Haut
Bas

Partagez|

Parabole sous parasol (Terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Messages : 334
Date d'inscription : 06/07/2013
Age du personnage : 21

Voyageur Expérimenté
Dan Sorro
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 80
Renommée: 758
Honneur: -120
MessageSujet: Re: Parabole sous parasol (Terminé) Mer 20 Aoû 2014 - 19:58
Après avoir craché suffisamment de sable pour pouvoir articuler le mot de cambronne avec un léger cheveux sur la langue. Nôtre pseudo aventurier des plages se releva en époussetant le reste de sable qu'il avait dans ses cheveux. Le profile amoché, c'est en titubant qu'il alla retrouver les deux autres prêt de l'eau. Il n'y avait pas à tortiller, ces deux là avaient gérés leur figure. Ce n'est qu'une fois prêt des deux rescapés que son attention se porta derrière lui. Les crabes semblaient remontés sur les requins qui ne faiblissaient pas ne laissant pas une chance aux créatures s'opposant à eux. Les idées que soulevèrent le jeune homme et la femme ne le laissèrent pas indifférent. Emprunter la plage était le meilleur moyen de se faire traquer, ils allaient devoir reprendre un chemin moins prévisible. En y repensant, il ne devait pas y avoir grand chose d'utile là dedans, de plus les requins allaient sûrement la fouiller après s'être débarrassés des gêneurs. La vision de Dan n'allait pas en s'améliorant, les éléments du décors se distordaient lentement l'empêchant de se concentrer. De plus, la mort de Djean l'ennuyait énormément. Il s'était tant battu pour finalement finir découper en deux par un putain de crustacé. Puis merde, pourquoi il n'avait pas simplement disparut dans un petit nuage comme tout les autres? Peut être que les mort gores étaient à retardement? Ca serait vraiment glauque et inapproprié? Pouvait-on rêver dans le monde des rêves? Rah bordel, ce n'était pas le moment de s'emmerder avec des histoires aussi barbantes.

Le regard du jeune voyageur se pencha légèrement vers la forêt de palmier qui donnait sur l'autre côté de l'île. La végétation semblait retrouver le flanc de la montagne. L'idée qu'il puise avoir plus de chance de les semer à travers des petits chemins lui sembla évidente. Mais l'idée que le sol de la forêt puise être aussi composé de sables le freinait. Continuant de songer encore quelques instants en écoutant malgré lui les vacarmes lointain de la bataille que ce livraient les monstres. Le jeune voyageur se décida finalement à prendre les devants:

-Bon, la petite forêt là bas ça pourrait s'avérer pratique. Si on arrive à regagner le flanc de la montagne on pourra les contourner puis essayer de retrouver nôtre embarcation. On a peut être une chance de s'en tirer. Je ne vois que ça, où prier pour trouver une autre alternative sur le chemin.

Le visage du jeune homme oscilla lentement de Stephanie à Lucien pour savoir si ils approuvaient l'idée. Espérant que dans le cas contraire leurs solutions allaient leurs offrir une meilleur échappée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Chaos
Messages : 267
Date d'inscription : 24/08/2010

Maraudeur des rêves
Lucien Sandman
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 180
Renommée: 1132
Honneur: -260
MessageSujet: Re: Parabole sous parasol (Terminé) Jeu 28 Aoû 2014 - 23:42
Etaient-ils vraiment condamnés à fuir jusqu’à la fin de la nuit ? N’avaient-ils pas d’autre échappatoire que de courir ? Ne pouvaient-ils pas trouver une cachette ou quelque chose ? Leurs poursuivants étaient des monstres sanguinaires qu’ils ne pouvaient pas vraiment chercher à combattre, surtout maintenant que Djean était mort et qu’ils les avaient vu massacrer des crabes géants. Néanmoins, fuir commençait à devenir particulièrement lassant et Lucien craignait fortement d’en venir à un état d’esprit détestable : celui où l’on espérait seulement se réveiller avant que la mort ne vous frappe. S’il pouvait éviter d’en arriver là, il ferait tout son possible. Car pour l’instant, à part courir, ils n’avaient pas fait grand-chose et cette mascarade était plus épuisante qu’agréable. Lucien sentait clairement ses jambes devenir moins dociles à chaque pas, ses muscles lui envoyer des signaux de détresse et ses paupières appeler à être fermées pendant au moins plusieurs minutes. Pire, il avait la respiration difficile. Ce séjour aux tropiques oniriques ne lui plaisait pas du tout. Stéphanie avait suggérer de profiter de la distraction de leurs ennemis pour les semer et espérer qu’ils ne sachent pas les poursuivre et Dan avait poursuivi la logique en parlant d’aller dans la petite forêt de palmiers, en suivant la plage. Lucien grogna. Entre celle qui pointait les évidences et l’autre qui ne donnait pas vraiment d’autre solution que de continuer à faire ce qu’ils faisaient depuis le début, il en avait un peu marre. Non, il était temps qu’ils tentent autre chose et plus cette chose était n’importe quoi, plus elle lui plairait. Stéphanie n’avait peut-être pas d’avis sur la proposition de Dan, mais lui en avait une.

« Nan ! On ne va pas aller dans la forêt et courir jusqu’à ce qu’on se réveille ! » trancha-t-il d’un air mécontent. « On va faire autre chose, de beaucoup mieux, on va… on va…. »

Il mit son esprit en route. Hélas, celui-ci était un peu embué par la fatigue et il ne parvenait pas à réfléchir aussi vite qu’à son habitude. Pourtant, le contrôleur du chaos était le roi de l’improvisation et des idées loufoques. Et son expérience lui disait que, plus l’idée était folle, plus elle avait de chances de réussir. Après tout, leurs ennemis les poursuivaient avec logique, s’ils faisaient quelque chose d’absurde, il y avait peu de chance que ceux-ci les rattrapent. Et tout naturellement, la solution lui apparut.

« On va couler ! » déclara-t-il avec une fierté immense.

« Pardon ? » s’étonna Stéphanie, un peu surprise, dont le regard chercha un peu le soutien de Dan.

