Haut
Bas

Partagez|

J'aime pas les champignons !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 24
Date d'inscription : 31/08/2013

Nouveau challenger
Violette Lamia
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: J'aime pas les champignons ! Mar 26 Nov 2013 - 23:14
{ Toujours première nuit }

Après avoir rencontré John Doe, celui-ci avait mené Violette en direction du Sud. Ils cheminait depuis plusieurs heures à travers une foret touffue, dans laquelle ils avaient pénétré quelques kilomètres après s'être éloignés des restes terrorisés de l'hopital.
La jeune femme aux cheveux de jais avait rapidement apprécié le ténébreux épéiste qui avait été le seul à se dresser face à elle. Elle aimait bien cet espèce de calme froid et tendu qu'il dégageait, à l’instar de sa lame azurée.
Il lui avait proposer d'éclairer son esprit brouillé de douleur et de fureur. Elle s'était presque instantanément calmé. Il avait ensuite drapé son corps nu de sa cape de voyage. Bizarrement, se balader en tenue d'Eve en massacrant des gens, surement innocents, ne l'avait pas dérangé outre-mesure, elle en avait même tiré un certain plaisir, une douce euphorie.


Ils avaient donc atteint la foret de Champiland, lui avait-il expliqué. Il existait de nombreux royaumes dans ce qu'il appelait Dreamland, littéralement le monde des rêves. Sur le chemin, il lui avait aussi parler des plus important, de leur habitants, et de la logique de ce monde en général, et elle avait bu ses paroles comme à la source de la vie, abreuvant son esprit de ses nouvelles connaissances pour le moins saugrenues mais divertissantes.


Au détour d'un fourré, apparu un petit village... champêtre ? L'ensemble de ce qui semblait être des maison, et quelques grands bâtiments, était creusé à même d'énormes champignons. De nombreux hommes et quelques femmes, de taille relativement moyenne, aux oreilles pointues allaient et venaient en déblatérant des propos vaguement français mais incompréhensibles. Ce fus leur peau bleue, ainsi que la récurrence de l'expression "shrouf" qui mis la puce à l'oreille de Violette.
 - On dirait des Schtroumpfs, marmonnât-elle à l'encontre de son compagnon qui s'était stoppé devant cette forme de vie inconnue.
 - Des qu...
 - Cela fait schtroumpfement longtemps que je n'avais plus entendu ce mot prononcé correctement ! 
Les deux compagnons se retournèrent, seulement à moitié sur la défensive, détendus par le calme ambiant. Un vieux... schtroumpf au yeux chassieux, les observait, amusé de son petit effet. Son bonnet, ou plutôt son chapeau était d'un vieux rouge bordeaux, et sa barbe, blanche et aussi touffu que la foret environnante.
 - Je suis... enfin j'était le grand schtroumpf. Pour vous schtroumpfer voyageurs. Fit-il avec un petit sourire nostalgique. Que schtroumpfer-vous ici ? Vous êtes schtroumpfement loin de la route.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 43
Date d'inscription : 03/07/2013
Age du personnage : 27

Débutant
John Doe
Débutant

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 65
Honneur: -25
MessageSujet: Re: J'aime pas les champignons ! Ven 29 Nov 2013 - 20:52
John avait vu en Violette une soif énorme de sang et de violences pures et gratuites. Elle lui avait même fait un peu peur, mais ce genre de sentiment restera intériorisé à jamais à l’intérieur de la carcasse animé qui se trouvait être le corps de l’imposteur-voyageur-killer. Il l’avait alors menacé de son épée pour la stoppé dans son massacre. C’était la naissance d’une voyageuse, c’était pour ça qu’elle avait autant de puissance en elle. Chaque voyageur connait un pouvoir énorme la première fois. Mais Dreamland est un monde pervers qui fait goûter la jouissance de la surpuissance aux nouveaux voyageurs pour ensuite les obliger à s’entraîner dur pour la retrouver.
Perdu dans ses pensées, John ne se rendit pas compte qu’ils étaient déjà presque arrivés à Champiland. Il allait faire de cette Violette une voyageuse hors paire, c’est pourquoi il commença l’enseignement. Il tenta d’expliquer pour paraître le plus clair possible toutes les subtilités du monde magnifique qui venait de s’ouvrir à la jeune voyageuse aux attributs généreux.


Malheureusement la route du duo se voyait barré par ces champignons infâmes. Pourquoi infâme ? Car ils abritaient un village entier d’habitant des rêves, chose que détestait John. D’ailleurs il allait agir de la manière la prudente pour éviter que sa nouvelle connaissance apprenne sa vraie nature. Il restait pour l’instant silencieux pendant qu’il roulait de manière mécanique son joint, qu’il allait pourquoi pas partager avec la petite brune qui lui tenait compagnie.

