les tendons, deux fois, manqua de lui arracher un cri qu’il retint de justesse en se mordant la lèvre inférieure. En dépit du tiraillement qui occupait désormais ses bras, il était parvenu à son but et se tenait plus ou moins le buste levé. Ses yeux ne s’étaient pas détachés de l’artiste, puisant la force dans l’image qu’elle lui renvoyait. Il n’était pas question de paraître aussi faible, surtout après s’être piteusement illustré dans une défense spontanée mais douloureuse et qui l’avait conduit à une extinction temporaire de sa présence mentale et … et qui l’avait aussi conduit dans un lieu qu’il ne reconnaissait pas. La créature présente aux côtés de Lithium lui souriait d’un drôle d’air et ne correspondait pas aux standards qu’Oscar imposait aux médecins. La longue chevelure noire et les lunettes dorées n’étaient rien en comparaison de la … tenue ? que revêtait l’être tout en longueur. Une instinctive répulsion face à cet créature qui ne lui inspirait pas confiance le fit reculer d’avantage dans le … lit ? où il se trouvait. Mais où était il d’ailleurs ? Ne pouvant continuer sans savoir, il demanda légitiment, d’une voix éteinte
:

"Où suis-je ?"

Quand bien même Lithium répondrait à la question, Dan ne se priverait pas de rajouter avec un sourire carnassier :

"Chez les Suceurs de Sang, mon gars."

Provoquant aussitôt une terreur profonde chez le patient. La panique s’empara immédiatement de son être, il roula des yeux, tourna la tête de tous les côtés, à la recherche d’une issue de secours et sa respiration s’accéléra subitement. Se considérant comme piégé, il réagit, tel un animal en cage, en se recroquevillant contre le mur et ramena promptement les jambes contre la poitrine, cherchant désespérément du soutien. Accrochant le regard de Lithium, il lui prit le bras et le serra sous l’impulsion de l’effroi qui envahissait son esprit. Plongeant ses yeux affolés dans ceux de la voyageuse, il lui supplia d’un ton aussi brisée qu’alarmé :

"Il faut que … je parte … que … parte … tout de suite ! D’ici … tout de … mainte … vite !"

Le bras de la voyageuse était devenue sa bouée de sauvetage, l’ancre qui l’empêchait de sombrer. Il était entouré d’inconnus (il ne reconnaissait plus les autres) et le danger pouvait s’abattre sur lui à tout instant.
Face à cette crise de panique, Lest se retira lentement, la mine basse, cédant la place à la rousse anglaise qui avait tout d’abord hésitée devant la présence de la voyageuse blonde française, pour finalement faire abstraction et s’occuper d’un Oscar visiblement délirant. Que ce soit Lithy ou Ely, au final, après de douces paroles apaisantes et l’éloignement suffisant de Lest visiblement vexé, l’invocateur en proie à une crainte incompréhensible finit par se calmer, se détendant pour finalement lâcher le bras, signe qu’il pouvait tenir seul. Néanmoins, il réitéra sa demande, d’une voix plus posée, encore empreinte d’inquiétude
:

"Il faut partir. Vite. S’il vous plait."

S’abaisser aux supplications était un témoignage indéniable de l’urgence et de la nécessité de prendre au sérieux l’attitude de l’aristocrate qui abandonnait toute fierté pour échapper à un danger que lui seul pouvait appréhender.
La contrôleuse démoniaque ne comprenait pas la réaction de cet homme mais elle ne doutait pas qu’il fallut accéder à sa requête. Plusieurs hypothèses lui venaient qui pouvaient expliquer un tel comportement et le contre coup de l’illusion en faisait partie. Le sang ingurgité aussi. A ce sujet, lors de la discussion avec Eleonore concernant les addictions d’Oscar, Ely s’était empressé d’ajouter
:

"Non, il ne buvait de sang avant, enfin, je ne crois pas. Il s’est drogué, ça, c’est sûr. Le détail, je ne sais pas, mais du sang ça m’étonnerait. Quoique … après réflexion, c’est tout à fait son style. "

Que le sang censé le soigner aboutisse à un tel résultat inquiétait Elisabeth qui soupçonna un bref instant la voyageuse vampire de les avoir trompé. Hypothèse rapidement réfutée par l’attitude qu’elle avait eu à l’égard de son ancien ami et des regards qu’elle lui avait lancé avant de les quitter. Elle tenait suffisamment à lui pour ne pas le faire plonger volontairement dans un tel délire. Cependant, il était envisageable qu’elle eut mésestimé le pouvoir de liquide divin et ses possibles effets sur son ancien compagnon.
Alors que les tentatives d’explications s’échafaudaient et qu’Oscar continuait ses suppliques, Lest se dirigea vers la porte et se fit comprendre sans un mot prononcé : ils devaient le suivre. Mue par ses réflexes d’infirmière, elle prit en charge derechef le transport de l’aristocrate, le soutenant par l’épaule et l’aidant à se maintenir suffisamment droit pour marcher tout seul. Mary accapara Lithy, des étoiles dans les yeux depuis que la voyageuse avait avoué participée à la bataille de la Table Pentagonale.

