Haut
Bas

Partagez|

Une exploration pas vraiment tranquille. [PV : Jac Use]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Surnom : The Death Voice
Messages : 494
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 23

Maraudeur des rêves
Riku Kaisuki
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 107
Renommée: 1630
Honneur: 148
MessageSujet: Une exploration pas vraiment tranquille. [PV : Jac Use] Lun 4 Mar 2013 - 12:57
Il y avait des journées comme ça où rien de particulier ne se passait. Et cette journée en faisait partie. Banale au possible, Riku avait attendu avec impatience le soir pour rejoindre le royaume onirique et s’évader un peu. Ça commence par un réveil foireux – à cause de l’absence de sonnerie et de la prise de conscience à huit heures qu’il faudrait peut-être bouger – une douche et une préparation à la va-vite, et ça se poursuit sur une journée de cours assez barbante. Des contrôles, quelques commentaires sur les examens blancs qui approchent, les professeurs qui se renseignent sur le travail de chacun, et puis le soir, sortie sous la neige dans un froid mordant, ce genre de froid qui vous fait regretter d’avoir quitté votre cocon si chaud et agréable pour une salle de cours où la notion même de chauffage était inexistante. Se voir cracher de la buée dans un amphi n’avait rien de rassurant, et trembler de tous ses membres n’était pas vraiment l’idéal pour suivre un cours. Hikari passait la soirée avec son père, par conséquent, la fin de journée en amoureux était à oublier. Heureusement pourtant qu’elle était là pour lui, et sa simple voix lui redonna du baume au cœur, lui permettant de trouver le courage de parcourir la distance entre son école et son appartement. Un coup de fil passé à sa mère pour lui donner des nouvelles de ces derniers mois passés à Nantes, un repas confectionné rapidement, et le jeune homme s’installa devant predator, le premier film sur lequel il était tombé ; ne cherchant pas de programme en particulier, il le regarda jusqu’au bout, ce film avec ces aliens dans la jungle… S’il avait su dans quelle galère il allait se retrouver au moment de s’endormir pour rejoindre Dreamland…

***

Le moment d’ouvrir les yeux dans le monde onirique nous assurait toujours des surprises plus ou moins désagréables. Surtout quand on ne choisissait pas vraiment l’endroit où l’on souhaitait arriver. Et cette nuit-là ne fit pas exception à la règle ; Riku se trouvait au milieu de ce qui aurait pu être une place magnifique au sein d’un royaume probablement prospère en son temps, mais qui n’était à présent plus qu’un tas de ruines. Autour de lui, il pouvait distinguer des restes d’habitations que l’on ne pouvait distinguer que grâce aux restes de toits de tuiles qui recouvraient les gravats des murs. La végétation avait envahi les rares espaces encore debout, et des racines épaisses s’enroulaient autour des piliers, tandis que des arbres avaient poussé çà et là. Pour le reste, il n’y avait rien de particulier dans cet endroit, et c’était bien ce qui constituait le point troublant, il n’y avait vraiment rien. Pas un son, pas un signe de vie, rien. Le necromancer avait-il atterri dans un royaume totalement vide ? Ou bien les créatures à l’origine de ce carnage apparemment relativement ancien au vu de la luxuriance des plantes qui l’avaient envahi se terraient dans l’ombre en guettant l’arrivée d’explorateurs un peu trop audacieux ? Si la première hypothèse constituait un point ennuyeux, la seconde l’était encore plus car cela voulait dire qu’une nouvelle fois, l’invocateur était dans la merde. Mais pour le moment, il était difficile de répondre à ces questions, encore plus en restant immobile au même endroit. Pas le choix, il fallait se mettre à explorer l’endroit pour tenter d’en savoir plus. De toute manière, Riku n’avait pas trop le choix ; il se leva donc, et entreprit de se diriger vers un bras de forêt face à lui pour trouver d’autres ruines potentiellement plus riches en information. Avec le curieux pressentiment qu’il n’était malgré tout pas seul ici…

Le chemin n’avait rien de praticable pour un humain ; couvert de ronces, de crevasses en tout genre, gadoueux, il interdisait à toute créature se déplaçant à terre toute poursuite de son errance. Le necromancer manqua à plusieurs reprises de s’étaler dans un trou, s’érafla la jambe sur une ronce, et pesta encore plus contre les branches rebelles qui prenaient un malin plaisir à se rabattre violemment sur sa tronche quand il les repoussait. En clair, toute la forêt était contre lui ici. Piège ? Coïncidences ? Riku avait trop donné dans l’absurde avec sa vie dreamlandienne pour se dire que c’était impossible et que tout cela était dû au hasard… Mais quel genres de bestioles avaient bien pu passer par là ? Comment une nation entière avait-elle pu sombrer ainsi ? Enfin, il était toujours possible que quelque part, des survivants attendent cachés quelque part qu’une main secourable vienne à leur aide. Ce qui, pour une fois, n’était pas du tout dans les intentions du jeune homme ; il voulait juste savoir ce qu’il s’était passé ici, et si possible, trouver le moyen de se tirer. Et au vu de ce chemin interminable et particulièrement éprouvant qu’il devait emprunter, il ne doutait pas que la nuit serait longue… Lui qui rêvait d’action, il était loin d’être servi ! Le voilà coincé dans le monde perdu, guettant l’attaque d’un quelconque tyrannosaure ou bestiole du genre qui viendrait essayer de le bouffer. Stressé, l’esprit embrumé de questions, l’invocateur n’était pas dans les meilleures conditions. Ce fut un curieux sifflement qui le sortit de sa torpeur, alors qu’il approchait de l’orée du bois, et que de nouvelles ruines se dévoilaient à l’horizon. Riku tourna la tête dans la direction d’où provenait ce son, et n’eut même pas le temps de réagir que deux mains puissantes se saisirent de lui et l’attirèrent dans les fourrés. Par réflexe, le jeune homme tenta de faire appel à ses invocations, et pour donner bonne mesure, distribua des coups de pied à l’aveugle, espérant déconcentrer au moins légèrement son agresseur, mais ce dernier ne lâcha pas prise, et gratifia même sa proie d’un bon coup sur le crâne pour l’assommer. Génial. Sitôt débarqué, sitôt capturé. La nuit ne pouvait pas mieux démarrer.

***


« - Qu’est-ce que t’as foutu ? Tu sais bien qu’on ne peut pas sortir des limites de la zone libre !

- Je le sais Thresh. Mais je ne pouvais pas laisser ce voyageur se faire tuer bêtement. Il allait entrer dans les ruines du nord.

- Quel crétin ! Il ne doit même pas savoir dans quel royaume il se trouve…. Tu aurais dû le laisser y aller Naelya.

- Euh ouais justement… Je suis où ? »

Riku venait de rouvrir les yeux, et cette fois, le paysage autour de lui avait complètement changé ; il se trouvait dans une immense caverne, éclairée faiblement par des torches, et dans laquelle des milliers de tentes abritaient des créatures que le jeune homme n’avait jamais vu auparavant ; dotées Deux paires de bras longs, mesurant plus de quatre mètres, leur peau était recouverte de plumes d’un noir sombre, et elles possédaient toutes un bec orangé. En fait, si on exceptait leurs quatre appendices, ces créatures étaient semblables à des vautours, et il y en avait d’autres qui ressemblaient à des dragons de komodo. Après cette courte observation, l’invocateur se tourna vers les deux personnes qui parlaient à côté de lui depuis plusieurs minutes ; l’une d’entre elles semblait être son agresseur. Portant d’après ce qu’il avait entendu dans sa demi-inconscience, elle s’appelait Naelya, et ressemblait à une hyène se tenant debout sur ses pattes arrière. Thresh, son compagnon, ressemblait plus à un corbeau, et en imposait avec sa haute stature et ses ailes noires. Ce dernier observait d’ailleurs d’un regard noir le voyageur, probablement réticent à sa présence en ces lieux, quand son amie avait la mine basse, et souriait timidement dans la direction du dead maker. Ce fut le corbeau qui prit la parole :

« - Tu es ici dans la dernière cité du royaume des charognards humain. Toutes ces ruines que tu as pu observer dehors sont celles de nos terres.

- Oh. Pas très touristique comme pays, vous en conviendrez. Je suppose que je vous dois la vie, tout du moins d’après ce que j’ai entendu.

- Mon amie t’a sauvé alors que tu allais entrer dans une zone remplie d'hommes-insectes. Effectivement, tu lui dois la vie gamin.

- Thresh, arrête d’être comme ça avec tous ceux qui arrivent ici… Ce voyageur n’a pas choisi de venir dans ce royaume.

- Exactement ! Vous devriez écouter votre amie vous savez ?

- Hum ! Il essaye de me donner des ordres. Amusant. Humain, nous avons fait le minimum pour t’aider. Nous allons te raccompagner à la sortie du royaume, mais tu ne dois plus venir sur ces terres. Tu perturberais notre guerre.

- Personnellement, ça me convient comme accord. Je ne tiens pas à m’attarder dans ce coin.

- Dépêchons-nous… J’ai senti des hommes-insectes non loin, il faudrait éviter de tomber dans une embuscade quelconque.

- Mes serres les trancheront avant même qu’ils n’aient le temps de penser que nous sommes leur nourriture ! »

Il n’y avait pas à dire, cette créature respirait la confiance. Il devait probablement être l’un des leaders dans cette endroit, ou en tout cas quelqu’un de bien placé et avec l’expérience des combats ; tout dans sa voix suggérait qu’il était armé pour le périple qu’ils allaient devoir traverser. D’ailleurs, les deux n’avaient pas cessé de parler d’un conflit, de tyranides, mais Riku ignorait tout de ces bestioles, et mieux valait être renseigné un minimum. Alors que la troupe improvisée quittait la caverne pour s’enfoncer dans la jungle à nouveau, l’invocateur tenta de prendre la parole :

« - Excusez moi… Vous avez parlé d'hommes-insectes ?

- Tu ignores ce qu’ils sont ? Ces créatures immondes sont arrivées brusquement à Dreamland, et ont décidé de s’accaparer nos terres en guise de royaume… Ils ont tout détruit et tué sur leur passage, nos forces ont été submergées… C’était il y a plus de cent ans. Et aujourd’hui, nous en sommes là, cachés dans les grottes du royaume à résister comme on peut à ces aliens.

- Qu’ont-ils de particulier ?

- Et bien… Ils se déplacent toujours en groupe. Ils fonctionnent comme des insectes, avec un esprit de ruche, et n’obéissent qu’aux ordres de leur reine. Ils évoluent, et certains sont très puissants ou résistants. Ils ne sont doués que pour une chose : tuer leurs proies.

- Il faut une certaine force pour pouvoir percer leur carapace, et lutter en permanence contre des groupes relativement important. C’est pour cela que nous n’avons pas pu l’emporter. Nous n’avons jamais mis la main sur leur roi. En le tuant, nous pourrions déstabiliser à jamais ces bestioles et les anéantir. Mais nous sommes maintenant prisonniers de ce royaume, sans d’autre espoir qu’un jour ils s’en aillent… »

Riku n’osa pas à en rajouter. Ces créatures avaient brisé le destin d’un royaume tout entier, simplement parce qu’elles avaient décidé d’être là. Elles avaient l’air d’être tout de même redoutables, et la description dont le jeune homme venait de bénéficier n’avait rien de rassurant. Il se contenta donc d’avancer entre ses deux guides, histoire de s’assurer une configuration protectrice optimale, entre eux qui connaissaient le royaume. Restait à savoir s’il y avait un risque de tomber sur ces bestioles sur le chemin vers la sortie. Ils avaient parlé d’une « zone libre » ; y avait-il des zones où ces monstres ne chassaient pas ? Dans un sens, cette pensée rassurait le necromancer qui y voyait là la chance de finir sa nuit sans trop de dommages pour une fois. Mais évidemment, Dreamland en avait décidé autrement pour le jeune homme ; et ce fut un cri qui retentit non loin d’une cascade qu’ils avaient atteint qui fit réagir l’invocateur ; ce cri était parfaitement humain ! Et son origine apparut rapidement d’entre les arbres, alors qu’une jeune femme en sortait, poursuivie par un groupe de ce que le dead maker identifia rapidement comme les fameux hommes-insectes qu’ils devaient à tout prix éviter. De taille moyenne, elle avait une carrure relativement menue, et ses longs cheveux trempés par la pluie – ah oui, autre détail fantastique, il pleuvait – tombaient jusqu’en bas de son dos. Elle avait l’air essoufflée, les monstres l’avaient probablement poursuivie depuis un moment. Thresh voulut retenir le voyageur qui avait esquissé un geste pour aller au secours de l’humaine, mais ce dernier ne se préoccupa pas de ses hurlements et s’élança en courant à toutes jambes dans la direction de la jeune femme. Cette dernière traversait maladroitement un pont de bois placé au-dessus de la rivière, toujours suivie des hommes-insectes qui avaient hésité un instant à s’engager avant de pousser un cri strident pour repartir traquer leur proie.


« La fille sur le pont ! plonge en avant vite ! »

Elle n’était qu’à quelques mètres de l’autre rive, elle n’avait qu’à sauter en avant pour se retrouver à terre, pendant que Riku invoquait Gaïa pour briser en deux le pont de bois, précipitant les monstres dans la rivière dont le courant puissant les envoya droit vers la chute d’eau. Ouf. Sauvée juste à temps. Rapidement rejoint par Thresh qui pestait sur les agissements du jeune homme et Naelya qui paraissait rassurée de les savoir tous les deux indemnes, l’invocateur tendit la main à la jeune femme et se présenta :

« Désolé pour ce sauvetage un peu précipité, mais la situation l’exigeait… Moi c’est Riku au fait. Ça va tu tiens le coup ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Une exploration pas vraiment tranquille. [PV : Jac Use] Mar 12 Mar 2013 - 20:29
Un soleil éclatant à se prendre des coups de soleil, de grandes plaines verdoyantes, des animaux et autres habitants des rêves vivant en harmonie, un endroit où il fait bon vivre et où on a envie de s’amuser et rire, voilà le genre d’endroit dans lequel je n’étais pas arrivé cette fois-ci. Encore une belle galère pour moi, sur quoi j’allais encore tomber, et surtout pourquoi étais-je tombé dans cet endroit. Enfin, essayons de relativiser, si j’avais atterrie ici c’est que mon destin dreamlandien y été lié. Cependant j’avais peine à vouloir explorer un tel endroit, ne serait-ce que par envie, ou par méfiance, qui sais quel genre de bêtes ce royaume peut abriter, d’ailleurs dans quel royaume étais-je.
Je n’avais encore jamais vu un tel lieu, ou bien même entendu parler, une forêt aussi ténébreuse que dans les contes de fées. Ce genre de bois dominé par les plantes recouvertes d’épines, s’entortillant les unes dans les autres, parfois affichant une fleur aussi toxique que belle. De nombreuse arbres rendant l’atmosphère pesante, voir même sinistre, empêchant difficilement les rayons du soleil atteindre le sol. Une boue omniprésente, dégageant une odeur de terre mouillée, et se faisant un plaisir d’arracher vos chaussures si vous avez fait l’erreur d’enfoncer vos pieds trop profondément. Et pour couronner le tout, une pluie qui avait réussie à me tremper de la tête aux pieds durant les quelques premières minutes de ma présence en ce lieu.