« - Tu veux ? » Dit-il en tendant le cylindre d’herbe entouré de papier.

Les habitants de cette contrée arrivaient en face de nos deux protagonistes, illuminant les yeux énervés de John de leur couleur si particulière. Et John oublia de prévenir Violette de ne pas ouvrir le dialogue avec ces êtres inférieurs à la race des voyageurs. Et bien sûr pour couronner le tout le vieil érudit de village voulait participer à la discussion.

« - Je suis... enfin j'était le grand schtroumpf. Pour vous schtroumpfer voyageurs. Que schtroumpfer-vous ici ? Vous êtes schtroumpfement loin de la route.
-Bla Bla Bla. Répondit John en faisant traîner son épée au sol. Violette, je te présente la race des habitants de ce monde. Nous, nous sommes des voyageurs, on est bien supérieur à eux, garde ça au fond de ton crâne s’il te plait, donc on ne traite pas avec eux. »

Le voyageur killer ne savait pas si cette affirmation allait plaire à son interlocutrice. En tout cas ça serait préférable, mais il n’allait pas en faire une scène non plus. Il pouvait comprendre l’émerveillement d’une nouvelle voyageuse qui découvre son nouveau monde, mais il voulait qu’elle garde quand même en tête que sa race était la plus noble de cette Univers.
John balaya du regard tout les habitants aux physiques rappelant la célèbre BD belge. Il distingua un élément particulier au loin. Un oiseau ? Un avion ? Raté c’était une flèche qui venait transpercer le pauvre corps d’une des petites créatures. Il arma son bras de sa magnifique lame azur et se prépara à un combat qui allait surement être de longue halène. Il ne distinguait pas encore les créatures qui les attaquaient. John allait devoir venir en aide au village schtroumpf malgré ses pensées négatives envers ce peuple. Il attrapa ensuite Violette par le bras pour la mettre derrière lui.


« - On va devoir se battre, je te conseille de rien tenter si t’es pas sûre, ça serait con que tu meurs la première nuit. Mais bon, la gloire est un effort constant. » Dit-il en finissant sa phrase dans sa tête *Donc bat toi, montre que tu en veux à Dreamland*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 36
Date d'inscription : 20/09/2013
Age du personnage : 23

Nouveau Venu
Francis Bonhacter
Nouveau Venu

MessageSujet: Re: J'aime pas les champignons ! Dim 8 Déc 2013 - 5:29
En réalité, ce n'est pas tant le fait qu'il ne fasse pas très beau, ou encore qu'un tel endroit est naturellement obscur. Non, c'était surtout la majesté de la haute cime des arbres et les quelques filets de lumière que laissaient passer leurs feuillages qui donnait à cette forêt un ambiance pesante, presque sacrée.
Malgré cela, Francis se sentait parfaitement à son aise dans ce milieu, repérant racine morte, branche trop basse ou encore fossé qu'on ne voit pas avant d'être tombé dedans. Après tout, une instance chèvrique n'est elle pas sensée aimer la verdure et consommer de l'herbe? Le principal problème viendrait plutôt d'éventuelles "difficultés" qu'une forêt aurait tendance à cacher.
Il profita d'une petite clairière parsemée de quelques fleurs aux couleurs triviales pour se poser sur le premier rocher venu.
Selon lui, le moment était parfaitement choisit. Il sortit délicatement sa pipe de sa poche, s'amusa à la parcourir de ses doigts et la testa à vide pour enfin fouiller ses autres poches à la recherche des ingrédients manquants. Bien entendu, c'est en cherchant qu'il se souvint pourquoi il marchait comme un débile depuis le début de sa nuit: trouver de la verte dreamlandienne, réputée pour ses trips hallucinants.

C'est pendant ce bref intervalle de temps, soit une heure après avoir pénétré cette forêt, qu'il remarqua finalement qu'il s'était trompé de route. Weedland, c'était sûrement pas par là.
Francis jura. Sa mémoire faisait encore des siennes, et ça commençait à faire beaucoup. C'était comme un petit jeu entre eux: "toi tu apprend, et moi j'oublie!"
Néanmoins, il avait quand même eu l'occasion de découvrir pas mal de champignons loufoques, avec tout plein de couleur qui crient "DANGER" dessus. La Chèvre en déduisit aisément qu'il se trouvait dans un coin perdu de Champiland.
Bon, pourquoi pas... Au moins comme ça je peux récupérer quelques trucs sympas, pensa t-il avec un sourire aux lèvres.
Il décida de continuer sur le même chemin, avec en tête un tout autre objectif: la cueillette. Une action des plus primaire et ancrée dans l'essence de l’Homo Sapiens, inexistante chez la Capra Hircus. Aussi, le Lord of Goats ne put s'empêcher de grignoter le premier champignon bleu qu'il trouva. Suite à son festin, il continua la cueillette tranquillement.

