Haut
Bas

Partagez|

Découverte de la pandaforme (et d'autres trucs)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Découverte de la pandaforme (et d'autres trucs) Lun 11 Nov 2013 - 18:55
Le vent sifflait, jouant dans les champs de bambous alentours. Le soleil brillait haut dans le ciel, se reflétant sur un lac tranquille juste à côté de là. Au milieu de cette étendue d'eau, une petite cabane japonaise se dressait, reliée à la berge par un ponton de même architecture. Takeo se tenait devant cette construction, goutant à la tranquillité de cet environnement. Cette décontraction apparente était surtout là pour lui éviter de se concentrer trop intensément sur sa tenue. Le jeune homme était en effet vêtu d’un T-Shirt noir et d’un short blanc, assez banal, mais ses mains étaient emprisonnées dans des grosses pattes de chat en peluche, qu’il ne pouvait ôter. Il réfléchissait donc à un moyen de les enlever, ou au moins de les camoufler, quand une voix venant du lac l’interpella.

Hé, petit panda, viens là !

Ne se sentant d’abord pas concernée, Takeo l’ignora, mais la voix se fit plus insistante.

Dépêche-toi ! Ne me laisse pas seul ! Viens ici, jeune panda !

Cédant finalement à sa curiosité (et surtout à sa compassion, car la voix semblait appartenir à une personne âgée), il se dirigea vers la cabane sur pilotis.

C’est bien, mon garçon, l’encouragea le vieil homme, tu y es presque. Je suis juste ici.

En effet, penché complètement vers l’eau, comme si il allait tomber dedans, se trouvait un panda absolument minuscule qui, debout, devait arriver à peine à la hanche de notre héros et dont le poil vieillissant le faisait apparaitre presque uniformément gris.

Ah ! Enfin ! Jeune panda, peux-tu me sortir de là ? Implora le vieux plantigrade. J’ai voulu récolter ce bambou, mais je me suis coincé le dos, et je n’arrive plus à bouger.

Plein de bonne volonté, Takeo saisit le panda sous les épaules et le tira pour le sortir de là. Ce qui ne fut pas de tout repos, l’animal étant bien plus lourd que ce que sa taille ne laissait présager. Mais le sauvetage fut effectué en bonne et due forme, et pendant que Takeo reprenait son souffle, le vieux s’agitait en parlant sans cesse tout en tenant dans sa main l’espèce de bambou rouge qui poussait dans l’eau et pour lequel il avait failli mourir d’immobilité.

Heureusement que tu passais par-là, petit panda. Je ne sais pas ce que je serais devenu. Les autres jeunes n’ont que faire des vieux comme moi. Ils disent que je n’ai plus toute ma tête, que je suis sourd comme un pot et que mes yeux défaillant m’empêchent de reconnaitre un bambou d’une ortie. Sottise ! Je suis peut-être vieux, mais je ne suis pas ingrat. Je vais te préparer un thé qui va te remettre d’aplomb en un rien de temps ! Et tu vas aussi pouvoir goûter ce délicieux bambou aquatique pour lequel j’ai risqué ma vie pour l’avoir. Allez, relève-toi ! Tu es jeune, tu es pleine d’énergie ! Un panda fatigué, a-t-on jamais vu ça ? Je vous jure ! Allez, bois ton thé, et voilà ce qui te requinquera pour la journée, s’exclama-t-il e lui mettant sous le nez une tasse fumante et un bout de tige de bambou rouge vif.

Plutôt intimidé, le garçon ne put que se mettre à siroter son thé, tout en grignotant du bout des dents cette plante étrange, qui finalement se révéla très bonne, avec un goût assez sucrée. Il se mit donc à la manger à pleine dent, sous le regard enchanté du vieux panda qui ne cessait de le resservir. Occupé se dévorer à belle dent cet aliment peu commun, il ne vit pas qu’un deuxième panda plus jeune (enfin, avec une taille normale pour un panda et un poil noir et blanc… Après, pour vous donner une fourchette d’âge…) venait de les rejoindre en franchissant le pont.