Je n’avais pas l’intention de rester ici, me laissant à la merci de tout prédateur en ces lieux, qui sait à quoi ils ressemblent et surtout à quel point sont-ils dangereux. J’avais pris goût à Dreamland et je ne comptais pas mettre fin à mes venues dans ce monde, du moins pas pour l’instant. La première chose que je devais donc faire, c’était de trouver un endroit sûr, un endroit où je pourrais trouver civilisation ou bien un lieu protégé me donnant un point de vue plus global sur l’endroit. Je devais donc choisir une direction, faire un choix, mais comment se décider quand on ne voit rien qui puisse avoir un rapport avec un signe de vie. Les arbres alentours, la forte pluie et les plantes alentours ne me donnaient aucun indices, ni même aucun chemin praticable. Je devais donc me rabattre sur mon instinct, je prenais donc un bout de bois, je le jetais en l’air et la pointe de celui-ci m’indiquait une direction, c’était décidé.
Je commençais donc à m’aventurer dans la flore, en suivant la direction indiquée par le bâton, et le chemin n’était pas si mal. Après avoir écarté certaines ronces à l’aide de mon pied, les écrasant sur le sol créant un bruit de craquement, ces dernières réussirent tout de même à m’arracher un bout de pantalon. J’arrivai sur une sorte de sentier, enfin on ne peut pas vraiment appeler ça un sentier car c’était plutôt un tas de branche et plantes écrasées par le piétinement, cela suggère le passage d’un groupe de personnes, ou de créatures dans le pire des cas. Mais quoi qu’il en soit, cela menait vers une destination connue par les « faiseurs de sentier ». La pluie harassante avait effacée toute traces de pas, et donc je ne pouvais pas déterminer la nature de mes prédécesseurs, je devais donc avancer avec prudence et être prêt à combattre au cas où. Je me saisissais donc de quelques pierres que je déposais dans la poche, sept pour être précis, un chiffre de la chance, il n’y avait plus qu’à espérer.

J’avançais donc tout en restant vigilant, regardant régulièrement derrière moi, et scrutant la fougère alentour. Après quelques minutes de marche, ma chance souriait, je pouvais voir au loin un mur de pierre, appartenant apparemment à un être civilisé. Je m’en approchais toujours sur mes gardes, et une fois à proximité, je pouvais constater qu’il s’agissait d’une habitation en bon état, cependant elle était verdoyante, recouverte de nombreuse plantes, comme si on en avait pas pris soin depuis un certain temps. Il fallait que je vérifie ce qu’il se passait, car c’est peut-être un simple druide vivant en communion avec la nature et la laissant s’imprégner dans sa demeure. Je faisais le tour de l’endroit, il y avait une petite fenêtre sur le côté, pas suffisamment grande pour m’y faufiler, et la vitre suffisamment sale pour ne rien voir à travers. Sur le devant une porte en bois, légèrement entrouverte, je m’arrêtais quelques instants pour voir si je ne percevais pas de bruit à l’intérieur, si il y en avait cela ne voulait dire qu’une seule chose, qu’il y a vie dedans.

J’attendais, me concentrant sur mon ouïe, je pouvais entendre les bruits alentours, la pluie percutant les feuilles et flaques d’eau, le vent soufflant dans les arbres, l’eau qui coulait de la gouttière, et finalement un bruit venant de l’intérieur. Je m’approchais donc de la source auditive, après observation de sol près de la porte, je constatais des traces de boues, m’affirmant finalement la présence de vie, et surtout une présence récente car la boue était mouillée. Je poussais légèrement la porte, celle-ci était sèche car bien protégée de la pluie dans son renfoncement, produisant un bruit commun de grincement. Avant de vouloir ouvrir la bouche et de signaler ma présence, je scrutais l’endroit à travers l’ouverture de la porte, et je pouvais voir une ombre au loin qui se rapprochait.

C’est un sentiment de frayeur, sentant mon cœur battre de plus en plus fort, l’adrénaline se faisait présente car le danger était présent. C’est comme une vision d’horreur, prenez un insecte, collait lui les membres les plus dangereux qu’ils soient, une gueule remplie de de mandibule et autres appareil à déchiqueter, un regard sanglant et rempli d’envie de vous manger, multiplier sa taille pour qu’il soit impressionnant, voilà ce que j’ai croisé. Dans un cri effroyable il se mit à charger, et le pire est qu’il y en avait d’autre car j’entendais beaucoup de bruit dans l’habitation. Je ne pourrais pas combattre, pas si ils sont nombreux car un seul d’entre eux me semble déjà relativement fort. Je fermais la porte et usait de mon pouvoir pour la bloquer, je faisais apparaitre de l’autre côté de celle-ci un astre, avec son diamètre de 2 mètre et ses dix tonnes de masses, j’espérais que ça les retiendrais suffisamment longtemps pour que je puisse fuir.

Je m’encourais donc, et rebroussais chemin, je ne savais pas où aller, mais une chose était sûr, c’est que de là où je venais, il n’y avait rien. Je passais donc à côté de la baraque, proche de la vitre, même trop proche de la vitre lorsque celle-ci éclata laissant apparaitre un des membres monstrueux de l’une des créatures, je m’étais fait attraper la veste. Je n’avais qu’une seule solution, l’enlever, j’ouvris rapidement la tirette de mon long manteau noir pour pouvoir m’enfuir. C’est évident, ils auront mon odeur, et donc ils pourront peut-être se mettre à ma poursuite si ils arrivent à sortir, mais c’est ça, ou mourir tout de suite. Dans le sentier, je vis le morceau de tissus qui s’était fait arraché de mon pantalon dans les ronces, je sais à présent d’où je venais. Je me retrouvais rapidement à l’endroit de mon apparition, retour à la case départ. J’espérais que la pluie effacerait mes empreintes, mais me baser sur des espérances était stupide, je devais me bouger, et dans la direction opposée.

J’avançais donc à travers les plantes, me frayant un chemin du mieux que je pouvais, espérant ne pas tomber de nouveau sur c’est créatures affreuses. Après un certain temps je commençais à entendre un bruit, un bruit lointain que je ne pouvais décrire, je m’en approchais avec méfiance, on ne sait pas ce que ça peut être, et dans une zone comme celle-ci il vaut mieux prendre garde. De la boue, des crevasses et autre sales plantes qui me salissait, je voulais me dépêcher tout de même car plus je serais loin de la maison, et plus je serais à l’aise.

À partir d’un moment, le bruit se précisa, un son aquatique, de l’eau qui coulait, qui coulait avec vigueur, surement des rapides ou une chute d’eau. Qui dis cours d’eau dit civilisation, c’était ma chance et il fallait que je la saisisse, je m’empressais donc de suivre le chemin guidé par mes oreilles. Une fois arrivé à proximité, je pouvais voir, une eau courant d’eau, une eau claire et limpide, et la première chose qui me vint à l’esprit était de me débarbouiller. À genou au bord de l’eau, j’observais mon reflet, mon visage boueux et mes vêtements abimés pouvaient faire croire à un rescapé de guerre.
J’étais en train de me nettoyer le visage lorsque j’entendis une jeune fille crier non loin de moi, serait-ce encore le coup des créatures rencontrée plus tôt ? Je ne savais pas mais s’ensuivit un bruit de destruction, comme si on venait de fracasser quelque chose avec puissance. Était-ce le coup des insectoïdes géant ? Je me devais d’aller voir, et je longeais donc le cours d’eau, en courant. Dans le cours d’eau, quelque chose se rapprochait, non, plusieurs choses se rapprochaient, mais qu’était-ce ?
WHAT THE FUCK ? Voilà la première chose qui me vint à l’esprit lorsque je vis, dans le mouvement des vagues, ces bestioles, ces saloperies qui essayaient de façon désespérée de se sortir de là. Je fis un sourire lorsque je passais à côté, toujours dans ma course, leur exposant la grandeur de mon majeur gauche levé dans leur direction. En amont se trouvait une ou plusieurs être vivant capables de les combattre, et je me trouvais donc dans leur camp. Je pouvais voir un pont, en bois, fracassé par quelque chose de relativement puissant, et une fois à proximité de l’endroit je pouvais une petite troupe de gens et d’hommes-bêtes en tous genres. Je m’approchais d’eux, deux êtres humains, une jeune femme ainsi qu’un voyageur, accompagné de vautour, hyène et autres animaux à la posture humanoïde. Sous toute cette pluie, je restais tout de même à un certain distance pour ne pas être une proie trop facile, nous ne sommes jamais réellement à l’abri, avec ma tenue arrachée je devais me faire passer pour quelqu’un d’affaibli.

« Je me présente, je m’appelle Jac, je suis perdu pourriez-vous m’aider à m’orienter ? »

Avec une question telle que celle-là, je serais plus ou moins fixé du camp dans lequel se trouve les gens en face de moi.

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Surnom : The Death Voice
Messages : 494
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 23

Maraudeur des rêves
Riku Kaisuki
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 107
Renommée: 1630
Honneur: 148
MessageSujet: Re: Une exploration pas vraiment tranquille. [PV : Jac Use] Mer 20 Mar 2013 - 14:45
Thresh était fou de rage. L'invocateur venait de détruire le moyen le plus rapide de traverser la rivière et de rejoindre la sortie du royaume dans son élan héroïque stupide, et il les contraignait en plus à passer par une zone beaucoup plus exposée. En clair, par la faute de cet imbécile,qui avait au moins eu le mérite d'envoyer des hommes-insectes à la mort, il étaient condamnés à se taper des combats, ce qu'il aurait fallu éviter, même si leur équipe semblait relativement solide en terme de puissance. Quoique, celle du jeune homme restait à établir. Pendant ce temps, Naelya tentait tant bien que mal de contenir les ardeurs meurtrières de son collègue, qui tenait en joue le necromancer, occupé à discuter avec la jeune femme qu'il venait de sauver. Cette dernière avait les cheveux noirs corbeau, et des yeux d'un bleu profond, cristallin. Vêtue d'un haut épaules nues blanc aux coutures joliment décorées, et d'un jean noir moulant, elle paraissait sous le choc de ce qu'elle venait de traverser. Rêveuse ? Voyageuse ? Il était impossible de le dire pour le moment. Riku tenta de la calmer autant que possible, essayant d'en savoir plus à son sujet :

« - Hé, c'est bon, tu peux être rassurée, ils sont plus là les méchants aliens. Tu veux pas me dire ton nom ?

- E..Rika, je m'appelle Erika... S'il vous plaît, aidez-moi, je me suis endormie et j'ai l'impression que tout ce que je vis ici est réel, je ne comprends pas ce qu'il m'arrive...  »

Oh. C'était une voyageuse donc. Et toute récente en plus, vu qu'elle ne connaissait rien du monde onirique ou de son état actuel. Boooon, et ben il allait devoir jouer les professeurs improvisés cette nuit. Il demanda aux deux locaux de lui laisser le temps de parler avec la jeune femme, et commença à lui expliquer ce que lui-même avait appris :

« - Bon. Tu vas sans doute avoir beauuuucoup de mal à me croire, mais là, tu te trouves dans le monde de nos rêves, Dreamland. Et si tu as conscience d'y être, c'est parce que tu es ce qu'on appelle ici une voyageuse. Tu devais avoir une phobie qui te traumatisait particulièrement n'est-ce pas ?

- Oui... Les squelettes me font très peur.

- Et tu n'as aucun souvenir de la nuit dernière ? Par hasard, n'aurais-tu pas vaincu ce squelette, vaincu ta peur ?

- Et bien... Les squelettes se sont approchés, il allaient m'encercler, et je me suis mis à leur hurler de déguerpir en les poussant... Puis ils ont tous disparu, et je me suis évanouie... Je me rappelle juste avoir entendu une voix qui me félicitait, mais c'est tout.

- Je vois. Et bien tu as vaincu ta phobie, et en réussissant cette épreuve très difficile, tu es devenue l'une des nôtres, un être humain qui peut circuler de manière consciente dans le monde des rêves. Tu as deux vies à présent. Une chez toi, normale, et une ici... Un peu moins. Et tu as également obtenu un pouvoir, même si pour le moment tu n'en as pas conscience.

- Un.. Pouvoir... Et toi, tu en es un ? C'est avec tes pouvoirs que tu as détruit ce pont ?

- Oui. La jeune femme que tu vois là, et qui s'appelle Gaïa, et l'une de mes invocations, un esprit que j'appelle pour me défendre. Il y a des tas de voyageurs qui ont un pouvoir dans même genre. D'autres contrôlent un élément, et d'autres peuvent se transformer. Les pouvoirs sont très variables d'une personne à l'autre. Tu finiras par découvrir le tien.  »

Erika hocha la tête à cette explication ; apparemment, elle avait assimilé tout ce que lui avait raconté le jeune homme, et malgré sa peur palpable et parfaitement compréhensible, il sentait qu'elle était prête à repartir. Quelque chose intriguait l'invocateur chez cette jeune femme ; sa phobie... Avec la phobie des squelettes, elle avait dû atterrir au cimetière... Auquel cas, le seigneur Chiron devait être au courant de l'existence de cette nouvelle voyageuse. Mais pourquoi ne l'avait-il pas fait revenir au cimetière pour la former comme à son habitude ? Aurait-il fait délibérément le choix de la laisser voyager par elle-même, abandonnée comme ça ? Etrange... En tout cas, tout semblait indiquer qu'il avait l'une de ses collègues sous les yeux. Ce qui constituait une vraie bonne nouvelle, le royaume manquait cruellement d'effectifs en termes de voyageurs, et Erika viendrait s'ajouter à leurs rangs, aux côtés du necromancer et de Nyxia, qu'il avait rencontré quelques nuits plus tôt, alors qu'ils affrontaient un sorcier maléfique dans un livre. Une aventure des plus difficiles, mais qui avait amené les deux voyageurs à faire connaissance. A présent, les forces du royaume étaient prêtes. Riku se jura de faire en sorte que cette jeune voyageuse apprenne vite et surtout reste en vie, il la formerait personnellement si telle était la volonté de son seigneur. Mais pour l'heure, Thresh commençait à s'impatienter.

