Haut
Bas

Partagez|

Un superbe spectacle de marionnette [Pv Lucas Noah et Jac]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 249
Date d'inscription : 30/01/2013
Age du personnage : 24

Citoyen modèle
Noah Alighieri
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 350
Honneur: -15
MessageSujet: Un superbe spectacle de marionnette [Pv Lucas Noah et Jac] Mer 6 Mar 2013 - 17:42
"Kyaaaaah"

Les pleurs des enfants résonnaient aux oreilles de Noah comme le bruit des ongles contre un tableau noir, oui, on peut dire qu'il détestait les enfants autant qu'il détestait les blonds. Pourquoi les blonds? Il ne savait pas, ils le mettaient juste à bout. Tout compte fait, son voyage à Circus Attraction n'allait pas être de tout repos comme il l'avait fortement espéré, car le marionnettiste qui était sur scène en ce moment, était plutôt du genre a gâcher ses vacances et là, lui et Noah n'allait pas être les meilleurs amis du monde. De plus, il avait une affaire personnelle contre lui. Mais d'ailleurs comment c'était-il retrouvé là? Revenons il y a maintenant deux jours.

Deux jours avant cet évènement...

Noah s'était rendu à Circus Attraction car il avait entendu parler d'un nouveau spectacle, un certain Jeff, un voyageur, faisait un spectacle de marionnette qui, disait-on, ravissait les petits et les grands. Il était de passage à Delirium City pour ensuite se rendre à la Tour des Arts lorsqu'un homme bouteille lui avait remis un trac puant le vomi. Sur celui-ci était écrit:

"-Jeff le marionétiste pour peti è gran a Cirqusse Atracssion. Vené nonbreu! Entrez gratuit."

Il avait déjà vaguement entendu parler du spectacle mentionné sur le tract. Et comme Circus Attraction était sur sa route, il allait y aller, même si c'était la gratuité du spectacle qui avait eu raison de la mauvaise publicité du tract. Ne se doutant pas du massacre qui allait s'y passer, Noah continuât tranquillement sa route à travers Delirium City, évitant les diverses déjections des reveurs en tout genre. Il fallait le dire, il déteste Deliruim City et surtout ses habitants. Continuant sa route à travers les bâtiments qui ne cessaient de changer de place, manquant de se faire écraser par une canette de bière, de perdre une jambe à cause de toilette cannibales, Noah continua paisiblement sa route pour arriver à Circus Attraction.

Jusque là, c'est le déroulement d'une journée "normale", en incluant bien sûr que dans DreamLAnd, le mot "normal" n'est qu'un mot presque dénué de sens. De toute part, des clowns et des cracheurs de feu faisaient leurs numéros, mais les gens avaient l'air de ne pas s'en rendre compte, comme si c'était comme ça tout les jours. Et c'était vraiment comme ça tout les jours, mais Noah lui, prit son temps et regarda chaque troubadour, cracheur de feu clown et artiste en tout genre jusqu'à la tombée de la nuit. "Hum... Je comprends pourquoi les gens d'ici n'y prêtent plus attention, c'est brabant au final. Se relevant de la pelouse sur laquelle il s'était assis, Noah se mit en quête d'un hotêl qu'il trouva presque directement en contournant une grande roue. L'auberge, de mauvais gout en raison des volets verts qui contrastaient étrangement avec le rose de la façade eut raison de Noah en affichant des prix étrangement bas. "5 EV pour une nuit." Noah n'hésita pas une seconde et rentra dans l'auberge, poussant les battants de la porte de bois qui ressemblaient étrangement aux portes d'un saloon.

Une odeur boisée arriva aux narines de Noah. Tout, tout ici était fabriqué en bois du sol au plafond, d'ailleurs ce fut un petit bonhomme de bois qui vint le saluer au comptoir. "Bonjour que voulez- vous?". étonné qu'un bonhomme de bois puisse parler, Noah mit du temps a réaliser la teneur de ce qu'avait dit le petit bonhomme:

"Euh... Eh bien, je voudrais une chambre s'il vous plait.
- Voici les clés, clé qui apparurent quelques secondes plus tard dans un petit nuage de fumée
-Merci.
-Passez une bonne nuit!"

Noah pris son sac et monta dans la chambre "4" tel qu'était indiqué sur le petit badge accroché au trousseau de clé. Introduisant la clé dans la serrure sur laquelle il eut besoin de forcer, Noah pousssât la porte qui émit un léger grincement. S'affalant de tout son long sur le lit, Noah sombrât dans les bras de Morphé sans même daigner enlever son manteau.

"Excusez-moi"

Noah se réveilla l'esprit un peu embrumé par le sommeil pour se retrouver nez à nez avec une autre personne. C'était surement elle qui l'avait réveille. De longs cheveux bleus lui descendaient sur le front, s'arrêtant aux niveaux de deux yeux bien ronds et vert. Se frottant les yeux pour chassez le sommeil Noah peinât a articuler "Oui quoi?" Avant de pousser un bâillement retentissant. La femme qu'il avait devant lui se mit à bégaier l'air affolée:

"-Il..il.Il faut partir... et vite.
-Mais pourquoi?
-Le... le marionnettiste de la chambre... 6..
-Oui et bien quoi?
-Il.. il veut me tuer.
-Pourquoi?
-J'ai... j'ai abimé sa marionnette, je l'ai faite tombé.
-Et c'est tout?
-Qu.. quoi? C'est tout... mais, il a son spectacle demain et...
-Juste pour ça?
-Oui
-Quel connerie
-Mais c'est pas... Une.. Une
-Bon dégage là je dors!

Raphael repoussa la fille jusqu'à la porte et se rendormit paisiblement. Il avait bien vu un marionnettiste sortir de l'auberge, mais il n'avait pas l'air bien dangereux. Lorsque le matin arriva, Noah s'en alla, comme si de rien était. Mais partout, tout le monde parlaient d'une mystérieux meurtres qui s'étaient passé la nuit dernière. Une jeune femme avait été retrouvée empalée sur une des attractions. Les rumeurs allaient de bon train, voleurs, serial killer, l'imagination collective, stimulée par la peur d'un ennemi invisible commençait a s'embaler jusqu'a prétendre à l'attaque d'un autre royaume. Noah lui avait une legère idée de ce qui s'était passé; "La fille d'hier soir, c'est.. c'est peut être elle." Noah avalât sa salive comme si c'était obligatoirement elle. Et si c'était elle, il allait surement se sentir coupable pendant un bon bout de temps. Mais il relativisa vite "On ne tue pas des gens juste pour une marionnette qui tombe..." Enfin il espérait qu'on ne tuait pas pour ça. Ca lui rappela d'ailleurs que le spectacle qu'il voulait voir commençait aujourd'hui. Il se dirigeât donc vers le chapiteau des spectacles, sous le ragots de diverses personnes qui parlaient encore de l'accident, la peur les poussant à accuser la moindre personne suspecte. et ce n'est pas Noah avec son long manteau noir qui lui descendait jusqu'au pied qui était le dernier des suspects. Il entendit plusieurs fois la description de la fille qui venait d'être assassinée "Oui, avec de longs cheveux bleus" ou bien encore "Quand Charles la découverte, elle le fixait avec ses grands yeux verts!" Decidemment, Noah se sentait de moins en moins à l'aise au fur et à mesure qu'il progressait vers le chapiteau qui profilait déjà sa pointe a l'horizon.

Noah entra dans le chapiteau et s'asseyat devant de la scène. Quelques instants plus tard, les lumières s'éteignirent et un homme de taille moyenne apparut sous les applaudissements, tenant une marionnette géante à ses coté. Noah eut un haut le coeur " Lui! Mais... Mais non!" En effet, ce marionnettiste était celui qu'il avait croisé la veille. "Pure coïncidence" se dit Noah qui cherchait toujours a nier les faits, comme pour se protéger d'une vérité blessante. Mais ce qu'il fit quelques secondes plus tard dissipât tous ses doutes. Sur la robe de la marionnette, du sang avait séché autour d'une mèche de cheveux bleus. Noah détournât la tete, l'air coupable. De plus, la marionnette était légèrement abimée sur le flanc droit, mais rien de très important.

Retour au présent

Cela faisait déjà quelque secondes que le marionnettiste effectuait son petit tour. Les enfants commençaient tous à pleurer. En effet, le spectacle n'était pas ce qu'il y avait de réjouissant. La plus grande des marionnettes, celle qui avait été abimée, découpait des brebis grâce à un couteau géant. Noah lui même avait un haut le coeur. Alors c'était ça le spectacle tant attendu? Après quelques minutes, le marionnettiste disparut derrière les rideaux de velours rouge.

Noah sortit du chapiteau, même si le spectacle continuait. Il fallait qu'il l'arrête, ne serait-ce que pour sa propre satisfaction, la paix avec son subconscient qui lui criait "Tu aurais du l'aider! Tu aurais du l'aider". Se dirigeant vers les coulisses en contournant le chapiteau, Noah se sentait plus coupable que jamais. Enfilant sa capuche et se faufilant vers la loge, Noah toqua à la porte. Le marionnettiste l'ouvrit quelques instants plus tard. Noah eut du mal à ne pas s'enfuir devant le meurtrier. Il tremblait de la tete au pied. Il fallait qu'il garde son sang-froid, mais déjà la colère lui montait au nez. Il déclara d'un ton sec:

"-Bonjour, le meurtrier."

A ce moment il sut qu'il ne pourrait plus faire marche arrière.



[HRP] Bon, j'avais pas trop d'imagination, si vous voulez changer quelque chose, dites le moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 166
Date d'inscription : 28/06/2012
Age du personnage : 17

Nouveau challenger
Lucas Emerillon
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 80
Renommée: 325
Honneur: - 95
MessageSujet: Re: Un superbe spectacle de marionnette [Pv Lucas Noah et Jac] Ven 8 Mar 2013 - 13:36
Voilà près de deux semaines que Lucas avait perdu sa mère, son dernier lien le rattachant encore à sa famille natale. Depuis, il n'avait plus le morale. Il n'osait même pas se rendre en cours et bien pire encore, il rejetait toute personne tentant de venir lui parler. Il traversait une période démoralisante. La plupart du temps, il partait se reposer dans sa chambre et se promener dans Dreamland afin de se remettre en question. D'autre fois, il s'affalait sur son canapé et se regarder des films toute la journée en mangeant tranquillement quelques cochonneries. Ce jour-là fut l'un de ceux-là. Il s'était installé calmement sur son sofa et, tout en allumant sa télé, dévora une poignée de curly. Il se mata les trois premiers épisodes de la saga Star Wars avant de retourner se coucher, alors même que quinze heures sonnaient. Il mit un certain temps à réussir à s'endormir, mais il y parvint tout de même, juste avant de repenser à sa mère. Et à ce même moment, il décida qu'il devrait voir quelque chose qui lui permettrait de lui rendre la pêche.

***

L’électrophobe apparut en pleine milieu d'une grande plaine verdoyante. Au loin, des dizaines de lumières étaient visibles, indiquant qu'il avait de l'activité. Lucas, avant de se diriger vers le lieu inconnu, se dit qu'observer les alentours ne lui ferait pas de mal. Il scruta donc le paysage. Étalé sur environ une bonne dizaine d'hectare, l'endroit grouillait d'êtres vivants, en particulier de créatures des rêves, mais l'on voyait quelques fois des rêveurs se promener ou même gambader dans le coin. L’atmosphère qui régnait était douce et chaleureuse, montrant de façon concrète que ce royaume était paisible. Le voyageur arbora un sourire joyeux avant de partir vers les lumières. Une longue marche de près de vingt minutes lui prit pour rejoindre sa destination. Arrivé là-bas, il comprit tout de suite qu’il avait bien fait de venir ici. Un parc d’attractions, c’était ce qui représentait l’endroit en gros. Un immense lieu de loisir s’offrait au garçon. Une grande roue, des cirques, des attractions en tout genre tel que des montagnes russes … Beaucoup de gens s’y trouvaient. Des queues à n’en plus finir s’était formé de partout, montrant toute l’attirance de ces objets de loisirs. Le garçon ne s’en préoccupa pourtant pas. Il préférait trouver de quoi vraiment s’occuper. C’est là qu’il tomba sur le magicien. A côté de lui, une jeune fille aux cheveux bruns se tenait, immobile, le regard pointant dans une direction fixe, et rien ne semblait la distraire de ce qu’elle faisait. Mais le plus étrange chez elle restait ses paupières. Elles ne battaient pas. Ses yeux étaient donc éternellement ouverts. En dehors de tout ça, la demoiselle était magnifique. Robe blanche, peau quelque peu froide, des collants rouges et blancs. En complément à cela, la couleur de ses yeux était grise. Le magicien, quand à lui, était bien différent. Si la fille mesurait dans le mètre soixante, lui atteignait les deux mètres. Un chapeau ornait sa tête, cachant en même temps son visage. Pourtant un petit sourire diabolique était visible. Son corps, une impressionnante corpulence, avait sur lui un très beau costard noir et blanc, ainsi que de beaux gants fins sur ses mains, de la même couleur que ses cheveux, qui indiquaient qu’il était un peu vieux. Enfin, son pantalon, qui se mélangeait presque à son haut et ses chaussures, de magnifiques bottes gothiques, lui donnait un air lugubre. Alors que Lucas l’observait, le magicien s’entraînait à accomplir l’un de ses petits tours. Beaucoup de créatures des rêves, tous enfants, le regardaient d’un air concentré, comme hypnotisé par ce qu’ils voyaient. Certains adultes surveillaient également leurs rejetons par peur qu’ils leur arrivent quelque chose. Et ils avaient raison d’être méfiant envers l’homme, même si celui-ci ne s’était pas encore montré au grand jour.

