Haut
Bas

Partagez|

Magical dream, une aventure pleine de virilité ![Pv Shad & Noah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
Messages : 104
Date d'inscription : 16/08/2013
Age du personnage : 24

Habitué
Alan Rin
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 90
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Magical dream, une aventure pleine de virilité ![Pv Shad & Noah] Sam 18 Juil 2015 - 23:13


En quoi les femmes sont désavantagées par rapport aux hommes ? Non, sérieusement, quels genre de problèmes rencontrent-elles dans la vie de tous les jours auxquels les hommes ne sont pas exposés ? Les trente pourcents de salaire en moins ? La discrimination sur le lieu de travail ? Les risques pris lorsqu'elles sortent trop tard le soir ?

Ne cherchez plus. J'ai la réponse.

C'est la queue quand elles se rendent aux chiottes.



Ne rigolez pas, je suis très sérieux ! Il n'y a rien de pire que de se cogner à une file d'attente quand la seule chose à laquelle on pense depuis une demi-heure est à la manière de se vider la vessie. On se retrouve à attendre son tour en trépignant comme un pingouin, jetant de temps à autre un regard penaud vers cette porte qui refuse de s'ouvrir et se remémorant avec nostalgie le bon vieux temps durant lequel la possession d'un pénis faisait gage d'autorisation d'accès aux toilettes pour mâles.

Et quand la porte s'ouvre enfin, c'est uniquement pour qu'une autre de ces filles, placée plus en avant que vous dans la queue, n'y entre pour passer à son tour un temps interminable sur le trône.

… Misère...


Cela devait bien faire cinq minutes que j'étais coincé à attendre mon tour. Ma seule source de réconfort était de savoir que, au vu des visages crispés de mes voisines, celles-ci devaient bien avoir au moins autant envie de s'évacuer que moi. Après tout, celles-ci avaient passé toute leur après midi à agiter leurs bassins au dessus de la piste de course, pas étonnant qu'elles se soient précipitées aux toilettes à la fin de l'événement. Moi, en revanche, m'étais contenté de rester bien assis sous les parasols, daignant parfois faire leur faire honneur d'un commentaire qui se voulait intelligent. Heh. Tout compte fait, je n'étais pas bien à plaindre.

Je ne m'en précipitais pas moins volontiers dans le cabinet de toilette quand ce fut enfin mon tour. Je fermai la porte derrière moi, puis entrepris de faire ma toute première action virile depuis le début de cette aventure : pisser debout. Une fois mon œuvre terminée, je ressortis des Wcs, répondant au passage aux regards incrédules des autres filles par un sourire supérieur. Eh oui, les gonzesses, j'ai pris moins de trente secondes, qu'est-ce que vous avez à répondre à ça ? N'est-ce pas là une preuve supplémentaire de la supériorité masculine sur le sexe faible ?...

Bref.


Sur le chemin du retour, j'essayais de faire le tri dans mes pensées. Il faut dire que j'avais été un peu emporté par le flots des événements dernièrement, et avais temporairement oublié les raisons de ma présence dans ce collège pour filles. Heureusement, l'accident qui était arrivé à la magical girl gothique m'avait un peu rappelé à l'ordre. J'y étais pour botter le cul d'une force maléfique à la con, pas pour y jouer les travestis pédophiles, et ce qui lui était arrivé était probablement l’œuvre de ces ''forces du mal'' dont nous étions censés nous débarrasser.

Apparemment, elle avait été emmenée à l'infirmerie pour qu'on s'occupe de son ''malaise''. Je décidais donc d'aller la voir pour essayer de récupérer d'éventuelles informations sur l'ennemi. Après tout, le plus vite je me serait débarrassé de lui, le plus vite je pourrais quitter ce royaume débile et récupérer des vêtements normaux.

Il est vrai que d'ordinaire, étant pacifiste de nature, je ne me serais pas volontairement autant impliqué dans une entreprise potentiellement dangereuse. Cependant, depuis que j'avais fait l'acquisition d'une arme magique d'une puissance n'ayant rien à envier à celle de l'artillerie américaine, j'étais beaucoup plus disposé qu'avant à combattre, à détruire, à piller, et à la guerre en général. Je me voyais déjà, lévitant dans le ciel, nucléariser de pauvres petits agents du mal impuissants cloués au sol en appuyant mes tirs magiques de punchlines bien placées. Quelque part, une fois que tout serait terminé, mon baton magique me manquerait. Pas les vêtements, en revanche.