Lest ouvrit la marche, avec lenteur, comme si des gestes brusques risquaient de le briser et qu’il tombe en poussières.
Derrière lui, bien plus animée, la voyageuse allemande demandait des détails de la bataille à celle qui montait dans son estime depuis leur rencontre. Un combat l’excitait toujours, l’adrénaline, la sensation d’être vivant en risquant de mourir, tous ces éléments lui rendait Dreamland plus attrayant. De Lithium, elle était presque admirative. L’enthousiasme était retenu par les exploits personnels de l’allemande qui en avait vécu d’autres, de batailles, du même acabit (à peu près). Toutefois, c’était toujours grisant de partager ces moments intenses avec un(e) autre. Sauf que dans l’équipe, à part Dan, y en avait pas vraiment d’autres dans ce style. Abel était au dessus de ça, Ely le réprouvait presque, tout comme Luna, et Iliana … prenait trop son pied dans ce genre de massacre. Quant aux autres, ils étaient trop jeunes et elle ne les connaissait pas suffisamment. C’est pourquoi elle profitait d’être tombée sur une autre voyageuse qui semblait bien correspondre et vivre le même trip qu’elle. Et en plus, pas trop mal foutue.
Derrière elles, Elisabeth aidait à la bonne marche d’Oscar qui s’embrouillait, réclamant de partir et de boire. Ça, c’était nouveau. Une soif incompréhensible l’avait envahi, la bouche pâteuse devenant gorge sèche. Et dans son esprit, il ne voyait que :


"DU SANG ! DU SANG ! SANG ! JE VEUX DU SANG ! SAAAAAAANG !"

Partout s’imprimait en lettres (de sang) cette soif subite et dévorante. Elle se gravait à l’intérieur de sa chair, chauffait ses entrailles (maintenant guéries) qui se tordaient sous l’envie. Saënoris semblait avoir presque entièrement pris possession de l’esprit et réclamait son breuvage, devenu un fauve affamé.
Enfin, en dernier, Dan fermait la marche et sa gueule.

Le trajet fut partiellement silencieux, ponctué par les exclamations de Mary au récit de Lithium. Oscar conservait un silence inquiétant, mais personne n’avait remarqué sa sanguine appétence qui le rongeait. Les mêmes torches, les mêmes escaliers branlants, les mêmes couloirs poussiéreux, les mêmes salles abandonnées furent traversés pour finalement arriver à l’imposante double porte d’entrée. Après son ouverture sans l’aide de personne, Lest les abandonna là à l’extérieur, puis repartit tranquillement, d’un pas effacé, sans un mot.

Délaissés dans la sombre nuit glaciale, ils frissonnèrent d’un vent sournois, à moins que ce ne soit la désagréable impression que les cadavres sanguinolents les observaient ? Un regard qui pouvait déranger, c’était celui d’Oscar sur le cou d’Ely. Il ne la lâchait plus, fixant avec insistance la gorge lactée, se léchant les lèvres, claquant parfois des dents. Elle ne donnait pas l’impression de réagir et continua de tenir celui qui la mordrait bien mais qui se retenait pour quelques obscures raisons. Peu de temps après avoir été conduit jusque là, Mary demanda, un brin agacée
:

"Et maintenant ? On attend Abel en se pelant le cul dehors ?"

C’était vrai qu’ils venaient de se faire virer comme des malpropres, d’une certaine manière.
Dan ne s’occupa point de la réclamation de la fougueuse et impatiente allemande, ayant toute son attention sur celui qui s’était interposé alors qu’il allait corriger l’insolente. Il soupçonnait un problème et proposa d’un ton neutre
:

"Si on le jetait dans la rivière ? J’aime pas comment il te fixe, Ely."

