Haut
Bas

Partagez

Alan Rin, corbeau de mauvaise augure [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Alan Rin
Messages : 104
Date d'inscription : 16/08/2013
Age du personnage : 26

Habitué
Alan Rin
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 90
Honneur: 0
MessageSujet: Alan Rin, corbeau de mauvaise augure [Terminé] Alan Rin, corbeau de mauvaise augure [Terminé] EmptyVen 16 Aoû 2013 - 21:04


Rin
Alan

Personnage.

Alan Rin, corbeau de mauvaise augure [Terminé] Alan_r10
© Avatar taille 160x320 pixels.


    Nom : Rin
    Prénom : Alan
    Surnom(s) : Quoi ? On m'a donné un surnom ?
    Âge : 21 ans
    Nationalité, origine(s) : Français, mais il parait que j'ai des origines japonaises
    Pouvoir et description :


Mon pouvoir ? Euh ... Eh bien ... J'ai le pouvoir de me coltiner deux piafs en permanence . Voilà mon pouvoir !

Je suis une sorte de "contrôleur de corbeaux" . Concrètement, je suis obéit par une tripotée de corbeau suivant mes ordres au doigt et à l’œil .
Et c'est là que Hugin et Munin entrent en scène .
Hugin et Munin sont deux corbeaux parlants qui se sont mis à mon service à mon arrivée sur dreamland . Ils se sont décrits comme appartenant à la noblesse des corbeaux, en m'expliquant qu'il fallait que je passe par leur intermédiaire pour utiliser mes pouvoirs .

Hugin est le général des corbeaux . Si je lui demande, il invoquera un bataillon de corbacs de nulle part pour combattre à mes côtés ... Enfin ... Disons à ma place plutôt .
Ces corbeaux sont des horreurs, ils attaquent les points faibles de mes adversaires en griffant, donnant des coups de becs, laissant des plaies sur tout le corps ...
Cette façon de se battre est ... Vraiment sanglante . Lors de mes débuts en tant que voyageur, j'avais du mal à ne pas détourner le regard .
Je suis plutôt content de les avoir de mon côté qu'inversement .
D'un autre côté, le fait qu'ils soient de mon côté m'oblige à supporter Hugin ... C'est pas tous les jours facile croyez moi ! Ce corbeau est perpétuellement excité, comme si il était dopé au café . En plus de passer son temps à croasser, à raconter des blagues et inventer des poèmes, c'est un vrai psychopathe . Si je l'écoutait, je devrais tuer toutes les créatures vivantes que je croiserais sur mon chemin, et me faire des colliers avec leurs oreilles .

Munin, lui, est un peu différent . Il s'est présenté au premier abord comme un simple conseiller mais en vérité, il était bien plus que ça .
Il serait plutôt une sorte d'informateur, d'espion, d'éclaireur ... je ne sais pas trop en fait . C'est sa discrétion remarquable qui me fait penser qu'il appartient à cette catégorie .
Ah oui ! Autre chose .J'ai le pouvoir d'entrer en synchronisation avec lui . Quand cela arrive, je suis censé pouvoir voir par ses yeux, écouter par ses oreilles, voire même parler par sa bouche . Oui, bon, c'est un bec, mais vous avez l'idée .
En bref, je prend possession de lui .
Pourquoi j'ai dit "censé" ? Eh bien ... Actuellement, je n'y arrive pas vraiment . Je peux tout au plus établir un lien télépathique avec lui .
Munin est bien plus calme que Hugin, mais il est assez chiant aussi dans son genre .
Toujours sérieux et rabat-joie, il me demande en permanence de respecter je ne sais quel protocole, de ne pas adresser la parole à la plèbe ou que sais-je encore .



Description Physique.


Quand les portes du métro s'ouvrirent, la bouffée de chaleur dégagée par l'appel d'air créé me fit penser à l'haleine fétide d'un monstre énorme. Monstre plutôt chanceux, d'ailleurs, il n'avait qu'a ouvrir ses multiples mâchoires à chaque arrêt pour que sa pitance s'y précipite avec empressement. Ensuite, cette nourriture marinait dans -à défaut d'acide gastrique- un mélange d'air et de sueur, puis finissait régurgitée à un autre arrêt, après que le métro lui ai extrait toute sa bonne humeur et sa motivation pour aller travailler.
Je ne devais pas lui remplir beaucoup l'estomac d'ailleurs,  pas que je sois petit, mais plutôt que je sois maigre. Et en ce qui concerne le moral dont il était censé me saper, celui-ci manquait déjà à l'appel dès le moment ou j'entendis mon réveil sonner ce matin là.
Ce manque nutritif fut cependant largement compensé par les trois véritables big-macs qui me poussèrent bon gré mal gré au fond du gosier de l'animal, me collant presque contre la vitre des portes du fond.
Alors que je tentais tant bien que mal de récupérer un tantinet de place, je croisai le regard de mon reflet. C'était un regard blasé, un regard de voyageur de métro vétéran, habitué aux bousculades et aux touristes américains, ainsi qu'à leur façon bien à eux d'appliquer la politique de l'espace vital :
"On s'étale, on s'étale !"

