Haut
Bas

Partagez|

Premiers jours dehors, premiers coups de soleils et premières emmerdes. [Pv Fiorenzo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 97
Date d'inscription : 12/03/2014
Age du personnage : 25

Habitué
Alix Cole
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 30
Renommée: 45
Honneur: 25
MessageSujet: Premiers jours dehors, premiers coups de soleils et premières emmerdes. [Pv Fiorenzo] Lun 24 Mar 2014 - 17:06
*Une belle journée. Une putain de belle journée ! Voilà qui pouvait résumer la pensée de Vaas quand au soir il fumait sa clope, pieds nus sur le toit d'un immeuble du centre-ville un petit sourire aux lèvres.

Elle avait déjà bien commencé quand à dix heures du matin son portable sonna non pas pour une commande ou pour le réveiller, mais des vieux potes de lycées organisait une fête chez l'un d'eux au centre-ville. Une bonne occasion de s'éclater se profilait à l'horizon.

Se levant de bonne humeur donc il alla promener Ren après s'être laver et habillé à l'arrache, il se changerait plus tard. Il passa la matinée à traîner avec son chien, et à midi retrouva une paire d'ami au Comptoir de la Licorne un bar en centre-ville, juste devant la mairie où il déjeuna après un long apéro. C'est donc sans étonnement qu'à seize heure seulement il rejoignit son appartement, toujours souriant, la journée était bonne à ne pas en douter ( malgré une petite voix qui lui chuchotait que le Karma allait pas tarder à venir lui coller une tarte sous peu à ce rythme) il la finit donc en prenant de l'avance sur une commande d'illustration et à vingt-heure il retourna dans sa salle de bain se préparer.

Jean troué ? Check. T-shirt sans manche avec message d'ado révolté ? Check. News-Rocks ? Check. Cheveux en bordel ? Check. Et voilà Vaas partit pour faire la fête quelques heures avant de rejoindre Dreamland pour la continuer de façon plus onirique.
La dite fête se déroula bien, Lotts passant son temps à se marrer et picoler comme prévu, d'ailleurs ils picolèrent peut-être trop et c'est à deux heures du matin après avoir conclut une nouvelle fois avec Tiffany, une vieille pote du lycée que Vaas se retrouva pieds nus, torse nu et clope au bec  à regarder encore un peu grisé par l'alcool et les ébats, le ciel nocturne clope au bec.

Il finit cette dernière et quitta le rebord du toit terrasse, s'allongeant à même le sol et fermant les yeux. Dreamland me voilà !

Vaas arriva comme prévu a Deep Marais, car Nemras n'avait pas encore ôter son tatouage de lien avec l'endroit, et c'est donc sur une des épaves de la Shark Creek, un des cimetières marins de Deep Marais, qu'il rejoint Dreamland.

S'étirant et regardant ses fringues Vaas éclata de rire, il ressemblait à un pur touriste avec la chemise hawaïenne bleue et le short aux mêmes motifs mais rouge et ses pieds nus.  Il y à une chose que vous devez savoir sur Deep Marais, c'est un endroit effrayant et dangereux pour les étrangers, mais ceux comme Vaas qui y sont liés n'ont rien à craindre de sa pelleté de monstre qui se montreront la plupart du temps neutre envers vous, mais après six mois passé ici, la plupart était devenus des potes aux yeux du Voyageur, c'est donc sans surprise qu'un vaisseau fantôme s'approchât de l'épave où Vaas était posé et que les pirates eux-aussi fantômes firent signes à Vaas de venir faire la fête avec eux, invitation qu'il ne refusa pas .

Cependant le concours de boisson organisé autour du Pérudo auquel ils jouaient prit court par l'apparition de Nermas  à bord qui venait de bondir de la côte jusqu'au pont sans aucun bruit, l'équipage se mettant à genoux  devant se dernier, Vaas lui soupira et se leva, craquant sa nuque. *


V: " Je suppose que j'ai encore le droit à une séance de "esquive-moi ça" ? "

*Nermas rit, et sortit une sorte de canne de sa manche et l'appliqua sur la main de Vaas faisant disparaître le tatouage de lien qui y était sous le regard interrogateur de Vaas*

N: " Non aujourd'hui tu part découvrir Dreamland, et le Seigneur Garosh à une mission pour toi, tu a tout ton temps pour la menée à bien, dans la limite du raisonnable . C'est simple le Royaume compte un autre Voyageur que je n'ai pas motiver contrairement à toi et donc qui n'as pas atterrit a Deep Marais, Le Seigneur aimerait que tu le ramène au bercail pour qu'il puisse enfin  vous rencontrer tout les deux. D'après ce qu'on sait, il se nomme Kaijin Zared, et à une petite renommée en tant que fouteur de merde .

Nermas lui tendit donc une affiche wanted représentant Kaijin et Vaas éclata de rire.*
V : Je crois qu'on en tient un bon là ! Bon bah je vais décoller, à plus tard Nemy ~

*Le surnom fit claquer la langue de l'être aux cheveux bleus qui s'en alla comme il était venu. Alors que Vaas se motivait à devoir retraverser tout Deep Marais le Capt'ain Morgan, capitaine du navire où il se trouvait lui annonça qu'il pouvait rejoindre une archipel  onirique  de la zone 1 où on trouvait pas mal de Voyageurs et de rêveurs ce qui pourrait être un bon début pour ses recherches. Vaas sourit remerciant le Capitaine et le Galion s’élançât vers l'horizon qui était caché par un brouillard à coupé à la hache.

