Haut
Bas

Partagez|

Un jour je serai... [PV : Khildar Blacksilver et Calvin Thomas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Messages : 178
Date d'inscription : 02/10/2012

Maraudeur des rêves
Alice Sauvebois
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 20
Renommée: 580
Honneur: 20
MessageSujet: Re: Un jour je serai... [PV : Khildar Blacksilver et Calvin Thomas] Ven 12 Juin 2015 - 18:55


Pokemon The Musical Journey - The Pokemon Tower [Orchestral Cover]


Chamailleries et plaisanteries ne changeaient rien à la sinistre ambiance qu'imposait le cimetière à Alice. Elle n'aimait pas l'endroit, qui lui rappelait avec un peu trop d'insistance le lieu où elle avait déjà retrouvé Calvin. Pourquoi devait-elle toujours le voir dans ce genre d'environnement, même quand la nuit commençait dans une verte prairie lumineuse et largement ouverte sur un horizon radieux ? Bon, certes, elle s'était retrouvée au milieu des herbes sous la forme d'un gros rongeur, mais à présent, elle était toujours un gros rongeur, mais un gros rongeur dans un cimetière, selon elle, il y avait eu une dégradation très nette de sa position.

Pourtant, elle savait que ce n'était pas fini. Non, bien sûr que non, Dreamland avait le don de toujours trouver de quoi faire dégringoler une situation déjà précaire, dans des enfers d'incertitude. Cette fois, ce fut sous la forme de quatre spectres farceurs, mais néanmoins effrayants : tous étaient de grosses têtes flottantes, et les deux plus gros avaient leurs mains détachés, fendant l'air de trois griffes aussi diaphanes qu'aiguisées. Ils n'avaient rien pour rassurer la petite bête qu'elle était devenue et leur apparition surprise la fit bondir de l'épaule de Calvin, la fourrure hérissée, alors que chacun envoyait ses pokémons à l'assaut.

Elle atterrit souplement sur une petite stèle sobrement fleurie, avant de rejoindre le sol de pierres abîmées. Dans un chuintement discret, trois pierres se déchaussèrent sous ses pattes. Elle poussa un glapissement strident qui résonna dans le cimetière. Le rebord s'effrita sous sa patte, elle ne dut son salut qu'au rebond salvateur de sa queue duveteuse, et à une résistance qu'elle ne se connaissait pas. Elle avait chuté de trois bon mètres, si ce n'est plus, et c'était à peine si elle l'avait sentie. Laissant son petit cœur reprendre un rythme normal, elle se releva avec souplesse, s'épousseta en grognant, avant de regarder autour d'elle.

Où qu'elle se trouve, il y faisait sombre ; la seule source de lumière se trouvait être le trou témoin de sa chute. Ce dernier révélait les dalles grossières et poussiéreuses qui s'étalaient sous ses pattes, ainsi qu'un mur de même consistance, contre lesquels s'appuyaient désormais les quelques pierres qu'elle avait amené avec elle. Elle plissa les yeux, tentant de percer l'ombre autour d'elle, en vain. Ebouriffant ses poils en se mordant la lèvre intérieur, elle s'attaqua à l'escalade du mur tout en poussant de nombreux glapissements de plus en plus strident au fur et à mesure de ses échecs.

Soudainement, elle perçut une froide lumière du coin de l'œil,  elle se retourna vivement, le poil hérissé, montrant les dents dans une posture qui aurait pu être éventuellement intimidante pour une carotte (et encore, plutôt une petite carotte). Elle se calma quand elle vit enfin la source de cette lumière : une petite bougie à demi fondue, dont la flamme étrangement bleue, se mouvait paisiblement dans l'air humide des lieux. Comme hypnotisée par cette troublante clarté, Alice ne nota même pas les deux yeux jaunes de ce sinistre lumignon, ni son sourire narquois :


Funécire:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 176
Date d'inscription : 02/05/2013

Voyageur Expérimenté
Calvin Thomas
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 180
Renommée: 503
Honneur: 147
MessageSujet: Re: Un jour je serai... [PV : Khildar Blacksilver et Calvin Thomas] Lun 29 Juin 2015 - 16:02

La blague a dégénéré. Je ne sais pas si les spectres essayaient de nous faire fuir, mais manque de bol pour eux, tout le monde a fait front d’un seul geste. J’étais sûr qu’on allait rapidement effacer ces sourires sournois des faces de ces vilains petits pokémons, vu notre supériorité évidente. S’agitant avant de sauter de mon épaule, même Alichidou semblait décidée à mettre ses pâtes à la main (aha).

Seulement voilà. Non.

Elle est tombée dans l’un de ses trous si chers à la tour pokémon, le genre de trucs qui donne à l’ensemble un air de labyrinthe en trois dimension insupportable. Je crois bien que j’ai frôlé l’attaque cardiaque en voyant cette petite boule de poils disparaître. D’une part, elle avait pu se faire mal en tombant. D’autre part, il était inconcevable qu’on se sépare dans cette tour. Dans le jeu, ça va, vos pokémon ne se séparent pas de vous pour aller affronter seuls des périls fantomatiques mais là, il faut croire que c’était possible et je n’allais définitivement pas la laisser toute seule.
Une pression sur le bouton de ma pokéball a rappelé Riolu et je profitais de la confusion du combat pour sauter dans la faille mise à jour au pied de la stèle. Une bien belle connerie, oui.
Qu’est ce qui pouvait m’attendre en bas hein ? Des pieux peut être ? ou une gueule grande ouverte qui n’attendait que ma présence ? Ou que sais-je ? Enfin, la prudence élémentaire veut qu’on doit regarder avant de faire ce genre de trucs. Histoire de ne pas se retrouver dans la même situation que celui que l’on espère sauver. Sauf que voilà, je n’ai pas pensé à tout ça.

