Haut
Bas

Partagez|

Le soleil, les oiseaux et le maire [PV Dox et Raph]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
Messages : 139
Date d'inscription : 15/06/2014
Age du personnage : 30

Nouveau challenger
Regis Delacroix
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 50
Renommée: 185
Honneur: 17
MessageSujet: Re: Le soleil, les oiseaux et le maire [PV Dox et Raph] Dim 29 Mar 2015 - 8:03


Le plan était donc simple. Enfin si je peux vraiment qualifier ça de plan. La rouquine, après m'avoir collé un uppercut électrifié pour se venger de mon pelotage, alors que j'avais déjà été punis par la première décharge, voulait qu'on foute le bordel pour attirer la sécurité. Euh... Oui mais non? Enfin oui, on doit faire du bruit, on doit se faire courser pour que Willy attrape son père mais de là à affronter la sécurité... J'avais pas envie de me faire tuer ou violenter. Un peu la flemme de me battre, il faut bien l'avouer. Sauf que le coup encore cuisant dans mon ventre me faisait mal et ne me donnais pas envie de la contredire. Ainsi, je l'observais attraper un manche à balais et cogner ici et là pour faire du bruit. Est-ce qu'on avait une véritable idiote avec nous ou elle était juste insouciante? Sincèrement, j'avais de sérieux doutes. D'accord, les humains et leurs conneries m'étonneront toujours. Mais là...

L'albinos donna alors son avis qui était presque similaire au mien. Soit éviter de trop faire de bruit, juste occuper la sécurité pour filer le champs libre à l'autre et c'est tout. Après, je n'étais pas d'accord avec lui sur un point: nous retrouver en sous nombre? On l'était déjà mon gars. Mais on avait l'idiote rousse au cul rebondit et moelleux avec nous et ça changeait tout. Pourquoi me direz vous? Et bien je vais vous l'dire: son coup de poing, son pouvoir, tout me laissait penser qu'elle était forte, bien plus que moi en tout cas. Et j'étais même persuadé qu'en la motivant un peu, elle pourrait se charger de tous les mecs de la sécurité. Sauf qu'il y avait un hic. Oui, il y en a toujours un... Si on massacre toute la sécurité, enfin si elle les massacre pour être exact, ou qu'on fait trop de bruit, on perdra en crédibilité vis à vis de vouloir apporter notre aide. Certes, l'argument étant qu'on voulait sortir et qu'on nous a injustement enfermé pourrait marcher, mais c'était trop hypothétique. Je lançais un regard à monsieur cheveux blanc avant d'emboiter le pas pour rattraper la rousse.

"Je vais la calmer... Ou du moins essayer sans me prendre un autre coup."

Marchant rapidement pour arriver vers Nodos, je tendis la main pour lui attraper le bras. Là mon ventre me fit mal et l'odeur de brulé me revint au nez. Oui un simple souvenir... Disons cuisant? Sans jeu de mot à la con s'il vous plait. Et je rebaissais ma main sans la toucher, me contentant donc d'un raclement de gorge pour signaler ma présence.

"Si on fait exprès de faire du bruit, tu ne penses pas que ce sera grossier? Je veux dire, quelqu'un va se douter qu'on avait prévu le coup de l'enlèvement et qu'on y participe en faisant diversion si tu fais trop de bruit volontairement."

L'envie de lui dire qu'elle n'était pas blonde donc qu'elle pouvait utiliser son cerveau me traversa. Mais une fois encore une douleur au niveau de l'estomac me rappela qu'il était préférable d'utiliser des gants avec elle. Ouais, la prochaine fois que je dois lui palper les fesses ou les seins, des gants en caoutchouc seront de rigueur pour éviter tout accident. Dommage que cela risque de retirer la sensation de toucher... Et non, ne pensez pas que je vais le refaire, c'était juste pour la blague. Bandes de dépravés! J'ai mieux à faire que tripoter une idiote, je préfère largement une fille qui a de l'esprit, de l'humour et qui a de la conversation. En gros, l'opposée de ce que semble être Nodox. Des bruits de pas me sortirent alors de mes pensées ainsi que la voix d'un homme hurlant qu'on était là. Je poussais un soupire, fit signe à Noah puis à Nodox pour qu'ils courent. Je lançais un regard à la rousse.

