Haut
Bas

Partagez|

Irruption de dégénérés à kazinopolis (Tous)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Messages : 327
Date d'inscription : 06/07/2013
Age du personnage : 21

Voyageur Expérimenté
Dan Sorro
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 80
Renommée: 758
Honneur: -120
MessageSujet: Irruption de dégénérés à kazinopolis (Tous) Sam 4 Jan 2014 - 1:20
Dan se laissait aller depuis quelques minutes dans cette vaste ville, où l'avarice de ses congénères humains se moquaient des lois de la décence en jouant avec l’éphémère et la luxure. bref trois bonnes copines qui s'étaient retrouvées pour former un joyeux cocktail explosif. Un sourire indescriptible s'était dessiné sur son visage de jeune pommé, il portait une tenue à la fois simple mais confortable. un jean large avec une ceinture bien serrée recouvert par un simple pull à capuche noir sans manches. Des pièces dorées pleuvaient par milliers si ce n'est plus, noyant les profanes sous des tonnes et des tonnes de monnaies. Le jeune voyageur avant de commencer à jouer lui s'était simplement contenté d'observer, cherchant à comprendre ce qui l'entourait. En soit c'était une réaction purement normale, c'est les autres qui faisaient tâche à courir avec des sous qu'ils ne pourront jamais employer à rien d'autre qu'à leur propre perte de temps. Bref, le système de cette ville était plutôt bien organisé.

Le jeune voyageur s'était égaré, il se retrouvait en face d'un gigantesque casinos brillant de mille feux, les portes se tenaient au dessus d'un long escalier que Dan avait réellement la flemme de graver.Mais que voulez-vous, au milieu de cette foule d'inconnus il n'était personne, donc pas évident de se créer des occupations. Le seul moyen de se divertir ce soir semblait d'explorer. Une fois les marches d'ivoires montées deux énormes colosses le fusillèrent du regard, ils l'étudiaient et le décortiquaient des yeux ce qui laissa une impression de malaise s'installer très facilement. beaucoup de gens lui passèrent devant, impatient de pouvoir dilapider leur fortune fraîchement gagnée. Il avança lentement enfonçant ses mains dans le fonds de ses poches, supportant le regard des molosses sans oser leur répondre. Il ne savait pas très bien ce qu'ils pouvaient lui vouloir, essayant de se réconforter en pensant qu'ils n'étaient en rien méchant, ils faisaient simplement leur travaille. Ils veillaient à la sécurité du casinos, se méfiaient des gens ayant une tête ne leur revenant pas, c'était pour le bien commun n'est-ce pas?

Bref, une fois à l’intérieure du somptueux casinos, la richesse et l'agitation habitant l'endroit lui administra une baffe qu'il n'était pas prêt d'oublier. Des statues en or où en bronze partout, des fontaines interminables, sans parler des lustres qui éclairent avec élégance et efficacité le long couloir qui menait à la vaste salle de jeux d'où on pouvait entendre déjà tout les rires euphoriques des clients. Se déplacer à l’intérieur d'un bâtiment aussi imposant était difficile, les yeux du pauvre perdu qu'il était ne savaient plus où regarder, tellement les choses étaient pétantes. Le sol était recouvert d'un tapis rouge pourpre sur lequel était répandue des tas de pièces que les rêveurs ramassaient sans cesse, dès que l'une d'entre elle était extirpée du sol, une autre apparaissait comme par magie. Un système intéressant, permettant aux joueurs de rester indéfiniment dans le casinos au cours de leur nuit. Une ruse qui charma le simple voyageur qu'il était, ce palace était fascinant en beaucoup de points.

Bien que la présence d'une silhouette n'arrêtant pas de le suivre depuis son entrée dans le casinos, il réussit à se consoler en se disant qu'il pouvait lui aussi tromper le temps en jouant un peu. Une machine à sous se libéra juste à ce moment là, jamais encore dans la vrai vie il n'avait joué dans un casinos. Cette réflexion lui laissa penser qu'il faudrait aussi compléter sa vie réelle et ne pas entièrement se repaître en ce bas monde. Un profond soupire suivit d'un sourire déterminé l'incita à lancer la machine, il se baissa brièvement pour ramasser une pièce puis l'enfila dans l’énorme machine à sous se dressant devant lui. Il cramponna la barre puis la tira de toute ses forces vers le bas. Un paliers d'ampoules clignotantes s'excita tout autours de l’engeance mécanique, puis trois lingots d'ors apparurent un à un sur le panneau d’affichage. Le doute n'était plus permi, lui qui n'avait jamais eu de chance ne pouvait gagner ainsi aussi facilement. Une marée de pièces s'écoula à ses pieds lui permettant d'oublier ses songes, alors qu'il recroisa le regard d'une jeune femme qu'il avait déjà croisé à l'entrée du vaste casinos. Elle l'intriguait quelque peu, mais pas de quoi en faire toute une histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 72
Date d'inscription : 23/09/2011
Age du personnage : 22

Nouveau challenger
Lulei O'Malley
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Irruption de dégénérés à kazinopolis (Tous) Sam 4 Jan 2014 - 2:04
Une larme coula lentement le long de la joue de Lulei. Décidément, elle adorait dreamland. Après avoir à peu près compris de quoi il s'agissait, la jeune femme s'était retrouvée bouleversée et avait connue une petite période de doute. Mais qui aurait put se plaindre au milieu de ces rues lumineuses où le tintement des pièces dorées était couvert par des cris de joie ? Certainement pas l'apprentie manieuse en tout cas. Ravie du décor qui s'étalait en face de ses yeux, elle hésitait sur la direction à prendre. Finalement convaincue par un casino aussi flashi qu'immense, la voyageuse essuya la petite perle salée et s'avança au milieu de la foule de rêveurs qui, hystérique, ne manquait pas la moindre occasion de la bousculer. Quelques marches la séparaient de l'entrée, mais face à son avarice celles-ci ne représentaient qu'un infime obstacle qui ne tarderait pas à être surmonté. Elle adopta une allure fière et hautaine au moment de passer devant deux malabars et salua machinalement de la tête le garçon qui se tenait à ses côtés. À peine avait-elle franchi la porte que l'adolescente se félicitait déjà de son choix. Enfin un bâtiment à sa mesure. Il était déjà imposant de l'extérieur, mais en son sein, tout n'était qu'harmonie et beauté. Une véritable œuvre d'art construite, à n'en pas douter, par et pour des esthètes dignes de ce nom. Une fois la contemplation passée, son véritable défi commença : trouver un jeu où elle pourrait gagner sans tricher. En effet ne se contentant pas d'être une mauvaise joueuse doublée d'une tête de mule, la petite parieuse se trouvait également être l'une de ces personnes à qui la chance sourit peut-être dans certains domaines, mais surement pas dans celui des jeux de hasard. Habituellement, pour combler cette infortunée carence, Lulei usait de ses vêtements trop amples, de l'inattention de ses adversaires et parfois même de petits subterfuges tels que « Oh regardez ! Un tsunami de nutella ! » pour tourner les cartes en sa faveur, mais la volonté de dreamland était telle que cette nuit, alors qu'elle avait enfin l'occasion de s'adonner à l'une de ses passions sans risque, cet étrange monde l'avait habillée d'un simple tee-shirt à peine suffisamment large pour masquer le short qui frottait ses genoux.