Je procédais à un examen minutieux de la coiffure brune du compagnon de route me faisant face, jugeant de la qualité du travail que j'avais fourni un peu plus tôt. Le travail en question était une procédure indispensable que je me devais d'appliquer chaque matin, sans quoi, mes cheveux auraient pu se croire en pays démocratique. Malheureusement pour eux, je me devais d'éradiquer sans pitié tous leurs rêves de liberté. Ce n'était pas une mince affaire : chaque matin, quand je me réveillais, c'était une véritable guerre civile qui faisait rage, guerre civile qui durait jusqu'à ce que je me place devant le miroir de ma salle de bain, que je me munisse de mon peigne favori, et que j'entreprenne la Reconquista . Et alors, tous les coups étaient permis, police secrète, propagande, opprimation des révoltes par la violence ... Toutes les méthodes étaient bonnes afin qu'à la fin de ma petite toilette, mes cheveux soient aussi obéissants et bien rangés que de bon petits soldats de la nation .
Je ne suis pas maniaque, sachez bien, mais j'ai les cheveux raides, cette race de cheveux têtus et coriaces, qui a un goût particulier pour la révolte, notamment les matins au sortir du lit .

Mon regard descendit un peu et parcouru mon visage. Ma bouche et mon nez fin lui donnent un côté un peu élancé, quoique très commun. Mon regard, lui, l'est moins .
J'ai ce qu'on peut appeler un regard expressif . Mes yeux sont aussi changeant que le climat. Même si ils affichent en généralité un temps calme, un peu nuageux, avec une légère brise à peine perceptible, le temps pouvait soudainement basculer vers un soleil radieux ou un orage destructeur sans prévenir. Bien peu de météorologistes étaient capables de prévoir mes sautes d'humeur à l'avance.

Ce regard, que la météo aurait présenté actuellement comme gris et taciturne, continua à parcourir mon corps reflété dans la glace. Sans être un gringalet, ma corpulence était un peu en dessous de la moyenne. Mes bras et jambes, longs et fins, n'auraient de toute façon pas pu supporter un corps beaucoup plus grand ou plus musclé.
Mes vêtements étaient amples, comme à leur habitude . J'aimais me sentir respirer dans mes habits, c'est pourquoi j'optais généralement pour des shorts, T-shirts ou chemises quand je m'habillais le matin. Choix judicieux, car dans la jungle dans laquelle je me trouvais actuellement, j'aurais probablement étouffé dans des vêtements plus serrés . 


Caractère.



"!!!"


Un des voyageurs assis sur un des rares et convoités sièges du métro, venait de se lever.
A partir de là, tout était une question de fractions de secondes.

Mon regard fit un rapide scan de la zone :
La plupart des autres concurrents se tenaient le dos tourné à l’événement, et n'en avait donc pas encore connaissance.
Ah ! Sauf cette trentenaire. Très bien, ce sera donc un duel.
Elle avait bien trois pas d'avance sur moi, je partais donc avec un sérieux désavantage. Cependant, dans le métro, rien n'est jamais gagné ou perdu d'avance. En effet, la femme hésita, probablement tiraillée par l'envie de s’asseoir et la crainte du regard des autres si elle se jetait trop rapidement sur l'opportunité.
Grave erreur ! En guerre, l'hésitation est un luxe qu'on ne se permet pas.
Nonchalamment, je la dépassais, puis m'assit de la façon la plus naturelle possible sur le siège libéré un instant plus tôt.
Et paf ! trop facile !
Tu es arrivée dix ans trop tôt pour m'affronter ma pauvre amie ! Je suis rompu aux tactiques les plus avancées, et tu as faite une erreur de débutant ! Pendant une bataille, c'est celui qui frappe le premier qui gagne ! Et un métro en heure d'affluence est le plus terrible des champs de bataille.

Je l'observai du coin de l’œil après avoir accomplit mon méfait : Elle semblait un peu déçue, s'en voulant probablement de ne pas avoir été plus confiante en soi. J'avais un peu pitié d'elle, elle devait probablement se rendre à son lieu de travail chaque matin, y travailler toute la journée, participer à des discussions stériles avec ses collègue autour de la machine à café puis rentrer chez elle le soir, persuadée de mener un mode de vie convenable et idéal.
Je soupirai. Ce mode de vie était idéal non pas pour elle, mais pour la société en général. Elle s'était piégée dans l'illusion de la vie idéale que la société lui avait inculquée depuis son plus jeune âge, et elle mourrait probablement de vieillesse sans le savoir.
Ou alors j'avais tout faux et elle était une tueuse à gage.
...

Il faut dire aussi qu"il n'y avait pas vraiment d'autre choix pour survivre. Si l'on voulait gagner de l'argent et monter socialement afin de se faire une place dans ce monde pour y vivre, il fallait bien signer ce contrat avec le diable, et vivre selon les besoins de la société.
Je n'étais pas anarchiste, mais je ne croyais pas non plus en ce que l'avis commun du peuple croyait. En fait, je ne croyais qu'en moi. Le sens de la vie, c'est d'être heureux, et pour être heureux, il ne faut pas perdre de vue l'absurdité de ce monde, et trouver un moyen de vivre non pas pour les autres, mais pour nous même.

