Haut
Bas

Partagez|

Vous ferez bien un p'tit tour... [PV : Shad Howl]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Messages : 166
Date d'inscription : 25/12/2012

Citoyen modèle
Shad Howl
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 100
Renommée: 252
Honneur: -128
MessageSujet: Re: Vous ferez bien un p'tit tour... [PV : Shad Howl] Dim 29 Sep 2013 - 14:41
La Voyageuse eut soudain, sur le visage, une détermination à en faire rougir Shad s’il avait pu : Elle faisait ça à cause de lui, et cela l’amusait beaucoup. Il lâcha une sorte de « han ? » lorsqu’elle s’élança à toute vitesse sur le pont de cordes. Comme il continuait à balancer les cordes de gauche à droite et que la voyageuse était presque trois fois plus lourde que lui, le pont céda, donnant des frissons de sensations à Howl. La bouche de la créature surgit du marais afin d’essayer de dévorer la violoniste mais cette dernière tint bon et utilisa le pont restant comme d’une balançoire. L’ombre, elle, avait déjà grimpé sur la plateforme à l’extrémité de la passerelle cassée ; elle en profitait pour regarder la Voyageuse user de ses forces et de son instrument pour revenir de manière assez théâtrale sur les planches du troisième arbre.

L’être obscur se laissa faire lorsque la violoniste le saisit à son cou, tout sourire, avec une belle vue sur ses dents, pour montrer qu’il n’avait pas peur. Mais le jeune femme ne dit rien, elle lui donna juste un gros coup de pied entre les jambes, qui le surprit au plus haut point, lui qui s’attendait plutôt à ce qu’elle le gifle ou lui colle un bourre-pif dans le museau. Il décolla de quelques centimètres parce qu’il était extrêmement léger et, lorsqu’il retoucha le sol, se massa l’entrejambe alors que la femelle continuait déjà son parcours. La créature cauchemar murmura sans que la Voyageuse ne put l’entendre :

- Là où tu tapes, y’a pas d’roubignoles.

Puis il continua quand même de la suivre jusqu’au prochain morceau du parcours d’obstacles. Cette fois-ci, il s’agissait de plateaux tournants plus ou moins stables sur lesquels il fallait sauter pour passer à la plateforme suivante. Shad n’était pas décidé à suivre les règles, alors il sortit ses griffes d’ombre et se laissa suspendre au premier plateau. Celui-ci s’inclina fortement, mais rapprocha Howl de son objectif : le mât du plateau. Il avait décidé de s’agripper à ses mâts pour éviter de se taper le jeu d’équilibriste, lui qui avait des bons « crampons », ça allait tout seul. Mais les ronces, situées en-dessous ne l’entendaient pas de cette oreille qu’elles n’avaient pas par ailleurs. Elles commençaient à bouger dans tous les sens, essayant de remonter vers la surface du jeu. C’était pitoyable à voir, pour l’ombre, que de voir des plantes essayer de bouger ainsi.

Elle n’en tint pas rigueur et passa de mât en mât, sans prêter attention à la Voyageuse au-dessus de lui. Il ne vit donc qu’au dernier moment les ronces lui foncer dessus dans un élan de vitesse et le faire décoller après lui avoir lacéré les bras qui dépassaient lorsqu’il sauta sur le dernier mât. Les ronces l’emmenèrent sur plus de cinq mètres au-dessus de la violoniste qui était trop occupée à esquiver pour le voir voler, dommage.

Il retomba assez violemment à côté de sa compagne d’un soir et l’entendit prononcer une phrase qui le fit sourire. Il fit une petite pointe d’humour :

- En effet, il faut éviter ce genre de manœuvres débiles à l’avenir, pour la sécurité de tous, haha.

À ces mots, il se retourna vers la prochaine étape. On voyait des sortes de nuages sortir des plaies des bras de Shad. Ce n’étaient pas un de ses pouvoirs, mais la façon dont il saignait. Son sang n’était pas liquide, mais gazeux et teinté de noir. Il se dissipait rapidement après être sorti du corps. Shad ne coagule donc pas, ses plaies se cautérisent moins rapidement que le sang coagule chez les humains. Alors c’est pour cela que Howl évitait le plus possible de se blesser. Il avait fait le con, ça l’avait calmé pour un moment. Cela se voyait, il était beaucoup moins bondissant dans ses gestes, beaucoup moins excité, aussi.

L’épreuve suivante était digne des meilleurs Tomb Raider. Il y avait une série de plateformes de pierre blanches recouvertes de mousse situées de plus en plus haut les unes par rapport aux autres. Mais le plus marrant était non pas la fosse grouillant de bestioles prêtes à se repaître des chutes de Voyageurs, mais bien les jets de flammes régulièrement espacés qui crachaient depuis un mur sur le côté des plateformes en plein milieu des zones de saut. Ces lance-flammes s’éteignait régulièrement et se réactivaient, mais plus on montait, et moins il y avait de temps pour faire une action. Cela aurait pu être excitant pour l’être obscur de regarder la jeune femme cramer, mais il se dit qu’il devrait faire la même chose. Et s’il y a bien quelque chose qu’il détestait, c’était bien le feu. Sans en avoir une peur panique, le fait d’avoir un corps plus inflammable que les humains n’était pas fait pour le rassurer.

- Passe la première, je te suis…

La créature cauchemar avait dit ça avec tant de détachement qu’on aurait dit une bestiole totalement différente d’avant. En fait, elle se concentrait pour essayer de boucher ses plaies le plus rapidement possible, quitte à laisser des vilaines marques –encore- sur son corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 113
Date d'inscription : 28/09/2012
Age du personnage : 27

Voyageur Expérimenté
Lena Skye
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 180
Renommée: 445
Honneur: -85
MessageSujet: Re: Vous ferez bien un p'tit tour... [PV : Shad Howl] Dim 6 Oct 2013 - 23:59
Des arbres. Encore et encore des arbres. A perte de vue. C'était à vous dégouter des principes écolos de plus en plus à la mode dans un monde galvanisé par une propagande à vocation protectrice de la nature. S'il était indéniable que l'homme commettait des crimes irrémédiables quand au ressources de la planète et qu'il fallait prendre des mesures drastiques pour améliorer cela si l'être humain souhaitait pouvoir considérer son avenir sur le long terme, le matraquage quotidien dont devenaient progressivement victimes l'ensemble des habitants lambda de ce monde de spots publicitaires visant à améliorer le comportement de chacun à ce niveau, de documentaires tout beaux tout mignons et de débats télévisés avec des pseudos héros de la nature qui s'empressaient d'aller fumer leur clope une fois l'émission finie et le chèque encaissé n'était que pure illusion, un simple brouillard de communication dans lequel on espérait coincer les humains pour leur donner l'impression d'une nécessaire bonne conscience à acquérir vis à vis de crimes dont ils ne sont pas responsables. Oui la société de consommation n'existe que parce que l'être humain en est un acteur ravi et ne souhaitant pas renoncer à son petit confort pour le bien être de tous, mais ce ne sont pas ces gens aujourd'hui qui doivent payer pour tous ceux qui avant eux ont encouragé ce système, l'ont poussé à son paroxysme, et surtout en ont allègrement profité aux dépens d'une large majorité ; à savoir les industries florissantes, symbole de la mondialisation, et les financiers, le symbole de ses travers. Spéculation, fraudes, tailles dans le personnel, arrangements internes, délocalisations, tous ces mots qui sonnent comme des malédictions étaient devenus banals, de simples fait divers passant régulièrement aux infos. On n'était plus surpris de voir un article entier dans les journaux dédiés à telle personnalité responsable de fraude fiscale, de telle entreprise coupable d'un scandale de conditions de travail dans un pays du tiers monde... Oui, le monde était fou. Les gens n'étaient que distributeurs, des fournisseurs de billets pour les entreprises qui elles même distribuaient aux financiers qui se roulaient allègrement dans l'or d'un monde à la dérive. Pseudos divinités de l'argent, ils amenaient les cours de bourse à bouger selon leur vision des choses ; ils décidaient tous que la valeur allait baisser, ils vendaient tous, provoquant la baisse effective. La loi de l'offre et de la demande tenait là son cas d'école. L'exemple typique. On voulait plus d'une chose, sa valeur augmentait. On n'en voulait plus elle baissait. Et tout cela ne se faisait que sur la prétendue intuition de ces illuminés comptant bien plus les billets empochés de la journée que le nombre d'arbres sauvés en faisant acheter à sa secrétaire une ramette de feuilles garantie 100% verte.

Prise de conscience. Lena faisait face à un tronc d'arbre depuis bien dix bonnes minutes, fixant l'écorce brunâtre d'un regard vague, conservant un équilibre précaire grâce à la cordelette qu'elle avait attaché au câble d'arrimage métallique qu'elle avait trouvé sur la plate-forme, le temps de reprendre son souffle après ce trop-plein d'émotion. Elle tenta de remettre de l'ordre dans ses pensées, se remémorant au passage ce qu'elle venait de traverser, entre son plan débile pour aller plus vite, les ronces géantes, l'ombre qui arriva derrière et en profita pour se foutre de sa gueule et attendre patiemment que la violoniste se tourne vers le parcours suivant, une suite de plate-formes couvertes de mousse qu'il fallait grimper à la verticale, le tout en évitant une série de jets enflammés prêts à griller sur place le premier imprudent. Un peu trop de surprises désagréables d'un coup, la jeune femme s'était laissée tomber contre le tronc de l'arbre au centre de la plate-forme sur laquelle elle se tenait, sans même se soucier d'être au bord du vide à une vingtaine de mètres du sol, et avait laissé son esprit dériver totalement, jusqu'à se lancer dans un débat intérieur, à mi-chemin entre l'anti écolo primaire et le blasé de la vie commentant la politique, le capitalisme, et divers autres travers de la société actuelle. On aurait pu tenir un livre entier de conneries avec toutes les pensées qui avaient traversé l'esprit torturé et complexe de la jeune femme, à la fois un mécanisme complexe qui ne pouvait cesser de travailler, cherchant sans cesse à renforcer ses connaissances, étudiant chaque élément, chaque situation nouvelle qui se présentait à lui jusqu'à en distinguer les moindres contours, mais également une usine à idées diverses, changeant parfois complètement de position sur un sujet ; il lui arrivait ainsi parfois de soutenir des causes qu'elle enculait bien profondément le lendemain. Il était très difficile de pouvoir ne serait-ce que prétendre comprendre ce que ressentait ou pensait la jeune femme tant elle était imprévisible et capable de tout. Au final, il n'y avait que Walter qui arrivait à la faire sortir de son armure, à la perturber, à créer un dysfonctionnement dans la mécanique pourtant si bien huilée d'ordinaire de son psychisme. Où était-il à la fin d'ailleurs ? Merde ça commençait à faire gros comme retard. Où si ça se trouve, c'était lui celui qui l'avait espionnée depuis le début et transmettait les infos à l'autre enfoiré ! Mais préférant ne pas s'égarer d'avantage dans les débats à outrance, la jeune femme poussa un nouveau soupir, se redressa, et prit le temps d'appréhender l'obstacle à venir.

Il y avait une dizaine de rochers suffisamment spacieux pour accueillir deux personnes de taille adulte pour peu qu'elles soient d'un poids dans la moyenne, et ils semblaient légèrement humidifiés de sorte à rendre plus difficile l'atterissage. La mousse amplifiait la glissade si le saut était mauvais. Pour se lancer, les concurrents disposaient d'une longue corde à laquelle ils pouvaient s'accrocher en utilisant le matériel sommaire de leur baudrier ; il fallait reculer au maximum, courir sur la surface glissante de la roche bien lisse à souhait, et sauter comme on pouvait pour passer au rocher suivant. Et en dessous, pour rappeler aux quelques courageux le risque qu'ils encouraient, en lieu et place de filet il y avait un banc entier de monstres aquatiques qui attendaient tranquillement la chute de leur prochain repas, si possible grillé à souhait. Une nouvelle perspetive des plus réjouissantes après les plantes carnivores, le monstre du marais, et les ronces géantes. C'était à se demander dans quel foutu royaume le parc allait se fournir, et surtout, par quel moyen ils amenaient toutes ces bestioles ici... Mais le plus important pour le moment était de passer cet obstacle pour se rapprocher au plus vite de la fin. En finir avec cette épreuve, collecter cette saleté de tampon, et se barrer loin de cette jungle à la con qui lui tapait sur les nerfs. Depuis qu'elle était devenue voyageuse, elle avait croisé un peu trop d'arbres à son goût, au point de virer au quasi soutien des bûcherons dans la forêt amazonienne sur un coup de colère. Elle colla un bon coup de pied au tronc face à elle, et enjamba la marche qui conduisait à la première pierre de l'obstacle pour tester son adhérence à la roche. En équilibre précaire, les bras tremblants écartés pour se maintenir droite autant que possible, elle avança lentement, un pas après l'autre pour s'emparer de la corde devant elle, et décida de ne pas s'y attacher pour pouvoir se décrocher plus vite une fois au niveau du caillou d'au-dessus. Il fallait sauter et atteindre à peine un demi-mètre en haut pour cette première partie, la principale difficulté étant le petit rond de métal au milieu du parcours qui crachait à intervalles réguliers des petits jets de flamme, allant néanmoins assez loin pour venir brûler les chevilles de l'imprudent qui ne calculerait pas un minimum son saut avant de s'élancer. Humidifiant ses mains grâce à l'eau accumulée dans la mousse, la jeune femme agrippa la corde fermement, et observa attentivement le rythme des flammes. Il y avait un écart d'environ cinq secondes entre chaque salve. Si elle ratait son atterrissage, elle aurait le cul brûlé. Elle prit ensuite appui comme elle put, et poussa d'un coup sur son pied droit pour lancer son corps en l'air vers l'avant, entraîné par la corde qui s'envola vers la plate-forme suivante. Par chance, comme elle n'était pas trop lourde, le poids de la corde renforcé par l'humidité ambiante la ralentit dans son élan, lui permettait d'arriver en douceur, posant tout de même un genou à terre pour assurer l'atterrissage. Elle se redressa en gardant une main dirigée vers le sol pour assurer une chute potentielle et une fois complètement debout, elle se tourna vers la créature, l'observant un instant en se demandant comment elle allait traverser, l'invectivant comme pour se dire qu'elle aurait peut être la satisfaction de la voir tomber dans le vide. Mais la simple perspective qu'elle pourrait être la première à tomber dans la mâchoire de l'une des horreurs qui attendaient la gueule ouverte le corps apétissant de la voyageuse la ramena à la réalité, et elle se contenta de se saisir de la corde face à elle pour s'élancer vers le second rocher. Cette fois-ci, la hauteur était la même, mais il fallait aller un peu plus loin. Il y avait deux cracheurs de feu qui faisaient leur office, chacun à rythme différent.

