Haut
Bas

Partagez

Prise de conscience... Et baffe dans la gueule. (solo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Riku Kaisuki
Surnom : The Death Voice
Messages : 607
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 26

Arpenteur des rêves
Riku Kaisuki
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 167
Renommée: 1860
Honneur: 173
MessageSujet: Prise de conscience... Et baffe dans la gueule. (solo) Prise de conscience... Et baffe dans la gueule. (solo) EmptyVen 20 Sep 2013 - 10:37
Le royaume des doutes. Un endroit particulièrement bien choisi pour atterrir cette nuit là. C'était du moins ce que pensait Riku alors qu'il reconnaissait le paysage caractéristique de ce petit royaume de la zone 1 qu'il n'avait pas visité depuis ses premiers jours dans le monde onirique. Depuis, pas mal de temps s'était écoulé, plus d'un an. Il avait roulé sa bosse depuis à Dreamland en tant que voyageur. Aujourd'hui, il avait accumulé pas mal d'expériences en tout genre, bonnes comme mauvaises. Mais s'il était là ce jour, c'est qu'avant tout, le bilan de cette année l'avait conduit à de nombreuses interrogations sur son avenir...  Depuis quelques temps, il ne cessait de se mettre en danger, et pire encore de mettre en danger ses amis. Il avait l'impression de stagner, de ne plus progresser, et il passait son temps à épuiser et à blesser son corps qui se retrouvait de plus en plus meurtri à chaque bataille... Et chaque pas qu'il faisait au milieu de la lande déserte du royaume des doutes, les interrogations se multipliaient, partout, sur chaque rocher, chaque nuage. On pouvait lire ça et là des questions telles que « combien de temps vais-je rester à ce niveau ? », « bientôt je ne rencontrerai que des ennemis qui me vaincront d'une pichenette, comment je peux les battre ? », ou encore « quel est mon avenir en tant que voyageur ? » et d'autres plus personnelles qui au final n'avaient rien à faire dans le débat qui occupait actuellement l'esprit du jeune homme. Il avait besoin de réponses, besoin de se questionner lui-même, de réfléchir dans un endroit où rien ne viendrait le sortir de sa réflexion. Il avait d'abord songé à en parler à son seigneur, retourner au Pandémonium pour recevoir ses conseils, souvent avisés, mais avait préféré finalement ce royaume ou les pierres l'aidaient à entretenir ce débat intérieur qu'il était venu rechercher. Ce serait long, ce serait difficile, mais s'il parvenait à trouver l'équilibre, à comprendre ses défauts pour mieux les éliminer, peut être pourrait-il ressortir en homme nouveau, et combattre le cœur léger. En attendant, alors qu'il commençait tout juste cette petite introspection, il se sentait complètement perdu au milieu de cet amas sans fin de questions sur tous les sujets. Il était certain qu'il trouvait en ce royaume un bon bloc-notes, mais cela s'assimilait plutôt à un gigantesque agenda où l'on aurait écrit à la va-vite sans se soucier des dates qu'à un plan bien structuré. Loin d'être un idéal pour avancer, cela constituait même pour le moment un putain de frein. Mal au crâne. Il décida de s'arrêter pour s'asseoir contre un rocher qui arborait la mention « va-t-on aller plus loin avec Hikari ? » question qui fit un peu rougir le jeune homme qui la dissimula comme il put de son corps avant de fermer les yeux pour vider dans un premier temps son esprit de toutes les pensées qui l'envahissaient.

