Haut
Bas

Partagez|

Le Zenith

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Zenith
Messages : 1148
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des cauchemars
Corey Cole
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 675
Renommée: 1730
Honneur: 508
MessageSujet: Le Zenith Ven 12 Sep 2014 - 14:57


Cole
Corey

Personnage.


© Avatar taille 160x320 pixels.


  • Nom : Cole
  • Prénom : Corey
  • Surnom(s) : Zenith
  • Âge : 23 ans mais en paraît tout juste 17
  • Nationalité, origine(s) : France, Paris
  • Pouvoir et description :  Voyageur - Contrôleur
    Lorsqu’il a vaincu son Héliophobie, sa peur du soleil, Corey s’est découvert la capacité de contrôler les pouvoirs du soleil. Dans dreamland, il peut créer des rayons de soleil, pour l’instant il ne peut s’en servir que pour éblouir ou bruler légèrement en les concentrant. Mais en s’entrainant il arrivera peut-être un jour à bruler tout ce qui se trouve autour de lui.



Description Physique.

Vous voyez la silhouette de mannequin masculin ? Celle qui fait se retourner les filles dans la rue. Grand, fin, mais athlétique, taillé en V, qui se tient bien droit comme si le monde lui appartenait. Et bien là, on en est vraiment loin, presque à l’opposé même, plutôt taillé en C... C’est un homme très maigre qui vous fait face, il flotte dans ses vêtements, ce qui lui donne l’air d’un adolescent qui a hérité ceux de son frère ainé, le gaillard de la famille. Il est moins grand que la moyenne et en plus, pour accentuer cette impression de petite taille, il se tient continuellement vouté, presque replié sur lui-même. Même lorsqu’il marche, il semble prêt à s’accroupir et à agripper ses genoux à la moindre occasion.  Le fait qu’il ne porte pas chaussures et une sorte pyjama renforce son impression de bizarrerie, d’étrangeté.  

Ses cheveux sont assez longs, mais ni entretenus, ni coiffés dans une coupe à la mode, on dirait plus qu’ils ont été laissés à l’abandon avec peut être juste un coup de ciseau lorsqu’ils venaient dans son champ de vision. Ils ont l’air terriblement secs et ils sont indéniablement terne, on est bien loin des cheveux dans les pubs de shampoing. Même les cheveux « avant » application du produit miracle sont dans un bien meilleur état que les siens. Ils devaient être bruns à la base, mais la couleur est passée, délavée, elle tire désormais sur le gris foncé. Bref le genre de cheveux qu’on voit dans les cauchemars des professionnels de la coiffure.

Le peu de peau qu’il dévoile est très clair, « blafard » serait le terme qui correspondrait le mieux à son teint, en concurrence avec « cireux ». La couleur rappelle un peu celle des visages de certains vampires dans les vieux films, le genre obtenu avec une bonne couche de fond de teint blanc. Sauf que là c’est naturel et on voit bien que sa peau est très fine, on aperçoit facilement le dessin de ses veines sur le dessus de ses fines mains. On se demande comment une peau aussi fragile est parvenue à maintenir ses ongles à leurs emplacements normaux pendant qu’il s’acharnait à les ronger. A l’inverse, ceux de ses pieds n’ont pas été coupés depuis trop longtemps et on se demande s’il peut dormir sans trouer les draps.

Les traits de son visage sont assez fins, ils ont presque quelque chose de féminin, pas de mâchoire carrée, pas de sourcils broussailleux ou proéminents. Un petit nez distingué, des lèvres très menues et très pales, des joues légèrement creuses. Rien de bien remarquable en somme, à part ses yeux, qui sortent vraiment de l’ordinaire. Au milieu de ce visage tout en délicatesse et en discrétion, ils volent clairement la vedette et même encadrés par les cheveux qui lui reviennent sur le visage, ils paraissent énormes. Leur couleur est peu commune, un bleu clair qui tir sur le gris, on croirait qu’il porte des lentilles spéciale, mais il n’en est rien, c’est simplement que l’absence quasi-totale de mélanine en lui a permis cette couleur hors du commun.

Ses grands yeux lui donnent en permanence l’air un peu rêveur ou un peu surpris, lorsqu’il vous regarde on a l’impression que c’est la première fois qu’il voit un humain. Son visage et son corps ne semblent pas fait pour exprimer la colère, il a presque l’air incapable de s’énerver  et lorsque ça lui arrive, une fois tous les deux ans environ, on à du mal à y croire, il est presque ridicule. Pourtant dans ces cas-là, on ressent une sensation de force cachée, comme s’il emmagasinait de l’énergie pendant toute l’année pour la relâcher d’un seul coup. Comme si son attitude nonchalante et ses gestes calculés étaient destinés à économiser de l’énergie dont il était capable de manipuler l’accumulation. De temps à autre, dans ses gestes, il trahit une souplesse et une agilité dont on ne le soupçonnerait pas, mais la plupart du temps il se bouge au rythme d’un paresseux et vous regarde avec le même genre d’expression abrutie.