« Discutez pas ! Suivez-moi, je vais vous montrer ! Stéphanie, il te reste des clones ? »

Elle acquiesça sans comprendre. Lucien passa à l’acte. Il retourna l’une des deux carapaces qu’ils avaient récupérées et intima aux deux autres de passer dessous pour l’aider. Puis, il demanda aux deux derniers clones de la jeune femme de monter sur la seconde embarcation et de ramer vers le lointain, ce qu’ils firent sans poser de questions. Enfin, Sandman poussa les deux autres à plonger dans l’eau avec la carapace retournée sur la tête. Une petite poche d’air se créa, leur permettant de respirer et ils purent avancer avec lenteur vers les profondeurs. Il prit cependant soin de les mener vers quelques rochers qui se trouvaient au fond de l’eau, afin de pouvoir s’y cacher au cas où les monstres marins regardaient dans leur direction. Autour deux, quelques poissons sympathiques et aux jolies couleurs se baladaient innocemment.

« Ah ah ! » fit Lucien, avec une voix qui résonnait étrangement sous leur abri. « Je vous l’avais dit ! »

Et de fait, il n’eut pas tort. Quelques minutes plus tard, Stéphanie fit disparaître ses deux invocations, qui avaient réussi à amener l’embarcation jusqu’à un autre point de l’île, éloigné de leur position en laissant des traces pour faire mine de s’y être arrêté et d’avoir continué à pied. Les requins passèrent en nageant à la surface et en pressant le pas pour rattraper la carapace à présent vide. Quant aux trois voyageurs, ils restèrent dans leur cachette un bon moment, jusqu’à ce que leurs ennemis soient hors de vue. Le plan avait fonctionné, mais que devaient-ils faire maintenant ? Après tout, ils n’étaient pas totalement hors de danger non plus.

« Bon, et maintenant ? » sourit le contrôleur aux deux autres.

A eux de trouver une idée qui leur permettrait d’être tranquilles jusqu’au bout de la nuit. Il avait déjà fait beaucoup, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 334
Date d'inscription : 06/07/2013
Age du personnage : 21

Voyageur Expérimenté
Dan Sorro
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 80
Renommée: 758
Honneur: -120
MessageSujet: Re: Parabole sous parasol (Terminé) Mar 2 Sep 2014 - 4:12
Après avoir répondu négativement du regard à cette douce Stephanie, Dan s'était contenté de suivre le jeune homme dans son plan. Aussi farfelu soit-il, ce voyageur avait sûrement plus d’expérience que lui. De plus, la fatigue et la douleur n'étaient pas le genre de chose auxquelles on résistait le mieux. Autant l'admettre, Dan commençait à se laisser aller. Courir lui semblait être la seule solution possible. Si ses jambes venaient à céder la question de savoir si il tenait à la vie où non deviendraient obsolètes. Alors autant les préserver le plus longtemps possible, écouter le plan de Lucien puis s'abstenir de tout commentaire quant à la démesure de cet acte. Du pur génie, ils étaient en vie et les requins filaient au loin. Il ne leur restait plus qu'à s'en aller doucement sans gestes brusques. Plusieurs soupirs de soulagement plus tard, le contrôleur de sentiment se laissa aller à rire nerveux qu'il ne put contenir. Les choses avaient réellement manquées de se finir, aurait-il put en vouloir à Lucien si ce fut le cas. Dans l'absolu peut être, mais les souvenirs disparaissaient sûrement lors du funeste soir en face à face avec la mort dreamlandienne. Lorsque le sauveur eu finit de se réjouir de la réussite de son plan, Lucien réclama sa récompense, Stéphanie et Dan devaient trouver le moyen de mettre un terme définitif à cette course poursuite. Ils se regardèrent de nouveau entre deux souffles, puis commencèrent à réfléchir.

L'esprit apaisé par le premier réel moment de tranquillité depuis son arrivée, Dan se surprit à éprouver du respect pour ces deux énergumènes. Ils étaient de sympathiques compagnons de voyage, discret mais efficace. On ne pouvait leur reprocher leurs étrangetés, il n'y avait pas grand chose d'autres autours d'eux de toute manière. La cabane lui revint en tête, peut être pouvaient-ils y trouver quelque chose d'intéressant? Un vieillard sourd n'ayant pas entendu le vacarme, un squelette oublié où même un passage secret qui sait? A la fois piqué par la curiosité, mais aussi retenu par le doute il mit longtemps à se décider de parler. Stephanie avait bien proposée quelques suggestions, mais elle se défilait sans même laisser les deux autres donner leurs avis. Trouvant toujours quelque chose à redire sur les réactions des deux voyageurs attentifs. Dan se permit alors de donner son avis:

-Quand ils se rendront compte qu'ils nous ont perdus. Ils iront sûrement nous chercher au bateau.

-Ils vont s'en débarrasser.

-C'est peut être déjà fait, mais ça nous laisse quand même un peut de temps. Si on a de la chance ils croiseront quelques crabes entre temps.

-Ils vont préférer les éviter, ce ne sont pas des bleus, ça nous fait encore plus de temps qu'on gâche à discuter.

-Je vais aller sur la plage, il y a peut être quelque chose d'utile dans la cabane. J'ai cru voir un écriteau dessus, quand on est passé à côté.

-On va encore perdre du temps, en plus c'est risqué...

-J'y vais en éclaireur. Je vous ferais signe si je trouve quelque chose d'intéressant, en cas de danger, j'irais vers la forêt, pendant ce temps là trouvez une idée géniale.Je suis trop mauvais pour ça.