Je me dirigeais donc vers l'infirmerie afin d'y retrouver la gothique, mais une fois de plus, mon destin en décida autrement.

Alors que je m'avançais dans un couloir abandonné d'un pas nonchalant, je fus soudainement assailli par un ''sentiment de danger''.
Oui, un ''sentiment de danger''. Vous savez, ce sentiment dont se servent les écrivains ratés pour faire ressentir à leurs personnages ce qu'ils veulent leur faire ressentir sans raison valable ? Mais si, ce sentiment irréaliste qui permet à tant de héros de romans d'échapper aux griffes du scénario, juste parce qu'ils ont une ''impression d'être en danger'' sortie de nulle part !



Eh bien j'avais ça.



Et donc, soudainement alerté par un sixième sens purement scénaristique, je ralentis le rythme de mes pas, observant précautionneusement les alentours. C'est à ce moment là que l'autre fille apparut.

S'approchant de moi depuis l'autre bout du couloir, elle affichait sur ses lèvres un sourire supérieur et me fixait d'un regard acéré. Elle était blonde, et, au vu de son uniforme, était étudiante dans ce même lycée.

Ou pas. Je n'était pas si stupide.

Ne me prenez pas pour une tanche. Étudiante dans ce lycée ? À d'autres ! Son attitude, pour ce que j'avais pu en voir, était stéréotypiquement maléfique, et l'impression de danger que j'avais venant d'elle ne laissait que peu de doutes sur son identité. J'avais probablement en face de moi un des lieutenants machinchose à qui j'étais censé botter le cul.

Je savais déjà ce qui allait arriver : nous allions nous croiser, puis, après deux petites secondes de délai, la fille m'arrêterait, s'introduirait auprès de moi en se faisant passer pour une étudiante, puis trouverait un prétexte pour me rencontrer dans un endroit isolé, afin de m'y tendre un piège.

Et moi, telle la jeune pucelle innocente que j'étais, allait naïvement m'y jeter à pieds joints, parce que l'histoire le voulait ainsi, et que je jouait le rôle de la pucelle innocente.

Bon sang... Faites qu'on en finisse vite...



« Vas y, déballes. 
- hein ? »

Bloquant volontairement le chemin de la blonde, je continuais.

« Déballes. T'as quelque chose à me dire, non ? »

Déstabilisée, elle fit un pas en arrière, tout en écarquillant les yeux. Après une seconde de flottement, elle reprit contenance,  corrigea sa posture, afficha de nouveau son petit sourire supérieur, envoya ses cheveux en arrière d'un mouvement de la main, puis me pointa du doigt.

« Hey ! Tu es bien... euh... l'étudiante transférée, c'est bien ça ?
- Oui.  
- Ah ! Cool... Euh... J'ai quelque chose à te dire !
- Dis le.
- Euh... Oui ! Euh... Retrouves moi sur le toit dans dix minutes ! »

Je soupirais. J'avais passé toute ma nuit à suivre le fil scénaristique d'une histoire débile, et maintenant je devais supporter des temps de chargement ? Pourquoi dix minutes ? Qu'est-ce qu'elle allait faire pendant tout ce temps ? Passer un coup de balai pour rendre le toit plus présentable ?

Non consciente de l'incohérence de sa demande, la fille se retourna et repris son chemin. Je lui emboîtai le pas. Elle mis dix secondes pour se rendre compte que je la suivais.

« Non non non non ! Pas tout de suite, dans dix minutes ! »

Elle agitait les bras comme une poule qui essaierait de s'envoler.

« Pourquoi faire ? » Grognais-je « On peut pas en finir maintenant ?
- Non non non ! Fais juste ce que je te dis ! S'il te plait... »

Ne me laissant pas le temps de répondre, elle s'enfuit d'un pas vif, jetant de fréquents coups d’œils derrière elle pour vérifier que je ne la suivais pas. Quand elle eut disparu dans l'angle du mur, la petite créature scintillante qui m'avait donné mes pouvoirs au début de la nuit apparut dans un éclat de lumière magique.