« - Ca y est vous avez fini les gamins ? Ah les humains, cette bande d'insouciants... Bon. Vu que notre ami voyageur très intelligent a détruit le pont qui nous permettait d'avancer tranquillement vers la sortie, nous n'avons pas d'autre choix que d'emprunter le passage à gué qui se trouve là bas, derrière ces ruines au nord. En revanche, nous risquons de devoir affronter des hommes-insectes cette fois.

- Ca me va. Erika, reste près de moi, pour le moment, c'est préférable.  »

Et alors qu'ils s'apprêtaient à repartir, une présence derrière eux fit réagir aussitôt le chef autoproclamé du groupe qui se mit sur ses gardes, serres en avant, et se prépara à affronter l'ennemi, quand Riku étendait les bras devant la jeune femme qu'il devait protéger cette nuit. Mais il s'avéra que l'intrus était en réalité un jeune homme de taille moyenne, les yeux bleus, et des cheveux blancs tirant sur le gris, vêtu d'un long manteau noir qui cachait partiellement son visage. Ce dernier paraissait affaibli, il avait probablement eu une rencontre malheureuse avec les envahisseurs locaux, dont l'invocateur se demandait comment il avait pu s'en sortir, et observait fixement l'assemblée face à lui. Il prit la parole pour demander son chemin ; Thresh s'apprêta à lui dire de dégager, mais Naelya le retint pour laisser parler Riku, qui était le mieux placé pour discuter avec un voyageur.

« Figures-toi qu'on est tout aussi perdus. Enfin, ces deux créatures que tu vois là vont nous guider pour nous faire sortir d'ici. Tu peux encore bouger ? Une aide supplémentaire est toujours la bienvenue, surtout dans ce genre d'endroits.  »

Le necromancer indiqua aussitôt à Erika d'avancer en la rejoignant, attendant de voir tout de même la réaction de leur homologue ; Thresh menait la marche, et Naelya restait en couverture à l'arrière. Ils commencèrent donc à longer la rivière et s'engagèrent dans une partie autrement plus sombre de la forêt ; les arbres y grimpaient à des hauteurs vertigineuses, et des ronces jonchaient le sol où la nature avait repris ses droits sur les chemins anciennement pavés du royaume déchu. Un silence de mort régnait dans cet endroit, parfois perturbé par le son du vent dans les feuilles. L'obscurité était très forte, et les trois voyageurs ne parvenaient à voir devant eux que grâce aux quelques rais de lumière solaire qui parvenaient péniblement à traverser la cime des arbres. Pas le moindre animal, pas le moindre insecte à l'horizon. Juste un silence des plus oppressants pour tenir compagnie à la petite troupe improvisée, qui tentait tant bien que mal de se frayer un chemin à travers l'épaisse jungle. Et pour couronner le tout, la pluie ne cessait de tomber, rendant le chemin qu'ils avaient emprunté particulièrement difficile à pratiquer ; des plaques de boues colossales chutaient parfois brusquement, emportant l'un des membres du groupe qui se relevait crasseux et trempé, et leurs pieds s'enfonçaient dans cette immonde gadoue. Riku, quand à lui, continuait de veiller sur Erika, qui observait attentivement chaque parcelle de l'endroit, apparemment très curieuse ; les dires du jeune homme avaient-elle provoqué chez elle une vocation pour l'aventure ? Cela faciliterait la tâche à l'invocateur alors, il pourrait l'emmener sans trop de difficulté en mission. Et tout en avançant, il continuait de lui prodiguer des conseils sur la manière de vivre à Dreamland, lui décrivant notamment les différents seigneurs, les royaumes, les zones à éviter en tant que débutant... Et elle buvait littéralement ses paroles, manquant plusieurs fois de finir la tête dans un arbre parce qu'elle ne faisait pas attention à la route. Elle était amusante, elle ferait une bonne voyageuse. Restait à trouver quel était exactement sa faculté. Et pour cela, il leur faudrait un combat...

* SSSSSSS *

Ah. Bah apparemment, quand on demandait des emmerdes au monde onirique, il nous les offrait avec une grande joie dans la minute qui suivait. Se mettant aussitôt en position défensive, prêt à invoquer Gaïa et Zeel, le necromancer surveillait également la jeune femme qui s'était réfugiée derrière son maître improvisé. Thresh et Naelya cherchaient déjà à identifier la position de leurs ennemis. Ennemis qui ne tardèrent pas à se manifester, sortant d'un coup devant le corbeau humain qui en trancha deux sans efforts de ses serres, répandant un sang noir sur le sol boueux. Naelya en attrapa un troisième et lui fit subir le même sort. Un quatrième surgit sur la droite du necromancer ; il appela Zeel qui protégea Erika, et Gaïa qui lui conféra le boost rocheux et ils frappèrent tous les deux dans la carapace de l'insecte extraterrestre, qui ploya sous le choc, et vit son exosquelette éclater en morceaux. Bon, il n'était pas si difficile à battre que ça en un contre un. Le souci, c'était qu'il y en avait encore des dizaines autour d'eux. Et d'ailleurs, le dead maker ne vit pas venir celui qui sauta dans son dos, ayant juste le temps d'entendre un hurlement :

« Je veux les protégeeeeeeeeer !!! »

Et ce cri fut suivi d'un énorme fracas, lorsqu'un squelette qui mesurait bien dans les trois mètres de haut s'écroula sur l'homme insecte qui attaquait le necromancer, le pulvérisant sous son poids. Mais qui avait invoqué ce squelette ? Le regard de Riku se tourna presque aussitôt vers la brune qui était choquée par ce qu'elle venait d'accomplir ; ainsi, c'était elle aussi une invocatrice ! Et puissante en plus, la créature qu'elle venait d'invoquer était loin d'être le plus faible des squelettes de la crypte de Chiron. Il l'avait déjà vu lorsque son maître lui avait présenté les différentes créatures qui y vivaient ; il eut un large sourire lorsque l'invocation rejoignit sa maîtresse encore abasourdie par ce qu'il venait de se passer.

« - Cela faisait longtemps qu'on ne s'était pas vus, Hellion.

- Riku ! Le maître sera content d'apprendre que tu as rencontré ma nouvelle maîtresse. Il m'a ordonné de devenir son invocation pour lui permettre de survivre.

- Je vois, il avait donc prévu qu'elle tombe sur moi. Que veux le maître ? Je ne suis qu'un jeune voyageur, encore un rookie dans ce monde !

- Il a dit qu'avec la guerre qui approche, tu avais besoin de savoir guider des gens sous ta responsabilité ; qu'en formant Erika, tu trouverais le moyen de progresser toi aussi. Et il voulait qu'elle soit le plus rapidement possible dans des conditions réelles de danger à tes côtés pour stimuler son pouvoir.

- Je vois... Mais cette idée était complètement folle, elle aurait pu mourir ici. Mais bon, les ordres sont les ordres, j'aiderai cette jeune voyageuse.

- Euh... Riku, qu'est-ce qu'il se passe, je me sens un peu faible...

- Ce n'est rien Erika, tu viens seulement d'utiliser ton pouvoir pour la première fois, ça a dû pas mal pomper dans tes réserves d'énergie. Tu vas rapidement t'en remettre, et puis tu as l'un des squelettes les plus forts du royaume pour t'aider ! Mais il se présentera de lui-même, pour l'instant, on doit se débarrasser de cette troupe !  »

Et ils repartirent pour aider les trois autres, qui étaient aux prises avec les hommes-insectes ; Erika ordonnait maladroitement à Hellion d'attaquer les différents aliens qui se présentaient à elle, et ce dernier encaissait leurs attaques avant de les achever en les écrasant sous ses os massifs. Riku continuait d'attaquer en simultané avec Gaïa, en perturbant les insectes à l'aide de Zeel, les faisant rebondir dans tous les sens avant de les achever. Encore une dizaine de bestioles à tuer. Et dire que la nuit démarrait seulement...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Une exploration pas vraiment tranquille. [PV : Jac Use] Mer 10 Avr 2013 - 14:58
De la pluie et encore de la pluie, les vêtements que nous portions, mes nouveaux compagnons de voyages et moi, étaient devenues de vraies éponges, empli de ce fluide vital et limpide. Devenu lourd, encombrant et plus que pendant, attiré par la gravité, la densité du tissu avait largement augmenté. Cela ne facilitais pas le tâche difficile qu’était de se mouvoir dans un tel lieu, de boue et de plantes constituait. De nombreuses fois, je glissais, laissant partir une de mes jambe sur le coté, me rattrapant mains au sol, sous le regard méprisant des hommes bêtes qui ne me faisait apparemment pas confiance. Avec eux deux voyageurs, dont je ne connaissais pas le pouvoir, et parmi tout ce petit monde l’un d’entre eux était capable de détruire un pont, il me fallait obtenir par tous les moyens leur confiance où risquer de me retrouver en bouillie.

Mis à part les suivre dans le même silence qui régnait autour de nous, je ne pouvais rien faire d’autre, observant les alentours. Il leur arrivait de parler entre eux, des discussions relativement brèves, parfois justement un échange de quelques mots, avant de retourner dans les sons de la nature qui nous entoure. Des conversations brèves qui ne m’étaient jamais adressé, comme si je ne faisais pas partie du groupe, je ne comprenais pas pourquoi ils avaient accepté que je les accompagne si c’est pour m’ignorer. Il faut dire que lors de notre rencontre, la réaction de celui qui semble être le chef était proche de l’hostilité, et si le voyageur qui les accompagné n’avait pas intervenu, je ne serai peut-être plus de ce monde. C’est surement le gars-là que je devrais remercier.

Le troisième voyageur, ou plutôt la troisième voyageuse semblée émerveillée, que ce soit par le monde qui l’entourait que par le discours que lui tenait l’homme à ses côtés. Soit c’est un très beau parleur, soit elle connait depuis peu ce monde onirique. Elle ne portait à la limite aucune attention au danger qui rôde autour de nous, elle devait surement se sentir en confiance avec son accompagnateur. Peut-être sont-ils ensemble, ou alors ils se connaissent bien, mais de sûr ils ont un lien tous les deux.
D’après ce que j’avais compris, nous nous rendions vers des sortes de ruines, mais je ne m’étais toujours pas posé la question du pourquoi, dans le meilleur des cas, c’était l’unique voie pour sortir de ce royaume, dans le pire c’était un piège. Il fallait que j’essaie de soutirer au moins une petit information de où nous allons.

« Est-ce que quelqu’un pourrait me dire où nous nous rendons ? »

Je n’eus aucune réponses, certes je ne l’avais pas dit très fort, et la pluie faisait office d’orchestre naturel réduisant l’ouïe de chacun, lorsque l’on est mis homme, mis bêtes, une bonne ouïe est un attribut courant. Par peur je recommençai

« Excusez-moi mais où allons-nous ? »

L’homme vautour regarda un autre de ses semblables, cette fois-ci, c’était certain qu’il m’avait entendu, mais personne ne me répondit, continuant leur chemin comme si il ne s’était rien passé. Après quelques mètres, une femelle tourna sa tête vers moi et me dis d’un ton calme et plutôt gentil

« On va vous faire sortir d’ici mon petit, n’ai pas peur tu es en sécurité avec nous »

Ils me considéraient donc comme un poids, enfin « il », le boss, voulait se débarrasser rapidement de moi. Si je l’ennuyer vraiment, pourquoi ne pas s’attaquer à moi directement alors ? Il faut croire que ce sont des êtres bons après tout, ils n’ont certainement pas le temps de m’aider.

Après un certain moment, de nombreux bruits se firent entendre à travers la végétation alentour, de la vie, et surement hostile allait se pointer. Je me dépêchais de saisir quelques pierres au sol pour pouvoir me battre, préférant garder dans mes poches celles que j’avais récupérait plus tôt. Rapidement, un essaim de bestioles sortirent de leur cachettes, à toute allures le combat était inévitable, les créatures étaient déjà passée à l’attaque, déchiquetant ces saloperies qui nous entouraient. Les deux êtres humains aussi se préparent, c’était l’occasion de leur montrer que moi aussi je pouvais me battre, que je pouvais être utile. Il y en avait des dizaines, mais je devais tester leurs forces, je me précipitais donc vers l’un d’entre eux, et c’était la gueule ouverte qu’il m’accueillait, j’en profitais pour utiliser mon pouvoir.

Alors que j’étais en pleine course, je lâchais la pierre que j’avais en main, la faisant briller, je m’en servais comme support à mon attaque. Proche de la bête, je projetais mon arme tel un météore à l’intérieur du monstre, en passant par la porte buccale grande ouverte, lui explosant certainement une grande partie des organes internes, et une fois arrivé sur son coté droit, je lui donnait un coup de pied augmenter par un coup d’astéroïde dans le thorax, la propulsant et la faisant tomber sur un autre de ses frères. Me retournant afin de voir comment s’en sortaient mes compagnons, notre effectif venait d’augmenter, une femme était là, ainsi qu’un énorme squelette armé. Soit ils étaient là depuis le début et je ne les avais pas vu, soit ils sont le fruit du pouvoir de certains de mes accompagnateurs.

Quand je regardais du côté des animaux dressée sur leurs pattes arrière, ceux-ci s’en sortaient bien, fracassant et déchiquetant nos viles agresseurs. Durant le bref instant où je m’étais mis à observer les environs, un de ces énormes insectoïde se trouvait en pleine charge, frénétique et avide de sang, se dirigeant vers l’homme-vautour. Il était un peu notre guide et perdre un tel membre serait stupide, il fallait que je l’aide. Je me saisissais d’un projectile situé dans ma poche, le projetais à toute allure dans l’une de pattes chitineuse de l’assaillant le faisant perdre l’équilibre violemment, s’étalant de tout son poids sur le sol, dans une grosse traînée de boue. Afin de l’achever, je me concentrais brièvement sur un point situé au-dessus de lui, faisant apparaître un mini-astre, pesant dix tonnes et venant lui écraser le thorax, faisant ainsi gicler de la bouillie sur le sol tout autour se mélangeant avec les flaques terreuses. Il y eu un bref regard entre nous, mais suffisant pour voir qu’il me remercier. Je terminais mon action en poussant de toute mes forces l’énorme sphère que je venais de faire apparaitre, celle-ci bougeant à peine, un des combattant vint m’aider afin de faire rouler mon arme le long de la petite pente situé juste à derrière, écrabouillant sur le passage le restant de la horde nous ayant attaqué.

