Haut
Bas

Partagez|

Indiana Graypath et Wallace Jones

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 51
Date d'inscription : 03/03/2014

Nouveau challenger
Raphaël Graypath
Nouveau challenger

MessageSujet: Indiana Graypath et Wallace Jones Mar 26 Aoû 2014 - 1:07
Monde réel, 18h18.

Raphaël regarda l'horloge avec attention. A chaque fois qu'une heure de ce genre apparaissait alors qu'il regardait au hasard la pendule, il sentait comme un espèce d'accomplissement absurde. Lorsque l'horloge passa cette minute fatidique, Raphaël s'en désintéressa à la manière d'un enfant lassé de son jouet. Il sortait du travail dans exactement 10 minutes et 47 secondes quand il commença déjà à mettre sa tenue de civil. A 18h24 il était complètement près. Les 6 prochaines minutes seraient passées à prétendre travailler. Se dirigeant vers la machine à café, il en prit un noir, sans sucre. Le liquide amer descendit le long de sa gorge et alla se réfugier dans son estomac vide qui commença à gargouiller alors que 18h29 pointait le bout de son aiguille. Se dirigeant vers la sortie, il poussa la porte à la seconde même où 18h30 s'annonça. 

Il quittait toujours le commissariat pile a 18h30. Il prenait exactement 14 minutes à pied pour rentrer chez lui. A 18h55 il avait fini de se faire à manger. A 19h il était devant la télé en commençant à manger. ce n'était pas une règle qu'il s'était fixé, mais plutôt une manière de dompter son estomac vorace. ce soir au programme: Indiana Jones. Loin d'être le film préféré de Raphaël mais "je vais pas regarder Secret Story non plus j'ai des limites". Attrapant une bouteille de coca, il regarda un mec avec des tendances sado-maso armé d'un fouet se balader dans des temples remplis de dangers pour trouver une espèce de relique qui tire des lasers sur de nazis. "Ou un truc du genre en fait, je m'en tape". Le fiat est que Raphaël s'endormit pendant le générique de fin.

__________

Park Of Game.

Raphaël apparu dans Dreamland, vêtu d'une tenue semblable a celle dudit Indiana Jones. Même si le chapeau manquait, tout était là: la veste en cuir, la chemise blanche et le pantalon marron. Après vérification, Raphaël se rendit compte que le fouet aussi manquait. En Harrison Ford moderne, il commença à marcher lorsqu'une interface apparu devant lui. On aurait presque dit un écran volant, à la seule différence que l'on pouvait passer la main à travers celle-ci. "Vous êtes convié à l'épreuve de chasse au trésor. Veuillez vous rendre devant les ruines pour débuter le jeu." "Un jeu? Wow, cool". Raphaël alla donc dans la direction indiquée par une flèche qui s'était matérialisée devant lui et qui le suivait. Lorsque le temple arriva à l'horizon, la flèche disparu, laissant Raphaël finir sa marche seul. Arrivé devant ce qui semblait être des similis ruines incas "Ou aztèques pour ce que j'en sais", Raphaël se rendit compte qu'il y avait foule devant l'entrée. Un écran géant trônait au dessus des portes taillés. 

La foule était disparate, et Raphaël se trouvait entre créatures des rêves, rêveurs et voyageurs. Petits, grands, beaux, laids, humanoïdes ou non, tous -ou presque- regardaient l'écran avec la même ferveur comme si une quelconque divinité l'habitait. Et celle-ci eut la miséricorde de descendre parmi eux, car quelques instants plus tard l'écran s'alluma. Sur celui-ci des noms associés par paire. Les deux personnes dont les noms étaient associés devraient collaborer ensemble pour la chasse au trésor. Trouvant son nom sans trop de peine, il mémorisa le nom de son compagnon, Wallace Redstones. Au même moment, le nom des participants s'affichèrent au-dessus de leurs têtes -Raphaël se retrouva avec un petit Raphaël Graypath gravitant au-dessus de son crane-. S'approchant de la personne dénommée Wallace Redstones, il enleva sa veste en cuir bien trop chaude avant de la tendre au premier venu qui la pris tout content. Arrivant dans le champ de vision de son associé, il se présenta sous ces termes:
"-Je suppose que vous êtes bien le Wallace Redstones que je cherche. Comme vous pouvez le constater, je suis Raphaël Graypath, voyageur des glaces et sauveur de dames non auto-proclamé. On dirait que le sort à fait que nous allons nous associer pour la nuit."  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 11
Date d'inscription : 21/08/2014