Le regard d’Oscar se faisait de plus en plus appuyé, l’invocateur marmonnait des paroles qui n’avaient plus vraiment de sens, si ce n’est qu’il voulait boire … et du sang. Malgré ce dangereux délire avéré, celle qui risquait de finir goûtée de bien vilaine manière ne s’éloignait pas, au contraire. Subtilement, elle avait enserré Oscar pour le garder contre elle. Elle l’empêchait simplement de se barrer ailleurs, considérant qu’elle était en mesure de prévenir toutes actions à son encontre.
L’esprit du Lord anglais était en pagaille, enivré par le sang, ne désirant plus que cela. Ce liquide précieux, délicieux, libérateur …


"Du SANG, oui, dU Sang ! Mords Là ! Là ! Vas-Y ! GoûTE SON SAng ! "

C’était un véritable maelström, une tempête de désirs violents dont l’œil n’était autre que le démon sadique qui attisait le feu ravageur en riant comme … un démon (et un dément) Les pensées convergeaient vers la source du liquide si divin et elle était si proche … Un coup de dent … ouvrir la mâchoire … Planter, goûter …
Et pourtant, il résistait. Il n’avait pas encore succombé à la bestialité, grâce aux autres démons qui luttaient à ses côtés. Ils bataillaient ferme contre Saënoris et repoussaient de toutes leurs forces les envies sanguinaires. C’était une lutte futile en apparence, comme des marins défiant un ouragan en lui jetant des cailloux. Le courant des désirs sanglants était puissant, alimenté par le sang de Lest qui se répandait dans tout l’organisme. Bien qu’il ait permis la guérison, il occupait désormais une place dans les artères et circulait librement, véhiculant une soif vampirique, pour le plus grand bonheur de Saënoris qui attisait cette ardeur. Enfin son invocateur ressentait la même chose que lui ! Il n’allait pas laisser passer ça ! Il fallait qu’il la morde, qu’il lui plante les dents dans la chair, qu’il sente le bonheur de la peau pincée, le délice de l’épiderme qui se déchire, la jouissance du liquide qui se répand. Enfin il pouvait être compris. Lui, toujours repoussé pour ses goûts, ses envies. C’était sa nature, il était le démon sadique ! Il faisait partie d’Oscar ! Cet aristo de malheur avait ses envies, il les partageait !


"Arrête tes conneries !Hurlait Khildar. Tu vas nous griller."

"M’en fous !"

"Cesse de tourmenter Oscarnou, il ne va pas bien."

"Va te faire !"

"Le Maître doit se reposer"

"Toi aussi, va te faire ! Vous pigez pas. Il est comme moi. Il ressent la même chose. Il en a besoin."

"Pas comme ça, pas dans ces circonstances." Tenta Khilar.

"Et quand alors ? Je veUX DU SANG MAINTENANT !"

Les démons tentèrent encore de le raisonner, de l’apaiser, de l’amadouer, mais les pierres jetées furent renvoyées par l’ouragan en manque de continents à ravager. Alors que la lutte semblait perdue, une voix tonna :

"SAËNORIS !"

"… ?"

"SAËNORIS ! QU’OSES TU ?"

"Putain, mais lâche moi !"

"SAËNORIS, TU N’AS AUCUNE FIERTE ?"

"Ta gueule, connard ! Tu vaux pas mieux, avec tes grands airs. T’es juste un assoiffé qui fait genre."

La voix s’adoucit d’un coup et pénétra au centre de la tempête :

"Certes. Je ressens la même soif que toi. Mais je m’en nourris, pas l’inverse. Ce n’est pas elle qui doit nous diriger, Saënoris. Elle est notre moteur, pas notre destination."

"Que … quoi ? J’capte pas."

"Oh si … et c’est ce qui t’effraie."

"J’ai pas peur ! Tu m’entends ? J’ai pas peur ! Chuis Saënoris, démon sadique, je me baigne dans la souffrance, je me repais dans le malheur, je me nourris de … du …"

Devant le fait accompli, le fier démon sadique exprima toute sa rage d’avoir été trompé en un râle tonitruant qui s’exprima au dehors par une contraction musculaire importante dans les mains de l’invocateur, ainsi qu’un regard injecté de sang.
Puis, tout de suite après, toute la pression fut relâchée et le Lord anglais retrouva toute sa maîtrise. Il le fit sentir à celle qui l’avait soutenue jusque ici et la rassura en employant une voix suave
:

"Heureux de te revoir, Sweety Evil … Tu es toujours aussi mignonne."