Eh bien, le vieux, s’exclama-t-il, tu embêtes les humains, maintenant ? Mais c’est notre jeune voyageur de la nuit dernière ! On ne parle que de toi, ici !

Tu es complètement idiot, mon pauvre. Ce n’est pas un voyageur, c’est un panda ! Il en a les couleurs, et les poils aux mains. Il a une stature un peu étrange, certes, mais c’est l’un des nôtres, n’en doute pas.

Ta vue ne s’arrange pas avec le temps, l’ancêtre, enfin… Dis donc, tu lui donnes des trucs appétissants ! Pourquoi j’y ai pas droit, moi ? Mais attends, c’est…

Le regard du panda se chargea d’anxiété et il bondit droit sur Takeo, arrachant d’un coup de patte précis la branche de bambou qu’il mangeait.

Tu es complètement fou, s’exclama le jeune. Donner du bambou rouge à un humain ! Cette espèce est toxique pour eux ! Pour une fois qu’on a un voyageur, il faut que tu le tues direct ! Et toi, dis-moi que tu n’as rien avalé.

Ben… J’en suis à ma troisième bouchée,
déclara timidement Takeo, qui ne comprenait plus trop ce qu’il se passait.

Il y eut un blanc, couvert en bruit de fond par les protestations du vieux panda qui déclarait que cette personne était bien un humain, puis le jeune panda déclara :
« Tu vas mourir. Ce poison est très violent, et dans 10 secondes, tu vas t’écrouler par terre et décéder dans d’atroces souffrances. »

Un ange passa de nouveau, puis Takeo se mit à protester, hurlant qu’il n’avait rien demandé, qu’il était trop jeune pour mourir, qu’il voulait avoir une vie normale et découvrir ce monde bizarre. Il continua pendant un bon moment, ses paroles perdant en cohérence au fur et à mesure, jusqu’à que le panda annonceur de catastrophe
l’interrompit.


Y a un problème…

Oui, y a un problème !
gueula Takeo. Je vais mourir parce que j’ai mangé un bambou !

Non, c’est pas ça… Tu aurais déjà du mourir, et tu es encore là…
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 54
Date d'inscription : 28/05/2013
Age du personnage : 23

Habitué
Mangetsu Pazzesco
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Découverte de la pandaforme (et d'autres trucs) Lun 18 Nov 2013 - 22:57
"Bienvenue à Bambwood, la plus grande forêt de bambous de Dreamland."
"Plutôt la seule..." avait pensé Mangetsu en tombant sur l’écriteau, d'ailleurs planté dans le sol avec un bambou.
Il avait atterri là, sans savoir pourquoi, alors qu'il pensait retrouver se retrouver avec Kalyaan pour visiter Delirium city. Une fois les premières réflexions sur le pourquoi du comment du qu'est-ce quoi que "ça marche pas la technique du je pense où je veux aller", s'était dit que de toute façon, tant qu'à faire il pouvait très bien visité seul, jusqu'à ce que peut-être son compagnon d'aventure arrive.
Puis, se souvenant de quelques expériences passées, il avait reporter son attention sur sa tenue, bien évidement grotesque. Il portait un short moulant très court en cuir noir, un manteau blanc raide et se finissant en queue de pie, et un serre-tête avec des oreilles d'ourson noires et blanche. Le tout était complété par des bottes montantes en accordées au short avec des (vraies ?) griffes au bout. Oui grotesque, c'était le mot, voir ridicule.

Se sortant ce problème, de toute façon sans solution, de la tête, il entreprit d'explorer l'endroit.
Sans surprise, il s'agissait bien d'une bambouseraie, qui aurait pu paraître normal sans la présence de quelques plantes aux formes et couleurs variées ayant une vague ressemblance avec les bambous présents.
Certains dégageaient quelques parfum, d'autres réagissaient au touché. D'ailleurs Fanga d'abords prudent, s'en donnait à cœur-joie avec ceux qui bougeaient d'eux même, ils jouait à ne pas de faire toucher. gardant un œil sur son gros chaton, le jeune voyageur traversa la forêt de bambous sans trop de difficultés.
Sans difficulté jusqu'à ce qu'il tombe sur... Un PANDA ! Vous me direz, normal dans un forêt de bambous sauf que ce panda était un panda roux. Mais attention, pas un tanuki, non. Mais un véritable panda, pourvu d'une impressionnante fourrure rousse lissée avec soin.