Évoluant désormais sur un petit chemin terreux entre les arbres, il prit grand soin de rester à l’affût du moindre détail suspect. Bien qu'il s'était déjà assuré que la forêt était safe en se baladant pendant une heure dedans, il redoutait qu'on l'attaque pendant son délire fongique.
Ramassant ça et là le peu de champignon qui lui semblait comestible, il huma soudain une odeur familière dans l'air, au parfum à la fois fort et agréable.
Il stoppa la cueillette. Humant l'air de nouveau il se laissa guider par la trace olfactive, qui en réalité suivait le même chemin que le petit sentier sur lequel Francis marchait.
Il arriva enfin. Nooooooonnn... t'es pas sérieux...
Boom. Un village Schtroumpfien. Il éclata de rire très bruyamment, au départ absolument certain que l'hallu' avait commencé. Etrangement, tout les habitants semblaient distrait par autre chose et personne ne nota ce voyageur pommé et tout son tapage, surtout que ce dernier n'avait pas vraiment prit la route la plus voyante...
Calmant ses spasmes, l'homme au bonnet de Chèvre prit un léger instant pour soupeser une question:

1=> C'est normal si mon délire m'ignore?
*Réponse!*:
 

Mouais, t'façon c'est Dreamland, hein... se dit il.
Il passa entre plusieurs maison-champignons et trouva rapidement la source de l'agitation, observant à l'abri des yeux.
Deux voyageurs venaient de débarquer en ville. La chose ne devait pas arriver tout les jours, c'est en tout cas ce que pensait Francis. Les Humains sont sûrement souvent accueillit en ami. T'en mieux.
Il étudia un peu plus les deux individus qui discutaient tranquillement avec le grand Schtroumpf en personne.
Une fille de taille normale, brune, au teint de cachet d'aspirine et avec des amortisseur assortit. Plutôt jolie, en fait...pensa t-il sur un ton suspicieux.
Le gars était pas mal dans le style, aussi. Une épée à la couleur chatoyante brillait sur son flanc, effet que sa veste blanche décuplait. Il était assez grand, ne semblait pas très heureux et donnait l'impression qu'il avait l'habitude de ça.
C'est là que la Chèvre remarqua la tige de papier fumante, tendue entre l'index et le majeur de l'inconnu.
La cible était acquise. Francis sortit de l'ombre et accéléra le pas vers le type en blanc, ce qui fit légèrement gonfler d'air son manteau long, à la manière d'une voile.
Puis, soudain, un sifflement. Un son perçant, se terminant par un "Sprotch" significatif.
Francis vit plus loin du rouge sur du bleu, et il réalisa qu'une créature avait été touchée. Il y eu un moment de latence, de déréglage. Un instant, Francis restat figé dans l'espace, se sentant perdre pied.
Il se reprit en secouant la tête, et fonça en direction du tir vers la foret. Il dépassa les deux voyageurs qui s'étaient déjà mit en garde, continua quelque mètre et fit soudainement un bond en arrière. Une flèche venue de sa droite passa juste sous ses yeux, tandis qu'une nouvelle venant de face lui transperça le bras gauche, le faisant lâcher un cri. Il revint sur ses pas en beuglant:

- Ils essaient de nous encercler!

Il se retourna et vit que cinq petites silhouettes, noires de crasse et sentant fort, l'avaient poursuivit. Il ne lui fallut pas longtemps pour reconnaître ces créatures nommées Korrigans, habillés de tenue sommaire en branche et en cuir, de quelque lame à leur taille et de toute la hargne qui fait leur réputation.
Le Seigneur chèvrique ne put s'empêcher de lâcher un petit rire.
Tout d'abord, parce que le folklore Breton commençait à s'attaquer à une BD Belge, et ça c'était marrant.
Ensuite, il avait réussit à attirer cinq de ces abrutis dans sa connerie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 24
Date d'inscription : 31/08/2013

Nouveau challenger
Violette Lamia
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: J'aime pas les champignons ! Ven 27 Déc 2013 - 13:15
-Bla Bla Bla. Répondit John  à l'antiquité bleu et rouge qui se dressait devant nous tout en agitant nonchalamment avec son épée. Violette, je te présente la race des habitants de ce monde. Nous, nous sommes des voyageurs, on est bien supérieur à eux, garde ça au fond de ton crâne s’il te plait, donc on ne traite pas avec eux. »

