Haut
Bas

Partagez|

Shepard, je suis ton père (RP avec Calvin Thomas, Kaijin Zared, Isis Luminaria, Lithium Elfensen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Surnom : Le Facteur X
Messages : 1364
Date d'inscription : 07/01/2011
Age du personnage : 24

Arpenteur des rêves
Clem Free
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 120
Renommée: 1445
Honneur: 160
MessageSujet: Shepard, je suis ton père (RP avec Calvin Thomas, Kaijin Zared, Isis Luminaria, Lithium Elfensen) Mer 14 Mai 2014 - 9:42
IL Y A TRÈS LONGTEMPS
EN 2014
DANS UNE GALAXIE LOINTAINE
TRÈS LOINTAINE







S.W.A.G.



Donc dans cette galaxie, y’a des méchants et des gentils.

La Mignonne, mais néanmoins Corrompue République fait la guerre à l’Horrible fédération du Commerce Capitaliste pour d'obscurs histoires d'argent jamais expliquées.

Tous étaient commandées par le même gars, Chancelier et Empereur quand ça l'arrangeait car il n’avait rien d’autre à faire de ses journées.

C’était la Guéguerre des Etoiles.

À côté, le Conseil regardait, peinard ; se demandant s’il fallait envoyer des Spectres régler tout le bordel.

Mais… venu de l’Abime intersidéral, des énormes vaisseaux ressemblant à un croisement entre des scarabées XXL et le gantelet de Dieu firent leur apparition dans la Galaxie et réglèrent le conflit de la façon la plus pacifiquement efficace qu’ils purent trouver :

en tuant absolument tout êtres qu'ils croisèrent.

Le Commandant Shepard –grand désanusseur d’alien célèbre pour avoir été le premier singe spectre, nous avait pourtant mis en garde contre l’arrivé de telles créatures.

Mais comme à notre habitude, on ne l’a pas vraiment écouté.

Sans vraiment attendre l’autorisation du Conseil Galactique, ce dernier rassembla son équipage d'aliens bigarrés dans son fameux vaisseau, le Bretagne, et partit sauver la Galaxie.

Il recevra l’aide d’une bande de cultistes s’habillant dans un ensemble pyjama/robe de chambre et maniant des armes ressemblant à des néons ;

ainsi que d’un groupe de voyageurs n’ayant rien demandé.

De nombreuses questions restent sans réponse : Les gentils vont-ils battre les méchants ?

Les Biotiques vont-ils s’entendre avec les Jedis ?

Calvin va-t-il trouver un sabre laser ?

Combien de fois Kaijin mourra lors de cette aventure ? Il y aura-t-il seulement des rennes à buter ?

Clem va-t-il rejoindre le côté obscur de la Force car on y accomplit moins de mission suicide ?

Isis va-t-elle enfin terminer un rp ?

Lithium réussira t-elle à serrer un Turien ?

Ed va t-il apparaître en guest-star au milieu du récit (phrase pas du tout ajouté après coup) ?

Pourquoi le générique défile t-il sur le côté de l'écran ?

Tout cela et bien plus encore dans

STAR WARS ANNIHILATED by GETH




Épisode I :
Shepard, je suis ton père


__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Mordu
Messages : 948
Date d'inscription : 18/05/2011
Age du personnage : 17

Maraudeur des rêves
Kaijin Zared
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 435
Renommée: 1301
Honneur: -550
MessageSujet: Re: Shepard, je suis ton père (RP avec Calvin Thomas, Kaijin Zared, Isis Luminaria, Lithium Elfensen) Dim 25 Mai 2014 - 22:15
Clap … Clap … Clap …


Le sol grisâtre de la station de Mirage Space était martelé par les pieds de trois personnes. Deux agents de sécurité. Deux turiens et ... Kaijin. Les turiens c'était des aliens assez grand, leurs têtes faisaient penser à des oiseaux. Ils étaient tout deux équipés d'armes futuristes et porter des vêtements bleu marine. C'était la police de la Citadelle. Pourquoi diable Kaijin traînait t-il sa carcasse en leur compagnie ? C'était assez simple enfaîte. Et ça expliquerait également pourquoi, son visage était couvert de blessures et ses vêtements déchirés.

Il faut tout d'abord savoir que sur le moment, la nuit allait se terminer. Le voyageur avait commencé sa nuit en tant qu'esclave-zombie. La commande avait été passée par un porte parole du conseil, humain. Son rôle était de s'occuper des relations diplomatiques entre le conseil et le sénat de l'empire. Il logeait actuellement dans une suite de luxe au sein de la Citadelle. Pour ces grands hommes d'affaires, il faut toujours un petit quelque chose en plus. De la drogue souvent, pour garder le rythme. Sauf que cette semaine, l'humain avait eut les nerfs à vif, sa plus grosse journée allait arrivée et il avait besoin de décompresser. Un petit versement d'EV à Macrophonopolis et en rentrant on lui livrerait un cadavre sur pattes.

Lorsqu'on sonna à sa porte, il se dépêcha d'aller ouvrir. Il fit entrer l'esclave et referma la porte brusquement au nez du livreur. Le problème c'était qu'il n'avait pas écouté les instructions du livreur laissant ainsi trôner l'appareil, qui aurait put activer l'électrode et permettre à Kaijin de devenir incroyablement docile. Il se contenta de frapper le mort-vivant. Cinq fois. Faisant basculer le zombie derrière un canapé. Un coup de téléphone le coupa dans son élan. Kaijin se redressa et tituba jusqu'à son agresseur. L'interlocuteur du diplomate put entendre un merveilleux cri de douleur, lorsque le SSC débarqua, le diplomate baigné dans son sang et le mort-vivant s'occuper de mâchonner la trachée de ce dernier.

Sous les matraques de ces hommes, l'adolescent tomba dans les pommes, il en sortit avec des menottes et un affreux mal de crâne. Il fut jeté dans une cellule de la Citadelle. On avait dû lui implanter ou lui injecter quelque chose à son insu pour que les prochaines nuits, il revienne ici. Le problème c'est qu'il ne survivrait qu'à une nuit. Il allait être exécuté discrètement, les dirigeants de Macrophonopolis n'allaient sûrement pas lui sauver la vie et de toute façon il n'en avait pas les moyens. Tout ce qu'il pouvait faire pour survivre c'était d'accepter de devenir un cobaye vivant.

Lors de sa nouvelle apparition, il se retrouva dans ce qui allait devenir sa cellule. Aussitôt des médecin entrèrent et firent des prélevèrent de son sang. Dans les dix minutes, il apprit ce qu'on allait faire de son corps. Ce qu'il prit assez mal, après tout c'était tout à fait compréhensible. Ce n'est que lorsqu'il fut immobilisé, face contre terre, qu'il comprit qu'accepter n'était pas une si mauvaise idées. Pour la simple et bonne raison qu'il pouvait rester en vie. C'est ainsi que l'on commença une première greffes sur lui. On était en train de lui greffer des implants ou quelque chose comme ça.

On l'obligea à s'allonger sur une sorte de … Banquette de médecin sale, avec des sangles un peu partout. Ça faisait pas très SF, ou alors de la SF sadomasochiste-steampunk. On le bourra d'antidouleurs, de somnifères et de calmants, si bien qu'il sombra dans un sommeil profond. Un vrai sommeil. Dommage qu'il avait fallu attendre des expériences étranges pour pouvoir vraiment dormir. Une petite heure plus tard, on le raccompagna jusqu'à sa cellule. Une envie de vomir lui tiraillait le ventre, il se sentait vidé de toute son énergie. Il s'affala sur le sol de sa cellule en respirant de manière saccadé et sonore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 176
Date d'inscription : 02/05/2013

Voyageur Expérimenté
Calvin Thomas
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 180
Renommée: 503
Honneur: 147
MessageSujet: Re: Shepard, je suis ton père (RP avec Calvin Thomas, Kaijin Zared, Isis Luminaria, Lithium Elfensen) Ven 11 Juil 2014 - 17:59
AHA CETTE NUIT MEMORABLE !
J'aime Dreamland bordel ! Même si c'était chaud. Mais pas grave !

Dès le début, ça a été exceptionnel. La nuit dernière, j'avais maté le dernier Star Wars et je me suis endormi avec des feux d'artifice d'étoile de la mort dans les yeux, en pensant aux Ewoks et aux académies Jedi de Yavin 4. J'ai pas franchement réalisé que ça allait impacter ma nuit, je continue de m'endormir au petit bonheur, en faisant simplement attention de ne pas m'endormir en étant angoissé... Cette fois, résultat garanti ! (Je vais finir par ne plus passer de soirée avec papi je crois...)



Je suis donc apparu au milieu d'une pièce futuriste dont les murs étaient couverts d'un métal sombre parcouru de quelques bandes lumineuses qui complétaient un éclairage discret mais efficace. Au centre reposait une vaste table autour de laquelle plusieurs personnes bigarrées étaient installés. Une petite vingtaine à la louche. Le seul individu dans la même position que moi -débout oui- était un grand brun, une armoire à glace dans un uniforme de militaire bleu marine (ou noir, je sais déjà plus).

Bon, au début mon apparition à créé un gros silence et une série de regard se sont braqués sur moi. Je tombais mal. Ambiance anormalement tendue. Une voix métallique a déclaré ; « C'est un Voyageur » . Immédiatement, l'armoire à glace debout à demandé à l'un des type assis là ;


L'un des vôtres ?

J'ai regardé celui à qui il avait posé la question en me demandant si après tout « oui tiens, est-ce que je suis l'un des nôtres ? ». Ses vêtements sable m'évoquaient vaguement quelque chose mais de là où j'étais, je ne pouvais voir aucun détail frappant. Et puis j'étais stressé quoi... Quant à son visage, impossible qu'il me dise quelque chose ; une créature des rêves aux apparence d'un alien humanoïde mais aux traits reptilien ; peau verte et grands yeux orangés. Je m'en serais souvenu. Et pourtant, surprise ! «  Il semblerait. »

Ah bon ?

J'ai eu le déclic en levant ma main pour protester (réflexe assez con dans cette situation, faut admettre) alors même qu'il venait probablement de m'épargner un bon lot de problèmes. Mon bras était alourdi par une large manche marron qui se poursuivait en un long et simple manteau tombant jusqu'aux chevilles. Large aussi, sans bouton ni broche. Pourvu d'une capuche. En toile rêche.

T'as deviné hein petit journal ? Et ouais par Obi-Wan ! J'étais en train de porter un PUTAIN de mythique accoutrement des manieurs de sabre laser ! L'homme lézard, un Jedi aussi ! J'ai pas pu m'empêcher de regarder à ma ceinture, presque frénétiquement, en quête de l'objet convoité. Malheureusement, l'accessoire n'était pas fourni. Les autres ont dû interpréter mon geste en suspend pour une sorte de salut mais le soldat m'a désigné la porte du bout du doigt d'un air poli ;


Je vous accueillerais en bonne et due forme toute à l'heure, mais cette réunion est privée. Allez-y, je vous ferai appeler.

D'un côté, tant mieux. Ils étaient occupés. Etre un Jedi me suffisait.
C'est en sortant que j'ai à peu près compris où j'étais. Cette ambiance de sous marin d'abord ; espace confiné, assez sombre, deux rangées de loulous en train de pianoter sur des panneaux pleins de boutons... Mais surtout, au centre de la pièce toute en longueur dans laquelle je venais d'entrer ; un hologramme géant représentant... l'univers. Ou la galaxie, je sais plus lequel est le bon mot. Enfin ; plein d'étoiles et de planètes.

J'étais dans un vaisseau spatial ! Encore ! Ah purée je ne m'en lasserai jamais ! Même si ça manquait de baie vitrée, pour des raisons « évidentes » de sécurité d'après je ne sais plus qui. Vivement que la technologie s'améliore dans le monde réel.

Au début, pas trop dans mes baskets, j'ai pas su quoi faire... J'apprendrais plus tard où se trouvaient les portes coulissantes mais à ce moment là, elles étaient trop planquées dans les murs pour que je fasse la différence. J'ai cherché des yeux un truc léger qui traînait pour utiliser la Force mais tout était bien rangé, alors j'ai arrêté de divaguer en attendant pas trop loin de là où se passait la réunion.

