Haut
Bas

Partagez|

Poutrons du zombie! (PV Francis et Felix Lecomte) (Terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 328
Date d'inscription : 06/07/2013
Age du personnage : 21

Voyageur Expérimenté
Dan Sorro
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 80
Renommée: 758
Honneur: -120
MessageSujet: Poutrons du zombie! (PV Francis et Felix Lecomte) (Terminé) Sam 4 Jan 2014 - 18:51
Il ne fallait pas lui demander comment il était arrivé ici, ça non. La vérité c'est qu'il n'en avait aucune fichue idée, il avait simplement posé sa tête contre l'oreiller, pensé à deux trois choses banales fermés les yeux puis paf! Dreamland venait de l'expédier droit dans ce qui ressemblait à l'enfer, il avait simplement pu lire un panneau avec marqué dessus "District n°6". Ne comprenant pas vraiment ce que cela voulait dire il se contenta de soupirer, enfoncer ses mains au fond de ses poches en s'asseyant sur un rocher. C'était la première fois qu'il voyait un ciel étoilé à DreamLand, étrangement ce dernier ne lui inspirait pas confiance du tout. La lune était certes pleine donc belle, mais l'ambiance autant sur terre que dans le ciel ne lui convenait pas. il se sentait épié, comme si sa présence n'était pas désirée, comme si cette nuit serait sa dernière si il ne trouvait pas un moyen de tailler la route. Non mais merde quoi, il n'y avait aucun arbres pourvus de feuilles, pas par ce qu'il faisait froid non, ils étaient simplement calcinés. le pire c'est que ça semblait naturel, comme si ils n'avaient jamais poussés autrement.

Le jeune voyageur sauta de son rocher en se massant les tempes, il lui fallait trouver quelque chose à faire, une raison de voyager ici. Ce n'était pas accueillant, rien ne lui semblait prospère où calme, sans parler des hurlements qu'il entendait de temps à autres. Là où il se rendit compte que son stress était à son comble, c'est lorsque qu'une main certes froide et osseuse, se posa sur son épaule. Cette dernière lui arracha un sinistre cri manquant de virilité, en revanche sa réaction fut automatique. Il se retourna puis administra un formidable coup de poing dans la tête de la créature des rêves qui l'interpellait. Un fébrile squelette se vue alors briser la nuque, il resta quelques temps debout inerte, puis ses mains remontèrent le long de son corps pour remettre son crâne en place. La créature des rêves inclina la tête d'un côté puis d'un autre en riant, avant de tenter d'étrangler Dan. Ce dernier passablement paniqué décida de se défouler sur cette saloperie, tant pis si elle avait une famille de gentil petit squelettes, tant pis si sa progéniture attendait qu'il ramène du lait permettant à leurs os de grandirent, il allait simplement éclater cette horreur.

Il s'empara des coudes du squelette pour l'empêcher de continuer sa progression jusqu'à lui, il balaya ses jambes d'un coup vif dans les articulations se situant au niveau des chevilles. Puis s'acharna sur son pénible crâne jusqu'à ce qu'il n'en reste plus que des miettes. Les seuls dialogues que les deux adversaires avaient échangés étaient des plaintes, des grognements pour clôturer sur un rire peu serein de Dan qui se demandait ce qu'il allait bien pouvoir faire maintenant:

-Fais chier bordel, tu pouvais pas aller faire chier un putain de rêveur ? Non fallait vraiment que tu t'en prennes à moi ? Bordel de merde ...

Il promena son regard sur l'horizon, puis sentit sa peau se raidir, son teint devait être très pâle désormais. ce n'était plus un putain de squelettes qui avançait sur lui, mais tout un groupe. On aurait dit un mauvais film d'horreur, ils n'étaient pas plus de dix, marchaient en clopinant et beuglaient comme des chèvres. Un sourire malin se dessina sur le visage de Dan, il était temps pour lui de prendre de l'assurance. Dreamland qu'on le veuille où non, ce n'était pas que de l'exploration, il devait y avoir des moments où se battre n'était pas évitable. Bon, dans son cas il aurait très bien pu courir dans l'autre sens et les semer, mais pour aller où ? Cette fois, le jeune voyageur avait décidé de poser ses balls, il était seul contre huit squelettes, ils étaient désormais assez visible pour qu'il puisse les compter. Il s'empara d'un long bout de bois mort sur la route, puis testa sa solidité sur le tronc d'un arbre, ce n'était pas vraiment une bonne massue mais ça devrait tenir le coup pour pouvoir défoncer un où deux crânes de sacs d'os.

Il s'échauffa les membres un à un, commençant par les mains puis les pieds, la mini horde approchait suffisamment lentement pour qu'il se permette ce genre de simagrées. Ça serait con de finir un combat pareil sur une crampe non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Poutrons du zombie! (PV Francis et Felix Lecomte) (Terminé) Lun 6 Jan 2014 - 0:55
Glauque ? Non, non, non. C’était une sorte de cimetière digne d’un film d’horreur raté des années 90. C’était simplement ridicule. Et voila qu’il y a une forêt d’arbres morts, une nuit étoilée garnie d’une pleine lune tellement irréaliste qu’on ne voyait que celle-ci, et des tombes à perte de vue. Cette scène était telle qu’elle arracha à Felix un léger rire de dépit et  il décida alors d’entreprendre la traversée du cimetiere.

Ca n’en finissait pas. Ce lieu ridiculement horrible le rendait perplexe quant à l’idiotie de certaine zone de dreamland. Pourquoi était-il apparut dans cet endroit ? Peut être parce qu’il s’était amusé a regarder des videos de paranormal sur Youtube avant d’aller dormir. Il songea à faire un peu plus attention à ce genre de détail à l’avenir, et soupira en se rendant compte que cela faisait une bonne quinzaine de minutes qu’il marchait a l’aveuglette, croisant de temps en temps des rêveur complètement bizarres, qui s’amusaient comme s’ils étaient dans une boite de nuit. Notre peluche ne pouvait s’empêcher d’avoir envie de les égorger tant ils étaient parfois bruyant à l’aide de ses griffes qu’il faisait glisser de temps en temps sur le sol. Mais il voulait s’en aller ou alors se battre avec des adversaires à sa taille, pas des petits rêveurs fragiles et idiots.

Un moment donné, il se rendit compte qu’il tournait en rond, et décida de changer d’itinéraire, commençant vraiment à s’impatienter, avant de tomber sur un type. Il avait l’air jeune, et était armé d’un bout de bois et semblait s’échauffer. S’echauffer dans dreamland ? La bonne blague. Mais à la limite ce n’était pas lui qui attisa son attention, mais le groupe bruyant, plus loin. Des squelettes.

Felix ne les compta même pas qu’il s’élança vers eux, les griffes de sa main droite écartées et prête à les réduires en morceaux. Il passa à côté du drôle de type qui s’échauffait, puis donna un coup vertical, paume vers le sol pour offrir à un premier squelette une raison de retourner à la terre et de fermer son clapet un peu trop bruyant. Puis, il recula avant de tourner sur lui-même, acquierant suffisament de force cinétique pour en envoyer valser un autre en morceaux en un coup de griffe bien calé contre la cage thoracique qui fut la seule partie du squelette à rester accroché à sa griffe.

Le voyageur peluche recula de plusieurs bonds, voyant que les squelettes s’intéressaient à lui également, mais ils étaient bien trop lent pour l’empêcher de prendre son temps pour détacher sa main de la partie de squelette. Pour lui, le simple fait que ces squelettes existent sont une vaste blague de par la facilitée qu’il as eu à détruire deux d’entre eux. Il commençait à sous estimer les créatures de ce lieux, ignorant qu’il n’était que dans le district n°6.

Felix regarda l’etrange type avec son arme improvisée, à la fois d’un air plein de question et d’un air de défi du genre : fais mieux que moi.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 36
Date d'inscription : 20/09/2013
Age du personnage : 23