Personnellement, ces êtres qui avaient meublés son enfance ne la répugnaient pas vraiment. Elle n'osait simplement pas s'en approcher et était un peu dessus de la manière dont avait évolué leur société. Comme toute les utopies, c'est société absolument communiste et son régime patriarcal avait fini par s'écrouler et les chacun de ses individus possédait visiblement ses propres richesses, d'où la présence de quelques schtroumpfs mendiants.
Au plus loin dans le village semblait se dresser un forme immense de plusieurs dizaine de mètres de haut, mais à la forme indistincte en raison de l'ombre des arbres.

Violette n'eu pas plus le temps de se demander ce qu'elle pouvait représenter avant qu'un sifflement feutré ne se fasse entendre, tout de suite suivit d'une effusion de sang de la par d'un des autochtones. Une flèche venait de lui transpercer la poitrine.
John réagit au quart de tour et l'attira derrière lui, comme un bouclier humain, sa lame levé en posture de défense.


- On va devoir se battre, je te conseille de rien tenter si t’es pas sûre, ça serait con que tu meurs la première nuit. Mais bon, la gloire est un effort constant.

A peine avait-t-il finit sa phrase que la jeune femme saisissait ses épaules, juste devant elle, et se servait de ses bras pour se propulser en avant, consciente qu'elle devait surement donner un superbe spectacle à son compagnon dont elle ne portait toujours que la cape, mais bizarrement elle ne se sentait pas vraiment gênée, plutôt... excitée.
L'impression de force, de souplesse, de vitesse que lui procurait son corps était grisante. Et la présence de bras lui permettait de courir sans déséquilibre. Un sourire immense, à moitié fou s'élargit progressivement sur son visage tandis qu'elle se ruait vers l'endroit d'où était approximativement la flèche.


- Ils essaient de nous encercler!, avait hurlé une voix inconnue sur sa gauche. C'était un homme, de taille moyenne, un voyageur si elle avait compris les explication de John, avec un bonnet de peau sur la tête. Il semblait tenir une espèce de longue pipe comme une arme. 
Elle décida presque aussitôt qu'elle détestait cet homme, avec son air légèrement benêt et sa stature dégingandé.

Puis son champ de vision s'élargie et elle aperçut quelques petits au teint sale armé de toutes sortes d'armes, effectivement en train de s'encercler. Le plus éloigné l'avait aussi remarqué et fait un signe vers elle. L'un d'eux s'était alors reculé tandis que les autres resserraient les rang autour de l'inconnue au bonnet de chèvre. 
Celui qui lui fonçait dessus était armé d'un long couteau de boucher, qui devait mesurer un bon mètre.
Dans son absence complète de formation martiale, Violette eu pour seul réflexe de lever un bras pour parer le coup. Celui-ci fut coupé net quand la boule de nerfs lui tombât dessus. Elle ne sentit pas tout de suite la douleur, d'abord tétanisé devant la violence que manifestait le petit être à son égard, sa bouche écumant de rage. Puis son bras la lança violemment et son esprit s'éclaircit, lui rappelant ce qu'elle avait vécu quelques heures auparavant.

La régénération de son bras ne pris que quelques secondes, pendant lesquelles elle attrapa son agresseur par le cou et se secoua avec force, le déséquilibrant. Lorsque son membres eu recouvré toutes ses fonctionnalité, sa main droite vint rejoindre l'autre et elle se retournât, mettant le Korrigan sur le dos. 
De cette position dominante, elle s'appuya de tout son poids en serrant aussi fort qu'elle pouvait la gorge de celui qui venait de découvrir la position de victime.
Lorsqu'il commença t à s'étouffer dans son propre sang, la carotide écrasée, la jeune femme se releva, devant les visage sidérés des personnes présentes. Quelque tâche de sang ressortaient sur la pâleur de son visage, déformé par un rictus de rage.
 - Toi, tu l'avais mérité !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 43
Date d'inscription : 03/07/2013
Age du personnage : 27

Débutant
John Doe
Débutant

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 65
Honneur: -25
MessageSujet: Re: J'aime pas les champignons ! Lun 30 Déc 2013 - 4:59
Violette avait tout compris à Dreamland. Elle s’acharnait sur son adversaire de la même manière que John envers ses produits de WeedLand. Elle l’avait clairement fumé. Le pouvoir de la voyageuse fonctionnait à merveille et c’était un véritable régal pour le jeune habitant des rêves de voir une telle démonstration de force. Il était alors fixé sur la valeur de cette voyageuse. Elle allait devenir grande et dangereuse, si elle ne l’était pas déjà. Heureusement qu’elle avait John à la bonne.

