Haut
Bas

Partagez|

La nuit tombe et l'effroi grandit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 51
Date d'inscription : 03/03/2014

Nouveau challenger
Raphaël Graypath
Nouveau challenger

MessageSujet: La nuit tombe et l'effroi grandit Lun 30 Juin 2014 - 0:59
Connaissez-vous les creepypastas? Ce sont des histoires postées sur Internet dont l’objectif est de faire trembler le lecteur. Des centaines existent et certaines sont bien connues, comme Slenderman ou Jeff le tueur. Dans le monde réel, ces contes pour adultes ne font que vous faire peur. A Dreamland, la réalité est toute autre; ils hantent un Royaume entier. La nuit est éternelle sur ce Royaume et les habitants vivent dans la crainte de se faire attaquer par un quelconque personnage de ces contes qui sont pour eux un réel danger.

En guise de Royaume, c’est plutôt à une ville gigantesque à laquelle nous pouvons faire face. Ceux sont par quartiers que les monstres sont repartis. Le premier est constitué de grands bâtiments, certains utilisés, d’autre non, abandonnés depuis longtemps. Un quartier résidentiel existe aussi dans lequel une grosse moitié des maisons est inhabitée. Une foret épaisse couvre un autre quartier au cœur de laquelle se trouvent des hangars gigantesques. Les deux derniers quartiers sont composés quand à eux d’un hôpital et d’un hôpital psychiatrique et le dernier est un château tout droit sorti d’une histoire d’épouvante. Un complexe souterrain existe sous la ville dans lequel laboratoires clandestins menant des expériences sur des êtres humains et salle vouées à des cultes obscurs côtoient des nids de créatures plus ou moins fréquentables.


L’ordinateur s’éteignit. Raphaël rangea son bordel et alla se coucher. Aujourd’hui encore il avait passé sa journée à ne rien faire devant son ordinateur. Aujourd’hui c’était Dimanche et il n’était pas de garde au commissariat. Alors c’était la seule option ou il passait sa journée a Dreamland. Il y avait pris goût au bout d’un moment. “Après tout, défoncer des monstres à coup d’épée c’est plutôt cool”.

Et Raphaël arriva à Dreamland. Il faisait nuit et seule la lumière de quelques réverbères éclairaient la rue. Elle était pavée et ici et là une touffe d’herbe arrivait à se percer un chemin pour émerger dans l’air froid. Car il faisait si froid que le souffle de Raphaël était visible. Mais le froid, ça ne le dérangeait pas, il s’y était habitué pendant son entrainement avec Oraz. Bien décidé à découper du monstre cette nuit aussi, il marcha quelques instants avant d’arriver dans une grande place.

Hors les bâtiments qui bordaient cette place et leurs fenêtres cassées, une fontaine siégeait au milieu de celle ci. Et ce n’était pas de l’eau qui coulait, mais bien du sang. Raphaël n’avait pas mit longtemps a s’habituer à la démesure coutumière de Dreamland et il ne réagit pas vraiment à tout ceci. Mais ce qui retint l’attention de Raphaël était une jeune femme attachée à la statue sur la fontaine qui représentait… Quelque chose. Honnêtement ça ne représentait rien “même pas de l’art abstrait ce bordel

En tout cas, il allait pouvoir découper du monstre. Autour de la statue, quatre monstres montaient la garde, chacun gardant une entrée vers la place. Ils étaient tous identiques, squelettiques, blanches et dotés de longues griffes métalliques. Raphael matérialisa une épée de glace de taille standard et se rapprocha à couvert du monstre. Arrivé a quelques mètres du monstre, il sortit de sa cachette. Le monstre recula de quelques pas et regarda Raphaël quelques secondes avant de se jeter sur lui. Mauvaise idée car Raphaël avait appris à se servir de son épée. Il esquiva le premier coup de griffe et alors que le monstre était encore pris dans son élan, il lui porta un coup d’épée à l’épaule qui lui trancha net un bras. Le sang coula le long de l’épée et fuma au contact de l’air froid et de la glace de l’épée. La créature murmura quelques chose d’inaudible et je se jeta sur Raphaël toute griffes dehors. Raphaël n’eut qu’a tendre son épée et augmenter la taille de la lame qui transperça le monstre. Après un dernier soubresaut, la créature mourut.

Bizarre, j’ai l’impression de l’avoir déjà vue…” Raphaël fixa quelques temps la créature qui reposait sur sa lame. Un humanoïde blanchâtre qui attaque des gens avec des griffes en métal. Cela semblait terriblement familier mais il n’arrivait pas à faire le lien. Dégageant le monstre de sa lame, il se dirigeât vers la place. Il fit signe à la jeune femme de ne pas faire un bruit alors qu’il se dirigeait vers le second monstre qui ne l’avait pas encore détecté. D’où il était, il pourrait se le faire à distance. Visant la tête, il projeta sa lame sur le crane du monstre qui s’affaisa sur le sol, décapité. Il fit repousser sa lame et se dirigea vers l’autre monstre. Sauf que les deux derniers l’avait déjà remarqué. Faisant volte-face, il matérialisa une seconde épée, plus petite. En fait en guise d’épée, c’était plutôt un gros poignard, alors que l’autre épée avait une taille régulière. Alors qu’un des monstres lui sautait dessus, Raphaël dévia ses griffes grâce à la petite épée et lança une attaque de taille horizontale qui répandit les entrailles du monstre sur le sol. Celui-ci tituba mais resta en vie. Mais Raphaël n’eut pas le temps de se reposer alors que le second lui fonçait dessus. Raphaël se laissa tomber au sol pour esquiver les griffes et projeta son épée dans la tête du monstre qui éclata. Faisait vite repousser sa lame, il se rua sur le second dont les entrailles continuaient de sortir de sa blessure. Il coupa le bras de la créature et grossissant la taille de son épée au maximum et se retourna à toute vitesse, plantant sa dague dans le cou de celle-ci. Restant comme ça pendant trois secondes, il se résolu à sortir la lame du coup de la créature, teintant de rouge une fois de plus les pavés.