Il croisa les jambes, ramena ses mains au niveau de ses hanches en les posant l'une contre l'autre, ralentit sa respiration jusqu'à ce qu'on entende le rythme lent de sa respiration qui se voulait la plus détendue possible, et il inspira une grande bouffée d'air qu'il expira en concentrant ses pensées sur une seule image, celle de la fille qu'il aimait. Il matérialisa peu à peu dans son esprit chaque détail qu'il avait en mémoire de la jeune femme, depuis ses yeux verts jusqu'aux courbes de son corps. Il la voyait parfaitement, frémissant presque en sentant la douce chaleur que cette pensée lui inspirait l'envahir tout entier. Peu à peu, ses membres se détendirent, il se sentit glisser le long du tronc, ses lèvres esquissèrent un sourire. Il était parvenu à cet état de détente parfaite. Maintenant, il s'agissait d'amener progressivement son esprit à se poser les bonnes questions. Il se redressa sans forcer sur ses mains pour ne pas perdre sa concentration, et prit son temps pour reprendre sa marche, un pas après l'autre sans se presser. Il avança consciencieusement, les yeux à demi-clos, gardant cette pensée qui lui permettait de rester calme – tout en lui donnant l'envie de voir sa petite amie le rejoindre – et réfléchit à la toute première question à laquelle il avait besoin de réponses. Celle-ci lui vint presque naturellement, s'inscrivant alors sur un rocher devant lui :



« Quel est mon but ? »



A dire vrai, il n'avait jamais vraiment réfléchi à ses motivations en tant que voyageur. Vers quoi voulait-il aller ? Avait-il envie d'être un héros, ou simplement d'être libre ? Cherchait-il la gloire, désirait-il atteindre les sommets ? Il s'informait régulièrement de tout ce qui se passait dans le monde onirique grâce au DreamMag, et connaissait le classement SMB, mais il n'avait jamais ressenti d'excitation particulière quand au fait de grimper dans les places. Peut-être que cela viendrait plus tard, lorsqu'il serait dans les deux cent trois cent premiers de la ligue M, mais à cet instant, il ne cherchait pas plus que cela à être le numéro un parmi les voyageurs ; le simple fait d'être bien classé et d'être reconnu pour ses actes suffisait à lui apporter satisfaction. Il n'était pas du genre à se vanter de son classement ou de ses exploits, mais il se rendait compte que les succès lui étaient montés à la tête ces derniers temps, contribuant à créer chez lui un excès de confiance, qui était la principale cause de ses dernières désillusions. Pour le reste, bien qu'il soit fidèle à son seigneur, le fait de bien le servir n'avait jamais été un objectif aux yeux du jeune homme mais une sorte d'habitude qui était devenue aussi normale dans sa vie que le fait de faire la vaisselle après un repas. Jusqu'ici, il avait plutôt bien accompli son travail, avait ramené le journal d'Hadès – qu'il comptait d'ailleurs lire avant de le remettre au royaume des morts – et commencé la formation de Rebecca, une jeune voyageuse fraîchement débarquée dans ce monde de folie, et