Haut
Bas

Partagez|

Noob, PNJ, level up ... Trop compliqué pour moi ... [PV : Ed Free]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2725
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 27

Explorateur Onirique
Ed Free
Explorateur Onirique

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 6959
Honneur: 984
MessageSujet: Re: Noob, PNJ, level up ... Trop compliqué pour moi ... [PV : Ed Free] Mer 5 Mar 2014 - 22:26
Pour le coup, je ne l'avais pas fait exprès... Sérieusement, quoi qu'en disent les têtes des gens qui me regardaient, au milieu du terrain d'entraînement, des fois la bouche grande ouverte. Sérieusement, je ne l'avais pas voulu. Le type ne m'avait pas provoqué mais ses grands airs m'avaient donné la permission de ne pas y aller mollo dès le début. Dès qu'il avait donné le signal, j'avais foncé sur l'entraîneur avec une vivacité dingue et lui avais envoyé une attaque verticale d'une puissance honorable. Mais j'étais un Voyageur et lui était une simple Créature des Rêves dont même Kaijin aurait pu se débarrasser. Et son équipement n'était rien de plus qu'une simple épée, le genre d'artefacts dont le nom et la description de l'objet étaient exactement les mêmes. Il avait paré, mais ma lame avait découpé en deux la sienne (quoique le terme "déchirer et pulvériser" serait plus approprié) et elle s'était enfoncée dans la chair profondément avant même que mes réflexes arrêtent le geste. Les infirmiers s'étaient dépêchés de venir et avaient embarqué le corps râlant, et j'en étais à peu près là.

Les autres recrues qui me regardaient, quelques-uns d'entre eux étaient des Voyageurs, ne semblaient pas vouloir faire le moindre geste envers moi : soit ils m'applaudiraient pour cette prestation mais ça serait en décalage face au sérieux et au quasi-assassinat du type, soit ils tentaient de m'arrêter, mais vu comment j'avais préparé le coach pour la boucherie, peut-être qu'ils se disaient que le premier à faire le moindre geste agressif pourrait se lécher l'anus sans se contorsionner. Je n'osais pas bouger de peur de leur faire peur, et je me disais que je m'étais foutu dans une galère monstre ; ah oui, j'avais oublié : ma morale était en train de me dévisager avec un œil bougon et en tapant du pied, et sans pouvoir m'expliquer, mon moi intérieur baissait les yeux en faisant la moue. J’espérais que le type allait pas crever, sinon, je connaissais un soi-disant archange de la lumière qui débarquerait sur la scène et me pointerait du doigt en faisant : "AAAH !" Je tentais une manœuvre sociale très habile :


" L'entraînement est terminé pour le moment, alleeeez... faire des trucs ailleurs."


Ce ne fut certainement pas mon charisme d'huître mal léchée qui les avait poussés à m'obéir, mais plutôt la flaque de sang qui nourrissait le sol à mes pieds. Chacun vaqua à son occupation sans rien dire, mais seuls trois Voyageurs étaient restés, un visage stupéfait sur la bouche. Je répétais ma phrase en y mettant plus d'intonation, mais l'effet fut pour ainsi dire nul sur eux. Ils s'approchèrent avec une sorte de respect, comme si je pouvais les éblouir avec du swag si je faisais un mouvement. Les trois étaient très jeunes, moins de quinze ans, un avait des gros boutons sur la gueule, l'autre était juste petit et gros, et le dernier avait des lunettes à cause d'une vision détraquée, qui était moins le fruit de gènes que d'un temps trop élevé passé à jouer à des MMORPG la nuit jusqu'au matin. Le petit gros osa enfin me parler, et j’espérais que ce n'était pas de la bave qui luisait sur sa lèvre :


" Tu es...
_ ... incroyable... "
continua le bigleux. " Tu es Aradael, le dieu de la guerre de l'Ancien Peuple...
_ ... Dans l'anime Kalokagon nomira jutsu.
_ Quoi ? "
Le "Wat ?" semblait plus de circonstance mais il m'avait vraiment pris au dépourvu ces trois crétins. Je leur répondis d'un ton goguenard avant qu'ils ne se mettent à s'approcher pour me voler des peaux mortes et en faire des reliques : "Et vous, vous êtes quoi ? Riri, Fifi et Loulou ?
_ Ouah, il s'exprime trop de la même façon, avec cette violence exacerbée par la perte de ses parents.
_ Mes parents vont très bie...
_ Il a même ses armes, doués d'une vie propre et qui ont vécu plus de dix millénaires, forgés par les dieux dragons.
_ Je crois pas que mes armes tapent la causet...
_ Et cette technique de combat aussi puissante qu'irrésistible...
_ Je lui ai juste tranché le bras, quoi... "


Il arriva ce qu'il devait arriver : je ne pouvais plus faire un pas sans que les trois démons me collent au cul comme des mouches. Je tentais de les ignorer, mais ils étaient tout simplement en train de créer un univers tout autour de moi sans mon consentement, et je me promenais maintenant avec mon premier général Lucifer, mon second général Obag, et le troisième général, Skrull. Un autre problème de leur délire sans borne était que le prénom dont ils m'avaient affublé, Aradael, était JUSTE un prénom de fille. Tout le monde se tournait vers moi en les entendant en espérant voir une superbe femme, juste pour apercevoir mon bouc et mon air méprisant, accompagné de trois crétins pré pubères en grande forme. Putain que je haïssais les Voyageurs qui restaient dans Park of Games pour avoir un simili-monde de magie plutôt qu'un monde de magie.

Je tentais de réfléchir alors que je faisais le tour du camp. Il fallait que je trouve l'infirmerie afin de parler à Kaijin, mais notre plan pour défoncer ce camp allait se révéler compliqué si j'avais trois gnomes autour de moi dont l'intelligence devait se rapprocher de celle d'un bigorneau atteint de schizophrénie. Il pourrait peut-être m'aider à me débarrasser d'eux, vous me diriez. Mais en tout cas, on pouvait saper les lieutenants, mais ça n'arrêterait pas les Voyageurs qui étaient des experts quand il s'agissait de se passer d'ordres. Désignez-leur une cible et ils fonçaient comme des tarés ; eux n'avaient pas besoin de commandant et se révélaient être plus dangereux que les simples soldats qui pouvaient se trouver paralysés si on ne leur en donnait pas l'ordre. Mais plus j'y réfléchissais, plus je me disais que cette histoire ne pouvait finir que mal... Y allait avoir des morts de toutes les façons, et je ne pouvais tout de même pas trancher en deux tous les gens qui passaient et garnir l'infirmerie. Il fallait que je réfléchisse... Il fallait peut-être annuler l'Event, bref annuler l'attaque avant même qu'elle n'ait lieu. Mais ça paraissait impossible. Il faudrait trouver une idée originale... Peut-être mettre le feu la forêt... Et bah non, même pas, il me fallait un remède au poison.

Quelques temps plus tard, j'avais réussi à trouver l'infirmerie sans qu'un des supérieurs ne me mette le grappin dessus pour m'expliquer le démembrement de mon prochain, et j'en vins à demander à une personne si mon compagnon était là. Ce fut une sorte d'orc qui me répondit. Il semblait être blessé et m'avoua :


"Votre coéquipier s'est échappé. Il a frappé une infirmière de surcroît. Il est totalement barge.
_ C'est une mission pour Aradael !
_ Fermez-la, vous. Merci bien. Une idée d'où il aurait pu s'échapper ? "
L'orc sembla réfléchir, puis il dit :
" A l'extérieur de l'infirmerie...
_ Mouais, cool, merci. "
Quelle précieuse indication... Kaijin devait être encore dans les environs, il ne serait pas assez con pour s'enfuir du campement alors que sa vie était en jeu. Je tentais alors de le retrouver en glanant quelques informations ci et là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Mordu
Messages : 948
Date d'inscription : 18/05/2011
Age du personnage : 17

Maraudeur des rêves
Kaijin Zared
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 435
Renommée: 1301
Honneur: -550
MessageSujet: Re: Noob, PNJ, level up ... Trop compliqué pour moi ... [PV : Ed Free] Ven 7 Mar 2014 - 16:09
L'infirmerie occupait un des très nombreux étages du grand bâtiment, d'ailleurs Kaijin avait eu de la chance. Descendre de ce bâtiment aurait pu lui coûter sa vie de voyageur, il avait vraiment le cul bordé de nouille ce petit con. Le voyageur avait le dos plaqué contre un mur. Une fois qu'il avait atteint le sol, il avait rapidement progressé en direction de deux conteneurs, il était passé entre ses deux là et avait longé le mur pour se retrouver contre la façade de droite la moins fréquenté, il n'y avait rien entre les murs du fort et le bâtiment. Le voyageur passa une main dans sa petite sacoche et en sortit une petite flèche. Il glissa cette dernière dans son arbalète, décolla son dos du béton et se mit à marcher vers l'autre côté du bâtiment, là, il arriverait à recueillir des informations -et du sang- à propos d'Ed.