Après un an en tant que voyageur : (ajouté le 23/12/2015 pour être en accord avec l'évolution du personnage)

Dans le monde réel, vous vous en doutez, il n'a pas changé tant que ça, il s'est efforcé d'avoir une coupe de cheveux plus présentable pour les quelques conférences vidéos qu'il a eu, mais rien de plus. Dans le monde onirique c'est une autre histoire, le débutant candide a fait place à un voyageur aguerri qui porte les traces de cette année d'errance dans Dreamland. Il maîtrise désormais un peu mieux le fait de penser à un vêtement en s'endormant pour ne pas se retrouver vêtu uniquement d'un pyjama. Ses tenues sont souvent inspirées des jeux vidéos sur lesquels il a passé du temps, il n'est donc pas rare de le croiser vêtu d'une tenue d'assassin, de ninja, ou de guerrier médiéval. Au niveau physique, il se tient un peu plus droit qu'au début, il parait donc plus grand et plus musclé, d'autres signes distinctif ont fait leur apparition le rendant plus facilement reconnaissance. Ses cheveux sont toujours assez sombre mais un peu moins qu'avant,  une marque blanche, qui pourrait avoir la forme d'une main si on regardait son crâne de dessus, a fait son apparition. Il ne sait pas trop pourquoi ses cheveux ont perdus leur couleur à cet endroit mais il ne s'en soucie pas vraiment. Plus facilement remarquable, une marque, une sorte de sceau, barre son oeil droit qu'il lui est pour l'instant impossible d'ouvrir, il s'agit d'une sorte de croix chrétienne stylisée. Dernier point remarquable, il a désormais un tatouage, sur le torse, au niveau de pectoral gauche, un cœur un peu abstrait dont partent des sortes de lignes qui s'étendent assez loin sur son corps, certaines remontent dans son cou et son donc visible peu importe sa tenue, d'autre descendent sur son bras droit et sur le reste de son torse.



Caractère.

A cause de sa maladie, Corey est devenu une sorte d’handicapé des relations sociale, habitué à vivre seul, cloitré, il ne sait pas comment se comporter avec d’autres personnes. Pour lui tout reste à apprendre sur la façon de se comporter en société. Il connait la théorie, grâce aux séries télévisées et aux films, mais pour ce qui est de la pratique, ce n’est pas du tout ça et il se révèlera souvent maladroit. C’est le genre de personne qui va vouloir aider mais qui va mettre les pieds dans le plat et va empirer les choses. Comme il tient ses émotions par la bride, il a du mal à comprendre celles des autres et à composer avec. Par exemple, devant une fille qui pleure, il va comprendre qu’elle est triste, il a déjà vu des filles pleurer dans des séries. Mais quand à trouver la raison de sa tristesse même après l’avoir vue rompre avec son petit ami, il risque de tenter de la rassurer en lui disant que la tâche sur sa robe  ne se voit pas alors que la malheureuse n’avait pas encore pris connaissance de ce petit détail qui vient en rajouter à son mal être.

Les filles sont vraiment une énigme pour lui qui, à part sa sœur et sa mère, n’en n’a presque jamais côtoyé,  il sait reconnaître les belles femmes, mais ses critères sont assez différents de ceux des autres hommes. L’harmonie du visage passe avant tout le reste pour lui, il faut que les proportions soient respectées, des lèvres pulpeuses ne l’intéressent pas, il faut qu’elles soient juste assez grosse pour que le nez ou les yeux ne paraissent pas trop gros. Il ne s’intéresse pas trop aux choses … physiques, il a eu une adolescence, comme tout le monde, mais il s’est conditionné à éviter ce genre de tentation. Rêver de femmes lorsqu’on peut tout juste sortir de chez soi la nuit et qu’on ne sait absolument pas comment se comporter avec elles, n’est pas la chose à faire.

C’est un naïf dans l’âme, il a bien vu la méchanceté dans les films, mais comme il n’en n’a jamais été témoin direct, il pense que c’est une sorte d’invention des scénaristes pour pimenter leurs scripts. Il croira à peu près tout ce qu’on lui dit sur un ton sérieux, jurez lui que vous avez déjà vu la lune devenir violette à poids rouge et il vous demandera si vous avez vu d’autres couleurs. Mais attention, il ne faut pas confondre naïveté et bêtise, il a un QI légèrement supérieur à la moyenne et une culture générale immense. Internet étant sa principale source d’information il a pris l’habitude de s’informer sur le moindre sujet qu’il ne maîtrisait pas. Même si ses connaissances restent superficielles, elles sont bien supérieures à la moyenne des gens de son âge.