Nouveau Venu
Francis Bonhacter
Nouveau Venu

MessageSujet: Re: Poutrons du zombie! (PV Francis et Felix Lecomte) (Terminé) Ven 17 Jan 2014 - 3:18
C'était... intéressant comme ciel. Assaisonnée de quelque points brillants, la toile noire qui s'étendait au dessus de leurs têtes était également garnie d'une Lune énorme et blanche. Parfois, le vent faisait filer un nuage ou deux devant l'Astre gigantesque, voilant la lumière au profit de l'obscurité.
Le paysage en dessous n'était pas moins dérangeant: des arbres calcinés, bien qu'il fasse un froid conséquent, et des tombes ici et là harmonisaient le tout.
Sur ce terrain sec et oppressant, le Lord of Goats fuyait. Plusieurs cadavres putréfiés le poursuivaient avec hargne depuis qu'il était apparut. Il avait tenté de s'expliquer, de trouver un terrain d'entente, mais les zombies ne voulaient rien savoir. Apparemment, il n'avait pas à être ici.
Pour une fois, il s'était couché tôt. Vieux coup de fatigue, sans doute. Avant cela il avait un peu geeké bien entendu. Quelque recherche paranormale ici et là sur le net. De là, il n'eut pas trop de mal à discerner le pourquoi du comment il s'était retrouvé dans le cimetière de Dreamland. Bien que le voyageur en avait vaguement entendu parler, il ne savait pas vraiment où il était arrivé.
Francis commençait à s'essouffler, alors que les morts qui lui couraient après n'avaient pas vraiment l'air d'avoir besoin de poumons. Forcément.. 'Faut que je tente quelque chose!
Il atteignit un des arbres et ramassa rapidement une pierre. Visant l'un de quatre cadavre qui le suivait, il pria sa bonne étoile et lança de toute ses forces. Le projectile fracassa le crâne de celui d'à côté, qui tomba en arrière et s'étala au sol. Les trois tas de viande restants continuaient leur course folle vers l'abrutit cornu, comme si de rien n'était.
Celui ci, après un vague relent d'espoir et quelques auto-congratulations, chercha une fois de plus l'objet de son salut au sol. Il n'y trouva qu'une vieille branche morte et brûlée, trop pour pouvoir résister plus d'un coup.
Les morts se rapprochaient. Paniquant, il étudia tout son environnement: des tombes à droite, l'arbre derrière lui et rien d'autre. Francis crut pouvoir grimper, mais il laissa vite tomber cette idée.
Alors que les morts étaient presque sur lui, il se remémora une mise en scène qu'il avait toujours eu envie d'essayer dans ce genre de situation. Le Seigneur des Chèvres détacha les boutons de son manteau long, s'en dévêtit et le prit à la manière des toréadors, le laissant traîner par terre.
Lorsque ses ennemis furent proches, il envoya l'énorme manteau entre lui et ses adversaires, bloquant leurs vues.
Il se jeta sur le groupe et accueillit le premier d'un croche-pied, ce qui l'envoya au sol. La Chèvre, qui lança son poing en direction d'un visage, fût surpris que celui ci s'arrête en pleine course. Quoi? Bloqué?! Son coeur fit un bond tandis qu'un violent coup de pied lui écrasa le ventre.
Reculant, surpris et vomissant ses poumons, Francis essaya de récupérer la branche morte mais un coup de tête le plaqua au sol.
Il sentit un pied victorieux se poser sur son dos, le maintenant à terre. Les deux coups l'avait littéralement sonné, et la douleur le paralysait presque. Putain... Je tombe sur un caillou, en plus... songea t-il en ressentant la pointe contre ses côtes.
Les pitoyables petits tours de passe-passe de la Chèvre ne pouvaient pas égaler le niveau de ses ennemis par rapport au sien.
Il fallait qu'il joue son joker, qu'il ouvre une faille. Le zombie ne le laissait pas bouger d'un pouce, et profitant de la force qu'il avait par rapport au voyageur, s'autorisa même à discuter avec ses deux collègues. De ce que Francis voyait, même celui qui était tombé s'était relevé.

- Bon, qui le dégage celui là? s'enquit celui maîtrisant la Chèvre.
- Pas moi. Faisons comme d'habitude, on le refourgue chez ceux du District 6 et ils le virent.

Une lueur dans la nuit. Francis se mit à espérer de nouveau. Il s'écria pour lui même "oui! sortez moi de ce royaume de sauvage!". Il en avait marre d'être agressé sans arrêt, et toujours par plus fort que lui. Il réalisa alors à quel point son niveau était proche du zero. Il se sentit faible. Incroyablement faible.

- Vous êtes sur que c'est un voyageur, d'ailleurs? demanda la victime du croche pied Il m'as plutôt parut faiblard, même s'il sait se servir de sa cerv...
- Vous vous foutez de moi?!hurla le mort dont la tête s'était faite démolir peu avant. Ce petit con m'as pété le crâne, pas question qu'il parte! Maintenant, j'vois plus rien de mon œil gauche.

Le seigneur à cornes n'en croyait pas ses oreilles. Une quatrième voix? Pourtant, il l'avait tué celui là! Un frisson glacé lui parcourra le dos. Tournant lourdement la tête, il vit le type qui s'était prit la pierre... Debout... La tête ouverte qui avait servit de cible n'était pas vraiment en bon état. Un peu de cervelle dégoulinait dans son orbite fêlée, ainsi que sur sa bouche aboyante.
Manifestement, le zombie avait une forte envie de faire subir le même sort à la Chèvre, mais son collègue l’interpella. Il invoqua les devoirs envers leur seigneur, l'envie de ne pas avoir d'ennuis, puis ajouta un "De toute façon, il ne vaut pas le coup celui là." dont l'acidité piqua le voyageur. La douleur physique ne fût pas qu’amplifiée, mais décuplée par la douleur morale qu'il ressentait.
Un cinquième mort rejoignit les quatre premiers. Celui ci était moins vêtu, c'était en effet un squelette sans chair sur les os. Il semblait frêle et fragile par rapport aux autres. Il fût question d'un problème dans le district 6 avec plusieurs voyageurs.
Encore sonné, le seigneur ferma les yeux pour se reposer. Il avait mal. Il fallait qu'il attende le bon moment. On le retourna et il sentit atterrir son manteau sur son corps. Puis, on le traîna.
La Chèvre pensait que la prochaine destination serait les autres voyageurs. Si c'était le cas, il agirait à ce moment là, après avoir récupérer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 328
Date d'inscription : 06/07/2013
Age du personnage : 21

Voyageur Expérimenté
Dan Sorro
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 80
Renommée: 758
Honneur: -120
MessageSujet: Re: Poutrons du zombie! (PV Francis et Felix Lecomte) (Terminé) Ven 17 Jan 2014 - 19:08
Bon, il semblait que l'incruste était une habitude complaisante à Dreamland, ce mec sortit de nul part venait de simplement réduire deux squelettes en morceaux comme si ils n'étaient rien d'autre que du sucre. Cette vision de violence gratuite lui arracha un sourire, ce soir le jeune voyageur était d'humeur combative. Il n'allait pas laisser qui que ce soit l'abattre, surtout quand la personne en question avait un bras aussi ridicule. Son échauffement étant terminé il approcha du groupe de squelettes sans se soucier d'avantage de son temporaire allié. Il battait machinalement l'air avec le bâton qu'il tenait, imaginant déjà ce qu'il allait faire subir aux tas d'os. Avant la confrontation il se permit de soupirer, repensant aux macaques qu'il avait affronté au royaume des fruits. Il devait se ménager, cette nuit devait impérativement ne pas être la dernière, comme chaque nuit d'ailleurs.

Le premier monstre surprit le voyageur par sa réaction, cette dernière soulignait presque une certaine intelligence. Il se décala sur le côté, laissant son compagnon de derrière foncer sur l'homme armé d'un bâton. Dan ne recula pas, au contraire sa réaction trahissait l'habitude du combat qu'il commençait à prendre. Le tas d'os s'empala sur le bout de bois, en soit ce n'était pas grave pour lui, il n'avait plus d'organes vitaux, en revanche il se sentit très vite balayé sur l'un de ses camarades. Le jeune voyageur abandonna son arme de fortune dans l'abdomen de son adversaire, puis balaya la rotule d'un troisième squelettes, lui administrant son poing dans la mâchoire. Tel un film de baston bien violent, un beau craquement s'éleva au dessus du chaos générale, mais ce n'était pas la mâchoire de son adversaire, s'était ses doigts. Certes le squelette touché était avachis sur le sol, mais les extrémités de ses mains venaient de recevoir un choc paralysant. Il n'avait plus l'habitude de se battre sans entrer dans un état de rage, le simple fait de sentir directement la douleur, au lieu de pouvoir l'ignorer et la surpasser sans limites fixent lui faisait une impression étrange.

N'ayant pas réellement le temps de réaliser l'ampleur du facteur qui jouait en sa défaveur il continua de livrer bataille. Sautant à pied joint sur l'adversaire qui gisait encore au sol, l'un de ses alliés profita de cette attaque pour essayer de maîtriser le forcené. Ce dernier bien décidé à vaincre quoi qu'il arrive lutta contre les bras osseux qui le ceinturait, administrant des coups de pieds furtifs à toutes autres créatures tentant de s'approcher de lui. A force de se débattre avec rage, il parvint à se délivrer de l'emprise du squelette fourbe, faisant chuter ce dernier par devant. Le résultat était correcte, quatre squelettes à terre, deux dans l'incapacités de bouger, le reste serait un simple détail à corriger. Il recula de quelques bons, comme l'avait fait son prédécesseurs puis l'invita:

-Il en reste encore assez pour que l'on s'amuse ensemble, je suis d'humeur partageuse ce soir, vous pouvez livrez les derniers coups avec moi si cela vous intéresse.