Son arbalète était dans sa main droite. Il repéra devant lui deux soldats qui regardaient un bout de papier. Celui qui tenait le papier possédait une armure de cuir. Dans son dos, une épée abîmée et un bouclier en bois étaient attachés. Son visage était blanc, quelques balafres défiguraient son visage. Ses cheveux étaient brun et tirés en arrière, une petite mèche tombait sur son visage. L'autre se tenait sur la pointe des pieds, il portait des vêtements larges de couleur marron similaires à ceux d'un mage, à sa ceinture était accrochée une dague. Ses cheveux n'étaient pas très long mais ni très courts, ils étaient ébouriffés et gras. Donc un guerrier et un mage ?

Kaijin s'avança vers eux. Il n'y avait presque personne ici. Cet endroit était caché par d'autres tentes et infrastructures, dans le pire des cas, le voyageur pourrait fuir assez rapidement. Lorsque la White Star arriva près des deux hommes absorbaient dans la lecture du document.

- Donc, ouais ! On est là, il faut qu'on aille au camp d’entraînement qui est …
- Là !
- Bravo Frank !


Kaijin se serait cru dans un mauvais animé Yaoi. Ils sont étranges ces jap. N'allait pas croire que Kaijin regarde des Yaoi hein ! Même occasionnellement ! Ni votre humble narrateur. Bref. Maintenant le voyageur pouvait voir que c'était deux créatures des rêves. Ils n'avaient toujours pas vu le jeune homme en face d'eux. Ce dernier saisit vivement la dague du mage et la planta dans sa gorge avec sa main gauche. Ce dernier recula les mains plaqué contre la lame en poussant des râles, du sang s'échappait de ses lèvres et de la plaie de façon inquiétante. Son ami le regarda tomber et agoniser. La paume gauche de Kaijin heurta le visage de la créature qui s'écrasa elle aussi sur le sol. Le boulet s'accroupit juste au dessus de la cage thoracique de sa victime. L'arbalète vint se placer à quelques centimètres du visage de la créature entre ses deux yeux.

- J'ai besoin d'info, tu veux bien me rendre ce services ?

Les râles de l'autre furent plus rapide et puissant, ils s'arrêtèrent brusquement désignant son état, il était à présent décédé. L'otage acquiesça lentement.

- Bien ! Tu allais où, et pourquoi ?

La créature peina à articuler.

- Au … Au c-c-camp … D’entraînement ! Les voyageurs et c-c-créature y sont t-testé !
- C'est sur la carte ?

La créature acquiesça. Kaijin se mit à sourire il se releva remercia la créature qui essaya de se relever elle aussi, mais, une flèche se planta par hasard dans son front l'envoyant rejoindre son ami. Kaijin ramassa la carte et la regarda. Elle n'était pas difficile à comprendre. Des choses avaient été gribouillées mais on comprenait globalement. Le voyageur tourna les talons, aux pas de course, il se dirigea en direction du camp.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2725
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 27

Explorateur Onirique
Ed Free
Explorateur Onirique

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 6959
Honneur: 984
MessageSujet: Re: Noob, PNJ, level up ... Trop compliqué pour moi ... [PV : Ed Free] Mer 26 Mar 2014 - 21:32
Il fallait que j'use de mes trois petits scorpions pour retrouver Kaijin ; non seulement ils se montreraient tellement dévoués qu'ils se mettraient à pleurer s'ils ne trouvaient pas la cible au bout de deux minutes de recherche, mais en plus, ils iraient voir ailleurs si j'y étais. Je considérais rapidement l'option, m'éloignai de l'orque blessé afin de mieux pouvoir donner mes directives. D'une voix calme mais néanmoins aussi autoritaire que leur dieu merdique sorti d'un anime au nom trop japonais pour être intéressant, je les regardais tous les droits dans les yeux (ce qui était très difficile vu qu'ils étaient trois...) et leur dictai mes ordres :

"Moi, Darael...
_ Aradael..."
, me souffla gentiment un des bambins comme s'il était normal pour mon statut d'être divin d'oublier son propre patronyme, et je lui envoyai méchamment :
"C'est un de mes autres prénoms, fais pas chier.
_ OOouuuuaaaah..."
, commentèrent les trois, bouche bée, ravis jusqu'à l'orgasme d'apprendre des trucs inédits d'un de leur personnage préféré. Je passai et continuai d'une voix plus impérieuse que je ne l'aurais voulu :
"Je recherche un de mes compagnons. Il est petit comme vous, un peu stupide comme vous, mais a les cheveux bleu. Dîtes-lui de me retrouver dans les environs de l'infirmerie, c'est par là que je rechercherais. Dispersez-vous bien, faîtes-moi tout le camp et donnez-lui mon message. Un, deux, trois, on se disperse."

Je me dis ensuite, quand je vis les trois gamins courir pour s'arracher mes faveurs, si je ne l'avais pas envoyé à la mort. Kaijin n'était pas du genre à se faire appeler comme un chien, puis il avait un bouton "Guerre/paix" toujours enclenché vers le premier terme. Je ne l'ai jamais vu ne pas attaquer quelqu'un sauf quand on le menaçait de mort. Si des petites crapules chiantes comme eux lui beuglaient à la tronche, alors ils allaient en voir de belle. Bah, voyons ça de côté optimiste, ça faisait ça de soldats en moins pour l'assaut. Bon, moi, fallait que je m'occupe des recherches autour de l'infirmerie. Je n'étais pas non plus de classe rôdeur, mais avec un peu de chance, il était possible de remonter jusqu'à ses lui : le petit con était à peu près subtil qu'un nazi qui se croyait invincible dans une bar-mitzvah.

Je flânai donc gentiment autour de la tente, me demandant où est-ce que cet idiot était parti, et un très mauvais pressentiment me saisit soudain à la gorge. Je n'en devinais pas tout de suite le sens mais je sentais que ce n'était pas bon. Alors je me concentrais pour le retrouver et le calmer avant qu'il ne foute le bordel dans la mission et ne nous condamne tous les deux. Je discutais avec quelques gardes, je fouinais dans les tentes et entre les tentes, et comme par miracle, alors que je ne croyais pas du tout aux solutions simples, je trouvais des traces de Kaijin : deux cadavres, un égorgé, et l'autre avec une flèche plantée dans le crâne qui en disait long sur la souffrance qu'il avait dû avoir avant de mourir. Personne ne les avait encore vus, c'était un miracle. Je savais que c'était de Kaijin, je reconnaissais l'arme du crime entre le sang qui coulait le long de la flèche.

Et le monde s'écroula légèrement sous moi. Ce petit idiot de merde était en train de faire n'importe quoi. On aurait pu expliquer sa petite crise à l'infirmerie, il était sanguin, il était stupide, il avait des pouvoirs démoniaques quelconques, il avait bu du sang d'orc, c'était bientôt la pleine lune, je savais pas, merde ! Mais expliquer deux meurtres de sang froid, ça commençait à devenir une affaire sérieuse ; les excuses ne nous éviteraient pas le châtiment. Parce qu'évidemment, tout le monde savait qu'on était en duo avec lui. Si j'étais incapable de le maîtriser ou si j'avais malheureusement omis de dire qu'il était un fou furieux meurtrier, j'allais aussi passer à la broche. J'étais en train de me demander comment je pourrais fuir cette situation calamiteuse si on en venait à faire le parallèle, et m'enfermer dans la cave à vins me paraissait une bonne idée ; en plus, on aurait des millésimes et de la bière en otage. Mais d'abord, il fallait absolument que je le retrouve.

Première chose à faire, m'éloigner des cadavres et feindre l'étonnement le plus parfait si quelqu'un venait à les retrouver. Seconde chose à faire, balayer le camp avec mes lunettes de soleil afin de retrouver ce petit con. Mais la profusion de Voyageurs qui hantaient les lieux m'empêchait tout bonnement de distinguer Kaijin des autres auras. Tout le monde marchait, grouillait dans tous les sens, et ce n'était en rien précis pour me permettre de distinguer un petit singe en train de se farcir une autre victime. Je pensais aussi à utiliser une paire de portails pour avoir une vision d'ensemble, mais le camp était trop vaste : si je restais à basse altitude, je ne verrais pas assez le camp, et si j'allais trop haut, je ne distinguerais pas vraiment les gens. Puis les tentes et les constructions partout rendaient une partie de cache-cache très corsée pour le chat. Je me mis donc à flâner un peu les tâche de sang, mais devais-je le rappeler, je n'étais pas rôdeur, ni pisteur, ni chasseur, et tout ce qui m'inspiraient des traces de botte étaient des traces de botte. Et je ne pouvais même pas demander de l'aide à tous les PNJ qui passaient : ils pourraient ensuite faire le lien entre nous et les cadavres qu'on trouverait inévitablement. Je maudis Kaijin un nombre incalculable de fois (si, ce nombre était parfaitement calculable, mais ça dépassait plusieurs chiffres, et ça serait un résultat d'une multiplication vache dans une copie de CM2).

