Haut
Bas

Partagez

Entre traque et trique, il faut choisir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Raphaël Graypath
Messages : 51
Date d'inscription : 03/03/2014

Nouveau challenger
Raphaël Graypath
Nouveau challenger

MessageSujet: Entre traque et trique, il faut choisir Entre traque et trique, il faut choisir EmptyMer 16 Juil 2014 - 23:54
Encore une journée de paperasse pour Raphaël. On a beau dire, signer, classer, archiver, trier et envoyer des papiers administratifs est assez chiant et crevant. la ville était calme, et ce n'était pas Raphaël qui allait sans plaindre. C'était d'ailleurs assez étrange de remarquer que plus le travail de Raphaël était chiant, plus la vie dans la ville était sûre. Dur de travailler à la police certes, mais en temps de calme encore plus. Non pas que des terroristes traînaient dans les rues continuellement mais une émeute n'était pas si rare.

C'est donc après avoir trié contraventions et comptes-rendus de jugements que Raphaël rentra chez lui. Comme tout les soirs, après s'être fait à manger, il se posa devant la télé pour regarder les infos et décompresser un peu. Vite relayées par télé-réalité et autres programme lobotomisant hantant les chaines de télévisions, Raphaël éteignit sa télé et alla se poser devant l'ordi comme à son habitude et parti se coucher quelques temps plus tard.


~~~~

"-Poussez vous monsieur, je dois ranger mes archives"

"Quoi je suis déjà au travail?" Raphaël regarda aux alentours et fut immédiatement rassuré, et déçu a la fois. La personne devant lui n'était pas une des ses collègues, mais il aurait bien aimé le contraire. Demandant où il était en se poussant du chemin, la jeune femme lui répondit d'un ton froid"Allez voir au bâtiment A-5 dans la salle 8 de l'étage 6 pour des renseignements sur les directions." Raphaël n'eut pas le temps de répondre qu'elle était partie aussi vite qu'il avait apparu. " Pas franchement aimable tout ça."

Regardant à la première fenêtre qui s'offrait a lui, dont de minces rais de lumières passés au travers des stores, il aperçu une petite foule dans une cour "Peut-être que quelqu'un pourra m'indiquer le chemin..." Après s’être frayé un chemin entre montagne de papiers et avalanche de dossiers et d'insultes de la part des stagiaires qui devrait tout remettre en place, Raphaël descendit les escaliers et glissant sur la rampe, shootant accidentellement dans une pile de documents que portait un employé.
"Désolé!" C'est tout ce que Raphaël eut le temps de dire avant d'arriver en bas. Il se détailla quelques secondes dans le reflet d'une vitre bien trop sale qui faisait office de miroir pour découvrir qu'il était dans son habit de travail, sûrement pour aller avec l'ambiance du lieu. Il pénétra dans l'arrière cour, au cœur de laquelle une fête semblait se dérouler. Je dis bien semblait car si les décorations étaient là, l'humeur n'y était pas. Guirlandes multicolores et visages au teint grisâtre, on aurait presque dit une réuni des suicidaires anonymes.

A l’arrivée de Raphaël, une personnes sur l'estrade ouvrit de grands yeux ébahis et pointa du doigt Raphaël
"Un policier!". Il avait l'habitude d’être appelé par sa profession, mais en général le ton était plus acide, alors que là il avait l'impression d'être un super-héro après un tsunami. Ou un quelconque héros de shonen. Instantanément, une foule se forma autour de lui, avec les mêmes mots revenants: "J'ai la gaulle, l'avais vous retrouvé?". Raphaël avait beau être content pour ces messieurs que leurs libido soit a fond, mais que pouvait-il y faire?

"-Monsieur le policier, nous avons perdu notre reine de beauté.
-Et ça vous donne la gaulle? Encore si elle était là je comprendrais mais...
-Non non monsieur, c'est elle qui est j'ai la gaulle.
-Vous etes sur que c'est une femme si elle à la gaulle?
-Oui oui, monsieur. Son prénom cest Jey, et son nom c'est Lagole.
-La pauvre. Et Jey la mauvaise impression que quelque chose de mauvais s'est passé pour elle non?
-... Certes. Elle a été enlevée. Si bous la trouvée Ô cher policier, vous aurez notre gratitude.
-Ok, ok c'est mon job de sauver des donzelles et de faire taire des voisins bruyants. Z'avez des infos sur les kidnappeurs.
-Oui, ce sont les frères Via et Gra de la famille Dhür.
-Ok ok, je m'en charge..."