Lorsque la nuit tomba, tous étaient partis excepté le voyageur, qui tenait à parler au magicien. Ce dernier s’était replié dans son hôtel. C’était une assez belle bâtisse. Malheureusement, la couleur des façades roses mélangés à celle des volets verts étaient tout sauf beau. Et à l’intérieur, ce n’était pas mieux. Toutes les fondations étaient taillées dans le bois. Même les créatures du lieu étaient en bois. De vrais Pinocchio ! C’était assez marrant et flippant à voir. Lucas demanda à avoir une chambre et c’est qu’il demanda à celui qui donnait les clés des chambres si le prix d’une chambre pour une nuit était bien de 5EV. Le pantin lui répondit oui et c’est alors que son nez s’allongea un peu. Le voyageur lui posa la même question mais à une élévation du prix de 10EV. Une nouvelle fois, la créature répondit oui et son nez grandit encore. Finalement, elle finit par avouer et déclara que le véritable prix d’une couchette pour une nuit dans cet endroit était de 45EV. L’ayant mis à jour, Lucas obtint du pantin une seule nuit gratuite dans l’hôtel. Enfin bon, lui il s’en fichait. Il tenait juste à discuter avec le magicien. La plaquette de sa clé indiqua la chambre neuf. Il s’y rendit calmement et s’y posa quelques minutes afin de voir si le lit valait vraiment son équivalent en EV. Et bizarrement, il le valait. Et même, d’après les calculs du jeune homme, un peu plus. Il ne s’attarda pas plus longtemps dans cet endroit et décida de chercher son homme. Il regarda dans la pièce numéro huit, mais personne ne s’y trouvait. A la septième porte, on entendait de curieux bruits et le voyageur préféra ne pas y penser. C’est là qu’il s’arrêta à la sixième porte. Le garçon commençait à franchir le palier lorsqu’une demoiselle aux cheveux bleues ciel le poussa. Elle semblait bien apeurée. L’invocateur se dit alors que s’il tentait de pénétrer dans le lieu de repos du magicien, il en mourrait, mais il préféra courir le risque. Il se releva péniblement et entra dans la chambre. L’atmosphère qui y régnait était horrible. L’homme qui se trouvait là était entré dans une colère noire. Devant lui, la demoiselle, placé en T. C’est là que le jeune homme comprit que la jeune femme était une marionnette. Il vit également pourquoi la fille s’était barrée en courant. Le pantin avait une belle trace sur le flanc droit. Le magicien, pendant ce temps, s’était démangé les poings contre l’armoire de la pièce. Un bon gros trou en demi-sphère s’y était formé. La puissance de cet homme quelque peu impressionnante. Ce dernier vit alors le garçon qui l’observait. Pris de rage, il s’élança vers le jeune homme qui l’arrêta avec l’aide de Laurent, avec qui il réussit à projeter le magicien au sol. Mais il parvint à utiliser son pouvoir juste avant. Il fit un mouvement de sa main droite et la poupée inanimée sortit soudain de son sommeil, un couteau à la main. Elle attaqua l’invocateur, qui fut touché au bras. C’est là qu’il stoppa la marionnette au corps, qu’il balança contre le mur. Le pantin n’eut aucune blessure, mais ceci sonna la fin du combat. Le magicien se releva et vint saluer le jeune homme, lui demandant ce qu’il venait faire là. Il avait trouvé le moyen de se calmer et d’avoir le temps de prendre une expression plus jovial. Lucas lui dit alors qu’il cherchait à savoir s’il pouvait se joindre à lui, afin de servir d’assistant au spectacle, ou même de sorte d’entracte entre les numéros. Le marionnettiste lui accorda sa requête à la seule condition de retrouver la jeune fille qui avait abîmé son jouet. C’était donc un voyageur. Plutôt puissant d’ailleurs.

L’invocateur sortit de la chambre de l’homme afin de le laisser se reposer pour sa prochaine performance et partit à la recherche de la fuyarde. Il ne mit pas longtemps à la dénicher. Caché dans l’une des attractions, Lucas la cueillit à l’arrivée avant de la ramener à son nouveau compagnon de galère. Quand il lui remit la demoiselle, l’électrophobe fut complimenté par le magicien avant de s’en aller dans sa piaule, où il se reposa jusqu’à la venue du spectacle. Quelques heures auparavant, il avait déjà été rappelé par son employeur pour l’aider à tuer discrètement la fille, qu’il empala sur l’un des grands poteaux de son cirque. Elle n’eut même pas le temps de crier qu’elle avait déjà perdu son souffle. Elle était quasiment morte sur le coup. Lucas aurait bien aimé le faire aussi mais il préférait la jouait cool pour le moment. Ensuite, après leur petit meurtre, les deux acolytes temporaires étaient partis s’entraîner chacun dans leur coin, le magicien affinant ses tours, le garçon s’occupant de créer de quoi occuper les spectateurs. Et puis le jour revint et l’heure de faire ce spectacle était venu. La salle s’était rempli en très peu de temps, et la plupart des spectateurs étaient surtout des enfants et des créatures. Lucas, depuis les coulisses, remarqua le grand homme aux cheveux gris qui s’était installé vers le fond des gradins. Il vit également quelques voyageurs apparaître dont un qui semblait porter une tenue identique à la créature qui l’intriguait. Pendant que tout ce petit monde se plaçait, le jeune homme enfila son costume. Un déguisement ridicule me diriez-vous ? Sûrement pas. Bon, enfin les lumières s’éteignent, de la fumée se matérialise dans l’espace, et le magicien apparaît au grand jour. Saluant son public comme il se doit, il présenta en quelques mots le contenu de ce qu’il allait faire, puis il commença son premier tour. Une œuvre quelque marrante et dégoûtante. Il faisait apparaître aux yeux de tous des brebis affolées. Puis il appela sa marionnette qui parut, un énorme couteau à la main. Et de là, elle se mit à trancher comme du beurre les pauvres petits animaux en deux. Des cris stridents s’échappèrent de toute la salle. Certains se décidèrent à partir, préférant ne pas assister à la suite. D’autre semblèrent concentrés et n’osèrent pas esquisser un mouvement. Ils devaient sûrement avoir compris que les brebis ne mourraient pas vraiment et qu’elles apparaissaient dans les coulisses derrière. Lorsque la poupée trucida la dernière victime, le magicien se retira directement. La plupart du public était choqué. Lucas se devait donc d’être assez convainquant pour remonter le moral des troupes. Il chopa une boîte situé sur la table devant lui sans vraiment la regarder et s’élança sur la piste. Il vit que la créature qui l’intriguait venait de sortir du cirque. Bah, au moins, il ne serait pas déconcentré par la vue de celui-ci. Bon, le voyageur se retrouva au milieu du cirque, le sourire jusqu’aux oreilles, en costume de génie, prêt à faire son numéro. Mais avant il se mit dans le ton.

« – Cher public, afin de vous montrer que nous sommes gentils avec vous, je vous offre chacun un objet de cette boîte. Tenez ! »

Il grimpa dans les gradins et donna leur cadeau aux spectateurs. La distribution achevé, il redescendit sur le sol et rejoint les coulisses pour demander de monter sa roue. En revenant sur la piste, il eut une surprise. Tout le monde riait, chantait et souriait. C’est là qu’une voix lui fit comprendre ce qui se passait.

« – P’tain, mais elle est où, ma beu ? »

Et merde ! Lucas les avait tous drogué ! Bon au moins, il pourrait faire son numéro sans interruption. Ce qu’il avait demandé apparut depuis une trappe sous le cirque. Sur la roue, une personne attendait. Le voyageur sortit les cinq couteaux qui étaient dans sa poche et se prépara à commencer son tour. Il lança le premier couteau, qui atteignit à un cheveu près sa tête. Le second couteau toucha la limite de la roue avant de retomber par terre. Le public n’eut comme réaction que des rires joyeux. Mais le troisième lancer fut beaucoup moins chanceux. L’arme blanche dériva vers la gauche et se planta curieusement dans le crâne d’un des gamins, qui mourra sur le coup. Aucun ne réagit mais en même temps, tout le monde s’en foutait, Lucas pouvait faire ce qu’il voulait avec les spectateurs. Mais juste avant d’amorcer son quatrième lancer, une phrase parvint à son oreille.

« – Oh, il est mort le gamin ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Un superbe spectacle de marionnette [Pv Lucas Noah et Jac] Sam 9 Mar 2013 - 0:29
Cela fait de nombreuses nuits que j’entends dire que de nombreux voyageurs ou, autres habitants de Dreamland, en parlent. Je peux encore me souvenir de cette rockeuse ; une jeune fille sexy, au corps parfait, pantalon et top noir, tatouage sur le bras droit et un anneau sur le coin droit de sa lèvre inférieure. Elle m’en parlait, les mains posées sur les hanches, le buste penché en avant me laissant apercevoir ses… très beaux pendentifs, l’un avec une tête de mort, l’autre avec une croix. J’avais hésité à lui demander de faire équipe avec moi car, elle aussi était une voyageuse. Mais, je ne connaissais pas son pouvoir. Je voulais juste faire équipe avec elle car, elle était trop… bonne pour raconter des blagues. Cependant, j’ai une copine Monsieur ! Et même si c’est dans Dreamland, je ne l’a trahirais pas.

Enfin, bref ! J’y étais finalement, dans CIRCUS ATTRACTION, la ville de tous les amusements. Enfin… Si seulement on pouvait appeler ça une ville. Dans la vie réelle, j’en ai déjà vu des parcs d’attractions mais, pas des comme celui-là. À peine à l’entrée du lieu, je jubilais déjà ! Mes sens étaient submergés par tous ce qui m’entourait. Des lumières partout et de toutes les couleurs ! C’est comme si on avait mis des arcs-en-ciel dans des grenades à fragmentation et qu’un homme complètement fou s’était amusé à courir tout nu dans les rues en jetant ses explosifs, un peu partout.

Il y avait de la musique, enfin… Plutôt une sorte de quincophonie, un mélange absolument absurde de sons et d’instruments. Mon oreille droite n’entendait pas la même chose que l’autre oreille. Dans l’une : un mélange d’accordéon, jouant une symphonie folle ; le genre de symphonie sur laquelle on verrait une petit singe en costume de clown danser. Toujours avec la même oreille, je pouvais entendre une guitare jouant un air de musique gitane. De l’autre, comme une sorte d’orchestre ; un mélange d’instruments, aussi nombreux et diversifiés que les super-héros de bande dessinée ! Il m’était impossible de savoir s’ils jouaient ensemble ou animaient des évènements différents.

Je ne bougeais pas. J’étais comme tétanisé par tant de joies, tant de bonheur, tant d’amusement et d’émotions. Je ne voulais que m’amuser… Mais, je voulais aussi rester là pour continuer d’observer et de m’imprégner de l’ambiance qui régnait ici. La bouche légèrement entre-ouverte, je commençais à saliver face aux odeurs que je pouvais sentir. Une intense odeur de sucreries, de barbe à papa, de sucres d’orges, de pommes d’amour et d’autres bonbons qui n’existent que dans ce monde onirique. J’étais submergé par ces odeurs sucrées jusqu’à ce qu’un groupe de personnes passe à côté de moi, créant un courant d’air et apportant à mes narines une autres odeur subtile. La friture et tout ce que l’on peut mettre dedans : en allant des churros jusqu’aux frites et autres cochonneries qui vous font regretter de les avoir mangés.

Un sentiment, une émotion, je dirais même une pulsion, me monta à la tête. J’étais rempli d’une fougue électrique. J’étais capable de tout et j’étais bien déterminé : Chris était là. Pour ceux qui ne le connaissent pas, Chris, c’est celui qui est prêt à tout pour avoir ce qu’il désire. Je ne pouvais plus rester là à m’impatienter. Je me mis à courir. C’était comme si j’étais dans une mer de saveurs olfactives, percuté par les nombreux rayons lumineux et sonores ; je me précipitais vers les stands, m’achetant tout ce que je pouvais dévorer.

« ……… »

Cela faisait 2 heures que j’étais là et je n’en avais pas assez. Malheureusement, mon estomac ne pouvait plus rien stocker. J’avais l’impression que mon ventre allait exploser ! Et, c’est en trouvant un petit coin tranquille près d’un arbre que, je posais mes fesses. Le dos contre le tronc, je terminais de siroter mon soda, goût fruit bleu explosif, et le terme explosif est encore faible. À chaque gorgée, chaque fois que le liquide touchait ma langue, un mélange complexe et très recherché de saveur se faisait ressentir. Chacune des parties de ma langue pouvaient me transmettre le message d’un parfum différent. Une saveur sucrée et, en tout lieu, très contrastée. J’avais même l’impression que je pouvais voir les couleurs des parfums à l’intérieur de ma boite buccale.

Assis là, en plein milieu de tout le monde, je commençais à somnoler. Qu’y a-t-il de plus ironique que de somnoler dans le monde des rêves ? Mais, même si j’avais déjà du mal à lever le moindre petit doigt, il fallait que je me bouge car, il y avait tellement de chose que je devais faire… Après la bouffe, après avoir ingéré tant de calories et d’énergie, il fallait dépenser tout cela ! Je me relevais difficilement, prenant appui sur les genoux à l’aide des mains. Une fois debout, je sentais la peau de mon ventre se tendre.

Je m’avançais difficilement vers les attractions. Le tissu jaune du t-shirt sans manche que je portais, était moulant, mais uniquement au niveau de mon ventre, me donnait une certaine allure. Mon pantalon, normalement bleu, était taché de graisse au niveau de la cuisse droite, quelque chose de difficilement percevable. Je ne savais pas par quoi commencer : sauter dans une grande roue ou tenter les attractions à fortes sensations ? Finalement, je préférais tenter le train fantôme, une petite frayeur m’aiderait surement à digérer ou à vomir, tout dépendait de l’attraction.