Je crois que je me suis salement fêlé la cheville en atterrissant au fond de ce trou, (sans compter que si elle s’était trouvée dessous, j’aurais écrabouillé la mini Alice poilue).

J’ai entendu un cri venir de la source de lumière filtrant du plafond;


Ca va en bas ?
Ca va. Je retrouve Alice et on vous rejoins.

Ca n’allait pas vraiment. J’étais de plus en plus fatigué, j’avais envie de boulotter quelqu’un tout entier et maintenant j’avais mal et en plus, on ne voyait rien au fond de ce truc… Rien ? Non ! Une source de lumière permettait de résister encore et toujours aux ténèbres accompagnées de cette musique lancinante.  Une petite flamme bleue se tenait, non loin, et je me dirigeais vers elle clopin-clopant en constatant avec plaisir que j’avais retrouvé Alice !

Mais quelque chose n’allait pas. Pour changer, oui. Elle ne répondit pas à mon appel et en m’approchant, je distinguais nettement l’apparence de la bougie que l’avait hypnotisée. Une bougie qui sourit d’un air si maléfique, ça ferait frissonner n’importe qui ! Un autre de ces pokémons démoniaques ! Je n’aurais pas eu la force de courir pour mettre Alice à l’abri. A la place, j’ai plutôt jeté mon lionceau entre les deux, avec dans l’idée de brûler définitivement ce tas de cire.

Mais sitôt mon lion sur les lieux, l’ennemi s’est volatilisé, comme par enchantement. Bon. C’était facile.
Et maintenant, on allait avoir de la lumière.


Ca va ? T’es pas blessée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Bourgeois
Messages : 734
Date d'inscription : 05/10/2010
Age du personnage : 28

Maraudeur des rêves
Khildar Blacksilver
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 650
Renommée: 1200
Honneur: -400
MessageSujet: Re: Un jour je serai... [PV : Khildar Blacksilver et Calvin Thomas] Dim 11 Oct 2015 - 23:54
Are you afraid about ghosts ?

L’imbroglio démarra avec force et fracas, les cris disputant aux coups l’écho sonore qui se répercutait dans la salle aux stèles stoïques mais assurément déçues par la prestation des pokémons attaqués en action.
Le fier combattant bleuté dénommé Qulbutoke battit vaillamment en retraite (ainsi que des bras), tandis que son compère engagé à la fringante feuille verte subit un revers regrettables de la part d’une des formes fantomatiques piaffant et pouffant d’un rire fielleux.

Afin de pallier à la faiblesse latente de ses partenaires d’infortune, la dresseuse vêtue de rouge encourageait avec ardeur sa créature, dans l’espoir d’être assistée par l’autre combattant bleuté désigné par celui qui l’avait libéré bon gré mal gré.
Malheureusement, qu’elle ne fut pas sa déception lorsqu’elle constata l’absence de ce dresseur à la manque sur lequel elle avait eu l’audace (et l’erreur) de compter pour soutenir son offensive. Dès que l’affrontement se corsait, il fuyait et récupérait ses pokémons, le lâche ! Toutefois, elle révisa son jugement à l’instant où elle le vit plus ou moins chuter dans une faille qui se trouvait là, alors qu’elle n’y était pas quelques minutes plus tôt, elle en était sûre.
Par soucis de poursuivre le mensonge présenté ou par un élan de bonté, la prétendue petite amie s’enquit de l’état de son chéri, tout en demeurant attentive au combat qui se déroulait.

(R)Assurée par une faible voix, elle reporta toute son attention sur l’engagement, qui n’augurait pas d’issue favorable. Une décision s’imposait au plus vite, sans quoi la défaite s’annonçait, fatale. En effet, leurs adversaires avaient poussés l’avantage de leur supériorité numérique et seulement un avait pu être repoussé, grâce à une erreur de la part d’un Qulbutoke affolé qui avait usé d’un miroir fort approprié. L’attaque qui lui avait été destiné fit disparaître son lanceur d’un regard étonné, équilibrant ainsi la rencontre.
Quant à la plante verte, elle n’avait que trop endurée et cherchait un dernier baiser auprès de son propriétaire qui la repoussait tant bien que mal, une stèle dissimulant certains aspects de la scène.

Alors que la dresseuse répondant au nom de Sarah (à moins que cette identité soit aussi factice ?) lançait son pokémon à l’assaut, la gélatine ambulante se trouva sur le tracé et encaissa le coup de plein fouet. Pour lui aussi, c’était terminé. Il s’allongea au sol, tout flagada, et attendit ainsi prostré, une pokéball qui ne vint pas car la main qui devait la lancer se trouvait rongée par une délicate bouche anxieuse. Un soupir désappointé et las s’échappa du pokémon abandonné :


"Qulbutokeeeeeee"

La poissait collait autant que l’atmosphère humide et la pénombre lugubre et la dresseuse pesta contre ses partenaires notoirement incompétent. Son regard chercha une aide quelconque et, après être rapidement passé sur une boule de poils grise tremblantes serrant nerveusement une élégante chatte psychique et manifestement incapable d’agir, il se posa sur ce canidé grognant montrant ses crocs et dents, au type évident et salvateur.
D’une voix autoritaire, forgée par l’habitude d’être obéie, elle ordonna à l’Absol de mordre ces fieffés adversaires.
Mû par des réflexes qu’il ne comprenait pas et qui l’indisposait dans cette servilité, Oscar se retrouva donc engagé dans le combat et utilisa des attaques qu’il ne soupçonnait pas. Son corps ne lui répondait plus, son esprit sous pression d’un lien étrange entre sa condition de créature et cette demoiselle fort présomptueuse. User et abuser ainsi de son état la lui rendit aussitôt antipathique. Bien que son comportement précédent l’indifférait, les manières actuelles de celle qui osait prendre en main la situation (ce qui ne le dérangeait pas habituellement dans d’autres circonstances où la soumission et la dominance était de mise) ne lui plaisaient guère. Toutefois, sa colère se vit détourner de son origine première pour se déverser dans des morsures carnassières, réussissant par extraordinaire à faire disparaître le spectre qui ne ricanait plus du tout.
Avec une habilité dont il n’arrivait toujours pas à s’habituer, il esquiva les atteintes à son formidable pelage et, obéissant comme le toutou qu’il était devenu, mit fin à une autre menace.