qui commençait à appréhender plutôt bien ce que lui apprenait tant bien que mal l'invocateur. Non pas qu'il était mauvais pédagogue, mais il n'avait jamais eu auparavant à former d'autres voyageurs sur la base de ce qu'il avait lui-même appris. Sans dire qu'il était un vétéran, loin de là, il avait tout de même acquis suffisamment d'expérience pour pouvoir en parler et donner des conseils à un voyageur débutant. Et elle apprenait vite, elle avait rapidement maîtrisé Hellion et ses différents usages. En guise de récompense, le jeune homme lui avait promis qu'elle obtiendrait sa seconde invocation la nuit suivante. Encore une nuit au cimetière au programme donc, mais il se promit intérieurement qu'il passerait ensuite une nuit entière aux côtés de celle qu'il aimait.  Car tout autant heureux qu'ils étaient ensemble, il y avait plusieurs nuits que le necromancer et sa petite amie ne s'étaient pas retrouvés tous les deux à Dreamland. Riku secoua rapidement la tête pour chasser ces pensées négatives et ramena l'image d'Hikari souriante dans son esprit, se recentrant sur la question qui l'avait amené à formuler ces réponses. Un objectif hein ? Devenir le plus fort, il s'en fichait. Accomplir son travail pour le royaume, c'était plus un devoir qu'une motivation. La liberté alors ? C'était une notion qui prenait tout son sens dans le monde des rêves, où tous les royaumes naissaient de l'imaginaire de l'homme. Mais lui n'avait jamais ressenti d'émotions particulières quand au fait de pouvoir se déplacer ainsi dans le monde que ses rêves avaient crée. Il détestait bon nombre de créatures, les créatures voulaient tuer les voyageurs, et un certain nombre d'ennemis lui couraient au cul. Autant dire que la liberté était une notion plutôt relative pour le jeune homme. Non, en réalité, il  n'avait qu'une seule envie, une seule vraie motivation quand au fait de progresser. Il ne voulait plus perdre d'êtres chers. Que ce soit Hikari, de la famille, ou des amis, il ne voulait plus perdre qui que ce soit. Il voulait être capable de les protéger. Cette pensée était certes très cliché, mais au fond de lui, il savait qu'il croyait à cet idéal plus qu'en autre chose. Dreamland lui donnait la possibilité de devenir un être doté de pouvoirs, un être bien plus fort qu'un humain lambda, et cela, il comptait bien le rentabiliser.  Il lui faudrait se renforcer physiquement, psychiquement, cela il le savait, pour pouvoir faire face à des adversaires plus puissants, mais ce n'était pas tout. Il allait aussi devoir apprendre à gérer son mental, et à en supprimer les points faibles pour progresser de manière optimale, et ne plus jamais faire n'importe quoi, ne plus jamais donner matière à rire de par ses actes. Oui, il avait trouvé sa motivation, son but. Dans un sens, cela revenait à chercher à être le plus fort, mais la finalité n'était pas la même que pour bon nombre de gens ; lui désirait juste pouvoir venir à l'aide de ses proches à tout moment, et quel que soit le danger.