Malgré tout, je ne savais pas trop ce qu'il se passait ici. Je pressentais (déjà un Jedi j'étais) que le vaisseau ne se contentait pas de se promener en vendant des marchandises bien pépères... Le bazar avait l'air militaire...

Comme pour exaucer mes souhaits et apaiser ma soif de question, une collègue aux oreilles rondes s'est présentée dans mon champ de vision. J'aurais dû la repérer plus vite vu son accoutrement qui tranchait complètement avec l'ambiance aseptisée du coin, mais bon... Plus petite que moi, elle semblait aussi légèrement plus jeune. Elle regardait la carte hologramme-étoiles et m'a paru assez sympathique et peu occupée pour que je l'aborde. Après tout, je suis peut être renfermé dans le monde réel (et surtout à Marseille) mais de moins en moins sur Dreamland !


-Salut ? Je viens d'arriver, tu sais ce qu'il se passe ici ? Tu sais qu'il y a des Jedi à côté ?

J'ai ajouté, en remontant mon manteau sur mes épaules pour montrer que « j'étais des leurs ». Et pour parler d'un truc cool dès le début, histoire de briser la glace. Enfin j'imagine que c'était le but. Je suis pas encore hyper doué pour discuter...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 55
Date d'inscription : 25/12/2012
Age du personnage : 19

Nouveau challenger
Isis Luminaria
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Shepard, je suis ton père (RP avec Calvin Thomas, Kaijin Zared, Isis Luminaria, Lithium Elfensen) Ven 18 Juil 2014 - 23:05
"Avoir la tête dans les étoiles".

~C'est exactement, le terme qui qualifie la situation d'Isis, actuellement. Elle n'aurait jamais pensé se retrouver un jour dans un vaisseau spatial à passer "un entretient d'embauche" si je puis dire, afin d'assurer la propreté de ce dernier et de s'assurer sécurité, mais surtout, qu'elle y rencontrerait un semblable à l'accent chaleureux.
C'est une bien longue histoire qui a le mérite d'être racontée...


 Tout a commencé, un jour comme un autre. Il était environ onze heures du matin et comme toujours la fille vagabondait de royaumes en royaumes, puis elle pénétra dans la seconde zone. Elle avait en tête de la traverser sans trop tarder, car il était vrai qu'elle n'était pas intéressée par ces lieux. Trop de bruits, trop de monde, trop tout simplement. Elle avait pour but, depuis quelques jours, de se familiariser avec les lieux ou de les connaître un minimum, cependant Isis s'était une fois, de plus, perdue. Elle décida de rebrousser chemin, mais elle n'arrivait pas à le retrouver et alors qu'elle arpentait un boulevard qui ressemblait étrangement à celui d'Hollywood, un homme dans une ruelle adjacente l'interpella d'un « Pssst». Isis continua son chemin en l'ignorant, car elle était pressée de quitter ce boulevard, mais l'homme recommença... Elle accepta de lui accorder quelques secondes de son temps...
L'homme d'une cape et de noir vêtu lui demanda ce qu'elle faisait depuis plusieurs jours et nuits à explorer les royaumes comme ça et sans avoir un sous en poche. Elle lui expliqua le plus brièvement possible ce qu'il lui arrivait et c'est alors, qu'il lui proposa un contrat bien étrange... « Si nous vous donnons le gîte et le couvert, le temps que vous soyez moins faiblarde que présentement, vous nous rendrez service en échange».


L'un des sourcils d'Isis s'arqua. Venait-il de la traiter de « faible » ? Elle s'apprêtait à l'envoyer paître quand il reprit :

-Par service, j'entends faire le ménage, laver les uniformes, apporter un coup de main... Vous serez en sécurité et de toute façon, vous ne trouverez pas mieux.

Une fois de plus, la naïveté de la jeune fille prit le dessus. Cet homme lui disait qu'il n'y aurait pas mieux et elle le croyait sans le moindre doute. À cette naïveté s'ajoutait la frousse, depuis quelques jours, Isis se retrouvait face à des phénomènes étranges, paranormaux. Du moins, c'est maintenant qu'elle le remarquait... Donc si quelqu'un lui proposait la sécurité, elle n'allait pas refuser.
Elle lui posa quand même quelques questions :

-Vous me donnez à boire et à manger et je dois devenir votre bonniche à vous, en fait ?

-La tête de l'emploi, tu as.

-On appelle ça du foutage de gueule dans ma ville.  

-Non, à vrai dire, on appelle ça « échange de bons procédés ». Alors venez-vous ?

Elle soupira et fit un hochement de tête pour lui montrer qu'elle le suivrait où qu'il aille, de toute manière, elle n'avait rien à perdre. L'homme se retourna et s'enfonça dans la ruelle tandis qu'elle lui emboîta le pas.
Il attrapa la main d'Isis et la tira afin de l'amener devant lui, elle se laissa tirer par le mouvement et lâcha un grand cri de stupeur tout en écarquillant les yeux. Une porte circulaire venait de prendre place au centre de la ruelle et le vortex au centre de cet anneau, donné sur une nuit céleste. Une lueur bleu électrique enveloppa les alentours et une légère force attractive s'en dégageait. Il s'agissait en réalité d'un « portail de téléportation qui les conduirait à Mirage Space en toute sécurité et avec rapidité » d'après ce que l'homme venait de dire. Suite à ces quelques mots, il fit un grand sourire à la jeune fille qui le regardait avec insistance et lui mit une grande tape dans le dos, elle tomba la tête la première dans « l'horizon des événements » et s'éclipsa, ne laissant aucune trace de son passage. Après cela, la lueur ternit et le fluide se fit moins fort. L'homme prit le soin de vérifier rapidement que personne était dans les alentours avant de sauter à son tour. Le vortex se dissipa et la porte tomba en cendre.

Le visage d'Isis était livide. La téléportation n'était apparemment pas sa tasse de thé et lui avait totalement retourné l'estomac. Elle releva la tête en grimaçant et afficha un front plissé. Elle se trouvait dans une salle vide et sombre, il n'y avait ni porte, ni vitre, ni source de lumière externe. Uniquement, quelques spots au plafond qui conduisaient jusqu'à un simple mur. Elle se retourna, l'homme sortit à toute allure du portail et comme pour le premier, le fluide central cessa, ne laissant plus qu'un vulgaire anneau. L'homme attrapa brusquement son poignet et l'amena près du mur. Il mit un coup sur celui-ci, ce qui fit apparaître un clavier de numérotation, il y composa un code à six chiffres. Un bruit de déverrouillage résonna et une large porte coulissa, laissant place à un couloir. L'homme fit signe à Isis de le suivre. La porte se referma immédiatement. Des directives étaient prononcées par une voix robotique et des hommes en tenue blanche se précipitaient d'une salle à l'autre. Ils marchèrent sur une vingtaine de mètres en passant plusieurs sas. Le lieu semblait être hautement sécurisé.
Finalement, elle arriva face à une porte vitrée qui s'ouvra lorsque l'homme s'en approcha. Il s'agissait du cœur même de ... de... Que cela pouvait-être au juste ?
Isis lui posa la question et l'homme répondu étonné : « Un vaisseau, petite ! ».
Il était vrai que cet aspect futuriste et tous ses bruits électroniques ne trompaient pas. Les personnes à bord du vaisseau continuaient de se presser, sans même faire attention à la nouvelle arrivante. Au milieu de la pièce trônait une immense carte holographique représentant l'univers. Et des plateaux couverts de boutons de toutes les couleurs et de tous les types, se trouvaient à mi-hauteur des parois du vaisseau. L'homme enleva sa large capuche laissant apparaître son visage. Isis tiqua, elle avait jamais vu un pareil visage. Elle remarqua que tous les individus autour d'elle, avaient des visages peu communs. L'homme lui expliqua sa première tâche : nettoyer cette pièce de fond en comble avec discipline. 
Il lui ordonna également de ne pas parler avec le personnelle qui devait resté concentré sur leur recherche. Il précisa qu'il repasserait pour la conduire dans l'endroit qui lui servirait de chambre.
Et il lui apporta un sceau et un balai puis elle s'exécuta. Lui, s'en alla. Elle, passa un long moment à astiquer, gratter, frotter et récurer avec toute sa douceur et son amour habituels pour éviter d'endommager des appareils et de se faire éjecter. Une fois fini, exténuée, complètement poisseuse et couverte de poussière, Isis s'approcha de cet hologramme qui l'intriguait depuis son arrivée et le contempla longuement se demanda ce qu'il pouvait bien exposer de la sorte.


Quand une voix masculine la sortit de son interrogation pour justement lui en poser une avec un accent qu'elle connaissait bien : 

-Salut ? Je viens d'arriver, tu sais ce qu'il se passe ici ? Tu sais qu'il y a des Jedi à côté ?

Elle mit un temps avant de tourner le regard vers ce grand jeune homme blond. Elle haussa les sourcils et lâcha un « Pardon ? ». Puis elle le dévisagea, en le balayant de haut en bas. Il avait une allure et un visage d'humain et elle repensa à la question qu'il venait de lui poser :

-Pardon. Enchantée ! Elle lui serra la main et continua : Des.. Jedi ? Je ne sais pas ce que c'est... Navrée. Mais moi, j'ai une question : Tu fais partie du personnel ? Parce que si c'est le cas, on ne peut pas se parler.

Elle le regarda encore quelques instants avant de se pencher et de ramasser son sceau et son balai.

-À moins que tu veuilles me donner un coup de main jusqu'à ma pause. Lui dit-elle en souriant tout en se dirigeant vers la seconde pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2589
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 24

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 805
Renommée: 2540
Honneur: 430
MessageSujet: Re: Shepard, je suis ton père (RP avec Calvin Thomas, Kaijin Zared, Isis Luminaria, Lithium Elfensen) Dim 20 Juil 2014 - 15:52
[HRP: Désolée du pâté, je recommencerais plus.]




"Sérieux.. Pourquoi t'existes pas ?"

C'était la question que se posait Lithium à chaque fois qu'elle voyait Garrus Vakarian.
Aaaah, Garrus.. Le Turien de sa vie, le plus beau de tous les Turiens, le plus beau de tous.
Mass Effect était sa franchise préférée, suivie de près par Dragon Age. Malgré la piètre performance du second opus de ce dernier, elle attendait avec impatience le troisième jeu, intitulé Inquisition. Aujourd'hui, elle s'était engagé à recommencer le premier jeu spatial, ce qui était un exploit en soi. Non pas que le 1 était chiant, mais en fait, après avoir vécu le 2 qui était nettement plus actif, puis s'être fait le 3 en Démentiel, revenir au premier était plutôt difficile. Mais elle était déterminé à y aller jusqu'au bout ! Elle n'était pas si loin du niveau 60, et comptait bien avoir au moins un succès de compagnon. Bah oui, la première fois qu'elle avait fait le jeu, elle n'avait cessé d'inverser les persos lors des missions. Elle ne répèterait pas la même erreur. L'amour de sa vie ne quitterait jamais ses côtés, puis autant profiter de la présence de son Krogan préféré. Oui, ce n'était pas franchement équilibré avec un Shepard soldat, mais qu'en avait-elle à faire ? Elle connaissait le jeu suffisamment bien pour se le faire en pur touriste.
En plus, en recommençant le jeu avec son ancien perso, elle conservait non seulement son niveau, mais aussi son équipement ! Alors franchement, même si la difficulté avait été réglé sur le Vétéran vu que le Démentiel n'avait pas été débloqué, elle s'inquiétait pas franchement. Oui, elle n'avait pas débloqué le niveau maximum car lorsqu'elle avait obtenu sa console, elle s'était procuré ME 1 et 2. Du coup, une fois après avoir terminé le premier, elle avait directement enchaîné sur le second, le tout en moins d'une semaine. Elle avait vécu recluse chez elle et avait fusionné avec son canapé. Ce fut aussi l'histoire d'un coup de foudre.