Reprenant mon souffle, étant un peu essoufflé des efforts fournies, je sentais les gouttes glisser le long de mon nez, écoutant le calme qu’il venait à nouveau de se montrer. « Reprenons, nous avons encore de la route. » cita le chef, en me regardant et me faisant un signe de la tête, je pouvais en déduire que mon action ne fût sans résultats. Mon état émotionnel était neutre, n’ayant aucun Barry ou Vadel à l’horizon, j’étais tout simplement moi-même mais, je me sentais un peu plus intégré au groupe, et n’ayant pas énormément de connaissance dans dreamland, c’était donc l’occasion parfaite. Je m’approchais des deux humains, qui sont apparemment des voyageurs, afin d’engager la discussion

« Au fait, je ne me suis pas présenté, je m’appelle Jac, contrôleur des astres, c’est un plaisir d’être accompagné par deux autres voyageurs »

Le lieu n’était peut-être pas le plus approprié pour faire des présentations mais, j’espérais au moins détendre un peu l’atmosphère.

« Et au fait, je ne t’ai pas remercié pour tout à l’heure, alors je te le dis maintenant, merci. »

Disais-je en regardant le garçon, aux cheveux bruns.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Surnom : The Death Voice
Messages : 494
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 23

Maraudeur des rêves
Riku Kaisuki
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 107
Renommée: 1630
Honneur: 148
MessageSujet: Re: Une exploration pas vraiment tranquille. [PV : Jac Use] Ven 3 Mai 2013 - 18:22
Et encore un autre. Riku venait bien de mettre hors de combat son sixième homme insecte qu’une nouvelle bardéede ses collègues débarquait pour remplacer les morts et renforcer la fatigue et le désespoir de la troupe improvisée qui luttait férocement pour rester en vie et repousser cet assaut inattendu. Dire qu’ils étaient là uniquement à cause de l’héroisme maladif du jeune homme, trop préoccupé à sauver la première donzelle sur sa route qu’à s’occuper de ses propres miches, qui avaient déjà subi pas mal de bons coups de pieds bien sentis dans le monde onirique; il n’était pas particulièrement fort, n’était ni le plus rusé, ni le plus endurant, il était juste dans la moyenne. Et s’il avait souvent espéré gagner rapidement en force, il n’avait jusqu’ici été que partiellement comblé à ce niveau-là, et s’était retrouvé dans des situations qui l’avaient dépassé, la fuite se révélant au final comme l’apanage du voyageur toujours vivant qu’il était. Pour le moment, l’épreuve du jour se révélait tant ennuyeuse que relativement difficile étant donné le nombre d’individus auquel ils devaient faire face, et le fait de devoir former et protéger Erika n’arrangeait en rien l’humeur déjà passablement blasée du jeune homme; il manquerait rapidement d’énergie à ce rythme, et ils étaient en plein milieu de cette ungle de merde.... En tout cas, Hellion se chargeait de protéger la jeune femme, permettant au necromancer de riposter ensuite. La meilleure solution restait de surprendre les hommes-insectes à plusieurs pour économiser de l’énergie et etre certain de les achever, c’est donc ce qu’il fit à l’aide du gardien squelettique, qui n’était certes pas excellent pour l’attaque, mais dont la solidité des os en faisait un rempart imprenable et une massue de poids quand elle atteignait sa cible - Riku se jura de lui trouver une véritable invocation offensive à leur retour au royaume - qui constituait un soutien utile en combat groupé. De son coté, le second voyageur qu’ils avaient rencontré se battait bravement, utilisant un pouvoir inconnu du dead maker (il crut appercevoir un astéroide, mais attribua cette vision à l’intensité du moment) et avait abattu déjà une dizaine de créatures avec l’aide de Naelya, tandis que Tresh combattait seul de son coté, et le jeune homme dut reconnaitre que ce dernier n’avait pas volé sa place de leader : il virevoltait entre les insectes, les tranchant avec précision sur les zones sans carapace de ses puissantes serres, broyant violemment d’un coup de bec les tetes des pauvres fous qui s’approchaient un peu trop de lui. Plusieurs corps gisaient autour de lui, et il continuait inexorablement à tuer chaque homme-insecte à sa portée. On pouvait lire la haine dans ses yeux, comme s’il allait bruler ses ennemis jurés de son simple regard; il hurlait, frappait, faisait gicler un sang violacé sur le sol mousseux de la jungle, un grand sourire sadique se dessinant devant chaque cadavre à ses pieds, une véritable bete sauvage, entrainée pour tuer des hmmes-insectes. Meme Naelya, d’ordinaire si douce, s’était laissée entrainer dans un déchainement de violence et de sang, plus rapide encore que son partenaire, elle lacérait, mordait, jetait brutalement chaque ennemi sur sa route, les réduisant à l’état de bouillie detripes et d’exosquelettes brisés. Ces deux-là décimèrent rapidement les renforts pendant que les trois voyageurs finissaient le travail avec les survivants restés sur place. Ce ne fut que lorsque Tresh leur confirma qu’il ne sentait plus d’insectes dans les parages que l’invocateur put enfin rappeler Gaia et reprendre son souffle dans un long soupir de soulagement. Il se tourna ensuite vers sa disciple imprvisé, et lui expliqua :

« - Bon, maintenant, il va falloir que tu apprennes à rappeler ton esprit. La règle est simple, tu dois prnoncer son nom, et lui ordonner de rentrer dans le sceau. Comme tout necromancien, tu as reçu un sceau qui sertde réceptacle, et donc de «tombe portable» pour tes invocations. Au début, tu devras le faire à voix haute pour th’abtiuer, puis tu finiras par t’habituer, et tu le feras uniquement d’une pensée. Mais pour le moment, contentes-toi de révoquer Hellion sans réfléchir à tout ça, on le travaillera plus tard.

- D’a... d’accord, je vais essayer... Hellion, retourne dans le sceau qui nous lie !»

Aussitot ces mots prononcés, le squelette géant s’inclina avant de disparaitre dans un halo lumineux éblouissant rejoignant sa nouvelle demeure. Riku observa cela avec un grand sourire malgré son oeil critique sur la situation; elle s’en sortait bien, mais qui pourrait dire si elle serait prete le jour de la bataille contre Hadès ? Riku n’avait jamais entrainé quelqu’un, et il était loin d’etre le voyageur le plus fort du royaume... Il y avait toujour les sept lames, ce groupe de voyageurs au service du royaume, considéré comme une troupe d’élite, et dont Athos lui avait conté les nombreux exploits. Le plus connu d’entre eux était le leader de ce groupe, un certain Enrique, surnommé le maitre des cranes. Le jeune homme avait toujours souhaité faire partie de cette troupe, mais il n’était pas énormément expérimenté, et il manquait de puissance... Il n’aurait été qu’un poids s’il les avait rejoints. Néanmoins, le temps n’était pas venu pour les questions, et Tresh hurlait déjà à ses camarades de bouger pour s’éloigner de cet endroit. Proposition rapidement acceptée par le jeune homme et sa disciple - ce dernier pensa d’ailleurs à la féliciter pour avoir réussi son premier exercice - et ils se levèrent pour reprendre la route. Ce fut le moment que choisit leur camarade encapuchonné pour venir discuter avec ses semblables. Riku l’écouta attentivement avant de répondre :

« - Controleur des astres ? ça m’a l’air très puissant. Je me présente donc aussi : je m’appelle Riku Kaisuki, invocateur au service du royaume des morts. Et cette jeune demoisele derrière moi, c’est Erika; elle vient d’rriver, et vient du meme royaume que moi, j’ai décidé de l’aider à comprendre un peu ce monde. Pour répondre à ta question, nous nous rendons à la sortie de cette jungle, histoire de plus croiser ce genre de bestioles.

- Et justement, nous devrions avancer maintenant, au lieu de lambiner ici en discutant.»

Bordel, ce piaf avait beau avoir raison, il était quand meme plutot coincé, plutot étant dans le cas présent, bien plus qu’un euphémisme. Ils devaient repartir tout de suite pour éviter une seconde vague d’insectes géants qui les prendraient en embuscade, assaut auquel aurait du mal à répondre le jeune homme dont l’énergie était pas mal entamée, et surtout das une situation où le corps-à corps ne serait pas franchement une bonne idée sans pouvoir. Il en profita pour continuer à préparer sa disciple pour leur prochain voyage, au royaume des morts. La politique n’y était pas très compliquée, Chiron était le seul décisionnaire, secondé néanmoins par ses conseillers, les quatre généraux morts-vivants dont faisait partie Athos, ce puissant guerrier que le jeune homme appréciait beaucoup pour son érudition. Venaient ensuite les voyageurs au service du royaume et les officiers importants, puis les officiers «de base» et les soldats gradés, et enfin les soldats les moins gradés et les garde frontières. L’armée du pays s’organisait ainsi, chaque échelon de la hiérarchie vivant dans des coins différents; du premier distric, le plus proche du pandémonium et le plus riche, au dernier district, éloigné de la lumière, pauvre. Il lui parla des autres voyageurs du royaume, des différents pouvoirs liés, des missions qu’il remplissaient d’ordinaire... Le temps lui paraissement affreusement long, et il avait sans cesse l’impression de passer devant le meme arbre, jusqu’à ce que des bruits proches le fassent réagir et l’obligent à se stopper brusquement dans son élan informatif pour mettre tout ses sens en éveil, à l’écoute du moindre son suspect, avant que Tresh ne lui ordonne d’un sec doup de patte de rester terré dans les buissons pour ne pas se faire betement remarquer par le groupe d’inconnus qu’ils voyaient à présent de l’autre coté d’un groupe d’arbres; tous encapuchonnés, ils portaient une longue toge noire, dans le dos de laquelle était brodé le symbole d’un crane humain tenant entre ses dents une oreille pointue, comme celles des créatures de ce monde. Nul doute que leurs intentions étaient loin d’etre pacifiques... Mais la suite troubla le necromancer, qui demeurait immobile alors que le vautour intimait déjà au groupe de quitter silencieusement les lieux sans se meler des affaires de ces inconnus :

«- Le seigneur Hadès avaiat raison, ces insectes ont l’air redoutables en groupe... Imaginez une armée !

- Silence ! Ne prononce pas son nom insolent ! Nous ne sommes pas à l’abri d’un espion dans cette foret où il est aisé de se dissimuler dans l’ombre....

- Oh je vois, vous avez raison monsieur je ne recommencerai pas monsieur.

- Hmm, ça ira pour cette fois. Allez, nous devons aller voir ce roi ! »

Il avait parlé d’Hadès... Ces hommes faisaient-ils partie d’un groupe quelconque aux ordres de ce traitre ? Riku devait en avoir le coeur net. Et meme Tresh l’avait relaché, l’observant de ses yeux brulant d’une motivation nouvelle; ces types allaient voir le roi des insectes, peut etre allaient-ils le tuer avec un peu de chance ? Toujours était-il qu’il voulait en savoir plus, et qu’il attendait l’approbation du groupe. Riku hocha la tete, Naelya eut un petit sourire et fit de meme, Erika resterait de toute manière avec son maitre. Restait l’avis du voyageur qui les accompagnait; s’il refusait, personne ne voudrait le laisser seul hormis Tresh qui s’en serait bien débarrassé, comme de tous ces humains bien trop faibles. Riku se tourna vers leur compagnon de route et lui demanda à voix basse - le groupe d’inconnus était encore assez proche - :

« On va se lancer à la poursuite de ce groupe histoire d’en savoir plus sur leurs intentions, ça risque de rallonger légèrement notre trajet, ça te tente ? »



(Hrp : désolé pour le temps de réponse encore, et pour les accents circonflexes, j’ai tapé ce rp sur mon petit pc pourri qui ne les prend pas en compte ><)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Une exploration pas vraiment tranquille. [PV : Jac Use] Lun 6 Mai 2013 - 14:25
Respirant l’air humide ambiant, l’odeur du sol mouillé, de la boue et des plantes. Je fermais les yeux un instant, histoire d’apprécier l’instant présent, dans un lieu rempli de cadavres chitineux, de bouillie et de membres insectes éparpillé. Ressentir toutes ces sensations, le froid des gouttes de pluies, l’eau ruisselant sur mon visage pour venir terminer sa course dans mon cou. Je me sentais bien, je n’avais aucune idée si cela était en rapport avec l’endorphine ou avec mon état d’esprit mais j’étais rempli d’une détermination incroyable. Chris était présent, personnalité emplie de force et d’une volonté inégalable, c’était comme un florilège d’idée positive qui venait d’éclore dans ma tête. Ils pouvaient être plus d’une douzaine, je me sentais prêt à affronter quoi qu’il se présente face à moi. Je rouvrais les yeux, toutes ces sensations étaient nées en moi en l’espace d’un instant, juste le temps pour que le groupe commence à avancer vers la sortie de la forêt.

Nous avancions dans cette jungle, mes chaussures s’enfonçant légèrement dans le sol à chaque pas, produisant un bruit mouillé. Comme à chaque fois que je deviens Chris, j’étais fasciné par le monde autour de moi, c’est comme si tout à coup, tout m’apparaissait, faisant attention à chaque détails environnant. Je me sentais bien dans ma peau, motivé à passer à l’action et à agir de manière héroïque dès la première occasion. Ma démarche joyeuse, posture droite, manches relevées comme pour annoncer que j’étais prêt à me battre ou à participer à n’importe quelles activités. Comparé au reste du groupe, j’étais bien moins en alerte, comme si il n’y avait plus de danger, à la limite j’attirais l’attention vu la manière dont je balançais les bras en marchant.

C’était devenu une joyeuse balade pour moi, bien que mes compagnons ne baissaient pas leur gardes, restant attentif à leur environnement, ils avaient peut-être raison, mais nous étions suffisamment fort pour nous défendre, du moins j’y croyais fermement. Mais rapidement mon exploration des bois mouillé rempli d’insecte géant fut interrompue par une bande de trouble faite. L’on m’avait fait m’accroupir afin de me camoufler derrière buisson et autres hautes herbes. J’avais un visuel sur eux entre deux feuilles, ils étaient plusieurs portant la même tenue, de sûr ils font partis du même groupe, tous munis d’une longue toge noire, plus longue que la mienne qui m’arrivait uniquement à mis cuisse. Capuche sur la tête, était-ce pour la pluie ou bien pour éviter que l’on voie leurs visages ? Dans leur dos, un symbole de crane tenant une oreille pointu, j’hésite fortement que ce genre d’héraldique indique la bonne fortune. Une chose était certaine, il y avait beaucoup de chances que nous ayons à nous affronter, c’est pourquoi je refaisais le plein de « munition », ramassant au sol de la caillasse de bonne envergure, les stockant dans mes poches. Il va falloir absolument que je trouve une solution, trouver une ressource de projectiles portative et quasi illimité.