Ramassant sa seconde épée, il se dirigea vers la jeune femme et coupa ses liens. Il la rattrapa avant qu’elle ne s’éclate par terre et vérifia en un coup d’œil si elle n’était pas blessée. Apparemment non et ce n’était pas une créature des rêves. Elle était sûrement plus jeune que lui. Il ne fit pas trop attention à son apparence physique et se présenta avant que celle-ci ne pu ouvrir la bouche:

“-Raphaël Graypath. Voyageur des glaces et sauveteur de ces dames dans mon temps perdu.

Il lui tendit une des épées et lui dit qu’il valait mieux qu’elle en garde une. Il réduit la taille de la sienne et l’accrocha à sa taille où elle ne le dérangerait pas. Et se fut à ce moment précis qu’il compris ce qu’était les créatures qu’il venait de tuer. Des griffes en métal, un murmurement permanent, se tenant de manière hybride entre l’humain et la bête. “Rake…”. Il était tombé dans un Royaume rempli de creepypastas… “Je suis dans une brave merde…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 55
Date d'inscription : 25/12/2012
Age du personnage : 19

Nouveau challenger
Isis Luminaria
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: La nuit tombe et l'effroi grandit Ven 18 Juil 2014 - 0:34
~L'obscurité, bien des gens en on peur, une peur qui peut se métamorphoser par la suite en phobie. Elle apparaît bien souvent, durant l'enfance, lorsque l'enfant n'a pas été habitué au contact avec l'obscurité, lorsqu'on ne lui a pas montré comment l'apprivoiser, car elle peut cacher bien des choses. Elle est synonyme d'inconnu et sa présence est souvent angoissante, voir oppressante pour certains. Pourtant, d'autres s'y complaisent. Ils peuvent réfléchir, se reposer et penser calmement. En réalité l'absence de lumière totale n'est qu'une question de ressenti et d'interprétation, certains la trouvent monstrueuse et inquiétante, d'autres, belle et fascinante. C'est le cas d'Isis, qui n'a jamais eu peur du noir et c'est en parti pourquoi ce soir, elle est en train de se promener dans un endroit désert, lugubre et obscur. Le silence se faisant de plus en plus pesant et la jeune Marseillaise était très étonnée par ce décor digne des plus terribles films d'épouvante, elle n'éprouvait aucune crainte, après tout, depuis son arrivée, tout semblait dangereux, mais il ne lui était encore rien arrivé. Alors pourquoi devrait-elle se sentir comme en terrain hostile, aujourd'hui ?
Isis se dirigeait difficilement dans les ruelles sombres et distinguait quelques ombres par ci, par là qui l'aidaient à la guider et malgré ce vent glacial la frappant frontalement, elle continuait d'avancer comme pour lui tenir tête. Qui avait-il au bout de ce chemin ?
La ruelle dans laquelle Isis s'était engagée ne semblait plus finir ; plus elle s'avançait, plus la lumière décider de l'abandonner. Puis elle se retrouva plonger dans le noir total et continua d'avancer, plus lentement maintenant, en s'aidant de ses mains pour se diriger. Tout se passait pour le mieux, jusqu'à que le pied de la jeune fille se heurte à une dalle mal enfoncée et qu'elle se retrouve à quatre pattes sur le sol froid et humide. Elle voulut se relever quand elle sentit un liquide épais et sirupeux recouvrir ses mains et dégouliner le long de la rue. Elle resta immobile un bref instant et un terrible frisson parcouru son dos. Elle sentit son sang se glacer, son corps se crisper, la chair de poule parcourir sa peau et la peur s'emparer d'elle.
Isis se demanda si c'était vraiment ce à quoi elle pensait. Elle décida de vérifier tout de même et porta une de ses mains à sa bouche : cette odeur et ce goût, ça ne faisait nul doute...
Elle étouffa un cri terreur et se releva brutalement, se mettant à courir droit devant-elle sans même savoir où elle allait. Elle n'avait jamais eu peur du noir en lui-même, mais elle commençait à avoir peur de ce qu'il pouvait dissimuler.
Isis s'arrêta brusquement de courir : elle venait d'entendre un bruit métallique au loin, comme une lame que l'on traînerait au sol. Elle le sentait arriver derrière elle, ne sachant plus quoi faire, se pensant rêver ou prise pour victime d'une caméra cachée, elle enfouit son visage dans ses mains se demandant quand tout allait bien pouvoir prendre fin, tandis que le l'objet métallique se rapprochait d'un peu trop près.
À ce moment précis, Isis ne savait plus quoi faire, elle se sentait perdue, piégée comme un rat. Elle espérait sortir de ce mauvais rêve... Dommage pour elle, quelqu'un venait de décider qu'il était l'heure de la sieste.