Bah, je n'avais rien contre les gens qui se berçaient de ce genre d'illusions après tout. Grand bien leur en fasse, ils pourraient très bien vivre heureux au final. En fait, je suis extrêmement tolérant. J'accepte n'importe quel point de vue, façon de vivre ou loisirs sans baser mon jugement d'une personne dessus. J'ai des amis dans tous les milieux, de toutes les croyances, de tous les bords politiques. La seule condition pour devenir l'un d'eux était de faire avec moi ce que je faisais avec eux : M'accepter tel que je suis. Paradoxalement, la seule chose que je ne peux tolérer est l'intolérance. Je ne supporte pas tout ceux qui veulent imposer leurs opinion aux autres, ou les critiquer à propos de leur mode de vie. A ces gens là, je me contente de jeter un regard noir et les ignorer, et si ils insistent, je leur démontre point par point à quel point ils sont des imbécile avant de les envoyer chier de la manière la plus belle qui soit.

Ce genre de scène arrive rarement néanmoins, car je suis d'un naturel plutôt calme. Je ne sort de mon état de semi-torpeur habituel seulement quand je suis énervé, ou en présence d'un objet attirant mon intérêt, tel un nouveau film au synopsis prometteur, un événement amusant, ... Ou une fille qui m'a l'air mignonne.    

Je jetais un coup d’œil rapide à la station ou je me trouvais ... Oui, il reste encore du chemin . Je devrais avoir le temps de dormir un peu, après tout, je descends au terminus .

Sur ces sages pensées, je fermai les yeux et basculai la tête en arrière, en attendant d'arriver à destination .


Histoire.

(Minimum 25 lignes complètes.)

Quelle est l'origine d'une phobie ?

Généralement, c'est après avoir subi un événement particulièrement désagréable qu'une personne en acquiert une. Il se met à avoir une peur panique en présence de toute source de sa phobie, son cerveau reliant cette source à l’événement désagréable qui lui est arrivé dans le passé.
Par exemple, quelqu'un peut acquérir la phobie des chiens après avoir été agressé par l'un d'eux, ou bien quelqu'un peut soudainement avoir peur des véhicules après avoir subi un accident.

Mais parfois, on ne sait pas d'ou elle peut bien provenir.
Comment, par exemple, peut on expliquer la phobie des poulets ? Elle concerne très peu de gens, certes, mais il est peu probable que ces personnes là se soient faites agresser par la basse-cour au détour d'un poulailler. Il n'y a que dans Zelda que ce genre de choses arrive, et encore, seulement après avoir molesté une poule plus que de raison .
Ces phobies sont irrationnelles, mais elles ne provoquent pas pour autant des réactions moins violentes que celles "conventionnelles".


Pourquoi, quand, comment me suis-je mis à avoir peur des corbeaux ?
Y a t'il seulement une raison à cela ?
Je ne sais pas.

Soit un événement les incluant m'est arrivé dans ma jeunesse la plus tendre, soit ma phobie était simplement irrationnelle, mais quoi qu'il en soit, depuis tout petit, j'étais terrifié par les oiseaux sombres.
Corbeaux, merles, mainates,choucas, corneilles. Aucun ne faisait exception.
C'était une peur aberrante, qui me prenait aux tripes à chaque fois que j'étais au contact d'une de ces maudites volailles au plumage noir.
Je les voyais plus grands, plus menaçants qu'ils ne l'étaient réellement, et je me surprenais à faire de grands détours pour les éviter ... Quand je ne rebroussais pas tout simplement chemin.
Leurs croassements semblaient me narguer alors, comme si ils savaient toute la frayeur qu'ils me provoquaient et s'en réjouissaient.

J'ai toujours vécu dans la capitale, ce qui m'a permis, fort heureusement, d'éviter un maximum les contact avec eux.
J'étais, dans ma jeunesse, un enfant plutôt intelligent. Participant en classe, ayant de bonnes notes au contrôle, j'étais souvent félicité par mes professeurs et envié par mes camarades.
J'étais également très social, donc très aimé, autant parmi les adultes que parmi les gens de mon âge.
Ma famille était gentille, aimante, ne manquait pas d'argent et n'hésitait pas  à m'offrir des petits cadeaux pour me féliciter de ma réussite dans mes études.

Sans hésiter, je peux affirmer que j'étais un enfant très chanceux.

Vers mon adolescence, je me suis intéressé à l'informatique, ce qui m'a poussé à me tourner vers un bac S et une poursuite d'étude dans ce milieu. Ma famille m'encouragea, persuadée que je pourrais réussir quel que soit le domaine que je choisirais.
Une fois un bac S mention très bien en poche, je m’inscris dans une école d'ingénieur en informatique réputée, promis à un brillant avenir.
Je m'installais dans mon propre appartement et vivais grâce à la bourse qui m'était accordée. Tout allait au mieux dans le meilleur des mondes.
Mais voilà, pour aller dans mon école depuis mon appartement, il fallait passer par un parc.
Un parc avec des corbeaux.

Pendant toute ma vie, j'avais pu éviter aisément les contacts avec la source de ma phobie, mais ce retournement de situation était complètement inattendu, et les allers-retour que je du entreprendre chaque matin me firent beaucoup souffrir.

