Haut
Bas

Partagez|

Quête : The shadow part 2 [PV : Dante di Stefano]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Surnom : The Death Voice
Messages : 494
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 23

Maraudeur des rêves
Riku Kaisuki
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 107
Renommée: 1630
Honneur: 148
MessageSujet: Quête : The shadow part 2 [PV : Dante di Stefano] Lun 2 Déc 2013 - 2:11
*clac*

En sueur, le jeune homme finit d’enfiler son casque. Il fixe les attaches de sa mentonnière de chaque côté, réajuste ses épaulières, et rejoint le huddle qui l’attend. Le quarterback annonce la formation ; ils doivent parcourir cinq yards pour obtenir le first down, et ils verrouillent les courses. La formation est passée de deux à quatre receveurs, une chance pour Riku qui n’attendait que ça pour avoir une chance d’entrer sur le terrain. Il prend une grande inspiration, écoute les routes annoncées par le leader de leur escouade offensive. Quatre-vingt-dix-neuf quatre-vingt-dix-neuf, ace open stop and go. Concrètement, il va falloir courir très vite. Si le cornerback est placé suffisamment loin, s’arrêter brusquement pour un « hook », donc un retour sur un yard vers le quaterback pour tenter de récupérer la passe, puis enchaîner s’il n’y a pas lancer et  repartir tout droit le plus vite possible, prêt à recevoir la balle, en « fade ». Une formation relativement claire. Le jeune homme se met en « wide », cela veut dire qu’il est le plus à l’extérieur de la formation, bien sur la ligne formée par l’offensive line. Il fait signe à l’arbritre qui lui confirme son bon placement, puis attend. Dans un silence des plus tendus, le quaterback commence son décompte habituel avant que le centre ne lui passe la balle.

*LE QUINZE, LE QUINZE !!*

* READY !!*

*HUT !*

*HUT !*

La balle part aussitôt et claque dans les mains du passeur qui se recule derrière sa puissante ligne, partie directement bloquer la defensive line de l’autre équipe, se plaçant de sorte à protéger leur lanceur aussi longtemps que possible et lui donner le temps de lire les courses de ses coéquipiers. Au même moment, Riku est parti, poussant sur son pied d’appui brutalement pour s’élancer dans un sprint de toutes ses forces, tentant de se placer au plus vite pour recevoir le ballon. Arrivé à deux yards de son adversaire, il se retourne, fait mine de repartir vers le quaterback, attend de voir, et la balle n’arrivant pas, fait demi-tour en appuyant sur l’épaulière de son vis-à-vis pour l’éviter et poursuivre son tracé. Il tourne la tête, la balle arrive ; son regard n’est plus concentré que là-dessus.  Sans réfléchir, il tend les mains juste devant lui, au niveau de son bassin, formant un puit pour accueillir sa cible. Et en un instant, le ballon est dans ses mains, atterrissant dans un claquement alors que l’équipe du receveur exulte ; il a pris le first down, mais surtout, il s’est dégagé de son défenseur, et n’a plus qu’à donner tout ce qu’il a dans une ultime course vers l’end-zone, pour marquer son premier touchdown. On hurle, d’un côté pour encourager l’attaquant à aller jusqu’au bout, de l’autre à ce que l’un des défenseurs le rattrape et le mette à terre pour l’empêcher de marquer, surtout que la montre n’annonce plus que quinze secondes dans le dernier quart-temps. Leur équipe perd de trois points… Alors il court, déterminé, sans penser à la tension qui s’étend progressivement à toute la longueur de ses jambes, à son souffle qui se fait plus haché. Il court, observant malgré lui ce safety qui remonte derrière lui, sprintant de toutes ses forces pour empêcher la défaite de son équipe. Plus que dix yards, cinq… Il se rapproche, et commence à plonger pour aller le plaquer. Pas le temps de réfléchir. Riku met ses deux bras autour de la balle, et pousse sur ses jambes en plongeant droit vers l’end-zone. Le défenseur n’a pas suffisamment anticipé, et s’écroule au sol là où se tenait le receveur quand celui-ci retombe dans la end-zone, provoquant des hurlements de joie du côté de l’équipe de Riku, qui vient de marquer les points de la victoire. L’arbitre lève les bras pour signaler que le touchdown est valide. Vingt-deux à dix-neuf. Il ne reste alors plus qu’au kicker à convertir le dernier point du match pour confirmer la victoire des dockers de Nantes. Et sous les félicitations de ses coéquipiers, le jeune homme regagne tranquillement le bord du terrain sous les yeux admiratifs et en même temps inquiets de sa petite amie, qui est venue assister pour la première fois à un match du châtain. Souriant, il lui fait un petit signe de tête, auquel elle répond d’un sourire encore plus large, lui signifiant qu’elle est fière de lui. Quelques secondes plus tard, toute l’équipe célèbre la victoire, rejoignant ensuite le vestiaire tout en félicitant le receveur rookie pour sa performance. Satisfait, le jeune homme regagne sa tenue habituelle une fois douché et rejoint Hikari qui l’attend patiemment pour finir la journée en amoureux. Tout sourire, le jeune homme lui prend la main, et ils rentrent ensemble à son appartement pour passer la nuit tous les deux. Un petit repas, commandé au préalable chez le traiteur chinois les attend, posé sur la petite table du salon. Riku allume des petites bougies, et ils mangent tous deux, se regardant dans les yeux avec un air un peu niais comme ils le font à chaque fois – oui en réalité seulement lui mais il apprécie de le raconter ainsi – puis ils s’allongent dans le canapé, où Riku peut profiter d’un massage pour soigner ses épaules et ses bras endoloris, ce qui le détend complètement alors qu’une émission quelconque présentant divers paysages de rêves passe à la télévision devant eux. Du coup, il pense aux vacances… Oh comme il adorerait pouvoir partir loin, juste lui et celle qu’il aime, loin du stress de leur boulot, des cours… Juste eux deux dans un coin isolé, paisible, où ils pourraient se prélasser l’un contre l’autre avec bonheur… Et alors qu’elle continue de le masser, le jeune homme ferme les yeux sans même s’en rendre compte, ces douces pensées en tête. La nuit à Dreamland sera plutôt calme… Du moins c’est ce qu’il pense. Parce que l’image d’un dauphin lui vient alors ; ce voyageur, qui se transformait en dauphin et était tout raccommodé de partout ! Celui pour lequel l’invocateur avait dû affronter des espèces de scientifiques requins bizarres, tout ça pour le voir crever après en laissant un message des plus incompréhensibles. Il avait un peu oublié tout ça jusque-là. Mais qui dit tropiques dit dauphin… Il y avait peut-être quelque chose d’intéressant à voir par là…. Et pour une fois il irait dans un royaume à première vue paisible. Morphée acheva de le convaincre d’arrêter de réfléchir en le faisant une bonne fois pour toutes sombrer dans un sommeil profond.

***

Lorsqu’il ouvrit les yeux Riku manqua d’être aveuglé par la soudaine différence de clarté. Passer de son salon faiblement éclairé ambiance romantique à un putain de flash solaire, impossible de ne pas se retrouver à moitié aveugle pendant plusieurs secondes. Se laissant retomber dans ce qu’il identifia rapidement comme étant du sable, le necromancer prit le temps de réhabituer ses yeux à la lueur ambiante avant de les rouvrir le plus lentement possible. Une fois que sa conscience lui permit de se redresser et d’identifier assez nettement le paysage alentour pour ne pas se prendre un palmier tous les deux mètres, il se redressa, se frotta un coup les yeux, et entreprit de se diriger vers le centre de la plage où il avait atterri, où il pouvait apercevoir une sorte de grande paillote qui avait l’air plutôt peuplée ; probablement un bar. Le royaume des tropiques portait bien son nom ; paré de couleurs exotiques, l’endroit semblait être une sorte d’immense station balnéaire avec des plages s’étendant à l’infini. L’eau était cristalline, et l’on pouvait y voir des myriades de poissons de toutes les couleurs y battre des nageoires à toute vitesse dès qu’un touriste avait le malheur d’approcher un peu trop son regard. Des palmiers constituaient la principale flore que l’on pouvait apercevoir.  Des oiseaux multicolores volaient en tous sens, piaillant au-dessus des –trop- nombreux locaux, qui se prélassaient en toute intimité dans des petites paillottes construites le long de la plage et qui les abritaient de rayons du soleil, qui tapait fort d’ailleurs le bougre.  Heureusement, la tenue de Riku avait eu la bonne idée de s’adapter aux mœurs locales : il portait un haut à capuche manches courtes de couleur claire, qu’il avait laissé ouvert de sorte à rester torse nu, et un grand short de bain aux motifs hawaïens de couleur blanche. Il en aurait presque eu envie de se baigner s’il avait oublié la raison pour laquelle il était venu dans ce royaume. Soupirant un peu à l’idée de devoir questionner toute la plage, l’invocateur s’avança néanmoins vers la paillote-bar qu’il avait juste sous les yeux. L’endroit semblait plutôt modeste, la clientèle, plutôt rare, était installée çà et là dans divers coins de la terrasse dédiée, la mine sombre, ou le regard dirigé droit vers la fille d’à côté grave bonne. Cette image fit rire le dead maker qui se faufila jusqu’au comptoir, et attendit que le serveur remarque sa présence au milieu des paires de nichons pour poser sa question :

« – Excusez-moi mais.. Vous n’auriez pas vu récemment passer par ici un type… Un voyageur en fait, qui peut se transformer en dauphin !  L’air complètement hagard ? Probablement porté par un ou deux gars.

– Hmmm… Faudrait préciser petit. Des gars comme ça, y en a des tas par ici, j’en ai vu passer un certain nombre rien qu’aujourd’hui. Alors sois tu poses une vraie question, soit tu resteras toujours autant coincé. »

Ce sale type osait. Riku bouillait au fond de lui, et eut bien envie de lui en décoller une bonne, mais il n’avait pas non plus particulièrement envie de se frotter aux gardes de la porte d’entrée.  Allez papy, apprends-moi quelque chose, n’importe quoi, s’il te plaît… Surtout qu’au vu de la tronche des lascars derrière, ils ont pas franchement l’air d’apprécier les gens un peu trop curieux… Et avec ce temps et ce paysage, il n’était pas certain que sa conscience reste prolifique encore longtemps… Après tout, la plage, c’est fait pour en profiter non ? Et ben non, même là, lui il était là pour le boulot.  Fuck la vie. Serrant les poings, il prit tout de même sur lui, et releva les yeux vers son interlocuteur pour lui demander :

"- Bon alors, est-ce que vous savez où je peux trouver un village de dauphins ou des voyageurs ayant un pouvoir lié aux dauphins ?

- Hmmm... C'est rare ça des voyageurs liés aux dauphins, faut en avoir peur de ces bestioles. Essaie du côté du parc aquatique là bas, ils en sauront peut-être un peu plus. "

Intrigué, le jeune homme dirigea son regard dans la direction que pointait du doigt le barman. Au loin, il pouvait voir une sorte de dôme d'où s'échappaient divers toboggans de toutes formes et couleurs. Ce serait peut être le moment de profiter un peu de la nuit...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 135
Date d'inscription : 15/08/2012
Age du personnage : 20

Nouveau challenger
Dante Di Stefano
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 160
Renommée: 410
Honneur: 97
MessageSujet: Re: Quête : The shadow part 2 [PV : Dante di Stefano] Mar 3 Déc 2013 - 21:41

Monde Réel


Certains consacrent leurs journées au travail tandis que d'autres préfèrent y consacrer leurs nuits ; Dante faisait partie de la seconde catégorie. C'est pourquoi, de toutes les fenêtres qui quadrillaient son internat, seule la sienne laissait filtrer la pâle lueur d'une lumière produite par des néons. Le jeune homme était penché sur une feuille bien loin d'être blanche qui, au vu des équations et autres abberations numériques qui la recouvraient, ne devaient pas être étrangère aux maths. S'énervant sur la feuille, Dante rédigeait son DM de Maths, avec la passion et l'enthousiasme d'un bagnard ricain qu'on conduit à la chaise électrique.

Mais il n'avait pas le choix, et cela l'embêtait grandement. « Choix », « vœu », rien que ces mots suffisaient à faire monter aux lèvres du Nécromancien onirique un flot de bile. Ah, que la vie à Dreamland lui paraissait simple, en comparaison de celle réelle, de l'Inconnu qu'il s'apprêtait à vivre maintenant qu'il devenait adulte. Inconnu qui avait des alliés solides, capable d'effrayer Dante et d'autres jeunes hommes dans son cas ; des alliés nommé « Travail », « Logement » ou encore « Avenir ».

Non, la vie à Dreamland semblait finalement bien plus facile. Il s'agissait de survivre, certes, mais le monde onirique offrait au jeune homme des armes à même de lui permettre de se défendre et de continuer à vivre. Le monde réel, lui, pas tellement. Enfin si, il y avait des armes, de celles qu'on appelle familièrement « Bourses » et qui sont communes aux élèves masculins comme féminins. Mais cela ne permet pas de lutter contre les cavaliers de l'apathie, nés avec une cuillère en argent dans la bouche et un solide sens du mépris, de l'insouciance. C'était du moins comme ça que Dante voyait le monde, d'une manière plutôt imagée, plutôt cliché mais, hélas, pas si erronée que ça. Et, vu qu'il manquait de moyens financiers, il n'avait malheureusement pas ce « choix » dont le bassinait son entourage. Il s'apprêtait à faire des études d'ingénierie (qui sait ? Peut-être que ça lui plairait... et dans le cas contraire, il y avait toujours de l'argent) et ne se voyait plus que comme ingénieur. Une idée à la fois excitante et effrayante, mais dans un contexte de crise, le jeune homme préférait faire le bon choix, justement, ou plutôt se laisser guider par le bon sens.

Ses yeux finirent par tenter de se fermer sans demander son avis au cerveau, ce qu'il ne put accepter,  se tapotant les joues afin de mieux se concentrer. Mais il est difficile de plancher sur un devoir de mathématiques, surtout lorsqu'il s'agit d'un problème lié aux vacances. Qui en avait à foutre sérieusement de savoir quelle était la probabilité qu'un vacancier vienne se baigner sur une plage B sachant qu'il s'était baigné la veille sur une plage A ?  Personne, ni même le prof, mais ce dernier n'avait rien trouvé de mieux pour rappeler d'agréables souvenirs de vacances à ses élèves et ainsi leur coller une petite déprime passagère, mais peut-être que ça partait d'une bonne intention.. ?

Rassemblant toutes ses forces, le jeune Di Stefano, qui avait emménagé à l'internat à la rentrée de terminale, tenta de relever la tête, de reprendre son stylo en main et de finir l'exercice comme tous les autres élèves de sa classe. Mais si sa main et son cerveau semblaient avoir décidés d'obtempérer, ses yeux lui dirent clairement « non » et le reste du corps ne tarda pas à suivre...




Dreamland : Retour au Royaume des Tropiques.


L'agitation régnait dans le parc aquatique ; ci et là, des rêveurs et rêveuses se baignaient, dans la joie et la bonne humeur. Il y en avait pour tous les goûts, et pas un seul toboggan n'avait la même forme, ni la même couleur. Certains étaient d'un bleu plutôt pâle et d'une hauteur respectable, et l'eau qui y circulait allait relativement lentement, laissant les baigneurs dériver de manière détendue. Ils étaient souvent fréquentés par des couples oniriques, et certains étaient des tubes entièrement fermés, accordant toute leur intimité aux personnes à l'intérieur, ce qui permettait à certaines créatures de copul... ahem, d'allier leur passion pour la glisse avec un tout autre sport de glisse...

D'autres, bien au contraire, des grands enfants aux femmes mûres en mal de sensations fortes, dévalaient les toboggans rouges à ciel ouvert que l'eau arpentait avec une vitesse digne de celle d'un karcher. Parmi ces têtes brûlées, il y avait quelques rêveurs en proie au désespoir le plus profond : certains étaient hydrophobes, d'autres étaient juste effrayés par la vitesse... et l'un d'eux avait peur de la mort et de tout ce qu'elle représentait.