Après quelques minutes de recherche, je trouvais un fameux voyage de l’horreur. L’attraction se dénommait « Direction abomination ». Mouais… Pas trop accrocheur comme nom, mais bon. Je me suis installé, après avoir payé et donné mon ticket au gugusse qui prend celui-ci (vous savez, il y a toujours un mec qui vient prendre votre ticket, attache votre barreau de sécurité en vous le compressant contre vos… hanches ?). J’étais dans un petit train de deux wagons, seul dans le mien, et un couple dans celui en face de moi. J’aurais moi aussi aimé le faire avec ma chérie… Mais, voyons plutôt ce que ça donne.

Le wagon commença à avancer, dans un petit bruit de frottement métallique. Nous nous enfonçâmes directement sur la droite, dans un noir total. La suite, comment la décrire… Eh bien… Des mannequins sur lesquels sont posés des vêtements et des masques de monstres. Il y avait aussi des gens déguisés en vampire ou autre lycans. À partir d’un moment, je sentis une main sur mon corps : des gestes rapides et brefs, allant dans mes poches. Je saisis le gobelet que j’avais toujours en main, en me servant de mon pouvoir. L’aura lumineuse apparue autour de l’objet. L’endroit étant légèrement éclairé, je pouvais voir le pickpocket qui était un des hommes déguisé. Projetant mon gobelet sur la tête du voleur, je détachais la barre qui me retenais sur le siège et alla choper le délinquant. Apparemment, je lui avais foutu un sacré coup sur la tête ! Je le trainais par le col jusqu’au guichet de vente pour signaler cela au gérant, ou du moins au vendeur.

Celui-ci n’avait pas l’air très surpris des activités illégales de son subordonné et tout ça sentait l’embrouille. Je ne savais pas comment réagir : péter un plomb ou m’en aller sans rien dire ? Je ne devais pas créer un scandale mais, je ne m’en irai pas sans rien dire ! Alors, j’ai choisi de réclamer au bougre de me rembourser le tour, ce qu’il refusa. La seule chose que je voulais faire, c’était lui foutre mon poing dans la tronche mais, évitons de se faire voir comme quelqu’un de violent. Je me mis en hauteur, en montant sur un petit piédestal situé pas loin, je pris une grande inspiration et me mis à hurler :

« SI VOUS VOULEZ VOUS FAIRE FOUILLER LES POCHES ET VOLER VOTRE ARGENT, LE MEILLEUR ENDROIT POUR CELA EST L’ATTRACTION APPELLÉE « DIRECTION ABOMINATION » ! IL EST TRÈS IMPORTANT QUE VOUS FASSIEZ PASSER LE MESSAGE, LE GÊRANT Y TIENT ÉNORMÉMENT ! »

Cela ayant calmé mon ardeur, je repartais vers d’autres attractions. Je m’arrêtais près d’un lieu apparemment inaccessible. Deux, trois personnes empêchaient d’entrer sur le site. Après leur avoir posé des questions, il y avait eu récemment un meurtre sur lequel il y avait encore une enquête. Je me posais sur un rebord, près d’un cirque, pour déguster la barbe à papa rose que je venais de m’acheter, me demandant ce qui pourrait être intéressant à faire maintenant dans cette ville si exceptionnelle.

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 249
Date d'inscription : 30/01/2013
Age du personnage : 24

Citoyen modèle
Noah Alighieri
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 350
Honneur: -15
MessageSujet: Re: Un superbe spectacle de marionnette [Pv Lucas Noah et Jac] Mar 12 Mar 2013 - 18:26



Le marionnettiste était bouche bée devant lui. Il ne devait surement pas se douter que quelqu’un savait la vérité. Qu’importe cela laissa le temps a Noah de créer une plateforme devant lui. Bien évidemment, le marionnettiste réagit au quart de tour et lança sa marionnette à l’assaut en envoyant une pluie de couteau sur Noah, couteau qui furent bien évidemment parés par la plateforme. “Tu ne peut rien faire contre moi! Tu ne me connais pas? Je suis Andy Weers! Ce n’est pas une petite marionette qui va me faire quelque chose!”. A vrai dire, Noah avait lancé un nom au pif qu’il avait vu dans le DreamMag, espérant que ce ne soit pas un incapable et que la pointe de ses oreilles ne dépasse pas de ses cheveux. Le visage de son opposant changeat du tout au tout. “Niark, j’ai réussi!”. Noah croyait avoir réussi à destabiliser son adversaire, mais sa réaction fut tout autre. Un sourire inquiétant, dévoilant les dents parfaitement blache et bien ordonnées apparut sur le visage du marionnettiste et son visage changeat du tout au tout. La lueur dans ses yeux était tout sauf rassurante, et on pouvait voir une forme de satisfaction émanant de son visage. “J’aurais peut etre pas du...” Trop tard, le marionnettiste éclata de rire, un rire pour le inquiétant, comme les méchants dans les dessins animés, vous savez le débile qui veut faire éclater la Terre alors que ça signifierait aussi sa mort. Mais la franchement, Noah aurait préféré se retrouver devant un de ses débiles ci. Il tremblait de tout son corps, mais était-ce un tremblement d’excitation? Ca, surement pas. Le marionnettiste, Envoya sa marionnette à fond contre la plateforme qui céda sous l’assaut de cette dernière. Heuresement, la plateforme avait largement encaissée le choc, et lorsque Noah reçu le coup, il ne recula que d’un centimètre, et ne sentit presque rien, a part un légère douleur à l’épaule, l’endroit ou la marionnette avait frappé.

“Putain, je vais pas survivre!” Noah courut se réfugier dans la première attraction venue. Tiens, une maison hantée, la “Peur bleue”. Bon, pas très original comme Noah, mais Noah se ruat à l’intérieur, Poussant les gens qui attendaient, surement avec le marionnettiste aux talons, il n’en savait rien. Il continua sa course dans la maison hantée, passant devant divers “monstres”, composés d’une vial noir sur un manche un balai “Parait que ça fait peur...”. Ignorant les diverses imitations de cris, Noah se réfugia dans une petite pièce sombre, entièrement noire, a peine assez grande pour y caser trois personnes. “J’ai agit, sans réfléchir... Il va me déchiré, chus pas de taille moi!”. Noah s’était blotti dans un coin, calant son fessier sur ce qui semblait etre une représentation de la mort, tenant une faux qui semblait etre en métal dans sa main, composée d’une paté de carton sommairement sculpté pour faire des os, le tout recouvert d’un vieux drap noir. Dans la pièce, l’illusion semblait parfaite. Noah décida de resté ici, se dissimulant dans la cache toraxique du squelette en carton.
Quelques secondes à peine plus tard, des bruits de pas résonnèrent dans le couloir, suivit d’un fort bruit de respiration, comme si quelqu’un était éssouflé. La porte s’ouvrit doucement et le marionnettiste rentra dans la pièce, comme pour inspecter l’intérieur. Noah créat directement une plateforme bouchant l’entré de la pièce, et deux autres entourant Noah, le laissant partir par la droite. “Ah ah! tu es pris au piège!”. Le marionnettiste regarda en tout sens, mais Noah était trop bien camouflé grace a l’obscurité et au drap de la “mort” pour qu’il puisse le voir. Le marionnettiste essaya d’ouvrir la porte mais fut bloqué par la plateforme. Naoh sentit que c’était le “moment” et poussa de toute ses forces une plateforme qui tomba pour se caler sur le mur d’en face, mais Noah n’avait n’avait pas prévu que cette dernière toucherait aussi le marionnettiste.Celui-ci, se retourna mais ne vit toujours rien, car Noah s’était déplacé dans le coin de la pièce. “Héhé, je suis trop fort!”. Noah était maintenant à peine a 1 mètre du marionettiste. “C’est l’heure de la botte secrète!”. En effet, Noah avait élaboré une botte secrète, mais s’en était mordu les doigts plus d’une fois, mais il fallait qu’il retienne le marionnettiste quelques secondes pour pouvoir s’enfuir efficacement. Il créa une plateforme devant son poing et lança un coup de poing dedans, envoyant son poing et la plateforme dans le flanc du marionnettiste. Il recula sous l’impact du coup et se prit par la meme occasion le coté de la plateforme dans la tempe. Noah dissipa la plateforme qui obstruait la porte et poussa le magicien pour se ruer à l’extérieur, remettant une plateforme pour bloquer une seconde fois le marionnettiste.

Noah sortit en courant de la maison hantée en se frottant les mains. Si tout ce passait bien, il pourrait s’en aller tranquille, avec juste un main cassée. Il courut tant qu’il put, pendant bien une demie-heure, pulvérisant tout les records de vitesse établis pour la confédération des coureurs du village de la lenteur. Qu’importe, peut etre qu’il ne courait pas vite, mais il espérait au moins avoir retenu le marionnettiste au moins 5 minutes grace a son combo. Il s’arreta et se posa sur un banc, essouflé de sa course. Il fixa sa main quelques secondes. Ses doigts, s’était fracassés a pleine vitesse sur la plateforme. Maintenant, ses doigts était tout, comment dire... Fracassés? Ses doigts partaient en tout sens, ils étaient tous cassés. Noah s’y était fait, ce n’était pas la première fois, et surement pas la dernière non plus. Il essayat de bouger le doigts, mais une douleur lui remonta le long du bras, ils étaient tous cassés, et il ne porrait pas réutiliser sa main avant un bon mois. Mais bon, en un mois, il avait le temps d’échauffauder un plan. MAis avant, il fallait qu’il quitte Circus Attraction. Il se releva et fut stupéfait lorsqu’il fit ce qui était devant lui. C’était le chapiteau dans lequel le marionnettiste avait fait son tour! Il était inconcsiemment revenu vers celui-ci! Noah devait s’éclipser vite fait. Il se mit a guetter autour de lui et commença à s’en aller, soulagé que le marionnettiste ne soit pas dans les parages.

“-Excusez-moi auriez-vu Jeff? On m’a dit qu’il vous courait après il y a quelques temps..

Noah se retournat et vit enfin son interlocuteur. Il devait avoir a peu près son age, les cheveux blonds comme les blés, les yeux bleux profonds. Il devait avoir a peu près son age d’ailleurs. Mais pourquoi cherchait-il le marionnettiste? Savait-il au moins que c’était un meurtrier? Noah ne put se tenir et répondit directement, sur un tout sec non voulut:

“-Mais t’es incsonsicient! Sais tu au moins, que la fille qu’on a retrouvé morte hier soir, c’est lui qui l’as tué!

Noah attendit une réponse de son interlocuteur, ou au moins une réaction. Mais elle n’arriva pas, comme si le jeune voyageur savait déjà tout.

-Alors, Lucas, tu l’as enfin rencontré?

Noah se retourna et vit Jeff devant lui. Comment avait-il put? Il était surement beaucoup plus puissant que ce que Noah c’était attendu. En tout cas, il était dans la mouise, et le jeune garçon semblait déjà etre au courant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 166
Date d'inscription : 28/06/2012
Age du personnage : 17

Nouveau challenger
Lucas Emerillon
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 80
Renommée: 325
Honneur: - 95
MessageSujet: Re: Un superbe spectacle de marionnette [Pv Lucas Noah et Jac] Mer 13 Mar 2013 - 13:39
Le public, toujours aussi drogué, observait le corps inanimé du gamin que Lucas venait de tuer. Avec un air joyeux, ils rigolaient comme des hyènes sur lui. Le pauvre, il n'avait rien fait et on le narguait. En même temps, personne ne se doutait qu'il était vraiment mort. Le voyageur savait que s'il tuait des gens, personne ne pourrait rien y faire. Il pouvait donc jouir de pouvoir commettre de tels atrocités sans qu'aucun des spectateurs ne lui gueule après. Il prépara son quatrième couteau mais cette fois, au lieu de tenter de viser la roue, il visa le mec qui se trouvait dessus. C'était la seule personne mis à part Jeff et ceux qui ne se trouvaient pas dans les gradins du cirque à ne pas être drogué. Mais il n'avait rien lorsque le gamin périt, car lui aussi était du côté du marionnettiste, et donc comme lui tuer des gens, cela ne le déplaisait guère. Mais bon, cette fois, il allait lui aussi crever. C'était le prix pour avoir accepter de jouer le rôle qu'il avait maintenant. L'invocateur scruta une dernière fois la roue avant de lancer son arme blanche vers sa cible. Touchant en plein ventre, le jeune homme avait réussit un superbe tir. L'homme, dont l'abdomen commençait à le vider de son sang, se débattait vainement et de toutes ses forces en tentant de s'échapper, mais il s'était piégé lui-même en s'installant sur la roue. Il lâcha quelques cris apeurés, comme pour prévenir le public, mais rien n'y faisait, ce dernier était complètement sous l'emprise de la beu du monsieur. Celui-ci, croyant que Lucas voulait trahir Jeff, appela quelques-uns de ses hommes et se rendit sur la piste pour faire face au voyageur. Malheureusement pour lui, L'électrophobe était dans son trip et rien ne pourrait l'arrêter tant qu'il n'aurait pas achevé. Il invoqua Laurent, qui devenait de plus en plus utile depuis quelques nuits, et récupéra les quatre lames. Il avait à sa disposition de quoi tuer qui il voulait sur le coup. Mais il fallait bien placer son coup afin de faire le plus de dégâts. Et ce n'est pas en le lançant comme il le faisait qu'il pourrait tuer des cibles mouvantes comme ses nouveaux adversaires. Et c'est avec la créature passive qu'il pourrait le faire. Il prit l'un des couteaux dans sa main puis l'accrocha aux fils de l'invocation avant de lancer son offensive. L'arme blanche, qui restait accroché à Laurent, toucha les cinq ennemis du voyageur. Deux d'entre deux fut assez blessé pour prendre la fuite et aller finir de périr dans un coin. Les deux autres subordonnés furent simplement touchés aux mains car ils s'étaient placés en avant pour protéger leur maître qui, pensant être en sécurité, ne vit arriver le second couteau dans la jambe droite. Il posa alors un genou à terre. Les deux subordonnés vinrent l'aider à se relever mais c'était peine perdu. La blessure était trop douloureuse. Lucas avait touché un grand coup. Même s'il n'était pas très fort, les stratégies qu'il parvenait à créer lui permettait de combattre facilement des bestioles comme celles-là. Et la preuve y était : deux morts et trois blessé dont un plus grave que les autres. Le bilan était clair. C'était lui qui menait la danse. Ses adversaires n'y pouvaient rien.