Quand elle réouvrit les yeux, elle ne voyait toujours rien. Elle n'avait aucune idée de l'endroit ou elle se trouvait, mais elle pouvait clairement reconnaître une odeur. Une odeur qu'elle connaissait ; celle de la paille. Un sac de paille, peut-être, les mêmes qui transportaient le riz, les pattes ou les condiments. Elle était dans une position peu confortable : sur le dos, les genoux sous le menton, ses mains et ses pieds étaient joints, elle était dans l'incapacité de pousser un cri et elle était balancée, ballottée tout en se sentant suspendue. Après une courte réflexion, tout lui semblait plus clair. Elle était dans un sac poings et cheville liés, la bouche couverte d'un épais sparadrap et ses yeux piquaient terriblement. Elle avait longuement pleuré, les larmes avaient séché sur ses joues et lui brûlaient la peau.
Elle était clairement victime d'un rapt et la question à se poser était : mais qui a bien pu vouloir s'encombrer volontairement d'un boulet comme Isis ? Sérieusement, quand ils allaient la sortir de ce sac de pouilleux, la personne à plaindre ne sera plus la pauvre Isis, mais plutôt ces pauvres cons de kidnappeurs qui allaient devoir supporter les plaintes incessantes de la jeune fille.
Le mouvement cessa et de l'air s'engouffra dans le sac, accompagné d'une main qui vint se poser sur son visage, avant de l'attraper par les cheveux et la tirer hors de celui-ci.
Ce qu'elle vit à cet instant était assez surprenant, elle ne savait plus si elle devait éclater de rire ou être effrayée par les horreurs qui étaient en train de la saucissonner tel un jambon de Bayonne. Elle était face à quatre créatures, se ressemblant toutes, trait pour trait : des humanoïdes blanchâtres, voûtés, avec des visages à faire hurler les morts. Ils se tenaient comme des animaux et soufflaient de leurs narines comme un taureau s'apprêtant à charger. Ils la soulevèrent alors qu'elle était ligotée. Isis se pencha vers l'un d'eux et tenta de le pousser au sol quand il eut un geste violent, la blessant gravement au bras. Ces énormes et longues griffes venaient d'entailler le bras de la Marseillaise jusqu'à l'os. Elle se jeta sur l'un d'eux en pensant pouvoir s'enfuir de nouveau, malheureusement, ils étaient quatre, agressifs, un peu trop rapides et surtout, ils n'étaient pas limités dans leur mouvement. Cependant, ils prirent le soin de retirer le sparadrap couvrant sa bouche. Était-ce un geste de paix ?!
L'une de ces trois horribles bestioles, finit par la traîner jusqu'à la grande fontaine qui se trouvait au beau milieu de la place, l'attacha par les pieds et la suspendu la tête en bas, au dessus de l'eau. Isis se mit à se balancer en hurlant aux gens se promenant sur la place, de l'aider, alors que les quatre horreurs qui étaient au pied de la fontaine murmuraient des mots incompréhensibles. Sûrement, des menaces ou des recommandations destinées à la jeune fille, au vu de l'intonation et du regard qu'ils lui lançaient. Elle finit par s'épuiser, se calmer et elle resta pendue de la sorte un long moment...

Au loin, dans la pénombre, une silhouette terrifiante se dessina, celle d'un grand homme, couvert d'une cape noire et le visage caché derrière un large masque d'oiseau digne de la Comédia dell'arte. Il s'avança d'un air menaçant et en l'espace de quelque seconde, il terrassa les quatre monstres sans grande difficulté. Isis en resta bouche-bée puis il s'approcha d'elle, apeuré, elle se mit à brailler plaintivement, lui demandant de ne pas lui faire de mal, mais, étonnement, d'un coup d'épée, il la détacha et la rattrapa dans ses bras afin qu'elle ne se blesse pas lors de sa chute. Une fois les pieds de nouveaux sur la terre ferme, il lui matérialisa comme par magie une épée, afin qu'elle puisse se défendre.
Qui était-il ? Un sauveteur de jeune demoiselle en détresse ?

-Raphaël Graypath. Voyageur des glaces et sauveteur de ces dames dans mon temps perdu.

Apparemment oui. Isis allait lui demander ce qu'il se passait ici et qui étaient ces créatures, ce qu'elles voulaient... Quand un gigantesque boucan déboula sur la place faisant plus de bruit que de dégâts à l'ignoble créature qu'il poursuivait. La Marseillaise se tourna vers l'homme au «bec» en demandant avec angoisse :

-Putain, c'est quoi ça ?

Le boucan ambulant se mit à se jeter sur la créature lui assénant de violents coups en plein visage jusqu'à qu'elle chute à terre et ne bouge plus. Puis cet énorme bruit se tourna vers les deux protagonistes, s'approchant de plus en plus, d'un peu trop près à mon goût. Soudain, le visage d'Isis fut marqué d'un immense sourire qu'elle tenta de dissimuler. Ces cheveux bleus, cette énergie et CE bordel...

-Oh non Kai, Chut chut ! Viens ici, on va t'entendre.

Malgré la tentative d'Isis, il ne lui obéit pas et fonça sur l'homme qui venait de la sauver. L'homme esquiva l'attaque souplement et Kai continua sa route dans le décor... Il essaya une seconde fois de lui sauter dessus, dans le dos cette fois, mais l'homme s'écarta. Kai s'apprêtait à faire un dernier assaut quand Isis le saisit fermement au bras droit. Elle fixa droit devant elle, le visage décomposé :

-Je crois qu'il se relève et qu'il n'est vraiment pas content. On fait quoi ?