Une impression de déjà vu la tira de ses pensées et la jeune fille se mit à suivre du regard le garçon qu'elle avait croisé dans les escaliers. Bien lui en prit puisque celui-ci ce dirigea vers l'objet qui constituait l'une des potentielles solutions à son problème. Ne s'attardant pas plus sur son pseudo-dilemme, la voyageuse se remplit les poches de la monnaie que les rêveurs laissaient tomber et imita celui qu'elle venait de désigner comme son guide. Pas un instant l'adolescente ne se dit que jouer de l'argent était une mauvaise chose. Elle était majeure et surtout, en plein rêve. Ce dernier tourna au cauchemar quand une marée de pièce d'or vint s'échouer en face de son éclaireur alors que deux melons et un kiwi s'alignaient sur son écran. Il n'en fallut pas plus pour faire voler en éclats sa bonne humeur et, après avoir fusillé du regard et mentalement congédié celui qu'elle avait engagé à peine quelques minutes auparavant, la voyageuse se releva et partit à la recherche de sa bonne fortune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2724
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 27

Explorateur Onirique
Ed Free
Explorateur Onirique

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 6959
Honneur: 984
MessageSujet: Re: Irruption de dégénérés à kazinopolis (Tous) Sam 4 Jan 2014 - 2:56
« Tu te fous de ma gueule ! Une putain de paire de rois avec un putain de flops avec déjà une putain de paire de rois ?! »

  Juste après, la table sur laquelle on jouait se fracassa contre le sol, renversant les jetons, les cartes, ainsi que la majorité des verres (j’avais eu le réflexe de prendre le mien). Croyez-le ou non, ce n’était pas moi qui m’étais énervé contre un joueur un peu trop chanceux, mais une espèce de rhinocéros anthropomorphique à la peau sombre, et un monocle sur la plus grande des quatre cornes. Et, ça sera plus facile à croire, ce n’était pas moi qui étais le chanceux de la soirée. J’étais juste un des six joueurs de la table qui venait de voir cette dernière se fracasser par terre dans un geste très violent. Je fis une parfaite poker face, car il aurait été amoral d’afficher un sourire devant le tournant de la partie parce qu’on avait une main bien moins efficace qu’un carré de rois et que l’arrêt du jeu était une aubaine.

  Malheureusement, le rhinocéros ne souhaitait pas s’arrêter en aussi bon chemin, et il était prêt à fracasser le crâne du vainqueur du jeu avant que les premiers vigiles ne foncent sur lui. N’écoutant que ma soif, je me dépêchai de finir le reste de champagne que j’avais dans le verre avant de l’envoyer sur l’agresseur d’un geste vif. Le cristal se brisa en mille morceaux sur son échine sans causer plus de dommages que ça, tandis que ses petits yeux noirs se tournèrent vers moi et me dardèrent très très méchamment. En guise d’explication, je lui dis tranquillement :


« Il faut se calmer.
_ Toi, je vais te…
_ Il faut se calmer, je te dis. »

  Il ne se calma certainement pas, mais il perdit trois secondes à comprendre la situation et à me répondre. Trois secondes qui laissèrent amplement les robots de sécurité arrêter le rhino en le plaquant. Un autre remit la table sur pied et s’excusa de ce malheureux incident. Je m’éclipsai de la table en récupérant mes jetons ni vus ni connus. Il paraissait que dans cette ville, quelqu’un échangeait les pièces d’or de Kazinopolis contre de l’EV ; une légende qui ne pouvait que faire rêver, sans mauvais jeu de mot importun. Vu comment il était facile de s’enrichir, il suffisait de rassembler un pactole, puis de le foutre dans les mains du gars, et on se retrouvait riche comme Crésus. Il paraissait que le gars était une grande ponte qui officiait dans cette tour. Je regardais l’immense salle du rez-de-chaussée du casino, et me dis que ça serait vraiment trop simple qu’un marchand comme ça existe : trop de pièces partout, bien trop de pièces. ‘devait être milliardaire, le gars, s’il existait.

  Je changeai d’épaule le sac où étaient contenus tous mes jetons. Je ne savais pas pour le coup combien ils valaient, en pièces d’or, même si je m’en faisais vaguement une idée. J’avais commencé avec cinq pièces d’or récoltées dans les rues, et je m’étais fait une bonne blind au poker, même si je n’étais pas excellent à ce jeu, et que j’aurais pu rafler cinq fois plus si y avait pas des pros qui squattaient les tables. Mais suffisait des fois de tomber sur des rageux comme le rhino pour leur sucrer facilement le pactole. Ils pouvaient s’énerver comme ils le souhaitaient, tant que j’avais leurs jetons dans mes poches. Bon, plus qu’à trouver un bureau de change. Je ne comptais pas plus jouer, ça faisait déjà cinq heures que je me coltinais tout ce bazar. Cinq putains d’heures enchaînées au début de la nuit ; fallait dire, je m’étais couché très tôt, totalement claqué de ma journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 327
Date d'inscription : 06/07/2013
Age du personnage : 21

Voyageur Expérimenté
Dan Sorro
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 80
Renommée: 758
Honneur: -120
MessageSujet: Re: Irruption de dégénérés à kazinopolis (Tous) Sam 4 Jan 2014 - 3:59
Il ramassa son butin en l'enfilant dans l'un des grands sac mis à la disposition des clients, puis reprit sa promenade. Au moins il avait quelque chose à jouer désormais, ne lui restait plus qu'à trouver quoi faire de tout cet argent. Son corps se raidit un instant quand il recroisa le regard froid de la fille, Dan se demandait bien ce qu'elle pouvait avoir à le regarder de la sorte mais qu'importe. Ce soir, les créatures comme les rêveurs ne semblaient pas pouvoir regarder sa tronche sans avoir l'air méchant. Peut être était-ce un début de paranoïa? Il se toucha le torse par réflexe, comme pour se réconforter puis soupira en riant, la probabilité pour qu'il devienne aussi méfiant était encore faible. Alors qu'il pensait, son corps lui continuait d'avancer, ses yeux s'arrêtèrent face à une table où des joueurs plus où moins accueillant semblait se disputer les mises. La scène fit doucement rire Dan, il était incompréhensible que les gens puissent autant s'énerver pour si peu, pas à la connaissance du voyageur inexpérimenté qu'il était.

S'est en se reposant sur un banc prêt de l'une des multiples fontaine que le voyageur déposa son sac à côté de lui, il laissa ses bras s'étendre le long du dossier puis attendit. Qu'est-ce qu'il attendait ? Lui même n'en savait rien en fait, il se faisait pour la première fois chier dans Dreamland, c'était une sensation étrange. Ce royaume était nouveau pour lui, la musique était entraînante, la foule agitée, mais ça lui rappelait sûrement beaucoup trop la réalité. Ses yeux se baladèrent le long des rangées de rêveurs se bousculant en quête de fortune, puis ils rencontrèrent un immense robot chargé de la sécurité du casinos:

-Voyageur, vous êtes prié de circuler, les gens non productif ne sont pas admis ici. Alors veuillez jouer ou nous serons dans l'obligation de vous expulser.

Si ça avait été une réelle créature des rêves, le manieur de sentiments lui aurait sûrement demandé si il plaisantait. Mais là il faisait face à une machine, dénué d'émotions cette dernière comme celles qui alimentaient le plaisir du jeu au sein de ce casinos ne faisait que faire ce pourquoi on l'avait programmé. Dan se leva de nouveau en soupirant, mais alors qu'il voulut s'en aller un détail le retenue. Son sac plein de monnaies avait disparu. Il scruta les alentours légèrement ennuyé par l'animosité de la situation, puis ne voulant pas déclencher un scandale au prêt de la sécurité traça simplement sa route en direction des autres salles de jeux. Il lui était de toute manière impossible de savoir qui avait bien pu voler son sac, puis ce qu'ils avaient tous exactement les mêmes à l'exception de quelques symboles variant. De toute façon, le manque ne semblait pas être quelque chose dont cet endroit souffrait, alors la vraie question qui préoccupait le jeune voyageur était: "Pourquoi lui voler son argent dans un endroit où on ne peut qu'en gagner ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 104
Date d'inscription : 16/08/2013
Age du personnage : 24

Habitué
Alan Rin
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 90
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Irruption de dégénérés à kazinopolis (Tous) Sam 4 Jan 2014 - 4:38
Spoiler:
 

Bon sang...

Je n'arrivais pas à me souvenir de quand je m'étais endormi...
Je me souvenais d'avoir été chez des amis, chez lesquels j'avais bu. On jouait tous à un jeu... Mais quel jeu déjà ? Et il y avait un gage pour le perdant. Mais alors un foutu gage, un gage qu'il fallait à tout prix éviter... Mais en quoi consistait-il déjà ? Impossible de se souvenir. La seule chose qui me venait à l'esprit, c'est qu'il ne fallait surtout pas, mais alors SURTOUT PAS que je perde la partie.

...

Mais j'avais gagné ou perdu bordel ?

Emporté par mes pensées, je me faisait guider par la foule qui se baladait dans la cité dans une ivresse générale. D'après ce que j'avais cru comprendre, je me trouvais à Kazinopolis, la ville des jeux, des paris, de l'argent qui coule à flots et surtout des casinos.
Enfin... C'est pas comme si j'en avais quelque chose à foutre. L'important était de savoir si j'avais gagné ou perdu cette putain de partie ?