Un autre voyageur s’était invité à la fête, un jeune homme à l’air peu sûr de lui et au couvre-chef original. Celui-ci avait une flèche planté au bras gauche et s’esclaffait de rire. Pour le moins…..déconcertant. John ne pris pas la peine d’essayer de comprendre le délire du jeune homme à l’allure de chèvre et se concentra sur ses ennemies. Une des créatures arrivait en beuglant et en agitant son arme horizontalement. John entreprit un bond en arrière pour esquiver le coup puis entama sa contre-attaque sans attendre. D’un coup en diagonale l’épée bleue vint scinder l’épaule gauche du malheureux adversaire, il finit ensuite par périr la gorge tranchée.

Les petites créatures bleues quand à elles se contenter de courir en agitant les bras joyeusement. Un autre nain avec un peu plus d’embonpoint que ses alliés vint s’attaquer à l’épéiste. John donna un coup de pied pour le repousser et ainsi parer l’attaque qui lui venait de derrière. Un nain, les yeux injectés de sang avait eu le courage de l’attaquer par derrière avec son hachoir faisant presque sa taille. Le petit monstre que John venait de botter se releva et l’attaqua de front, l’épéiste se décala et le hachoir de la créature vint heurter le crâne de son horrible compagnon. Il s’exprima d’une voix roque :


« -Désolé mec. »

La victime de l’accident tomba à la renverse, les yeux encore grands ouverts et le sang coulant sur ses pommettes velues. John se contenta de planter le ventre proéminant de son adversaire avec la pointe de son épée, et de le laisser crever en retirant sa lame. Les adversaires étaient nombreux mais quand même sacrément cons. La bataille allait être remportée haut la main sans perte. John décida alors de s’écarter pour admirer Violette et l’étrange jeune homme à l’œuvre (sans mauvais sous-entendu). Il s’installa sur le dessus d’un champignon, l’épée non-loin de sa main gauche et le bon gros pèt habituelle dans la gueule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 36
Date d'inscription : 20/09/2013
Age du personnage : 23

Nouveau Venu
Francis Bonhacter
Nouveau Venu

MessageSujet: Re: J'aime pas les champignons ! Lun 30 Déc 2013 - 6:43
Trois d'entre eux s'étaient éloignés de lui pour se tourner, l'un vers la voyageuse, et les deux autres sur le joueur de cure-dent.
Hm... Sûrement parce que j'ai gueulé à leur attention...
C'était une erreur, mais t'en pis. Ils avaient l'air de savoir se débrouiller.
Il regarda ses ennemis dans les yeux et les étudia. Deux Korrigans sales, se ressemblant comme deux gouttes d'eau, jumeaux sans doute. Ils avaient le même regard pétrit de haine et de colère. A un moment, la Chèvre se demanda comment et pourquoi autant de méchanceté était concentrée dans de si petits êtres. Il ressentit avec vivacité la douleur que lui faisait endurer son bras gauche lorsqu'il songea à leur parler afin de comprendre. Ils avaient sûrement de bonne raison, et le conflit n'était peut-être pas nécessaire.

Puis, soudainement, de nouveau un blocage. Un ralentissement, moment suspendu dans l'espace. Pour lui, ça dura une éternité.
Un voile rouge recouvrait la vision du Lord Chèvrique par intermittence et son coeur se mit à battre de plus en plus rapidement. Ses pensées bouillonnaient dans sa tête. Après tout, pourquoi toujours chercher à éviter le conflit?
Lorsqu'il reprit ses esprit, il vit un nain voler dans sa direction, le poignard en avant comme un harpon. Il avait sauté afin de porter à son coup le poids nécessaire à un bon empalement.
Prit d'un réflexe de survie, Francis le repoussa maladroitement sur sa droite. Ce dernier finit sa course étalé au sol.
Son frère fonça sur la Chèvre, brandissant une sorte de cimeterre rouillé et en beuglant. Le Lord of Goats l’accueillit par un violent coup au visage avec le dessous du pied. Le nain sale tomba en arrière, et Francis en profita pour le frapper une nouvelle fois avec le pied, l'éloignant de son arme.
Il entendit trop tard le cri du frère. Il s'était relevé, avait bondit sur le dos de Francis et s'y était agrippé afin de lui donner des coups de couteau en lâche.
Il hurla de douleur, puis chercha de ses mains le nain accroché dans son dos. Il le trouva, l'empoigna, pour enfin le jeter au sol devant lui.
Il le regarda encore une fois dans les yeux.
Et là, tout devint rouge.