« Mais qu'est-ce qu'ils ont tous avec les flammes merde quoi... j'en ai eu ma dose du feu partout, peuvent pas nous faire au moins une épreuve toute gentille ? »

Ce petit moment de détente consistant à râler sur le premier sujet venu – elle avait choisi la difficulté du parcours cette fois-ci, la qualité du personnel aurait bien pu être la suivante, en réalité elle avait juste besoin de s'énerver sur tout et n'importe quoi pour oublier la merde dans laquelle elle se trouvait, histoire de détendre son esprit avant le second saut au dessus du vide – lui permit de reprendre contenance et elle prit de nouveau appui sur sa jambe droite pour s'élancer, poussant plus fort cette fois-ci pour couvrir plus de distance après avoir calculé le temps de latence entre les différents jets de flamme. Une gerbe d'étincelle manqua d'enflammer sa tenue, et elle se mordit la lèvre en sentant une petite brûlure soudaine dans son dos, mais resta concentrée sur son objectif, à savoir la plate-forme qui se dessinait sous ses pieds, et se laissa tomber sur la roche, qui se révéla bien plus glissante que la précédente ; à tel point que la violoniste perdit l'équilibre et se retrouva agrippée de toutes ses forces à la mousse poussant sur le rocher pour se maintenir, essayant tant bien que mal de se redresser avant que l'autre saloperie arrive pour la narguer une fois de plus.

« Génial... C'est vrai que je rêvais d'un petit plongeon ! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 166
Date d'inscription : 25/12/2012

Citoyen modèle
Shad Howl
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 100
Renommée: 252
Honneur: -128
MessageSujet: Re: Vous ferez bien un p'tit tour... [PV : Shad Howl] Mer 9 Oct 2013 - 20:00
Alors qu’il tentait de boucher ses plaies sans se mettre du noir partout, Shad vit que sa camarade d’un soir était absente mentalement. Il la regarda dans tous les sens, même dans une perspective qu’on pourrait qualifier de « vicieuse » -contre-plongée proche- si on ignorait que Howl n’était pas intéressé par la chose et en vint à une conclusion un peu bancale. Il avait décrété qu’elle s’était endormie. Il n’était pas loin de la vérité, mais tellement éloigné à la fois. Toujours était-il qu’elle semblait ne pas réagir à ce qu’il se passait. La créature cauchemar claqua même des doigts devant son nez, sans résultat.

Alors il prit une décision vitale : Il passa ses doigts sur ses plaies encore ouvertes –quasiment toutes, en fait- et dessina du bout des doigts une moustache sur le visage de la violoniste. Il fallait comprendre que son sang-gaz s’évanouissait vite, mais appliqué sur une surface, c’était comme de la cendre, ça laissait des marques, bien que facilement retirables. C’est presque à ce moment-là que la Voyageuse reprit ses esprits et l’ombre faillit éclater de rire pile en même temps, mais il réussit à se retenir.

Alors qu’elle réalisait qu’elle était en train de divaguer, perdue dans ses pensées, la jeune femme ne remarqua pas la présence de l’œuvre d’art de l’être du Royaume Obscur qui avait de plus en plus de mal à se retenir de rire. Il transparaissait des bruits de cocotte-minute sous pression assez étranges. Mais la violoniste n’en tint pas plus rigueur, préférant se tourner vers l’épreuve suivante.

Elle commença avant que Shad n’ait pu la remercier de lui avoir fourni une occasion de bien se marrer. De toute façon, il aurait été bien inconvenant de lui révéler la blague maintenant. Il la suivit lorsqu’elle s’approcha du bord pour sauter et attendit qu’elle libère la première pierre plate moussue avant d’opérer à son tour. Il jeta un œil distrait en-dessous pour y voir les divers monstres aquatiques qui y pullulaient en l’attendant. Lorsqu’elle libéra l’espace, le jet de flammes se rappela à la psyché de Howl, il était temps. Il appréhenda ledit jet et dès que ce dernier fut éteint, l’ombre sauta d’un petit bond jusqu’à la première pierre pour y atterrir tout en finesse. Il avait vraiment l’habitude dans la forêt obscure de faire des cabrioles dangereuses, alors pour l’instant, cela ne lui posait pas trop de problèmes. Il s’inquiétait très légèrement, -vraiment très peu- pour sa voyageuse, qui était loin d’être aussi légère et habituée que lui. En revanche, le deuxième saut allait être plus compliqué, étant donné qu’il devra se presser.

En effet, la Voyageuse n’était vraiment pas très agile –surtout avec ses foutues chaussures d’humaines dont l’être obscur questionnait l’utilité- et avait glissé au point de devoir pendre lamentablement après la plateforme avec ses petites mains. Elle n’avait, selon les critères de Shad, vraiment pas un corps fait pour ça, surtout les deux drôles d’excroissances de chair sur le torse, ça devait être vraiment gênant… ça et les pompes.

Howl dût se précipiter derrière elle et se vautrer sur la pierre pour tenter de la tirer dessus. Il l’attrapa à deux mains à ses poignets et tira, accroupi, le plus fort possible, ne se souciant par tellement de baller lui-même en arrière une fois le corps hissé sur le rebord.

Il tomba à la reverse après avoir sécurisé la Voyageuse sur la pierre et dut se cramponner à la mousse avec ses griffes d’ombre solide afin de revenir. Il se hissa à côté d’elle et lui dit :

- Vraiment, je ne sais pas comment t’as fait jusque là avec un corps aussi inadapté

Il avait fixé et pointé du doigt la poitrine de la jeune femme en disant cela, insistant sur le mot « inadapté. » Il ignorait bien à quoi servaient ces trucs rond chez les voyageurs et créatures des rêves et s’en moquait pas mal, mais restait pour lui qu’il trouvait cela simplement encombrant.

Il se redressa de toute sa hauteur et désigna le reste de l’épreuve avec un bras avant de déclarer d’un ton tangiblement contrarié :

- Si tu veux, je peux t’aider pour le reste de cette épreuve, vu comment t’as l’air dégourdie…

Il sauta alors sur la troisième plateforme après avoir attendu que les flammes s’éteignent dans leur laps de temps de trois secondes et se cramponna à la surface avec ses griffes d’ombres aux pieds avant de lancer à la jeune femme :

- Vise bien, j’ai pas envie d’aller à la pêche à tes morceaux !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 113
Date d'inscription : 28/09/2012
Age du personnage : 27

Voyageur Expérimenté
Lena Skye
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 180
Renommée: 445
Honneur: -85
MessageSujet: Re: Vous ferez bien un p'tit tour... [PV : Shad Howl] Lun 21 Oct 2013 - 1:49
Il était difficile à cet instant d’imaginer pire situation pour la violoniste que celle dans laquelle elle avait trouvé le moyen de se fourrer ; pendue par une main sur un rocher pas des plus stables, des moustaches noires ridicules qu’elle n’avait même pas remarqué tant elle était paniquée, et surtout le vide à une bonne vingtaine de mètres en dessous, avec tout un tas de gentils amis carnassiers pour vous faire un câlin de toutes leurs dents avides de viande fraîche. Pas désireuse pour un sou d’être le prochain repas de ces monstres, la jeune femme tira de toutes ses forces sur son bras en essayant de remonter au moins le haut de son corps pour pouvoir par la suite se hisser sur le rocher, mais ses efforts ne la conduisaient qu’à revenir à sa position de départ pour ne pas chuter et conserver son équilibre précaire. Et la conclusion qui s’ensuivit fut tout aussi difficile à avaler que le reste des évènements qui venaient de s’enchaîner en quelques secondes ; sa seule chance de survie reposait sur cette saloperie d’ombre qui avait passé le plus clair de son temps à mettre des bâtons dans les roues de la manieuse et à se foutre de sa gueule quand elle était en danger. Oui, pour rester en vie, elle allait devoir compter sur son compagnon du jour, pour lequel il était difficile d’attribuer une réelle appartenance à tel ou tel camp ; car si ses actes faisaient aux yeux de la violoniste un méchant à fracasser, le fait qu’il n’ait jusqu’ici pas chercher à la faire mourir lui permettait de garder un semblant de « côté pur ». Mais dans la bouche de la jeune femme, ces mots sonnaient comme un mensonge, le simple besoin d’attribuer une personnalité à une créature n’agissant que par pur instinct, lui parler d’éthique et de morale serait probablement aussi utile que de lui révéler son nom ; il ne comprendrait même pas la question. Pourtant, cette bestiole semblait différente des autres, plus malicieuse, plus curieuse… Le genre de créature qui a totalement dérivé de sa voie pour en arriver là. Lena avait entendu une nuit que les créatures du royaume obscur ne sortaient que très rarement, et étroitement surveillées ; lui se baladait librement, et semblait trouver sa situation tout à fait normale ! Mais d’où il sortait ce spécimen… Peut- être qu’en le revendant on pourrait en tirer pas mal de sous ! Il faudrait s’intéresser de plus près aux mœurs locales et aux marchés d’esclave du coin.

Mais pour le moment, plus que d’espérer un quelconque pécule de la revente d’un monstre obscur , la violoniste ne rêvait que d’une chose ; qu’il vienne l’aider maintenant et surtout ne la fasse pas chier ! Bon bien sûr, au vu de ce que cette sale bestiole lui avait fait subir jusqu’ici, elle doutait franchement de la voir arriver et lui venir en aide. Pis en plus c’était quand même pas évident de voir dans un monstre tout noir aux yeux rouges qui avait un rire dément et semblait prendre plaisir à vous voir souffrir un potentiel héros. Un peu comme si l’on se choisissait comme superman l’une des bestioles du film alien. Bref, sa situation était des plus déplorables, pendue à plusieurs mètres au-dessus d’un précipice au fond duquel diverses mâchoires l’attendaient toutes dents dehors pour la bouffer. Elle secoua les jambes, tentant une nouvelle fois vainement d’utiliser ses propres forces pour se hisser, mais la stabilité de la surface à laquelle elle ne tenait plus que par les mains lui rappela rapidement qu’elle n’avait aucune chance de remonter par ses propres moyens, un peu comme si elle voulait lui laisser de l’espoir et sadiquement la faire tomber alors même qu’elle touchait au but. Pendant ce temps, l’ombre semblait s’être décidée à bouger de son perchoir. Et contre toute attente, elle était sacrément agile la bestiole ! Lena ignorait quel genre d’entraînement elle avait bien pu suivre pour arriver à une telle fluidité dans les mouvements, une telle appréhension du vide qu’elle pouvait ainsi virevolter sans craindre de chuter ; tandis qu’elle devait ressembler à l’équivalent cul de jatte d’un ex-acrobate russe alcoolique et sous payé. Malheureusement, elle n’avait hérité d’aucun aspect véritablement féminin en dehors des éléments physiques et était aussi gracieuse et agile qu’une brosse à chiottes. Pas danseuse, pas chanteuse, pas adepte des petites conversations par ci-par là… On aurait pu croire qu’elle avait au moins le goût commun pour la moquerie envers les autres, mais elle agissait toujours seule, et surtout ne se moquait pas, cherchant simplement le meilleur moyen de rendre exploitables les données qu’elle trouvait. Oui, aux yeux du monde, la violoniste devait avoir l’air d’une sorte d’illuminée totalement asociale, à tendances psychopathiques diverses. N’importe quel psy aurait pu lui diagnostiquer une bonne dizaine de pathologies mentales de toutes sortes, et loin de l’effrayer ou de la perturber, cette image qu’elle dégageait d’elle de manière parfaitement consciente ne la dérangeait pas du tout. Bien au contraire, elle tirait un amusement sans faille de l’étonnement et de la méfiance des gens. Après tout, elle leur rendait particulièrement bien….