Il est du genre plutôt curieux de tout, loin d’être blasé, une simple marguerite représente pour lui un objet hors du commun qu’il ne peut pas aller voir dans la vraie vie. Du coup dans Dreamland il est en perpétuelle découverte de choses inédites et fascinantes pour lui. A cause de cet appétit pour les découvertes il s’ennuiera assez rapidement s’il reste au même endroit mais il lui suffira d’avancer de quelques mètres pour à nouveau être fasciné par un insecte ou une pierre.

Dans le monde réel il est plutôt du genre blasé, discret et dépressif mais ça vient principalement du fait qu’il est cloitré chez lui. Du coup dans Dreamland il devient presque l’inverse, il est réellement heureux d’être un voyageur, même dans des situations de danger il ne perd pas son sourire. Ca accentue son côté loufoque mais il n’en n’a pas vraiment conscience et même si c’était le cas il s’en ficherait royalement. Il sourit face au danger mais il à tout de même peur de la mort, à vrai dire il a plus peur de mourir dans Dreamland que dans la vraie vie vu qu’il a beaucoup plus à perdre. Il n’est pas susceptible, en partie parce qu’il ne sait jamais vraiment quand on se moque de lui et même s’il le comprenait il a mieux à faire que de perdre son temps à se vexer.

A cause de son absence de relation sociale, il est avide d’amitié, d’affection et même de haine. Pour lui, être détesté ça veut dire qu’il fait partie de l’instant, qu’il est au centre de l’attention et que même si quelqu’un le déteste ça veut dire que cette personne a conscience de son existence et qu’elle lui prête de l’attention. Il recherchera plutôt les relations positives mais ne fuira pas le conflit.


Histoire.

Corey est né à Belfort en Franche-Comté, il y a vingt-trois printemps de ça, d’une mère fraichement divorcée qui avait fui les ruines de son mariage raté en changeant carrément de pays. La jeune femme avait emmené sa fille, Megan, et laissé derrière elle son ex-mari qui faisait passer sa carrière dans la royale navy avant sa famille. La relation du jeune couple qui s’était marié un peu trop vite, dans l’euphorie de leurs débuts idylliques, avait commencé à se déliter dès la naissance de leur premier enfant, pourtant désiré et adoré. Elle lui reprochait de faire passer l’armée avant sa famille, il lui répondait qu’il ne lui avait jamais laissé espérer autre chose. Au plus ils passaient de temps ensembles, au plus leur relation se dégradait et même lorsqu’ils étaient loin l’un de l’autre, leur couple continuait à se disloquer. L’arrivée d’un nouvel enfant non désiré, Corey, probablement conçu lors d’une des tentatives de rabibochage ratée, signa l’arrêt de mort de ce mariage. Elle, sachant qu’elle ne pourrait pas assumer deux enfants seule, lui, sachant qu’elle le forcerait à choisir entre sa famille et son travail. Leur divorce fût rapidement prononcé et elle termina sa grossesse en France, chez sa sœur, seule personne susceptible de l’aider avec ses deux enfants.

Même sans le soutien de sa sœur, obligée de garder la future aînée, l’accouchement se passa sans encombre, par voie naturelle, mais les soucis commencèrent quand le bambin fut ramené de la pouponnière jusque dans la chambre de la jeune maman. Sans signe annonciateur, toutes les parties de son corps exposées  aux rayons de soleil qui entraient dans la chambre de la jeune mère se couvrirent de plaques rouges à l’apparence repoussante. Les médecins ne comprirent pas tout de suite ce qu’il se passait, ils durent faire toute une série d’analyse allergique et finirent par faire analyser le génome du bébé, à la recherche d’une maladie génétique. Ils trouvèrent donc une maladie rare, incurable, qui se présente une fois tous les millions de naissance. Cette maladie se caractérise principalement par une intolérance totale au soleil sous peine de réaction cutanée immédiate, de soucis aux yeux et surtout de risque de cancer de la peau très important. Lorsque sa mère demanda quels étaient les traitements ils ne purent que lui répondre qu’il n’en n’existait pas et que la seule solution était qu’il ne s’expose pas au soleil.  Qu’il ne sorte qu’une fois la nuit bien installée et que si jamais il devait sortir de jour que tout son corps soit recouvert de vêtements épais et que même ses yeux soient protégés des UV.

Déjà déprimée par son récent divorce et son exil, plus ou moins forcé, la jeune femme eut un peu de mal à se remettre de cette nouvelle. Son fils ne serait jamais comme les autres, il ne pourrait jamais jouer au soleil ni même se promener en forêt. Lorsqu’elle le ramena chez elle, elle l’abandonna un peu à la charge de l’aînée et de sa tante. La petite Megan semblait ravie d’avoir un nouveau jouet vivant, et ne s’inquiéta pas le moins du monde de la maladie rare de son petit frère. Elle faillit même l’exposer au soleil pour vérifier qu’on ne lui avait pas raconté n’importe quoi mais heureusement elle fût arrêtée in-extremis par sa mère qui lui répéta une nouvelle fois que Corey ne devait jamais aller au soleil, sous aucun prétexte. Suite à cet incident la jeune mère célibataire se reprit un peu et s’efforça de s’occuper du bambin comme elle s’était occupée de sa fille.

