Haut
Bas

Partagez|

Un superbe spectacle de marionnette [Pv Lucas Noah et Jac]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 249
Date d'inscription : 30/01/2013
Age du personnage : 25

Citoyen modèle
Noah Alighieri
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 350
Honneur: -15
MessageSujet: Un superbe spectacle de marionnette [Pv Lucas Noah et Jac] Mer 6 Mar 2013 - 17:42
"Kyaaaaah"

Les pleurs des enfants résonnaient aux oreilles de Noah comme le bruit des ongles contre un tableau noir, oui, on peut dire qu'il détestait les enfants autant qu'il détestait les blonds. Pourquoi les blonds? Il ne savait pas, ils le mettaient juste à bout. Tout compte fait, son voyage à Circus Attraction n'allait pas être de tout repos comme il l'avait fortement espéré, car le marionnettiste qui était sur scène en ce moment, était plutôt du genre a gâcher ses vacances et là, lui et Noah n'allait pas être les meilleurs amis du monde. De plus, il avait une affaire personnelle contre lui. Mais d'ailleurs comment c'était-il retrouvé là? Revenons il y a maintenant deux jours.

Deux jours avant cet évènement...

Noah s'était rendu à Circus Attraction car il avait entendu parler d'un nouveau spectacle, un certain Jeff, un voyageur, faisait un spectacle de marionnette qui, disait-on, ravissait les petits et les grands. Il était de passage à Delirium City pour ensuite se rendre à la Tour des Arts lorsqu'un homme bouteille lui avait remis un trac puant le vomi. Sur celui-ci était écrit:

"-Jeff le marionétiste pour peti è gran a Cirqusse Atracssion. Vené nonbreu! Entrez gratuit."

Il avait déjà vaguement entendu parler du spectacle mentionné sur le tract. Et comme Circus Attraction était sur sa route, il allait y aller, même si c'était la gratuité du spectacle qui avait eu raison de la mauvaise publicité du tract. Ne se doutant pas du massacre qui allait s'y passer, Noah continuât tranquillement sa route à travers Delirium City, évitant les diverses déjections des reveurs en tout genre. Il fallait le dire, il déteste Deliruim City et surtout ses habitants. Continuant sa route à travers les bâtiments qui ne cessaient de changer de place, manquant de se faire écraser par une canette de bière, de perdre une jambe à cause de toilette cannibales, Noah continua paisiblement sa route pour arriver à Circus Attraction.

Jusque là, c'est le déroulement d'une journée "normale", en incluant bien sûr que dans DreamLAnd, le mot "normal" n'est qu'un mot presque dénué de sens. De toute part, des clowns et des cracheurs de feu faisaient leurs numéros, mais les gens avaient l'air de ne pas s'en rendre compte, comme si c'était comme ça tout les jours. Et c'était vraiment comme ça tout les jours, mais Noah lui, prit son temps et regarda chaque troubadour, cracheur de feu clown et artiste en tout genre jusqu'à la tombée de la nuit. "Hum... Je comprends pourquoi les gens d'ici n'y prêtent plus attention, c'est brabant au final. Se relevant de la pelouse sur laquelle il s'était assis, Noah se mit en quête d'un hotêl qu'il trouva presque directement en contournant une grande roue. L'auberge, de mauvais gout en raison des volets verts qui contrastaient étrangement avec le rose de la façade eut raison de Noah en affichant des prix étrangement bas. "5 EV pour une nuit." Noah n'hésita pas une seconde et rentra dans l'auberge, poussant les battants de la porte de bois qui ressemblaient étrangement aux portes d'un saloon.

Une odeur boisée arriva aux narines de Noah. Tout, tout ici était fabriqué en bois du sol au plafond, d'ailleurs ce fut un petit bonhomme de bois qui vint le saluer au comptoir. "Bonjour que voulez- vous?". étonné qu'un bonhomme de bois puisse parler, Noah mit du temps a réaliser la teneur de ce qu'avait dit le petit bonhomme:

"Euh... Eh bien, je voudrais une chambre s'il vous plait.
- Voici les clés, clé qui apparurent quelques secondes plus tard dans un petit nuage de fumée
-Merci.
-Passez une bonne nuit!"