Le jeune Dante Di Stefano, nécromancien de son état, s'égosillait de toutes ses forces, maudissant Dreamland de l'avoir fait apparaître dans un de ces « putain de toboggans merdiques ». Il était vêtu d'un charmant maillot de bain rouge et blanc, sur lequel figurait l'image d'une Voyageuse qu'il avait déjà rencontré : Megan Cole, armé de sa célèbre canne à sucre (que le crâne de Dante avait eu l'honneur de faire la douloureuse connaissance).  Mais le jeune homme ignorait tout du spectacle qu'offrait son maillot, il ne savait pas qu'il était de retour au Royaume des Tropiques, ou même qu'il allait percuter une magnifique jeune fille rousse à la poitrine généreuse dans moins d'une minute. Pas plus qu'il n’apercevait le drone onirique qui flottait à quelques mètres de son visage, et qui prenait une photo de lui afin de la lui revendre à l'accueil, contre quelques menues et trébuchantes Evs.

Non, offrant au drone le spectacle de ses amygdales, Dante déchargeait toute l'adrénaline présente dans son corps. Et il ne tarda pas également à vider le contenu de son estomac. Sur la caméra. Du drone. Et il en sortit une magnifique photo, contenant plus de nuances de vert et de rouge qu'un portrait de Verlaine

Mais laissons ces détails poétiques aux possibles amateurs de Verlaine présents à l'accueil et revenons à quelque chose de plus intéressant. De plus agréable, comme les deux obus de chair au milieu desquelles la tête du jeune homme s'écrasa, arrosant par la même occasion leur détentrice, qui était vraiment, vraiment jolie, d'une matière colorée et odorante et compromettant ainsi toute issue potentiellement romantique à leur rencontre.


- Beurk ! Mais t'es malade !? C'est dégueulasse! s'écria la belle rousse, fulminant d'une rage que seul un profond dégoût peut provoquer.
- Mais... J..Je.. Dé.. Désolé... balbutia Dante, tentant péniblement de reprendre sa respiration. J..Je ne... vo.. voulais...

La jeune femme ne lui avait pas laissé le temps de s'exprimer et, résistant visiblement à l'envie de séparer la tête du nécromancien de ses épaules, elle partit d'un crawl rapide. Reprenant son souffle et renonçant à tenter de parler afin d'éviter de s'infliger un autre échec oral, Dante tenta de faire le point sur sa situation : il réalisa rapidement qu'il se trouvait dans un parc aquatique et, donc, très certainement au Royaume des Tropiques. Maugréant contre son infortune, il avisa le premier péon venu -après tout, si Dreamland l'avait envoyé ici, c'est qu'il y avait une raison- et le héla en agitant son bras droit dans sa direction. Après tout, autant essayer de mêler l'utile à l'agréable (enfin, en évitant les toboggans trop rapides) et voir si quelqu'un, capable de payer en EV, n'avait pas besoin d'aide.

- Hé ! Toi, là-bas ! Oui, toi, avec le short hawaïen et les cheveux bruns ! Dis-moi, t'as l'air un peu perdu, tu cherches quelque chose ? Je peux t'aider si tu veux... enfin, si t'en as les moyens.

Le jeune homme se rapprocha de l'individu, en adoptant une brasse lente et décontractée. Il tentait d'afficher un sourire confiant, et d'essuyer discrètement l'écume verdâtre qu'il avait au coin de la lèvre droite.

- Au fait, moi c'est Dante Di Stefano, j'suis un Voyageur. Et toi?

Dante espérait deux choses : premièrement, que le type cherchait réellement quelque chose et, deuxièmement, qu'il avait les moyens de le payer s'il l'aider à le trouver.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : The Death Voice
Messages : 494
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 23

Maraudeur des rêves
Riku Kaisuki
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 107
Renommée: 1630
Honneur: 148
MessageSujet: Re: Quête : The shadow part 2 [PV : Dante di Stefano] Lun 9 Déc 2013 - 11:44
Le royaume des Tropiques était réellement l’incarnation de ce que bon nombre de gens sur Terre rêvaient de vivre ; un endroit paradisiaque, une eau claire, le soleil en permanence, et l’interdiction de penser travail. Un endroit où les gens se contentent de profiter de la vie, la plupart n’étant que de simples rêveurs, d’autres des voyageurs prenant une petite pause dans leur quotidien d’ordinaire totalement dérangé et stressant… Riku comprenait au fond que ce royaume attirait autant de monde, il avait tout ce qu’il fallait pour faire une bonne station touristique : la plage tropicale, les parcs aquatiques, les aquariums, les spectacles, les thalassos… Il était difficile de ne pas trouver chaussure à son pied tant il y avait de choix. Dans le cas du jeune homme, le sien était vite fait, il n’aimait pas du tout cet endroit. Alors oui ok le côté vacances idéales un peu bling bling wouah c’était cool c’est vrai, mais bordel le monde qu’il y avait détruisait complètement le côté paradisiaque de l’endroit ! C’était un miracle si l’on pouvait voir un grain de sable sur la plage tant elle était noire de monde, il était impossible de prendre un toboggan sans tomber sur quelqu’un à la sortie, et il y avait des files d’attentes interminables pour la moindre attraction. Où était l’intérêt, le côté fun et détente là-dedans ? On transformait le plus paisible des royaumes en une simple ville de la côte d’azur au mois de Juillet. Insupportable.  Soupirant, le jeune homme se faufila comme il put jusqu’au parc que lui avait indiqué le barman. L’enseigne était facilement reconnaissable et représentait un immense dauphin au milieu de vagues fougueuses. L’endroit était un grand dôme couvert de baies vitrées, d’où s’échappaient plusieurs toboggans de toutes les couleurs, qui filaient en tous sens et se croisaient, laissant échapper des flux d’eau plus ou moins forts, provoquant des cris plus ou moins forts en réaction. De nombreux bassins permettaient aux baigneurs de choisir leur baignade, entre les eaux chaudes, les eaux froides, les piscines à vagues, les spots de surf, les bassins profonds pour la plongée, les bassins peu profonds pour simplement se poser, les plongeoirs plus ou moins hauts, les jacuzzis… Encore une fois, malgré le monde qu’il y avait, l’endroit permettait à chacun de profiter à sa guise de la piscine. Après cette observation qui lui donna plus envie d’aller faire trempette à son tour que de s’occuper de ses recherches, l’invocateur poussa les battants de l’entrée, pour arriver à l’accueil où une sorte de copie d’homme-poisson de one piece attendait les clients pour les guider vers les vestiaires. Le necromancer s’y connaissait assez peu en poissons, aussi il jugea simplement qu’il « devait s’agir d’un poisson-clown au vu de sa couleur », et s’approcha du comptoir. L’employé fit un large sourire et prit alors la parole :

« – Bienvenue monsieur ! Vous désirez un renseignement, ou simplement entrer ?

– Un peu des deux en fait. Pourriez-vous m’indiquer où ont lieu les spectacles de dauphin ?

– Bien entendu monsieur. Je vais vous l’indiquer sur le plan. Les horaires y sont également. Pour l’entrée, ce sera la porte sur votre droite, vous aurez des casiers pour ranger vos affaires en trop.   »

Aussitôt, l’employé s’empara d’un plan du parc qu’il déplia devant le jeune homme, et à l’aide d’un feutre, traça un cercle autour d’une zone précise, où l’on pouvait voir un grand bassin entouré de gradins qui attendait son public au fond du parc. Il faudrait traverser une nouvelle fois la foule et l’ensemble des piscines, mais c’était déjà ça. Le plan était relativement lisible, c’était toujours ça de pris. Il remercia l’homme-poisson, et franchit la porte qu’on lui avait indiqué. Une fois à l’intérieur, le spectacle qui attendait l’invocateur était au-delà de ce qu’il avait imaginé. La foule avait envahi les bassins, les toboggans étaient totalement inaccessibles tant il y avait de queue. Tous les panneaux de file d’attente indiquaient des temps de deux à trois heures  en étant en bout de queue. Les vagues du bassin spécifique soulevaient une telle foule que même l’eau débordait tant elle était pressée par toute cette présence écrasante. Les spots de surf étaient tellement blindés que les pratiquants se rentraient dedans régulièrement. Les postes de secours étaient débordés avec de nouveaux blessés ou malades qui arrivaient toutes les deux minutes. On aurait dit un mix entre un camp humanitaire et les piscines en Chine. Mais malgré le profond découragement qui toucha l’invocateur alors qu’il voyait cela, il s’engagea, espérant réussir rapidement à passer sans être bousculé ou écrasé sous un mouvement de foule qui déciderait d’un coup de changer de bassin. Il poussa un vieillard bourru qui ne le remarqua même pas, se faufila entre deux naïades qui pouffèrent de rire en le voyant rattraper sa chemise qu’elles avaient tenté d’enlever, esquiva le bar qui ne parvenait pas à suivre avec la cadence imposée par la foule qui arrivait sans cesse plus nombreuse à chaque fois, se fit engueuler par des baigneurs alors qu’il avait tenté de se faufiler au milieu de la file d’attente d’un toboggan, et fut contraint de trouver un coin où se poser un instant tant il était à bout de forces et avait le souffle court. Bon sang, cette atmosphère, ce monde… C’était irrespirable ! Comme une boîte de nuit en pire.  Mais le plus inattendu, ce fut ce qu’il se produisit alors qu’il passait à proximité de la bouche de sortie d’un des toboggans « extrêmes » du parc ; un courageux qui s’était lancé dedans fut projeté d’un coup hors du tube, et alla se cogner violemment contre Riku qui glissa en arrière sur plusieurs mètres, à moitié étourdi. Il entendit tout de même la conversation qui avait démarré juste au-dessus de lui. Apparemment un type cherchait du boulot. L’autre s’était contenté de lui répondre que s’il voulait, il pouvait aller chercher une bière pour lui au bar. Reprenant aussitôt ses esprits, le necromancer se redressa et interpella alors celui qu’il identifia comme le type qui cherchait un travail.

«  Hé toi, le brun là ! Tu cherches du boulot ? En fait je suis à la recherche de quelque chose dans ce royaume. Et avec ce monde… Disons que tout seul c’est un peu chiant. Je ne peux pas te garantir que tu vas y gagner quelque chose, parce que je suis pauvre, mais au moins tu ne t’ennuieras pas. »

Il avait du mal à vendre ce qu’il devait faire, d’autant plus que son interlocuteur avait l’air de chercher rémunération. Donc aux yeux du dead maker, cela paraissait relativement compromis. Malgré tout, il attendit une réaction du voyageur avant d’ajouter :

« Moi c’est Riku. Voyageur du royaume des morts. Enfin je suppose que ce n’est pas très engageant comme titre haha ! »

Sans attendre d’avoir son accord,  l’invocateur reprit son chemin, voulant tout de même ne pas s’attarder ; si l’autre voulait le suivre, il le ferait tout de suite, s’il n’était pas vraiment partant, tant pis, Riku parviendrait à se débrouiller seul. Même si dans un endroit aussi stressant, la compagnie de quelqu’un pouvait se montrer salvatrice pour ne pas devenir dingue. Au loin, il pouvait apercevoir les gradins du parc aux dauphins et autres créatures marines. Satisfait, l’invocateur reprit sa faufilade vers son objectif pour obtenir le plus rapidement possible des indices. Mais il fut subitement entraîné par un mouvement de foule alors qu’il était proche du portail. Et il avait beau hurler qu’il avait besoin d’aller dans l’autre sens, il n’avait pour seule réponse que des hurlements de joie qui annonçaient le début de la baignade tsunami. Rien que le nom indiquait clairement que le necromancer allait détester ça. Et il n’allait pas être déçu : à peine fut-il dans l’eau – sans même avoir eu le temps de retirer sa chemise – qu’une énorme vague souleva en partie la foule dans le bassin, et vint s’écraser sur l’autre côté de la piscine. Certains riaient, d’autres moins parce que la vague les avaient écrasé et tué sur le coup, Riku, lui, fut emporté et tourna dans tous les sens avant de parvenir à retrouver un semblant de stabilité et de se hisser hors du bassin, le souffle court. Bon sang, mais c’était quoi cette attraction débile ??? Le cerveau complètement retourné après ce roulé-boulé, le jeune homme dut attendre plusieurs minutes avant de pouvoir reprendre pleinement conscience et la maîtrise de ses mouvements. Il se redressa en prenant appui sur le mur à côté de lui, et il observa un peu le paysage autour de lui : il y avait de l’eau partout, des gens qui applaudissaient les survivants comme l’invocateur, des cadavres un peu partout que les secours ramassaient de manière imperturbable. Alors autant le jeune homme n’était pas choqué plus que ça de voir des morts, après tout il venait d’un royaume où c’étaient les habitants, mais la façon de mettre cela en scène, et l’amusement des gens… Là c’était totalement improbable. Toujours était-il qu’il devait aller au parc des créatures marines. Et cette fois-ci, pas de mouvements de foule intempestifs pour venir l’emmerder ; il poussa le portillon, qui le laissa entrer sans problèmes, et découvrit alors la multitude de scènes toutes prêtes, et de bassin où déjà des créatures de toutes sortes nageaient paisiblement tout en préparant leur numéro. Et au premier rang, entre les requins et les otaries, il y avait un bassin où un homme-poisson à tête de dauphin dressait deux de ses congénères purement animaux. Riku s’en approcha ; il devait interroger le dresseur. Mais un signal retentit au même instant, indiquant que les spectacles commençaient à cet instant. L’invocateur n’eut même pas le temps de réagir : la foule surgit aussitôt en se ruant vers les gradins, sans se soucier de pousser ceux qui les gênaient. Et après avoir reçu deux ou trois violents coups de coude dans les côtes, il se mit sur le côté, totalement submergé par cette marée qui n’avait pour seul objectif que d’assurer sa place assise, de préférence près des bassins ; nul doute que des meurtres allaient avoir lieu.

« Cet endroit est vraiment désespérant… Et comment que je fais pour interroger le dresseur dans ces conditions hein ?? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 135
Date d'inscription : 15/08/2012
Age du personnage : 20

Nouveau challenger
Dante Di Stefano
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 160
Renommée: 410
Honneur: 97
MessageSujet: Re: Quête : The shadow part 2 [PV : Dante di Stefano] Dim 15 Déc 2013 - 11:41


Un dresseur de pok... dauphins ?


- Ah, c'est sympa de ta part ! En fait, j'ai soif et si tu pouvais aller me chercher un verre, ce serait sym...
- Désolé, mais je ne rend pas ce genre de services ! répondit Dante, exaspéré.

Les Rêveurs (et même certains Voyageurs) semblaient croire que tout Dreamland était à leur service et qu'ils pouvaient donc demander n'importe quoi... Le jeune homme n'était donc pas étonné de la proposition faite par le jeune homme, même s'il restait réellement déçu. La rencontre avec cet égoiste avait heureusement eu un point positif puisque toute trace de rejet gastrique avait désormais disparu du visage du Nécromancien, ce qui lui permit de reporter son attention sur autre chose.

Un vacarme assourdissant régnait dans les environs. Les victimes du toboggan se succédaient dans un rythme effréné, tandis que de grands enfants jouaient à s'éclabousser, ou au contraire s'éloignaient un peu du tumulte pour partager un peu de tendresse.  Il ne semblait y avoir aucunes créatures des cauchemars, ni même aucun voyageur killer, mais on ne pouvait jamais en être certain et le jeune homme se mit à inspecter avec plus d'attention le parc et ses clients.

Perdu dans cet océan de bruit, tentant malgré tout de prévenir les possibles dangers, il fut surpris et alarmé quand une soudaine voix se fit entendre dans son dos.

L'individu qui interpellait ainsi Dante ressemblait beaucoup au Voyageur qu'il venait d'envoyer chier, même s'il se dégageait du nouveau venu une impression de calme assurance que ne possédait pas son pâle sosie. En se retournant, Dante trouva que cette homme avait une aura familière, dont il ne pouvait appréhender l'origine.

Du flot de paroles débité par le jeune homme émergea plusieurs éléments : premièrement, il s'appelait Riku et était Voyageur du royaume des morts, deuxièmement, il cherchait quelque chose dans ce royaume -mais quoi ? Dante ne le savait point- et troisièmement, il n'avait pas les moyens de payer mais promettait à Dante qu'il ne s'ennuierait pas.

Pourtant, seul le premier élément intéressa Dante. Et quand Riku reprit son chemin, sans attendre la réponse de son collègue nécromancien, Dante lui emboîta naturellement le pas. Ce soudain changement de comportement venait du fait que Dante s'était récemment engagé aux côtés de Chironheim -du moins, c'est ce qu'il croyait- et considérait donc tout Voyageur du royaume des morts comme un possible moyen d'ascension dans la hiérarchie. Cela aurait pour conséquence de permettre à Dante de retrouver son père.