Il retourna sous l'eau puis commença à nager, ne sortant pas la tête par peur de croiser un requin sur la plage avant un petit moment. Il fallait rester prudent, imitant les crocodiles il ne sortit qu'une partie de son visage, observant l'abord de l'île avec attention. Il était difficile d'aborder cet endroit sans éprouver une certaine appréhension. Ce qu'il venait de se passer l'avait réellement secoué. Mais il avait vécut des lendemains de cuite proportionnellement aussi tendu. Le facteur mortalité en moins bien sûr, bien qu'un homme bourré où mal réveillé soit plus facilement sujet au tragique accident du pied sans l'autre. Après s'être brûlé une fois où deux la rétine en négligeant l'écart qu'il devait laisser entre ses yeux et l'eau, le jeune homme fut soulagé de ne rien trouver de dangereux. La cabane lui tendait simplement les bras. Regagnant avec facilité la plage en crawle après avoir jeté un dernier coup d'oeil aux alentours. Le sable avait une chaleur plus douce, l'air était plus pure bref on se saurait presque cru en vacances. Finalement libre de bouger, il ne se permit pas de faire le moindre geste pouvant compromettre la cachette des deux autres. Ils pouvaient toujours en avoir besoin. Ne pouvant essuyer ses yeux avant que ses mains en sèchent, il essaya de lire avec peine les quelques notes peintes sur le papier blanc.

Découvrez les tréfonds de nos océans... avec Watershort!


Sans rencontrer la moindre résistance, la porte s'ouvrit en grinçant légèrement. Rien n'en sortit si ce n'est une odeur de fruits de mer moisit. Avançant avec prudence il entra sans frapper, découvrant alors plusieurs shorts accrochées aux murs. Un petit comptoir laissait reposer plusieurs brochures stylisées intrigua Dan. Le voyageur se permit d'en prendre une découvrant avec joie toutes les opportunités qui s'ouvraient au trio de rescapés. Il eu une triste pensée pour Djean, repensant au petit nuage qui l'avait emporté. Sans perdre plus de temps inutile en lamentation, il s'empara d'un short puis l'essaya. La drôlerie onirique surprit désagréablement Dan en comprimant atrocement ses bourses pendant quelques secondes. Mais une fois le supplice infligé, le textile se détendit libérant l'entrejambe du survivant. Une infinité de fils noirs recouvraient son corps avec une vivacité effrayante. Seule sa tête fut épargnée. Si les créateurs de cette brochure ne s'étaient pas entièrement foutu de la gueule des lecteurs, ils devaient pouvoir activer la bulle d'air sensée la recouvrir en appuyant sur une petite zone hexagonale située prêt de son nombrils.

Une fois séduit par le concept, il s'empara de deux shorts, puis retrouva la plage. Sa beauté avait été gâchée par les événements, heureusement ces merveilles allaient peut être leur donner une chance de se reposer. Après avoir refermé la porte avec délicatesse, il entendit mais surtout sentit un énorme souffle lui flageller la nuque. Terrifié, mais aussi prit de court il se contenta de plonger en avant, roulant comme un enfant de quatre sur le sable pivotant suffisamment pour tomber nez à nez avec une sorte d'énorme pélican au cou de vautour. Ses plumes blanches, et son chapeau de marin lui donnait une allure de bon gars. Mais la façon dont il fumait sa pipe ne lui plaisait pas du tout. Battant sèchement des ailes, il ouvrit finalement le bec:

Pas trop serré? Tu t'en es remis plus vite que les autres je crois.

-C’est vous qui avez conçu cette chose ? C'est horriblement dououreux bordel!

-Pas vraiment, j’en tire simplement profit. Puis je ne peux pas vraiment les enfiler... avoua il en lui montrant ses plumes.

-Quoi ?

- Al enchanté,  tu comptes payer?

-Non. Déclara-il exaspéré en se  relevant sans gestes brusques.

-Ta le mérites d'être franc petit, je demanderais aux requins de le prendre en compte.. rétorqua t’il conscient de son avantage dégueulasse.

-Attendez, s'il vous plais ne faites pas ça...

-Buisness is buisnes .

-Qu'est-ce que vous voulez? Je n'ai pas d'argent mais je peux peut être vous rendre service?


Le volumineux oiseau des mers se caressa le bec, réfléchissant avec une esquisse mal peinte de sourire. Dan avait trouvé la solution, cette ordure avait sûrement prévu quelque chose. Depuis le début de leur rencontre, son but était de l'amener à ça. Piqué dans sa fierté, le contrôleur serra les dents, attendant avec impatience que le volatile s'exprime:

-Il y une épave, qui contient une petite boîte étanche avec une inscription rouillée dessus. Elle se trouve dans la chambre du capitaine. Amènes là moi dans une heure et je te laisserais prendre les shorts. Si tu mets plus d'une heure... pas besoin de te faire un dessein n'est-ce pas?

-Elle se trouve où vôtre épave?

-Pas très loin, je te guiderais en survolant l'itinéraire. Ne t'en fais pas, je volerais assez bas pour ne pas attirer l'attention. On prendra tes amis sur le chemin qu'en penses-tu?

Le controleur ne répondit rien, se contentant d'aller dans l'eau en nageant sans essayer de rejoindre ses compères. Il était certes un looser, mais pas un traître, il laisserait l'oiseau aller les chercher. Si il savait vraiment où ils se cachaient, il n'aurait pas de difficulté à leur expliquer la situation.[/u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Chaos
Messages : 267
Date d'inscription : 24/08/2010

Maraudeur des rêves
Lucien Sandman
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 180
Renommée: 1132
Honneur: -260
MessageSujet: Re: Parabole sous parasol (Terminé) Mar 16 Sep 2014 - 14:58
[HRP : vraiment désolé pour ce retard. Je finissais d'écrire ma quête solo et je reprenais le travail, mauvais mélange ^^' /HRP]

La combinaison le serra atrocement et il agrippa instinctivement le bras de Stéphanie au moment où ses parties génitales sentirent la pression. Contrairement à Dan, il lui fallut à peu près une minute pour s’en remettre plus ou moins. Même une fois la pression relâchée, il gémit de douleur et serra les dents avec haine en regardant le jeune voyageur qui lui avait proposé l’idée. Il lâcha le bras de la jeune femme qui se le massa immédiatement, sans paraître ni amusée par sa réaction, ni en colère contre lui. Si elle avait ressenti la moindre douleur, ce n’était pas son genre de le montrer. Libéré de sa main, elle enfila son propre short, sans réagir davantage qu’en haussant un sourcil – de surprise ou de plaisir, impossible à déterminer. Quoi qu’il en soit, Lucien envia longuement son corps féminin et grogna en signe de déception face à ses propres attributs. Toujours énervé par cette mauvaise surprise, il se tourna vers Dan et lui envoya un regard noir.