Ses douleurs ainsi que ses pensées s'envolèrent.
Un sourire aux lèvres irradiait le visage du Lord of Goats. Des frissons parcouraient tout son corps tandis qu'il leva sa chaussure au dessus du visage du Korrigans.
Il devait le tuer. Ce n'était pas une envie, mais un besoin.
Il abattit de toute ses forces son pied sur le crâne du Korrigan, qui émit alors un sinistre craquement. Le nain rendit l'âme sans aucune douleur.
La Chèvre releva le pied, puis remarqua que le frère du macchabée avait vus la scène. Il était là, à genoux et immobile.
Francis le regarda une dernière fois dans les yeux, puis, dans un plaisir quasiment jouissif, défonça littéralement le crâne du mort.
Il jeta d'un coup dans le vent la cervelle collée à ses semelles sur l'être pitoyable à genoux devant lui, puis ramassa le cimeterre rouillé.

Lorsqu'il se rapprocha de lui, il distingua des larmes sur ses joues crasseuses. Ainsi, ils sont doués de sentiments?
C'était saugrenu de la part de tels parasites, aussi il lâcha un petit rire tandis que le Korrigan se saisit d'une lame plus courte cachée sous sa veste. Il la pointa vers Francis, tremblant autant qu'une feuille au vent.
Mû d'une irrépressible envie de tuer, la Chèvre fit virevolter de toute ses forces sa lame contre celle du lutin, si fort qu'à chaque coup qu'il prenait, le Korrigan s'envolait presque avec son épée.
Le Seigneur des Chèvres s'extasiait de le voir se battre pour vivre, alors que lui même visait uniquement l'épée adverse afin de faire durer ce moment.
Enfin, la lame du Korrigan vola et vint se planter contre un arbre. Ce dernier leva immédiatement les mains, en signe d'abandon.
La Chèvre lui offrit un coup très violent, presque bestial, dans la tête. Lorsqu'il retira son cimeterre et vit son adversaire tomber au sol, ce dernier le roua de coup de sabre au visage, lui broyant la tête plus qu'il ne coupait. Les coups étaient d'une telle violence qu'à un moment des éclats d'os se plantèrent dans les joues du Lord et rebondirent sur ses lunettes. Du sang marquait son visage, le sien ainsi que celui de sa victime.
Il se lécha les lèvres, puis approcha sa tête de la bouillie difforme qu'était devenu la face de son adversaire.

- "Visez la tête, le reste suivra!" s'exclama et-il en riant.

Il releva la tête, et vit qu'une nouvelle tripotées de lutins se dirigeait vers la fille presque à poil. De nouveau, il sourit à l'idée de tuer encore une ou deux fois. Il s'apprêtait à courir vers les ennemis, mais très soudainement le voile rouge s'estompa. Il ressentit toutes ses blessures, et gémit sous la douleur. Son envie de tuer s'était évaporée.
Il mit un genoux à terre. Il n'arrivait pas à marcher, il était essoufflé et blessé à plusieurs endroits.
Il regarda la forêt fixement, conscient qu'il ne pourrait pas se relever sans aide. Il entendait la bataille entre la voyageuse et les lutins, mais n'y assistait pas. Il restait coincé sur la forêt.
Enfin, il le remarqua. L'arc bandé, la flèche tendu vers lui, le Korrigan qui tenait l'arme. Il ressemblait trait pour trait aux deux autres. Ha ha... On se croirait dans une série, le dernier des Mohicans qui venge tout ses frères abattus.
Mais il ne voulait pas faire partie de ce scénario miteux. Il voulait vivre.
Il ouvrit rapidement une faille devant lui et entra dans la Zone Safe, ne laissant sur Dreamland que la flèche qui était plantée dans son bras et qui ne pouvait faire le trajet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 24
Date d'inscription : 31/08/2013

Nouveau challenger
Violette Lamia
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: J'aime pas les champignons ! Ven 14 Mar 2014 - 1:55
La douleur, le sang, la mort...
Affalée sur le corps meurtri de l'immonde nabot, Violette était en transe.
Elle avait déjà tué cette nuit, pour la première fois de sa vie, mais les occupants de l'hopital n'avaient été que des proies faciles. Le petit personnage crasseux, lui, s'était jeté sur elle avec toute la fureur, et de toute la haine qu'il portait envers le reste du  monde.
La douleur qui embrassait le bras de la jeune femme avait affiné ses sens, sublimé ses émotions. Lorsqu'elle avait abattue cette source de menace pour elle, un plaisir sans pareil l'avait envahi. C'était au-dessus de tout ce qu'elle avait pu ressentir auparavant, la sensation presque inhumaine de l'adrénaline se déversant dans l'organisme au moment du meurtre, celle des os qui craquent et de la peau qui se déchire sous la pression, et enfin le sang écarlate séchant sur les mains.
Pendant un instant Violette s'était écroulé sous la vague de plaisir qui l'avait submergé, puis elle s'était relevée, et, sans un regard au corps pétrifié tant la peur que par l'asphyxie du gnome derrière, se chercha une autre cible en se léchant les lèvres... non, une proie.