« Quelle étrange fille... Elle veut peut être être ton amie ? »

Je lui jetais un regard torve.

« Ta gueule... »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 249
Date d'inscription : 30/01/2013
Age du personnage : 24

Citoyen modèle
Noah Alighieri
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 350
Honneur: -15
MessageSujet: Re: Magical dream, une aventure pleine de virilité ![Pv Shad & Noah] Jeu 30 Juil 2015 - 21:38


Les dangers des derrières de gymnases. Une fille, une peluche et une trentaine de garçons das la fleur de l'âge. Je sais qu'en disant ça, la plupart des gens penseraient à un film de cul miteux ou un record du plus gros gang-bang, mais non. Déjà à cause du fait que le plus gros gang bang du monde à regroupé 919 gars en une journée et que tout le monde était habillé, et la grande majorité en voulait à ma vie de nouvelle pucelle. 

Tenue par quatre garçons, à savoir un pour chaque membre, autant dire que j'avais aucune idée pour me sortir de ce traquenard. Le prof de maths se rapprocha de moi, les traits à peine humain. Un croisement entre un chien et un tas de merde, ou un mouchoir usagé. Tout ça pour dire que j'avais l'air plus humain en me réveillant du mauvais pied. Et lui semblait assez satisfait, se frottant les mains avec un air qui aurait pu le mettre en prison pour abus sexuel si quelqu'un était passé. Sauf que non, personne ne vient derrière un gymnase pendant la fête du sport d'un lycée, et encore moins un policier. Et encore moins à Dreamland. Cela dit, je le sentais moyen de me faire violer, pas un bon plan pour une journée au lycée. 

Pourtant j'avais beau bouger dans tout les sens, je bougeais pas d'un poil, ils me tenaient comme un boulimique tient sa bouffe, à savoir avec assez de force pour pas la laisser partir. Et même si j'avais plus de vigueur qu'un hamburger, je n'arrivais pas à m'extraire des mains de mes camarades de classes. Donc j'improvisais, j'essayais des trucs. Comme mordre les bras au bout desquels étaient les mains au bout desquelles étaient les doigts qui s'agrippaient à moi. Et non, ce ne fût pas efficace, même si un d'eux s'étaient mis à saigner. Alors j'improvisais un nouveau truc, j'attaquais les couilles. Lâche certes, mais assez efficace pour que l'un d'eux se plie en deux. Le second me tenant la jambe tomba aussi, et ceux me tenant les mains me lâchèrent quand j'arrivais enfin à me débattre correctement.

Mais rien n'était gagné, rien n'est jamais gagné à vrai dire. Mais j'étais debout, c'était déjà pas mal. Sauf que maintenant je devais faire face à pas mal d'adolescents et que je ne suis pas vraiment la plus douée pour me battre. J'avais peu d'avantages pour me sortir de là, si l'on considérait que pouvoir sortir des citations d'auteurs célèbres n'aide pas à se débarrasser d'ado-zombies à la recherche d'un homme transformé en femme par magie. Pourtant Einstein avait dit que si une idée n'était pas à priori absurde, elle était sans espoir. Alors j'essaye quand même, ne sait-on jamais que l'un d'eux aime la littérature:

"-La poésie en dit long et c'est vite fait; la prose ne va pas loin et prend du temps."

C'est vrai qu'on trouve mieux que du Bukowski pour émouvoir une foule, mais c'était encore plus vrai que de sortir une citation dans le vent ne fait sortir personne de situations périlleuses. Mais bon, qui ne tente rien n'a rien. "Le pouvoir de l'amour, Lysa!" Quoi, une citation sur l'amour? Bon, d'accord. "Lorsque le pouvoir de l'amour dépassera l'amour du pouvoir, le monde connaîtra la paix." Jimi Hendrix, puisse tu me venir en aide. 