Nouveau challenger
Wallace Redstones
Nouveau challenger

MessageSujet: Re: Indiana Graypath et Wallace Jones Sam 13 Sep 2014 - 19:21
HRP:
 
Wallace aimait de plus en plus Dreamland, ne serait-ce que pour l'originalité des tenues que celui-ci lui apportait, et c'était un plaisir renouvelé chaque nuit que de découvrir ce que Dreamland lui avait réservé. Et si le chemisier bleuté et la jupe noire serrée que lui avait cette nuit attribué Dreamland le ravissait, lui donnant de plus l'occasion de profiter de son masque pour adapter son apparence légèrement pour mieux conserver l'illusion de sa féminité, il sentait néanmoins un léger décalage entre sa tenue et l'endroit où il avait atterri. Une chasse au trésor ? Des ruines ? Il restait d'ailleurs sceptique face à celle-ci, qui ressemblait à une parodie d'architecture de temple aztèque allié avec des souvenirs vagues de pyramide égyptienne. Enfin, le Dreamland étant le monde des rêves, on pouvait comprendre que l'exactitude historique des monuments représentés laisse à désirer... Enfin ça, allez l'expliquer à ce vieux fou aigri de Wallace.

Wallace était donc en train de marmonner dans sa barbe une série de reproches contre le rêveur inculte qui avait pondu ce bâtiment étrange quand un jeune homme l'aborda. Plus jeune que lui en tout cas. Un peu maigrichon mais tout à fait charmant, et le léger côté, disons, borgne, lui donnait un air pirate tout à fait appréciable (quoique n'ayant pas relu la présentation depuis longtemps, tu pourrais tout à fait avoir de nouveau ton œil sur Dreamland que je n'en saurais rien, donc oublie ce passage si c'est le cas et remplace le par quelques épithètes banales sur les profondeurs abyssales de ton regard de nuit blablabla, laisse-toi emporter par l'âme de poète de Wallace, tu verras, c'est rigolo).

Bon, voilà, Wallace se fit aborder par un jeune homme tout à fait charmant, ni trop jeune ni trop vieux, aux cheveux longs (un peu négligé, soit, mais ça a son charme) et qui le poussa donc à interrompre son monologue afin d'adresser son plus joli sourire au nouveau venu.

-Oh, enchanté, monsieur... Je pense que c'est bien moi en effet
, répondit-il d'une voix suave, de cette voix délicate qu'il avait quand il devenait une femme, toutefois il semble y avoir eu une erreur administrative... Appelez-moi Phoebe, plutôt.

Son nom au-dessus de sa tête se modifia, prenant celui qu'il venait d'annoncer, et Wa... Phoebe réitéra son sourire poli. Il lui serra la main. Elle. Il. Bon, tu saisis.

-Ce sera un plaisir de faire équipe avec vous, monsieur Graypath. Il est hors de question de perdre, évidemment.

Phoebe replaça ses cheveux en arrière d'un geste un peu lent, comme il en avait pris l'habitude depuis le jour où il avait décidé de se les laisser pousser. En attendant, elle/il/it/es dévisageait son futur coéquipier, le visage masqué par son masque blanc, un vague sourire sur les lèvres.

-Vous êtes aussi un voyageur, donc ?

Mais les présentations durent s'arrêter là. Différentes portes venaient de s'ouvrir et déjà les équipes se ruaient sur les entrées. Quant à Phoebe, malgré son incroyable mauvaise foi, elle était curieuse d'explorer l'endroit. Il avait entendu dire ques les temples aztèques étaient souvent construit sur d'anciens édifices du même genre, et après tout, les deux bâtiments au sommet de la pyramide pouvait laisser croire que le modèle de l'endroit venait effectivement de là ; malgré tout, dans l'idée d'une « chasse au trésor », Phoebe imaginait plus un endroit basé sur le fantasme des pyramides égyptiennes -avec son lot de salles cachées, de trésor et de pièges mortels.

-Allons-y, Raphélo ! Lança Phoebe d'un ton un peu pompeux, illustrant pas la même occasion son incroyable mémoire des prénoms.

Il s'avança vers le bâtiment d'une démarche légèrement sautillante, et ce genre de démarche pressée et joyeuse qui se refuse à courir franchement (ce n'est pas très « gentleman »), mais qui est montre néanmoins l'impatience peu retenue du sujet visé. Phoebe était très mauvais perdant.

Il semblait évident que quelque chose d'important était caché dans les deux excroissances au sommet de l'édifice, ce qui poussa certaines équipes à tenter une escalade par l'extérieur du bâtiment : ils ne tardèrent pas à le regretter, le bâtiment se mettant, comme des sables mouvants, à les aspirer lentement vers l'intérieur. C'est donc accompagné par les cris de panique des imprudents voyageurs que Phoebe et son camarade pénétrèrent dans l'édifice, par une petite porte aménagée dans son flanc et que les autres équipes semblaient avoir négligé. Elle se referma derrière eux avec un claquement sec.