Surplombant un grand bassin, on apercevait au loin de grands gradins bruns, sur lesquels siégeaient déjà bon nombres de visiteurs. C'était vers cette destination que semblait aller l'homme que Dante suivait, et le nécromancien commença à se poser bon nombres de questions au sujet de l'objet des recherches du Voyageur. Était-ce un déserteur ? Ou bien un artefact de grande valeur ?

Quelque cela puisse être, ils n'eurent pas l'occasion de s'en rapprocher car un soudain mouvement de foule les fit rebrousser chemin. Voyageurs, rêveurs ou même créatures des rêves, tous se rendaient dans le sens opposé du parc au dauphin, vers un bassin bien plus petit. Riku se mit à hurler qu'il avait besoin d'aller dans l'autre sens mais cela ne servit à rien. Quant à son jeune suivant, il n'avait même pas pris la peine de s'endommager les cordes vocales. Lorsqu'une foule était à l’œuvre, il était aussi vain de tenter de lui résister que s'il s'était agi d'un tsunami.

Ce dernier mot était par ailleurs scandé à l'unisson par des centaines de lèvres alors qu'une marée de corps se précipitaient dans l'eau du bassin. Suivant le mouvement, Dante ne s'attendait pas à ce qui allait suivre : il décolla soudainement du niveau de l'eau environnant, soulevé par une immense et surnaturelle vague, et -mû par ses réflexes de bodysurfeur du dimanche- tendit les bras en avant afin de se laisser porter par la vague meurtrière. Il finit ainsi sa course à plat ventre sur un sol détrempé, sur lequel s'amassait bons nombres de cadavres. Mais l'euphorie due à la vitesse et à l'adrénaline continuait de galvaniser son corps et son cœur, et il ne put s'empêcher de pousser un cri. Ce n'était pas un hurlement d'effroi, mais d'excitation, de joie. De plus, de nombreux gens applaudissaient et notre jeune coq ne pouvait s'empêcher de s'en enorgueillir. Bien entendu, une partie de son cerveau lui disait que tout ceci était mal,  qu'il devait quitter dès maintenant cet endroit... Mais l'excitation, la peur et les hormones ne permettaient pas à cette partie-là de s'exprimer.

C'est ainsi que le jeune nécromancien ne remarqua même pas que Riku l'avait quitté, et se retrouva bientôt seul : en effet, la foule avait décidé de se rendre aux spectacles aquatiques, et empruntait le même chemin que le Voyageur du Royaume des morts.

Mais Dante tenait beaucoup à affronter un second tsunami... Et malheureusement pour l'équipe du parc, le Nécromancien avait bel et bien un cerveau en bon état de marche pour servir ses desseins, aussi stupides soient-ils. Il avait remarqué un espèce de cabanon, situé à quelques mètres du bassin, dont venait de sortir un homme-murène -qui n'aurait pas fait tâche sur un certain Hollandais Volant- qui était vêtu de l'uniforme du staff du parc. Le jeune homme s'en approcha donc à pas de loup, un sourire plein d'espoir plaqué sur le visage. Il venait d'invoquer Noctis et de fermer son esprit à toute réprimande mentale issue du crâne animé. Comme il l'escomptait, la porte du cabanon était fermée par un cadenas qu'il ne tarda pas à faire sauter d'un coup de griffes.

Un assortiment de valves gisaient au centre de la pièce, tels les ossements d'une créature antique, attendant la venue d'un nécromancien pour être réanimée. Ne sachant absolument pas quelle valve il devait tourner pour actionner la machinerie, Dante se concentra sur la plus grosse de toutes, celle peinte en rouge et qui, s'il s'était agi d'un film, aurait eu droit à la mention -NE PAS TOUCHER !-. Les canalisations qui partaient de la valve semblèrent gémir de protestation, et le jeune homme sortit à l'air libre pour voir ce qui était en train de se passer.

L'eau du bassin s'était mis à bouillir, et de grandes bulles se formaient, comme si quelque ignominieux troll marin se gargarisait la gorge juste sous la surface de l'eau. Y plongeant la main, Dante la sortit rapidement. Elle était devenue rouge comme le sang, et le jeune homme l'agitait dans tous les sens, pour en chasser la chaleur ; l'eau l'avait ébouillanté !

Pourtant, Dante pressentait que cette ébullition annonçait un événement autrement plus rafraîchissant que le tsunami. Le jeune homme semblait plutôt déboussolé par l'atmosphère festive qui régnait dans ce parc -il n'avait mis les pieds dans un parc aquatique que deux fois dans sa vie- et avait décidé de laisser la partie mature de son cerveau sur le côté de la route. Aussi eut-il une idée tout à fait enfantine et nullissime : il démonta le toit du cabanon à grand coups de griffes, le posa sur la surface de l'eau, et grimpa dessus. A peine son pied fut posé que l'eau s'éleva, formant un véritable geyser, et propulsant Dante et son embarcation  dans les airs, en direction du parc aquatique.

Cette fois-ci, le Nécromancien poussa un hurlement de terreur pure, vidant ses poumons de toute l'air contenue alors qu'il se rapprochait dangereusement d'une surface aqueuse. Il s'agissait du bassin principal du parc aux dauphins, autour duquel était disposé les autres bassins et scènes nécessaires aux attractions. Sortant la tête de l'eau, la mine déconfite, le jeune homme dut faire face à une multitude de regards dont la plupart étaient haineux.

S'extirpant à l'eau, il tenta de rejoindre les gradins de la manière la plus discrète possible, se montrant du coup exceptionnellement maladroit. Il percuta ainsi un homme à tête de dauphin, s'excusa et reprit son chemin, cherchant Riku du regard parmi la masse de visages tournés dans sa direction. Le Voyageur était-il dans les gradins, sur scène ou bien dans un endroit quelconque, laissé pour mort par une foule de Rêveurs et de Voyageurs en mal de spectacle ? Dante l'ignorait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 297
Date d'inscription : 16/01/2011

pnj
PNJ du Staff
pnj

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Quête : The shadow part 2 [PV : Dante di Stefano] Dim 15 Déc 2013 - 17:55
Les geysers s’élevaient au ciel dans un bourdonnement vaporeux et l’eau bouillante retombait avec fracas sur les pauvres qui étaient demeurés beaucoup trop proche. De la fumée ardente s’étendait au-dessus de la piscine telle une menace planant silencieusement.

Dans son bureau inondé de lumières grâce aux larges bais vitrés, le directeur d’un des nombreux parcs aquatiques du royaume des Tropiques affichait une mine éperdue. La tête entre les nageoires, il s’attristait des incidents qui venaient de survenir. Il n’avait tout d’abord pas cru le rapport de ses employés au sujet du Tsunami et des victimes. Puis depuis son bureau, il avait ensuite assisté impuissant aux explosions de chaleur.
Une catastrophe. Une véritable catastrophe. Parmi les victimes, il y avait des rêveurs, mais aussi des habitants des lieux et même des voyageurs ! Le Royaume était réputé pour sa tranquillité et sa promesse de repos. De tels événements choquaient profondément le directeur. Comment pouvait on être aussi mauvais ? Pour quelles obscures raisons provoquer le malheur en pleine allégresse ?
La question brisa le silence gêné qui c’était installé un peu plus tôt. Les différents responsables du parc compatissaient à la détresse de leur directeur, subissant eux-mêmes ce coup dur
.

"Connaissez-vous les auteurs de ce … cette … Avez-vous une idée de qui a pu provoquer ce … cela ? "

Le désarroi se lisait dans les petits yeux de dauphin du directeur. Il porta un regard éperdu sur chaque responsable, tentant de trouver une réponse. Mais il ne rencontra que de la compassion et une négation. Personne ne connaissait l’identité de cette catastrophe.
Un des employés risqua :


"Peut-être est-ce une attaque du peuple Requin ?"

Il était notoire que le peuple Dauphin et le peuple Requin souffrait depuis quelques temps de tensions. Toutefois, penser qu’ils oseraient une agression aussi ouvertement … Le doute montait alors que la sueur coulait sur la peau lisse du directeur.
Finalement, après avoir inspiré profondément, il se leva et énonça posément, d’un ton clair et ferme
:

"Faites évacuer le parc. Doubler en même temps la sécurité aux sorties afin de contrôler tout le monde. Que cela se déroule dans le calme, je ne veux pas que la situation empire. Faites appel à l’ensemble de nos équipes."

La décision était difficile, mais juste. Chacun hocha la tête en signe d’assentiment et partit pour remplir ses tâches. Les voyageurs et les créatures des rêves disponibles furent mis à contribution afin d’assurer le bon déroulement des opérations.

Peu de temps après, une annonce retentissait
:

"A l’adresse des visiteurs … le parc de Flipper le Dauphin doit malheureusement fermer ses portes pour des raisons de sécurité, suite à un incident technique. Veuillez vous diriger calmement vers les sorties. Merci de votre attention … Nous répétons : Le parc de Flipper …"

__________

http://www.youtube.com/watch?v=iMtcqx4vXXA


Tu connais le sens du mot Némésis ?
Un juste châtiment légitimement infligé par l'intermédiaire ou au moyen d'un agent approprié, personnifié en l'occurence par un redoutable salaud :
Moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : The Death Voice
Messages : 494
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 23

Maraudeur des rêves
Riku Kaisuki
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 107
Renommée: 1630
Honneur: 148
MessageSujet: Re: Quête : The shadow part 2 [PV : Dante di Stefano] Mar 17 Déc 2013 - 1:38
Dans la panique, Riku n’avait même pas remarqué qu’il avait perdu son partenaire de la nuit, quelques minutes à peine après avoir commencé leur quête. Bon, la nuit commençait bien… Mais d’où pouvait bien sortir ce tsunami ? Ce n’était pas un phénomène naturel du parc, cela paraissait évident. Aucun directeur de parc d’attraction ne mettrait de son plein gré une attraction avec un taux de mortalité aussi élevé. Enfin, pour le moment, il avait une quête relativement plus importante que les problèmes de gestion de ce parc, et il se remit à chercher le dresseur pendant que la foule était ébahie devant le spectacle des dauphins – toujours le même mais que voulez-vous, on ne change pas une formule qui gagne – ainsi que Dante, son allié potentiel de la nuit. Il parvint vite à retrouver ce dernier, alors qu’il s’approchait d’un cabanon que le necromancer devina rapidement être la pompe à eau qui alimentait les bassins alentour. Que cherchait-il à faire exactement ? A relancer un tsunami parce qu’il avait trouvé ça marrant ? Le cœur de l’invocateur se serra ; son instinct lui indiquait clairement qu’il avait raison et qu’il ferait mieux de s’éloigner. Et le brun ne tarda pas à lui prouver ; sans trop savoir ce qu’il avait bien pu activer, le bassin juste derrière se mit à bouillir, dégageant un épais nuage de vapeur, qui incita le voyageur à rejoindre les tribunes les plus éloignées, tandis qu’autour les membres du staff couraient en tous sens, paniqués, cherchant la source de cette débandade. Dante, quant à lui, détruisit la cabane pour utiliser le toit comme une sorte de surf, et s’élança dans l’eau, avant de s’envoler brutalement à cause d’un geyser qui l’envoya droit dans le bassin des dauphins, qui pour le coup, avaient fini en bouillabaisse dans le bassin devenu bouillant. Au milieu, l’autre nécromancien tenta comme il put de rejoindre le bord tandis qu’il subissait les insultes de la foule qui demandait qu’on tue le type qui avait saboté le spectacle et en plus causé la mort de ces magnifiques dauphins. En plus les employés s’en rapprochaient dangereusement pour aller l’arrêter. N’écoutant que son sens de la camaraderie et oubliant toute forme de raison, le jeune homme descendit et invoqua alors Gaïa qui provoqua une mini secousse en frappant le sol suffisamment puissante pour aller fendre un morceau du bassin, dont l’eau bouillante se répandit dans les allées, provoquant les hurlements de panique et de douleur de la foule qui fut entraîné par le flot brûlant. Riku, lui s’était glissé jusqu’à son camarade pour invoquer Zeel et les protéger le temps que le flot perde en puissance et qu’ils puissent gagner les tribunes hors de l’eau. Pendant ce temps, les spectateurs fuyaient pour rejoindre un endroit plus sûr, et les employés tentaient tant bien que mal d’endiguer la coulée qui aurait tôt fait avec le jet ininterrompu de la pompe et les geysers de ravager le parc. Une annonce se fit d’ailleurs rapidement entendre ; le parc allait fermer ses portes en raison de certains incidents récents dont les deux voyageurs étaient entièrement responsables. Enfin sauf pour le premier d’ailleurs. Les employés avaient le regard tourné ailleurs, c’était donc le moment pour se planquer, le temps que la foule sorte. S’ils pouvaient s’infiltrer pendant la maintenance, ils pourraient rencontrer le dresseur directement en de manière informelle, ce qui était à l’heure actuelle leur meilleure option. Ils se cachèrent donc dans un petit placard destiné à accueillir du matériel d’entretien des bassins, et attendirent que le tumulte de la foule déçue de devoir quitter les lieux aussi tôt s’estompe pour ressortir.

L’endroit était à présent désert, et quelques rares agents d’entretien étaient restés sur place pour nettoyer toute l’eau et les cadavres qui traînaient le long des bassins brisés. Il y avait des tribunes entières détruites, du carrelage transpercé. Les vestiges de la dizaine de geysers qui avaient brutalement surgi du fait d’un seul voyageur qui avait voulu prolonger l’amusement et n’avait entraîné que mort et désolation de manière totalement égoïste… Génial, les choses allaient de mieux en mieux. Enfin bref, ils devaient dans un premier temps récupérer de quoi se déguiser et rester dans le parc sans être reconnus. Le dead maker remarqua alors rapidement deux employés en train de discuter de leurs activités à venir une fois la corvée de nettoyage terminée, et indiqua à Dante de le suivre. Avançant d’un pas aussi léger que possible, l’invocateur s’approcha lentement de sa cible, qu’il gratifia d’un bon coup dans la nuque pour l’envoyer dans les limbes de l’inconscience. Il tira celui qu’il avait assommé dans le placard, le débarrassa de son uniforme, et l’enfila, attendant que son collègue fasse de même. Lorsqu’ils furent prêts, Riku proposa :

« Maintenant que le parc est désert, je vais peut-être pouvoir interroger le dresseur. J’ai besoin d’en savoir plus sur l’endroit d’où viennent les dauphins dans ce royaume. »

Evidemment, d’un point de vue extérieur, cette recherche pouvait paraître tout aussi improbable que dépourvue de sens. L’invocateur s’empressa alors d’ajouter pour préciser ses mots :

« En fait, j’enquête sur des disparitions de voyageurs. J’en ai aidé un il y a quelques temps, un morpheur dauphin. J’ai d’abord pensé au vendetta qu’il y a en ce moment un peu partout contre les gens comme nous, mais ses poursuivants n’avaient pas l’air d’être là pour l’achever… Il avait des points de suture partout, comme si on avait essayé tout un tas d’expériences bizarres sur son corps. Et les types qui le suivaient… Des sortes de requins, mais dont les nageoires avaient été remplacées par des outils de chirurgie et autres objets. C’était assez flippant. Du coup, j’ai pensé à remonter la piste de ce voyageur dauphin pour essayer d’en savoir plus sur ce qu’il a fait avant d’être enlevé. Mais pour ça, faut que je sache où ils sont exactement dans ce royaume… »

Il s’arrêta finalement dans son explication qui perdait en cohérence à mesure que le temps passait, et se contenta d’attendre la réaction de son collègue, puis qu’apparemment lui aussi venait du royaume des morts – il faudrait sérieusement que Chiron pense à tenir à jour la liste de ses voyageurs - : il se demanda quel pouvoir le brun avait pu recevoir du seigneur des morts, en fait il avait envie de le connaître un peu mieux, il était curieux de savoir pourquoi il n’avait jamais entendu parler de lui auparavant. Et puis on était toujours curieux de savoir avec qui l’on traînait non ? Surtout quand la situation en question était une galère de plus. Mais il laissa le temps des questions et du ami-ami à plus tard, grognant tout de même en repensant aux enseignements d’Enrique qui s’étaient révélés plutôt douloureux. Il fallait mettre la main sur le dresseur.. Et quoi de mieux que de profiter de leur nouveau statut d’employé infiltré pour en apprendre plus sur leur objectif ? Ils se mirent donc à chercher un employé isolé, qu’ils trouvèrent un peu plus loin, fredonnant tranquillement un air inconnu alors qu’il passait la serpillère consciencieusement. Ni une ni deux, Riku s’approcha de la créature, un homme poisson clown qui observa le jeune homme d’un air interrogateur alors qu’il lui demandait :

« Pardon mais je suis nouveau et je me suis perdu… C’est grand ici ! Vous pourriez m’indiquer la loge du dresseur de dauphins ? »

Pour toute réponse, le vigile hocha la tête, et désigna une direction juste derrière eux, qui empruntait un petit sentier tropical aux ambiances caraïbes avec des lanternes accrochées aux branches de palmier. Satisfait, Riku prit la direction que lui avait donnée son « collègue » et marcha ainsi durant de longues minutes dans un silence de mort qui surprenait vu le royaume où ils se trouvaient. Mais ils furent vite récompensés de leurs efforts, lorsque se présenta à eux un petit cabanon similaire à celui que Dante avait détruit un peu plus tôt, mais qui cette fois, plutôt que d’accueillir de la machinerie, abritait un homme-dauphin, qui, éploré, restait assis à contempler le paysage devant lui d’un regard vague, sans trop savoir quoi faire de sa vie. Tentant le tout pour le tout et ne souffrant pas particulièrement de la gêne, Riku s’approcha jusqu’à se placer face à la créature, et lui demanda alors sur un ton qui se voulait amical :

« Monsieur ? J’aurais quelques questions à vous poser, vous accepteriez d’y répondre ? »

Espérant ne pas froisser la créature en l’abordant ainsi alors qu’elle endurait son deuil dans une terrible souffrance, l’invocateur attendit sa réaction. La réponse du dresseur était cruciale pour pouvoir poursuivre leur enquête.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 135
Date d'inscription : 15/08/2012
Age du personnage : 20

Nouveau challenger
Dante Di Stefano
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 160
Renommée: 410
Honneur: 97
MessageSujet: Re: Quête : The shadow part 2 [PV : Dante di Stefano] Dim 12 Jan 2014 - 17:12

Une conspiration ? ?