"On se casse, on ne les massacre pas. Si on fait que courir pour leur échapper, tout en maintenant une certaine distance: ils ne lâcheront pas l'affaire et ça sera suffisant. Donc: jette moi ce manche à balais."

Mon regard se posa avec insistance sur les gardes. Sous entendu: tu peux le jeter sur eux par exemple. J'hésitais alors à sortir une carte, mais pour faire quoi? Tenter d'amplifier ou d'inhiber une émotion? Genre mes chances de sortir un poignard étaient de combien? Trop peu et surtout même ça ne s'avérerait pas très utile. Je me tournais donc, observant le couloir: il y avait des escaliers qui descendaient encore juste en face. Cet endroit était quand même étrange: c'était quoi au final, le sous-sol de l’hôtel touristique? Et on adapte ça en dédale pour prisonniers? Sympa comme endroit de vacances en fait... Rappelez moi de ne jamais venir me détendre ici une autre nuit.

Courant alors vers les escaliers, je ralentissais le pas pour descendre en prenant soin de ne pas louper de marche pour ne pas les dévaler comme un idiot. Je sautais alors les cinq dernières, glissais sur le carrelage pour me retourner et voir mes compagnons du moment me suivre. Les gardes étaient un peu plus haut et ne semblaient pas prêt de nous laisser tranquille. Parfait donc! On en avait donc cinq d'occupés sur nous, ce qui aiderait l'autre mec étrange et nous servirait d'alibi. Enfin, j’espérais peut-être trop de Willy ou de la crédibilité de notre innocence.
Si l'un de vous veut faire l'annonce que le maire a disparu, il peut, histoire qu'on ne s'attarde pas trop sur une course poursuite peut productive ^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 2439
Date d'inscription : 13/04/2010
Age du personnage : 27

Voyageur Expérimenté
Nodox Pebbles
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 450
Renommée: 966
Honneur: 410
MessageSujet: Re: Le soleil, les oiseaux et le maire [PV Dox et Raph] Mer 15 Avr 2015 - 19:58
Ce n’était visiblement pas ce qu’il fallait faire. Le rouquin, remit de son coup, ne se gêna pas pour me le faire remarquer. De quoi me faire soupirer d’ennui et de lassitude. Ils ne savent vraiment pas ce qu’ils veulent c’est dingue ! Pour autant son explication tenait la route, mais merde quoi c’est lourd à force. Aventure à la noix, nuit à la noix. Un regard tout sauf amical fut portée sur le morceau de bois entre mes mains. Là tout de suite je l’aurais bien balancer dans le décor, histoire d’exprimer ma rage et ma frustration. Mais ce ne fut pas possible. Pourquoi ? Bah justement parce que mon plan de faire un max de bruit pour ramener tout à le monde marche à merveille ! Ahah ! Tu l’as dans le lard mon gros !
En effet, à entendre les innombrables bruits de pas, à courir dans notre direction, ils doivent être bien nombreux.

« Faudrait savoir ! » Lâchai-je pourtant à l’attention de Regis. « Un coup tu dis blanc, un coup tu dis noir. Merde quoi … Tiens tu sais quoi, le manche à balais tu peux te le mettre dans le derch, j’en ai rien à cirer ! »

Je le regardai partir en courant, puis tournai les yeux vers les flopées de biscoto qui apparaissaient derrière nous. On ne risque pas de pouvoir s’échapper en fait. Faire du bruit avait en fait beaucoup mieux fonctionné que prévu, trop même … Bon bah courront.
Un signal sonore, comme une alarme résonna peu après, alors que nous nous dirigions vers les escaliers. Au passage, j’avais coincé le balais au sol de tel sorte à ce que si jamais ils ne regardent pas où ils marchent, ils se prendront certainement les pieds dedans. C’était en fait une annonce qui retentissait dans les dédales et les couloirs du bâtiment. Et vu ce que ça annonçait, l’info devait être certainement aussi transmise à l’extérieur. Quoi que … pas sur en fait …
Bref, l’annonce disait que le Maire venait d’être enlever, kidnappé. Et les quelques secondes suivantes nous étions encerclés. Comme par hasard ! Là normalement, un soudain retournement de situation surprend le lecteur et donne plus encore de profondeur à l’aventure. Voyons voir ça.

« Les mains en l’air, restez où vous êtes ! » Cria l’un des gardes tout en brandissant ce qui devait être une arme.