L’ombre arriva au niveau de la jeune femme et sans poser de questions, il la saisit brusquement par les poignets en la tirant de toutes ses forces pour la faire remonter sur la petite plate-forme. Lena se laissa entraîner, et parvint finalement à atterrir sans trop de bobos sur le rocher, où l’attendait toute tranquille une nouvelle corde pour rejoindre la plate-forme suivante. Pendant ce temps, l’ombre sembla lui faire une sorte de reproche en pointant sa poitrine de ses doigts griffus –la violoniste se demandait toujours de quelle matière était sa chair, mais elle ne prit pas la peine de poser la question – interrogeant la jeune femme sur l’utilité de ces deux excroissances ; pour le coup, elle se posait un peu la même question. Elle aurait pu tout à fait se passer de poitrine. Autant la plupart des filles lambda pensent à la taille de leurs seins, autant elle s’en foutait complètement. A part attirer des regards lubriques et gêner les mouvements quand elle était un peu trop grosse – et c’était son cas, au grand dam de jalouses éternellement plates - ça n’avait pas réellement d’avantages. Lena la considérait en fait comme le seul rattachement qu’elle ardait physiquement à sa féminité, sans compter une autre partie de son corps qui n’était pas le genre de zones que l’on s’amusait à montrer au quotidien au contraire d’une poitrine qui était difficilement dissimulable. Elle comprenait tout à fait le point de vue de la créature qui ne devait pas du tout connaître ce genre d’éléments physiques, parce que oui, des nichons, c’était chiant au quotidien, surtout quand il fallait jouer les acrobates du dimanche comme à cet instant. Et autant dire qu’elle aurait pu être cul de jatte qu’avec son agilité ça n’aurait rien changé. Bref, elle remercia tout de même l’ombre, grommela légèrement à la remarque en hochant tout de même la tête.
Pour la suite du parcours, il allait d’ailleurs falloir que les deux camarades – si l’on pouvait appeler leur relation ainsi – trouvent le moyen de s’entraider pour avancer ; les rochers étaient bien plus haut, et les flammes plus grandes, plus brûlantes encore que les précédentes, laissant une marge bien plus faible aux concurrents. D’ailleurs, l’ombre semblait s’être faite à cette idée. Elle proposa d’une voix légèrement contrariée qui indiquait clairement le déplaisir que lui apportait ce constat, elle allait devoir aider la violoniste. Lena se contenta d’afficher un sourire amusé, satisfaite au moins d’être parvenue à emmerder ne serait-ce qu’un peu cette étrange créature. L’ombre prit son élan et d’un bond atteignit la troisième plate-forme, attendant la jeune femme de l’autre côté, prête à la rattraper en cas de besoin. La violoniste déglutit en observant malgré elle le vide sous ses pieds, puis les flammes qui sortaient des tuyaux fichés dans le mur à un rythme constant. Elle serra bien fort ses mains sur la corde qui allait lui permettre de s’élancer au-dessus du vide, prit tout l’élan possible en se collant presque au rebord, avant de courir en se cassant à moitié la gueule pour bondir vers l’autre rocher, levant les jambes en les gardant au plus près de son corps pour ne pas se faire cramer par un coup de flamme inattendu, et attendit le bon moment, où elle se retrouva juste au-dessus du rocher pour lâcher la corde, pliant les genoux avant de les ramener vers la roche pour se poser le plus en douceur possible. Cette fois-ci l’atterrissage ne fut pas trop minable ; elle parvint à arriver sans trop secouer les bras pour se maintenir, conservant un équilibre précaire, mais acquis sur ce petit bout de terre qui la protégeait de la chute dans le vide. Elle ne prit pas le temps de voir la réaction de l’ombre et jeta un œil au-dessus d’elle. Il ne restait plus qu’un rocher à atteindre, mais le bond à faire était bien plus conséquent. Elle aurait eu envie de ne pas utiliser son violon à cet endroit, mais elle se recula alors pour prendre à nouveau son élan, attachant la corde à son baudrier avant de sortir son violon. Le plan était un poil risqué, mais clair ; un wind opera allait la propulser jusqu’au-dessus et lui permettre peut être même de sortir plus rapidement de ce foutu parcours. Elle joua les premières notes, et la bourrasque la fit courber les jambes alors qu’à l’impact, le vent la propulsa vers le rocher qu’elle avait ciblé ; mais elle avait mal calculé sa puissance, et elle continua de s’envoler, jusqu’à ce que la corde soit tendue au maximum. Sans réfléchir, Lena détacha le crochet de son baudrier pour ne pas retomber avec la corde et se laissa retomber, agrippant le rebord de la plate-forme où les attendait l’obstacle suivant. La tyrolienne géante.

« Je sens que je vais adorer… »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 166
Date d'inscription : 25/12/2012

Citoyen modèle
Shad Howl
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 100
Renommée: 252
Honneur: -128
MessageSujet: Re: Vous ferez bien un p'tit tour... [PV : Shad Howl] Lun 2 Déc 2013 - 17:26
Shad n'avait pas entendu les remerciements de la violonniste et c'était dommage pour lui, ça l'aurait sûrement apaisé/fait rire, il se serait certainement senti supérieur. Car il aime se sentir supérieur, il est comme ça ; l'occasion aurait été belle. Mais non. Au lieu de cela, il avait continué et avait sauté sur la prochaine plateforme avant de signifiait que, quelque part, il voulait aider la jeune femme.

Mais celle-ci ne l'entendait pas vraiment de cette oreille, apparemment. En effet, elle préféra sauter par elle-même juste à côté de Howl au lieu de s'accrocher à lui pour qu'il la hisse. Si ce dernier avait réfléchi un instant, il aurait vu que c'était là une meilleure solution. Oui, après tout, la Voyageuse était plus lourde que l'ombre, elle l'aurait juste entrainée avec elle malgré le cran de sûreté de m'être obscur.

Ce dernier détailla sa "camarade" ayant atterrit sans trop de problèmes sur la même plateforme que lui et il attendit qu'elledise quelque chose... quelque chose qui ne vint pas. Elle n'était pas décidée à parler. Elle se prépara plutôt à sauter sur la prochaine plateforme. Comme Shad était long à la détente au niveau du cerveau, il ne pensa pas à se placer pour l'aider, il préféra la regarder prendre de l'élan, dégainer son violon et sauter.

La créature cauchemar avait déjà remarqué ce violon, cet instrument si intéressant et à la fois si dangereux aux mains de cette nana-là. Elle regarda cette dernière effectuer son saut et utiliser le vent joué pour y parvenir. Le vent vint balayer légèrement la plateforme sur laquelle se trouvait l'être du Royaume Obscur qui fit preque déséquilibré parce qu'il était trop léger pour sa taille.

Il reprit ses esprits rapidement et se rétblit tandis que la Voyageuse se hissait sur la dernière plateforme, manquant de se faire cramer le fessier car le dernier laps de temps entre les flammes était particulièrement court. Shad sauta juste derrière elle au temps-mort suivant pour regarder la tyrolienne-de-la-mort avec un grand sourire. Il s'approcha de la violonniste et la saisit par une bras et la secoua en criant presque :

- Attention ! Tu vas tomber !

Sans se rendre compte que cela pourrait lui valoir un bourre-pif. Peu après cet éventuel coup dont il se remettra sûrement, il contourna la jeune femme et se plaça juste davant avant de s'ateler de manière bancale à la tyrolienne. Il s'exclama :

- Je passe en premier !

Puis il se lança dans le vide.

Repliant tout ce qui dépassait, il sourit à lèvres grandes ouvertes, aspirant presque le vent comme une baleine le ferait avec de l'eau. Il était en train d'adorer véritablement les sensations que cela lui procurait. Il tendit les bras comme s'il volait de lui même et pensa :

*Si je pouvais faire cela plus souvent, ça serait génial !*

À mi-parcours, il sentit un tiraillement bizarre dans son système de sécurité. Evidemment, il ne savait pas que cela venait de là et l'ombre continua de descendre à une vitesse folle. Soudain, le support de son harnais céda et Shad eut vite fait de s'accrocher au système descendant le câble avec ses griffes. Il dut replier les jambes parce que les branches des arbres lui fouttaient le corps... heureusement pour lui qu'il avait ce manteau à la propriété si spéciale.

Une fois arrivé en bas, il se laissa arrêter et tomber sur la plateforme d'arrivée et il eut une idée "géniale" : Il prit une branche longue et molle et attacha la tyrolienne à celle-ci pour éviter qu'elle ne reparte vers la Voyageuse. Pour plus de sécurité, il boura plein de feuilles dans les mécanismes pour que la tnsion soit minimale sur la branche. Howl se mit à rire avant de hurler pour se faire entendre :

- Oups ! Je crois que j'ai pété le truc ! Tu vas devoir te démerder sans !

Après ces mots, il descendit de la plateforme pour atteindre la sortie de l'attraction à laquelle attendait le forain pour tamponner. L'ombre lui dit qu'il n'était pas là pour le tampon, mais qu'il attendait une camarade pour voir si elle s'en sortirait. Il lui expliqua un peu ce qu'il avait fait et les deux créatures de Dreamland rièrent ensemble de manière très malsaine. Puis, Shad se cacha derrière un arbre et fit semblant de guetter quelque chose devant lui.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 113
Date d'inscription : 28/09/2012
Age du personnage : 27

Voyageur Expérimenté
Lena Skye
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 180
Renommée: 445
Honneur: -85
MessageSujet: Re: Vous ferez bien un p'tit tour... [PV : Shad Howl] Mar 10 Déc 2013 - 17:09
A peine Lena eut-elle fini de se hisser sur la plate-forme qui faisait face à la dernière tyrolienne que l’ombre la rejoignit, non sans ajouter une provocation supplémentaire, secouant la jeune femme tout près du vide en lui disant de faire attention. La réaction ne se fit pas attendre : La violoniste lui décocha un bon coup de poing dans les côtes avant de lâcher d’une voix toujours autant agacée :

« Ne recommence pas ou c’est ta carcasse cramée que j’enverrai dans le vide. »

La manieuse était curieusement agressive aujourd’hui ; d’ordinaire, elle se serait contentée de quelques remarques acerbes, parfois simplement en pensée, mais là, cette bestiole lui donnait vraiment envie de l’étrangler et de ravager son visage – si c’était possible – à coups de poing. Non seulement l’ombre prenait un plaisir fou à la provoquer, mais en plus, elle trouvait toujours un moyen de la mettre encore plus dans la merde qu’elle ne l’était déjà ; que préparait-elle cette fois-ci ? Il y avait bien cinquante mètres de vide en dessous d’eux, et la tyrolienne n’avait rien d’engageant. Effrayée à la perspective que son « collègue » du jour ait l’idée de passer devant, elle tenta de prendre l’initiative, mais bien trop tard ; la bestiole était déjà attachée au câble et s’était élancé dans un effrayant cri de joie, appréciant apparemment tout particulièrement l’attraction dans laquelle elle s’était élancée. Lena, elle, appréhendait vraiment le moment où viendrait son tour, d’autant plus que le câble faisait des bruits tout sauf rassurants avec la descente d’un être pourtant bien plus léger qu’elle. Avalant sa salive, elle attendit patiemment de voir ce qu’il adviendrait de son allié de fortune, et fut légèrement rassurée en l’entendant. Beaucoup moins lorsqu’elle entendit que le dispositif pour glisser sur le câble était cassé. Comment allait-elle pouvoir descendre dans ces conditions ? Inutile de compter sur ses mains, elle aurait tôt fait de lâcher prise avec la distance à couvrir. Elle scruta un instant les alentours de la plate-forme, en quête d’un objet suffisamment solide qui lui permettrait de descendre en relative sécurité, jusqu’à se rendre compte de la présence de sa ceinture : elle était en cuir, elle résisterait bien mieux que l’épiderme de ses paumes ! Aussitôt, elle accrocha sa ceinture à l’un de ses mousquetons, accrocha ce dernier au câble de la tyrolienne, et observa un instant le vide, réfléchissant aux potentialités d’y laisser la vie, avant de prendre une grande inspiration. Réfléchir n’était décidément pas son style dans l’action : il fallait qu’elle fasse confiance à son instinct. Elle serra au maximum son harnais de fortune, et prit son élan avant de se jeter dans le vide en position fœtale, serrant la ceinture de toutes ses forces. Et la descente ne se fit pas prier pour apporter son lot de sensations à la jeune femme : elle chuta à une vitesse hallucinante vers l’arrivée du parcours, le vent et les branches lui fouettant le visage, la ceinture crissant dangereusement à chaque mètre parcouru. Et si elle prenait feu ? Bon sang, Lena avait totalement oublié cette possibilité. Finalement, ne pas réfléchir ne lui réussissait pas si bien que ça…

Le crissement se fit encore plus fort alors qu’elle approchait du sol sans montrer le moindre signe de ralentissement : par quel foutu miracle était-elle sensée atterrir indemne une fois au sol ? Même si pour le moment, la principale question qu’elle avait en tête tournait autour du temps que tiendrait sa ceinture avant de se briser et de la laisser s’écraser comme une merde. Préférant anticiper toute catastrophe, la manieuse mordit aussi fort qu’elle put dans le morceau de cuir, et se saisit de son violon faisant une nouvelle fois appel à la mélodie du vent pour se propulser en avant et atteindre plus rapidement l’arrivée, avant de recommencer mais dans l’autre sens cette fois pour amortir l’atterrissage au maximum. Putain… A cause de sa connerie, l’ombre avait contraint la jeune femme à gaspiller une nouvelle fois son énergie ; il ne lui restait déjà plus que cinq charges utilisables pour la nuit. Au-delà, elle ne ferait que produire un son dégueulasse et des bourrasques dignes d’un soupir de vieux grand père. En clair, il allait falloir la jouer économe, et elle avait encore un certain nombre de tickets à obtenir… Enfin, elle était arrivée indemne. Lentement, elle se laissa retomber, fulminant en découvrant le stratagème de la créature obscure qui avait coincé le mécanisme. Elle fit pointer son pass par l’employé qui parut particulièrement déçu de voir la jeune femme entière – bon sang mais ils étaient tous de mèche, ou la simple idée de pouvoir faire chier un voyageur amusait tous les habitants de ce monde de merde ? – mais la laissa partir en lui souhaitant bon courage pour les prochaines attractions. Ouais c’est ça autant dire à l’avance qu’elle était loin d’être au bout de ses surprises. Elle ignora royalement l’autre bestiole, et reprit alors sa marche en scrutant le ticket pour voir l’attraction qu’il lui indiquait : « palais des glaces ». Tiens un nom qui a l’air pas méchant à l’oreille… Ca sentait le coup foireux à dix mille kilomètres. Appréhendant une nouvelle fois ce qui allait potentiellement lui tomber dessus, elle suivit la direction indiquée par le ticket, jusqu’à atteindre un grand bâtiment qui de l’extérieur aurait pu ressembler à un simple entrepôt sans la file d’attente et l’immense enseigne qui indiquait clairement que c’était la destination de la violoniste. Sans plus attendre, elle dépassa la file d’attente sans faire attention aux protestations des clients normaux du parc, et présenta son ticket à l’employé, lui écrasant presque en plein visage en marmonnant :

« - Epreuve. Tout de suite.