Tandis que je trottais, parcourant le camp, je sentis le cor des Elfes. Il fallait pas que j'oublie de les prévenir, mais disons qu'à l'instant, c'était le pire moment pour les appeler. Dire qu'on avait besoin de cohésion afin de parvenir à des plans et les faire fonctionner... Là, on n'arrivait même pas à se retrouver et le petit faisait du bordel. Je n'avais jamais imaginé (quoique si, un peu tout de même) qu'il serait mon plus grand problème : il était juste en train de saboter notre couverture. Il cherchait certainement à ce moment un panneau lumineux de Las Vegas afin de prévenir tout le monde qu'on n'était pas là pour leur bien, et les Elfes accepteraient la défaite sans se battre tant ils devaient regretter d'avoir employé deux Voyageurs pour faire leur sale besogne. Le temps pressant, j'eus la seule bonne idée de cette nuit. Mains en porte-voix, je hurlai :


"KAAAIIIJIN !!!" On aurait dit le générique du début d'un épisode de Denis la Malice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Mordu
Messages : 948
Date d'inscription : 18/05/2011
Age du personnage : 17

Maraudeur des rêves
Kaijin Zared
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 435
Renommée: 1301
Honneur: -550
MessageSujet: Re: Noob, PNJ, level up ... Trop compliqué pour moi ... [PV : Ed Free] Mer 2 Avr 2014 - 16:42
Kaijin avançait vers le camp d’entraînement, il avait jeté la carte dès qu'il avait aperçu sa destination. La boule de papier avait roulée dans une flaque d'eau. L'endroit était plus ou moins désert, il n'y avait que quelques groupes de cinq-six personnes. Kaijin mit un pied sur un des rondin de bois qui constituait la barrière. Il passa au dessus de cette dernière en posant une main sur le deuxième rondin grâce à laquelle il put projeter son corps dans le cercle qui s'apparentait à un polygone difforme. L'adolescent marcha jusqu'aux centre de ce dernier y remarquant une tâche de sang, c'était normal pour un endroit où les soldats s’entraînaient, ça permettait d'évacuer le stress et de régler les conflits avant la bataille.

Le chevelu s'apprêtait à sauter au dessus de la barrière, mais un homme l'arrêta en criant. Kaijin recula de quelques pas, il se mit face à cet homme. Ce dernier rentrait dans le cercle armé de deux épées en bois. Il en jeta une à Kaijin, l'homme avait approximativement le même gabarit que l'adolescent, peut être avec quelques centimètres en plus. Il portait un plastron de cuir et un pantalon de jute renforcé par des jambière en métal. Ses avant-bras et ses coudes étaient protégés par des plaques de métal, il portait également des épaulières faîtes d'un matériaux noir et résistant. Du fer calciné peut-être ? L'adolescent s'en foutait totalement pour être honnête. Les cheveux de cet homme étaient bruns et ébouriffés, sa peau était mâte, ses yeux étaient fins et noirs, son nez était aplatit par un bandage, ses lèvres fines et blessées, quand à ses oreilles, elles étaient pointues.

- Tu restes là voyageur, puisque tu es sur le ring, je vais pouvoir te montrer que malgré qu'un de tes chiens de pote ait arraché le bras de notre maître d'arme, on est toujours plus fort que vous. Prends cette arme et bas-toi.

Kaijin se mit à sourire puis à rire, il se pencha pour ramasser l'arme, et dès qu'il toucha le bois de l'arme, son adversaire avança rapidement et lui frappa les côtes. Le voyageur bascula sur le côté, les mains plaquées contre ses côtes. Il roula sur lui-même en mordant sa lèvre inférieure jusqu'aux sang. Il se redressa mais l'autre chargeait déjà, le voyageur du surnaturel élança son arme vers celle de son adversaire, l'arme frappa l'autre dans un bruit assourdissant et il se se décala d'un pas. Ce fut à lui de charger il avança d'un pas et lança son arme vers l'adversaire. Maintenant qu'il était déstabilisé, Kaijin put avancer, attraper son adversaire par les cheveux et le jeter contre la barrière.

La deuxième arme tomba. Kaijin frappa avec son genou le ventre de la créature qui s'affaissa. Il l'attrapa de nouveau par les cheveux et l'a faisant tournait sur elle même, il frappa sa tête contre le bois de la barrière. Après qu'il eut le visage déformé, il jeta son adversaire au travers du cercle, l'homme tituba puis s'écrasa au sol, sur le dos. Il respirait très fort. La White Star venait de ramasser une des armes. Le bois de cette dernière s'écrasa contre le ventre du soldat suffisamment fort pour l'obliger à se tordre de douleur. Et pour en terminer, Kaijin écrasa minutieusement les deux mains de sa victime de façon à ce qu'elles ne puissent plus servir. Kaijin plia ses genoux et attrapa les cheveux de l'homme pour l'obliger à redresser la tête.

- Tu vois … tu aurais dû fermer ta gueule.

Il se redressa et frappa plusieurs fois la nuque de sa victime qui gisait à terre. Lorsque l'on cria son nom. Rien retenait le voyageur ici, il pensait avoir tué sa victime devant ses camarades qui n'avaient pas bouger d'un pouce glacé d’effroi. Kaijin passa au delà de la barrière, il avait à peu prêt localisé le son de l'appel. Appel qui venait très probablement d'Ed car personne d'autre ne connaissait son nom ici. Il accéléra peu à peu sa course mais dût ralentir très rapidement. Ses côtes lui faisait un mal de chien. Il passa sa main droite dessus et continua à marcher, mais un adolescent l'intercepta.

- Aradael désire te voir jeune paladin, il se trouve près de …

Kaijin ne chercha pas à comprendre ce que lui voulait cet étrange voyageur, il le frappa au visage. La main plaqué contre son visage l'autre recula.

- Mon maître me demande de vous …

Kaijin poussa l'adolescent par terre, ce dernier reculait sans quitter son agresseur des yeux. La White Star frappa, avec son pied, le visage de l'admirateur d'Ed. À deux reprises. Puis il se tourna, à force de frapper des gens il commençait à avoir des courbatures.

- Allez aux alentours de l'infirmerie !

Cria le jeune adolescent cloué au sol, Kaijin soupira, se retourna et alla frapper le thorax de l'adolescent avec son pied puis il reprit sa route.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2725
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 27

Explorateur Onirique
Ed Free
Explorateur Onirique

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 6959
Honneur: 984
MessageSujet: Re: Noob, PNJ, level up ... Trop compliqué pour moi ... [PV : Ed Free] Mar 15 Avr 2014 - 19:44
Une énergie vitale se dirigea vers moi quelques secondes après mes appels, tel un chien têtu, mais tenu par le pacte d'obéissance qu'il devait envers son maître. Sans chercher à comprendre où Kaijin était allé et les nombreuses atrocités qu'il avait pu commettre, je m'attendais à tout moment à le voir débarquer avec un sourire d'ange carnassier, des gouttes de sang rosissant ses joues et ses vêtements, une dague (qu'il pourrait cacher derrière son dos si l'envie lui en prenait), aussi arrosée que son visage d'un liquide carmin qui n'était pas le sien, et puisqu'il le fallait toujours, une foule qui criait aux monstres courant à ses basques et dès qu'elle nous repérerait, elle nous (elle me) pointerait du doigt et hurlerait : ah, ce sont des envoyés des Elfes, punissez les traîtres et foutons-les à la broche !

Mais nulle hémoglobine, nulle arme contondante et nulle foule avec lui, et je me disais tandis que je retrouvais le visage stupide de cet immonde bonhomme qu'avec un peu de chance, si ce n'était avoir brusqué un des infirmiers (ou au moins fortement brusqué sa cheville), il n'avait absolument rien fait et qu'il était juste parti se balader. Nulle trace de mes abrutis de service, ce qui n'était pas une mauvaise chose, et alors qu'on se retrouvait, une soudaine colère reprit le commandement de mes poings en rappelant les choses suivantes : on avait une mission dont dépendait notre vie, à défaut de notre destin comme les Elfes, à peine quelques instants pour l'exécuter, et de l'autre côté, on avait un Kaijin qui n'avait certainement pas compris la mission vu qu'il passait son temps à la ruiner, et non pas à ruiner le camp dans lequel nous nous trouvions et déjà, portait des stigmates peu discrètes de notre passage. Ah, et aussi, merde, il avait assassiné quelqu'un sans aucune autre raison qu'il avait une arme et une gorge et que ne pas découper la première avec la dernière serait un manquement à la barbarie humaine.