En même temps ça ne ressemble pas à grand-chose, un mix entre une lance et un fusil.
Je m’exécutai sans poser de question. Et quand il demanda d’avouer où était le maire, un léger sourire apparut sur mon visage. D’un index, voir même des deux, je pointai Regis :

« Aucune idée, lui par contre il saura certainement mieux vous renseigner … »

Pas le temps de finir ma phrase que je disparue dans un petit nuage de fumée, je venais de me réveiller. Et pour cause, le clébard du voisin qui aboie parce qu’un chat dehors est passé trop près … Foutu cabot.


[Et je quitte le topic ici, salut à tous !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 139
Date d'inscription : 15/06/2014
Age du personnage : 30

Nouveau challenger
Regis Delacroix
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 50
Renommée: 185
Honneur: 17
MessageSujet: Re: Le soleil, les oiseaux et le maire [PV Dox et Raph] Mer 17 Juin 2015 - 20:13


Alors que j'étais en bas des marches, je vis l'un des gardes tomber. Surement avait-il trébuché, reste qu'il s'était écroulé lamentablement ce qui m'arracha un sourire. Je réalisais alors qu'un avertisseur sonore mais aussi visuel s'était mit en route depuis plusieurs secondes. Ils avaient sonné l'alarme car ils nous avaient retrouvé? Je compris vite que ça n'avait rien à voir. En effet, une annonce se fit entendre. Une voix monotone et monocorde s'éleva dans la bâtiment. J'écoutais donc attentivement, si jamais on nous menaçait, je préférais savoir exactement ce que je risquais ou simplement ce qu'il se passait.

"Notre invité prestigieux du royaume des sucreries: Harry Beau, le maire. A actuellement disparu malgré la haute surveillance qu'il bénéficiait. Toute la sécurité est demandée dans le hall d'entré: une chasse à l'homme va débuter pour retrouver le ou les ravisseurs et retrouver notre invité de marque. Je répète: tout le personnel de sécurité doit se rendre dans le hall principal."

Les informations avaient été imprégné dans mon cerveau et un petit sourire malicieux continuait d'orner mon visage. Tout se passait comme je l'avais espéré, enfin presque. Car pendant l'annonce, d'autres gardes avaient surgit d'un autre couloir, nous encerclant rapidement en nous pointant leurs armes dessus. Armes peu conventionnelles, avouons le: des sortes de fusils ou de lances, enfin un savant mélange entre les deux. Mieux que la baïonnette au bout d'un fusil je dirais. On nous ordonna de lever les mains et de ne plus bouger. Chose que je fis sans rechigner. L'idée de terminer avec une lame ou une balle dans le corps ne m'enchantait guère... C'est ainsi que notre rousse nationale prit la parole pour dire une fois encore de la merde. Ouais, ils n'avaient posé aucune question. Ils avaient juste dit de ne pas bouger. Et elle? Que disait-elle? Que je pouvais les renseigner... Sérieusement? Dis leurs carrément que j'avais tout prévu et qu'en gros je mouillais dans l'affaire d'enlèvement alors que je n'avais vu là qu'un moyen de m'évader tout en passant pour le chic type! Si j'en avais eu le temps et la force -car son uppercut me rappelait douloureusement sa force- je lui aurai bien collé ma main dans sa trogne! Mais de toute façon, elle explosa dans un nuage de fumée, signe qu'elle venait de se réveiller. Bon débarras! Merci de ton inutilité et d'avoir surtout foutu d'avantage la merde! Après tout tu es plus là donc qu'est-ce que ça peut te foutre? Rien!

C'est un peu hagard que les autres gardes nous regardait, à tour de rôle, l'albinos et moi. L'un d'eux avança vers moi et vint poser la pointe de son arme sur mes cotes. M'intimant sans tact et parole d'expliquer ce que l'autre connasse avait dit avant de s'évaporer.

"Lui je ne le connais pas. Dis-je en secouant la tête en direction de l'albinos. Donc déjà j'ignore s'il est dans l'affaire dont je m'apprête à vous parler... S'il l'est, imaginez qu'il possède un quelconque pouvoir lui permettant d'entrer en contact avec le ravisseur de Harry Beau?"