Sur ces mots il se lança de nouveau dans la mêlée, les deux squelettes qui s'étaient empêtrer l'un dans l'autre se relevèrent, pour se retrouver faucher par les bras de Dan. Il avait toujours rêvé de pouvoir faucher deux gars comme ça, tel un catcheur professionnel. Bref, une fois la double corde à linge administrer, il ne perdit pas une seule seconde, puis écrasa les crânes de ses adversaires avec ses semelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Poutrons du zombie! (PV Francis et Felix Lecomte) (Terminé) Lun 20 Jan 2014 - 17:13
Le gars se décida à bouger également. Armé de son bâton improvisé, il se jeta dans la bataille, se débattant avec la fureur d’un loup, tant bien que mal. L’improvisation était souvent reine de dreamland. Que va-t-il se passer ? Que faut-il faire ? C’était des questions récurrentes dans ce monde on ne peut plus diversifier. Felix lui, était en proie a une soif de découverte, mais aussi de repos. Tout le stress que son père lui mettait sur le dos par simple refus de comprendre son fils s’évacuaient au fil des nuits. En même temps, il croisait souvent des créatures voulant sa peau. Hier c’était des chiens en chocolat, aujourd’hui c’est des squelettes. Si cela n’est pas une preuve de diversité…

Enfin bref, le type fit le plus gros du travail. Six squelettes endommagés dont deux à terre. Felix ne se fit pas attendre, entendant la proposition du voyageur. Même s’il n’était pas d’accord, notre protagoniste n’aurait pas hésité à foncer dans le tas. Griffes ouvertes, c’est dans un râle d’effort qu’il porta sa grosse main noire dans un coup ascendant, lorsqu’il arriva près d’un squelette qui se croyait flippant. Pour Felix, il ne ressemblait a rien de plus qu’une boule de bowling blanche monté sur un corps squelettique en calcaire, alors il se contenta juste d’arquer un sourcil lorsqu’il vit sa tête s’envoler très haut dans le ciel en gueulant comme un handicapé mental, tandis que pendant ce temps, l’autre gars venait de terminer deux des squelettes qu’il avait déjà embrouillé juste avant.

Le prochain adversaire. Quelle créature n’avait pas encore reçue son cadeau d’anniversaire de décès ? Ca, il n’en savait rien, mais il n’entendait presque plus crier. Il en restait encore un, et il n’allait pas tarder à retrouver ses amies les mites. Les mêmes qui se sont certainement occupé de son cas à sa mort. En tout cas elles l’avaient pas loupé, parce qu’il ne restait pas même un gramme de chair sur ce pantin animé par la seule envie de… De quoi en fait ? Est-ce qu’ils étaient vraiment méchants ? Questions sans réponses, puisque de toute façon notre voyageur au bras de tissu était sur le point de foncer pour détruire le dernier ennemi.

Cette nuit allait être… animé..!

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 36
Date d'inscription : 20/09/2013
Age du personnage : 23

Nouveau Venu
Francis Bonhacter
Nouveau Venu

MessageSujet: Re: Poutrons du zombie! (PV Francis et Felix Lecomte) (Terminé) Mar 28 Jan 2014 - 18:11
On l'avait confié à un troufion squelettique trouvé sur le chemin et qui cherchait son groupe. Le mort, qui se présenta comme Barbas, tenta de bafouiller quelque excuse en vain, et se fit remettre l'encombrant personnage de force.
La créature cauchemar sentit son faible rang peser presque aussi lourd que le fardeau qu'on lui confia: un voyageur assommé. La plupart du temps les Humains ne dérangeaient pas Barbas, il arrivait même qu'il en côtoie certains (en tout cas ceux sur qui il n'avait pas cogné).
Il les boutait quand il le pouvait hors des terres de Chiron, selon les ordres, bien qu'il n'appréciait pas spécialement ces affrontements. Après tout, un voyageur peut être un diable ou un dieu... Ou alors simplement un pauvre gars.
Celui qu'on lui avait remit lui semblait rentrer dans la dernière catégorie. Un type, apparut au mauvais endroit et au mauvais moment. Ca arrivait tout le temps à Dreamland...
Heureusement pour lui, les troupes de Chiron ne cherchent pas vraiment à tuer les voyageurs.
Barbas regarda un peu plus attentivement le gars qu'il traînait. Un bonnet avec des cornes de bélier, un manteau long et noir... on aurait dit un subtil mélange entre un bouffon et un assassin. Le squelette, qui tirait le voyageur par les bras, remarqua également la pipe qui dépassait légèrement de la poche du manteau. Il la fixa un moment, pensif. Les voyageurs étaient vraiment des êtres étranges et fascinant. Barbas se prit à imaginer leur monde une nouvelle fois. Il avait toujours eu envie de s'envoler et de passer les barrières mystiques entre Dreamland et le monde des Hommes, afin de devenir un voyageur chez eux. Car si les Humains pouvaient le faire, alors pourquoi pas les créatures des rêves?
Il soupira de dépit, et dirigea son regard de nouveau sur le visage de l'inconnu. Mais ce qu'il vit lui glaça le sang qu'il n'avait plus. Le type à cornes le fixait dans les yeux avec un regard dément!

Il attira le squelette vers lui avec violence et vint cueillir sa tête osseuse avec son pied. Poussant de tout son être sur son pied et tirant aussi fort que possible les bras de la créature, le Lord of Goats entreprit de faire sauter la tête du macchabée. Ou au moins lui briser la nuque.
Francis força la pose pendant de longues minutes tintées de craquements sinistres et de respiration retenue, jusqu'à ce que le crâne du mort se penche complètement en arrière, signe d'un parfait coup du lapin.
Le voyageur de l'inconnu se releva péniblement. Il avait encore mal à l'estomac, en particulier sur le flanc. Les mort vivants lui avaient sûrement cassé une côte ou deux...
Se tournant vers le cadavre du deux-fois mort et se complaisant presque à voir son ennemi vaincu, il balança en haussant les épaules un "désolé mon pote!" et entreprit de retrouver le chemin du club des 4. La Chèvre voulait absolument leur prouver qu'il n'était pas si nul que ça. De toute façon, il faut que je devienne plus fort... Chaque nuit est une épreuve dans ce monde de barg'!
Lorsque Barbas le traînait, il avait longtemps hésité. Au final, ces bestioles ne lui voulaient aucun mal. C'est seulement les ordres de leur chef, par rapport à son territoire, rien de plus. Francis n'avait donc pas de raison particulière de se débattre. Mais... il sentait que dans Dreamland, tout le monde avait la possibilité de devenir quelqu'un de grand, s'il savait saisir sa chance.
Il remonta donc les traces qu'il avait laissé sur le sol lorsqu'on le tirait. De cette manière, il était presque sur de retrouver le chemin que les zombies avaient suivit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 328
Date d'inscription : 06/07/2013
Age du personnage : 21

Voyageur Expérimenté
Dan Sorro
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 80
Renommée: 758
Honneur: -120
MessageSujet: Re: Poutrons du zombie! (PV Francis et Felix Lecomte) (Terminé) Mar 28 Jan 2014 - 20:50
Jouissif, du moins c’est le mot qui habitait son esprit, c’était le nom de cette sensation étrange qui en plus de lui faire du bien semblait lui apporter une assurance étrangère. Il ne put observer son allié agir de nouveau, trop occupé à scruter l’horizon qui n’était pas porteur de nouvelles bienveillante. Au contraire, quatre silhouettes à l’allure piteuses semblaient avancer dans leur direction.  En des circonstances normales, il se serait interrogé, laissant l’hésitation le forcer à peser le pour et le contre. Il aurait aimé s’interroger sur la provenance des créatures, se renseigner sur leurs intentions, le pourquoi de leurs présences. Mais cette nuit, c’était différent, ce soir il voulait du sang, il désirait se battre. Tant que l’adversaire était à sa portée, il désirait pouvoir l’affronter. Le bruit des os brisés part les griffes du voyageur ce tenant derrière lui, le ramenèrent à la réalité, il se tourna vers lui puis le regarda quelques instants. Loin d’exprimer du mépris où même de juger cet inconnu il se contenta de sourire, comme un gosse rencontrant un nouveau copain avec qui faire des sales coups :

-Salut, moi c’est Dan. Je ne sais pas ce que tu as prévu pour ce soir, mais sache que si tu restes avec moi, je ne peux que te promettre de l’action. J’ai une forte envie de démonter du zombi ce soir…

Il se mit à rire sans raison apparente, pris d’une innocente folie qui devait réellement le faire passer pour un con aux yeux de l’autre. Il n’osa pas réellement lui tendre la main, préférant attendre de voire à qui il avait réellement à faire. La poignée de main risquait au vue de la situation d’être surtout un échange de testostérones menant à un duel viril. Cette perspective bien qu’intéressante devait être remise à plus tard, ce soir les créatures allaient manger à la place des autres. D’ailleurs, ça faisait longtemps qu’il n’y avait plus pensé à ses cons.

Oui, cette bande d’abruti, soit trop jeunes, soit simplement trop banals pour être intéressant. C’est lorsque il se mettait à penser ce genre de chose que Dan s’effrayait, si il n’aimait pas une chose s’était l’orgueil. Du moins, il craignait ça avant de devenir un voyageur. Désormais, faire souffrir les autres, leur expliquer ce qu’ils étaient réellement et non simplement ce que Dan pensait qu’il puisse être était devenu un objectif si ce n’est une passion. Les dernières semaines qu’il avait passé dans la vie réelle lui avait montrée à quel point Dreamland changeait les gens, il s’était surprit à envoyer chier les autres avec plus d’aisance.

De nouveau un bruit désagréable l’arracha à ses pensées, la source de la gêne semblait être la voix de l’une des abominations s’étant approché d’eux. Le voyageur les observa plus attentivement, maintenant qu’ils étaient devant lui, le jeune homme visualisait un peu mieux l’ampleur du combat dans lequel ils allaient se jeter.  Les quatre zombies ne semblaient pas être là pour la décoration, encore moins pour supporter les excès d’un duo de voyageur à la con :

-Au nom du seigneur Chiron, vous êtes priez de quitter nos terres, les voyageurs ne sont pas les bienvenues ici ! Encore moins quand ils se permettent d’agresser d’innocents riverains chargés du maintien de l’ordre du royaume.