- Que d’enthousiasme ! Entrez, entrez mademoiselle, nous allons réserver l’attraction pour votre défi. Le but est très simple, atteindre la sortie dans le labyrinthe ! »

Génial. Après le manoir hanté jusqu’aux couilles blindé de pièges et de défis débiles, les autos-tamponneuses mode destruction derby, et le parcours dans les arbres à soixante mètres au-dessus des fosses à monstre, on lui offrait le labyrinthe à travers les miroirs. Un bon coup à se manger encore et encore tiens. Surtout avec le sens de l’orientation et la patience de la jeune femme. Et d’ailleurs, l’employé avait beau dire que l’attraction allait lui être réservée, elle voyait venir l’autre bestiole à des kilomètres ; il y aurait forcément un truc, une merde, un imprévu qui viendrait la faire chier encore plus qu’à la base. Pas franchement enthousiaste – au contraire de ce qu’avait affirmé cet abruti d’employé – la jeune femme s’engagea dans le couloir sombre en retenant son souffle, prête à esquiver le premier piège… Qui n’arriva pas. Le tumulte de la foule céda sa place à un silence des plus oppressants dans une quasi obscurité qui ajoutait encore plus à cette ambiance morbide. Si l’ombre débarquait, nul doute qu’elle s’amuserait beaucoup à se dissimuler à foison pour effrayer la violoniste un bon coup, ce à quoi elle se prépara en tenant son violon pour un bon coup réflexe dans la tronche. Finalement, après un temps d’adaptation et d’observation, la voyageuse fit quelques pas en avant, remettant le violon dans son étui pour s’aider de ses mains et tâter les parois devant elle. Elle parvint ainsi à avancer de plusieurs mètres en espérant trouver une bifurcation quelconque, mais ce qui se produisit la surprit à un tel point qu’elle tomba à la renverse en poussant un cri digne des magicals girls de primaire : le mur sur lequel elle s’appuyait fit un tour sur lui-même en entraînant la jeune femme et la laissa de l’autre côté, alors que d’autres miroirs changeaient d’orientation. Alors c’était ça le défi ? Traverser une galerie des glaces qui avait en plus la vilaine manie de changer de disposition à chaque contact, le tout dans le noir ? Joyeux programme… On aurait pu tout autant lui tendre un fouet et lui ordonner de s’auto-flageller qu’elle aurait préféré ce choix. Elle aurait su aussitôt qu’elle était là pour souffrir et pas autre chose. Bon sang, mais combien de tarés comme elle arrivaient vivants avec leurs dix tampons ? Ce parcours était un véritable parcours du combattant où le moindre péquenaud un tant soit peu courageux –le terme correct eut été suicidaire – crèverait au bout d’une ou deux attractions. Les types qui avaient mis en place ce système d’accès VIP ne devaient pas fumer de l’herbe de merde pour le coup… Vu comme leur esprit paraissait totalement déluré pour avoir établi pareille connerie… M’enfin volontaire ou non, Lena avait une mission, et pour l’accomplir, il fallait passer par là. Elle se redressa donc, prit son courage à deux mains et avança à nouveau à tâtons, se contentant de frôler le mur pour ne pas provoquer à nouveau le déclenchement du mécanisme. Mais évidemment, parce que sinon ça ne serait pas divertissant pour le public, celui-ci se déclencha tout seul et le miroir juste derrière la manieuse la poussa violemment sur sa droite, avant de se refermer pour former un nouveau couloir. Merde, mais c’était impossible à prévoir un truc pareil ! Comment on l’évitait hein ?? Impossible d’avancer correctement dans ces conditions… Il y avait bien la solution de péter tous les miroirs pour se faire un chemin, mais non seulement la violoniste doutait qu’il soient si faciles à briser que ça, mais en plus elle ne devait plus gâcher ses pouvoirs, surtout pas alors qu’il lui restait encore six attractions à faire. Il devait bien y avoir un rythme, une régularité dans le mécanisme… Quelque chose qui permettrait d’anticiper un minimum, d’établir des repères. Globalement, elle ne voyait pas du tout d’où elle était partie, ni où était la sortie, mais elle pouvait déjà dresser un plan grossier des couloirs autour d’elle avec ce qu’elle pouvait distinguer dans la pénombre. Elle s’assit donc au sol et ferma les yeux pour compter le temps de passage entre chaque réorientation, et tenter d’en comprendre le fonctionnement.

Il y a forcément quelque chose… Concentres toi Lena… *

Un son sourd résonna alors un peu partout dans la pièce autour de la jeune femme. Un cliquetis. Un cliquetis qui se répétait à intervalles réguliers, jusqu’à ce que l’un d’eux se stoppe brutalement. A cet instant, les murs se mirent à tourner. La violoniste n’en perdit pas une miette et remarqua tout de suite le détail intéressant : ils tournaient tous dans la même direction ! Il devait y avoir une roue en contrebas qui les contrôlait tous en même temps. Mais rien ne permettait d’en distinguer l’emplacement, et puis elle n’avait de toute manière pas vraiment le temps ou la motivation de le chercher. Elle attendit donc le déplacement suivant pour voir le sens dans lequel tournaient les miroirs, remarquant alors qu’ils le faisaient dans le sens des aiguilles d’une montre, et s’élança alors droit devant elle, estimant faire face à un large couloir de plusieurs mètres. Malheureusement, la réalité et la gravité eurent tôt fait de lui rappeler que l’instinct ne fait pas tout : elle n’eut pas le temps de le voir qu’elle s’écrasa contre un miroir. Le choc l’envoya valser par terre les bras légèrement entaillés par des bris de verre, mais surtout totalement étourdie. Intérieurement, elle fulminait encore plus contre les créateurs de l’attraction : que lui réservaient-ils encore comme couille, surtout avec la probable aide de son meilleur ennemi l’ombre ? Avalant sa salive, elle se redressa et s’apprêta à repartir à l’assaut des couloirs.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 166
Date d'inscription : 25/12/2012

Citoyen modèle
Shad Howl
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 100
Renommée: 252
Honneur: -128
MessageSujet: Re: Vous ferez bien un p'tit tour... [PV : Shad Howl] Mar 10 Déc 2013 - 18:09

Au bout d'une poignée de minutes, l'ombre vit passer la Voyageuse au violon. Elle avait l'air encore plus énervée qu'avant et Shad ne put se retenir de rire, cette fois. Il abrégea sa rigolade lorsque sa douleur aux côtes le tenailla ; La jeune femme n'y était pas allée de main morte avec son coup de poing. C'est habituellement le genre de choses qui auraient calmé la créature cauchemar... mais pas cette fois. Il était bien trop amusé par cette fille « facilement torturable », d'après l'échelle de « torturabilité » qu'il venait de dresser à la va-vite dans sa tête. Il ne fallait pour rien au monde que la violoniste lui échappe, c'était bien trop drôle. Alors Howl lui emboîta presque le pas ; gardant seulement la distance pour éviter de se prendre une réflexion ou un coup inopiné. L'être des ténèbres ne savait pas où elle allait, mais peu importait, ça allait de toute façon lui faire plaisir.

Mais lorsque sa cible pénétra dans le palais des glaces, la créature cauchemar se vit refuser l'accès après avoir dépassé tout le monde sans retenue. Il essaya de convaincre le forain de le laisser passer parce qu'il voulait juste épuiser un peu plus la Voyageuse qui venait d'entrer et que de toute façon, il s'en balançait complètement des tickets VIP. Cela réussit au bout de quelques minutes, quand il expliqua qu'il ne cherchait pas la baston avec les forains, qu'il tenait juste son rôle de créature malfaisante et que de toute façon, le forain mourrait d'envie de gêner cette humaine. C'est donc sous les huées de tout un tas de gens que l'ombre pénétra à son tour dans l'attraction.

Et il fut ravi.

Ravi, parce qu'il pouvait poursuivre sa victime préférée de la nuit, évidemment... mais aussi parce qu'il faisait noir à l'intérieur de ce palais. Pas une seule lumière pour voir ce qui se trouvait devant soi, pas un seul guide pour trouver la sortie, juste son instinct et beaucoup de chance. Cela fit sourire Shad qui montrait alors toutes ses dents. Il était content d'être entré, en fait... peu importe ce qu'il pouvait se passer ensuite.

N'éprouvant aucune difficulté à voir dans ce dédale de glace, il pouvait même voir son reflet dans les miroirs... très flou, parce que le reflet est issu de la lumière émise par ses yeux rouges ; Cela le fit rire. Il y avait, pour les autres clients, sûrement, quelques miroirs déformants très discrètement placé çà et là et Howl était comme un enfant devant eux. Puis soudain, c'était le moment où les miroirs se tournèrent de quatre-vingt-dix degrés dans le sens des aiguilles d'une montre, emportant l'être obscur dans le labyrinthe. Il n'avait pas remarqué le délai entre chaque tour, ni le sens de rotation, mais il s'en fichait complètement : Il allait tricher pour retrouver la violoniste.

Il fondit dans l'ombre, dans le sol, plus exactement et se dirigea vers la source de l'émission de douleur qu'il venait de percevoir au loin, faiblement. Il se rematérialisa lorsqu'il aperçut la jeune femme au détour d'un couloir et se cacha. Ho ! Ho ! Ho ! Elle avait l'air vraiment empotée dans le noir, comme tous les humains à quelques exceptions près. Après s'être remise de son choc avec le miroir et que ceux-ci aient à nouveau tourné, l'ombre e mit à rire d'un rire dément qui raisonna dans toute l'attraction tristement, ou presque, vide. Son rire malsain était strident et vriait les oreilles ; son raisonnement rendait difficile le décelage de son origine, même s'il n'était pas loin de la position de Lena... dans un autre couloir. Il se mit à vociférer pour qu'elle entende :

- Je te vois ! Toi pas ! Je ressens ton angoisse et cela m'amuse ! On dirait presque tous ces rêveurs à qui j'ai collé la frousse ! C'est trop risible !

Peu après, Shad décida de la rejoindre progressivement, tout en continuant :

- Tu sais quoi ? Tu me plais ! Je veux dire, t'es légèrement différente des autres imbéciles de rêveurs qui ont peur de moi ! En fait, si tu le veux bien, je peux t'aider à sortir de là !

Puis il s'arrêta au moment où les miroirs se remirent à tourner. L'être des ténèbres s'approchait inexorablement de la Voyageuse car il ressentait son angoisse, sa douleur et, de manière plus minime, sa colère. C'est ce dont il disposait pour détecter les voyageurs et les distinguer des rêveurs, qui en général avaient tellement la frousse que cela se ressentait sans odeur à des kilomètres.

Sans trop faire attention au cycle des miroirs, il se concentrait sur le fait que la violoniste galérait visiblement à trouver la sortie. Il refondit dans l'ombre pour aller derrière la Voyageuse et se rematérialisa discrètement avant de chaparder le ticket à tampons de la jeune femme. Rigolant un bon coup, il s'enfuit avec et, au détour du champ de vision de sa victime, il disparut. Il n'avait pas réutilisé son fondu d'ombre. Simplement, de dos, il était quasiment invisible dans cette obscurité. Il cria de surprise lorsqu'un miroir le fit changer de couloir... mais c'était une aubaine, il pouvait enrager avec plus de sécurité celle qu'il suivait depuis le début de cette nuit. Il rit et se cacha pour entendre, sans doute, la Voyageuse râler. Il se dit après coup qu'il allait sûrement recevoir une correction de sa part, mais peu importait, c'était trop drôle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 113
Date d'inscription : 28/09/2012
Age du personnage : 27

Voyageur Expérimenté
Lena Skye
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 180
Renommée: 445
Honneur: -85
MessageSujet: Re: Vous ferez bien un p'tit tour... [PV : Shad Howl] Dim 15 Déc 2013 - 23:51
Décidément, Lena avait toujours raison. Et elle commençait réellement à détester cela. Déjà, parce que dans ce monde dont l’absurdité crevait le plafond de l’échelle de l’absurde – les mathématiciens se seraient beaucoup amusés dans ce monde tiens – tout ce que lui dictait son instinct était les ennuis à venir, et ensuite parce que Dreamland s’acharnait à lui faire passer un sale quart d’heure, à base de surprises de plus en plus sadiques. Elle aurait bien aimé rencontrer la bestiole qui fixait les règles, histoire de lui foutre un bon coup de pied dans les parties et lui dire sa façon de penser… Mais elle se r avisa en se rappelant que ce monde n’existait que parce que des êtres humains rêvaient les royaumes et les habitants. Une sorte de douce illusion qui avait malheureusement le don d’être vachement réelle. Enfin, toujours était-il qu’elle n’eut pas complètement le temps de reprendre ses esprits que la voix si désagréable de son collègue de la nuit vrilla dans ses oreilles, résonnant dans tout le hall obscur. Elle se complaisait dans ces ténèbres, elle se sentait chez elle, et tentait de provoquer la peur dans l’esprit de la voyageuse, qui pour le coup, sentit son souffle s’accélérer tout autant que son rythme cardiaque prenait de l’ampleur. Oui, elle commençait sérieusement à flipper. Parce que là, dans le noir, elle était à la merci de cette saloperie, elle était en pleine terre obscure, là où les ombres comme son poursuivant étaient les rois, et pouvaient se servir en cadavres frais comme ils le souhaitaient. Et pour couronner le tout, elle était loin d’avoir suffisamment d’énergie pour se défendre si jamais il se décidait à venir la bouffer. M’enfin, quitte à rester en vie et à galérer sans pouvoir jusqu’au bout du parcours ou à crever sur le champ, elle préférait tout de même la première option. Déjà parce qu’elle n’avait aucune envie de mourir, tout aussi irréelle que fût sa vie onirique, et puis surtout parce qu’elle avait besoin de demeurer une voyageuse, de savoir au mieux utiliser ses capacités pour décider où et avec qui apparaître, pour retrouver la trace onirique des criminels qu’elle poursuivait. Bon d’accord, récemment, son stage dans la police locale lui avait plus appris à utiliser le photocopieuse ou à retaper sur word mot par mot des rapports d’enquêtes que d’apprendre réellement sur le terrain les ficelles du métier, mais elle comptait vraiment sur le monde des rêves pour devenir une inspectrice hors pair. Et pour cela, elle avait redoublé d’effort en cours afin d’améliorer plus vite encore sa connaissance psychologique des individus. Le seul souci, c’est qu’il était difficile de donner des expressions à l’autre bestiole bizarre qui la suivait partout ; son visage était dissimulé, noirci, et à part une expression amusée des plus effrayantes, Lena n’avait rien distingué de particulier en termes de tics nerveux ou autres signes expressifs. En clair, cette créature pouvait faire n’importe quoi sans que la violoniste ne puisse l’anticiper un minimum, ce qui l’exaspérait au plus haut point en même temps que de l’effrayer à la perspective de se retrouver à la merci de cette bestiole. Bon sang, et en plus, elle n’était qu’à la moitié du parcours pour obtenir le ticket VIP … Cette nuit serait probablement l’une des pires de sa vie dreamlandienne. Enfin, ça, elle serait forcément amenée à se le répéter la nuit suivante. Oui, la jeune femme adorait se plaindre et partait un peu trop souvent défaitiste, mais dans un sens, cela lui avait évité bien des désillusions et d’être encore plus blasée de sa vie.