De la haine à l'état pure... Tandis que des gerbes d'eaux bouillantes retombaient sur le sol, dans un spectacle purement apocalyptique, Dante contemplait les visages crispés par la rage des spectateurs, qui étaient partagés entre une haine féroce et une terreur soudaine. Cette dernière finit par l'emporter, et ce fut la débandade. Mais les insultes et les exclamations meurtrières faites à l'égard du jeune homme le blessèrent aussi sûrement que si une nuée de flèches l'avait touché. Tournant son regard vers le bassin, et contemplant les cadavres de dauphins ébouillantés qui flottaient tristement à la surface de l'eau, il se laissa tomber à genoux. Ignorant totalement la masse hystérique d'employés qui se refermaient sur lui, perdu dans ses pensées, il songeait à l'horrible acte qu'il venait de commettre. Pour son seul plaisir, il venait de tuer bons nombres de personnes, créatures des rêves, rêveurs et peut-être même Voyageurs... Il ne méritait pas de profiter des délices de Dreamland, pas s'il se montrait d'un égoïsme tel que son entourage finissait par en pâtir...

La foule n'avait pas fini de quitter les gradins et n'en eut pas le temps, percutée par un flot de liquide mortellement chaud. Une sorte de secousse sismique venait de fissurer les bassins, et Dante aurait subi le même sort que la foule si une sorte de masse gélatineuse ne l'avait pas soudainement recouverte. Relevant la tête, il remarqua que l'autre nécromancien était à ses côtés. La peine du maître de Rudolf s'agrandit à l'idée que le meurtre d'une bonne partie des spectateurs était indirectement de sa faute mais il finit par se reprendre : il devait continuer à vivre pour retrouver son père, cela ne servait à rien de se morfondre. De toute manière, il avait fait un pacte avec Chironheim -du moins, il en était persuadé- et allait certainement devoir commettre des actes bien plus malsains de son plein gré.

Une annonce retentissait, déclarant que le parc fermait ses portes et qu'il fallait libérer la place. Des groupes de spectateurs encore en vie fuyaient en direction des portes et les employés tentaient à présent de réguler cette fuite inorganisée. Plus personne ne faisaient attention aux deux fautifs et, puisque Dante était encore un peu sonné, Riku le tira par le bras pour l'emmener dans un placard d'entretien.

Noctis ne tarda pas à apparaître et à se placer dans la main libre de son invocateur.


 « S'il a l'intention de me demander des faveurs quant à sa protection, il se trompe complètement sur mon cas. Noctis, prépare toi à passer en posture de combat, je vais lui vider le crâne de son cerveau et de toute pensée malsaine. » pensa le Nécromancien, qui n'aimait pas être traité comme un gosse et avait des préjugés envers les placards à balais.

Mais l'autre Voyageur voulait seulement qu'il se cache, le temps que les événements retrouvent un semblant d'ordre, et c'est ce que Dante fit. L'abri qu'ils avaient choisi était vraiment rudimentaire, et manquait d'espace : de nombreuses étagères remplies d'outils de nettoyage dont le jeune homme ignorait le nom occupaient tout l'espace et le Nécromancien renonça à s'asseoir sur le sol. L'attente fut longue, très longue et il n'y avait aucun semblant de discussion entre les jeunes hommes qui ne souhaitaient pas être surpris par un groupe de fuyards passant par là. Le tumulte s'apaisa enfin et ils purent sortir à l'air libre, trop loin des quelques agents d'entretien restants pour se faire remarquer d'eux. Trop loin.. ?

Non, deux employés discutaient entre eux, derrière le cabanon. Riku s'occupa du premier d'un bref coup sur la nuque que Dante s'empressa d'imiter... sans succès. Criant un faible
« Ninja ! », il regarda avec dépit son adversaire crier de douleur sans perdre conscience. Bon, ça ne semblait marcher que dans les films ou chez les autres. Aux grands mots les grands remèdes (« Ninja » étant un grand mot de pouvoir, utilisable que par les vrais), Dante invoqua Noctis et laissa tomber sur le crâne de l'employé une main gantée d'ossements qui sonna comme une sentence.

Le jeune homme déshabilla (comme Riku) sa victime et enfila tous ses vêtements à part les chaussures dont se dégageait un fumet auquel un putois ne serait pas insensible.[/i]


- Maintenant que le parc est désert, je vais peut-être pouvoir interroger le dresseur. J’ai besoin d’en savoir plus sur l’endroit d’où viennent les dauphins dans ce royaume. se confessa soudainement Riku.

- Euh, ouais, c'est super intéressant... Mais ne devrait-on pas plutôt se dépêcher de quitter le parc avant d'avoir des ennuis?

Riku expliqua finalement à Dante qu'il enquêtait sur des disparitions de voyageurs et qu'il n'avait pas eu simplement une envie subite de se documenter sur les dauphins. L'idée d'une enquête à l'ambiance plutôt sombre au sujet d'enlèvements fit naître sur le visage de Dante un sourire de petit enfant la veille de Noël. Laissant de côté toute sa tristesse et son remord comme on oublie sur le dossier d'une chaise un manteau trempé par la pluie, il se laissait de nouveau réchauffer aux rayons du Plaisir. Ce dernier, tel un soleil cruel et majestueux, dominait ses autres sentiments ainsi que sa raison.

Perdu dans ses pensées -dans lesquelles la vivacité d'esprit du jeune homme n'avait rien à envier à celle d'un Holmes-, Dante se contenta de suivre son camarade sans prêter attention à sa discussion avec un employé ou au choix de chemin qui en découla. Ils arrivèrent finalement devant un cabanon et le maître de Rudolf sortit enfin de sa joyeuse léthargie pour prendre une mine plus sombre : la rencontre avec la réplique du cabanon détruit plutôt avait fait remonter à la surface de mauvais souvenirs qui, sous la forme d'un métaphorique Léviathan, engloutit le plaisir, le soleil que l'on voyait étinceler dans le regard du jeune homme depuis quelques minutes.


- Mince... C'est vrai.. soupira-t-il, revenant à la raison.

Riku déclara à l'homme-dauphin qui se trouvait dans le cabanon qu'il avait des questions à lui poser, et attendit la réponse de l'individu. Dante se fit plus attentif, quelque peu intimidé par cette créature qui semblait encore plus déprimée et attristée que lui. (Dante étant une vraie girouette sentimentale doublée d'un hypocrite, on ne peut lui en vouloir.) Le jeune homme remarqua néanmoins que ce n'était pas le même dresseur qu'il avait bousculé plus tôt et, qu'avec un peu de chance, ce dresseur-ci n'avait pas vu Dante tomber du ciel (ou n'y avait pas prêté attention).

- Des questions... Le park tombent en miettes, mes enfants meurent et tout ce que vous trouvez à faire c'est de venir me poser des questions...

- On enquête sur les responsables de cet incident ainsi que sur d'autres méfaits accomplis à l'encontre du peuple dauphin, déclara calmement Dante, soudainement inspiré.

Le dresseur sembla se radoucir et ses traits, qui s'étaient crispés dans une attitude entre la rage et le désespoir, se figèrent en un masque de muette tristesse. Riku en profita pour poser sa première question, reprenant la parole.

- Dans quelle partie du royaume vivent les hommes dauphins et dauphins ?

- Au milieu de l’océan, loin du rivage du Royaume des Tropiques et assez éloigné aussi de la Tour des Poissons. Une île signale le territoire de mon peuple. Mais je ne vous dirais pas laquelle, notre Citée et son emplacement doivent demeurer secret, surtout en ces temps troublés.

- Connaissez-vous un voyageur lié aux dauphins ?

- Oui, il y en a plusieurs.

- Auriez-vous entendu des rumeurs de disparitions de voyageurs dans le royaume ?

- Des disparitions, il y en a constamment, regardez mes enfants … ils étaient si jeunes … pourquoi leur avoir fait subir ça ? Quelle cruauté que de les ébouillanter !

Des disparitions liées à notre royaume, oui, il y en a aussi … Mais une, plus particulièrement. Notre cher Willy, un tout jeune voyageur. Il a disparu. Il est si gentil. "


- J'ai rencontré Willy ! Je l'ai aidé alors qu'il était poursuivi.. En fait je cherche à en savoir plus sur ce qu'il a pu subir, il était devenu complètement fou. Vous sauriez quelque chose sur ses derniers déplacements avant sa disparition ?

- Vous avez vu Willy ? Il est donc vivant ? Quel soulagement … Attendez, vous dites ? Fou ? Comment est ce possible ? … Je n’en sais pas plus que vous … Je suis si inquiet … Il est si jeune, un novice à DreamLand … La dernière fois que je l’ai vu, il était avec son ami, un voyageur du royaume des chiens.
Tony, je crois qu’il s’appelle. Depuis la disparition de son ami, il est parti à sa recherche.


- Vivant je ne peux que l'espérer, la dernière fois que je l'ai croisé il l'était en tout cas... Croyez-moi, je fais tout ce qui est possible pour retrouver les responsables et aider ce pauvre voyageur. Tony vous dites ? Est-ce que vous savez où je peux le trouver ? Ou éventuellement connaîtriez-vous quelqu'un qui pourrait me l'indiquer ?

- Je ne sais pas.

Il ne savait pas, et cela posait problème puisqu'ils avaient besoin de ce renseignement, d'une destination, afin de ne pas perdre dans cette quête leur temps ou même leur corps onirique. En tout cas, il se tramait quelque chose au royaume des Tropiques et cela ne sentait pas bon. Et Dante, qui se sentait redevable envers les dauphins (après tout, il en avait tué plus d'une dizaines à cause de son manque de réflexion!), était déterminé à rembourser ses dettes. Sauf qu'en attendant, il ne savait pas où aller...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : The Death Voice
Messages : 494
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 23

Maraudeur des rêves
Riku Kaisuki
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 107
Renommée: 1630
Honneur: 148
MessageSujet: Re: Quête : The shadow part 2 [PV : Dante di Stefano] Mer 15 Jan 2014 - 2:08
Le dresseur était encore plus déprimé que ne l’aurait imaginé le necromancer ; la mine basse, soupirant encore et encore comme s’il faisait un concours du plus long avec lui-même, il affichait une bien triste mine, celle d’un homme – enfin plutôt d’une créature – qui venait de perdre tout. Sa propre famille. Il touchait le fond du fond, et semblait peu disposé à répondre aux questions du necromancer, ce qui, en soi, était parfaitement compréhensible. Instinctivement, l’invocateur jeta un regard noir dans la direction de son collègue. Il ne l’avait pas vraiment fait exprès, mais sa bêtise avait causé la mort de ces gens et c’était la cause de la déprime de leur seule source d’informations. Cependant, il changea rapidement d’expression lorsque Riku évoqua Willy, ce jeune voyageur morpheur dauphin qu’il avait rencontré quelques temps plus tôt ; ce dernier avait subi d’obscures expériences et était poursuivi par des requins aptes à marcher et ayant troqué leurs nageoires contre des objets tranchants en tout genre. A l’aide d’un autre voyageur, le dead maker avait repoussé les scientifiques fous, et sauvé le pauvre Willy, qui était devenu complètement fou et n’était parvenu qu’à lui transmettre une énigme des plus incompréhensibles avant de se réveiller. Sur cette base, il avait décidé de remonter la piste à la source plutôt que de chercher à comprendre la source de ses paroles. Dans ce royaume, il pouvait retracer en partie  le parcours du jeune homme afin de mettre la main sur ses ravisseurs, et si possible mettre fin à leurs rituels infâmes. C’est donc plus déterminé qu’il enchaîna ses questions, essayant d’en savoir plus sur Willy auprès du dresseur, puisque ce dernier refusait de leur indiquer l’emplacement exact de son royaume. Mais il leur donna rapidement une information capitale. Le jeune voyageur avait un ami, un ami qui, s’ils le retrouvaient, serait à coup sûr leur meilleure source d’informations. Le seul souci était que d’après la créature dépitée, Tony était parti à la recherche de son ami, et le dresseur ignorait totalement où ce dernier se trouvait. Ne désirant pas insister plus, Riku prit congé de leur informateur pour le laisser seul après qu’il eut été si collaboratif, et réfléchit un instant à ce qu’ils avaient pu apprendre et à leurs possibilités pour avancer. Déjà, il fallait sortir d’ici, ils n’avaient plus rien à y faire. Ensuite, imaginer les différentes voies qu’aurait pu prendre l’ami de Willy. Plusieurs options étaient possibles : soit il ne savait rien du tout et remontait la piste à l’instinct, voyageant de royaume en royaume, soit il savait au contraire beaucoup de choses et il avait pris de l’avance en partant seul pour secourir son ami, soit il disposait d’éléments peu utiles et reviendrait inexorablement ici pour remonter la piste. S’il avait choisi la dernière option, il n’y avait plus qu’à espérer que le phobique des chiens ait pris la décision de revenir cette nuit… Peut-être auraient-ils de la chance.  Il s’empara d’un mégaphone qu’il avait trouvé tous près de la chaise d’un garde qui avait été assommé au début.