Tout d'un coup, des plaintes de personnes me demandant d'avancer me tirèrent de mes pensées. Je relevais le regard pour me retrouver devant les portes d'un énorme casino très chic aux portes duquel m'attendaient deux gros videurs aux épaules plus carrées qu'un cube de tétris.

"Alors ! t'avances ou pas ?"

Poussé dans le dos, je m'avançais avec hésitation et passais l'entrée sous le regard inquisiteur des deux chiens de garde. Au moment ou je croyais enfin avoir échappé à leur surveillance...

"Une seconde !"

Je me figeais, puis me retournais lentement. Le bonhomme le plus patibulaire des deux s'approcha, puis demanda à son collègue.

"Eh ! C'est quoi déjà la réglementation au niveau des animaux de compagnie ?"

Fermes ta gueule Hugin fermes ta gueule Hugin fermes ta gueule Hugin fermes ta-

"Moi ? Un animal de compagnie ? Parles pour toi gros lard !"

Note à moi même : La télépathie ne marche pas.
Le corbeau qui se tenait sur mon épaule gauche reprit la parole de sa voix railleuse.

"Je me demandes qui c'est le plus toutou de nous deux mon ami ! Dis moi, pourquoi tu restes à la porte ? T'as pas le droit d'entrer ? Ton maître à peur que tu laisses des poils partout ?"

Le gros mastoc ne répondit pas, mais la couleur de sa peau le fit à sa place, me faisant découvrir des nuances de rouge dont je n'aurais jamais soupçonné l'existence.

heureusement pour nous, le deuxième videur s'adressa au premier avec de l'amusement dans la voix.

"Ça va mon vieux ! C'est juste un voyageur et ses invocations ! Regarde ses oreilles !"

"Moi ? Une invocation ? Et pourquoi pas un lamasticot tant que vous y-"
"Suffit Hugin ! Tu veux qu'il nous éjecte ?"

C'était l'autre corbeau, celui qui se trouvait sur mon épaule droite. Il s’appelait Munin et était le petit frère du premier, même si on pourrait penser l'inverse.

"Croaaa"

Le deuxième videur me fit signe de circuler d'un geste de la main, ce que je fît avec reconnaissance. cependant, dans une dernière boutade, Hugin Croassa :

"Je déconnais les mecs ! Je suis un animal de compagnie ! MIAOU ! MIAOU ! JE SUIS UN CH-Hhmmmpf"

D'un geste rapide et précis à force d'habitude, ma main droite avait jailli pour faire taire l'oiseau noir d'une emprise sur son bec. Je le relâchais quelques secondes après, une fois que je fut certain qu'il soit calmé.
Bah je me suis gouré.

"Eh regardes patron ! Là bas, le type qui joue à la roulette ! regarde son nez ! EH CROUPIER ! SI TU TROUVES UNE DEUXIÈME BILLE DANS TA ROULETTE, C'EST JUSTE LA PUSTULE QUI S'EST DÉTACHÉE DU NEZ DHhmmpfff"

"Bon, ça suffit."

J'avais pris une voix autoritaire. Je n'avais pratiquement pas dit un mot depuis le début de la nuit, mais cet oiseau de malheur allait vraiment finir par m'attirer des ennuis.

"Si tu veux créer des problèmes, fais le, mais à dix mètres de moi minimum ! J'ai pas particulièrement envie d'avoir à assumer tes stupidités."

Hugin grommela quelque chose d'inaudible et s'envola un peu plus loin. Je venais de jeter une grenade dégoupillée au milieu du casino, mais il valait mieux qu'elle soit là bas plutôt que sur mon épaule.

"Je n'approuves pas notre présence ici."

Et puis merde, voilà l'autre maintenant.

"Cet endroit ne sied pas à votre réputation. De plus, il y a probablement de nombreuses personnes dangereuses ici. nous devrions partir avant de nous attirer des ennuis."

Ce pauvre Munin, à l'entendre il faudrait se méfier de sa propre penderie, au cas ou un ninja serait caché parmi les vêtements.

"Arrêtes avec ta paranoïa deux secondes veux-tu ? ce n'est pas comme si j'allais provoquer les gens alentour. pas comme... Ton frère..."

Comme pour me donner raison, Hugin était déjà en train de faire ce qu'il savait le mieux faire : faire chier le monde.
Il s'était trouvé un petit jeu. Il se trouvait tout d'abord une victime qui jouait aux machines  à sous, puis à chaque fois que la malheureuse cible se baissait pour ramasser une pièce, le corbeau attrapait celle-ci du bec, la jetait en arrière, puis regardait le joueur avec des yeux innocents.
Et il recommençait.

Si jamais on venait me demander quels étaient mes liens avec lui, je répondrais à coup sûr : "je ne connais pas cet animal".

Je me détournais de ce triste spectacle pour jeter un regard désintéressé aux alentours.
Des machines à sous, des tables de poker, des roulettes, et de nombreux autres jeux d'argents dont je n'avais jamais entendu parler. Si je n'avais pas été aussi occupé avec mes propres pensées, j'aurais probablement accordé beaucoup plus d'intérêt à cet endroit, mais la frustration que m'infligeaient mes trous de mémoire m’empêchait de profiter de quoi que ce soit.

"Sale petite peste !"

Ah. Ça c'est Hugin. Bingo.

Une de ses malheureuses victimes semblait produire un effort particulier à essayer de lui tordre le cou. Autant essayer de rattraper du sable avec les doigts. Le corbeau eu vite fait de se percher en haut d'une machine à sous, puis de dire que c'était une honte, qu'il était un mignon petit chat et qu'il allait appeler la SPA.

Un fracas venant de la direction opposée me fit tourner la tête. Une sorte de rhinocéros furieux se faisait emporter par ce qui me semblait être des robots de sécurité.

Bah. Il semblerait que nous ne soyons pas les seuls fauteurs de trouble après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 72
Date d'inscription : 23/09/2011
Age du personnage : 22

Nouveau challenger
Lulei O'Malley
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Irruption de dégénérés à kazinopolis (Tous) Sam 4 Jan 2014 - 20:29
Les deux petits cubes tourbillonnaient sur le tapis. Dans une danse que Lulei jugeait bien trop longue, ils se croisaient, se percutaient pour finalement exposer quelques petits points blancs à la vue des joueurs. Alors que le lanceur libérait un cri de joie, la jeune fille put voir le croupier s'emparer de ses jetons pour les donner à son adversaire. Il trichait, elle en était certaine. Pour une fois que sa volonté ne lui faisait pas défaut et que ses résultats étaient parfaitement honnêtes, il fallait que quelqu'un d'autre se permette de tourner le jeu à son avantage. Le stickman l'interpella pour lui donner une occasion de remonter la pente. Alors que l'adolescente secouait ses mains et offrait une prière au dieu qui voudrait bien l'entendre, un regard entre le petit brun qui menait la partie et le chef de table interpella le sien. Maintenant le doute n'était plus permis. Un mouvement de son poignet libéra les dés. Ils avaient roulé moins d'une seconde mais cela avait suffi à anéantir ses derniers espoirs. Cette fois s'en était trop. Summergée par sa colère, la perdante se jeta vers celui qui ramassait ses gains, bien décidée à se venger de cette injustice. Elle n'avait pas encore eu l'occasion de l'étrangler que déjà, son compagnon la saisissait, l'empêchant ainsi de s'en prendre à son complice. Dans une dernière tentative, l'attaquante courba ses reins et lança ses bras à l'assaut de celui qui la retenait prisonnière. La tactique n'était pas brillante mais fut pourtant fructueuse. Incapable de contenir sa fureur, l'employé s'était vu décoiffé. Son ridicule petit chapeau tomba à ses pieds tandis que ses oreilles apparaissaient à la vue de tous. Ravie de la tournure que prenaient les évènements, Lulei le pointa du doigt sans même prendre la peine de se relever.

- J'en étais sure ! C'est un voyageur et un tricheur !