Chaque matin, je traversais le parc 'un pas vif, baissant les yeux pour éviter d'avoir le moindre oiseau dans mon champs visuel,  en m'efforçant de ne pas m'écarter du chemin.
Chaque matin, j'entendais leurs croassements autour de moi, je m'imaginais qu'ils m'observaient, me suivaient, me narguaient, mais je n'osais jamais lever les yeux .
Chaque matin, quand je sortais du parc, je poussais un soupir de soulagement, oubliant momentanément que je devrais retraverser le lieu en sens inverse le soir même .


Le stress provoqué par ces traversées n'affecta heureusement pas mes études. En revanche, il donna naissance à un cauchemar récurrent que je vivais presque chaque nuit.
Dans ce cauchemar, je traversais le parc en pleine nuit. Je n'ai pas peur du noir, mais me déplacer au milieu des corbeaux, seul, dans l'obscurité, me terrifiait .
Je réussissais tant bien que mal à avancer, jusqu'à arriver sous un lampadaire . Ce lampadaire était situé à côté d'un banc, devant une petite aire de jeu pour enfant .
Cet endroit était le seul éclairé du parc durant la nuit.
Une fois que j'arrivais à cet endroit, systématiquement, je relevais les yeux.
Et alors, ils étaient là, indénombrables.
Ils m'encerclaient. Claquant du bec, croassant, dépliant et repliant les ailes, ils m'observaient de leurs yeux sans pupilles, et moi, j'étais tétanisé.
Puis ils s'approchaient par petits bonds, et mes jambes, tremblantes, se dérobaient sous mon poids .
Et ils m'attaquaient. Tous en même temps, avec leurs griffes, leurs becs, leurs ailes .
Je me mettais en boule dans la postition du foetus, tentant de me protéger, mais c'était peine perdue .
Ils me déchiquetaient, ils m'arrachaient les yeux, les oreilles, le nez. Ils sillonnaient mon dos d'innombrables blessures à grands coups de bec. ils me labouraient la nuque, se glissaient sous moi et m'éventraient, puis me dévoraient vivant. Et moi, je hurlais, appelais à l'aide, suppliais ... Jusqu'à ce que l'un d'eux m'arrache la langue.
Et je me réveillais en sueur, crispé, en boule autour de mes draps, et incapable de me rendormir.


Puis, une nuit, je pris ma revanche sur le cauchemar. C'est cette même nuit que je découvris Dreamland.


Post Rp.


Ma victoire sur les corbeaux n'a pas été le fruit d'un "déclic" contrairement à beaucoup de voyageurs, elle a été le produit d'une longue lutte.

Lors d'un énième réveil en sursaut après un énième cauchemar, je décidai un jour que j'en avais marre. Je devais de me débarrasser de cette phobie handicapante quoi qu'il m'en coûte.

Le lendemain, j'empruntai à la librairie de mon école autant de livre concernant les corbeaux que je pouvais en porter, afin de les étudier chez moi.
Après tout, connaitre ses ennemis est la clef de la victoire . Sun Tzu, dans l'art de la guerre, disait :
« Qui connaît son ennemi comme il se connaît, en cent combats ne sera point défait. Qui se connaît mais ne connaît pas l'ennemi sera victorieux une fois sur deux. Qui ne connaît ni son ennemi ni lui-même est toujours en danger. »
C'était doublement vrai dans le cas d'une phobie, car celle-ci était justement provoquée par une méconnaissance de la source de cette phobie, ainsi que de la méconnaissance de soi.

J'étudiais donc les corbeaux. J'étudiais leur vie, leur place dans les mythes, leurs origines, et tout ce que je pouvais trouver qui les concernait.
Je continuais néanmoins à faire mes cauchemars. On ne se débarrasse pas d'une phobie aussi facilement après tout ! Cependant, pour chaque jour qui passait, les blessures qu'ils m’infligeaient étaient moins profondes, et j'arrivais à me défendre de mieux en mieux.
Ma vision des corbeaux changeait. Alors que précédemment, ils étaient pour moi des démons et ne m'inspiraient qu'une peur venant du plus profond des entrailles, ils devenaient pour moi de plus en plus humains au fil du temps, et je crois même qu'ils finirent par m'inspirer de la curiosité.
Et puis un jour, ou plutôt une nuit, je fis le même cauchemar dont j'avais l'habitude, je parcourais le même chemin, puis je m’arrêtai sous le même lampadaire.
Ils étaient là, encore et toujours là. Mais je n'avais plus peur.
Quand ils se jetèrent sur moi, je laissai faire .
Leurs griffes ne m'égratignaient même pas, leurs coups de bec ne parvenaient pas à traverser ma peau. Leurs croassements, qui dans le passé me mettaient en état de panique, me paraissaient dorénavant plutôt comiques.
Voyant l'inutilité de leurs attaques, ils s'éloignèrent, puis m'encerclèrent de nouveau.
Je m'accroupis doucement, et tendis la main vers eux, comme si je leur proposais des miettes de pain.
L'un d'eux traversa le groupe, et s'approcha de moi par petits bonds méfiants. Curieux, il finit par toucher ma main du bout de son bec.