Quand le navire entra de ce dernier, dix longues minutes s'écoulèrent, où le vaisseau accélérât de plus en plus, Vaas s'agrippait au mât, sentait peu à peu venir le retour Karmique prévu pour une journée aussi fructueuse. Et il se trompait rarement à ce niveau-là.

En sortant du brouillard Lotts fut aveuglé par un soleil magnifique qui se reflétait dans une mer quasi transparente, le genre de décor qu'il avait presque oublié à force de batifoler avec des sirènes mangeuses d'hommes et de jouer au poker avec des Trolls des Cavernes. Le Vaisseau heurta un récif et Vaas valdingua dans un cri des plus ridicule ce qui donnait quelque chose comme "OUAAAAAAAAAAH PUTAIN DE TA MEEEEREUUUUUh !" avant d’atterrir dans l'eau, à une dizaine de mètre de l'île la plus proche, le vaisseau lui disparût dans un brouillard surnaturel, Vaas ne pouvait voir l'équipage qui le saluait.


V: Bon bah me v'là arrivé  sur une île comme prévu, et à parler seul, mais bon j'm'en fait pas pour ça. Aller explorons.

* L'île devant lui était assez classique, un magnifique sable blanc, un début de jungle peu dense qui menait au coeur de cette dernière où on ne voyait pas à deux mètres devant soit , et un une montagne dépassant du coeur de la jungle. Le Voyageur avançait lentement dans la végétation, ne voulant pas encore s'enfoncer dans la jungle dense, il faisait pour le moment le tour, pour voir si il était sur une île paumée ou un site touristique car d'après le Cap'tain Morgan la zone était très peuplée, mais pour le moment pas un chat.

Une dizaine de minute passèrent ainsi, Vaas avançait tranquillement les mains dans les poches et les pieds dans le sable chaud, regardant calmement autour de lui, avec son attitude et ses fringues le prendre pour un rêveur/touriste n'aurait guère été compliqué. Cependant tout ne resta pas calme et venant du coeur de la jungle il  entendit quelqu'un, apparemment de sexe masculin au vue de la voix, beuglé, et un bordel sans nom se rapprochait de lui depuis le centre de la jungle, les arbres qui semblait se faire écarter à grande vitesse était d'accord avec lui : sa puait la merde. Vaas se mit donc en position, près à esquiver ou cogner le ou les trucs qui semblait se diriger droit vers lui. *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Premiers jours dehors, premiers coups de soleils et premières emmerdes. [Pv Fiorenzo] Jeu 27 Mar 2014 - 12:25
Cela fait maintenant quelques nuits que je me balade librement dans Dreamland et j’espère de tout cœur que cela continue le plus longtemps possible. D’après Maze, chaque voyageur a un Seigneur propre à sa phobie, lui, c’est le mien- Le Seigneur des Claustrophobes.
Et, encore une fois, selon ses dires, notre vie onirique dépend en grande partie de leur humeur et caractère. Heureusement pour moi, ce dernier n’a pas l’air très possessif et étant son quatre-vingt-dixième voyageur, son « petit dernier », il m’a gentiment laissé quitter le royaume dès ma troisième nuit.
La deuxième lui avait, quant à elle, permit de m’expliquer grosso-modo les tenants et les aboutissants de cet univers magique. Malgré le fait qu’il se pose en chef et qu’il cache ses véritables intentions, je l’aime bien. Pour quelles raisons ? Peut être parce qu’il m’a laissé m’exprimer et écouté. Ou bien est-ce parce qu’il ne m’a pas retenu. Mais je pense que cette impression vient surtout de cette excitation incontrôlable que j’avais à l’idée de découvrir un tout nouveau monde.  

Ayant regardé « Tonnerre Sous Les Tropiques », je me retrouve, une fois endormi, sur une plage digne des plus belles cartes postales.
Je m’assois face à l’horizon et écoute le remous des vagues ainsi que le chant des oiseaux tout en observant le paysage – en un mot – Ssssplendide !
Une légère brise caresse délicatement la peau, ce qui permet de ne pas ressentir les violentes morsures du soleil. Mais je ne suis pas venu ici pour me prélasser telle une larve, et décide donc de partir en exploration.
Après avoir éliminé le sable infiltré dans mes godasses, je prends la route en direction du cœur de l’île. La végétation se densifie petit à petit, tout comme la chaleur et l’humidité. Encore un peu et j’aurais peut être une aperçut de la météo en enfer. J’utilise mon arme pour me frayer un chemin.
J’avoue ne pas être très rassuré aux sons de la faune qui m’entoure.