Noah pris son sac et monta dans la chambre "4" tel qu'était indiqué sur le petit badge accroché au trousseau de clé. Introduisant la clé dans la serrure sur laquelle il eut besoin de forcer, Noah pousssât la porte qui émit un léger grincement. S'affalant de tout son long sur le lit, Noah sombrât dans les bras de Morphé sans même daigner enlever son manteau.

"Excusez-moi"

Noah se réveilla l'esprit un peu embrumé par le sommeil pour se retrouver nez à nez avec une autre personne. C'était surement elle qui l'avait réveille. De longs cheveux bleus lui descendaient sur le front, s'arrêtant aux niveaux de deux yeux bien ronds et vert. Se frottant les yeux pour chassez le sommeil Noah peinât a articuler "Oui quoi?" Avant de pousser un bâillement retentissant. La femme qu'il avait devant lui se mit à bégaier l'air affolée:

"-Il..il.Il faut partir... et vite.
-Mais pourquoi?
-Le... le marionnettiste de la chambre... 6..
-Oui et bien quoi?
-Il.. il veut me tuer.
-Pourquoi?
-J'ai... j'ai abimé sa marionnette, je l'ai faite tombé.
-Et c'est tout?
-Qu.. quoi? C'est tout... mais, il a son spectacle demain et...
-Juste pour ça?
-Oui
-Quel connerie
-Mais c'est pas... Une.. Une
-Bon dégage là je dors!

Raphael repoussa la fille jusqu'à la porte et se rendormit paisiblement. Il avait bien vu un marionnettiste sortir de l'auberge, mais il n'avait pas l'air bien dangereux. Lorsque le matin arriva, Noah s'en alla, comme si de rien était. Mais partout, tout le monde parlaient d'une mystérieux meurtres qui s'étaient passé la nuit dernière. Une jeune femme avait été retrouvée empalée sur une des attractions. Les rumeurs allaient de bon train, voleurs, serial killer, l'imagination collective, stimulée par la peur d'un ennemi invisible commençait a s'embaler jusqu'a prétendre à l'attaque d'un autre royaume. Noah lui avait une legère idée de ce qui s'était passé; "La fille d'hier soir, c'est.. c'est peut être elle." Noah avalât sa salive comme si c'était obligatoirement elle. Et si c'était elle, il allait surement se sentir coupable pendant un bon bout de temps. Mais il relativisa vite "On ne tue pas des gens juste pour une marionnette qui tombe..." Enfin il espérait qu'on ne tuait pas pour ça. Ca lui rappela d'ailleurs que le spectacle qu'il voulait voir commençait aujourd'hui. Il se dirigeât donc vers le chapiteau des spectacles, sous le ragots de diverses personnes qui parlaient encore de l'accident, la peur les poussant à accuser la moindre personne suspecte. et ce n'est pas Noah avec son long manteau noir qui lui descendait jusqu'au pied qui était le dernier des suspects. Il entendit plusieurs fois la description de la fille qui venait d'être assassinée "Oui, avec de longs cheveux bleus" ou bien encore "Quand Charles la découverte, elle le fixait avec ses grands yeux verts!" Decidemment, Noah se sentait de moins en moins à l'aise au fur et à mesure qu'il progressait vers le chapiteau qui profilait déjà sa pointe a l'horizon.

Noah entra dans le chapiteau et s'asseyat devant de la scène. Quelques instants plus tard, les lumières s'éteignirent et un homme de taille moyenne apparut sous les applaudissements, tenant une marionnette géante à ses coté. Noah eut un haut le coeur " Lui! Mais... Mais non!" En effet, ce marionnettiste était celui qu'il avait croisé la veille. "Pure coïncidence" se dit Noah qui cherchait toujours a nier les faits, comme pour se protéger d'une vérité blessante. Mais ce qu'il fit quelques secondes plus tard dissipât tous ses doutes. Sur la robe de la marionnette, du sang avait séché autour d'une mèche de cheveux bleus. Noah détournât la tete, l'air coupable. De plus, la marionnette était légèrement abimée sur le flanc droit, mais rien de très important.