"Mauvaise blague ou quoi?" Raphaël ne se posa pas trop de questions. Après tout, c'était dans le monde des rêves qu'il était, alors si des frères Viagra kidnappait Lagole pour la gloire de la famille Dhür c'était pas vraiment étrange a  vrai dire. Mais bon, chercher Lagole dans des bureaux n'était pas vraiment sa tasse de thé, il bouffait déjà assez de paperasse à longueur de journée, il avait pas envie de bouffer du Viagra en plus pendant ses rêves. D'ailleurs ce n'était des reines de beauté qu'on croisait normalement dans des bureaux, mais plutot des trou du culs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Julien Walker
Messages : 19
Date d'inscription : 06/01/2014
Age du personnage : 26

Nouveau challenger
Julien Walker
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Entre traque et trique, il faut choisir Entre traque et trique, il faut choisir EmptyVen 18 Juil 2014 - 1:05

INTO REAL LIFE



TOUCHDOWNNNNNNNN


  • La foule se leva d’un seul coup d’un seul comme si tous ne partageaient en cet instant qu’un seul et même esprit dévoué entièrement à la réalisation présente. Seul dans la zone d’en-but (la zone ou l’attaquant doit entrer pour marquer les points au football américain), Julien tenait entre les doigts de sa main droite le ballon qui venait d’offrir la victoire à son équipe. Heureux de ce qu’il venait d’accomplir, il se retourna à peine plein de joie qu’il vît ses coéquipiers et surtout son meilleur ami qui fonçait droit sur lui en jettant au loin son casque en hurlant sa joie.




- Fuck Jay, comment t’as fait ca ? Feinte de passe, course, esquive, choc et plongeon. T’es un malade mec, sérieux, t’es un fou.

- Je me suis dis que ce serait plus spectaculaire, après tout on a des fans dude !


  • Les deux garçons se mirent alors à saluer tous ceux qui étaient venu voir ce fameux match de début de saison universitaire. Un match haletant qui jusqu’à la fin était incertain. En effet les Pumas menaient au score jusqu’à ce que l’équipe de notre héros, les Means Machines ne fasse la différence grâce à l’action de leur capitaine, Julien Walker. Le match était terminé et les clameurs venaient de cesser. Les deux équipes étaient retournées aux vestiaires. Les joueurs s’étaient changés, les visiteurs, l’équipe des Means Machines devait à présent prendre leur car pour effectuer le trajet retour vers leur école. L’un après l’autres, il montèrent et prirent place dans le véhicule. Julien et son ami Jeremiah ne se mirent pas côte à côte, Mia Mia était dans le fond en train de se débattre avec les autres membres de l’équipe et hurlant de joie et en rigolant avec engouement. Julien quand a lui était à l’avant du car à côté de sa petite ami, pom pom girl de l’équipe, Klara. La jeune femme félicitait son footballeur et Julien lui ne faisait que pensait à aller à l’arrière retrouver les joueurs de l’équipe, il ne voulait que délaisser les rires féminins pour rejoindre l’alcool et ses potes au fond. Ne sachant pas comment se défaire des bras de la jeune Klara, il proposa à sa douce et à toutes les autres pom pom girls d’aller boire un coup pour fêter comme il se doit la première victoire de la saison de leur équipe. Il ne fallu pas de nombreux mots pour toutes les convaincre avant que tous les résidants du véhicule ne se mirent à faire la fête. Au bout de deux heures de voyages et de festivités, Julien qui, en tant que star du match avait suivit tous les soiffards l’un après l’autre dans leurs jeux de boissons, s’écroulait lourdement sur deux sièges, laissant son esprit vagabonder et rejoindre une nouvelle fois le merveilleux monde de Dreamland qu’il avait découvert une semaine de cela.





INTO DREAMLAND



- Poussez-vous, poussez-vous, poussez-vo … BAM !

- Mais c’est pas possible vous êtes con à rester au milieu du couloir ?

- Pardon ?

- Le milieu du couloir trou duc, bouge toi de là, il y a du passage.



  • Julien se mit alors à regarder autour de lui. Il était en plein milieu d’un long couloir d’entreprise. De part et d’autre, des gens en costumes affluaient portant sur leurs bras un nombre incalculable de dossiers de toutes les couleurs. Ne sachant pas ce qu’il foutait là, il resta planté là à regarder dans tous les sens.


- Dis donc le stagiaire, tu pourrais te rendre utile non ?

- Le quoi ?


  • Avant même qu’il ait pût dire quoi que ce soit, le jeune homme se retrouva avec une énorme pile de dossier entre les mains. Totalement perplexe, le WoodBoy croisa son propre regard dans le reflet d’une baie vitrée.