« Tu es sûr de toi hein ? » lança-t-il un peu méchamment. « Ce type ne va pas vendre la mèche ? »

« Tant qu’on lui rend service, on ne devrait pas avoir de problème. » intervint pragmatiquement Stéphanie. « Je crois qu’on sera plus en sécurité à faire quelque chose d’aussi inattendu qu’à revenir au bateau. Et puis, on se réveillera peut-être en cours de route. »

« Je suis désolé, mais un type qui vend des combinaisons pareilles n’est pas nécessairement digne de confiance… »

Elle ne répondit pas mais eut un bref mouvement de tête révélateur. Pour elle, il semblait que c’était plutôt l’inverse. Ils étaient toujours sous la carapace et l’oiseau marchand devaient être non loin au-dessus du niveau de l’eau. Ils ne le voyaient pas pour l’instant. Cependant, ils savaient qu’il les guettait, s’ils mettaient trop de temps, il finirait par appeler les requins et ils pourraient dire adieu à leur semblant de tranquillité. Sans un mot de plus, ils appuyèrent tous sur les boutons indiqués afin de faire apparaître une bulle autour de leurs visages et relâchèrent enfin la carapace. L’air qui s’en échappa créa quelques remous en surface, mais ils se retrouvaient à présent sous l’eau, dans des combinaisons étranges qui leur permettaient de marcher ici comme ils auraient pu le faire à la surface. A ce point même que Lucien ne sentit plus la résistance naturelle de la masse liquide. Tant mieux, car marcher au fond de l’eau aurait pris des heures.

L’épave, selon les indications données par Dan, devait se trouvait plus loin de la côte, sous l’eau, bien évidemment, sans quoi l’oiseau y serait allé lui-même. Ils avaient juste à avancer jusqu’à celle-ci, et récupérer quelque chose à l’intérieur. Lucien pressentait un danger quelconque, mais n’en parla pas. Comme Stéphanie, il espérait surtout se réveiller avant de savoir qui l’oiseau allait les trahir ou s’il les emmenait vers le plus grand traquenard jamais imaginé. Hors de question qu’il courre donc. Il allait rejoindre sa destination en marchant doucement, à la manière d’un homme fatigué, ce qu’il était de toute manière. Il n’y avait pas plus d’une vingtaine de mètres de fond ici, peut-être trente au grand maximum. Depuis la plage, il y avait une pente douce qui se stabilisait très vite en plancher sablonneux. Des rochers et bancs de poissons colorés semblaient former la seule attraction des environs. Ils marchèrent un bon moment en lançant des regards régulier à la silhouette indistincte de l’oiseau qui volait au-dessus d’eux avant que n’apparaisse effectivement le contour d’une épave.

Elle ressemblait à une épave maudite issue d’un vieux film. C’était un petit vaisseau qui n’avait jamais compté qu’un seul grand mât, évidemment brisé, et probablement pas plus de deux ponts superposés. En bois, avec sa belle forme de flèche, l’éperon était tourné vers eux avec majesté. Il était penché sur le côté, d’au moins quarante-cinq degrés et on pouvait observer un trou béant sur son flanc, menant directement à la cale. Il était posé là, contre un rocher tout sombre, attendant juste qu’on le pille, qu’on l’explore et qu’on s’y fasse quelques frayeurs. Un poisson jaune entra à l’intérieur comme s’il s’agissait de la plus naturelle des choses. Lucien regarda ses compagnons. Ils y étaient, maintenant. Il s’avança le premier, marteau bien en main, afin de se prémunir contre tout danger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 334
Date d'inscription : 06/07/2013
Age du personnage : 21

Voyageur Expérimenté
Dan Sorro
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 80
Renommée: 758
Honneur: -120
MessageSujet: Re: Parabole sous parasol (Terminé) Jeu 18 Sep 2014 - 13:50
Hormis le chantage odieux auquel il s'était naturellement soumis, plus rien ne semblait pouvoir l'emmerder. Stephanie rappela au cerveau atrophié de Dan que le réveil était aussi une option. D'ici une heure ils auraient avec un peu de chance le temps de se réveiller. Alors à quoi bon paniquer? Se reposer entièrement là dessus était du point de vue de Dan effrayant. Peut être était-il vraiment trop con, il s'était tellement investit à sauver son cul toute la soirée qu'il en avait oublié son statut. Après tout, est-ce que les voyageurs étaient capable d'aller aussi loin que dans la vrai vie pour survivre? L'instinct les avait poussé à courir sur de longue distances, parcourir la mer en bateau, braver un flanc de falaise dans les deux sens. Désormais ils plongeaient au fond de la mer fouiller une vieille épave abandonnée, à quoi cela rythmait-il? Encore perdu dans ses songes, le jeune homme ne put réellement s'émouvoir sur le trajet. Les poissons avaient l'air sympathique, mais le reste était affreusement chiant, plat sableux et sombre. La carcasse était en revanche suffisamment angoissante pour l'interpeller. Suivant le mouvement les voyageurs s’élancèrent à la suite du brave poisson jaune. Masse à la main Lucien ouvrait la voie, Stephanie toujours sur ses gardes le suivait de prêt. Un duo efficace, même si il était évident qu'en cas de pépin Dan risquait de les ralentir.Il s'était baladé à peine cinq minutes et il leur ramenait une embrouille assez cher si ils ne parvenaient pas à s'échapper avant de la résoudre.