Retour au présent

Cela faisait déjà quelque secondes que le marionnettiste effectuait son petit tour. Les enfants commençaient tous à pleurer. En effet, le spectacle n'était pas ce qu'il y avait de réjouissant. La plus grande des marionnettes, celle qui avait été abimée, découpait des brebis grâce à un couteau géant. Noah lui même avait un haut le coeur. Alors c'était ça le spectacle tant attendu? Après quelques minutes, le marionnettiste disparut derrière les rideaux de velours rouge.

Noah sortit du chapiteau, même si le spectacle continuait. Il fallait qu'il l'arrête, ne serait-ce que pour sa propre satisfaction, la paix avec son subconscient qui lui criait "Tu aurais du l'aider! Tu aurais du l'aider". Se dirigeant vers les coulisses en contournant le chapiteau, Noah se sentait plus coupable que jamais. Enfilant sa capuche et se faufilant vers la loge, Noah toqua à la porte. Le marionnettiste l'ouvrit quelques instants plus tard. Noah eut du mal à ne pas s'enfuir devant le meurtrier. Il tremblait de la tete au pied. Il fallait qu'il garde son sang-froid, mais déjà la colère lui montait au nez. Il déclara d'un ton sec:

"-Bonjour, le meurtrier."

A ce moment il sut qu'il ne pourrait plus faire marche arrière.



[HRP] Bon, j'avais pas trop d'imagination, si vous voulez changer quelque chose, dites le moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 166
Date d'inscription : 28/06/2012
Age du personnage : 19

Nouveau challenger
Lucas Emerillon
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 80
Renommée: 325
Honneur: - 95
MessageSujet: Re: Un superbe spectacle de marionnette [Pv Lucas Noah et Jac] Ven 8 Mar 2013 - 13:36
Voilà près de deux semaines que Lucas avait perdu sa mère, son dernier lien le rattachant encore à sa famille natale. Depuis, il n'avait plus le morale. Il n'osait même pas se rendre en cours et bien pire encore, il rejetait toute personne tentant de venir lui parler. Il traversait une période démoralisante. La plupart du temps, il partait se reposer dans sa chambre et se promener dans Dreamland afin de se remettre en question. D'autre fois, il s'affalait sur son canapé et se regarder des films toute la journée en mangeant tranquillement quelques cochonneries. Ce jour-là fut l'un de ceux-là. Il s'était installé calmement sur son sofa et, tout en allumant sa télé, dévora une poignée de curly. Il se mata les trois premiers épisodes de la saga Star Wars avant de retourner se coucher, alors même que quinze heures sonnaient. Il mit un certain temps à réussir à s'endormir, mais il y parvint tout de même, juste avant de repenser à sa mère. Et à ce même moment, il décida qu'il devrait voir quelque chose qui lui permettrait de lui rendre la pêche.