Outre ce souci de santé majeur qui occasionnait quelques autres soucis, dus au manque de vitamine D notamment, Corey grandit correctement,  en respectant les courbes de développement normales. Les choses se gâtèrent un peu lorsqu’il commença à pouvoir marcher et crapahuter, il ne semblait avoir qu’un seul objectif, sortir de cette pièce. Il voulait aller voir sa sœur, qui venait tout de même jouer avec lui de temps à autres, mais jamais assez longtemps à son gout. Il voulait aussi découvrir à qui était la voix grave qu’il entendait de temps à autres. A plusieurs reprises il parvint à pousser la porte de sa prison et à émerger dans le couloir, à chaque fois il fut brulé par les rayons solaires, même indirects et sa mère finit par lui hurler dessus pour qu’il comprenne qu’il ne devait plus jamais faire ça. C’est à ce moment que naquit sa peur de cet être abominable qui avait choisi de le détester et de le brûler des qu’il en avant l’occasion. Conditionné par cette propagande anti-soleil et anti monde extérieur, le gamin ne chercha plus jamais à sortir de la sécurité de la pénombre de sa chambre. Il refusa même de sortir la nuit, paniqué à l’idée de se faire bruler tout de même par cet ennemi invincible.

C’est alors que sa sœur parti pour l’internat, la seule personne qui apportait un peu de vie dans l’obscurité de son quotidien le quittait. Il supporta très mal ce nouvel abandon et se replia un peu plus sur lui-même. Ne sachant rien des épreuves qu’elle vivait, il ne comprenait pas non plus pourquoi elle ne venait pas jouer avec lui, au moins le weekend end. Il rejeta sa mère, sa tante et même les autres enfants qu’elles firent l’effort de lui présenter. Ses seuls intérêts étaient les jeux de construction et les livres dans lesquels il s’évadait des heures durant. Même si les cours par correspondance qu’il commença à prendre, aidé par sa mère, n’étaient pas ce qu’il y avait de plus passionnant, il s’appliqua et parvint vite à rattraper le retard prit au démarrage. Les études prirent vite une part importante de son quotidien, il n’était pas difficile et se passionnait pour toutes les matières. Il avait certaines facilités en lecture et en calcul, mais comme il était travailleur et surtout, parce qu’il avait peu d’autres distractions, il avait un bon niveau dans les autres matières.

C’est alors qu’il approchait doucement du collège qu’il s’appropria l’ordinateur de sa sœur, la semaine tout du moins. Au début c’était une façon de se sentir proche d’elle, d’essayer de comprendre pourquoi elle n’était plus comme avant, d’essayer de voir à quoi ressemblait  sa vie désormais. Mais très vite il fut aspiré par internet, il passait des heures à surfer, à jouer à des jeux débiles, à lire des blogs et à regarder des choses encore plus abrutissantes qu’à la télé. Du coup lorsqu’il attaqua le cycle d’études équivalent au collège il ne travaillait presque que le week-end lorsqu’il devait remettre l’ordinateur à sa place dans la chambre de sa sœur. Il ne savait pas si il avait suffisamment effacé ses traces ou si elle faisait semblant de n’avoir pas remarqué son petit manège mais elle ne lui reprocha jamais cette intrusion dans sa vie privée. Il finit par convaincre sa mère de lui offrir son propre ordinateur et elle ne put pas refuser cette requête à un adolescent qui passait sa vie dans une seule pièce.