L’interpelée le réprimanda du regard, même si un sourire trahissait son bonheur de revoir ce voyageur démoniaque avec toute sa tête (enfin, pratiquement, c’est-à-dire autant que d’habitude) :

"Arrête de dire des conneries, sinon, je te mets une autre illusion."

"Avec toi dedans cette fois ci ?"

Il ricana et le rire se transforma en toux. Après la quinte passée, il se redressa, seul, prenant fermement appui sur ses deux jambes. Il trouva Lithium du regard la rassura à son tour d’un piteux geste de la main et d’un sourire moins pathétique :

"Navré de vous avoir inquiété. Tout va bien maintenant."

"C’est ça, c’est ça. Tu divague encore pas mal, alors tu vas rester tranquille." Le sermonna Ely.

Il ne put qu’acquiescer et réprima soudain un frisson. Comme si quelqu’un venait de le transpercer rien qu’en évoquant son nom. Puis la sensation disparue aussi subitement qu’elle l’avait percé. Qu’allait il encore lui arriver ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2598
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 24

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 805
Renommée: 2540
Honneur: 430
MessageSujet: Re: 30th Night : The Blond, the Mad and the Demons [pv Lithy] Dim 22 Mar 2015 - 1:34


Il se réveillait enfin.
Le visage de Lithium s'éclaira lorsqu'il ouvrit les yeux et elle lui sourit doucement. Il avait l'air un peu dans le coaltar, et fut effrayé par la drôle de bête qui l'avait soigné. En même temps, il y avait de quoi. Non mais regardez-moi la tête de ce gars sérieusement ! Doit pas aller souvent chez le coiffeur c'lui là -SNIF- ni même prendre un bain en passant. Par quoi était-il passé ? Pendant qu'il était dans son coma imposé, qu''avait-il pensé, qu'avait-il vu ? Quelle était la nature des pouvoirs illusoires de Ely ? Raah, curiosité quand tu nous tiens ! Le lord eut bien du mal à se redresser, c'était légèrement.. Pathétique, n'ayons pas peur des mots. Non, je n'aurais pas dit ça, mais c'est vrai qu'il faisait franchement peine à voir. La seule et unique fois où elle l'avait rencontré, il lui avait semblé si sûr de lui, plein de prestance. Là, on aurait dit un misérable petit enfant, recroquevillé sur lui-même. Chacun peut avoir des peurs et des faiblesses, même un noble. La jeune fille aurait voulu le rassurer, mais lorsqu'elle voulut ouvrir la bouche pour répondre à l'interrogative de Khildar, l'autre chien religieux contribua à empirer la terreur de son camarade. Elle se redressa pour lui lancer un regard incendiaire et lui tint tête.


"Décidément, tu n'as pas que la gueule d'un connard.
ça ne t'arrives jamais de réfléchir cinq minutes ?! Aies un peu d'empathie si tu en es capable ! "
, cracha-t-elle.

"Oh oh, mais c'est qu'elle s'énerve la petite !", ricana Bis.

La voyageuse en avait ras la casquette de ce type qui ouvrait toujours sa bouche pour enfoncer les gens. L'aristocrate était en proie à une véritable terreur, il cherchait à s'échapper de sa prison, de cette prison qui risquait vraisemblablement de le tuer. Il s'écrasa contre le mur tel une pauvre créature prête à être dévorée, avant d'attraper le bras de la blonde, le serrant avec toute la force de sa frayeur. Lithium esquissa une grimace de douleur sur le coup de la surprise. Mais après avoir affronté son regard affolé, elle l'attrapa instinctivement dans ses bras, le serrant contre elle avec peine. Elle n'aimait pas voir les gens souffrir, tu devrais pourtant, même ceux qu'elle connaissait peu, c'était plus fort qu'elle. Et puis, son épouvante avait l'air si franche, qu'elle ne pouvait pas le laisser dans cet état-là. Il balbutia des mots étouffés.

"Calmes-toi, tu n'es pas tout seul.
Tout va bien, tout ira bien."


"Non mais écrases, on va pas lui donner le sein non plus !"