Dan ne répondit rien au début, s’interrogeant sur les circonstances qui avaient pu amener l’un des morts-vivants à se faire défoncer la moitié du crâne. Le spectacle en lui-même était assez dérangeant, mais il en avait vue d’autre. Lorsque les yeux du zombie ayant ouvert la bouche quittèrent ceux des deux voyageurs qu’il avait regardé tours à tours, quelque chose sembla changer. Ce n’était qu’une intuition, mais la sensation s’apparentait à un courant d’aire très froid. Un autre zombi ouvra alors la bouche, son ton était aussi énervant que son haleine :

-Ils sont coupable de meurtres, on ne va pas les laisser partir après ce qu’ils viennent de faire ! Je ne le supporterais pas, j’en ai marre de voire des riverains se faire déchirer pour rien ! Je veux bien croire que l’on puisse passer l’éponge pour l’autre microbe, mais ces deux là faut leur faire la peau. Fais chier à la fin, ces voyageurs ne respectent rien.

-Cela va à l’encontre de mes principes, me rabaisser à eux ne va vraiment pas nous valoriser. Mais je suis forcé d’admettre qu’ils sont allés trop loin cette fois.

-Bouffons-les, et empalons leurs dépouilles dans le district, histoire d’avertir les prochains !

-J’approuve l’idée, ainsi nous pourrons peut être déchargé l’avenir de quelques décès, ce soir nous allons faire de ces deux crétins des exemples pour les générations à venir.  Personne, ne ferra plus chier les habitants du Cimetière sans en payer les conséquences ils auront étés avertis!

Avant qu’un autre zombi ne puisse répondre quoi que ce soit, Dan se permit de leur jeter une épaisse pierre qui éclata le reste de crâne du zombi déjà blessé. A force de trop parlés ils avaient baissés leur garde, mais cela indiquait aussi la confiance qu’ils avaient en eux. Ils ne devaient pas être sous estimé. Le voyageur accorda un regard se voulant complice à l’inconnu, puis ramassa une nouvelle pierre. Un peu moins grosse que la précédente :

-Je prends le blessé et la grande gueule, tu te charges des deux autres ?

Le zombi au crâne littéralement ouvert hurlait de rage, hurlant des mots incompréhensibles, sa mâchoire étant fendue, il ne pouvait plus vraiment articuler, le zombie que l’on nommera désormais grande gueule, se jeta sur Dan sans plus de sommation. Il balaya d’un geste de la main la pierre qui fondait sur lui, puis asséna un formidable coup de poing dans l’abdomen du voyageur. Le souffle coupé, la victime ne put qu’hoqueter en roulant dans l’herbe desséchée. Son adversaire vraisemblablement décidé à en finir vite essaya d’écraser son crâne sous son talon. Plus par chance, que par réel réflexe combatif, le jeune homme esquiva le coup fatal en se repliant sur lui-même. Une fois qu le talon de la créature écrasa le sol, il  laissa son sang ne faire qu’un tour puis envoya sa jambe balayer celle du guerrier défunt. La créature onirique s’étala par terre, surprit par le regain d’énergie de son adversaire qui profita de ce moment de faiblesse pour se relever. Il recula de quelques pas, regardant à contre cœur le monstre se redresser lui aussi de manière méchanique.

Une fois debout Grande gueule secoua vivement sa jambe, comme si il cherchait à l’assouplir. Les deux adversaires se jaugeaient avec haine, tout deux venaient d’êtres piqués dans leur fierté. Le bref temps passé à s’évaluer permit au voyageur de reprendre contenance, sans céder à la colère il se mit en garde de boxe, puis  fondit sur le zombi. Les deux adversaires s’échangèrent mutuellement des coups, Dan parvint à atteindre Grande gueule à la mâchoire deux fois, tendis que ce dernier avait riposté en lui administrant un coup de tête dans le front. Sonné par la force physique du zombi, Dan tituba quelques secondes, mais ce fut plus que suffisant pour la créature onirique qui envoya son poing éclater l’arcade gauche du trouble fête.

Fermement décidé à en découdre, Dan surmonta la douleur, non pas grâce à la colère, mais par pure excès d’adrénaline. Il attrapa la chemise déchirée du monstre avec la main la plus proche, puis s’en servit pour accentuer la puissance de sa riposte. Il se servit de sa prise pour revenir à pleine vitesse sur Grande gueule, puis lui administra un terrible coup de poing en plein visage. La nuque de son adversaire alla même jusqu’à céder dans un sinistre craquement. Mais malgré l’horreur de la scène, Dan affichait un sourire dément, comme si le sang qui découlait de la plaie que venait de lui infliger son adversaire était un simple élément décoratif. Il laissa le bout de sa langue se délecter du liquide pourpre, puis se tourna vers le zombi qui était déjà sacrément amoché. Mais avant qu’il ne puisse à s’intéresser à qui que ce soit d’autre il sentit la main de Grande Gueule tenir fermement son épaule. Le voyageur se sentit pivoter malgré lui par la force de la créature, puis encaissa un nouveau coup venue de nulle part en pleine poire.  

Il recula péniblement en se tenant la joue droite, jurant plusieurs fois en titubant. Il essaya de rester debout, mais rien à faire, son corps lui commanda de se laisser tomber sur son postérieur. Une fois proche de ce sol desséché, il porta avec difficulté son regard trouble vers l’objet de ses ambitions. Grande Gueule comme le premier squelette qu’il avait combattu, redressa sa tête sur ses épaules, laissant un nouveau craquement agresser les oreilles du jeune novice. Ce dernier ce releva en soufflant, puis se mit de nouveau en garde, lançant un regard noir au zombi qu’il était fermement décidé à abattre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 328
Date d'inscription : 06/07/2013
Age du personnage : 21

Voyageur Expérimenté
Dan Sorro
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 80
Renommée: 758
Honneur: -120
MessageSujet: Re: Poutrons du zombie! (PV Francis et Felix Lecomte) (Terminé) Ven 20 Juin 2014 - 16:44
Grande Gueule semblait en avoir assez, il était évident que ce combat devait prendre fin dans l'instant même. Premièrement par ce qu'il était désormais seul son compagnon venait de se faire la mâle de X façons. Mais ce qui motivait à pleine balle les intentions du voyageur à l'égard du zombi, était l'idée même que la tronche de cette engeance puisse encore se tenir face à lui. Sans perdre d'avantage de temps en regard sombre, il fonça vers son adversaire, déterminé à le mettre au tapis reproduisant ce qu'on lui avait apprit lors de ses entraînements. Trois coups rapides pour l'obliger à se protéger, un coup de pied de côté porté dans l'épaule pour le forcer à s'incliner, puis réception de sa mâchoire décousue avec un crochet des plus simple. L’enchaînement bien que rudimentaire fut un succès, au moins jusqu'à ce que son adversaire ne parvienne à lui envoyer à son tour un coup dans le ventre, suivit par un étranglement des plus violent. Les deux mains osseuses de son agresseur se resserrèrent de plus en plus intensément autours de sa gorge. Mais loin de désirer lui laisser entrevoir l'ombre d'un espoir, Dan envoya son pied se fourrer dans le ventre du mort presque vivant, appliquant ses mains sur les coudes en putréfactions de grande gueule. Il exerça une forte pression sur les deux articulations, puis les colla l'une à l'autre en soulevant le tout. Le monstre tenta en vint d'articuler un jurons avant de se retrouver au sol, après un balayage exercé par le jeune voyageur.

Mais alors que le talon allant signé sa victoire était sur le point de s'abattre sur le reste de face de son ennemi, l'un de ses camarades non morts envoya son poing heurter le flanc gauche de Dan. Un troisième plongea sur lui, les pieds devant repoussant l'envahisseur quelques mètres plus loin tel un Rey Mysterio croisé Undertaker. Haletant le jeune homme ne trouva pas la force de retourner au casse pipe, malgré son malsain désir d'en découdre il se savait dans de sales draps. Le dernier zombi se jeta sur lui, avant qu'il ne puisse se redresser, frappant sans relâche le newbie qui dans un élan de panique se contenta de replier les bras sur son visage. Après deux où trois coups douloureux, Dan parvint à se saisir du poignet gauche de son adversaire, ce dernier ennuyé tenta de se défaire de cette désagréable prise, tout en utilisant son autre main pour écraser la face du sinistre profanateur contre le sol. Mais avant qu'il ne comprenne le but de la manœuvre, ses deux yeux se retrouvèrent agresser par deux doigts qui s'enfoncèrent sans retenue dans ses orifices gangrenés. Le mort vivant poussa un hurlement de rage en ramenant sa main contre son visage, parvenant à se défaire de la prise du Voyageur dans un mouvement de rage. La poisseuse main de la créature ne relâcha pas le visage de Dan pour son plus grand malheur. Ne prenant pas le temps de respirer, le téméraire égaré s'évertua à attraper deux doigts entre ses dents puis les compressa en tirant, continuant de se débattre comme un dément.