Les spectateurs étaient visiblement de son coté et les deux camarades ne tardèrent pas à être hués. Elle s'attendait à être remerciée et remboursée par les responsables du casino, mais les vigiles ne semblaient pas être de son avis. Quelques instants plus tard, la plaignante était dehors, les fesses endolories et le poing serré sur le petit jeton rose qu'on lui avait donné avant de la foutre à la porte. Décidément, cette nuit était riche en déception. Après avoir échoué aux machines à sous, s'être perdue dans l'immense bâtiment, avoir été plumée par des voyageurs et virée à coups de pied dans le derrière, elle ne voyait pas ce qui pouvait lui arrivé de pire.

- Ils mériteraient une bonne correction ...

- Ouais.


Le mot avait été prononcé avec une telle haine que la manieuse compris que le rhinocéros aux allures de gentleman qui se tenait à ses côtés avait subit la même injustice. Un échange de regard lui suffit pour savoir qu'ils avaient la même idée en tête : S'en mettre pleins les poches aux dépens du casino.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : The Death Voice
Messages : 488
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 23

Maraudeur des rêves
Riku Kaisuki
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 157
Renommée: 1630
Honneur: 148
MessageSujet: Re: Irruption de dégénérés à kazinopolis (Tous) Sam 4 Jan 2014 - 22:54
Encore une fois il avait réussi. Tout était parfaitement aligné, conforme à ses précisions. L'expression de joie que l'on dénotait sur son visage laissa finalement exploser un hurlement des plus primitifs alors qu'il fêtait sa cinquième victoire de la suite, et que le croupier reprenait la petite sphère de la roulette en attendant un nouveau lancement. Riku, qui avait tout placé sur le 3 venait de décrocher un véritable pactole. Et satisfaction était un mot bien faible pour désigner l'euphorie qui s'était emparée de lui; décidément, Kazinopolis n'était vraiment pas le royaume fait pour lui...

« PUTAIN OUAIS !!! J’AI ENCORE GAGNE !!! ALLEZ, RELANCES TA BILLE ENCORE UNE, JE SENS QUE JE PEUX GAGNER UNE DERNIERE FOIS !!!! HA HA HA !! »

Pitoyable. C’était l’adjectif le plus approprié pour désigner l’invocateur, qui, contrairement à sa dernière visite en ces lieux n’était sous l’emprise d’aucun élixir à la con qui lui donnerait l’envie de jouer ; non, cette fois, il était parfaitement sobre, le tout sans être maître de ses moyens. Il était devenu un animal qui ne saurait jamais s’arrêter sur sa lancée. Parce que s’il perdait, il serait convaincu que ce n’était qu’un petit coup de malchance et que le coup suivant il gagnerait. C’était son énorme défaut, il était trop fier pour reconnaître son échec et bien souvent, cela l’amenait à faire des conneries pas possibles comme dépenser tout son fric dans des machines à sous pour espérer doubler la mise, et essayer encore et encore en pensant gagner le coup suivant jusqu’à se retrouver frustré et les poches vides. Et quand il gagnait, il était pire : il voulait plus, toujours plus ! C’était si agréable cette sensation, cette légèreté que l’on ressentait lorsqu’on remportait la mise, et qu’on avait la possibilité de jouer encore et encore ! Autour de lui, les créatures des rêves qui jouaient semblaient totalement désespérées en voyant la chance du voyageur, ce qui renforçait ce sentiment de supériorité qui grandissait en lui, et l’incitait à jouer encore plus, toujours plus.  Un cercle vicieux dans lequel il s’était volontairement jeté après s’être endormi frustré d’une nuit qui aurait dû être de folie dans un casino. Il avait fallu qu’Hikari l’engueule pour qu’il comprenne et cesse ses âneries, et il s’était finalement fait interdire de jeu pour éviter de recommencer ce genre de stupidités dans le monde réel. Mais à Kazinopolis, les choses étaient différentes ; tout le monde avait de la chance… Et malgré sa dernière expérience dans le royaume du jeu, il avait décidé de s’y rendre pour gagner un peu et satisfaire son ego en manque de réussite.

Cependant, alors que le croupier annonçait le tour suivant et que les différents joueurs commençaient à annoncer leur mise, l’attention du jeune homme se reporta sur quelque chose qui se produisait un peu plus loin, qu’il n’avait pas remarqué tout de suite à cause de son emportement. A une table de poker un peu plus loin, une sorte de rhinocéros sur son trente et un hurlait à qui pouvait l’entendre que l’un de ses adversaires, apparemment un voyageur était un gros tricheur et qu’à cause de lui il avait perdu dans une situation où il était certain de gagner. Classique du mauvais perdant. Certes, le fait de se reconnaître dans cette attitude était déplorable, mais Riku se mit à rire en s’imaginant à la place de ce frustré, que les vigiles envoyèrent rapidement à l’extérieur. Il y avait plusieurs voyageurs assis à la table de poker, dont l’un d’eux que le necromancer reconnut parfaitement : c’était Ed Free ! Le célèbre blond qui avait été aussi arbitre lors du tournoi des jeunes talents, et garde du corps pour lui et Hikari lors de l’Oniric Tour. Un voyageur de gros calibre. Il avait tenté de calmer la créature qui venait de se faire expulser, et quitta ensuite la table en emportant ses jetons avec lui. Se recentrant sur la table, Riku remarqua qu’on avait misé pour lui en prenant une petite partie de ses jetons. Cachant aussitôt les autres dans son sac, il ne manqua pas de noter le rictus moqueur du concurrent à sa droite, qui ne cacha même pas le fait qu’il était le coupable. La partie commença, sauf que contrairement aux prévisions de l’autre abruti, la petite sphère alla se nicher dans le petit creux comportant le chiffre sur lequel étaient misés les jetons du necromancer. Et oui connard, tu peux pas tuer la chance d’un voyageur comme ça !! Mais il en avait trop fait, il était temps de trouver un autre jeu. Il se leva, remercia ses partenaires de jeu qui le fusillèrent du regard, et chercha quelque chose d’intéressant à faire, remarquant l’arrivée d’un brun,  qui semblait totalement ailleurs et gueulait en s’adressant à des corbeaux, qui lui répondaient d’ailleurs. En fait, tout ce beau monde – il y avait une autre voyageuse mais il l’avait moins remarquée, même si elle avait contribué au bordel ambiant – avait engendré une certaine tension vis-à-vis des humains à pouvoirs ; à tel point que l’invocateur prit la décision de changer de crémerie. Non sans ajouter du piment à la situation :

 « JE ME BARRE DE CE CASINO DE TARLOUZES JE GAGNE TROP ICI TROP FACILE HAHAHAHAHAHA !!!! »

Heureusement qu’il ‘était pas bourré pour le coup….

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2724
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 27

Explorateur Onirique
Ed Free
Explorateur Onirique

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 6959
Honneur: 984
MessageSujet: Re: Irruption de dégénérés à kazinopolis (Tous) Sam 4 Jan 2014 - 23:23
« Jetons en pièce, ou inversement ? »

 La vieille crapaud qui m’avait posé la question avait adopté un ton las, mais pourtant neutre, le ton qu’on réservait toujours aux simples formalités ; sauf que sa vie entière semblait être une formalité. Sans chercher à lui trouver une ressemblance avec une limace que je connaissais bien, je lui dis que ça serait pour la première option, et elle m’invita d’une voix désagréable à déballer le contenu de mon sac. J’obtempérai en dénouant la ficelle et en laissant tomber le contenu. Contenu qui avait été modifié pendant mon absence : les centaines de jetons s’étaient transformés en petites pierres charbonneuses dont la valeur ne devait pas excéder la rognure d’ongle. Ebahi par la subite transformation, je ne pus en placer une avant la réceptionniste :

« J’ai bien peur que ce ne soient pas des jetons, monsieur, mais de très petits cailloux qui ne peuvent en aucun cas nous faire céder des pièces d’or…
_ Mais c’étaient des jetons…
_ C’est ce qu’ils disent tous… Maintenant, allez tenter de faire refiler vos petits cailloux autre part, vous gênez la queue. »


 Il n’y avait personne derrière moi, mais ce n’était pas la peine de lui répondre. Je remis, stupéfait de la tournure des choses, mes petits cailloux dans le sac et je quittai la fenêtre. Je fouillai rapidement la grande salle du rez-de-chaussée, voir si un individu inconnu me regardait avec un grand sourire, très fier d’avoir fait son coup. Mais évidemment, personne ne me regardait. Y avait un connard dans les environs qui m’avaient volé mes jetons, puis qui les avaient remplacés par un sac pourri. Si je retrouvais ce fumier, j’allais lui donner tous mes jetons par le cul jusqu’à ce que ça sorte par la gueule. Où étaient ce fumier de merde ?