Quand Lithium vit Ely arriver, elle conclut qu'il valait mieux pour lui d'être rassuré par une personne pour laquelle il appréciait aisément la compagnie. La rouquine avait une affection indéniable pour lui, elle était plus à même de le calmer. Doucement, elle fit la transition et le glissa sur l'infirmière de profession. Il lâcha doucement son bras et reprit son attitude posée, sa voix trahissant son mal être encore présent. Il les supplia presque de fuir. Elle était tellement d'accord avec lui, combien de fois avait-elle envisagé de prendre la clef des champs ! Même si il s'était drogué plus tôt, qu'il aurait pu se nourrir de sang, Lithium appréciait sa compagnie. Elle n'était pas en droit de juger ses addictions, elle l'avait bien été dopée à la violence gratuite et aux fights, et elle en était pas fière, même si cela lui servait. Alors, elle était prête à l'aider à échapper à leurs geôliers. Mais comment ?
Lorsque vint le moment de suivre l'autre créature décharnée, ils n'eurent d'autre choix que de s'exécuter. La voyageuse regarda Khildar marcher avec l'aide de son amie, mais il lui faudrait une nounou à ce type, et fut quant à elle, rejointe par la boche, résolument décidée à faire amie-amie avec elle. La blonde aurait tellement voulu faire plus pour l'aider l'invocateur devant, mais qu'aurait-elle pu faire ? Son utilité était franchement à prouver.. La jeune femme se renfrogna légèrement.

Lithium fut surprise du sujet de conversation qu'amena Mary.
La bataille de la table pentagonale, sérieusement ? Mais n'avait-elle pas entendu lorsqu'elle avait précisé qu'elle avait oublié pas mal des détails des évènements ? Bon, elle ferait de son mieux. Elle lui raconta son arrivée dans le Royaume, l'aide qu'elle avait apporté sur le rempart Sud où sévissait les Tyranides, une race reptilienne oubliée. Elle embraya sur l'instant où elle avait réussi à terrasser le Prince Tyranide avec moult essais en se jetant sur lui, lui plantant ses lames autant de fois qu'il le fallut, ainsi que lorsqu'elle lui creva les yeux également. Puis son action complètement suicidaire qui consista à jeter une grenade à l'intérieur de son gosier, tout en se faisant avaler et en ressortant par un trou qu'elle avait précédemment fait dans la gorge de la bête. En y réfléchissant, elle se demandait si tout cela s'était littéralement passé.
Elle se rappela également tout le plaisir qu'elle avait tiré de cette bataille, de tout ce sang qu'elle avait fait couler, elle s'était sentie incroyablement vivante cette nuit-là. Etrangement, elle se sentie emplie d'une énergie nouvelle, comme si les sentiments de Bis coulaient dans son sang. Et elle ne refoula rien de cette sensation, ce n'était pas si désagréable, mais elle se dégoûtait elle-même. Comment pouvait-elle se laisser envahir ainsi ? Arrêtes de me refouler. Tu ressens aussi bien que moi ce que tu as embrassé lors de cette guerre. Non, rien de tout ça n'est arrivé.

La jeune femme eut un léger vertige mais se reprit.
Elle lui raconta la suite de son chemin, lorsqu'elle s'était exporté sur le rempart Est, prêter sa lame contre les Titans, et du coup sa brève rencontre avec elle-savait-qui. Elle fit bien attention à ne jamais prononcer le mot "vampire, Eleonore, crazy, minds, masque", elle avait juste combattu avec une femme, ainsi qu'auprès de Ed -ahum - qu'est-ce qu'il y a ? et d'un mec dans une bulle. Et elle baissa la voix lorsqu'elle en parla, avant de remonter pour la suite. Elle ne sut trop quoi dire sur la confrontation finale. Elle savait juste que Rocco avait été bien trop puissant pour eux et que pourtant, ils avaient été sauvés par un étrange homme dont elle ne se souvenait absolument rien, et que le royaume avait tenu.
Mary avait l'air réellement intéressée, ce qui, au fond d'elle, lui fit plaisir. C'était pas souvent que l'on s'intéressait à ses récits, alors bon, pour une fois, c'était sympa. Elle lui demanda également si elle avait traversé des évènements de la sorte, avait-elle été présente à cette guerre, si oui, sur quel rempart avait-elle été ?
Lithium ne remarqua donc aucunement du problème qu'encourrait Khildar dans son dos. Comment aurait-elle pu ? Hormis elle, personne d'autres ne communiquaient. Tout se faisait dans un silence acerbe et déprimant. Heureusement qu'elles deux parlaient, parce que sinon, bonjour l'ambiance ! Si tu veux, je vais jouer avec Dany chéri. Je suis sûre que ses hurlements de douleur sont GRAVE excitants ! ..Non je pense pas non.