Le garçon ramena le couteau dans ses mains et élança ses fils pour récupérer le cinquième. Mais il fut stoppé par les gardes du corps du mec à qui Lucas avait piqué la beu. Ces derniers tirèrent sur les fils et firent envoler leur ennemi jusqu'à eux. Malheureusement, l'électrophobe savait ce qui l'attendait, ou plutôt, c'était exactement ce qu'il avait prévu. En faisant semblant de vouloir reprendre son arme, il savait pertinemment que les subordonnés, qui se trouvaient en fait être des singes à cloches mais sans les cloches, tenteraient de l'arrêter puis de l'amener à eux. Il sortit deux couteaux et les lança au moment même où il atteignit le niveau de ses cibles. Et hop ! Double homicide ! Deux meurtres dans la même minute ! Les deux gorilles furent touchés sur le visage, tout près du cerveau. Ils s'effondrèrent sur le sol, sans vie. A son compteur, Lucas avait désormais quatre morts et bientôt le cinquième. Le blessé, désormais piégé et sans aide possible, tenta de se défendre en lançant le couteau qu'il avait réussit à retirer. Le voyageur fut touché au bras gauche, sans grande douleur. La vitesse de l'arme était si faible qu'il ne parvint qu'à le faire saigner que quelques gouttes. Le mec, qui avait une apparence de clown, avait déjà épuisé sa seule chance de survie. Le jeune homme avait là une cible parfaite. Mais comme il avait le temps, il décida de le tuer d'une autre façon que ses prédécesseurs. Il accrocha les fils de Laurent sur l'une des poutres au-dessus du blessé et alla s'y poser. Prêt à attaquer, le voyageur invoqua Gérard juste après avoir renvoyé son autre créature et le fit tomber sur le clown. Situé à une hauteur de cinq bons mètres, Lucas réussit à rendre l'attaque de son invocation plus puissante qu'elle n'aurait dû l'être. Le clown fut broyé sur le coup. Aplati, il prit la forme d'une crêpe humaine. Mais bien sûr, elle était morte. Et voilà, l'invocateur en était désormais à cinq meurtres. Un bon score pour une telle nuit. Maintenant, il fallait trouver Jeff et lui expliquer la raison de tout cette tuerie. Mais lorsqu'il pénétra dans les coulisses, le vide avait depuis un bon moment prit place. Plus personne ne se trouvait dans le lieu. Même le marionnettiste avait disparu. Le jeune homme, qui se dit que de toute façon, il était parti et qu'il ne reviendrait sûrement pas avant un moment, il décida d'en finir avec le public. Un bon petit massacre, quelle joie ! De plus, c'était des cibles sans défense. Il pourrait donc s'amuser comme il voulait. Il retourna sur la piste et commença à monter sur les gradins. Il sortit l'un des quatre couteaux restants, n'ayant pu récupérer le dernier car celui-ci avait fini en morceaux à cause de Gérard, et commença son petit jeu. Un mort par-ci, un mort par-là. Tous les spectateurs commencèrent à périr. Mais la beu perdait peu à peu de son effet, et certains s'étaient déjà enfuis du chapiteau. Bof, il s'en foutait. Au moins, on ferait entendre parler de lui. Dixième tué ; de par une belle blessure dans le cœur, fit retrouver leurs esprits au reste des gens. La plupart s'affolèrent en voyant les corps ensanglantés et qui ne bougeaient plus d'un pouce. D'autres prirent seulement peur et s'enfuirent en vitesse du cirque. Lucas parvint à en assassiner trois autres avant que la salle fut vidée. Au total, un massacre de treize personnes, hommes, femmes, enfants. Bien, un score honorable qui faisait redonner la pêche au voyageur. Bon maintenant, il fallait effacer les preuves. Il rappela la pile-compresseuse qu'il passa en mode bélier. Et de là, il dégomma les quatre poutres en bois qui soutenaient la grande toile du chapiteau. Très vite, tout s'écroula. Lucas parvint de peu à fuir du cirque mais son pied fut touché par un morceau de bois qui lui blessa le talon gauche. La taillade fut violente et obligea le voyageur à marcher lentement, la douleur lui revenant à chaque pas. C'était en quelque sorte une punition pour ce qu'il venait de faire.

Il préféra ne pas y repenser. Il avait détruit un cirque, point barre. Maintenant, il fallait retrouver Jeff. Pourquoi ? Eh bien parce que … Euh, non, vous saurez plus tard. Bien ! L'invocateur scruta les alentours. Un homme, qui semblait choqué, regardait en direction d'une des attractions.

«  – Bonjour, monsieur. J'aimerais savoir si vous avez vu un homme qui ressemblait à un magicien passer dans le coin ?
– Il s'est dirigé vers là-bas. Il poursuivait un homme qui avait les cheveux gris ainsi qu'un manteau noir. Mais pourquoi tenez-vous à savoir ça ?
– Pour rien. Merci de votre aide, monsieur.  »

Immédiatement, il se mit en route vers l'attraction indiqué par l'inconnu. Mais rapidement, il se perdit. Il y avait tellement de choses à voir et tant de loisirs qu'il finit par en perdre sa véritable destination. Il se rendit dans une sorte de maison hanté, car c'était la seule chose dont il se rappelait de l'attraction qu'il devait visité. Celle-là avait pour nom : « Direction Abomination ». Sans payer ni même s'être installé dans un chariot ou fait la queue, il pénétra à l'intérieur du faux bâtiment. A l'intérieur, tout était plongé dans le noir. De nombreuses sculptures étaient disposés dans plusieurs coins. Enfin non, ce n'était pas des statues. Plutôt des gens qui s'était déguisé en monstre et qui semblaient voler les pauvres gens innocents. Cela se voyait par l'énorme boîte derrière eux qui étaient remplis de porte-feuilles et porte-monnaies. Lucas, encore dans son trip, s'approcha de l'imposteur et dans son dos, il le poussa au moment où une chariot s'approchait. Heureusement pour lui, le voyageur le souleva avant qu'il meurt. Il tenait à ce que cela fasse fuir les acolytes du voleur. Par chance, il réussit. On entendit des cris affolés se profilaient dans l'attraction avant de laisser place au silence. L'invocateur saccada celui qu'il tenait et et d'un air des plus rageux, lui cria dessus.

«  – Réponds ! Sais-tu où se trouve Jeff le magicien ?
– Je sais pas, moi ! Et puis qu'est-ce que tu me veux ?!
– Fais chier, je me suis trompé d'endroit. Désolé mon gars, je ne te veux aucun mal, mais si j'étais toi, j'arrêterais tes manigances avant de prendre cher. Bonne journée !  »

Un sourire aux lèvres, il tapota l'épaule de l'homme qui était bouché bée par la réaction de Lucas. Celui-ci ressortit de l'attraction et découvrit que le gérant venait de fermer. Une bonne idée, se dit le garçon avant de reprendre son chemin, sa blessure commençant peu à peu à se rétablir. Il se rendit dans une sorte de petit parc. Bizarrement, l'on voyait depuis sa position le chapiteau de Jeff. Et curieusement, il n'avait aucune égratignure. Sûrement que les gens du royaume l'avait déjà découvert et afin de ne pas créer la panique, avait installer une illusion en attendant que tout soit réparé. C'est là, alors qu'il regardait le cirque, il vit passer à quelque mètres de lui, un homme aux cheveux gris. Il avait visiblement était bien blessé, car il tenait sa main comme s'il tentait d'en retirer la douleur. En y regardant de plus près, le jeune homme vit que le gars avait les doigts cassés en tout sens. Il venait donc de mener un duel. Peut-être était-ce lui que poursuivait Jeff ? Il fallait en avoir le cœur net. L'électrophobe se leva et péniblement, se rendit auprès de l'homme blessé.

«  – Euh … Excusez-moi, auriez-vous vu Jeff ? On m'a dit qu'il vous courait après depuis quelques temps … , lâcha Lucas, surprenant visiblement celui à qui il s'adressait.
– Mais t'es inconscient ! Sais-tu au moins que la fille retrouvé morte hier soir, c'est lui qui l'as tué ?!  »

L'invocateur ne réagit aucunement au ton sec du blessé. De cette façon il lui montrait qu'il savait parfaitement pour cette fille. Et soudain, alors que l'atmosphère s'était un peu adoucie, apparut le marionnettiste, un sourire diabolique au visage.

«  – Alors, Lucas ? Tu l'as enfin rencontré ?
– Qui ça ? Cet homme ?
– C'est Andy Weers ! Celui qui apparaît dans le DreamMag !
– Ce n'est pas ce fameux Andy. Sinon, on l'aurait reconnu tout de suite. Quand on est dans ce magazine, on est connu au point que n'importe qui, même ignorant, connaît ton nom. Et celui-là, je n'ai entendu personne le nommait ainsi.
– Il se serait joué de moi, c'est ça ?!
– Tout à fait !  »

La ruse du voyageur fonctionna. Jeff commençait à laisser éclater sa colère. Sa marionnette, quand à elle, sortit de son ventre deux belles lames bien tranchantes. Un combat allait donc commencer. Et il semblerait que ce soit le marionnettiste qui puisse vaincre en premier. Pendant ce temps, le jeune homme s'était mit de côté le temps de se reposer, préférant ne pas gêner son acolyte. En plus, il jouissait d'un avantage sur les deux adversaires, et il pourrait s'en servir plus tard pour parvenir à ses fins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Un superbe spectacle de marionnette [Pv Lucas Noah et Jac] Jeu 21 Mar 2013 - 14:45
Un ballon dans la main gauche, un petit caillou ramassé par terre, voilà les ustensiles dont je me servais pour expliquer au petit la nature de mon pouvoir. Je faisais voyager la pierre, tel un astéroïde, autour du ballon représentant une planète, expliquant qu’après une certaine vitesse et un contact avec l’atmosphère, la comète était désintégrée avant même d’avoir touché le sol. Après avoir listé les différents types et phénomène lié aux étoiles, je regardais le gosse à qui j’étais en train d’expliquer tout ça. Et pour tout dire, je me demandais si je ne parlais pas dans le vent.

L’enfant en face de moi m’avait interpellé, me demandant qui j’étais, après lui avoir expliqué mon statut, il ne cessa de m’affubler de la même question constamment, « Pourquoi ? ». Pourquoi-ci, pourquoi-là, encore et toujours la même question qui m’amena à lui expliquer de quoi sont constituées les planètes et autre particularités liées aux astres.

Il avait l’air intéressais, mais je sentais qu’il décrochait sur la fin de mes explications sur les supernovæ et la puissance qu’elles dégagent. Je sentais cela en l’observant, il était bouche bée avec ses lèvres mouillée par sa bave, tenant dans la main droite une glace gout fraise, fondant sur sa main. Ses grosses joues et son regard vide, son ventre encore bombé, un short de couleur beige et un t-shirt blanc taché en tous sens, et finalement une paire de sandale ayant servi de refuge à un chewing-gum.
Après tout ce temps je me posais seulement la question, où étaient ses parents ? Il était seul lors
que je l’ai rencontré, je me demandais bien où se trouvaient ses procréateurs. Autant lui demander directement :

« Eh petit, au fait, où sont tes parents ? »

Ma phrase le percuta, et il me regarda avec des yeux qui devenait de plus en plus brillant, un visage de plus en plus crispé, il laissa même tomber sa glace, et dans un hurlement :

« MMMMAAAAAAMMMMMAAAAAAANNNNNNNN !»

Depuis tout ce temps il était perdu, et très certainement que mon discours lui avait occupé l’esprit, l’empêchant de voir la réalité, de voir qu’il était perdu. Maintenant il était en train de chialer devant tout le monde, histoire d’attirer l’attention de tout le monde. Je me mis accroupi en face de lui, pour tenter de le rassurer, mais rien à faire, le seul moyen que j’avais pour tenter de le calmer était de lui proposer de retrouver ses parents avec lui.

Je le pris par la main, et commença à marcher, quand ses parents me verront avec leur gosse ils réagiront directement c’est certain. Et miraculeusement, le fait que l’on se balade l’avait calmé, il ne pleurait plus, et moi j’étais à la recherche de deux adultes affolé cherchant partout après un mioche perdu en pleine foule. Vu la taille de l’endroit ça ne serait pas une mince affaire, et heureusement pour le gosse, je n’avais pas un esprit mal tourné, mon but n’était pas de le disséquer juste pour le plaisir, et dire qu’il existe ce genre de personne.