  Mes lunettes m’indiquèrent rapidement qui étaient exactement les clients : Rêveurs, Voyageurs, Créatures des Rêves ? Je doutais que les premiers soient assez conscients pour réaliser un tour pareil, et heureusement, ils représentaient la majorité des clients. Mais les deux autres catégories n’étaient pas en reste. Une petite partie de moi me disait que ce n’était pas bien grave, des jetons oniriques qui servaient à échanger contre de la monnaie totalement inutile, je pouvais m’en passer. N’empêche, y avait provocation, il y avait un enfoiré dans les environs, et il allait casquer sa mère. J’allais chercher mes jetons en tout cas : un d’entre eux était bleu et légèrement ébréché. Avec un peu de chance, il n’était pas allé échanger et était parti jouer avec. Il ne restait plus qu’à zieuter un peu partout et à trouver mon coupable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 104
Date d'inscription : 16/08/2013
Age du personnage : 24

Habitué
Alan Rin
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 90
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Irruption de dégénérés à kazinopolis (Tous) Dim 5 Jan 2014 - 0:11
"Hey gamin ! Tu veux parier ?"

Une main assurée s'était abattue sur mon épaule. Je me retournais pour dévisager l'inconnu qui m'avait ainsi abordé. Un homme d'une trentaine d'année me faisait face, un sourire trop chaleureux pour être vrai calqué sur le visage. Il avait ses cheveux blonds tirés en arrière et des lunettes de soleil cachaient son regard. Il aurait tout aussi bien pu écrire "je suis un arnaqueur" sur son front qu'il n'aurait pas été plus suspicieux.

Je fis d'abord un mouvement de négation, mais sa main ne lâcha pas mon épaule et il me proféra des paroles d'encouragement plus vides de sens les unes que les autres. Ais-je l'air à ce point naïf ? Ais-je la physionomie de la proie facile ? Comme c'est agaçant....

Cependant, poussé par la curiosité, je finis par le suivre à une table libre de deux personnes. Il me fit signe de m'asseoir, ce que je fît, puis se plaça en face de moi. Il se pencha en avant et sortit quatre cartes de sa poche qu'il plaça face révélée sur la table. Il s'agissaient de l'as de pique, de cœur, de carreau et de trèfle.

Il répondit à mon regard interrogateur par un grand sourire et commença à m'expliquer les règles de son petit jeu.

"Le jeu est extrêmement simple. Je place les quatre as face cachée sur la table à ma convenance, et ensuite, tu retournes deux de ces cartes. Si tu as retourné deux as de la même couleur, tu gagnes la mise. Si les deux as sont d'une couleur différente l'un de l'autre, je gagne la mise. Donc, si tu retournes deux cartes aux hasard, tu as une chance sur deux de gagner. A chaque manche, la mise augmente, jusqu'à ce qu'un des deux joueurs souhaite arrêter."

Prends moi pour une truffe, connard.
Si je retourne un as de couleur rouge, il restera deux as de couleur noire et un as de couleur rouge face cachée. Je n'ai pas une chance sur deux de gagner, mais une chance sur trois. Bordel, si tu voulais m'arnaquer, t'aurais au moins pu faire l'effort d'établir un piège un peu plus recherché !

"Ça t'intéresses ?"
"Ça m'a l'air amusant en effet !"Répondis-je avec un sourire naïf."Combien de jetons va-t'on miser ?"

le sourire de l'homme s'accentua.

"On ne va pas miser des jetons, mais des Evs."

Un frisson me parcouru l'échine.

"Comment cela ?"

"Allons allons, mon ami, tu es un voyageur comme moi n'est-ce pas ?"

Mon regard dû trahir ma surprise, car il enchaîna.

"Eh bien oui, tu as les oreilles rondes, et tu n'es pas un rêveur ! Si tu en étais un, tu te serais jeté sur toutes ces pièces qui traînent par terre dans le casino, mais tu les ignore depuis ton arrivée ici, et cela parce que tu sais qu'il s'agit d'une fausse monnaie sans aucune valeur. Parce que tu es un voyageur."

Enflure. Combien de temps cela fais t'il qu'il m'observe ?

"Pour que les paris soient intéressants, il faut qu'il y aie des risques. Si on misait des jetons inutiles, notre partie serait aussi fade que de l'eau plate."

"je n'ai pas vraiment... d'Evs à miser..."

"Si ce n'est que ça, je peux t'en prêter !"

Evidemment...

Il me tendit un feuille de papier que je m'empressais de lire. C'était l'attestation officielle que j'avais une dette envers lui, et elle n'attendait que ma signature... Il était bien préparé le bougre !
Je tiquait un peu à la vision de la somme qu'il me prêtait. Cent Evs... C'est une sacrée somme !
En continuant de lire, je parvînt à un paragraphe qui me fit froncer les sourcils.

"Dix pour-cent d’intérêt par nuit qui suis celle-ci ? C'est pas un peu beaucoup ?"

"Oh ça ? Ne t'inquiètes pas pour ça !"

Et comment suis-je censer ne pas m'en inquièter ?

"C'est juste une petite contre mesure contre les gens qui mettent de la mauvaise volonté à rembourser ce qu'ils empruntent. Mais tu ne fais pas partie de ces gens là n'est-ce pas ?"

"Si je n'ai pas la somme, je ne pourrais pas payer."

"Ne t'en fais pas ! J'ai un ami qui te trouveras un boulot facile et bien payé qui te permettras de l'acquérir en même pas une nuit !"

Mais bien sûr...

Tenter de m'escroquer avec des pièges aussi évidents tenait presque de la provocation. Alors que je regardais sans la voir la feuille que je tenais dans les mains, mon esprit commença à préparer un plan qui pourrais me permettre à la fois de donner une leçon à cet escroc du dimanche, mais aussi de récupérer une sacrée somme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 327
Date d'inscription : 06/07/2013
Age du personnage : 21

Voyageur Expérimenté
Dan Sorro
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 80
Renommée: 758
Honneur: -120
MessageSujet: Re: Irruption de dégénérés à kazinopolis (Tous) Dim 5 Jan 2014 - 0:15
Les choses avaient tellement dégénérées rapidement, en quelques minutes il s'était mis à dos la sécurité et les membres du casinos tout entier. Vous devez-vous demandez comment n'est-ce pas ? C'est très simple, asseyez-vous une deuxième fois dix minutes après que l'on vous ai dis qu'il était interdit d'être improductif et vous serez récompensé par tout un tas de sacs. Sympa comme punition, on pourrait vous l'accordez mais attendez de voire la suite vous allez comprendre. Les sacs sont tous remplis de pièces en or où bien de jetons, mais ce qu'on "oubli" de préciser au condamné, c'est que les sac appartenaient à d'autre rêveurs, voyageur où créature des rêves. Ses derniers se sont fait subtiliser leur argent soit part la manière brute, c'est à dire le vole pure et simple du sac sans que l'on comprenne comment. Soit en échangeant l'or avec les cailloux, ça dépendait souvent du niveau de la victime. Mais qu'importe, puis ce qu'au finale le responsable ce soir, c'était Dan.

Au début on ne vous le cachera pas Dan n'avez rien comprit, il avait miser sur l'option du jeu de hasard propre à Dreamland histoire que les clients intéressant puissent ce refaire et continuer de jouer. Mais très vite sa paranoïa naissante repris le dessus, en effet Dan n'était ni intéressant, ni un bon joueur. Alors pourquoi le favoriser lui plus qu'un autre? Il se rassura en se disant qu'il trouverait bien la réponse au cours de la soirée, il prit les huit sacs remplis dans ses deux mains puis partit en direction des tables de jeux. Il promena son regard un peu partout puis entreposa les sacs sur une table de jeux, il semblait s'y disputer un terrible match de poker. Les joueurs n'avaient mis de pause à leur concentration que pour voire le pactole que Dan venait de ramener, tous sans exception laissèrent un sourire carnassier déchirer leurs visages. A la vue de tel prédateurs le jeune pommé préféra s'éclipser avec ses sacs, se dirigea vers la sortie du casinos, décidé à faire du trocs avec ses sacs. peut être que des voyageurs intéressés voudraient commercer honnêtement avec lui. C'est ce qu'il espérait, mais soudainement une voix forte l'interpella:

-Et toi salop! Montre moi tes sacs!