L'entrée ?
Mais.. Ils nous laissaient partir comme ça sans rien dire ?
Où était l'anguille-là ? Lithium était sur ces gardes, c'était bien trop beau comme opportunité. Lest disparut en fermant la porte derrière eux. Euh ouais, ok. Sérieux, on nous jette dehors comme ça ? Mais quel connard ! J'ai même pas eu ma bière ! J'avoue que ce n'était pas très poli comme comportement. Niveau politesse, elle avait vu mieux. Alors qu'elle s'apprêtait à joliment se plaindre, elle entendit des claquements -des radars ces oreilles je vous dis- et se retourna pour découvrir un Khildar effrayant. J'aime son regard là, on dirait qu'il est assoiffée de sang. C'est justement ce qui l'inquiétait. D'un air vague, elle acquiesça vivement à la plainte de Mary, sans quitter des yeux l'aristocrate. Etait-ce le sang ingurgité qui le faisait réagir ainsi ? A ses marmonnements incompréhensibles, on aurait dit que oui. La demoiselle frissonna d'une légère appréhension, alors que Bis se délectait de ce spectacle pathétique. Regardes-moi ça, esclave de ses pulsions. Je n'ai jamais vu un type aussi minable que lui. Ah si ! Le poulpe que j'ai démembré. Enfin, j'aurais fait plus si ce bâtard de blond m'en avait pas empêché..
La jeune femme ne savait pas quoi faire. Ely avait l'air de maîtriser la situation, comme si elle savait qu'elle était en mesure de le contenir, de l'empêcher d'agir. Lorsque Dan ouvrit sa bouche pour proposer de le jeter dans la rivière, Bis répondit du tac au tac.


"Aaah putain, je croyais que tu ne proposerais jamais !
Qu'est-ce que l'on attend pour l'jeter ?!"

"Non mais je veux dire, moi non plus je n'aime pas trop son regard actuel. Mais juste un peu d'eau sur le visage pour le.. le réveiller dans un sens, devrait suffire. Il n'a franchement pas l'air très bien. Il m'a l'air.. ailleurs. C'est inquiétant. Fais attention, Ely. Si je puis me permettre hein.", ajouta Lithium avec une certaine timidité.

Alors qu'ils dévisageaient tous le lord avec inquiétude pour certains, méprise pour d'autres, il reprit soudainement toute sa contenance, se permettant même d'aguicher la rouquine avec quelques flatteries. Lithium sourit doucement. Bon, il était bien revenu à lui. Elle soupira de soulagement, avant de glisser discrètement à Mary: "Il vous faisait ça souvent à l'époque ?", d'un air légèrement anxieux. Elle se retrouvait quelque peu dans Khildar, comme si elle observait de l'extérieur ce qu'était se battre de l'intérieur. Ressemblait-elle à ça lorsqu'elle était en guerre avec Bis ? Paraissait-elle aussi effrayée et étrange ? Qui avait pu observer ces changements ? Le noble s'excusa ensuite à son encontre pour l'inquiétude causé. L'invocatrice secoua la tête.

"Heureuse de voir que tu es revenu à toi.
Je comprends ce que tu as pu.. traverser. Il n'y a pas de blâme à distribuer."
, elle ria doucement au commentaire d'Ely et rajouta, "tu devrais l'écouter avant de nous refaire un coma. ça serait ennuyant pour la petite bière que nous étions censés prendre."

Ah bah oui, elle n'avait pas oublié !
Mais bon, pas sûr que le groupe les laisserait s'en aller sans rien dire.
A moins qu'ils ne viennent avec eux, mais pas non plus certain que Khildar soit ravi de la proposition complètement stupide qui lui passa par la tête. Surtout que c'était mon idée à la base ! A part Dan et Abel, les deux filles étaient relativement sympas quand personne ne souhaitait leur peau. Lithium remarqua le tressaillement du voyageur et s'en inquiéta.


"Quelque chose ne va pas, tu ne te sens pas bien ?", avant de rajouter à l'intention des autres, "Quelle est la suite des évènements ? Non pas que votre escapade n'est pas rafraîchissante, au contraire, je découvre des lieux à chaque instant, mais tout ça n'est pas non plus hyper rassurant. Que comptez-vous faire de nous, si ce n'est pas de nous tuer ?"

"Même si il en crève assurément d'envie."


__________







Lithium s'exprime
Bis vous insulte


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ledesordre-est-dor.blogspot.fr/
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: 30th Night : The Blond, the Mad and the Demons [pv Lithy] Aujourd'hui à 1:11
Revenir en haut Aller en bas

30th Night : The Blond, the Mad and the Demons [pv Lithy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Cimetière de Dreamland-