Il faisait entièrement noir. Pour se repérer, Phoebe posa sa main sur le mur de gauche, cherchant à tâtons son compagnon de l'autre.

-Où êtes-vous, jeune homme ? Ah, vous voilà ! Lança-t-il d'un ton soulagé un peu théâtral,  en envoyant sa main en plein dans le visage de son interlocuteur. Nous ferions mieux de nous tenir la main, je pense, continua-t-il, en cherchant, cette fois, la main de son équipier.

Il descendit le long de son épaule, palpa l'air un instant, mettant sans le vouloir une petite tape sur la joue de Raphaël, avant de trouver finalement ses doigts, qu'il saisit de force sans attendre l'avis de l'autre.

-Voilà voilà, ne lâchez pas, surtout !

Et ils continuèrent leur avancée prudente. Le mur était humide, l'air était glacial ; le sol, irrégulier, se dérobait régulièrement sous leurs pieds et de plus, la pente les entraînait vers le bas, de plus en plus profondément à l'intérieur du sol – totalement à l'opposé de leur but supposé. Phoebe d'ailleurs appréciait moyennement la situation et marmonnait à mi-vois des reproches contre les organisateurs qui n'équilibraient pas les chances, sur son choix de la mauvaise porte, sur le noir, sur la descente, sur les talons que dreamland lui avait attribués, sur le plafond trop bas qui risquait d'aggraver ses problèmes de dos, sur tout ce qui faisait qu'ils risquaient de perdre et aussi sur le fait que décidément, cette pente était interminable. Et soudain, il se cogna la tête.

-Diantre.

Il frotta son front, irrité. Les murs, resserrés autour d'eux, ne leur laissaient aucune possibilité d'échappatoire à droite ou à gauche. Le plafond, bas, les forçait depuis un moment à marcher courbé. Phoebe palpa le mur jusqu'à trouver un passage, tout en bas, étroit et bas.

-Et bien mon cher Raphi, il va falloir ramper.

Et c'est donc de manière très déterminée (de toute manière, il était hors de question de faire demi-tour) que Phoebe se glissa dans le passage.

Et il rampa. Et rampa. A nouveau, le trajet parut long, mais tout à coup... Le bout du tunnel apparut.

HRP²:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 51
Date d'inscription : 03/03/2014

Nouveau challenger
Raphaël Graypath
Nouveau challenger

MessageSujet: Re: Indiana Graypath et Wallace Jones Lun 1 Déc 2014 - 21:22
"-Allons-y, Raphélo !
- En fait moi c'est Raphaël mais..."

Déjà Phoebe (ou Wallace pour ce qu'il en avait a faire) s'élançait en sautillant vers les deux pyramides aztecos-egyptiennes attaquées de tout côtés par des équipes qui, loin d'avoir un minimum de bon sens ou même d'observation se mirent à essayer de les escalader. Pour sa part, il suivait sa coéquipière qui sautillait vers une entrée commune aux deux pyramides. Là, noir total. Les portes se refermèrent derrière eux, les privant de leur dernière source de lumière. 

"-Où êtes-vous, jeune homme ? Ah, vous voilà ! Nous ferions mieux de nous tenir la main, je pense."

Se faisant agripper la main comme un enfant attraperait un ours en peluche à la fête foraine, il se fit tracter dans le tunnel sombre. L'air était humide, et de la condensation se trouvait sur les murs. Pas de bruit de marche dans une flaque  d'eau, mais la sensation qu'une masse importante d'eau suintait à travers les murs.
"La prochaine fois, j'aimerais bien faire équipe avec quelqu'un qui gueules moins." Il continuait toujours a marcher sous le flot incessant des remarques de Phoebe: que ce soit l'organisation, le tunnel en lui-même ou bien l'humidité omniprésente, rien ne passait à travers son flot de remarques. Déjà que dans le monde réel, il ne se passait pas un jour sans qu'il reçoives une remarque de ses supérieurs, il n'était pas franchement venu dans ses rêves pour assister à un déluge de complaintes (même si pour une fois, celles-ci ne l'avaient pas comme cible.)
Rebord salvateur, front amoché, flot de remarques arrêté. L’enchaînement était simple, et enfin, un peu d'action s'annonçait. C'était pas tout de traverser de long couloir sombre en tenant la main d'une jeune femme, mais même dans les films d'action de séries B, y'avait des méchants à dézinguer. Et comme Dreamland avait la fâcheuse tendance de tout exagérer, il espérait bien avoir le droit à un vers géant, une horde momies ou un truc dans le genre. Invité par sa compagne, il se mit à ramper le long du couloir qui s'était rétrécit. Tout d'un coup, de la lumière, enfin. La première chose qui lui tomba sous les yeux fut l'honorable fessier de la jeune femme qu'il suivait, qui n'avait apparemment pas pris en compte qu'elle portait une robe. Le spectacle fut certes de courte durée car elle se releva prestement, mais les sous-vêtements de la jeune femme mirent du temps avant de quitter l'esprit de Raphaël. A peu près 1 minute 30 en fait, le temps que prirent le momies habitant la crypte dans laquelle ils avaient fait irruption pour débarquer.  "Bah putain, enfin!" Faillit s'exclamer Raphaël en voyant ses compagnons de jeu se rapprocher. 