Comme il ne se dépensait pas beaucoup, malgré les exercices physiques obligatoires qu’il était obligé de faire pour ne pas perdre tout tonus musculaire, il dormait peu, le plupart du temps moins de 4 heures par jour. Enfin, comme il ne voyait jamais la lumière du soleil, il n’avait aucun rythme de vie, il dormait quelques heures lorsqu’il avait trop mal à la tête pour jouer, et se remettait sur son ordinateur pour une nouvelle session d’une dizaine d’heure. En dépit de son addiction aux jeux de rôle et autres mmorpg, il parvenait à maintenir un niveau d’étude suffisant pour ne pas s’attirer les foudres de sa mère et de son beau-père. Il n’avait presque aucun contact avec les adultes, il leur parlait tout juste pour leur demander du matériel informatique et ils faisaient tout pour ne pas pénétrer dans son antre. On aurait dit que la seule chose qui les intéressait était son niveau scolaire et de minimiser ses envies. Il lui était arrivé d’entendre des disputes dans le couple après qu’il ait demandé un nouvel écran ou une carte graphique plus puissante, du coup il essayait de se contenter du minimum. Il savait que sa mère avait du mal à lui refuser quoi que ce soit mais que son beau-père ne le voyait que comme un parasite inutile qui ne montrait le bout de son nez que pour lui soutirer une partie de son salaire. Un samedi soir, Corey l’avait poussé dans ses retranchements en lui demandant pour la quinzième fois de lui payer un nouveau processeur. Il avait alors vu son visage se métamorphoser et l’homme s’était dressé d’un coup, la main levée, et l’avait giflé violemment sous le regard horrifié de sa mère qui ne semblait pas vouloir intervenir. Il s’apprêtait à lui coller un revers de baffe lorsque Megan, qui avait entendu les cris, lui sauta sur le dos et tenta de l’étrangler. Même si il n’était pas vraiment fort, Hughes avait réussi à se débarrasser d’elle et se mit à la tabasser. Malgré les supplications de Corey qui reçut un coup perdu en tentant de l’en empêcher, il ne s’arrêta que lorsque la malheureuse gamine perdit connaissance. Leur mère ne semblait pas lui en tenir rigueur et se contenta de leur recommander de ne pas le provoquer et de cesser de l’ennuyer. Lorsqu’elle reprit connaissance, Megan s’enfuit de la maison, son petit frère voulu lui emboiter le pas, après avoir pris sa carte vitale pour qu’elle aille se faire soigner, mais il fallait braver la nuit. Ca faisait des années qu’il n’était pas sorti, même de nuit, mais cette fois, il ne pouvait pas rester dans cette maison empli d’hypocrisie et il ne pouvait pas la laisser seule après ce qu’elle venait de faire pour lui. Il n’eut aucun mal à la rattraper et put la convaincre d’aller se faire soigner à l’hôpital, où elle prétexta une chute dans les escaliers. Elle ne retourna au domicile familial que pour en déménager quelques jours plus tard pour aller dans une chambre étudiante où elle lui dit qu’il pouvait la rejoindre si jamais il était à nouveau la cible des coups de leur beau-père.

La suite de son adolescence continua sur le même schéma, au détail près que, travaillé par ses hormones il passait un peu moins de temps sur les jeux vidéo et un peu plus sur des sites où l’âge est demandé à l’entrée. Il parvint à conserver une moyenne tout à fait acceptable et obtint rapidement son brevet grâce à une dérogation spéciale pour ne pas avoir à se rendre dans un centre d’examen classique. Même si il l’aurait pu, car non surveillé, il ne trichait pas pour les épreuves, il n’en n’avait pas besoin. Il se passionna vite pour l’informatique et centra la suite de ses études sur cette matière,  il obtint son bac avec mention et put entrer dans un cycle visant à obtenir un diplôme d’ingénieur en informatique. Il dut négocier âprement avec son beau-père pour pouvoir suivre ce cursus, car les frais étaient supérieurs à d’autres spécialités mais il finit par avoir gain de cause. Conscient de la vraie nature d’Hughes, il avait dû marcher sur un fil pour ne pas le provoquer suffisamment pour qu’il ne se mette à le tabasser.  Il lui en voulait tellement d’avoir fait changer Megan ainsi, mais sans preuve et sans la possibilité de vraiment discuter avec elle, surtout maintenant qu’elle avait emménagé dans son appartement, il se plongea donc dans ses études.

Il parvint donc, à 23 ans, à obtenir son bac+5 en informatique, spécialisation sécurité des réseaux informatiques. Il commença donc à chercher du travail, pas vraiment motivé, car n’ayant besoin de rien. Même le harcèlement quasi-constant d’Hughes n’y faisait rien, il envoyait des CV  juste pour que son beau-père puisse lire les lettre de refus et lui fiche la paix. Mais la patience de l’homme s’épuisa rapidement, il comprenait que le jeune homme ne se donnait pas à fond car il n’en ressentait pas le besoin et après de multiples disputes avec sa mère, il lui annonça qu’il devait partir. Sans ressources, et ne pouvant pas vivre seul à cause de sa maladie, il débarqua chez sa sœur, lui forçant légèrement la main mais lui promettant de payer la totalité du loyer. Il n’en n’avait pas parlé à son beau-père, mais il avait eu une offre d’emploi d’une société d’informatique sans même y postuler. Suite à un concours lancé sur internet, il était parvenu à trouver une faille dans la sécurité du pare-feu de ladite entreprise et en récompense avait eu une offre d’embauche en télétravail et un nouvel ordinateur surpuissant.  Il débarqua donc chez sa sœur au milieu de la nuit avec son matériel informatique et quelques vêtements qu’il avait, sans savoir vraiment comment leur cohabitation allait se passer.


Post Rp.