Je nous achetait une canette chacun d’une saloperie de boisson super sucrée qui rend accro, même si dans la vrai vie je fais attention à ce que je bois, dans Dreamland, les saveurs disponible sont différentes et très intéressante à goûter. Bon, maintenant je me retrouvais en pleine foule, un gosse à la main, une canette dans l’autre, au beau milieu d’un troupeau de gens se déplaçant dans tous les sens. Bon recherche !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 166
Date d'inscription : 28/06/2012
Age du personnage : 17

Nouveau challenger
Lucas Emerillon
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 80
Renommée: 325
Honneur: - 95
MessageSujet: Re: Un superbe spectacle de marionnette [Pv Lucas Noah et Jac] Lun 6 Mai 2013 - 12:49
Le silence se fit. Il était impossible de savoir ce qu'allait prévoir chacun des deux adversaires mais ce qui était sûr, c'était qu'ils allaient attaquer. A quelle moment ? Impossible à prédire. Le duel de regards entre Noah et Jeff se faisait dur, et bientôt, il s'arrêterait pour laisser place aux effusions de sang. Ce fut La marionnette qui frappa la première. Elle s'élança vers les deux hommes et à l'aide de la lame qu'elle tenait dans sa main gauche, tenta de trancher le métis en deux. Celui-ci la vit venir et esquiva juste à temps. Malheureusement pour lui, il était presque d'aucune utilité de vouloir tenter d'esquiver comme ça quand on se retrouvait face à deux adversaires en même temps. Le magicien prenait compte de l'avantage du nombre et, de par un petit couteau qu'il avait placé dans une poche caché de son manteau, blessa la pauvre créature à l'épaule. La blessure se fit terrible. Une sorte de mini-gouffre géant d'où se projetait du sang en abondance. Noah mit sa main dessus pour essayer d'arrêter la douleur mais rien n'y faisait, il avait été salement touché. Il se serrait les dents comme il pouvait. Il recula de trois pas afin de se soutirer de Jeff et de son complice et, se forçant tant qu'il pouvait, créa une sorte de plate-forme d'air. Elle était invisible à l’œil nu, mais il était possible de comprendre sa présence car le métis était en train de la pousser. Ou plutôt, il donnait l'impression de la pousser. Soudain, il s'arrêta, puis le silence. Et alors, que plus rien ni personne n'esquissait le moindre mouvement, le magicien sembla être percuté par quelque chose, mais quoi ? Il fit un mini vol plané, dos en arrière, comme s'il venait de se prendre un bon gros coup sur le ventre. Il atterrit sur les plates-bandes derrière lui, du sang à la bouche. Une belle trace se présentait au niveau de son nombril, et il se releva difficilement. Tout indiqué qu'il venait de se faire blesser, il n'y avait aucun doute là-dessus. Quand à la marionnette, elle n'avait pas bougé d'un pouce. Pourquoi ? Question intéressante, mais qui ne possède pas de réponse. En vérité, elle s'était déplacé, mais bien trop vite pour être percevable. Elle avait placé un coup d'épée sur son cou, qui saignait un peu. Bizarrement, la blessure n'était pas très importante. Avait-elle était arrêté en route ? Les deux adversaires ne le savaient pas, mais Lucas, lui, oui. C'était lui qui avait sauvé la créature aux cheveux blancs. Avec l'un des couteaux du cirque qu'il avait gardé avec lui, il avait touché le jouet vivant au bras gauche, stoppant ainsi son offensive meurtrière. Maintenant, il devait rester discret, et ne pas bouger une seule fois, sinon cela se passerait mal avec Jeff, bien qu'il soit de son côté. Noah et le magicien se fixèrent de nouveau un instant avant de repartir à l'attaque. Cette fois, ce fut le métis qui frappa le premier, il administra un fabuleux coup de poing à la joue avant de se faire projeter deux mètres plus loin par Maryssa. Elle rangea ses deux lames dans son abdomen et ressortit cette fois avec deux marteaux. Elle commençait à vouloir taper plus fort qu'avant, et bien qu'elle ne puisse trancher, elle avait maintenant la possibilité d'écraser le crâne de la créature. Jeff se tenait derrière, le chapeau ramené en avant pour cacher son visage et ordonna à sa marionnette de passer à l'attaque. En face, le métis tenta de nouveau d'attaquer avec son espèce de plate-forme. Malheureusement pour lui, les gros marteaux de la jeune fille étaient durs et puissants et elle parvint sans difficulté à détruire la pauvre attaque devenue inutile. L'homme glissa avec sa cape et se retrouva par terre, pris au piège. Il allait mourir, c'en était fini de lui. Ou peut-être pas.

Lucas se tenait toujours là, à attendre le moment propice qui se rendre dans le fight. Il allait bientôt pouvoir y aller, et l'occasion d'abattre sa cible était proche. Le jouet vivant souleva l'une de ses lourdes armes et se prépara à écrabouiller son adversaire. Elle n'en eut pas le temps. Le voyageur invoqua les fils de Laurent et agrippa le bras levé de la demoiselle. Il tira dessus et eut droit à une chose plutôt étrange. Le bout de corps articulé se détacha du reste. Il tomba au sol, inerte. La réaction du garçon fut instantané. Les yeux grand ouverts, il était choqué. Jeff venait de lâcher un fou rire.

«  – Alors mon garçon, on veut me trahir, hein ? Mais ce ne sera pas aussi simple, car j'ai plus d'un tour dans mon sac, crois-moi ! D'ailleurs, tu viens de faire les frais de l'un d'entre eux. Maintenant, je sais que j'aurais bientôt deux morts sur ma liste des cadavres. Maintenant, reste à savoir comment je vais te tuer. Hmmm, ce n'est pas simple, car tu est plutôt futé et intelligent, ce qui ne me facilitera pas la tâche ...
– Tu ne crois pas si bien dire, mon cher nouvel ennemi.  »

Au début, le magicien ne dit rien, mais bien vite il comprit en voyant le long sourire se dessiner sur le visage du voyageur. Il souleva son chapeau et eut tout juste le temps de voir venir l'attaque. Gérard lui tomba dessus, l'écrasant comme il pouvait. Lorsqu'elle se releva, l’invocation avait bien cassé le pauvre homme, mais elle lui avait laisser la vie. Maryssa, qui obéissait aux ordres de Jeff, fonça vers l'invocateur, mais n'eut pas la présence d'esprit de penser à la pile vivante. Cette dernière l'envoya valdinguer à perpette d'un coup de poing ravageur. Ce combat était fini. Il n'avait pas encore réussi à tuer le marionnettiste, mais il s'en était bien tiré. Lui et Noah aurait quelques minutes de temps libre pour s'échapper. Le blond s'approcha de son coéquipier de combat et le souleva comme il pouvait.

«  – Merci de ton aide, jeune homme.
– De rien, c'était ce que j'avais prévu. J'ai la ferme intention de tuer cet homme. Mais pour l'instant, il faut se soigner et se préparer à l'affronter à nouveau. Maintenant que je sais comment il se bat, je vais pouvoir trouver de l'abattre. Viens, je t’emmène à l'hôpital le plus proche.
– Non, t'inquiètes, je pourrais m'y rendre tout seul. Donnes-moi juste un lieu de rendez-vous.
– La grande roue  »

Dès que le jeune homme eut achevé sa phrase, Noah lui tourna le dos et partit à la recherche d'un endroit où se remettre de ses blessures. Pendant ce temps, Lucas essaya d'élaborer un plan. Ou plutôt, il cherchait déjà à améliorer cette stratégie. Le moyen de tuer Jeff, il l'avait déjà en tête, et même malgré son manque de puissance, il était pratiquement sûr d'y arriver. Et tandis qu'il marchait tranquillement dans les rues, il réfléchit de plus en plus, tentant de rendre son plan infaillible.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Un superbe spectacle de marionnette [Pv Lucas Noah et Jac] Mar 14 Mai 2013 - 23:13
Je prenais une grande inspiration, comme si le désespoir venait de s’emparer de mon être, par où commencer, par où est-ce que je devais passer pour ramener le gosse à ses parents. Ce gosse dégueu, sa main collante et la smorf au nez, les yeux encore rouges de ses anciens pleurs. J’étais ici dans certainement l’un des endroits les plus amusants de Dreamland, et je me retrouvais avec la difficile tâche de m’occuper d’un enfant. Je n’avais pas l’âge pour ça, j’en ai déjà de nombreuses fois parlé avec ma chérie, avoir un enfant, oui, l’avoir maintenant, non. C’est évident, je veux profiter de ma jeunesse, vivre encore de nombreuses aventures, virevolter parmi les gens, me moquer des anciens et surtout ne pas me retrouver dans le même genre de situation que maintenant, ne pas m’amuser !

Ca faisait maintenant 20 bonne minutes que je trimballais cet enfant, refusant ses demandes d’aller faire pipi toutes les cinq minutes, c’est comme si il voulait que je lui lâche la main, alors que si cela se produisait, il serait surement perdu à nouveau en à peine 10 secondes. Ce n’était pas un groupe de personnes que nous étions en train de traverser, mains une mer d’être humanoïde incapable de s’excuser après avoir bousculé quelqu’un, et cela avait la fâcheuse tendance à m’énerver. En plus cette sensation étouffante que peut produire une foule, le souffle parfois sucré, parfois nauséabond des passant, leurs chaleurs corporel sur la mienne, le frottement du tissus humide par la transpiration et les stupidités que les gens peuvent raconter. J’en avais MARRE !

Au fond de moi, une émotion grandissait en moi, de plus en plus présente, comme si un tambour, au rythme lent et sourd, créé à chacune de ses pulsations un engrais nourrissant l’horreur qui s’emparant de mon âme et de mon esprit, une abomination que j’ai appelé Barry. Je serrais fort la main du gamin, afin de ne pas le lâcher dans l’action que je m’apprêtais à faire, cherchant l’endroit le plus approprié pour pouvoir sortir de ce bain à l’odeur désagréable. Je m’avançais difficilement, poussant les tous ceux qui se trouvaient sur mon passage, je n’avais que faire de ce qu’ils pensaient, la main gauche devant, agrippant un imbécile que ne voulait pas me laisser passer afin de le jeter un peu plus loin sur d’autres. Si je ne sortais pas d’ici peu, je péterais un plomb. Je ne voyais aucune sortie, si je continue je vais exploser, toujours aucune issue, je piétinais presque, serrant le poing, lorsque je reculais quelqu’un je le faisais plus violement qu’avant, je sentais une goutte de sueur sur le front. Une chaleur humide, j’avais chaud, et cela me mettais encore plus hors de moi. C’était décidé, j’allais foutre une patate au premier qui osait se mettre devant moi, je voyais un jeune garçon, un blond, préoccupais par je ne sais quoi, il se bouge ou je lui éclate la tronche. Heureusement pour lui, je vis une ouverture, un brin d’espace menant vers un endroit libre, et calme, comme une lueur solaire, observable entre deux nuages, image de bien-être et de bonne fortune, je me pressais de me jeter dedans.

Une rafale d’air pure, caressant mon visage, remplie de fraicheur et de pureté, il n’y a que dans ce genre de situation que l’on se rend compte du bonheur que peut apporter une brise, vent bienfaisant et rafraîchissant à souhait. Plus mes poumons s’emplissaient de ce cadeau, et plus je me sentais heureux, et en pleine forme, satisfait de ma journée si je ne devais pas encore me coltiner ce petit renifleur. Malgré la situation, je ne me sentais pas calmé, les mains encore tremblantes et le souffle au rythme légèrement supérieur, je me devais de trouver quelque chose pour faire redescendre cet état émotionnel. Je mettais droit, torse légèrement relevé, observant une quelconque activité, même la plus primaire me suffirait, comme un jeu ou il fallait frapper dans un sac, ou un balle devant renverser des cannettes comme j’étais en train de le voir dans un stand plus loin. Je m’approchais donc, petit sourire au coin des lèvres car ce genre de jeu était fait pour moi.

Le stand était constitué normalement, avec une sorte de comptoir à l’avant, surmonté d’une affiche présentant le nom de « Tu l’auras pas p’tit gars », en grosse lettre peintes en jaune, sur un bois de moyenne qualité. A l’intérieur se trouvait un homme de petite taille, on aurait pu dire qu’il ressemblait à un leprechaun, une pipe dans la bouche, portant une veste jaunâtre, aux rebords noirs, un pantalon marron, une barbe et des cheveux roux avec un air hautain. Celui-ci s’amusait à faire tourbillonner une pièce en l’air, tout en mâchant je ne sais quoi avec la bouche ouverte. Quand il me vit arriver, il souria, crachant ce qu’il avait en bouche, ce qui produisit un bruit métallique

« Je vois que nous avons un nouveau challenger, tu penses être à la hauteur gamin ? »

« C’est combien ? »

« Gratuit, vu que c’est la première fois que je te vois tu as le droit à trois essaie offert par la maison, alors profites-en »

Aussitôt il venait de terminer son dialogue, que trois balles apparurent face à moi, et avant de faire quoi que ce soit, je jetais un coup d’œil aux prix que l’on pouvait remporter. Des grandes peluches, tailles humaines étaient suspendu au-dessus de moi, représentant des personnages connus dans tout Dreamland. Sur des étagères était disposé des objets en tout genre, et magique qui plus est, ce sont des objets intéressant et de grandes valeurs, cela était étrange pour un simple stand. Quoi qu’il en soit, je regardais le tas de cannettes, saisissais une des balles, pris quelque instant pour me concentrer, et lança la balle, faisant un coup magnifique, il ne restait à présent plus que 1 seule cible, ayant fait tomber les 14 autres. C’était du gâteau, je me demandais surtout quel cadeau j’allais emporter avec moi, tout en lançant la deuxième balle, qui celle-ci vint se fracasser sur la dernière restante. Trop facile dite vous ? Je l’avais bien touché, mais elle ne bougea pas d’un poil, et c’est dans un éclat de rire que le forain me regarda. Il se foutais bien de ma gueule, mais j’allais lui montrer qui était le plus fort à ce jeu, je m’emparais du dernier projectile qu’il me restait, et en une fraction de seconde je le faisais s’illuminer, se soulevant de ma paume comme par lévitation, afin de finalement projeter avec mon pouvoir, la morceau sphérique de couleur jaune et bleu sur la survivante. Celle-ci tomba à terre, emmenant avec elle la table à laquelle elle était attachée.

Cet avec un visage surpris et dégouté que le teneur du stand me refusait de m’offrir quoi que ce soit, comme quoi j’avais pu tricher et il n’eut pas le temps de finir ses phrase qu’un homme apparu, tout d’une armure vêtue.