***

L’électrophobe apparut en pleine milieu d'une grande plaine verdoyante. Au loin, des dizaines de lumières étaient visibles, indiquant qu'il avait de l'activité. Lucas, avant de se diriger vers le lieu inconnu, se dit qu'observer les alentours ne lui ferait pas de mal. Il scruta donc le paysage. Étalé sur environ une bonne dizaine d'hectare, l'endroit grouillait d'êtres vivants, en particulier de créatures des rêves, mais l'on voyait quelques fois des rêveurs se promener ou même gambader dans le coin. L’atmosphère qui régnait était douce et chaleureuse, montrant de façon concrète que ce royaume était paisible. Le voyageur arbora un sourire joyeux avant de partir vers les lumières. Une longue marche de près de vingt minutes lui prit pour rejoindre sa destination. Arrivé là-bas, il comprit tout de suite qu’il avait bien fait de venir ici. Un parc d’attractions, c’était ce qui représentait l’endroit en gros. Un immense lieu de loisir s’offrait au garçon. Une grande roue, des cirques, des attractions en tout genre tel que des montagnes russes … Beaucoup de gens s’y trouvaient. Des queues à n’en plus finir s’était formé de partout, montrant toute l’attirance de ces objets de loisirs. Le garçon ne s’en préoccupa pourtant pas. Il préférait trouver de quoi vraiment s’occuper. C’est là qu’il tomba sur le magicien. A côté de lui, une jeune fille aux cheveux bruns se tenait, immobile, le regard pointant dans une direction fixe, et rien ne semblait la distraire de ce qu’elle faisait. Mais le plus étrange chez elle restait ses paupières. Elles ne battaient pas. Ses yeux étaient donc éternellement ouverts. En dehors de tout ça, la demoiselle était magnifique. Robe blanche, peau quelque peu froide, des collants rouges et blancs. En complément à cela, la couleur de ses yeux était grise. Le magicien, quand à lui, était bien différent. Si la fille mesurait dans le mètre soixante, lui atteignait les deux mètres. Un chapeau ornait sa tête, cachant en même temps son visage. Pourtant un petit sourire diabolique était visible. Son corps, une impressionnante corpulence, avait sur lui un très beau costard noir et blanc, ainsi que de beaux gants fins sur ses mains, de la même couleur que ses cheveux, qui indiquaient qu’il était un peu vieux. Enfin, son pantalon, qui se mélangeait presque à son haut et ses chaussures, de magnifiques bottes gothiques, lui donnait un air lugubre. Alors que Lucas l’observait, le magicien s’entraînait à accomplir l’un de ses petits tours. Beaucoup de créatures des rêves, tous enfants, le regardaient d’un air concentré, comme hypnotisé par ce qu’ils voyaient. Certains adultes surveillaient également leurs rejetons par peur qu’ils leur arrivent quelque chose. Et ils avaient raison d’être méfiant envers l’homme, même si celui-ci ne s’était pas encore montré au grand jour.