Ça faisait plus de quinze jours maintenant qu’il avait emménagé chez sa sœur, il tâchait de se faire tout petit pour ne pas trop la gêner mais ce n’était pas évident dans un appartement aussi minuscule. Il savait qu’il s’était imposé mais il n’avait pas vu d’autre solution, s’il n’avait pas été malade il aurait pu être autonome mais il lui faudrait encore un peu de temps et des moyens financiers plus importants pour être prêt à vivre tout seul. Du coup il serrait les dents et évitait de se mettre sur le chemin de Megan pour éviter de se faire jeter comme du poisson pas frais. Il était obligé d’essayer de dormir en même temps qu’elle, pour ne pas que la lumière de l’écran et le bruit de l’ordinateur ne la gênent. Au tout début ça avait été très dur pour lui qui n’avait jamais dormi plus de quatre heures d’affilées, il avait passé de longs moments à fixer l’obscurité en entendant sa sœur ronfler paisiblement, mais au final ça lui avait fait plutôt du bien d’avoir un rythme de sommeil imposé. Ça faisait maintenant quelques nuits qu’il dormait presque aussi longtemps qu’elle, enfin, qu’il aurait dormi aussi longtemps, s’il n’y avait pas eu ces cauchemars.

L’avantage lorsque l’on dort très peu et très mal, c’est qu’on n’a pas le temps de rêver, et si on le fait c’est assez court. Mais depuis qu’il était forcé de faire des nuits quasi-normales, il faisait le même cauchemar trop réaliste pour être oublié. A chaque fois il se réveillait, nu, dans une sorte d’immense désert rocailleux, bombardé par un soleil de plomb. Heureusement pour lui, il était dans une sorte de grotte juste assez profonde pour qu’il soit hors de portée des rayons si mortels pour lui.  Mais même la simple réverbération, commençait à lui bruler la peau du visage et à lui abimer les yeux. Malgré cette lumière aveuglante à laquelle il n’était pas habitué, il parvenait à voir une scène  à quelques dizaines de mètres de l’entrée de son abri. Une partie de ses proches était en tenue de plage, allongés sur des bains de soleil et se faisaient dorer la pilule, le sourire aux lèvres. Sous un parasol, il y avait un berceau, sans savoir pourquoi il savait que c’est le sien, avec un bambin, entièrement nu, qu’il savait être lui, à l’intérieur. Sa mère discutait paisiblement avec sa tante, alors que Hughes jetait des regards mauvais au bébé qui pleurait de tout son corps, l’empêchant de se détendre paisiblement. Lentement, le soleil poursuivait son trajet dans le ciel et, tout aussi lentement, l’ombre du parasol se décalait, elle se rapprochait lentement des pieds du bambin.

En voyant que les rayons UV allaient bientôt le toucher, Corey, dans sa grotte, s’époumonait pour avertir sa mère.

« MAMAN !!! Attention ! Le parasol ! Le soleil ! Maman ! » Il hurlait de toute ses forces alors que le soleil lui brûlait le visage et les rétines. « TATIE !! Le bébé, protège le ! »

Il se brisait la voix mais les silhouettes oniriques ne semblaient pas l’entendre, comme si le soleil était si puissant qu’il brûlait les sons avant qu’ils leur parviennent. Il criait encore, mais sans plus de succès, il appelait à l’aide sans savoir ce qu’il espérait.

« Quelqu’un !? Aidez-moi ! Il ne faut pas que le soleil touche ce bébé !  » Puis, comme un dernier espoir… « Megan !? Où t’es ? Aides moi !! Sauve-moi ! »

Mais à nouveau son appel restait sans réponse, il était désespérément seul et il n’y avait que le silence assourdissant du désert qui lui répondait. Comprenant qu’il ne pouvait se fier qu’à lui-même, il commençait à avancer vers la sortie de sa tanière, mais les rayons se faisaient de plus en plus forts. Il n’était pas encore directement exposé aux faisceaux de lumière qu’il sentait déjà sa peau se couvrir de plaques et de cloques. Comme un animal blessé il poussait une plainte de souffrance et retournait vite se terrer au fond de la cavité alors que la douleur commençait à irradier dans tout son corps.  Alors qu’il luttait pour ne pas se faire terrasser par la peur et la douleur, l’astre solaire continuait inexorablement de bouger et les premiers rayons commençaient à brûler les pieds du poupon dont les cris redoublaient. Même d’où il était, Corey pouvait voir ses petits petons commencer à se désagréger, il voyait la peau éclater, le sang ruisseler, les os fondre… Cette vision lui soulevait le cœur alors que les cris de douleurs de l’enfant lui vrillaient le cerveau. Il était terrorisé, il ne voulait pas que la même chose lui arrive, il ne pouvait pas sortir de cette grotte. Il se roulait en boule et s’enfonçait les doigts dans les oreilles pour ne plus entendre ces cris atroces mais rien n’y faisait. Ce son était tellement atroce qu’il se mettait à hurler à l’unisson avec le bébé et c’est généralement à ce moment-là qu’il entendait :

« Corey, ta gueule ! Tu fais un encore cauchemar… » C’est alors qu’il revenait à lui alors que Megan le secouait ou le tabassait avec son oreiller.

« Désolé, rendors-toi… »

Il faisait alors tout pour ne plus se rendormir et attendait le lendemain, quitte à passer plusieurs heures à lire sous sa couette à la lumière de son téléphone portable. Même si ce n’était pas systématique, c’était tout de même assez fréquent pour qu’aucun des deux ne soit étonné. Ce cauchemar laissait Corey dans un état de détresse si intense qu’il lui fallait plusieurs heures pour parvenir à s’en remettre.