A ses mots, l'un des gardes colla un magistral coup de crosse à Noah pour l'assommer. Un autre le souleva une fois qu'il fut à terre et le traina. Surement pour l'amener à sa nouvelle cellule. Voilà, déjà je m'étais débarrassé, volontairement ou non, des deux comiques qui m'accompagnaient. J'ignorais encore si c'était ou non une bonne chose, mais dés lors, je devrais faire sans eux. Dommage, un ou deux serviteurs auraient été agréable, mais s'ils n'ont aucune matière grise... Autant me contenter de la solitude. Et les gardes pourraient s'avérer plus utiles, voir malléables. Qui sait?

"Alooooors... Quand j'étais à la surface, enfin sur la plage. J'ai fais une rencontre inattendue avec un homme des plus étranges. Un certain Willy. C'est lui qui m'a révélé la présence du maire du royaume du sucre.
-Des sucreries.
-Ouais, c'pareil mais passons. Il voulait donc m'enrôler dans sa vile besogne qui consistait à kidnapper le maire pour demander une rançon ou le tuer. Sur ce point, il ne m'a rien dit car j'ai simplement décliné la proposition. Qui serai-je pour vouloir kidnapper le maire d'une ville en sucre?
-Le royaume des sucreries ne se résume pas à une ville.
-Mouais. J'y suis jamais allé donc j'en sais rien. Mais vous êtes toujours aussi respectueux envers les autres royaumes ou c'est juste que vous avez celui-ci en haute estime?
-Cela ne te regarde pas chien!
-Ah ouais quand même...
-Tu ne sais donc rien de particulier?
-Je viens de te dire, sombre abruti, que j'ai rencontré le mec qui a probablement pour ne pas dire certainement: kidnappé ton putain de maire que tu devais garder sous surveillance! T'as entendu? Un mec habillé en sucre se prénommant Willy! Y doit pas y en avoir cinquante qui trainaient dans le coin ou qui viennent de ton putain de royaume des sucreries!
-Parles moi avec plus de respect ou je t'étripe stupide clown!"

Perdant patience devant la stupidité de cet idiot congénital, j'allais lui dire aimablement d'aller se faire foutre mais un autre garde arriva alors. Il posa sa main sur l'épaule de celui à qui je venais de parler et le tira lentement en arrière pour lui dire sur un ton sec de se calmer et de baisser son arme. Le nouvel arrivant me lança alors un regard de ses yeux gris acier, il était grand, les cheveux coupés en brosse et blond. Il avait une petite barge et portait une grosse armure blanche et or qui lui donnait une carrure incroyable. Déjà qu'il semblait grand et costaud, son armure le rendait presque deux fois plus large. Comment parvenait-il à marcher avec tout ce poids?

"Vous dites que le fils du Maire, Willy Pumbaa serait dans le coup? Pourtant connaissant le personnage nous avions fait très attention à lui et il ne devrait pas se trouver ici. Êtes vous bien sûr de ce que vous avancez?
-Ouais. Un homme, environ ma taille, tout en sucre avec une tenue plutôt flashy enfin voyante et colorée. Il m'a d'abord proposé des bonbons puis m'a parlé du maire de son royaume en me promettant une récompense si je l'aidais. Je vous rappel que quand vos hommes me sont tombés dessus j'ai parlé du maire. Comment aurais-je su ceci sans l'avoir rencontré au préalable?
-En effet, je vous crois. Reste que cela signifie qu'un de mes hommes m'a trahit et travaille actuellement pour Willy... Sinon il n'aurait pas réussi à infiltré ce royaume.
-Votre royaume est délimité par des barbelés ou quoique ce soit lui interdisant l'accès?
-Là n'est pas la question! Nous devons retrouver Harry Beau ainsi que Willy sans oublier la taupe. Le temps presse!"

Sur ces mots, l'homme fit demi-tour pour se diriger vers de grands escaliers. Il tourna brièvement la tête et ordonna à ses hommes qu'on me libère. Plutôt content de moi, je regardais d'un air satisfait les gardes.

"Pour prouver votre innocence et votre bonne foie, je vous intimerai de bien vouloir participer aux recherches. Et si jamais vous osez fuir, vous serez recherché et condamné. J'espère avoir été clair."

Il ne me regardait pas, il était donc inutile de hocher la tête ni même de répondre. Car soyons honnête: il me mettait en garde et me prévenait de ce qu'il m'attendait. Il ne se souciait donc pas le moins du monde de ma réponse, il savait parfaitement que je l'avais entendu.