« Bon. On ne part pas complètement de zéro, mais on manque d’un vrai témoin. Il faut qu’on mette la main sur ce Tony, mon instinct me fait penser qu’il est peut-être déjà là. Mais commençons par sortir d’ici. »

Clair, et concis. Il n’aurait pas pu faire mieux. Satisfait, espérant que son collègue ait  bien compris le message. Il lui montra également les mots énigmatiques qu’avaient prononcés Willy avant de disparaître, qu’il s’était rédigés sur un morceau de papier pour être sûr de garder toujours cela en tête. La porte dans la forêt hein…

Vêtus de leur habits du parc, les deux compères passèrent inaperçus, laissant à peine le temps à quelques-uns d’entre eux pour se rendre compte qu’ils n’avaient jamais vu ces deux nouveaux. Oui, c’est normal couillon. Les autres se contentèrent de grogner pour jouer les gros bras et laissèrent passer les deux voyageurs déguisés. Un tunnel remontait vers la surface, constituant l’entrée principale de celui-ci. Le dôme qui le protège des intempéries a été construit avec vue sur les mers paradisiaques du royaume des tropiques,  Quelques gardes tiquèrent à nouveau avant de reprendre leur ronde machinalement, sans se soucier du passage des deux qu’ils prenaient tous pour des gardes. Ils sortirent finalement la tête à l’extérieur, retrouvant chaleur et lumière solaire à la place de la froide obscurité de certains tunnels sous-marins. Restait toujours à déterminer de quelle manière ils allaient se démerder  pour mettre la main sur le jeune ami de Willy. Il n’était sans doute pas loin, soit à cuver, soit en train de boire pour fêter une quelconque réussite.  C’était ce que lui indiquait son instinct, qui l’avait rarement trompé.  Ils avaient une piste, même très légère, et il fallait l’exploiter correctement. Rapidement, le sol en plaques métalliques du parc aquatique laissa la place au sable chaud qui brûla d’ailleurs instantanément les pieds de Riku, décidément un peu trop habitués aux températures plus fraîches - surtout lorsque c'était l'hiver dans le monde réel -. Difficilement, serrant les dents à chaque pas – il avait perdu ses sandales de vue – l’invocateur se saisit du mégapone qu’il avait volé un peu plus tôt avec l’intention d'attirer le regard de la foule :

« Creatures des reves, nageurs des deux espèces, profitez de la piscine et du bar c’est open bulles aujourd’hui !!! »

Bon, bon, bon… Quand faut y aller, faut y aller. Rapidement, un attroupement massif fit son apparition tout autour du pauvre barman qui se retrouva rapidement encerclé. Bon, il était dans la merde… Riku décida d’intervenir une nouvelle fois. Il fit retentir son mégaphone, et lâcha d’un ton qui se voulait intimidant  :

« BON. Avant que vous agressiez ce pauvre barman, y a une règle à retenir. Une boisson offerte à quiconque connaît Willy, un voyageur dauphin ! »

C’était aussi stupide que d’encourager des groupies en leur promettant des photos exclusives de Justin Bieber…  L'objectivité des réponses de chacun serait à remettre en doute. Dans le pire des cas, si aucune information valable ne se présentait, il n’aurait qu’à dire au barman de refuser, et à aller tenter sa chance dans un autre coin de la plage. Il en profita pour tenter d’établir rapidement le profil de son collègue, lui demandant finalement :

« Au fait, c’est quoi ton pouvoir et tes compétences à toi ? En tant qu’équipiers, il vaut mieux savoir ce que chacun de nous peut faire.Qu'on puisse avoir un minimum de stratégie. »

Un peu nul comme phrase, mais l’invocateur s’en contenta, attendant la réponse de son vis-à-vis. Peut être pourrait-il leur éviter d’hurler comme un dératé dans tout le royaume…



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 135
Date d'inscription : 15/08/2012
Age du personnage : 20

Nouveau challenger
Dante Di Stefano
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 160
Renommée: 410
Honneur: 97
MessageSujet: Re: Quête : The shadow part 2 [PV : Dante di Stefano] Mer 29 Jan 2014 - 17:11


Le bar...


- Heu... Ben... Merci pour les renseignements ! Et désolé... laissa échapper Dante en guise d'adieu.

Il rejoignit rapidement son camarade Voyageur qui s'était déjà précipité hors de la cabane et le suivit jusqu'à leur point de départ. Les deux gardes étaient encore dans les vapes et le jeune homme regarda avec curiosité Riku s'emparer d'un mégaphone qui gisait là, témoignage d'une évacuation brutale.

Remarquant qu'il avait l'attention de son partenaire, Riku fit un rapide sommaire de la situation, le concluant par la nécessité de sortir du parc. Acquiesçant, Dante reprit la marche, empruntant à confrère plus âgé une assurance toute fausse. Cet air de confiance et leurs uniformes leur permirent de croiser plusieurs groupuscules de gardes sans se faire arrêter ni même contrôler. Soit ils n'étaient pas les seuls gardes humains du parc, soit ils avaient affaire à de vrais abrutis. Dans tous les cas, ils parvinrent assez rapidement à la surface, y remontant par le biais d'un tunnel particulièrement froid et humide, dont les murs constitués de verre disposaient de quelques lampes tous les dix mètres.

Cet humidité, d'ailleurs, avait quelque chose d'alarmant : en effet, lorsqu'on se trouve enfermé dans une cavité étroite et transparente dont la fine épaisseur nous sépare de plusieurs milliers de litres d'eau et d'une mort certaine, il semble raisonnable de commencer à s'inquiéter de tout indice susceptible de démentir l'efficacité de cette protection. Pourtant, Dante n'était pas vraiment effrayé tant il était époustouflé par la beauté de la flore sous-marine et de son habitat. L'eau passait par des nuances de bleu de plus en plus sombres et, grâce à la lumière des lampes, c'était un véritable tableau de Rembrandt qui s'offrait au regard du jeune homme. Ce dernier ne put détacher le regard d'un banc de poissons-clous qui se dispersait, effrayé par l'arrivée d'un requin marteau.

C'était ça, la magie de Dreamland. Hélas, quelques minutes plus tard, le spectacle prit fin et un tout autre tableau s'imposa à la vue de notre rêveur onirique : une plage paradisiaque qui rappelait étrangement celle où Dante avait échoué lors de sa première venue au Royaume des Tropiques.

Regardant le sable avec appréhension, comme s'il risquait de le manger -ce qui est tout à fait possible dans certaine zone de ce royaume-, Dante n'accepta d'y mettre les pieds qu'après un regard soupçonneux en direction de son compagnon qui avançait déjà dans ce désert de sable peuplé de palmiers, sans la moindre appréhension, se dirigeant vers une énorme et merveilleuse piscine.

Enfin, désert... cette assertion est très, mais alors vraiment très relative... En effet, à quelques dizaines de mètres de la sortie du tunnel se dressait un bar de plage de taille modeste, à proximité duquel s'entassaient de nombreux vacanciers oniriques, allongés sur leurs serviettes, debout et marchant en direction de l'eau ou alors jouant au badminton ou encore au volley. C'est alors que Riku fit tonner sa voix grâce à son mégaphone nouvellement acquis, déclarant que la piscine et le bar était à présent gratuit, ce qui lui valut un regard interloqué de Dante.


 « Ton camarade semble faire la pluie et le beau temps, ici. Pourtant, il ne paie pas de mine. » déclara Noctis à Dante, s'entretenant avec son maître par l'esprit.
 « Ouais, c'est étrange que les touristes lui obéissent aussi facilement. De vrais petits moutons... Je doute que le barman se montre aussi compréhensif ! » répondit de la même manière le Nécromancien.

En effet, le barman qui n'avait rien demandé peinait à se faire entendre, ne parvenant pas à démentir les rumeurs lancés par ce nouveau-venu. La foule, qui n'avait de cesse de grandir comme une monstrueuse entité, semblait de plus en plus dangereuse et le pauvre homme semblait bien mal en point.

C'est alors que Riku apposa une limite à sa précédente déclaration : seuls les potentiels informateurs auraient le droit de consommer. Une voix se fit rapidement entendre dans la soudaine clameur de la foule et Dante dut tendre l'oreille pour l'entendre :


- Willy ?! Je le connaît, c'est... commença-t-elle, avant de s'éteindre rapidement.

En effet, deux individus à la mine patibulaire firent soudainement leur apparition et se postèrent de chaque côté de la créature que Dante avait identifié comme la détentrice de la voix. Les deux nouveaux-venus n'auraient pas fait tâche dans une équipe de football américain. Celui qui se situait à la gauche de leur informateur potentiel portait une longue queue de cheval, un longue balafre qui lui défigurait la joue gauche et ses yeux bleus semblaient aussi acérés que deux lames de rasoir. Il était également l'heureux détenteur d'une musculature de déménageur, le tout enfermé dans un mince short de bain bleu modèle « kéké culturiste ». Celui de droite était moins grand, moins musclé, avait le crâne rasé et ses poils roux et drus, comme la tignasse d'un lion, semblait attester d'une nature sauvage et féroce, et d'une dangerosité égale voire supérieure à celle de son camarade. C'est d'ailleurs Poil de carotte qui s'exprima en premier, faisant taire la foule rien qu'à l'intonation de sa voix assurée, grave et calme.

- Une boisson offerte ? Nous allons prendre possession de ce bar et de tout ce qu'il a à nous proposer. Des remarques?

Riku venait de demander à Dante quel était son pouvoir et ses compétences, mais celui-ci était perdu dans sa contemplation de la situation actuelle. La foule, hormis les deux trouble-fête, ne semblait pas hostile juste étonné. Il fallait leur montrer que les deux Nécromanciens étaient une menace bien plus sérieuse que celle représentée par Poil de carotte et Schwarzenegger (ce ne sont que des surnoms et non pas des représentations oniriques de ces deux êtres).

- Mon pouvoir ? Tu vas avoir l'occasion de le découvrir! s'exclama Dante, avant d'invoquer Noctis et de l'équiper à sa main droite.

Dante comptait attaquer l'individu qu'allait délaisser Riku. Il se contenterait d'arriver à proximité de son adversaire et de tenter une attaque soudaine à la gorge avec son arme osseuse dans le but de découvrir les pouvoirs de son adversaire. Dans le meilleur des cas, ce dernier n'en avait pas, dans le pire... Dante reculerait le plus rapidement possible afin d'évaluer ses chances de conclure l'affrontement de manière favorable et, s'il avait trop de chances d'y passer, n'hésiterait pas à fuir. Il ne lui restait plus qu'à espérer que son adversaire ne soit pas un Voyageur de plus grande envergure...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : The Death Voice
Messages : 494
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 23

Maraudeur des rêves
Riku Kaisuki
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 107
Renommée: 1630
Honneur: 148
MessageSujet: Re: Quête : The shadow part 2 [PV : Dante di Stefano] Mar 11 Fév 2014 - 17:43
Le barman parut légèrement rassuré et la foule déçue par la limite imposée par le jeune homme ; et d’ailleurs, rapidement, la foule commença à se disperser en jetant des regards noirs à l’invocateur.  Poussant un soupir, Riku pensa sur le coup que sa tentative n’allait rien donner, quand il entendit au milieu des passants une voix libératrice, qui annonçait connaître Willy, mais fut rapidement éteinte par l’arrivée de deux types à la mine patibulaire qui avaient l’air de sortir d’un film de gang à deux balles avec les hommes de main en marcel en Floride et les policiers suffisamment cons pour leur laisser en permanence trois kilomètres d’avance dans les poursuites. Bref, apparemment, les deux gaillards voulaient profiter de l’offre généreuse du necromancer, le tout sans participer à l’enquête. Etrangement, celui des deux qui s’adressa à eux semblait relativement intelligent, ou en tout cas plus que la moyenne des kékés présents dans ce royaume, et il affirma que lui et son camarade allaient prendre possession de ce petit bar le plus calmement du monde. Tout ce cinéma pour un bar ? Bordel t’es dans un monde des rêves, va dans un royaume pour picoler si c’est c’que tu veux.  Non, non, fallait faire chier son monde et tout prendre par la force, même dans un royaume paisible. Bordel, avec ce genre d’abrutis, l’invocateur commençait à comprendre pourquoi on détestait les voyageurs dans ce monde.  Bon, lui non plus n’était pas en reste question bordel et dégâts causés, il s’était déjà battu à plusieurs reprises, avait même tué pour se défendre, avait frappé gratuitement pour obtenir des informations, en avait même volé à certains moments. A tel point qu’on en oubliait ses bonnes actions, entre les royaumes sauvés, les morts évités, les objets retrouvés, les criminels arrêtés… On ne voyait que les bâtiments détruits, les types morts, et le DreamMag ne faisait rien pour arranger cela, jouant régulièrement sur l’image « bad boy necromancien » pour lui donner un côté encore plus sombre qui était à l’opposé total de sa personnalité réelle.  Résultat des courses, quand les gens le reconnaissaient – par chance, c’était encore rare – ils le craignaient, et l’évitaient, ce qui était relativement problématique quand il fallait les interroger. Heureusement que ce mauvais côté était compensé par sa popularité en tant que chanteur aux côtés de sa petite amie. Le du Hikariku, depuis la Singer fest, n’avait cessé de gagner des fans, délivrant prestations sur prestations, le tout guidés par leur nouveau manager qui avait une sorte de don pour voir dans les festivaux les plus paumés les meilleures opportunités. Le genre de type gavé de travail qui ne fait que ça, bouffer encore et encore de la paperasse et des réunions avec des partenaires en jouant les agents pompeux pour obtenir les contrats les plus juteux pour ses stars… La vie onirique n’avait plus grand-chose à voir avec celle qu’aurait imaginé Riku, qui était quelqu’un d’assez aventurier, et souhaitait encore progresser dans ce monde malgré tout hostile.  Il voulait être un vrai protecteur pour les gens à qui il tenait, à commencer par sa petite amie, et un symbole pour son royaume.

Enrique lui avait appris à contenir ses émotions, à retenir sa passion au profit de la raison pour ne pas se jeter bêtement dans une bataille et savoir quand il est préférable de l’éviter à la fois pour préserver ceux que l’on aime et surtout se préserver soi-même : à quoi bon protéger les autres si on doit mourir pour ne pas les voir indemnes ?  Oui, il devait être plus modéré dans sa manière d’agir, savoir contenir son énergie et ne pas l’utiliser stupidement en quelques attaques.  Ce combat à venir allait d’ailleurs être l’occasion de tester sa nouvelle manière de se battre. Mais ce fut Dante qui s’avança le premier, apparemment content de pouvoir en découdre. La première attaque leur permettrait d’en savoir plus et de déstabiliser leurs adversaires. Lui se jetterait sur le plus gros des deux, il avait fait sa spécialité des combats contre des types plus grands que lui. Il fallait jouer sur la lourdeur de leurs mouvements, et son centre de gravité plus bas qui lui permettrait de prendre de vitesse son opposant avec des changements de direction brusques. Ce genre de déplacement, il avait appris à parfaitement les exécuter grâce au football américain, aussi, il en ferait sa tactique contre musclor.

Mais il n’était décidément pas au bout de ses surprises cette nuit-là ; lorsque Dante révéla son pouvoir, l’invocateur manqua de se mordre la langue, toussotant un coup à cause de la salive qu’il avait avalé de travers, l’observant un instant d’un air hébêté, avant de faire apparaître Gaïa, qui avait choisi un maillot de bain deux pièces qui aurait pu être qualifié de sexy si on oubliait la morte en dessous, cette dernière lui apposant aussitôt un boost rocheux au bras droit.

« Aah mais on vient du même royaume ! Je t’avais jamais vu au cimetière ! Ou alors tu es nouveau ? »

Riku ne connaissait pas tous les voyageurs de son royaume, aussi il était curieux d’en savoir plus. Mais il ne lui répondit pas tout de suite, après tout, le moment n’était pas vraiment aux conversations entre collègues tandis que deux kékés tentaient de leur casser la gueule.  Il se reprit, prenant son air concentré habituel, et fit face à son futur adversaire. Dante avait certainement compris qui le necromancer avait pris pour cible. Et s’il n’avait pas compris bah… C’était trop tard. L’invocateur n’attendit pas une seconde de plus et s’élança sur mr muscles, se baissant d’un seul coup comme pour un block de football américain avant de pousser d’un coup sur sa jambe droite pour balancer son poing de roche dans le menton de son adversaire, qui l’encaissa sans même chercher à l’éviter. Sauf que, contrairement à ce qu’avait prévu le dead maker, ce n’était pas dans de la chair qu’il avait frappé ; et heureusement pour lui qu’il avait recouvert son poing de roche, puisque celui-ci aurait été réduit en miettes sur le coup. Il venait de modifier la composition de son corps pour celle de l’acier. Oooook… Et on fait comment hein ? Bon sang, à Délirium, quand il s’était fait courser par cette saloperie de boule de fer qui faisait partie du groupe de fêlés anti-voyageurs. Il l’avait battu, mais cette fois-là, il avait pas le flingue de malade qui pouvait transpercer l’armure. IL avait juste ses poings. Aaah mais il avait peut-être trouvé une idée. Il s’éloigna, sous le regard vague de son opposant qui semblait n’avoir même pas remarqué l’attaque du necromancer, et se contentait de rester immobile à renâcler sa salive. Il cracha alors un coup, et alors que l’invocateur se mettait en garde, il se jeta en avant pour le frapper d’un bon coup de poing. Riku attendit au maximum, et quand il n’y eut plus qu’un tout petit peu plus que la portée de son bras, il se pencha, posa ses mains sur les côtés du géant, et poussa en avant pour passer derrière lui, le laissant finir son coup dans le vide. Il était assez lourd dans ses mouvements, par contre, le dead maker avait clairement senti la puissance dégagée par l’une de ses attaques alors qu’une mini bourrasque l’avait à moitié déséqulibré.  Et il n’était pas particulièrement léger. Il courut alors vers le barbecue qui crépitait encore un peu plus loin et s’empara de l’une des grilles qu’il saisit avec des gants récupérés à côté.