Un horrible bruit de craquement obligea le zombi à lâcher prise, habituellement ils étaient les créatures bouffant les autres. Cette inversion était un non sens, soudainement l’instinct du monstre lui commanda d'abréger le combat tant qu'il en était encore temps, mais trop tard. Aveugle et au demi tier manchot le monstre ne put contenir plus longtemps l'énervé qui après s'être de nouveau débattu repoussa le zombi plus loin en crachant ses deux doigts. Le goût de ce monstre était insipide, de nombreux spasmes intestinaux acculèrent le voyageur qui se relevait difficilement en crachant de part et d'autres. Les trois autres zombis assistèrent à la scène incrédule. Contrairement à leurs compères, ils avaient des cerveaux en état de marche. Ce à quoi ils venaient d’assister continuait de les surprendre. Sans même le savoir, Dan put profiter de se bref instant de remise ne question pour courir dans une direction complètement aléatoire. Ce n'est que quelques secondes après les premières foulées qu'il entendit les quatre compères gueuler après lui. Il suait à grosse gouttes sans parvenir à utiliser ses flammes, paniqué et complètement déboussolé le jeune homme se contentait de courir. Il lui fallait trouver une planque, un trou dans lequel se terrer où alors mieux! Il lui fallait compter sur sa bonne étoile, cette dernière lui avait plus d'une fois sauvée la mise en envoyant des voyageurs plus expérimentés le guider.

Une dizaine de minutes de course plus tard, après avoir semé ses adversaires le jeune voyageur s'accorda un moment de repos. Se laissant tomber dos contre un mur en ruine, il se contenta de continuer de cracher en se rappelant ce qu'il avait osé mettre dans sa bouche. Révulsé par sa propre bêtise, il eu un haut-le-cœur qui manqua de lui vider les entrailles. Son corps était en ébullitions, refroidissant avec lenteur ses idées restaient voilées par son désir de violence. Il avait encore une fois agit sans réfléchir, ce qui le rendait réellement dingue puis ce qu'il s'en savait capable. Mais dans le fond, il se savait être souvent l'esclave de ses pulsions. Enfin qu'importe, la Lune était toujours là, les environs restaient claire, du moins suffisamment pour qu'on puisse y distinguer des formes à plus de cent mètres. Bon, il n'y voyait pas grand chose personnellement, si ce n'est ce même fichu décor!

Le paradis des gotiques pseudo dépressif qui pensaient avoir trouvés toutes les réponses à leurs questions existentielles dans les albums puants de Marylin Manson. Certes il exagérait sûrement, mais merde sur l'instant même cette idée bien que préconçue lui semblait évidente. De plus, il ne voyait rien d'autre à blâmer, si ce n'est peut être cette étrange volatile au plumage noire. Son oeil émeraude scintillait au point que Dan ne pouvait réellement discerner ce que la créature regardait. Mais la réponse lui fut très rapidement révélée, l'oiseau inclina la tête en claquant du bec sautant de son perchoir pour atterrir aux pieds du voyageur. Se perchant sur le haut de sa chaussure l'animale croassa, fixant sans interruption l'amoché incertain. Essuyant machinalement sa lèvre avec le bout de son pouce, Dan n'osa pas chasser le corbeau, malgré la petite taille du volatile il lui semblait que ce dernier appartenait à cette race de piaf. Les yeux du newbi se plissèrent lentement, quand on observait la petite créature avec minutie on pouvait remarque qu'il lui manquait des bouts d'ailes et par obligation logique des plumes. Autre détail insignifiant, le bec de l'énergumène était sévèrement abîmé. Curieux de nature, le jeune home tendit son doigt dans l'espoir de voir l'oiseau s'envoler dessus, mais ce fut encore une piètre erreur. Ce qui semblait devenir son nouveau compagnon de nuit se contenta de lui becter le doigt, obligeant le voyageur à retiré sa main en jurant. C'est là qu'il cru pressentir quelque chose, l'air ambiant venait soudainement de devenir plus malsain.

Il tourna la tête de gauche à droite, scrutant les alentours sans se préoccuper d'avantage de sa frêle compagne nocturne, puis se figea littéralement en levant les yeux vers le ciel. Perché sur le haut du mur en ruine, une rangée de corbeaux attendait, perchés et silencieux ils regardaient tous le newbie se reposer. Quand soudainement, les choses s’éclaircirent de manière brutale. Le petit oiseau à moitié mort s'envola rejoindre ses camardes, puis tous commencèrent à battre des ailes en croassant. Certains prirent leur envole, s'élevant au dessus de la bâtisse en ruine, effectuant de grand cercles autours de Dan qui commençait à sentir l'inquiétude revenir au galop. Il se releva lentement en s'aidant du mur, puis commença à marcher, traversant un champ d'herbes lui caressant les genoux. Ses yeux allaient d'un endroit à l'autre, les corbeaux volants suivaient la direction que prenait le voyageur en continuant leurs chant funèbre, plus le temps passait, plus ces derniers semblaient se moquer de lui. Décidé à se débarrasser d'eux, Dan reprit sa course fermement résolut à semer les désagréables piafs. A force de brayer comme ça ils allaient lui ramener de la compagnie, s'était peut être même leur but en y repensant...non, ce n'était que des oiseaux!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 328
Date d'inscription : 06/07/2013
Age du personnage : 21

Voyageur Expérimenté
Dan Sorro
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 80
Renommée: 758
Honneur: -120
MessageSujet: Re: Poutrons du zombie! (PV Francis et Felix Lecomte) (Terminé) Sam 21 Juin 2014 - 16:07
Ils couraient encore et toujours, déterminés à faire payer l'impudente petite bouse s'étant permit de leur chier dessus. Qu'on le veuille où non, bien qu'il ne soit plus qu'à moitié mort sans être presque vivants, ces quatre zombards n'avaient pas l'intention de revenir au prêt des leur sans avoir accomplit leur devoir. Justifiant ainsi leur profonde envie de pouvoir se venger. La première rencontre fut dès plus chaotique, ils ne s'étaient pas organisés avant, pensant encore moins tomber sur une bande aussi individualiste et ingérable. Aucun des voyageurs qu'on leur avait chargé de traquer ne semblait avoir essayé de se rejoindre, tous s'étaient soit échappés, soit fait attraper.  Une belle bande de trous de balles, voilà comment les natifs du cimetière percevait ce groupe de dégénérés. Non mais sans blagues, pourquoi étaient-ils venue ? En moins d'une heure ils avaient abattu un groupe de résidents squelettiques, s'étaient amusés à se mesurer à leur escouade tout ça pour finalement se barrer dans tout les sens en abandonnant le combat? Grande Gueule commençait à devenir dingue, il ne cessait de balbutier des choses incompréhensibles tout en balayant l'air d'un bras vengeur. Paul lui se contentait de suivre le reste de son groupe, les yeux crevés et ses doigts en moins dans la poche, il se laissait tirer par son équipier en se lamentant dès qu'il trébuchait sur quelque chose:

-Bordel, mais on est où là maintenant? On ne l'a toujours pas rattrapé ?

-Wuug woooh rouku.

-Putain, John, Paul, fermez là! Si vous ne vous étiez pas fait amocher comme ça on l'aurait sûrement déjà rattrapé!

-C'est limite triste quand même ce qui arrive à John, lui qui était fier d'être l'un des riverain du cimetière s'exprimant le mieux... avoir la mâchoire défoncée à ce point c'est vraiment pas cool.

-Ca ne l'empêche pas de nous les briser pour autant, meilleurs à brasser du vent qu'autre chose si vous voulez mon avis.

-Qooouey?!

Indigné John, allias Grande Geule, stoppa sa course immédiatement. Il se retourna vivement en administrant un violent coup de poing dans le coin du nez de son insolent compère. Se dernier s'effondra sans plaintes, réceptionnant au sol le zombi au souci buccale. Ils luttèrent un bon moment, sous les yeux amusés de Ringo qui soucieux de partager son euphorie, décrivit la scène à Paul, qui encore une fois ne put s'empêcher de se lamenter sur l'état de ses yeux. Repensant d'ailleurs à ses derniers, il se rappela soudainement quel était le but de leur excursion, il motiva Ringo en tapant sur son épaule, puis tout deux séparèrent leurs confrères à l'aide de puissant coup de savates. Une fois le calme de retour, les deux énergumènes se relevèrent, sale et couvert de peau morte. Tout deux échangèrent une poignée de main factice, signant là une simple trêve le temps qu'ils retrouvent leur véritable ennemi. George, s'essuya les lèvres d'un revers de la main, puis arqua un sourcil en tournant les yeux vers le ciel. Son doigt se leva puis sa voix raisonna:

-Hé, regardez ça! déclara t'il en administrant une claque amicale dans le dos de Paul.

-Va chier...

-Je les vois ouais, mais on ne sait jamais si c'est nous où les voyageurs qu'ils veulent piéger.

-Qui ça ?

-Leh gorboeuuh

-Les corbeaux?

-Sérieux comment t'as compris ça ?

-On a plus le temps, c'est nôtre dernière piste, magnions nous et voyons ce que ces portes malheurs ambulant nous réservent.