Alors, je fit quelque chose que jamais, dans mes rêves les plus fous, j'aurais pensé pouvoir faire lors de la période de mon traumatisme.
Je bougeai la main lentement, et me mis à caresser la tête de l'oiseau.

Yeux dans les yeux, nous nous regardâmes tandis que je continuais de le caresser doucement. Il y avait une intelligence étonnante reflétée dans ces deux grandes pupilles noires. J'avais l'impression... Qu'il s'excusait pour tout ce que j'avais subi jusqu'à présent, tandis que moi, je le regardais avec tendresse, et lui pardonnais tout .


Et Paf !
noir complet


...



Tu crois que c'est lui ? Dit ! Tu crois que c'est lui ?
Oui.


C'est comme si j’émergeais d'un sommeil profond, j'essayais d'ouvrir les yeux, mais sans y parvenir. Que s'est-il passé ? Quels sont ces bruits que j'entends ?

"Alors, c'est lui le patron ? Le nouveau boss ?"
"Oui."


Ah. Enfin. Je réussi à ouvrir les yeux, mais je ne vît que du brouillard, comme si j'étais à peine réveillé.

"Je le voyais plus grand ."
"..."


Quelles sont ces voix ? Ou suis-je ?
Je me redressai péniblement en clignant des yeux.

"AaaaAh ! Il a bougé ! Tu l'as vu ? Il a bougé !"
"J'ai vu, Hugin."

Je m'étira pendant que mes yeux s'habituaient à la lumière du jour. Du jour ? Mais ... Il ne faisait pas nuit ?

"Aha ! Il a l'air niais ! Croaaaac !"
"Hugin, suffit ! Jeune maître, vous m'entendez ?"

C'est à moi qu'ils parlent ? C'est de moi qu'ils parlent ?
Je tournais les yeux vers l'origine présumée des deux voix, mais je ne vit que deux formes sombres. mes yeux n'étaient probablement pas encore complètement en état de marche.

"Jeune maître ?"
"Haha ! Croaaac ! Il te snobe ! Munin le snobé ! Munin le mal aimé ! Mugin le ..."
"Silence Hugin ! Jeune maître, vous m'entendez ?"

Mes yeux parvinrent finalement à capter les deux formes qui m'adressaient la parole. C'était deux corbeaux. Corbeaux ? Tiens donc ... Comme par hasard ...

"Croaaaac ! Croaaaac ! Haha ! Banane !"
"Vas tu donc te taire Hugin ?! Veuillez l'excuser jeune maître, il est tout excité, vous comprenez, cela fait bien longtemps que l'on en attend un nouveau."

Le corbeau qui me parlait actuellement était dressé dignement, le bec droit, l’œil décidé, le plumage d'un noir de jais impeccablement lissé. Son ton était à la fois strict et pompeux.
L'autre en revanche, était tout le contraire. incapable de tenir en place, il passait son temps à sautiller en agitant ses ailes. Son plumage poussiéreux était en désordre, et il faisait tomber des plumes dans ses déplacements. Son ton était à la fois moqueur et joyeux, et il croassait tous les deux mots.

"Je ... Vous êtes qui ?"
"Je suis Munin" répondit d'un ton sérieux le premier des deux oiseaux, "et mon ami ici présent est Hugin."

J'haussai un sourcil, intéressé.

"Attendez ... Vous êtes Hugin et Munin ? Les Hugin et Munin ? Les corbeaux du dieu Odin en personne ?"

"Ah ! Euh ... Pas vraiment ... Nos parents étaient juste leurs fans et ... Enfin vous voyez ..."
"..."

Cette chose est la pire chose qu'un parent puisse faire à ses enfants ! Pensez à combien ils vont souffrir à l'école à cause des quolibets de leurs camarades !

"Je vois ... Et donc, ou suis-je ?"
"Dans ton c-"
"HUGIN !"

Ce dernier s'enfuit en croassant, mais ne tarda pas à revenir comme si de rien n'était.

"Bon, écoutez moi bien, jeune maître, vous êtes dans Dreamland, royaume des rêves, celui auquel vous accédez durant votre sommeil. Je vous expliquerais en route, le plus urgent maintenant, c'est de prendre contact avec le seigneur cauchemar des corbeaux et de se mettre sous sa protection. Vous êtes en danger, il faut à tout prix vous mettre en sécurité !"
"Ah bon ?"
"Oui ! C'est seulement une fois que notre seigneur cauchemar vous aura entraîné que vous serez apte à combattre afin de survivre, et surtout, de faire renaître la gloire passée du seigneur des corbeaux !"
Mudin avait prononcé la dernière phrase à voix haute, en ouvrant les ailes magistralement comme pour donner un petit côté épique à sa dernière déclaration.

"Mais ... Une seconde. Et si je veux pas ?"

"C-Comment ça ?"

"Je vais devoir combattre et ramener la gloire passée du seigneur machin chose ? Mais je veux pas moi ! Je vous vois venir, tu essaies de m'embrigader dans une secte !"

"Mais non ! Jeune maître ! Ecoutez moi !"

"Ça suffit, tu peux disposer. Moi je vais marcher un peu pour voir ce qui l'en est de ce monde dont tu parles !"