D’après leur conversation, ils bossaient pour un certain Hadès, nom donné au dieu des enfers dans la mythologie grecque, un bon rapport avec la mort, tout comme le voyageur nécromancien qui m’accompagnait. Ils devaient alors surement se connaitre, mais vu la que le voyageur restait caché à mes côtés, ne faisant pas mine de vouloir aller à leur rencontre, il n’y avait pas d’amitié qui régnait entre eux.

« J’irai là où il y a de la baston, je suis sur le point d’exploser là. »

Répondis-je au voyageur se jouant des cadavres, écarquillant mes yeux, affichant mes pupilles bleus largement dilatée par l’excitation, provoquée par l’éventualité que je puisse affronter ces hommes, voir même écraser ce fameux roi des insectes. Je gardais le regard fixe, dans les yeux de la mort incarnée, Riku et ses yeux vert, sourire grandissant de plus en plus, respiration s’accélérant, je me rendais compte qu’il pouvait me prendre pour un taré. En clignant des yeux, je reprenais mes esprits en secouant légèrement la tête de gauche à droite, faisant signe de mon accord.

Les individus pris en filature s’avançaient lentement dans les bois, suivant un chemin très vaguement tracé, et nous, au loin, je n’étais pas capable de les observer, d’ailleurs personne ne le pouvait, nous étions guidé par le flair d’un des deux mi-bêtes. Efficace je dois l’avouer dans genre de situation, du coup, tout ce qu’il me restait à faire était de suivre, regardant le sol et les plantes voir si il n’y avait rien d’intéressant. Mis à part, de la boue, des racines, des pierres et encore de la boue, il n’y avait rien, mis à part les traces de pas du groupe. Soudain mon regard fût attiré par un objet sortant de l’ordinaire, et après une observation plus approfondie, il s’avérait que ce que je venais de trouver était un cadavre d’insecte, un scarabée gros comme la paume de ma main, dur comme la pierre. C’est intéressant, je pourrais p-e le revendre, je le mis donc dans une des poches intérieure de ma veste.

Soudain, le mouvement du pisteur s’arrêta, il venait de se passer quelque chose, le groupe que nous suivions venait de s’arrêter, mais pourquoi ? Etions-nous arrivés chez le roi, où encore une attaque d’insecte géant ?
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Surnom : The Death Voice
Messages : 494
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 23

Maraudeur des rêves
Riku Kaisuki
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 107
Renommée: 1630
Honneur: 148
MessageSujet: Re: Une exploration pas vraiment tranquille. [PV : Jac Use] Dim 12 Mai 2013 - 17:26
Jac acceptait de les suivre ; la troupe pouvait donc faire son détour, histoire d'enquêter sur les motivations de cette mystérieuse troupe. Il y avait quelque chose d'étrange dans la venue de ces voyageurs ; non seulement ils dégageaient tous une puissance relativement importante, mais en plus, s'il était déjà étrange d'arriver en ces lieux par erreur, il était encore plus suspect d'être ici de son plein gré, dans une jungle remplie d'insectes géants déterminés à vous dévorer. Et Riku avait une impression étrange au sujet de leur leader, il avait le sentiment d'avoir déjà entendu sa voix quelque part... Mais pour le moment, il préférait ne pas s'encombrer l'esprit de pensées superflues et se contenta de suivre les mouvements de Tresh, apparemment pleinement accoutumé à pister des cibles en pleine jungle. A pas de loup, la troupe improvisée suivait le groupe d'encapuchonnés dans un chemin sombre recouvert de ronces, et dans lequel l'obscurité était telle qu'il y faisait plus froid que n'importe où dans cet endroit. Néanmoins, l'abri des arbres leur permettait tout de même d'échapper à la pluie, ce qui en soi était déjà un réconfort, même s'il ne durerait pas. Erika suivait docilement son maître, lui accordant sa pleine confiance, ce qui rassura le jeune homme, qui priait pour ne pas qu'elle reste tétanisée sur place. Si elle n'en était qu'au début de sa formation, elle montrait déjà des qualités d'écoute et d'apprentissage plutôt bonnes, et surtout, son apparent caractère faible avait laissé place à une détermination que le jeune homme n'avait que très rarement vu dans ce monde. Lui-même était plutôt peureux en réalité, et le monde onirique avait bien souvent mis sur son chemin des obstacles qui allaient au delà de ses compétences, que ce soit en matière d'exploration ou bien de combat. Mais au moins il était toujours en vie. Et en cela, il avait quelque chose qui pouvait servir la brune, son expérience. Si à ses début le jeune homme avait souvent fait preuve d'une grande naïveté dans ses déplacements, dans observations qu'il faisait des événements autour de lui, il avait appris à redescendre sur Terre, et à développer cette paranoïa quasiment obligatoire pour tous les voyageurs. A Dreamland, le danger pouvait venir de tout et n'importe quoi, il fallait constamment se tenir prêt, et ne pas se surestimer. Il fallait savoir fuir quand il le fallait, et c'était bien la raison qui poussait le necromancer à se maintenir à distance de cette troupe menaçante, qui laissait présager de bien funestes choses. D'ailleurs, le corbeau qui menait la troupe paraissait préoccupé depuis un moment, ce dont s'enquit l'invocateur :

« - Tresh ? Vous semblez pensif depuis que nous avons commencé à pister ces hommes.

- Il y a de quoi. Non seulement, ces voyageurs dégagent tous une odeur de mort, mais en plus, ils se dirigent vers le centre de la forêt, là où réside le roi des insectes. »

Effectivement, il y avait de quoi ne pas être rassuré. Que cherchaient-ils en allant dans une zone aussi dangereuse ? En tout cas, ils n'avaient pas l'air d'avoir peur, ils semblaient même chercher à se rendre là bas. Ils n'étaient pas perdus, et leur chemin était clairement défini. Riku décida donc d'observer plus attentivement les gestes des différents encapuchonnés, afin d'en savoir plus sur leurs pouvoirs, ou même simplement leurs intentions. Mais ils restaient silencieux, et se contentaient d'avancer en suivant la petite sente rocailleuse qu'ils avaient emprunté depuis le début, jusqu'à ce qu'ils croisent un mur de ronces, et que l'un d'entre eux dégage le passage en levant la main, mettant le feu à la plante qui fut réduite en cendres en quelques secondes. Un contrôleur de feu ! Et il avait l'air d'un bon niveau pour enflammer et détruire aussi rapidement une plante dont l'épaisseur et la taille n'étaient pas négligeables. Le necromancer déglutit en voyant cela, appréhendant le moment où ils seraient découverts et espérant que ce ne soit pas le cas, et continua de suivre Tresh, qui restait à distance raisonnable, le regard dirigé vers le sol, scrutant les traces de pas laissées par les voyageurs.Quelques mètres plus loin, la carapace d'un insecte, apparemment détruite de l'intérieur – l'invocateur n'osa même pas imaginer quel pouvoir avait bien pu faire cela – que Jac ramassa, probablement dans l'espoir de pouvoir la revendre. Il avait également ramassé des pierres, qui devaient probablement lui servir de « munitions », et suivi ensuite la troupe silencieusement. Erika se délectait de chaque nouvelle chose qu'elle pouvait voir, et avait d'ailleurs était impressionnée par la démonstration de l'autre enflammé, se retenant tout de même d'assaillir son maître de questions. Il n'avaient pas le temps pour cela.

Heureusement pour eux, la traque ne s'éternisa pas, et après être sortis du bosquet sombre pour rejoindre une clairière plus éclairée et surtout de nouveau sous la pluie, les encapuchonnés s'arrêtèrent devant une sorte de portique en bois rongé et recouvert de champignons et autres dépôts verdâtres, signe que l'objet n'avait pas été entretenu depuis un bon paquet d'années. Tresh claqua du bec, le regard braqué sur les ruines en pierre qui entouraient les battants de bois, et Naëlya observait fixement la même chose, tremblant un peu, comme si cette vision lui rappelait de terribles scènes. Il était clair que pour les deux semi-animaux, l'endroit n'était pas synonyme de bons souvenirs, et Riku préféra s'abstenir de tout commentaire, laissant leurs guides se recueillir dans cet ancien lieu de leur royaume aujourd'hui disparu. L'un des encapuchonnés, apparemment le chef du groupe, s'avança et entama son discours d'une voix forte :

« Insectes de ce royaume ! Nous sommes venus ici avec une proposition à vous faire ! Nous savons qu'elle saura vous intéresser! »

Son exclamation fut aussitôt suivie d'une série de cliquetis, et de l'arrivée d'une centaine de spécimens insectes géants qui encerclèrent le groupe de voyageurs, les menaçant de leurs mandibules, qui fendaient l'air bruyamment ; il était clair que la venue de ces humains ne leur plaisait pas, et ils n'allaient pas tarder à en faire leur quatre heures. Mais le leader du groupe n'en avait pas fini, et il leva ses mains sur les côtés, et poursuivit :

«  Il est bien dommage que vous n'ayez voulu commencer par les négociations... »

Sitôt ces mots dits, des dizaines d'insectes qui entouraient l'encapuchonné explosèrent de l'intérieur, répandant une mare de sang violet dans la plaine, tandis que l'auteur de ce massacre se lançait dans un éclat de rire des plus déments. Il était clair que ce type était venu ici en toute confiance, et était également complètement fêlé, prêt à tout pour accomplir son objectif, y compris ceux avec qui il était soi disant venu « négocier ». Mais loin de répliquer, les insectes reculèrent, cliquetant de leurs mandibules, tandis qu'un spécimen, beaucoup plus gros que les autres, mesurant bien quatre mètres de haut, un scarabée hercule surgit des remparts de l'ancienne forteresse, et fit s'écarter ses congénères avant de se placer devant cet humain qui venait les défier ainsi. L'encapuchonné se saisit d'un petit objet, et commença à discuter avec celui que le necromancer identifia comme le roi des insectes :

(les mots du roi sont traduits, mais Riku et ses collègues n'entendent que des sifflements : l'encapuchonné possède un objet magique qui lui permet de traduire et de comprendre toutes les langues.)

« - Je vois que vous avez décidé de faire preuve de sagesse majesté. Il eut été dommage que je doive massacrer d'autre de vos congénères avant que n'acceptiez tout discussion.

- Qui êtes-vous humains ? Et que venez-vous faire sur les terres de Mor'goth?

- C'est donc ainsi que l'on vous nomme ? Et bien, pour ma part, on me connaît sous le surnom de Chaos. Je suis l'un des apôtres du seigneur Hadès, qui m'a envoyé ici pour vous faire de son intérêt à l'égard de votre peuple.

- Que voulez-vous à Mor'goth et ses guerriers ?

- Voyez-vous, mon seigneur va bientôt se lancer dans une grande guerre qui changera la face de Dreamland, et il connaît la valeur guerrière de votre peuple. Il souhaite faire appel à votre armée pour qu'elle s'allie à la nôtre dans cette bataille.

- Que peut proposer Hadès en échange à Mor'goth ?

- Le seigneur Hadès sait remercier ses alliés. Il vous aidera, vous et vos guerriers à étendre vos terres, et à terme, à contrôler les plus grandes forêts de ce monde.

- Intéressant. Mor'goth a besoin de réfléchir. Mais Mor'goth répondra rapidement.

- Nous vous en saurions gré majesté. Nous laisserons un messager à l'entrée de cette forêt, vous n'aurez qu'à lui envoyer l'un de vos hommes quand vous serez sûr de votre réponse.  »

Si Riku n'avait rien compris de ce qu'avait dit le roi, il sentait clairement dans le ton employé par le leader des encapuchonnés qu'il était confiant quand à la réponse de l'insecte. Ainsi Hadès recrutait dans tout Dreamland des créatures prêtes à lui venir en aide ? Une guerre à venir ? Alors c'était ça qu'il désirait, rassembler une armée ? Pour changer Dreamland ? Mais qu'allait-il faire exactement, où en était-il de son plan ? Il y avait trop d'inconnues, trop de questions, et trop d'informations soudaines, le necromancer en était perturbé, et la seule solution serait d'aller en informer Chiron le plus rapidement possible. Il se reprit, et se redressa, indiquant à Tresh :

« Nous devons sortir de cette forêt rapidement. Cette troupe est bien trop forte pour nous à mon avis, et nous ne ferions que mourir au milieu de ces insectes si nous tentions d'y aller. »

Il attendit l'approbation de tout le monde, obtenant très facilement celle du corbeau qui semblait tout aussi troublé que l'invocateur, et reprit alors la tête de la marche, leur indiquant le chemin à suivre pour regagner la sortie de cette jungle infernale. Mais une silhouette encapuchonnée, puis deux se mirent en travers de leur chemin ; il était clair qu'ils les avaient repéré ! Il allait falloir se battre.

« Nous avons bien fait de rester en retrait... Le seigneur Chaos sera content qu'on lui apporte la tête de ces espions, n'est-ce pas Secondo ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Une exploration pas vraiment tranquille. [PV : Jac Use] Ven 24 Mai 2013 - 23:13
Le seigneur du chaos hein ? Surement encore un mec avec des idées pour conquérir le monde de Dreamland. Finalement il y en aura toujours pour foutre le bordel, quel que soit le monde dans lequel on se trouve. Et en face de nous, deux mecs encapuchonnés, travaillant pour l’autre mégalo de seigneur. En pleins dans notre chemin, comme une arrière garde organisée par le groupe s’occupant des négociations avec le roi des insectes. Si c’était bien le cas, nous faisions fasse à un groupe bien organisé et bien entrainé. Et ces deux-là doivent former un binôme, ayant l’habitude de travailler ensemble et de combattre côte à côte, nous ne savions rien de leur puissance. Si nous les combattons ensemble, ils réussiront très certainement à nous retenir le temps que le reste des troupes soient alertés et nous prennent en tenaille. Une tactique astucieuse, mais j’ai compris leur stratégie, et il fallait que j’en informe les autres. Je me tournais vers mon groupe, enlevant ma capuche

« Ecoutez, je penses avoir compris … »

Je n’eux pas le temps de terminer ma phrase que Tresh me coupa la parole, tout en gardant les yeux rivé sur nos ennemis.