Lorsque la nuit tomba, tous étaient partis excepté le voyageur, qui tenait à parler au magicien. Ce dernier s’était replié dans son hôtel. C’était une assez belle bâtisse. Malheureusement, la couleur des façades roses mélangés à celle des volets verts étaient tout sauf beau. Et à l’intérieur, ce n’était pas mieux. Toutes les fondations étaient taillées dans le bois. Même les créatures du lieu étaient en bois. De vrais Pinocchio ! C’était assez marrant et flippant à voir. Lucas demanda à avoir une chambre et c’est qu’il demanda à celui qui donnait les clés des chambres si le prix d’une chambre pour une nuit était bien de 5EV. Le pantin lui répondit oui et c’est alors que son nez s’allongea un peu. Le voyageur lui posa la même question mais à une élévation du prix de 10EV. Une nouvelle fois, la créature répondit oui et son nez grandit encore. Finalement, elle finit par avouer et déclara que le véritable prix d’une couchette pour une nuit dans cet endroit était de 45EV. L’ayant mis à jour, Lucas obtint du pantin une seule nuit gratuite dans l’hôtel. Enfin bon, lui il s’en fichait. Il tenait juste à discuter avec le magicien. La plaquette de sa clé indiqua la chambre neuf. Il s’y rendit calmement et s’y posa quelques minutes afin de voir si le lit valait vraiment son équivalent en EV. Et bizarrement, il le valait. Et même, d’après les calculs du jeune homme, un peu plus. Il ne s’attarda pas plus longtemps dans cet endroit et décida de chercher son homme. Il regarda dans la pièce numéro huit, mais personne ne s’y trouvait. A la septième porte, on entendait de curieux bruits et le voyageur préféra ne pas y penser. C’est là qu’il s’arrêta à la sixième porte. Le garçon commençait à franchir le palier lorsqu’une demoiselle aux cheveux bleues ciel le poussa. Elle semblait bien apeurée. L’invocateur se dit alors que s’il tentait de pénétrer dans le lieu de repos du magicien, il en mourrait, mais il préféra courir le risque. Il se releva péniblement et entra dans la chambre. L’atmosphère qui y régnait était horrible. L’homme qui se trouvait là était entré dans une colère noire. Devant lui, la demoiselle, placé en T. C’est là que le jeune homme comprit que la jeune femme était une marionnette. Il vit également pourquoi la fille s’était barrée en courant. Le pantin avait une belle trace sur le flanc droit. Le magicien, pendant ce temps, s’était démangé les poings contre l’armoire de la pièce. Un bon gros trou en demi-sphère s’y était formé. La puissance de cet homme quelque peu impressionnante. Ce dernier vit alors le garçon qui l’observait. Pris de rage, il s’élança vers le jeune homme qui l’arrêta avec l’aide de Laurent, avec qui il réussit à projeter le magicien au sol. Mais il parvint à utiliser son pouvoir juste avant. Il fit un mouvement de sa main droite et la poupée inanimée sortit soudain de son sommeil, un couteau à la main. Elle attaqua l’invocateur, qui fut touché au bras. C’est là qu’il stoppa la marionnette au corps, qu’il balança contre le mur. Le pantin n’eut aucune blessure, mais ceci sonna la fin du combat. Le magicien se releva et vint saluer le jeune homme, lui demandant ce qu’il venait faire là. Il avait trouvé le moyen de se calmer et d’avoir le temps de prendre une expression plus jovial. Lucas lui dit alors qu’il cherchait à savoir s’il pouvait se joindre à lui, afin de servir d’assistant au spectacle, ou même de sorte d’entracte entre les numéros. Le marionnettiste lui accorda sa requête à la seule condition de retrouver la jeune fille qui avait abîmé son jouet. C’était donc un voyageur. Plutôt puissant d’ailleurs.

L’invocateur sortit de la chambre de l’homme afin de le laisser se reposer pour sa prochaine performance et partit à la recherche de la fuyarde. Il ne mit pas longtemps à la dénicher. Caché dans l’une des attractions, Lucas la cueillit à l’arrivée avant de la ramener à son nouveau compagnon de galère. Quand il lui remit la demoiselle, l’électrophobe fut complimenté par le magicien avant de s’en aller dans sa piaule, où il se reposa jusqu’à la venue du spectacle. Quelques heures auparavant, il avait déjà été rappelé par son employeur pour l’aider à tuer discrètement la fille, qu’il empala sur l’un des grands poteaux de son cirque. Elle n’eut même pas le temps de crier qu’elle avait déjà perdu son souffle. Elle était quasiment morte sur le coup. Lucas aurait bien aimé le faire aussi mais il préférait la jouait cool pour le moment. Ensuite, après leur petit meurtre, les deux acolytes temporaires étaient partis s’entraîner chacun dans leur coin, le magicien affinant ses tours, le garçon s’occupant de créer de quoi occuper les spectateurs. Et puis le jour revint et l’heure de faire ce spectacle était venu. La salle s’était rempli en très peu de temps, et la plupart des spectateurs étaient surtout des enfants et des créatures. Lucas, depuis les coulisses, remarqua le grand homme aux cheveux gris qui s’était installé vers le fond des gradins. Il vit également quelques voyageurs apparaître dont un qui semblait porter une tenue identique à la créature qui l’intriguait. Pendant que tout ce petit monde se plaçait, le jeune homme enfila son costume. Un déguisement ridicule me diriez-vous ? Sûrement pas. Bon, enfin les lumières s’éteignent, de la fumée se matérialise dans l’espace, et le magicien apparaît au grand jour. Saluant son public comme il se doit, il présenta en quelques mots le contenu de ce qu’il allait faire, puis il commença son premier tour. Une œuvre quelque marrante et dégoûtante. Il faisait apparaître aux yeux de tous des brebis affolées. Puis il appela sa marionnette qui parut, un énorme couteau à la main. Et de là, elle se mit à trancher comme du beurre les pauvres petits animaux en deux. Des cris stridents s’échappèrent de toute la salle. Certains se décidèrent à partir, préférant ne pas assister à la suite. D’autre semblèrent concentrés et n’osèrent pas esquisser un mouvement. Ils devaient sûrement avoir compris que les brebis ne mourraient pas vraiment et qu’elles apparaissaient dans les coulisses derrière. Lorsque la poupée trucida la dernière victime, le magicien se retira directement. La plupart du public était choqué. Lucas se devait donc d’être assez convainquant pour remonter le moral des troupes. Il chopa une boîte situé sur la table devant lui sans vraiment la regarder et s’élança sur la piste. Il vit que la créature qui l’intriguait venait de sortir du cirque. Bah, au moins, il ne serait pas déconcentré par la vue de celui-ci. Bon, le voyageur se retrouva au milieu du cirque, le sourire jusqu’aux oreilles, en costume de génie, prêt à faire son numéro. Mais avant il se mit dans le ton.