Après un bon moment à suer à grosses gouttes, je me retrouve aux pieds d’une minuscule cascade formant un petit lac. La vue de l’eau me fait, littéralement, monter l’eau à la bouche et décide donc de me reposer un peu tout en me désaltérant.
En me penchant au dessus de la source j’aperçois, posé sur le fond à l’exacte verticalité de la chute, une sorte de masque de couleur jaune, brun, rouge et argent, beaucoup plus long que large. Je jette un coup d’œil aux alentours et ne distingue aucun être vivant à proximité.
Bien entendu, il y a toujours les cris des animaux sauvages mais rien de proche en tout cas. Rapidement en caleçon, je décide de plonger récupérer l’objet mystérieux et ce n’est pas difficile. Après être retourné sur le rivage et de nouveau habillé, j’observe en détail l’objet.
Il s’agit effectivement d’un masque mais les proportions ne correspondent absolument pas à celles d’un homme, surement appartenait-il à une créature des rêves. En tout cas, j’espère qu’il se revendra un bon prix.

Je vais reprendre ma route lorsque, surgissant de toutes parts, de petits êtres m’entourent. Dans leurs mains se trouvent toutes sortes d’armes. Des cailloux, des haches, lances, flèches et même des os.
Ces êtres, ne dépassant pas mon bassin, portent tous un masque semblable à celui que j’ai dans la main. Et ils me regardent avec violence et énervement. Un  des leurs se détache du groupe et se rapproche de moi.
Il porte un masque rouge et brun, ses yeux sont tellement rouges qu’on dirait qu’il vient de fumer le plus gros pétard du monde. On se dévisage un moment puis il essaye de communiquer.



-Plouplou, prrrrrt, KIAKIA *claquement de langue*, prrrrrt, *re-claquement de langue*.

Et puis plus rien. Je le regarde la bouche entre ouverte. Qu’est ce qui vient de se passer ? Il a dit quelque chose de censé ? Ou bien est-ce moi qui ait fumé inconsciemment sur le joins ? A moins que l’eau ne contienne une substance proche du LSD, je nage en plein rêve, et c’est le cas d’le dire.
Voyant que je reste abasourdit, il reprend de plus belle en rajoutant cette fois-ci une sorte de danse.



-BRABRA ! PRRR *claquement de langue* PRRR ! ADA OH! ADA OH! PRRR!
-J’comprends que dalle poto. Désolé.

Il me montre le masque que je tiens et fait un signe universellement compréhensible signifiant : « Rend moi ça abruti ». Je réponds par un NON catégorique d’un simplement mouvement de tête. Ce qui fut totalement idiot de ma part car, en l’espace d’une seconde, je me retrouve poursuivi par une horde de gnomes masqués prêt à me faire la peau.
Ecartant comme je peux la flore avec le masque et la clef, je me précipite vers la plage. Peut être qu’une fois là-bas, ils me laisseront partir, qui sait ? Une lance me frôla de peu.


-AAAAAAAH ! MAIS BARREZ-VOUS LES NAINS DE JARDIN !

Lorsque j’arrive à l’orée de la jungle, je saute d’un seul coup comme s’il s’agissait d’une course à laquelle je venais de finir premier. Roulant sur le sable, je me relève rapidement en crachant quelques grains et me frottant les cheveux.
En face de moi se trouve un mec brun aux cheveux longs avec une chemise hawaïenne bleu et un short rouge.
Je ne lui laisse pas le temps de parler que je lui fourre l’objet volé entre les mains. Les cris d’énervement de la tribu masquée se font entendre. Et à mon avis, ce sont principalement des insultes même si je ne les comprends pas.


-Tiens, c’est cadeau. Par contre,... Run For Your Life! Ce que je me remets à faire immédiatement tandis que le peuple sort de la végétation.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 97
Date d'inscription : 12/03/2014
Age du personnage : 25

Habitué
Alix Cole
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 30
Renommée: 45
Honneur: 25
MessageSujet: Re: Premiers jours dehors, premiers coups de soleils et premières emmerdes. [Pv Fiorenzo] Jeu 27 Mar 2014 - 19:21
*Ainsi Vaas était sur une île tropicale, dans le Royaume des tropiques, le tout dans la première zone de Dreamland. C'était sa première sortie hors du Deep Marais et déjà les emmerdes s'annonçait, sous la forme de cocotiers secoués, de beuglements humains et de cris... Vaguement humain ?

Vaas était en position et il vit un jeune homme surgir l'air totalement paniqué de la jungle et lui foutre un espèce de masque Tiki digne de Crash Bandicoot entre les pattes avant de se barrer. Il était beau-gosse d'après les critères de Vaas, et à peine plus petit que lui, donc de bonne taille et des cheveux en batailles qui laissait voir ses oreilles, rondes en conclut Vaas dans l'instant. Il était taillé comme un gymnaste ou un truc du genre.