Il attendit alors l’assaut suivant de son adversaire pour plonger de la même manière, mais cette fois, plutôt que de chercher à passer dans le dos de son opposant, il frappa de plein fouet le corps de son adversaire avec la grille presque incandescente – elle était en plein soleil et venait juste de servir – ce qui eut un impact relativement différent de sa première attaque ; la peau du géant changea de forme, mais elle se teinta de rouge, et l’autre poussa des hurlements, allant se jeter bêtement dans la mer pour tenter de faire passer la brûlure. Gagné. L’autre n’eut même pas le temps de lui hurler que son idée était stupide et que c’était un piège, en trois foulées, son compère était dans l’eau à pousser des soupirs de soulagement, sans se rendre compte que son corps se tétanisait peu à peu sous l’effet chaud/froid que subissait sa carapace de métal. En quelques secondes, il comprit lorsqu’il se retrouva incapable de mouvoir la partie de son corps qui avait été touchée. Bête pour lui en sachant qu’il était allé s’enfoncer dans l’eau jusqu’au cou, et que la zone coincée s’étendait de  son torse à son épaule. Riku l’observa se noyer stoïquement, et reprit sa place comme si de rien n’était pendant que le maître nageur tentait vainement de remonter l’homme de métal, aidé par plusieurs baigneurs. Hé bé… Solidaires avec des types qui venaient faire chier le monde, Dreamland avait tout de l’utopie. Sans trop se préoccuper de ce qu’il se passait du côté de son collègue, il remarqua alors un attroupement de vigiles qui arrivaient dans leur direction tandis qu’un nageur et le barman pointaient le necromancer du doigt. Ah. Là ça sentait mauvais.

« Je sais pas où tu en es Dante, mais on ferait mieux de bouger, et vite ! »

Ils pourraient partir dans la direction de la voix qu’ils avaient entendu tout à l’heure, l’autre était peut être dans les parages ! Sans hésiter, Riku s’élança droit vers le quartier des solariums, direction qu’il avait estimé être la bonne d’après ses souvenirs. Autant dire qu’il y allait au pif.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 135
Date d'inscription : 15/08/2012
Age du personnage : 20

Nouveau challenger
Dante Di Stefano
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 160
Renommée: 410
Honneur: 97
MessageSujet: Re: Quête : The shadow part 2 [PV : Dante di Stefano] Dim 16 Fév 2014 - 11:05


L'homme sans pouvoir


Comme il avait prévu de le faire, Dante plongea vers son adversaire et tenta une rapide attaque à sa gorge, qui fut cependant déjouée par l'homme à la barbe rousse. En effet, il se jeta en arrière pour éviter les appendices osseux. Le Nécromancien tenta d'en courber la trajectoire pour toucher tout de même son adversaire, mais ce dernier recula une fois de plus.

- Un pouvoir lié aux ossements ? Intéressant. Pour ma part, je ne gaspillerais pas mes pouvoirs contre toi, acheva calmement le Voyageur, tout en restant à bonne distance de Dante.

Ce dernier fut saisi d'étonnement, et se sentit blessé par ce dédain, ce mépris qu'il percevait dans les paroles du Voyageur. Ne pas utiliser ses pouvoirs ?! Ce combat était donc si déséquilibré que ça ? Le jeune homme ne comptait pas se laisser sous-estimer ainsi. Il n'était pas un insecte que l'on pouvait écraser du plat de la main, sans même y prêter la moindre attention. Non, Dante était un combattant qui, lorsqu'il était menacé, pouvait faire preuve d'une combativité sans égale et d'un sang-froid exemplaire. Il n'avait rien d'un combattant insignifiant.

Son adversaire le sous-estimait ? Soit. Dante allait lui accorder toute l'attention possible et tenter de lui faire prendre conscience de sa valeur. Il se fendit d'une nouvelle attaque verticale, que le roux esquiva une nouvelle fois, sans le moindre mal. Puis, l'homme dégaina une longue épée à la lame bleutée et à la poignée de facture commune, et se jeta en avant, portant une estocade au Nécromancien. Ce fut cette fois-ci au jeune homme de bondir sur le côté afin d'éviter la lame meurtrière.

Le fauteur de troubles s'élança vers le maître de Noctis, portant coup sur coup, formant avec sa lame un véritable ballet meurtrier. Celle-ci, plus que le prolongement de son bras, était un instrument magnifiquement mortel, dont il était le chef d'orchestre. Dante ne pouvait que bondir, reculer, rouler sur le sol, tenter par tous les moyens d'éviter la lame meurtrière qui, comme l'arme d'un certain Damoclès, semblait annoncer son trépas prochain. Mais le jeune homme ne pouvait se contenter de reculer ad mitam eternam. Son pouvoir n'était pas défensif, mais offensif : il devait se créer une ouverture.

Il n'en eut pas besoin : l'ennemi était préoccupé par les péripéties que subissait son compagnon, et ralentit un peu la cadence de ses coups afin de lui crier de ne pas rentrer dans le jeu de son adversaire, qu'il s'agissait d'un piège. Dante en profita pour passer à l'attaque : faisant un pas de côté, il bondit finalement en avant, sa main aux appendices osseux  se rapprochant dangereusement du visage exposé de son adversaire, prête à se refermer dessus comme les serres d'un oiseau de proie.

Dante cracha un filet de sang, le souffle soudainement coupé ; une sensation de froid se répandait dans tous ses membres depuis son ventre. Il regarda, impuissant, la lame en acier qui avait transpercé son ventre et ressortait dans son dos. Bien qu'il ne puisse le savoir, son cœur n'était heureusement pas touché, ni aucun de ses organes vitaux. Mais, épinglé comme un papillon dans une collection de lépidoptères, il sentait que la vie quittait son corps peu à peu.

Avec un sourire satisfait, son adversaire tenta de retirer son épée mais il fut surpris de constater qu'une main l'en empêchait. Le membre gauche du Nécromancien, qui s'était refermé sur la propre main de son adversaire, empêchait l'arme de quitter son nouveau fourreau de chair. Cette fois-ci, le Voyageur brun ne comptait pas se laisser aller à l'inconscience. Il comptait gagner. La souffrance était toujours là, ainsi que ce sentiment d'agonie, mais le jeune homme l'avait remplacé par une autre réalité : le combat.

Dante connaissait les risques qu'il encourrait mais il savait également qu'il ne pouvait laisser son adversaire vivre. Riku n'avait pas besoin d'un nouveau combat sur les bras : il avait un dénommé Willy à retrouver et des créatures des rêves à, potentiellement, sauver. Et puis, ce n'était là que la fin d'un rêve. S'il mourrait, le jeune homme aurait toujours la vie réelle pour le sustenter alors que les créatures des rêves n'avaient rien d'autre.

Ragaillardi par ces nouvelles résolutions, le jeune homme raffermit sa poigne sur la main de son adversaire, l'empêchant de récupérer son arme. De l'autre main, il acheva son mouvement et, empala son adversaire, ses pointes osseuses lui traversant le corps. Au vu de la quantité phénoménale de sang qui s'en écoula, Dante en conclut qu'il était parvenu à toucher le cœur. Rassemblant ses forces, il retira sa Death's Hand du torse de son adversaire mais conserva l'épée dans son ventre afin d'atténuer l'hémorragie. Puis, il révoqua Noctis au profit de Rudolf, à qui il ordonna de lui administrer le virus de Non-Mort. Le rat cadavérique mordit ainsi la chair aux alentours de la lame et, lorsque Dante extirpa l'acier de sa chair, la plaie commença à se refermer tandis que le réseau de veines se régénérait.

Peu de temps après, le ventre du Nécromancien était comme neuf, et il put s'approcher du corps de son adversaire d'un pas assuré. Maintenant que l'exaltation du combat était retombé, Dante se sentait triste et las. Même s'il s'estimait heureux d'être encore en vie, il ne pouvait s'empêcher d'être triste que son adversaire meurt à cause d'une telle stupidité, d'un tel orgueil.


- Pourquoi n'as-tu pas utilisé tes pouvoirs !? Tu m'aurais battu... Ce fut un beau combat même si je trouve dommage que ton ego ait pu causer ta perte...

Un flot de sang surgit de la bouche du blessé, dont les lèvres s'étirèrent d'un sourire franc, satisfait.

-J'ai... menti... Je... n...n'ai... aucun... pou... pouvoir... parvint à articuler faiblement le mourant, dans un dernier soupir.

Puis il cessa de vivre. Le jeune vainqueur du combat, bien que surpris, se pencha sur la dépouille de son adversaire et lui ferma, d'un geste presque tendre, les yeux. Empli d'un plus grand respect encore à l'égard de ce personnage qui combattait aussi bien et parvenait à survivre à Dreamland (enfin, était parvenu à survivre à Dreamland jusque là) sans avoir le moindre pouvoir, il revint à la réalité et se rendit compte que Riku courait droit vers le quartier des solariums. Sans la moindre hésitation, il lui emboîta le pas et courut, à perdre haleine, jusqu'à ce que Riku se soit arrêté à l'endroit qui lui semblait être le bon. Il décida de profiter de cette brève accalmie pour répondre à la question qu'il avait ignorée dans le feu de l'action.

- Nouveau... Tout est relatif. Mais ouais, je n'ai accepté de servir le Seigneur Chironheim qu'il n'y a peu de temps. Je suis donc capable d'invoquer des serviteurs morts-vivants afin de combattre ou même de me guérir. Tu as une idée d'où est-ce que l'on doit aller, à présent?

Malgré le ton neutre qu'il avait donné à sa voix, le Nécromancien était totalement perdu, et un mauvais pressentiment assombrissait ses traits. Il ignorait son origine, mais se montrait sur ses gardes

♦♦♦

Non loin de là, le moribond à la barbe rousse qu'avait délaissé Dante se relevait et époussetait ses vêtements, avant de partir d'un rire tonitruant.

- Aucun pouvoir ? Hahahahaha ! Mais qu'est-ce que j'suis drôle ! Bon, plus qu'à repêcher l'autre idiot et hop, direction Carnaval garbage.

Quelle était la nature des pouvoirs de cet individu ? Et comment avait-il pu survivre à la blessure d'un organe aussi vital que le cœur ? Si l'on avait posé ces questions aux badauds présents à ce moment-là, ils nous auraient regardés avec des yeux aussi ronds que des billes et un air totalement interloqué : selon eux, il n'y avait eu qu'un seul blessé ce jour-là, un grand blond au physique herculéen, et il avait mystérieusement disparu des bras des sauveteurs. Aucun ne se rappelait de cet homme à la barbe rousse, ni de sa voix calme et posée à laquelle ils s'étaient empressés d'obéir.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : The Death Voice
Messages : 494
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 23

Maraudeur des rêves
Riku Kaisuki
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 107
Renommée: 1630
Honneur: 148
MessageSujet: Re: Quête : The shadow part 2 [PV : Dante di Stefano] Lun 3 Mar 2014 - 0:21
 Courir. Un verbe qui revenait un peu trop souvent comme l’action prioritaire à accomplir dans le vocabulaire de tout voyageur qui connaît Dreamland et les emmerdes qui peuvent découler d’un petit combat tout simple. Là, ils avaient rameuté tous les vigiles du coin et des vacanciers bien décidés à dégager de là ces abrutis venus les déranger dans leur repos.  Oui, d’ordinaire on venait au royaume des Tropiques pour se détendre, pour profiter de vacances oniriques gratuites au sein d’un royaume fabuleux où tous les fantasmes de séjour paradisiaque pouvaient se réaliser. On y trouvait tout ce dont pouvaient rêver les familles moyennes lambda : la plage, les cocotiers, la chaleur, les vahinés, les dauphins, les lagons, les poissons de toutes les couleurs aux écailles brillantes, les parcs aquatiques, les aquariums somptueux, le salon de bronzage… Il n’y avait rien de mieux que de venir se détendre ici après avoir passé autant de temps à souffrir le martyre, à se fatiguer pour deux piécettes, à croiser trop souvent la mort de près, venir ici, fermer les yeux, et ne plus penser à rien d’autre qu’à l’endroit où on va aller se baigner un peu plus tard. Le rêve dans un rêve.  Sauf que Riku n’était pas là pour ça. Lui, il venait prolonger le doux plaisir de s’offrir des ennuis, des combats, de la destruction en tout genre. Après avoir contribué à la mort d’un spectacle, après avoir assommé des employés pour leur voler leurs affaires, après avoir fait passer une fausse annonce pour obtenir ce qu’il voulait, après avoir noyé un type sous les yeux de toute l’assistance, il courait comme si c’était pour sa vie, une foule de vigiles au cul et son compatriote qui le rejoignait après avoir réussi à vaincre lui aussi son adversaire. L’invocateur remarqua la blessure qu’il avait au ventre qui avait été remplacé par des chairs assez dégueulasses, et il comprit que cela venait de son pouvoir lorsqu’il lui expliqua qui il était et ce qu’il savait faire, mais ne fit pas de commentaires à ce sujet, lui répondant simplement :

« Aah je vois. C’est étonnant que Chiron ne t’ait pas remarqué tout de suite, d’ordinaire, tous ses voyageurs arrivent directement au Pandémonium… Enfin bon, tant mieux si on est du même camp. »

Il ne savait pas trop quoi ajouter ; déjà parce qu’il n’y avait pas grand-chose de plus à dire, ensuite parce qu’il avait peur de contribuer au silence par des phrases inutiles. Il se tint donc à cet espèce de statut quo qui s’était instauré entre eux, espérant en apprendre plus sur son compte par la suite. Il pointa ensuite la direction du solarium et plus encore, du panneau situé à côté de l’entrée qui indiquait à l’opposé « le lagon du zen ». Tout un programme. Mais l’instinct de l’invocateur l’amenait à penser qu’il pouvait trouver quelque chose d’intéressant par là. Oui, se fier à l’instinct, c’était une connerie. Mais Riku y croyait. L’instinct l’avait tiré de mauvaises situations bon nombre de fois, il le sauverait encore.  Et puis, il venait de le remarquer, son combat n’avait pas été sans séquelles ; bien qu’il n’ait pu identifier exactement à quel moment, le necromancer avait bel et bien pris un coup de son adversaire,  qui avait nettement cassé les os de son bras, le laissant pendant et inutilisable. Un boost rocheux en guise de plâtre, le voyageur avait un instant songé à ces deux types ; ils étaient bien trop faibles par rapport à toute la frime qu’ils avaient affichée. Il y avait quelque chose de louche là-dedans.  Soit ils étaient de véritables boulets, soit ils étaient bien plus forts qu’ils ne le pensaient et étaient déjà repartis tout frais et prêts à casser la gueule des deux voyageurs qui leur avaient tenu tête. Cette idée le faisait frémir car il imaginait déjà ces deux types revenir avec un grand numéro du genre « haha on vous a menti, en fait on de la ligue S on vous détruit en un seul coup ! ».  M’enfin, l’important n’était pas là, ils devaient avancer pour tenter de retrouver cette personne qui avait tenté de les renseigner un peu plus tôt. Etait-ce l’ami dont on leur avait parlé ? Si c’était le cas, il avait peut être même rassemblé des informations sur l’organisation qui avait enlevé le pauvre morpheur dauphin, qui semblait être un tout jeune et inoffensif voyageur, pas vraiment le genre à aller chercher les ennuis, à moins qu’il n’ait voulu jouer les héros et était tombé contre bien plus fort que lui comme l’invocateur l’avait fait de nombreuses fois ? C’était possible mais il fallait des informations pour confirmer ses hypothèses. Il devait dresser un portrait psychologique du jeune homme, retracer ce qu’il avait pu vivre avant son enlèvement, le moment où l’organisation l’avait emmené dans son laboratoire des horreurs. Les questions sur ces types et leurs motivations viendraient par la suite. Willy n’aurait pas pu lui expliquer dans son état, si ce n’est par un ensemble de mots alétoirement sortis les uns à la suite des autres sans qu’il y ait un quelconque sens.  Bon… Ils empruntèrent un sentier qui passait au milieu d’une simili jungle avec des palmiers et des panneaux indiquant le chemin, ce qui les conduisit non sans efforts – ils marchèrent bien dix minutes – à un magnifique lagon au milieu de rochers luisants, qui laissait voir une eau si claire que l’on pouvait voir les rochers en bas, même à l’endroit le plus profond.  Des poissons multicolores y nageaient paisiblement, tandis que le seul son alentour, le clapotis de l’eau, donnait à cet endroit un aspect apaisant incroyable. On aurait pu s’y allonger, fermer les yeux, et plonger dans un état de semi inconscience sereine tant tout était parfait pour s’y détendre.