Mon poing droit vola et mangea sa narine ainsi qu'une partie de sa joue, avec une violence contenue pour ne pas qu'il rentre dans une tente ou dans un bâtiment fait de troncs d'arbres, mais pas trop sinon le message ne passerait pas (et diable, impossible de se contenir devant un déchaîné pareil). Je le soulevai de terre comme une poupée de chiffon, faisant attention aux éventuelles bassesses qu'il me servait, en l'agrippant des deux côtés de son col, le fixant avec mes lunettes de soleil si intensément que je crus faire fondre mes verres ultra-progressifs :


"Maintenant petit con, peut-être qu'on peut se concerter pour sauver nos pognes, non ?! Tu pourras faire toutes les conneries de merde que tu veux quand on aura bouffé l'antidote de ces saletés de taffiole, pas avant ! Sinon, je continue la mission seul et tu te démerderas enterré vingt mètres sous terre. Pigé ?!"

J'attendis (peut-être vainement) sa réponse car une nouvelle présence s'approcha de nous et coupa court à notre charmant intermède. Je ne sus si elle avait écouté notre discussion jusqu'au bout (et je m'en rendis compte juste après, mais je venais de dévoiler de sérieuses preuves de notre future culpabilité) mais elle n'avait l'air d'en faire aucun cas. C'était la Voyageuse de tout à l'heure, dans la salle des officiers dressant des stratégies comme d'autres dressaient des tentes, le regard solide mais le dos bien droit, et je ne savais comment elle nous avait repérés. Peut-être aussi à la force de mes cris, mais c'était improbable : nous retrouver parce qu'on suivait un hurlement dont on devait à peine reconnaître la voix, c'était un coup de pot plus que de l'intuition. Gentiment, mais avec une déférence plus sérieuse que la première fois, je dirais même plus respectueuse, elle nous demanda gentiment de la suivre.

Le ton qu'elle avait employé dissipait mes craintes qui naissaient dans mon estomac et me le pliaient avant de mourir sous la réflexion suivante : elle serait venue escortée d'une dizaine de personnes et elle aurait été beaucoup moins tendre. N'empêche que voilà, on la suivit parce qu'on n'avait pas le choix et aucune bonne excuse sous la main, et on retourna justement avec tous les autres officiers encore une fois qui nous toisaient d'une manière différente. Sauf l'officier en chef, dont le nom là aussi m'échappait, dont les yeux porcins et noirs cherchaient à enlever notre peau pour y trouver son lot de crimes qui nous enverrait directement sous la lame de la guillotine ou le cou autour de la corde de chanvre. D'un côté, on avait le petit con qui l'avait provoqué dès les premières secondes (méchamment provoqué) et de l'autre, le type dont l'exploit sur l'entraîneur n'avait pas dû l'ébahi comme les autres. En tout cas, les mots prononcés furent certainement trop difficiles pour lui à annoncer, donc ce fut la Voyageuse, avec les autres officiers comme témoins, qui nous demanda avec une voix emplie de sérieux et peut-être même, je ne le compris pas de suite pourquoi, de crainte :


"Nous allons bientôt lancer l'assaut contre les Elfes. Accepteriez-vous de devenir général tous les deux et de mener nos troupes au combat ?" Pardon ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Mordu
Messages : 948
Date d'inscription : 18/05/2011
Age du personnage : 17

Maraudeur des rêves
Kaijin Zared
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 435
Renommée: 1301
Honneur: -550
MessageSujet: Re: Noob, PNJ, level up ... Trop compliqué pour moi ... [PV : Ed Free] Lun 21 Avr 2014 - 23:32
Un sourire se dessina sur le visage de Kaijin lorsqu'il vit Ed. Ce sourire laissa place à des lèvres inexpressives lorsque le poing d'Ed écrasa littéralement. Purement. Simplement. Totalement. Méthodiquement. En fragment. Destructurellement. Anti-osso-anatomiquement. Tyrannausorrexement. Sexuellement. Atomiquement. Nucléairement. Le nez de Kaijin. Les mains d'Ed venaient d'attraper le col de Kaijin. Un « crac » harmonieux avait raisonné en même temps que le choc entre le poing d'Ed et le nez de Kaijin.

L'adolescent était dans les vapes, sonné par la ''petite'' frappe du claustrophobe. Ce n'était pas encore fini, les paroles du blond firent abattre une pluie d'impact de batte de baseball contre ses tympans. Ses yeux étaient révulsés en arrière, il aurait à peine put tenir droit. Deux cascades de globules rouges coulèrent de ses narines. Ses lèvres s’entrouvrirent pour cracher du dioxyde de carbone, par réflexe, de l'oxygène s’engouffra par mégarde dans les narines de Kai, la douleur était indescriptible.

La voyageuse arriva prêt des deux voyageurs. Elle demanda d'une voix plutôt douce et calme à ses interlocuteurs de la suivre. Elle ne pouvait s'empêcher de trouver le blond à son goût avec son air ahuris un peu bête mais pas trop. Son assurance et surtout sa puissance, arracher le bras de l’entraîneur du camp c'était pas rien. Bref, Ed sembla la suivre, Kaijin, tituba derrière lui en essayant tant bien que mal de le suivre. Ses yeux voyaient troubles, mais la chevelure d'Ed lui indiquait qui suivre.

La demoiselle les mena à l'endroit où ils avaient été conduit lorsqu'ils étaient arrivés. Retour à la case départ. Les quatre généraux de cette pseudo armée étaient réunis. La demoiselle alla se placer aux côtés du tacticien obèse qui gisait sur une chaise, le corps moite. Quelque pas derrière, se tenait au centre de la tente le commandant en chef et parallèlement à la voyageuse il y avait l'autre armoire à glace en armure noire. Tous toisaient les voyageurs de manière assez intense, mais le seul qui aurait put les dépecer et les trucider rien qu'avec son regard était Herbert. Kaijin retrouvait peu à peu sa vue et lorsqu'il croisa le regard de cet homme, il cru avoir une vision d'horreur. Rien qu'en voyant son regard on pouvait imaginer que dans sa tête, il nous avait déjà tuer quarante-cinq mile fois de façon différentes.

Sous le regard de l'ensemble des généraux, la voyageuse exposa la décision qu'ils avaient pris aux voyageurs.

- Nous allons bientôt lancer l'assaut contre les Elfes. Accepteriez-vous de devenir général tous les deux et de mener nos troupes au combat ?

Les respirations des voyageurs furent arrêtées, en même temps, comment répondre à ça en même temps ? Dans un soupire, Kaijin se laissa tomber sur la table à sa droite, les yeux écarquillés, du sang coula sur la table. Il tendit son bras en levant son pouce.

- C'est … ok.

C'était la seule phrase qu'il avait réussi à faire sortir de ces lèvres avant de glisser au sol dans un râle qui mêlait de la douleur, de la fatigue et de l'agacement.

Pendant qu'il était dans les vapes, le scientifique, qui était resté caché dans l'ombre sortit, il ne jeta même pas un regard à Kaijin. Mais, il se campa devant Ed, et sortit une seringue de sa poche. Putain, quel incohérence de fou.

- Monsieur, nous avons relevé des présences de poison sur votre ami, j'ai heureusement conçu un antidote, qui a été appliqué à ce même ami, veuillez, s'il vous plaît, me présenter votre bras.
- Attendez.

La voix de l'obèse était identifiable à un gémissement plaintif, une sorte d'appel à l'aide assez aigu. Sauf que là, il demandait des explications.

- Comment ce … poison a atterrit dans vos veines ?

Putain de cheveux, putain de cheveux. Des mèches bleues trempaient dans le sang qui avait formé une flaque artistique sur le sol, la respiration de l'adolescent faisait onduler le sang avec des ronds circulaire. À ce moment-là, il n'y avait que ça qui puisse intéresser Kaijin et le fait qu'il allait commander des troupes. Il en fantasmer déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2725
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 27

Explorateur Onirique
Ed Free
Explorateur Onirique

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 6959
Honneur: 984
MessageSujet: Re: Noob, PNJ, level up ... Trop compliqué pour moi ... [PV : Ed Free] Dim 4 Mai 2014 - 22:30
Le tournant que prit la discussion avec les généraux fut extrêmement surprenant, d’autant plus que le destin tenta de m’aider avec un petit coup de pouce que je ne refuserais pas. En plus de Kaijin qui se tenait à-côté de moi et qui était prêt à rendre l’âme chaque fois qu’il expirait, en plus des généraux habituels qui nous regardaient avec une poker-face extrêmement difficile à percer car les intentions qui les animaient ne devaient pas être moins floues que leur étrange proposition, il y avait un petit docteur étrange, blouse obligatoire avec gants en latex noir qui s’approcha de moi, une étrange seringue à la main, et je ne pus m’empêcher de me dire que si je ne connaissais pas son nom, je pourrais tenter un « Professeur Kafka ? » que je mettrais dans le mille. En fait, ce type était certainement l’ange le plus laid du monde, mais au vu de ma position actuelle et de mon hémoglobine corrompue, il restait un ange. Même si son ustensile promettait une piqûre. Il m’annonça qu’il avait trouvé des traces de poison elfique dans le sang de mon coéquipier, et qu’il l’avait déjà purgé avec le remède qu’il avait dans ses doigts. Et qu’il pensait que j’étais aussi atteint.