Le quatuor se remit alors à courir, suivant les oiseaux de mauvais augures qui ravis continuaient de voler au dessus de Dan. Ce dernier avait depuis longtemps maintenant abandonné l'idée de les semer. Ils ne s'arrêtaient jamais si ce n'est pour crier plus fort, ils ne pouvaient pas avoir des morts-vivants à la fatigue, cela devenait une certitude. Et même quand il pensait pouvoir masquer sa présence à leurs yeux vermeille, ces petits salops s'amusaient à plonger bec en avant sur lui. Détail que nous venons d'omettre, les vêtements du voyageurs étaient en lambeaux, de la tête aux pieds de fines et peu profondes plaies recouvraient son corps. Ils n'avaient cessés de le harceler, sans relâche et sans honte ils balayaient les espoirs où les instants de tranquillités auquel le voyageur essayait de s'accrocher. Ce royaume ne voulait pas de lui, même la faune désiraient le voir souffrir. Il avait cavalé sur une plaine aux longues herbes calcinées, à chaque pas effectués un faible nuage de fumée s'envolait  décorer son pantalon. Les environs semblaient étrangement changer, plus il avançait plus les alentours lui semblaient sauvage, comme si même les riverains de ce royaume évitaient cette zone. L'idée lui paru étrange jusqu'à ce qu'il remarque un mur semblable à celui qu'il avait abandonné un peu plus tôt. D'un blanc osseux, il servait de perchoir aux corbeaux qui rivaient leurs regards pervers sur la potentielle carcasse que représentait Dan. Se dernier exaspéré par cette horde d'emplumés leva son majeur tendu bien haut, puis continua d'avancer, passant entre l'une des fentes du mur abandonné.

Les volatiles piaillèrent de plus belle, entrant dans un concert aussi sinistre que funèbre. Tous désormais volaient en cercle au dessus de lui, continuant de hurler, effritant la volonté du voyageur à chaque coup d'ailles et de becs. Essayant de rester fort, le jeune homme se contenta de soupirer en avançant, fermement résolu à échapper à ce royaume de fou il ne se rendit pas compte que les murs commençaient à bouger. Encore moins quand il entendit beugler quatre zombis qu'il connaissait bien au loin, ils n'avaient finalement pas abandonnés leur poursuite, au contraire ils semblaient réellement vouloir lui faire la peau. Une fine perle salée coula le long de sa tempe, passant sur la plaie décorant sa joue, ce qui lui arracha une mimique peu jouasse. Ses jambes se délièrent finalement, il n'avait pas l'avantage de la force, ni celle du nombre, mieux valait continuer de courir en espérant pouvoir se réveiller d'ici sous peu.

Mais dès que Dan commençait à s'éloigner, le mur blanc sembla prendre un peu plus d'ampleur. La terre commença à remuer dangereusement sous les pieds du voyageur. N'écoutant que son instinct qui lui hurlait de se casser, il s'échappa en faisant de long bons, espérant ainsi gagner plus de terrain plus rapidement. En moins de temps qu'il ne lui fallut pour comprendre à quel point ces corbeaux étaient des enfoirés, une carcasse osseuse de pachyderme se dressa fièrement en hurlant. Battant des pattes comme un forcené il chassa d'abord les corbeaux en secouant sa carcasse. Dan n'en revenait pas, il n'imaginait pas un jour croisé une créature aussi flippante, car oui sans sa trompe et avec la mâchoire dénuée de chaire, on avait vraiment l'impression que cette créature souriait de manière sadique. Ses défenses étaient suffisamment longues pour rappeler les éléphants africains, les longues oreilles et la trompes en moins. Les corbeaux reprirent leurs cirque funèbre, dansant dans le ciel autours des six protagonistes qu'ils avaient réunis ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 328
Date d'inscription : 06/07/2013
Age du personnage : 21

Voyageur Expérimenté
Dan Sorro
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 80
Renommée: 758
Honneur: -120
MessageSujet: Re: Poutrons du zombie! (PV Francis et Felix Lecomte) (Terminé) Sam 21 Juin 2014 - 19:29
La bataille se déroulait sous un ciel parsemés de plumes noirs, le vacarme de l'affrontement raisonnaient en coeur avec les croassements déments des sournois volatiles. Alors que la dépouille réveillé de l'éléphant chargeait les zombis, un seul de ces derniers ne put voir le coup venir. Se contentant de supplier Ringo de lui décrire la scène, ce dernier n'eu comme réponse qu'un flot de jurons incessant, avant de retrouver empaler au bout de la défense gauche du pachyderme. Hurlant à la mort tel un dément, Paul continuait d'implorer ses camarades, désireux de savoir comment il allait mourir une fois de plus. John sourd à toute les pleurnicheries de son compagnon,  préféra rattraper l'ignoble salop responsable de la situation. Dan quant à lui ne s'était pas fait prié et avait préféré reprendre sa course, s'engouffrant dans un chemin cerné par deux épaisses montagnes à la végétations toujours aussi douteuses et mortifère. Ringo lui soucieux de venir en aide à son ami se massa la partie fracturée de son crâne, remuant du bout de ses doigts putréfiés l'informe masse grise dépassant de la fracture infligée quelques heures plus tôt par l'un des prétentieux voyageur qu'ils avaient croisés. George n'aimant pas perdre du temps, lui s'était faufilé entre les pattes du monstre, puis avait entamé une escalade des plus laborieuse en s’agrippant à l'ossature de sa cage thoracique.

Alors que le combat faisait rage, le voyageur qui était arrivé avec les plus primaires intentions sentait soudainement la fin de sa pathétique carrière Dreamlandienne arriver à grand pas. La fatigue pesait de plus en plus lourdement sur ses jambes, accentuant la douleur générés par les blessures des serres et becs de ses amis volatiles. Le chemin en lui même était en réalité une grande montée parsemée de branches morts et de cailloux aux formes étranges. Il était désormais fortement envisageable que cela soit des membres osseux appartenant aux créatures peuplant ce royaume maudit, alors c'est avec une grande habileté que Dan s'évertua à sauter entre et au dessus d'eux pour limiter son cota profanation. Il s'était résigné, il en avait assez chier pour ce soir bien qu'il sache pertinemment l'avoir amplement mérité. Forcé de constater à quel point son comportement avait été puéril, il s'était permit de prendre Dreamland comme un jeu en considérant ses habitants comme des objectifs. Son crime était sur l'ordre de son estime personnel impardonnable. Puis, comment voulez-vous ne pas croire au carma lorsque tout les gens pouvant potentiellement vous aidez disparaisse soudainement comme par magie? Vous laissant seul face aux innombrables dangers qu'un destin pervers et vicelard avait lui même concocté.

Bref, ses semelles souillées par la terre desséchée de ce royaume venaient de le traîner vers ce qu'il pressentait depuis le début. La fin de sa route n'était rien d'autre qu'un vaste gouffre dont le fond était remplis de cadavres en tout genre, inutile d'approfondir la description de la scène se déroulant sous les yeux vidés de l'énergumène. Cet endroit était l'enfer de toute créatures tenant à la vie et parallèlement le paradis des corbeaux. Lui qui pensait en avoir vue beaucoup, pouvait désormais l'affirmer haut et fort. Ils y en avaient trop, aucun bout d'os en bas de se précipice n'était épargné. Les emplumés étaient maître te souverains de cette zone, quoi qu'elle puisse être, rien ni personne ne semblait avoir le pouvoir de les déranger. Contrairement à la horde qui l'avait suivit jusqu'ici, les volatiles siégeant en bas étaient calmes, leurs yeux comme éteint, ce qui amplifiaient le sentiment de malaise s'emparant du jeune homme. Déglutissant avec difficulté il se retourna tranquillement pour finalement voir arriver haletant l'enfoiré de zombi défiguré. Son regard était haineux, sa langue se balançait d'un bout à l'autre de ce qui restait de sa bouche. Il semblait enfin avoir arraché la partie inférieure de sa mâchoire, ainsi les choses devaient être plus faciles pour lui.

Inexpressif mais déterminé à ne pas se laisser abattre, Dan se mit en garde en fondant sur le zombi. Ils n'avaient rien à ce dire, tout deux voulaient depuis le début la peau de l'autre et c'est la seule chose qui comptait. John poussa une sorte de hurlement inhumain avant de charger son adversaire. La créature des rêves ne put éviter un violent coup de coude heurtant sa tempe, alors que Dan se recevait un coup de mâchoire inférieure en pleine face. Les dents du zombi semblait suffisamment pointue pour rester plantées un bref instant sur le visage lacérés de Dan qui reçut comme félicitation un brave coup de genou dans le ventre avant de se retrouver projeter vers le précipice. Alors qu'il roulait prêt du fameux bord, la mâchoire du zombie se décrocha de son visage, laissant dans sa chute de désagréable traînées de sang compléter celles des corbeaux. Le voyageur commençait à ne plus rien ressentir, la douleur, la peur, la fatigue rien ne semblait pouvoir l'atteindre lorsque il sentit ses flammes se déverser le long de ses veines. Étreignant son coeur avec suffisamment d’engouement pour le pousser à réagir. Alors que John pensait administrer le dernier coup de pied, gloussant de manière abjecte, le petit fouteur de merde laissa ses flammes l'enrober. Évitant la jambe du zombi dans un saut derage, il plongea sur ce qui venait de devenir son ennemi juré. Les deux énergumènes s'éloignèrent dans un joli roulé boulet, échangeant avec une haine réciproque des coups atteignant des stades de violences et de fourberies toujours plus impressionnant.

Pendant que certains se livraient corps et âme pour celui en possédant une dans un ultime duel, le reste de la compagnie de dératisation du cimetière parvenait enfin à reprendre le contrôle de la situation. Paul continuait de se lamenter confortablement empalé sur la froide défense du pachyderme, Ringo lui gisait sur le crâne fendus du monstre qui se tenait toujours debout, immobile et fier à l'entrée du col qu'avait emprunté leur confrère. George lui, reposait tant bien que mal tel un vacancier dans son hamac parmi les côtes de l'éléphant. Les corbeaux s'étaient en allés dégoûtés par le dénouement du combat voir ce qu'il en était pour les deux autres:

-Bon, je ne sais pas combien de temps je vais parvenir à le contrôler alors tenez-vous bien ça va secouez!