Il n’en restait plus qu’un et sa grimace se tordait d’un rictus mauvais, car ayant profité de l’action contre son camarade, il s’était positionné de façon à porter un coup bas par derrière. Un coup vicieux dont l’Absol ne se relèverait pas. Flottant au dessus du sol pavé craquelé, profitant de la pénombre, il arma son attaque et …

Au moment où il tenta, une masse s’interposa dans un sursaut de fierté et riposta avec bravoure, ponctuant son acte d’un cri vengeur :


"Qulbutokeeeeeeeeeeeeee !"

Le Spectrum se volatilisa, laissant là l’héroïque pokémon qui s’effondra, un sourire niais sur le visage. Oscar vint le remercier d’un hochement de tête entendu, et il ne sut s’il avait été compris, le pokémon se dématérialisant dans sa sphère douillette. Jessie avait enfin décidée de sortir, considérant que le danger était passé.

Aux remarques assassines à leur encontre, la Team Flipette argua que de leur position, ils avaient pu coordonner le combat. Les deux autres voyageurs transformés en pokémon (et fier de l’être) sortirent eux aussi de leur cachette et s’inquiétèrent de la disparition des deux membres de la troupe.
Les dégâts étaient mineurs et la voie désormais libre. Mais il manquait deux personnes à l’appel et avant que les plus émotifs n’imaginent le pire, la fille expliqua calmement que leur compagnon s’était retrouvé au fond du trou (haha), sûrement avec l’autre Chinchidou.
Malgré cette information, l’inquiétude demeura au cœur de certains, alors que le Lord anglais n’aspirait qu’à poursuivre l’ascension. Qu’importait les pertes en cours de route, tant qu’il retrouvait son corps, son statut et ses démons ! Néanmoins, il devait convenir qu’il ne pouvait continuer seul, les dangers dont ils avaient testé un échantillon ne le lui permettant pas.
C’est pourquoi il supporta les jérémiades du Chinchidou et de la Psystigri qui incitaient à rejoindre les perdus. Le plus pressé semblait être la boule de poils, trouvant sympa, même si silencieuse, son homologue féminine. La dresseuse décida de rejoindre Calvin, soit en suivant toujours son couvert de relations amoureuses, soit parce qu’elle ne voulait pas que cet imbécile tombe par hasard sur un pokémon rare et gâche sa chance. Les autres restèrent à l’étage initial, la féline psy préférant garder un œil sur le canin.
Avant que chacun parte dans une direction, Miaouss leur recommanda la prudence, indiquant la fragilité du sol. Une précision inutile, donc, puisque ceux à sauver l’avaient déjà enduré.

Le Chinchidou sauta avec courage dans la faille et atterrit sur la blonde chevelure de Calvin, après quelques cabrioles, se réceptionna d’un air pataud mêlé de superbe. La dénommée Sarah le suivit de près, et lança à la cantonade :


"Comme si j’allais te laisser capturer d’autres pokémons sans moi."

Pendant ce temps, là haut, un Arbok fut envoyé en éclaireur pour jauger le terrain. Grâce à ses 3 mètres de long il pouvait, sans problème, remonter d’une éventuelle chute. De plus, sa masse permettait d’identifier les zones fragilisées.
Ainsi, un chemin sécurisé se dessina jusqu’aux escaliers.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 178
Date d'inscription : 02/10/2012

Maraudeur des rêves
Alice Sauvebois
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 20
Renommée: 580
Honneur: 20
MessageSujet: Re: Un jour je serai... [PV : Khildar Blacksilver et Calvin Thomas] Lun 12 Oct 2015 - 23:29

La rupture du contact visuel réveilla la conscience endormi d'Alice, la voix de Calvin acheva alors de la tirer brutalement de sa transe, fourbue et déboussolée. Elle secoua la tête entre ses pattes, avant de faire brusquement volte face pour se réfugier dans les bras de Calvin, bousculant sans ménagement l'autre chinchidou. Elle se sentait vidée, littéralement et profondément effrayée, sans même vraiment comprendre ce qu'il venait de se passer, à part qu'elle en avait vraiment marre et qu'elle voulait se réveiller. Au dessus d'elle, les bruits de lutte continuait de leur parvenir, elle entendait sans comprendre un vague échange entre l'hémophobe et l'autre voyageuse, la Sarah (même sans comprendre ce qu'elle disait, elle la trouvait toujours aussi terriblement agaçante), puis une autre voix réussit enfin à déloger son museau du poitrail de Calvin, baissant les yeux vers une autre boule de poil pâle.

"Hey ! Hé ho la haut !"

Elle considéra d'un oeil à demi-clos le rongeur qui l'appelait au pied du jeune homme. Un lourd soupir las franchit ses babines, quand elle répondit d'une petite voix, grommelant :

"Quoi ?
- Y a un passage, là-bas ; un escalier dans le mur. On pourrait remonter par là, peut-être. Ton pote est blessé, il pourra pas remonter par le trou d'où il est venu... Sauf s'il aime souffrir pour rien.
- Blessé ?
- Ouais, sa cheville, en descendant comme un bourrin."