Spoiler:
 


  • Bon au moins il avait toujours son chapeau qu’il aimait tant arborer lorsqu’il parcourait Dreamland. Ceci dit, le costume ne lui allait pas si mal. Mais bon, il ne se sentait pas réellement à son aise. Il arracha sa chemise et attrapa un sweat à capuche rouge trainant sur une chaise et qu’il enfila sur son torse nu. Cependant, les dossiers ce n’était vraiment pas pour lui. Presque instantanément, il envoya valdinguer tous les dossiers. Certains finirent leur course dans l’œil d’un travailleur, d’autre par terre ou sur des bureaux non loin du couloir. Pris d’une folie provoqué par le trop plein de dossier portée à sa vue, Julien Se mit à courir vers une fenêtre ouverte d’un des bureaux proches et sauta au travers. Après une seconde de chute, il se posa comme une fleur sur un poteau qui semble t’il servait à dresser une affiche et des papiers de toutes les couleurs. Juste en dessous de lui se tenait une foule compacte de salariées tous en costard en train d’hurler. Semblant participer à une fête, Jey se tenait près à descendre participer à cet engouement général lorsqu’il vit les regards de tous se tourner vers un individu en tenu d’officier de police à la suite d’une injonction d’une personne tenant un micro sur une estrade non loin de là. N’ayant aucune envie d’avoir affaire à la police, encore moins avec celle d’un pays ou tout est possible, le quaterback des jours et contrôleur du bois des nuits resta planté sur le haut de son poteau en tentant d’entendre ce qu’il se disait en contre-bas.



  • De toute cette conversation, Julien n’en saisi que quelques mots, Via, gras, Dhür, Jey et Lagolle.


- Putain, mais c’est quoi cette conversation ? Même ici ca parle que de ça, je sens que je vais me marrer dans ce monde moi. En plus ce flic a l’air autant perdu que moi et pourtant il a eu toute la conversation. Bon on va aller voir ça, on verra après pour ce que je vais faire cette nuit.


  • En un éclair, le voyageur sauta de son poteau. Il ne s’avait pas pourquoi, mais dans ce monde il n’avait pas les mêmes sensations lors des chutes, il se sentait plus résistant, un peu plus rapide, agile et endurant, mais là n’était pas la question. Le jeune homme finit sa voltige sur les épaules de celui qui venait de parler au flic. Sous la force du choc ce dernier s’écroula et accroupi sur le dos du malheureux, Julien leva les yeux vers l’officier le salut de la main et lui afficha un large sourire.


Spoiler:
 

- Salut !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Raphaël Graypath
Messages : 51
Date d'inscription : 03/03/2014

Nouveau challenger
Raphaël Graypath
Nouveau challenger

MessageSujet: Re: Entre traque et trique, il faut choisir Entre traque et trique, il faut choisir EmptyVen 18 Juil 2014 - 2:00
Un peu comme une étoile filante en pleine journée, ou un hémathophobe venant donner son sang, ce qui semblait être un voyageur aux manières douteuses fit irruption sur l'estrade, écrasant l'animateur. "Tant mieux , j'en avais déjà marre de sa gueule." Et puis il avait du travail. A Dreamland il pouvait se permettre de faire du bénévolat en sauvant des gens pour des clopinettes, du temps que ça lui faisait une nuit divertissante. Le jeune homme gratifia Raphaël d'un sourire éclatant à tel point que vu la démesure coutumière du lieu, Raphaël n'aurait pas été surpris de voir une dent blanche géante se trimbaler avec une pancarte colgate ou signal en guise de bague dentaire.
"- Salut!"



Et effectivement, ledit enfant sauvage parlait à Raphaël. Il n'avait pas l'air d'un mauvais bougre, mais se trimballer avec un Tarzan en herbe pendant la nuit serait chiant. Quoique, dans la meme optique, "Moogli a un bon sens du rythme et chante plutôt bien, il serait utile si on se bat contre des criminels dansants à la Smooth criminal...". La musique de Mickael Jackson se mit à emplir l'esprit de Raphaël alors qu'il se demandait de ce qu'il allait faire du singe dansant. En tout et pour tout, deux choix s'offraient à lui; laisser Tarzan avec les dépressifs ou se trimballer avec une paire de bras en plus et une fore de frappe maxée. Autant dire que le choix fut vite fait, il allait prendre Cheetah avec lui.