"Mais non ! jeune maître ! Vous avez tout faux ! Je suis votre conseiller ! vous vous devez de m'écouter !"
"Et moi je suis ton chef des armées boss ! Tu veux savoir comment on procède mes gars et moi ?"
"Hugin tais-toi !"
"Tu va être ravi, ce sont de vrais professionnels !"

Après m'être relevé, j'observai les alentour puis commença à me déplacer vers ce qui me semblait être le point culminant du coin : Le sommet d'une colline qui avait l'air de dominer toute la région .
Pendant ce temps là, les deux compères me suivirent en sautillant et piaillant, l'un d'un ton paniqué, l'autre d'un ton enjoué .

"Jeune maître ! Revenez sur votre décision ! je vous en prie !"
"Alors, on leur fonce dessus avec des cris de guerre et ..."

Le paysage était austère, malgré quelques arbres ici et là. Il n'y avait pas grand chose à voir, du moins là ou je me trouvais. peut être qu'en haut de cette colline ...

"...Vous n'y pensez pas ! C'est dangereux ! Ecoutez moi !..."
"...leur arrachent les yeux à coup de bec, après il y a plein de sang qui sort des orbites, on dirait qu'ils chialent c'est marrant ..."

Le temps était au beau fixe, les quelques nuages qui résistaient étaient chassés par la lumière du soleil, au plus grand plaisir de la prairie qui s'étendait sous mes pieds. Ou que portait le regard, c'était verdure, verdure, et encore verdure .
C'est à vous dégoûter de la salade .

"...Tout le monde vous attends ! Soyez raisonnable !..."
"...Ou alors on leur déchire les tendons des chevilles pour les immobiliser, puis on les regarde saigner à mort ..."

Continuant mon chemin d'un pas rapide, je finis par arriver au sommet de la colline, et découvris l'impressionnant panorama qui se déroulait devant mes yeux .

"...Jeune maître ! je vous en conjure !"
"...Comme pour une tarte à la groseille !"

J'étais soufflé .
Le monde qui se déployait sous mes yeux était stupéfiant de variété . Ici l'on voyait une jungle impénétrable, là une cité dont les habitants qui grouillaient semblaient tout sauf humains . Plus loin, une bataille féroce semblait avoir lieu, au jugé des explosions et éclats de lumière que mes yeux parvenaient à capter .
En changeant mon regard de direction, je pus apercevoir un troupeau de grands herbivores ...
Ah ! mais ! Ils vont se faire manger par ces lions ! Mais non, attendez, c'est le contraire !
Plus mon regard défilait le long du paysage s'étendant sous mes yeux, plus j'étais choqué, émerveillé, étonné, et surtout frappé par l'immensité de possibilités s’entremêlant dans un même endroit ...
Dreamland hein ? Dans quel foutoir je suis encore tombé ...

...

Attendez ...

Une tarte à la groseille ?

et pouf ! Je me réveillai .


Autres.

(La première partie de cette section concerne votre personnage, et pas vous IRL)
Aime :
Les chats, les chiens(les gros), le calme, les jeux vidéos, les animés/mangas, la lecture, les casses têtes, la philo, les jeux de hasard, l'inconnu, les mythes et légendes .
N'aime pas :
Les gens intolérants/qui lui disent quoi faire, la paperasse, être blessé, expliquer les choses à ceux qui comprennent pas
Particularités, autres :
Aborde tout ce qu'il voit avec un point de vue très philosophique/critique .
Niveau d'étude hors de Dreamland :
Bac s, école d'ingénieur en informatique


Comment avez-vous découvert le forum ?
J'appartenais à un forum du même genre du nom de "Dreamland Next" il y a environ 5 ans . Un petit coup de nostalgie m'a fait taper "Dreamland forum RP" sur google ^^
Première impression :
Le forum et ses règles sont bien foutues, il semble y avoir de l'activité donc première impression plutôt bonne . Et puis j'ai lu la quête "it's ok to be gay", donc j'aurais eu du mal à avoir une première impression négative ^^
Pour les DC (double compte) ou TC (triple compte), qui a donné son accord ?
Ceci est mon premier compte
Avez-vous lu les règles et les respecterez-vous ?
Un peu que je vais les respecter, pas envie de me faire virer !
Code de validation :
Ça me semble bizarre de mettre le code à la vue de tous ici, donc dans le doute, je vais l'envoyer par mp .
Edit : le code a été validé, mais je reste curieux à propos de sa véracité .





__________________________________________
Personnage : Version finale
Physique : Version finale
Caractère : Version finale
Histoire : Version finale
Post RP : Version finale
Autres : Version ninja
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Lithium Elfensen
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2709
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 26

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 855
Renommée: 2665
Honneur: 420
MessageSujet: Re: Alan Rin, corbeau de mauvaise augure [Terminé] Alan Rin, corbeau de mauvaise augure [Terminé] EmptyVen 16 Aoû 2013 - 22:03
Alors, premièrement bienvenue sur notre humble forum !
Puis vient la question fâcheuse..

La phobie du temps n'est pas, on va dire, autorisée.
C'est un pouvoir bien trop grosbill, et large, qui fait que avec d'autres joueurs, et même de base, est injouable. Le temps est une notion bien trop importante pour être utilisé en tant que pouvoir.