~Une chose était sûre, cette bête ne comptait pas discuter du beau temps et fonçait droit sur eux. Isis prit quand même le soin de se glisser derrière les deux garçons. Après tout, c'était eux les hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Mordu
Messages : 952
Date d'inscription : 18/05/2011
Age du personnage : 17

Maraudeur des rêves
Kaijin Zared
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 435
Renommée: 1301
Honneur: -550
MessageSujet: Re: La nuit tombe et l'effroi grandit Dim 20 Juil 2014 - 16:52
Le Kaijin venait d'apparaître à Dreamland. Le royaume dans lequel il était depuis à peine vingt secondes, était une grande ville où il faisait toujours nuit. En général lorsqu'il arrivait à Dreamland, il avait toujours des troubles de l'équilibre, de ce fait il s'étala dans le coin d'une cage d'escalier. Il ferma ses yeux pendant quelques minutes, lorsqu'il les ouvrit pour la seconde fois, il fut d'abord éblouit par la lumière qui pourtant était loin d'être éblouissante, ce n'était qu'une faible ampoule qui crachait une lueur blanchâtre. Bon en même temps, il la regardait bien en face, du coup, évidemment que c'était éblouissant.

Le voyageur posa ses deux mains sur le mur, il était tombé dans un tas de sac plastique poisseux. Il sentait un courant d'air un peu trop froid lui glacer le corps. Qu'es ce que c'était que ces histoires ?

- C'est quoi les histoires ?

En effet, il ne portait aucun vêtements. Il grogna et se tourna vers les sac plastique. Lorsqu'il les regarda, il leva sa lèvre supérieur et son sourcil gauche, il se demandait ce que ces sacs fichaient ici, ces derniers étaient remplis de membres découpés, pourris, ensanglantés. Il haussa les épaules en soupirant et commença à monter les escaliers les bras le long de corps la tête bien enfoncée entre les épaules, le dos légèrement courbé, sa lèvre supérieur recouvrait l'autre, les castagnettes à l'air.

Plus il gravissait les étages, plus l'atmosphère était pesante. Le sol froid, dur et légèrement humide lui donnait la chair de poule. Parfois son visage puis petit à petit, son corps, s'ébrouaient dans un frisson. Il faisait de grand pas, sa démarche ressemblait fortement à celle de Gaston La Gaffe. Lorsque tout a coup il entendit des pas dévaler les escaliers, il s'arrêta lorsque qu'une créature des rêves, d'apparence masculine s'arrêta devant lui, visiblement essoufflée. Kaijin affichait à présent une expression plus méchante, il retrouva de sa grandeur. Une jeune femme, dévala les escaliers aussi. L'homme était plus petit que Kaijin, son visage plus ridé, couvert d'une expression exprimant la peur, mais lorsqu'il regarda l'adolescent dans les yeux, son visage s'éclaircit.

- Vous êtes là pour nous sauver ?
- Pas vraiment, non.

Kaijin attrapa le crâne de l'homme et le frappa contre le mur, la femme poussa un cri strident, elle tenta de fuir, mais d'un geste rapide, le voyageur l'attrapa par les cheveux et la jeta là contre un ou elle se laissa glisser pétrifiée de peur. L'homme rugit en chargeant Kaijin, l'intention y était mais, un coup d'oreiller aurait été plus dangereux pour le boulet que cet homme. L'adolescent attrapa sa victime par le cou, ses pieds quittèrent le sol, il ria aux éclats devant les yeux effrayés et sanglotant de la femme et l'expression de douleur et de terreur dans le visage de l'homme qui se faisait étrangler. Il le lâcha, il avait été étrangement léger.

- Terreur et douleur, agréable cocktail.

Il se tourna alors vers la demoiselle qui gravit les escalier dont elle était descendue, mais une ombre l'obligea à se figer. Une sorte d'humanoïde au pelage blanc attrapa la femme, la glissa entre ses mâchoires et la décapsula. Le cadavre roula quand, le gros humanoïde en slip de jute vacilla légèrement, le nudiste venait de lui frapper les parties avec une rare violence. Si ils avaient bien deux points communs, c'était leur attitude bestiale et leur manque de vêtement.

Le monstre dégringola dans les escaliers, Kaijin était passé sous les jambes de ce dernier et avait frappé avec force l'intérieur du genou gauche. Ce dernier s'étant fléchit, Kaijin courut vers le mur pour s'appuyer dessus, faire un salto et frapper le dos de son adversaire ce qui le poussa dans les escaliers. Ceci dit, cette chance n'arriverait qu'une seule fois dans un espace si étriqué, le voyageur doutait de sa capacité à reproduire une telle action.

Le physique de ce monstre méritait qu'on s'y intéresse. Il atteignait facilement les deux mètres et largement les cent soixante quinze kilos. La perte d'équilibre provoqué par son genou y avait été pour quelque chose dans sa chute. En réalité, cette chose devait son poids à cet énorme ventre plus qu'à ses muscles. Sa tête était très ovale, le haut de son crâne formait un arc de cercle qui se prolongé jusqu'aux épaules. La tête et le cou de cette bête ne faisait qu'un. Elle avait une grande mâchoire qu'on pouvait distinguer grâce aux grosses dents et aux poils ensanglantés. Tout son corps était recouvert de poils blanc comme neige, deux petites billes noir siégeait sur le sommet de ce monstre, nul doute qu'il avait une vision assez obstruée.