"-Hoy Mec! J'ai une affaire de kidnapping où un bordel dans le genre, avec des personnes qui ont des noms cheloux fin bon, j'te passe les détails. T'es partant pour défoncer des gars et ce genre de bordel? Oh et j'ai une matraque aussi."

Raphaël sortit sa matraque et la brandit fièrement aux yeux de tous. Pour prouver son utilité, il frappa le crane d'un péquenaud qui passait par là qui s'étala de tout son long. "Tain j'ai meme pas forcé tant que ça...". Raphaël lança l'arme sur l'estrade"Tiens prends là, si tu veux venir avec moi." Oui, il appatait clairement le garçon pour le faire venir. Après tout "les jouets ça fait kiffer les gosses..." Et meme si celui qui se tenait n'était pas en fasse de lui, les prouesses de la matraque l'avait sûrement fait bonne impression.



"-Au fait, je m'appelle Raphaël Graypath, voyageur des glaces et sauveur de ses dames pendant mon temps perdu. Et toi?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Julien Walker
Messages : 19
Date d'inscription : 06/01/2014
Age du personnage : 26

Nouveau challenger
Julien Walker
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Entre traque et trique, il faut choisir Entre traque et trique, il faut choisir EmptyDim 20 Juil 2014 - 16:37
  • La foule compacte ne semblait pas réellement prêter attention à l’entrée fracassante de Julien. Le jeune Quaterback faisait maintenant face à un officier de police qu’il ne connaissait pas. Toujours accroupi sur le dos de celui qu’il venait d’écrouler, il fixait l’officier en attendant que ce dernier lui rende son « Salut ! »


- Hoy Mec! J'ai une affaire de kidnapping où un bordel dans le genre, avec des personnes qui ont des noms cheloux fin bon, j'te passe les détails. T'es partant pour défoncer des gars et ce genre de bordel? Oh et j'ai une matraque aussi.

  • Eh bien dis donc, on pouvait dire que ca gars là était du genre direct. Julien qui ne savait absolument pas ce qu’il foutait là et ce qu’il allait bien pouvoir faire pour passer une bonne nuit dans ce merveilleux royaume onirique, se voyait maintenant offrir un objectif. Pendant que le WoodBoy se mit à réfléchir il vit le policier fracasser le crâne d’un type passant par là comme si c’était uniquement dans le but de montrer l’utilité de cette arme blanche. Un truc qui n’était vraiment pas fait pour le voyageur du bois. A croire que ce mec cherchait juste à impressionner Julien.


- Au fait, je m'appelle Raphaël Graypath, voyageur des glaces et sauveur de ses dames pendant mon temps perdu. Et toi?

- Tiens, je me disais bien que tu avais l’air différent des autres clampins du coin. Alors comme ça, toi aussi tu es voyageur. Moi c’est Julien Dapilly, contrôleur de bois, je suis un peu un WoodBoy. Perso, je sauve personne en particulier, pour le moment je ne fait que profiter, on verra bien plus tard. Par contre, comme t’as l’air sympa, je veux bien t’accompagner, mais je te laisse la matraque c’est pas mon truc. Si j’ai bien entendu, c’est une reine de quelque chose qu’on va devoir retrouver non ? Par contre cette histoire de noms à la con, j’ai rien compris.

  • Bon, toujours accroupi sur le pauvre homme, le WoodBoy se leva et par le col, il releva sa victime. Face à face avec lui, il remarqua que ce dernier était tombé dans les pommes. D’une bonne grosse claque, il réveilla le speacker.


- Dis moi toi, c’est quoi exactement cette histoire de kidnapping ?

- Bah notre reine de beauté Jey Lagolle, notre comptable a été kidnappée par les frères de la famille Dhûr.

- What The Fuck, c’est quoi ces noms. Vous êtes sûr qu’elle est si belle que ca avec un nom pareil ?

- C’est la plus belle femme de Dreamland.

- Bon dans ce cas mon compagnon de fortune et moi, on va régler cette histoire et je vais voir si cette femme est si belle que ca.

- Merci jeune homme, vous nous …

  • Avant même que l’homme ai put finir sa phrase, Julien l’avait envoyé valdinguer un peu plus loin. Bon pour commencer les recherches le mieux s’était surement de retourner sur le lieu du crime, comme le faisait tous les flics dans les séries. Direction le bureau de la supposé superbe comptable. Totalement aveugler par son nouvel objectif, le jeune homme se mit à sprinter en direction de l’entrée du bâtiment te y pénétra. Cependant, quelques secondes juste après, il réapparu dehors et se rua vers le policier qui n’avait pas encore bougé.