« – Cher public, afin de vous montrer que nous sommes gentils avec vous, je vous offre chacun un objet de cette boîte. Tenez ! »

Il grimpa dans les gradins et donna leur cadeau aux spectateurs. La distribution achevé, il redescendit sur le sol et rejoint les coulisses pour demander de monter sa roue. En revenant sur la piste, il eut une surprise. Tout le monde riait, chantait et souriait. C’est là qu’une voix lui fit comprendre ce qui se passait.

« – P’tain, mais elle est où, ma beu ? »

Et merde ! Lucas les avait tous drogué ! Bon au moins, il pourrait faire son numéro sans interruption. Ce qu’il avait demandé apparut depuis une trappe sous le cirque. Sur la roue, une personne attendait. Le voyageur sortit les cinq couteaux qui étaient dans sa poche et se prépara à commencer son tour. Il lança le premier couteau, qui atteignit à un cheveu près sa tête. Le second couteau toucha la limite de la roue avant de retomber par terre. Le public n’eut comme réaction que des rires joyeux. Mais le troisième lancer fut beaucoup moins chanceux. L’arme blanche dériva vers la gauche et se planta curieusement dans le crâne d’un des gamins, qui mourra sur le coup. Aucun ne réagit mais en même temps, tout le monde s’en foutait, Lucas pouvait faire ce qu’il voulait avec les spectateurs. Mais juste avant d’amorcer son quatrième lancer, une phrase parvint à son oreille.

« – Oh, il est mort le gamin ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Un superbe spectacle de marionnette [Pv Lucas Noah et Jac] Sam 9 Mar 2013 - 0:29
Cela fait de nombreuses nuits que j’entends dire que de nombreux voyageurs ou, autres habitants de Dreamland, en parlent. Je peux encore me souvenir de cette rockeuse ; une jeune fille sexy, au corps parfait, pantalon et top noir, tatouage sur le bras droit et un anneau sur le coin droit de sa lèvre inférieure. Elle m’en parlait, les mains posées sur les hanches, le buste penché en avant me laissant apercevoir ses… très beaux pendentifs, l’un avec une tête de mort, l’autre avec une croix. J’avais hésité à lui demander de faire équipe avec moi car, elle aussi était une voyageuse. Mais, je ne connaissais pas son pouvoir. Je voulais juste faire équipe avec elle car, elle était trop… bonne pour raconter des blagues. Cependant, j’ai une copine Monsieur ! Et même si c’est dans Dreamland, je ne l’a trahirais pas.

Enfin, bref ! J’y étais finalement, dans CIRCUS ATTRACTION, la ville de tous les amusements. Enfin… Si seulement on pouvait appeler ça une ville. Dans la vie réelle, j’en ai déjà vu des parcs d’attractions mais, pas des comme celui-là. À peine à l’entrée du lieu, je jubilais déjà ! Mes sens étaient submergés par tous ce qui m’entourait. Des lumières partout et de toutes les couleurs ! C’est comme si on avait mis des arcs-en-ciel dans des grenades à fragmentation et qu’un homme complètement fou s’était amusé à courir tout nu dans les rues en jetant ses explosifs, un peu partout.