L’intérieur du bâtiment ne laissaient rien voir à plus de cinq mètres, et encore Dan surestimait sûrement ses capacités. La température chuta en très peu de temps, dix pas où plus et le corps parvenait à s'adapter mais la petite période de transition restait nouvelle pour Dan. Ce n'était pas paralysant ni éprouvant, pourtant il s'en souviendrait. Restant alerte, il se sentit épier par les ténèbres se tenant devant eux. Ne se sentant pas d'aller plus loin sans au moins concerter les autres. Mais avant de pouvoir faire le moindre signe à qui que ce soit, il sentit une chose gluante le ceinturer au niveau du buste. Ses bras aussi prit dans la prise, c'est dans un cri de surprise qu'il se laissa capturer par une tentacule. L'obscurité était totale, Dan ne distinguait rien, il savait juste que quelque chose d'énorme était en train de le trimbaler dans le bateau. Il volait de tentacule en tentacule dans la pleine obscurité, se mangeant les vieux lustres, où les bonnes poutres en bois bien moisies qui ne stoppaient jamais sa course. Ce n'est qu'après quelques minutes qui semblèrent durée des heures, que Dan se retrouva projeter contre un fauteuil sans pieds dans une pièce mal éclairée. D'ailleurs, comment se pouvait-il qu'une pièce soit éclairée ici ? Ouvrant d'avantage les yeux il distingua une forte couleur bleu qui l'entourait, suivit par des flammes lui étant familières. Il avait passé ce périple dans le noir les yeux fermés, si il avait survécut jusque là c'était grâce à la chance rien d'autre. Il avait manque de littéralement ce chier dessus, mais étrangement les hurlements avaient sur lui un effet déstressant. Tant qu'il pouvait s'entendre hurler, c'est qu'il était encore en vie n'est-ce pas?

Les choses s'étaient calmées, la température était toujours aussi glaciale, son casque avec quelque petit poques sur le côté. Les flammes semblaient se concentrer surtout là où les tentacules, si il n'y avait eu que ça, l'avaient attrapées. Mais avant qu'il ne puisse  finir d'inspecter son état, une étrange voix lui éclata les tympans. Elle n'essayait pas vraiment de dire quelque chose, pour l'instant elle riait. D'ailleurs, en pensant au danger que pouvait représenter ce rire comment les autres s'en sortaient? Une étrange lumière verte illumina un vieux squelette prostré contre son fauteuil. Ses habits, son bureau, tout ce qui l'entourait étaient moisis. Si il pouvait sentir, Dan serait presque sûr que ça ressemblerait aux chiottes turcs de la piscine municipale:

-Alors l'autre vieux rats des airs veut pas abandonner hein? Qu'est-ce qu'il veut cette fois? Mes bottes peut être?

Dan resta figé, perplexe il ne comprenait pas vraiment ce qu'il se passait. Qu'est-ce que lui racontait ce vieux machin, il en avait affronté des zombis par le passé. Mais celui-là il était pas commun. Puis pourquoi restait-il immobile comme ça? Ca lui foutait carrément les boules, cette voix venait-elle vraiment de là bas? Comment être sûr qu'il soit le seul à l'attendre? D'ailleurs, il y avait comme des bruits de craquements. Dan espérait vraiment que les deux autres s'en sortent:

-T'es pas du genre à répondre petit gars? Qu'est-ce qu'il veut l'autre empaffé?

-Vous parlez de Al?

-Qui d'autre t'aurais envoyé crever ici? Il envoi toujours des voyageurs désespérés qui sont sur le point de ce faire déchiqueter chercher des trucs dans mon épave.

-Sérieusement?

-Tu te pensais unique? Pas de chance! Un calamar tour pour te relaxer?

-Non...non ça iraaaaaaaah!

Il était repartit pour un tour, cet enfoiré y prenait du plaisir, mais cette fois ça serait différent. Il garderait les yeux ouvert et au lieu de gueuler comme un demeuré, il maîtriserait ses putains de flammes. Au moins un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Chaos
Messages : 267
Date d'inscription : 24/08/2010

Maraudeur des rêves
Lucien Sandman
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 180
Renommée: 1132
Honneur: -260
MessageSujet: Re: Parabole sous parasol (Terminé) Jeu 27 Nov 2014 - 20:15
Découvrir l’épave et se sentir comme un chercheur de trésor ne dura que l’espace de quelques secondes, peut-être une minute, à tout casser. Rapidement, le côté sombre de cet intérieur boisé et peuplé de petits poissons se révéla plutôt lassant. Plus encore, l’idée de voir leur camarade happé par une tentacule et disparaître dans l’obscurité enleva une part du charme de l’attraction. Aussitôt après avoir vu le phénomène, Lucien chercha Stéphanie du regard, mais rien n’était arrivé à celle-ci. Une autre pensée ridicule lui traversa l’esprit et il paniqua en regardant tout autour de lui. Cependant, quel que soit l’entité qui avait décidé de s’en prendre à leur camarade, elle n’était plus là. Finalement, ce plan de récupération d’artefact enfoui s’annonçait un peu plus dangereux que prévu. Lucien poussa un soupir extrêmement profond et dépité. Puis, il alla se cogner le casque quelques instants contre les parois moisies du vaisseau coulé. Cette histoire commençait à l’agacer. Lui qui aurait pu être tranquille sur cette plage pour le reste de la nuit, à glander sous un parasol se retrouvait à présent obligé – car, oui, c’était bien le mot – d’explorer une ruine dangereuse dans l’espoir de retrouver une boîte qui ne lui faisait ni chaud, ni froid. Et s’il ne le faisait pas, une salaud de piaf allait le dénoncer à une bande de requins mangeurs de voyageurs déterminés à les engloutir tous les trois. Stéphanie, fidèle à elle-même, ne fit aucun commentaire sur sa réaction et attendit tout simplement que le moment passe en guettant néanmoins soigneusement les environs. Sûrement devait-elle trouver tout cela harassant aussi quelque part, mais elle n’en montrait rien. Peut-être s’en fichait-elle royalement.

« Qu’est-ce qu’on fait du coup ? » demanda-t-elle lorsque Lucien se fut figé la tête contre la paroi du couloir dans lequel ils étaient. « On cherche la boîte ou on va le sauver ? »

« Ou on reste là à ne rien faire en attendant de se réveiller ? » proposa le contrôleur du chaos d’une voix morne et fatiguée.