Lorsque Megan se mit au lit ce soir-là, il ne voulut pas l’imiter, la veille, il avait encore refait ce cauchemar affreux, sauf que cette fois c’était la tête du bébé qui avait été touchée par le soleil sous ses yeux. Il frissonna à cette pensée mais sachant qu’il ne pourrait pas tenir une nouvelle nuit presque sans dormir, il s’allongea sur le matelas posé à même le sol qui lui servait de lit. Il se força à garder les yeux ouvert pour ne pas sombrer à nouveau dans ce désert infernal, mais bercé par la respiration calme de sa sœur et le ronronnement du frigo il s’endormit rapidement. Comme il le craignait, il se retrouva dans sa petite grotte au milieu du désert et la scène habituelle prenait place. Au fond de lui-même il avait la détermination farouche de changer les choses cette fois, mais la veille il n’avait rien pu faire alors qu’il avait commencé le songe avec la même motivation. Comme à chaque fois il se mit à crier et à gesticuler pour attirer l’attention de sa famille et leur demander de tourner le parasol. Comme à chaque fois ils ne l’entendirent pas. Il appela à l’aide, mais le silence lui répondit.

Il fallait que ça cesse, il fallait que ce cauchemar s’arrête, comme la veille, il se rapprocha de l’entrée et fermement décidé il se mit à courir en direction de la sortie. Mais, malheureusement, comme le jour d’avant, le soleil lui coupa toutes ses forces des qu’il mit un pied dehors.  Il s’effondra à genoux et commença à ramper pour retourner à l’ombre lorsqu’un détail changea, une voix lui parvint.

« Tu dois te battre, tu dois le sauver ! Il a besoin de toi. » C’était la voix de meg.

« Meg, aides moi !  » Il cherchait frénétiquement autour de lui, alors que le soleil commençait à brûler gravement son corps nu. « Il faut bouger ce parasol !  »

« Tu es le seul qui peut le sauver. Aies confiance en toi, surmontes ta peur ! »

Il la chercha à nouveau du regard,  désespéré, mais ne la trouva pas. Il tendit la main vers cet être sans défense qui avait tant besoin de lui, il ignora la vague de douleur qui était en train de le submerger. Il fallait que tout ça s’arrête, il fallait que ce cauchemar cesse. Sa peau était en train de se couvrir de cloques sanguinolentes mais il l’ignora, il se remit à ramper vers le berceau. Il avait l’impression que son dos était à vif mais il serra les dents et continua d’avancer, coude après coude, genou après genou, dans le sable brûlant. Même lorsque sa vue se troubla et qu’elle commença à décliner, il ne s’arrêta pas, il fallait à tout prix que ce bébé soit à l’ombre. Il sentait son sang ruisseler sur son dos et ses forces décliner mais il ne pouvait plus s’arrêter, si il s’arrêtait son sacrifice serait vain. Il parvint enfin jusqu’à ce parasol salvateur, au bord de l’inconscience. Sa famille semblait avoir disparu mais le bébé était toujours là mugissant de tout son être.  Il puisa dans ses dernières forces et, porté uniquement par sa volonté, il parvint à se redresser juste assez pour pousser le parasol de quelques centimètres qui suffiraient à protéger l’enfant pendant un bon moment.

Satisfait, il se mit sur le dos, le sable allait lui bruler ses plaies à vif, mais il s’en fichait, il voulait s’étendre face au soleil, au moins une fois dans sa vie. Il sentit la chaleur de l’étoile le frapper de plein fouet mais bizarrement au lieu de le brûler comme des charbons incandescents, elle lui procura presque une sensation de bien-être et de réconfort en lui chauffant le torse. La douleur insoutenable à laquelle il s’attendait ne vint pas, au lieu de ça, la douleur lancinante dans son dos commença presque à se calmer. Il sentit soudain quelqu’un se pencher au-dessus de lui, il se força à ouvrir les yeux et à contre-jour ne la reconnu pas tout de suite.

« On dirait que t’es devenu un voyageur, bienvenue à Dreamland morveux. »


Autres.

(La première partie de cette section concerne votre personnage, et pas vous IRL)
Aime : Tout ce qui est chaud, sucré, doux, mais aussi tout ce qui est épicé. Comme il ne peut pas le faire dans le monde réel il aime être au soleil.
N'aime pas : Il n’aime pas le froid et n’apprécie pas l’obscurité, c’est une vieille amie donc il n’en n’a pas peur mais si il peut l’éviter il n’hésitera pas.
Particularités, autres : /
Niveau d'étude hors de Dreamland : Corey a toujours étudié par correspondance mais comme il avait peu d’autres distraction il a toujours eu un très bon niveau scolaire. Il est parvenu à obtenir un bac +5  en informatique sans jamais sortir de chez lui.