Elle se tut, les mâchoires crispées, le poing serré sur le haut de son "dresseur". Soudain, elle bondit, s'échappant dans le noir en poussant de petits cris stridents vers l'hémophobe et son lionceau pour les encourager à la suivre, elle et son homologue poilu. Ils atteignirent sans mal les marches qui dépassaient des épaisses pierres, montant vers de ténébreuses hauteurs.

Alice s'avança, posant une première patte sur la pierre du colimaçon. Immédiatement, des bougies aux flammes bleues s'allumèrent dans l'encadrement, puis le long des murs, éclairant la montée de lueurs macabres. L'algophobe trembla, hésita, détestant d'avance ce qu'il y avait là haut. L'autre chinchidou bondit devant elle, grimpant de marches en marches avec agilité, s'arrêtant un peu plus haut en la fixant un bref instant de ses yeux noirs. Elle s'ébroua, ébouriffant son pelage gris perle, puis sauta à sa suite, appelant sans arrêt Calvin de ses petits gris, toujours plus loin dans la tour et ses mystères.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 176
Date d'inscription : 02/05/2013

Voyageur Expérimenté
Calvin Thomas
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 180
Renommée: 503
Honneur: 147
MessageSujet: Re: Un jour je serai... [PV : Khildar Blacksilver et Calvin Thomas] Ven 16 Oct 2015 - 23:43

Les bruits de lutte qui me parvenaient confusément du trou au plafond s'arrêtèrent bientôt, remplacés à nouveau par la lancinante musique de la tour pokémon. Elle commençait sérieusement à me vriller les oreilles celle là ; dans le jeu j'aurais simplement coupé le son mais celui qui avait programmé ce rêve n'avait pas prévu l'option salvatrice. J'avais l'impression qu'elle contaminait mes pensées, comme... Comme quand on commence à penser en anglais après avoir entendu beaucoup d'anglais. Et bien là, mes pensées étaient tordues et déformées, à contre temps, comme pour correspondre à la répétition de notes qui se jouait dans ma caboche.

La fait que Sarah me rejoigne ne m'a pas calmé autant que j'aimerai pouvoir l'écrire. Le fait que son arrivée soit précédée par l'atterrissage d'un autre chinchidou sur ma tête n'aidant pas, forcément. Mais maintenant que j'avais mal à la cheville, je commençais à considérer comme normal de vouloir la mordre, juste pour apaiser ma soif. Sur le coup, elle a affirmé m'avoir rejoint pour m'empêcher de capturer des spécimens rares, mais même moi je n'y ai pas cru. Elle venait de se séparer d'un absol shiny quand même !
Peut être qu'elle aussi ne se sentait pas si bien que ça, ici.

Bon, quoiqu'il en soit les rappels à l'ordre d'Alichidou m'empêchèrent de mordre son cou sur-le-champ et me contentait de grogner un remerciement à ceux qui nous avaient rejoints avant de m'engager en direction d'une volée de marche construite au fond du piège. Délicate attention ! Est-ce que ça allait nous permettre de rejoindre les autres ? Un passage menait vers le bas, un autre vers le haut. On est monté, la Voyageuse valide en tête, les pokemons au milieu et moi pour fermer la marche. L'avantage de boiter.

On aurait dû retrouver les autres rapidement, mais les choses ne sont pas jamais si simples !

Quelque chose nous attendait dans les marches, qui a fait pousser un hurlement horrible à Sarah.


FAITES DEMI TOUR ! MAINTENANT. COURREZ !

Son cri m'a sorti de la sorte d'inertie dans laquelle j'étais plongé. Quand j'ai levé les yeux vers elle, du sang avait coulé de ses narines et maculait le bas de son visage. L'expression horrifiée de ses yeux était plus éloquent que tout le reste.
Sarah commençait déjà à courir vers moi, lançant un moment de grande confusion. Moi, j'ai attrapé (sans grande douceur) Alichidou et fait demi tour sans demander mon reste, courant dans l'escalier comme un dératé sans aucune considération pour ma jambe blessée. La peur donne des ailes, parfois.

Arrivé au niveau de la pièce dans laquelle nous étions tombé, je ne me suis pas arrêté et ai poursuivi la descente, plus bas, bien plus bas dans l'escalier aux lumières bleues. Le sang battait mes tempes également et je sentais le goût du fer dans ma bouche et mes narines, comme si j'étais en train de me noyer.

La fin du colimaçon donnait sur une pièce modeste dont le sol était fait de terre battue dans laquelle nous nous sommes jetés en un seul ensemble.


NE LE LAISSE PAS ENTRER ! ROUCOUPS, ATTAQUE TORNADE!

Elle n'avait pas perdu une seconde pour lancer son pokémon et ses propres cheveux étaient agités par de minuscules bourrasques, signe qu'elle utilisait son propre pouvoir de Voyageuse dans l'escalier. Qu'est ce qu'elle voulait chasser ? Je ne me suis pas posé plus de questions, j'ai ordonné à mon lion de cracher son feu dans la tourmente venteuse.
A plus faible niveau, ses flammes auraient peut être été soufflées mais j'avais plutôt bien réussi son level up. Une véritable colonne de feu s'est engouffrée dans l'escalier.

Le silence qui a suivi l'attaque combinée était éloquent. Sarah a laisser s'échapper un léger rire nerveux.


Qu'est ce que c'était ? J'ai demandé. J'avais mal et je crois bien que j'avais peur, maintenant.

C'était l'Hypnomade. J'ai pas réagi. L'attaque Dévorêve, ça te parle ? J'ai fait la moue en regardant Alice, guettant ses réactions. Ouais ça me parlait et alors ? Pas la peine d'en faire tout un fromage, non ? C'est Dreamland, ici ! Cette attaque peut nous tuer, elle tue tous les Voyageurs ! Tu ne savais pas ? Tu es venu ici sans connaître les légendes urbaines sur pokémon ?