Lorsqu'elle commença le jeu, sa première rencontre avec un Turien fut Nihlus.
Déjà alors, la jeune femme trouva cette race particulièrement attirante. Elle comprit que celle-ci serait sa préférée. Alors quand elle rencontra Garrus, son cœur ne fit qu'un tour et il lui fut donc ensuite improbable d'imaginer son avenir virtuel sans ce personnage. Juste après l'avoir rencontré, elle s'était jeté sur son ordinateur pour demander davantage d'informations au sujet de ce bonhomme, à un pote. Etait-il romancable ou non ? Lorsque la réponse fut non, son monde s'écroula. Puis vint le "mais" de l'histoire. Mais il l'est dans le 2, put-elle lire. Est-ce cette révélation qui la poussa à finir les deux jeux aussi rapidement ? Peut-être. Mais ce fut surtout parce qu'elle découvrit dans cette franchise, tout ce qu'elle avait toujours voulu dans un jeu. Avec Dragon Age, elle ne s'était pas senti assez en phase avec son perso, même si Alistair avait été le premier dans son cœur avant le Turien. Maintenant, ils avaient changé leurs places. Désolé mon petit templier, t'es le second à présent.

Lithium adorait tout ce qui avait attrait à l'espace.
Les documentaires sur le sujet l'intéressaient également, tout autant que les films et séries fantastiques. Il n'était pas donc envisageable qu'elle ne regarde pas Stargate SG1, Star Wars, Star Trek ou même encore Firefly, série qui aurait pu avoir un avenir magnifique. Même petite, elle regardait déjà des dessins animés spatiaux comme Albator, Albator.. Le Corsaire de l'Espace, tututu tututu ! Bref, Ulysse 31 - même si ce satané robot lui en avait donné des maux de tête - et une série raccroché à Albator, intitulé Galaxy Express 999. A une époque, elle avait même envisagé un tatouage en forme de nébuleuse ou de galaxie, c'est dire. Mais elle était très jeune à cette époque et maintenant, la simple idée d'avoir un tatouage lui semblait absurde, bien qu'elle en ait obtenu un par la force à Dreamland.

Enfin !
Tout ça pour en venir à cette fameuse nuit où son rêve se réalisa.
Alors qu'elle s'endormait, un regard vers son meuble où trônait ses figurines ME, elle se réveilla dans un lieu dans lequel elle n'aurait jamais espéré un jour arriver. Vive Dreamland, c'est tout ce qu'elle put dire lorsqu'elle comprit. La demoiselle frotta ses yeux lorsqu'elle se réveilla au sein de Dreamland. Attendez.. Cette statue-là, elle ressemblait étrangement à un Krogan. Et ça là au loin, c'était bien le Présidium, là où Garrus l'avait emmené tirer au sniper pour leur rendez-vous galant, non ? Toute cette eau sans poissons lui disait quelque chose également. Les manger, ce serait comme tringler Sha'ira. Des anneaux dans le ciel, de grands immeubles, des vaisseaux et des navettes.. Elle n'arrivait pas à y croire, elle ne pouvait pas se résoudre à l'idée que le monde auquel elle avait toujours rêvé venait de prendre forme cette nuit. La jeune femme se mit à marcher inconsciemment et bouscula d'un air hagard un Volus.


"Oh, excusez-moi, je suis vraiment d..
Oh mon Dieu, un Volus."
, fit une Lithium, bouche bée.

"Vous pourriez - hhhn - regardez où vous allez - hhhn - être humain."

La voyageuse se confondit en excuses maladroites, trop étonnée et ravie pour être suffisamment claire. Elle regarda autour d'elle et vit toutes les races qu'elle avait côtoyée dans son jeu, ou presque. Il y avait davantage d'Humains, d'Asaris et de Turiens que de Galariens, et encore moins de Volus ou d'Elcor. Toutefois, elle crut entendre un prêcheur Hanari. OH ! Est-ce qu'il y avait des cinémas pour voir Blasto ? Elle devait se renseigner. Et puis, il fallait qu'elle visite les lieux ! Il y avait tant de choses à voir, tant de choses à faire et si peu de temps. Une nuit ne suffirait jamais. Il y avait-il un moyen d'embarquer à bord du premier vaisseau de transport venu et de filer sur Illium, ou Omega ? Houla, mieux ! Palaven, la planète mère des Turiens. Le rêve d'avoir des Turiens partout.. La dessinatrice ne savait plus où donner de la tête. Pourrait-elle revenir une nuit, puis d'autres, ici ? Un rêve !
Une autre question lui traversa l'esprit. Est-ce que les personnages de ses jeux existaient vraiment ? Ou si, malheureusement, il n'y en avait que l'univers ? Malgré ça, elle devait absolument rencontrer et sympathiser avec des aliens, un Turien de préférence. Et pourquoi pas plus si affinités ?


"T'es pas encore avec cet abruti de Vlad tout pas beau ?"

Lithium sursauta.
Punaise, elle avait presque oublié que Bis était là.
Ah oui, Vlad. Elle devrait écouter les conseils de son psy et s'en débarrasser vite fait.
ça pouvait plus durer cette histoire, c'était une véritable mascarade. Enfin bref..


"Hé, il n'en saura jamais rien, il connait pas cet univers."

"Oh oh, mademoiselle se dévergonde.
Que je suis de bonne influence."
, ricana Bis.

"N'importe quoi.
Je crois que je me suis juste fait une raison."
, marmonna Lithium.

"La blague.
Avoue-le, je suis juste trop b.."
, commença Bis avant d'être coupée.

"Oh putain, j'ai un Omnitech.
J'AI UN OMNITECH !"
, elle se mit à hurler.

"C'est quoi ?
Une arme ?"


"Oh mon dieu, oh mon dieu, oh mon dieu, oh mon dieu..
Tu crois que j'ai des pouvoirs biotiques ? Ah non, je suis un soldat.
Ouais mais je suis Porte étendard en Multi. Sauf que j'ai plus fait Franc-tireur ces derniers temps. ça fait longtemps que j'ai pas fait de multi.. Non je ne crois pas."
, marmonna t-elle.

"Hé, tu m'expliques ?", demanda une Bis désorientée.

"Tu peux pas puiser dans ma mémoire ?
Tu partages pas ma passion de ce jeu ?"


"Je te rappelle que je n'y ai jamais joué, duconne.
Donc même si j'ai des images, que c'est sympa, j'y connais rien."


"Grosse naze."

Elle fit un rapide résumé de la chose.
Bis comprit mais n'en fut pas plus avancée.
Super, voilà que sa proprio était complètement folle.
Comment allait-elle s'amuser elle dans un monde, certes spatial et intéressant, mais dont elle ne connaissait rien ? De plus, tout semblait être pacifique, l'harmonie totale. Le calme, la nature, les petits oiseaux.. C'est d'un chiant ! Il faudrait une bonne explosion, juste maintenant, rien de tel pour faire circuler le sang. Elle pouvait également s'en charger hein. Mais d'un côté, ça gâcherait la joie de sa proprio. Elle ne l'avait jamais vu aussi heureuse depuis un bail, et étrangement, celui lui faisait plaisir. On va donc retarder l'explosion de quelques heures.
En attendant, Lithium découvrit sa tenue et en fut ravie. Pour ceux ayant joué à Mass Effect 3 en tant que femme ou non, vous reconnaîtrez la-dite tenue, celle des officiers. C'est une sorte de veste qui s'arrête en dessous des fesses, moulant relativement ces dernières, avec des brodures au niveau des manches, des bras et du torse. Les épaulettes imposent légèrement le respect, le col remonte dans le cou. Le pantalon est de simple facture. Le tout est de la même couleur, un bleu marine très foncé. Pour les chaussures, de simples talonnettes. En revanche, il y avait quelque chose d'étrange et qui ne collait pas avec sa tenue spatiale. Bien que ses cheveux étaient relevés en un imposant chignon, elle possédait un bijou de front avec quelques perles et des boucles d'oreilles triangulaires en longueur. Ces bijoux lui rappelait étrangement les accessoires de sa Contrebandière dans SWTOR.. Au niveau du maquillage, à part le mascara de base, des traits de liner appliquait une certaine continuité à l'œil et sur ses lèvres - bien que rosées dans l'ensemble - celle supérieure était légèrement plus rouge et un trait à la Padmé Amidala décorait l'inférieure. Un subtil mélange ME-SW. Génial !
Spoiler:
 

C'est alors qu'elle remarqua parmi les humains, des encapuchonnés.
Nooon, pas possible ..? Comment n'avait-elle pas pu capter leur présence ?
Des Jedis ? Improbable. Mixer deux univers qu'elle adorait, c'était lire dans ses pensées.
Tant qu'à être dans une station spatiale, autant visiter les planètes voisines ! Avec un peu de chance, si des Jedis étaient là, cela voulait dire que leurs planètes faisaient sûrement parti du lot. Des vacances sur Tatooine ? Pas la meilleure des idées.. Bien décidé à profiter de sa nuit et à découvrir l'espace Concilien autant que la République et l'Empire, elle se dirigea vers l'ascenseur le plus proche et choisit la destination de la baie d'amarrage, ou les quais plus précisément.
Elle écouta la radio Galaxy News, s'imaginant avec ses coéquipiers discutant derrière, un sourire niais sur les lèvres. Lorsque les portes s'ouvrirent, la jeune femme découvrit avec des yeux émerveillés des vaisseaux amarrés, ainsi que des navettes. Un bâtiment l'attira plus que les autres. Elle ne savait pas réellement pourquoi, mais elle sentait qu'elle devait y aller. Il avait un air connu, comme si elle avait déjà vu quelque part.. Mais oui ! Le Normandy, il ressemblait carrément au Normandy ! Elle devait absolument monter à bord, c'était une question de principe. Mais.. comment ?


"T'as pas dit que tes fringues ressemblaient à celles de ton jeu ?
T'as l'air d'un officier gradé, tu pourras grimper sans problème, non ?"


Elle était pas si idiote en fait.
Effectivement, son ensemble sous-entendait qu'elle faisait partie de l'Alliance.
Autant en tirer profit ! Elle se dirigea donc vers la passerelle et se heurta à deux gardes, l'un Turien -plutôt mignon en plus- l'autre Jedi Twi'lek peu commode. La jeune femme prit son courage à deux mains et passa entre eux, les saluant d'un geste militaire. Etrangement, ils lui répondirent sans rien demander de plus. Ah bah oui, la tenue fonctionnait. Elle jubila intérieurement de bonheur et continua sa route. Elle patienta tranquillement lors de la "décontamination en cours" et entra enfin dans le vaisseau. Son cœur manqua de s'arrêter tellement c'était un rêve qu'elle réalisait. Jamais elle n'aurait cru un jour y arriver. Des aliens partout, des membres de la République et.. des voyageurs ? Que faisaient des voyageurs ici ? N'était-elle donc pas la seule à rêver de ce monde idyllique ? Il semblerait que non. L'un était blond, bien coiffé et vêtu typiquement comme un Jedi. Quant à la jeune fille, cheveux de jais et en train de récurer le sol. AH la loose ! Elle vient à Dreamland pour récurer les chiottes ! C'est vrai que c'était pas franchement classe.. La damoiselle voulut leur parler mais fut interpellé par une voix rocailleuse. Lorsqu'elle se retourna, elle tomba nez à nez avec un Turien, beau comme un Dieu. Si tous les aliens de ce vaisseau étaient aussi magiques, elle risquait tôt ou tard de faire un AVC.


"Sergent Tavius, au rapport !
Quels sont vos ordres ?


"Euh, je..
Vous êtes libre ce soir ?"
, bafouilla la demoiselle.
Spoiler:
 

"Chef ..?", fit le Turien, légèrement désœuvré.

La voyageuse se reprit rapidement.

"Vous ne connaissez pas l'humour soldat ?
Je viens d'embarquer pour cause de changement d'affectation.
Faites-moi un rapport de la situation et la prochaine mission."