Cependant alors que le Voyageur allait ouvrir la bouche pour l'interpeller, une flèche lui érafla la joue  et une bandes de nabots Tikis sur exciter sortirent à leurs tours de la jungle, armés de tous et n'importe quoi, du moment que ça à une pointe ça semblait leurs allait. Vaas est un mec qui aime se bastonner, mais là ça puait la merde ! Alors il prit ses jambes à son cou sprintant jusqu'à rattraper le Voyageur, toujours le masque Tiki entre les mains.*


V: PUTAIN ESPÈCE D'ENCULER C'EST QUOI LE MERDIER QUE TU ME RAMÈNE ?! "

* Vaas beuglait en courant aux côtés du second Voyageur, les présentations ça attendrait, si ils survivaient. Les deux voyageurs coururent un certains moment, Vaas était en sueur et à moitié essoufflé quand un autre beuglement se fit entendre, et sortant dans la jungle, des cocotiers valdinguant au passage, une horde de Rhinocéros qui semblait tout droit sortit d'un cauchemars déboulèrent fonçant vers eux. Ils se retrouvaient entre la horde d'animaux cauchemardesque et les Tikis en colère.*

V: 'Et merde..."

*Les Rhinocéros qui leurs fonçaient dessus était bien plus grand que ceux qui existait sur Terre, leurs yeux étaient rouges et sans pupilles, et leurs dents ressemblaient plus à des couteaux qu'autres choses. Vaas réagit, ne voulant pas finir en crêpe pour son premier jour de liberté. Alors il se jeta sur Fiorenzo, les faisant tout les deux plongés sur le côtés, les deux hordes se rentrant l'une dans l'autre dans un spectacle son et lumière avec option giclée de sang. Alors que le temps de la sociabilisation semblait enfin venir, les Tikis fuyant les Rhino enragé qui voulaient apparemment en faire leurs dîners, apparut ce qui pourrait être la raison de leur charge furieuse.

Sur une jeep venait de surgir ce qui ressemblait à un rescapé de la période de colonisation de l'Angleterre. Un homme de grandes taille et d'un certain âge habillé en chasseur d'il y à deux cents ans, armé d'un troublons au visage dur et au nez aquilin mais à la moustache impeccable fonçait droit vers la bande de Rhinocéros en tirant sans retenue, quand il les remarqua, la Jeep  changea d'elle même de direction pour foncer vers eux. Vaas se sentait vieux d'un coup. *


V: " Dans qu'elle putain de merde tu m'as fourré ducon..."

Cependant quand une balle érafla la seconde joue de Vaas, ce dernier se redressa et sourit de façon mauvaise, ok vieux connard, tu la veux ta putain de guerre, elle arrive ! Le second Voyageur,  dont Vaas ignorait si il était en bon état ou pas, et s'en tapait pu voir le bras droit de Vaas voir ses muscles s'hypertrophier et le bras se couvrir de cristaux noirs et d'une fourrure orange tandis que Vaas  souriait de façon peu engageante il dit à l'adresse du supposé Voyageur prés de lui. *

V :" J'sais pas qui t'est mais j'espère que t'est prêt à avoiner l'autre connard. " *Puis s'adressant au connard en question il hurlat.* " HEY VIEUX TROUDUC CREUSE TA TOMBE J'VIENS T'Y FOUTRE ! "

*Suite à quoi Servaas chargeât la Jeep qui n'avait pas changé de direction alors que le Chasseur tentait de les aligner, Vaas Bondit prêt à abattre son énorme poing sur la tronche du Chasseur ou au pire de la Jeep, le tout avec le grand sourire du mec qui craque un boulon. En Résumé : c'est la merde.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Premiers jours dehors, premiers coups de soleils et premières emmerdes. [Pv Fiorenzo] Jeu 27 Mar 2014 - 23:46
Le gars à qui j’avais filé la bombe Tiki me rattrape rapidement avec un fin filet de sang sur la joue tout en gueulant après moi. Mais je préfère ne pas  relever sa remarque. Toutes façons, si on se fait coincer c’est lui qui prendra.
J’ai peut être embarqué l’objet tabou mais en attendant, c’est lui qui la entre les mains. Et même en imaginant qu’ils nous rattrapent, je ne pense pas que cheveux bruns comprendrait quoi que ce soit à leur dialecte plus qu’étrange.
Le sourire aux lèvres et dans le silence le plus total, je continue à marquer le sable de mes empreintes. Le soleil me grille doucement la peau et de la sueur salée me coule entre les lèvres… Ca fait du bien un peu d’exercice.

Seulement, un bruit sourd et profond s’approche de nous. Regardant dans la direction, je vois les oiseaux s’envoler les uns après les autres.
Cela ne présage rien de bon, surtout que les arbres se retrouvent complètement éventrés, projetés, aplatis et encore d’autres tortures.  Le grondement ressemble maintenant au tonnerre et d’entre les arbres surgit une horde de rhinocéros aux yeux injectés de sang.
J’avoue ne pas m’être préparé à cette éventualité et il en manque de peu pour que je ne me retrouve aplati entre deux feux.
J’adresse un sourire de remerciement à l’inconnu mais celui-ci me répond encore par une invective –fuck you- t’avais qu’à te trouver autre part. On a tous une part de malchance à assumer. Le bruit d’un pétoire se fait entendre et, en tournant la tête, j’aperçois un braconnier nous foncer dessus avec son véhicule.