Il y avait de la musique, enfin… Plutôt une sorte de quincophonie, un mélange absolument absurde de sons et d’instruments. Mon oreille droite n’entendait pas la même chose que l’autre oreille. Dans l’une : un mélange d’accordéon, jouant une symphonie folle ; le genre de symphonie sur laquelle on verrait une petit singe en costume de clown danser. Toujours avec la même oreille, je pouvais entendre une guitare jouant un air de musique gitane. De l’autre, comme une sorte d’orchestre ; un mélange d’instruments, aussi nombreux et diversifiés que les super-héros de bande dessinée ! Il m’était impossible de savoir s’ils jouaient ensemble ou animaient des évènements différents.

Je ne bougeais pas. J’étais comme tétanisé par tant de joies, tant de bonheur, tant d’amusement et d’émotions. Je ne voulais que m’amuser… Mais, je voulais aussi rester là pour continuer d’observer et de m’imprégner de l’ambiance qui régnait ici. La bouche légèrement entre-ouverte, je commençais à saliver face aux odeurs que je pouvais sentir. Une intense odeur de sucreries, de barbe à papa, de sucres d’orges, de pommes d’amour et d’autres bonbons qui n’existent que dans ce monde onirique. J’étais submergé par ces odeurs sucrées jusqu’à ce qu’un groupe de personnes passe à côté de moi, créant un courant d’air et apportant à mes narines une autres odeur subtile. La friture et tout ce que l’on peut mettre dedans : en allant des churros jusqu’aux frites et autres cochonneries qui vous font regretter de les avoir mangés.

Un sentiment, une émotion, je dirais même une pulsion, me monta à la tête. J’étais rempli d’une fougue électrique. J’étais capable de tout et j’étais bien déterminé : Chris était là. Pour ceux qui ne le connaissent pas, Chris, c’est celui qui est prêt à tout pour avoir ce qu’il désire. Je ne pouvais plus rester là à m’impatienter. Je me mis à courir. C’était comme si j’étais dans une mer de saveurs olfactives, percuté par les nombreux rayons lumineux et sonores ; je me précipitais vers les stands, m’achetant tout ce que je pouvais dévorer.

« ……… »

Cela faisait 2 heures que j’étais là et je n’en avais pas assez. Malheureusement, mon estomac ne pouvait plus rien stocker. J’avais l’impression que mon ventre allait exploser ! Et, c’est en trouvant un petit coin tranquille près d’un arbre que, je posais mes fesses. Le dos contre le tronc, je terminais de siroter mon soda, goût fruit bleu explosif, et le terme explosif est encore faible. À chaque gorgée, chaque fois que le liquide touchait ma langue, un mélange complexe et très recherché de saveur se faisait ressentir. Chacune des parties de ma langue pouvaient me transmettre le message d’un parfum différent. Une saveur sucrée et, en tout lieu, très contrastée. J’avais même l’impression que je pouvais voir les couleurs des parfums à l’intérieur de ma boite buccale.

Assis là, en plein milieu de tout le monde, je commençais à somnoler. Qu’y a-t-il de plus ironique que de somnoler dans le monde des rêves ? Mais, même si j’avais déjà du mal à lever le moindre petit doigt, il fallait que je me bouge car, il y avait tellement de chose que je devais faire… Après la bouffe, après avoir ingéré tant de calories et d’énergie, il fallait dépenser tout cela ! Je me relevais difficilement, prenant appui sur les genoux à l’aide des mains. Une fois debout, je sentais la peau de mon ventre se tendre.