« Mauvaise stratégie. » commenta-t-elle sobrement. « Si l’oiseau voit que nous mettons trop de temps, il risque de prévenir les requins. Nous ne sommes sur un terrain ou nous avons l’avantage… »

« Oui, je sais… » grogna-t-il. « Merde au piaf, allons sauver Dan. »

Et suivant l’impulsion du moment, il se releva et chercha une direction à prendre. Dans cette obscurité, il était hélas impossible de savoir vraiment dans quelle direction leur camarade avait été emporté. Néanmoins, il ne pouvait pas y avoir trente millions d’endroit où se cacher dans un vaisseau comme celui-ci. Le fait était qu’il se rendit compte à cet instant que trouver la cabine du capitaine risquait d’être bien plus aisé que de retrouver Dan. Il voulut un instant changer d’avis, puis se raviser. Non, l’objet même de rechercher leur compagnon voyageur était de ne rien faire dans le sens de la logique et dans l’intérêt de leur commanditaire vendeur de shorts/combinaisons. Il décida alors qu’il était temps d’éliminer les obstacles que représentaient les parois alentours. Après tout, les recherches dans un labyrinthe allaient toujours plus vite lorsque l’on commençait à abattre les murs et à transformer le terrain en plaine bien dégagée. Il prit son marteau et frappa la cloison de bois sur laquelle il s’était acharné un moment plus tôt. Elle céda sans problème et il entra dans la pièce en dégageant un passage suffisamment grand. C’était apparemment une petite cabine complètement vide et sans intérêt. Il passa outre l’information et avança jusqu’au mur suivant, Stéphanie toujours en alerte sur ses talons.

Le manège dura plusieurs minutes. Il avançait en créant des trous béants et en suivant une ligne droite jusqu’à ce que soit révélé l’immensité de l’Océan onirique devant leurs yeux. Il grogna et voulut changer de direction, lorsque la jeune femme à côté de lui décida de proposer un autre plan d’action, beaucoup plus rigolo.


« On devrait grimper sur le pont. » fit-elle. « Et faire un trou jusqu’à la cale. »

Une lueur illumina les yeux du Marteau. Oui, c’était effectivement une excellente idée. Trois minutes plus tard, après une escalade difficile, mais sans intérêt sur le plan littéraire, ils étaient sur le pont principal du navire. L’oiseau volait toujours au-dessus d’eux et surveillait leur avancée, ou ce qu’il pouvait en voir. Ils était mis sur le château arrière et Stéphanie s’était muni du premier objet en métal rouillé qu’elle avait trouvé. Ensemble, ils frappèrent avec toutes leurs forces le plancher. En trois coup à peine, la moisissure le fit céder et ils s’écroulèrent dans la pièce qui se trouvait au-dessus. Tombant aussi lentement que l’eau le leur permettait, mais tout de même entraînés par le fond grâce au poids de leurs armes.

Son marteau s’écrasa lourdement sur un tentacule géant, tandis que Stéphanie atterrit gracieusement en face d’un squelette surpris.


« Salut Dan ! On est venu te sauver ! » lança Lucien à l’intéressé en essayant de se remettre le plus droit possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 334
Date d'inscription : 06/07/2013
Age du personnage : 21

Voyageur Expérimenté
Dan Sorro
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 80
Renommée: 758
Honneur: -120
MessageSujet: Re: Parabole sous parasol (Terminé) Dim 30 Nov 2014 - 3:18
Plus que la douleur, la nausée lui retournait l'estomac, par cinq fois il manqua d'en déverser son contenu lors du road trip en tentacules. Un miraculé bien plus surprenant qu'il n'en avait l'air. Le sac d'os fluorescent s'approcha lentement du voyageur déboussolé. Les bras ballant, le regard perdu, la mer commençait à lui jouer un très mauvais tour. Lorsque que le mort vivant éprouva avec ses mains la solidité de son casque, une vive frayeur le ranima quelques secondes. La tentacule qui l'immobilisait ne cessait de resserrer sa prise. Le fantôme après s'être amusé du sort du pauvre bougre le fit relâcher, laissant son corps inerte flotter d'un bout à l'autre de sa cabine. Dan cherchait à stimuler son corps en se frottant les côtes, mais il sentit que les choses ne se passeraient sûrement pas aussi facilement. Mais alors que le squelette regagnait victorieusement son fauteuil, une faible secousse stoppa sa course. Attirant suffisamment son attention pour qu'il daigne se retourner, c'est affolé qu'il sentit la seconde amplifier. Serrant les dents sans ménagement, le phossile s'agita. Dan se doutant que ses partenaires de soirée étaient derrière tout ça espérait secrètement qu'ils se magnent. Non seulement il en avait chié, mais en plus il sentait que le pélican risquait de poser réellement problème si ils ne se magnaient pas.

Plusieurs secousses plus tard, le zombi eu le temps de s’allumer une pipe à bulles, doutant de l'utilité d'un tel ustensile, le voyageur dû se retenir pour ne pas se foutre de la créature des rêves. Pourquoi cette dernière ne s'était pas débarrassé de lui d'ailleurs? C'était inquiétant en y repensant, pourquoi le conserver aussi longtemps en vie? Si il en avait vue d'autre passer avant eux, il s'en était sûrement débarrassé? Impossible de dire à quel point il était dangereux, pourtant une étrange sueur froid picota son dos lorsque il y pensa. Heureusement, c'est triomphale que les lattes composant le toit du bureau éclatèrent, laissant retomber mollement ses deux sauveurs. La voix de Lucien était un peu bizarre sous l'eau, mais il en était sûrement de même pour lui. Sans plus simuler que ça, le voyageur utilisa le mur le plus proche pour se propulser aux côtés du manieur de marteau. Au même instant l'étrange spectre prit la parole:

-Ho boy... pourquoi faut-il qu'il y est toujours un malin qui casse tout. Alors avant que vous ne vous enflammiez les enfants, je ne compte pas me battre. Dîtes moi seulement ce qu'il veut, je vous le donne, le reste vous voyez avec lui.

-Une petite boîte avec des motifs dessus! t'aurais pas pu le dire avant!

-Tu n'as pas répondus, je déteste attendre et vous les nouveaux voyageurs êtes tous si lent. Enfin bon, vous sembliez motivé pourtant c'est dommage!