Elle écouta un mot sur deux de ce qui lui raconta.
La jeune femme était bien trop occupée à le regarder.
Il n'avait qu'un trait de peinture sur le nez et deux de chaque côté de ses mandibules.
Niveau peau et écailles, il était légèrement plus sombre que Garrus. Malgré sa fascination pour cette créature, elle comprit néanmoins que le vaisseau se prénommait le Bretagne et non le Normandy -Aha, mort de rire- et que le Commandant Shepard -Il existe ?!- avait provoqué le Conseil en n'en faisant qu'à sa tête, pour aller buter du Scarabée. Ouais, des Moissonneurs quoi. Et n'oublions pas que les Jedis s'étaient ralliés à sa cause. Ok d'accord, intéressant. Non mais continue de parler, t'arrêtes pas, je te lâche pas des yeux. Lorsqu'elle comprit qu'il avait terminé, elle se racla la gorge et fit mine de prendre un air grave. Elle acquiesça d'un hochement de tête et lui rappela qu'il pouvait disposer. Mais que son invitation à dîner tenait toujours. Etonnamment, Tavius ne fut pas plus choqué que cela et lui décocha même un sourire. HO HO HO HO, elle pouvait pécho cette nuit ! Lithium jubilait encore plus. Toutefois, avant que cela ne puisse se produire, il fallait se charger de ce foutoir intersidéral. Et pour ça, il fallait trouver ce Shepard.

Cette nuit allait être épique !






__________







Lithium s'exprime
Bis vous insulte


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ledesordre-est-dor.blogspot.fr/
AuteurMessage
Surnom : Le Facteur X
Messages : 1364
Date d'inscription : 07/01/2011
Age du personnage : 24

Arpenteur des rêves
Clem Free
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 120
Renommée: 1445
Honneur: 160
MessageSujet: Re: Shepard, je suis ton père (RP avec Calvin Thomas, Kaijin Zared, Isis Luminaria, Lithium Elfensen) Dim 27 Juil 2014 - 20:15
« Je sens une perturbation dans la Force. »

-Oui, mon seigneur.

Vader ne contredit pas son Empereur, ce dernier ressentait des perturbations dans la force à tout bout de champ. Sa sensibilité au Pouvoir était tellement grande qu’il ressentait des perturbations dans la Force quand un jedi utilisait son pouvoir afin de faire léviter du papier toilette jusqu’à son postérieur. Et il fallait toujours que l’Empereur en fasse tout un foin, persuadé que cette rythmique inhabituelle soit celle d’un apprenti s’entrainant âprement au Temple Jedi et qui le tuera dans un futur proche. Vader en avait véritablement sa claque. Un jour, je le tuerais pensa t-il, une fois de plus. Mais pas maintenant, devant les bons yeux, de manière à ce que l’on croie que je suis passé du côté clair de la Force dans le même mouvement. Vader n’avait pas envie d’hérité de l’Empire Sith. Son hobby qui consistait à écraser la trachée de tous hommes de rang inférieurs lui apportant de mauvaises nouvelles allait fatalement lui apporter des problèmes un jour ou l’autre s’il occupait une position donnant à absolument tous les hommes de l’empire un rang inférieur au sien.

« Et comment se porte votre nouvel apprenti ? s’enquit l’Empereur.

-Il n’est… je crains qu’il ne soit pas prêt, Seigneur. Ses résultats sont catastrophiques.

-Il me semblait à moi qu’il avait de bonnes dispositions, rappelez moi pourquoi vous lui avez infligé un zéro aux cours de dissimulations.

-Je ne l’ai jamais vu en suivre un seul.

-Parfait. Et pourquoi lui avez-vous donné la même note aux « Prémonitions de la Force » ?

-Il s’est rendu dans la salle d’examen le jour précédent l’épreuve
. Répondit Vader qui commençait à voir où voulait en venir son seigneur. « Mais Maître ! Il est incapable de faire appel à la Force en tant que tel et il se débrouille tellement mal avec un sabre laser que l’on a du lui donner un néon rétractible à la place. Il est cynique, indiscipliné, sèche les cours et interprète les ordres trop librement. Si je ne lui dit pas exactement où je souhaite que l’on se rencontre, je dois le chercher des heures dans tout le bâtiment.

-Ce ne sont pas forcément des caractéristiques que l’on devrait reprocher à un sith je trouve.

-Mais il y a un autre problème. Mon apprenti ne voit pas pourquoi on devrait livrer cette guerre. A ses yeux, remplacer un gouvernement corrompu par un autre, ça tue juste des gens comme lui dans la transition ; ça plus le fait qu’il n’est pas quelqu’un de véritablement « méchant », cynique ça oui mais pas méchant.


Les deux siths méditèrent ces dernières paroles. S’il n’avait pas fait preuve de sa sournoiserie lors de la campagne de recrutement des stormtroopers, jamais l’apprenti de Dark Vader n’aurait attention sur lui. Il avait tout simplement fait remarquer aux bonnes oreilles que l’affiche promotionnelle du recrutement serait plus efficace si on retirait quelques parties du blindage de la stormtroopeuse apparaissant sur la photo et qu’on lui rajoutait une boobs armor. L’idée avait plu et était remonté assez haut pour que son auteur soit remarqué par les plus hautes instances et de fil en aiguille, il devint l’apprenti de Dark Vader, « à l’essai » répétait le seigneur sith. Après délibérations avec l’Empereur, ils convinrent d’envoyer l’apprenti faire un stage sur le vaisseau Souverain. Il a en effet été remarqué qu’un séjour dans ce vaisseau avait un effet assez dévastateur sur l’éthique et la morale des têtes récalcitrantes. Les seigneurs sith l’avaient très vite adopté, non sans remercier au passage celui qui leur avait offert l’utilisation du vaisseau : son capitaine, un certain Saren. Un alien dont la tronche semblait avoir été travaillé en soufflerie.

______________________________

« Voila vos quartiers, nous vous feront chercher au matin du prochain cycle. » annonça le geth en déposant les valises de l’apprenti près du lit. Encore que c’est là un bien grand mot. Certains prisonniers des pires prisons auraient tués pour avoir une barre de métal aussi droite. Les plus coquets auraient cherché des yeux un drap, sans succès.

« L’oreiller était en option, c’est ça ? » demanda l’apprenti. Devant le regard désemparé du robot, il s’empressa d’ajouter : « C’était une blague ».

-Excusez-nous. Nous n’avons pas été programmés pour réagir à l’humour humain.

-Vous perdez rien. Lui répondit l’apprenti en sortant son néon rétractable de son sac et en testant la capacité de l’objet à servir de support pour la nuque. L’effet était aussi dangereux pour la santé qu’un coup du lapin.

« Besoin d’autre chose, Apprenti Free ? »

-Je veux qu’on me fiche la paix.

__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Mordu
Messages : 948
Date d'inscription : 18/05/2011
Age du personnage : 17

Maraudeur des rêves
Kaijin Zared
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 435
Renommée: 1301
Honneur: -550
MessageSujet: Re: Shepard, je suis ton père (RP avec Calvin Thomas, Kaijin Zared, Isis Luminaria, Lithium Elfensen) Mer 30 Juil 2014 - 21:08
Le boulet était face contre terre dans sa cellule, des pas raisonnèrent dans le couloir. Le voyageur se releva et recula, le corps tout collant de transpiration. Lorsque la porte s'ouvrit il vit un humain, originaire de Dreamland, en uniforme de l'Alliance. Vingt-cinq minutes plus tard, ses poignets et ses chevilles étaient bloqués dans des tubes métalliques, dans une salle blanche avec une porte et des baies vitrés teintaient. On avait fait étendre ses bras et ses jambes. Il avait l'air d'une belle étoile de mer. Mais à moitié à poil. Il sombra dans les limbes de l'inconscience, il ne réalisait plus ce qu'on lui faisait.

Tout à-coup, il tomba contre le sol glacial, s'éveillant brusquement. Il vit une paire de rangers juste devant lui, il releva sa tête. Une femme le toisait. Elle portait un uniforme bleu. L'alliance. Génial. Encore eux. Elle releva le voyageur et plaça le bras de ce dernier au dessus de son épaule. Ils grimpèrent dans une sorte de navette, bleue. Il ne réussit pas à opposer une quelconque résistance. Il ne portait plus qu'un pantalon de treillis bleu. Son corps était couvert de cicatrice due à l'implantation des implants. Pour contenir ses nouvelles capacités, deux hommes en armure complète l'entouraient. L'officier de l'alliance qui était assise devant lui le regarder avec une profonde curiosité.

La navette cessa d'être secouée dans tous les sens, la dernière secousse fit tomber le corps à moitié endormie de Kaijin. Les deux soldats le relevèrent et le jetèrent en dehors du vaisseau. Ils étaient devant un statioport. Une navette allait venir les chercher pour mener Kaijin sur le Bretagne. L'implantation avait été défectueuse, on envoyé ce hors-la-loi au casse-pipe. L'officier de l'Alliance, Brigitte Vandermon avait gravit les échelons d'année en année. Cette mission était sa dernière, ses traits prouvés qu'elle avait mérité sa retraite. Après sa mission sur le Bretagne, elle avait prévu de se la couler douce sur Illium. Cette mission paraissait simple, elle devait juste amener ce cadavre drogué sur le Bretagne, pour que ce dernier le mène en prison. La vérité, comme insinuait plus haut, était plus sombre. Le voyageur était une arme expérimentale. Chose qu'on avait caché à cette dame qui n'avait pas prévu d'avoir trente-cinq minutes d'avance.

Le Kaijin se regardait dans la vitrine d'une boutique, son corps faisait peine à voir. Cependant, il avait le sentiment que la boutique y pouvait quelque chose. Lorsque que la dame demanda ce qu'ils pouvaient faire en attendant, il leva ses deux mains liées vers la boutique portant le nom « D'Omni Tatoo », inutile de préciser les services qu'elle offrait. Lorsqu'il en sortit, son dos était recouvert d'encre marron représentant une tête de renne, très amochée. Son épaule possédait le symbole de son équipe du tournoi. Sur son torse, un magnifique zombie y était dessiné.

Brigitte attendait le trio, les yeux rivés sur son ordinateur embarqué. Il était l'heure, une autre navette arriva, Brigite fit signe aux soldats de guider Kaijin à cette dernière. Dix minutes plus tard, l'officier traversait la passerelle du Bretagne suivit des trois autres personnes. La porte s'ouvrit, elle donnait sur le pont du navire. C'était grand ... Et étoilé. Le voyageur fut hypnotisé par une magnifique carte de la galaxie. Une main contre son omoplate le tira de cette hypnose. L'officier de l'Alliance secouait la tête dans tous les sens.

- Tavius !

Cria-t-elle sèchement, il se trouvait que Brigitte détestait les aliens, en particulier les Turiens. En partie à cause du Bretagne, ce vaisseau hybride. Mais passons, le turien s'arrêta et se tourna vers elle.

- À défaut de ne pas m'aimer, vous pourriez respecter mon grade, officier Vandermon.

La vieille dame bouillonnait en elle. Kaijin ne put se retenir de ricanait. Elle jeta un regard noir au soldat de droite qui corrigea le voyageur d'un coup de crosse à l'omoplate. Le corps du prisonnier se courba. C'est là qu'il put voir Isis, muni d'un balai en compagnie d'un autre voyageur, portant un drôle d'accoutrement. Tout ça pour dire que le visage de Kaijin retrouva un peu de jovialités en voyant une tête connue. Il fut poussé et dirigé vers une autre voyageuse blonde, en uniforme. Elle avait quelque chose sur le front, mais, le voyageur s'en fichait. Il fit tourner tête sur elle-même pour se gratter la nuque tout en faisant une magnifique grimace. Brigitte parla d'une voix bien plus respectueuse cette fois.

- Chef ! On m'a demandé de vous confier ce prisonnier en attendant les ordres du commandant. S'il oppose une quelconque résistance, abattez-le.

Elle fit un salut militaire, les deux soldats firent de même, ils tournèrent tous les talons laissant les deux voyageurs face à face. De son regard vide, le Kaijin regardait le visage de cette jeune demoiselle.