Je m’avançais difficilement vers les attractions. Le tissu jaune du t-shirt sans manche que je portais, était moulant, mais uniquement au niveau de mon ventre, me donnait une certaine allure. Mon pantalon, normalement bleu, était taché de graisse au niveau de la cuisse droite, quelque chose de difficilement percevable. Je ne savais pas par quoi commencer : sauter dans une grande roue ou tenter les attractions à fortes sensations ? Finalement, je préférais tenter le train fantôme, une petite frayeur m’aiderait surement à digérer ou à vomir, tout dépendait de l’attraction.

Après quelques minutes de recherche, je trouvais un fameux voyage de l’horreur. L’attraction se dénommait « Direction abomination ». Mouais… Pas trop accrocheur comme nom, mais bon. Je me suis installé, après avoir payé et donné mon ticket au gugusse qui prend celui-ci (vous savez, il y a toujours un mec qui vient prendre votre ticket, attache votre barreau de sécurité en vous le compressant contre vos… hanches ?). J’étais dans un petit train de deux wagons, seul dans le mien, et un couple dans celui en face de moi. J’aurais moi aussi aimé le faire avec ma chérie… Mais, voyons plutôt ce que ça donne.

Le wagon commença à avancer, dans un petit bruit de frottement métallique. Nous nous enfonçâmes directement sur la droite, dans un noir total. La suite, comment la décrire… Eh bien… Des mannequins sur lesquels sont posés des vêtements et des masques de monstres. Il y avait aussi des gens déguisés en vampire ou autre lycans. À partir d’un moment, je sentis une main sur mon corps : des gestes rapides et brefs, allant dans mes poches. Je saisis le gobelet que j’avais toujours en main, en me servant de mon pouvoir. L’aura lumineuse apparue autour de l’objet. L’endroit étant légèrement éclairé, je pouvais voir le pickpocket qui était un des hommes déguisé. Projetant mon gobelet sur la tête du voleur, je détachais la barre qui me retenais sur le siège et alla choper le délinquant. Apparemment, je lui avais foutu un sacré coup sur la tête ! Je le trainais par le col jusqu’au guichet de vente pour signaler cela au gérant, ou du moins au vendeur.

Celui-ci n’avait pas l’air très surpris des activités illégales de son subordonné et tout ça sentait l’embrouille. Je ne savais pas comment réagir : péter un plomb ou m’en aller sans rien dire ? Je ne devais pas créer un scandale mais, je ne m’en irai pas sans rien dire ! Alors, j’ai choisi de réclamer au bougre de me rembourser le tour, ce qu’il refusa. La seule chose que je voulais faire, c’était lui foutre mon poing dans la tronche mais, évitons de se faire voir comme quelqu’un de violent. Je me mis en hauteur, en montant sur un petit piédestal situé pas loin, je pris une grande inspiration et me mis à hurler :

« SI VOUS VOULEZ VOUS FAIRE FOUILLER LES POCHES ET VOLER VOTRE ARGENT, LE MEILLEUR ENDROIT POUR CELA EST L’ATTRACTION APPELLÉE « DIRECTION ABOMINATION » ! IL EST TRÈS IMPORTANT QUE VOUS FASSIEZ PASSER LE MESSAGE, LE GÊRANT Y TIENT ÉNORMÉMENT ! »

Cela ayant calmé mon ardeur, je repartais vers d’autres attractions. Je m’arrêtais près d’un lieu apparemment inaccessible. Deux, trois personnes empêchaient d’entrer sur le site. Après leur avoir posé des questions, il y avait eu récemment un meurtre sur lequel il y avait encore une enquête. Je me posais sur un rebord, près d’un cirque, pour déguster la barbe à papa rose que je venais de m’acheter, me demandant ce qui pourrait être intéressant à faire maintenant dans cette ville si exceptionnelle.

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 249
Date d'inscription : 30/01/2013
Age du personnage : 25

Citoyen modèle
Noah Alighieri
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 350
Honneur: -15
MessageSujet: Re: Un superbe spectacle de marionnette [Pv Lucas Noah et Jac] Mar 12 Mar 2013 - 18:26