« Je sais, nous avons aussi compris, tu sais ce qu’il te reste à faire. »

La stratégie était donc déjà en place et comprise par tous alors que je n’avais pas terminé mon explication. Il y avait deux possibilités, soit ils nous balancent de très puissante attaques afin de nous empêcher toutes actions, ce là impliquerait que nous soyons face à des adversaires très puissant. Mais très puissant, je ne pense pas qu’ils le sont, car l’homme-bête aurait était plus en alerte que ça. Alors il reste l’autre possibilité, ils nous séparent pensant que nous sommes un groupe expérimenté en combat en équipe, mais il n’en est rien. Nous allons tourner les tactique à notre avantage, en faisant du un contre un, ils ne pourront pas s’entraider. Et Tresh devra couvrir nos arrières.

Tout cela n’annonce que de la baston dans tous les sens, et la baston est quelque chose d’excitant, tellement excitant que cela réveille en moi une nature, une émotion, en envie, une passion. Mon état interne venait de changer, tout en remontant la manche droite de ma veste, je pouvais sentir tout le long de mon bras se propager un frisson puissant et énergisant. Je mettais la seconde manches de la même manière que l’autre, fixant un des serviteurs du chaos en face de nous, baissant légèrement la tête.

« On se retrouve aux ruines rencontrées auparavant » disa Tresh.

Je plongeais les mains dans les poches, les ressortant avec une pierre dans chaque, tout en optant pour une position plus approprié au départ du sprint que j’allais effectuer juste après. Avant de partir, je regardais brièvement l’invocateur, afin de lui lâcher une phrase digne d’un héros sorti d’un film d’action

« Mec, je te laisse l’autre, on se retrouve plus tard »

Je terminais ma phrase par un sourire, juste après quoi je m’élançais vers l’avant, surexcité de combattre, fonçant presque tête baissée vers les deux hommes en noirs. Ma course pouvait être défini comme agressive, me déplaçant à grande foulées, le buste penché un peu en avant et les bras en arrières. J’utilisais mon pouvoir afin de faire briller les projectiles que j’avais en main, avant de les lâcher, mais ils restaient en lévitations à proximité de mes paumes. Due à la course et aux particules en surbrillance, cela laissé derrière moi une trainée de lumière blanche, le même genre de trace que pourrait laisser une étoile filante dans le ciel. J’étais fier du style que je me donnais grâce à cela, et plus je me rapprochais de mes ennemis et plus j’étais en feu et prêt à combattre, Chris avait envahi mon être et j’avais envie de le faire comprendre à tout le monde

« That’s CHRIS TIME »

Petite emblème de mon état, j’affirmais par-là que mon niveau émotionnel était à un haut degré, positivement dévastateur et déterminé à réussir l’impossible. Mais je ne devais pas non plus me surestimer et prendre garde à mes ennemis. A partir d’un moment, un des deux hommes ouvrit rapidement son manteau et se jeta dans ma direction, apparemment c’est celui-là que je vais combattre. Sous son manteau se trouvait caché une énorme croix métallique, un beau métal brillant. Il se rapprochait rapidement de moi et lorsqu’il fût suffisamment proche, le me jetais en l’air, afin de lui asséner un premier inattendu.

J’étais en l’air et très rapidement je croisais les bras devant moi, au niveau du visage et en retombant sur lui, enchainé sur deux attaques. La première était dû à mes météores, que je contrôlais à l’aide d’un mouvement rapide des bras, tentant ainsi de l’attaquer par chacun de ses flans. Mais mon adversaire était préparé, et lors de mon coup, il contra en faisant apparaitre deux petits boucliers constitués du même métal que sa chaine apparemment. Je me rabattais donc sur la deuxième attaque, lorsque je retombais au sol, je tentais de lui envoyer mon pied dans la figure en me propulsant grâce à mes bras. Cette seconde offensive fut plus réussie que la première, venant lui écraser le menton avec mon talon, je le propulsais un arrière.

« Alors tu aimes le gout de ma semelle ? »

Lui disais-je en me remettant parfaitement droit sur mes pieds. Son visage, Sali par mon attaque changea d’expression, un rageux surpuissant était maintenant face à moi, devenant rouge de colère, il remontait sa manche droite tout en plaçant son poing en arrière, il s’arrêta pour prendre une grande inspiration.

« Espèce d’EEENNNFFOIIRRREEEEE, tu vas voir ce que te mettre, SILVER CROOOOOOOOS !!! »

Et juste après qu’il ait vidé ses poumons en hurlant de toutes ses forces, il lança son poing dans ma direction, et vu la distance de trois mètres qu’il y avait entre nous, il devait avoir quelque chose en tête. Je fis un bond en arrière par précaution et juste après quoi, une énorme croix suivait le prolongement de son bras, créant un énorme objet en argent, silver en anglais, déplacé très rapidement vers moi. Je n’aurais jamais eu le temps d’esquiver, son attaque était trop rapide pour tenter un saut latérale, je devais faire apparaitre une protection, et avant de retomber sur le sol j’vais prononçais quelques mots

« Genesia Beta »

Aussitôt, une mini planète rocheuse apparu et s’interposa entre la croix qui me fonçait dessus, bloquant l’attaque, mais celle-ci était si puissante que mon astre explosa en de nombreux morceaux et me propulsant vers l’arrière, dans le vol planait que j’étais en train d’effectuer, le saisissais un éclat de roche. J’étais en train de planer vers la forêt et à mon plus grand regret, cette partie de la forêt était en pente, en grande pente même, et je ne pourrais m’empêcher de devoir la descendre. Avant de disparaitre, je jetais un coup d’œil à mon compagnon du royaume des morts, lui faisant un signe de la tête afin de lui montrer que tout irait bien de mon côté.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Surnom : The Death Voice
Messages : 494
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 23

Maraudeur des rêves
Riku Kaisuki
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 107
Renommée: 1630
Honneur: 148
MessageSujet: Re: Une exploration pas vraiment tranquille. [PV : Jac Use] Ven 12 Juil 2013 - 11:16
Tandis que deux types encapuchonnés leur faisaient face, que Tresh et Naëlya montraient les dents, prêts à en découdre, que Jac semblait tout aussi résolu à en venir aux mains, et que la tout fraîchement débarquée Rebecca, encore dans le coaltar, ne semblait pas comprendre pleinement la gravité de la situation, Riku, lui, attardait son regard sur les deux hommes ; l’un d’entre eux était de grande taille, un bon mètre quatre vingt, des épaules larges. Le genre qui pouvait frapper fort mais dont l’amplitude des coups pouvait lui jouer des tours, dont il ne faudrait néanmoins pas sous estimer la vitesse au vu du groupe auquel il appartenait. En effet, le necromancer doutait qu’Hadès eut recruté des bras cassés, et encore plus pour former l’unité de l’un de ses bras droits. Le second, quand à lui, était de taille moyenne, à peu près aussi grand que l’invocateur, et était le plus calme des deux. D’une carrure plus svelte, il faisait lentement tourner une lame entre ses doigts, restant parfaitement silencieux tandis que son camarade ne semblait s’exprimer que par gueulantes. Le groupe n’aurait que peu de temps pour se décider et agir, à ce rythme, cet enfoiré aurait tôt fait d’alerter ses potes, et mieux valait éviter toute confrontation avec le mister aux explosions. Un regard rapide échangé avec le corbeau lui indiqua qu’il était prêt à se mettre en mouvement. Il lui confia sa disciple, et murmura rapidement :

« -Mets-la en lieu sûr, je t’en supplie. Nous allons nous charger de ces deux voyageurs, moi et Jac, même si ce n’est que pour les retenir. Nous vous ferons gagner suffisamment de temps pour vous éloigner.

- Pourquoi faire ça pour nous ? Tu te rends compte que tu pourrais crever en restant ici.

- Deux d’entre nous doivent rester ici, autrement ils nous suivront et alerteront leurs camarades. Ensuite, si leur chef nous tombe dessus, il accordera plus d’intérêt de mon avis à deux voyageurs qu’à deux créatures d’un royaume déchu. »

Thresh finit alors par acquiescer à contrecoeur, et se saisit de la brune qu’il hissa sur son dos, et fit signe à Naëlya qu’ils devaient y aller. Les deux animaux géants s’élancèrent aussitôt à pleine vitesse, en informant les deux voyageurs qu’ils se retrouveraient dans les ruines en contrebas qu’ils avaient croisé un peu plus tôt au cœur de la jungle. Les deux allaient bien trop vite pour les deux voyageurs, qui n’esquissèrent même pas un geste pour les arrêter, et se mirent plutôt en position de combat alors que Jac avait déjà activé son pouvoir, et avait commencé à foncer en direction du grand type, qu’il embarqua de force avec lui afin de diviser leur équipe. Choix judicieux, car il était probable qu’ils soient habitués à se battre en duo, mais rien n’était moins sûr, et leurs capacités individuelles n’étaient pas à sous estimer. Riku se redressa donc, les poings levés, et se prépara à faire sa première invocation, mais le type mystérieux prit enfin la parole, laissant échapper alors une surprenante voix grave, très profonde :

« - Vous semblez être tous les deux des voyageurs, je me trompe ?

- Ouais. Tu devrais faire détective gars, t’as de l’avenir dans ce métier.

- Pas mauvaise l’idée de ton pote. Il m’évite d’avoir le gros lourd dans les pattes pendant que je me bats.

- Oh, vous ne fonctionnez donc pas en équipe… Bon et bien, il va falloir faire avec.
- Hmm… Dis moi gamin, tu aimes les surprises ?

- A la base, pourquoi pas. Mais avec ce monde, j’ai tendance à en avoir un peu trop.

- Personnellement, j’ai toujours détesté ça. A un tel point que quand je suis devenu voyageur, cette aversion… Est devenu mon pouvoir. »

Le necromancer n’eut même pas le temps de répondre qu’un immense diablotin du même genre que l’on trouve dans ces boîtes de farces et attrapes surgit du sol, projetant l’invocateur contre un arbre juste derrière. Son crâne évita la rencontre violente avec le bois, mais son épaule ne fut pas épargnée, et lorsqu’il se redressa péniblement, il se sentit pris de vertiges à cause de la douleur lancinante qui lui traversait le bras. Et bien voilà un combat qui commençait vraiment bien… Se mordant la lèvre pour ne pas montrer le moindre signe de sa douleur, le dead maker appela aussitôt Gaïa et lui ordonna de frapper dans le sol pour créer un mini séisme, qui fit alors sortir une dizaine de répliques du jack-in-the-box qui venait d’atteindre l’invocateur.

« - Comment trouves-tu mes mines diablotins ? Amusant n’est-ce pas ? Tu vas vite comprendre pourquoi on m’appelle le magicien ! »

Et il ne se fit pas prier pour faire sa démonstration le saligaud. Il leva les bras au ciel, et aussitôt, une foule de bulles en tout genres, qui faisaient affreusement penser à celles utilisées par le prélat Satori dans un épisode du manga « one piece » surgit de tous côtés, recouvrant finalement la zone dans laquelle les deux combattants se faisaient face, transformant ainsi ce petit bout de jungle en un espèce d’enfer où le moindre pas pourrait provoquer une explosion nucléaire. Oui, quand il ne savait pas quoi faire, le necromancer se laissait partir dans un délirium total, et son imagination dérivait quelque peu. Il se reprit finalement, et tenta de voir son adversaire à travers ce brouillard bullesque, réfléchissant à un mode d’attaque ; prendre par surprise un type dont le pouvoir était d’en créer paraissait vraiment difficile. Quand à savoir s’il était réellement plus puissant que lui, il était difficile de le savoir sans pouvoir l’éprouver. Il avait de la ressource tout de même celui-là. Soupirant un bon coup, le jeune homme passa un instant sa main devant sa bouche pour réfléchir, puis finit par y renoncer, ne voyant qu’une solution à cet échappatoire, y aller à la bourrin. Il allait falloir taper dans le tas en espérant ne pas avoir de retombées explosives sur la gueule. Frapper le premier avant que l’autre zigoto n’ait alerté ses potes. Ah il voulait jouer les magiciens ? Et bien il était temps de lui montrer qu’il n’y croyait pas à toutes ces merdes de tours à la con. Il ordonna aussitôt à Gaïa de tirer un barrage de pieux de roche droit devant eux, ce qu’elle fit en plaçant ses bras devant elle avec la même appréhension que son invocateur, qui, même en adoptant la voie de la non réflexion gardait un degré de méfiance relativement important à l’égard de ces potentielles bombes, et en quelques instants, ce fut une réaction en chaîne effroyablement bordélique qui s’ensuivit ; l’on pouvait voir des explosions, des nuages de mousse, des serpents, des épées, des oiseaux, des gâteaux et autres objets en tout genre voler dans un ardent spectacle qui avait de quoi effrayer en même temps que de provoquer l’hilarité de la foule, du moins avant que la flamme des explosions ne l’atteigne. A ce moment, tel n’importe quel humain normalement constitué, le jeune homme se mit à courir bravement, évitant tout de même d’appeler sa maman au secours tandis que l’herbe et les arbres alentours partaient en cendres. Si avec ça l’alerte n’était pas donnée… Ils n’auraient pas que les encapuchonnés au cul, ils seraient aussi poursuivis par les gardes de l’autre insecte géant là ! Putain de magicien de merde.

Ni une ni deux, l’invocateur s’élança droit dans les flammes, entouré de son esprit protecteur qui encaissa tant bien que mal la chaleur environnante, finissant tout de même par disparaître alors que le dead maker atterrissait dans une sorte d’œil au cœur d’un torrent de flammes, curieusement épargné, où le responsable de ce carnage attendait paisiblement, donnant presque l’air de sautiller joyeusement au milieu de toute cette destruction. Riku s’avança devant lui, et l’observa d’un air carnassier, lâchant alors :

« Ah on veut se la jouer barbecue hein ? Sauf que là, tu peux pas t’échapper espèce d’enfoiré. Et j’ai pas beaucoup de temps à perdre avec toi si je veux pas que tes potes me tombent dessus. »

L’autre parut tout d’un coup beaucoup moins rassuré, et se mit aussitôt en garde en tremblotant un peu ; Riku avait vu juste, ce salaud était plus du genre à utiliser son pouvoir bien planqué dans un coin. Le genre qui allait souffrir au corps à corps. Parfait. Il n’avait plus beaucoup de temps, il devait étaler ce type au plus vite.