- Approche jeune pan.. euh. Il releva une des mèches qui cachait ses yeux. Oh un voyageur ! Approche donc. Pardon pour ma méprise, j'attendais un ami.
- Eh bin on est deux alors. J'ai un pote que j'ai pas trouvé, donc je me balade.
- Bien bien. Je suppose que tu ne connais pas cet endroit. On a très peu de voyageurs qui viennent par ici. Viens, on discutera sur le chemin, je t’amène chez moi.
- Ah euh... Merci.
Ne sachant trop quoi ajouter devant l'enthousiasme du plantigrade, il lui emboita le pas, ou le patte d'ailleurs.
Sans cesser une seconde son baratin touristique, il le mena rapidement devant une espèce bicoque construite, ô surprise, en bambous.
De l'intérieur s'élevait le doux chant d'une dispute grandissante, mêlée d'intonations évoquant l'incompréhension et la peur.
Lorsqu'il furent assez près pour comprendre la teneur des éclats de voix, la première chose qu'il entendirent fut "Je vais mourir parce que j'ai mangé un bambou !" Et une autre voix de répondre "Non, c’est pas ça… Tu aurais déjà du mourir, et tu es encore là…"

Se précipitant pour comprendre et, peut-être, désamorcer la situation empirante, ils tombèrent sur deux panda et un humain aux mains velues. De surprise, la scène se figea une bonne douzaine de seconde avant que le panda chevelu ne réagisse.
- Donc, si j'ai bien compris, tu aurais dut mourir il y a une bonne vingtaine de secondes c'est ça ? Je suppose que ça a rapport aux traces de bambou rouge sur tes joues ?
- Euh, ouiiiii 'fin...
- Je vous l'avais bien dit que c'était un panda, radota le vieux.
- Hmmm, c'est vrai qu'à par un panda... Bon c'est pas grave, si le bambou n'a toujours pas fait effet, c'est que ça n'arrivera pas. Tu as déjà dut le digérer.
Toi par contre pas touche !, s'exclamèrent en cœur le vieux et le roux en voyant Mangetsu s'approcher du bol.
Et le vieux voulant se justifier : Tu n'est pas un panda, mais un...  Le Grand tacheté nous protège ! Un... un... un jeune voyageur tout-à-fait normal.
Même s'il savait qu'il faisait référence à son statut de voyageur obscure, Mangetsu fut soulagé que son secret n'est pas été ébruité. Il en remercia l'ancien du regard.
- Allez, maintenant sortez de ma maison, les brusqua-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Découverte de la pandaforme (et d'autres trucs) Mer 4 Déc 2013 - 21:56
-Waaaaaaww mal de crâââââne !!