Cela dit, ça avait fonctionné. Trois garçons tombèrent à terre, de la bave au coin des lèvres. Le pouvoir de l'amour ou simple coïncidence. A vrai dire, je m'en foutais. Mais le résultat était là, j'avais trois adversaires en moins. "La courbe de tes yeux fait le tour de mon cœur." Merci Eluard. deux ennemis en moins. Mais un problème de plus, j'étais à court de citations. Me mettant à courir, j'arrivais à rentrer dans l'établissement en passant dans une faille causée par les garçons à moitié morts à cause de citations sur l'amour. Et quel est le meilleur endroit pour faire le plein de citations? La bibliothèque. Direction la bibliothèque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 179
Date d'inscription : 25/12/2012

Citoyen modèle
Shad Howl
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 150
Renommée: 252
Honneur: -128
MessageSujet: Re: Magical dream, une aventure pleine de virilité ![Pv Shad & Noah] Mer 14 Oct 2015 - 19:53

Shad était complètement déboussolé par les coups reçus de la part du lieutenant. Le dernier l'avait sonné et tout ce que Howl pouvait discerner était le blanc du plafond et le rire lointain de son adversaire. Il profita du fait qu'il ne pouvait pas bouger pour réfléchir enfin à sa condition. Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas eu une telle réflexion.

La fillette-ombre réfléchissait à comment il s'était retrouvé dans cette situation-là. Il avait pénétré, sans le vouloir, dans un lieu qu'il ne connaissait pas et dans lequel il se faisait ratiboiser le visage et le ventre. Pourquoi ? Pourquoi continuait-il à se relever ? La fierté ? Ou plutôt était-ce simplement qu'il suivait les directives de son bâton-bestiole qu'il ne connaissait pas et qui semblait ne pas lui vouloir que du bien ?

L'être féminin du royaume obscur se souvenait d'une blague qu'il avait un jour entendu chez lui, racontée à l'époque par un petit plaisantin qui utilisait ses blagues pour torturer initialement les rêveurs. Malgré ce drôle de concept, le natif l'appréciait.

Donc, cette blague commençait par l'histoire d'un oisillon. Cet oisillon était tranquillement dans son nid. Sauf qu'un jour, il en tomba. Incapable d'y revenir, il sentit vite le froid le gagner, étant donné que c'était l'hiver. Il tremblait de tout son être, jusqu'au moment où une vache le vit en passant pas loin. Pour le réchauffer, elle décida de lâcher une bouse malodorante sur lui. L'oisillon, choqué, ce mit à piailler et piailler de colère, si bien qu'un chat l'entendit. Ce chat, remarquant l'oisillon, l'emporta pour le manger, sans crier gare. La morale de cette blague qui avait plu à Howl, était que ceux qui te mettaient dans la merde ne te voulaient pas forcément du mal, mais que surtout ceux qui t'en sortent ne te veulent pas forcément du bien.

Pour elle, l'ombre-fillette était dans la merde. Il fallait qu'elle s'en sorte. La bestiole en forme de panda voulait l'en sortir, mais lui voulait-elle réellement du bien ? Ne voulait-elle pas simplement l'utiliser comme pion pour assouvir ses obscurs desseins ? Et le lieutenant, là, semblait vouloir le tuer, mais en avait-il réellement quelque chose à foutre ? Ne voulait-il pas plutôt détruire l'immonde bâton ? Dans ce cas, cela n'aiderait-il pas plutôt l'être des ténèbres en culotte courte? Il fallait y réfléchir plus en profondeur.

Pour arrêter le massacre commis sur sa personne, Shad déchira un petit bout de sa tenue blanche salie par la poussière. Il secoua ce petit morceau bien haut pour faire comme s'il tirait un drapeau blanc. Ni une, ni deux, le bâton-bestiole réagit au quart de tour :

« Que fais-tu ? Tu te rends ? »

Et ainsi, Howl se redressa, ignorant totalement les bruits d'insatisfaction de son compagnon. Compagnon indésirable, d'ailleurs. Il fit face à son ennemi, tenant à peine la pose mais le faisant bien.