« Je suis le juge des jeux, de la vérité et des coups foireux, je suis ici pour régler les injustices »

Après avoir prononcé ces mots, le visage du forain se décomposa, se rendant compte qu’il était obligé de me laisser partir avec l’un de ses prix. Je ne savais trop quel objet prendre, hésitant et observant tout ce qu’il y avait, je pris du temps à me décider, trop de temps apparemment. En effet, l’enfant que j’avais avec moi avait pris, comme par magie, une voix masculine, très virile et adulte, demandant un des prix, une petite statue de chien. Je n’en revenais pas, il venait de me voler ma victoire, mon prix, ma réussite, et il avait une grosse voix, incompréhensible. Le juge disparu, le teneur du stand nous disait de dégager et je me retrouvé face au petit bonhomme, j’imagine qu’il fallait que je l’appelle ainsi maintenant. Je m’accroupissais à son niveau, et ce n’était plus le visage mignon et plein de morve que j’avais connue jusqu’à maintenant, mais une face âgée, muni d’une moustache, au traits vieillissant et nombreuse rides, une dentition plus que négligée. Je tombais en arrière, écrasant mon postérieur sur le sol tellement je fus surpris.

« Eh bien, j’ai bien fais de te suivre jusqu’ici, tu m’auras finalement apporté quelque chose d’intéressant à te piquer, allez à plus du genou. »

Dit-il en s’enfuyant, brandissant son nouveau trophée, tout cela accompagné sur rire diaboliquement diablotin. C’était la goutte qui avait fait débordé le vase, déjà, j’ai dû me le coltiner tout ce temps, dans une foule d’irrespectueux, calmant mes nerfs sur le stand truqué, voilà qui avait mis mes sens en ébullition, je me relevais, la tête baissée, yeux fermé, avec un visage se crispant de plus en plus de colère lors d’une longue inspiration. Une fois les yeux ouvert, je fonçais à la poursuite du gnome qui venait de me faire ce sale coup, le poing serré, je bousculais deux trois personnes sur mon chemin. Je gagnais du terrain, c’est qu’il courrait vite l’autre là, avec ses petites jambes, il se retournait parfois en courant pour me regarder, le visage affichant un sourire narquois, comme si il voulait me provoquer encore plus. Il était à deux mettre de moi, passa à travers une foule de personne, et dans le tas, un gars, totalement ailleurs, dans ses pensées en train de réfléchir à je ne sais quoi, il ne fit presque pas attention au nain qui venait de passer devant lui en courant, restant immobile, si proche, si inattentif, tellement sur mon chemin… Je lui fonçais dedans, avec une telle force que nous avons été éjecté quelque mètres plus loin, dans de l’herbe heureusement, cela amortit la chute. Je me relevais, m’empressais vers lui afin de le relever, l’agrippant par le col, prêt à frapper.

« Tu peux pas regarder où tu marches ? »

C’est tout ce que j’avais réussi à lui dire, mais en fin de compte, qui était le fautif ? Je baissais directement les bras, me rendant compte de ma connerie, je le lâchais en faisant un pas en arrière.

« Je suis désole, je me suis laissé emporter, on vient de me faire un sale coup, j’ai passé une très mauvaise journée, tout ce dont j’ai envie c’est de me défouler sur quelque chose, mais pas sur toi bien sur »

Barry venait de redescendre.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 249
Date d'inscription : 30/01/2013
Age du personnage : 24

Citoyen modèle
Noah Alighieri
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 350
Honneur: -15
MessageSujet: Re: Un superbe spectacle de marionnette [Pv Lucas Noah et Jac] Lun 3 Juin 2013 - 17:20
Un petit duel de regards. Le silence, pesant comme une chappe de plomb, cristalisait la scène. devant moi, un marionettiste fou, pleins de mauvaises attentions. Il avait surement tué des dizaines de gens et personnes ne le savait. Mais en ce moment, alors que nos regards se croisaient et orchestraient une bataille de regards mémorables, ce qui m’inquiétait était ma propre survie et non l’hypothétique mort de dizaine de personnes. J’était la, devant lui et il fallait que j’agisse, et vite. ce n’était pas comme ça, figé comme un tuteur a tomate que j’allais réussir a m’en sortir. Mais mon ennemi fut plus rapide que moi. Envoyant sa marrionette vers moi, toutes lames sorties, j’arrivais a l’esquiver en me baissant pour esquiver les lames de boucher qui sortaient de son torse. Mais l’avantage du nombres fut ce qui précipita mon corps sur le sol quelques secondes plus tard. Ce qui semblait etre un poignard m’avait explosé l’épaule, laissant un torrant de sang coulé le long de mon épaule. Pressant ma main sur mon péaule pour essayer d’endiguer le flot de sang, ma vue commencait déjà a se troubler lorsque j’envoyais un plateforme de toute mes forces sur le marionnettiste, utilisant toute la force que me laissait mon seul bras valide.

La plateforme volat a travers la place déserte, atteignant le marionnettiste, l’envoyant voler quelques secondes avec les colombes qui se balladaient sur la place. Une trace de sang trace de sang coulait le long de sa joue, confirmant que je l’avais bien touché. MAis ce serait mon dernier coup d’éclat. Ma vue baissait au fur et a mesure que le sang s’échappait de ma plaie, faisant basculer ma conscience. Un liquide chaud coulait le long de mon cou, m’informant qu’une autre blessure ornait mon corps. Il fallait que je trouve une ouverture, l’histoire de gagner du temps. N’y tenant plus, je sautais vers lui et lui administra un coup de poing sur le joue, pile a l’endroit ou je l’avais toucher précédement. Malheuresement pour moi, bah de vol plané cette fois-ci, a part pour moi. Sa marionnette revint a l’assaut et me fit voler quelques mètres plus loin, atterissant sur mon épaule meurtrie, tachant de sang les pavés qui, disons-le n’étaient pas très propres a la base. Et comme si ça ne suffisait pas, le corps en porcelaine se rapprochait vers moi, deux grands marteaux a la main. “C’est bon, on t’a jamais dit que l’acharnement c’était mal?”. C’est ce que j’allais dire, mais devant deux marteaux de la taille d’une épée, mieux fllait ne pas la ramener pour ne pas finir en concassé. Mon silence n’empecha pas la marionnette de lever le bras pour essayer de m’écraser sauvagement sur le pavé. Mais ironiquement, ce fut ce bras qui finit sur le pavé. Presque instantannément, Jeff se mit a rire. “Il a peté les plombs ou quoi?”. Il regarda le garçon qui était resté sur le coté en tant que spectateur et s’adressa a lui:

« – Alors mon garçon, on veut me trahir, hein ? Mais ce ne sera pas aussi simple, car j'ai plus d'un tour dans mon sac, crois-moi ! D'ailleurs, tu viens de faire les frais de l'un d'entre eux. Maintenant, je sais que j'aurais bientôt deux morts sur ma liste des cadavres. Maintenant, reste à savoir comment je vais te tuer. Hmmm, ce n'est pas simple, car tu est plutôt futé et intelligent, ce qui ne me facilitera pas la tâche ...

– Tu ne crois pas si bien dire, mon cher nouvel ennemi. »

Ah, retournement de situation! Comme ça, ce garçon était de mon coté. enfin, si on pouvait encore me compter comme combattant avec un bras en moins et la vue qui n’arretait pas de baisser, a cause de la perte de sang. Enfin, qu’importe, en ce moment meme le “cher nouvel ennemi” gisait sous une... pile géante. Une pile géante.... Sérieusement, j’aurai tout vu. M’enfin bon, je me foutais bien de la manière avec laquelle il bouffait la poussière du temps qu’il s’acharnait plus sur moi. Le temps que je reprène mes esprits, sorant d’un léger état d’ensomeillement, le marionettiste était parti et le jeune garçon me tendait la main pour m’aider a me relever. Main que je serais quelques secondes plus tard:

« – Merci de ton aide, jeune homme.

– De rien, c'était ce que j'avais prévu. J'ai la ferme intention de tuer cet homme. Mais pour l'instant, il faut se soigner et se préparer à l'affronter à nouveau. Maintenant que je sais comment il se bat, je vais pouvoir trouver de l'abattre. Viens, je t’emmène à l'hôpital le plus proche.

– Non, t'inquiètes, je pourrais m'y rendre tout seul. Donnes-moi juste un lieu de rendez-vous.

– La grande roue »

Hum. La grande roue. Bon, pourquoi pas. Esquissant un léger signe de la main, je lui tournait le dos pour chercher un endroit pour me faire soigner. Un endroit que je n’eus pas de mal a trouver, étant donné qu’il se trouvait.... Au bout de la rue. Poussant la porte du pied, je ne sentais pas l’odeur caractéristique des hopitaux; médicaments, stérilisation, non ça ne sentais rien de tout ça. presque aussitot avoir posé mon pied dans l’hopital, une femme d’a peu près 25 ans, en tablier orné d’un petit chat pointa le bout de son nez d’une porte bleue qui se trouvait au fond du vestibule:

“-Rohalala! Mais on n’as pas idée de se défoncer l’épaule comme ça! Mais vous êtes inconscient ou juste stupide? Bon, je fait réparer ça, mais que je ne vous revoie plus ici!”

Elle posa ma main au dessus de ma blessure et une lumière orangée apparut entre ses doigts, couvrant ma blessure qui, une demi-seconde plus tard avait disparu comme un mauvais souvenir, tout comme le trou dans mon manteau:

“-Bon, ça ira comme ça je pense... Ah non, comme si ça suffisait pas! A quelques millimètres, vous seriez mort! Non mais sérieusement, qui t’as mis l’idée de t’esquinter a ce point là dans la tête! Ton conduit respiratoire a faillit etre ouvert! T’aurais crevé comme un poisson qu’on sort de l’eau!”

Cette fois-ci, elle se contenta juste de passer son doigt sur ma plaie, ce qui provoqua un léger piquotement. Cette blessure devait etre guérie elle aussi:

“-Putain, je suis vannée, je vais pioncer! Reviens pas!”

Et elle parti aussi brusquement qu’elle était arrivée, me laissant seul dans le vestibule, le silence s’installant une seconde fois dans la pièce. enfin, sa manière de soigner expliquait l’absence d’odeur de médoc, et, pour tout dire, elle était bien efficace, mon bras bougeait normalement, e cela m’évitait de me balader avec un bras en écharpe.

Maintenant il fallait que je rejoigne mon “compère” a la grande roue”; Si je me souvenais bien, la grande roue était à l’Est du royaume, c’est a dire presque à l’autre bout de la rue. “Déicdement, je suis bien chanceux aujourd’hui.” c’est ce que je me disais lorsque je sortis de l’hopital, abandonnant la furie qui, a ses dires faisait une sieste. Sentiment vite balayé par une vague de péssimisme massive lorsque j’entendis le message suivant qui sortit des haut-parleurs qui ornaient le haut de chaque reverbère:

“Votre attention s’il vous plait! Il y a quelques minutes, deux personnes ont attaqué Jeff le marionnettiste! Ce serait deux dangereux terroristes....”

Et le message continuait en donnant notre signalement et incitait les habitants a prévenir les gardes si jamais ils nous voyaient. Je devais me dépécher de rejoindre le garçon, mais en passant par un autre chemin. Traversant les petites rues, capuche sur la tete, j’arrivais une demi-douzaine de secondes plus tard devant ce qui semblait etre la palissade du parc d’attractions. Créeant un escalier avec mes plateformes, je passais derrière la palissade, en espérant ne m’être fait apercevoir par personne. Me dirigeant vers la grande roue, j’épiais du regard tout les gens qui passaient devant moi, suspectant chacun de m’avoir reconnut. Arrivé enfin a la grande roue, j’aperçut le garçon que je devait rejoindre. Me faufilant a travers la foule, je posais la main sur son épaule, serrant un minimums parlant le plus calmement possible:

“-Attends, je bouges pas, garde un air normal. C’est moi, Noah. Je suppose que tu le sais déjà, mais ce fumier de marionettiste a décidé de nous foutre dans la merde jusqu’a la fin. un message a était diffusé par les haut parleurs, disant que nous sommes de dangereux terroristes venus pour le tuer. En gros, on est recherché, alors on va devoir sortir incognito de là. Suis-moi.”

Je me retournais sans regarder sa réaction, me dirigeant vers l’endroit par lequel j’étais rentré quelques secondes plus tot. Je fus vite arreter par des cris venant de ma gauche:

“-Ceux sont eux! Attrapez-les!”

Me retournant, je regardais le jeune homme, lui glissant quelques mots “Surtout, on reste ensemble, ok?”


[Hrp] Oui, j'ai fait long, oui je nous ait foutus dans la merde, mais je trouvais que notre situation n'était pas assez merdique. Oui j'aime aussi qu'on soit dans la merde XD [Hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 166
Date d'inscription : 28/06/2012
Age du personnage : 17

Nouveau challenger
Lucas Emerillon
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 80
Renommée: 325
Honneur: - 95
MessageSujet: Re: Un superbe spectacle de marionnette [Pv Lucas Noah et Jac] Jeu 29 Aoû 2013 - 16:21
" - Votre attention s’il vous plait! Il y a quelques minutes, deux personnes ont attaqué Jeff le marionnettiste! Ce serait deux dangereux terroristes ... "

L'annonce de cette nouvelle ravissait Lucas au plus haut point. Son plan serait d'autant plus efficace avec un public pour y assister. Maintenant qu'il était recherché, il devait se faire plus petit mais cela n'avait aucune importance quand à l'exécution de sa besogne. Bien évidemment, s'il se faisait attraper, tout ce qu'il avait fait jusqu'à présent n'aurait servi à rien. Mais le jeune homme ne s'inquiétait pas pour ça. Non, ce qui le préoccupait le plus était d'arriver à attirer Jeff à lui. Que se passera-t-il si ce dernier n'osait pas se montrer, et ce pour quelque raison qu'il soit ? Cette idée embêtait bien le blond. Il ne pensait pas voir son plan échoué parce que sa cible se trouvait en vérité être un gros lâche. Peu après s'être séparé de Noah, il s'était dirigé dans un bar pour se remplir l'estomac et recouvrer ses forces au maximum, lorsqu'il se posa la question. il se tracassa pendant une bonne demi-heure avant que l'on informe les habitants du royaume de sa présence ainsi que celle de son "compère" dans les environs. Heureusement, personne n'avait connaissance de son visage dans ce bar.