Restait donc à mettre la main sur Willy... Lui extorquer quelque chose en le baratinant que j'ai amusé la sécurité pour lui. Indiquer ensuite à la sécurité où il est afin de libérer le maire, toucher une récompense ou du moins éviter d'avoir ma tête mise à prix ici. Le chef se retourna alors rapidement pour me lancer un regard, ce qui coupa mes pensées.

"J'y pense! Votre nom?
-Hum... J'affichais alors un sourire amusé. Il était clair que lui aussi avait pensé à ces satanés affiches de "wanted" et qu'il voulait un nom à écrire dessus. Vous pouvez m'appeler Shaco."

L'homme sembla un peu interloqué, avait-il comprit le jeu de mot? Probablement. En même temps je me demandais alors si ma petite blague n'allait pas se retourner contre moi. Shaco, Chaos... Oui, ce surnom ferait l'affaire. Et de toute façon, pourquoi aurai-je donné mon nom à quelqu'un dans un rêve?[/color]

Vu que Dox arrête, que je n'ai pas trop de nouvelles de Noah.
Je vais terminer ce rp en solo.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 139
Date d'inscription : 15/06/2014
Age du personnage : 30

Nouveau challenger
Regis Delacroix
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 50
Renommée: 185
Honneur: 17
MessageSujet: Re: Le soleil, les oiseaux et le maire [PV Dox et Raph] Lun 21 Déc 2015 - 20:02


De retour à l'air libre, je pris une longue inspiration. Qu'est-ce que cette odeur de liberté était agréable! Les gardes m'observèrent un moment puis ils se dirigèrent vers le hall, surement pour écouter les ordres afin de débuter les recherches, j'avoue que j'aurai bien été écouter mais je n'étais surement pas convié. Et bon ça me laissait une longueur d'avance pour retrouver Willy et son père. Je retournais vers la piscine et les transats afin de commencer mon enquête. Il y avait toujours des vacanciers qui se prélassaient, d'autre sirotaient un verre, certains se baignaient. L'ambiance ne montrait pas que quelqu'un s'était fait kidnapper récemment. Comme quoi la sécurité n'avait rien laissé filtrer en dehors des locaux. Un bon point que je peux leur donner car j'en doutais fortement.

Des indices. Trouver des indices! Tellement plus facile à dire qu'à faire. J'observais les vacanciers en espérant en voir un qui était louche. Savoir si quelqu'un avait vu quelque chose. Il y avait forcément, du moins je l'espérais, un témoin! Mais aucun ne semblait interloqué ou inquiet. Putain j'avais pas de chance... Quoique, peut-être que si en fait. Une jeune femme qui partait du bar discutait avec une autre demoiselle. Deux belles créatures en bikinis avec des rondeurs là où il en faut, mais passons. Donc l'une disait avoir vu un homme, taille moyenne, un peu corpulent, accompagné par plusieurs vigiles vers les toilettes. Pour reprendre ses mots: "un petit gros entouré de gorilles est allé aux toilettes. Tu crois que c'est un VIP? Un mec riche et important qui pourrait me couvrir de cadeaux?" Ce qui me donnait déjà un point de départ.

Avançant tranquillement vers le bâtiment, j'arrivais vers les toilettes. Il y avait deux agents de sécurité au sol, apparemment inconscients mais vivants. Dommage que miss bikini n'ait pas parlé du nombre de gorilles, j'aurai pu savoir s'il y avait ou non une taupe. J'inspectais les hommes au sol, aucune blessure par balle. Ils étaient simplement assommés. Willy serait passé à l'action tout seul?

Plus loin, en direction de la forêt de cocotiers, de la jungle en fait si on veut être précis. Je vis un bonbon sur le sol. Coïncidence? Je ne pense pas! Je le ramassais pour le glisser dans ma poche et pris donc le chemin de la jungle. Passant les broussailles, je vis que ouais, c'était vraiment la jungle... Des lianes partout, de l'herbe, des feuilles de palmiers, des ronces. Et une humidité ainsi qu'une chaleur atroce! C'était pas les tropiques pour rien! Autant le coin touristique était supportable mais là... Et je vous parle même pas des araignées ni des serpents car ça grouillait de partout! Dans quoi je m'étais engagé sérieux?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 139
Date d'inscription : 15/06/2014
Age du personnage : 30