Je me rendis compte seulement maintenant que j’étais passé à ça de mourir : la difficulté de la mission s’était trouvée passablement augmentée devant la stupidité de Kaijin qui s’affala sur une table comme la plus grasse de toutes les crêpes couverte de sirop de sang, et voilà qu’au lieu de la remplir, on me proposait un antidote tranquille, voilà, comme ça, deus ex machina et toute cette sorte de choses ; mais de plus, je pus mesurer l’espoir que ça m’apporta aussi quand le gros général ventripotent, que je passais pour un incompétent à cause de son visage de bajoues et de stupidités d’officier inutile, arrêta le geste du docteur en pleine action pour poser la question qui fâchait, qui touchait pile là où il ne fallait pas, et qui éveillerait de sordides hypothèses si les autres généraux les mettaient à l’aune de ce qui s’était passé dans le camp depuis notre arrivée : un petit bordel qui avait envoyé plusieurs personnes à l’hôpital.

De peur qu’ils se rendent compte de la supercherie, qu’ils ne découvrent la raison véritable de notre présence et qu’ils nous jettent aux fers ou la corde autour du cou, voire juste qu’ils m’empêchent de toucher à mon vaccin, je pris panique. Et donc, une décision tout à fait irrationnelle qui nous condamnait, Kaijin et moi, à nous en prendre plein la gueule (chacun son tour, le singe, hein ?). J’aurais pu leur expliquer que voilà, on avait été attaqué par ces sauvages quand on était venus dans leur forêt, même si nous n’avions aucune blessure apparente qui aurait pu expliquer notre empoisonnement (si, notre petite coupure au poignet, trop bien faite et étrangement à la même place pour que ce ne fut pas fait de façon intentionnelle). J’aurais pu sortir plein d’excuses, aussi ridicules les unes que les autres, peut-être même crédibles. Mieux encore, j’aurais pu leur sortir la vérité, quitte à ce qu’on se fasse accuser de double-jeu, mais ça aurait pu être une bonne idée.

Au lieu de rechercher la diplomatie accompagnée de quelques mensonges, je fis n’importe quoi : j’attrapai le poignet du professeur, celui qui tenait la seringue, lui envoyai une tarte à réveiller un mort (ou au contraire, à assommer un vivant), et alors que je maintenais toujours son corps, avant que quiconque n’ait pu faire un geste, je récupérai la seringue, lâchai le professeur, visai une veine et m’injecta le produit dans le bras. Quelques secondes plus tard, après un blanc, Herbert hurla :


« A LA GAAAAAAAAAAAAAAAAAARDE !!! »

J’esquissai un mouvement extrêmement rapide qui assomma proprement la blondasse grâce à mon panneau qui s’était retrouvé d’un coup dans ma main (en passant dans le menu). Je basculai la table et toutes ses cartes d’un coup de pied, frappai vigoureusement l’enfoiré obèse qui avait tout ruiné et me défendis vaillamment contre Herbert. L’imposant Cortèz partit rapidement de la tente, non par lâcheté, mais pour pouvoir mieux procéder à notre mort en régissant les troupes, et le seul général qui me tenait encore tête était le général en chef dont j’esquivai quelques passes, et pour être certain de contrôler la situation, surtout au vu de l’urgence de la situation, le désarmai avec l’aide d’une paire de portail et à le frapper suffisamment fort pour qu’il puisse tomber à terre. Je me dépêchais de lui ligoter les mains le temps qu’il se remette, et je me mis à l’étrangler avec un seul bras, tenant un de mes deux cimeterres imposants de l’autre main. Kaijin était toujours en mode larvaire, et je lui ordonnai de bouger son gros cul pour qu’on reste vivant.

J’aurais très bien pu nous faire sortir de cette situation rapidement grâce à une autre paire de portails, mais quelque part, je n’étais pas adepte des génocides, et savoir que des Elfes allaient clamser si on ne faisait rien, ce n’était pas terrible. Même si j’avais énormément envie de leur laisser dans la merde, les remerciant pour nous avoir empoisonnés et utilisés comme esclave. Mais j’avais tout de même une part de bonté, je ne devais pas ressembler à l’horrible petit con qu’était Kaijin. Enfin, part de bonté… Je venais d’assommer trois personnes, succombant à la peur et à l’agressivité, et la dernière saignait à la tête, était désarmée, et j’étais en train de la tenir pour ne pas qu’elle m’échappe, et évidemment, comme on pouvait s’y attendre, l’utiliser comme otage.

Je m’approchai de la sortie avec Herbert coincé sous mon bras, le cimeterre prêt de sa tête, et sans trop non plus partir de la tente, restant juste derrière le seuil afin d’éviter une attaque surprise, je présentai mon trophée et ma position était très claire : un seul mouvement qui ressemblait à de la rudesse, et leur Commandant en Chef pourrait jouer au bowling en lançant sa tête contre les quilles. Je prononçai d’une voix forte, quoique légèrement tremblante :


« Bande d’enfoirés ! Le premier qui fait un geste, je lui saute la décapitation ! » Merde ! « Enfin, la tête ! Vous m’avez compris ! Bande de débiles ! Laissez-nous partir, et on repart tranquillement ! » Bien joué, Ed, très bien joué, quel orateur. Cortèz, dans son armure noire et ses épaules de titan, répondaient :
« Ne faîtes aucun geste seulement quand je vous l’ordonne ! Préparez-vous tous à attaquer s’ils mentent ! »

Devant moi, des dizaines et des dizaines et des dizaines de soldats étaient devant nous, armes en main, encerclant la tente et certains étaient des Voyageurs. On était véritablement dans la merde. Ils se tenaient prêts, ne fonçaient pas, mais ils n’avaient pas encore répondu à mes exigences. Je déglutis quand je me dis que face à quelqu’un qui semblait aussi inébranlable que le général en face, les menaces étaient inutiles. Ils allaient utiliser une stratégie quelconque, certainement avec des Voyageurs, pour nous déloger de là. En m’étant retiré sous la tente bien à l’abri, je me mis à observer tous les alentours pour essayer de dénicher une quelconque agression grâce à ma perception des auras et mes lunettes de soleil. On était dans la merde, on était dans la merde…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Mordu
Messages : 948
Date d'inscription : 18/05/2011
Age du personnage : 17

Maraudeur des rêves
Kaijin Zared
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 435
Renommée: 1301
Honneur: -550
MessageSujet: Re: Noob, PNJ, level up ... Trop compliqué pour moi ... [PV : Ed Free] Ven 9 Mai 2014 - 13:05
Les bruits de pas étaient en train d'agresser les tympans de Kaijin. Il entrouvrit les yeux. Il distingua la voyageuse et le tacticien obèse au sol et assommé. Herbet, lui était couché à plat ventre, une longue lame suspendue juste au dessus de sa nuque. Au bout de cette lame il y avait Ed, les choses prenaient une tournure très intéressante. Le blond s'adressait à quelqu'un, Kaijin réussit à se retourner discrètement et à voir l'autre général. Il arma son arbalète et se releva de manière brusque, l'arbalète pointée vers la tempe du général. L'ensemble de ces soldats sursautèrent et pointèrent leur armes vers Kai, quand au général il resta stoïque et se mit à respirer profondément.

Le docteur était assit dans un coin de la tente glacé d'effroi. Kaijin fixa l'homme en armure noire. Il se tenait parfaitement droit et était prêt à percer la cervelle de la créature, cependant il se ferait embrocher dans la seconde et l'adolescent n'avait pas très envie de mourir. Il allait plutôt essayer d'utiliser son charisme. Je plains ce pauvre Ed. Kaijin recula d'un pas et se déplaça de plusieurs pas pour être entre Ed et Cortèz. L'adolescent laissa son sourire carnassier habituelle s'inscrire sur son visage.

- Il n'y a même pas trente secondes, on parlait de me confier des hommes, qu'es qui a bien pu se passer ?
- Ton ami s'est attaqué à nous.

Kaijin le fixa droit dans les yeux et soupira.