Il repéra alors une petite cavité un peu plus loin, creusée dans le rempart rocheux qui servait de falaise pour laisser s’écouler une petite cascade , qui envoyait régulièrement de l’eau dans le bassin. Il s’en approcha, avec l’intention de l’explorer, dans l’espoir que leur potentiel indic puisse s’y cacher – il était habitué à voir des parias maintenant -  et s’enquit des pensées de son nouvel allié :

« Si la personne qui a cherché à nous interpeller tout à l’heure est bien celui auquel je pense, il y a des chances qu’il vive non loin du royaume, peut être pour tenter de revoir son ami, garder une base pas loin du royaume. Je suggère qu’on jette un œil à cette grotte. »

Il n’attendit pas trop, voulant tout de même – et ce sans compter réellement sur l’avis de son collègue – aller voir ce qu’il y avait dans cet endroit, qui contenait peut être une partie des réponses à ses interrogations. Willy était loin d’être le seul à avoir disparu, et on avait recensé plusieurs cas comme celui du jeune voyageur de jeunes gens qui disparaissaient, puis étaient parfois retrouvés, agonisants et proférant d’incompréhensibles paroles avant d’expirer. Sauf que dans le cas du morpheur dauphin, Riku était arrivé à temps pour ne pas qu’il succombe à ses ravisseurs. Le dauphin était parti sans rien dire d’autre que ces phrases étranges sur un œil et une table, une forêt. Peut être  qu’il saurait enfin. Enfin ça faisait beaucoup de peut être à la suite, l’invocateur appréciant apparemment procéder à tâtons que par agression comme un puceau qui découvre où est le trou dans lequel il est sensé entrer après avoir essayé deux minutes. Au moins, la grotte avait la décence de ne pas être plongée dans l’obscurité totale, ce qui leur permettait de s’y glisser sans se prendre tous les murs ou sans être surpris par une quelconque bestiole à la con dans leur dos. Riku récupéra une lampe torche grâce à Wallet, et commença à parcourir tous les murs autour à l’aide du rain de lumière qui suivait son chemin.  Il tendit alors l’oreille ; il y avait un bruit étrange. Un peu comme un afflux d’eau intense. Et puis le clic d’une trappe. Ils tombèrent tous deux en plein dedans, ce qui les amena en contre bas, en plein dedans. Avant de finir dans une putain de piscine cinq mètres en contrebas.  Puis soudain, une voix résonna un peu plus loin, faisant sursauter l’invocateur qui n’attendait que ça manqua de lui sauter dessus pour le remercier d’avoir été là.

"Qui est là ? "


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 135
Date d'inscription : 15/08/2012
Age du personnage : 20

Nouveau challenger
Dante Di Stefano
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 160
Renommée: 410
Honneur: 97
MessageSujet: Re: Quête : The shadow part 2 [PV : Dante di Stefano] Mar 18 Mar 2014 - 11:13

Une voix dans le noir


Riku venait de suggérer à notre jeune nécromancien de jeter un œil à une grotte. Mais Dante n'était pas vraiment partant, considérant ce genre de détails comme une perte de temps. Enfin, la marche d'une dizaine de minutes qu'ils venaient d'entreprendre en était une elle-aussi.

« C'est sa quête,  pensa Dante, calmement. Mieux vaut me contenter de l'assister et de me fier à son jugement. »

C'était vrai que le raisonnement de l'autre nécromant se tenait : l'ami de Willy disposait peut-être d'une base qu'il utilisait, afin d'y entreposer le fruit de ses recherches. Mais pourquoi serait-ce cette cavité ? Et puis, Riku était blessé alors pourquoi prendre des risques en se rendant dans un lieu inconnu, potentiellement peuplé d'individus aux intentions mauvaises ?

- Je te suis, répondit le jeune homme, d'une voix qui dissimulait mal ses doutes.

Ils pénétrèrent dans la grotte, y évoluant avec une aisance que n'aurait pas permise une obscurité totale. Le sol était humide, et jonché d'une sorte de mousse épaisse et verdâtre : Dante faisait donc bien attention avant de poser son pied, de crainte de se retrouver le cul par terre.

Avec un intérêt aussi soudain que marqué, Il regarda Riku faire la démonstration de son pouvoir, en invoquant l'un de ses petits compagnons cadavériques afin de récupérer une lampe-torche. Se déplacer fut ensuite encore plus aisé, même si le maître de Rudolf appréciait guère de se sentir aussi inutile. Hélas, son pouvoir ne lui permettait la création d'aucune source de lumière.

Enfin, ce n'était pas si grave, et cela finit par l'amuser. Son compagnon était décidément plein de surprises, et avait donc beaucoup de choses à lui apprendre. Peut-être que s'aventurer dans cette grotte allait réellement être utile...


CLIC !

Un simple son, une vulgaire onomatopée, fut ce qui mit fin au début d'espoir de Dante. Juste une monosyllabe, annonçant le déclenchement d'un piège. Celui dans lequel étaient tombés nos deux nécromants se trouvait être une belle trappe, dont l'aspect ne différait guère du reste de la grotte. Aussi humide, grisâtre et rocailleux que le reste du sol. Et il n'y avait pas de mousse dessus, ce qui expliquait que Dante se soit senti obligé d'y poser les pieds.

La chute fut brève. Le seul choc que l'invocateur ressentit fut celui de s'enfoncer dans l'eau, alors que quelques secondes auparavant, il se trouvait sur la pierre ferme. Il tenta de ne pas paniquer, de ne pas imaginer quelles sombres créatures pouvaient vivre dans les obscures profondeurs du bassin dans lequel il venait de plonger.

Ils étaient tombé dans une sorte de caverne plus grande, constituée d'un bassin et d'une sorte de plage de sable blanc. Le tout était éclairé par une sorte de mousse luminescente, qui semblait être une cousine proche de la mousse sur laquelle Dante avait si soigneusement évité de marcher.


- Qui est là ?

La voix était aisément reconnaissable et Dante fut soudainement la proie d'une chair de poule aussi soudaine qu'incontrôlée. Ce n'était pas possible. Il sortit difficilement de l'eau, se rapprochant de la voix. C'était bien lui. Le bandana d'un rouge plutôt sombre, les cheveux sales et longs, une chemise de lin blanche dissimulé sous une veste noire, usé par les intempéries... Un pistolet à sa ceinture, sur son flanc droit, ne manquait pas d'attirer l'attention. Mais le jeune homme savait que c'était du sabre qui pendait sur le flanc gauche qu'il fallait le plus se méfier.

- Nous sommes deux Voyageurs, nous ne vous voulons aucun mal. Et vous ?

Sa question était purement rhétorique, il savait déjà de qui il s'agissait. Bien sûr, cette version-ci avait encore la peau sur les yeux, et son regard était cerclé d'ébène. De plus, une moustache et une barbe tressée complétait un peu le tableau, achevant d'habiller le visage du singulier personnage, déjà fort bien pourvu d'un point de vue capillaire.

Prenant une inspiration, Dante se décida à mettre le feu aux poudres. Il invoqua Jack. Vous savez, le squelette qui ressemblait à s'y méprendre à Jack Sparrow, et qui se trouvait être la dernière invocation qu'il avait récupéré à la Crypte de l'Oubli.

Ce n'était pas l'exemple même d'un serviteur fidèle et loyal. L'invocation venait à peine de se matérialiser qu'elle se précipitait vers l'auteur de la voix, sans même saluer Dante ou lui proposer ses services.


- Un teint délicieusement halé, un regard à captiver les plus farouches, un charisme indéniable que l'on ne trouve que chez les capitaines... Tu es moi ! Ou plutôt, une reproduction de quand j'étais encore vivant ! s'exclamait le squelette, fasciné, tout en faisant courir ses phalanges sur le visage du détenteur de la voix, qui le repoussa violemment.

- Non, non, non, non. Tu ne comprends pas l'ami. Je suis le véritable capitaine Jack Sparrow, le seul, l'unique, le véritable ! Toi, tu es... un simple squelette qui a de bons goûts.

La discussion ne se termina pas là et devint plus vive. Ils étaient tous les deux persuadés que l'un était l'original, et l'autre une simple reproduction. Puisque chacun était persuadé qu'il était l'original, il fallait convaincre l'autre du bien-fondé de cette conviction.

Ils se tirèrent dessus au même moment, mais ce n'eut pas le résultat escompté : du côté du Jack vivant, la balle se contenta de percuter l'un des os de son antagoniste, sans lui causer le moindre dommage. Du côté du Jack mort, le pistolet refusa de fonctionner, ayant trop pris l'eau durant ses longues années dans la Crypte de l'Oubli.

Ils en vinrent donc rapidement au sabre, même si l'issue du duel en devenait évidente. Celui de chair périrait car plus mortel que son soi mort-vivant. Mais peut-être se relèverait-il après avoir été mortellement blessé ?

En tout cas, Dante avait cessé de s'intéresser à leur altercation métaphysique. Lorsqu'il avait invoqué Jack, qui semblait être le sosie de la créature, il s'attendait à provoquer un beau bordel. Il n'était pas déçu. Quoi qu'en puisse dire Riku, la créature qui ressemblait au Jack encore vivant ne semblait pas capable de les renseigner.


- T'as une idée de comment on pourrait sortir d'ici? demanda Dante, à son camarade.

Il devait parler fort pour se faire entendre, avec le fracas des armes qui se répercutait contre les murs de la grotte. Il devait forcément y avoir un passage vers l'extérieur. Sauf que le seul qui pourrait les renseigner, était en plein combat avec un double cadavérique. Et puis, s'il savait comment sortir d'ici, qu'est-ce qu'il foutait encore là ?

Bien entendu, Dante pouvait passer en Faust's Walk et courir sur les murs, comme un ninja, afin de passer par le même endroit d'où ils étaient tombés. Mais il ne pouvait se résoudre à abandonner Riku avec les deux zouaves. Et puis, il avait utilisé le virus de Non-Mort de Rudolf peu de temps auparavant.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : The Death Voice
Messages : 494
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 23

Maraudeur des rêves
Riku Kaisuki
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 107
Renommée: 1630
Honneur: 148
MessageSujet: Re: Quête : The shadow part 2 [PV : Dante di Stefano] Lun 21 Avr 2014 - 22:44
Autant cette chute avait été surprenante, autant ce qui suivit le fut encore plus. L’invocateur aurait pourtant dû reconnaitre cette voix ! Lui qui avait bien dû voir et revoir chaque film de la sage une bonne dizaine de fois chacun ! Cette coupe de cheveux digne d’un rasta, ce look très rock’n roll d’un pirate, cette manière de se déplacer… Jack Sparrow ? Mais qu’est-ce qu’il foutait là lui ? Ok c’était le royaume des Tropiques, rien d’étonnant à ce qu’il y ait des pirates. Mais pourquoi LUI ? Enfin dans un sens, c’était plutôt cool de se dire qu’on pouvait rencontrer dans ce mode le véritable capitaine Sparrow. Riku ne pouvait s’empêcher de rire chaque fois qu’il revoyait les films ; ce personnage était parfait ! Charismatique, drôle dans sa nonchalance pathétique, et en même temps un type qui sait ce qu’il fait derrière son masque de stupidité. Le genre d’être qui sait parfaitement dissimuler sa vraie nature, celle d’un pur leader qui a toujours dix coups d’avance sur ses adversaires. Dans un sens, l’invocateur souhaitait lui ressembler, pour ne jamais être surpris et toujours calculer au moindre geste ses plans. Son supérieur, Enrique, était un peu dans le même genre, toujours désinvolte, et prévoyant toujours tout à l’avance. D’ailleurs, Chiron l’avait envoyé pour former le jeune voyageur à bonnes mandales dans la gueule, histoire de lui apprendre à prendre soin de lui-même, et à savoir fuir quand il le fallait, quitte à assumer son échec. Il devait savoir quand il n’avait pas le niveau pour accomplir quelque chose, renoncer, et se préparer pour mieux y arriver par la suite. En attendant, Dante prit la parole, tentant de rassurer leur interlocuteur quant à la raison de leur présence. L’invocateur, lui, observait la cavité dans laquelle ils avaient atterri. Il n’y avait aucun accès sur l’extérieur hormis le tunnel dans lequel ils étaient tombés. Les murs étaient relativement lisses, sculptés par l’érosion saline. Pourtant, on ne manquait pas d’aération. Il y avait un couloir d’air frais qui passait dans la caverne, soulevant les cheveux du necromancer, qui cherchait désespérément une voie de secours. Ils ne pouvaient pas demeurer ici jusqu’à la fin de la nuit, qui sait si le voyageur qu’ils recherchaient n’était pas là et qu’il repartirait la nuit suivante pour chercher son ami. Tout autant amusante que pouvait être la possibilité de converser avec Jack Sparrow, de le mettre à l’épreuve ou simplement de le voir à l’œuvre, mais là, ils, enfin surtout lui, avaient d’autres préoccupations. Comment sortir d’ici ? L’invocateur avait beau se creuser la tête, il ne voyait aucun tunnel ou sentier accessible. Et ce n’était pas Gaïa ou Zeel qui le sortiraient de là… Et puis, arriveraient-ils à mettre la main sur leur informateur ? C’était leur seule chance d’arriver à progresser dans cette affaire.

Mais pour le moment, leur indic improvisé semblait bien plus préoccupé par son homologue cadavérique pour pouvoir répondre à leurs questions. D’ailleurs, d’où pouvait bien provenir cette invocation ? Riku ignorait le niveau de puissance de son camarade du royaume des nécromanciens, mais il avait déjà fait le tour de la liste des esprits de combat que Chiron laissait à la disposition de ses voyageurs dans la crypte du pandémonium, et il n’avait jamais entendu parler d’un squelette de Jack Sparrow. En fait, il se rendait compte qu’il ne savait pas grand-chose du royaume. Chiron lui avait bien montré les différents districts en décrivant leur rôle, mais il lui avait toujours interdit de se rendre dans la vallée à l’écart du cratère. Qu’y avait-il là- bas ? Il y avait beaucoup de mystères que l’invocateur souhaitait comprendre sur son royaume d’origine, mais pour le moment, aucun n’avait trouvé de réponse, et les choses ne semblaient pas prêtes de changer. Toujours était-il que ce nouvel allié portait avec lui son lot de questions, et cette fois, Riku ne le laisserait pas s’échapper sans répondre comme l’avaient fait tous les autres avant lui –il repensait notamment à cet enfoiré d’Enrique qui lui avait fait miroiter tout un tas de possibilités pour gagner en puissance avant de le laisser là avec pour simple conseil de faire attention à lui et à ne pas prendre de risques inutiles pour jouer les héros. Oui c’était bien de faire sa BA quotidienne, oui, il gagnait en réputation, oui ses différents exploits avaient fait de lui un voyageur dont on pouvait peu à peu connaître le nom même s’il était encore bien loin de la célébrité d’un Ed Free. Enrique lui avait dit qu’il avait le potentiel pour atteindre les sommets, mais qu’il était encore loin d’avoir l’état d’esprit de ceux qui traînaient dans le top cent des voyageurs. Un fait avéré certes, mais que n’aurait jamais souhaité entendre le necromancer. Il fit les cent pas un moment alors que Dante lui demandait s’il avait une solution, ce qui déjà signifiait que lui n’en avait pas. Mince… Riku avait espéré un moment que le jeune homme ait une invocation capable de les aider, mais apparemment non. Zeel aurait pu être un chouette tremplin, mais il n’avait pas encore une telle capacité, se contentant d’être un bouclier, plutôt efficace cela dit, qui le protégeait de pas mal d’attaques, et lui avait évité à plusieurs reprises de mourir sous les coups de ses adversaires. Bon. Réfléchis, réfléchis… Et lui là, il ne pouvait pas leur être utile ? Mais oui ! Il y avait ça ! L’invocateur s’approcha de leur interlocuteur improvisé et lui demanda alors sur un ton qui se voulait respectueux :

« Heu.. Excusez-moi, capitaine Sparrow ? »

Il fallut un léger temps de latence avant que le visé ne se retourne vers le necromancer, en même temps que le squelette qui portait le même nom que le vivant, accessoirement habillé comme lui si on ne comptait pas le fait que ses vêtements étaient encore plus en lambeaux. Riku ignora l’invocation, et poursuivit, ayant réussi à attirer l’intérêt de leur potentiel informateur.