« Comment m'améliorer ? Quelle voie dois-je choisir si je veux avancer ? »



Une vraie dissertation. Sa pensée suivait un plan bien défini qui s'affichait sur les éléments qui faisaient face au jeune homme alors qu'il continuait son errance dans le petit royaume. La question trouva cette fois domicile dans la poussière au pieds de l'invocateur avant de disparaître dans un coup de vent. Oui, il devait comprendre ses points faibles s'il voulait progresser réellement. Il devait cerner ses limites, apprendre à gérer ces limites, et ne plus jamais les pousser à bout comme il l'avait fait en risquant sa vie par la même. Depuis ses débuts en tant que voyageur, le necromancer avait eu à mener pas mal de batailles ; il avait vaincu un crocodile géant, combattu un bandit qui avait détraqué le système de chute des pièces au village puzzle, lutté contre les dangers d'un immense parc de jeux en compagnie des carpe diem, livré d'incroyables parties de poker avec les BILD, affronté un marais intelligent, un serpent dévoreur de connaissances, la championne d'un concours truqué, participé à un tournoi opposant des jeunes voyageurs, et connu la terreur que de se retrouver face à un adversaire dont le niveau surpassait largement le sien. Il avait connu moult blessures au cours de ces affrontements, des simples égratignures à la perte d'un bras ou aux terribles décharges de douleur d'une algophobe enragée. Il avait connu la peur, de mourir, mais aussi de perdre quelqu'un de cher. Il avait déjà perdu son père et sa meilleure amie, c'était trop. Il se rendait compte que quelque chose clochait dans sa manière de voir les choses en situation critique. Son jugement se retrouvait alors altéré par des des pseudos visions héroïques, comme si une voix intérieure lui intimait d'aller se jeter dans le tas au mépris du danger et bien souvent de sa propre santé, finissant généralement dans un état plus déplorable que celui de ses amis. Lui voyait cela comme une réussite, mais il se rendait compte que plus que de la gratitude, il générait chez ses amis un sentiment d'inquiétude à son égard, celui qui leur faisait penser qu'un jour, son impétuosité lui coûterait la vie. Riku prenait conscience peu à peu que jusqu'ici, il avait agi stupidement. Il avait toujours cherché à se mettre en avant, à préserver ses amis en se sacrifiant lui-même. Il n'avait jamais réfléchi à la possibilité de fuir, sauf quand l'ennemi était trop nombreux ou vraiment trop fort – il était peut être con, mais pas complètement suicidaire – et il causait au final plus d'inquiétude que de reconnaissance chez ceux qu'il voulait protéger. A ce rythme, il resterait toujours le même minable prostré dans ses idées, qui serait blessé à chaque bataille, et se retrouverait rapidement incapable de faire face à ses adversaires, Un boulet pour tous ceux qu'il aurait le malheur de vouloir aider. A cette pensée, le cœur du jeune homme se serra. Il avait toujours agi selon ses convictions, mais il se rendait compte qu'elles avaient totalement dérivé, jusqu'à le mettre constamment en danger. Il était devenu un de ces héros de shônen en perpétuelle quête de pouvoir qui pense d'abord à mourir histoire de rendre ses amis tristes et son camp perdant puisque privé d'un combattant important. En clair, s'il voulait pouvoir avancer, il devait renoncer à cette vision des choses ; il devait accepter que lorsque ses amis étaient eux aussi sur le champ de bataille, eux aussi mêlés à la mission, ils acceptaient tout autant que lui de prendre le risque d'être blessés ou tués. Il devait cesser de s'inquiéter perpétuellement pour les autres, gérer ses propres forces. Survivre pour eux. Et pour cela, il allait devoir apprendre à connaître ses propres limites, qu'elles soient physiques ou mentales, pour ne plus jamais les dépasser et prendre le risque de mourir. Il courrait, ferait des pompes, soulèverait des poids jusqu'à l'épuisement pour voir ce dont il était capable et adapter ses efforts en conséquence. Il devait apprendre à cerner ses ennemis, savoir discerner leur force, savoir renoncer à la bataille quand il le fallait. La fuite plutôt que la mort. Beaucoup appelleraient cela de la lâcheté quand d'autres définiraient ce choix comme une preuve de sagesse. Il devait supprimer toute trace de fureur en lui, toute émotion. Il ne devait viser qu'une chose, la vie. Et s'il pouvait en plus remporter la victoire, alors il parviendrait à l'équilibre parfait. Mais cela allait lui prendre du temps. Heureusement, du temps, ici, il en avait. Pas d'ennemis pour interrompre sa transe, pas de foule en délire, pas de catastrophes comme il y en avait tous les jours à Dreamland. Là, il n'y avait que lui et le paysage. Sûrement parfois un habitant ou deux en train de se demander ce que foutait ce voyageur debout les yeux fermés qui avançait lentement en marmonnant des choses incompréhensibles. Il était dans sa bulle, son univers où peu à peu il prenait conscience de ce qu'il devait améliorer chez lui. Rien ne pourrait l'en sortir...



** BAM ! **



Il n'avait pas vu le coup venir. Un objet rond vint soudain le frapper de plein fouet dans les côtes et le fit tomber à terre, le souffle coupé. Il en oublia presque tout ce qu'il venait de penser, alors qu'il ouvrait les yeux, encore sonné et reprenant péniblement son souffle, tentant de voir ce qui venait de l'agresser aussi subitement. Face à lui, vêtu d'un long manteau de cuir tels ceux des desperados, un homme de grande taille lui faisait face, tenant dans sa main un crâne qu'il faisait flotter autour de lui lentement. Un sourire amusé se dessina sur son visage alors qu'il voyait le necromancer se redresser comme il pouvait. Qui était ce type ? Et pour quelle raison l'agressait-il ? Riku n'allait pas tarder à être surpris. Et à prendre cher aussi.

Spoiler:
 

__________

Prise de conscience... Et baffe dans la gueule. (solo) VLKe0S2
Revenir en haut Aller en bas

Prise de conscience... Et baffe dans la gueule. (solo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Royaume des Doutes-