Si tu peux juste voir ce qu'il s'est passé auparavant, perso, ça me dérange pas. Mais franchement, ça va te servir qu'en capacité d'investigation, et à rien sinon ^^'
Mais arrêter le temps, non. ça on peut pas. C'est trop facile après malheureusement.

Faudrait un autre avis sur la question, mais normalement, il faudra sûrement que tu changes de phobie :/

__________



Lithium s'exprime
Bis vous insulte

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://berliefanny.wixsite.com/illustratrice
AuteurMessage
Alan Rin
Messages : 104
Date d'inscription : 16/08/2013
Age du personnage : 26

Habitué
Alan Rin
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 90
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Alan Rin, corbeau de mauvaise augure [Terminé] Alan Rin, corbeau de mauvaise augure [Terminé] EmptyVen 16 Aoû 2013 - 22:37
Bonjour Lithium,

Je t'assures, mon pouvoir n'est vraiment pas grosBill, au contraire, il est plus intéressant et difficile à jouer que de lancer des boules de feu par exemple .

Lorsque "J'arrêtes/ralentit le temps", mon corps est également arrêté/ralenti exactement comme celui de mon environnement, d'ailleurs, personne ne remarque que le temps est modifié .
En vérité, on pourrait dire que le temps ne change pas, et seuls mon cerveau et mes yeux sont soudainement accélérés, voilà tout .

A vrai dire, si je devais combattre avec un autre joueur, il ne remarquerait rien et penserais que je suis sans pouvoir . En revanche, il jugerais peut être que j'ai des réflexes et une rapidité de jugement impressionnante .


Mon pouvoir n'est vraiment pas fait pour le combat en vérité . Ma manière de jouer va être au contraire d'éviter les combats d'user de diplomatie afin d'arriver à mes fins .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Nodox Pebbles
Messages : 2415
Date d'inscription : 13/04/2010
Age du personnage : 29

Voyageur Expérimenté
Nodox Pebbles
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 450
Renommée: 966
Honneur: 410
MessageSujet: Re: Alan Rin, corbeau de mauvaise augure [Terminé] Alan Rin, corbeau de mauvaise augure [Terminé] EmptySam 17 Aoû 2013 - 21:08
Alors alors, je donne mon avis perso sur le pouvoir : NON ! Smile
Tout pouvoir qui est lié de près ou de loin au temps est "invalidable".

Cependant, tu peux tout à fait changer le pouvoir en gardant le principe. Du genre, au lieu de faire comme ce que tu décris (qui est selon moi totalement inutile ^^), tu pourrais non plus "arrêter le temps" mais lorsque tu actives ton pouvoir, ta capacité de réflexion est décuplée.
Ça revient donc à changer la description et le nom, tout en gardant l'idée Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Alan Rin
Messages : 104
Date d'inscription : 16/08/2013
Age du personnage : 26

Habitué
Alan Rin
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 90
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Alan Rin, corbeau de mauvaise augure [Terminé] Alan Rin, corbeau de mauvaise augure [Terminé] EmptySam 17 Aoû 2013 - 22:44
Ah bah mince ! Un post pendant que j'étais en train de rédiger l'histoire, post rendant mon histoire complètement obsolète ! Laughing 

Bonjour à toi nodox,

Tout d'abord, je reste persuadé qu'il y a moyen de faire un pouvoir très intéressant à jouer et pas du tout grosbill avec le modèle que j'avais en tête .

En revanche, je peux comprendre que vous ne mettiez pas un pouvoir comme celui-ci dans les mains d'un nouveau venu .



Je vais donc me choisir une nouvelle phobie plus conventionnelle, mais aussi bien plus puissante(vous l'aurez cherché ^^) .

Je m'en vais de ce pas modifier mon pouvoir, et j'attendrais que vous le validiez avant de refaire un brouillon de mon histoire . (je me suis fait avoir une fois, pas deux ^^) .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Alan Rin
Messages : 104
Date d'inscription : 16/08/2013
Age du personnage : 26

Habitué
Alan Rin
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 90
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Alan Rin, corbeau de mauvaise augure [Terminé] Alan Rin, corbeau de mauvaise augure [Terminé] EmptyDim 18 Aoû 2013 - 17:58
Bonjour à tous !

Je fait un petit up car je viens de finir la première version de ma fiche, et que j'aimerais avoir les avis d'une ou deux personnes avant de fignoler tout ça .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Lithium Elfensen
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2709
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 26

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 855
Renommée: 2665
Honneur: 420
MessageSujet: Re: Alan Rin, corbeau de mauvaise augure [Terminé] Alan Rin, corbeau de mauvaise augure [Terminé] EmptyMar 20 Aoû 2013 - 11:46


Alors dans l'ensemble ça me plaît.
Ensuite, pour le pouvoir, en fait, tu auras 2 corbeaux qui ont chacun des capacités bien à eux c'est ça ? Concrètement, ça sera à peaufiner avec la fiche technique et les Pcs.
Sinon, est-ce qu'il y aurait un autre avis pour ce pouvoir-là ?
Dans quoi le ranger, et si il est acceptable surtout.