L’autre se relève et tend son bras qui change littéralement de couleur, de musculature et peut être même de composition. C’est quoi sa phobie à lui ? Hulk ? Le monstre électrique dans Street Fighter ?
Puis, dans ma direction, me demande si je suis prêt à me battre… Bien entendu… Vas y, dégage le chemin, je te suis. Ce que je fais aussitôt. En fonçant vers notre nouvel agresseur, il continue à insulter. C’est quoi son problème ? Il ne sait pas faire autre chose ?
A proximité, il saute pour, semble-t-il, foutre un bourre-pif au moustachu roux sorti d’une autre époque. Surement un novice dans cet univers, tout comme moi, car il manque légèrement de précision et est bien parti pour se prendre les pieds dans le capot.
D’un mouvement bref, je pointe la clef droite devant moi. La jeep s’ouvre en deux, dans le sens de la longueur jusqu’à la vitre, laissant les jambes de Mr. Juron libres de tout obstacle. Son poing s’abat telle une peine de mort sur la joue du fou. Je vois le visage de ce dernier se déformer sous la pression de l’attaque. La jeep continue, quant à elle, son chemin et termine sa route coupée en deux sur le sable.

Je m’approche du jeune homme avec la clef sur l’épaule et me positionne en face de lui. Son bras fait presque la taille de mon buste. Le fixant droit dans les yeux, je peux enfin affirmer qu’ils sont verts et n’expriment pas grand-chose à part de la colère.


-Qu’est ce qui se passe ? T’aimes pas les sensations fortes ? Pourtant t’as l’air de faire parti de ce genre de mec. Je regarde les alentours et remarque que le masque est totalement inutilisable ou invendable, c’est ma veine. –Jm’appelle Fiorenzo au passage mais appel-moi Firo. Et toi ? Cimer pour m’avoir sorti d’entre les rhino et les nains fous au passage. D’ailleurs, si je peux me permettre c’est quoi ta phobie ? Et surtout ton bras, j’ai envie de dire… C’est un peu dégueulasse quand même tu ne trouves pas ? J’suis bien content de ma clef quand je vois ce que j’aurais pu avoir. Sans offenses, c’est qu’un avis subjectif. Bon… Tu sais où on est ? Une idée de ce qu’il y a à faire ici ?  
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 97
Date d'inscription : 12/03/2014
Age du personnage : 25

Habitué
Alix Cole
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 30
Renommée: 45
Honneur: 25
MessageSujet: Re: Premiers jours dehors, premiers coups de soleils et premières emmerdes. [Pv Fiorenzo] Ven 28 Mar 2014 - 3:24
*Vaas avait donc sauvé Firo, et lui avec d'une mort atrocement douloureuse offerte par un troupeau de Rhino mutant enragé, puis un colon anglais avait décidé que les têtes des deux Voyageurs feraient particulièrement bien au-dessus de sa cheminée et avait commencé à ouvrir le feu, suite à quoi Vaas s'était empresser de charger l'inconnu.

Prévenant son compagnon d'infortune de la manœuvre Vaas bondit avec son bras transformé sur la Jeep, prêt à frapper le Chasseur, cependant la précipitation lui fit comprendre qu'il avait mal calculé son assaut, en effet la Jeep s'apprêtait à lui faucher les jambes, et là il vit la Jeep s'ouvrir en deux, jetant un coup d’œil en arrière, Firo tendait sa clé géante vers le véhicule, et bien voilà qui était assez unique et pour le coup , pratique. Ainsi le poing de Vaas s'abattit sans aucune forme de pitié sur la joue du Chasseur déformant son visage sous la puissance du coup, le Voyageur étant entraîné par l'élan, il envoya le Chasseur s'écraser sous son poing sur le sable.

Vaas se redressa, satisfait, mais la soif du combat encore présente dans ses veines et ses yeux, mais pas au point d'activer un de ses pouvoirs qui lui permet d'avoir un bras à la taille amplement plus impressionnante qu'en ce moment même.

L'autre Voyageur s'approcha de Vaas et le regarda dans les yeux, et la soif de combat, qui pouvait facilement passée pour de la colère illuminait encore les yeux verts du Morpheur. Vaas écouta les nombreuses questions du brun, il en avait plein, s'en était presque chiant, mais il écouta avant de désactiver son bras, prendre le tromblon du colon et le pointé tout naturellement, au cas où ce dernier aurait voulu les faire chier. 

Servaas soupira et sembla se détendre, et sourit au brun avant de commencer  à répondre calmement à ses questions, et au passage à sociabilisé avec lui.   


V :" Pas la question de pas aimer les sensations fortes, mais avoue que si les rôles avaient été échangé, ça t'aurait aussi largement emmerder . Enchanté Firo, moi tu peux m’appeler Vaas. Ma phobie, bouarf qu'importe, c'est pas important, je peux tabasser fort les chieurs, c'est le principal, après que ce soit beau c'est un détail . Mais pour te rendre la politesse, sympa ta clef, t'as vraiment coupé en deux la caisse de tout à l'heure ?! C'est quand même vachement classe. "

*Vaas prit sa respiration et s'étira faisant craquer ses muscles, posant le tromblon sur son épaule, il ne valait pas mieux le laisser au Chasseur, il pourrait, si il encaissait plus que prévu, décider de les abattre. Vaas reprit donc la parole. *