Dan se retourna légèrement perturbé par l'attitude agressive du gros chats au haut de forme qui venait de l'insulter. Ce dernier l'accusait de lui avoir volé son sac, de là d'autres personnes entendirent la conversation et commencèrent à exiger en retour les sacs de Dan. Les insultes et les accusations commencèrent à pleuvoir de plus en plus, surtout lorsque le voyageur se décida à lancer l'un des sacs dans la sale tronche du chat. La course poursuite venait de commencer, il boula un vigile en lui mettant un coup des huit sacs qui lui restait dans la tête. Les jetons et les pièces d'or commencèrent à rouler sur le sol du casinos, les gens se lançaient à la poursuite du pauvre Dan qui tentait désespérément d'échapper à al foule en furie qui le suivit dans les marches de l’extérieur du casinos. Il croisa de nouveau la même fille qu'il avait déjà vue au par avant, mais cette fois si il n'eut pas le temps de la soutenir du regard, non là il devait s'échapper survivre par n'importe quel moyen!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 72
Date d'inscription : 23/09/2011
Age du personnage : 22

Nouveau challenger
Lulei O'Malley
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Irruption de dégénérés à kazinopolis (Tous) Dim 5 Jan 2014 - 1:40

- Tounez-vous.

Le rhinocéros, qui se prénommait en réalité Stéphane, haussa ses impressionnantes épaules et continua à fumer son cigare face au mur. Ce n'était pas un homme, certes, mais Lulei avait tout de même un minimum de pudeur. Soulagée d'avoir enfin l'occasion de se débarrasser de l'immonde short dont elle avait été doté, la jeune fille laissa choir se dernier au sol sans le moindre remords avant de saisir la combinaison verte que son coéquipier lui tendait. Celle-ci se trouvait être assez ample et elle n'eut aucune difficulté à l'enfiler. Elle noua ses cheveux, glissa le jeton rose dans sa poche et indiqua à l'encorné qu'il pouvait se retourner. Il ne fit aucun commentaire, se contentant d'un hochement de tête pour marquer son approbation. Lui ne s'était pas changé, son physique était bien trop spécifique pour espérer le masquer avec un simple déguisement. Au départ, la voyageuse était restée sceptique devant le marché qu'il lui proposait, faire exploser un casino ce n'était pas de tout repos, d'autant plus que d'après les explications, elle se chargerait du plus gros morceau. Mais sa rancune n'avait d'égal que son avarice et finalement, elle avait accepté. Il l'avait donc mené dans le sous-sol d'un bâtiment et, après avoir requit l'aide de quelques amis, lui avait fourni de quoi tromper les vigiles. L'adolescente posa ses dernières questions, empoigna sa nouvelle mallette et se dirigea vers la sortie. Son premier défi commençait dès à présent. Stéphane la rejoindrait, mais plus tard et en attendant elle devait retrouver son chemin par ses propres moyens.

Étonnement la tâche ne fut pas si ardue et la voyageuse se félicita intérieurement d'avoir commencé par visiter le plus imposant des édifices de Kazinopolis. Comme prévu, les armoires à glace ne se réagirent pas à l'arrivée d'une nouvelle cliente et aucun d'eux ne sembla esquisser le moindre doute quant à sa véritable identité. La montée des escaliers lui permit de se familiariser avec ses talons, si bien que lorsque Lulei pénétra une nouvelle fois dans la bâtisse, seuls les battements un peu trop rapides de son cœur pouvaient trahir l'anxiété qui l'habitait. L'apprentie terroriste avait parfaitement appris son rôle et ne marqua pas la moindre hésitation avant de se rendre vers un jeu de roulette. Tous d'abords, elle devait éparpiller les jetons que son compère lui avait confiés, en remporter de nouveaux et monter au deuxième étage. Elle n'avait pas encore atteint sa cible que déjà sa curiosité prenait le dessus sur ses projets. Deux hommes, apparemment voyageurs semblaient près à démarrer une partie d'un jeu dont la jeune femme ignorait les règles. Se disant que de toute façon, la manière de perdre ses jetons importait peu, elle dévia sa trajectoire et rejoint les deux parieurs.


- Excusez-moi, quel jeu proposez-vous ?

- Uniquement pour les voyageurs, navré.


L'infiltrée ravala son commentaire, pendant une seconde, elle avait oublié que désormais ceux qui l'apercevaient se retrouvaient face à une grenouille en robe de soirée et non pas une gamine avec un cerf-volant en guise de bracelet. La manieuse poursuivit donc sa route rejoignant, comme elle l'avait prévue, le rassemblement au centre duquel siegeait une roulette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : The Death Voice
Messages : 488
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 23

Maraudeur des rêves
Riku Kaisuki
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 157
Renommée: 1630
Honneur: 148
MessageSujet: Re: Irruption de dégénérés à kazinopolis (Tous) Dim 5 Jan 2014 - 3:23
Bon. En fait, Riku avait la flemme d’aller ailleurs. Au final, le résultat serait de toute manière le même, il continuerait de gagner – puisque la ville était faite pour ça – et les créatures locales continueraient de lui en vouloir pour ça, parce qu’elles étaient programmées pour hurler sur de prétendus tricheurs, se faire dégager, et revenir dix minutes après jouer de manière totalement normale, comme si leur crise n’avait jamais eu lieu. Un charmant petit paradis pour ceux qui ne voulaient que ressentir la sensation de gagner, devenir riches le temps d’une nuit, et fêter ça dans un véritable Las Vegas du monde onirique. Il resta un long moment à observer l’entrée du bâtiment, se demandant ce qu’il allait faire, avant de remarquer la voyageuse qu’il avait vu un peu plus tôt en train de discuter avec le rhino qui s’était énervé sur Ed. Que pouvaient-ils comploter ensemble, ça il l’ignorait et préférait conserver cet état de faits, il revint donc à pas lents vers les deux vigiles, qui l’observèrent longuement d’un air méfiant. Bon après tout, vu la sortie qu’il avait eu en quittant les lieux environ deux minutes auparavant, leur réaction était globalement compréhensible. L’invocateur se retint de poufffer de rire, et leur lança simplement en commençant à avancer :

« Allez allez les gars, on a qu’à dire que j’étais bourré ou un truc du genre ! Vous comprenez, on se laisse vite emporter dans ce royaume aussi… »

Le regard des deux créatures patibulaires se fit alors plus insistant, et Riku sentit presque leur souffle chaud et odorant se déposer sur sa peau et il réprima un rictus de dégoût en reculant un peu avant que le plus gros des deux prennent la parole :

« – Laisses les jetons que tu as gagnés ici. Si tu veux entrer, c’est à vide, avec juste le jeton de mise de départ. Et on te surveille… A la moindre connerie on te chope et on t’explose la gueule petit con.