"-Madame, j'espère ne pas vous déranger en vous demandant de m'en charger. Vous feriez mieux de repartir un peu en arrière dans le couloir si vous ne voulez pas vous faire éborgner. Ce serait dommage," ajouta-t-il en matérialisant une épée de glace.

"5-6 à priori... Rien de bien méchant." Des momies, il en avait vu dans les films, dans les livres, dans à peu près tout en fait. En général, un peu de feu, ils flambaient et on pouvait faire cuire des marshmallows. Sauf que manque de bol, il était voyageur de glace, pas de feu ou voyageur des scouts. Alors il allait falloir se la faire à la charcutier, le sang en moins. "C'est quand même moins amusant sans les effusions de sang" pensa Raphaël lorsque la jambe de la première momie vola dans les airs. Un petit coup de bistouri et la tête parti rejoindre le reste. Envoyant un coup de pied qui aurait fait rougir un sparte dans le corps de la momie, il en fit tomber une seconde en lui envoya son copain dessus. Apparemment pas effrayée, la troisième fonça sur Raphaël qui se baissa à peine pour esquiver la bête qui fonça idiotement sur lui et la coupa en deux avant d'envoyer sa lame dans le crâne de celle à terre grâce a son pouvoir. Même sans le facteur sang, c'était plutôt avec joie qu'il appréciait cette petite sauterie combattante qu'il n’espérait être qu'une mise en bouche.
"-Yeeha!"

La quatrième fut accueillit par un crochet du droit dans les dents, renforcé d'une bonne dose de glace. Des dents s'envolèrent, de la bave resta sur le poing de Raphaël. Enchaînant avec un autre crochet mais cette fois-ci du gauche, il étala la momie en lui mettant une balayette pour la mettre à terre puis en écrasant son crâne. Faute de sang, une cervelle desséchée s'écoula sur les pierres du sol alors que la dernière momie que n'avait pas vu Raphaël s'était débarrassée de sa collègue qui la gênait et fonçait sur lui. Faute de l'avoir vu, il sentit du moins ses dents se planter dans son épaule, par derrière. "Putain!" Se retournant brusquement, il attrapa la momie au niveau de la gorge et l'éclata contre le mur voisin. Trois coups suffirent a faire éclater la boite crânienne qui orna le mur d'une jolie auréole de cervelle.
Prenant une courte pause l'histoire se calmer, il se retourna et appela la jeune femme qui pouvait très bien avoir tout vu, pour le peu d'attention qu'il avait porté au reste de la pièce qui d'ailleurs était dépourvue de toute décoration et avec seulement deux issues, celle par laquelle ils étaient arrivés et une autre. Ils n'avaient d'autres choix que continuer. "C'est qu'elle fait foutrement mal cette blessure.."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 11
Date d'inscription : 21/08/2014

Nouveau challenger
Wallace Redstones
Nouveau challenger

MessageSujet: Re: Indiana Graypath et Wallace Jones Jeu 25 Juin 2015 - 1:18
(Si tu veux toujours de ce rp, et comme je suis motivée et heureuse, je réponds :3.)

Wallace ne l'avait pas réellement écouté, pas un instant. Son compagnon s'étant fort bien occupé par lui-même des gêneur, il s'était précipité sur le mur d'en face en ignorant totalement les zombies qui se précipitait sur son compagnon.

-Fascinant, absolument fascinant, murmurra-t-il dans sa barbe, comme tout professeur dans un film d'aventure niais face à une caillasse plus polie que les autres.

Fascinant, cela l'était peut-être, après tout, même si cela ressemblait, à première vu... A de la caillasse. Posant l'oreille contre, il toqua contre un creux du mur. Creux, c'était définitivement creux.