V:" Pour répondre à tes autres questions ! On est dans la Zone un, un endroit pour les débutants et qui logiquement est assez peuplé en terme de rêveur et de Voyageur. Sauf que ceux qui m'ont amené ici ont du naviguer au pif , car ça ressemble pas vraiment au paradis prévu, et donc l'île sur laquelle on est pue la merde. Ce que je te propose, c'est de pas prendre racine là même si avec un cocktail ça serait sympa, mais c'est pas le cas. Alors on va explorez cette foutue jungle et trouvez quelque chose en attendant nos réveils respectifs, ça te va Firo ? "

* Vaas posa donc le Tromblon sur ses épaules et l'y maintiens avec ses bras, en attendant la réponse du beau gosse, afin de savoir ce qu'ils allaient faire du restant de la nuit, il soupira un peu, Firo avait été utile au combat et avait donc gagner un peu d'estime aux yeux du Voyageur, il semblait bien moins colérique qu'il y à quelques minutes désormais et plus ouvert au dialogues, attendant d'ailleurs la réponse de ce dernier.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Premiers jours dehors, premiers coups de soleils et premières emmerdes. [Pv Fiorenzo] Lun 31 Mar 2014 - 21:25
[Désolé que ce ne soit pas très long, disons que c'est un post de transition ^^ ]

-Je n’ai aucun rendez-vous de prévu donc j’peux t’accompagner.  

D’un mouvement de bras, j’invite mon interlocuteur à prendre la direction de la jungle. On remonte la plage en évitant soigneusement de ne pas interférer dans le repos des guerriers et des rhinocéros.

-Par contre, j’tiens à te prévenir. C’est pas la joie là-dessous. Si tu penses avoir transpiré avec le sprint sache que ce n’était que la mise en bouche. Une zone de débutant amplement peuplé ? Tu te fous de ma gueule ? A peine arrivé et on a faillit se faire écraser, transpercer, étriper et même trouer. J’pense que tes sources sont bidons. Ahah.

Prenant la clef dans la main droite, je pousse les premières feuilles grosses comme mon torse et entame l’exploration. La sensation n’a pas changé, un enfer paradisiaque voila ce qui décrit au mieux cet endroit. Chaque végétal, animal ou même insecte, mérite d’être étudié. En tout cas, je suis content de ne pas avoir à le faire. Ca aurait été d’un chiant.
Plus l’on s’enfonçait dans l’île plus la température grimpait. Au dessus de nous, la quasi-totalité du ciel était obstrué par les feuilles des arbres, ne laissant passer que trop peu de rayons. Cette serre verte, irradiée par le soleil, ressemblait plus à un four vapeur qu’à tout autre chose.

De longues gouttes de sueurs me coulent le long du cou et le goût du sel me revient à la bouche. Fait chier, il va falloir trouver un lieu pour nous désaltérer. Sinon on va finir aussi sec qu’un animal de compagnie auquel on a oublié de donner à boire et à manger avant de partir en vacances. J’en informe le ténébreux tout en continuant d’avancer.
Une bonne demi-heure plus tard, on trouve enfin un point d’eau auquel on peut s’abreuver. Ce que je fais immédiatement. Me souciant peu de mon camarade, j’avale de grosse gorgée de ce liquide bleu si important. J’avais presque oublié quel bonheur c’était. Assis, dos contre une racine, je me repose un peu.


-Bon ?! Qu’est ce qu’on fait. On marche mais on ne trouve rien. J’ai eu beaucoup plus de chance tout seul, peut être que tu as la poisse ? Et que c’est pour ça que je te suis tombé dessus Ahah !

La discussion est bien entamée quand, un peu plus loin, les branchages tremblent. Je regarde Vaas avec un air interrogateur et à moitié inquiet. J’attrape la clef et me redresse sur les pointes de pied, les genoux pliés, attendant la suite des évènements.

-Pssst, si tu me dis que c’est le vent, j'te frappe avec la clef.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 97
Date d'inscription : 12/03/2014
Age du personnage : 25

Habitué
Alix Cole
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 30
Renommée: 45
Honneur: 25
MessageSujet: Re: Premiers jours dehors, premiers coups de soleils et premières emmerdes. [Pv Fiorenzo] Lun 19 Mai 2014 - 14:12
*Vaas ricane un peu en entendant le brun remettre en doute ses sources. C'est des putains de marins fantôme déglingué au rhum neuf jours sur sept les années bissextile. L'endroit devait être calme mais rien ne n'empêche ses clampins de s'être gouré de cap et de l'avoir mené sur le coin le moins sympa de la zone,dommage il aurait aimé le cocktail et les filles en bikini, mais d'un côté le coin semblait lui permettre de se foutre sur la tronche, même si il préférait le faire avec des humains et pas hordes de saloperies diverses et variées.