- Salut. Je peux avoir ta veste ?

Non mais ... Ta gueule Kai, sérieux. Ta gueule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 176
Date d'inscription : 02/05/2013

Voyageur Expérimenté
Calvin Thomas
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 180
Renommée: 503
Honneur: 147
MessageSujet: Re: Shepard, je suis ton père (RP avec Calvin Thomas, Kaijin Zared, Isis Luminaria, Lithium Elfensen) Ven 29 Aoû 2014 - 12:24
Elle m'a regardé bizarrement, de haut en bas, comme si j'étais une sorte d'extraterr...
Oh. Oui, vu la situation, je suppose que son regard inquisiteur était justifié. N'empêche que je pense que ça a suffit à me mettre mal à l'aise et je profitais de ce que le visage de mon interlocutrice fut situé plus bas que le miens pour piquer imperceptiblement du nez vers mes chaussures.

Un drame m'a tout de même fait ouvrir les yeux brusquement pour les plaquer dans ceux de la fille.


Tu sais pas ce que c'est un Jedi ?! Sérieusement ? Quoi ? Non non, je ne fais pas partie du personnel, on peut se parl...

Bon sang (je ne pourrais plus jamais écrire ce mot sans avoir l'air de faire une plaisanterie je crois), mais c'était quoi cette nana ? Une rêveuse finalement ? Une pauvre fille manipulée par un génie diabolique ?
Parce que je n'ai jamais. Jamais. JAMAIS. Entendu parler de quelqu'un faisant le ménage dans un vaisseau spacial. Encore moins avec un balais et une serpillère. Non mais sérieux  ! Une voyageuse femme de ménage ? Comment est-ce qu'on peut se satisfaire de ce genre de trucs ? Le sourire qui a suivi m'a encore plus destabilisé. A sa place, j'aurais pleuré toutes les larmes de mon corps si j'avais vu un Voyageur se présenter en disant qu'il maitrise la Force...

Je crois que je l'ai immédiatement prise en pitié. Quelqu'un abusait de la naïveté de cette jeune femme en détresse. Je devais la sortir de là.

Et pas en l'aidant à finir ses corvées le plus vite possible, de préférence.


Je heuuuuu... Je peux enlever les tâches de sang si tu en trouve.

Et merde hein ?! Je suis pas encore un meneur d'homme, ce qui fait que j'ai suivi la fille sans trop savoir quoi faire. A ce moment là, j'étais encore sous le choc vous comprenez ? C'est facile pour un journal intime de se moquer mais dans le feu de l'action, j'étais désemparé. J'ai quand même cherché à amener la discussion vers quelque chose de plus plaisant que « Oh, regarde, j'ai réussi à récurer une tâche de rouille ! Ohoho vive moi ! ».

Je m'appelle Calvin, et toi ?

C'était un bon début.

La salle suivante était... Etrange. Comme si deux architectes avec deux conceptions différentes de ce qu'elle aurait dû être s'étaient affrontés ici même. Un portail de sécurité façon détecteur de métaux (des petits tapis roulants comme dans les gares reposaient à côté) trônait au milieu d'une salle remplie de tables d'opération et d'alambics des temps modernes.
Et comme si quelqu'un avait voulu régler la querelle par une touche personnelle, le tout était couvert d'instruments de cuisine. Et de crêpes. Le sol était d'ailleurs partiellement couvert de farine et de lait mêlés.

Qu'est ce que c'était que ce bordel ?

L'explication de ce mystère fut donnée moins de vingt secondes plus tard;


Commandant *mouton* au Bretagne ; accélération imminente. Secousses à prévoir pendant la sortie de l'atmosphère.

Les nouvelles recrues sont attendues dans la salle de réunion dans 5 minutes.

Et Joker, vos plaisanteries vont vous coûter la cour martiale un jour.


Une voix métallique répondit que c'était de sa faute ; elle venait de télécharger un module d'humour. Je crois (mes souvenirs sont un peu confus).

Quoiqu'il en soit, les « secousses à prévoir » m'ont fichu par terre avant que j'ai eu le temps de réaliser ce qui venait de se passer, couvrant du même coup ma belle cape d'un peu de saloperie de pâte à crêpe. Comme je voyais que ma nouvelle padawane femme de ménage se retenait de sourire carrément devant moi, je profitais de ce moment passé à taper sur mon manteau pour lui expliquer la valeur de mon rôle ;


Les Jedis sont les gardiens de la paix galactique. Des guerriers moines hyper stylés. Et sages aussi. Yoda, Obi-wan, ça te dit rien?

Je ne suis pas non plus très doué pour expliquer les choses, mais ça irait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 55
Date d'inscription : 25/12/2012
Age du personnage : 19

Nouveau challenger
Isis Luminaria
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Shepard, je suis ton père (RP avec Calvin Thomas, Kaijin Zared, Isis Luminaria, Lithium Elfensen) Lun 22 Sep 2014 - 23:07
La situation se déroulant était, du point de vue d'Isis, fort amusante.
Le jeune homme semblait... Déstabilisé ? Ou perturbé ? Quelque chose comme cela.
Elle ignorait tellement de choses, même pourtant futiles, qu'il en avait l'air choqué. Cependant, il ne désespéra pas et se mit à la suivre en lui proposant de l'aider à nettoyer certaines choses comme le sang. Du sang ? Comme si ça coulait à flot. Sérieux ? Ce n'était pas une arène de gladiateur ce vaisseau.
Elle lui proposa, quand même, de porter son seau. Elle ne voulait pas réellement d'aide juste une compagnie. Elle se sentait souvent seule en ce moment et ce garçon était quand même super sympa, il avait l'air en tout cas. Il était aussi, très gentil et drôle malgré lui.
Et il pensa à faire quelque chose qu'Isis ne fait absolument jamais : il se présenta :

-Je m'appelle Calvin, et toi ?

Isis s'arrêta de marcher, marqua un temps d'arrêt et lui dit en se tournant vers lui avec un visage sans grandes expressions :

-Désolée, mais on n'est pas assez intime pour que je te dise mon nom... Elle ricana. Nan, je plaisante. Je n'ai pas de nom. Par contre là, je ne plaisante pas.

Elle arriva devant la porte de la seconde salle et passa le badge qu'on lui avait donné ultérieurement. Elle rentra après Calvin, car elle était, tout de même, une jeune fille galante. Une voix se fit entendre : les nouvelles recrues avaient le droit à une réunion. Isis n'aimait pas vraiment ça... Mais était-elle vraiment une nouvelle recrue ? Elle n'était peut-être pas obligée d'y aller. C'est vrai que son recrutement fut étrange et très rapide. Bien trop rapide.
Elle posa finalement son seau et mit la serpillière dedans quand soudain, sans trop comprendre comment, elle se retrouva au sol.
Quelques secondes après, elle se releva pour retomber après avoir glissé sur de la pâte, du lait et l'eau de se foutu sceau. Elle se releva une seconde fois pour constater le désastre. Elle allait avoir du boulot. En fin de compte... Une petite réunion ne lui ferait pas grand mal.
Elle se tourna vers Calvin qui époussetait sa cape couverte de pâte. Isis tenta de dissimuler son rire. Ce garçon était amusant. Très amusant. Elle fit comme lui, elle se mit à enlever les saletés qui la recouvraient en prenant exactement la même attitude que lui. Mais trêve de plaisanterie, il relança cette conversation sur les Jedis :

-Les Jedis sont les gardiens de la paix galactique. Des guerriers moines hyper stylés. Et sages aussi. Yoda, Obi-wan, ça te dit rien ?

Elle reprit son air taquin et répondit :

-Fais-toi écraser par un camion et essaie de te souvenir de quelque chose après. Elle était décidément très amusante, aujourd'hui. Plus sérieusement : ça me dit vaguement quelque chose. Ça a l'air d'être un beau métier. Tu es un Jedi, toi ? Je peux en devenir un ? Demanda-t-elle les yeux pétillants d'excitation. Elle jeta un œil à sa montre et vit que les cinq minutes étaient passées. Elle se précipita vers la salle de réunion. Elle remarqua qu'elle venait de laisser Calvin en plan.

-Je reviens dans 10 minutes. Tu m'attends ici ? Je vais voir si je suis vraiment une nouvelle recrue.

Elle passa plusieurs couloirs et trouva enfin la salle de réunion. Le grand mur de verre offrait une vue d'ensemble sur la pièce. Elle constata qu'ils étaient déjà tous installés et la fixaient. C'était très gênant. Un homme se retourna, il s'agissait de celui qui l'avait amené dans cet étrange endroit. Il lui fit signe à travers la vitre de venir s'asseoir. Elle s'exécuta. Isis était l'une des seules filles. Il y en avait peut-être deux et une autre qui était peut-être une fille ou un garçon, c'était difficile à savoir.
Cette réunion ne racontait rien de bien secret. Il s'agissait de répartition des tâches, motivations de chacun. Les salles dans lesquelles certains d'entre eux, étaient interdits d'accès. Au bout de vingt minutes,
tous ceux qui avaient de petits postes comme Isis, environ une trentaine, furent lâchés. Les autres devaient rester.

La jeune fille se dépêcha de rejoindre le jeune homme qu'elle avait rencontré plutôt, mais quand elle arriva dans la salle ou elle lui avait demandé d'attendre, elle fut forcée de constater, qu'il avait disparu.
L'humeur joyeuse d'Isis laissa place à la déception puis à la tristesse et enfin à la colère. Merde quoi, elle était seule. Il était parti ? Pourtant, il semblait bien « l'aimer » ce Calvin...

-Hé ! Toi ! Ouais, toi là ! On s'adressait bien à elle. Isis se leva et se précipita vers ce monsieur. Tu t'es trompé de salle. Tu dois faire le ménage dans la salle chirurgicale. On a déjà quelqu'un ici. Et magnes toi, ton seau et ton balai t'attendent là-bas.

Elle était tête en l'air, elle avait un mauvais sens de l'orientation. Conclusion, elle s'était paumée. C'était fréquent chez elle de se perdre, encore plus dans un vaisseau. Elle regagna alors la salle chirurgicale.
Elle retrouva tout comme elle l'avait laissé. Même lui était là. Isis lui sauta au coup dans un véritable élan de joie... Puis elle réalisa son geste, elle recula rapidement en toussant et fit comme si de rien était.
Elle allait vraiment lui faire mauvaise impression à la longue...
Heureusement, une nouvelle annonce retentit, elle tombait à pic, comme pour la sauver... Ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2589
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 24

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 805
Renommée: 2540
Honneur: 430
MessageSujet: Re: Shepard, je suis ton père (RP avec Calvin Thomas, Kaijin Zared, Isis Luminaria, Lithium Elfensen) Dim 5 Oct 2014 - 12:31


Hi hi hi hiiiii !
C'était juste le paradis ce soir !
Des Turiens de partout, des officiers, des uniformes..
Ah mon dieu, mais elle avait pas fait attention à la carte !
Lithium avait presque envie de pleurer tellement c'était beau.
Elle en avait tellement rêvé que pouvoir enfin accéder à cet univers lui donnait des frissons de joie, sa gorge se serrait de bonheur et des sanglots d'enthousiasme attendaient de pouvoir se libérer. Une petite larme coula furtivement sur sa joue et elle s'empressa de l'essuyer. C'était stupide de se sentir ainsi pour un jeu vidéo qui prenait vie, mais c'était plus fort qu'elle. Sa vie, et son existence en général était tellement morne et ennuyeuse, que son univers virtuel lui procurait la sensation "d'être quelqu'un". Elle était typiquement le genre de personne à croire en la vie extra-terrestre, à espérer un bond dans la conquête spatiale pour découvrir de nouvelles contrées. C'était pourquoi voyager était pour elle un vrai besoin, un véritable bol d'air frais. Le dépaysement par les cultures étrangères lui était vital. Et cela faisait un bail qu'elle n'avait pas quitté le pays, elle n'était pas si loin de la dépression. Alors qu'elle avait un petit coup de blues, le sergent Tavius refit son apparition. La jeune femme sursauta lorsqu'il lui parla.