- Cause toujours. On t'as retrouvé Cor … Corta ? Corto ?
- Cortèz.
- Ouais bon, peu importe le pseudonyme, nous t'avons retrouvé Rodriguez. Tu croyais vraiment que la justice des voyageurs laisserait passer ça ? Tu t'es enfoncé le doigt dans l’œil mec !

Il regarda les visages des soldats qui ne comprenaient rien du tout.

- Aaah mince, ils ne sont pas au courant ?

Le chevalier serra ses poings il ne supportait qu'on l'insulte de la sorte. Kaijin baissa son arme. Pour utiliser ses deux mains dans son récit.

- Voyez-vous cher amis, les deux hommes que vous voyez là, ne sont pas les gens que vous pensez connaître. Ce sont des criminels, dangereux. Ils sont à l'origine de la mort d'Anémus, roi des anémones, mort au royaume des Tropiques, il y a six nuit de cela. Et là, aujourd'hui ils voulaient, tous vous emmenez dans un piège. Ils sont de mèches avec les elfes. Qui ne ressemble pas vraiment à des elfes. Mon confrère et moi sommes ici pour les arrêter. On fait partie d'une confrérie de voyageur défendant la justice à Dreamland ! Mais c'est top-secret.  

Il suffisait d'avoir lu un peu le DreaMag pour comprendre que Kaijin racontait n'importe quoi, il n'avait fait régner la justice et il n'y songeais même pas. Cortèz avait cependant perdu son air stoïque, il avança, attrapa le voyageur par le col et le balança à travers la pièce dégainant une longue épée. Il s'approcha de Ed.
Le morpheur s'écrasa avec violence contre le sol. Ça allait vraiment mal tourner. Il cria à Cortèz de s'arrêter.

- Essayes d'abord de me tuer avant de passer à autre chose.

Herbet regardait la scène effaré. Cortèz se retourna et toisa le voyageur. Il s'avança vers ce dernier en faisant traîner la pointe son arme contre le sol. L'adolescent avait du mal à se redresser, il gémissait et crachait des glaire de sang. Le général leva son épée et l'envoya s'abattre contre le cou de Kaijin. Qui bascula sur la droite et attrapa la lame, s’écorchant les mains, il parvint à enfoncer la pointe de l'épée dans le sol. Par une simple petite poussée, Cortèz l'enfonça jusqu'à la moitié de la lame, tranchant encore un peu plus la main de Kaijin. Il attrapa ce dernier l'envoya contre une table faisant sortir un cri aigu des entrailles du docteur effrayé par tant de violence. L'imposante créature posa la main de Kaijin sur la table et y planta une dague qui s'ancra dans le bois. Kaijin rugit de douleur. Cortèz se retourna pour aller reprendre son arme et se mit en garde devant Ed.

Des larmes perlèrent le long du visage de Kaijin. La douleur était si intense, qu'il ne sentit même pas la chaleur monter en lui. Une chaleur bouillante et abominable. De ses doigts droits à ses narines, sa peau muta en chaire coagulé et sale. Dans un rugissement, le zombie arracha sa main du poignard laissant trôner son majeur sur la table. Cortèz fit volte face au moment où Kaijin lui sauta dessus et planta ses crocs dans sa joue gauche. Le cadavre vola encore a travers la pièce, le chevalier noir était dans un état indescriptible, sa joue ruisselait d’hémoglobine, il allait tordre le cou de Kaijin, lorsque trois lames l'arrêtèrent.

- On doit vous tuer, vous avez été mordu !
- Dégagez !

- J'ai vu assez de film de zombie pour savoir que les infectés, faut les buter !

Les trois lames prirent d'assaut le général qui para chaque coup. Derrière cette scène de combat c'était la panique. Certains tentaient de fuir, d'autre de rentrer dans la tante et d'autre croyaient à l'histoire de l'adolescent. Ça devenait n'importe quoi, Kaijin se relevait, il chargea vers une des personnes qui attaquaient Cortèz et arracha un bout d'épaule cette dernière. Il attaqua ensuite Cortèz en lui sautant dessus et en enroulant ses jambes autours de sa taille. Les mains moites du chevaliers retenaient la mâchoire du zombie, tout en reculant, le général trébucha contre une table et s'écrasa au sol, il réussit à faire passer Kaijin au dessus de son corps, alors qu'il se relevait il dû repousser une nouvelle attaque du zombie, mais à peine l'avait il repoussé qu'une épée lui transperça la tête. Quand au zombie, il ne tarda pas à foncer dans la foule, déjà paniquée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2725
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 27

Explorateur Onirique
Ed Free
Explorateur Onirique

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 6959
Honneur: 984
MessageSujet: Re: Noob, PNJ, level up ... Trop compliqué pour moi ... [PV : Ed Free] Lun 12 Mai 2014 - 11:50

[Attention, RP non relu]



Kaijin restait le facteur X qui était tellement pathétique que je le négligeais à chaque fois qu’une situation se présentait alors qu’il était capable de provoquer n’importe quelle situation, souvent encore plus merdique que précédemment. Ce fut pour ça qu’encore une fois, il sortit de mon esprit, le pensant endormi, jusqu’à ce qu’il revienne à la vie et se mettre entre moi (et mon prisonnier) et le reste de la troupe, armes levées, général confiant, situation très tendue.

Je fus bien plus interloqué que tous les autres quand il sortit une histoire à deux sous cinquante, digne de quelqu’un de pas beaucoup plus intelligent que lui mais tout de même, comme quoi nous étions des espions, des assassins ou autres justiciers pour tel Royaume pour arrêter telle et telle personne… Non, attendez… Plus l’histoire continuait, plus elle s’effritait sur elle-même comme un vieux morceau de biscuit trempé écrasé par des gosses. Si les soldats prêtaient un tant soit peu ma figure, et sérieusement, même si j’en étais conscient, je ne faisais rien pour cacher l’expression abominablement surpris qui la recouvrait, ils pourraient rapidement se rendre compte que si on était un duo de justiciers d’un groupe top-secret partit affronter deux assassins sortis de nulle part, et bien j’étais pas au courant. Au moins eussé-je la gentillesse de ne pas briser tous les arguments de Kaijin en intervenant d’une quelconque manière, et le laisser continuer semer le doute (ou plutôt un grain de doute chez un soldat, de préférence un bien demeuré et qui était persuadé que les complots étaient des pratiques courantes chez les supérieurs).

Cortèz, soit énervé par cette tentative de babillage outrageant (il ne pensa même pas à rassurer ses hommes), soit parce qu’il était assez bête pour croire que ses hommes allaient gober ce mensonge aussi gros qu’une cathédrale sur une autre cathédrale, traversa les distances pour s’approcher de Kaijin, donc de moi. Je reculai d’un pas en serrant le fer contre la gorge de la pauvre victime, mais rapidement, un combat entre les deux s’installa, très rapides, pas technique pour un sou, d’un côté un gros bourrin et de l’autre, un Kaijin à peine plus doué pour le combat que pour la parlotte (ah, quand les ennemis étaient pas dos à lui, c’était déjà plus difficile, non ?). En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, le vainqueur était déjà désigné, je pouvais entendre les râles de Kaijin et voir sa main saigner, Cortèz qui reportait son attention sur moi, puis le second round pouvait reprendre, et ce fut finalement la première fois que je voyais le pouvoir de Kaijin.

Celui-ci, alors que son aura brillait plus que jamais, se transforma en… je sais que ça fait bizarre de le dire parce que 1, je n’étais pas sûr que ce fut ça, puis 2, jamais on n’est censés prononcer le mot en Z quand on en voit un, mais ouais, Kaijin était devenu un sale zombie qui bouffait les gens. Ah, v’là que ça devenait vraiment n’importe quoi. Pourquoi j’avais espéré que tout fut normal avec lui ? Il provoquait les événements louches, les explosions, les hurlements, et à un moment ou à un autre, fallait bien que tout ce cocktail se transforme en anarchie totale. Voilà, on avait touché au point sensible, ou plutôt, j’avais découvert le point sensible, et Kaijin avait littéralement mordu dedans.

Non seulement Kaijin avait arraché une bonne partie de la joue du lieutenant, ce qui était en soi une image dégueulasse à voir, mais de plus, les soldats, sachant aussi bien que nous ce qu’était un zombie et les conséquences d’une morsure, se retournèrent sur leur chef qui tentait de se défendre tout en pissant le sang dans le visage. Franchement, quelle situation fantastique. Mais il était temps de fuir. Maintenant. Pour de bon, et s’il vous plaît, sans Kaijin.

Alors que les soldats ne savaient plus quoi faire, que je sentais que la Voyageuse se réveillait (et que j’invitais à nouveau au sommeil d’un coup dans la caboche), que des clameurs s’élevaient ça et là, je pris Herbert des deux mains en rangeant mon Artefact dans mon inventaire, puis le balançai dans la foule, comme d’une bûche dans le feu pour le nourrir. C’est ça, que brûle le chaos.