[hrp : désolé pour ce TRES long retard, avec mes soucis de pc je n'ai pu répondre que maintenant ^^' on se rejoint au post d'après ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : The Death Voice
Messages : 494
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 23

Maraudeur des rêves
Riku Kaisuki
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 107
Renommée: 1630
Honneur: 148
MessageSujet: Re: Une exploration pas vraiment tranquille. [PV : Jac Use] Jeu 19 Sep 2013 - 18:59
Rebecca ignorait toujours ce qu'elle fichait ici. Bien que Riku ait pris le temps de tout lui expliquer, elle ne parvenait toujours pas à assimiler le fait que ce qu'elle pensait n'être qu'un rêve était devenu pure réalité, dans laquelle on pouvait souffrir, saigner, ou même pire, mourir ! Comment pouvait-elle accepter cela aussi brusquement ? Totalement désorientée, elle tentait de mettre de l'ordre dans sa tête alors que l'homme corbeau la portait sur son dos en courant à travers la jungle, accompagné de sa collègue féline. Plus ils avançaient, plus les arbres se faisaient tortueux, entre branches de noueux en tout genre et grands anciens qui exhibaient fièrement leurs feuillages qui allaient chatouiller les nuages. Certains étaient tellement grands qu'il était impossible d'en distinguer le sommet. C'aurait pu être un très beau spectacle s'il n'était pas constamment perturbé par les incessants cliquetis que faisaient les insectes géants vivant également en ces lieux, et qui semblaient tous aussi menaçants les uns que les autres. Et que dire du groupe d'humains qu'ils avaient apperçu ? Ils étaient limite encore plus effrayants. Sans trop savoir où elle avait mis les pieds ni dans quel contexte, la jeune femme se retrouvait invocatrice, sans trop savoir quel était son rôle dans tout ce merdier et surtout pourquoi elle devait fuir ces types. Et d'ailleurs, elle ne comprenait pas vraiment non plus la nature de son pouvoir. Un peu plus tôt, elle avait appelé un peu par hasard un énorme squelette dont les puissants cartilages eurent raison des insectes, mais de manière totalement inconsciente, juste en souhaitant protéger celui qui l'avait aidé alors qu'elle débarquait fraîchement dans ce monde. Elle ignorait si elle serait capable de le refaire cette nuit, car elle ne savait absolument pas comment fonctionnait son pouvoir, si ce n'est qu'elle avait hérité d'une sorte de glyphe sur son épaule droite, représentant un crâne la bouche fermée et qui ne l'ouvrait que pour laisser passer une invocation. Le necromancer n'avait pas eu le temps de tout lui expliquer en détail, aussi il lui avait simplement expliqué que ce symbole servait de « maison » à ses invocations. Un fait qu'elle avait du mal à accepter étant donné les proportions relativement imposantes de son premier serviteur... En avait d'elle d'autres ? Comment tout cela marchait, où était son royaume exactement ? Elle avait des tonnes de questions, et quand Riku reviendrait, il aurait intérêt à les lui donner. Mais pour le moment, elle préférait se laisser entraîner par les deux guerriers expérimentés qui traversaient la jungle à toute vitesse pour rejoindre leur point de ralliement.

« Tu n'as pas besoin de penser à comment nous invoquer Rebecca. Il te suffit de penser à nous, et nous viendrons à ton aide. Nous voyons tout ce qu'il t'arrive à travers ton sceau... »

D'où sortait cette voix ? La balade se transformait en trip exorciste chasse aux fantômes et tout ? Elle devenait une sorte de dingue capable d'entendre les esprits lui parler ? Mais le plus étrange dans tout ça, c'est qu'après réflexion, elle se rendit compte que la voix gutturale qu'elle avait entendu dans sa tête provenait du sceau qu'elle avait sur l'épaule, dont la bouche s'était ouverte et se déplaçait à chaque mot. Oh bordel... Ca devenait carrément n'importe quoi. Elle ferait une crise cardiaque avant la fin de la nuit, son cerveau exploserait devant une telle suite d'éléments plus improbables les uns que les autres. Dans quelle galère avait-elle atterri ? Elle ne se souvenait pas avoir pris de quelconques substances nocives avant de s'endormir, pourquoi se retrouvait-elle dans un rêve aussi étrange ? Il n'y avait pas plus bad trip que ce qu'elle se tapait ce soir... Déjà que le coup des squelettes partout et du chef zombie qui lui fait un grand sourire c'était louche, mais là on sombrait dans les tréfonds du n'importe quoi ! Se tenant le visage, la jeune femme luttait pour ne pas s'arracher la peau tant elle avait du mal à supporter à la fois la pression de sa nouvelle situation et des interrogations qui la traversaient et le fait de devoir accepter que tous les principes du monde réel pouvaient être piétinés sans foi ni loi dans ce monde.

Mais elle sortit de ses pensées néfastes quand soudain les arbres s'écartèrent pour laisser la place à une grande clairière au centre de laquelle reposait ce qui ressemblait aux restes d'un temple antique. Il y avait un air de famille avec les constructions mayas, qui fit se demander à la jeune femme quelle genre de peuplade pouvait bien vivre dans cet endroit par le passé – elle était étudiante en histoire de l'amérique du sud - et surtout à quel genre de dieu cette bâtisse pouvait-elle bien rendre honneur. Le simple fait de penser à quelque chose de totalement décalé par rapport à sa situation actuelle la fit sourire ; elle parvenait à garder un lien avec la réalité malgré l'enchaînement de trucs absurdes qu'elle avait eu à traverser. Le corbeau la déposa dans une petite alcôve légèrement dissimulé par un large buisson épineux. Naëlya se joignit à elle, tandis que le meneur de leur troupe se posta de sorte à pouvoir voir venir d'éventuels ennemis ou alliés de suffisamment loin. Cela rappela à l'invocatrice que Riku était resté en arrière pour empêcher les deux autres de donner l'alerte.... Elle espérait que rien de grave ne lui était arrivé.

***

« Sale gosse... Ose me frapper, et toute l'armée du seigneur Hadès te le fera payer ! »

Tant bien que mal, le pauvre voyageur tentait de déstabiliser Riku pour tenter de prendre la fuite. Il n'avait qu'une petite ouverture dans les flammes gardée par ce putain de necromancer, et il ne voyait aucun moyen de le passer. Jamais il n'aurait imaginé qu'un type serait assez fou pour exploser toutes ses bulles en même temps, mais en même temps, personne ne l'avait informé de l'existence de ce type, qui possédait l'un des très rares esprits slimes au service du seigneur des morts ! Il avait déjà vu son maître en invoquer un, mais ce dernier lui avait expliqué qu'il n'en existait tout au plus que cinq dans le monde onirique et que seuls deux d'entre eux étaient au service des voyageurs de Chiron. Et lui sortait le second ?? Bon sang... Jusqu'ici, ses adversaires avaient tous fui ou subi de plein fouet ses techniques à surprise, mais là, il était coincé ! Restait tout de même un élément de satisfaction, avec toutes ces flammes, le reste de la troupe et les gardes du seigneur local débarqueraient rapidement, et tueraient cet enfoiré. En attendant, il était dans la merde. Sur le cul, en position foetale, il attendait le coup fatal porté par son adversaire, qui se contenta de lui flanquer un bon coup de pied en pleine mâchoire qui le fit décoller légèrement et cracher une bonne gerbe de sang. Il toussota en essayant de reprendre ses esprits alors que le necromancer l'observait d'un air narquois, lui crachant ses mots comme pour l'achever :

« A voir comme t'es minable, je me demande bien comment t'as pu être recruté par Hadès... Bon, tu m'excuses, j'ai dû te casser la mâchoire pour faire bonne mesure, et je vais faire en sorte que tu ne puisses pas parler concernant mon existence. C'est que je ne tiens pas à tomber sur tes potes ! »

Et sans la moindre once de pitié, il écrasa sa gorge de son pied pour s'assurer que ses cordes vocales ne soient pas utilisables, au moins pour la nuit. Le laissant dans les vapes, il s'engouffra hors du cercle de feu d'un bond à l'aide de Zeel qu'il rappela avant que l'invocation ne soit à bout de forces, et quitta rapidement la zone enflammée en suivant la direction que lui avait indiqué Thresh. Jac ne revenait toujours pas de son côté, l'invocateur espéra qu'il ne lui était rien arrivé. Mais son adversaire ne revenait pas non plus, ce qui faisait au moins une bonne nouvelle. Le corbeau et son alliée étaient consciencieux : il n'y avait pas la moindre trace visible dans la jungle. Impossible pour le jeune homme de se déplacer d'arbre en arbre à cause des croisements de branches bien trop serrés qui ne laissaient que des espaces très réduits. Il prenait le risque d'être suivi, mais le moment n'était pas à la réflexion. Il aurait rapidement derrière lui des hordes d'hommes insectes, peut-être même le type aux explosions, et il n'avait pas vraiment envie de faire plus ample connaissance avec cet homme. Le peu qu'il avait vu de lui lui avait permis de comprendre qu'il n'aurait même pas la chance de pouvoir dire adieu qu'il serait déjà mort. Il n'avait qu'à lever les mains et il pouvait provoquer des explosions aussi nombreuses et puissantes que précises, chirurgicales même. Il n'avait pas hésité une seconde lorsqu'il avait détruit de l'intérieur les gardes insectes. Le genre de tueur recherché dans Dreamland dont tous connaissaient le nom et qui avait une réputation à faire frémir Chuck Norris et un casier judiciaire aussi grand que le dossier d'évasion fiscale d'un acteur. En clair, le genre de mec qu'il fallait éviter de mettre en colère. Décidément, la liste des ennemis du necromancer s'allongeait de jour en jour. La mafia, un voyageur déserteur de son royaume, et tous ses généraux, et même certains voyageurs ! Même s'il doutait du fait que Megan le tue véritablement un jour – tout au plus il se mangerait une bonne dose de douleur comparable à celle qu'il avait subi au cours de la finale du tournoi des jeunes talents ce qui était déjà un sort peu enviable – il était clair qu'il ne s'était pas fait que des amis dans le monde des rêves. Quand à Rebecca, il espérait que leurs deux « amis » pourraient la sortir de là rapidement, la pauvre n'ayant eu l'occasion de découvrir les subtilités plutôt meurtrières d'un monde onirique constamment en quête de proies. Elle connaissait à peine son pouvoir et Riku n'avait pu que lui faire un bref résumé de tout ce qu'il y avait à savoir de base en tant que voyageur. Elle devait être complètement paniquée... Il fallait courir plus vite. Des clameurs s'élevaient déjà du côté de la zone que venait de quitter l'invocateur. Ils étaient sur ses traces, et il n'aurait pas beaucoup de temps pour se mettre à l'abri. Les cliquetis résonnaient déjà dans l'obscurité des arbres. Plus vite, plus vite...

**BOUM !!**

Il n'avait même pas eu le temps de voir le coup venir. Une déflagration se produisit brusquement juste sur sa gauche, alors qu'il avait presque atteint la clairière où l'attendaient patiemment ses deux camarades. Riku releva les yeux ; jamais il n'avait vu pareil regard meurtrier auparavant. Le visage dissimulé sous un masque, encapuchonné, l'homme laissait à peine entrevoir ses yeux d'un gris presque fantomatique dont les iris étaient fixés sur le jeune homme à terre, légèrement brûlé. Une voix qu'il avait déjà entendu auparavant lorsque le fameux « Chaos » s'était adressé au roi des insectes résonna à l'intérieur du masque :

« Je devrai te féliciter pour être parvenu aussi loin après avoir vaincu l'un de mes subordonnés et surtout avoir espionné ma conversation. Qui es-tu ? »

Le necromancer ne répondit pas tout de suite. Il hésitait à répondre à cet individu clairement louche et dangereux, ignorant ses réelles intentions. Il avala sa salive, et recula autant qu'il put, sur ses gardes. La vitesse de déclenchement de son pouvoir était bien trop élevée pour qu'il ait le temps d'invoquer Zeel, surtout à cette portée. S'il ne trouvait pas une réponse correcte ou un moyen de fuir, il allait crever.

«  – Pourquoi hésites-tu ? Tu aurais plutôt intérêt à me donner rapidement la réponse que j'attends gamin. Surtout après avoir vu mes capacités au combat.

– Je ne suis qu'un voyageur de passage... J'ai atterri dans cette forêt totalement par hasard et je cherchais la sortie, c'est tout. J'en ai rien à battre de votre complot.

– Hmmm...Ton effroi tend à prouver le contraire. Tu n'as pas vraiment l'air à l'aise là.... Allez, dis-moi qui t'envoie.

– Je ne suis l'envoyé de personne, compris ? J'ai aucune idée de qui vous êtes et qui est ce Hadès.

– Qu'il est amusant... Bon, je suppose que je vais devoir te faire parler.

- …. MAINTENANT GAIA !!!  »

Et d'un seul coup, le sol sous les pieds du contrôleur se déroba, le faisant tomber dans une petite crevasse qu'avait préparé l'invocation pendant la conversation de son maître et de son adversaire. Mais Riku n'avait pas le temps de se réjouir de ce succès, avec son niveau, il trouverait rapidement le moyen de remonter. Il fallait fuir, et vite. Le temple n'était pas loin...