« – Je connais vos exploits capitaine. Mais aussi les histoires sur vous, comme ce légendaire compas que vous posséderiez, et qui indiquerait à qui la porterait la direction de ce qu’il désire le plus obtenir.

- Tu sais parler à un pirate gamin. Et qu’est-ce que pourrait bien faire un matelot comme toi avec ce compas dans l’hypothétique cas où j’en serais le propriétaire ?

- Je dois sortir d’ici et retrouver quelqu’un. Ce compas pourrait m’indiquer la sortie de cette grotte.

- La sortie hmm.. Tu sais que tout se marchande avec le capitaine Jack Sparrow ? Alors… Qu’as-tu à m’offrir de précieux en échange de cet inestimable privilège que je pourrais t’offrir ?

- Laissez-moi réfléchir… J’ai CA ! »

Il venait de sortir le premier objet qu’il avait trouvé dans sa poche, qui était tombé dans celle-ci sans qu’il ne s’en rende compte dans son affrontement avec le molosse ; une cacahuète ! Quiconque avait vu les films savait que le capitaine Sparrow affectionnait particulièrement cette arachide. Mais cela suffirait-il à le convaincre de laisser l’invocateur tenir quelques instants le compas et avoir un indice ? Il l’ignorait, mais qui ne tente rien n’a rien. Et finalement, il obtint la réaction attendue, et le pirate se rapprocha de la cacahuète, la reniflant avant de l’observer longuement, puis de la prendre d’un coup.

« - MA cacahuète.

- Bien, il semblerait que nous ayons un accord.

- Attends, attends. Je peux pas manger ce festin sans une bonne bouteille de rhum ! Il faut toujours du rhum. »

Ah ! Il était bourré en plus ! Nickel, c’était le moment de tenter quelque chose. L’invocateur se jeta sans prévenir sur leur « informateur », et tira de toutes ses forces sur le compas qu’il arracha de la boucle de ceinture à laquelle il était attaché. Sans écouter les vives protestations du pirate qui secouait vainement ses poings dans tous les sens en essayant de punir ce voleur, le necromancer ouvrit l’objet, qui pointa après quelques instants dans la direction de l’eau, là d’où le voyageur était persuadé d’avoir senti un couloir d’air. Parfait. Il leur faudrait faire attention, ils ne pouvaient pas évaluer la distance à parcourir, mais elle n’était certainement pas très longue puisqu’ils pouvaient sentir l’air d’ici. Sans attendre, le jeune homme indiqua à son collègue de l’imiter, et il se jeta dans l’eau, prenant sa respiration au maximum avant de plonger dans le tunnel alors que Jack commençait sa chanson et une bouteille de rhum sans plus se soucier des deux voyageurs qui lui avaient rendu son compas. Ressentant aussitôt la pression, et ses poumons se remplir progressivement d’eau. Les secondes défilaient… Il n’avait jamais été un champion d’apnée, mais il était capable de tenir quand même deux bonnes minutes. Ouvrant les yeux pour tenter de voir où il allait, il apperçut alors l’ouverture lumineuse devant eux qui signait leur porte de sortie. Sentant son souffle atteindre sa limite, il poussa de toutes ses forces sur ses jambes, remontant à la surface, ses poumons se vidant d’un coup. Il posa ses mains sur le bord, et tira dessus pour se hisser hors de l’eau. A bout de souffle, il voyait trouble. Mais il était en vie. Dante l’ayant rejoint, il s’empressa de lui annoncer ce qu’il avait réussi à savoir :

« Bon, j’ai utilisé son compas, sauf que ce que je désirais le plus à ce moment-là, c’était de trouver l’ami de Willy. Et maintenant je sais à peu près vers où il est. En espérant que ce soit dans le royaume… »
Ils étaient arrivés au milieu d’une sorte de serre, remplies d’espèces exotiques en tout genre, et où des perruches et autres oiseaux tropicaux voletaient tranquillement. Il n’y avait qu’un sentier face à eux qui sortaient d’une fontaine décorée avec un îlot en forme de crâne de pirate. Comme par hasard hein… Allez, maintenant ils avaient une direction au moins.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : The Death Voice
Messages : 494
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 23

Maraudeur des rêves
Riku Kaisuki
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 107
Renommée: 1630
Honneur: 148
MessageSujet: Re: Quête : The shadow part 2 [PV : Dante di Stefano] Mar 30 Sep 2014 - 12:22
Il avait attendu plusieurs secondes pour voir son camarade remonter, mais à la grande surprise du necromancer, son partenaire de la nuit s’évapora dans un nuage de fumée. Merde, c’était tout sauf le bon moment pour se réveiller… M’enfin, tout le monde n’avait pas les mêmes horaires. On n’était jamais vraiment à l’abri d’un réveil inopportun. Dans tout ça, il se retrouvait tout seul pour finir cette enquête. Il avait de la chance de ne pas être au milieu d’un royaume sanguinaire au moins. On lui avait épargné d’être coursé par tous les vigiles possibles quoique, ils avaient pas mal foutu le bordel Dante et lui.  Chiron l’avait prévenu qu’à chaque fois qu’il avait associé deux voyageurs de son royaume, le lendemain des émissaires étaient à ses portes pour se plaindre des diverses destructions. Bah quoi pas notre faute si la méthode douce marche si peu… On fait ce qu’on peut avec ce qu’on a hein. En l’occurrence, Riku n’avait pas grand-chose, si ce n’est ce compas qu’il avait subtilisé au capitaine. Nul doute que ce dernier le poursuivrait jusqu’à ce que mort s’ensuive quand il se rendrait compte de l’arnaque, mais pour le moment il cuvait son rhum ce qui laissait un peu de marge au necromancer. (Même s’il ignorait que le capitaine mettait très peu de temps à se remettre d’une cuite et qu’il n’allait pas tarder à se réveiller) L’instrument en lui-même ressemblait à un banal compas, et pourtant, la flèche n’indiquait pas un point cardinal, elle se focalisait sur ce que désirait le plus le jeune homme à cet instant : rencontrer l’ami de Willy et savoir ce que ce dernier  avait pu découvrir. Il était certain qu’il était sur la trace des ravisseurs du pauvre voyageur depuis plus longtemps que lui, mais rien n’indiquait qu’il en sache plus. Néanmoins, avec une enquête au point mort, il n’avait pas  des centaines d’options à sa disposition pour progresser. Il se jetait en aveugle dans une obscurité dont il n’était pas certain de pouvoir se dépêtrer, et même s’il appréciait ce côté aventure, il n’allait pas tarder à jeter l’éponge s’il n’obtenait pas d’éléments supplémentaires pour retrouver la trace des ravisseurs. Il lui fallait de la baston là, pas marcher pendant des heures en espérant tomber sur un allié potentiellement capable de l’aider pour sa quête ! Et bon sang ces derniers mots de Willy… Cela faisait des jours qu’il retournait cette saloperie de phrase incompréhensible dans sa tête, cherchant un sens caché, un quelconque indice, mais rien, rien ne lui permettait d’établir une destination, un lieu où se cacheraient les tarés qui avaient transformé Willy en cobaye et des requins en espèce d’hybride animal – arme meurtriers.  En soi, toute cette part de mystères, d’organisation secrète, de dangereuses expériences avait son côté passionnant, autant ça devenait rapidement lassant au point de vouloir tout casser pour en finir plutôt que de patienter avant qu’un énième indice incompréhensible ne fasse son apparition. Riku n’était pas du genre à faire passer la violence avant la réflexion, mais là, il devait bien admettre qu’il était complètement paumé avec cette histoire, et il ne se rappelait que trop bien cet état de perdition total qu’il avait ressenti à Discoland alors que toutes ses hypothèses s’effondraient les unes après les autres et qu’il ne parvenait pas à rassembler la moindre information sur ses  ennemis. Cette frustration meurtrière risquait de monter vite en lui s’il ne rencontrait pas rapidement Tony.

« Putain il y a intérêt à ce qu’il soit bien dans ce royaume celui-là… »

Sans vraiment savoir s’il pouvait avoir confiance dans le compas du capitaine Sparrow, le jeune homme suivit un sentier qui coupait à travers une forêt exotique typique des pays du sud, à travers laquelle on pouvait entendre le bruissement de la brise dans les feuilles, et les battements d’ailes des oiseaux multicolores qui  voletaient paisiblement au milieu de statues orientales représentant des divinités de tous horizons, puis des sculptures de bois plus ésotériques. Le tout formait un cadre forçant la détente de quiconque se promènerait en ces lieux, et même le necromancer qui n’était pas loin d’exploser de rage devant cette enquête qui piétinait se surprit à respirer plus calmement, et à ralentir pour observer le paysage. Il se demandait si l’imagination des rêveurs avait une limite pour pouvoir construire de tels endroits qui paraissaient infinis vus de l’intérieur, un océan végétal dont les arômes et la tranquillité emportait la conscience des visiteurs pour en faire des légumes simplement capables d’apprécier la beauté de l’endroit et de tout oublier….

« Dis donc gamin, tu croyais pouvoir rouler le capitaine Jack Sbwaroooow ?? »

Riku tourna la tête aussitôt dans la direction de cette voix horriblement familière ; le capitaine s’était hissé on ne sait trop comment hors de la fontaine et marchait en titubant dans la direction du voyageur, l’esprit encore embrumé par la bouteille qu’il tenait à la main. Il s’en débarrassa après avoir constaté que mélangé à de l’eau de mer le rhum n’avait rien d’appréciable, et reprit sa poursuite, se tenant aux arbres pour avancer, un pas  après l’autre tel un zombie affamé. Bon dans cet état, l’invocateur avait le temps de lui mettre plusieurs mètres dans la vue.  Il n’attendit pas que le capitaine se retrouve sous le charme de la flore locale pour prendre ses jambes à son cou, réveillé par l’arrivée soudaine du pirate. Il appréciait toujours l’endroit, mais il ne risquait plus de se laisser avoir par cet environnement hypnotisant.

« Je vous le rends  juste après capitaine ! »

Juste après était une notion relativement vague, mais il ne comptait pas garder le compas pour lui, il voulait juste retrouver Tony. Il n’aurait aucun problème ensuite pour le rendre à son propriétaire. Finalement, il apperçut le  sas qui permettait de quitter l’immense serre et l’emprunta alors que le capitaine titubait en chantonnant des chansons mélancoliques au milieu des plantes tropicales qui faisaient profiter le pirate de leur douce fragrance. Reportant son attention sur l’aiguille du compas, il fila tout droit, suivant la direction indiquée, jusqu’à atteindre une petite crique isolée du parc. Il pouvait voir au loin les toboggans et entendre les rumeurs de la foule, mais l’endroit où il avait atterri semblait complètement désert. Alors pourquoi le compas l’avait amené ici ? C’est alors qu’il vit plusieurs nageoires dépasser de la surface de l’eau, avant qu’un banc entier de dauphins ne démarre son ballet collectif, sautillant, plongeant, dans toutes les directions dans une chorégraphie splendide et sauvage, une liberté totale qu’on pouvait bien leur envier. Il s’avança alors sur la petite plage entourée par des barrages rocheux, et alors que le sable crissait sous ses pieds,  quelqu’un posa une main sur son épaule, faisant se retourner brusquement le voyageur :

«  Qui est là ?? »

Il reprit son calme avant de reprendre son interrogation, voyant les oreilles de chien de la personne qui venait de l’interpeller :

« Seriez-vous… Tony ?”


***


Le jeune homme aux oreilles de chien hocha vivement la tête. Il compléta d'une voix apeurée :

"Oui, oui, c'est moi …"

La soudaine réaction de Riku l'avait fait sursauté. Tony était nerveux depuis la disparition de son ami Willy. C'est pourquoi lorsqu'il apprit par le dresseur de dauphin du parc que deux voyageurs avaient retrouvé Willy, il avait été fou de joie. Pour déchanter immédiatement, au vu de ce que lui raconta le dresseur. Son ami était apparemment devenu fou … Il devait retrouver ces voyageurs pour en savoir plus ! Et puisqu'ils le cherchaient ... Il s'était lancé à leur poursuite. Et c'était eux qui le trouvait ! Enfin, lui, puisqu'il n'y avait plus qu'un voyageur.
Il s'était caché malgré lui pour observer le jeune homme et avait décidé qu'il pouvait se montrer.

Anticipant les questions grâce à l'entretien qu'il avait eu avec le dresseur de dauphin, il se livra :

"Je sais que vous avez retrouvé mon ami Willy … Je suis à sa recherche depuis plusieurs nuits … C'était à Carnaval Garbage, il y avait cet homme … ou créature, je ne sais pas. Il voulait qu'on l'aide, il avait une amie … Du coup, on a décidé de l'aider, mais lorsque je suis réapparu la nuit suivante, il n'était pas là. Depuis, je le cherche, enfin, cherchais, j’essayais de me coucher tôt, mais je n'arrivais pas à me retrouver avec lui."

Il secoua la tête piteusement, conscient de son récit décousu. Il reprit un peu plus calmement :

"Une nuit, alors que nous profitions de DreamLand, un être au visage masqué par du tissu demanda notre aide pour l'aider à secourir son amie. Elle avait été enlevé à Carnaval Garbage et il n'avait rien pu faire. On accepta avec Willy de l'aider, car ensemble, on serait plus fort.
Sauf que la nuit suivante, impossible de retrouver Willy ou l'autre. Avec la foule qu'il y avait, j'ai pensé que c'était à cause de ça. Mais même en cherchant partout dans ce royaume de barges masqués, en aparté : tu savais qu'il fallait porter un masque sous peine de se faire enfermer ?, Willy restait introuvable.
Et comme je ne connaissais pas vraiment celui qui nous avait demandé notre aide, j'étais vraiment perdu. Même si je pensais à l'un ou l'autre avant de m'endormir, j'apparaissais dans des royaumes complètement random. Je pense que l'encapuchonné est une créature des rêves …"


Il ne savait plus trop quoi dire. Il se livrait ainsi à un voyageur dont il ne savait rien, mais le désespoir … Et puis ce voyageur avait parlé à Willy, il l'avait retrouvé ! D'ailleurs, à ce sujet :

"Mais Willy, vous l'avez retrouvé ? Il était où ? Vous avez dit qu'il était fou, mais je comprends pas … "

Après avoir en appris plus de la part de Riku, Tony terminera l'échange ainsi :

"Merci … Si ça ne vous dérange pas, j'aimerais que vous continuez. Je veux savoir qui a pu faire ça à mon ami. Malheureusement, je ne vous serais pas d'une grande aide … Mais sachez que vous avez tout mon soutien !"


***


Finalement, on y était. Les éléments se rassemblaient. Il avait appris à Tony tout ce qu'il savait, la situation actuelle de son ami, leurs ennemis... Et ce dernier lui avait donné une destination. Carnaval Garbage. Il fallait mettre la main sur ce mystérieux inconnu qui leur avait demandé de l'aide, quitte à infiltrer la branche et à prendre les risques de finir en cobaye prématuré. Carnaval Garbage... Un endroit dont le nom sonnait étrangement louche, ce genre d'endroit que le commun des mortels apprécie de pouvoir éviter, un peu comme Macrophonopolis. Pas le choix de toute manière, c'était la seule piste qu'il avait sous la main. Il remercia Tony, puis il partit dans l'autre sens avant de se réveiller. La prochaine nuit serait longue...

***

Oh le coquin, il venait de disparaître sous les yeux du capitaine pour éviter une rouste retentissante ! Ah le gredin, le fieffé brigand ce bougre de voleur ce boucanier d'eau douce ! Il sous-estimait le capitaine Sparrow ! Quoique... Il y avait un truc qui brillait dans le sabre là où le gamin avait disparu. Le compas ! Le capitaine le ramassa, baisant l'objet sans se soucier des regards étonnés des rêveurs et créature des rêves, et le rangea dans sa poche. Il fallait qu'il se cache de nouveau pour éviter qu'un autre petit malin ne tente de le voler. Allez rentrons. Hmm ? Quelle était cette fragrance ?

" cacahuète."

Une quête sans fin...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Quête : The shadow part 2 [PV : Dante di Stefano] Aujourd'hui à 11:00
Revenir en haut Aller en bas

Quête : The shadow part 2 [PV : Dante di Stefano]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Royaume des Tropiques-