Je visitai mon inventaire, y vis le cor des Elfes en surbrillance (c’était un objet de quête) mais je m’en foutais, je m’en équipai puis soufflai dessus très rapidement, un son puissant, fin, et je dû avouer que ça rendait bin, beau, même si j’avais un peu craché dedans. Que les Elfes puissent se battre un peu comme ils le souhaitaient, à armes égales. Parce que si on continuait comme ça, l’Event continuerait puis il y aurait un massacre total pas en la faveur des bouffeurs de légumes. Là, ils avaient un tant soit peu de chance. C’était un cadeau que je leur faisais parce que vu que j’étais débarrassé de leur poison elfique à deux balles, je n’avais plus rien à craindre d’une représailles. Je n’aimais pas qu’on me force à faire quelque chose (comme la grande majorité de l’humanité je supposais), et maintenant que rien ne m’obligeait à les aider, je me considérais comme un individu extrêmement agréable de leur offrir cette opportunité. Et avec un peu de chance, Kaijin allait être emporté dans la mêlée.

En moins de quinze secondes, un autre cor répondit aux miens, et les sentinelles avertirent que les Elfes attaquaient. Ceux qui me considéraient, comprenant le double-jeu auquel je m’étais livré me regardèrent avec une haine accusatrice ; pour leur répondre, je haussai tout simplement les épaules. Puis je leur rentrai dans le lard, les deux cimeterres dans chaque main. Sans ménagement, mais sans chercher à tuer. Comprenant la puissance destructrice de mes armes, il valait mieux juste que je détruise toutes leurs lames, les mette hors-combat. Je fonçai au milieu mais repartis aussi vite que je pus après avoir fait voler des gens dans les airs.

Maintenant que c’était bien le bordel, racontons un peu la bataille qui s’engagea, ou en tout cas, le début. Parce que les Elfes, montant des cerfs comme les badass qu’ils sont chargèrent le fort avec leurs arcs. Ils se débarrassèrent rapidement des quelques soldats avec des flèches précises, puis d’autes flèches, enflammées, se dépêchèrent d’enflammer la porte, les remparts en troncs, ainsi que les tentes les plus proches. Que commence l’incendie, ouais. Ça va brûler un peu partout. Les Elfes ne restèrent pas devant les remparts à attendre les renforts : ils enfoncèrent la porte avec une colonne en bois robuste, aplatissant en quelques secondes une porte non gardée et affaiblie par des flammes de plus en plus prenantes.

J’avais perdu Kaijin de vue tandis que les Elfes lançaient l’assaut, ce qui était dommage car il ne fallait pas oublier qu’au début de cette aventure, j’étais censé partir pour le village le plus proche, refiler ce sale petit con aux autorités puis remporter des petits EV bien mérités. Mais maintenant, je pouvais tirer une croix si je le récupérais pas. Mais quelques soldats se mirent à m’assiéger, mais ils n’avaient pas vraiment de chance : ils étaient en armure, sous-entraînés, de simples PNJ sans vouloir les offenser, et de mon côté, je maniais le cimeterre comme une rapière. Je reculai doucement parce que je voulais m’éloigner du plus fort de la bataille ou votre survie ne tenait pas à votre maîtrise du combat mais plutôt à une probabilité de ne pas se recevoir un coup d’épée ou une flèche dans le dos, venant de n’importe quel camp (excusez pour cette réflexion Dark Fantasy). Je défaisais les combattants les uns après les autres, les désarmant les uns après les autres avec une aisance incroyable (en même temps, ils n’étaient pas de très haut niveau, et dans un monde MMORPG, c’était plus qu’une faiblesse : la promesse de faire 1 PV à son ennemi si par miracle si vous le touchiez).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Mordu
Messages : 948
Date d'inscription : 18/05/2011
Age du personnage : 17

Maraudeur des rêves
Kaijin Zared
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 435
Renommée: 1301
Honneur: -550
MessageSujet: Re: Noob, PNJ, level up ... Trop compliqué pour moi ... [PV : Ed Free] Mar 20 Mai 2014 - 0:08
Pendant que Ed s'amusait à souffler dans son cor, à rajouter une couche de bordel dans la forteresse, Kaijin, du moins l'amateur de chair humaine qu'il était devenu traça une ligne à travers la foule. Ses jambes, le menaient un peu n'importe où. Partout où il passait, il causait des dégâts, car une seule morsure, un seul coup pour certain, était susceptible de transformer n'importe quel autre voyageur ou créature en mangeur de viande méchant et féroce. Kaijin attrapa un homme et arracha sa trachée d'un coup de mâchoire. Pétrifié et livide l'homme s'écrasa au sol baignant dans son propre sang. Un homme chargea le zombie, qui attrapa le bras dressé et y préleva un bout de chair à l'aide de sa mâchoire.

L'épée de l'homme s'écrasa au sol, un hurlement de douleur accompagna la chute de l'arme. Kaijin se laissa tomber sur l'homme dont les yeux pleuraient. Le cadavre croqua la poitrine de l'homme arrachant ses vêtements sanguinolent. Il fouilla à l'intérieur du corps de ce dernier qui agonisait lentement, ses cris n'étaient plus aussi fort, il poussait des râles saccadés et plaintifs. Pendant ce temps : des cadavres tombaient, d'elfes ou de chevaliers. Les elfes avait un net avantage mais il perdait beaucoup d'hommes, mais pas plus que les chevaliers qui semblaient déborder par les événements. Tous étaient regroupés donnant la possibilité aux elfes de tirer des flèches avec précisions et abattre leur cibles tellement plus facilement. Les fantassins étaient agiles et tuaient au moins cinq de chevaliers en moyenne avant de mourir. Le leader elfe, quant à lui avait déjà quarante chevaliers morts à son actif.

Il cherchait Ed, pour le remercier. Une autre personne cherchait Ed, Herbert, par contre, ce n'était pas pour le remercier.

L'épaisse carrure d'Herbert fendait la foule. Il avait récupéré à un soldat une longue et tranchante lame ainsi qu'un imposant bouclier. Deux elfes décidèrent de l'attaquer l'un par devant comme diversion, perça la foule il laissa sa dague marquer le sol et sauta pour tenter de planter son arme dans l'épaule d'Herbert, l'épée de ce dernier embrocha la créature aux oreilles pointues et au cheveux blond. D'un mouvement sec, le cadavre fut projeté quinze mètres plus loin. Quant à l'autre, il apparu derrière l'homme, comme dans un manga, il devait frapper les jambes entre les faiblesses de son armure. Sauf qu'il fut décapité par la seule force du bouclier d'Herbert, qui imperturbable, continua d'avancer, comme dans un manga glauque. Ils font chier ces japonnais.

Le chef des elfes, parvint à se faufiler sous un homme tout en armure possédant une arme de la même taille que celle d'Ed. Une seconde plus tard l'homme tombé à terre, de son nombril à sa raie, une longue plaie parcourait son corps. L'elfe se releva énergiquement, ses pieds quittèrent le sol avec grâce, lorsqu'ils retouchèrent le sol, quatre gorges avaient été tranchées. Les hommes tombèrent à terre. Droit comme un piquet, l'elfe se remit à marcher avec tellement de charisme et d'aura que personne n'osa l'attaquer, mis à part une jeune femme tremblante, pétrifiée de peur devant lui. Il lui adressa un rapide regard et continua, elle tenta un mouvement, une lame transperça sa gorge, son cadavre s'écroula devant le regard imperturbable de l'assassin.

Pendant que les deux puissantes créatures montraient le contenu de leur pantalon, Kaijin tourna sa tête vers la droite, il se redressa lentement, en se dépliant tout aussi lentement, avec une démarche assez mécanique. De longs filets de sang coulaient de sa bouche, ses vêtements étaient drapés de sang. Il regarda Ed, dans les yeux. Il fit un pas les yeux écarquillés en faisant claquer ses dent, ses pas étaient maladroit, puis peu à peu il furent plus rapide jusqu'à ce qu'il soit en train de courir en direction d'Ed. Il envoya son bras droit contre le torse du claustrophobe pour le déstabiliser et tenter de lui croquer le ventre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2725
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 27

Explorateur Onirique
Ed Free
Explorateur Onirique

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 6959
Honneur: 984
MessageSujet: Re: Noob, PNJ, level up ... Trop compliqué pour moi ... [PV : Ed Free] Dim 25 Mai 2014 - 0:33
J’avais réussi à envoyer en l’air quelques forbans qui tentaient de me trancher la peau ; mes épées sifflaient dans les airs, et quand elles s’arrêtaient de produire leur note, généralement, c’était pour la substituer par une autre, plus grave, un énorme fracas contre du métal, ainsi qu’un hurlement de surprise ou de douleur. Des fois les deux, oui. Au lieu de me défendre pour parer à un encerclement, me rendant compte que j’étais assez parti de la mêlée principale pour espérer ne plus avoir de renfort énervant, j’escamotais les derniers soldats en faisant de mon mieux possible pour ne pas les tuer. Le dernier put me remercier car la projection que je lui fis faire lui procura une couverture en la personne d’une tente qu’il traversa en emportant la toile avec lui.