[HRP : je poste en l'absence de Jac, mais je supprimerai les messages s'il décidait de revenir. ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : The Death Voice
Messages : 494
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 23

Maraudeur des rêves
Riku Kaisuki
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 107
Renommée: 1630
Honneur: 148
MessageSujet: Re: Une exploration pas vraiment tranquille. [PV : Jac Use] Ven 20 Sep 2013 - 15:00
Courir. C'était le seul mot qui résonnait dans l'esprit de Riku à cet instant. Les flammes qui avaient gagné une partie de la jungle avaient su ralentir la progression des troupes d'insectes lancées à ses trousses, mais pas les voyageurs, qui s'étaient arrêtés pour sortir leur chef du trou dans lequel il était tombé par inadvertance. Probablement qu'il ne s'attendait pas à une tactique aussi minable, surtout de la part d'un type qu'il était sur le point de tuer. Le necromancer, à bout de souffle, traversa un bosquet et déboucha dans la clairière en ruine, profitant de l'ombre de l'un des rochers pour reprendre un peu son souffle. Tout son corps tremblait, il s'en rendait compte, il avait peur, vraiment peur. Ce type était vraiment dangereux. Il allait le tuer sans la moindre once d'hésitation. Et merde, pourquoi devait-il toujours croiser des tueurs sanguinaires sur sa route ? Et ça devenait encore plus chiant quand ces ennemis révélaient une puissance largement supérieure à celle du pauvre invocateur. Pourquoi était-il aussi faible ? Pourquoi était-il condamné à courir ? Mais pendant qu'il réfléchissait, les autres repartaient à l'assaut. L'un des voyageurs de la petite troupe avait réussi à éteindre les flammes avec son pouvoir, les insectes étaient repartis dans le sillage de leurs nouveaux alliés à la poursuite de ces humains un peu trop curieux et de leurs alliés animaux, cette tribu qu'ils pensaient avoir exterminés au point qu'ils n'oseraient plus jamais se montrer. Ce qu'ils ignoraient, et qu'ignorait d'ailleurs aussi Riku, c'était le plan de Thresh. En les attirant dans les ruines aux passages étroits et aux rebords escarpés, il allait gêner les mouvements des guerriers insectes qui seraient à découvert dans cette plaine. Et surtout, il y avait un autre élément qu'il avait eu le temps de préparer alors qu'il courait vers l'endroit où ils étaient postés, avec Naëlya et Rebecca. Et alors que les grondements et les cliquetis se faisaient plus sonores, plus proches, le corbeau s'envola et poussa un fort coassement, récupérant au passage dans ses serres le necromancer sous le choc – il ne s'y attendait pas du tout – laissant apparaître les premières carapaces dans la plaine avant de pousser un second coassement, plus virulent cette fois. Et le résultat fut aussitôt visible, lorsque plusieurs individus mi-hommes mi-animaux surgirent des arbres et de galeries creusées dans les ruines pour attaquer leurs ennemis mortels. Il y avait des lions, des panthères, des chiens, des lézards, des corbeaux, des faucons... Une vraie ménagerie qui poussait des hurlements en tout sens, dans une cacophonie guerrière destinée à déstabiliser l'ennemi, qui recula légèrement, à la fois surpris par cette attaque soudaine et surtout le nombre d'individus conséquent auxquels ils devaient faire face. Une série de cliquetis retentit au milieu des hurlements bestiaux, et la troupe d'insectes reprit son assaut. L'invocateur déglutit, observant ce qui semblait être le début d'une assez grosse escarmouche. Thresh, lui paraissait ravi de voir ses troupes aussi motivées. Et d'ailleurs, il ne tarda pas à se jeter lui-même dans la bataille en lançant à son allié voyageur :

« Merci, tu nous donnes l'occasion de leur mettre une bonne branlée à ces salauds ! »

Il n'eut même pas le temps de lui dire de se tenir sur ses gardes à cause de la troupe de voyageurs sous les ordres d'Hadès qui n'était sûrement pas loin. Et alors que l'on entendait le fracassement des carapaces contre les griffes, que des cris se multipliaient en tous sens, le necromancer se laissa tomber dans l'espace en dessous de la plate-forme où l'avait déposé le corbeau, où une brune observait la bataille qui se déroulait sous leurs yeux ébahis. Il s'approcha de Rebecca, qui sursauta en poussant un cri de surprise alors qu'il tapota son épaule pour attirer son attention, reprenant ensuite sa respiration pour retrouver son calme. Il la laissa s'apaiser, et jeta un œil au dehors pendant ce temps ; le combat faisait rage, et jamais l'invocateur n'avait assisté à une telle violence. Les guerriers bestiaux se jetaient sauvagement sur leurs adversaires insectes qui arrivaient en masse, s'alertant les uns les autres à l'aide de cliquetis continus, et leur arrachaient la tête d'un coup de patte, ou simplement de mâchoire. Les insectes, quand à eux, adoptaient la tactique du surnombre et se jetaient à trois ou quatre sur un seul guerrier, crachant de l'acide pour le paralyser et le dévorer ensuite sans lui laisser le temps de se défendre. Thresh, quand à lui, forçait l'admiration de par sa force. Loin d'avoir la puissance d'un lion, il virevoltait sur le champ de bataille, tranchant parfois la tête d'un ennemi, l'attrapant avec une effroyable précision entre ses serres avant de la tirer de toutes ses forces. Il hurlait à ses camarades de continuer le combat, exultait leur violence en exhibant les têtes arrachées de ses victimes. Naëlya, tout aussi agile, bondissait entre les corps pour se saisir de deux adversaires et les broyer entre ses dents ou bien d'un bon coup de griffe en pleine tête. On sentait par là non seulement qu'ils étaient habitués à la guerre, mais aussi qu'ils savaient parfaitement où frapper pour achever leurs ennemis. Chacun de leurs coups était placé avec une minutie chirurgicale qui faisait trembler le jeune homme, caché derrière son poste d'observation. Finalement, Rebecca prit la parole après avoir laissé son maître observer la scène pendant plusieurs minutes :

« - Qu... Qu'allons-nous faire Riku ?

- J'aimerais les aider... Mais cette bataille n'est pas de notre niveau. Nous ne tiendrions pas deux secondes au milieu de cette horde d'insectes. Et les autres ne vont pas tarder. Il va falloir fuir. Mais nous devons d'abord prévenir Thresh du danger. Autrement ils se feront tous massacrer ici.  »

Elle hocha la tête. Malgré la précarité de leur situation, Riku semblait plutôt sûr de lui. En tout cas, il affichait une certaine volonté dans ses paroles. Elle aurait apprécié de pouvoir les aider un peu plus, mais malheureusement, il avait raison. Dans leur situation, il ne pouvaient rien faire d'autre que de prévenir leurs amis et de se tirer d'ici au plus vite. Ils se relevèrent tous les deux, et le necromancer indiqua à sa disciple de le suivre, le long des parois de pierre de l'ancienne bâtisse dans laquelle ils étaient cachés. Ils devaient rester à couvert le plus longtemps possible pour éviter d'être la cible des insectes, qui, bien que complètement pris dans leur bataille, sauraient parfaitement identifier la chair fraîche des cibles que leur avait désigné leur nouveau chef. Et plusieurs explosions un peu plus loin dans la forêt indiquaient que ce chef arrivait en trombe, et pas vraiment de bonne humeur... Il fallait vite trouver Thresh ! Le jeune homme plongea pour profiter du couvert d'un morceau de ce qui semblait être une terrasse en pierre. Rebecca le suivit, et semblait bien plus déterminée qu'à son arrivée. Il ignorait ce qu'il s'était passé quand le corbeau et son alliée avaient emmené la jeune femme, mais en tout cas, elle avait cessé de trembler et semblait avoir assimilé la plupart des faits que lui avait expliqué le dead maker. Parfait. Plus calme, elle saurait utiliser à bon escient ses invocations. Hellion était un bon moyen de protection, mais une seule attaque de mister boum boum aurait raison du squelette géant. Et le réinvoquer coûterait une précieuse quantité d'énergie à la brune. Lui n'avait pas encore fait beaucoup d'invocations, et en dépit de la fatigue et d'un mal d'estomac dû à un mélange de stress et de compression à cause de sa course à pleine vitesse. Il avait donc de quoi se battre encore un peu, mais compte tenu de son état actuel, il était plus sage d'éviter toute bataille. Mais il fut interrompu dans sa réflexion par la tête d'un guerrier insecte suivi de deux autres qui surgirent mandibules en avant prêts à cracher leur acide. Il ouvrit la bouche, voulant appeler Thresh, mais il n'en eut pas besoin. Une forme noire survola soudain les deux invertébrés, les privant d'un seul passage de leur tête. Quelques secondes plus tard, Naëlya arriva en repoussant au loin les deux cadavres, demandant à leurs deux alliés voyageurs :

« - Qu'est-ce que vous faites là ? Dépêchez-vous de fuir!

- Nous sommes venus vous prévenir ! Vous n'avez aucune chance contre ces voyageurs !

- Et tu voudrais donc que je sonne la retraite de mes troupes. C'est bien cela petite voyageuse?

- Vous allez vous faire massacrer si vous restez là Thresh. Je vous suis reconnaissant de nous avoir aidés tous les deux, alors s'il vous plaît, ne mourrez pas ici.

-Thresh... Les explosions se rapprochent. Nous n'avons pas beaucoup de temps.

- … Très bien. Vous voyez le tunnel là bas ? Allez là dedans, vous n'aurez plus qu'un pont à traverser à la sortie pour quitter la jungle. Et vous serez suffisamment loin de ces types.  »

Riku hocha la tête, et indiqua à sa disciple de le suivre dans la petite cavité que lui montrait le corbeau, habilement dissimulée sous un tas de colonnes effondrées. Naëlya poussa un hurlement auquel répondirent tous les guerriers encore vivants de la petite troupe, et aussitôt, tous repartirent à l'assaut. Ne comprenant pas, l'invocateur voulut remonter pour tenter de les convaincre de les rejoindre, mais Thresh le poussa des deux pattes et fit tomber sur l'entrée de la galerie plusieurs colonnes qui bouchèrent complètement le trou. Le jeune homme et son alliée hurlèrent sans cesse le nom de leurs deux amis. Mais c'était peine perdue, ils n'eurent pour réponse que les échos rageurs d'une bataille qui gagnait en ampleur alors que la panthère avait ordonné aux troupes de tenir aussi longtemps que possible pour aider les « amis de leur peuple ». Guerriers à l'honneur farouche, les animaux avaient tous répondu présents et s'étaient élancés droit sur les insectes restants, avant qu'une succession d'explosions ne fasse passer plusieurs d'entre eux de vie à trépas. Les voyageurs étaient là. Et il n'y aurait pas un seul survivant.

Les larmes aux yeux, Rebecca tentait tant bien que mal d'avancer dans l'obscur tunnel, suivant son maître tout aussi tremblotant qu'elle, qui ne cessait de se demander pourquoi un tel sacrifice de la part de deux créatures qu'ils venaient à peine de rencontrer. Et il s'en voulut encore plus d'être aussi faible ; il n'avait pas eu la force d'aller les aider, pas eu la force de vaincre ce foutu Chaos. C'était fini, ils allaient tous mourir. Serrant les dents, le necromancer prit la décision ferme de respecter la volonté du corbeau et entraîna derrière lui la jeune femme qui était resté paralysée à l'idée que ses amis qui l'avaient encouragé et l'avaient aidé à accepter les réalités de Dreamland allaient périr ici, alors qu'on leur donnait à eux le droit de fuir et de vivre. Cet équilibre était injuste, ils en étaient tous deux conscients, tout autant que du fait qu'aussi forte qu'eut été leur volonté à cet instant, ils étaient incapables de venir au secours de leurs amis. Tentant de chasser de leurs pensées cette idée, encourageant intérieurement les animaux, ils avancèrent, jusqu'à apercevoir une lumière au loin. La sortie était proche.

Pendant ce temps, la bataille faisait rage. Au milieu des explosions, les guerriers encore debout se jetaient avec férocité sur le groupe de voyageurs qui se tenaient sur un monticule de cadavres. Combien de créatures périrent ce soir là, on l'ignorait, mais aucun voyageur ne mourut. Poussant des éclats de rire déments, le chef de la troupe tendait les mains dans tous les sens, faisant exploser de l'intérieur ceux qui tentaient de l'attaquer. Recouvert de sang, il riait, se complaisait dans ce massacre, et encore plus à l'idée qu'il pourrait aussi casser la gueule de cet enfoiré de voyageur qui l'avait eu avec un piège à la con et avait en plus étalé un de ses hommes. Les autres marchaient dans son sillage, se contentant de bloque les assauts des guerriers à l'aide de leurs capacités. L'un d'eux noya trois tigres dans un énorme dôme aquatique, un autre les étrangla à l'aide de lianes, un autre les réduisit en poussière par simple contact. En un rien de temps, il ne resta plus que le chef des animaux et sa seconde. Les deux n'avaient en rien perdu de leur combativité en dépit de l'immense tristesse qui les envahissait à la vue de tous ces amis morts. Thresh ressentait néanmoins une certaine fierté. Ces guerriers qu'il avait formé, ils s'étaient tous battus avec courage, ils n'avaient en rien cédé devant la puissance écrasante de ces voyageurs. Et lui avait accompli sa volonté, avait conservé son honneur en ayant aidé ses amis à fuir. Il était hors de question pour lui que ces humains qui n'avaient en rien un lien avec ce royaume meurent pour cette guerre. Lui, il allait pouvoir mourir en guerrier. C'est donc dans un puissant coassement qu'il ordonna à Naëlya de le suivre dans cet ultime assaut. Et Chaos leva aussitôt les mains pour cibler ses deux assailants. Mais à sa grande surprise, les deux étaient bien plus réactifs que leurs congénères, et parvinrent à esquiver, une puis deux attaques. Mais pas la troisième. Et alors qu'ils arrivaient devant lui, il plongea en avant, et posa sa main sur le poitrail de la panthère, l'autre se posa sur le crâne du corbeau. Aucune chance d'esquiver. Et quand ils explosèrent, répandant leur sang et leurs organes autour du maître des explosions, le rire de celui-ci redoubla d'intensité alors qu'il se lançait dans un petit discours :

« - Ha, ha ha... Ils auront vraiment réussi à m'amuser ces guerriers. Le truc embêtant, c'est que je ne sens plus les auras des deux voyageurs. Ils ont dû trouver un moyen de fuir.

- Doit-on les poursuivre maître ?

- Ce ne sera pas utile... Et ils se sont peut être réveillés. De toute manière, j'ai l'impression que ce ne sera pas notre première rencontre. Allez, retournons voir le roi. Nous avons une négociation à mener !  »

Mais tous remarquèrent que malgré son assurance, le chef de la troupe boitait légèrement. En plongeant, il avait pris de court les deux créatures, mais le corbeau, fier guerrier qu'il était, avait réussi à atteindre sa cible et à lui infliger une profonde blessure à la jambe. L'honneur était sauf. Mais l'ennemi courait toujours. Le royaume n'allait pas tarder à sombrer...

Enfin. Enfin ils avaient atteint la sortie de la jungle. Comme leur avait indiqué Thresh, à la sortie du tunnel, un pont solidement fixé leur avait permis de traverser la rivière et de rejoindre la dernière partie de la forêt, au bout de laquelle un sentier permettait de rejoindre une vallée légèrement en contrebas. Une légère brise, le soleil éclatant, tout semblait leur indiquait qu'ils avaient réussi. Mais au fond, les deux voyageurs avaient le cœur serré... Ensemble, ils fabriquèrent alors deux tombes de fortune à la mémoire de leurs amis, restant devant un long moment, avant que la brune ne se réveille. La nuit prenait fin. Mais pas la guerre personnelle de Riku. Elle ne faisait que commencer. Et un jour il ferait la peau à cet enfoiré de Chaos.


- FIN -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Une exploration pas vraiment tranquille. [PV : Jac Use]
Revenir en haut Aller en bas

Une exploration pas vraiment tranquille. [PV : Jac Use]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1-