"Tout va bien, chef ?", s'autorisa t-il.

"Euh, oui. Oui, oui.
C'est juste que.. J'ai tellement rêve de ce jour.
Pouvoir enfin servir sur le Norm.. Sur le Bretagne, c'est un honneur que je n'aurais jamais cru être un jour digne d'obtenir."


"Si je puis me permettre, je suis ravi de voir qu'une humaine apprécie autant que vous ce vaisseau. C'est un véritable chef d'œuvre de technologie. Notre collaboration a donné lieu à un fantastique engin."

"Comme quoi, l'union des différences peut créer quelque chose d'unique et commun aux deux partis.", sourit-elle.

"Oui.", il lui rendit son sourire.

"Je vais vomir devant autant de niaiserie..", Bis laissa échapper un rot de dégoût.

HIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !
Un rêve qui se réalise, je vous dis.
Ce n'était pas Garrus, certes, mais ce Tavius avait le mérite d'avoir un petit je-ne-sais-quoi d'attirant. A part le fait qu'il était un Turien, la base quoi, il était franchement pas mal. Mais elle fut perturbée dans son rêve éveillé.

La demoiselle fut apostrophé par une vieille voix.
Lorsqu'elle se retourna, elle fut étonnée d'y trouver une.. quinqua ou sexagénaire, facile.
Elle était bien âgée, ça c'était certain ! Lithium ne s'attendait pas à se retrouver face à une personne de ce type, fallait être passionnée pour continuer à écumer l'Espace au sein de l'Alliance, et surtout à bord d'un vaisseau de "guerre". Bon, d'un côté, Chakwas n'était pas non plus très jeune, et elle était pourtant restée avec nous jusqu'au bout. Quelle loyauté elle avait pour un docteur, c'en était franchement étonnant. Pour en revenir à l'aïeule, on aurait dit la mémé dans Halo 4, le docteur Halsey quelque chose. Elle y avait tellement peu joué à celui là qu'elle s'en souvenait pas. Tant pis. Enfin, tout ça pour dire qu'elle avait l'air vraiment aigrie la vioque. Waouh ! Regarde-moi ces rides, sa crème de soin est périmée ou quoi ? Mais grave ! Punaise, j'ai jamais vu ça ! Qu'est-ce qu'elle nous veut ? Surtout qu'elle s'est permise d'être désagréable envers Tavius-ounet. Pas sympa mamie Nova.
En revanche, elle a beau être vieille et moche, elle a au moins le mérite d'être respectueuse envers nous. Pour quelle raison ? Elle a sûrement besoin de quelque chose.. En tout cas, elle était accompagné d'un gamin salement amoché, avec une drôle de coupe et une tête étrange. Son corps était parsemé de cicatrices et d'étranges tatouages. Le must, ses oreilles précisaient qu'il était voyageur. La mamie lui fit comprendre que cet homme était leur prisonnier et qu'elle lui confiait en attendant d'avoir les ordres du commandant. De Shepard ? On lui confiait à elle, une parfaite inconnue ? MAIS C'EST TROP BIEEEEN ! Elle prit un air sérieux.


"Officier, je prends en charge le prisonnier.
Par contre, vous serez gentille, à l'avenir, adressez-vous correctement à quiconque vous croiserez le chemin sur ce vaisseau, qu'importe son grade et sa race. Vous m'avez bien comprise ? Et pour bien commencer, vous allez présenter vos excuses au sergent Tavius ici présent."


"Pardon ?"

"Vous m'avez bien comprise.
Alors on dit quoi ?"


"..Pardon.", grommela Vandermon.

"Pardon qui ?", insista la blonde.

"..Pardon sergent Tavius."

"C'est bien.
Maintenant, vous pouvez disposer. Allez."
, fit-elle avec un geste de la main.

C'était la plus grande humiliation de toute sa carrière.
Se faire écraser ainsi par une jeune arriviste aux oreilles pointues et à la peau lisse !
Elle avait de l'expérience elle, MONSIEUR ! Tous des blancs becs. Saletés d'aliens et leurs sympathisants.. Lithium se retrouva donc avec son prisonnier tout abîmé. Ouais bon, et elle fait quoi avec ça ? On le mange ? Ouais non. Alors on le bute. Non plus. Ce fut le garçon qui prit la parole avec son air légèrement baveux.


"Salut. Je peux avoir ta veste ?"

"T'as vu, elle est trop belle hein ?!", minauda la jeune femme.
"J'ai jamais vu des fringues aussi stylées ! Mais non, je te la donnerai pas vu que déjà, bah c'est la mienne hein, puis aussi, c'est pour femme. Donc non."

"Il a pas de boobs.
C'est dommage, parce que les boobs, bah c'est bien."
, fit remarquer Bis mentalement.

"Mais si t'as froid, je peux t'en faire apporter une."

Elle fit venir deux gardes pour amener le prisonnier sur une chaise pour l'attente.
La demoiselle voulait en savoir davantage en attendant la venue du commandant. Elle s'accouda contre le mur à côté du gamin et le regarda attentivement. Tatouages à gogo, renne, omni, traces chelou.. Il en avait vu des vertes et des pas mûres le petit. Mais pour quelles raisons ? Elle s'exprima plus sérieusement et resta sur ses gardes. Il pouvait être dangereux, et elle devait être prête à riposter en cas d'attaque.


"Qu'est-ce que t'as fait pour te retrouver dans cet état-là ?
ça peut qu'être pire que celle qui vient à Dreamland pour nettoyer des latrines quoi.
Je t'écoute."


Elle ne fit pas franchement attention à la femme de ménage, ni même au blondinet encapuchonné. Juste un œil sur Tavius et son beau petit cul. Toi, moi, un canapé, de la liqueur kroganne.. Grrrr.


__________







Lithium s'exprime
Bis vous insulte


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ledesordre-est-dor.blogspot.fr/
AuteurMessage
Surnom : Le Facteur X
Messages : 1364
Date d'inscription : 07/01/2011
Age du personnage : 24

Arpenteur des rêves
Clem Free
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 120
Renommée: 1445
Honneur: 160
MessageSujet: Re: Shepard, je suis ton père (RP avec Calvin Thomas, Kaijin Zared, Isis Luminaria, Lithium Elfensen) Dim 5 Oct 2014 - 22:54
Au départ, quand on avait dit à Clem que tout être organique passant un séjour dans le vaisseau mère de Saren en sortait indubitablement méchant, l’agoraphobe avait pensé que c’était à cause d’une intelligence supérieure contrôlant le vaisseau et endoctrinant les esprits s’y trouvant en son sein. Il s’était trompé d’un bout à l’autre : tout être organique séjournant dans ce vaisseau aurait des envies de meurtres au bout d’à peine quelques heures car les Geths étaient les êtres les plus énervant de la galaxie. Traiter avec eux équivalait à tenter de tuer une vache à coup de figue molle. Ils étaient insensible aux besoins humains, ce qui en faisait de très mauvais hôtes. Comprenait de travers toutes les directives et il ne fallait évidemment pas user d’humour ou de second degré en leur compagnie.

Il fallait aussi composer avec certaines particularités de leur espèce, déjà, tous les Geth avaient une intelligence collective. Parlait avec un seul d’entre eux relevait de la gageure, mais en groupe ils pouvaient se montrer dangereusement intellectuels. Ce n’était pas une espèce faîte pour jouer au poker (ni pour jouer, à vrai dire).

Les Geths constituant l’équipage du Souverain appartenait à la nouvelle génération de Geth. Il suffisait de regarder leur matricule pour le savoir. L’ancienne génération avait noté ses Geth d’un numéro allant du 0 à 9999999999. Sachant que l’emplacement disponible sur les épaulettes des Geth allait commencer à se faire rare si on continuait à rajouter des chiffres sur leur matricule, quelqu’un à eu l’idée de remplacer les chiffres par des lettres pour la prochaine génération. Par accident, un programme trouvant des noms au hasard avait été inclus dans l’algorithme de l’usine de production. C’est le n°de matricule NOUNOURS qui avait expliqué tout cela à Clem.

Le nombre de chiffre  du dernier de la première génération était un indicateur assez juste de la triste durée de vie d’un Geth sur le champ de bataille. Celle dernière se situait généralement autours de 25 secondes mais il fallait retirer le chiffre de la dizaine si Shepard se trouvait sur ledit champ de bataille. La légende disait que Shepard marquait chaque frag d’une entaille sur son arme. Seulement le fusil d’assaut du commandant restant définitivement gris,  la rumeur avorta avant de prendre du poids ; mais ce que la rumeur ne savait pas, c’était que Shepard avait acheté un Avenger rouge.

Aujourd’hui, Clem avait été convié à une réunion tactique avec différentes factions de l’alliance Impériale. Il était en train de parcourir les couloirs quand des irritants bruits électriques firent remuer les coursives à coup de décibels sauvages. Récemment, dans leur centre de recherche sur les nouvelles tactiques militaires, les Geths avaient découvert qu’aucun tympan de la galaxie n’était armé pour faire face à un Geth muni d’un synthétiseur. L’idée d’envoyer à plein tube de la musique lors des batailles les plus âpres afin de miner le courage des adversaires ne datait pas d’hier chez les Geth. Seulement ces derniers n’ayant ni l’oreille musicale, ni la moindre idée de ce que devait avoir une musique démoralisante ou intimidatrice pour un organique, le résultat ne fut pas probant. Un bataillon entier de Geth fut ainsi envoyé aux devants d’un avant-poste Krogan lourdement fortifié soutenu par un parachutage d’enceintes lançant à plein tube « Get Lucky » joué par un chœur de l’Armée Rouge. La chanson eut un franc succès : le bataillon Geth dansa jusqu’à son extermination totale.

Il fut donc décidé il y a peu de temps que les musiques lâchées sur le champ de bataille ne serait que des musiques spécialement composées par des Geths. Clem avait entendu les premiers résultats et il eut la chair de poule en se mettant à la place des soldats qui allaient devoir affronter ça : un Geth avait même eut le vice de pousser la chansonnette devant un micro enregistreur. Le résultat était létal.

« La tactique, c’est pour les fiottes et les femelles, déclara Trev, le chef de guerre Krogane rattaché à Saren, parce que ce dernier était le seul propriétaire d’une drogue qui faisait dangereusement baver les hommes du chef de guerre au prénom le plus mal adapté de l’histoire. Habituellement le Krogane n’était pas invité aux réunions où l’on discutait stratégie, le reste de l’Alliance Impériale ayant remarqué que c’était bien souvent une perte de temps et d’énergie vu qu’il fallait lui expliquer toutes les cinq minutes qu’un génocide ne s’opérait pas au début d’une bataille. Étaient également présent Saren, commandant en second du Souverain, Harbinger, qui n’assistait au réunion que par Récolteur interposé et Seigneur Vader, qui représentait l’Empereur, trop occupé à jouer Palpatine pour assister à ce genre de réunion.

« Pour la 6ème fois, Trev, la Citadelle possède des bras indestructibles qui peuvent protéger toute la station. »
Pendant qu’Harbinger prenait Trev à l’écart pour lui expliquer que le mot « Indestructible » était un mot que l’on retrouvait dans beaucoup de dictionnaire non-krogane, Saren continua.

« Il n’est d’ailleurs pas besoin d’attaquer la Citadelle de front. cette dernière possède un portail juste à côté du Presidium, nous pouvons entrer par là. Oui Seigneur Vader ? Demanda le Turien à l’intéressé qui s’était mit à se racler la gorge. Et quand Vader faisait ce genre de borborygme, c’était difficile à louper.

-Excuser moi mais… les Concilliens ont un portail en plein milieu de leur centre-ville ?

-Et bien… oui.

-Ils ne le surveillent pas ?

-Non.

-Ils ne le défendent pas ?

- Non.

-Ah je vois. Ils ne connaissent pas la technologie du portail c’est ça ?

-Pas vraiment, c’est comme un relais cosmodésique mais en plus petit.