– Ouais ouais… J’vais éviter cet étage comme ça je laisserai tranquilles tous ces loosers… »

La créature n’avait pas relevé la petite pique cachée dans la phrase du jeune homme, son esprit étant conçu uniquement pour jouer le rôle du vigile, mais Riku s’était aussitôt ravisé en dissimulant sa bouche de ses mains, prêt à s’excuser en prétextant un nouvel emportement, mais au final, il n’eut qu’à remettre son sac pleins de jetons au vigile, qui le déposa dans le poste derrière lui avant de laisser passer le voyageur, qui entra sans chercher à faire plus de vagues – du moins pour un moment – Il vit Ed un peu plus loin qui semblait chercher quelqu’un, et le rhinocéros d’un peu plus tôt entra de nouveau dans le casino, accompagnée par une créature à l’aspect batracien dont le costume était plutôt mal fait… Mais il ne se mêla pas de tout ça ni des autres affaires autout, et se dirigea vers l’ascenseur au fond de la salle pour aller au deuxième étage et tenter de nouveaux jeux. Les battants de métal dévoilèrent un étage rempli de tables de poker où se livraient de terribles combats de nerfs entre voyageurs, rêveurs et créature des rêves qui tentait d’assouvir leurs désirs de fortune. Le regard du jeune homme, quand à lui, se dirigea vers les tables plus au fond, qui proposait un poker bien particulier : du mah-jong ! Il avait appris à y jouer avec des amis, et depuis, il ne se laissait plus de leurs week-ends où ils pariaient entre eux, le tout avec quelques bouteilles pour rendre le truc encore plus délirant. L’invocateur alla s’installer à l’une de ces tables en voyant une place se libérer, et posa devant lui son unique jeton, qui servait de mise de départ. Les autres joueurs l’observèrent avec dédain, comme s’ils étaient certains de l’éliminer rapidement, et tous se concentrèrent sur le jeu. Riku tira le vent d’est, c’était donc à lui de commencer. Il jeta un œil à sa main ; bambous de deux, de quatre, et de cinq, dragon rouge, cercles de six, de sept, de huit, symboles de trois, de six, et de huit, deux dragons verts, et encore des bambous, de huit et de neuf. Il avait de quoi faire. C’était lui qui devait poser la première tuile ; il se sépara de son dragon rouge et attendit. Qu’allaient faire ses adversaires ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
Messages : 104
Date d'inscription : 16/08/2013
Age du personnage : 24

Habitué
Alan Rin
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 90
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Irruption de dégénérés à kazinopolis (Tous) Dim 5 Jan 2014 - 22:56
Spoiler:
 

"Aaaaah..." Hésitais-je

Je remuais la tête de droite à gauche en me massant la nuque.

"J'aurais été définitivement plus rassuré avec un ange gardien pour me souffler à l'oreille quelles sont les cartes de la même couleur."

Le trentenaire rigola franchement et répondit avec humeur:

"Héhé ! Je te comprends mon ami. On aimerait tous avoir une méthode infaillible pour gagner ! Mais nous ne pouvons malheureusement compter que sur notre chance et notre intuition !"

Il me tapait l'épaule d'un geste rassurant et me souriais avec une fausse chaleur. Si il ôtait ses lunettes noires maintenant, je suis sûr qu'elles révéleraient des yeux froids et calculateurs.

Je lui rendit son sourire et dressais l'oreille.

Je n'avais définitivement pas proféré ma dernière phrase pour le bien de la discussion. Non, cette déclaration sous la forme d'une petite blague était un message. Un message enfermé dans une bouteille puis envoyé à la mer dans l'espoir d'atteindre son destinataire. Si l'océan n'était pas bienveillant, il ne me resterais plus d'autre choix que de décliner l'offre de l'escroc sous un prétexte quelconque. Mais si, généreux, il emportait mon message jusqu'à celui auquel il était destiné, alors...

!!!

Mon visage ne trahit pas mon excitation, mais à l'intérieur de moi, je lançais aux cieux un hurlement de triomphe.
Il y a des mots qui sont jugés par le cerveau comme plus intéressants que d'autres. Par exemple, si au milieu d'un dîner de famille, vous discutez avec votre voisin d'un sujet bateau, personne n'entendra ce que vous dîtes en dehors de votre interlocuteur. Mais osez laisser le mot «sexe» sortir de votre bouche, et vous pouvez être certain qu'il parviendra à l'oreille de toutes les personnes à portée de voix, et qu'elles se verront naître un intérêt tout particulier pour votre conversation, même si elles n'y laissent rien paraître.
Chaque personne a son propre registre de mot jugés pertinents qui parviendra à son oreille en toute circonstances. Mais en dehors même du vocabulaire humain, ce phénomène peut aussi concerner toutes sortes de sons et de bruits. Le cri Wilhelm est un effet sonore issu d'une «private joke» entre quelques célèbres cinéastes. Ceux-ci ont commencé à l'introduire dans de nombreux de leurs films, et le clin d’œil a commencé à se répandre dans tous les médias utilisant une bande son. Quand nous ne sommes pas au courant de son existence, c'est comme si nous ne l'entendions pas, mais quand nous connaissons la référence, on se rend compte que le cri Wilhelm est partout.

De la même manière,Je savais bien que je je fut le seul à entendre un léger claquement de bec résonner soudainement. Après tout, personne d'autre que moi n'en était capable dans ce casino, excepté peut être Hugin, s'il n'avait pas été occupé à provoquer des inconnus un peu plus loin. Ce léger son était un signal mis au point par Munin pour avertir d'un éventuel danger tout en restant parfaitement discret. Il était indécelable par quelqu'un n'en ayant pas connaissance, car il se mêlait parfaitement au bruit ambiant, mais à mes oreilles, il était aussi bruyant qu'une alarme incendie. Et c'était heureux, car j'avais vécu l'enfer à cause de cette connerie.
Persuadé que c'était indispensable pour assurer ma sécurité, Munin s'était mis en tête de m'apprendre à entendre ce signal par tous les moyens. En fait, non. Par un seul moyen. Le pire.
A n'importe quel moment de mes nuits, quoi que je fasse, que je sois alerte ou dans les nuages, que je sois occupé ou désœuvré, je vivais sous la menace d'une épée de Damoclès. Cette épée, c'était le bec du corbeau, qui venait de temps à autre violemment me frapper en arrière de la tête sans aucune pitié. La seule méthode me permettant d'éviter cette punition était de parvenir à entendre ce petit claquement de bec presque indécelable à l'oreille humaine qu'il faisait quelques secondes avant d'attaquer, et de répondre par un claquement de langue.
Il m'avait fallu presque sept nuits de douleurs avant de parvenir à réussir cet exercice avec un semblant de régularité. Sept nuits de terreur et de blessures, à vivre dans la peur de l'impitoyable coup de bec, mais sept nuits dont, je devais bien l'admettre, avaient portées des fruits que je m’apprêtais à récolter.
Je fit un claquement de langue que l'escroc dû interpréter comme un tic nerveux, mais lourd de sens pour celui a qui il était vraiment destiné.

"Je crois que je vais me laisser tenter par ce petit jeu."

L'arnaqueur frappa dans ses mains, et afficha son premier vrai sourire depuis que je l'avais rencontré. Il me tendit un stylo avec lequel j'écris ma signature en bas du contrat, et une substance gélatineuse correspondant aux cent Evs empruntés se déposa de mon côté de la table.
Alea Jacta Est.

Du coin de l’œil, je remarquais une ombre se glisser derrière mon adversaire à bonne distance. Si je pouvais faire confiance à Hugin en tout ce qui concernait les tactiques et stratégies de combats, les intrigues politiques, la fourberie et l'espionnage étaient du domaine de son petit frère. Je pouvais également lui faire confiance pour sa vision bien plus développée que celle des humains grâce à son statut de corbeau.

« On y va ? »
« Ouais. »

La proie qui pensait encore être le chasseur mélangea les quatre cartes dans sa main, les posa face cachée sur la table les unes à côté des autres, puis se redressa et me sourit.

« La mise de départ est de dix Evs. Elle augmente de dix à chaque manche. Ça te va ?»

A merveille.

« Ouaip. »

Avec un petit geste de la main, l'escroc indiqua les cartes et me rappela les règles. Je dois choisir deux cartes, et je les retourne en même temps. Si elles sont de la même couleur, je gagne la mise. Sinon, c'est lui qui remporte la manche.

Avec une hésitation feinte, je passais ma main droite au dessus des cartes, comme si je réfléchissais à celles que j'allais retourner. Par deux fois j'entendis le petit claquement caractéristique que j'attendais. Et moi qui m’inquiétait de savoir si Munin avait eu le temps de voir le recto des cartes...

je fit semblant de réfléchir quelques secondes de plus. Puis je posais résolument mes mains sur deux des quatre cartes face cachées, et les retournais d'un bloc.

Cœur et trèfle. Rouge et noir. Perdu.

Je souris intérieurement.