Vaas suivit donc le brun au travers de la jungle, et ce dernier ne mentait pas quand il parlait de chaleur infernal, très vite la chemise de Vaas fut jetée dans un coin car il étouffait, avançant un peu à l'aveuglette au travers de la végétation, écartant les feuilles pour voir clair, marchant aux côtés de Firo. Assez vite la soif gagna les deux compagnons d'infortune et ils se mirent à rechercher une source d'eau potable, ce qui une demi-heure plus tard fut chose faite, Vaas y plongeant carrément la tête un petit temps avant de se redresser et de s'ébrouer comme un chien trempé se laissant aller contre un rocher. Firo le questionna sur la suite des événements, dans un haussement d'épaule le Morpheur répondit :


V: "Ouais ça doit être ça c'est mon jour de poisse, et en plus y'as personne contre qui se battre si c'est pas malheureux ça ! " * Il ponctua ses dires d'un petit rire avant de reprendre plus sérieusement.* " A part continuer tout droit jusqu'à trouver un truc je vois pas quoi faire d'autre, a moins que tu ne veuille qu'on coupe du bois en rondins qu'on attache avec une corde fais main pour se faire un radeau dont on choisira le nom à la course avant de partir explorer le vaste monde hors de notre petite île ? "

* Alors que Vaas se marrait en discutant avec le petit brun quand plus loin les branches se mirent à bouger, Firo l'informant qu'à la première remarque à la con il se prendrait un coup de clefs, pour continuer a jouer Vaas allait le faire quand surgit des branchages un Lion simplement énorme et monstrueux aux yeux rouges et avec..des cornes ?! Cet endroit était vraiment un trip à la con, même pour Dreamland. Cependant le Lion s'écroula pitoyablement au pied des deux Voyageurs prêt à en découdre, Vaas ayant Morpher son bras.

Le Roi de la Jungle avait un Dard de la taille du poing transformé de Vaas dans les côtes et ce dernier de part les veines sur exposé et d'un bleue néon de l'animal, semblait empoisonné. Et là ce fut la suite des festivités , en effet , un vent fort venait de se lever, faisant valser les feuilles et bouger les arbres. Il ne fut pas longtemps pour que la source du vent et du lion mort n'apparaisse aux deux jeunes hommes, s’élevant dans les airs, un essaim d'une centaine de guêpe hypertrophiées et sous stéroïdes de la taille d'un humain et aux yeux encore et toujours rouge surgirent au dessus d'eux et se lancèrent à leurs poursuite.

Vaas se mit donc à courir, choppant Firo par le col, autant éviter d'avoir un macchabée de plus sur les bras. Les deux jeunes hommes coururent un moment, un long moment sous cette chaleur infernale ce qui n'était pas chose aisée et encore moins agréable. De plus à intervalle régulier ils devait dégommé quelques unes de ses guêpes qui arrivait à les rattraper de plus en plus facilement, le tout en évitant le Dard qui au cas où il ne leur trouait pas assez largement le bide était empoisonné.

La course dura un bon moments sous les jurons, provocations et rires débilement nerveux des Voyageurs, avant qu'une racine fasse trébucher Vaas et Firo qui s'écroulèrent hors de portés des guêpes mutante venus de l'espace pour détruire les Etats-Unis d’Amérique, donc le monde.

Ils se retrouvèrent donc à l'ombre, et à l'abris, Vaas étant sonné par la chute et ne pouvant pas encore poser la question cliché et tout à fait légitime au brun qui n'en savait pas plus long que lui sur ce merdier de jungle " Putain de merde où est ce qu'on est ?! " .



[Hrp: désolé du temps pour répondre, ce fut un merdier sans nom pour récupérer une co, mais c'est bon i'm back to the buisness !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Premiers jours dehors, premiers coups de soleils et premières emmerdes. [Pv Fiorenzo] Sam 24 Mai 2014 - 20:29
Mais merde quoi ! Des tikis, un fou dresseur de rhinocéros, un lion à corne –mort certes mais quand même– et maintenant des abeilles sortis des enfers du feu de dieu. Nan franchement, elles foutent les jetons. Des yeux rouges, injectés de sang et façon boule disco avec toutes les facettes et tout. Enorme, une masse pouvant réduire à néant n’importe quelle armée.
Même Godzilla serait emmerdé.  J’vous jure, heureusement qu’il ma tiré par le col. Deux secondes de plus, j’étais troué. Et ce n’est pas ma clef qui m’aurait reformé. J’ai les jambes en compote et je sais pas si j’vais tenir encore longtemps. J’essaye de communiquer avec Vaas mais sans grand succès. D’ailleurs, lui aussi ne semble pas dans sa meilleure forme.

???

Je bascule en avant et roule sur une petite bute. Percutant deux ou trois racines sur le chemin, je reste au sol. L’essaim tueur ne prend même pas la peine de venir nous chercher, il continue sa route droit devant. La raison ? Je n’en sais foutrement que-dalle. Si je suis heureux ? Bien sur que oui. Le pourcentage de chance qu’on survive ? 1/40 000 000 ? Comme le loto. Voir plus après cette expérience mais j’suis pas mathématicien. Le bourdonnement est loin lorsque Vaas demande la question fatidique.