J'avais passé toute la soirée à mater des animes de mangas et je venais à peine de m'endormir, à deux heure et demi. Bon, j'avais conscience que c'était samedi soir et que je savais que le lendemain je ne me lèverai pas avant midi d'où cet excès, sinon je pense que je n'aurais pas survécu à une journée du lycée commençant à six heure du matin. C'était un week-end de routine pour moi. Pas de sortie antre amie, pas de pijama party. Juste un tête-à-tête avec mon pc et moi. Encore avec un autre monde, plus inaccessible et encore plus idyllique que n'importe quels autres mondes que l'on pourrait imaginer : le monde des manga.
Les anime que je regardait toujours étaient ceux dont l'héroïne ou le héros avait une histoire d'amour, complexe et difficile à vivre. Ce genre de manga où notre esprit est torturé durant je ne sais combien d'épisodes avant que tout se dénoue petit à petit. Les amoureux se rapprochaient lentement et timidement et le happy-end me tirait toujours un flot de larmes. Merde, je me torturais l'esprit pour rien. Cela ne faisait qu'un retour sur Terre encore plus douloureux. Car contrairement à ce beau monde tout en rose et riche en action, je n'étais qu'une adolescente pathétiquement grosse et inintéressante. Je n'étais même pas l'héroïne de ma propre histoire. Au lycée, j'étais tout le temps placée dans le second plan. J'étais la figurante, un personnage secondaire de ma propre vie où les gens absorbaient tout le côté le plus cool de la vie. Physique parfait, qualités sportives et intellectuels... Ils avaient tout pour eux. Et ce qui me dégoutait plus que tout au monde c'est qu'ils profitaient de cela en ayant pitié pour les personnes pathétiques comme moi. « tu veux un coup de main ? « , « hey salut ! », leurs charisme et leur pseudo envie de m'aider me donnais envie de vomir. J'avais l'impression qu'ils le faisaient exprès, juste pour se foutre encore plus de ma poire. Je traduisait toujours leur message comme ceci « Franchement tu fais pitié mais comme j'ai une réputation à tenir, je vais faire style la déléguée super cool juste pour augmenter le précipice qu'il y a entre nous deux ! ». J'en pleurais chaque soir.
Ce soir ne faisait pas exception. Après avoir éteins le pc, mon oreille posé sur mon oreiller et mon corps en position fœtal, mes larmes commencèrent à caresser mes joues. N'ayant point l'esprit occupé à penser à une quelconque gourmandise ou autres tortures morales à part le boulet quotidien qui me ramenais dans la triste réalité, je laissai donc mon esprit divaguer. Dreamland, où allait-tu m’emmener ce soir ?

-OH shit ! Si je suis au paradis, qu'on ne me réveille pas !


La bambouseraie. Je n'avais eu l'occasion de n'y aller qu'une seule fois et c'était avec mes parents, à trois heures de voitures de notre lieu d'habitat. Cet endroit calme et serein m'avais énormément séduite mais je n'y étais plus retourné depuis et voici que Dreamland m'offrait le paradis de la sérénité. MERCIIII ! Commençant à faire un pas ou admirer ce bel environnement, je pris conscience de ma gêne lors du premier pas et constatai avec une belle surprise mon accoutrement du soir : un kimono, un magnifique kimono blanc et noir, comme ceux des geisha, avec les geta traditionnelles assorties. Je sentais également un léger poids sur ma tête : le temps de tater puis de l'enlever pour voir ce que le portait, un sourire décora ma figure : des oreilles de panda. C'était TROP MIGNOOOOOOON !
Lançant un petit cris – mais bruyant – de joie après avoir reposé les oreilles de panda où elles étaient, je tournais autour de moi une ou deux fois par extase de cette nuit. J'étais heureuse et toute ma peine s'était littéralement envolé. Pour la première fois depuis la découverte de de nouveau monde, j'avais violemment souhaité ne jamais me réveiller et rester à Dreamland pour toujours. Pas de complexe, pas d'ennui, juste la vie. L'extase. L'oubli du physique putride que mon miroir m'affichais tout les matins. Si seulement...
Mais malheureusement, je n'étais pas seule. Il y avait de l'animation pas loin de là car j'entendis des voix se lever plus ou moins fortement. Mais que se passait-il ?
Les voix sortaient de la maison juste en face de moi, à une petite centaine de mètres. Évidemment, ma curiosité l'emporta et je ne pus résister à venir voir ce qu'il se tramait. Hélas, juste avant de franchir le palier, voilà qu'un gros panda jartait de là deux humains ! Il étaient venus prendre le thé avec des... Pandas ? Le gars aux cheveux semi-long et au physique plutôt robuste présentait sur les des taches bien visible d'une substance non-identifiable rouge. L'autre présentait une tenue ridicule de costume de panda dont je me forçait à contenir mon rire pour ne pas exploser devant lui.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Découverte de la pandaforme (et d'autres trucs)
Revenir en haut Aller en bas

Découverte de la pandaforme (et d'autres trucs)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1-