-Et ils ne se sont jamais dit qu’il servait juste à créer un portail plus petit ?

-Et bien … à dire vrai… il le prenne pour une sorte de statue. ils ont mis des fontaines autours et tout et tout…

- ...

- ...

-Alors qu’attendons nous pour attaquer ?

-Il faut d'abord que nous trouvions le relais correspondant. Et ce dernier se situe sur une planète absente de toutes les cartes. Le seul indice correspondant à son emplacement se situait dans une balise prothéenne mais c’est l’équipe de Shepard qui l’a trouvé en premier.


-Je sais comment fonctionne ces balises, ajouta Clem, la carte est donc dans la tête de ce Shepard. Enfin, si elle ne l’a pas fait exploser.

-Heureusement non, le commandant Shepard s’est vu refusé d’approcher de trop près les artefacts inconnus et dangereux, ordre de son docteur. C’est donc un membre de son équipage qui a hérité de la carte, il faut que nous capturons ce dernier. Seulement il se trouve sur le Bretagne, qui lui se trouve dans la Citadelle. Et pour entrer dans la Citadelle…

-Un vrai paradoxe, enchérit Harbinger, il faut donc faire sortir le Bretagne. Mais comment ?

-Alors ça c’est facile : à chaque fois qu’un Geth pête un peu trop fort dans la galaxie, Shepard arrive cinq minutes après pour lui vider plusieurs chargeurs sur la gueule. Il nous faut juste nous afficher un peu, attirer le Bretagne dans nos filets et, au terme d’un combat contre ce dernier, capturer le membre d’équipage qui nous intéresse.

-Et qui est l’heureux élu ?

-J’ai le dossier quelque part, attendez un instant.. ah voilà : c’est le sergent Tavius.

__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Mordu
Messages : 948
Date d'inscription : 18/05/2011
Age du personnage : 17

Maraudeur des rêves
Kaijin Zared
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 435
Renommée: 1301
Honneur: -550
MessageSujet: Re: Shepard, je suis ton père (RP avec Calvin Thomas, Kaijin Zared, Isis Luminaria, Lithium Elfensen) Mar 14 Oct 2014 - 0:41
Kaijin eut un petit rire étouffé en voyant Vandermon se faire disputer par l'autre demoiselle en uniforme. Un peu plus tard, une fois que les deux voyageurs furent face à face, Kaijin demanda la veste à l'autre, parce que dans l'espace, on se les kaille. Vous avez compris le jeu de mots ?

- T'as vu, elle est trop belle hein ?! J'ai jamais vu des fringues aussi stylées ! Mais non, je te la donnerai pas vu que déjà, bah c'est la mienne hein, puis aussi, c'est pour femme. Donc non.

Le voyageur se mit à geindre, il avait froid, il baissa la tête et s'ébroua. Elle faisait chier cette elfe. Des frissons firent danser la peau du Kaijin. Il redressa la tête, las, en entendant la demoiselle parler.

- Mais si t'as froid, je peux t'en faire apporter une.

Ça, c'était super sympa ! Kaijin acquiesça gaiement. Il crut ensuite apercevoir Isis avec un autre voyageur, blond aussi. Ça commençait à faire beaucoup, quand même, le morpheur n'avait pas l'habitude de voir des cheveux aussi clair en si grand nombre. Ceci dit, toute son attention se portait sur la voyageuse habillée en femme de ménage, non sur le jedi avec une cape recouverte de pâte à crêpes. Le voyageur leva ses mains et commença à prononcer le faux nom de la demoiselle, mais on ne lui laissa que lancer un « O » allongé. Deux gardes venaient de l'attraper et de l'emmener à l'autre bout du pont.

On l'obligea à s'asseoir sur une chaise. L'officier s'adossa contre le mur. Un des gardes prit place non loin d'elle, surveillant légèrement la situation, le deuxième partit chercher une veste pour Kaijin. Pour l'instant, cet équipage était plutôt sympa. Il ne manquait plus qu'on lui enlève les menottes et ces bons jouvenceaux seraient de gentils troubadours intergalactiques. La demoiselle à la veste sublime prit la parole.

- Qu'est-ce que t'as fait pour te retrouver dans cet état-là ?
Ça peut qu'être pire que celle qui vient à Dreamland pour nettoyer des latrines quoi.
Je t'écoute.

Kaijin n'apprécia pas tellement la façon dont l'officier parler d'Isis, mais, il décida de verser un peu d'eau dans son vin, elle n'avait qu'à claquer des doigts pour le faire exécuter, il valait mieux ne pas la faire chier, pour le moment. Il tourna l'ensemble de son corps vers elle et inspira, pour expirer tout l'air dans une longue réponse.

- Alors, enfaîte, je suis employé par Macrophonopolis, un royaume plein d'esclave. Je suis une de leur « livraison ». Un zombie esclave pour être exact. Faut pas déconner, je suis pas comme les autres. Bref. Disons simplement qu'un diplomate a voulu me faire jouer avec son bâton de pèlerin, mais j'avais faim. Du coup, il lui manquait un bout d'épaule lorsqu'il baignait dans son sang. Donc, j'ai été fait prisonnier et cette nuit là, on m'a charcuté, mis dans de grands tubes. On m'a dit que j'avais d'autres pouvoirs, ce qui me fait chier parce qu'être un zombie, c'est la putain classe, pas vrai ? Presque autant que cette veste ? D'ailleurs, la mienne, elle arrive ? Non parce que je me les cailles depuis que je suis sorti de ma cellule, c'est vraiment pas cool. Y a juste chez le tatoueur où c'était cool, il faisait chaud. Ah aussi, on m'a pas mal drogué pour me faire dormir, mais là sérieux, ça va, genre, je pète la forme ! Un truc de dingue quoi ! J'en transpire quoi ! Mais j'ai quand même froid, dis, elle où ma veste ?

En effet, ça allait beaucoup mieux, il parlait à une vitesse assez hallucinante, secouant ses mains liées, sa tête et son corps dans tous les sens. C'était plutôt bizarre de le voir s'agiter ainsi, il avait l'allure d'un mec sous l'emprise de la cocaïne. Un peu comme un politicien du monde réel, mais, il ne faudrait pas sombrer dans un débat aussi puéril. En résumé, le voyageur avait retrouvé son énergie, la nuit commençait enfin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 176
Date d'inscription : 02/05/2013

Voyageur Expérimenté
Calvin Thomas
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 180
Renommée: 503
Honneur: 147
MessageSujet: Re: Shepard, je suis ton père (RP avec Calvin Thomas, Kaijin Zared, Isis Luminaria, Lithium Elfensen) Ven 24 Oct 2014 - 19:58
Evidemment que tu peux devenir un Jedi ! Enfin... Non. L'entraînement doit commencer beaucoup plus tôt... Mais c'est le monde des rêves, alors oui, sois sans crainte !

Je lui sourit d'un air aimable. Cette fraîcheur était presque agréable. Même si elle avait quelque chose de vaguement absurde... Ne pas connaître star wars, franchement... Je peux pardonner à quelqu'un qui s'amuser à faire le ménage spatial dans ses rêves, mais il y a des limites !

Puis, il m'a laissé en plan. Comme ça, en gros.

J'en ai profité pour frotter un peu mon manteau en faisant gaffe que personne ne remarque trop l'état de ce dernier. Je n'avais pas fini que frotter une saleté de tâche sur l'aine que la jeune fille me sautait littéralement dessus ! J'ai presque cru que je n'avais pas franchement gagné d'intuition mystique. Et pourtant...

Suivit un silence gêné, que je proposais de couper définitivement en proposant ;


-Si tu veux être mon padawan, c'est d'accord. Je t'apprendais à être un Jedi. Mais pour le moment, tu n'as pas le droit à ton propre sabre laser, évidemment, puisque tu as raté beaucoup de leçons.

Elle était là, la bonne intuition. Cette petite aurait de la ressource, plus qu'elle ne pouvait l'imaginer.

Nous sommes entrés dans le système Omega du Centipède. Les combats se dérouleront sur la planète DR-675, qui présente des caractéristiques similaires à la Terre.

Alors il PARAIT qu'il a ajouté ;  N'oubliez cependant pas de prendre votre condensateur hydro ; l'air risque d'être vite saturé de gaz aqueux. Votre supérieur vous fera un rapport une fois dans la navette. Mais je reste persuadé qu'il ne l'a pas dit. Criminel ! Ou alors, c'est juste qu'on ne fait pas attention à ce genre de détails...

Toujours est-il qu'il ajouta, avec une pointe de ce qui pouvait passer -en tout cas à mes yeux- pour de l'arrogance ;


Je débarquerai au cœur du conflit, non loin de vous, soldats. Nous n'allons faire qu'une bouchée de ces Guettes ! Tous à vos postes, début de l'opération dans treize minutes !

Je ne savais pas trop ce qu'est un Guette, à ce moment là (et c'est très gênant, je n'ai aucune idée de comment ça s'écrit... comme ça j'imagine).

Passons. Les choses sérieuses allaient commencer ! Une guerre des étoiles rien que pour moi... Je suis sorti de la salle, l'air décidé à en découdre, affichant l'air très sérieux de celui qui sait ce qu'il fait -tout en suivant le mouvement général ; vers les ascenseurs. Un branle-bas-le-combat énergique s'y rendait, la fleur au fusil.
  Suis moi ! Ton nom, déjà ? J'ai oublié je crois.

Ce qui paraîtra évident avec le recul parce que je le précise bien ; ni moi ni ma padawane n'avions ce fameux condensateur hydro sur nous. On s'est dirigé joyeusement vers le hangar inférieur, où se pressaient les soldats, bien rangés, bien alignés, prêt à embarquer dans des vaisseaux spatiaux pas classes du tout. Merde, star wars avait bien régressé dans Dreamland ! Enfin bon... Ces trucs semblaient bien blindés. Certains semblaient confiant. « Sherpard participe à l'opération, tout ira bien.  », d'autre moins ; « Pourquoi il y a ces types avec nous ? Pourquoi ça suffit pas ? Si c'est une grosse opération, pourquoi il y a seulement le Bretagne ? ».

Un brin d'angoisse commençait à s'insinuer en moi. Et ma nouvelle recrue ? Tout irait bien pour elle ? C'était une Voyageuse, d'accord, mais faire la guerre... N'était pas recommandé. Moi, j'y arriverai, c'était sûr ; au moins aussi grand que la plupart des types ici, ma carrure n'avait rien à leur envier. J'étais même, probablement, plus vieux qu'un ou deux d'entre eux.

Et j'étais un Jedi. Un détail m'avait échappé, raison pour laquelle je tâchais d'embarquer sans m'attarder sur des considérations pessimistes. Et maintenant, j'allais où ? Vaguement effrayé à l'idée de perdre tout crédibilité, je me dirigeais vers un collègue à manteau brun. Mauvais calcul :


-Les Jedis font équipe avec les biotiques, un de chaque par escouade. Tiens, vas là bas, le petit tatoué est tout seul et il suinte l'implant biotique à des kilomètres...  

Aha... Avec le recul... Je ne suis pas sûr que je me serai effectivement dirigé dans la navette si on m'avait rappelé que je ne possédait ni condensateur hydro, ni...

Sabre laser.

Le contact avec les Guettes ne serait pas de tout repos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 55
Date d'inscription : 25/12/2012
Age du personnage : 19

Nouveau challenger
Isis Luminaria
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Shepard, je suis ton père (RP avec Calvin Thomas, Kaijin Zared, Isis Luminaria, Lithium Elfensen) Jeu 5 Mar 2015 - 0:13
Le lourd silence se dissipa sous la mélodie d'une voix chaleureuse qui lui expliqua avec toute la douceur du monde, qu'elle pouvait devenir une Jedi, malgré son manque certain d'expérience et de connaissances dans ce domaine. Si elle le voulait, elle le pouvait, car dans un rêve tout était possible. Bien que cela, puisse paraître, totalement évident ; Isis n'y avait jamais songé.
Calvin de son grand air protecteur proposa de faire de la jeune déboussolée : sa protégée. Il lui apprendrait tout l'art du grand Jedi en devenir, mais elle n'aurait pas l'arme officielle de cette communauté, de cette armée. Tout simplement, car elle n'en avait pas encore les épaules assez solides, pour en porter une.