- T’as une idée d’où se trouve le bureau de la comptable ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Raphaël Graypath
Messages : 51
Date d'inscription : 03/03/2014

Nouveau challenger
Raphaël Graypath
Nouveau challenger

MessageSujet: Re: Entre traque et trique, il faut choisir Entre traque et trique, il faut choisir EmptyLun 28 Juil 2014 - 16:37
"-Tiens, je me disais bien que tu avais l’air différent des autres clampins du coin. Alors comme ça, toi aussi tu es voyageur. Moi c’est Julien Dapilly, contrôleur de bois, je suis un peu un WoodBoy. Perso, je sauve personne en particulier, pour le moment je ne fait que profiter, on verra bien plus tard. Par contre, comme t’as l’air sympa, je veux bien t’accompagner, mais je te laisse la matraque c’est pas mon truc. Si j’ai bien entendu, c’est une reine de quelque chose qu’on va devoir retrouver non ? Par contre cette histoire de noms à la con, j’ai rien compris."

A son tour de demander des éclaircissements sur la situation. Une claque en guise d'ouverture de l'interrogatoire et le fonctionnaire reprit conscience. Rien de nouveau dans cette conversation, à tel point que Raphaël se permit de regarder plus attentivement les alentours. De lourds bâtiments sans peinture, décrépit. Des fenêtres ouvertes normalement ou ouvertes contre le souhait des travailleurs pour cause de trous béant dans celles-ci. "Au final, le commissariat est pas si pourri..." Raphaël fut tiré de sa rêverie par un gros bruit venant de l'estrade. Son nouveau compagnon devait avoir envoyé l'homme de bureau dans le décor. Instantanément, ledit Julien parti dans un des bâtiments, laissant seul Raphaël. "Putain mais il va où le con?"

"-T’as une idée d’où se trouve le bureau de la comptable ?"

Raphaël soupira et s'adressa à une créature voisine pour lui demander l'informations. Celle-ci lui expliqua comment y aller d'une voix chevrotante. Raphaël le remercia et parti dans cette direction. Raphaël les transmis a Julien. Prenant les escaliers à la place de l'ascenseur, il arriva devant la porte qu'il découpa en matérialisant une épée. Pas question de perdre du temps à crocheter une serrure qui était sûrement déjà bien endommagée. Le bureau était sans dessous, et le dessus aurait pu être pris pour un dessous. Des documents étaient éparpillés partout dans la pièce, et Raphaël ouvrit la fenêtre. Il allait devoir se farcir le tri, c'est sûr. Aucune raison de laisser cette tache "au garçon sauvage, il serait capable d'en faire des avions en papier". Triant a la vitesse d'un vétéran, jetant des feuilles par la fenêtre quand elles étaient inutiles, il trouva vite un indice dans le bordel ambiant. Une carte de visite précisément. "Etablissement de plaisirs et de jeux Dhur. Toquez trois fois a la porte des industries Saixe et répondez "Je viens voir Clana Morpane" pour que le videur vous emmène dans le souterrain." "Saixe... Putain, ça s'arrête jamais les noms de merde ou quoi?". Rangeant la carte de visite dans sa poche, il se dirigea vers la sortie et fit signe a Julien de le suivre.

"-On va aux industries Saixe. Je sais le nom est bizarre mais bon, c'est pas le premier truc chelou de la nuit, et sûrement pas le dernier."

Dévalant les escaliers à toute vitesse, son épée toujours matérialisée, il l'a fit rétrécir et l'accrocha à sa ceinture. Enlevant sa veste de policier, il n'était plus qu'en chemise blanche et pantalon noir. Autant dire qu'il passerait sûrement inaperçu dans la boite clandestine. Demandant la direction des industries Saixe à un passant, il se retrouva face à un magasin de jouet, comme si l’ambiguïté du moment n'était pas déjà assez forte. Toquant à la porte trois fois, une personne vint leur ouvrir et demanda à Raphaël ce qu'il venait faire ici. "Venir voir Clana Morpane" répondit-il en comprenant que ce nom était une version déformée d'une star d'un milieu douteux. "Ça s’arrête jamais ou quoi?".

Suivant le videur, il les fit entrer dans une pièce de la taille d'une grande salle des fêtes. Lumière tamisées, tentures rouges, barres de strip-tease et créatures des rêves fraîchement vêtues les attendaient derrière cette porte. C'était à cet endroit que la traque allait commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Entre traque et trique, il faut choisir Entre traque et trique, il faut choisir Empty
Revenir en haut Aller en bas

Entre traque et trique, il faut choisir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: RelouLand-