-On fait quoi de ton corps en attendant ?

-C'est bon les mecs, je crois qu'il a eu son compte!

-T'inquiètes Paul m'a donné une idée.

-Ah bon? Et où est passé John ça fait longtemps que je ne l'ai pas entendu.

-Il nous a laissé tomber, il a préféré aller s'occuper du voyageur seul.

-Ah merde! Faut se... Arghmoublfkij...

Alors qu'il tentait en de se rassurer en communiquant, une violente secousse l'obligea à se mordre la langue. Ringo venait de projeter son corps dans les airs pour s'empaler au bout de la défense droite du pachyderme en sa possession. En effet, ce zombi avait la particularité de pouvoir échanger de corps, en transmettant son cerveau dans le réceptacle désiré. C'est ainsi qu'il avait réussit à introduire le cerveau de Ringo dans l'épaisse boîte crânienne vide du monstre:

-Désolé, j'aimerais faire au plus vite on est un peu à l'étroit là dedans.

C'est sur ces belles paroles, que le trio temporaire partit à la recherche de leur compagnon, accompagnée par une sérénade de gémissements délivrée par Paul. Au même moment, les deux lutteurs se jaugeaient une énième fois du regard, Dan tenait le bras droit de John dans sa main gauche, s'en servant comme d'une massue pour rouer de coup l'increvable zombi. Ce dernier lui avait réussit à emporter après un formidable crochet plusieurs dents du sinistre voyageur lui faisant face. Le combat était horrible, aucun des deux ne faisaient de cadeau à l'autre, leurs odeurs respectives de sang, de transpirations et de chaire en décompositions s’entremêlaient faisant naître un cocktail de saveur olfactives odieux. John avait perdu son bras après l'avoir bêtement laissés brisé contre un rocher blanc ivoire, le voyageur encore plus fourbe qu'une fouine en avait profité pour concentrer la majorité de ses coups sur l'articulation déchirée, amenant ainsi la perte de son membre chéri. Se lançant dans ce qu'ils espéraient mutuellement être l'échange finale, les coups fusèrent de nouveau. Dan fracassa le membre usurpé au zombi contre son crâne, John tomba à genoux. Alors qu'une occasion pareille se présentait, le berserker senti quelque chose s'enfoncer dans sa cuisse gauche, les dents de la mâchoire supérieur du zombi étaient-elles aussi extrêmement pointues. Le voyageur se contenta de lâcher le bras massue du non mort, puis abattit une pluie de coup sur le crâne découvert de son adversaire. Enfonçant inconsciemment à chaque attaque, plus profondément encore les dents de son adversaire dans sa jambe meurtrie.

Ringo avait enfin non sans peine, rejoint les duellistes, découvrant avec tristesse le corps encore vivant du voyageur qui rampait vers le précipice. Quelques mètres plus loin, le corps inerte de John révélait un crâne écrasée et son cerveau semblait lui même avoir été réduit en bouillie ce qui ne pouvait plus signifier qu'une chose. Leur ami venait de rendre l'âme, définitivement, pas de cerveau, pas de possibilité de le ramener un jour à la vie. Un lourd silence s'installa alors que George descendait de la dépouille du pachyderme, ne réalisant pas encore ce qu'il se passait:

-Et les mecs, pourquoi ce silence d'un coup? John t'es là! John whouhou!

-Laisses tomber Paul...

-Hein?

-Il s'est fait tuer.

-Ahaha, alors je savais que vous aviez un humour de merde mais là vous allez un peu loin!

-Enfoiré!

-Qui ça ?

-Lui.

-La sinistre merde qui rampe à nos pieds à tué John! Merde John! On devait monter un groupe de rock ensemble!

-Calmes-toi Ringo sinon tu vas...

-C'est bon, il nous suffit de récupérer son cerveau et puis...

-Tu as de quoi récupérer de la pulpes?

-Butez-le!

-Attends.

Ringo fout de rage chargea, repoussant George qui était sur son passage. Dans ébahit par la scène qui se déroulait sous ses yeux se sentit un bref moment honteux, il était même résolut à se laisser écraser. Il ne méritait pas de vivre des aventures dans Dreamland, il était la faute, l'erreur ayant généré tout ce drame. Alors à quoi bon vivre, si à côté de ça il devait générer un nombre incalculables de situations aussi dégoûtante ? Il voulait devenir un héro, acquérir en force et en puissance pour venir en aide aux autres. Comme beaucoup de gens, Dan cherchait la reconnaissance. Mais la seule chose qu'il venait de récolter cette nuit, fut un tas d'emmerdes, ainsi qu'une haine justifiée de lui même. Alors que l'imposante patte de la créature parasitée allait s'abattre sur lui, le sol céda sous leurs corps, laissant un vide terrifiant les attirer dans une chute qui semblait les amener à leurs fins. Dan atrapa machinalement l'une des défenses de la bête, s'accrochant à elle avant de laisser la peur paralyser son corps. De fines flammes bleues l'enrobèrent, formant une protection opaque et externe longeant l'intégralité de sa colonne vertébrale, ainsi que plusieurs côtes.

Une fois arrivée en bas, l'éléphant non vivant se planta littéralement dans le sol sableux de ce qui ressemblait à un cimetières pour animaux. Le reste de la carcasse se brisa de part et d'autre, dégageant un voile de fumée enrobant les trois victimes de la chute, sans compter le défunt pachyderme d'os. Dan avait atterit quelques mètres plus loin, il rampait parmi les débris d'os et la poussière à la texture de cendres. Paul avait finalement réussit à se libérer, titubant maladroitement avec un trou béant décorant son ventre, il hurlait le nom de ses amis en leur demandant où ils étaient. Le voyageur considérant en avoir assez fait, se contenta de poursuivre sa route, se redressant lentement en profitant de l'écran de fumée pour aller s'abriter plus loin. George lui était devenue l'invité surprise, silencieux et froid comme à son habitude il marchait sur es traces du voyageur les poings serrés, le regard mauvais il préférait ne pas encore répondre aux cris de son amis. Ringo lui était simplement incapable de faire quoi que ce soit, si ce n'est essayer de calmer Paul:

-Paul, je suis là! Écoutes, je vais te guider, vient prendre mon cerveau et ramène le à mon corps vite. Il ne faut pas qu'il s'échappe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 328
Date d'inscription : 06/07/2013
Age du personnage : 21

Voyageur Expérimenté
Dan Sorro
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 80
Renommée: 758
Honneur: -120
MessageSujet: Re: Poutrons du zombie! (PV Francis et Felix Lecomte) (Terminé) Dim 22 Juin 2014 - 17:35
Il n'en pouvait plus, ses forces l'abandonnaient petit à petit, la jambe ayant essuyé l'attaque du zombi refusait de le porter. Le voyageur était condamné à ramper, se rapprochant de la poussière de ses prédécesseurs. Il sentait la fin se rapprocher à chaque instant, suant comme un porc, se traînant comme un serpent, un sentiment de haine continue lui tenait les tripes, l'empêchant d'abandonner. La chute en elle même aurait pu être bien plus dévastatrice, si il ne s'était accrocher aussi fermement à la défense du vaste squelette désormais démembrés il aurait put s'en sortir avec beaucoup moins de chance. Le choc en plus de l'avoir déboussolé lui avait retourné l'estomac, il se souvenait avoir bouffé une quantité de sable gris important, avant de finalement réussir à traîner sa carcasse jusqu'au massif crâne d'une créature incongrue. Après un effort aux limites du pathétique il parvint à s'adosser contre, restant assis dans ce maudit sable gris. Reprendre son souffle n'était pas gagné, il en avait beaucoup trop chié pour simplement réussir à faire quoi que ce soit de constructif. Ses idées n'étaient plus qu'une mélasse informe et douloureuse lui retournant le crâne, d'ailleurs son estomac ne tarda pas à lui jouer des tours. En moins de temps qu'il n'eu fallut pour se plaindre, une bile amère s'écoula, peignant la manche de son T-shirt en s'étalant dans le sable avec le manque de raffinement le plus primaire. Le visage recouvert de sable, couplés à une quantité de sang séchés l'empêchait de respirer convenablement, lui arrachant une quinte de toux des plus grossière. Coupé dans son relâchement de fluide gastrique, il maqua de s'étouffer avant de sentir une faible prise serrer son épaule amochée. Les yeux privés de toutes volontés allèrent à la rencontre du regard malin d'un corbeau, d'ailleurs s'était LE corbeau. Ce petit volatil qui s'était présenté quelques heures plus tôt sur le bout de son pied revenait le voir dans une situation encore plus éprouvante que la dernière fois. Le volatile eu au moins le mérite d'arracher un sourire à Dan, certes un sourire blasé mais ça comptait quand même!