Le voyageur acheva sa chope de bière avant de prendre un mouchoir, un stylo, et d'y inscrire une phrase qu'il plaça ensuite sous son verre, puis il s'en alla. Le sourire aux lèvres, il avançait lentement vers la grande roue parfaitement visible depuis sa position lorsqu'un cri se fit entendre à l'intérieur du bâtiment d'où il venait. l'instant d'après, on entendait des voix vociférant des insultes à l'égard de Lucas. Ce dernier s'activa un peu plus et commença à courir vers sa destination, bientôt suivi par plusieurs dizaines de personnes armés de façon artisanale. Fourchette, couteaux, bouteille en verre brisée ... Il y en avait même un qui avait un pied de chaise à la main. Une petite armée s'était attroupé pour pourchasser le jeune homme. Son mouchoir signé "le futur assassin de Jeff le marionnettiste" avait fait réagir les gens comme il le souhaitait. Maintenant, restait à les amener là où il voulait. Lâchant un petit rire diabolique, il accéléra au maximum et tourna rapidement sur la droite, la grande roue se présentant face à lui. Tout se passait comme prévu. Son plan pouvait maintenant débuter.

En quelques foulées, il atteignit une petite ruelle tout près de sa destination. Ses poursuivants ayant bizarrement prit un retard considérable, il n'était pas encore en vu, donc il pouvait parfaitement la possibilité de se cacher sans se faire repéré. Il choisit cette option et alla se poster derrière un carton de chargement et attendit que ses poursuivants finissent par disparaître. Ceci fait, il tâcha de scruter les alentours. Rien d'extraordinaire, il y avait des rangées de boîtes similaires à sa cachette parqués dans l'allée. Un petit sifflement attira tout de même l'attention du blondinet. Un plombier passait par là. Un sourire machiavélique se dessina sur le jolie minois du voyageur.

" - Exactement ce qu'il me faut ! " pensa-t-il joyeusement.

Il sortit de la ruelle tranquillement, prenant soin de ne pas se faire reconnaître par quelqu'un et suivit discrètement le travailleur qui semblait prendre la direction de la grande roue. Lucas rattrapa en quelques secondes le vieil homme chauve et l'interpella calmement.

" - Eh, monsieur ! Vous êtes plombier ?
- Oui, pourquoi ?
- J'ai mon évier bouché ! Vous pourriez m'aider à le déboucher ?
- bien sûr, j'ai du temps devant moi ! Pourriez-vous m'indiquer où elle se trouve ? "

Le jeune homme tendit la main vers la petite ruelle où il se tenait peu de temps auparavant. La première étape de son piège s'était déroulé sans bavure. Le reste ne serait donc pas très compliqué. La créature des rêves, puisque le vieil homme, offrit son plus beau sourire au garçon avant de se diriger vers l'allée pleines de boîtes en cartons. Une fois qu'il y fut engouffré, Lucas le stoppa au milieu et le regarda d'un air plutôt pensif avant de lui asséner un coup de poing magistral. Ne s'y attendant pas, la victime tomba par terre, inerte. L'invocateur s'empressa de l'alléger de sa tenue de travail et de le recouvrir d'un drap pour le cacher le temps de son inconscience, puis s'habiller avec son butin. Il chopa rapidement la caisse à outils qui traînait au sol et s'en alla vers sa destination : la grande roue. A peine quelques minutes de marches, et il atteignit l'entrée du gigantesque manège. Il vint se présenter convenablement auprès du gérant.

" - Bonjour. On m'a envoyé faire une vérification de l'engin, histoire de s'assurer de sa solidité.
- montre-moi ta carte d'identité et je te laisse passer. "

Le blondinet fouilla ses poches et en extirpa une carte. Fort heureusement, seul le nom et le numéro de travail apparaissait dessus. Lucas n'aurait donc aucun mal à pouvoir grimper sur la grande roue. Il présenta son justificatif de passage, qui lui fut très rapidement rendu, et s'empressa de préparer son matériel pour escalader la machine. La trousse du plombier contenait un grappin, bizarrement, ainsi que différents objets tels qu'un tournevis, un marteau et d'autres choses qui se reportait à la mécanique. Sa victime n'était donc pas un plombier mais un réparateur ou quelque chose dans le genre. il portait une drôle de tenue pour un métier comme celui-ci, mais le jeune homme se dit que comme il se trouvait dans Dreamland, cela n'était pas extraordinaire et même très commun. Il ne s'attarda donc pas sur ce détail. Il prit le grappin en main et la lança assez fort pour atteindre le centre du manège. Après quelques essais infructueux, le garçon parvint tant bien que mal à s'accrocher au socle de la grande roue. Il testa la résistance de la corde avant de démarrer son ascension. Celle-ci se déroula plutôt bien et, grâce à un belle effort de l'invocateur, l'écrou géant fut gravi. Lucas repéra un compartiment à l'intérieur du socle. Il y pénétra et tomba rapidement sur ce qui semblait être l'ossature du manège. Bien maintenant qu'il avait atteint son objectif, il restait une dernière étape à faire. Il posa la boîte à outils qu'il tenait jusque là et commença sa besogne.

Le soleil pointait à l'horizon. Le jeune homme venait de finir son boulot et descendait alors de son lieu de travail. Une fois au sol, il replia bagage et passa voir le gérant de la machine. Il salua convenablement l'homme avant de prendre congé de ce dernier et de partir dans la rue marchande. Plusieurs centaines de personnes y étaient agglutinées, jalonnant entre les attractions dans l'espoir d'y faire un petit tour. Le blondinet scruta la scène avec rigolade pendant un instant avant d'apercevoir dans le tas de gens une silhouette familière. Il fit le tour de l'allée, après s'être délivré de son accoutrement ridicule de bosseur et rejoignit sa cible. Arrivé à sa hauteur, il lui tapota l'épaule avant de se rendre compte qu'il ne s'agissait pas de Noah. Pourtant, il semblait connaître cet inconnu. Puis il se rappela qu'il l'avait aperçu à l'intérieur du cirque avant le début du spectacle sanglant. Il faisait parti des spectateurs. Le pauvre monsieur prit peur en découvrant que son interlocuteur était celui qui avait fait le massacre des treize personnes survenu quelques heures auparavant. Il prit la fuite en hurlant de frayeur et obligea le jeune homme à s'en retourner vers la grande roue. Soudain, une main lui toucha l'épaule. Il frissonna un coup avant de reprendre son calme en entendant le voix qui lui était adressé.

" - Attends, je bouges pas, garde un air normal. C’est moi, Noah. Je suppose que tu le sais déjà, mais ce fumier de marionnettiste a décidé de nous foutre dans la merde jusqu’à la fin. un message a était diffusé par les haut parleurs, disant que nous sommes de dangereux terroristes venus pour le tuer. En gros, on est recherché, alors on va devoir sortir incognito de là. Suis-moi. "

Sans même laisser le temps au voyageur de répondre, la créature des rêves se dirigea vers la foule de gens, et sauta une palissade. Lucas le suivit sans discuter, souhaitant dévoiler son plan rapidement. Mais ses poursuivants n'étaient pas de cet avis. Apparaissant soudainement de nulle part, ils prirent au dépourvu les deux fuyards.

" - ce sont eux ! Poursuivons-les ! "

Et merde ! Ils pouvaient pas mieux tomber, ceux-là ! C'est en tout cas ce que se disait l'invocateur tandis qu'il continuait de suivre son acolyte. Ce dernier, ne prenant pas soin de regarder si le jeune homme était bien derrière lui, rajouta :

" - Surtout, on reste ensemble, ok ?
- Ecoute, j'ai un plan pour avoir Jeff. Il va falloir que tu t'occupes de sa marionnette et que tu débrouilles pour l'attirer sous la grande roue, pile au niveau des grands cercles, et tu fais en sorte qu'elle ne bouge plus. Puis tu attends. Je serais dans l'une des cabines du manège, à attendre que tu sois prêt. Il va donc falloir se séparer encore une fois. Mais pour environ cinq petites minutes seulement. Je te laisse faire pour nos poursuivants. Avec la foule environnante, tu devrais facilement les semer. Trouve ce foutu Jeff et envoies-le moi, on est d'accord ? "

Sans même attendre une réponse de son compagnon de galère, il invoqua Laurent et envoya ses fils sur un poteau avant de s'envoler quelques instants et d'atterrir sur la plateforme pour aller dans la grande roue. Lucas une nouvelle fois un super saut avec les fils de son invocation pour rejoindre une nacelle au sommet du manège. Une magnifique vue s'offrait au loin. Ce qui semblait être le soleil tout à l'heure était en fait une gigantesque créature céleste ressemblant à l'astre de feu. Le jeune homme repéra alors une ombre mouvante dans la lumière couchante. Très vite, il sut qui c'était. Il commença de trembler avant de reprendre son calme en pensant à quelque chose. Il s'accrocha à sa place et se prépara au choc. En face, le lapin dur-à-cuir pénétrait dans Circus Attraction, détruisant tout sur son chemin, il sentit l'odeur de sa proie et la suivit jusqu'à la grande roue. L'apercevant installé dans une des nacelles, il prit appui sur ses grandes pattes roses bonbons avant de percuter le socle du manège. Déséquilibré, ce dernier tomba.

" - Chaud devant ! " s'écria joyeusement le blondinet tandis que face à lui s'accomplissait son plan à merveille.


Pour Noah:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 249
Date d'inscription : 30/01/2013
Age du personnage : 24

Citoyen modèle
Noah Alighieri
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 350
Honneur: -15
MessageSujet: Re: Un superbe spectacle de marionnette [Pv Lucas Noah et Jac] Ven 30 Aoû 2013 - 16:57
“- Ecoute, j'ai un plan pour avoir Jeff. Il va falloir que tu t'occupes de sa marionnette et que tu débrouilles pour l'attirer sous la grande roue, pile au niveau des grands cercles, et tu fais en sorte qu'elle ne bouge plus. Puis tu attends. Je serais dans l'une des cabines du manège, à attendre que tu sois prêt. Il va donc falloir se séparer encore une fois. Mais pour environ cinq petites minutes seulement. Je te laisse faire pour nos poursuivants. Avec la foule environnante, tu devrais facilement les semer. Trouve ce foutu Jeff et envoies-le moi, on est d'accord ? "

Meme pas le temps d’ouvrir la bouche que le jeune homme disparut dans la foule, partant vers la grande roue. Bon. Il fallait donc que je trouve Jeff… Sans indice… LA seule solutiontion était de l’appater. Courant a travers la foule, poussant des gens dans des stands ce chichi, de barbe a papas et autres pour créer un désordre ambiant, ce qui se fit en quelques minutes, semant les graines de l’anarchie a travers le parc d’attractions, jetant des planches dans les attractions, poussant des gens dans des groupes de personnes, la belle entente qui régnait quelques minutes auparavant pour nous capturer en avait pris un coup, et les derniers forcenés allaient avoir du mal a me trouver. Ne restait plus qu’a ramener Jeff.

Déambulant a travers les stands défoncés, les quelques bagarres, les attractions hors-services, j’étais désesperemment a la recherche d’un megaphone. Ou un porte voix. Scrutant a droite et à gauche, inspectant les cabines, les stands, je fini par en trouver un, dans la cabine d’un train fantome. Maintenant que j’avais ce qu’il me fallait, faire venir Jeff sous la grande roue n’était qu’une question de temps, et c’est l’esprit sur de mon stratagème que je rapprochais de la grande roue, qui projetait son ombre gigantesque sur le parc.

Montant sur une enième cabine de maintenance, la plus pret de la grande roue, je portais le megaphone a portée de voix, actionnant l’amplificateur en m’éclaircissant la voix:

“-Eh Jeff, t’en a pas marre de jouer a la poupée? Ramène toi qu’on en finisse une fois pour toute! Toi et ta marionnette a deux E;V, vous faites pas le poids contre moi! En plus qu’est-ce qu’elle est moche! Tu l’as eu en solde ou quoi?”

Bon, mégaphone aidant, il avait surement du entendre ma voix même s’il n’était pas tout près, ne restait plus qu’a attendre. Et je n’eus pas a attendre très longtemps, car quelques secondes après, je le voyais déjà approcher, Le haut de son corps dépassant du reste de la foule a cause de sa grande taille. Il regardait autour de lui, l’air furieux, cherchant avec zèle la source du bruit. Sifflant avec mes doigts, il tournat la tête vers moi, assez vite pour me voir lui faire une signe de la main, le sourire au lèvres. Dès qu’il me vit, il se rua vers moi, poussant les gens, les envoyant dans le décor comme je l’avait fait quelques minutes plus tôt

“-Alors, je suppose que ma petite déclaration t’as fait énormemment plaisir non? déclarai-je en appuyant volontairement sur le mot “énormemment.”

Etait-il a bout? Surement car il prit meme pas le temps de me répondre et lança directement l’assaut, armé de sa marionnette qui se rua sur moi. MAis j’avais un coup d’avance sur lui, et heureusement. J’étais fin pret, et ce fut sans mal que j’interceptais sa marionnette, la calant entre deux planches en bois sur lesquelles je m’assis pour la bloquer.

“-Bon, alors, discutons un peu veux-tu? Tu sais très bien que dans l’état des choses, je risque d’abimer ton jouet n’est-ce pas?
-Espèce de…. Rends la moi!
-Oooh Mais c’est pas gentil ça, tu veux vraiment que je lui casse un membre? lui répondis-je avec un ton léger qui semblat le rendre encore plus furieux.
-Rends-la moi!
-Pourquoi?”

En fait, j’essayais de gagner du temps pour que Lucas soit fin prêt. J’étais a l’emplacement convenu, il ne me restait plus qu’a attendre. Ce fut un crissement métallique qui m’informa du danger éminent venant de mon dos. Me retournant, je vis que la grande allait… sortir de son socle:


“-Alors c’était ça son plan?! Il me troue l’cul lui!”