Cependant il vit très bien le Kaijin. Ce dernier se hissait de toute sa hauteur avec une colère indescriptible et par dessus-tout ... Complètement à poil. La bête poussa un cri ridicule et s'engouffra dans les escaliers pour fuir le voyageur. Ce dernier regarda la scène interloqué, il suivit la bête pour voir la voir débouler à travers les étages jusqu'à arriver au rez-de-chaussé. Elle passa à travers le mur, c'est un Kaijin furax qui émergea dans la rue qui était uniquement éclairée par des lampadaires. Le boulet fit craquer ses doigts sans quitter des yeux le gros sac. Il sautilla, et se mit à poursuivre cette grosse chose qui accéléra également la cadence en se déplaçant à quatre pattes.

Kaijin attrapa une petite poubelle placée sur le trottoir, il s'arrêta et la lança devant les pieds de la bête pour qu'elle trébuche dessus. Le voyageur parvint à la rattraper et à lui sauter dessus avant qu'elle ne puisse repartir. L'adolescent n'avait pas remarqué qu'ils étaient sur une place devant deux spectateurs. Les deux personnes eurent le plaisir de voir Kaijin tirer sur une touffe de poil de la bête, qui se laissa tomber en gémissant, le boulet roula un peu plus loin, il avait arraché quelques poils et un peu de peau aussi. Lorsqu'il se redressa, il aperçut une silhouette humanoïde muni d'une épée de glace et d'un masque, il tenta de l'attaquer sans grand succès. Il n'avait pas entendu, ni vu Isis. C'était elle la deuxième personne, c'est lorsqu'elle l'attrapa par le bras qu'il se tourna vers elle et la reconnut, il remarqua qu'elle avait une épée sembla à l'autre, d'ailleurs il n'avait pas riposté, soit il était con, soit c'était un allié.

- Oh salut copine !

Dit-il joyeusement à Isis. Puis, il regarda la bête qui était pointée par la voyageuse.

- Oh putain, tu vas prendre cher. Je peux avoir ton arme ?

Dit-il en se tournant vers Isis, elle lui tendit, il la saisit d'un coup sec. Il cria au masqué de ne pas toucher à Isis de manière sèche. Il arriva face au monstre. Ce dernier le toisa dans un grognement. Kaijin leva un sourcil, la bête recula lorsque la lame pénétra son ventre et l'entailla. De toute sa force, de toute sa hargne, Kaijin créa une brèche d'environ un mètre dans le bide de cette chose qui hurla à la mort. L'adolescent n'y prêta guère attention, il planta la lame dans un pied de la bête et rentra dans le ventre.

C'était gluant, caverneux, et dégoûtant. Il fouilla dans le corps de cette chose, il y avait des kilomètres d'intestin la-dedans. Des tripes aussi. Kaijin en utilisa certaine comme des lianes. La composition de ce corps était vachement humain lorsqu'on y en pense, il réussit même à se cogner contre une des côtes de la bête. Il trouva enfin ce qu'il cherchait, il dû tirer assez fort mais il réussit à le prendre, il bougeait faiblement, mais il bougeait, battait plutôt. La bête gémissait en implorant les deux personnes de son regard. Kaijin sortit du corps il lança le cœur de la bête à terre, saisit l'épée et embrocha l'organe. Il se retourna et donna un coup de pied dans le cadavre pour qu'il s'écrase au sol. Le corps du voyageur était recouvert de sang, on remarquait à peine ses attributs. Il éjecta quelques bouts de chair de son corps et s'avança de quelque pas, il s'étira et demanda tout en tendant l'arme de glace à la demoiselle.

- Et vous, votre nuit, elle est comment ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 51
Date d'inscription : 03/03/2014

Nouveau challenger
Raphaël Graypath
Nouveau challenger

MessageSujet: Re: La nuit tombe et l'effroi grandit Lun 18 Aoû 2014 - 22:25
Un gros bruit. Un mec à poil. Un yéti. Un tableau quasiment normal à Dreamland. Mais peu agréable lorsque ledit "mec à poil" vous saute dessus pour vous attaquer. Noah réussi à esquiver par deux fois l’exhibitionniste violent qui eu l'air de connaitre la jeune femme qu'il venait de sauver. Après un court salut, il attrapa l'épée d'Isis et commença a s'attaquer au yéti. Yéti qu'il prit d'ailleurs pour une baignoire car il plongea dedans après lui avoir gentillement ouvert le torse avec l'épée. Il en sortit plein de sang, un coeur sur main, mais pas d'auréole de gentillesse. Coeur qu'il broya quelques secondes plus tard. Surement calmé de sa transe, Kaï revint vers Raphaël et Isis, l'air de rien, poisseux de sang, l'épée à la main. Epée qu'il rendit a Isis:
"- Et vous, votre nuit, elle est comment ?
-Assez bien,
répondit Raphaël d'une voix qui se fit lugubre, déformée par le masque. Mais maintenant que tu es là, je suppose que je peux laisser la jeune femme à tes soins. Moi, je pars de ce côté, dit Raphaël en pointant du doigt la direction opposée à celle par laquelle le jeune homme était arrivé. A plus si on se revoit dans la nuit."