Oui. Oui, je suis ce genre de type. Et bien quoi ? Pokémon n'est rien qu'un jeu vidéo pour gosse, j'étais dans Dreamland pour y capturer des machins rares, quoi d'autre ?
C'était sans compter sur l'imagination tordue des gens. Sarah m'a tout raconté rapidement d'un air nerveux en parcourant la salle à la recherche d'une sortie. Les gens se sont amusés à populariser pas mal d'histoires d'horreur sur pokémon. Hypnomade par exemple, c'était qu'une fiction à la base, mais les Voyageurs adeptes de pokémon qui l'ont croisé dans le monde des rêves ont contribué à rendre les histoires le concernant de plus en plus sordide. Accroissant son pouvoir du même coup.
D'autres, censées être plus réalistes concernent notamment la tour de Lavanville et de « sprites » secrets, dans cette même tour, qui rendraient les gens malades. Le plus connu est celui de la musique de la tour pokémon qui aurait fait mourir des enfants, pour de vrai. Sarah a fini ses explications en essuyant le sang sur son menton ;


Les symptômes courants sont des migraines et saignements de nez. Notre aventure tourne à la creepypasta, on ne joue plus.

J'aurais sans doute dû être terrorisé. Son état m'inquiétait, bien sûr, mais j'étais plutôt confiant sur la puissance de l'attaque lancée dans l'escalier. Et puis, je trouvais une sorte de courage dans le fait d'avoir d'autres voyageurs avec moi, même si Alice n'allait pas pouvoir m'aider des masses. Elle allait forcément compenser mon manque d'imagination par ses propres idées, ça a toujours été une fille futée.
Je dois aussi avouer qu'avoir des lèvres rougies par le sang à portée de croc m'hypnotisait de plus en plus.

Enfin peut être aurais-je dû penser à un plan. D'ailleurs, l'absol d'en haut était un Voyageur, non ? Un héros aurait cherché à le sortir de là.
D'un autre côté, il était avec Miaouss et Miaouss était probablement la seule personne à savoir ce qu'on faisait exactement ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Bourgeois
Messages : 734
Date d'inscription : 05/10/2010
Age du personnage : 28

Maraudeur des rêves
Khildar Blacksilver
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 650
Renommée: 1200
Honneur: -400
MessageSujet: Re: Un jour je serai... [PV : Khildar Blacksilver et Calvin Thomas] Dim 21 Fév 2016 - 22:10
Double Run

Les cris de panique résonnèrent dans la salle du rez de chaussée et dans les esprits de chacun. Ils provenaient de la faille où avait chût l’une des boules de poils grises, rapidement suivie par le dresseur blondinet, puis par l’autre boule de poils gris et enfin, pour parachever le tableau, la dresseuse rivalisant son homologue. L’inquiétude s’accrut pour les plus empathiques à mesure que les cris décroissaient, emportés dans les lointaines profondeurs de cette tour de mauvais augures.

"Sur quoi ils sont tombés ?" Demanda, anxieuse, la Psystigri.

"Miaa, je sais pas, mais ça devait pas être gentil." Tenta de détendre le Miaouss, affichant clairement sa gêne.

"Il … Il faut aller les aider !" Réagit immédiatement la petite chatte psychique, agitant les bras pour montrer la force de son détresse.

"Heuu, oui, mais … C’est peut-être dangereux …" Hésita la Team Rocket, qui n’était vraiment pas enjouée à l’idée de rencontrer d’autres créatures plus féroces de celles qu’elle venait (d’éviter) de combattre.

Un franc débat se lança, chacun y allant de son argument, appuyé par des éclats bruyants. Même le reptilien pokémon défendit son point de vue, illustré par des hochements vigoureux de tête, des sifflements vindicatifs et des mouvements de queue violents. L’assemblée était si sonore que son volume qui aurait pu être l’appel à d’autres attaques repoussait au contraire les éventuels agresseurs qui préférèrent s’éclipser à la recherche de victimes moins colériques et plus terrorisées.
Un cycliste qui venait de déposer son vélo au pied d’un autre versant de la Tour après des tours et des détours erratiques dans la ville (et avoir consulté son inventaire un nombre aberrant de fois) attira l’attention et les prédateurs s’y rendirent avec entrain, évitant avec soin le débat qui faisait rage. (Rage, rage, rage)

Pendant que les propos des uns fusaient et rebondissaient contre les raisonnements des autres, Oscar observait d’un air désabusé les alentours. Il ne lui convenait pas d’arbitrer ce match de tennis verbal, n’ayant pas le cœur à renvoyer une balle qui, de toute manière, ne serait pas comprise par l’ensemble des adversaires.
L’ambiance générale du lieu ne se prêtait point davantage aux envolées de tribunes et il était typiquement DreamLandien d’occasionner ce genre de situations absurdes où le danger encourageait l’action et où les échanges stériles de points de vue n’avaient que pour unique résultat de hâter l’imminence de la menace. Toutefois, à l’ouïe des cris proférés, le péril s’était éloigné pour poursuivre ceux qui avaient été séparés. Ce qui rendait d’autant plus pressé la nécessité d’intervenir.

Si l’impatience ne le gagnait pas, l’Absol aurait bien esquissé un bâillement (se couvrant la gueule d’une patte levée avec indolence) pour montrer combien cette polémique l’indisposait. Or, l’impatience avait vaincu ses nerfs depuis qu’il avait perdu de vue sa proie, lors du tumulte devant l’immeuble vitré de la Team Rocket. C’est pourquoi, voyant qu’une issue ne s’annonçait guère, il décida d’agir brusquement.
Sans crier gare (ou quoi que ce soit d’autres), il bondit avec agilité au milieu de la mêlée et s’empara cavalièrement du Miaouss qui expliquait doctement aux autres que descendre pour remonter était un principe récurrent dans ce genre de niveaux, sous les yeux ébahis de ses fidèles amis. Il l’entraîna rapidement dans la volée de marches, sa corne lui vrillant la tempe à un rythme soutenu, qu’il ignora avec toute la rage de l’impatience accumulée. Les protestations sonores le suivirent, puis la surprise passée, la Team Rocket se lança à sa poursuite, peu habitué à se faire voler des pokémons, étant habituellement dans le rôle inverse.