Comme prévu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2724
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 27

Explorateur Onirique
Ed Free
Explorateur Onirique

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 6959
Honneur: 984
MessageSujet: Re: Irruption de dégénérés à kazinopolis (Tous) Lun 6 Jan 2014 - 1:09
Quelqu’un qui cherchait quelque chose de douteux était attiré par le grabuge ; un peu de bruit réveilla ma suspicion et je tournais mon regard vers les problèmes engendrés. Un jeune homme, un foutu Voyageur, évidemment, fallait jamais chercher plus loin qu’eux quand y avait du bordel quelque part, était accusé de quelque chose de louche, et j’espérais que les preuves étaient plus que le fait qu’il se trimballait avec huit sacs dans ses bras. Mais le type avait rapidement compris que fuir était un bon moyen pour dissiper les malentendus, et il se dirigea comme il put en direction de la porte d’entrée. Je m’approchai à pas leste de la scène, mais le manque de motivation que ce fut aussi simple m’empêchai de foncer sur lui et agripper son cou comme un voleur. J’avais surtout peur que ces abrutis chargent dans le tas sans savoir qui était vraiment le méchant ; un Voyageur, c’était comme un Rom : facile à accuser.

Un sac fut jeté sur le client le plus proche, et le Voyageur s’enfuit, tellement proche de ses sous qu’il dégagea avec sans penser que du lest en moins aidait les jambes à courir plus vite et plus longtemps. J’allais proposer mon aide pour résoudre cette affaire, et s’il s’avérait que c’était effectivement un petit con, je pourrais encore le rattraper, mes lunettes l’avaient encore en visuel. Mais heureusement, je n’avais pas besoin d’avoir des interactions sociales avec des gens, parce que je trouvais une pièce à conviction qui allait mal passer : un petit jeton bleu ébréché. Mon petit jeton bleu ébréché, qui traînait sur le sol en ivoire du pallier, entre l’index et le pouce du gars encore sur le cul.
Mon petit enfoiré de merde de voleur de mes couilles…


« Ne vous inquiétez, pas, j’en fais mon affaire », dis-je rapidement aux gens avant de redresser mes lunettes de soleil.

Lunettes extrêmement pratiques qui me permirent non seulement de suivre la course du gars, en voyant son aura, ainsi que camoufler à tous une expression de haine qui aurait donné de la pitié à la future victime. On ne se barrait pas avec mon flouze en me faisant passer pour une prune. Jamais. J’allais lui faire regretter d’être entré dans ce Royaume et d’avoir des idées stupides à la con.

Je fis un énorme bond dès que je sortis du casino pour sauter les marches, et mon atterrissage fissura légèrement le sol. J’allais retrouver ce gars et lui faire la morale à coups de tatane. Je n’avais pas mon panneau sur moi, je l’avais laissé au vestiaire du casino, mais mes poings suffiraient. Ma course diabolique pour rattraper le gars commença, et j’enfilais les mètres le plus rapidement possible en profitant de ma vitesse de pointe de Voyageur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 327
Date d'inscription : 06/07/2013
Age du personnage : 21

Voyageur Expérimenté
Dan Sorro
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 80
Renommée: 758
Honneur: -120
MessageSujet: Re: Irruption de dégénérés à kazinopolis (Tous) Lun 6 Jan 2014 - 2:52
Des fous, il savait que Dreamland était un endroit sacrément décalé par rapport au monde "réel", mais ce n'est que dans ce genre de situation que l'on s'en rendait pleinement compte. Bon dans un sens il n'était pas mieux qu'eux, pourquoi garder les sacs avec lui alors qu'ils l'alourdissaient? La réponse qu'il vous donnerait risquerait de vous dérangez, mais pour lui c'était purement naturelle. Cet argent ne lui appartenait peut être pas, mais il n'y avait aucune preuve qu'il appartienne aux autres. Alors certes il avait à contre coeur sacrifié un sac sur la gueule du chaton, mais c'était uniquement par soucis de diversion, la perte de ce sac lui restait d'ailleurs en travers de la gorge. Heureusement la perspective que ces salauds puissent s'entre-tuer pour l'obtenir restait plausible donc satisfaisante. Il tourna au hasard des rues pendant de longues minutes, jusqu'à trouver ce qu'il cherchait. Un coin perché, désert, avec une vue plus où moins sympa. Fallait aimer les paysages type Los Angeles, m'enfin bon.

Il jeta ses sacs à ses pieds puis posa son cul sur le muret qui le séparait du vide précédant une chute douloureuses mais non mortelle de quelques mètres de haut. En plus il y avait une benne   à ordures assez pleine qui parfumait agréablement les environs. Le reste semblait être simplement un immense boulevard qui finissait aux pieds du mur sur lequel il se trouvait.

Ses yeux ne quittaient pas les sacs, il avait certes, réussit à empêcher les profiteurs de les obtenir, mais désormais il allait falloir en faire quelque chose de cette merde. Maintenant il n'y avait plus l'ombre d'un doute pour lui, cet argent était sale, bien qu'il ne l'ait pas lui même volé, d'autres personnes auraient pu le faire à sa place. Une théorie commençait à germer très lentement dans les tréfonds de son cerveau abîmé par l'alcool et le bédo. Peut être, non, il s'était fait piégé par le casinos, ça coïncidait parfaitement avec la disparition de son sac d'ailleurs! Mais puis ce qu'ils étaient tous les même, et que comme un con il n'avait pas compté la somme remporté il n'avait aucun moyen de le retrouver. Donc pas de preuves pour dénoncer la fourberie de cette organisme. Un long soupire désespéré traversa ses lèvres alors qu'il prenait sa tête dans le creux de ses mains. Peut être ferait-il mieux de ramener simplement les sacs là où il les avait trouvé, dans un sens ça l'ennuyait puis ce que, si il avait raison. Et que le casinos s'était bien foutu de sa gueule. En revenant il se ferait de nouveau traiter de voleur et sûrement lyncher comme un mal propre.

Soudainement des bruits de pas le sortirent de sa torpeur, un mec portant des lunettes de soleil semblait venir dans sa direction. Deux options s'offraient à Dan, soit c'était un simple rêveur qui s'égarait dans ce coin désert. Soit, c'était un putain d'obstiné qui venait s'emparer du fric qui n'était probablement pas à lui. Il avait quand même réussit à le suivre jusque là, donc c'était un voyageur, de plus il avait l'air balèze. Non pas qu'il soit forcément très grand, où très musclé, mais merde il ne lui inspirait rien de bon. Une sorte de terreur glaciale figea le jeune voyageur qui mit quelques secondes de trop à retrouver son sang froid. Désormais s'échapper n'était plus possible, il ne lui restait plus qu'à... mais que faire justement dans ce genre de situation?

Sans prétendre que c'était la chose la plus intelligente qui lui soit passer par la tête, Dan ne se dégonfla pas puis se mit à agir pour rattraper son retard. Il s'empara des sacs puis les lança dans le vide. Tous tombèrent dans la benne. Tous, sauf un qui s'éclata par terre. Il souffla de nouveau puis sans tenter de comprendre ce qu'allait faire l'autre traqueur il sauta. La tension était à son comble, l'adrénaline parlait à travers son corps. Il ne resta pas plus de quelques secondes en l'air, pourtant ça lui sembla durer une éternité:

-Whouuuuuuuua!

Il s'écrasa pathétiquement sur les sacs laissant un désagréable gémissement lui échapper, les jambes n'avaient pas aimées, rien de cassé, mais en revanche il n'allait pas pouvoir courir avant quelques minutes de repos. Si l’autre malade en haut n'était pas trop taré, ça lui laissait amplement le temps ... de s’enfuir en benne à roulette! Il ne l'avait pas remarqué mais cette dernière avait des roues, un miracle! Quoi que, la benne avait certes des petites roues, mais pas de freins, la descente du boulevard gagnait chaque secondes en vitesse, mais le pire était sûrement l'absence de volant pour diriger cette odorante caisse à savon:

-Dégagez!

Hurlait-il au passant, la traversée du boulevard se fit ainsi sans encombres, jusqu'à ce qu'il percute l'impasse à laquelle cette avenue menait. Pourquoi? Pourquoi avait-il fallut que cette avenue soit au finale une double impasses ? Pourquoi ? Désormais bloqué, il termina sa course dans un hurlement sans précédent fermant le capot de la benne juste avant la violente collision entre son convoi et l’implacable étendue de bétons érigé devant lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Irruption de dégénérés à kazinopolis (Tous) Aujourd'hui à 13:35
Revenir en haut Aller en bas

Irruption de dégénérés à kazinopolis (Tous)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 2 :: Kazinopolis-