Il se déplaça avec une agilité anormale jusqu'à l'armoire siégeant derrière son siège, puis s'empara de la convoitise de l'emplumé. Il contempla cette derrière quelques instants, sous les regards agacés des voyageurs puis laissa sa main flotter sans le reste de son squelette jusqu'à eux:

-Si je peux vous donnez un conseil, dépêchez vous d'aller lui donner ça et restez pas sur cette putain de plage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Chaos
Messages : 267
Date d'inscription : 24/08/2010

Maraudeur des rêves
Lucien Sandman
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 180
Renommée: 1132
Honneur: -260
MessageSujet: Re: Parabole sous parasol (Terminé) Jeu 4 Déc 2014 - 15:30
Quoi ? C’était tout ? Cette entrée héroïque pour voir l’ennemi céder si rapidement ? Vraiment, quelle crétinerie ! Tout ce chemin, toutes ces aventures minables pour qu’un squelette peu regardant leur file l’objet de leur choix sans poser la moindre question et les encourageant même à ne pas faire confiance au type dont ils se méfiaient déjà ? Lucien faillit râler et réclamer un peu d’action. Et cette gigantesque tentacule, pouvait-il au moins essayer de la combattre ? C’était vraiment risible et en même temps, à part croiser les bras en levant les yeux au ciel, il préféra ne rien faire. De fait, ils en avaient déjà assez bavés pour une nuit et s’il fallait à présent qu’ils gèrent un piaf malfaisant, mieux valait préserver le peu d’énergie qu’il lui restait. L’oiseau ne devait pas être loin de la carcasse du navire et, s’il était un tant soit peu discret, il ne les observait pas directement pour ne pas trop attirer le regard des requins. Après tout, il avait sûrement intérêt à ce qu’ils lui ramènent la boîte et donc qu’ils restent vivants au moins aussi longtemps qu’ils leur seraient utile. Et comme disait le capitaine fantomatique du vaisseau échoué, il était peut-être plus judicieux de se méfier. Car une fois le colis remis à son destinataire, celui-ci n’hésiterait peut-être pas à les dénoncer. Il grogna à l’idée de devoir une nouvelle fois échapper à un autre ennemi. Cela commençait à devenir plus que lassant.

Ils remercièrent le capitaine pour sa magnanimité quelque peu étrange et quittèrent la pièce sans essayer de passer par le toit éventré. De fait, Lucien avait un autre plan. Il en avait marre de se faire avoir par tout le monde. A lui de renverser la balance, pour une fois. Maintenant, ils avaient cette boîte, dont ils n’avaient rien à faire et c’était justement une monnaie d’échange des plus précieuses. Il suffisait de trouver le moyen de combiner cet élément au fait qu’ils avaient des ennemis pour les attirer dans un piège, en quelques sortes. Ensuite, ils n’auraient plus qu’à s’éloigner, qu’à marcher le plus loin possible de cette plage comme le suggérait le capitaine. Avec un peu de chance, ils se réveilleraient avant que qui que ce soit se rende compte de la supercherie. Il se tourna vers Stéphanie avec l’objet et le lui tendit. Il lui expliqua en deux mots le principe de son plan et montra par son humeur cassante qu’il n’accepterait aucun refus et aucun commentaire destiné à souligner les évidences. Elle soupira et accepta.

La première partie du plan consista à attendre que l’heure accordée par leur commanditaire soit passée de quelques instants pour qu’enfin, il se décide à aller alerter les requins. Ceux-ci, qui n’étaient pas à si grande distance que cela, commencèrent à s’intriguer de cet oiseau et de ces cercles étranges, ils décidèrent d’aller jeter un œil, suivant ces appels indirects. Il fallait qu’ils soient suffisamment proches pour que tout cela fonctionne. La seconde étape consista à envoyer l’un des clones de Stéphanie, muni de la boîte, jusqu’à l’une des pointes de la crique. Une fois à la surface, celle-ci se mit en vue, et du pélican et des requins qui arrivaient. Puis, elle se mit à courir dans la première direction possible. Oubliant les deux autres voyageurs qui composaient le groupe, tous se lancèrent à sa poursuite. Chacun cherchant là quelque chose de particulier dans ce trésor sur patte. Inutile de dire qu’elle serait rattrapée sous peu, mais que l’idée était justement de créer une diversion. Car pendant que les requins et l’oiseau se lançaient à sa poursuite et bataillaient entre eux pour obtenir leur prix avant l’autre, les trois voyageurs s’éloignèrent dans la direction opposée, en continuant à marcher sous l’eau. Ils avaient gagné autant de temps qu’ils avaient pu à présent et leur réveil ne devait plus être très loin à présent. En marchant ainsi, ils n’avaient plus qu’à espérer qu’on ne les rattraperait jamais.


« La prochaine fois que je croise une plage tropicale, je lui refais le portrait. » commenta Lucien alors qu’ils s’éloignaient vers les profondeurs marines et les mystères enfouis dans les coraux. « Saleté de créature des rêves… »

Ce n’était pour lui que de pures insultes lancées dans le vent. Le lendemain, il trouverait sûrement une créature des rêves pour lui plaire et en chanterait peut-être les louanges. Même si ce fait était rare. Cette nuit, même le capitaine l’énervait. Des gens sur la plage aux requins, il aurait voulu tous les étriper. Il se tourna vers Dan.

« Tu étais déjà venu ici ? »

[HRP : Je te propose de terminer l'aventure quelque part par là ^^ Inutile de rebondir encore une fois à mon avis... c'était déjà bien assez mouvementé ! /HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 334
Date d'inscription : 06/07/2013
Age du personnage : 21

Voyageur Expérimenté
Dan Sorro
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 80
Renommée: 758
Honneur: -120
MessageSujet: Re: Parabole sous parasol (Terminé) Ven 19 Déc 2014 - 17:18
Un plan simple et astucieux, venait de leur offrir l'instant de liberté dont ils rêvaient de redécouvrir la forme depuis maintenant prêt d'une heure. L'attente fut réellement éprouvante pour les nerfs du jeune Dan. Des tentacules l'avaient secouées dans tout les sens, précédé par des requins, des crabes et des cavernes sans fonds. Alors, oui il avait apprit la véritable définition du mot repos. Cet instant ou rien ne bouge, tout s'unit, se déforme et permet aux Hommes de se détendre. Ce pirate fantôme aurait bien mérité quelques baffes, mais ses équipiers semblaient en avoir marre eux aussi. Ils avaient la boite, maintenant Stephanie n'avait plus qu'à recharger un clone puis l'envoyer mourir au loin pour leur permettre de s'en aller le moment venue. Le spectre s'était amusé à filer dans, le long, et entre les murs se moquant du voyageur aux cheveux bruns vénitiens. (Blond/Brun/Châtain/ bref marron claire!):

-Tu veux du rhum?