Mais, au moment où l'ombre-fillette allait ouvrir la bouche, un vent violent vint le secouer. Ce vent, inutile de le dire, avait soulevé sa jupette, occasionnant, de ce fait, un très beau panty-shot comme les manga magical-girls savaient les faire. Pourquoi, dans un dessin-animé destiné principalement aux filles, ce genre de choses pouvaient apparaître ? Était-ce pour éduquer les fillettes et leur démontrer que faire voir sa culotte à tout le monde n'était pas si mal en soi ? Les japonais étaient fascinants autant qu'étrange. Quelle culture singulière.

Cependant, ce vent n'était pas naturel. Il n'y avait pas de porte donnant sur l'extérieur non loin des deux belligérants, pas plus que Shad n'avait percé de mur menant à l'extérieur. Le lieutenant prenait grand soin de ne pas le faire. Quelque chose en était donc à l'origine. Quelque chose, ou quelqu'un.

Ce dernier ne tarda pas à se montrer, faisant de l'ombre à l'être du royaume obscur. Quelle ironie. Cette personne semblait rondouillarde et habillé de marron. On ne pouvait pas bien voir, elle était de dos. À bien y regarder, l'inconnu avait une combinaison d'ours ! Quelle fantaisie que ceci ! Pas le moins du monde étonné par cet aspect, la fillette se demandait quand même ce qu'il faisait là. Une voix malsaine retentit alors, le genre de voix qui donne des frissons et que tu n'as pas envie d'entendre lorsque tu es une petite fille sans grande défense comme Howl actuellement :

« Touche pas cette petite fille mignonne à croquer, sans défense et totalement à ma merci ! »

Le lieutenant, masqué à la vue de la fillette-ombre, afficha un air perturbé, voire même outré. Cette drôle de bestiole avait percé son mur de protection qui les isolait du reste du collège.  Il commença à vociférer :

« Mais comment tu... »

« Silence, déchet ! le coupa l'homme en costume d'ours de sa voix si suave et dérangeante, Tu vaux rien et j'vais te terbu ! Enfin, elle sera à moi ! »

Ok. En de rares occasions, l'être des ténèbres actuellement en culotte courte pouvait éprouver du dégoût. C'était le cas maintenant. Même s'il ne savait pas trop pourquoi, que cela le concerne de près accentuait encore ce dégoût. Le lieutenant semblait partager cela.

Sans que personne ne s'y attende, quelques dizaines de secondes plus tard, le lieutenant était vaincu. Shad, lui, ne comprenait pas vraiment ce qu'il s'était passé. Un vent dévastateur avait balayé le lieutenant et sa protection fragilisée, puis, impuissant, l'homme à l'épée était passé de vie à trépas. Zut, se disait l'ombre, il aurait aimé que cela dure un peu plus longtemps. Que le voyageur de vent qui lui faisait éprouver du dégoût lutte un peu plus et s'en prenne plein la tête. Mais apparemment, la différence de niveau était trop forte.

Se tournant vers la fille-ombre, un sourire mauvais se faisant deviner sous se costume ridicule et malsain, l'ours lui informa :

« Voilà. Je t'ai aidé. J'estime avoir droit à une récompense en nature pour ça. »

Bien que le bâton protestait, son possesseur réfléchissait à cette proposition. Il était clair que ce gros tas de graisse libidineux était un pervers pur, mais ce dernier était puissant. Alors L'être du royaume obscur, qui se moquait complètement de son corps, accepta…

________

Complètement choqué par les dix dernières minutes, Howl titubait, complètement souillé, se dirigeant vers là où il pourrait trouver le boss de cette organisation de ce royaume pourri. Malheureusement, il était encore accompagné par ce porc lubrique, mais ce dernier ne semblait pas lâcher l'affaire, même quand des filles surexcitées venaient demander un autographe à ce voyageur du vent maniant la tenue de l'ours en peluche pervers et lui dire à quel point elles voulaient… bref. Comme excuse, il trouvait que Shad était plus jeune et que les autres étaient trop vieilles à son goût, qu'elles avaient trop de poitrine.

C'est ainsi que l'ombre se mit en tête de chercher le boss final.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Magical dream, une aventure pleine de virilité ![Pv Shad & Noah]
Revenir en haut Aller en bas

Magical dream, une aventure pleine de virilité ![Pv Shad & Noah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1-