Se retournant vers son camarade, il l'interpella.

-Venez donc jeune homme... Oh vous êtes blessé ? Et bien... C'est vilain. Vous auriez dû me laisser aider enfin. Non, vraiment, c'est très laid, très laid, et sans trousse de secours ça risque de s'infecter... Vous n'avez rien sur vous ? Et prendre un peu de votre haut pour faire un bandage, cela n'irait pas, provisoirement ? Oh, ne soyez pas pudique, au point où nous en sommes...

Il haussa les épaules, puis se retourna vers le mur.

-Enfin, regardez... Ce mur, il n'est pas de la même pierre que le reste. Et c'est de l'autre chemin que sont venus les... choses, je m'inquiète de tomber sur un nid, ou une ruche, ou une tribu, ou je ne sais quoi... Enfin, j'aimerais voir ce que cache ce mur avant de nous engager.

Palpant le mur, il tenta de le pousser.

-Si vous pouviez m'ai...

Avant d'avoir pu finir sa phrase, le mur sur lequel il s'appuyait avait cédé sous lui, s'effritant et s'effondrant sur lui-même en manquant d'engloutir Phoebe par la même occasion. Elle sembla par ailleurs peu s'en formaliser, se relevant d'un bond, pleine de poussière et l'air extrêmement satisfaite.

-Ah ! Parfait !

Son souvenir s'évanoui bien vite malgré tout, face au spectacle qui l'attendait. Au chemin tant attendu s'était substitué une minuscule pièce, de la taille d'un placard à balai, et qui contenait un bazar hétéroclite d'objet inutile en tout genre, avec entre autre une balayette, une poêle, une serpillère, un coffre en bois, un action-man et un paquet de mnms.

-Et bien c'est... Plutôt décevant.

Il prit malgré tout la poêle en main, la soupesa.

-Mais ça peut toujours être utile. Je garde ça.

Il retourna vers le milieu de la pièce et, remarquant qu'un tête décapitée continuait à râler sur le sol (oui, l'autodécapitation est chose courante chez les zombie à partir de maintenant. Je veux dire, en combat, ça déconcentre, forcément.), il se pencha, la ramassa, et la souleva par les cheveux.

-Monsieur, pourriez-vous nous dire vers où va ce chemin ?
Un râle lui répondit. Phoebe fronça les sourcil.

-Ca, ce n'est pas très poli. Reprenons. Je suis Phoebe, enchanté. Quel est votre nom ?

La tête de zombie ouvrit soudain grand la bouche, son œil s'humidifia légèrement d'émotion devant tant de politesse et c'est à la grande surprise de Phoebe elle-même qu'elle répondit soudain :

-Billy, mademoiselle.

Sans se départir de ses bonne manière, Phoebe la souleva un peu plus haut.

-Et dites-moi Billy, savez-vous où va se chemin ?

Le regard de Billy se ternit légèrement alors qu'il s'efforçait visiblement de réfléchir.

-... Sais plus, mademoiselle. Mais y'a un plan. Vous pourriez m'emmener ?

-Vraiment ? Où ça ?

-Sais plus, mademoiselle. Mais y'en a un. Vous pourriez m'emmener, mademoiselle ?

-Oh, très bien... Mais que voulez-vous faire enfin ?

-Oh, voyager, manger des vers et des cervelles, voir le monde... Tout ça.

Pensif, il présenta la tête à son camarade.

-J'emmène Billy, il m'a l'air tout à fait sympathique et il sera sans doute utile... Sans doute. Enfin, une tête de plus, ce n'est jamais du luxe. Je m'occupe de la porter, dit-il en raffermissant sa prise sur sa poêle de l'autre main. Cette fois je ferais plus attention.

Phoebe prit une profonde respiration.

-Bien... Nous y allons ?

Elle allait commencer la marche quand un long cri aigu retentit au fond du couloir.


(Je me relirais demain. Je ne fais pas avancer grand chose, c'est un peu pourri, mais j'avais envie d'un Billy, on manque toujours d'un Billy ; je comprendrais que tu n'ai plus forcément envie de continuer mais bon, moi j'avais envie juste de faire ça donc voilà. Dis-moi si ça te convient, si tu veux autre chose, si rien ne va plus, tout ça. Bisous. Ah et puis je me relirais plus tard dans la journée, y fais drôlement fatigué là quand même. Ce qui explique entre autre la pourritude du post. Disoulé.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Indiana Graypath et Wallace Jones Aujourd'hui à 9:10
Revenir en haut Aller en bas

Indiana Graypath et Wallace Jones

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 2 :: Park Of Game-