Ce fut a la dernière minute, alors que le stand sur lequel j’étais allait se faire écraser que je sautait du sillage de la roue, évitant d’etre réduit a l’état de purée onirique. Ce qui fut réduit à l’état de purée, ou plutôt de poussière, ce fut la marionnette dont j’avais oublié le nom. Me frottant les mains, je regardais la roue partir dans la ville, non sans inquétude:

‘Eh Jeff, ton joujou est cassé? C’est con nan?”

Le marionnettiste, qui s’était jeté dans le sillage de la roue pour essayer de sauver ne serait qu’un membre de sa précieuse poupée avait le bras droit en bouillie. Ce fut avec un regard terrifiant qu’il me regarda et s’adressa d’un voix basse et pleine de haine, a tel point que je dus tendre l’oreille pour entendre ce qu’il avait a me dire:

“Toi… Tu as osé.. tu as tuer Maryssa!
-Ah oui, c’est vrai qu’elle s’appelait Maria, lui répondis-je en écorchant son non exprès. Bah, après tout c’est rien qu’un tas de poussière maintenant! remarque que j’agrémentais d’un petit rire sadique. tu veux me tuer non?
-Te tuer? Non, c’est pas assez, je vais te vider, tendre ta peau et faire de toi une nouvelle marionnette.
-Wow… t’es sur que ça va. Bah après tout je m’en fous. Mais si tu veux m’attraper, viens!”

Et c’est ainsi que je me mis a courir, ne doutant pas une seconde que Jeff n’allait pas me suivre. Prenant le mégaphone, j’interpellais Lucas qui devait etre dans les environs:


“-Eh Lucas! C’est Noah! Ramène le plus de monde possible a l’entrepot vert a coté du chapiteau! Je t’attendrais là-bas!”


[Hrp] Bon, je te laisse poster tu dis que tu ramènes les gens et que tu commences a entendre des trucs venant de l'enpot, si tu veux, je cloturerais le Rp a mon prochain post. Au fait, j'avais la flemme de mettre les couleurs désolé, je les mettraient plus tard[HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 166
Date d'inscription : 28/06/2012
Age du personnage : 17

Nouveau challenger
Lucas Emerillon
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 80
Renommée: 325
Honneur: - 95
MessageSujet: Re: Un superbe spectacle de marionnette [Pv Lucas Noah et Jac] Ven 30 Aoû 2013 - 18:43
" - Eh Lucas! C’est Noah ! Ramène le plus de monde possible a l’entrepôt vert a coté du chapiteau! Je t’attendrais là-bas! "

La déclaration de la créature des rêves résonnait comme une musique dans la tête creuse de Lucas. Quelques secondes auparavant, il se trouvait encore dans la grande roue qui s'effondrait, cherchant un endroit ou coller ses fils pour fuir. Ayant trouvé un lampadaire à proximité, il s'y était accroché solidement avant de voleter et d'atterrir tranquillement au sol, échappant ainsi à la mort. Autour, tout semblait vide. La plupart des gens s'étaient agglutinés vers le point exact où le manège géant avait percuté la terre. Il semblait au voyageur que quelque chose s'y était passé. Bien évidemment, la réponse lui vint immédiatement au cerveau. Que pouvait-il s'être passé d'autre que cela ? Noah avait donc rempli sa mission à la perfection. Mais avec ce qu'il venait tout juste de déclarer, lui et le blondinet n'en avait pas encore terminé avec ce foutu Jeff.

" - Compte sur moi, mon gars ! " répondit l'invocateur pour lui-même.

Aussitôt qu'il eut achevé de parler, il ré-invoqua ses fils et sauta jusqu'au centre du rassemblement. Il fut instantanément repéré par la foule qui se tourna vers lui en affichant un regard rempli de haine. On voyait bien qu'il n'était pas content qu'on s'en prenne à leur marionnettiste préféré. C'était logique en même temps : il n'avait jamais était incriminé, donc pour tout le monde, il passait pour un citoyen modèle. Mais cette nuit, il serait révélé au grand jour et ce, grâce à Noah et le jeune homme. Resté maintenant à prouver tout ceci. Lucas se dit que son compère s'en chargerait et qu'il n'avait pas à s'en inquiétait. Mais une toute autre affaire l'incombait désormais : il devait attirer les spectateurs vers l'entrepôt au revêtement vert caïman. En scrutant l'entrée qu'il parvint à voir furtivement, il aperçut deux ombres s'y faufilait. C'était donc bien là qu'il devait des diriger avec ses poursuivants.

" - Votre attention s'il vous plaît ! Je sais que vous voulez faire de moi et mon "pote" de la chair à pâtée, mais avant que vous ne fassiez cela, je voudrais que vous me suivez vers ce bâtiment. dit-il en indiquant l'endroit où se trouvait Noah et Jeff. - Je souhaiterais simplement que vous y passiez un coup avant de vous occupez de moi. Si vous le faites, je jure devant le grand manitou que je me rendrais. Etes-vous avez moi ? "

Des bruits s'élevèrent dans l'assistance. La plupart des gens jetèrent leurs armes au sol et inclinèrent leur tête pour donner leur affirmation. Certains s'avancèrent vers le garçon en montrant leur colère, mais un homme qui se démarquait drôlement bien des autres par sa taille et ses vêtements, digne d'un montagnard, et qui semblait être le chef du groupe de poursuivants les arrêta, ayant lui-même accepté la proposition du voyageur. Bien, maintenant que Lucas avait la populace derrière lui, il se dirigea vers l'entrepôt. Il passa à côté de ce qui restait de la marionnette de Jeff et eut du mal à la reconnaître. Mais comme il n'en restait rien, le blondinet ne s'attarda pas à la regarder, prenant le chemin de sa destination.

Dès qu'il s'approcha du bâtiment tout verdâtre, l'invocateur entendit deux voix qui s'élevaient. Il les reconnut immédiatement et indiqua aux habitants de Circus Attraction de le suivre. Il ouvrit délicatement la petite porte de côté mais ne pénétra pas, étant assez proche pour que tous entende la conversation. Le marionnettiste semblait bien coléreux. La déclaration qu'il lança alors soudainement tombait à pic. Cela sembla même étrange qu'elle arrive pile à ce moment-là.

" - Tu sais quoi ? Je vais te le dire, moi ! Je suis un grand criminel ! Hier soir, j'ai buté cette petite demoiselle ! Et j'en ai tiré un certain plaisir de la voir mourir sous ses yeux ! Voilà, t'es content ? "

Le jeune homme n'eut pas le temps d'entendre la réponse de Noah, que déjà des approbations se firent de plus en plus fort et rapidement, la populace voulut entrer voir ce qui se passait à l'intérieur. Lucas choisit ce moment pour en finir avec cette soirée plutôt agitée.

" - Bien, vous allez pouvoir entrer dans l'entrepôt pour évaluer la situation, mais vous savez maintenant que Jeff est un tueur. Mais ce que vous allez découvrir maintenant est encore pire. Avant de vous le dire, sachez que mon "pote" n'est en rien impliqué dans tous ces actes. Il cherche simplement à aider les gens en tuant les méchants. Voilà, maintenant que vous savez, je dois vous laissez. Au revoir. "

Il accrocha ses fils au toit et sauta pour atterrir sur le béton armé de l'entrepôt. Il sortit un bout de papier et le stylo qu'il avait volé au bar et écrivit quelque mots avant de le balancer après l'avoir transformé en avion en papier. Le message tomba près du chef qui ramassa la mini-feuille et lut à haute voix :

" - A vous je vous dévoile tous les actes que j'ai accomplis ce soir dans votre royaume. Prenez-le de la façon que vous voulez mais c'est la strict vérité, tout comme le fait que celui avec qui je combattais Jeff n'était nullement impliqué. Alors voilà : complicité de meurtre avec l'aide de Jeff, massacre de plusieurs personnes dont 13 citoyens honnêtes, destruction du cirque géant de Jeff le marionnettiste, agression sur un travailleur innocent et vol de sa tenue, traficotage de la grande roue et coupable d'avoir voulut le retirer de son socle, coupable d'avoir attirer le lapin ayant provoqué l'effondrement d'une attraction touristique, coupable d'avoir embobiné la populace pour l'attirer à lui et enfin, coupable d'avoir provoqué volontairement la destruction entière d'une allée en attirant le lapin à lui. Voilà, vous savez maintenant ce que j'ai fait durant cette nuit. Maintenant, libre à vous de me poursuivre, mais en tout cas je vous l'assure et là, je suis prêt à venir le libérer pour ça : ne capturez surtout pas Noah, il agit pour lui-même mais cela ne veut dire quand au fait qu'il soit un criminel, ce qui est bien évidemment mon cas . Je vous souhaite une bonne journée et à jamais !

  " - Mais pourquoi mentionne-t-il le fait de nous avoir menti et de faire en sorte qu'une de nos nombreuses allées soit complètement dévasté ? " se demanda la créature des rêves.

Un vroum retentit alors. La populace eut tout juste le temps de lever les yeux vers le toit qu'une espèce de voiture bizarre sauta, atterrissant un peu plus loin au sol. Sur le dos de Gérard se tenait Lucas. Ce dernier affichait un sourire diabolique. Il savait que tout le monde avait entendu sa déclaration écrite, et maintenant, il ne lui restait plus qu'à fuir d'ici. La plupart des gens s'étaient tassés près le petite porte de l'entrepôt, laissant le champ libre au voyageur pour prendre la fuite. Au loin, un bruit se fit entendre. Un cri de rage suivit aussitôt, ce qui laissait clairement deviner la situation. Le lapin dur-à-cuir était en train de réduire l'allée principale du royaume en miette, alors même qu'il ne cherchait qu'à tuer le blondinet. Ce dernier venait de repartir, prenant la direction du faux soleil couchant. En gage de salut, il fit un doigt d'honneur à la populace avant de disparaître dans l'horizon. La grande roue passa non loin de là et s'effondra alors. Malheureusement pour les pauvres habitants de Circus Attraction, elle se trouvait trop loin pour espérer toucher le jeune homme. Celui-ci, qui roulait toujours dans ce qui semblait être les plaines, en profita pour lâcher une phrase qu'il tenait à sortir au moins une fois avant de dégager.

" - Vers l'infini, et au-delà ! " s'exclama-t-il joyeusement avant de se réveiller pour une nouvelle journée.

Pour Noah:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 249
Date d'inscription : 30/01/2013
Age du personnage : 24

Citoyen modèle
Noah Alighieri
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 350
Honneur: -15
MessageSujet: Re: Un superbe spectacle de marionnette [Pv Lucas Noah et Jac] Sam 31 Aoû 2013 - 18:26
“-Maintenant bouge plus!”

Sa voix résonnat dans l’entrepôt, se répercutant sur les murs, diminuant a chaque nouvelle vague. J’avais réussi a l’entrainer ici, il ne me restait plus qu’a lui faire perdre la tete et le tour était joué, se nature de psycopathe aguérri sera une évidence aux yeux de tous. MA’rretant en plein milieu de l’entrepot, je me retournais vers lui, l’air cynique, parlant des mains comme un homme politique:


“-Bon, je suppose que tu sais pourquoi on est là, hein?
-Pour que je puisse te tuer en paix?
-Pas exactement mais presque, lui répondis-je en esquissant des mains un mouvement de refus.. Non, c’est qu’ici, on va pouvoir parler vois-tu? Et maintenant que j’ai détruit ta poupée gonflable, tu vas moins faire le fou, tu vas te clamer et me répondre, ça te va?
-
-Oh, et puis je m’en fous. Tu veux me tuer? Tu rêverais de voir tes mains m’arracher la tête? Bah vas-y, dis le qu t’es un meurtrier! T’as déjà tuer une jeune femme pour avoir fait tomber ta poupée, alors que vas tu me faire a moi qui l’ai réduite en poussière? Tu vas pas rester là a me contempler comme si j’étais le bon Dieu non?
-Tu sais quoi ? Je vais te le dire, moi ! Je suis un grand criminel ! Hier soir, j'ai buté cette petite demoiselle ! Et j'en ai tiré un certain plaisir de la voir mourir sous ses yeux ! Voilà, t'es content ?
-Oui, assez, lui répondis-je en pointant du doigt l’entrée de l’entrepot.

Il fit volte-face, comprenant qu’il avait été piégé. L’expression qu’il devait avoir a ce moment la sur le visage devait être bien marrante, mais comme il me tournait le dos, je n’eus pas le plaisir de voir sa mine déconfite devant l’échec cuisant dont nous lui avions fait don. Dans la minute qui suivait, un véritable petit bataillon déboula dans l’entrepot.


“-Bon, et bien… On dirait qu’il est temps que je tire ma révérence non? dis-je en tapotant sur l’épaule du marionnettiste qui s’était figé en aperçevant le groupe de citoyens.”

Passant tranquillement dans le groupe, qui se poussèrent pour me laisser passer, je remarquais qu’aucun ne semblait etre a deux doigts de me sauter dessus pour me gaver de barbe a papa jusqu’a ce que mort s’ensuive. Lucas avait du faire sa part du boulot et se fut avec un petit sourire que je leur adressait un petit “Au revoir”, accompagné d’un signe de la main.

~Quelques heures plus tard...~


“- 3 E.V le tir! Je répète, 3 E.V le tir! Si vous touchez la tête vous gagnes un ours en peluche! Approchez, approchez.”

Le rabateur, répétant inlassablement sa tirade, ne laissait pas percevoir que, dans sa tente, le corps sur lequel était fixé la tête en question, était celui de Jeff le marionnettiste.


[Hrp] Post assez court, désolé, mais je ne savais pas quoi y mettre[Hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un superbe spectacle de marionnette [Pv Lucas Noah et Jac] Aujourd'hui à 22:46
Revenir en haut Aller en bas

Un superbe spectacle de marionnette [Pv Lucas Noah et Jac]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Circus attractions-