L’adrénaline de la bataille, les hurlements, les incendies, tout ça me donnait une énergie furieuse qui palliait ma faiblesse aux armes blanches. D’ailleurs, il était temps de les enlever (ce que fis difficilement, car il fallait d’abord passer par l’inventaire, puis les jeter, puis être sûr de les jeter, et paf, terminé, panneau, reviens dans ma main). Voilà, mon arme fétiche était de retour. Je l’introduis à un soldat tout gris de mailles qui s’envola avant même d’avoir pu terminer son mouvement. Et mon prochain adversaire fut… Oh oh oh… Kaijin…

Le pauvre semblait totalement déconnecté de la réalité ; il ne tiquait rien de ce qu’il se passait autour de lui. Mais j’avais besoin de lui pour toucher la récompense et le mettre derrière les fers. Heureusement, il avait décidé que je serais sa prochaine cible. N’était-il pas mignon… Il pouvait accélérer comme il le voulait, mes réflexes auraient pu l’intercepter s’il avait été deux fois plus vif. Pour le désarçonner sans trop me forcer, je fis un pas en arrière afin que sa propre attaque le déséquilibre, mais mon esquive fut brutalement arrêtée par un énorme plastron. Je tournai ma tête pour voir qui j’avais heurté, mais ce n’était qu’Herbert. Herbert qui voulait ma mort. Herbert et son épée qui allait me décapiter. Herbert qui m’empêchait d’échapper à Kaijin.

Les dents du petiot faillirent attaquer ma nuque, mais claquèrent dans le vide à la place, de quelques centimètres. Je l’enserrai puis me laissai tomber afin que nous deux puissions éviter le coup rapide du Lord Commandant qui n’était pas n’importe qui ; et il me fallait Kaijin vivant, je n’étais pas un meurtrier. Le pied d’Herbert allait aplatir la colonne vertébrale du zombie, et je dus faire une roulade en évitant une autre morsure afin de lui faire esquiver la sentence terrible (en roulant sur lui piteusement). Je revins sur le dos et me servis du jeune Voyageur comme d’un projectile que j’envoyais en plein dans sa tête. Il eut peine à se débarrasser de lui, le temps que je me relève et que je fus prêt au combat. Mais ce fut à son tour de cogner Kaijin (qui lui avait arraché une oreille) et de me l’envoyer. Je me baissai drastiquement, et celui qui se reçut le boulet fut le leader des Elfes approchant, qui semblait être aussi un grand combattant.
Un combat à quatre camps put commencer.

Je déviai lourdement la frappe d’Herbert, et tournai autour du zombie que l’Elfe avait rejeté et qui souhaitait maintenant me goûter à nouveau. L’Elfe sauta sur moi, utilisa mon épaule comme d’un appui pour qu’une de ses lames cherche à égorger le chef adverse. Son attaque permit de faire échouer le bouclier qui allait exploser la gueule de Kaijin, maintenant entre moi et Herbert, afin de parer l’attaque qui lui était destiné. Le zombie se dépêcha de vouloir me mordre et je réussis à bloquer sa mâchoire en y mettant la tige de mon panneau devant. Il mordit dedans, évidemment, c’était bon le métal, mais ses dents esquintèrent à peine l’Artefact. Il poussa avec la toute la force de ses épaules, mais la différence de puissance physique entre lui et moi était beaucoup trop grande. Je lui donnai un coup de pied qui le fit s’envoler quelques mètres, qu’il se prenne le plastron d’Herbert en pleine bataille. Je fonçai vers lui et tentai de l’assommer avec une dernière attaque, mais le Commandant, titillé par cette interruption, nous accorda un large mouvement d’épée qui me fit plonger vers le sol au lieu de mettre fin à la conscience de Kai.

Il dut se résoudre à affronter l’Elfe de nouveau (et ne dut sa survie que grâce à son armure puissante qui empêcha des dagues de s’enfoncer trop profondément dans sa chair) tandis que Kaijin se jeta sur moi au sol. Je le frappai pour éviter une morsure à la joue et on se releva en même temps. Je sentais que je l’aurais facilement, mais Herbert avait réussi à donner un coup à son adversaire qui le fit valdinguer sur Kaijin, et sur moi. On se retrouva tous les trois les uns contre les autres, moi ayant empêché chacun de tomber sur le sol. Le zombie tenta de se débattre et mordit ma veste à la place, qui me donnait plus de résistance. Je me reçus de plus un coup de coude de l’elfe qui paniquait car Herbert fonçait vers nous. Je pissais le sang, l’Elfe s’en allait et Kaijin et moi étions les cibles d’une charge féroce. Je pris Kaijin par le bras qui ne pouvait pas voir la menace (même s’il l’avait vue, il n’aurait pas cherché à fuir) et lui fis faire une ronde à bout de bras (il fut soulevé du sol par l’impact) et on esquiva ainsi l’attaque d’Herbert. Je lâchai Kai au milieu du mouvement et il réussit parfaitement à tomber sur l’Elfe qui se remettait encore de son pas de côté.

Le bouclier d’Herbert me rentra dans le nez, le fracturant salement et en me faisant émettre un bruit ignoble digne d’un goret. Mais il restait plus lent que moi, et je passai derrière son dos après un coup rapide de la pointe du panneau sur la joue. Son énorme épée fendit l’air en manquant ma tête, et quelques secondes plus tard, une dague de l’Elfe passa à cinq centimètres de mes côtes pour arrêter l’arme d’Herbert. Ils restèrent ainsi quelques temps dans un duel de force, et Kaijin fonça sur ma droite, et j’étais coincé entre quatre feux. Ce fut moi-même qui interrompis le ripement des deux lames avec mon panneau, me créant une voie pour fuir sur ma gauche, de peur que la proximité des deux combattants m’empêche de riposter convenablement à la charge de Kaijin. Sauf que maintenant, ce fut lui fut pris entre les deux combattants dont les épées volèrent pour lui faire la peau. Je parai l’attaque de l’Elfe, plus rapide, avec un bout de mon panneau, le fit tourner rapidement afin de dévier celle d’Herbert qui allait mettre un terme à la vie de Kaijin.

Ce dernier se dépêcha de vouloir mordre l’Elfe, et je dû décaler Kaijin et en le frappant dans les côtes pour qu’il ne s’attaque pas à Oreilles Pointues et que ce dernier ne l’embroche pas méchamment. Je parai le coup d’Herbert qui vint derrière moi, me retournai en volte-face pour me défendre encore une fois, puis sautai au-dessus de lui en l’ayant blessé à la tempe pour le déstabiliser et éviter d’avoir un Elfe et Kaijin dans le dos (même si je doutais que l’Elfe veuille ma mort). Ce fut justement le zombie qui réagit et qui, camouflé par moi, se jeta sur Herbert avant que celui-ci ne puisse interposer son bouclier. Ce fut maintenant sa joue qui fut la cible de Kai, et il hurla quand celui-ci voulut arracher sa chair. Mais fallait croire qu’il avait le cuir plus solide que celui dont était habitué le zombie car il n’eut pas le temps de l’arracher que l’elfe était déjà là et cherchait à frapper sur le côté le coup de son rival. Par miracle, Herbert réussit à se défendre maladroitement, mais suffisamment pour éviter d’y passer. Il prit Kaijin qui ne lui laissa que la moitié du biftek prévu, et le balança (décidément…) sur l’autre guerrier, prêt à embrocher le Voyageur sur ses épées. Je réussis à attraper Kaijin par le bras et à le tirer avant qu’il ne décède.

Puis il se réveilla d’un coup et ma main se referma sur rien. Ah bah merde, ma prime. Déjà le matin ?
Les deux derrière continuèrent leur affrontement, mais je n’en avais cure. D’ailleurs, le temps que je décide de faire quelque chose afin de conclure cette aventure, et je m’évanouis à mon tour, trente secondes après lui.
En ce qui nous concernait, l’Event était terminé. Je serais intéressé par savoir ce qui s’était passé après, mais sérieusement, retourner à Park of Games pour une soirée, nan merci. J’étais saturé de cette connerie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Noob, PNJ, level up ... Trop compliqué pour moi ... [PV : Ed Free] Aujourd'hui à 22:50
Revenir en haut Aller en bas

Noob, PNJ, level up ... Trop compliqué pour moi ... [PV : Ed Free]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 2 :: Park Of Game-