La Psystigri eut un moment d’hésitation et, à cause de la musique lancinante ou d’une autre confusion plus profonde, se trouva seule dans la salle abandonnée. Elle poussa un faible gémissement, dans une salle faiblement éclairée par de simples bougies au pied des stèles :


"Miiiii …"

x_x_x

Les marches conduisirent à un nouvel étage, débouchant sur une salle aux dimensions similaires de la précédente, à la décoration tout aussi funèbre et à l’ameublement encore lugubre, dans une répétition qui aurait pu être désolante si elle n’était pas inquiétante dans le contexte angoissant du lieu.
L’Arbok sur les pattes, l’Absol se jeta sans ambages à travers la salle, usant des vibrations de sa corne pour anticiper les carreaux les plus fragiles. Bien que la manœuvre relevait davantage du hasard et à la célérité de réaction de l’animal aux abois, elle lui traça un parcours sinueux mais sûr à travers la salle plongée dans une pénombre ponctuée de quelques lueurs salvatrices.
La musique entêtante se trouvait couverte par les protestations de Jessie et James, ainsi que celles du Miaouss qui n’appréciait pas du tout de se faire brinquebaler de cette manière ; coincé dans la gueule et secoué à chaque bond.


"Miaaa lâche mouaaaaaaa !"

L’étage fut promptement traversé de part en part, quelques dalles cédant aux passages, quelques fantômes plantés sur le carreau, chaque rencontre étant fuie avec un empressement qui les laissa pantois. La poursuite continua sur quelques étages, les antagonistes habituels regardant passer, sceptiques, cette troupe bigarrée. Deux spectrum se regardèrent puis haussèrent les épaules, se préparant pour leurs prochaines victimes, sûrement plus dociles. A un autre étage, ce fut un loubard planqué là depuis des nuits, dans la brume qui augmentait, qui fut planté là, écarquillant ses yeux habituellement vicieux devant la course effrénée.
Cependant, la brume s’épaississant et les sens s’atténuant avec la fatigue, l’Absol ne prit pas garde et appuya tout son poids sur une dalle trompeuse, qui céda immédiatement. Emportés par l’élan et la gravité, le voyageur transformé et celui capable de remédier à son état chutèrent et traversèrent plusieurs étages, dans le sens inverse de leur ascension et verticalement cette fois-ci.
Leur chemin rebroussé plutôt durement, ils finirent par atterrir lourdement, Oscar lâchant son otage sous le coup de la douleur. La poussière des débris se mêla à l’épaisse brume. Ouvrant un œil, puis un autre, l’invocateur démoniaque privé de démons pesta de ne pouvoir distinguer où il se trouvait exactement. La répétition des étages empêchait toute reconnaissance et il était bien incapable de donner un numéro à cet étage. Il repéra néanmoins le Miaouss, visiblement assommé. Puis, un regard droit devant lui le mit face à une sorte de lézard portant un crâne sur la tête, et un os dans la patte, qui le dévisageait. Non, qui lui faisait de Groz’Yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 178
Date d'inscription : 02/10/2012

Maraudeur des rêves
Alice Sauvebois
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 20
Renommée: 580
Honneur: 20
MessageSujet: Re: Un jour je serai... [PV : Khildar Blacksilver et Calvin Thomas] Ven 26 Fév 2016 - 0:48

Dès que l'alerte avait été donnée, Alice s'était jetée sur les épaules de Calvin, s'accrochant désespérément à son haut et à ses cheveux. Crispée, tendue, les poils hérissés sur tout le corps, telle une petite boule pâle et duveteuse, elle tremblait encore quand le calme revint. Le cœur battant, elle considéra rapidement leur situation : les deux voyageurs humains étaient "abîmés" ; l'un avait la cheville dans un état de plus en plus discutable et l'autre avait le bas du visage maculé de sang et plus que probablement une affreuse migraine. De leur côté, les pokémons, bien qu'en meilleur état physique, avait tous l'air terrorisé ; les yeux exorbités, les sens aux aguets, chacun collait son dresseur aussi près que possible, comme un refuge de fortune, à l'exception du Chinchidou sauvage qui, depuis le début, surprenait l'algophobe par son calme à toute épreuve.

Quand les battements de son cœur eurent repris un rythme normal, elle se permit de descendre de son blond perchoir pour rejoindre son homologue gris. Il fixait, immobile, les marches de l'escalier qui les avait mené dans cette salle vaste et sombre, rythmée par les voûtes et le bruit des gouttes d'eau qui s'écrasaient sur les dalles de pierre dans un incessant écho humide. En dehors de cet architecture souterraine et des lueurs bleus qui éclairaient cet inquiétant sous-sol, rien ne se faisait voir, ni entendre : la panique avait laissé place à une étrange quiétude, une paix si profonde qu'elle était comme ces ténèbres, qui régnaient en maître absolu dans ces abysses.

Alice déglutit et posa timidement une patte sur l'épaule de l'autre Chinchidou, qui se tourna vivement vers elle, lui arrachant un sursaut. Il lui renvoya une sorte de sourire désolée et soupira :


"Désolé, je ne voulais pas t'inquiéter. C'est juste... il suspendit sa phrase, reportant son regard sur Sarah, qui essuyait son visage comme elle pouvait.
- Juste ? reprit Alice dans un chuchotement
- Hypnomade n'apprend pas Dévorêve de façon naturelle, creepypasta ou non.
- Heu... Qu'est-ce que tu veux dire ? Alice se sentait encore plus perdue et, malgré son incompréhension, l'affirmation l'inquiétait.
- Il faut une CT pour qu'il l'apprenne, un dispositif artificiel qui n'est accessible qu'au joueur, dans le jeu."