Raphaël reprit son arme qu'il réduisit avec l'autre et qu'il accrocha a sa ceinture et parti dans la direction annoncée. Rien de nouveau dans les rues. Des lampadaires cassés, des monstres, des flaques d'eau et des endroits glauques. Il allait falloir provoquer le destin pour s'occuper un peu. Montant les escaliers du premier bâtiment qu'il aperçu, il se saisit de poubelles en métal vides et autres casseroles qu'il lâcha du haut de la tour. Le bruit qui firent les bouts de métal en rencontrant le sol suffiraient surement à rameuter les monstres des alentours. Restait à attendre.

Il n'eut pas longtemps à attendre avant que le premier monstre ne pointe le bout de son nez. Un groupe de trois monstres débarqua de la cage d'escalier et se jettèrent tête baissées sur Raph qui n'eut qu'a faire un pas pour un esquiver un qui se retrouva une dizaine d'étages plus bas en quelques secondes. Les deux autres se firent tuer en quelques secondes. A croire que le Royaume avait tout misé sur l'apparence et rien sur la vraie force. Mais il faut croire que non, le Royaume n'avait laissé la force de côté.

Une présence attira l'attention de Raphaël. Des bruits de pas. Quelqu'un qui court surement. Raph sorti ses deux épées et se mit en garde, l'une de la taille d'un poignard et l'autre de la taille d'une épée normale. La silhouette sorti des ténèbres a toute vitesse. Raphaël eut a peine le temps d'esquiver le premier coup que son adversaire lui assénait à la figure, coup qui ricocha contre le masque de Raphaël, le faisant tomber et casser. Son adversaire passa derrière lui dans son élan, et Raphël put faire volte-face à temps pour ne pas se prendre le couteau dans le dos.

A présent, il pouvait voir à quoi ressemblait son adversaire. Assez grand, les cheveux noirs, le teint cadavérique et une sourire qui réveilla la mémoire de Raphaël. "Jeff le tueur..." Les doutes de Raphaël se dissipèrent. il était bien dans un Royaume peuplé de créatures sorties de creepypastas ou d'autres médias véhiculant des images horrifiques. Mais cela lui donnait l'avantage. Il connaissait déjà son adversaire. Il était rapide et bon au corps a corps. Surement plus fort que lui d'ailleurs. Rien pour rassurer Raphaël. Recouvrant son torse de sa peau de glace, il se rua dans les escaliers, sautant au-dessus des rambardes, glissant sur les rampes pour descendre plus vite. Mais son adversaire, faisant la même chose, ne perdait pas de terrain. S'engouffrant dans un appartement, il sauta a travers une des fenêtres pour se retrouver sur le toit du bâtiment voisin sur lequel l'attendait une étrange poupée.

Vous connaissez Tails du jeu vidéo Sonic? Ce petit renard qui vole en agiteant ses queues. Oui, cela-ci. Et bien cette poupée était à son effigie. Pour quelqu'un de nouveau à l'univers des creepypastas, celle-ci ne devait représenter rien pour eux, mais pour Raphaël c'était bien différent. Si les propriétés de cet objet étaient tels que dépeintes dans l'histoire qui lui était dédiée, elle permettrait a Raphaël de s'en tirer. Se retournant, il vit Jeff qui arrivait sur le toit lui aussi, couteau à la main. Se mettant devant la poupée de façon à ce que son adversaire ne la vit pas, il attendit que celui-ci arrives a une paire de mètres de lui pour agrandir son épée. Il fit un pas en arrière et plaça le plat de l'épée derrière celle-ci. Il se laissa atteindre au ventre, le coup dévié par sa peau de glace. A cette distance, il n'eut qu'a pousser un peu sur son épée pour faire toucher la poupée à son adversaire. Raphaël n'eut plus qu'a se remettre a fuir à toute vitesse. Ledit Jeff tomba avant de faire le premier pas, ce qui laissa à Raphaël le temps de se faire la malle.

S’arrêtant sur un banc, Raphaël souffla un peu. Si la poupée Tails n'avait pas été là, il aurait surement fini en steak. Et Jeff n'allait surement pas le lâcher comme ça. Il lui fallait un plan s'il voulait survivre cette nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 55
Date d'inscription : 25/12/2012
Age du personnage : 19

Nouveau challenger
Isis Luminaria
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: La nuit tombe et l'effroi grandit Ven 29 Aoû 2014 - 0:23
Du sang... Encore du sang... Toujours du sang. Avec Kaijin, il était toujours question de sang... Et de nudité apparemment. Lorsqu'il demanda à Isis de lui donner son épée, elle n'hésita pas une seule seconde. Il fonça alors jusqu'à cette espèce de Yéti et planta de toutes ses forces l'épée dans son ventre. C'est alors qu'Isis remarqua que Kai était nu comme un ver.

-Non mais... C'est quoi... Les histoires, là ?

S'en suivit un épisode sanglant et monstrueux. La jeune fille tourna la tête vers Raphaël pour ne pas vomir devant cet abominable spectacle puis elle posa son front sur son épaule, le temps que l'enfant meurtrier revienne.
Lorsqu'Isis ouvrit les yeux, Kai était couvert de sang de la tête au pied. Il se rapprocha d'eux et s'informa sur leur nuit :

-Et vous, votre nuit, elle est comment ?

Raphaël répondit en premier :

-Assez bien. Mais maintenant que tu es là, je suppose que je peux laisser la jeune femme à tes soins. Moi, je pars de ce côté. Il pointa la direction du doigt. À plus si on se revoit dans la nuit.