Au bout d'à peine quelques pas la jeune femme trébucha magistralement sur objet qui traînait par là. Toute crédibilité perdue, elle se releva de nouveau, rouge comme une pivoine, et jeta un regard chargé de rancune vers l'auteur de cette petite déchéance.
Il s'agissait du reste de son bras précédemment sectionné. Tandis qu'un petit sourire s'étirait sur ses lèvres, elle le ramassa et repris sa marche vers le cœur du village champignonnesque (oui, oui, grammaticalement, c'est correct).
Elle jeta vaguement un regard vers John qui dans une divine quête contre la xénophobie, exterminait sans distinction la plupart des êtres oniriques qui passaient à sa portée. Son style à l'épée était très agréable à regarder, tant par sa violence que son efficacité, et le reflets sans pareil jetés par lame azur attirait invariablement l’œil.

Secouant la  tête pour se détacher de ce spectacle hypnotisant, elle s'aperçut ses pas l'avaient amener un peu plus près du centre du village, de là elle pouvait distinguer un énorme monticule... d'or. Une statue en fait. Celle-ci représentait un être voûté, dans une espèce de tunique doté de couture multiples et grossière. Un rictus immonde déformait son visage, éclairé par une percée dans le feuillage au-dessus. Quelques grosses dents flanant dans une bouche trop grande, un nez allongé et crochu, et bajoues et de nombreuses rides, et une calvitie n'ayant laissé que deux touffes derrières les oreilles.


- Gargamel ?

Dans sa chambre d'hopital, puis chez elle, Violette avait eu beaucoup de temps pour lire, un peu de tout, dont les BD de Peyo, qu'elle connaissait dans les grandes lignes.
"Ainsi, il a finit par la trouver sa pierre philosophale", pouffa intérieurement la jeune femme. Bizarrement cette fin ne l'étonnait pas vraiment. Et puis finalement il aura été heureux à la fin.
Comme elle était absorbé dans sa contemplation de la statue, elle ne réagit qu'à la dernière seconde au trio de nabots sales qui lui jaillissaient de derrière la-dite statue
.

Reprenant bien vite ses esprits, après quelque pas en arrière, ses cheveux de jais accompagnèrent le mouvement de sa main quand elle lança son morceau de bras en direction des nouveaux agresseurs, qui rebondit dont le coude écrasa le nez d'un des mocheton, qui beugla autant de douleur que de surprise, avant de tomber mollement au sol. Ce ne fut que lorsque le second Korrigan shoota dans le membre mort que celui-ci reprit vie et s'accrocha à sa cheville. La pauvre victime lutta de toutes ses forces mais ne parvint pas à s'en défaire. Pendant ce temps, son compagnon avait eu le temps de se relever. A eux trois, ils assaillirent la pauvre demoiselle.

Encore une fois la jeune femme se protégea de ses bras, et encore une fois l'un d'eux fut très sévèrement endomagé. Violette, retrouvant son adrénaline, l'arracha rageusement et, cette fois-ci, força son pouvoir pour qu'il la régénère rapidement avant de se lancer dans le tas d'ennemis, donnant des poings et des pied. En fait si rapidement que la poupée mit quelques secondes à s'apercevoir qu'un troisième bras lui avait poussé sous le membre qui venait de repousser.
Les Korrigans, sidérés par cette vision, avaient un peu perdu de leur enthousiasme, ce qui permit à Violette qui avait retrouvé tous ses esprits, et sa soif de sang, d'en frapper un au plexus solaire, le séchant net, puis de crever un yeux au second tout en lui martelant le crâne de deux autres poings. Ce dernier s'écroula, des flots de sang s'écoulant de son nez.