La lumière se fit brusquement dans l'esprit de la voyageuse transformée. Cette compréhension soudaine était aussi rassurante de par sa logique, qu'inquiétante de part ce qu'elle pouvait impliquer comme autres ennuis :

"Hypnomade a un dresseur !
- Ou c'est un Pokémon voyageur, comme nous."

Leurs deux paires d'oreilles pivotèrent soudain vers l'arrière. Alice suspendit son souffle, pétrifiée. Quelques secondes passèrent. Etait-ce leur imagination ? Non, elle était sûre d'avoir entendu quelque chose : un grincement mécanique et un cliquetis. Elle secoua la tête, se frotta les yeux ; elle était épuisée, la tension devait leur faire entendre des choses. Alors qu'elle retournait auprès de Calvin, une note cristalline, mais familière s'éleva dans l'air lourd de cette immense cave.

Pokemon - Lavender Town Music Box

Entêtante mélopée, le thème de Lavanville revenait hanter ces lieux, se rapprochant depuis le fond de la salle. Pas à pas, les lueurs bleus se firent gober par l'obscurité grandissante, alors qu'au rythme de la musique s'approchait une silhouette.

Alice, tremblante, s'agrippa à la jambe de Calvin, cachant son museau dans les plis de son pantalon. Celui qui s'approchait d'une façon aussi inquiétante ne pouvait pas être un ami, pas ici, et la proximité de son ami d'enfance la rassurer bien plus efficacement que n'importe quelle autre présence, même s'il ne s'était pas montré très utile en ces lieux.

Derrière elle, un bruit étouffé attira soudainement son attention, elle se retourna brusquement pour voir une silhouette humanoïde, mais couverte de fourrure, saisir brutalement Sarah.


Hypnomade:
 

L'algophobe voulut intervenir, mais elle fut brutalement interrompue par un choc violent à la tempe, qui l'envoya voler dans une flaque, au pied d'un pilier. Sonnée, le sang collant à ses long poils soyeux, elle voyait trouble, distinguait à peine les dernière flammèches bleutées éclairant l'homme qui était apparu du fond de la salle, ainsi qu'une créature fantomatique aux yeux rouge, souriant largement auprès de Calvin.

Ectoplasma:
 

L'entêtante musique s'était tue. Poussant de petits couinements de douleurs, Alice tenta de se remettre sur ses quatre pattes, mais le sol glissant était traitre et la tête lui tournait. Etourdie de souffrance, ce fut finalement l'autre Chinchidou qui la remit sur pied, sans quitter des yeux les deux pokémons et le nouveau venu.

Ayant repris ses esprits, Alice parvenait enfin à distinguer les traits de ce trentenaire d'apparence banale, à la coupe courte et à la barbe de cinq jour. Son ample chemise, ses chaussure de ville et sa coupe de cheveux trop longue pour une calvitie trop avancée, ne flattaient pas particulièrement sa physionomie courtaude. En fait, son aspect ordinaire le rendait d'autant plus étrange ici et encore plus inquiétant que s'il avait été un monstre, un fantôme ou un Pokémon mangeur de rêve ; pire encore, l'homme leur souriait en regardant fixement l'homologue Pokémon de l'invocatrice :


"Salut Danny, comme on se retrouve. Ca fait quoi ? Un an ? A quelques mois près, sans doute ; je suis pas très bon avec la chronologie. Tout ce dont je me souviens avec certitude, c'est que c'était bien avant la fin de notre contrat, hm ?"

L'homme tripota une chevalière de facture grossière à son pouce, la montrant ostensiblement à la petite créature pelucheuse qui, immobile, le considérait avec attention.

"Ah, ça je vois que tu t'en souviens ! Quoiqu'avec toi, et même sans ton pouvoir, c'est toujours un peu difficile à dire. Tu nous as manqué, Danny, ça a été dur, tu sais sans toi et avec nos pouvoirs... Peu orthodoxes, qui ne sont guère d'aucune aide, à Dreamland."

Le Chinchidou eut un frémissant et un bruit de gorge qui aurait pu ressembler à un ricanement étouffé. Le sourire de l'homme s'effaça immédiatement, et il rangea la boite à musique, qu'il tenait entre ses doigts, dans sa poche.

"Mais ici, les pouvoirs, on s'en fiche, on fait mieux sans, d'ailleurs. Finalement, on a réussi à se faire un nom, à faire ce qu'on voulait, Henry et moi."

L'homme jeta un coup d'œil à la créature humanoïde et velu, le désignant comme le Henry dont il était question.

"Grâce aux capacités de Pokémon : Dévorêve et Cauchemar, on est devenu de vrais voyageurs killers, de ce qu'on respecte. Comme nous, ces attaques sont sous-estimées dans le jeu original, parce qu'elles ne marchent que sur les cibles endormis. Le truc, ici, c'est que vous tous, vous êtes déjà endormis."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 176
Date d'inscription : 02/05/2013

Voyageur Expérimenté
Calvin Thomas
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 180
Renommée: 503
Honneur: 147
MessageSujet: Re: Un jour je serai... [PV : Khildar Blacksilver et Calvin Thomas] Lun 21 Mar 2016 - 19:30

Sauf que non, personne n’a compensé mon manque d’imagination par des idées futées. Tandis qu’Alice et l’autre s’échangeaient des politesse dans un discours incompréhensible à mes oreilles, je me laissais tomber contre contre un mur avant de m’asseoir à sa base, la faute à accumulation de fatigue et la douleur des dernières minutes. L’adrénaline n’était pas disposée à m’accompagner longtemps.