Nouveau challenger
Regis Delacroix
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 50
Renommée: 185
Honneur: 17
MessageSujet: Re: Le soleil, les oiseaux et le maire [PV Dox et Raph] Dim 18 Sep 2016 - 16:58


Après un bon moment de marche dans cette forêt, à me battre dans les ronces pour avancer. A psalmodier des injures car cela me griffaient et me grattaient en m'irritant la peau. J'arrivais enfin dans une clairière et j'y aperçu un homme un peu grassouillet couché sur le sol, attaché. Je m'abritais derrière un arbre, regardant les alentours à la recherche de Willy ou d'un de ses éventuels alliés mais rien pour le moment. Pourquoi le maire des sucreries aurait-il était abandonné ici? Poussant un soupire, j'avançais alors, sortant de ma cachette pour me diriger vers l'otage. Un bonbon tomba d'un arbre et je levais les yeux pour y voir Willy sur un branche, m'observant d'un regard interrogateur.

"Ils ont envoyé pas mal de monde à sa recherche. Je ne pense pas que tu puisses le laisser ici en espérant qu'il disparaisse. Et te sauver en le trainant sera trop difficile et dangereux pour que tu ne sois pas pris.
-Je sais... J'espérais le tuer quand je t'ai entendu arriver. Je me suis caché et je comptais attaquer par surprise.
-Je vois. Je te conseil de fuir tant que tu le peux encore. Je dirai que j'ai trouvé le maire ici et personne avec lui. Ainsi il ni aura aucun soupçons sur toi. Cela te conviens?
-Si je veux éviter les problèmes je crois que je vais t'écouter... J'étais si proche du but putain!!
-Allé sauves toi maintenant. Ils vont arrivés d'un instant à l'autre."

Willy sauta de son perchoir tel un félin pour atterrir avec une agilité non soupçonné sur le sol. Il me lança un regard puis à son père et poussa un soupire. Il me remercia brièvement de l'avoir prévenu et de le laisser s'enfuir. En même temps, tout seul contre lui, j'ignorais si j'avais une chance de le vaincre dans un combat loyal. Je n'avais donc pas vraiment d'autre choix que de faire ainsi. Et aussi, j'avais pensé m'accorder les grâces du père en étant celui qui l'avait sauvé. Willy prit alors ses jambes à son cou et disparu derrière les fougères. J'en profitais pour me rapprocher du maire, couché dans l'herbe et inconscient. Je lui mis un petit coup de pied pour voir si cela suffisait à le réveiller. Mais non. Il semblait dormir à point fermé. Willy l'avait-il drogué ou assommé? J'en venais à regretter de ne pas lui avoir demandé ce qu'il lui avait fait. Je le tournais sur le dos pour lui mettre le visage en l'air. Là je me penchais gentiment sur lui, déposant un baisé sur sa joue, je pus sentir le gout sucré de cette créature onirique. Après tout, c'était le maire, enfin le seigneur du royaume des sucreries.

"Désolé mon gros ça va piquer un peu."

Une fois ce bisou déposé, je lui collais sur la même joue une magistrale claque pour le réveiller. Le bruit raisonna dans la clairière et j'en avais la main toute endolorit. Mais le maire rouvrit les yeux en sursaut et hurla comme une fillette avant de me regarder. Ses yeux semblaient hésiter entre la peur et le soulagement. Il balbutia un qui êtes vous, d'une voix à moitié étouffée. Je m'attelais déjà à défaire ses liens pour le libérer de ses entraves en parfait sauveur que j'étais.

"Un simple Voyageur à qui vous devez la vie. Quelqu'un vous avait enlevé et je vous ai retrouvé ici même, inerte et abandonné. Normalement vos gardes et ceux du royaume des tropiques ne devraient pas tarder à arriver."

Et j'avais raison, j'entendais déjà des voix au loin qui se rapprochaient. Guidés par le cris du maire, ils se dirigeaient vers nous en se hâtant. Le maire me remerciait chaleureusement, les larmes aux yeux. J'explosais alors dans un nuage de fumée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Le soleil, les oiseaux et le maire [PV Dox et Raph]
Revenir en haut Aller en bas

Le soleil, les oiseaux et le maire [PV Dox et Raph]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Royaume des Tropiques-