Puis, alors que Lena commençait à se poser de sérieuses questions quant à ce stalker d’un genre bien particulier qui avait plus l’air de vouloir la bouffer que de vouloir l’attirer dans un coin pour se la faire, ce dernier lui annonça vouloir l’aider au prétexte qu’il l’appréciait, comparativement à la masse de rêveurs stupides qu’il effrayait sans grand problèmes. En clair, elle constituait une cible de choix, dont le caractère lui apportait bien plus d’amusement que ne l’auraient fait les hurlements déchaînés d’une dizaine de rêveurs. Oui, elle pouvait avoir un soupçon de sympathie de sa part parce qu’elle était amusante à torturer et que le jeu serait triste s’il devait prendre fin aussi rapidement. L’idée déplaisait fortement à la manieuse qui souhaitait avant tout éviter de servir d’amuse-gueule à cette bestiole, mais plus encore, de lui être redevable. Déjà qu’il l’avait sauvée à l’épreuve précédente… S’il recommençait maintenant, elle n’aurait plus qu’à aller se pendre de honte… Elle détestait vraiment l’idée de devoir quelque chose à quelqu’un !!! Bien plus encore que d’être tuée ou torturée, pour elle, c’était la pire des humiliations. Dans son esprit, cela signifiait qu’elle était incapable d’agir seule, qu’elle avait besoin d’aide, et cela, elle ne pouvait l’accepter. Elle avait toujours tout fait toute seule jusqu’ici, elle avait toujours su assurer sa survie et son quotidien sans problèmes, mais depuis qu’elle était devenue une voyageuse, tout avait changé. Il y avait cet enfoiré de Sherlock qui savait toujours comment mener le débat avec elle, ce blondin qui avait trouvé le moyen de perturber ses sens et sa perception, ces collègues qui trouvaient toujours instantanément le moyen de la faire sortir hors de ses gonds, et maintenant, il y avait l’ombre qui pouvait combiner les trois – sauf l’attirance encore heureux – et se complaisait dans les emmerdes qu’elle pouvait lui causer. Elle, il… Aucun moyen de dire ce qu’était vraiment ce truc. M’enfin bref, elle se contenta d’hocher la tête dans le noir, prête à accepter l’aide de la bestiole à contrecoeur, bien qu’elle ignorait si l’autre l’avait vu. Et la réponse ne se fit pas attendre ; les miroirs tournèrent aussitôt, et en quelques secondes, alors que la manieuse s’était de nouveau élancée à l’assaut du couloir en espérant parvenir tout de même à avancer seule, l’ombre apparut dans le dos de la jeune femme – ce qui lui provoqua un horrible frisson – et s’empara du ticket qu’elle avait planqué entre ses nichons ! Elle l’avait attrapé sans même ciller, et s’était barrée aussitôt laissant là la voyageuse ébahie, la bouche grande ouverte. Elle n’avait même pas pris conscience sur le coup de ce qu’il venait de se passer, ne parvenant même pas à croire qu’il ait pu se passer une chose pareille. Quand finalement elle eut repris ses esprits elle poussa un hurlement qui résonna dans tout le hangar et probablement à l’extérieur, laissant sortir brutalement toute sa rage :

« PUTAIN DE SALOPERIE DE MERDE T’AS DEUX SECONDES POUR REVENIR ME RENDRE CE TICKET OU JE TE JURE QU’ON AURA MEME PAS L’OCCASION DE RECONNAITRE TA TENUE TELLEMENT JE VAIS TE REDUIRE A L’ETAT DE LAMBEAUX DE LAMBEAUX !!! JE VAIS TE BROYER LE CRANE, T’ETRIPER !!!!! »

C’était la dernière chance qu’elle lui accordait. Il fallait qu’elle supprime définitivement cette bestiole avant que d’autres idées de merde de ce genre ne renaissent dans son esprit, ou qu’une autre victime ne subisse les affres du caractère de psychopathe de cette créature. Elle allait la retrouver, tout exploser s’il le fallait juste pour en finir. Aussitôt, elle repartit en courant, anticipant le prochain mouvement du mur face à elle pour avancer tout droit, et suivit la direction qu’elle estimait être celle qui la conduirait à sa cible. Elle parvint à éviter une nouvelle rencontre violente avec un mur, mais alors qu’elle pensait être à portée de l’ombre, un nouveau mur vint lui barrer subitement le passage, l’obligeant à prendre à gauche, et à faire un long détour. Quelques mètres, et un nouveau mur la fit tourner à droite. Pendant ce temps, on pouvait discerner les applaudissements déchaînés de la foule qui avait été surprise par l’intervention de la créature, mais avaient été enchantés par un tel rebondissement qui rajoutait à la tension de l’épreuve que subissait la victime du jour, la pauvre folle qui avait eu les couilles de prendre le ticket VIP et mettait sa vie en jeu en contrepartie de ce que pouvait lui apporter un succès. Cependant, elle ignorait totalement quelles étaient les capacités de sa cible dans le noir ; elle n’avait pu observer que ses déplacements incroyablement rapides avec sa légèreté qui lui permettait presque de flotter au-dessus du sol lorsqu’elle « courait ». Poussant un nouveau hurlement, la manieuse attendit que le mur devant elle change d’angle pour repartir tout droit, et repartit dans la direction des rires. Il lui semblait se rapprocher encore et encore, et même l’avoir aperçu au détour d’un couloir, mais c’était impossible de le dire avec certitude dans cette obscurité des plus oppressantes et chiantes. Néanmoins, elle ignorait qu’en la provoquant, l’ombre l’attirait vers la sortie… Difficile de s’orienter avec les yeux de la jeune femme, mais ceux de l’ombre lui permettaient de voir son chemin. Elle devait trouver vraiment très drôle l’idée de la voir se débattre en pensant la rejoindre, alors que c’était elle qui guidait les choses, contrôlait totalement la situation. Bordel qu’elle détestait cela… Et lorsque les rayons du soleil vinrent percer de nouveau, et qu’elle se rendit compte qu’elle était à l’extérieur, sous le regard amusé de son collègue de fortune, elle manqua de l’insulter une nouvelle fois, sans même écouter les applaudissements de la foule. Elle s’approcha simplement de sa cible, et entreprit de lui broyer le bras pour récupérer son bien, mais elle le vit de loin obtenir le tampon et se diriger d’un pas enjoué vers la prochaine attraction. Elle allait devoir mériter son ticket… Sans hésiter elle se mit à suivre la créature pour la rejoindre au plus vite, et vit alors quelle serait leur prochaine étape… Une énorme grande roue. Que leur réservait-on pour cette fois ? Et d’ailleurs, par quel foutu miracle allait-elle pouvoir entrer si l’ombre avait son ticket.

« RENDS MOI CE TRUC !!!! »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 166
Date d'inscription : 25/12/2012

Citoyen modèle
Shad Howl
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 100
Renommée: 252
Honneur: -128
MessageSujet: Re: Vous ferez bien un p'tit tour... [PV : Shad Howl] Sam 21 Déc 2013 - 14:49
La série de jurons et de menaces de la part de la Voyageuse au violon ne s’était pas fait priée et Shad s’en délecta avec beaucoup de malice, il était fier de ce qu’il avait fait rien que pour cette réaction. Riant comme un dément, l’être des ténèbres commença à appliquer la suite de son plan. Comme lui mettre la misère dans un endroit comme celui-ci serait à la fois facile et dangereux, il décida de la mener vers la sortie de l’attraction, comme avec un jeu d’équipe. Howl pensait à ces créatures idiotes qui avançaient lorsque l’on leur mettait un objet désiré devant elles, attachées à elles-mêmes pour un mouvement semi-perpétuel… Cette pensée fit à nouveau rire la créature cauchemar qui se glissait dans les couloirs avec une certaine facilité ; Elle était dans son élément et cela se sentait. Cependant, comment trouver la sortie pour autant ? C’était simple : Il fallait suivre le chemin qui menait vers la lumière, là où le corps disait de ne pas aller et qui était à l’opposé presque de la source de lumière par laquelle il était entré.

Guidant sa victime tout en évitant de se prendre des murs mobiles, l’ombre Arriva bien assez tôt à la sortie et dût habituer à nouveau ses yeux aux lumières flashies et clignotantes des attractions du parc. L’objectif, ici, était d’attendre la violoniste avant de parcourir la suite des évènements. Dès qu’il l’aperçut dans l’encadrement de la porte, il lui sourit, comme s’il était fier de l’avoir vue sortir en un seul morceau de cette attraction somme toute pas si dangereuse que cela comparée à la précédente. Il n’attendit pas qu’elle le « remercie » et se fit tamponner le ticket avec cette question :

- Pourquoi faire le parcours VIP, créature du royaume obscur ?

- C’est son ticket, yahaha !

À ces mots, il n’attendit pas une réaction de la part de la Voyageuse ou même du forain et fonça vers la grande roue… qui était juste énorme ! De base, c’était un outil romantique ou une torture pour ceux ayant le vertige. Imaginez un grand bâtiment, du genre la Tour CN… Transformez-le en grande roue et vous avez à peu près ce qui se trouvait sur le chemin aux tampons des deux « amis. » Shad ne put s’empêcher d’être à la fois admiratif et excité à l’idée de faire un tour dessus.

Sans que les forains ne s’y attendent vraiment, Howl grimpa au-dessus de la nacelle qui devait l’accueillir pour un tour de manège. Il sauta sur la nacelle suivante et s’y accrocha à l’aide de ses longues griffes, en utilisant une barre qui semblait prévue à cet effet. Il se glissa à l’intérieur de la nacelle qui était vide et ouverte. Pas très sécurisant, tout cela, mais ce n’était pas le problème de l’être des ténèbres. Il s’installa sur un des deux bancs face à face en mode « pimp » et attendit que sa victime le rejoigne. Un message s’afficha à l’endroit de la nacelle qui était ouvert ; Ce message n’empêchait pas quelqu’un d’entrer ni de sortir, il n’était là qu’à titre d’information. Il relatait ceci :

Bataille de nacelle, les amis !

Vous connaissez sûrement le paintball, le laser game ou le airsoft, alors ce jeu devrait vous plaire. Il s’agit de dégommer les autres joueurs qui sont dans les autres nacelles avec les canons qui vont apparaître dans quelques instants. Vous ne pouvez tirer sur les nacelles avec les canons que lorsqu’elles brillent uniquement, toute tricherie se traduira par une élimination instantanée. Vous avez le droit à deux tirs reçus avant que votre nacelle explose, alors faites attention à cela aussi.


Bien sûr, l’ombre ne savait pas lire, alors elle avait simplement ignoré le contenu du message. Mais comme elle savait que c’était important, elle demanderait à la violoniste dès que celle-ci se sera hissée dans la nacelle. Shad remarqua les canons de matérialiser du côté de la nacelle où il n’y avait pas de porte. Cette épreuve était sensiblement du même genre que celle avec les auto-tamponneuses, mais en différent tout de même.