George était un bon combattant, ses nombreuses excursions avaient toujours étés accompagnée de plusieurs exploits en tout genre. Accompagné par ses fidèles compagnons, Ringo, Paul et John ces derniers ne l'avaient jamais abandonné. D'ailleurs, c'était là un sérieux problème lui qui depuis toujours, redoutait cette journée. Ce jour où le destin lui arracherait un ami. Il n'avait jamais réussit à se sortir cette maudite idée de la tête, c'est ce qu'il avait apprit à craindre. Au fur et à mesure, bien qu'il tente vainement à chaque fois de les envoyer tout les trois chier, il s'était attaché à ces gueules de foutres. Tous avaient leurs particularités, leur humour et leurs convictions. Ils avaient vécu trop de truc ensemble pour que la disparition si brutale de John le laisse de marbre, lui qui voulait jouer les durs pour rassurer les autres. Profitait de fin écran de poussière soulevée par la chute pour pleurer. Des larmes grisâtre qu'il ne pouvait contenir, il repensait encore à la façon dont il avait traité John ces dernières heures et s'en voulait terriblement. Merde, comment allait-il faire pour vivre avec ? Les excursions, qu'elles soient punitives où non n'allaient plus jamais être pareille sans lui. Son petit cœur de zombi saignait, une seule chose alimentait ses pas, un seul désir aussi infâme et dangereux soit-il. La vengeance, certes ça ne ramènerait jamais son compagnon, mais ce dernier ne pourrait reposer en paix si ce voyageur ne disparaissait pas de la surface de Dreamland. D'ailleurs, il l'avait enfin retrouvé, l'impudente vermine portait sur son épaule l'un des messagers du malheur qui avait aussi participé à la disparition de son ami. D'ailleurs, n'était-ce pas un putain de sourire qu'il voyait se dessiner sur les lèvres de cet enfoiré ?!

Sans prévenir son pied alla éclater le volatile contre l'épaisse surface osseuse de la créature inconnue, écrasant ainsi la petite bête à plume qui s'éteignit définitivement dans un râle douloureux. Dan reçut quelques organes qui allèrent compléter la morbide œuvre d'art qu'était devenu son visage. Son sourire s'évanouit dans l'instant même, le sable venait de retrouver son calme, un silence pesant et froid venait de s’installer alors que le zombi soulevait le voyageur, tenant son crâne entre ses puissantes mains. Haineux, ce dernier râlait ouvertement, affirmant sa prise secondes après secondes il voulait l'entendre souffrir, il voulait qu'il sente son crâne rétrécir peu à peu jusqu'à ce qu'il l'entende céder. Il voulait voir ses yeux exorbités bondirent dans tout les sens, il voulait sentir la mort dévorer l'âme de cet enculé sous ses yeux. Dan tentait tant bien que mal d'appliquer sa technique favorite, mes les coudes de ce monstre refusait de bouger, il était trop fort et le berserker avait déjà donné tout ce qu'il avait contre John. Mais pourquoi n'arrivait-il pas à ce résigné? Pourquoi essayait-il encore de lutter, lui qui méritait ce châtiment après avoir tant fait souffert ce groupe? Il se souvenait de ce qu'il avait hurlé dans le royaume de Weedland, il voulait briller. Se soulever devenir quelqu'un! Mais Dremaland n'était qu'un monde de rêves, aux illusions simplement mieux élaborées. Peut être, que se contenter de vouloir briller était en soit un crime contre l'intelligence régnant en ce monde. Vous vous rappelez du grand moment de calme pesant ? Et bien oubliez-le, mesdames et messieurs, les corbeaux!

Au moment où le minuscule petit piaf se retrouva éclater aux côtés du jeune voyageur un peu débile, touts les oiseaux endormit sortirent de leur stase. Une centaine de petit yeux rouges commencèrent à scintiller de par et d'autres de la vallée, tous rivés sur les deux combattants. Il y eu un croassement, puis un autre, puis encore un autre et soudain tous s'envolèrent furieux. Piaillant à vous en percer les oreilles, George resta sourd à cet avertissement, se contenant de pleurer d'avantage sous les yeux mi clos de Dan qui tentait vainement de le frapper avec sa jambe valide. Un nuage furieux s'abattit sur eux, l'action dura prêt d'une minute où tout le monde put entendre hurler George alors que Dan sombrait petit à petit dans l'inconscience. Les bras crispés du zombi restèrent accrocher, avec moins de force il faut l'admettre sur le visage ensanglanté du voyageur. George quant à lui rendait à son tour l'âme, s'écroulant sur le dos un simple corps dénué de crâne et de bras. Les volatiles s'en allèrent alors retrouver leur perchoirs respectif, fermant lentement les yeux un à un. Les corbeaux qui dormaient ici se démarqué de ceux les ayants amenés de par leurs corpulences, leurs tailles et leurs comportements. Ils semblaient beaucoup moins taquins et bien plus dangereux que les autres, leurs décisions étaient irrévocables et instantanées.

Un seul corbeau était resté aux côtés de Dan, un seul et énorme volatile qui lui semblait vraiment à part. Bien que le voyageur ne puisse le discerner convenablement, cet oiseau là avec deux paires de yeux, ainsi qu'un crane chauve et osseux. Ses plumes aussi sombres que la nuit lui donnaient des airs de barons, contrairement à ses pairs aucune imperfection ne venait gâcher sa robe. Il croassa une fois, puis planta son bec dans le crâne du voyageur, lui arrachant un hurlement de douleur avant que ce dernier ne disparaisse, ne laissant derrière lui qu'un commun petit nuage de fumée. Au même instant, Ringo avec Paul sur le dos qui continuait de se lamenter en réclamant une description poussées et approfondie de l’environnement, arrivèrent. Vraisemblablement énervés la colère de Ringo éclata d'avantage, consumant sa raison en un instant. Paul sans même le voir comprit immédiatement:

-Non...

-Putain de merde, pas George ...

-Faut retrouver ce fils de pute, on rentre à la maison, on te répare et on va traquer cet enfoiré!


Un ricanement froid et malin coupa les deux zombis dans leur conversation, cherchant d'abord du regard le voyageur, Ringo laissa Paul tomber sur le cul se préparant à en découdre. Mais très vite ses yeux tombèrent dans ceux du volatil se tenant devant eux. Quelque chose malsain, voir presque d'effrayant de dégageait de cet animale sans que Ringo ne puisse mettre concrètement le doigt dessus:

-On va mourir ? demanda Paul en déglutissant.

-Je ne sais pas.

-Allons, détendez-vous. Il s'est réveillé. déclara t'il en ricanant.

-Qu'est-ce qui te fais marrer ?

-Pas grand chose, j'imagine simplement la tête de mon maître quand je lui expliquerais que ses plus insignifiants sous fifres se permettent de me tutoyer. Surtout après s'être littéralement fait balader par un voyageur de seconde zone. M'enfin, vôtre ignorance me flatte moi qui aime me faire discret.

Ringo sentait l'angoisse monter, ses doigts se rétractaient péniblement alors que la gorge du zombi semblait s'assécher mot après mot. Ce corbeau n'était pas n'importe qui, même lui parvenait à sentir l'important pouvoir qui se dégageait de cet être. Ses yeux quittèrent rapidement le regard insistant du volatile, puis surveillèrent la dépouille de George. Vint alors une question qui lui glaça le sang:

-Pourquoi vous ne l'avez pas aidé ? N'êtes vous pas de nôtre côté ?

Le corbeau sembla bien s'amuser, laissant un étrange rire entre coupé par des croassements insupportable éclater sous le nez de Ringo. Abasourdit, ce dernier se contenta de regarder Paul qui ne bougeait plus, croisant simplement les bras et les jambes en patientant puis ce que personne ne semblait s'intéresser à lui pour le quart d'heure:

-Les corbeaux sont du côté du Seigneur Chiron, pas du vôtre répugnant zombi. Mais, je salut ton désir de revanche, j'aime ça chez les créatures... plus où moins vivantes, je témoignerais en ta faveur et demanderait à nôtre seigneur d'accepter de te laisser partir en opération. Je lui amènerais la chose de manière plaisante ne vous en faîtes pas...

-C'est bien ce qui m'inquiète... déclenchant une nouvelle crise de rire chez l'emplumé, qui s'envolait.

-Dan Sorro, tel est le nom de celui qui a chié sur vos existences! Voit cela comme un cadeau pour m'avoir fait rire.

L'oiseau s'envola puis disparut après quelques minutes derrière le flanc de l'une des montagnes. Épuisé par le déroulement chaotique de cette journée, Ringo se contenta d'enterrer les restes de George et de John avec l'aide inutile de Paul. Tout deux restèrent un moment en haut de la falaise où reposaient désormais leurs défunts amis. Ringo versa de chaudes larmes, laissant Paul muet et déconcerté par les éléments qu'on lui rapportait. Espérant toujours profondément que ses trois compagnons lui faisaient une simple blague:

-Tu pleures ?

-Non, t'occupes!

-On y va ?

-Encore une minute s'il te plais.

-Tu m'as déjà dis ça tout à l'heure, je suis aveugle pas sourd.

-Ta raison, allé mon pote on va te rafistoler!

-Ouais, à demain les gars!

Déclara-t-il en saluant hasardeusement le lieu où il pensait trouver les tombes. Ringo, dû le réorienter en le tenant par les épaules, voulant par là s'assurer que ses amis le prennent bien pour eux de l'autre côté. Puis c'est les yeux vidés de toutes larmes, qu'ils rentèrent bras dessus bras dessous chez eux, un amère gout de revanche torturant leurs langues desséchés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Poutrons du zombie! (PV Francis et Felix Lecomte) (Terminé) Aujourd'hui à 19:12
Revenir en haut Aller en bas

Poutrons du zombie! (PV Francis et Felix Lecomte) (Terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Cimetière de Dreamland-