Isis était alors la Padawan. Calvin était le maître. Elle devait se montrer à la hauteur. Elle prit un air sérieux lorsqu'au même instantt, une voix retentit encore une fois, pour annoncer cette fois-ci, un combat. La voix ,qui était celle d'un homme sûr de lui, donna tout un tas d'informations et directives. Puis il informa du temps restant avant l'opération : treize minutes.

Isis sursauta : C'est bien trop court...

Un air sérieux se dessina également sur le visage de Calvin qui commença à suivre le mouvement qui s'engouffrait dans les accenteurs. Il ordonna à Isis de le suivre avant de lui redemander son nom, ne sachant plus trop, s'il lui avait demandé ou s'il l'avait oublié.

-Je t'ai déjà dit ne pas avoir de nom. Mais tu n'as qu'à m'appeler « Padawan » puisque c'est ce que je suis censée être.

Et tandis que Calvin commençait à disparaître dans la foule, Isis abandonna ses outils de ménages pour être plus libre de ses mouvements. Elle garda, cependant, son balai avec elle pour se frayer un chemin dans la masse. Lorsqu'elle arriva à le regagner, elle attrapa son bras pour ne pas le perdre de nouveau et ils se firent emporter, par un flot de personnes, dans le hangar inférieur : il y avait de nombreux soldats et des vaisseaux. C'était là, que les soldats s'en allaient en guerre...
Isis leva la tête vers Calvin pour voir s'il était confiant. L'avis des soldats était mitigé, certains avaient peur, d'autres telles des guerriers étaient près à se battre comme des lions.
Les regards des deux protagonistes se croisèrent. Calvin était sûrement confiant pour lui, mais pas pour elle. Isis baissa la tête pour masquer sa crainte. Il y avait du bruit, du mouvement et des soldats qui allaient sûrement mourir. Dans ces préparatifs bruyants des vaisseaux décollaient déjà. Combien allait revenir de cette planète dite semblable à la terre ?
Elle n'avait jamais été dans pareille situation et elle avait beau se dire que tout ceci se déroulait dans un rêve, comme il lui avait déjà dit et que par conséquent, tout ceci n'était pas réel... Isis se sentait triste. Il s'agissait d'une guerre, il allait y avoir des morts, et même dans un rêve, cela était tragique.

-Est-ce vraiment la guerre, Calvin ? Cela veut dire qu'il va y avoir des morts ? Je veux dire, les rêves ne sont-ils pas fait pour rêver ?

Mais sans trop donner de réponse, Calvin se dirigea rapidement vers un congénère, Isis s'agrippa à sa manche, la pinçant du bout des doigts tout en se dissimulant derrière lui. Elle réitéra sa question mais l'homme lâcha une phrase en superposition, qu'Isis n'écouta pas. Pourtant, son attention fut retenue sur un seul mot : « Le petit ». Elle tourna immédiatement les yeux. Cela ne fit nul doute... Isis se précipita vers le garçon, qui était assis sur une baquette avec la mine d'un enfant qu'on venait d'envoyer au piquet. Elle constata, également, qu'il était une fois de plus, peu vêtu. Une fois à son niveau, avec toute l'inquiétude qu'elle pouvait contracter et dans un élan d'émoi, elle leva son bras et porta violemment sa main à la joue du garçon produisant un claquement sec.

« Putain, Kaijin. Que fais-tu ici ? Sais-tu au moins ce qu'il se déroule ? Tu as toujours le don de te foutre dans un pétrin monstre. Il faut que tu partes le plus vite possible ».

À peine, son geste effectué, elle le regretta immédiatement et tenta de se calmer. Il devait avoir froid... Elle enleva alors sa veste et la posa sur lui, avant de lui demander ce qu'il lui était arrivé. 
Isis pouvait supporter tous les crimes du monde, toutes les guerres de l'univers et toutes les morts qu'il pouvait y avoir. Mais elle ne supportait pas qu'on s'en prenne à Kaijin qui avait toujours été là, pour la protéger. Elle se devait donc, de le protéger à son tour, coûte que coûte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2589
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 24

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 805
Renommée: 2540
Honneur: 430
MessageSujet: Re: Shepard, je suis ton père (RP avec Calvin Thomas, Kaijin Zared, Isis Luminaria, Lithium Elfensen) Mer 18 Mar 2015 - 23:43


Oook !
Bah dis donc, ça en fait beaucoup pour un si jeune gamin.
Il a bouffé l'épaule d'un type JUSTE parce qu'il avait faim ? Hé hé, il me plaît. Il a une sale gueule et il pue, mais c'est un bon. On l'adopte ? Euh non, sûrement pas non. La jeune femme s'écarta très légèrement de l'adolescent, juste par précaution. De toute manière, si il tentait quoi que ce soit, elle lui faisait une clef de bras suivi d'un pied-bouche. Il avait l'air perturbé comme voyageur. Il parlait très vite -beaucoup trop- semblait dans son petit monde, répétait plusieurs fois sa question à propos de la veste. Au final, son esprit devait être très incohérent.
Les choses commençaient à bouger au sein du vaisseau. Les Jedis rejoignaient les Biotiques -dieu que j'aurais rêvé d'être Porte-Etendard- les escouades se formaient et écoutaient attentivement leur chef. Les combats allaient donc débuter. Très bien. Le prisonnier tatoué complètement taré fut emmené pour se battre aux côtés d'un Jedi. Bah franchement, je te souhaite bon courage mon gars, fais gaffe qu'il te bouffe pas un bout de gras hein !

Alors c'était vraiment la guerre.
Voilà qu'elle rêvait enfin d'un mon inspiré de Mass Effect et de Star Wars réuni, et voilà qu'elle repartait une nouvelle fois en croisade. La Table Pentagonale n'avait-elle donc pas suffit ? Et en tant que gradé, qu'est-ce que l'on fait ? Bah on va bastonner avec les hommes bordel ! Si originellement, elle jouait la classe pur Soldat, elle avait découvert le Fantôme Turien au multi, et je vous jure, ça déchire sa mère. Elle aurait bien aimé faire Fendeur N7, mais AH, pas Biotique elle était. Elle se dirigea donc immédiatement vers l'armurerie, ou plutôt les casiers, et chercha à tout hasard le "sien". Et comble du comble -sans déconner- elle en trouva un gravé de son prénom. Mother of God, HELL YEAH ! Elle l'ouvrit et se servit. Alors.. Jet-Pack (ouiiiiii), le module de camouflage (trop pratiiiique), les boucliers rechargeables (la meilleure chose qu'il puisse lui arriver), et enfin les armes; oh oh oh, un fusil à pompe, ce que c'est beau -elle essuya une larme- l'Eventreur ou le Plasma Geth ? .. Allez, va pour le Geth ! Et par précaution, elle prit un revolver, le Pistolet Silencieux. Ouais y'a grave pas de munitions dedans, mais il fait un max de dégâts ce bébé !
Elle s'équipa tranquillement, puis se mit en quête d'une protection corporelle. Hé, elle déchire sa veste, mais elle protège pas franchement des balles. Alors qu'elle fouillait les lieux, elle tomba nez à nez avec le sergent Tavius, prêt à partir au combat. La jeune femme devint aussi rouge qu'une tomate bien à point, et lorsqu'elle voulut lui parler, elle bafouilla plus qu'elle ne s'exprima.


"Je..Une.. Ahum, armure oui.
Pas habillée d'la sorte.. M'non."


"Venez, je vais vous en trouver une pour votre taille.", sourit le Turien amusé.

Ouais merci, ça serait top.
Elle le suivit sans faire d'histoire, matant au passage les lieux.
Punaise, ils avaient fait un sacrément beau boulot dis donc, c'était plus vrai que nature et tellement proche du Normandy ! .. A part ces posters de Twi'lek accrochés à même les écrans de contrôle. ça bosse grave dans les locaux à ce que je vois, bande de dégoûtants. Mettez des Hanari au moins, plus de tentacules, nom de dieu. Elle finit par atterrir dans une autre pièce, ressemblant de très près aux systèmes de survie. Ouais, donc ? Lithium vit le turien fouiller dans un placard -sacré beau cul- oui je vous écoute oui -mais tu fais des abdos fessiers tous les jours ou bien- ah ça pour sûr c'est une sacrée armure oui -aussi solide que ta..- bien sûr, armure moyenne pour ma corpulence, entièrement d'accord -bordel je vais te dévorer sur le champ- bien sûr que je vais l'enfiler voyons -autant que je voudrais t'enfiler toi- je vais faire ça là oui. Je crois que je ne vais rien dire, t'as l'air de très bien te débrouiller toute seule, sortit une Bis complètement hilare.


"Vous ne voudriez pas me donner un petit coup de main ?"

"Excusez-moi ?", fit le turien faussement étonnée.

Oh oui, t'as très bien compris ce que je voulais dire.
AH mais putain non ! C'est la guerre, pas le temps pour ça !
..Hé mais si c'était la mission suicide, alors c'est instant baise.
You know what i mean ? Mon dieu, elle perdait la tête. Avoir un turien en face d'elle la rendait complètement dingue. Non, elle n'était pas là pour se faire une aussi belle créature, même si c'était un rêve, un peu de dignité que diable ! ..Ouais mais juste une fo.. NON ! Au boulot. Les divertissements seront pour plus tard. On en discutera de ton endurance petit, plus tard, autour d'un bon verre de gnôle Kroganne ! ..Si on crève pas avant, mais ce n'est qu'un détail. Elle s'empara de l'armure et se mit dans un coin.


"Je voulais simplement dire que vous pourriez m'aider en montant la garde devant la porte. Maintenant, retournez-vous."

Il s'exécuta sur le champ.
Lithium ne mit pas énormément de temps pour s'habiller.
En fait, elle en mit davantage pour se défaire de sa superbe tenue que pour enfiler la protection de soldat. Bah oui, elle ne voulait pas froisser ses vêtements, vous avez vu leur beauté ?! Oui bon ok, je les pose. Elle rejoint le sergent et ensemble, ils firent le chemin en sens inverse. Je te jure mec, si t'es gay comme un phoque, je vais me consoler avec un putain de Krogan ! Ou un Drell, à voir. Ou une Asari. Nan, ça ressemble trop à une fille. Fais attention à ce que tu dis quand même. Non pas que le type chelou qui se souvient de tout ne m'attire pas, mais.. Mais non en fait. Hé, je déconne. T'es tarée ou quoi, c'est un Turien ou rien. Bon bah ça sera rien. Mais tais-toi, laisses-moi rêver !

Il s'équipa à son tour, prêt.
Ok, il jouait Tech au fusil d'assaut, intéressant, ils allaient bien s'entendre.
Elle prit des munitions incendiaires en passant, parce que au fond d'elle, elle aurait bien aimé être pyromane. Oui, et alors ? Bah en avant mon mignon ! Ils rejoignirent les troupes qui leur étaient assignées, et YES ! Ils étaient ensemble dans le même groupe, yeah. On va se couvrir mutuellement mon petit sergent, en duo, side by side ! Best day ever, ou presque. ça le sera si elle parvenait à conclure, nom de dieu ! En tout cas, ils se mirent d'accord pour se couvrir. Oh oui, continues à m'appeler "chef", hi hi hi hi. Mais ta gueule putain.. Et FERMES LA BOUCHE ! Ah oui pardon.



__________







Lithium s'exprime
Bis vous insulte


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ledesordre-est-dor.blogspot.fr/
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Shepard, je suis ton père (RP avec Calvin Thomas, Kaijin Zared, Isis Luminaria, Lithium Elfensen) Aujourd'hui à 9:10
Revenir en haut Aller en bas

Shepard, je suis ton père (RP avec Calvin Thomas, Kaijin Zared, Isis Luminaria, Lithium Elfensen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 2 :: Mirage Space-