Peu après, la roue se mit à tourner…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 113
Date d'inscription : 28/09/2012
Age du personnage : 27

Voyageur Expérimenté
Lena Skye
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 180
Renommée: 445
Honneur: -85
MessageSujet: Re: Vous ferez bien un p'tit tour... [PV : Shad Howl] Lun 30 Déc 2013 - 2:14
Si à cet instant, Lena avait pu faire tout sauter juste pour être sûre d’annihiler à jamais cette créature qui l’emmerdait au plus haut point, elle l’aurait fait. Bouillant intérieurement, le teint volcanique, elle songea à mille façons de mettre à mort la bestiole, rêvant de voir sa note enflammée réduire en un instant la grande roue et tout cet atroce royaume en cendres. Mais plusieurs raisons l’empêchaient de commettre un tel acte : premièrement, elle avait tout de même un soupçon de conscience qui lui disait de ne pas tuer autant d’innocents, deuxièmement, elle n’était pas assez puissante pour cela, tout au plus elle parviendrait à entamer légèrement l’un des piliers devant elle, et troisièmement, elle préférait la mettre à mort par « elle-même » sans bénéficier d’une explosion ou d’une arme quelconque, elle voulait juste la battre à mort jusqu’à ce qu’elle crève cette saloperie. La réduire à l’état de bouillie infâme juste pour le plaisir d’une vengeance animale qu’elle avait l’habitude de déplorer mais qui au fond avait un côté si apaisant, si libérateur quand on pouvait extérioriser sa rage sur la raison même de son existence. Elle s’en voulait, elle avait honte de ressentir une haine pareille et de se soumettre aux plus animales des pulsions humaines, tout comme le faisaient bon nombre des criminels dans le monde réel… Bon sang, pourquoi ne pouvait-on pas vivre sans sentiments ? Se passer de ressentir la moindre émotion qui pourrait nous jouer des tours ? Lena rêvait du jour où elle serait capable de se maîtriser à un point tel que personne ne pourrait lire en elle, ou même exploiter quoi que ce soit chez elle ; elle demeurerait stoïque face à tout ce qui arriverait devant elle, un interlocuteur concentré et sérieux, une inspectrice sans le moindre frémissement devant la mort ou les actes du tueur. Juste l’envie de l’arrêter, la quête de l’indice, les pistes, la découverte au plus vite du coupable. Rien ne devait plus compter pour elle que tout cela. Et pourtant, voilà qu’un garçon arrivait à la troubler, et qu’une créature des rêves la poussait à bout au point qu’elle était prête à jouer le rôle de l’étoile de la mort pour ce royaume insipide. Cependant, elle se retint et serra les poings, se rappelant qu’avant d’être un endroit insupportable et bondé, Circus Attractions était un allié de son royaume. En clair, pas touche si tu ne veux pas d’ennuis avec ton seigneur. Et déjà que Nezumi prenait un malin plaisir à l’affecter à tout un tas de missions à la con qui la menaient généralement à ce genre d’ennuis, elle n’osait même pas imaginer quelle punition elle recevrait pour avoir fait perdre un allié du royaume, qui plus est un royaume réputé pacifique. Tout aussi « hype » et cool comme endroit qu’en donnait l’impression Discoland, il avait sa part de trucs obscurs,entre la fille de la patronne, Liana, une autre timbrée qui passait le plus clair de son temps à regarder en boucle les concerts d’Hikari Nikaido et Riku Kaisuki les deux voyageurs chanteurs qui étaient venus une fois à Discoland et avaient résolu une affaire de traffic de drogue tout en assurant leur concert ; ce jour-là, Lena avait juste eu le temps de les apercevoir puisque son seigneur si prévenant lui avait ENCORE trouvé une mission, mais depuis, elle avait eu sa dose d’images du couple. Surtout depuis que la gamine les avait revus à l’Oniric Tour, un autre festival auquel la jeune femme fut ravie de ne pas avoir assisté tant il y avait eu de monde. Elle aurait été capable d’en tuer vraiment un ou deux dans la foule juste pour décompresser… Il y avait aussi toute la bande de tarés de voyageurs qui bossaient pour le royaume, entre Matthew le feignant, Ethan le drogué qui avait un peu trop tendance à tout détruire autour de lui de manière totalement inconsciente, William le dj qui se mêlait un peu trop de tout, et Ciara qui n’avait même pas un pouvoir du royaume mais travaillait avec eux et était la pire des sadiques perverses, Discoland était décidément mal représenté, ou alors la connerie était le critère premier de recrutement dans ce pays de fous. Lena avait eu l’occasion de croiser pas mal de voyageurs et il était vrai que la raison n’était pas la grande qualité de nombre d’entre eux… Elle était à la fois désespérée et passionnée par ce monde empli de choses fascinantes et d’autres chiantes au possible. Mais elle revint rapidement sur sa situation du moment pour se recentrer sur sa future victime du jour, à savoir cette saloperie d’ombre qui lui avait volé son ticket VIP en se foutant ouvertement de sa gueule. Ca, elle ne le laisserait pas passer. Elle s’était déjà montrée relativement clémente avec la créature, ne la frappant qu’à quelques reprises sans intention de tuer, mais là, il fallait qu’elle porte un coup plus décisif pour que cette créature comprenne qui était le chef. Elle arriva à l’entrée spéciale de la grande roue, - qui ressemblait plus à une tour de chaîne de télévision américaine à laquelle on aurait attaché une roue et ses nacelles – et le vigile sembla l’observer d’un air méfiant pendant un instant avant qu’elle ne dise :

« Ce connard dit vrai, c’est bien mon ticket qu’il vient de montrer pour passer cette porte. Mais vos attractions on y rentre et on en sort comme dans un moulin ou quoi ? Merde pourquoi vous ne l’avez pas arrêté cet intrus ? »

Evidemment, elle n’obtint pour seule réponse qu’un haussement d’épaule, avant qu’on ne lui indique le chemin pour monter dans la nacelle qui lui était attribuée. Chacune avait un numéro, deux étaient encore inoccupées. Et l’ombre, contrairement à ce qui était prévu, choisit de grimper dans la nacelle à côté de la leur. Jamais il faisait comme les autres lui ? Bon sang, et pendant ce temps, une conasserie de voix annonçait le nouveau délire mortel qu’elle allait devoir affronter pour se rapprocher un peu plus de son but en obtenant son cinquième tampon. Dire qu’il y avait encore cinq attractions après… La violoniste soupira une nouvelle fois, puis suivit du regard l’ombre qui grimpait allègrement dans la mauvaise nacelle. Bon gré mal gré, puisqu’apparemment les organisateurs avaient trouvé amusants de les mettre en équipe, la jeune femme grimpa sur la nacelle face à elle et prit appui sur les barres de métal au rebord pour se hisser sur celle d’au-dessus où l’autre bestiole jubilait en voyant sa victime du jour galérer autant. Serrant les dents, Lena se retint de lui en décocher une au moment d’atterrir dans leur espace, qui, contrairement à une véritable grande roue, ne comportait pas de places assises ; il y avait des sacs remplis de sortes de sphères luminescentes attachés aux rambardes, et deux canons, prêts à être pointés sur les adversaires. Le jeu était simple, détruire les autres sans être détruits. Encore un crush them all après les auto-tamponneuses, ça en devenait lassant…

« Bon, vu comme cette attraction a l’air d’être de la merde, je ne t’attaquerai pas pendant le temps de la bataille. Je charge les canons, tu tires. Ca te convient ? Non ? J’men fous ! »

Aussitôt cela dit, la grande roue commença à tourner, et les deux canons se mirent à tourner sur eux-mêmes, avant de s’activer, prêts à être utilisés pour dégommer les adversaires. Lena se saisit alors de plusieurs sphères et en chargea une dans chaque canon dans l’espace prévu à cet effet. L’arme émit alors une puissante lumière verdâtre, avant de projeter une cible luminescente sur la nacelle devant eux. Il n’y avait plus qu’à tirer. Mais c’était sans compter sur la petite manette que découvrit juste sous les canons la violoniste, et sur laquelle on pouvait lire la mention «dispositif de contrôle de la nacelle » : le premier visé fit alors aussitôt tourner sur lui-même sa nacelle pour tirer sur le projectile qu’ils avaient envoyé dans sa direction. Alors il y avait un petit côté stratégique à cette bataille bourrine ? Ca pouvait devenir amusant cette connerie… Lena chargea deux nouvelles sphères, et se plaça tout près de la manette de contrôle, prête à faire bouger l’engin pour esquiver les attaques des autres concurrents. Une sphère passa d’ailleurs tout près du crâne de la manieuse qui fit faire une embardée à la nacelle en se penchant et en tirant brutalement sur la manette. Bon… Il fallait qu’elle trouve le bon timing pour charger les canons, puis ensuite se déplacer en surveillant attentivement les cibles qui apparaîtraient sur la coque de leur transport. Allez sale bestiole, descends les ces enfoirés, ou c’est moi qui te bute. C’était bien la dixième fois qu’elle le répétait depuis le début de l’épreuve. Et elle était loin d’en avoir fini avec les insultes cette nuit.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 166
Date d'inscription : 25/12/2012

Citoyen modèle
Shad Howl
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 100
Renommée: 252
Honneur: -128
MessageSujet: Re: Vous ferez bien un p'tit tour... [PV : Shad Howl] Lun 13 Jan 2014 - 17:08
Shad se délecta de la vue qu'offrait la violoniste en voulant grimper à sa suite, mais se retint de montrer trop ouvertement qu'il s'amusait beaucoup : Il avait quelque chose à demander. Il écouta vaguement la Voyageuse se plaindre de la qualité de l'attraction puis demanda :

- Dis, les trucs inscrits, là, ont l'air importants. Est-ce que tu peux me donner le principe de l'attraction ? Ça a l'air rigolo et instinctif, mais on ne sait jamais.

Et il eut une idée pour recevoir bien gentiment l'explication de la jeune femme. Il lui tendit son ticket et lui laissa le reprendre, sans entourloupe. Après cette hypothétique explication, Howl se plaça devant les canons et actionna la commande pour faire lever les canons.
À sa grande surprise, c'est toute la nacelle qui pivota, lui faisant lâcher les commandes dans un petit cri de stupeur. Il se plaqua dans le fond violemment avant de revenir à sa place, non sans lutter.

Soudain, on entendit un rire moqueur venant de la nacelle située juste au-dessus de la leur. C'était le chargeur de canon qui se moquait d'eux. Car oui, la nacelle était vitrée en son toit pour une meilleure visibilité. L'être obscur fit alors un bras d'honneur à cette personne qui lui sourit en retour.

Une sorte de compte à rebours, que la créature cauchemar ne savait pas non plus lire, prit fin, au milieu de la roue. Le premier candidat à clignoter n'allait pas tarder à être pris pour cible.
Contre toute attente, ce fut les deux compères d'un soir dont l'engin se mit à clignoter. Mais, une question ne se souleva pas dans le cerveau de l'homme en noir sans nez, si on clignotait, qui pouvait-on bousiller ?

Comme dit précédemment, Shad ne s'était pas posé la question et, dès qu'on se mit à le viser, tira les boules lumineuses que la voyageuse avait dû mettre dans les canons. Surpris, la visé n'eut même pas le temps de faire bouger sa nacelle qu'elle se prit des dégâts et une barre se vida de moitié au-dessus de lui, apparue pour l'occasion.
C'était donc cela : Si tu es la cible, tu peux bousiller n'importe qui, à ton plus grand plaisir.

Juste après ce tir, la nacelle cessa de faire la guirlande et plus personne, en théorie, ne pouvait tirer sur les deux amis, francs camarades, victimes du destin. Lorsque quelqu'un tenta de le faire, sa nacelle explosa et les morceaux de l'engin et des corps se répandirent partout. La sanction était aussi violente qu'immédiate.

Howl remit la nacelle lentement dans sa position initiale, pour laisser le temps à la violoniste de s'adapter (Il était conciliant avec ses victimes, parfois...) et ne pas la faire bêtement tomber. Il observa les nacelles avec soin, puis jeta un œil à sa camarade de fortune pour voir si elle avait rechargé les canons. Une fois cela fait, l'être obscur regarda à nouveau les autres engins pour voir le premier le prochain à luire. Mais comme il ne connaissait pas l'utilité du compte à rebours, il perdait de l'énergie à toutes les surveiller.

C'est alors que le nouveau compte à rebours prit fin...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 113
Date d'inscription : 28/09/2012
Age du personnage : 27

Voyageur Expérimenté
Lena Skye
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 180
Renommée: 445
Honneur: -85
MessageSujet: Re: Vous ferez bien un p'tit tour... [PV : Shad Howl] Mar 28 Jan 2014 - 12:09
Lena observa un instant la créature alors que le jeu commençait. Elle semblait tenter à grand peine de lire les instructions qui étaient indiquées sur le panneau au beau milieu des commandes. Evidemment. Difficile de manœuvrer quand on est incapable de lire le manuel. Et pour faire bonne mesure et obtenir la coopération de la jeune femme, l’ombre lui tendit son ticket. Méfiante, la violoniste tendit la main et put récupérer son bien sans encombres. Elle parcourut alors le manuel des yeux et tenta d’expliquer le principe à son collègue un peu forcé :

« Bon. En gros, tu as deux manettes à gérer. La première te permet de diriger la nacelle entière, pour éviter les projectiles qui seront envoyés dans notre direction, l’autre te permet de gérer la visée avec le canon. Il va y avoir un compte à rebours. A la fin de ce compte à rebours, une nacelle au hasard est désignée comme « la cible à abattre ». Tout le monde doit viser cette nacelle, mais n’a pas le droit de tirer sur les autres. Le visé, lui, a le droit de tirer sur tout le monde pour se défendre. Par contre, interdit de tirer une fois la période de tir passée. Il y a un court laps de temps avant un nouveau compte à rebours, et si on tente d’attaquer une autre nacelle dans cette période, on sera sanctionnés. »

Elle ne demanda même pas si la bestiole avait compris ; cette dernière avait perdu toute concentration en plein milieu du discours de la manieuse, ne retenant probablement que le truc des des manettes à cause du rire narquois que l’un de leur voisins leur adressait, apparemment confiant dans ses performances sur cette attraction. Lena se jura qu’il serait le dernier à être dégommé, juste pour le plaisir de le voir déchanter. Mais elle n’eut pas le temps d’ourdir plus longtemps de meurtrières intentions que le premier compte à rebours apparut, provoquant aussitôt un silence total dans l’assemblée de spectateurs captivés par la tuerie à venir, tandis que tous les autres concurrents se tenaient sur leur garde, les chargeurs prêts à donner de la munition, et les pilotes prêts à esquiver pour mieux vaincre leurs opposants. Quatre, trois, deux, un… Et évidemment, histoire de bien lancer le truc, ce fût la nacelle du pire duo de l’histoire qui s’éclaira, désignée comme cible à abattre. Merde, merde, merde… Sans plus attendre, Lena pousa un, puis deux boulets dans les canons de la nacelle tandis que l’ombre manoeuvra comme il put pour éviter les premiers tirs. Il envoya un obus sur l’un de leurs ennemis dont la nacelle perdit une partie de sa barre de vie. D’accord, ça marchait un peu comme pour les auto-tamponneuses donc. Sauf que là, la gestion de l’esquive n’était pas la même. Lena devait gérer son équilibre tout en apportant sans cesse des munitions à son collègue pour qu’il maintienne le feu. Ils parvinrent à toucher deux, puis trois nacelles, et un message annonçait le début de la période de pause. Mais apparemment, l’un des candidats avait décidé de passer outre la règle, et un boulet partit dans la direction de l’ex-nacelle cible. La réplique ne se fit pas attendre : le boulet disparut soudainement, et la nacelle des coupables explosa sans plus de cérémonie, répandant sang et tripes un peu partout. Dégueulasse à souhait comme mort. Putain… Ils n’avaient pas intérêt à zapper cette règle, sinon c’était la mort immédiate.