-Ouais!

-Enlève ton scaphandre! Muahahahaha!

Voilà de quoi se composa le dialogue entre lui et cet énergumène, le temps qu'ils mirent à s'extirper de l'épave oubliée. Dan ne le supportait plus, heureusement que la mer, ainsi que le reste de la nature proéminente lui permit de retrouver cet aspect calme et serein dans lequel il voulait oublier ses craintes. Le manieur de marteau semblait particulièrement frustré, oui il se surprenait lui même à être parvenu à poser un terme aussi exacte en si peu de temps sur le visage de cet inconnu. Lorsque il parla d'éclater la tronche des plages, ainsi que celles des créatures de ce monde Dan ne put s'empêcher de soupirer en roulant des yeux. Avait-il déjà oublié à quel point ils avaient faillit tous se faire bouffer? Certes, se focaliser là dessus ne servirait à rien, mais autant l'admettre. Ce genre de soirée était ce qu'on pouvait le plus facilement ramener à un cauchemar. Courir sans relâche pour rien, rien si si, ce faire bouffer par des requins humanoïdes revenait à rien. Une forme de peur formatrice peut être? Savoir reconnaître ce qu'il pouvait vaincre ou non?

Pourtant, il avait déjà eu l'impression d'affronter des choses bien plus terribles en Weedland. Ce vers géant par exemple? Certes il était seul, stupide et avait un point faible évident plaqué au milieu de son visage. Chassant ce souvenir inutile, Dan fut agréablement surprit par la question du voyageur. Non pas qu'il s'imaginait réellement discuter avec l'un d'eux depuis le début de cette course. Mais ça lui changerait les idées!:

-Je crois, avec quelqu'un qui s'appelait Lucas si ma mémoire est bonne. Mais ce n'était pas la joie non plus si tu veux tout savoir...

C'est dans un bref sourire qu'il disparut, ne pouvant retourner la moindre question à qui que ce soit. Dan se réveilla sans prévenir, la sonnerie tonitruante de son réveil violant à répétition ses tympans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Chaos
Messages : 267
Date d'inscription : 24/08/2010

Maraudeur des rêves
Lucien Sandman
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 180
Renommée: 1132
Honneur: -260
MessageSujet: Re: Parabole sous parasol (Terminé) Sam 20 Déc 2014 - 0:41
Et l’autre les abandonna sans crier gare, disparaissant d’un seul coup suite à un réveil matin un peu trop sérieux sans doute. Mince, Lucien aurait bien aimé en savoir plus sur les dangers qu’il avait croisés la dernière fois. Ce royaume des Tropiques lui apparaissait à présent surtout comme un gigantesque attrape-couillon, qui vendait des plages et des filles de rêve, mais ne contenaient au final que des créatures maléfiques et dangereuses qui avaient toutes des exigences bizarres. Il ignorait cependant que les requins venaient d’ailleurs et qu’ils s’étaient dirigé vers l’île la plus tordue de l’archipel. Car en général, les choses étaient plus simples et tranquille ici et les nuits aussi exceptionnellement violentes que celle-ci se comptaient sur les doigts de la main. Cependant, sa décision était prise, pour ce qu’elle valait sachant qu’il changeait d’avis toutes les semaines : il ne remettrait jamais les pieds ici. Il pourrait très bien porter son maillot de bains dans d’autres circonstances, non ? Il n’avait pas besoin d’une occasion spéciale plage. D’ailleurs, ce n’était pas le seul royaume à disposer de plages, non ?

Il se tourna vers Stéphanie et haussa les épaules. Il s’était réveillé voilà tout. Ils reprirent la marche en silence. Non pas parce qu’ils n’avaient rien à se dire, mais parce qu’ils étaient tous les deux assez dérangés pour ne pas comprendre qu’un silence pouvait être gênant et qu’il existait une forme d’obligation sociale à parler. Ce ne fut que lorsqu’une idée traversa l’esprit de Stéphanie qu’elle brisa leur absence de conversation.


« Au fait, tu ne m’as pas répondu, tu comptes m’embrasser ou non ? » lança-t-elle avec une curiosité toute scientifique.

Lucien haussa les sourcils, il n’y avait pas pensé avec tout ce qu’il s’était produit. Il lui fallut plusieurs secondes pour reconnecter suffisamment ses neurones et se souvenir qu’il avait déjà pris cette décision, et que la réponse était oui. Cependant, cette affaire avec les requins l’avait un peu chamboulé. A bien y réfléchir, embrasser Stéphanie aurait probablement été une expérience enrichissante à certains points de vue et il avait toujours envie de faire le test, voire si les films avaient un sens particulier ou si ce n’était justement que du cinéma. D’un autre côté, ne pas l’embrasser était tout aussi excitant. Pourquoi se conformer à des codes sociaux – surtout lorsque l’on était coincé dans des scaphandres qui empêchaient de toute manière l’acte d’être réalisé ? Lucien sourit pour toute réponse.


« Non, j’en ai envie, mais finalement, je ne crois pas. » expliqua-t-il avec sérieux. « Si on s’embrassait, on deviendrait des gens ordinaires avec une relation ordinaire. Et ça ne m’intéresse pas. »

Elle hocha pensivement la tête.

« Je suis d’accord. » admit-elle simplement.

Et ils reprirent leur marche encore quelques minutes avant de se réveiller.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Parabole sous parasol (Terminé)
Revenir en haut Aller en bas

Parabole sous parasol (Terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Royaume des Tropiques-