De son côté ma collègue voyageuse nourrissait nos pokémons de baies. Sans doute pour qu’ils puissent encore attaquer à pleine puissance en cas de pépin.
Tant mieux. Moi, ma tête était lourde. J’avais faim, atrocement faim. Je crois que de la musique se faisait entendre à nouveau dans la pièce mais peut être que je délirais seulement…

J’ai complètement foiré la suite. J’ai senti Alice venir se blottir contre ma jambe et réalisé que j’avais les yeux fermés puisqu’il a fallu les ouvrir… pour constater que mon amie n’était pas venue me faire part d’une brillante solution à nos problèmes, mais bien qu’elle se réfugiait face à une nouvelle menace.

J’aurais du mal à décrire ce qu’il s’est passé ensuite, ça ne peut qu’être des spéculations.
Un sale type était arrivé du fond de la pièce et je suppose que l’Hypnomade a profité de la diversion pour attraper et immobiliser Sarah en arrivant par derrière. Enfin de toute façon il avait des pouvoirs psy à priori. Alice s’est détachée de mes jambes pour riposter mais un Ectoplasma l’a envoyée bouler en un instant. Dans ma mémoire, le seul truc très efficace qu’on aurait pu avoir contre eux était pour l’instant bloqué avec la team rocket. Enfin peut être que je confondais le type spectre avec ténèbre, je comprends pas trop l’intérêt de la nuance… Mais la question n’était plus là.

On était mal, dans une situation à peu près comme ça ;

A côté de l’escalier, Sarah était immobilisée par un pokémon capable de la tuer en une seule attaque. Entre elle et moi, assis au pied d’un mur à sa droite, Roucoups et Helionceau. Plus vers le fond de la pièce, les deux Chinchidou (Alice et l’autre qui s’avéra s’appeler Danny) faisaient face à un type mal sapé avec une calvitie trop avancée qui a commencé un monologue avec un soin cérémoniel précieux. Et l’Ectoplasma était là pour moi, avec son sourire lugubre et ses yeux rouges.


Salut ducon. J’ai grommelé.

Bon non j’avoue je l’ai pas fait, j’ai rien dit du tout. J’aurais aimé mais en fait, j’étais trop flippé pour ça et surtout beaucoup trop surpris.

On était passé d’une position de repli solide à un merdier total en l’espace de quelques secondes. Je voyais pas ce que j’aurais pu faire mais par réflexe, j’ai commencé à attirer vers moi tout le sang froid que je sentais dans la pièce, prenant soin de le faire se déplacer au ras du sol pour ne pas attirer l’attention.
J’ai du mal à l’admettre mais il a fallu que je me fasse violence pour ne pas tout avaler d’un coup. Ma raison est sans doute pire ; je voulais boire du sang chaud. Je dis ça mais il faut noter que j’ai eu un déclic en cours de route ; le sang sur le poignet de Sarah et la base de son visage n’est donc jamais allé plus loin qu’au niveau de sa ceinture.

Parce que bon, un truc m’a choqué. Ils étaient sans doute forts ouais, mais c’étaient des pokémons pour la plupart et moi j’en avais un paquet prêts à se battre sur moi, de même que l’autre dresseuse. Même s’ils étaient tous les deux niveau 99, ils auraient besoin de plusieurs attaques pour venir à bout de notre panoplie. Le starter de Sarah et le mien avaient manifestement envie d’en découdre mais une prise d’otage étant ce qu’elle est…

J’ai fait couler le sang sur trois pokéballs appartenant à Sarah, puis j’ai croqué ma langue pour me donner la force de les profaner. Elles étaient assez légères pour que je puisse les manipuler et appuyer sur le mécanisme d’ouverture en cas de besoin. Avec le sang à ma disposition, j’ai profané une seule des miennes, au hasard.

Le reste, je le dois au monologue du Killer (car oui, s’était un Killer et je n’ai pas le courage de restranscire tout ce qu’il disait ; j’ai juste compris qu’il connaissait l’homologue d’Alice et qu’il aimer tuer des gens) et à l’obscurité ambiante. J’ai pu faire voyager ma pokeball rétrecie jusque derrière notre nouvel ennemi au nez et à la barbe d’un Ectoplasma trop occupé à faire le fier et à terroriser Alice.

Je me suis donc finalement redressé. Mon cœur battait à tout rompre. Je ne sais pas si je mesurais la difficulté du truc que j’allais tenter de faire.

Mon mouvement a attiré l’attention sur moi, suivi de l’ordre de ne pas bouger. Quand j’ai croisé le regard de Sarah, j’ai vu qu’elle avait peur mais qu’elle se préparait à l’action. Un Killer tue ; rester dans cette situation et être bien sage ne nous sauverai pas.

Clic.

La silhouette rouge de Pifeuil est apparue derrière M. Diabolique, créant le court instant de surprise que je cherchais. Hypnomade ne s’attendait pas à ce qu’un Doduo et un Canarticho apparaissent pile entre lui et sa proie en les écartant violemment l’un de l’autre. Ah et un troisième autre, mais je sais plus son nom.


ATTAQUEZ !

Le chaos qui a suivi est indescriptible. Je me suis jeté sur Alice pour l’attraper et me suis jeté dans les escaliers, non sans attraper la main de Sarah dont les cheveux volants indiquaient qu’elle était en train de libérer son pouvoir dans la pièce.

Quand ils ne respectent pas les règles, on peut fuir les combats de dresseurs. Les pokémons dans la bataille seraient dans de sales draps mais ils ne risquaient pas autant pour leurs vies que nous.

Je crois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un jour je serai... [PV : Khildar Blacksilver et Calvin Thomas] Aujourd'hui à 21:15
Revenir en haut Aller en bas

Un jour je serai... [PV : Khildar Blacksilver et Calvin Thomas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 2 :: Park Of Game-