(Après, je vois que tu as été sur Dreamland Next avant.
Moi aussi j'en viens, ainsi que un ou deux membres qui traînent par-ci, par-là ^^)

__________



Lithium s'exprime
Bis vous insulte

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://berliefanny.wixsite.com/illustratrice
AuteurMessage
Alan Rin
Messages : 104
Date d'inscription : 16/08/2013
Age du personnage : 26

Habitué
Alan Rin
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 90
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Alan Rin, corbeau de mauvaise augure [Terminé] Alan Rin, corbeau de mauvaise augure [Terminé] EmptyMar 20 Aoû 2013 - 12:04
Pour ta deuxième question, ed m'a dit via la chatbox hier que "le pouvoir, c'est ok" .


Pour la première :
En ce qui concerne les corbeaux au niveau technique, je pense qu'il est plus simple de les considérer comme des invocations . Cependant, au niveau du roleplay pur, ça n'en sont pas .

Ce sont plus comme des pnj spéciaux qui servent en quelque sorte chacun de "catalyseur" à un de mes pouvoirs . Contrairement aux invocations, je ne peut pas les révoquer/invoquer .
En revanche, pour utiliser leurs deux pouvoirs simultanément, il faudra quand même que j'utilise un PC .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Lithium Elfensen
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2709
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 26

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 855
Renommée: 2665
Honneur: 420
MessageSujet: Re: Alan Rin, corbeau de mauvaise augure [Terminé] Alan Rin, corbeau de mauvaise augure [Terminé] EmptyMar 20 Aoû 2013 - 12:17
Nickel. Tant mieux alors !

Par contre, c'est vrai que, il faut que tu fasses quelque chose pour la ponctuation.
Tout ces espaces.. Wouah ! Pourquoi ?

Sinon, oui, faut peaufiner tout ça, que ça ait de la gueule ! Mais c'est pas loin.
Juste ces points et virgules, ainsi que les espaces, et puis, ça devrait le faire.

J'attends ça avec impatience ^^

__________



Lithium s'exprime
Bis vous insulte

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://berliefanny.wixsite.com/illustratrice
AuteurMessage
Alan Rin
Messages : 104
Date d'inscription : 16/08/2013
Age du personnage : 26

Habitué
Alan Rin
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 90
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Alan Rin, corbeau de mauvaise augure [Terminé] Alan Rin, corbeau de mauvaise augure [Terminé] EmptyMar 20 Aoû 2013 - 16:00
Enfin !

Après moult efforts, j'ai achevé le génocide des fautes de conjugaison/ponctuation que j'ai pu déceler. Il reste probablement quelques survivants, cette racaille résiste à tout.

J'ai également refait complètement la description physique et psychologique.
Merci à Ed et Alan(l'autre^^) qui m'ont aidé à trouver l'inspiration pour que ça ressemble à quelque chose.

J'ai également étoffé quelques descriptions ici et là.

Bon ben voilà, je pense que ma fiche est terminée, et je n'y toucherais plus sauf en cas de demande officielle .(Avec le papelard signé par le maire ou maire-adjoint)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Nodox Pebbles
Messages : 2415
Date d'inscription : 13/04/2010
Age du personnage : 29

Voyageur Expérimenté
Nodox Pebbles
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 450
Renommée: 966
Honneur: 410
MessageSujet: Re: Alan Rin, corbeau de mauvaise augure [Terminé] Alan Rin, corbeau de mauvaise augure [Terminé] EmptyMar 20 Aoû 2013 - 16:03
Good good ! Bah moi perso, je suis pour un contrôleur rang 2. Et vous, autres membres du staff ? Smile


(oui je répond vite, mais c'est parce que je dois partir aussi ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Alan Rin
Messages : 104
Date d'inscription : 16/08/2013
Age du personnage : 26

Habitué
Alan Rin
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 90
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Alan Rin, corbeau de mauvaise augure [Terminé] Alan Rin, corbeau de mauvaise augure [Terminé] EmptyLun 26 Aoû 2013 - 11:53
up ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Ed Free
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2785
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 29

Voyageur d'élite
Ed Free
Voyageur d'élite

Carte d'identité
Essence de Vie: 4095
Renommée: 7949
Honneur: 1289
MessageSujet: Re: Alan Rin, corbeau de mauvaise augure [Terminé] Alan Rin, corbeau de mauvaise augure [Terminé] EmptyMar 27 Aoû 2013 - 19:37
Je confirme en rang 2 aussi ^^
Va faire ta FT maintenant, on passe juste derrière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Nodox Pebbles
Messages : 2415
Date d'inscription : 13/04/2010
Age du personnage : 29

Voyageur Expérimenté
Nodox Pebbles
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 450
Renommée: 966
Honneur: 410
MessageSujet: Re: Alan Rin, corbeau de mauvaise augure [Terminé] Alan Rin, corbeau de mauvaise augure [Terminé] EmptyMer 28 Aoû 2013 - 10:26
Fiche classée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Alan Rin, corbeau de mauvaise augure [Terminé] Alan Rin, corbeau de mauvaise augure [Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas

Alan Rin, corbeau de mauvaise augure [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Administration Onirique :: Personnages Joueurs :: Présentations :: Validées-