-Où est-ce qu’on est ? T’es sérieux ? On est en zone 1, blabla, Peuplé, et de débutants. Que dalle ouais. Ceux qui t’ont amenés ici voulaient se débarrasser de toi. Ou bien ils ont un sens de l’humour particulièrement naze. Je me laisse un temps, pour me relever, et enchaine. - On n’est pas sorti de l’auberge. Franchement c’est grave la merde et, sans vouloir te vexer, j’espère ne pas retomber sur toi à l’avenir. Si ça se passe comme ça à chaque fois, j’préfère pas. Et j’imagine que c’est réciproque.

Après un moment, on se remet à marcher à travers l’île. On en aura fait des kilomètres cette soirée. Au moins ça fait faire du sport. J’me demande si ya des répercussions dans le vrai monde. Ca pourrait être sympa de se muscler en dormant. Après une bonne heure à déambuler dans ce hammam végétal, on tombe sur un petit coin de paradis. Le vrai luxe quoi. Un petit coin tranquille entouré par la végétation. Un petit ruisseau le traverse et des pierres de différentes tailles sont entreposées ça et là.

-C’est un bon coin pour se reposer, non ?

On s’assoit et recommence à discuter tout en s’abreuvant. Pour moi en tout cas, vu la quantité de sueur que j’perds, il faut pas que j’me déshydrate.  La nuit est déjà bien entamée et il ne doit pas rester encore beaucoup de temps avant qu’on ne se réveil. Chacun avec notre vie et nos emmerdes. Mais pour l’instant, on est dans la même galère, le même bateau ou peut importe. Le coin a l’air vraiment tranquille. Pas de bourdonnement, pas de monstre, ou d’animaux dangereux… C’est calme… trop calme après tout ce qui c’est passé. Et j’aime pas trop beaucoup ça. Pas à cause d’une autre embrouille pouvant pointer son nez. Mais il faut faire un truc. Regardant autour de moi, je remarque que je tapote sur la clef. Je la regarde un moment et la reporte sur Vaas, la clef, Vaas, la clef…

-Hey  le monstre ! Si j’me rappelle bien, tu sais fort tabasser les chieurs. J’pense qu’on va bientôt se réveiller. Ca te dit pas que j’te botte vite-fait le cul, histoire de te montrer que les claustrophobes sont les meilleurs ?  Après tu peux toujours te débiner ça me pose pas de problème. Dis-je avec un sourire en coin.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 97
Date d'inscription : 12/03/2014
Age du personnage : 25

Habitué
Alix Cole
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 30
Renommée: 45
Honneur: 25
MessageSujet: Re: Premiers jours dehors, premiers coups de soleils et premières emmerdes. [Pv Fiorenzo] Lun 2 Juin 2014 - 10:55
La soirée c'était donc avérée mouvementée pour une première soirée hors de la crique des marins fantômes, d'ailleurs il les remerciait pas pour la naviguation au pif. Même si maintenant qu'il y pensait, arriver via une brume flippante sur une île flippante était tout ce qu'il y à de plus logique, ça tombait sous le sens.

Vaas qui se remettait  de sa chute écouta un instant les jérémiades de Firo avant de sourire et de simplement lui répondre que oui ceux qui l'avaient déposé ici avaient un humour de merde, normal pour des fantômes. Cependant il haussa les épaules quand à l'affirmation comme quoi lui non plus ne voudrait plus le croiser, bof deux nids à emmerdes qui se croisent, des fois ça peux être drôle, cette fois ci ça avait été moyen.

Ainsi ils reprirent leur marche au travers cette foutue jungle pendant un bon moment avant d'arriver à un coin calme, un vrai petit coin de paradis, une sorte d'oasis au milieu d'un désert tropicale. Vaas laissa Firo boire avant lui de se jetter dans la flotte avec un  grand sourire d'abruti quand il remonta  à la surface, c'était mieux ainsi, au chaud et dans l'eau, si ça c'est pas le pied ! Vaas continua un moment de rêvasser en étoile de mer avant que Firo qui semblait presque nerveux de rien faire lui propose de se battre, se foutant de sa tronche au passage en lui proposant de refuser le combat.  Le Monstre car il semblait que c'était devenu un surnom approprié, se redressa donc faisant craquer ses épaules et sa nuque répondant au brun :*


V: "Y'as pas de problème mon petit acteur de yaoi live ! Je vais tellement te botter le cul que tu va avoir un arrêt maladie de la part du producteur ~ ça te rappellera de plus t'endormir devant Lost ~ "

Et sans laissez le temps a Firo de répliquer il lui fonçait dessus, sans avoir  transformé son bras, ça le ralentissait, et à mi-chemin avait bondit, s'apprêtant à lui envoyer un bon vieux coup de latte dans la tronche des familles, un grand sourire aux lèvres, enfin de l'action comme il l'aimait sans saloperie mutante qui peuvent vous tuer sans le faire exprès . La soirée annonçait une fin en beauté, et qui plus un combat dont Vaas ne connaissait pas l'issue, même si par pur orgueil il se voyait déjà vainqueur. *

[Hrp: désolé si le post est court ^^ ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Premiers jours dehors, premiers coups de soleils et premières emmerdes. [Pv Fiorenzo]
Revenir en haut Aller en bas

Premiers jours dehors, premiers coups de soleils et premières emmerdes. [Pv Fiorenzo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Royaume des Tropiques-