Isis se tut et se contenta de regarder, ce qui fut son sauveur, partir dans la direction opposée. Il était hors de question qu'elle abandonne Kai, qui était devenu un allié. Elle lui proposa alors de lui trouver des vêtements et de quoi se nettoyer un minimum. Elle le prit par la main et se mit à longer les murs pour ne pas être repérée.
Dans ce royaume, les monstres hostiles courraient les rues et il valait mieux éviter le danger pour le moment.
Après une petite demi-heure de marche, au bout de la rue, elle remarqua une petite boutique, une friperie. Elle la pointa du doigt et se mit à courir vers celle-ci. La devanture était sobre et très discrète. Il n'y avait pas de fenêtres. La porte était blindée et fermée à double tour. Pour rentrer, il fallait sonner. Isis appuya sur le bouton de la sonnette et quelques minutes après, une vieille petite dame aux oreilles pointues entrouvrit la porte. Elle les dévisagea avec de grands yeux puis leur fit signe de rentrer. Elle referma immédiatement la porte.
Cette boutique de vêtement était absolument fabuleuse. Il y avait trois étages, des escaliers à en donner le vertige, des vêtements à en perdre la tête. Tout était bien rangé, tout était à sa place et la vieille dame qui avait regagné sa place derrière son comptoir en bois verni, faisait de la couture, tout en jetant des coups d'œil aux deux jeunes gens.
Isis allait enfin pouvoir s'offrir de nouveaux habits. Et Kai allait enfin pouvoir porter des habits. Seulement, aucun d'eux n'avait d'argent. Et après un moment à tourner en rond sans rien acheter, la vieille dame sauta sur l'occasion. Elle se leva péniblement de sa chaise et se dirigea vers les deux jeunes.

-Vous n'avez pas d'argent, c'est ça ?

Isis acquiesça d'un signe de tête.

-Vous m'avez l'air d'être des voyageurs... Voilà ce que je vous propose...

C'est alors, qu'elle leur proposa un marché. Elle leur donnerait des vêtements en attendant et de leur côté, ils devaient éliminer une créature du nom de « Slender man ». Cette créature tuait beaucoup de personnes la nuit venue et elle avait enlevé le petit-fils de cette femme. Toutes les personnes ayant voulu le tuer avaient échouer. La mamie ajouta qu'ils devraient s'en sortir avec difficulté, certes. Mais qu'ils y arriveraient. Elle les supplia d'accepter.
Isis regarda Kai, cette idée avait l'air de le botter : du moment, qu'il y avait de la bagarre, cela lui allait et elle, aider cette dame était une motivation.

La mamie entraîna Kai dans l'arrière-boutique afin qu'il se fasse un brin de toilette et donna des habits confortables et discrets à chacun. Isis avait eu droit à un pantalon noir très serré et très souple, un débardeur et une cape noire ainsi que des rangers ainsi que de quoi s'attacher les cheveux.
La jeune fille patienta le temps que son ami ait fini de se préparer puis elle ouvrit la porte du magasin, la dame leur souhaita bonne chance, Isis sortit la première et s'engouffra dans la brume qui planait dans les ruelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Mordu
Messages : 952
Date d'inscription : 18/05/2011
Age du personnage : 17

Maraudeur des rêves
Kaijin Zared
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 435
Renommée: 1301
Honneur: -550
MessageSujet: Re: La nuit tombe et l'effroi grandit Mar 21 Oct 2014 - 14:15
C'était gênant, non mais, vraiment gênant. L'adolescent avait totalement oublié le fait qu'il était nu, devant deux personnes, dont une demoiselle qu'il connaissait. La honte devait envahir tout son être ... Mais attendez, je parle bien de Kaijin ? Ce dernier n'en avait strictement rien à faire et comme si c'était de sa faute en plus. De toute façon, l'exploit qu'il venait de réaliser rendait cette absence de vêtement totalement désuète.

Le voyageur masqué décida de s'en aller. Kaijin le toisa avec un rare plein de mépris. Il tourna son visage vers Isis, ils s'échangèrent un sourire, puis elle lui proposa d'aller chercher des vêtements, judicieuse idée. Ils longèrent les murs des divers immeubles, pour rester cachés dans l'obscurité. Un silence lugubre régnait en ces lieux sombres et dangereux. Les tympans du voyageur ne percevaient que le son de ses pas et de ceux de son amie ainsi que leurs respirations.

Ce n'est qu'après une trentaine de minutes, qu'ils trouvèrent une boutique adaptée aux besoins vestimentaires du voyageur. Trente minutes où ils n'avaient rencontré aucun monstre, ils n'auraient pas deux fois la même chance. En s'approchant du magasin totalement barricadé, la demoiselle lâcha le bras de Kaijin pour se rapprocher et sonner à la porte de la boutique. Kaijin ne bougea pas, il inspecta le périmètre, il lui sembla détecter une anomalie, au loin, faisant apparaître en son ventre, une boule d'anxiété.

La porte s'ouvrit, le voyageur détourna son regard de l'endroit qu'il surveillait, il s'engouffra dans la boutique avec Isis. La pièce n'était pas agréable, le contraste entre le climat plus ou moins doux de l'extérieur et celui de la pièce climatisée y était pour beaucoup. Ce qui ne découragea pas le Kaijin, on était mieux ici que dehors, en plus, se balader le poireau au vent était loin d'être agréable. Isis suivit l'adolescent dans sa quête de vêtement, mais cette dernière eut la politesse de saluer la vieille vendeuse.