Le troisième, qui était resté en retrait, tentait toujours de se dépêtrer tout en suivant l'action. Lorsque la jeune femme arriva à sa hauteur en se retenant de le massacrer comme les deux autres, il tremblait de peur. Une idée lui vint, alors. Elle tenta, réussit à se faire pousser un quatrième bras sous celui qui était seul, puis retira le reste de bras, encore plus abimer par les coups du nabot, de la cheville de celui-ci, et le jetta derrière sans plus de façon.
Puis elle attrappa sa victime par les quatre membres, à l'aide de ses quatre bras, qui au passage répondaient à ses impulsion avec une parfaite synchronisation, et le souleva de terre sans effort, en raison de son poids réduit.

Pour la première fois, elle sentit cette insupportable odeur de saleté et de décomposition qui emmannait du petit humanoïde. Il fallait qu'elle s'en débarrasse au plus vite. Aussi se posta-t-elle au milieu de la grande place, au coeur des combats, du massacre plutôt, les schtroumpfs n'étaient pas adaptés au combat.


- Hey, Bande de Larve ! Détritus ! Regardez un peu par ici ! hurla-t-elle à plein poumons, faisant se retourner une bonne partie de protagonistes présents.

Sous leur yeux incrédules, elle leva bien haut le nabot maintenant suppliant, et se servant de la souplesse qu'elle avait dut développer pour se débrouiller sans bras, enfonça sa jambe dans le dos de sa victime, en tirant ses bras en arrière de ses quatre mains. La folie succéda la douleur sur le visage du Korrigan, qui dans un dernier crachat de sang, mourut éventré lorsqu'un pied parfait proportionné et d'une grande beauté sortit du milieu de son ventre, dans un gros "spotch".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 43
Date d'inscription : 03/07/2013
Age du personnage : 27

Débutant
John Doe
Débutant

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 65
Honneur: -25
MessageSujet: Re: J'aime pas les champignons ! Dim 13 Avr 2014 - 20:45
Le voyageur au chapeau, il avait disparu ! John bondit du haut de son perchoir pour ramasser la flèche que l’étrange protagoniste avait laissé en ce monde. Il regarda autour de lui et vit un Korrigan, arc bandé cherchant lui aussi sa cible. Il posa ses yeux vers John et haussa les épaules. La flèche fusait à une vitesse incroyable, une vitesse si incroyable que les réflexes de notre cher menteur ne pouvaient pas l’égaler. Ainsi la cuisse gauche de ce dernier ce mis à saigner, la flèche plantée entre deux protections. L’enfoiré ! Alors lui il savait qu’il n’allait pas sortir indemne.

« -T’as de la chance que je les range à droite ! »

L’épéiste fonça, sabre en avant vers la misérable créature et entrepris un coup vertical qui sectionna net le bras droit du Korrigan. Le monstre ne put commencer à sentir la douleur que son bras gauche partis rejoindre l’état du droit. Lui en voulait pas pour sa cruauté, il l’avait mérité non ? Ainsi le Korrigan se mit à hurler avant que John lui mit sa botte dans sa gueule pour le faire taire.

« -T’as vu la même chose que moi ? L’autre là, il se téléporte ?! Y a moyen de le localiser tu pense ? »

Il retira sa botte pour simplement entendre des hurlements de douleurs. Il donna un coup sur la nuque qui eût pour effet de rendre la créature inconsciente. Il ne pensait plus à la flèche plantée dans sa cuisse, d’ailleurs ça aurait put être le genou ! John traina le petit monstre par le col et put distinguer le spectacle le plus plaisant et abominable de sa vie. Je ne préfère pas décrire, on va plutôt utiliser des mots clefs. Pied, abdomen, déchiré.

Un voyageur qui se téléporte et une voyageuse sans retenue. Enfin, se téléporte-t-il vraiment, et si oui, comment le trouver. Et admettons qu’on le trouve, comment l’acheter ? John était le genre de personne qui préférait trouver une utilité après avoir trouvé l’instrument. En effet, il était attirer par le pouvoir de la chèvre mais ne savait pas encore en quoi il allait lui être utile. Il pleuvait du sang autour de Violette. Jusqu’où allait sa cruauté et comment est-elle vraiment ? Il s’avança lentement, trainant la sale bête derrière lui et la flèche au vent. Il envoya quelques baffes au visage ingrat du dernier survivant de cette race dégoûtante afin de le réveiller. Le monstre reprit ses esprits, on pouvait connaître sa peur et sa haine du monde entier dans ses yeux. John faisait des pas de plus en plus étendus, s’approchant de la voyageuse.

Il avait quelque chose derrière la tête, il arriva devant Violette, enleva sa flèche et présenta le Korrigan manchot aux pieds de la cruelle humaine.


« - Tue-le. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: J'aime pas les champignons ! Aujourd'hui à 13:37
Revenir en haut Aller en bas

J'aime pas les champignons !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Champiland-