Mais pas le temps de se concentrer là-dessus, un nouveau compte à rebours était sur le point de se déclencher. Cinq, quatre… Lena était prête, elle avait des munitions en main et le canon était chargé. Trois… Garder les yeux ouverts, ne pas penser aux tirs à venir, juste se concentrer sur la destruction de la cible. Deux… Un… La nacelle deux crans au-dessus de la leur s’éclaira et commença aussitôt à bouger dans tous les sens et à faire des tonneaux pour éviter les premiers tirs. Mais rapidement, leur barre de vie commença à diminuer. Un détail était notable, quand on était la cible à abattre, les tirs subis infligeaient beaucoup moins de dégâts, ce qui dans un sens n’était pas illogique puisqu’on se retrouvait seul contre tous. Mais Lena avait de la chance, son collègue visait plutôt bien, et semblait prendre un plaisir assez malsain à s’acharner ainsi sur une cible seule. Rien d’étonnant dans ce fait d’ailleurs, mais la jeune femme se demanda comme une créature obscure pouvait-elle ressentir des émotions, quand elles étaient sensées n’incarner que l’image de la peur du noir, quelque chose de fixe, de programmé, comme bon nombre des bestioles de ce monde en fait. Et pourtant, lui – ou elle, la violoniste ne savait pas trop – prenait du plaisir à découvrir des choses, s’amusait dans ses délires qui avaient souvent des conséquences pas forcément agréables pour les autres, et semblait même capable de réflexion. Les idées de la jeune femme concernant la vie des créatures oniriques s’en retrouvait quelque peu bouleversée… Mais le choc mental ne dura que quelques instants, et elle se reprit rapidement, pour venir en aide à son allié qui manquait de munitions. Le compte à rebours n’eut pas le temps de s’achever que la nacelle cible vit sa barre de vie chuter à zéro, et exploser l’instant d’après. Un concurrent de moins. Et moins il y aurait de gens pour tirer sur une cible en même temps, plus cela s’avèrerait long et difficile d’en finir.

Nouvelle pause. Lena jeta un œil à la barre de vie des nacelles les entourant ; deux d’entre elles avaient été bien entamées, d’autres un peu moins mais avaient déjà pris une bonne dose de dommages. La nacelle du duo faisait partie des rares à avoir été globalement épargnées. Il fallait alors se préparer à un nouvel affrontement, leurs rivaux du début continuant de les narguer histoire d’affirmer leur certitude de l’emporter. D’ailleurs eux aussi avaient perdu très peu de points de vie – et la manieuse avait vu le chargeur de munitions engueuler son pote quand il avait été touché. Caractériel hein ? Cela pouvait jouer en leur faveur s’ils parvenaient à créer une dissension interne. Et peut-être que la loterie des nacelles allait leur donner cette possibilité. Trois, deux, un…. Bim ! La nacelle de leurs rivaux s’éclaira et évita dans la seconde le premier projectile qui lui arriva dessus. Lena se mit aussitôt à charger les canons de leur nacelle pour que l’ombre puisse enchaîner sans cesse les tirs et harceler leurs ennemis du moment. Un tir, toucher une seule fois suffirait à les déconcentrer. Lena sortit alors son violon et attendit que le tir parte pour amplifier la vitesse du boulet avec une note de vent. Le résultat fut immédiat ; le boulet accéléra brusquement, arrivant droit dans le dos des deux lascars, diminuant d’un quart leur barre de vie. Et aussitôt, le leader autoproclamé se mit à hurler sur son camarade en le traitant de tous les noms pour son incompétence. C’était fini pour eux. Le pilote ne faisait même plus attention aux tirs qui leur arrivaient dessus, et finalement, la barre de vie des deux abrutis tomba à zéro et leur nacelle explosa en les entraînant dans la mort. Une autre de moins. Mais en plus, deux nacelles avaient été détruites par les ciblés, ce qui réduisait leur nombre à cinq au moment de la pause. Lena souffla un coup ; il s’en était sortis, mais leur barre de vie en était à la moitié maintenant. Ils devraient faire attention pour la suite.

« Bon. Essaye de faire gaffe à notre barre de vie. Moins on est nombreux et plus il faudra être sur la défensive quand on ne sera pas la cible. Surtout quand on ne sera plus que deux nacelles. »

La violoniste se tint alors sur ses gardes quand le compte à rebours réapparut au milieu de la grande roue ; qui serait le prochain ??


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 166
Date d'inscription : 25/12/2012

Citoyen modèle
Shad Howl
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 100
Renommée: 252
Honneur: -128
MessageSujet: Re: Vous ferez bien un p'tit tour... [PV : Shad Howl] Mar 19 Aoû 2014 - 21:09
Shad commençait à comprendre le signification des symboles cabalistiques qui se trouvaient au centre au moment où le compte à rebours prit fin. Quand il y avait trois ovales, il était temps de commencer ! La créature cauchemar se remémora quelques unes des paroles de sa compagne d'infortune ; Elle parlait d'un compte à rebours. Donc, un compte à rebours, c'est quand il n'y a que des ovales d'affichés, il fallait le noter et le retenir ; Howl était donc très content d'avoir appris cela.

Au début de la nouvelle série de tirs, l'ombre repéra tout de suite la nacelle qui clignotait. Après tout, clignoter, c'était émettre de courts flashs de lumière, alors l'être des ténèbres pouvait presque (presque) dire où se trouvait la cible sans la regarder. Fort de cette particularité, il fut le premier à tirer dès qu'il fut chargé. Le bruit improbable par sa puissance par rapport aux canons était quelque chose qui faisait sonner quelques cloches chez l'entité des rêves ; Il associait ce bruit à la jouissance de la destruction des adversaires et cela lui faisait du bien. Il souriait, forcément, il riait, aussi, de manière extrêmement moqueuse.

Shad éclata de rire lorsque la nacelle deux cran au-dessus d'eux fut prise pour cible par tout plein de concurrents. Il ne fallut pas très longtemps avant qu'elle n'explose, fascinant l'ombre comme une vache regarde un train passer. À la fin de la seconde manche, Howl était tout excité comme une puce et son corps tremblait sous la tension créée. Il tenait bien les manettes, en revanche, parce que c'était important.

Le compte à rebours recommença, alors l'être du Royaume Obscur prêta attention aux « ovales qui allaient apparaître. » Il ne savait pas exactement quand, mais il connaissait à peu près le temps que la pause prenait. Paré à tirer, il ne faisait pas attention du tout à sa compagne qui devait difficilement rester en équilibre sur ses jambes. L'entité cauchemardesque s'amusait beaucoup trop pour ça.

Les trois zéros apparurent, donnant le top départ d'un nouveau massacre... du moins, c'est comme ça que Shad le voyait et, même si c'était une vision plutôt simpliste, elle avait le mérite d'être proche de la réalité. La créature cauchemar regarda en bas, mais il n'y avait rien. Alors en haut... plus, haut, plus haut... oui, voilà, juste au-dessus. Ils se prirent un tir de canon en pleine poire alors que l'être des ténèbres venaient à peine de les viser. Celui-ci ragea fortement, poussant des jurons, puis vint l'heure de la revanche...

Howl tira allègrement sur la nacelle à côté de la leur une ou deux fois... voire plus, il ne savait pas compter, de toute manière. Sa comparse utilisa son pouvoir pour accélérer certains boulets pour toucher plus aisément leur cible. Ce n'était pas interdit et c'était intéressant à savoir...
Les moqueurs n'en menaient pas large et finirent par se faire détruire par déconcentration. L'ombre ramassa un moreau de corps éjecté de l'explosion qu'il y avait à portée de main et le mit en bouche.

« Un goût incomparable ! »

Dans l'histoire, Lena et Shad avaient perdus la moitié de leur vie, mais il ne restait plus que cinq nacelles assez bien réparties sur toutes celles qu'il y avait eu là. La violoniste s'adressa à son Némésis d'une nuit, en lui disant de faire attention à la barre de vie. De quoi voulait-elle parler ? Du truc au-dessus d'eux qui était à moitié vide et rouge comme tout ce que l'ombre voyait ? Cette dernière profita de la pause entre deux match pour faire tourner rapidement la nacelle sur elle-même. Cette manœuvre risquée pour la voyageuse était normalement destinée à éviter les tirs des autres. L'engin avait été conçu de manière à pouvoir, avec de la dextérité, esquiver tous les tirs des concurrents. Ainsi, il n'y avait pas de « tir qui faisait mouche à coup sûr. »

Le décompte annonçait cette fois une manche plus tendue, d'après les regards hargneux des concurrents qui avaient survécus jusque là. Parmi tous ceux qui restaient, il n'y avait qu'une seule nacelle avec autant de vie que la leur, les autres étant déjà plus entamées. Howl eut une idée grandiose soudainement. Une idée forcément malsaine et dangereuse pour sa collègue d'un soir.

Dès que leur cabine s'illumina, il réagit au quart de tour, esquivant un tir mal cadré, parti comme un pet. Puis d'autres tirs suivirent et l'ombre appliqua sa tactique : Il retourna la nacelle tête en bas et se contenta d'esquiver en changeant légèrement mais violemment cette position pour éviter les, presque, nuls qui pensaient que personne n'irait retourner son engin. L'être du Royaume Obscur ria parce qu'il bougeait la manette avec une jambe, se tenant dans la nacelle avec ses bras et son autre jambe ; ainsi, les mouvements étaient saccadés et imprécis, à la grande colère sans doute de sa coéquipière.

C'est alors que l'entité cauchemardesque essaya de tirer avec un bras (et donc un seul canon, ayant la présence d'esprit de tirer du côté où se trouvait la violoniste) mais rien ne vint. Bien joué, Sherlock ! Tu as empêché ta camarade de charger les boulets avec ta méthode « de la mort ! »

« Diantre ! s'exclama bruyamment l'ombre, je pensais que je pouvais compter sur toi ! »

Il stabilisa après avoir violemment remis à l'endroit la cabine puis son tour se termina sans avoir subis de dégâts, mais aussi sans en avoir donné.

Comme à son habitude, le chronomètre se remit à décompter les temps de préparation (et de vengeance ?) Peut-être la voyageuse en aurait marre et souhaiterait changerait les rôles ? Ce n'était pas interdit, le temps de pause était même fait pour ça, à la base...

Note:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 113
Date d'inscription : 28/09/2012
Age du personnage : 27

Voyageur Expérimenté
Lena Skye
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 180
Renommée: 445
Honneur: -85
MessageSujet: Re: Vous ferez bien un p'tit tour... [PV : Shad Howl] Mar 10 Mar 2015 - 16:56
Le spectacle d'une créature de l'ombre bouffant un morceau de cadavre carbonisé n'était pas des plus agréables, et la bestiole ne s'était pas privé par peur de gêner la vue de la violoniste. Lena retint une remarque acerbe, et se reconcentra sur leur épreuve. Après tout ce qu'elle avait eu à subir, il serait stupide d'échouer.... Ils n'avaient plus que la moitié de leur barre de vie, leur situation semblait précaire, mais au moins l'ombre semblait avoir compris l'utilité de cette barre de couleur, et comprenait qu'elle représentait un danger potentiel. Tout du moins la manieuse l'espérait. Certes la créature adorait tourmenter la voyageuse, mais elle devait tout de même tenir un minimum à sa survie. Il ne restait plus que quelques nacelles à présent, et plus on approchait du dernier tour, plus on avait de chances de se faire massacrer. La plupart des survivants n'avaient que peu de points de vue et savaient à coup sûr que la prochaine vague signerait leur arrêt de mort. Le tout serait de se coordonner avec son partenaire improvisé pour descendre les autres le plus rapidement possible. Complètement à l'opposé de la leur, une autre nacelle avait à peu près autant de points de vie. Ils seraient leurs vis-à-vis finaux pour sûr. Aussi il fallait s'assurer de réduire drastiquement le nombre de leurs concurrents. Et alors que la manieuse se cassait la tête à réfléchir à une stratégie, la bestiole s'amusait avec leur engin, la faisant tourner sur elle-même brusquement. Lena avait eu le réflexe de s'agripper aux barres qui délimitaient la nacelle et de coincer ses pieds sous l'un des canons mais elle sentit un instant son corps décoller alors qu'ils se retrouvaient la tête en bas. Elle aurait bien maudit cette enflure si le signal du prochain tour n'avait pas retenti et qu'une nacelle s'était mise à briller pour s'annoncer comme cible; évidemment, la leur ! Oh bon sang... Si Lena mettait la main sur la saloperie de concepteur de ce parc qui s'amusait bien derrière ces caméras, ouh ce qu'elle allait lui mettre... Pas sûr qu'ils aient de quoi ramasser les morceaux vu comme elle l'atomiserait.