Comment avez-vous découvert le forum partenariat One Piece Rpg et nodox
Première impression : hâte de m’y mettre Smile
Pour les DC (double compte) ou TC (triple compte), qui a donné son accord /
Avez-vous lu les règles et les respecterez-vous Ouaip
Code de validation : L'Homme Fontaine valide

hrp : finito !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 2415
Date d'inscription : 13/04/2010
Age du personnage : 28

Voyageur Expérimenté
Nodox Pebbles
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 450
Renommée: 966
Honneur: 410
MessageSujet: Re: Le Zenith Ven 12 Sep 2014 - 16:26
Bienvenue et bonne chance pour ton poste rp !

Dans l'ensemble c'est chouette, mais penses bien à ce qu'à propos de la phobie du soleil, le seigneur de cette phobie, c'est le seul qui ne possède pas de royaume, c'est un genre de justicier qui enrôle les plus puissants voyageurs pour maintenir une certaine paix. ça on l'apprend uniquement au T14.

Prend ça en compte et préviens-nous quand tu auras fini Smile

Good luck !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : Water Boy
Messages : 1550
Date d'inscription : 05/01/2011
Age du personnage : 21

Arpenteur des rêves
Kala Kourou
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 505
Renommée: 1424
Honneur: 316
MessageSujet: Re: Le Zenith Ven 12 Sep 2014 - 18:08
Je valide le code de validation.

Je valide le pouvoir ^^

Bonne chance Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCq05Z8FNAeW8AlRhlEq_vsQ
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Zenith
Messages : 1148
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des cauchemars
Corey Cole
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 675
Renommée: 1730
Honneur: 508
MessageSujet: Re: Le Zenith Mer 17 Sep 2014 - 8:51
Voilà !

La fiche est terminée. Bonne lecture/validation.

Je reste à votre disposition pour d'éventuelles questions/modifications.

Veuillez agréer mes salutations distinguées
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 2415
Date d'inscription : 13/04/2010
Age du personnage : 28

Voyageur Expérimenté
Nodox Pebbles
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 450
Renommée: 966
Honneur: 410
MessageSujet: Re: Le Zenith Mer 17 Sep 2014 - 9:47
Mais c'est trop triste comme histoire ça ! Et comment elle est trop méchante Megan avec son frangin ! 'spèce de sœur indigne !

Nan c'est très sympa comme prez ^^ C'est cool à lire, je n'ai quasiment pas vu de faute, il y a ce qu'il faut et puis, comme la prez de Hobbes, c'est prenant. Et presque touchant ^^ Bah ouais il fait de la peine ce pauvre Corey, tout seul, abandonné par sa sœur aussi ... 'spèce de sœur indigne !

Pour le pouvoir, ouaip c'est bon. Je vois trop bien le p'tit Corey à haut niveau qui balance des lasers de lumière ! XD
Enfin ce sera à voir dans la fiche technique.

Pour la validation, je penche pour un rang 3, avec une toute petite hésitation mais dans le doute voilà, je propose le rang 3 en contrôleur, si je ne me plante pas.

Voyons voir ce qu'en dises les autres staffeux Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Zenith
Messages : 1148
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des cauchemars
Corey Cole
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 675
Renommée: 1730
Honneur: 508
MessageSujet: Re: Le Zenith Mer 17 Sep 2014 - 10:29
@Nodox! merci Smile

Z'avez vu elle est super méchante hein ^^

J'ai encore un peu de mal à savoir quels seront les limite de son pouvoir pour pas qu'il soit trop GB des le début mais j'ai deux trois idées. Comme tu le dis on verra ça dans la FT.

:edit:
Je me suis permis un très léger édit de la fiche pour changer l'appartement familial en maison familiale pour rester en cohérence avec un rp de meg que je viens de lire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : Water Boy
Messages : 1550
Date d'inscription : 05/01/2011
Age du personnage : 21

Arpenteur des rêves
Kala Kourou
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 505
Renommée: 1424
Honneur: 316
MessageSujet: Re: Le Zenith Mer 17 Sep 2014 - 21:37
Encore une fois, je vois une présentation de qualité, ça fait vraiment plaisir à voir.

J'ai quand même vu (et oui Twisted Evil) trois fautes ! Bwahahaha !

Non, je rigole. Enfin non, je rigole pas. Mais bref.

Propre. Net. Bien. On ne s'ennuie vraiment pas Very Happy

Rien à dire \o/

Validé contrôleur rang 3 !

Pour la FT, ne t'inquiètes pas, on verra ça tranquillement, je suis là pour être méchant et pour brider ton imagination hihi

Je rigole encore une fois. Mais ne t'inquiètes pas pour la fiche technique ^^

Voilà Very Happy Prez classée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCq05Z8FNAeW8AlRhlEq_vsQ
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Le Zenith
Revenir en haut Aller en bas

Le Zenith

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Administration Onirique :: Personnages Joueurs :: Présentations :: Validées-