Kaijin ne savait que choisir, il écartait les divers vêtements exposés dans la boutique sans savoir quoi acheter. Le sang accroché à son corps avait séché, formant de gros pâté coagulé. Les frissons qui parcouraient son corps faisaient danser ces tas de globules rouges. Isis était à quelques mètres de lui, elle parlait à la vieille vendeuse, Kaijin n'avait même pas essayé d'écouter la conversation, il était beaucoup trop occupé à regarder les vêtements.

Au bout d'un moment, la voyageuse regarda son compère, qui n'avait pas suivi un mot de la conversation, il se contenta de lui faire son plus beau sourire, dans le contexte de la conversation ça voulait dire « Allons défoncer du méchant pas beau ». Le jeune garçon se mit à penser que son sourire avait rendu possible l'acquisition gratuite de vêtement, c'était plutôt sympathique comme procédé. Il était totalement en accord avec cette manière de faire. Être aussi à côté de la plaque, c'est dingue tout de même. Lorsqu'il sortit du magasin, il portait un pantalon violet, une chemise violette, une cravate à carreau assez sombre et un veston vert. Oui, Kaijin portait les habits du Joker du fabuleux film ''The Dark Knigth'' de Christopher Nolan. Le personnage collait bien à l'univers du royaume.

La vielle vendeuse avait fait sortir le duo de voyageur par une issue de secours, cette dernière se trouvait au fond du bâtiment. Un grand labyrinthe fait de haie et de ruines délabrées s'étendait devant leurs yeux ébahis. Elle leur cria quelque chose.

- Le Slenderman est par là, trouvez-le et chassez-le ! Voici, vos armes : les bâtons de la lumière divine ! VITE !

Elle leur lança les « bâtons de la lumière divine » et claqua la porte derrière elle. Kaijin examina son fameux « bâton de la lumière divine », c'était une lampe torche. Il la regarda sous tous les angles, elle n'avait rien d'exceptionnelle. Il appuya sur le bouton qui se trouvait à l'opposé du projecteur. Un faisceau de lumière jaillit, il n'avait rien de spécial. Une moue dédaigneuse se dessina sur le visage du voyageur, mais, très vite, elle se fit remplacer par sourire totalement effrayant. Il glissa la lumière sous son menton et se tourna vers Isis.

- Tu veux que je te raconte une histoire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 51
Date d'inscription : 03/03/2014

Nouveau challenger
Raphaël Graypath
Nouveau challenger

MessageSujet: Re: La nuit tombe et l'effroi grandit Sam 20 Déc 2014 - 19:12

Cela faisait déjà bien 20 minutes qu'il était sur le banc. Il avait beau retourner le problème dans tout les sens, il ne voyait pas comment il pourrait défaire un ennemi plus fort, plus agile et plus rapide que lui, même avec le facteur chance de son côté. Ses épées avaient fondues depuis un bout de temps lorsqu'il se releva, décidant que continuer à éviter son assaillant serait la meilleure solution. Marchant à découvert et au hasard dans les ruelles, il ne croisa rien, personne, pas le moindre monstre. Rien. Seule l'apparition de lampadaire ponctuait sa marche dans la ville.

Après quelques minutes de marche, il se rendit compte qu'il était revenu sur ses pas, à en juger la présence du cadavre de yéti et des sbires sur la place entourant la fontaine. Avec un peu de chances en remontant la rue opposée, il retrouverait les deux voyageurs qu'il avait laissé en plan. "A plus si on se revoit dans la nuit" avait-il dit. Forçant le destin, il les traça a travers la ville, même si ce ne fut pas chose aisée car il dût esquiver deux escadrons de monstre plus nombreux que précédemment. 

Débouchant sur une rue plus grande que les autres, il détailla les bâtiments. Une jeune femme avec un ado nu couvert de sang... Où pourraient-ils aller? Peut-être poutrer du monstre encore et toujours, au vu du caractère du jeune garçon, cela n'aurait pas étonné Raphaël. Le second endroit aurait été un magasin de vêtements, ou un quelconque endroit pouvant donner accès a des vêtements. Une friperie même. C'était d'ailleurs le magasin au bout de la rue.

Cadenassé, blindé, fermé, la seule manière d'entrer était de sonner. Une vieille dame ouvrit, le regarda quelques secondes. Raphaël prit la parole, lui demanda s'il avait vu un adolescent nu avec une jeune femme. Celle-ci acquiesça. "Où sont-il partis?". Elle lui expliqua ce qu'il s'était passé et Raphaël lui demanda de le laisser passer de l'autre côté. Elle fut d'accord mais tendit à Raphaël une lampe torche, aussi connue sous le nom de "bâton de la lumière divine". Un nom bien badass pour peu de chose. Elle lui expliqua aussi que Slender se baladait tranquillement de l'autre côté de la maison et qu'il allait falloir faire attention. Après être passé dans les mains de Jeff le tueur, il n'était plus à ça près.

Déboulant dans le jardin, il se retrouva face à un espèce de labyrinthe végétal. A l'intérieur de celui-ci se trouvait les deux jeunes. Et Slender. Sur qui allait-il tomber?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La nuit tombe et l'effroi grandit Aujourd'hui à 3:35
Revenir en haut Aller en bas

La nuit tombe et l'effroi grandit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1-