Sauf que la créature qui l'accompagnait dans cette épreuve la rappela à la réalité de la pire des manières; d'un seul coup, elle fit faire une embardée à la nacelle pour la retourner et éviter une volée de boulets. Quelques secondes à tenir... Mais dans cette position, pendant que l'autre se faisait son délire à s'accrocher comme il pouvait en esquivant les assauts, la violoniste était incapable de charger le moindre boulet pour qu'ils puissent riposter ! Pour tout dire, elle était même à la limite de lâcher alors qu'elle se maintenait dans leur engin comme elle le pouvait. Tremblant sous l'effort à produire pour conserver son équilibre précaire, la jeune femme lançait des regards noirs à la bestiole qui se contenta d'une remarque moqueuse à l'encontre de sa camarade en voyant qu'elle ne pourrait rien faire dans cet état.

"Fermes la et remets nous à l'endroit putain d'abruti ! Tu m'expliques comment je fais pour tenir ET charger en même temps ? Désolée j'ai pas des bras élastiques comme les tiens ! "

Heureusement pour eux, leur tour s'acheva et la créature avait suffisamment bien manoeuvré la cabine pour les empêcher de subir des dommages. C'était déjà ça. Reprenant son souffle, elle poussa l'ombre pour prendre sa place aux commandes et surveilla attentivement le compte à rebours.

"Bon, plus simple pour toi, tu mets juste les boulets dans les canons pendant que j'esquive ! On va essayer d'en finir vite. "

Et elle n'eut pas le temps d'en dire plus qu'une nacelle s'illumina pour donner le départ du tour suivant. Lena ne perdit pas de temps, et ne fit même pas attention à ce que faisait la créature pour se concentrer sur les assauts défensifs de la cible. Deux engins furent détruits dans le baroud d'honneur du candidat condamné avant qu'un boulet envoyé par leur voisin ne vienne mettre fin à sa défense courageuse. Au final, eux n'avaient même pas tiré. Et il ne restait plus que leur nacelle et l'autre qui avait à peu près les mêmes points de vie. Mais vu le peu de confiance que la manieuse accordait à son compagnon improvisé, elle préféra un autre plan; elle lâcha les commandes, et prit son violon. Tant pis si elle devait user encore une fois d'une mélodie et qu'elle ne pouvait plus utiliser son violon qu'une à deux fois ensuite. Ca valait largement le coup. Aucune cabine ne s'illumina cette fois-ci, les deux concurrents n'avaient plus qu'à s'allumer jusqu'à n'en laisser qu'un seul. Et l'autre ne se fit pas prier pour commencer à bouger et tirer deux boulets dans la direction de l'équipage totalement désordonné que constituait Lena et la bestiole. La violoniste se concentra uniquement sur les deux projectiles et joua alors une mélodie du vent qui stoppa la course des deux armes. S ans laisser le temps à ses adversaires de tirer de nouveau, elle appuya sur les deux canons en espérant que la créature avait compris leur fonctionnement... Miracle ! Deux boulets s'envolèrent vers la nacelle ennemie et la frappèrent de plein fouet. Ce qu'elle n'avait pas prévu... C'est que l'ombre avait accroché une ficelle du pantalon de la jeune femme à l'un des boulets. Et l'envolée qui s'ensuivit la fit pousser tant de jurons à la suite qu'une caisse entière de savon n'aurait pas suffi à laver la bouche de la jeune femme. Qui dans un élan de sagesse - ou d'instinct de survie plus probablement - elle balança une note de feu sur la ficelle qui la maintenait au boulet, poursuivant sa course non pas vers la nacelle ennemie mais droit dans une chateau gonflable situé en dessous. Le choc avait été amorti, pas la colère. Et alors qu'on félicitait les deux casses cou pour leur dernière offensive incroyable, et qu'on tamponnait le ticket de la manieuse, celle-ci attrapa son camarade par le col.

"Tu tiens tant que ça à mourir sale bestiole ?"

Elle n'eut le temps que d'afficher un grand sourire sadique avant que sa vision ne s'obscurcisse. Que... On l'avait assommé ? Mais qui ? Pourquoi ?
Et ce n'est pas à son réveil qu'elle allait en savoir plus... Parce que je ne sais pas pour vous, mais ouvrir les yeux en étant attachée aux rails d'une montagne russe, ça n'avait rien de rassurant !

***

"- Lena fait... Quoi ?

- Vous m'avez bien entendu jeune homme, la voyageuse dont vous me parlez accomplit le parcours VIP pour pouvoir accéder à cette zone spéciale du parc ! A l'heure actuelle si tout se passe bien elle doit être à la dernière épreuve, les montages russes de la mort !

- Faire un tour de montagnes russes, c'est ça l'épreuve ?

- En fait ce sont plutôt les montagnes russes qui vont faire un tour de voyageuse si elle ne se détache pas avant l'arrivée du prochain wagon...

- Oh putain ! C'est par où ? "

La créature indiqua à Ethan une direction qu'il se dépêcha de prendre. C'était quoi ce parc à la con ? Lui qui était habitué aux pires royaumes de Dreamland en tant que voyageur expérimenté, là, il devait dire que la pauvre Lena avait dû en baver... Espérant arriver à temps, il donnait tout ce qu'il avait en courant pour la rejoindre.



Citation :
Enfin ! Enfin j'ai réussi à répondre. J'ai pris la liberté de faire agir Shad, en me disant que c'est tout à fait le genre d'initiative qu'il pourrait prendre. Si cela te déplaît, n'hésites pas à me le dire je modifierai ce passage Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 166
Date d'inscription : 25/12/2012

Citoyen modèle
Shad Howl
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 100
Renommée: 252
Honneur: -128
MessageSujet: Re: Vous ferez bien un p'tit tour... [PV : Shad Howl] Lun 29 Juin 2015 - 20:42
La créature n'écouta qu'à moitié la plainte de Lena sur son incapacité à pouvoir charger les boulets et se maintenir en place. Mais il se fit percuter par cette jeune femme qui lui servait de coéquipière. Comme Shad était étonnamment léger pour sa taille, il fut projeté sur le côté de la nacelle, manquant de trébucher en dehors.

Il compris ce que la violoniste souhaitait faire et n'en tint pas rigueur : Il allait sans doute trouver cela aussi amusant de charger les boulets dans les canons. Sans se faire prier, l'ombre se plaça derrière la nacelle, là où était stocké le générateur de boulets de canons et en saisit un. Il le regardait dans tous les sens et remarqua qu'il était strié comme le serait une boule de pétanque si seulement Howl savait ce que c'était.

Le compte à rebours afficha trois ovales, c'était l'heure d'y aller. Alors Shad chargea le premier boulet aisément... ce fut plus dur pour le second. La nacelle effectuait des tours et des rotations pour esquiver les tirs de la cible, ce qui se traduisit, pour la créature du royaume obscur, par de violents bisous sur le canon. Sa légèreté le fit même s'envoler dans les airs, bras et jambes écartés comme un toon, après une rotation un peu trop sèche.

L'être des ténèbres se raccrocha à l'aide de ses griffes d'ombre à l'arrière de la nacelle, encore sonné par ce qui venait de lui arriver. En revanche, pas question de concéder à sa partenaire qu'en effet, c'est très dur de charger les canons ainsi. Il avait plutôt envie de se venger... Il est comme ça, il se venge d'une vengeance qui n'était peut-être même pas une vengeance.

Il trouva vite ce qu'il voulait : Il allait accrocher Lena au boulet pour qu'elle décolle en même temps que lui au prochain tir. Cela lui apprendra aussi à ne pas tirer alors que lui s'était cassé l'arrière-train pour charger tout ça. Il regarda longuement le boulet, puis sa compagne d'une nuit. À l'aide de ses griffes, il tira discrètement sur un bout de fil qui dépassait du pantalon puis tira dessus pour l'enrouler autour du boulet en plusieurs tours. Pour faire une farce, Howl savait comment faire, alors il découvrit par miracle comment nouer solidement le fil au boulet. Il prit plusieurs autres fils de la même jambe pendant qu'elle était occupée à jouer du violon et les attacha au même boulet juste avant d'enfoncer le boulet dans le canon et d'observer le résultat.

Au quart défroquée, la violoniste s'envola sous la puissance des canons sous le regard admiratif de l'ombre qui lui fit un salut militaire tout en étant mort de rire. Sans en manquer un seul instant, Shad observa ce qu'il appellerait désormais le « Saut de la Foi du Voyageur » jusqu'au point d'impact qui, bien qu'étant amorti, ne manquait pas de piquant. Le plus drôle était sans doute le nombre insanités à la minute qu'avait débité cette fille pendant son vol.

Décidée à recueillir les impressions de la jeune femme, la créature descendit de la nacelle une fois celle-ci ramenée au sol et courut vers Lena. Dans une colère noire, elle tenta de l'attraper une première fois par le col qui se déroba simplement sous ses doigts, puis elle le saisit carrément par son cou cadavérique avant de le menacer de mort avec un air enragé. L'être du royaume obscur continuait son rire et vit arriver la main d'une créature derrière l'encolure de la voyageuse au tibias gauche nu.

Shad la regarda alors s'écrouler par terre, sourire aux lèvres. Il posa un pied sur l'arrière de son crâne avant de poser fièrement comme un type qui venait de terrasser une bestiole… On le prit alors en photo pile à ce moment-là. Un flash de lumière, c'était répugnant. Il aurait bien cassé la figure du photographe si celui-ci ne s'était pas déjà enfuit très loin, laissant un exemplaire de la capture sur place. Howl avait l'air trop fier sur cette photo, il allait la garder… Ou la glisser subtilement dans la poche de sa compagne pensant qu'elle finirait un jour par tomber dessus.

L'ombre suivit presque instinctivement le gros bonhomme qui tirait le corps inerte de Lena jusqu'à la prochaine attraction. De temps en temps, il donnait des coups de pied dans des cailloux en essayant de viser la tête de la voyageuse qui ne pouvait se défendre. Il n'avait pas réellement envie de faire autre chose. À vrai dire, il préférait tourmenter les gens de leur conscient. La créature simiesque qui tirait impitoyablement la violoniste vers un funeste destin entra dans une porte dérobée et alla la fixer sur la haut de la boucle d'un looping.

L'être des ténèbres était déjà monté sur les rails en essayant de faire l'équilibriste. Le bourreau vociféra :

- Monte dans la voiture ! L'épreuve te concerne aussi !

Et c'est ainsi qu'il fut saucissonné à l'avant de la « voiture, » les wagons de l'attraction. La créature eut beau protester et dire qu'elle ne voulait pas participer ni obtenir ce « ticket merdique, » on la laissa là. Elle pouvait voir Lena de loin, au moment où plein de gens montèrent dans les wagons, elle toujours attachée au nez. Des enfants turbulents qui criaient beaucoup d'excitation étaient placés à l'avant.

Dès que le manège se mit en route, les enfants turbulents commencèrent à le taper sur la tête et à le triturer de partout en hurlant. Howl était déjà à bout au bout du premier virage, alors il hurla en direction des enfants qui n'avaient pas peur du « clown rigolo attaché ! » Ils continuèrent de plus belle pendant la première montée de l'attraction.

L'ombre protesta beaucoup et tenta de crier et mordre, rien n'y faisait. Alors il essaya de prendre son mal en patience. Shad ? Réellement ? Non, impossible ; en effet. Il essayait de se débattre plus pour arrêter de se faire chahuter que pour fuir la grande descente qui arrivait.

Lorsque celle-ci arriva, l'être du royaume obscur fut prit aux tripes comme rarement auparavant. C'était assez bizarre de descendre d'une hauteur de plus de cent mètres, tout en étant attaché à un engin occupé par des geignards en folie furieuse hurlant à pleins poumons. Quel calvaire de quelques secondes. Mais à la fin de la descente, il y avait une zone plongée dans le noir. Ni une, ni deux, fondu d'ombre ! Bien que Shad fut instantanément détaché, son ombre fut projetée dans les méandres de ce tunnel et il mit bien vingt secondes à « recoller les morceaux. »

Peu après, il ressortit du tunnel et aperçut Lena au loin. Les organisateurs l'avaient mit dans la même merde ? Il allait la sauver. Non seulement parce qu'on se fout pas de sa tête ainsi, mais aussi pour que la violoniste ait une dette envers lui. Bon plan. Il ne penserait jamais qu'elle voudrait juste le démonter.

Il fonça le plus rapidement possible en diagonale pour aller directement au point de chute et, une fois sur place, se mit à réfléchir. Il restait environ trente secondes avant l'impact. À vingt secondes, il n'avait toujours pas de solution, il pourrait monter sur les rails mais ne l'atteindrait pas assez vite. Dix secondes, vite !

Tentant le tout pour le tout, Howl tira une boule d'ombre un peu plus puissante que les autres pour commencer à découper les cordes. Le train arriva aussi vite que prévu. Lena fut déliée juste à temps avant que le train ne défonce les cordes restées attachées aux rails. Quelle action palpitante.

L'être obscur ne chercha pas à arrêter la chute du looping de la violoniste, elle devrait se démerder toute seule. Attendant une louange ou quelque chose du genre, il s'écria :

- Je t'ai sauvé la vie !

Mais il était loin de se douter de comment exactement elle allait réagir. Peu après, peu importe l'état de cette bestiole d'ombre à ce moment-là… Des gorilles enragés foncèrent sur eux pour les chasser de là. Ce n'était pas encore tout à fait terminé et, avant d'avoir le ticket, il faudrait affronter ces grosses choses conduisant des trains rapides roulant sur le sol et prêts à les écraser. Comme s'ils avaient besoin de cela maintenant.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Vous ferez bien un p'tit tour... [PV : Shad Howl] Aujourd'hui à 13:36
Revenir en haut Aller en bas

Vous ferez bien un p'tit tour... [PV : Shad Howl]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Circus attractions-